Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Cinquième partie

Chapitre V. Les institutions politiques d’Antioche depuis 1193 : la Commune

Texte intégral

  • 1 Cf. J. L. La Monte, The communal movement in Syria, dans Haskins Anniversary Essays, Cambridge (U. (...)

1Constamment dans l’histoire d’Antioche de 1193 à la fin du règne de Bohémond IV, on a vu intervenir la commune d’Antioche. Il importe de revenir ici sur cette commune particulièrement importante pour l’histoire syrienne, parce qu’elle est la première en date et la seule durable des trois communes par laquelle cette institution spécialement occidentale essaya de s’acclimater en Syrie, les deux autres étant Acre (1231) et Tripoli (1288)1. Étude difficile cependant, puisque des archives communales d’Antioche, comme de celles d’Acre et de Tripoli, il ne nous est rien parvenu.

2Un premier caractère dominant de la commune d’Antioche nous est montré par les circonstances mêmes de sa fondation et de son développement : elle est née d’une réaction de défense contre une menace extérieure ; elle s’est développée au cours de la lutte de deux princes rivaux, elle n’est pas le produit d’une révolte interne contre le régime politique antérieur. Défense contre l’étranger (Frédéric II), telle sera aussi la cause de la formation de la commune d’Acre ; lutte de deux prétendants rivaux, la cause de celle de Tripoli. Antioche nous préfigure donc sous ce rapport toute l’histoire communale syrienne.

3Il n’est pas sûr que par son organisation Antioche par contre ne diffère pas d’Acre et de Tripoli. Il est évident qu’à l’opposé de ce que nous avons constaté pour les institutions établies au lendemain de la Croisade, l’existence d’une commune, dont l’analogue n’existait pas en Occident à la fin du xie siècle, provient, sinon dans les circonstances qui l’ont provoquée, du moins dans l’organisation qu’elle se donne, d’une influence occidentale. Cette influence, elle peut être double. II y a celle des pèlerins, des croisés : nul doute que la troisième Croisade, par la masse d’hommes qu’elle amena et le temps relativement long qu’ils restèrent, n’ait fait beaucoup à cet égard. Mais plus encore, il y a l’influence des colonies italiennes, constamment présentes, et dont l’organisation, que Jean d’Ibelin qualifie de commune, est imitée plus ou moins étroitement, plus ou moins complètement des communes-mères d’Italie. On notera par contre, que le mouvement communal ayant avorté en Italie normande, nous avons là un cas typique de divorce entre notre principauté et la terre originelle de ses fondateurs, de son rattachement à l’Occident non-normand.

  • 2 Cont. D 209.
  • 3 Cont. A 313 ; Innocent III, lib. II, n° 512 (5 janv. 1199), où il est question du « juramentum » co (...)

4La commune a été créée par « conjuratio » en l’absence du prince2. Si elle eut une charte, on l’ignore, comme d’ailleurs pour Acre et Tripoli. Font partie de la commune, non seulement les bourgeois, mais, au moins théoriquement et au début, les nobles et les clercs3. La participation des nobles et du clergé, qui ont eu un rôle actif dans la constitution de la commune, la rapproche d’une part de celles d’Acre et de Tripoli, d’autre part de celles de l’Occident méditerranéen, et l’opposent aux communes des pays du Nord. Plus que par une influence occidentale, cette parenté s’explique par la similitude de certaines conditions sociales. À la différence de la noblesse de l’Europe du nord-ouest, celle de Syrie est en effet, comme celle d’Italie, essentiellement une noblesse urbaine. Cela tient à l’importance qu’ont eues, dès l’origine, les villes dans la Vie syrienne, à la concentration des conquérants dans quelques places, à l’extension du fief-rente relativement au fief-territorial. Dans la première partie du xiie siècle, ce caractère restait peu accentué, parce que l’étendue des territoires possédés ajoutait aux colonies flanques des villes des garnisons et seigneuries de forteresses rurales. Mais, à partir du moment où ces forteresses sont tombées, la noblesse qui les occupait a toute entière reflué dans les villes, en l’espèce à Antioche. On peut penser que cette classe habituée à la guerre, s’en trouvant privée au dehors, a été dans la ville une cause d’agitation. Les textes nous manquent pour savoir de quelle façon les conflits universels entre bourgeois et nobles, au sujet des exigences financières et de l’égalité judiciaire dans la commune, se sont combinés à leur opposition dans la rivalité entre Bohémond IV et Raymond Roupen. On a vu seulement qu’en 1208 les nobles essayèrent de substituer une commune à eux à la commune d’Antioche, dévouée à Bohémond.

  • 4 Innocent III, ibid.
  • 5 C'est par un complet, contre-sens. basé sur l'incompréhension du soulèvement nobiliaire de 1208, qu (...)
  • 6 Cont. A 313, dit qu'en 1201, Bohémond IV assembla les « chevaliers et autres bons hommes » et ne pa (...)

5La participation du clergé à la proclamation de la commune était la conséquence naturelle du rôle joué par les patriarches dans la vie générale de la ville et en particulier dans sa défense contre les périls extérieurs. Mais là aussi il ne faudrait pas croire que cette fraternité originelle ait exclu des divergences ultérieures analogues à celles qu’ont connues presque toutes les communes d’Occident, que les clercs en fussent ou non membres ; en un sens même elle les aggravait, car, puisque les clercs étaient membres de la commune, les autorités communales en tirèrent tout de suite argument pour les astreindre comme tels aux mêmes obligations fiscales que les autres, et les traduire devant la même juridiction laïque, au moins si le plaignant était laïque ; il va sans dire que l’Église ne pouvait admettre pareille dérogation à ses privilèges ordinaires4. Cette attitude « anticléricale » de la commune fut naturellement appuyée par Bohémond IV, attentif à rechercher partout les augmentations possibles de ses droits et de ses revenus, et dont le sort, de plus, était lié à la fidélité de la commune. Ce fut sans doute une des raisons qui jetèrent le patriarche Pierre Ier dans le parti de Raymond Roupen et de Léon, qui jouait la carte de l’appui du Saint-Siège. L’hostilité entre la commune et le patriarche ne fit que s’en exacerber, et l’on a vu la part prise par la commune à l’introduction d’un patriarche grec à Antioche et à la mort de Pierre Ier5. En fait, il semble que les clercs aient vite cessé de faire réellement partie de la commune6.

  • 7 Acharie, Lib. Jur., I, 577 ; Robert Mansel, Strehlke, 41.

6Nous ignorons quels rapports Bohémond III entretint avec la commune. Bohémond IV et elle eurent constamment partie liée. Il en résulte que Raymond Roupen dut être mal disposé pour elle, et ce peut être un signe de mise en tutelle que sous son principat apparaissent, à l’opposé des autres périodes, parmi les signataires de ses chartes, deux maires, qui ne sont autres que son sénéchal et son connétable7. Il est assez vraisemblable que les officiers du prince aient toujours fait partie de la commune, mais rien n’indique si Bohémond IV intervenait dans la désignation des maires et des autres magistrats.

  • 8 Cont. A 313.
  • 9 Inn. III, loc. cit. « per judicium et consuetidines graecorum tractare conantes, jura ecclesiae... (...)
  • 10 G. Bratiano, Privilèges et franchises municipales dans l'Empire byzantin, Paris, 1936, 12e.

7Parmi les membres de la commune, la délimitation des « bourgeois » pose le plus délicat problème. Socialement, les bourgeois étaient en fait uniquement les « bons hommes »8, quelle qu’ait été en théorie la participation des petites gens non propriétaires ; nous ignorons s’il y avait un rapport entre des organisations de métiers ou des confréries et la commune. Politiquement, semblent exclus de la commune les ressortissants des colonies italiennes autonomes. Ethniquement, il semble bien que les Grecs aient fait partie de la commune comme les Francs. La puissance byzantine n’existant plus, il n’y avait à cela nulle difficulté. Or, non seulement nous voyons la commune introniser un moment un patriarche grec, mais une lettre d’Innocent III nous apprend que dès 1199 les juges communaux introduisaient dans leur juridiction des coutumes grecques, voire des juges grecs9. Nous avons vu d’ailleurs que Grecs et Latins étaient considérés par ces derniers, depuis l’origine, comme devant former une seule communauté comme une seule Église. Au surplus, on a déjà souligné que des manifestations de vie politique municipale étaient dans une certaine mesure dans la ligne des expériences passées des Byzantins et des Orientaux ; et, en ce qui concerne les premiers, leur participation au mouvement communal à Antioche n’est que la première d’une série, puisque la domination latine en Grèce et dans les Balkans au xiiie siècle y développa aussi une vague d’autonomies urbaines ou tout au moins de privilèges qui se perpétuent après la restauration byzantine10.

  • 11 Inn. III, lib., XI, n° 9, 4 mars 1208, injonction « majori et consulibus ». Hon., III, 693, et les (...)
  • 12 A Tripoli on nous parle d'un prévôt, nom donné au maire dans quelques communes françaises (par ex. (...)
  • 13 Hon. III écrit « majori et populo » sans nommer les consuls, et les deux maires connus ne se disent (...)
  • 14 Proclamation de la commune, 1193 ; serments à Bohémond IV, 1199, 1201 ; intronisation du patriarche (...)

8La commune est dirigée par un collège de consuls, présidés par un maire11. Il y a là une combinaison du système des communes septentrionales, qui sont sous la conduite d’un maire, et de celui des villes du midi, qu’administrent douze consuls. Cette combinaison qui distingue Antioche d’Acre12 a une correspondance verbale dans un petit nombre de localités de France où ont convergé des influences méridionales et septentrionales, comme Périgueux et Agen ; mais il semble que les consuls d’Antioche soient en réalité les analogues des jurés du Nord, en ce sens que le maire paraît doué d’une autorité et d’une stabilité que n’ont pas les simples présidents alternatifs des consulats du Sud, même s’ils s’appellent maires comme à Agen13. En dessous de ces magistrats dirigeants, l’assemblée du peuple — des notables — était convoquée dans les grandes occasions14.

  • 15 Cont. A 313.
  • 16 Innocent III, lib. II, 512, 5 janv. 1199.

9La commune avait sa « campane » (cloche)15 ; comme les communes d’Occident, elle a son budget, pour l’alimentation duquel, chaque fois que besoin est, elle perçoit une « taille », sans faire de distinction entre indigènes et Francs. Elle a sa juridiction16. Bien qu’il n’en soit question nulle part, elle a évidemment sa milice comme toute commune, et d’autant plus qu’elle est née d’un danger extérieur. Ces maigres renseignements suffisent pour nous interdire de douter que nous ayons affaire à une organisation communale complète ; ils sont malheureusement tout ce que nos textes nous apprennent. Il nous est donc impossible de savoir de quelle façon se combinaient dans les divers domaines les influences ou parentés méditerranéennes et nordiques que nous avons relevées, sans parler des originalités locales éventuelles.

  • 17 Cf., infra, p. 716 le récit de la chute d'Antioche.
  • 18 Les jurés dont elles parlent sont les jurés de la cour, comme à Jérusalem, et n'ont aucun rapport, (...)
  • 19 La déclaration d’Acharie, maire d'Antioche, sur l'occupation de Djabala par Roupen (Cart., II, 127) (...)
  • 20 Lib. Jur., 577 (Müller, 80 ?). Presqu'à la même date, Acharie signe aussi, mais sans son titre de m (...)

10Nous ignorons totalement quelles répercussions la constitution de la commune eut sur les institutions politiques préexistantes. Le connétable, le maréchal gardent le commandement de l’armée17. Un duc subsiste à Antioche, et un bailli. Les Assises d’Antioche ne mentionnent pas l’existence de la commune, bien qu’elles ne puissent pas avoir été achevées avant 119318. Il peut évidemment y avoir là un parti-pris d’ignorance, et la volonté de s’en tenir à l’état antérieur à la commune ; car, les conflits judiciaires entre le clergé et la commune portant en particulier sur des questions de propriété, il n’est pas possible de supposer que la commune n’ait eu qu’une juridiction insignifiante. Toutefois il serait plus simple de supposer que, les officiers du prince faisant probablement partie de la commune, il y a eu plus ou moins fusion, comme dans bien des communes d’Occident, de la cour seigneuriale et de celle de la commune ; le rôle de la commune aurait été alors de rendre nette et définitive la séparation entre cour des barons et cour des bourgeois, le recrutement de cette dernière et de ses jurés ayant pu être modifié par la participation communale. Les attributions respectives du maire et du duc seraient également à éclaircir19. La présence du maire d’Antioche parmi les témoins des concessions de Raymond Roupen en matière de péages20 ne permet pas à elle seule de savoir quel partage était fait de ces droits, si le prince ne les avait pas tous gardés, comme en diverses communes d’Occident au début de leur existence.

  • 21 Cont., n 209 ; Cont., A 214.
  • 22 Grég., IX, 4404.
  • 23 Lettre à Charles d'Anjou, ROL, II, 213.

11À partir de 1219, l’histoire intérieure d’Antioche nous devient si mal connue que nous n’avons conservé aucun témoignage direct de la survivance de sa commune. On peut seulement affirmer qu’elle ne disparut pas, puisque son existence jusqu’à leur temps est attestée par deux des continuateurs de Guillaume de Tyr, au milieu du xiiie siècle21. Son action se devine sous des conflits financiers entre laïcs et clercs en 123722. En 1260, les « Antiochiens » envoient spontanément leur soumission à Hoûlâgoû, avant Bohémond IV, ce qu’on peut interpréter comme un signe d’autonomie23. Il est probable néanmoins que la commune n’a plus fait preuve à cette époque de la même activité qu’au début du siècle. Les mêmes causes qui empêchaient l’épanouissement du mouvement communal dans les deux tentatives éphémères d’Acre et de Tripoli jouaient contre Antioche. L’une d’elles, l’incorporation d’une notable partie de la bourgeoisie franque par les communautés italiennes, était secondaire à Antioche, où les colonies italiennes n’avaient pas la même puissance qu’à Acre ou Tyr. Mais il y avait deux autres raisons qui s’opposaient au développement de la vie communale : d’abord, que les Francs, ou Franco-Grecs, en face des dangers extérieurs et des populations indigènes, ayant avec le prince beaucoup plus d’intérêts communs qu’opposés, tenaient peu à le combattre ; d’autant plus que la bourgeoisie jouissait déjà avant la commune d’un statut propre lui assurant beaucoup d’avantages ; d’autre part, l’aggravation des périls militaires étouffa peu à peu toute l’activité d’Antioche. La belle période de la commune d’Antioche, comme les quelques années de vie de celle d’Acre, se placent au moment où les Musulmans laissent aux chrétiens loisir de se disputer entre eux. Dans celle dispute, la commune d’Antioche, comme celle d’Acre, apparaît comme le puissant auxiliaire d’un parti, d’un prince, que certes elle a spontanément estimé de son intérêt de soutenir, mais dont en revanche elle attend aussi le soutien sans vouloir ou pouvoir chercher à se développer en elle-même.

Notes

1 Cf. J. L. La Monte, The communal movement in Syria, dans Haskins Anniversary Essays, Cambridge (U. S. A.), 1929.

2 Cont. D 209.

3 Cont. A 313 ; Innocent III, lib. II, n° 512 (5 janv. 1199), où il est question du « juramentum » communal des clercs.

4 Innocent III, ibid.

5 C'est par un complet, contre-sens. basé sur l'incompréhension du soulèvement nobiliaire de 1208, que Roy (ROL. IV, 394) prête à l'église sur la commune, un ascendant suffisant pour l'avoir fait passer au parti de Raymond Roupen.

6 Cont. A 313, dit qu'en 1201, Bohémond IV assembla les « chevaliers et autres bons hommes » et ne parle pas des clercs.

7 Acharie, Lib. Jur., I, 577 ; Robert Mansel, Strehlke, 41.

8 Cont. A 313.

9 Inn. III, loc. cit. « per judicium et consuetidines graecorum tractare conantes, jura ecclesiae... pervertunt ».

10 G. Bratiano, Privilèges et franchises municipales dans l'Empire byzantin, Paris, 1936, 12e.

11 Inn. III, lib., XI, n° 9, 4 mars 1208, injonction « majori et consulibus ». Hon., III, 693, et les actes ci-dessus, n. 7.

12 A Tripoli on nous parle d'un prévôt, nom donné au maire dans quelques communes françaises (par ex. Tournai, cf. Luchaire, Les Communes françaises, p. 158) et de capitaines (terme italien) ; à Acre, de syndics, capitaines et « majores consules », ce qui en gros nous oriente vers l'Italie.

13 Hon. III écrit « majori et populo » sans nommer les consuls, et les deux maires connus ne se disent pas consuls.

14 Proclamation de la commune, 1193 ; serments à Bohémond IV, 1199, 1201 ; intronisation du patriarche grec, 1206 ; couronnement de Raymond Roupen. Ces assemblées ne font que continuer les assemblées convoquées par les agents du prince au xiie siècle.

15 Cont. A 313.

16 Innocent III, lib. II, 512, 5 janv. 1199.

17 Cf., infra, p. 716 le récit de la chute d'Antioche.

18 Les jurés dont elles parlent sont les jurés de la cour, comme à Jérusalem, et n'ont aucun rapport, du moins dans leur origine, avec la commune, qui leur est postérieure.

19 La déclaration d’Acharie, maire d'Antioche, sur l'occupation de Djabala par Roupen (Cart., II, 127), dont on ne possède que l'analyse, doit se référer à la convocation faite à Antioche par le prince pour le transfert des hommages à l'Hôpital (Cart., II, 71). Elle témoigne donc du même ordre de prérogatives administratives que nous avons vu Gautier attribuer au duc en 1115.

20 Lib. Jur., 577 (Müller, 80 ?). Presqu'à la même date, Acharie signe aussi, mais sans son titre de maire de l'acte précédent. Strehlke, 41.

21 Cont., n 209 ; Cont., A 214.

22 Grég., IX, 4404.

23 Lettre à Charles d'Anjou, ROL, II, 213.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540