Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Cinquième partie

Chapitre III. De la cinquième a la sixième croisade Raymond Roupen et Philippe d’Antioche

Texte intégral

1À partir de la fin de 1216, les conditions de la politique syrienne sont profondément modifiées par la mort successive d’aẓ-Ẓâhir (1216), d’al-‘Adil (1218) et de Léon (1219), et par l’intervention, au sud, d’une nouvelle croisade franque, au nord, des Seldjouqides d’Anatolie. La carrière de Raymond Roupen, la revanche que prend Bohémond en établissant un de ses fils au trône de Cilicie, se terminent toutes deux misérablement.

I. — La politique générale au moment de la cinquième croisade

  • 1 Röhricht, Studien zur Geschichte des fünften Kreuzzugs, Innsbruck, 1891, et Gesch., ch. XXXII ; Gro (...)

2L’organisation d’une nouvelle croisade, après le détournement de la quatrième, avait été la pensée constante d’Innocent III, qui l’avait fait décider en 1215 par le concile du Latran. Sa mort retarda les départs. Les premiers croisés arrivèrent à Acre en 1217, et combattirent al-Mou‘aẓẓam, celui des fils d’al-Adil qui possédait la Syrie centrale en apanage ; mais en 1218, après le rassemblement de tous les croisés, le roi Jean de Brienne fit décider de porter l’attaque sur Damiette, dans l’espoir de se procurer un objet d’échange pour Jérusalem et la Palestine. La croisade commença bien, parce qu’al-‘Adil mourut à ce moment et que son fils al-Kâmil, qui lui succéda en Égypte, démoralisé par l’annonce de la venue prochaine de l’Empereur Frédéric II et par l’impossibilité où les affaires de Syrie et de Djéziré mettaient ses frères de le secourir, croyait peu dans la possibilité d’une résistance : Damiette tomba en 1219, et, tandis qu’al-Mou‘aẓẓam faisait démanteler une série de places palestiniennes et Jérusalem même, al-Kâmil, d’accord avec lui, faisait proposer aux croisés la restitution de la Palestine, puis même de Djabala et Lattakié, en échange de Damiette. L’aveuglement du chef de la croisade, le légat Pélage, des ordres militaires et des commerçants italiens, fit repousser ces offres, et al-Kâmil eut le temps de se ressaisir, de recevoir des secours d’al-Mou‘aẓẓam et même d’al-Achraf de Djéziré, et, Frédéric II n’arrivant pas, d’infliger aux croisés un désastre qui les obligea à rendre Damiette sans compensation (août 1221)1.

  • 2 Hon. III, 12 mai 1224.
  • 3 I. A., 58-59, 119, 129, 132 ; B. H., 350 ; Brosset-Géorgie, 456-463 ; Ibn Bîbî Houtsma, IV, 5-22 ; (...)

3Ce qui avait aggravé le péril où la croisade avait mis les Ayyoubides était qu’elle avait encouragé d’autres adversaires à l’affût. Il n’est pas jusqu’aux Géorgiens qui n’aient fait espérer au pape Honoruis III une importante diversion2. Mais le principal danger venait des Seldjouqides de Qonya. Nous les avons déjà vus en quelques occasions influencer la politique nord-syrienne et djézi-réenne ; néanmoins, avant 1216, ils n’étaient pas directement intervenus dans les territoires syro-djéziréens, comme l’avait fait jadis Qilîdj Arslân II. Pour comprendre dans quelles conditions ils vont pouvoir le faire à présent, il importe de revenir rapidement un peu en arrière. Après la mort de Qilîdj Arslân en 1192, il s’était opéré non sans peine un regroupement des domaines seldjouqides. Qotb ad-dîn avait pris Qaïsariya, fait périr Noûr ad-dîn Mohammad, puis était mort lui-même ; ses états étaient passés à Rokn ad-dîn Soulaïmân de Toqât, qui avait réussi à chasser Ghiyâth ad-dîn Kaïkhosrau (entre 1196 et 1199) puis à soumettre Amasya et Niksâr et enfin Malatya (1200). Kaïkhosrau avait été demander des secours à l’Artouqide de Ḥiçn Kaïfâ-Amid, son neveu, à aẓ-Ẓâhir d’Alep, à Léon de Cilicie, enfin à Alexis Ange ; de son côté, Mou’izz ad-dîn de Malatya s’était retiré chez al-‘Adil, dont il avait épousé une fille. Mais aucun de ces princes n’ayant le loisir de s’engager dans une expédition anatolienne, Rokn ad-dîn avait recouvré tout l’héritage paternel (il n’acquit Ankara qu’en 1205, à la veille de sa mort). Dès 1200 environ, il avait repris la politique expansionniste de son père en conduisant une expédition de représailles contre les Géorgiens dont la carence seldjouqide avait accrû l’audace, et chemin faisant réduit à l’état de vassal Bahramchâh le Mangoudjaqide d’Erzindjan et dépossédé le Saltouqide d’Erzeroum au profit de son propre frère Toghrilchâh d’Albistân. On a vu qu’il avait également inquiété la Cilicie où en 1201 son apparition avait empêché Léon de disputer Antioche à Bohémond. Enfin contre al-Adil il avait reçu l’hommage d’al-Afḍal de Samosate3.

  • 4 Ibn Bîbî, 23-38 ; I. A., 128-129, 132, 160, 167 ; I. W., 173 r°; Nicéphore Grégoras, 17-21 ; George (...)

4Rokn ad-dîn fut remplacé par son fils Qilîdj Arslân III, qui était mineur. Kaïkhosrau, réfugié à Nicée depuis la prise de Constantinople par les Francs, fut appelé par le parti guerrier (Turcomans des frontières appelés « Oûdj », et descendants des Danichmendites), et, malgré l’opposition des fouqahâ, dûe à ce qu’il avait épousé une grecque, expulsa son neveu (1206). Naturellement allié de Lascaris contre les Latins et Trébizonde (alliée aux Géorgiens), il conduisit dès 1206 une expédition contre cette dernière, puis en 1207, malgré une intervention chypriote, enleva Anṭalya à son seigneur latin, dont al-‘Adil lui avait dénoncé les sévices à l’égard des commerçants d’Alexandrie, et s’empressa d’ailleurs d’y accorder aux Vénitiens le premier privilège connu d’un Seldjouqide aux marins francs. Il intervenait en même temps activement en Djéziré, en soutenant les ennemis d’al-‘Adil et en particulier en défendant l’Artouqide de Khartpert contre son oncle de Ḥiçn Kaïfâ-Amid. Il était par contre naturellement allié d’aẓ-Ẓâhir, adversaire comme lui de Léon. En 1208-1209 une attaque combinée des deux princes lui avait valu l’acquisition de Pertousd, qui dégageait Mar‘ach. Pour des raisons obscures, les rapports se gâtèrent alors entre Lascaris et lui ; la guerre éclata en 1211, et Kaïkhosrau y trouva la mort4.

  • 5 Ibn Bîbî, 38-58 ; B. H., 364, 369 ; I. W., 170 v°, 176 r ; Ann. T. S., 436, Cont. A 316, Chyprois, (...)

5Les débuts de son successeur ‘Izz ad-dîn Kaïkâoûs furent difficiles, car il eut d’une part à dompter une révolte de son frère ‘Alâ ad-dîn Kaïqobâdh, soutenu par Toghrilchâh d’Erzeroum, d’autre part à refouler Léon, qui venait piller jusqu’aux abords de Qaïsariya, tandis qu’Anṭalya soulevée se donnait aux Chypriotes. Mais contre Toghrilchâh il sut acquérir l’alliance d’al-Achraf, récemment entré en possession d’Akhlât, et bientôt annexait Erzeroûm ; en même temps Kaïqobâdh était dompté et enfermé (1213-1214). Peu après, Al-Afḍal était reprise, et dès auparavant Kaïkâoûs avait réussi à s’ouvrir un débouché sur la Mer Noire en capturant l’empereur de Trébizonde et en exigeant pour sa rançon le port de Sinope. Enfin on a vu qu’en 1216-1218 il réalisa d’importantes conquêtes sur les confins de la Cilicie5.

  • 6 Sur cette richesse, cf. spécialement Vincent de Beauvais, 143-144.

6La première moitié du xiiie siècle et plus spécialement les règnes de Kaïkâoûs et de son successeur Kaïqobâdh marquent l’apogée de l’état seldjouqide d’Anatolie. Les Turcomans maintenus dans l’ordre, l’exploitation économique du pays reprend avec une activité qu’elle n’avait pas connue depuis deux siècles ; l’agriculture, l’élevage, les mines surtout procurent au souverain des ressources qu’accroît le commerce avec l’Occident et la Mer Noire, et dont aucun état voisin ne possède l’équivalent6 ; depuis la conquête latine de Constantinople, aucun état non plus ne peut plus sérieusement inquiéter les Seldjouqides, auxquels leur richesse permet de recruter une armée de mercenaires considérable ; les monuments qui restent de cette période, la littérature qui s’y développe, attestent la prospérité et la puissance relative du premier état fondé par les Turcs en Anatolie. Tout encourage les souverains à intervenir de plus en plus activement à l’Est et en Syrie.

  • 7 I. A., 204-205, 227-229, 231 ; Kamâl, 49-54, 61 ; Sibt, 379-380, 389, 392-393 ; Nazmas-Souloûk dans (...)

7La première grave intervention seldjouqide se produisit au lendemain de la mort d’aẓ-Ẓâhir d’Alep. Les dernières tractations qu’avait eues Kaïkâoûs avec ce prince l’avaient fait se heurter à l’influence d’al-‘Adil. L’arrivée des Croisés, en immobilisant ce dernier, fournissait à Kaïkâoûs l’occasion d’essayer de mettre la main sur la Syrie du Nord. Jugeant qu’il rencontrerait moins d’opposition s’il ne paraissait pas vouloir expulser les Ayyoubides, il promit Alep à al-Afḍal, en échange d’une aide de ce prince pour conquérir la Djéziré. Au printemps de 1218, les deux alliés occupèrent tout le nord de la province d’Alep. Le pouvoir était exercé dans cette ville, au nom du tout jeune al-‘Azîz, par l’eunuque Toghrîl, qui fit appel à al-Achraf, en reconnaissant sa suzeraineté ; bien qu’occupé à surveiller les Francs, al-Achraf accourut, surprit et écrasa les Seldjouqides près de Bouzâ’a, et reconquit tout le pays perdu. Kaïkâoûs se préparait à prendre sa revanche en Djéziré lorsqu’il mourut (1219) ; Kaïqobâdh, tiré de sa prison pour lui succéder, s’empressa, pour assurer son trône, de se réconcilier avec al-Achraf7.

  • 8 I. A., 217-227, 232 ; Kamâl, 60-63 ; Sibt, 395-401 ; I. W., 184 r°.

8L’intervention projetée de Kaïkâoûs en Djéziré était en rapport avec la mort successive de deux princes zenguides de Mossoul. Le principal ministre, Badr ad-dîn Loulou, disputait le pouvoir au nom d’un enfant à un oncle de ce dernier, qui avait l’appui de Gueukbourî d’Irbil et du prince de Ḥiçn Kaïfâ ; Loulou fit appel à al-Achraf, qui lui envoya des renforts au lendemain de sa victoire de Bouzâa ; ses adversaires se tournèrent alors vers Kaïkâoûs, dont ils déclarèrent reconnaître la suzeraineté, bien que le prince d’Amid eût été antérieurement ennemi des Seldjouqides. La mort de Kaïkâoûs disloqua la coalition, al-Achraf acquit Sindjâr, et Loulou devait garder le pouvoir près de quarante ans, jusqu’à sa mort8.

II. — Le principat de Raymond Roupen

  • 9 Historien Royal Alishan, 278.
  • 10 Même la veuve de Bohémond III, Sybille, reparaît (Cart., II, 196).
  • 11 Raynaldi, XX, 220.
  • 12 Cart., II, 190, 196, 234, et la donation de Djabala.
  • 13 Strehlke, 41.
  • 14 Raynaldi, XX, 220.
  • 15 Pour cette période on n’a des lettres d’Innocent III que les titres. L’une a pour objet de contrain (...)
  • 16 Hon., III, 675, 693.
  • 17 Müller 90.

9Tous ces conflits reléguaient à l’arrière-plan les événements locaux d’Antioche, avec lesquels ils interfèrent peu. Le nouveau prince d’Antioche, Raymond Roupen, devait avoir près de vingt ans ; de son ascendance normande il tenait des cheveux blonds et une stature élevée et fière9. Il était arrivé au pouvoir avec l’aide du clergé et des hauts barons : il fit de son règne leur règne. Les grands noms de la noblesse antiochienne, qui ne se trouvaient au bas d’aucun diplôme de Bohémond IV, reparaissent auprès de Raymond Roupen, qu’ils avaient servi en Cilicie, et auxquels Léon avait fait restituer leurs fiefs10. Tandis que Léon rendait Baghrâs aux Templiers, Saint-Paul et les couvents de l’Amanus recouvraient les biens que leur avait confisqués Bohémond IV11. Les Hospitaliers sont naturellement bien traités12, et les Teutoniques reçoivent à Antioche une pleine liberté de commerce13. Antioche étant acquise, Léon et Raymond affichent pour le Saint-Siège un respect sans borne14 ; Innocent III, tout à l’organisation de la croisade, ne chicane pas sur le fait accompli et paraît avoir reconnu le nouveau prince15. Après lui, en tous cas, Raymond entretiendra les meilleurs rapports avec Honorius III, sous la protection spéciale duquel il se mit, et qui le recommanda par lettres expresses au légat Pélage, au Temple et à l’Hôpital, et à la commune d’Antioche16. Aux Pisans, avec lesquels Bohémond IV avait eu de mauvais rapports, Raymond restitue tous leurs privilèges du temps de Bohémond III17. En toute chose le mot d’ordre était : retour à Bohémond III, le principat de l’usurpateur étant nul et non avenu. Et l’on aurait un témoignage de plus de cet esprit si l’on prouvait que les Assises d’Antioche ont été rédigées sous Raymond Roupen.

  • 18 Cart., II, 206 ; Jacques de Vitry, lettre 3 ; Kamâl, 55 ; A. Ch., II 165 sq.

10De la politique extérieure de Raymond Roupen on ne connaît qu’un épisode. Il avait promis à l’Hôpital Djabala et Bikisrâil à reconquérir sur les Musulmans. La mort d’aẓ-Ẓâhir d’Alep, l’arrivée des croisés lui permirent d’entreprendre de faire de cette promesse une réalité. Une expédition par terre et mer fut organisée, la ville de Djabala occupée, remise au châtelain de Marqab, serment prêté à l’Ordre par les habitants et les anciens possesseurs de fiefs à Djabala, réfugiés à Antioche ; confirmation de cette donation était en même temps sollicitée du Sacré Collège (début de 1218). Jusqu’à quel point l’Hôpital occupa-t-il la localité ? Quelques années plus tard, en tous cas, la ville sera de nouveau aux mains des Musulmans18.

  • 19 Cart., 11,71, 127, 175, 241 (février 1218). Jacques de Vitry (lettre 2) en 1217, voit encore Djabal (...)

11Inauguré sous d’heureux auspices, le pouvoir de Raymond Roupen s’écroula en trois ans. Dans des conditions mal connues, le jeune prince se brouilla avec Léon, qu’il aurait arrêté si les Templiers, en le prévenant, ne lui avaient permis de fuir ; sans doute Raymond trouvait-il pesante la tutelle de son grand-oncle, ou politique aux yeux de ses nouveaux sujets de ne pas rester le protégé d’un Arménien. Surtout en 1216, il naquit à Léon une fille, qu’il devait désigner comme son héritière, éventualité dont Raymond dût tout de suite éprouver la crainte, puisqu’en 1217 le pape Honorius III écrivait à Léon, sans doute sur sa demande, pour féliciter le roi arménien du choix qu’il avait jadis fait de Raymond pour lui succéder. Quoi qu’il en soit, il est évident que cette rupture enlevait au jeune prince le plus clair de ses forces19.

  • 20 Hon., III, 760 ; B. H., 371 ; Cont. A 318 ; Historien Royal dans Alishan. Léon, 289.
  • 21 Hon., III, 760. Pierre, II, n’avait pu, malade, aller au concile du Latran (Robert d’Auxerre, 281).

12Le malheur voulut que le patriarche Pierre, qui l’aurait peut-être bien conseillé, mourût au début de 1217, et que l’église d’Antioche restât trois ans privée de pasteur20. Par contre Raymond avait, paraît-il, un entourage déplorable. Les largesses de son avènement avaient dû grever son trésor, il eut recours à des mesures vexatoires qui le rendirent impopulaire ; devenu soupçonneux, il extorqua des serments extraordinaires, et, s’en prenant aux clercs comme aux laïcs, compromit son alliance avec l’Église21. La commune, tenue en laisse, ne pouvait lui être favorable qu’autant qu’il assurait la prospérité, ce qui n’était pas. Son pouvoir était à la merci d’un accident.

  • 22 Hon., III, 2034 ; Cont. A 318.
  • 23 Jacques de Vitry, lettre 3.
  • 24 Ann., T. S., 437 (Chyprois, 19) ; Cont. A 318. La date est entre mars (Strehlke, 41) et mai (mort d (...)
  • 25 Olivier le Scolastique, Hist. Dam., ch. 53.

13Bohémond n’avait pas pu s’occuper activement de récupérer Antioche. Au début ses forces seules eussent été insuffisantes contre Léon ; plus tard il dut participer à la campagne des croisés de 1217, puis, en 1218, défendre son comté attaqué par des diversions musulmanes22. Toutefois, dès 1217, il s’était rapproché de Hugues de Chypre, dont, au début de 1218, il épousait en secondes noces la sœur, Mélisende, quelques semaines avant que Hugues mourût23. Avec Raymond Roupen, il n’avait admis aucun compromis, et il devenait impossible au clergé de Tripoli de se rendre à Antioche. Finalement, Bohémond, hier expulsé d’Antioche par trahison, y rentra de même. Un complot fut organisé par un certain Guillaume Farabel, de la famille des seigneurs du Puy. Bohémond, appelé, accourut. Raymond se sauva dans la citadelle, qu’il laissa à la garde des Hospitaliers, et alla en Cilicie essayer de rentrer en grâce auprès de son oncle malade, mais en vain ; il se rendit alors à Damiette auprès du légat lage, qui l’avait jadis pris sous sa protection au nom de Honorius III24. Au même moment Léon mourait. Bohémond IV ne devait plus se voir contester la domination d’Antioche, et en 1220 pouvait reparaître au secours de la Syrie méridionale25.

III. — Philippe d’Antioche, roi de Cilicie

  • 26 Cont. A 349 ; Ernoul, 427 ; Olivier, Hist. Dam., 45 ; Hon., III, 2320, 3229.
  • 27 Cont. î 347 ; Ann., T. S., 437 (Chyprois, 29) ; Héthoum, 485 ; Chron. rim., 513 ; B. H., 379-380 ; (...)

14Ce fut au contraire en Cilicie que la lutte arméno-latine fut reportée. Léon ayant désigné comme héritière sa fille Isabelle qui n’avait que cinq ans, il lui fallait un régent, que Léon avait constitué en la personne d’Adam de Baghrâs (Gaston), sans doute détenteur de cette place avant sa rétrocession aux Templiers. Naturellement d’autres candidats firent valoir leurs droits. Le premier fut Jean de Brienne, pour le fils qu’il avait eu de sa femme, fille du premier lit de Léon ; retiré de Damiette où il ne s’entendait pas avec le légat, il préparait une intervention en Cilicie lorsque successivement Stéphanie et son fils moururent26. Honorius III et le légat Pélage soutinrent alors une tentative de Raymond Roupen pour recouvrer l’héritage qui lui avait autrefois été promis. Mais Constantin, chef de la grande famille des Héthoumiens de Lampron, que les barons ciliciens avaient substitué à Adam, tué par un Assassin, put bloquer Raymond dans Tarse, et, avant l’arrivée d’un secours d’Hospitaliers, envoyé par mer de Damiette, le capturer et le jeter en prison, où le jeune prince devait bientôt mourir. Des persécutions suivirent contre les Grecs, qui avaient pris parti pour Raymond27.

  • 28 Ibn Bîbî, 97-104 (qui date ainsi et non de 1225-6 comme on a cru).

15L’incertitude de la situation politique de la Cilicie était grave en raison du voisinage de Kaïqobâdh. Celui-ci devait être le plus glorieux des souverains seldjouqides. Dès 1221 il avait enlevé sur la côte isaurienne, juste à l’ouest de la Cilicie, l’ancienne forteresse byzantine de Kalon-Oros, qu’il rebaptisa ‘Alâïyeh, et dont il fit un port actif et sa résidence d’hiver. Bientôt toute l’Isaurie, d’Al-Afḍal aux abords de Korykos, à l’entrée de la Cilicie, lui appartint. Presque toutes les annexions réalisées par Roupen et Léon au lendemain de la chute des Comnènes à Byzance passaient ainsi aux mains des Turcs28.

  • 29 Oliv. Scol. ch., 88 ; Ann., T. S., 437 (Chypr., 20) ; I. A., 303 (H 108) ; B. H., 380 ; Kyrakos, 42 (...)

16Dans cette situation, les barons ciliciens sentirent l’utilité de marier Isabelle sans tarder. On ne pensa plus au lointain fils du roi de Hongrie, auquel Léon l’avait fiancée en 1218, lorsque ce prince passait comme croisé. Leur commune hostilité contre Raymond avait rapproché les barons et Bohémond IV. De plus, des secours francs pouvaient être utiles, et, Jean de Brienne ni le jeune roi mineur de Chypre n’ayant de fils à marier, il était indiqué de s’adresser à Bohémond, au demeurant le plus voisin, et qui avait en son quatrième fils, Philippe, âgé de dix-huit ans, un mari tout prêt pour la jeune reine. Il n’était pas à craindre, puisqu’il avait deux frères aînés vivants, qu’il en résultât jamais d’annexion de la Cilicie à Antioche, et au surplus les barons mettaient comme condition que Philippe respecterait les usages arméniens et adhérerait à l’Église grégorienne. Bohémond, qui avait jadis introduit un patriarche grec à Antioche, pensa sans peine que le trône cilicien valait bien une messe arménienne, et le sacre eut lieu à Sîs, en juin 1222. Philippe inaugura son règne en allant, sous la conduite de son père, repousser une attaque seldjouqide ; Bohémond, naturellement, n’avait plus besoin à présent de l’alliance de Qonya29.

  • 30 Kyrakos, 428 ; Vartan, 442 ; Mich. arm. cont., 407 ; Sam. d’Ani cont., 460 ; B. H., 380 ; Cont. A 3 (...)

17Malheureusement, l’intervention des Francs en Cilicie ne se limita pas à un épisode. Philippe s’entourait exclusivement de Francs, les comblait de faveurs, traitait les nobles arméniens avec distance. Sans doute aussi Bohémond désirait-il retirer quelque profit, pour ses états appauvris, de la nouvelle fortune de son fils. Sans doute Léon avait beaucoup fait pour latiniser extérieurement son État : mais cette œuvre était trop récente, elle était encore trop peu entrée dans les mœurs, pour que fût possible la symbiose franco-arménienne qui s’établira au xive siècle sous les Lusignan. Le bruit courut que Philippe allait envoyer à Antioche la couronne et le trône de la royauté. Constantin exploita ce mécontentement, groupa des partisans. À la fin de 1224, comme Philippe se rendant à Antioche, passait la nuit à Til Ham-doûn, des soldats pénétrèrent dans la forteresse, arrachèrent le prince, tiré de son sommeil, des bras de sa jeune femme éplorée, et l’emmenèrent à Sîs, où Constantin le fit jeter en prison. En vain Bohémond, évitant l’emploi de la force qui eût poussé Constantin à supprimer Philippe, demanda qu’on lui rendît son fils sans royauté : Constantin, qui le savait incapable d’une intervention militaire dangereuse, garda Philippe, qu’il enferma à Partzerpert30.

  • 31 Cart., II, 345.
  • 32 Par exemple Guillaume de l’Isle et le maréchal Thomas Tirel (Strehlke, 50, Cart.,’ II, 428).
  • 33 Cart., II, 292, 297, 349. 350. Hon., III, 675, 3495, 3883, 5061. 5225 ; le Pape voulait même excomm (...)

18Si Bohémond avait recouvré Antioche, il s’en fallait de beaucoup qu’il l’eût recouvrée en paix. Raymond Roupen, lors de sa fuite, avait confié la garde de la citadelle d’Antioche aux Hospitaliers, auxquels Bohémond avait dû l’arracher de vive force. Pélage leur avait confirmé le droit de la réoccuper, avec toute la ville, s’ils le pouvaient31. Cette obstination exaspéra Bohémond, qui usa de représailles : toutes les possessions de l’Ordre dans les villes d’Antioche et Tripoli furent saisies, deux frères furent mis à mort, dont l’un écorché vif. Pélage renouvela alors contre Bohémond l’ancienne excommunication que la croisade avait fait oublier. L’incarcération et la mort de Raymond Roupen parurent, un moment, devoir rallier à Bohémond des adversaires, nul ne pensant à la fille que laissait Roupen ; quelques barons, en effet, considérant que Bohémond avait à présent la légitimité pour lui, sollicitèrent leur pardon et revinrent à son service32. Le Pape lui-même écrivit à Pélage de chercher non plus à expulser Bohémond, mais à le contraindre à une conduite plus supportable pour les clercs. D’autre part, Bohémond ayant promis Djabala jadis aux Templiers, pour se les concilier contre les Hospitaliers, un conflit en résultait entre les deux Ordres, que Pélage n’arrivait qu’en 1221 à apaiser par un partage, et qui se rouvrira encore. Mais Bohémond restait impitoyable pour les églises, exigeant par exemple de Saint-Siméon des impôts que le monastère disait ne pas devoir. Aussi le Pape revint-il vite à la méthode énergique. S’il voulait bien absoudre les Templiers qui avaient communiqué avec Bohémond excommunié, il interdisait formellement qu’ils recommençassent à l’avenir (décembre 1224). Il se refusait catégoriquement à lui reconnaître le titre princier, et non seulement autorisait les Hospitaliers à résister par les armes aux violences de Bohémond (décembre 1225), mais les exhortait même à essayer de lui arracher Antioche (janvier 1226)33. C’est une vraie guerre civile que double l’affaire cilicienne, et l’excommunication renforcée lancée contre Bohémond l’empêche de pouvoir compter sur les Templiers, beaucoup plus tièdes au reste en sa faveur, depuis qu’ils n’ont plus l’appât de Baghrâs.

  • 34 Uniquement d’après I. A., 303 ; rien dans les registres d’Honorius. (10)B. II.. 381 ; L. A. 303-304 (...)
  • 35 B. H., 381.
  • 36 I. A., 303-304, donne le récit le. plus complet, mais chronologiquement vague et difficile à raccor (...)
  • 37 L. A., 309 (II 11, 170).

19On conçoit que dans une telle situation Bohémond n’ait pu intervenir efficacement en Cilicie. Il essaya, semble-t-il, de fléchir le Pape et d’obtenir de lui l’autorisation d’emmener des Hospitaliers et Templiers au secours de Philippe. Bien qu’Honorius III ait peut-être agi auprès de Constantin en lui faisant redouter cette éventualité34. il n’accorda rien à Bohémond. Cependant celui-ci se réconcilia avec Kaïqobâdh, qu’il invita à envahir la Cilicie ; Kaïqobâdh enleva en effet Djendjîn et d’autres places (10), bien que Constantin eût reçu l’aide d’Hospitaliers et de Teutoniques (automne 1225). Le chef arménien lit alors dire à Bohémond de venir chercher son fils à Amoudaïn ; quand Bohémond fut arrivé à Til Hamdoûn, des envoyés lui dirent que même s’il recouvrait son fils, celui-ci ne vivrait pas, car Constantin l’avait empoisonné ; de fait, Philippe mourut peu après35. Bohémond réunit alors tout ce qu’il put de troupes pour aller dévaster la Cilicie. Les Templiers, sans l’aider, ne troublèrent pas son passage. Constantin fit appel aux Alépins, qui n’avaient plus d’intérêt à défendre Bohémond ; Toghrîl envoya aux Arméniens des renforts, qui attaquèrent Baghrâs. Bohémond dut rentrer à Antioche (début 1226)36. Les relations restèrent délicates entre Templiers et Turcomans du ‘Amouq, et de nouvelles hostilités se produisirent en 122737.

  • 38 Jusqu’à la confirmation de son mariage après procès ecclésiastique vers 1240.
  • 39 Sempad, 648 ; B. H., 381 ; Hist. Royal Alishan Sissouan, 313. On ignore l’attitude de Honorius III (...)

20Quant à la veuve de Philippe, Isabelle, elle s’était enfuie chez les Hospitaliers de Selefké, qui, ne tenant ni à venger Philippe ni à s’attirer des complications, trouvèrent moyen d’éviter la honte de livrer directement la petite reine en vendant à Constantin leur château. Constantin, qui était le plus puissant des barons arméniens, et d’ailleurs allié à la famille de Léon, aspirait à la couronne pour son fils Héthoum. Isabelle lui fut mariée de force ; elle n’accepta qu’au bout de plusieurs années de devenir son épouse effective38 ; mais dès 1226 ils avaient été sacrés ensemble à Tarse par le Catholicos Constantin ; l’assemblée avait adressé des expressions de fidélité au Saint-Siège et à l’Empereur39.

21Autrefois, les Héthoumiens avaient été liés à la politique byzantine ; mais, Byzance maintenant disparue, en face des Roupéniens latinisés, ils font figure d’Arméniens pur sang, et, portés au trône par une réaction anti franque, freinent le processus de latinisation de la Cilicie ; celui-ci reprendra toutefois un tiers de siècle plus tard, sous Héthoum même, par la force des choses.

Notes

1 Röhricht, Studien zur Geschichte des fünften Kreuzzugs, Innsbruck, 1891, et Gesch., ch. XXXII ; Grousset, III, 197-246. Aux sources arabes citées par ces auteurs, il faudrait ajouter ou substituer I. W., 187 r°, 203 r°, 210 r° ; Sibt, 382, 384, 389, 39-397, 407-409, Sa‘d ad-dîn Djouwaïnt dans Dhahabî, an 617 ; M. 1). N. dans I. F., 86 r°, 93 v°, 97 v°, 98 r°, 135 r°, 138 r°.

2 Hon. III, 12 mai 1224.

3 I. A., 58-59, 119, 129, 132 ; B. H., 350 ; Brosset-Géorgie, 456-463 ; Ibn Bîbî Houtsma, IV, 5-22 ; pour la campagne de Cilicie, cf. p. 601.

4 Ibn Bîbî, 23-38 ; I. A., 128-129, 132, 160, 167 ; I. W., 173 r°; Nicéphore Grégoras, 17-21 ; Georges Akropolite, 16 ; Tafel-Thomas, 64 ; Chron. An. Syr., an 1520 (d’après laquelle en 1209, la paix entre Léon et Kaïkhosrau fut conclue par l’entremise d’al-Adil).

5 Ibn Bîbî, 38-58 ; B. H., 364, 369 ; I. W., 170 v°, 176 r ; Ann. T. S., 436, Cont. A 316, Chyprois, 18 ; Robert d’Auxerre, 274. Sur la prise de Sinope, Vasiliev, The foundation of the Empire of Trebizond, Speculum, 1936 ; sur les frontières entre Nicée et Qonya, G. de Jerphanion, Les inscriptions cappadociennes, Orientalia Christ., 1935.

6 Sur cette richesse, cf. spécialement Vincent de Beauvais, 143-144.

7 I. A., 204-205, 227-229, 231 ; Kamâl, 49-54, 61 ; Sibt, 379-380, 389, 392-393 ; Nazmas-Souloûk dans I. F., 92 v° ; Ibn Bîbî, 72-81. Kaïkâoûs avait profité de dissensions entre des frères d’aẓ-Ẓâhir.

8 I. A., 217-227, 232 ; Kamâl, 60-63 ; Sibt, 395-401 ; I. W., 184 r°.

9 Historien Royal Alishan, 278.

10 Même la veuve de Bohémond III, Sybille, reparaît (Cart., II, 196).

11 Raynaldi, XX, 220.

12 Cart., II, 190, 196, 234, et la donation de Djabala.

13 Strehlke, 41.

14 Raynaldi, XX, 220.

15 Pour cette période on n’a des lettres d’Innocent III que les titres. L’une a pour objet de contraindre « le prince d’Antioche » à payer certaines dîmes (Potthast, 5232, entre juillet 1215 et juillet 1216) ; il doit s’agir de Bohémond, le titre de prince n’était sans doute pas dans la lettre. Une autre, concernant la croisade, est adressée « au roi d’Arménie, au roi de Chypre et au prince d’Antioche » ensemble (Potthast, 5179) ; ici c’est évidemment Raymond.

16 Hon., III, 675, 693.

17 Müller 90.

18 Cart., II, 206 ; Jacques de Vitry, lettre 3 ; Kamâl, 55 ; A. Ch., II 165 sq.

19 Cart., 11,71, 127, 175, 241 (février 1218). Jacques de Vitry (lettre 2) en 1217, voit encore Djabala musulmane.

20 Hon., III, 760 ; B. H., 371 ; Cont. A 318 ; Historien Royal dans Alishan. Léon, 289.

21 Hon., III, 760. Pierre, II, n’avait pu, malade, aller au concile du Latran (Robert d’Auxerre, 281).

22 Hon., III, 2034 ; Cont. A 318.

23 Jacques de Vitry, lettre 3.

24 Ann., T. S., 437 (Chyprois, 19) ; Cont. A 318. La date est entre mars (Strehlke, 41) et mai (mort de Léon, Alishan, 307) 1219.

25 Olivier le Scolastique, Hist. Dam., ch. 53.

26 Cont. A 349 ; Ernoul, 427 ; Olivier, Hist. Dam., 45 ; Hon., III, 2320, 3229.

27 Cont. î 347 ; Ann., T. S., 437 (Chyprois, 29) ; Héthoum, 485 ; Chron. rim., 513 ; B. H., 379-380 ; Hist. Royal Alishan Sissouan, 314. La mère de Raymond, Alice d’Antioche, enfermée par Constantin, fut délivrée par l’entremise d’Hon., III (3495, 3883), et mourut après 1231 en possession, par héritage, du Toron, près Tyr (Ducange-Rey, 473).

28 Ibn Bîbî, 97-104 (qui date ainsi et non de 1225-6 comme on a cru).

29 Oliv. Scol. ch., 88 ; Ann., T. S., 437 (Chypr., 20) ; I. A., 303 (H 108) ; B. H., 380 ; Kyrakos, 428 ; Mich. arm. cont., 407 ; Vartan, 442 ; Sam. d’Ani cont., 460 ; Chron. rim., 516 ; Sempad, 647 ; Héthoum, 485.

30 Kyrakos, 428 ; Vartan, 442 ; Mich. arm. cont., 407 ; Sam. d’Ani cont., 460 ; B. H., 380 ; Cont. A 347 ; I. A., 303-304.

31 Cart., II, 345.

32 Par exemple Guillaume de l’Isle et le maréchal Thomas Tirel (Strehlke, 50, Cart.,’ II, 428).

33 Cart., II, 292, 297, 349. 350. Hon., III, 675, 3495, 3883, 5061. 5225 ; le Pape voulait même excommunier les marchands allant à Antioche (Bibl. Nat. Nouv. acq. fr., 6801, 156).

34 Uniquement d’après I. A., 303 ; rien dans les registres d’Honorius. (10)B. II.. 381 ; L. A. 303-304 ; Ibn Bîbî, 138-142.

35 B. H., 381.

36 I. A., 303-304, donne le récit le. plus complet, mais chronologiquement vague et difficile à raccorder dans le détail avec B. H. ; cf. aussi Sempad. 648.

37 L. A., 309 (II 11, 170).

38 Jusqu’à la confirmation de son mariage après procès ecclésiastique vers 1240.

39 Sempad, 648 ; B. H., 381 ; Hist. Royal Alishan Sissouan, 313. On ignore l’attitude de Honorius III et do Grégoire IX devant ces faits.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540