Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Cinquième partie

Chapitre IV. La période de Frédéric II et des khwarizmiens

Texte intégral

1À partir du second quart du xiiie siècle, l’histoire syrienne est dominée par des circonstances qui lui sont primitivement tout à fait extérieures : le conflit de Frédéric II et de la Papauté d’une part, la formation de l’empire mongol et l’invasion khwarizmiens de l’autre.

Al-Kâmil, Frédéric II et les Khwarizmiens

2Quelques mots sont ici nécessaires pour rappeler brièvement quelles révolutions s’étaient accomplies dans les dernières décades en Asie centrale et en Iran. À la fin du xiie siècle s’était constitué, sur les ruines des états seldjouqides d’Iran, un empire englobant le Turkestan central (Khwarizm) et la plus grande partie de l’Iran ; il avait été constitué par les bandes khwarizmiennes, pillardes, incultes, en partie païennes, sous la conduite du Khwârizm-Châh ‘Alâ ad-dîn Mohammad, et ne constituait en réalité rien d’autre qu’un domaine d’exploitation militaire dépourvu de la force d’un état. Il n’est pas impossible que les désordres turcomans auxquels nous avons assisté en Asie occidentale à la fin du xiie siècle aient été en partie une répercussion des bouleversements que la conquête khwarizmiens avait apportés dans la répartition des tribus turcomanes des régions khorassâniennes et caspiennes.

3Quelques années plus tard avait commencé la croissance, bien au-delà des Khwârizmiens, d’un autre empire ayant pour centre la Mongolie et pour conquérant Tchinghiz-Rhân (Gengiskan), avec une armée formée de Mongols auxquels s’étaient vite adjoints une multitude de Turcs septentrionaux non-islamisés. En six décades (1200-1260) cet empire, sous Tchinghizkhân et ses premiers successeurs, devait s’étendre de la Corée et de la Chine centrale (à laquelle s’ajouterait plus tard la Chine du sud) à la Syrie et à la Russie ; et dès la mort du fondateur de l’empire (1227), les armées mongoles avaient en Asie antérieure parcouru l’Iran, réduit ‘Alâ ad-dîn et son successeur Djalâl ad-dîn Mangoubertî à une vie extraordinaire où alternent les fuites désespérées, talonnées par la cavalerie mongole, et, une fois celle-ci repartie, les conquêtes brutales, perfides, des bandes khwarizmiennes cherchant à s’assurer toujours plus à l’ouest, sur les Géorgiens, les Seldjouqides d’Anatolie, les Ayyoubides de Djéziré, un refuge enfin assuré. Prêtes à se louer à n’importe qui, elles sont un instrument tout prêt au service des ambitieux les moins scrupuleux, en même temps qu’un agent effrayant de désordre et de dévastation dans toute l’Asie occidentale. Elles ne disparaîtront, détruites par les Mongols, les Seldjouqides et les Ayyoubides, que pour faire place aux Mongols, qui arrivent derrière elles.

  • 1 Sibt, 390.
  • 2 Al-Mou‘aẓẓam soupçonnait al-Achraf et al-Kâmil de s'être entendus a ses dépens, lors du séjour d’al (...)
  • 3 I. A., 274, 303 ; I. A. D., 171 ; M. D. N., dans I. F., 144 r° ; Kamâl, 65-67 ; I. W., 203 r°, 206 (...)
  • 4 I. A., 296-303 ; Kamâl, 68-70 ; I. W., 235 r°, 236 v° ; Sibt ms., 168 r° ; M. b. N., dans I. F., 17 (...)

4Al-‘Adil mort, le danger de la cinquième croisade écarté, les fils du grand sultan ayyoubide se disputèrent, tantôt sournoisement, tantôt ouvertement. ‘Al-Adil avait dès 1218 reçu une ambassade khwarizmienne1. Al-Mou‘aẓẓam s’allia systématiquement avec Djalâl ad-dîn contre son frère al-Achraf2. On s’en rendit peu compte encore dans la première crise qui mit aux prises les deux frères, en 1222-1224, parce que Djalâl ad-dîn était alors à peine rentré en Iran à la suite du départ des Mongols ; mais l’intervention khwarizmienne fut nette dans une seconde crise, en 1226-1227. En 1222-1224, al-Mou‘aẓẓam, sans intervenir directement, provoqua une révolte du frère d’al-Achraf, Chihâb ad-dîn Ghâzî, en Djéziré, dont il était lieutenant, en même temps que des difficultés à Badr ad-dîn Loulou de Mossoul, l’allié d’al-Achraf ; il soutenait à Ḥamâh l’héritier légitime, expulsé par un frère cadet qui était ami d’al-Achraf ; al-Achraf soumit Ghâzî, et lui laissa Mayâfâriqîn3. En 1226, simultanément al-Mou‘aẓẓam attaqua Ḥamâh et Ḥomç alliées d’al-Achraf, Gueukbourî d’Irbil Mossoul, les Artouqides de Mardîn et Amid le Diyâr Moḍar, Djalâl ad-dîn Akhlâṭ, possession d’al-Achraf. Contre l’Artouqide d’Amid, al-Achraf appelle Kaïqobâdh, qu’il essaye ensuite en vain d’écarter lorsque l’Artouqide effrayé a fait sa paix avec lui : Kaïqobâdh gagne dans l’aventure Tchimichkezek, Ḥiçn Mançoûr, Kiahtà, bref toute la rive droite du moyen-Euphrate en amont de son coude syrien. Al-Achraf va à Damas chercher une réconciliation personnelle avec al-Mou‘aẓẓam, mais, retenu quasi-prisonnier par celui-ci, ne peut recouvrer sa liberté qu’au prix de promesses qu’il répudie aussitôt après. La guerre aurait éclaté directement entre les deux frères si à ce moment n’était arrivée l’annonce de la croisade de Frédéric II4.

5Dès 1215, on l’a vu, le jeune empereur avait fait le vœu de croisade. Mais il en avait remis de jour en jour l’accomplissement afin de s’assurer d’abord tous les avantages qu’il pouvait retirer en Europe de la faveur que son vœu lui valait de la part de la Papauté. Honorius III et le grand-maître des Teutoniques avaient alors eu l’idée de l’intéresser à l’entreprise en lui faisant épouser la fille de Jean de Brienne, héritière du royaume de Jérusalem. Frédéric y vit en effet une occasion inespérée de reprendre l’ancien rêve de Henri VI, l’union de l’Orient et de l’Occident. Le mariage fut célébré en 1225, et aussitôt après Frédéric obtenait de Jean de Brienne l’abandon de sa baillie du royaume, dont il envoyait ses lieutenants prendre possession ; il revendiquait même la baillie de Chypre comme suzerain du mineur Henri Ier, parce que le royaume de Chypre avait été fondé sous la suzeraineté de Henri VI. Dès lors il organisa réellement son départ. Il n’était pas question de sentiments de croisé dans ce libre-penseur élevé au milieu de musulmans, et rempli d’admiration pour la culture orientale.

  • 5 I. A., 315-318 ; Kamâl, 176-177, 182-184 ; I. W,, ms. 1702, 117 r°, 119 r° ; Kantorowicz, Friedrich (...)

6De son côté, al-Kâmil désirait, plus encore que son père, le maintien de bons rapports avec les Francs, afin de pouvoir, d’accord avec al-Achraf qui reconnaissait sa suprématie, soumettre al-Mou‘aẓẓam et reconstituer ainsi l’unité ayyoubide sous la direction du sultan d’Égypte. En échange d’une aide contre al-Mou‘aẓẓam, il n’avait pas craint de promettre à Frédéric une partie de la Palestine, comprenant même Jérusalem. Le peu de forces de Frédéric et la mort d’al-Mou‘aẓẓam enlevèrent à cette offre une partie de sa raison d’être ; néanmoins al-Kâmil, brûlant d’autant plus de s’emparer sans délai de Damas, accepta, pour éviter toute complication avec les Francs, de faire à Frédéric des concessions territoriales incluant Jérusalem5.

  • 6 Sur la croisade de F., cf. Röhricht, ch. X ; Grousset, t. III, ch. XVI ; ms. 1703, 252 v°, 264 r° ; (...)

7On juge de la réprobation que cet abandon suscita dans les milieux pieux, et le fils d’al-Mou‘aẓẓam, an-Nâcir Dâoûd, l’exploita pour essayer d’organiser une propagande populaire contre al-Kâmil. Elle ne le sauva pas. Aidé par l’attitude équivoque d’al-Achraf, al-Kâmil enleva Damas à Dâoûd, qui dut se contenter de Karak et d’une partie de la Galilée. Damas fut donnée à al-Achraf, qui en échange céda le Diyâr Moḍar à al-Kâmil, si bien que les deux frères, entremêlant leurs territoires, étaient intéressés à la défense l’un de l’autre. Un autre frère, aç-Çâliḥ Ismâ’îl, recevait Ba‘lbak. À Alep, al-‘Azîz devenu majeur jugea sage de consolider sa situation en épousant une fille d’al-Kâmil. Celui-ci, sans avoir l’absolue prédominance d’al-‘Adil, faisait néanmoins figure d’incontestable chef de la famille ayyoubide6.

8Quant à la croisade de Frédéric II, malgré les heureux effets de sa diplomatie musulmane, elle s’était produite dans des conditions morales désastreuses pour l’avenir de la Syrie franque. Sa politique italienne et un dernier retard dans le départ de la croisade l’avaient fait excommunier par le nouveau Pape Grégoire IX, si bien qu’il ne pouvait recevoir d’aide des ordres militaires. D’autre part, il arrivait précédé d’une réputation de perfidie et de brutalité qu’accentua la façon dont il prétendit à Chypre et à Acre imposer son bon plaisir, à l’encontre des usages locaux. Sa croisade inaugura ainsi une période de guerre civile qui mit aux prises les partisans de l’empereur et ceux des autonomies locales, dirigés par les Ibelins. Lorsque le parti impérial aura été anéanti, il restera sous le nom de royaume de Jérusalem une fédération lâche de barons, de clercs et de marchands divisés en factions où se superposent les rivalités locales et européennes. Même la réconciliation de Grégoire IX et de Frédéric ne pourra rétablir l’unité syrienne.

Les dernières années de Bohémond IV

9Antioche et Tripoli n’étaient pas directement en jeu dans le conflit entre Frédéric et le parti ibelin ; mais le trouble qui en résulta était trop grand pour que l’attention de Bohémond ne fût pas détournée de la Cilicie vers le Liban méridional et Chypre. Pendant les dernières années de sa vie, l’histoire propre de Bohémond interférera en somme assez peu avec celle de ses états septentrionaux.

  • 7 M. b. N., dans Amari, 20.
  • 8 Chyprois, 32-33 (Philippe de Novare) et 45 ; Cont. A 361, 364 ; Hon., III, 6272 ; Strehlke, 50, 53  (...)

10Au début, Bohémond était tout à fait favorable à Frédéric. En 1227, un envoyé de l’Empereur, qui n’était pas encore excommunié, avait fait réaliser une légère détente entre Bohémond et les Hospitaliers7. Le prince d’Antioche restait pourtant excommunié : raison de plus de sympathiser avec Frédéric II, quand celui-ci le fut à son tour. D’autre part la reine-mère de Chypre, étant jalouse du peu de pouvoir que lui laissait le bailli Philippe d’Ibelin, alla en 1224 épouser sans préavis le fils aîné de Bohémond IV, le futur Bohémond V ; elle ne put ni l’imposer comme bailli aux barons ni même faire accepter à sa place Amaury Bar-lais, le chef du parti anti-ibelin à Chypre ; tous se réfugièrent à Tripoli, qui devint ainsi un foyer d’opposition à l’influence grandissante des Ibelins, donc a priori bien disposé pour l’Empereur. Lorsqu’on annonce l’arrivée de Frédéric, la reine et Bohémond s’embarquent de Tripoli, où réside l’envoyé impérial Richier d’Amalfi, pour Chypre ; et ce n’est point par hasard qu’au même moment Bohémond accorde deux privilèges aux Teutoniques. Au surplus, Antioche ne relevant pas du royaume de Jérusalem, c’était comme allié, non comme vassal, que Bohémond amena à l’Empereur à Chypre un premier renfort8.

  • 9 Chyprois, 46 (Philippe) ; Cont. A 368 ; Strehlke, 54.
  • 10 Röhricht, 787 et n. 2.

11Seulement, Bohémond n’était pas plutôt arrivé à Chypre qu’il découvrit que Frédéric n’entendait pas les choses comme lui : quelques jours plus tôt, l’Empereur avait essayé de s’emparer par trahison de Jean d’Ibelin, frère et successeur de Philippe, et, s’il avait échoué, du moins avait-il obtenu par force la reconnaissance de sa suzeraineté sur le jeune Henri Ier, par serments individuels des barons de l’île. Il demanda à Bohémond le même serment pour ses vassaux d’Antioche et de Tripoli. Le prince se vit emprisonné, déshérité... il contrefit le malade et s’enfuit à Nefin ; et « si tost com il fu a Nefin, il fu gary ». On ignore quelle suite eut l’affaire ; sans doute Frédéric, tout entier maintenant aux négociations avec al-Kâmil, pour lesquelles il avait besoin de paraître avoir derrière lui l’unanimité des Francs, n’insista-t-il pas ; en tous cas, en avril 1229, Bohémond est de nouveau auprès de lui à Acre9. Ce n’est donc vraisemblablement pas par suite d’une mésentente avec Bohémond que Frédéric, dans la paix conclue avec al-Kâmil, ne fit pas inclure Tripoli et Antioche10. Pratiquement, la zône où les hostilités restaient permises était surtout celle des grandes forteresses des ordres militaires : or ceux-ci considéraient comme impie la paix signée par l’excommunié, malgré le gain de Jérusalem, et n’entendaient pas la respecter.

  • 11 Annales de Waverley, MGSS, XVII, 461 ; Ann. Dunstaplenses, ibid., 509 ; Cart., 404, 409.
  • 12 I. A., 319 (II 180) ; I. A. D., 180 v° ; I. W. 268 r° ; B. H.,, 396. En 630/ 1233, le seigneur de B (...)
  • 13 Celle-ci, quelque illusion que puissent faire les conflits des Templiers et Hospitaliers sur ses po (...)

12Dès le départ de Frédéric, la guerre se ralluma donc dans ces régions. En même temps qu’il attaquait Damas, al-Kâmil faisait inquiéter les Hospitaliers du Krak, tandis que Bohémond combattait leurs protégés, les Assassins ; et les Hospitaliers obtenaient de Grégoire IX le renforcement de l’excommunication et de l’interdit portés contre le prince11. A Ḥamâh, al-Achraf et al-Kâmil s’étaient mis d’accord pour rétablir l’héritier légitime dépossédé jadis au profit de son cadet, en ne dédommageant ce dernier que par Ba‘rîn. Les Hospitaliers firent un raid sur cette place ; puis, l’année suivante, profitant de ce qu’al-Achraf et al-Kâmil, on le verra, étaient fort éloignés au nord, ils organisèrent, avec l’aide des Templiers de Tortose, une attaque sur Ḥamâh, pour exiger du nouveau prince le tribut que leur versait son prédécesseur ; mais ils furent surpris et battus12. Ils cherchèrent une revanche en allant piller, pendant l’hiver, Djabala13, qu’ils ne purent garder ; au contraire, des renforts arrivés d’Alep dévastèrent les environs de Marqab. On n’aboutit à une trêve que vers la fin du printemps (1231). Il va sans dire qu’à ces opérations Bohémond IV n’avait eu aucune part.

  • 14 Cart., II, 427-428.
  • 15 Grég. IX, 1223.

13Une commune opposition à Frédéric II avait rapproché les Templiers et les Hospitaliers, qu’on vient de voir combattre ensemble. Une même réaction féodale ou anti-impériale avait montré en 1228 qu’il pouvait y avoir identité d’intérêt entre les Ibelins et Bohémond ; et les Ibelins étaient alliés de l’Église. Or, en 1231, le lieutenant impérial Richard Filanghieri avait remporté sur les Ibelins de graves avantages ; ceux-ci cherchèrent alors à attirer Bohémond à eux : pour cela il fallait le réconcilier avec l’Église. D’autre part, si la guerre civile continuait en Syrie, en Italie Pape et Empereur s’étaient réconciliés en 1230, et Grégoire IX déployait tous ses efforts pour étendre cet apaisement à l’Orient. Enfin Bohémond se faisait vieux et craignait sans doute de mourir sans les secours de la religion. Toutes ces raisons expliquent que les dernières années de Bohémond aient enfin vu la fin des conflits avec l’Église et l’Hôpital, qui avaient agité tout son règne. Le 26 octobre 1231, Gérold, patriarche de Jérusalem et légat du Saint-Siège, sanctionnait la paix entre l’Ordre et Bohémond, auquel, pour la première fois depuis qu’il était prince en fait, l’Église reconnaissait le titre de prince en droit. L’Hôpital renonçait à jouir de tous les privilèges à lui concédés par Raymond Roupen et reconnaissait à Bohémond la plénitude de ses droits féodaux ; il en était dédommagé par la constitution de deux grosses rentes sur Tripoli et sur Antioche. Les deux partis se tenaient quittes des torts qu’ils s’étaient causés. Une série d’accords de détails complétaient cet accord général14. Selon les conditions posées par Grégoire IX en 1230, Bohémond pouvait solliciter son absolution. Gérold la lui accorda en 1232 ; la confirmation du Pape fut écrite en avril 1233, lorsque Bohémond venait de mourir15.

  • 16 Hon., III, 6272 ; Cont. A 361.
  • 17 Chyprois (Novare), 86-89 et 108. Frédéric offrira encore en vain la baillie de Jérusalem en son nom (...)

14Église et empire étant à cette date réconciliés, l’absolution du prince ne signifiait pas qu’il eût changé de parti. Le mariage du fils de Bohémond avec la reine de Chypre avait été dissous parce que le jeune Bohémond était le fils, bien que d’un autre lit, du mari d’une demi-sœur du premier mari de sa femme16. Jean d’Ibelin fit proposer au prince une union compensatrice ; son fils cadet, Henri, épouserait la sœur aînée du jeune roi de Chypre. Les pourparlers traînèrent, Bohémond désirant voir qui, des Ibelins ou de Filanghieri, l’emporterait. En vain Jean fit-il promettre en dot un fief considérable à Chypre si Bohémond envoyait des secours terrestres et marins. Bohémond, d’abord aimable parce que la for-lune paraissait contraire à Filanghieri, devint froid après la victoire de ce dernier à Casal-Imbert (mai 1232), et ayant reçu une lettre aimable de Filanghieri au nom de l’empereur, qui lui offrait peut-être la baillie de la Syrie, rompit la négociation : Philippe de Novare, qui y avait participé, rendit au prince le fief qu’il en avait reçu, pour marquer son attachement aux Ibelins. Isabelle de Chypre devait cependant devenir plus tard la femme de Henri d’Antioche. Pour le moment, Bohémond préférait la suzeraineté lointaine de l’empereur à la puissance proche des Ibelins ; ce qui ne signifiait pas qu’il se compromît plus avec Filanghieri, et quand celui-ci fut chassé de Chypre, il fit la sourde oreille aux demandes de secours qu’il en reçut17. Il était neutre.

  • 18 Cont. A 403 ; Ann., T. S., 349 ; Müller, 99.
  • 19 Assises Jérusalem, I, 570.

15Bohémond mourut entre janvier et mars 123318. De son principat long et singulièrement mouvementé se dégage l’impression d’un homme actif, tantôt violent et sans scrupule, tantôt malin et chicanier. Philippe de Novare, qui l’avait bien connu, admirait sa science et sa subtilité et le nomme parmi les grands juristes syriens19. Avec Bohémond meurt le dernier prince d’Antioche. Sans doute trois de ses descendants en porteront encore le titre, ils ne le seront plus en fait. À demi autonome, appauvrie par la guerre intérieure et bientôt par les ravages des Turcomans, désertée par le commerce, isolée par l’enclave de Lattakié, Antioche n’équivaut plus pour eux au port prospère, bien défendu, facilement relié au royaume qu’est Tripoli. C’est dans les ports du sud du Liban ou à Chypre que se déroulent les événements de l’histoire intérieure franco-syrienne qui requièrent le plus leur attention, et, jusqu’à l’invasion mongole, de nouveau encore lors de la revanche mamlouke, c’est l’Égypte qui est le principal pays musulman à surveiller. La Syrie du Nord, pendant trente ans, sort presque de l’histoire générale. La dernière partie du règne de Bohémond IV a montré cette évolution, qui s’accentue sous Bohémond V ; désormais, entre l’histoire d’Antioche et l’histoire des princes d’Antioche, il n’y a presque plus de rapports.

Histoire sommaire des derniers ayyoubides et de leurs rapports avec les Seldjouqides et les Khwarizmiens

  • 20 Ibn Bîbî, 142-189 ; I. A., 307-320 ; Kamâl, 73 ; Sibt., 430-447 ; I. W., 262 v°, 273 r°, 277 r°, 28 (...)
  • 21 Ibn Bîbî, 182-196 ; I. W., 289 v°-292 r° ; Kamâl, 85-86 ; Sibt, 452-453 ; Khazradjî, 136 r° ; B. H. (...)

16Le séjour d’al-Achraf en Syrie pour le règlement de la situation de Damas avait eu une conséquence grave : Djalâl ad-dîn avait attaqué de nouveau Akhlâṭ, l’avait prise et livrée à un sac terrible (1229). Les Artouqides du Diyâr Bakr, le prince seldjouqide d’Erzeroum lui avaient porté leurs hommages. Kaïqobâdh, qui venait d’annexer (1228) les territoires des Mangoudjaq Oghlou (Erzindjân et Koghonya), chercha aussi à utiliser l’alliance khwarizmienne contre Erzeroum, mais, devancé par le prince de cette ville dans la faveur du Khwârizm-Châh, fit appel à al-Achraf pour repousser l’invasion imminente de Djalâl ad-dîn en Anatolie. L’armée ayyoubide et l’armée seldjouqide se rassemblèrent près de Sîwâs. La rencontre avec l’envahisseur eut lieu près d’Erzindjân, et se termina par un désastre pour le Khwarizm-Châh, qui ne put que se sauver tout seul en Adherbaïdjân. Al-Achraf recouvra Akhlâṭ, et Kaïqobâdh annexa Erzeroum et envahit même la Géorgie. L’année suivante, les Mongols devaient venir en Iran et en expulser les Khwârizmiens ; Djalâl ad-dîn reparaîtra alors en fuyard en Djéziré, lançant des appels que les pillages de ses bandes empêchaient d’entendre20, et, traqué par les Mongols jusque près d’Amid, y mourra obscurément, tué par un paysan kurde (1231). L’épopée khwârizmienne avait abouti politiquement à l’unification de l’Asie mineure orientale sous la domination21 des Seldjouqides de Qonya. Plus lentement, elle aboutit de même à un renforcement de l’autorité ayyoubide en Diyâr Bakr : dès 1230, Chihâb ad-dîn Ghâzî de Mayâfâriqîn avait obligé le seigneur d’Arzan, qui s’était déclaré vassal de Djalâl ad-dîn, à lui céder ses états. Pour la même raison, al-Achraf et al-Kâmil allèrent en 1232-1233 déposséder l’Artouqide d’Amid et Ḥiçn Kaïfâ, dont le gouvernement, comme celui du Diyâr Moḍar, fut confié au fils d’al-Kâmil, aç-Çâliḥ Ayyoûb, déchu de la régence de l’Égypte. Il ne restait de non-ayyoubide que Mârdîn.

17Mais dès lors, les ambitions ayyoubides et seldjouqides se trouvaient entrer en contact direct, ce qui ne pouvait manquer de provoquer des conflits. Les bandes khwarizmiennes, privées désormais de chef et d’abri, ne demandaient qu’à servir les unes ou les autres. Des Mongols les ayant poursuivies jusque vers Sîwâs, Kaïqobâdh les avait engagées pour étendre avec leur aide ses possessions vers l’est, reprenant ainsi sans s’en douter la tactique des Byzantins en face de l’invasion turque du xie siècle, et il avait enlevé Akhlâṭ aux lieutenants d’al-Achraf (1233). Al-Kâmil organisa alors contre lui une coalition de tous les Ayyoubides, à laquelle durent participer même al-‘Azîz d’Alep et les successeurs d’al-Afdal de Samosate. Le territoire anatolien fut envahi au nord de Mar‘ach, mais Kaïqobâdh avait fait garder les défilés du Taurus, qui ne purent être forcés ; plusieurs seldjouqides, tel Dâoûd, étaient venus malgré eux, craignant de devoir échanger en cas de victoire leurs fiefs syriens contre des déserts anatoliens ; l’armée ayyoubide se retira vers Ḥiçn Mançoûr et Amid ; un secours envoyé sur sa demande à l’Artouqide de Khartpert fut pris, avec cette place, par Kaïqobâdh ; al-Kâmil dut se retirer en Égypte (1234).

18Kaïqobâdh enleva alors un moment Saroûdj, Édesse, Sèvavérak, Ḥarrân, Raqqa même, bref tout le Diyâr Moḍar, qu’al-Kâmil vint lui reprendre l’année suivante ; avec l’aide de l’Artouqide de Mâr-dîn, une armée seldjouqide entreprit, d’ailleurs en vain, le siège d’Amid, tandis que les Khwarizmiens enlevaient Nacîbîn. Les échecs de la politique d’al-Kâmil lui aliénèrent al-Achraf, qui devait l’entretenir à Damas chaque fois qu’il y passait et n’en retirait en Djéziré que des déboires ; à Alep, al-‘Azîz étant mort prématurément, sa veuve s’inquiéta de l’attitude d’al-Kâmil ; tous les petits ayyoubides étaient ulcérés d’être traités en simples instruments de la politique d’al-Kâmil. Entre tous ces mécontents, une coalition se noua ; on entama des négociations avec Kaïqobâdh, qui préparait une nouvelle campagne contre Amid. L’heure était grave pour al-Kâmil.

  • 22 Kamâl, 88-99 ; I. W., 296 r°, 310 v° et ms. 1702, 1 r°, 5 v° ; T. S., 635 sq. d'après une lettre d' (...)

19La mort de Kaïqobâdh (1237), suivie de la maladie d’al-Achraf, le sauvèrent. Le successeur de Kaïqobâdh, Kaïkhosrau II, eut maille à partir avec les Khwârizmiens, qui se sauvèrent en Djéziré, où aç-Çâliḥ Ayyoûb les engagea à son service : ils devaient pendant dix ans être les artisans de sa force et l’un des principaux facteurs de la politique syro-djéziréenne. Puis, à la fin de 1237, al-Achraf mourut. Al-Kâmil ne reconnut pas le successeur qu’il s’était désigné en la personne d’aç-Çâliḥ Ismâ’îl de Ba‘lbek, et conquit Damas. Alep et Ḥomç, qui avaient envoyé des secours à Damas, se préparaient à soutenir à leur tour une attaque, et enrôlaient des Turcomans refoulés par les bandes khwarizmo-mongoles, obtenaient des secours de Kaïkhosrau, lorsqu’al-Kâmil à son tour mourut (1238)22.

  • 23 Sibt, 468-483 ; I. W.. 5 v°, 28 v° (lacune à compléter par 1702. 317 v°, 319 r°) ; T. S., d'après l (...)

20Ce fut le signal d’une réaction générale et le début d’une période d’anarchie. Aç-Çâlîh Ayyoûb n’acceptait pas de voir son jeune frère, al-‘Adil II, recueillir la succession de l’Égypte. À Damas, les lieutenants d’al-Kâmil, par crainte d’une attaque de Dâoûd, établirent en hâte un autre Ayyoubide, al-Djawwâd, qui, vite en difficulté avec al-‘Adil, lequel n’avait pas été consulté, promit sa ville à aç-Çâlîh. Ce dernier avait eu à faire front en Djéziré à une coalition de tous les ennemis d’al-Kâmil, princes d’Alep, Ḥomç, Mardîn, Mayâfâriqîn, groupés autour de Kaïkhosrau, et, par ailleurs, de l’ancien allié d’al-Achraf, Loulou de Mossoul. Grâce aux Khwarizmiens, auxquels il donna le Diyâr Moḍar, aç-Çalîh avait néanmoins réussi à se tirer d’affaire. Il accourut donc à Damas, et prépara l’attaque de l’Égypte. Mais, tandis qu’Alep resserrait ses liens avec Khaïkhosrau par un double mariage et la reconnaissance formelle de sa suzeraineté, en Syrie centrale aç-Çâliḥ Ismâ’il rentrait en scène, et réduisait aç-Çâliḥ, venu avec peu de forces, à une situation telle que Dâoûd put s’emparer de lui. Naturellement Ismâ’il et Dâoûd se disputèrent la succession. Dâoûd libéra alors aç-Çâliḥ avec charge d’aller détrôner son frère al-‘Adil, allié d’Ismâ’il. L’impopularité d’al-‘Adil facilite les choses : en 1240 aç-Çâliḥ est maître de l’Égypte. Naturellement il n’a d’autre ambition que de reconquérir la Syrie23.

  • 24 Grousset, 372-407 ; Röhricht, ch. XXXV. Les sources musulmanes inconnues d'eux sont surtout I. W., (...)

21Comme bien des prédécesseurs damasquins, Ismâ’il, menacé par le maître de l’Égypte, se rapproche des Francs. En 1239 la trêve conclue par Frédéric II était arrivée à expiration, Grégoire IX avait organisé une petite croisade, dirigée par le roi de Navarre Thibaut de Champagne, mais dès auparavant Dâoûd avait sans peine réoccupé Jérusalem, et les croisés avaient livré ensuite à al-‘Adil des combats peu heureux. L’occupation de l’Égypte par aç-Çâliḥ renversa la situation en leur faveur d’une façon inespérée. Contre aç-Çâliḥ et Dâoûd, Ismâ’il demande l’alliance franque, qu’il paye de la cession immédiate du pays entre Çaïdâ et Tibériade, et de la promesse de la Palestine. Dâoûd une fois battu, les Hospitaliers, jaloux des Templiers qui acquéraient Çafad, firent signer la paix entre le successeur de Thibaut, Richard de Cornouailles, et aç-Çâliḥ : le premier, parent de Frédéric et gagné à sa politique, obtint du sultan égyptien, intéressé à ménager les Francs, la confirmation des anciennes concessions d’al-Kâmil à l’empereur. Les discordes qui éclatèrent ensuite entre Francs aboutirent au rejet définitif de la régence de Frédéric II, remplacé, au nom de son fils Conrad devenu majeur mais absent, par Alice de Chypre, l’ancienne femme de Bohémond V. Frédéric II, de nouveau en conflit avec la Papauté en Europe, ne pouvait intervenir. Pratiquement ce fut la fin des derniers vestiges d’autorité centrale (1243)24.

  • 25 Sibt, 487-497 ; I. W., 29 r°-v°, 43 v°, 46 r° ; Qirtâï, 24 r°. Djawwâd, revenu puis passé un moment (...)

22Aç-Çâliḥ, qui ne s’était imposé en Égypte que par des exécutions effroyables, n’avait pas tardé à entrer en guerre contre Dâoûd. Pour éliminer tous ses rivaux syriens, il fit appel à ses anciens auxiliaires de Djéziré, les Khwarizmiens25. Ceux-ci, du Diyâr Moḍar où ils étaient cantonnés, étaient entrés en guerre avec les Alépins affaiblis par l’envoi de renforts à Kaïkhosrau contre les Mongols, et leur avaient infligé un terrible désastre ; mais peu après, avec l’aide du prince de Ḥomç, les contingents anatoliens étant revenus, ils avaient à leur tour été écrasés, et tout le Diyar Moḍar était tombé aux mains des Alépins. En même temps Kaïkhosrau enlevait Sèvavérak (Souwaïda) et Amid au fils d’aç-Çâliḥ, Toûrânchâh (1241). En vain Chihâb ad-dîn Ghâzî de Mayâfâriqîn, que menaçait l’avance seldjouqide, essaya-t-il de rallier les Khwârizmiens et de reprendre les terrains perdus par eux et Toûrânchâh : il fut défait. Il semblait que les Seldjouqides étaient à la veille d’annexer la Djéziré si longtemps convoitée, lorsqu’apparut en Arménie un danger terrible, une armée mongole envoyée à la conquête de l’Anatolie. Kaïkhosrau fit alors brusquement signer la paix en Djéziré en abandonnant Akhlâṭ à Ghâzî et Khartpert aux Khwârizmiens, afin de pouvoir disposer immédiatement de tous ses contingents et solliciter même les secours de ses ennemis d’hier (début 1243).

  • 26 Kamâl, VI, 2-18 ; Sibt, 485-488 ; Sa dad-dîn, dans Dhahabî, évén., 639, 640 ; D. H., 406 ; Ibn al-F (...)
  • 27 Sibt, 505-513 ; I. W., 512 r°, 65 r° ; Sa'd ad-dîn, dans Dh., 644-645 (dé taillé sur Ascalon et Tib (...)

23Ce fut peu après leurs déboires que les Khwârizmiens reçurent l’appel d’aç-Çâliḥ. Menacés eux aussi par leurs anciens ennemis les Mongols, ils furent trop heureux d’accepter la possibilité de trouver un refuge outre-Euphrate et accoururent26. Devant la gravité du danger, Dâoûd et Ismâil se réconcilièrent, obtinrent l’appui du prince de Ḥomç hier vainqueur des Khwârizmiens, et demandèrent l’appui des Francs, qu’ils ne crurent pas pouvoir acheter trop cher. Presque toute la Palestine leur fut donnée, y compris l’entière possession de Jérusalem. Mais déjà arrivaient les Khwârizmiens, dévastant tout sur leur passage. Jérusalem fut arrachée aux Francs et saccagée. Les alliés se rassemblèrent à Acre, et, malgré le prince de Ḥomç, décidèrent de livrer bataille tout de suite aux Khwârizmiens, afin de les empêcher de rejoindre aç-Çâliḥ. La rencontre eut lieu à Gaza (octobre 1244). Ce fut, pour les Franco-Syriens, une épouvantable catastrophe27. Les Francs perdirent presque toute leur chevalerie et leurs récentes acquisitions palestiniennes. L’armée égyptienne vint occuper une partie des possessions de Dâoûd, puis, en 1245, enleva Damas à Ismâ’il après un siège atroce. Il est vrai que peu après les Khwârizmiens, mécontents de n’avoir pas été autorisés à piller Damas, se retournèrent contre aç-Çâliḥ. Mais celui-ci parvint à se réconcilier contre eux avec le prince de Ḥomç, qui anéantit la plupart des bandes près de Ḥomç. L’équipée khwârizmienne était terminée (été 1246). En 1257, aç-Çâliḥ enlevait aux Francs Ascalon et Tibériade. Dâoûd s’enfuit en Irâq, et ses fils livreront Karak en 1249 : seule restait en Syrie comme puissance rivale d’aç-Çâliḥ an-Nâcir d’Alep, qui prit même Ḥomç en 1248, lorsqu’arriva l’annonce de la croisade de Louis IX. Aç-Çâliḥ, par des moyens terribles, avait reconstitué l’héritage d’al-Râmil.

La Syrie du Nord au temps de Bohémond V

  • 28 Il y eut deux attaques, datées par Ann., T. S., 439 (Chypr., 118), de 1235 ou 1236 ; Cont. A 404, d (...)
  • 29 Kamâl, 95 ; Math., Paris, III, 404 ; Ann., T. S., 441 ; Albéric, 942 ; Grég. IX, 3991, 4000, 4144 ; (...)

24On a remarqué combien, dans cet exposé d’histoire générale, la Syrie du Nord joue peu de rôle ; a fortiori la Syrie franque du Nord, d’ailleurs extrêmement mal connue. Au début de son principat, Bohémond V envoya son frère Henri au secours d’expéditions d’Hospitaliers et de Templiers contre Ba‘rîn, qui aboutirent, grâce à la médiation d’al-Kâmil, au versement d’un tribut par Ḥamâh à l’Hôpital28. Mais dans l’ensemble son attitude politique des premières années ressemble à celle de son père avant sa réconciliation avec l’Église, de façon toutefois plus modérée. On verra ses démêlés avec l’Église séculière et les ordres militaires. Ce fut contre l’aveu de Bohémond que les Templiers profitèrent en 1237 de la mort d’al-‘Azîz d’Alep pour attaquer les Turcomans du ‘Amouq. Al-Mou‘aẓẓam, un fils survivant de Saladin, vint alors investir Baghrâs. Les murs commençaient à être ébranlés lorsque Bohémond, non sans avoir sévèrement tancé les Templiers, parvint à faire accepter son intercession en leur faveur auprès du gouvernement alépin, avec lequel il avait d’aussi bons rapports que son père. La leçon cependant ne suffît pas à l’orgueil du précepteur du Temple à Antioche, Guillaume de Montferrat, qui rompit la trêve en juin 1237, avec des secours reçus de divers seigneurs francs, parmi lesquels Guy de Giblet (Djoubaïl), peut-être alors en mauvais termes avec Bohémond. L’armée ainsi constituée se rendit à Hadjâr Choghlân pour surprendre Darbsâk ; mais la garnison de cette place, alertée, résista assez pour donner à l’armée d’Alep le temps d’accourir. En vain des prisonniers francs de Darbsâk faisaient-ils signe à leurs compatriotes de se retirer, ceux qui le proposèrent furent traités de lâches par Guillaume. Le résultat fut que les Francs, assaillis par des troupes plus nombreuses et fraîches, furent écrasés, Guillaume tué avec beaucoup d’autres chevaliers, presque tout le reste emmené prisonnier. Le désastre eut un grand retentissement, jusqu’en Europe où Templiers et Hospitaliers envoyèrent des secours, et où Grégoire IX se préoccupa du sort et du rachat des prisonniers. Cette fois il n’y eut plus d’hostilités entre Templiers et Alep pendant de longues années29.

  • 30 Il sanctionne un don de Filanghieri aux Teutoniques (Strehlke, 61, 64).

25Dans les dissensions franques de la Syrie méridionale, Bohémond V, comme son père, évita de trop se compromettre. En 1243 il accueillit le frère de Filanghieri expulsé de Tyr, mais ne lui prêta aucun secours30. Il s’associa à la coalition franco-syrienne qui devait aboutir au désastre de Gaza ; ce fut pour la chevalerie antiocho-tripolitaine aussi une catastrophe, qui survenait juste au moment où la Syrie du Nord allait avoir le plus besoin d’hommes.

  • 31 I. Ch., 83 v° ; Vincent de Beauvais, XXX, 144 ; Alishan-Sissouan, 85, 314 (réparation des remparts (...)
  • 32 Chyprois, 105 ; Strehlke, 65.
  • 33 Cont. A 405 ; Cart., II, 509 ; Grég. IX, 3597, 4732-4735, et Cart., II, 20 avril 1236.
  • 34 A la cour de Bohémond on trouve un Henri de Camardias, qui est peut-être de Cilicie (Cart., II, 594 (...)

26Avec les Arméniens de Cilicie, les rapports restèrent tendus jusqu’à l’arrivée de Louis IX. Non que Constantin prît jamais l’initiative de l’attaquer : sa politique, tout en restant dans la ligne de celle de Léon, était plus repliée, moins mêlée aux affaires latines. Il avait à se prémunir contre le danger constant d’une attaque seldjouqide. Kaïqobâdh envahit de nouveau la Cilicie en 1233, et à sa mort Kaïkhosrau n’accorda la paix aux Arméniens que contre la promesse de fournir un contingent militaire à toute réquisition. Peut-être fût-ce en vue de constituer une garde plus vigilante à l’ouest que Constantin concéda dès avant cette date la forteresse de Lampion à un de ses cousins et homonymes : concession imprudente, puisque plus tard Constantin de Lampron devait se révolter31. De toute façon, le péril turc obligeait à rester prudent partout ailleurs. En 1232, Constantin accueillit Filanghieri, mais ne le secourut pas. Toutefois, vassal nominal de donnait l’important district de Hâroûnya32. Par contre il fut un moment en rapports si tendus avec les Templiers qu’il en fit écorcher vifs. Peu de temps après l’expédition de Ba‘rîn, l’accord se fit entre l’Ordre et Bohémond V, qui n’avait pas pardonné l’exécution de son frère Philippe, pour une expédition contre la Cilicie ; au dernier moment cependant, Constantin, peut-être appuyé par un légat pontifical, parvint à satisfaire les Templiers par une forte indemnité. En 1237, Grégoire IX interdit aux ordres militaires, à Bohémond V et à Henri Ier de Chypre, de rien tenter contre Constantin : Bohémond essaya du moins de profiter du rapprochement qu’il opérait alors avec la Papauté (qui lui envoyait de Rome sa seconde femme Lucienne de Segni) pour obtenir de la Curie la cassation du mariage de Héthoum et d’Isabelle, ce qui eût ôté toute légitimité au pouvoir du prince arménien. Mais Constantin obtint que le procès fût jugé en cour arménienne, ce qui était en préjuger la solution33. Ayant à l’égard des querelles franques et du Saint-Siège une politique analogue, Bohémond et Constantin eussent dû se rapprocher. Mais il y avait entre eux des souvenirs trop amers. Il faudra des circonstances tragiques et l’influence de Louis IX pour parvenir à les effacer34.

Notes

1 Sibt, 390.

2 Al-Mou‘aẓẓam soupçonnait al-Achraf et al-Kâmil de s'être entendus a ses dépens, lors du séjour d’al-Achraf en Égypte, contre les croisés (Sibt, 410).

3 I. A., 274, 303 ; I. A. D., 171 ; M. D. N., dans I. F., 144 r° ; Kamâl, 65-67 ; I. W., 203 r°, 206 r°, 215 r°, 219 r° ; Sibt, 411 et ms. Brit., 164 v°.

4 I. A., 296-303 ; Kamâl, 68-70 ; I. W., 235 r°, 236 v° ; Sibt ms., 168 r° ; M. b. N., dans I. F., 174 v°, 175 r°, 190 r°, 193 v° ; Ibn Bibî, 106-111 et 118-124. Les deux Artouqides font la khotba au nom de Kaïqobâdh. Kaïqobâdh se rapproche des Ayyoubides en négociant à la fois avec al-Kâmil (I. F., 183 r°, 190 r°) et al-Moudjâhid de Ḥomç (192 v°) et avec al-Mouaẓẓam (I. F., 190 v°).

5 I. A., 315-318 ; Kamâl, 176-177, 182-184 ; I. W,, ms. 1702, 117 r°, 119 r° ; Kantorowicz, Friedrich II, c. IV. Les sources arabes originales sont I. A., 311-315 ; I. W. ms., 1703, 245 v°, 253 v° et ms. 1702, 119 r°, 121 v° ; Sibt, 424-425 et 431-433 ; I. A. D., an 625 ; M. b. N., dans Amari. 19-24 ; Sa'd ad-dîn, dans Sibt, 427 ; Ibn al-'Amid, an 626 ; Patr. d’Alex., 352-355.

6 Sur la croisade de F., cf. Röhricht, ch. X ; Grousset, t. III, ch. XVI ; ms. 1703, 252 v°, 264 r° ; Sibt, 434-435, 441 ; M. b. N., dans Amari, 22 ; A. Ch., 168 r°, 169 r° ; I A. D., 173 r°, 174 v° ; Patr. d’Alex., 355 ; Ibn al-Amîd, 627.

7 M. b. N., dans Amari, 20.

8 Chyprois, 32-33 (Philippe de Novare) et 45 ; Cont. A 361, 364 ; Hon., III, 6272 ; Strehlke, 50, 53 ; AOL, II, B 159 ; M. b. N., dans Amari, 22.

9 Chyprois, 46 (Philippe) ; Cont. A 368 ; Strehlke, 54.

10 Röhricht, 787 et n. 2.

11 Annales de Waverley, MGSS, XVII, 461 ; Ann. Dunstaplenses, ibid., 509 ; Cart., 404, 409.

12 I. A., 319 (II 180) ; I. A. D., 180 v° ; I. W. 268 r° ; B. H.,, 396. En 630/ 1233, le seigneur de Barîn, trop menacé par les Francs du Krak, la cédera à son frère de Ḥamâh.

13 Celle-ci, quelque illusion que puissent faire les conflits des Templiers et Hospitaliers sur ses possessions, était reperdue pour les Franos, peut-être depuis 1121, où al-Kâmil offre de la céder, en tous cas depuis 1123 (Qirtâï, 8 r°, où la date est à corriger d'après Kamâl, V, 66, puisque Mouaẓẓam est dit vivant) et encore en 1229 (Tafel, II, 274). I. A., 330 (II 180) ; Kamâl, Y, 79 ; Albéric, MGSS, XXIII, 938.

14 Cart., II, 427-428.

15 Grég. IX, 1223.

16 Hon., III, 6272 ; Cont. A 361.

17 Chyprois (Novare), 86-89 et 108. Frédéric offrira encore en vain la baillie de Jérusalem en son nom à Bohémond V, au début de son règne (Mon. Gérm., Epist. sel., I, 674).

18 Cont. A 403 ; Ann., T. S., 349 ; Müller, 99.

19 Assises Jérusalem, I, 570.

20 Ibn Bîbî, 142-189 ; I. A., 307-320 ; Kamâl, 73 ; Sibt., 430-447 ; I. W., 262 v°, 273 r°, 277 r°, 282 r° ; Abdallatîf, dans Dhahabî, évén., 627, 629 ; Na-sâwî, ch., 68-74, 84-90, 104-107 ; I. Ch., REI, 116 ; Djazarî, 30 v°, 31 r° ; Ibn al-Fouwâtî, 42 ; B. H., 395 ; Kirakos-Brosset, 113. Le lieu précis de la bataille d'Erzindjân, est appelé Yâsîtchoman par I. A., Nasâwî, Ibn Bîbi et Abdallatîf, al-Wa'ra par Sibt.

21 Ibn Bîbî, 182-196 ; I. W., 289 v°-292 r° ; Kamâl, 85-86 ; Sibt, 452-453 ; Khazradjî, 136 r° ; B. H., 400 ; Ibn al-Amîd ; Vie de Dâoûd, Aya Sofya, 154.

22 Kamâl, 88-99 ; I. W., 296 r°, 310 v° et ms. 1702, 1 r°, 5 v° ; T. S., 635 sq. d'après une lettre d'un témoin de la prise de Damas ; I. Ch., REI, 117, Brit., 66 v°, Leyde, 174, 192 ; Sibt, 459-470 ; Khazradjî, 137 v°, 141 v° ; Ibn as-Sâdî, dans Ibn al-Fouwatî, 77 sq., Nouwaïrî, 303-306 (Leyde), et Djazari. 62 v° ; Sa‘d ad-din, dans Dhahabî Tab., 635 ; A. Ch., 182 v°, 183 v° ; Ibn al-Amîd ; B. H., 401-404 ; Ibn Bîbî, 199-210.

23 Sibt, 468-483 ; I. W.. 5 v°, 28 v° (lacune à compléter par 1702. 317 v°, 319 r°) ; T. S., d'après la même lettre qu'à la note précédente ; Sa‘d ad-din, dans Sibt, 477-479 ; t. Ch., REI, 117-120 et Loyde, 268 ; Djazarî, 69 r° ; Khazradjî, ans 636-637 ; Kamâl, 103-107 et VI, 1 ; Qirlâï, 14 r°, 21 r° ; Ibn al-Amîd passim ; l'air. Alex., 388-391 ; Ibn al-Fouwatî, 114, 121, 141 ; Vie do Dâoûd, 209 ; B. H., 404 ; Ibn Bîbî, 215-219 (aussi sur les persécutions d'émirs anatoliens par Kaïkhosrau).

24 Grousset, 372-407 ; Röhricht, ch. XXXV. Les sources musulmanes inconnues d'eux sont surtout I. W., 17 r°, 22 v° ; Sibt., 480-485 ; Vie de Dâoûd, Aya Sofya, 91-94.

25 Sibt, 487-497 ; I. W., 29 r°-v°, 43 v°, 46 r° ; Qirtâï, 24 r°. Djawwâd, revenu puis passé un moment chez les Francs, meurt en 641/1243-1244 (Sibt, 492, Ibn al-Fouwatî, 190) ; la dernière exécution d'aç-Çâlih fut celle de son frère al-Adil (Sibt, 512, I. W., 58 r°, en 1248).

26 Kamâl, VI, 2-18 ; Sibt, 485-488 ; Sa dad-dîn, dans Dhahabî, évén., 639, 640 ; D. H., 406 ; Ibn al-Fouwatî, 142, 151 ; Ibn Bîbî, 220-226, 231-236.
Grousset, 407-418 ; Röhricht, 859-867. Les sources originales arabes sont f W., 46 v°, 50 v° (en partie cité dans Michaud-Reinaud, 549-551) ; Sibt, 493-499 ; A. Ch., 191 v°, 194 r° ; Vie de Dâoûd, 60 ; Khazradjî, 152 v° ; Ibn al-

27 Sibt, 505-513 ; I. W., 512 r°, 65 r° ; Sa'd ad-dîn, dans Dh., 644-645 (dé taillé sur Ascalon et Tibériade) ; Ibn al-Fouwatî, 216 ; Khazradjî, ans 644-645 Qirtaï, an 645 ; Matth., Paris, 559 ; Cont. A 433 ; Ann., T. S., 442 (Chypr., 146). Amîd passim ; Ibn al-Fouwatî, 291 ; Qirtâï, 28 r°.v° ; Sa'd ad-dîn, dans Dhahabî, évén., 643.

28 Il y eut deux attaques, datées par Ann., T. S., 439 (Chypr., 118), de 1235 ou 1236 ; Cont. A 404, donne une date plus proche de la mort de Bohémond. À la première participe Jean d'ibelin, qui n'est connu par ses chartes en Syrie et non à Chypre, qu'en automne 1233 ; le synchronisme avec l'expédition anatolienne d'al-Kâmil, oblige à adopter l'été de 1234 pour la seconde. C'est à la fin de 1233 que le seigneur de Barîn la cède à son frère de Ḥamâh (I. W., 287 r°).

29 Kamâl, 95 ; Math., Paris, III, 404 ; Ann., T. S., 441 ; Albéric, 942 ; Grég. IX, 3991, 4000, 4144 ; I. Ch., 93 v° (cite un frère Thomas, prisonnier). Les captifs seront libérés en 1241 devant l'attaque khwârizmienne sur Alep.

30 Il sanctionne un don de Filanghieri aux Teutoniques (Strehlke, 61, 64).

31 I. Ch., 83 v° ; Vincent de Beauvais, XXX, 144 ; Alishan-Sissouan, 85, 314 (réparation des remparts de Tarse en 1238) ; Cart., II, 464.

32 Chyprois, 105 ; Strehlke, 65.

33 Cont. A 405 ; Cart., II, 509 ; Grég. IX, 3597, 4732-4735, et Cart., II, 20 avril 1236.

34 A la cour de Bohémond on trouve un Henri de Camardias, qui est peut-être de Cilicie (Cart., II, 594). Le rapprochement des dernières années est facilité antérieurement par le mariage d'une sœur de Héthoum avec Henri de Chypre, allié de Bohémond.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540