Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Cinquième partie

Chapitre VI. L’église d’Antioche au xiiie siècle

Texte intégral

1Les événements politiques de la fin du xiie et du début du xiiie siècle n’avaient pas moins bouleversé l’Église d’Antioche que la vie politique de la principauté. Affaibli et appauvri par la perte d’une grande partie de son patriarcat, par les luttes soutenues contre les Antiochiens, par le développement des Ordres militaires, le patriarche d’Antioche n’est plus, ne peut plus être au xiiie siècle la puissance locale qu’il était au siècle précédent, et cherche ailleurs une orientation à son activité et des revenus compensateurs. Au même moment, une évolution commune à toute la latinité amène la Papauté à se subordonner de plus en plus les prélats syriens, à intervenir dans la politique syrienne, à utiliser ces prélats comme les instruments de cette intervention — ce qui les détache plus encore de leur base locale —. La grande puissance ecclésiastique, ce sont maintenant les Ordres militaires, auxquels ni prélats ni seigneurs laïcs, également affaiblis, ne peuvent plus tenir tête, car à ces Ordres surtout affluent les secours de l’Occident. À côté d’eux, les autres Ordres aussi se transforment par l’implantation en Syrie des cisterciens, puis des Ordres mendiants. Sous l’influence de ces derniers et la direction de la Papauté s’élabore une politique des missions qui transforme les rapports entre latins et églises orientales. Ces brèves indications suffisent à montrer combien l’Église du xiiie siècle diffère de celle de Bernard et même d’Aimery.

§ I. — Les derniers patriarcats ; les Ordres nouveaux ; l’influence romaine

  • 1 Honorius III, 760, 2031, 2285, 5658, 5863 ; Grégoire IX, 118, où il est question d’un naufrage du d (...)
  • 2 Honorius III, 5659, 5863, 6026.
  • 3 Grégoire IX, Appendice (Registre de Pérouse), 6111.

2Il est inutile de revenir ici sur les patriarcats de Pierre Ier et de Pierre II qui, intimement mêlés aux luttes politiques, ont été suffisamment étudiés à leur propos. Lorsque Pierre II mourut. (début de 1217), le chapitre demanda au Pape de lui donner pour successeur le cardinal-évêque d’Albe, Pélage, ce que le Pape ne put accepter, parce qu’il en faisait alors son légat pour la croisade de Damiette ; mais, le chapitre ne parvenant pas à trouver d’autre candidat qui ne fût pas trop compromis dans les rivalités politiques, Honorius III désigna de lui-même d’abord un théologien distingué, Pierre de Capoue, puis, ayant préféré le garder auprès de lui, un certain Rainier, qui n’arriva à Antioche qu’au début de 1220, et mourut en 12251. Honorius III, irréconciliablement hostile à Bohémond IV avait songé à le remplacer par Jordan, l’ancien chancelier de Raymond Roupen, mais le chapitre d’Antioche tenait, lui, à ne pas rendre un accord impossible, puisque Roupen était mort, et, pape et chanoines étant également incapables de découvrir un bon candidat, l’Église d’Antioche vaqua deux ou trois ans, pendant lesquels elle fut administrée par l’archevêque de Tarse2. Honorius III mourut pendant ce temps (1227) : et ce fut Grégoire IX qui enfin désigna un nouveau patriarche, Alberto de Robertis. Les patriarcats de celui-ci (1228-1245)3 et de son successeur Opizon (1247-1292) allaient remplir le reste du siècle et de l’histoire d’Antioche.

  • 4 MGSS, XXXII, p. 179.
  • 5 Grégoire IX, 343, 433, 6111, 6116, 6122, 2606, 2777, 2780, 3177, 4472 ; Innocent IV, 27, 1358, 2026

3Albert de Robertis, ancien évêque de Brescia, était, selon Salimbene qui le connut4, un homme peu cultivé, mais administrateur vigilant, habile diplomate, d’une piété et d’une générosité sans borne, et dévoué aux Frères Mineurs qui, après sa mort, le considérèrent presque comme un saint. Personnalité éminente, il fut constamment associé par le Pape à sa politique générale et employé à conduire maintes négociations entre partisans et adversaires de Frédéric II, non seulement en Syrie, mais en Italie, et fut absent de son patriarcat en 1228-1230, puis en 1235-1236, en 1238, en 1243 lors de l’avènement d’Innocent IV, enfin en 1245, où il mourut au concile de Lyon5.

  • 6 D’après deux actes de notaires gênois publiés par A. Ferretto, I genevosi in Oriente nel carteggio (...)
  • 7 innocent IV, 2862, 3075, 3299, 3300.
  • 8 Annales Januenses, MGSS, XVIII, p. 223. Il reçut là quatre lettres du Pape (Inn. IV, 3368, 3662, 36 (...)
  • 9 Inn. IV, 4225.
  • 10 Inn. IV, 7398 ; Cont., A 442 (Annale T. S., 446) ; Golubovich Bibl., I, 231.
  • 11 Annales Januenses, III, IV ; Caro, Genua and die Mächte am Mitelmeer, II, p. 173 ; Röhricht Reg., p (...)
  • 12 Rey, ROI. VIII, 144 ; Korolevski, Dict. Hist. Eccl. art. Antioche, T III, col. 622 ; A. Ferretto, o (...)
  • 13 Delaborde, 117 ; Cart., III. 147, 166 ; Röhricht Reg., n° 1424 ; Clément IV, 331 ; Chyprois, 2122.

4Quant à Opizon, sa carrière est restée si mal connue qu’on l’a généralement coupé en deux Opizons successifs, par l’insertion d’un certain Chrétien comme patriarche en 1268, et séparé d’Albert par un nommé Elie doté des limites chronologiques les plus variables. Qu’Opizon ait été patriarche de 1247 à 1292 ne peut cependant faire l’objet d’aucun doute. Nous savons en effet qu’Opizon était déjà patriarche en avril 12486, et c’est par conséquent lui qui est connu anonymement comme ayant été, en juin 1247, informé de son élection par le chapitre d’Antioche (sans doute après désignation par le Pape), puis, en octobre, sacré à Rome7, enfin peu après reçu solennellement à Gênes8. Il arriva en Syrie l’été suivant9. Il refit le voyage de Rome en 1253-125410, et se retira définitivement en Italie après l’installation par les Mongols d’un patriarche grec à Antioche. Nous le trouvons alors tantôt à Gênes, tantôt auprès des papes11. Il assiste au concile de Lyon en 1274, est à Rome en 1276, reçoit l’administration de l’église de Trani pour le dédommager de la perte de son patriarcat, puis bientôt celle de sa ville natale de Gênes (1288), et meurt en 1292. Il s’appelait de son nom complet Opizon Fieschi et était neveu d’Innocent IV12. Après son départ de Syrie, il avait laissé comme vicaire un certain Barthélémy, qui fut plus tard évêque de Tortose13.

  • 14 Oriens Christianus, III, 1161.
  • 15 Panvinus, Chronicon Ecclesiasticon, t. I, 1573 ; Genebrardus, Chronographia Ecclésiastica, Ire éd., (...)
  • 16 Tractatus, AASS, juillet IV, p. 141. Rodrigue da Cunha avait ajouté de son cru un élément de confus (...)

5On cherche en vain dans tout cela la place d’Elie et de Chrétien. Encore faut-il expliquer leur genèse. Elie n’est jamais cité que sur la foi de Le Quien14, dont les sources, en dernière analyse, consistent dans deux ou trois auteurs peu sûrs des xvie-xviie siècles, qui ne donnent pas de référence15. D’après Panvinus, le plus développé, « Helias Robertus Regiensis », d’abord évêque de Brescia, aurait été le sixième patriarche d’Antioche, de 1239 à 1247 (les cinq premiers étant Bernard, Raoul Ier, Aimery, Raoul II avec les dates 1187-1218 et Raynier avec les dates 1218-1239). Comme on ne connaît par ailleurs aucun évêque de Brescia du nom d’Elie, et que par contre nous savons qu’Albert de Robertis avait été évêque de Brescia, était originaire de Régium, et fut remplacé au patriarcat en 1247, il parait bien que Hélias Robertus n’est qu’une mauvaise lecture d’Alberto de Robertis, comme l’avait déjà affirmé Boschius16. De toute façon, entre Albert, dont la mort n’a pu être connue en Orient qu’à la fin de 1145 au plus tôt, et Opizon, élu au début de 1147, il n’y a guère de place pour un Elie.

  • 17 Cité par Altaner, Die Dominikanermissionen, p. 37, auquel nous empruntons notre démonstration.
  • 18 Antoine de Sienne, Chronicon ordinis fratrum praëdicatorum, 1585, paraît le premier. Il est suivi p (...)

6Quant à Chrétien, il est né d’un contre-sens. Etienne de Salanhac, parlant de la chute d’Antioche, rapporte que « frater Christianus (Stephanus ?) episcopus » — un évêque in partibus quelconque — alors dans la ville, alla prier dans l’église de l’Ordre et y fut tué17. Leander Alberti, un littérateur du xve, a arrangé la phrase de son devancier en remplaçant « episcopus » par « autistes », et l’église de l’Ordre par un « templum » indéterminé ; ses successeurs ont interprété « antistes » comme désignant le patriarche et « templum » sa cathédrale18.

***

  • 19 Supra p. 642.
  • 20 Cf. ci-dessus, p. 315.
  • 21 Cf. ci-dessus, p. 444.
  • 22 Cf. ci-dessus, p 318.
  • 23 Infra, p. 680.
  • 24 Grég., IX, 4471, 4473, 4474.

7Dans l’ensemble, le milieu du xiiie siècle est marqué par une réconciliation progressive de l’Église et des princes d’Antioche, auxquels les communs dangers font sentir doublement la lassitude des conflits de la génération précédente. On a vu qu’Albert de Robertis avait travaillé, avec le patriarche Gérold de Jérusalem, à l’établissement de la paix entre Bohémond IV et l’Église (1131)19. Les dissensions avaient été cependant trop durables et trop profondes pour pouvoir s’effacer en un jour, et Bohémond V, qui n’avait pas comme son père à se préoccuper de faire une bonne mort tout de suite, reprit au début de son règne la politique anticléricale de ce dernier, de même qu’il revenait à son attitude anti-arménienne. Aussi une recrudescence de difficultés entre l’Église et les autorités laïques se produisit-elle après 1233. L’avènement même de Bohémond en fut une première occasion, parce qu’il refusait au patriarche l’hommage que ce dernier réclamait, et, conséquemment, faisait fi d’un sacre éventuel20. À cela s’ajoutèrent des conflits de compétence entre cours d’Église et cours laïques21, des querelles sur les dîmes dues à l’Église par les propriétaires grecs ou même latins (y compris le prince) faisant cultiver leurs terres par des fermiers de confession étrangère22, des dissentiments sur les droits respectifs du prince et du clergé latin sur le clergé grec23 ; et, naturellement, à mesure que ces oppositions s’envenimaient, des mesures de rigueur étaient prises par les officiers du prince au détriment d’ecclésiastiques. D’où série de plaintes d’Albert au Pape, et énergique intervention de ce dernier qui charge l’archevêque de Tyr et les évêques d’Acre et de Tortose d’instruire les différends et de soumettre le prince ou de renvoyer l’affaire à Rome24.

  • 25 Cat., II, 476, 522, 594.

8Nous ne savons pas comment ces questions furent réglées. Ce qui est sûr néanmoins, c’est que Bohémond V, instruit peut-être par l’exemple de la lutte entre son père et Léon Ier, s’il se disputait avec son Église, s’attachait à entretenir avec le Pape les meilleurs rapports possibles. Ses démêlés avec l’Hôpital en offrent un bon exemple. On se souvient qu’en 1199 Bohémond IV, alors seulement comte de Tripoli, avait obtenu de l’Ordre la rétrocession viagère de Maraqiya, et qu’il en avait constitué un fief au profit de Pierre de Ravendel, marié à l’héritière du seigneur de Maraqiya, antérieur à la donation de la place à l’Ordre. Après la mort de Bohémond, l’Hôpital la revendiqua, mais Bohémond V désirait le maintien de la famille de Ravendel à Maraqiya, naturellement dans sa vassalité. L’affaire ayant été soumise au Pape, celui-ci la fit juger par l’évêque de Boulounyas, qui trancha en faveur de l’Ordre, en dépit d’un appel de Bohémond au patriarche d’Antioche (1234). Le prince envoya porter un appel au Pape, mais son envoyé, paraît-il, ne formula pas sa thèse comme il le voulait ; il en envoya un second, que cette fois le Pape récusa, comme ayant été impliqué dans le premier procès ; un troisième enfin, et le Pape chargea de nouveaux prélats syriens de juger l’affaire. Celle-ci ne devait être réglée qu’en 1241 par un accord amiable entre le prince et l’Ordre, le premier dédommageant le second pour le maintien de l’héritier des Ravendel, et ce dernier, alors mineur, devant être libre à sa majorité de choisir entre leurs deux suzerainetés (on ignore ce qu’il fit)25.

  • 26 Cart., II, 505.
  • 27 Cf. ci-dessus, p. 652.
  • 28 Grég., IX, 3597.
  • 29 Cart., A 408.
  • 30 Innocent, IV, 418.

9Il est évident dans cette affaire que le Pape, avant tout désireux d’éviter une cause de désordre et de guerre civile nouvelle dans cette Syrie déjà si troublée, y apportait le maximum de bonne volonté, et il le témoignait en interdisant à l’Hôpital de rechercher contre les princes l’alliance des Assassins26. Il intervenait contre les projets anti-arméniens de Bohémond27, mais il accueillait ses plaintes sur le mariage forcé de Héthoum et de la veuve de Philippe d’Antioche28. Enfin il ne faut pas oublier qu’après son divorce avec Alice de Chypre, c’est de Grégoire IX que Bohémond V avait reçu sa seconde femme, Lucienne de Segni, de la famille d’Innocent III (1238)29. Le patriarche Albert, comme associé de la politique pontificale, évitait aussi une lutte trop irrémédiable avec le prince, et l’on remarquera que malgré la multiplicité de ses griefs, il ne l’avait pas excommunié, mais faisait lui aussi le Pape juge. Aussi ne devons-nous pas être surpris si en 1244 nous voyons Innocent IV accorder à Bohémond, « en reconnaissance de sa fidélité spéciale au Saint-Siège », le privilège de ne pouvoir être excommunié que sur mandat spécial du Pape30.

  • 31 Si vers 1260, Bohémond VI est un moment excommunié par le patriarche de Jérusalem, légat pour la Sy (...)
  • 32 Cart., II, 805, 807, 808, 839, 869.
  • 33 Cart., II, 868-869.
  • 34 Cart., III, 27-29.
  • 35 Infra, p. 706.

10À partir de ce moment, nous ne connaissons plus de grave différend des princes avec leurs Églises31. Il n’y eut encore quelques difficultés qu’avec l’Hôpital, dans le comté et la principauté, à propos de biens et droits fiscaux contestés. Mais là même, devant les dangers extérieurs, on finit par s’entendre. Un premier accord avait été conclu en 1256, sous la garantie de Henri, oncle du prince et de divers seigneurs ; il n’avait pas duré, et, malgré un nouvel arbitrage, le prince avait séquestré des biens de l’Ordre32. Mais en 1259, les deux adversaires signèrent un accord de paix perpétuelle et d’oubli mutuel, le prince reconnut l’absolue liberté commerciale de l’Ordre, et il fut décidé de recourir à un arbitrage pour des usages contestés à Antioche33. Enfin en 1262, le Grand-maître Hugues Revel et Bohémond VI s’entendirent pour la procédure d’arbitrage à suivre en cas de conflit ultérieur tant à Tripoli qu’à Antioche, et le prince confirma d’anciennes donations34, auxquelles on verra qu’il ajouta une moitié de Lattakié35.

  • 36 Cart., III, 455.
  • 37 Cart., III, 32, 147. Cet arrangement local n’empêcha pas les deux ordres de rester ennemis ailleurs (...)

11Corrélativement s’apaisaient les anciennes querelles des Templiers et des Hospitaliers relatives à leurs droits respectifs sur Djabala, promise aux premiers par Bohémond IV, aux seconds, qui l’avaient un instant enlevée aux Musulmans, par Raymond Roupen. On a vu que les mêmes circonstances qui à la fin du principat de Bohémond IV avaient rapproché ce prince de l’Église, avaient également favorisé la réconciliation des deux Ordres. En 1233, Albert de Robertis, reprenant l’accord un moment conclu sous les auspices du légat Pélage, put donc faire convenir que le territoire de Djabala, limité au sud au Nahr-as-Sinn, reviendrait au Temple en cas de reconquête, moyennant une indemnité de 1.100 besants à verser annuellement à l’Hôpital ; pour le moment d’ailleurs, celui-ci avait une trêve avec l’Ayyoubide d’Alep, que le Temple devait respecter, contre versement par l’Hôpital de la moitié des revenus de Djabala que les Musulmans partageaient avec l’Hôpital ; par contre, les deux Ordres conservaient leur pleine liberté d’action à l’égard des musulmans de Çahyoûn ; naturellement, les Templiers recevaient le droit de passer sur la route de Tortose à Djabala au pied de Marqab36. Au moment de l’invasion mongole, Djabala étant effectivement redevenue chrétienne, et les deux Ordres ayant été récemment opposés dans la guerre civile qui avait désolé le royaume en 1258, un nouvel accord fut nécessaire, qui supprima toute cause de friction par l’abandon que consentait le Temple à l’Hôpital de ses possessions dans le territoire de Marqab, à l’exception de la maison du Temple à Boulounyâs ; un accord précisa, en 1267, les frontières du territoire de Djabala, qui avaient été de nouveau contestées37.

  • 38 Rey, Recherches, p. 25.
  • 39 Strehlke, 41.
  • 40 Strehlke, 35.
  • 41 Strehlke, 50, 53.
  • 42 Strehlke, 98.

12Un nouvel Ordre militaire s’était ajouté en Syrie à l’Hôpital et au Temple, l’Ordre de Sainte-Marie des Teutoniques, issu d’un hôpital allemand qui remontait aux débuts de l’occupation franque, mais qui, soumis pendant toute le xiie siècle à l’Hôpital, n’avait acquis son autonomie que du Pape Clément III, à la demande de l’empereur Henri VI. Puissamment patronné par celui-ci et plus tard par Frédéric II, vite enrichi en Occident de dons qui le firent presque l’égal des deux autres Ordres, il était devenu, on l’a vu, un des principaux instruments de la politique impériale allemande en Syrie, et avait reçu ses faveurs de ceux qui la soutenaient ou en recherchaient l’appui, à commencer par Léon Ier en Cilicie. Bohémond III lui avait dès 1200 accordé comme aux deux autres Ordres la pleine liberté commerciale38, que Raymond Roupen naturellement confirma39. Bohémond IV, bien qu’avec sa parcimonie usuelle, l’avait accueilli à Tripoli au début du xiiie siècle40, et, lors de la venue de Frédéric II, lui concéda son moulin public d’Antioche et d’autres avantages41. Toutefois, les Teutoniques n’acquirent jamais à Antioche, où il restait peu de chose à donner, l’importance qu’ils eurent en Cilicie, à Chypre, ou même à Acre. Lorsqu’en 1258, à la suite de la guerre civile d’Acre à laquelle ils avaient été mêlés les uns contre les autres, les trois Ordres militaires conclurent entre eux un accord qui stipulait, entre autres clauses, l’aide des membres de chaque Ordre à ceux des autres qui seraient de passage dans leurs ressorts respectifs, en particulier pour des opérations militaires, il fut convenu que les Teutoniques qui se rendraient à Antioche pour la guerre y auraient droit tout de suite aux subsistances qui ne leur étaient promises à Acre qu’au bout d’un mois d’hostilités ; c’est donc que les Teutoniques n’avaient pas dans la principauté d’important établissement42.

***

  • 43 Naturellement, les anciens couvents bénédictins ne disparaissent pas pour autant, bien que certains (...)

13Ce qui a fait la force des Ordres militaires, c’est, entre autres choses, l’union de tous leurs établissements dans une même organisation hiérarchisée, et leur rattachement direct à la Papauté qui en est la conséquence naturelle, par où ils s’opposent aux bénédictins, hormis ceux de Cluny, dont chaque maison vit par elle-même, et par conséquent n’échappe pas à la suprématie des prélats locaux. Mais, tandis que se développent les Ordres militaires, une transformation sur ce point analogue s’opère en Occident dans l’autre monachisme aussi, dont le plus puissant exemple est représenté par la fondation de l’Ordre des Cisterciens. Ne correspondant pas pour la Syrie à une nécessité aussi immédiatement ressentie que les Ordres militaires, les Cisterciens ne paraissent pas s’y être introduits avant le xiiie siècle ; à cette date ils y possèdent quelques établissements, dont le moindre n’est pas celui de Saint-Georges-de-Jubin, dans la principauté d’Antioche. Au même moment viennent de naître deux Ordres tout à fait différents, les Frères Prêcheurs et les Frères Mineurs (ou Dominicains et Franciscains), qui eux, consacrés à la prédication, ont trouvé tout de suite en Orient une terre d’élection. Cisterciens et Ordres mendiants-prédicants dominent la vie monastique non militaire de la Syrie franque du xiiie, à laquelle ils donnent une physionomie toute nouvelle43.

  • 44 Sur ce dernier et son identité avec Saint-Georges de Jubin, cf. supra, p. 324.
  • 45 Janauschek, Orig. Cisterc, I, 217-218, cf. 3, 4 et 239 ; Grég., IX, 3466, 3469, 402.

14L’installation des Cisterciens dans la principauté est l’œuvre du patriarche Pierre II, qui, naguère abbé du couvent cistercien de Locedio, filiale de la Ferté-sur-Grosne (le second établissement de l’Ordre après Citeaux), n’avait accepté le siège patriarcal qu’à la condition de pouvoir importer en Syrie la règle cistercienne ; il l’avait introduite en 1214 dans le monastère de Saint-Georges44, qu’il avait affilié, comme Locédio, à la Ferté. En principe, les abbés des couvents cisterciens devaient tous se rendre au Chapitre général de l’Ordre annuellement, et des visites devaient être faites régulièrement dans tous les établissements. En raison de la distance, des dérogations furent admises pour la Syrie, où il fut convenu en 1219 que les abbayes de Saint-Georges de Jubin et de Beaumont (à Tripoli) se visiteraient mutuellement, et en 1222 que les abbés n’auraient à assister au Chapitre que de sept en sept ans45.

  • 46 Statuts de 1246, cités par Boschius, Tractatus, p. 141.
  • 47 Les évêques d’Acre et Bethléem, ce dernier remplacé ensuite par l’évêque de Lydda et l’archidiacre (...)
  • 48 Grég., IX, 1101, 1887, 3466-3469.

15C’est seulement à l’occasion de conflits qui éclatèrent pendant le patriarcat d’Albert que nous entendons parler avec quelques détails de Saint-Georges de Jubin. Bien qu’il eût témoigné à l’égard de l’Ordre d’une considération qui devait lui valoir d’être enterré à Citeaux46, Albert n’entendait pas se relâcher plus de ses droits en faveur du monastère cistercien que d’aucun autre ; d’après lui, l’ancien couvent de Saint-Georges dépendait pleinement de l’Église d’Antioche, et lorsque Pierre II en avait fait don aux Cisterciens il avait cependant réservé le maintien d’une certaine obédience, concrétisée par le paiement de quelques dîmes et autres rentes. Albert revendiqua ces droits, mais l’Ordre prétendit avoir reçu du Saint-Siège des privilèges contraires, que le patriarche l’accusait d’avoir fabriqués, et refusa de payer. Albert excommunia les moines, et le Pape nomma arbitre l’archevêque de Tarse, qui se prononça contre eux. L’Ordre fit appel (1232) et le Pape désigna de nouveaux juges, parmi les prélats de Terre-Sainte47 ; ils prononcèrent une sentence dont l’abbé vint à Rome porter un second appel (1234), si bien que le Pape dut confier le jugement à un auditeur à la Curie, le cardinal Thomas, qui trancha définitivement le différend en faveur du patriarche (1237)48.

  • 49 Grég., IX, 4020.

16En l’absence de l’abbé, pour des raisons obscures dont le rapport avec la précédente affaire est incertain, une terrible discorde éclata au sein de la communauté, englobant non seulement les moines proprement dits, mais aussi les frères convers. On en vint aux mains, et le prieur, ayant fait appel à des chevaliers et soldats laïcs, expulsa du couvent ou de fermes dépendantes trente moines. Le Chapitre général de l’Ordre n’ayant pu sur l’heure subvenir aux besoins de cette multitude, le Pape chargea l’archevêque d’Apamée, le doyen et un chanoine d’Antioche de s’entremettre pour rétablir la paix, sans toutefois intervenir sur le fond de l’affaire, l’Ordre ayant la juridiction autonome de ses conflits intérieurs, et les abbés de Jubin et de la Ferté ayant promis que le chapitre arrangerait facilement celui-là49.

  • 50 Innocent, IV, 7873 ; Alex., IV, 1084, 1175
  • 51 Nous avons vainement cherché à compléter celte documentation par des recherches du côté do la Ferté (...)

17Ces démêlés ne paraissent pas avoir nui au monastère. C’est l’abbé de Jubin que le Pape Innocent IV charge, en 1254, de l’exécution de la décision par laquelle il faisait remettre au patriarche Opizon l’administration du diocèse de Nicosie de Chypre ; et Alexandre IV, en 1256, lui confirma cette tâche, ainsi que celle de faire employer les dîmes de trois années dans toute l’île à la fortification de Qoçaïr50. Saint-Georges de Jubin est donc certainement, au milieu du xiiie siècle, une des plus puissantes communautés monastiques du patriarcat51.

***

  • 52 Les Basiliens, à sept mille d’Antioche, disaient lui avoir donné un bain (Pisanus, dans Golub., p. (...)
  • 53 Deux d’entre eux meurent à Antioche en 1222 (Civezza, dans Golub., p. 150). Un couvent bénédictin d (...)
  • 54 Sbaralea, Bull. Franc, I, 58. Golub., p. 67 en conclut à tort qu’il existait un ministre d’Antioche (...)
  • 55 Salimbene, MGSS, 32, p. 181 ; cf. Golub., p. 21. Salimbene a connu Henri à Pise, et c’est de lui qu (...)
  • 56 Marianus, dans Golub., p. 67.
  • 57 Marianus, dans Golub., p. 21 ; cf. une vision d’un frère de ce couvent. Ibid., p. 67.
  • 58 Bulle d’Alex., IV, dans Sbaralea, II, 6 mars 1257.
  • 59 Étienne de Salhanac (contemporain) (dans Altaner, p. 37) ; Pierre Maccius, (entré dans l’Ordre en 1 (...)
  • 60 Cart., II, 594 et supra, p. 663, n. 16. Un Dominicain d’Antioche est à Gênes en 1248 (Notaire Barth (...)

18On sait comment, dans le premier quart du xiiie siècle, se sont constitués en Occident, sous l’impulsion de saint Dominique et de saint François d’Assise, mais avec la protection de la Papauté, deux Ordres, celui des Frères prêcheurs, consacré à ramener les hérétiques (surtout les cathares) au dogme romain, et celui des Frères mineurs, qui s’attachait primitivement à répandre dans les foules l’idéal chrétien, mais qui très vite a également entrepris de gagner les hérétiques, voir de convertir les infidèles. Des hérétiques et des infidèles, le Proche-Orient en offrait à foison. Aussi n’y a-t-il pas lieu de s’étonner que dès 1219 on trouve saint François à Damiette, et un moment dans l’Amanus52 ; peut-être laisse-t-il dans la principauté des disciples53. En 1230, un « ministre provincial » représente l’Ordre en Syrie ; Grégoire IX recommande aux patriarches de Jérusalem et d’Antioche de permettre aux Frères mineurs de construire dans leurs diocèses des maisons pour leur Ordre54, et l’un des plus éminents continuateurs de saint François, Henri de Pise, a peut-être fait partie de l’entourage intime du patriarche Albert55. De couvent franciscain proprement dit dans la principauté, on n’en connaît cependant de façon sûre que dans ses toutes dernières années : il en existait un dans Antioche même56 ; un autre, situé non loin d’Antioche au pied de l’Amanus, était un ancien monastère bénédictin qui avait adopté la règle franciscaine en abandonnant tous ses biens au patriarche57, et la même transformation avait eu lieu dans le couvent de femmes de Sainte-Croix « de Carpita », dont l’église, aux fêtes de saint François, saint Antoine et sainte Claire, recevait de nombreux pèlerins58. Quant aux Frères prêcheurs ou Dominicains, nous savons qu’ils avaient également un couvent à Antioche lors de la prise de la ville par Baïbars, qui les massacra59. Le patriarche Albert les avait déjà bien accueillis60. Au surplus ce n’est pas dans leurs couvents mais dans le monde qu’agissent les Frères mineurs et prêcheurs, et à ce titre on les trouve nombreux dans tout l’Orient à partir de 1230-1235, avec peut-être quelques années d’avance au bénéfice des premiers.

  • 61 Cf. la liste ci-dessus, p. 319.
  • 62 Innocent, IV, 1876.

19Le rôle prédicant des membres des deux Ordres devait naturellement amener à leur confier des places de prêtres, voire d’évêques, qui étaient normalement le monopole du clergé séculier ; et nulle part cette tendance ne devait être plus forte qu’en Orient, où était spécialement grande la tâche de conversion. Sans parler des évêques « in partibus infidelium », nous trouvons ainsi des évêques franciscains ou dominicains, parmi les derniers titulaires des sièges de Lattakié, Tortose, Tripoli, Djoubaïl61. Et un bien plus grand nombre de cures locales devaient être desservies par eux. Comme toujours, lorsque le clergé séculier voyait ses fonctions propres exercées par des réguliers, il résistait, et déjà Innocent IV devait intervenir pour protéger les Frères mendiants malmenés par le clergé séculier de Syrie et de Chypre62. Leur organisation les mettait sous la dépendance directe du Saint-Siège, et la puissance que leur prédication donnait de par le monde, non seulement à la parole catholique mais au prestige de la Papauté, les faisait naturellement encourager par elle envers et contre tous.

20Mais ce n’est pas sur le monde latin que se concentre en Orient l’activité des deux Ordres. Et c’est dans les rapports avec les indigènes et dans l’œuvre des missions que nous aurons à exposer plus loin l’essentiel de leur histoire orientale.

***

  • 63 Cf. supra, p. 315 et p. 503.
  • 64 Röhricht, Neues Archiv., XIV, et Reg., n° 331 (bulle d’Adrien IV à Sainte-Marie Latine).

21Ordres militaires, cisterciens, Ordres mendiants, tous, plus ou moins directement soumis au Pape, ont puissamment favorisé l’influence du Saint-Siège dans la Chrétienté en général, et en Orient en particulier. La progression de cette influence en Syrie, évidemment liée à l’accroissement des forces de la Papauté à partir d’Alexandre III (1159-1181) d’une part, au développement des communications maritimes entre Italie et Levant de l’autre, est mal connue dans ses débuts, par suite de la disparition d’une trop grande partie de la correspondance pontificale antérieure à Innocent III. Évidemment, la croisade, la fondation des états francs, s’étaient faites sous les auspices de Rome et la conduite de ses légats, et le caractère sacré de la Terre Sainte paraissait impliquer, aux yeux mêmes des premiers Croisés, le maintien de cette conduite ou de ce contrôle. En fait, la distance, les embarras européens de la Papauté, avaient réduit ces dispositions théocratiques au rôle de prétexte justificatif des ambitions du clergé local, et la Papauté, qui n’avait aucun intérêt à favoriser ces ambitions, n’avait pu jouer d’autre rôle que celui d’arbitre dans des conflits entre rois et patriarches ou entre patriarches. En somme, l’attitude du Saint-Siège à l’égard de Jérusalem différait peu de celle qu’il avait à pareille époque envers les autres pays chrétiens éloignés de Rome. À fortiori en était-il ainsi à Antioche, pour laquelle ne jouait pas le préjugé théocratique issu du caractère propre de la Terre-Sainte. De fait, nous n’y connaissons d’intervention de la Papauté, pendant la première moitié du xiie siècle, que pour deux questions où elle était indispensable : la délimitation des deux patriarcats d’Orient, à propos de la querelle relative à l’archevêché de Tyr, et le jugement sur la validité de l’élection patriarcale de Raoul de Domfront63. Dès cette période, cependant, des églises avaient fait confirmer par le Pape leurs possessions, mais nous n’en avons pas d’exemple antérieur à 1158 où Antioche soit intéressée64.

  • 65 Annales Januenses, I, 45.
  • 66 Évidemment, le fait que nous avons mieux conservé les archives de l’Hôpital que les autres, peut fa (...)
  • 67 Cart., I, 505.

22Dans la seconde moitié du xiie siècle, les interventions pontificales en Syrie commencent à se produire dans des domaines nouveaux. En 1155, Adrien IV proteste par exemple auprès des trois princes francs de Syrie contre la violation dont ils se rendent coupables de leurs privilèges aux Gênois ; le droit de faire respecter la foi jurée avait toujours été respecté par l’Église, mais c’est en fait la première application directe par la Papauté que nous en trouvions en Syrie dans une question non-ecclésiastique65. C’est cependant encore presque exclusivement par les efforts qu’ils t’ont pour procurer à l’Orient latin les secours de l’Occident que les Papes, à partir d’Alexandre III, augmentent insensiblement leur influence proprement politique sur les Francs qui invoquent leur intervention. Dans le domaine ecclésiastique, deux circonstances contribuent à faire progresser cette influence : l’une réside dans les rapports avec les églises non-latines et les populations orientales, dont il sera question plus loin ; l’autre dans le développement des Ordres militaires66, dont l’organisation, les privilèges à l’égard de l’Église séculière, particulièrement accrus par Alexandre III, exigent mainte négociation avec les prélats des autres Ordres et même les princes. Antioche ne nous offrant sur aucun de ces points d’incident significatif, nous devons nous borner ici à indiquer ces généralités. Nous rappellerons seulement que la concession de Marqab, avec les privilèges que Bohémond III y avait ajoutés, fut confirmée par Urbain III67. Toutefois, le peu d’influence de la Papauté, par comparaison avec le siècle suivant, se mesure au fait que, si tous les patriarches ont reçu leur pallium de Rome (encore Raoul Ier avait-il d’abord prétendu s’en passer), tous jusqu’à Pierre Ier ont été choisis dans le clergé local et sans consultation de Rome.

  • 68 Rappelons encore qu’Innocent IV abaisse l’âge de la majorité de Bohémond VI, que Grégoire IX maria (...)

23Les bouleversements issus de la décadence de Byzance, des conquêtes de Saladin et de la troisième croisade, puis la puissance d’Innocent III vont transformer cet état de choses. On a vu précédemment comment Amaury à Chypre, Léon en Cilicie, avaient fait appel à la consécration du Pape Célestin III, en même temps qu’à l’investiture impériale, pour l’inauguration de leurs royautés. L’affaiblissement de l’Empire que provoqua, aussitôt après, la mort de Henri VI, laissa en Orient comme en Europe toute l’influence à la Papauté, au moment même où elle trouvait en Innocent III l’homme le plus résolu et le plus apte à tirer de cette situation toutes les conséquences temporelles et spirituelles. Temporellement, nous en avons rencontré à Antioche un des exemples les plus remarquables dans l’activité, inlassable encore que vaine, déployée par Innocent III pour régler la question de la succession d’Antioche et les différends variés greffés sur elle, moins en raison des pouvoirs généraux qu’il revendiquait pour l’Église que plus précisément de sa suzeraineté sur Léon, invoquée par ce dernier lui-même, dans l’espoir de la faire jouer à son profit. Honorius III et Grégoire IX, bien que plus tièdement et plus sporadiquement, continuèrent à intervenir dans les rapports arméno-francs, et l’on ne peut ici que rappeler d’un mot l’importance des répercussions qu’eurent sur l’histoire syrienne les luttes et les trêves entre Frédéric II et les Papes68.

  • 69 Cf. ci-dessus, p. 611, le conflit entre le légat Pierre de Saint-Marcel et le patriarche Pierre Ier(...)
  • 70 Innocent, IV, 3075, 3362, 3363, 3367, 3368. Honorius, III, 2193, 2228, 5753 (où il renonce au contr (...)
  • 71 Honorius, III, 681, 2033, Grég., IX, 343, 433, Innocent, IV, 2026-2028.
  • 72 Inn., III, lettres des 16 mars et 31 déc. 1198, sur le transfert irrégulier de l’archevêque d’Apamé (...)

24C’est seulement sur l’ingérence pontificale dans l’administration locale de l’Église d’Antioche que nous avons à insister ici, bien qu’elle ne diffère en rien de celle qui se produit dans les autres pays de l’Orient latin ou de l’Occident. Les patriarches du xiiie siècle ne sont plus des hommes de carrière syrienne, mais Pierre II est un ancien légat, Raynier, Albert, Opizon sont des prélats attachés au service, voire à la famille du Pape en Occident, et qui avant leur patriarcat n’ont jamais mis les pieds en Orient ; d’autre part, si Pierre II paraît encore avoir été élu par le chapitre d’Antioche, Raynier, Albert, et vraisemblablement Opizon ont été en fait désignés par le Pape. Aussi aux yeux du Pape comme d’un Albert ou d’un Opizon, Antioche cesse-t-elle d’être considérée comme une Église ayant sa vie et ses intérêts propres et constituant le cadre essentiel de l’activité des patriarches : elle n’est plus qu’une belle prébende par laquelle le Pape leur paye les services qu’ils lui rendent en dehors d’elle, et ces Papes, disposant d’elle ainsi, en viennent vite, malgré des résistances69, à payer aussi sur les bénéfices moindres qu’elle comporte (canonicats, etc..) d’autres serviteurs et même des amis (par exemple plusieurs Gênois sous le Gênois Innocent IV et son neveu Opizon)70. Dans ces conditions, la résidence n’accompagne plus naturellement le bénéfice, et les mêmes Papes qui ordonnent de sévir contre les absents en général leur accordent des dispenses en particulier71. Naturellement ils interviennent aussi dans la désignation des évêques72.

  • 73 Innocent, III, Migne, II, 1278 (appel de l’archidiacre d’Antioche déposé par Pierre Ier, contre le (...)
  • 74 Inn., III, Migne, III, 697 (intervention auprès de Pierre, II, pour qu’il restitue à un chanoine de (...)
  • 75 Honorius III, 701, 2033, 3754.
  • 76 Honorius III, 2305.
  • 77 Honorius III, 703, 2268, 2269 ; Grég. IX, 4135, 4136, 4144 ; Innocent IV, 57.
  • 78 Honorius III, 3494, 4080, 5567, 5569, 5607 ; Grég. IX, 701.
  • 79 Cf., supra p. 316.
  • 80 Honorius III, 1233 ; Innocent IV, 7911.
  • 81 Grég. IX, 3587 ; Urbain IV, 1489.

25Puisque le Pape agit directement sur les nominations aux degrés inférieurs par-dessus le patriarche, il est normal qu’il se rattache de plus en plus immédiatement les affaires ecclésiastiques locales. Fréquemment il a à juger en appel d’une décision du patriarche73 ou d’une plainte portée par un subordonné contre ce dernier74 ; il agit en faveur de clercs molestés par leurs confrères75, confirme des sentences ou des privilèges76, s’occupe des questions de discipline intérieure des églises77, de leurs revenus78, etc. Naturellement et même quand le patriarche est l’objet d’une décision favorable du Pape, l’autorité dont il jouit auprès de ses subalternes est de plus en plus affaiblie par l’administration directe de Rome. Aussi n’y a-t-il pas lieu de s’étonner si l’on voit divers prétextes utilisés pour relâcher officiellement les liens entre le patriarcat et telle église suffragante. L’évêque de Tripoli, ville qui est la résidence du prince et ne communique avec Antioche que par mer, a naturellement de ce fait une importance et une autonomie supérieures à d’autres évêques, sans parler des facilités d’indépendance que lui donne la revendication toujours renouvelée de son diocèse par l’archevêque de Tyr79 ; il reçoit la permission de ne pas rendre au patriarche sa visite périodique obligatoire si le voyage est dangereux, puis le droit de ne pas être cité en justice hors de son diocèse80. L’église de Tortose elle-même reçoit une série de faveurs et l’autorisation de ne devoir l’hospitalité qu’au patriarche en personne à l’exclusion de ses envoyés81. Le patriarche n’est plus maître chez lui.

  • 82 Urbain IV, 241-243.
  • 83 Grég. IX, 342, 4465 et la titulature de toutes les bulles adressées à Albert ; Innocent IV, 27 (ren (...)
  • 84 Grég. IX, 899, 4553, 4145 ; Inn. IV, 27, 3299, 3300.

26Il est vrai que le pouvoir qu’il a perdu comme prélat local, il en recouvre souvent l’équivalent comme représentant du Pape, parce que, vue la distance, l’usage s’établit que, pendant toutes les périodes où il ne se trouve pas en Syrie de légat a latere, la qualité de légat permanent soit attribuée soit au patriarche de Jérusalem pour toute la Syrie (par exemple après le départ d’Opizon en 1260)82, soit aux deux patriarches pour l’étendue de leurs patriarcats respectifs (Albert pendant tout son patriarcat, et Opizon jusqu’en 1260)83. Cette qualité conférait en particulier au patriarche-légat plein pouvoir sur les pèlerins, croisés, pénitents venus en Terre-Sainte qu’il peut relever de leur excommunication, hérétiques auxquels il doit imposer le port de signes distinctifs84. Et il faut rappeler les ressources nombreuses dont l’Église d’Antioche est redevable à la Papauté aux heures de besoin. Au total, on peut dire que le patriarche, dans la mesure où il représente l’Église, dispose de pouvoir accrus, mais qu’il n’en exerce plus aucun dans l’indépendance.

  • 85 Supra, p. 655.
  • 86 Supra, p. 655, 634.
  • 87 Supra, p. 619.
  • 88 Infra, p. 680.

27Naturellement le Pape doit intervenir souvent contre le prince ou les autorités laïques. Innocent III, Honorius III, Grégoire IX défendent les privilèges de l’Église d’Antioche en matière de justice85, de finances86, de nominations ecclésiastiques dont ils revendiquent maintenant l’entière indépendance87, et, a fortiori, de rapports avec le clergé grec88. Mais la grande entreprise de la Papauté en Orient, entreprise qui n’eût pas été concevable sans les Ordres mendiants-prédicants, fut l’organisation des missions, qui mérite un traitement spécial.

II. — Les Missions et le problème de l’union des Églises

  • 89 Tobie Anaissi, Bullarium Maronitarum, Rome, 1911, 2-5 et 9-11.

28Si réels qu’aient été les rapprochements religieux opérés dans la seconde partie du xiie siècle entre l’Église latine et ses sœurs orientales, ils n’étaient encore qu’un bien maigre début d’union : chez les Maronites seuls, en raison du voisinage journalier de la totalité du peuple avec les Francs, cette union, qui fut précisée sous Innocent IV89, correspondait à quelque chose d’effectif ; chez les Arméniens, la reconnaissance de la suprématie pontificale n’avait amené ni interprétation nouvelle des dogmes ni modification des rites religieux ; le schisme grec subsistait dans toute son acuité ; les Églises monophysite et, a fortiori, géorgienne et nestorienne, avaient une trop faible proportion de leurs fidèles en territoires francs pour qu’eussent été tentées des négociations. D’autre part, lorsqu’il y avait eu rapprochements, ils s’étaient faits, surtout par initiatives indigènes, entre prélats, par des pourparlers quasi-politiques, tout au plus des discussions théologiques officielles, nullement par des contacts privés et des efforts de conversion morale. Ces conditions allaient en partie changer par l’intervention des Ordres mendiants-prédicants.

  • 90 Cf. comme témoignage la correspondance de Jacques de Vitry.
  • 91 L’aide des indigènes était aussi utile au rachat des captifs (Wadding, III, 179).
  • 92 Altaner, 44 ; Van der Vat, 137 ; Sbaralea, I, 93.

29À vrai dire, plusieurs circonstances favorisaient cette évolution. Du côté franc, le temps, l’expansion du commerce, avaient peu à peu développé leur connaissance du milieu oriental90 ; il était d’autre part naturel, à mesure que leur force matérielle déclinait, de chercher à compenser cet affaiblissement par l’adhésion morale d’une fraction de plus en plus nombreuse d’indigènes91. À ces derniers, selon les régions, l’aggravation du fanatisme musulman ou la terreur du péril mongol pouvait faire rechercher la protection de la Papauté et désirer retirer quelque profit des forces morales et matérielle des croisades en s’y associant plus ou moins. Mais rien ne se serait produit que quelques ambassades polies, si les Ordres mendiants n’avaient fourni un personnel et un esprit, la Papauté, sous Grégoire IX et Innocent IV, une direction à une politique systématique de missions92.

30Nous ne pouvons exposer ici dans son ensemble l’histoire des missions asiatiques ; nous insisterons donc seulement sur leurs répercussions dans la vie ecclésiastique des indigènes et dans les relations de ces derniers avec l’église latine de Syrie ; aussi bien est-ce sur ce terrain que la tentative rencontra une de ses principales causes d’échec. Il y avait en effet conflit entre les conceptions d’une éventuelle union des Églises par les missionnaires et les prélats orientaux d’une part, le clergé latin d’Orient d’autre part. Pour les premiers, la reconnaissance de la suprématie du Saint-Siège et l’unité de dogme n’altéraient en rien l’autonomie de chaque Église ; pour les seconds, les Orientaux, à partir du moment où ils devenaient des fidèles de la même Église que les Latins, devaient être subordonnés au clergé latin, comme cela avait été fait pour les Grecs. Autrement dit le clergé latin de Syrie désirait réaliser sur sur le plan local et au bénéfice d’un peuple l’union que la Papauté concevait comme devant être réalisée seulement au sommet dans l’égalité des peuples.

  • 93 Hon. III, 5570 ; Grég. IX, 4467, 4473 ; Matthieu, Paris, III, 358 ; cf. Koro-lovski, art. Antioche  (...)

31La Papauté alla même plus loin. Sensible à l’impossibilité de résoudre le schisme grec, elle en vint à admettre la possibilité de constituer une Église grecque, soumise naturellement au Pape, mais autonome comme les autres Églises d’Orient, autrement dit à soustraire, au nom d’un principe ethnique et non plus dogmatique, les fidèles grecs à l’obédience du clergé latin de Syrie. Les événements d’Antioche avaient-ils suggéré celte idée à Innocent III, on ne peut le dire ; mais on la trouve déjà formulée nettement par Honorius III, qui fait exiger du clergé grec d’Antioche le serment de ne pas obéir au patriarche grec Siméon III, sauf si ce dernier reconnaît la suprématie romaine. Siméon resta intraitable, et, après avoir violemment combattu l’union des églises au concile grec de Nymphée en 1234, excommunia le Pape ; le clergé grec de la principauté, malgré les efforts de Rainier et d’Albert, restait récalcitrant, non peut-être sans de secrets encouragements de Bohémond V, intéressé à pouvoir le garder sous son influence et à y nommer ses créatures93. Mais l’idée devait être reprise après la mort de Siméon.

  • 94 Saint François à Damiette avait eu cet espoir ; cf., les considérations exposées dans les lettres c (...)
  • 95 Discussion entre chrétiens et musulmans devant az-Zâhir, Vatican, 146 ; avec des missionnaires, Ray (...)
  • 96 Altaner, 75. Kaïqobâdh essaya aussi de négocier avec le Pape un accord contre les Ayyoubides (Vince (...)

32Les principales missions qui nous occupent ici sont, avant 1137, celle du dominicain Philippe, puis, après un intervalle dû à la mort de Grégoire IX et aux difficultés européennes de l’Église, celles du dominicain André de Longjumeau en 1245 (surtout pour les hérétiques) et du franciscain Lorenzo da Orte en 1247 (surtout pour les Grecs). En dehors de ces missions spéciales, un certain nombre de moines prédicants se trouvaient chez les infidèles depuis 1233. Ce fut surtout afin d’obtenir la tolérance nécessaire au travail des missions, beaucoup plus qu’avec des espoirs de conversion94, que des frères furent envoyés aussi non seulement auprès des prélats chrétiens mais des princes musulmans, relations qui avaient des précédents dans quelques lettres d’Alexandre III ou d’Innocent III à des musulmans, mais dont la diplomatie de Frédéric II venait de démontrer la valeur, et dont il convenait de ne pas lui laisser le monopole. Le moment était propice à cette initiative ; l’ère de trêve militaire qui marque le règne des Ayyoubides, la largeur d’esprit de ces princes qui se plaisaient à écouter des discussions théologiques95 et à répondre aux questionnaires de Frédéric II les inclinait, tout en trouvant étrange l’attitude des missionnaires qui essayaient de les convertir96, à les accueillir avec autant de bienveillance que les marchands francs, dès lors qu’il ne s’agissait pas de propagande auprès des fidèles musulmans. Il ne faut pas perdre de vue ces dispositions pour comprendre la relative facilité avec laquelle les missions purent atteindre les chrétiens d’Orient.

  • 97 Lettre de Philippe, dans Albéric, MGSS, XXIII, 941 ou Matthieu, Paris, III, 396 ; Grég. IX, 3789, 4 (...)
  • 98 B. II. Chron. eccl., 666-668, 412. Ignace est encore à Antioche en 1252 (B. H., 700).

33Ce fut avec les monophysites que les missionnaires obtinrent les résultats les plus rapides et les plus prometteurs. Dès 1236 le patriarche Ignace (1222-1252) était venu faire ses Pâques à Jérusalem, avait pris part à une procession latine, rédigé une profession de foi orthodoxe, et reçu l’habit dominicain ; une profession de foi analogue avait été obtenue du patriarche nestorien. Ignace écrivit directement au Pape, et celui-ci, s’empressant de le féliciter et de recommander les Jacobites ralliés au clergé latin, engagea les Templiers prisonniers à Alep depuis l’affaire de Darbsâk à se confesser à des Jacobites à défaut de missionnaires. Déjà le frère Philippe croyait venue l’heure de l’unification générale97. De fait, Ignace passa une partie importante des années suivantes à Antioche et, grand bâtisseur, s’y fit construire une riche résidence qui attestait sa volonté de séjourner le plus possible en pays franc. En 1243, le maphrien d’Orient lui-même vint le saluer à Antioche et fit un voyage à Jérusalem98. Encouragé par ces débuts, le Pape Innocent IV envoya en 1245 André de Longjumeau négocier les conditions précises de l’union avec Ignace, alors à Mârdîn, et les autres prélats orientaux.

  • 99 Wadding, III, 179.

34La réponse d’Ignace, plus précise que celle des chefs des autres Églises, prouve qu’à l’opposé d’eux il envisageait, lui, l’union comme possible. Il renouvelait sa profession de foi et l’assurance de son respect au Saint-Siège, et demandait pour son Église l’autonomie des élections ecclésiastiques et l’absence de toute subordination soit juridique soit financière à l’égard du clergé latin dans les provinces où il s’en trouvait ; naturellement l’orthodoxie des Jacobites entraînait aussi l’inutilité d’avoir à conférer des sacrements latins nouveaux aux clercs déjà sacrés dans l’Église jacobite. Ignace ajoutait la promesse de ses bons offices pour le rachat des captifs99. En somme, et bien qu’il n’y fît aucune allusion, les conditions qu’il mettait à l’union étaient identiques à celles qui avaient été convenues un demi-siècle plus tôt entre la Papauté et l’Église arménienne : unité plus ou moins verbale du dogme, autonomie disciplinaire sous la dépendance directe de Rome (peut-être progrès sensible pour les Jacobites des provinces franques). Nous ignorons quelle suite le Pape, dans la mission dont il chargea Lorenzo da Orte en 1247, donna à la lettre d’Ignace.

  • 100 B. H., 654, les appelle « Pherpherscuraïe » (compris à tort : franciscains, par les éditeurs).
  • 101 Le rôle des Francs dans cette affaire est mentionné aussi par Patr. Alex., 378.
  • 102 C’est l’avis d’Altaner, ch. IV ; mais il nous paraît exagérer le rôle de la peur des Mongols, qui p (...)

35Tout n’était pas aussi facile qu’il pouvait paraître. Si ennemi des Latins que soit Bar-Hebraeus, il est remarquable que sa chronique ecclésiastique, où il connaît la présence des Frères prêcheurs100 auprès d’Ignace à Antioche et Jérusalem, ne contienne aucune allusion à des négociations d’union, et signale au contraire le récit d’une querelle surgie entre le patriarche et les missionnaires au sujet d’un siège contesté entre les patriarcats monophysites de Syrie et d’Égypte101. Ce qui ressort de toute sa chronique, c’est que l’Église monophysite était perpétuellement divisée par des rivalités de personnes et des oppositions d’intérêts entre Orientaux et syro-anatoliens. La recherche de protections étrangères, même laïques, était le jeu normal des diverses factions. Ignace ne faisait pas exception ; il représentait le parti qui cherchait ses appuis en Occident, d’abord en Cilicie et auprès des Seldjouqides ; l’arrivée des missionnaires et l’intérêt de la Papauté constituaient une circonstance dont il eût été malhabile de ne pas profiter à la fois pour lutter contre ses adversaires et pour satisfaire certaines revendications de ses fidèles de Syrie. Ainsi semble s’expliquer, beaucoup plus que par des sentiments religieux102, le ralliement superficiel d’Ignace.

36En tous cas, ce ralliement était une initiative personnelle, à laquelle restèrent étrangers la grande majorité des prélats jacobites, même d’Occident ; le nombre des fidèles monophysites en territoire franc était des plus faibles, et, outre une hostilité générale envers tout changement, les autres, sujets de princes musulmans, pouvaient craindre de compromettre leur situation en se rapprochant trop des Francs. Loin de renforcer sa position, la politique d’Ignace aggrava finalement les discordes dans son Église, ainsi qu’il apparut aussitôt après sa mort.

  • 103 B. H., II, 710, 730.

37Deux patriarches rivaux furent en effet alors élus, l’un, Denys, en Mésopotamie, l’autre, Jean, à Alep (déc. 1252). Proche de la métropole de son patriarcat et profitant des relations nouées par Ignace avec les Latins, Jean se hâta de venir leur demander la consécration de son titre ; mais le malheur voulut qu’il eût à juger un différend entre deux de ses subordonnés ; celui auquel il donna tort convainquit les Francs, non sans avoir fait valoir la richesse de l’autre patriarche, d’attendre qu’il fût venu lui aussi à Antioche. À force de présents, Jean parvint toutefois à se faire sacrer ; mais il resta sans doute en rapports délicats avec les Francs et se retira à Mârdîn. Plus tard, Denys reprit le dessus, le subordonné de Jean à Alep se retira à Tripoli ; pratiquement tout le monde monophysite se trouva rallié au parti anti-latin103.

  • 104 Vatican ar., 48 (cat. Ang. Maii).
  • 105 Rey dit 1242, sans preuve. La première allusion est la lettre d’août 1246 écrite par le Pape « patr (...)
  • 106 Sbaralea, 420, 460 ; sur les humiliations infligées par le patriarche latin au patriarche grec, voi (...)
  • 107 Sbaralea, 460, 475, 483, 484 ; ROL II, 213. Toutefois la lettre d’Innocent IV à Eudes de Tusculum, (...)

38Les mêmes années qui ont vu concevoir et échouer le ralliement des monophysites ont vu concevoir et échouer aussi celui des Melkites (Grecs de Syrie, de langue arabe). Siméon étant mort (vers 1240), son successeur David104 avait accepté d’entreprendre des négociations avec Rome (vers 1245)105. Innocent IV décida donc en 1246 d’envoyer en Orient son pénitentiaire Lorenzo da Orte avec mission de s’occuper des Grecs de Syrie, Arménie, Anatolie, et Grèce (la Papauté avait en effet entrepris un effort général auprès des Grecs de l’empire latin). Dès l’arrivée de Lorenzo, les difficultés auxquelles donnait lieu l’existence d’une Église latine locale apparurent : Lorenzo ayant demandé au patriarche de Jérusalem de s’abstenir de toute ingérence dans les affaires des Grecs de sa province, ceux-ci se prétendirent soustraits à la juridiction latine, et le patriarche se plaignit au Pape, qui, fort embarrassé, écrit un jour à Lorenzo de se borner à réprimer les abus sans rien supprimer des droits de l’Église latine, et le lendemain, craignant que son légat n’interprétât cette lettre comme un désaveu, insiste sur son devoir de châtier avec rigueur tous les contrevenants. Deux mois plus tard seulement il indique le principe à suivre : mettre Latins et Grecs sur un pied d’égalité à l’intérieur de l’Église latine, maintenir donc l’autorité des évêques latins sur le clergé grec de leur diocèse, mais assimiler entièrement Grecs et Latins devant la justice ecclésiastique. Enfin dans une dernière lettre il cherche à concilier le respect des privilèges traditionnels de l’Église latine et la répugnance des Grecs à se soumettre aux Latins en décidant que les ecclésiastiques grecs seront ou non soumis aux Latins selon qu’on peut ou non prouver qu’eux-mêmes ou leurs prédécesseurs l’ont été ; que le patriarche grec, pour juger de son cas, envoie une ambassade à Rome, au besoin aux frais du Saint-Siège106. En attendant, Lorenzo réinstalla sur son siège l’archevêque grec de Nicosie, à Chypre, et il semble que le patriarche grec ait pu de son côté entrer à Antioche107.

  • 108 ROL II, 213 ; B. H., 567 ; Pachymère, dans Migne, CXLIII, 717, 893.

39Dans des conditions inconnues, le rapprochement ainsi inauguré fut violemment interrompu. Le successeur de David, Euthyme, fut excommunié par le patriarche latin Opizon. Comment Euthyme s’y-prit-il pour être persona grata auprès du souverain mongol nestorien Houlagou, on l’ignore ; peut-être avait-il eu des protecteurs arméniens, car il fut un moment excommunié par le patriarche grec de Constantinople pour ses rapports trop bons avec l’Église grégorienne. En tous cas, lorsqu’Antioche, en 1160, envoya sa soumission à Houlagou en train d’assiéger Alep, le prince jaune fit introduire Euthyme dans la ville, et Opizon se retira en Occident. Il est vrai qu’Euthyme dut bientôt opérer un renversement des alliances, car peu après nous voyons le roi Héthoum le faire enlever et porter en un lieu désert de la côte cilicienne, d’où il finit toutefois par gagner Constantinople (1263). Peut-être cet événement est-il en rapport avec l’alliance de Houlagou et de Michel Paléologue, qui venait de reprendre Constantinople aux Francs ; peu après Euthyme devait conduire au fils de Houlagou, Abaga, une fille de Michel, que ce prince épousait108.

40Ces événements nous amènent à étudier les rapports de l’Église arménienne avec l’Église latine. L’union réalisée à la fin du xiie siècle ne fut ni dénoncée ni précisée. Bien que les rapports du catholicos Jean VII avec le roi Léon aient traversé une crise entre 1207 et 1210, ses relations avec la Papauté suivent la même courbe que celles de son roi. Son successeur Constantin qui, en contribuant à la reddition de la veuve de Philippe à Héthoum, avait dès l’origine lié son sort à celui de la dynastie nouvelle, manifesta la même attitude déférente que son prince à l’égard de la cour romaine, à laquelle, en 1236, il demanda des missionnaires. Un conflit faillit éclater en 1238, parce que le patriarche latin Albert, non seulement fit condamner par le Pape la prétention des Arméniens des diocèses latins d’échapper à l’obédience du clergé latin, comme appartenant à une Église également reconnue par Rome, mais faisait même un moment approuver par lui sa prétention à la suprématie sur toutes les limites antiques du patriarcat d’Antioche, qui englobait toute l’Arménie ; mais l’esprit des missions s’opposait au maintien de cette politique, et l’année suivante le Pape répondit à une ambassade de Constantin par l’envoi d’un nouveau pallium en reconnaissance de sa fidélité spéciale envers Rome, sans plus faire aucune allusion à Antioche. Constantin envoya plus tard encore un hommage sans réserve à Innocent IV et fit même préciser en 1251 par un concile l’énoncé arménien du dogme de la procession du Saint-Esprit dans un sens conforme à la formule romaine. Après la mort d’Innocent, les rapports de tous les Orientaux avec la Papauté se refroidirent, de façon mal connue ; mais l’influence occidentale faisait alors irruption en Cilicie, et, là du moins, l’Église latine se retrouva vite en bonne posture ; le roi Héthoum redemanda des missionnaires et devait lui-même mourir en costume franciscain.

  • 109 Grég. IX, 3791, 4138, 5022 ; Wadding, III, 181 (le catholicos nestorien conseille au Pape de ne plu (...)
  • 110 Urbain IV, 26 mai 1263.

41De communes hostilités contre les Ayyoubides avaient rapproché lors de la cinquième croisade la Papauté et les Géorgiens ; des missionnaires furent envoyés à la reine Russudan ; mais celle-ci demanda des secours contre les Mongols, et le Pape Grégoire IX s’excusa sur ses luttes européennes de ne pouvoir en envoyer, ce qui était condamner sa mission. Au surplus, les circonstances qui en avaient favorisé les débuts cessèrent avec la conquête mongole et la protection accordée par les nouveaux maîtres aux chrétiens ; la Géorgie joua dès lors plutôt le rôle d’un intermédiaire entre les missionnaires romains et les Mongols que d’un terrain de travail pour elle-même. Le même bilan s’applique aux Nestoriens, dont Philippe et André de Longjumeau n’avaient jamais obtenu que quelques lettres polies, mais dont l’importance dans l’empire mongol fut de la plus grande utilité pour les contacts que noua la chrétienté occidentale avec les nouveaux maîtres de l’Asie, sous le pontificat d’Innocent IV109. Sur ses ambassades à Karakoroum, le Pape, on le verra, fondait de vastes espoirs, qui ne reposaient que sur de mauvaises informations : les Mongols n’étaient bienveillants que pour qui se soumettait à eux. En 1260, des Francs seront vassaux de Houlagou ; mais, si les rapports de l’Église latine avec lui avaient été corrects, il n’eût pas établi à Antioche un patriarche grec, et Bohémond VI n’eût pas été excommunié pour sa politique mongolophile110.

42Au même moment avait sombré le mouvement missionnaire dans les pays musulmans. Les difficultés rencontrées au cours des négociations par suite des prétentions rivales des Églises particulières n’y étaient pas étrangères ; mais la cause générale de l’échec résidait dans la transformation de la situation générale. L’introduction des Khwarizmiens en Syrie et la croisade de saint Louis avaient mis fin à la période des rapports pacifiques entre Ayyoubides et chrétiens. La menace mongole fit le reste ; dans la farouche réaction mamlouke qui la suivit, tout ce qui était suspect de pactiser avec les Mongols ou avec leurs alliés arméno-francs fut persécuté ; il ne pouvait être question dans ces conditions ni pour les nouveaux maîtres musulmans de tolérer des missions romaines, ni pour leurs sujets chrétiens d’oser en désirer. La première période missionnaire est close. Les textes nous manquent pour apprécier dans quelles dispositions mutuelles elle laissait les chrétiens qu’elle avait un moment mis en contact.

Notes

1 Honorius III, 760, 2031, 2285, 5658, 5863 ; Grégoire IX, 118, où il est question d’un naufrage du dit patriarche.

2 Honorius III, 5659, 5863, 6026.

3 Grégoire IX, Appendice (Registre de Pérouse), 6111.

4 MGSS, XXXII, p. 179.

5 Grégoire IX, 343, 433, 6111, 6116, 6122, 2606, 2777, 2780, 3177, 4472 ; Innocent IV, 27, 1358, 2026.

6 D’après deux actes de notaires gênois publiés par A. Ferretto, I genevosi in Oriente nel carteggio di Innocenzo IV, dans Giornale Storico della Liguria, I, 1900, p. 353.

7 innocent IV, 2862, 3075, 3299, 3300.

8 Annales Januenses, MGSS, XVIII, p. 223. Il reçut là quatre lettres du Pape (Inn. IV, 3368, 3662, 3663, 3667).

9 Inn. IV, 4225.

10 Inn. IV, 7398 ; Cont., A 442 (Annale T. S., 446) ; Golubovich Bibl., I, 231.

11 Annales Januenses, III, IV ; Caro, Genua and die Mächte am Mitelmeer, II, p. 173 ; Röhricht Reg., p, 360.

12 Rey, ROI. VIII, 144 ; Korolevski, Dict. Hist. Eccl. art. Antioche, T III, col. 622 ; A. Ferretto, op. cit., p. 355 ; Reg. Nicolas, IV, 23 et 804.

13 Delaborde, 117 ; Cart., III. 147, 166 ; Röhricht Reg., n° 1424 ; Clément IV, 331 ; Chyprois, 2122.

14 Oriens Christianus, III, 1161.

15 Panvinus, Chronicon Ecclesiasticon, t. I, 1573 ; Genebrardus, Chronographia Ecclésiastica, Ire éd., 1570, 4e éd., 1585 ; Faynus, Gœlum briscianae ecclesiae, 1658. — Le Quien cite les 2 premiers, ainsi que Rodrigue da Cunha (Tractatus de primatu bracarense, 1632), qui repose sur les précédents et sur Jacques Gautier (Tabula Chronographica status ecclesiae, 1616), lequel copie Genebrardus ; Le Quien cite encore Brémond (Bullarium Praedicatorum, t. II, 1740, p. 112), qui cite comme autorité Quétif-Echard (Scriptores Paredicatorum, addition au t. I, 1719), aussi connu de Le Quien, et dont les sources sont Rodrigue da Cunha, et la seconde édition d’Ughelli (Italia Sacra, évêché de Brescria, à l’an 1240), où est introduit un passage de Faynus.

16 Tractatus, AASS, juillet IV, p. 141. Rodrigue da Cunha avait ajouté de son cru un élément de confusion, en transformant les dates 1239-1247 en 1240-1250 ; en effet Le Quien connaissait Albert de Robertis et no pouvait pas admettre la date de 1240 ; mais il a cru qu’Elie avait été le successeur d’Albert, de 1247 à 1250. Rodrigue dit qu’Elie-était dominicain, ce qui est vrai du successeur d’Albert à Brescia, Gaula, non de lui-même, bien qu’il ait encouragé cet ordre. Faynus connaît aussi Albert, mais il croit que c’est lui le patriarche d’Antioche, mort on 1225.

17 Cité par Altaner, Die Dominikanermissionen, p. 37, auquel nous empruntons notre démonstration.

18 Antoine de Sienne, Chronicon ordinis fratrum praëdicatorum, 1585, paraît le premier. Il est suivi par Bzovius, XIII, col. 751 sq., auquel l’empruntent Boschius et Le Quien, copiés par tous les auteurs modernes. Chrétien, tué en martyr, figure comme bienheureux dans les calendriers dominicains.

19 Supra p. 642.

20 Cf. ci-dessus, p. 315.

21 Cf. ci-dessus, p. 444.

22 Cf. ci-dessus, p 318.

23 Infra, p. 680.

24 Grég., IX, 4471, 4473, 4474.

25 Cat., II, 476, 522, 594.

26 Cart., II, 505.

27 Cf. ci-dessus, p. 652.

28 Grég., IX, 3597.

29 Cart., A 408.

30 Innocent, IV, 418.

31 Si vers 1260, Bohémond VI est un moment excommunié par le patriarche de Jérusalem, légat pour la Syrie, c’est en raison de son alliance mongole. Bohémond VI et Opizon, on l’a vu, avaient antérieurement travaillé d’accord à la défense de la principauté (Alexandre IV, 1086).

32 Cart., II, 805, 807, 808, 839, 869.

33 Cart., II, 868-869.

34 Cart., III, 27-29.

35 Infra, p. 706.

36 Cart., III, 455.

37 Cart., III, 32, 147. Cet arrangement local n’empêcha pas les deux ordres de rester ennemis ailleurs ; leur rivalité était plus profonde et générale que des occasions particulières.

38 Rey, Recherches, p. 25.

39 Strehlke, 41.

40 Strehlke, 35.

41 Strehlke, 50, 53.

42 Strehlke, 98.

43 Naturellement, les anciens couvents bénédictins ne disparaissent pas pour autant, bien que certains se soient transformés en cisterciens. Un couvent de Bénédictins de l’Amanus obtint de Grégoire IX, la promesse qu’il ne lui serait pas imposé de règle autre que l’ancienne règle bénédictine (Grég., IX, 2660).

44 Sur ce dernier et son identité avec Saint-Georges de Jubin, cf. supra, p. 324.

45 Janauschek, Orig. Cisterc, I, 217-218, cf. 3, 4 et 239 ; Grég., IX, 3466, 3469, 402.

46 Statuts de 1246, cités par Boschius, Tractatus, p. 141.

47 Les évêques d’Acre et Bethléem, ce dernier remplacé ensuite par l’évêque de Lydda et l’archidiacre d’Acre.

48 Grég., IX, 1101, 1887, 3466-3469.

49 Grég., IX, 4020.

50 Innocent, IV, 7873 ; Alex., IV, 1084, 1175

51 Nous avons vainement cherché à compléter celte documentation par des recherches du côté do la Ferté-sur-Grosne. On a vu précédemment, p. 324, qu’un prieuré, peut-être héritier du monastère au xive siècle, figure dans un acte gênois ; il est donc possible que les moines se soient réfugiés en Ligurie (ou à Locédie ?), et qu’on découvre là, un jour, quelque élément de leur cartulaire.

52 Les Basiliens, à sept mille d’Antioche, disaient lui avoir donné un bain (Pisanus, dans Golub., p. 75).

53 Deux d’entre eux meurent à Antioche en 1222 (Civezza, dans Golub., p. 150). Un couvent bénédictin de la Montagne Noire, devenu Franciscain, faisait remonter sa transformation au passage du saint (Marianus, dans Wadding, Annales Minorum, I, an 1229, n° 66), ce qui est douteux.

54 Sbaralea, Bull. Franc, I, 58. Golub., p. 67 en conclut à tort qu’il existait un ministre d’Antioche et un de Jérusalem.

55 Salimbene, MGSS, 32, p. 181 ; cf. Golub., p. 21. Salimbene a connu Henri à Pise, et c’est de lui qu’il tient ce qu’il sait d’Albert. Toutefois, un des incidents qu’il rapporte, probablement d’après lui, se situe alors qu’Albert n’était encore qu’évêque de Brescia, et l’on ne peut pas affirmer qu’Henri l’ait suivi en Syrie.

56 Marianus, dans Golub., p. 67.

57 Marianus, dans Golub., p. 21 ; cf. une vision d’un frère de ce couvent. Ibid., p. 67.

58 Bulle d’Alex., IV, dans Sbaralea, II, 6 mars 1257.

59 Étienne de Salhanac (contemporain) (dans Altaner, p. 37) ; Pierre Maccius, (entré dans l’Ordre en 1260), nécrologue du couvent dominicain de Florence, dans Altaner, ibid. ; Ricoldo de Monte Croce, AOL, II, p. 278, 293 (écrit en 1291). Des Dominicains signent un acte à Antioche en 1264 (De la-borde, 117).

60 Cart., II, 594 et supra, p. 663, n. 16. Un Dominicain d’Antioche est à Gênes en 1248 (Notaire Barth. de Fornari, I, II, 17 v°).

61 Cf. la liste ci-dessus, p. 319.

62 Innocent, IV, 1876.

63 Cf. supra, p. 315 et p. 503.

64 Röhricht, Neues Archiv., XIV, et Reg., n° 331 (bulle d’Adrien IV à Sainte-Marie Latine).

65 Annales Januenses, I, 45.

66 Évidemment, le fait que nous avons mieux conservé les archives de l’Hôpital que les autres, peut fausser un peu nos proportions.

67 Cart., I, 505.

68 Rappelons encore qu’Innocent IV abaisse l’âge de la majorité de Bohémond VI, que Grégoire IX maria Bohémond V, etc.

69 Cf. ci-dessus, p. 611, le conflit entre le légat Pierre de Saint-Marcel et le patriarche Pierre Ier, et le cas de Saint-Paul, note suivante.

70 Innocent, IV, 3075, 3362, 3363, 3367, 3368. Honorius, III, 2193, 2228, 5753 (où il renonce au contraire à ce droit pour le monastère de Saint-Paul) ; Grég., IX, 118, 433. Le nombre des prébendes canonicales d’Antioche était de dix-huit au début du xiiie siècle, de vingt sous Pierre II (Innocent III, Migen, III, 434), et fut ramené à seize par Honorius III (3497).

71 Honorius, III, 681, 2033, Grég., IX, 343, 433, Innocent, IV, 2026-2028.

72 Inn., III, lettres des 16 mars et 31 déc. 1198, sur le transfert irrégulier de l’archevêque d’Apamée à l’épiscopat de Tripoli, par Pierre Ier (cf. Lu-chaire : Innocent III et la question d’Orient, p. 36) ; Inn., IV, 7397 (pour la désignation d’un évêque S Lattakié, longtemps vacante, in partibus).

73 Innocent, III, Migne, II, 1278 (appel de l’archidiacre d’Antioche déposé par Pierre Ier, contre le gré duquel il avait été installé par le légat Pierre de Saint-Marcel, comme ayant autrefois prêté des vœux cisterciens à Palerme).

74 Inn., III, Migne, III, 697 (intervention auprès de Pierre, II, pour qu’il restitue à un chanoine des rentes constituées par le patriarche précédent) ; Grég., IX, 3639 et 3753 (condamnation d’Albert à restituer une, prébende à un clerc de Tripoli).

75 Honorius III, 701, 2033, 3754.

76 Honorius III, 2305.

77 Honorius III, 703, 2268, 2269 ; Grég. IX, 4135, 4136, 4144 ; Innocent IV, 57.

78 Honorius III, 3494, 4080, 5567, 5569, 5607 ; Grég. IX, 701.

79 Cf., supra p. 316.

80 Honorius III, 1233 ; Innocent IV, 7911.

81 Grég. IX, 3587 ; Urbain IV, 1489.

82 Urbain IV, 241-243.

83 Grég. IX, 342, 4465 et la titulature de toutes les bulles adressées à Albert ; Innocent IV, 27 (renouvellement S Albert), 3299 (attribution à Opizon). Des conflits naissaient entre les deux patriarches lorsque se trouvant passer dans le ressort de l’un, l’autre n’enlevait pas ses insignes de légat (Grég. IX, 1379, 4553 ; Inn. IV, 4225) ; à Chypre, la légature appartenait alternativement à l’un et à l’autre (Grég. IX, 1379).

84 Grég. IX, 899, 4553, 4145 ; Inn. IV, 27, 3299, 3300.

85 Supra, p. 655.

86 Supra, p. 655, 634.

87 Supra, p. 619.

88 Infra, p. 680.

89 Tobie Anaissi, Bullarium Maronitarum, Rome, 1911, 2-5 et 9-11.

90 Cf. comme témoignage la correspondance de Jacques de Vitry.

91 L’aide des indigènes était aussi utile au rachat des captifs (Wadding, III, 179).

92 Altaner, 44 ; Van der Vat, 137 ; Sbaralea, I, 93.

93 Hon. III, 5570 ; Grég. IX, 4467, 4473 ; Matthieu, Paris, III, 358 ; cf. Koro-lovski, art. Antioche ; Archivum Francise, XII, 1919, 444, 454.

94 Saint François à Damiette avait eu cet espoir ; cf., les considérations exposées dans les lettres citées par Altaner, 72 sq.

95 Discussion entre chrétiens et musulmans devant az-Zâhir, Vatican, 146 ; avec des missionnaires, Raynaldi, 1247, n° 65.

96 Altaner, 75. Kaïqobâdh essaya aussi de négocier avec le Pape un accord contre les Ayyoubides (Vincent, XXX, 144 ; Rôhr. Gesch., 830).

97 Lettre de Philippe, dans Albéric, MGSS, XXIII, 941 ou Matthieu, Paris, III, 396 ; Grég. IX, 3789, 4138, 4403, 4404.

98 B. II. Chron. eccl., 666-668, 412. Ignace est encore à Antioche en 1252 (B. H., 700).

99 Wadding, III, 179.

100 B. H., 654, les appelle « Pherpherscuraïe » (compris à tort : franciscains, par les éditeurs).

101 Le rôle des Francs dans cette affaire est mentionné aussi par Patr. Alex., 378.

102 C’est l’avis d’Altaner, ch. IV ; mais il nous paraît exagérer le rôle de la peur des Mongols, qui pouvait jouer dans la Géorgie indépendante, mais non chez les sujets chrétiens des musulmans, que favorisaient les Mongols : les chrétiens orientaux, plus proches des Mongols, ont peu pensé à l’union, contrairement à ceux de l’Asie occidentale, pourtant moins menacés.

103 B. H., II, 710, 730.

104 Vatican ar., 48 (cat. Ang. Maii).

105 Rey dit 1242, sans preuve. La première allusion est la lettre d’août 1246 écrite par le Pape « patriachae graeco antiocheno » auquel il envoie « salutem et apostolicam benedictionem » ; vers le même moment il est parlé de cette « concordia » dans le privilège d’al-Mançoûr de Homç aux Dominicains (Golub., II, 338). Rey, confondant avec 1260, croit que le patriarche latin quitta Antioche, où serait entré David : drôle de réconciliation !

106 Sbaralea, 420, 460 ; sur les humiliations infligées par le patriarche latin au patriarche grec, voir Burchard de Mont-Sion, dans Laurent, 89.

107 Sbaralea, 460, 475, 483, 484 ; ROL II, 213. Toutefois la lettre d’Innocent IV à Eudes de Tusculum, légat à la septième croisade et successeur do Lorenzo, lui recommande les Grecs de Chypre sans parler d’Antioche (Sbaralea, 547).

108 ROL II, 213 ; B. H., 567 ; Pachymère, dans Migne, CXLIII, 717, 893.

109 Grég. IX, 3791, 4138, 5022 ; Wadding, III, 181 (le catholicos nestorien conseille au Pape de ne plus combattre Frédéric II).

110 Urbain IV, 26 mai 1263.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter