Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Cinquième partie

Chapitre II. La guerre de succession d’Antioche (1201-1216)

Texte intégral

1Dans la première partie du xiiie siècle, la question d’Antioche, l’expansion ayyoubide au nord-est, bientôt l’expansion seldjouqide redonnent à la Syrie et à la Djéziré septentrionales une importance qu’elles n’avaient plus connue depuis la conquête de l’Égypte par Saladin.

A) La politique d’al‘Adil (1201-1218)

  • 1 I. A., passim, 117-127, 168-197 ; M. b. N., dans I. F., IV, 206 v°, 210 v°, V 3 r°, 35 r°, 39 r° ; (...)

2Devenu maître de presque tout l’héritage ayyoubide, Al-‘Adil reprit ses anciens projets de mainmise complète sur la Djéziré. Dès 1203-1204, il avait engagé des hostilités contre Mârdîn, puis contre Noûr ad-dîn de Mossoul, coupable d’avoir secouru son voisin artouqide. Trois ans plus tard, le nouveau prince de Mârdîn, parent de l’ancien Châh-Armîn Soukmân II, ayant essayé d’intervenir dans les troubles qui désolaient Akhlâṭ, Al-‘Adil envoyait son fils al-Awḥad inquiéter Mârdîn, puis vaincre le parti artouqide d’Akhlâṭ, ainsi que le Seldjouqide d’Erzeroum venu l’appuyer, et finalement mettre la main sur toute la principauté d’Akhlâṭ : substantiel accroissement de la puissance ayyoubide, qui s’introduisait ainsi en Arménie (1208). Il est vrai que cette conquête suscitait immédiatement une double contre-offensive : au nord, de la part des Géorgiens, contre lesquels Al-‘Adil prépare une vaste expédition, que facilite un rapprochement temporaire entre lui et Noûr ad-dîn, dû à des querelles dans la famille zenguide ; puis, lorsque l’acquisition du Khâboûr et de Nacîbîn par Al-‘Adil fait de nouveau prévaloir à Mossoul la peur des Ayyoubides, la formation d’une coalition où entrent, avec Noûr ad-dîn et Gueukbourî d’Irbil enfin réconciliés, le sultan seldjouqide et, secrètement, aẓ-Ẓâhir d’Alep. Mais Al-‘Adil parvint à conclure la paix en renonçant à occuper Sindjâr, et la mort de Noûr ad-dîn, remplacé par un enfant sous la tutelle du mamlouk Badr ad-dîn Loulou, écarta en 1211 tout danger du côté de Mossoul ; entre temps al-Awḥad avait infligé une sévère défaite aux Géorgiens sous Akhlâṭ. La domination ayyoubide sortait donc renforcée et étendue de ces crises ; les possessions nord-orientales d’Al-‘Adil étaient attribuées par lui à ses fils al-Achraf (Djéziré occidentale, Khâboûr et Nacîbîn, puis, après la mort d’al-Awḥad, également Akhlâṭ) et Chibâb ad-dîn Ghâzî (Mayâfariqîn)1.

  • 2 Infra, p. 606.
  • 3 Infra, p. 620.

3Si Al-‘Adil avait pu conduire cette politique active en Orient, c’est qu’il avait été tranquille du côté des Francs. Non seulement un nombre croissant de Francs de Syrie allaient s’établir dans l’île plus tranquille de Chypre, mais, en 1204, la grande croisade organisée par Innocent III avait, après l’échec de la récente croisade de Henri VI, elle aussi manqué son but, détournée qu’elle avait été contre Byzance par l’égoïsme des Vénitiens, et seul un petit nombre de croisés, on l’a vu, avaient atteint la Syrie. Sans doute au premier moment certains avaient pu penser que l’Empire Latin de Constantinople pourrait apporter au secours des Francs de la Syrie toute la force que Byzance avait si souvent employée contre eux, et sans doute Baudouin Ier l’espérait-il lorsqu’il envoyait sa femme recueillir les hommages des princes de Chypre et d’Antioche, terres de l’ancien empire grec2. En réalité l’Empire latin n’eut jamais assez de force même pour assurer sa propre sécurité, et de plus il absorba une forte partie du contingent d’émigration européenne qui sans lui fût passé en Syrie : Chypre avait commencé à vider la Syrie, mais du moins lui offrait-elle une base sûre et riche ; Constantinople acheva de la vider, sans contrepartie. D’autre part, à partir de la mort d’Amaury II, le royaume d’Acre et celui de Chypre sont définitivement séparés, le second revenant au jeune fils d’Amaury, Hugues, le premier à la fille que sa femme Isabelle avait eue de son mari précédent Conrad de Montferrat, Marie, mariée par les barons, sur le conseil de Philippe-Auguste, devenu le roi le plus puissant d’Europe, à Jean de Brienne, chevalier brave mais sans ressource. Sauf un instant en 1211 les relations avec Al-‘Adil furent, par nécessité, pacifiques, et l’on n’a à signaler d’hostilités que toutes locales, entre les Hospitaliers et les princes de Ḥamâh et Ḥomç3.

  • 4 Kamâl, 49, et ms. 234 r°, 235 v° ; I. W., 169 r°, 173 r° ; M. b. N. dans I F., V, 68 r°.

4Quant à aẓ-Ẓâhir, tremblant toujours devant Al-‘Adil, il avait, on l’a vu, sans rompre ouvertement avec lui, cherché en Djéziré des alliés éventuels ; par crainte de représailles, il sollicita et obtint la main d’une fille d’Al-‘Adil, et fit reconnaître par Al-‘Adil les droits du fils qu’il eut d’elle, au détriment de ses aînés, à lui succéder à Alep4. Mais auparavant leurs intérêts s’étaient partout heurtés, indirectement au moins : leur attitude dans l’affaire d’Antioche en est un nouvel exemple.

B) La question d’Antioche de 1201 à 1204

5Un des caractères particuliers du conflit d’Antioche est le rôle considérable que va y jouer la Papauté, par la volonté combinée de Léon, qui, nouveau fils de saint Pierre, espérait à ce titre bénéficier d’une sollicitude paternelle toute spéciale, et d’Innocent III, là comme ailleurs attaché à rendre partout présente, sur les princes du siècle comme sur ceux de l’Église, l’active suprématie du Saint-Siège. La situation, pour le Pape, était délicate. Le ralliement de l’Église arménienne à Rome, ce n’était pas Innocent III qui l’avait préparé, et l’on peut même dire, en dépit de l’extrême bonne volonté de la Papauté, que l’initiative en était bien moins d’elle que de quelques Arméniens. Mais il va de soi qu’Innocent III en voyait trop le prix pour ne pas lui sacrifier d’autant plus toutes les oppositions secondaires, qu’il s’agissait d’un peuple dont la chatouilleuse susceptibilité pouvait, au moindre prétexte, remettre en question les résultats acquis.

6Léon, de son côté, n’avait pas recherché avec tant d’efforts sa latinisation pour la compromettre en heurtant la Papauté au moment où, par la carence de l’Empire en Occident et en Orient, elle acquérait une force inconnue jusqu’alors. Seulement, il y avait des principes fondamentaux sur lesquels il était impossible, à l’un comme à l’autre, de transiger : Léon n’avait pas recherché dans son ralliement religieux une satisfaction morale, mais des gains politiques précis ; autrement dit, il attendait que la juridiction romaine fût à son service. Prétention qu’il était impossible à toute la condescendance pontificale d’admettre : il est bien vrai qu’il arriva plus d’une fois à Innocent III de subordonner ses décisions judiciaires aux intérêts de sa politique ; encore le prestige romain exigeait-il que les formes d’une justice impartiale fussent respectées ; et de plus, en Syrie où tout le pontificat d’Innocent III se passa à préparer l’envoi de nouvelles croisades, l’intérêt de la papauté était, plus que partout ailleurs, de se tenir au-dessus des partis politiques, de les réconcilier, si possible, et de ne se laisser entraîner en cas de lutte dans le sillage d’aucun d’eux. Léon finit alors par être déçu et les rapports du prince arménien avec la papauté allèrent peu à peu se refroidissant.

  • 5 Migne, 778-779.

7La première lettre adressée par Léon à Innocent III le fut au moment du retour en Occident de l’archevêque-légat Conrad de Mayence (début de 1199)5. Il y protestait de sa soumission à l’Église romaine et faisait accompagner sa lettre d’une déclaration parallèle du Catholicos Grégoire. Il n’y a rien encore là d’autre que de religieux. Conrad devait, il est vrai, y joindre des développements oraux, mais nous ne savons de quoi il s’agissait.

  • 6 Migne, 810-813.

8Dès 1199, en tous cas, la politique intervient dans les rapports arméno-romains. Lors de l’entrée de Bohémond de Tripoli, Léon avait adressé à Rome un premier appel, qu’il fit suivre quelques mois plus tard d’un compte-rendu détaillé des faits et d’une nouvelle demande de jugement, portée par un chevalier du nom d’Alfred de Margat (Marqab). Le Pape lui répondit en décembre de la même année par une lettre de ton aussi bienveillant que possible, lui expliqua seulement qu’en l’absence d’envoyés de la partie adverse, il ne pouvait rendre de sentence, et que, craignant une sentence partiale, il s’en remettait à des juges locaux ; il le prie d’attendre l’arrivée des légats qu’il enverra prochainement en Syrie avec la nouvelle croisade préparée, auxquels il donnera charge de juger en toute indépendance. L’affaire n’est pas d’extrême urgence, tant que vit Bohémond III, lui fait-il comprendre, et il ajoute qu’il écrit à Bohémond de Tripoli de se tenir tranquille ; que Léon consacre donc ses forces à la guerre contre les Infidèles, pour laquelle il lui a précédemment demandé des secours et pour laquelle, en gage d’amitié, le Pape lui envoie, en même temps que des exhortations au peuple arménien, une bannière de Saint-Pierre6.

  • 7 Migne, 819.

9Mais, dès auparavant, le Pape avait été saisi par les Templiers, appuyés par Bohémond III, Bohémond de Tripoli et la commune d’Antioche, de l’affaire de Baghrâs et de l’échec des négociations du printemps de 1199 ; Alfred de Margat tenta d’expliquer au Pape que le château, jadis occupé par Mleh, puis enlevé aux Musulmans par Léon, revenait bien de droit à ce dernier qui, au surplus, ne demandait qu’à faire le Pape juge de l’affaire. Innocent III qui, dans l’affaire d’Antioche, inclinait à donner raison à Léon, ne lui fut pas là si favorable ; néanmoins, il se borna à prier Léon de restituer lui-même l’objet du litige, ou, s’il avait des réclamations à faire valoir, de les soumettre à ses légats. La lettre fut confiée, celle-ci, non pas à Alfred de Margat mais aux Templiers, pour être présentée par eux à Léon lorsque les circonstances s’y prêteraient7.

  • 8 Migne, 1003 ; Cont., A 313 ; Cont., D 230. Léon prétend dans sa lettre que l’attaque seldjouqide fu (...)

10Malheureusement pour la politique pontificale, les légats n’étaient pas encore arrivés lorsque mourut Bohémond III et que Bohémond IV prit possession d’Antioche au détriment de Raymond-Roupen et de Léon. Attendre, c’était pour Léon laisser son rival renforcer sa situation ; il ne le voulut pas et il envoya ses troupes attaquer Antioche. En même temps, il fit appel aux Templiers, auxquels il envoyait vingt-cinq mille besants en gage de bonne volonté. Les Templiers vinrent, mais ce fut pour présenter à Léon la lettre du Pape, dont ils étaient porteurs. Léon proposa d’envoyer des députés soumettre au Pape un compromis aux termes duquel les Templiers recouvreraient Baghrâs, mais s’engageraient à prendre la défense des droits de Raymond-Roupen, dont il leur confierait l’éducation ; en attendant la réponse du Pape, il verserait à l’ordre l’équivalent des revenus du territoire de Baghrâs et les aiderait à reconquérir Darbsâk. Mais les Templiers, méfiants depuis 1199, refusèrent la proposition. Entre temps, Bohémond avait fait appel à aẓ-Ẓâhir d’Alep, qui, bien qu’encore en conflit avec Al-‘Adil autour de Damas lui envoya un renfort utile, et à Rokn ad-dîn Soulaïman de Qonya qui, en juillet 1201, envahit la Cilicie. Léon fut obligé de courir défendre son pays et d’abandonner le siège d’Antioche8.

  • 9 Migne, 1003, 1007, 1009, 1012, 1013.

11Il adressa alors une nouvelle lettre au Pape. Après l’avoir remercié de la bannière de Saint-Pierre et avoir protesté du dévouement qu’il a toujours montré au Saint-Siège et à la Chrétienté, il lui raconte à sa façon la dernière crise, se félicite de ce que le Pape a écrit en 1199 au comte de Tripoli, mais constate que celui-ci n’en est pas moins parvenu à mettre la main sur Antioche ; il se réjouit de l’arrivée prochaine des légats, auxquels il présentera des envoyés de Bohémond à Rokn ad-Din saisis par lui, souhaite que le Pape leur adjoigne l’archevêque de Mayence (dont il ignore la mort, survenue le 25 octobre 1200) et enfin exprime le vœu que des secours d’Occident arrivent promptement, afin de profiter des discordes des Musulmans pour mener contre eux une croisade fructueuse. C’était, en même temps que poursuivre son propre intérêt, flatter le Pape dans une de ses idées favorites ; de même, Innocent ne pouvait qu’être sensible à l’affectation du roi de remettre entre ses mains le jugement de l’affaire de Baghrâs, tandis que Léon trouvait son avantage à reconnaître la lointaine et nécessairement lente suzeraineté du Saint-Siège, contre les interventions plus efficaces des puissances voisines. Léon terminait, en effet, en demandant au Pape pour prix de sa fidélité de lui accorder la faveur de ne pouvoir être excommunié que sur mandat exprès du Saint-Siège : c’était interdire à ses adversaires de Terre-Sainte toute sanction spirituelle contre lui. Le même jour, l’habile roi d’Arménie lui avait fait envoyer par le Catholicos une protestation de fidélité et par l’archevêque de Sis, chancelier du royaume, la demande d’une mitre et d’un pallium. À tant de respect, le Pape ne pouvait répondre que favorablement. Le 1er juin 1202, il envoyait aux Catholicos une lettre paternelle, accordait au roi le privilège requis, promettait à l’archevêque de lui faire remettre mitre et pallium par les légats qui allaient partir. II ne parlait pas de Baghrâs. Bref, Léon ne pouvait douter que la question d’Antioche ne fut résolue en sa faveur : Bohémond avait contre lui le Pape9.

  • 10 Bien que Sofred eût prié les évêques de Tortose et Bethléem d’insister auprès de Raymond.
  • 11 Lettre de Sofred, Migne, CLI sq. ; Cart., II, 14 ; peu après Bohémond confirme une location de l’Hô (...)

12C’est à ce moment que quitta Rome le légat Sofred de Saint-Praxis. Débarqué à Acre, au début de l’automne 1202, il prit conseil des Maîtres de l’Hôpital et du Temple, puis se rendit à Tripoli après avoir écrit au comte et à la Commune de lui envoyer des représentants pour arranger son voyage vers Antioche (11 novembre 1202) ; mais trois mois passèrent sans que lettre ni député fussent venus10, et que l’hiver eût permis à Sofred de faire la traversée de lui-même. Le 2 février 1203, Bohémond finit par paraître, mais pour une affaire distincte qu’il refusa obstinément de laisser joindre à la question d’Antioche. À la suite d’une contestation avec l’Hôpital, peut-être relative à des redevances des vassaux du Krak des Chevaliers auxquelles Bohémond III avait renoncé et que Bohémond n’en avait pas moins prétendu percevoir, il avait été excommunié : excellente occasion pour lui de refuser toute négociation relative à Antioche, sous le prétexte que le légat n’avait pas le droit de s’entretenir avec lui. Il acceptait, toutefois, de rechercher un terrain d’entente avec les Hospitaliers, que le légat aida à trouver, mais sans que Bohémond acceptât de laisser mentionner sa présence dans l’acte final. Le 23 mars 1203, n’ayant rien pu faire de plus, le légat était de retour à Acre11.

  • 12 Lettre de Sofred ; IW, 147 v° ; Chron. An. Syr., an. 1513 ; I. A. T., dans I. Ch. Géogr., 91 v°.
  • 13 Villehardouin, chap. 27 à 30, 41, 52 ; Enneul, 340, 332 et 357 (Cont. G. T., 246-249 et 260) ; Kama (...)

13Dès 1202, Léon avait repris des hostilités devant Antioche ; au printemps de 1203, il y revint encore, campant au Djisr al-Ḥadîd et mettant toute la plaine à feu et à sang12. À ce moment arrivaient à Acre ceux des Croisés de la quatrième Croisade qui n’étaient pas passés à Constantinople, en particulier les compagnons du flamand Jean de Nesle et du champenois Renard II de Dampierre. Comme ils étaient peu nombreux, Amaury se refusa à rompre la trève qui régnait entre Chrétiens et Musulmans avant l’arrivée de renforts ; mais les barons occidentaux, tout frais débarqués et avides de bataille, décidèrent, pour passer le temps, de s’engager dans la guerre qui reprenait avec le printemps entre Antioche et les Arméniens ; et, tandis que Jean de Nesle allait par mer se mettre au service de Léon, Renard de Dampierre partait par la côte en direction d’Antioche. Témérairement, il voulut passer de Marqab à Antioche sans abandonner la terre. Il eut d’abord la chance de trouver dans le petit gouverneur de Djabala un hôte aimable qui, étant en trêve avec ses voisins de Marqab, non seulement reçut les Français richement, mais leur conseilla fermement de ne pas gagner Lattakié avant d’en avoir obtenu l’autorisation d’aẓ-Ẓâhir. Follement, Renard ne voulut pas attendre : à peine entré sur le territoire de Lattakié, il fut surpris dans une embuscade et massacré avec presque toute sa petite troupe13.

  • 14 I. W., 148 r° v°, 149 r° v°, 150 r°, 151 r° (récit dédoublé) ; parmi les morts francs I. W. signale (...)

14Vers le même moment, les Hospitaliers cherchaient à regagner la maîtrise de l’arrière-pays de Marqab et du Krak des Chevaliers en attaquant Ba‘rîn. Mais al-Mançoûr de Ḥamâh avait été prévenu et avait obtenu des renforts d’Al-‘Adil et de ses vassaux de Ḥomç et Ba‘lbek, ainsi que d’aẓ-Ẓâhir d’Alep, si bien que l’entreprise se termina pour les Francs par une défaite grave (mai 1203). L’Hôpital demanda la médiation des Templiers, qui fit craindre à al-Mançour que les Francs d’Antioche et les Arméniens de Cilicie ne se réconciliassent contre lui en raison de l’arrivée de nombreux pèlerins occidentaux, et de la venue à Antioche du roi Amaury lui-même. Al-Mançour fit alors des conditions acceptables, qui furent définitivement ratifiées, avec garantie des Templiers, en septembre 120314. Ni à l’une ni à l’autre entreprise Bohémond n’avait, semble-t-il, collaboré en aucune façon, si bien qu’il conservait l’alliance d’aẓ-Ẓâhir.

  • 15 Lettre des légats, Migne, CLI sq. ; I. W., 149 r°-v° nomme parmi les Francs qui se rendirent à Anti (...)

15Cependant à Acre on décidait de tenter un grand effort pour mettre fin, avant l’arrivée escomptée de la Croisade, à la guerre fratricide d’Antioche. Bien que souffrant de la goutte, Sofred gagna par mer Antioche, suivi du roi Amaury, des maîtres du Temple et de l’Hôpital, de hauts barons comme Étienne du Perche et Marcia de Hongrie, enfin d’un envoyé de Boniface de Montferrat alors sous Constantinople. Sofred obtint de Léon une suspension d’armes de trois, puis de neuf autres jours ; le prince arménien déclarait accepter à l’avance le jugement des chefs Croisés et du légat du Pape. Mais les barons désignés, peut-être circonvenus par Bohémond, déclarèrent que l’affaire, pure question de droit féodal, ne regardait pas le représentant de l’Église. En vain, Léon essayait-il d’une pieuse corruption en promettant vingt mille soldats pour la Croisade s’il recevait satisfaction : les barons repoussèrent l’offre, en dépit de l’avis de Sofred qui, malade et découragé, se retira à Marqab, puis à Acre, pour y attendre le second légat dont l’arrivée était prévue (fin de l’été 1203)15.

  • 16 Lettre de Léon, Migne, II, 687 ; Ann. T. S., an. 1203 ; Sicard de Crémone dans Migne, 213, p. 535 ; (...)
  • 17 Lettre de Léon, Migne, II, 687 ; Sicard, Migne, CCXIII, 535.

16Léon, lui, n’attendit pas. Interprétant le retard comme un déni de justice, il décida d’agir par lui-même et reprit ses dévastations. Une nuit, une petite troupe arménienne parvint à pénétrer dans la ville par la porte de Saint-Georges (11 novembre 1203) ; voulant éviter une bataille en règle, Léon demanda au Patriarche de s’entremettre pour une paix entre la Commune et lui, et des négociations furent entamées. Bohémond n’était pas là, mais la population bourgeoise et les Templiers restaient violemment hostiles à Léon ; les Templiers, fortifiés dans leur maison, firent une sortie et expulsèrent le détachement arménien, cependant que de la citadelle les hommes de la Commune et de Bohémond appelaient au secours par pigeon aẓ-Ẓâhir d’Alep. Une armée alépine s’avança jusqu’à l’Oronte ; Léon fut obligé de lever le siège (début de décembre). Ce n’est sans doute pas par hasard que, quelques jours plus tard, Bohémond accorda d’Antioche aux Gênois une extension de leurs privilèges à Tripoli16. C’est aussitôt après qu’arriva en Cilicie le légat Pierre de Saint-Marcel, qui venait de Constantinople, accompagné de l’évêque et chroniqueur Sicard de Crémone. Il apportait des mitres et palliums de la part d’Innocent III pour quatorze évêques arméniens ; le roi et le nouveau catholicos, Jean le Magnifique, lui firent un brillant accueil ; puis on décida que la soumission de l’Église arménienne à Rome serait traduite par l’envoi annuel d’un représentant du Catholicos au Pape et qu’en revanche, le Catholicos étant introduit dans la communion romaine, aucun concile latin ne se tiendrait en Orient sans qu’il y fût invité17.

  • 18 Lettre des Légats (Migne, CLI sq.), et lettre de Léon (Migne, II, 687), versions souvent contradict (...)

17On en revint alors à la question d’Antioche et là Pierre, esprit méthodique mais rigide, allait plutôt l’envenimer que l’apaiser. Après avoir constaté l’impossibilité d’un accord à l’amiable et attendu trois mois en vain que les deux parties se fussent mises d’accord à sa demande sur la désignation d’un arbitre, le légat décida de se constituer juge de lui-même, en vertu du pouvoir que lui en avait donné le Pape par une lettre qu’il montra au souverain arménien. Mais l’attitude des deux adversaires ne facilitait pas la tâche de Pierre. Léon commença par prétendre que, pour établir l’égalité indispensable à l’impartialité de la justice, on obligeât Bohémond à abandonner Antioche préalablement au procès, alors que le légat se refusait à envisager cette mesure autrement que comme une conclusion éventuelle du jugement ; Léon finit par renoncer à cette attitude mais, à chaque convocation, passait son temps à invoquer la juridiction du Pape, à souligner qu’il ne considérait le légat que comme son représentant, ce qui, sous couleur de manifester son respect pour la cour romaine, n’avait d’autre objet que de refuser toute soumission à son délégué, ou de la subordonner au degré de satisfaction qu’il lui donnerait. Quant à Bohémond, trois fois sommé, il trouva trois fois le moyen de se dérober, d’obtenir de nouveaux délais, si bien que Pierre, se refusant à juger sans avoir entendu les deux parties, remettait sans cesse sa décision ; Léon finit par croire qu’il se jouait de lui et avait partie liée avec ses adversaires ; il en appela à Rome en repoussant la juridiction du légat18.

  • 19 Mêmes lettres et lettre du Pape à Léon, le 17 janvier 1205 (Migne, II, 509), en réponse à la plaint (...)
  • 20 Et de l’évêque de Borsa (Boçra ?).

18Du moins, Pierre de Saint-Marcel aurait-il voulu régler la question subsidiaire de Baghrâs ; mais les deux questions étaient liées. Par mesure de représailles contre les Templiers qui l’avaient fait échouer dans sa dernière tentative contre Antioche, Léon avait fait saisir la Roche de Roissol et la Roche-Guillaume et pillé des champs et troupeaux appartenant à l’Ordre. Le légat lui demanda restitution et réparation ; Léon s’y déclara prêt à condition que les Templiers prissent l’engagement de se confiner dans leurs occupations religieuses et de ne plus s’opposer à ses desseins. C’est à ce moment que Léon en avait appelé au Pape, unissant les deux problèmes. Mais peu après Pierre réunit à Antioche un Concile et, maladroitement, estimant le Catholicos trop compromis avec Léon, ne l’y convia pas ; puis Léon s’obstinant à refuser réparation, le légat l’excommunia et frappa le royaume cilicien d’interdit. Cette mesure que, d’après Léon, Sofred eût désapprouvée, risquait de compromettre l’union des Églises. Jean le Magnifique, informé de la décision du légat, réunit des suffrageants et décida qu’il n’avait pas à tenir compte d’une décision prise dans un Concile auquel il n’avait pas été invité19. Bref, tout allait de plus en plus mal, et Pierre ne put que lancer, sur le conseil du patriarche d’Antioche et de Sicard de Crémone20, une exhortation aux deux parties de cesser une guerre inexcusable puisque justice avait été offerte. En juillet 1204, il était à Acre.

  • 21 On trouve trace de considérations analogues pour Chypre lors des pillages du bailli Gautier de Mont (...)
  • 22 Albéric, 884 ; on verra (infra, p. 618) que Léon essaya parallèlement de se rapprocher de l’Empire (...)

19Cette faillite était préjudiciable à toute la Syrie. Là était arrivée la comtesse Marie de Flandre, femme du premier empereur latin de Constantinople, Baudouin. La principauté ayant dépendu, comme plus encore Chypre, de l’empire byzantin, l’on pouvait concevoir qu’elle dépendait maintenant du nouvel Empire latin21. Léon étant roi de par la papauté et l’empire germanique, Bohémond jugea devoir prêter un hommage peu gênant à Marie, pour Baudouin22. À la demande de la Comtesse, on reprit une fois encore les négociations, d’Acre même, sous la direction de Sofred, en qui Léon avait plus confiance qu’en Pierre et avec le concours du roi Amaury.

  • 23 Il faut donc admettre que l’excommunication do Léon avait été suspendue.
  • 24 Lettre des légats et de Léon, comme ci-dessus.

20Sicard de Crémone fut envoyé sommer les deux parties de se faire représenter à Acre et de remettre des gages, avec pouvoir d’excommunier celui qui s’y refuserait23. Léon accepta une trêve de quarante jours et fit partir pour Acre son cousin, Constantin de Camardias, mais Bohémond ne reconnut pas la trêve et refusa le passeport à Constantin qui dut se rendre à Acre par mer. Bohémond finit par envoyer à son tour l’évêque de Tripoli, Geoffroy, accompagné de chanoines et du notaire personnel du Comte. Sofred parvint à réaliser un accord entre Constantin et les Templiers au sujet de la Roche de Roissol. Pour Antioche, Geoffroy n’apporta ni excuse pour les refus de comparaître de Bohémond, ni argument sérieux pour ses droits ; Constantin demanda au légat de l’excommunier et d’interdire aux pèlerins de l’aider, ce que Sofred toutefois éluda ; mais ne voulant pas laisser une trop pénible impression ni, comme le lui avait fait craindre Constantin, décourager les Arméniens dans leur bonne volonté envers Rome, il finit par se déclarer personnellement favorable à Léon, tout en subordonnant la décision finale à l’approbation de Pierre de Saint-Marcel, que l’opposition, dès cette séance même, de l’archevêque de Césarée et de Sicard à Sofred rendait tout à fait improbable. Les légats devaient s’embarquer pour Constantinople et, lassés, s’en allèrent sans avoir réglé la querelle (octobre 1204)24.

  • 25 Il faut faire attention pour son intelligence que, dans cette lettre, la plume est tenue d’abord pa (...)
  • 26 Migne, II, 687.
  • 27 Migne., II, 699.
  • 28 Ainsi que le déclare formellement Innocent III, dans une lettre à Philippe-Auguste en 1205 (Migne, (...)

21En même temps que les légats envoyaient au Pape leur long rapport25, Léon et le Catholicos Jean lui écrivaient aussi, louant Sofred mais se plaignant de Pierre et, en protestant de leur fidélité à Rome, lui demandaient de désigner de nouveaux juges plus « impartiaux » et de contraindre les Templiers à imiter les Hospitaliers qui s’étaient abstenus de toute intervention contre lui26. Il était clair que le prince arménien n’accepterait de sentence que favorable à lui ; mais par ailleurs, le Pape fut mécontent que ses légats eussent quitté la Terre Sainte sans avoir liquidé l’affaire27. En réalité, de cette longue négociation, le conflit sortait plus irréductible que jamais et plus généralisé. La lutte pour Antioche se rattachait à l’ensemble des luttes qui déchiraient le Proche-Orient : Bohémond avait pour lui non seulement les Templiers et la bourgeoisie antiochienne, mais aẓ-Ẓâhir et les Turcs de Qonya ; Léon, plus discrètement, avait l’appui du patriarche d’Antioche et des Hospitaliers28 et, au dehors, d’Al-‘Adil.

C) La question d’Antioche de 1204 à 1208

  • 29 Paoli, I, 103. Il avait déjà accrû les privilèges des Gênois dans le comté de Tripoli, en décembre (...)
  • 30 Lib. Jur., 522 ; Oger, dans M. G., 55, XVIII, 124.
  • 31 Il promet à Guy de Giblet, en décembre 1204, à l’Hôpital, en mars l205, divers revenus et biens-fon (...)
  • 32 I. W., 157 r° ; M. B. N., dans I. F. V., 12 r°.
  • 33 I. W., 154 r°, 155 r° v° ; Sibt,, 341.

22À la fin de 1204, les affaires se compliquèrent encore par l’introduction d’un nouvel élément de discorde à l’intérieur du Comté de Tripoli en la personne du seigneur de la puissante forteresse de Nefin (Enfe). Celui-ci, Renoart, ayant épousé la fille et unique héritière du seigneur de ‘Akkâr, sans le congé de son suzerain, Bohémond, se jugeant lésé, l’avait cité devant la cour des barons de Tripoli qui, Renoart ayant fait défaut, conclut au droit de Bohémond de saisir les fiefs de son vassal (1203 ou 1204). Restait à transformer tout de suite cette sentence en réalité ; à la fin de 1204, Bohémond commença à préparer une grande action contre Renoart d’une part, Léon de l’autre. À cet effet, il resserra les liens qui l’unissaient à la famille de Giblet (Djoubaïl) et aux Gênois en donnant sa sœur Alice à Guy de Giblet, dont il avait déjà épousé une sœur, Plaisance (décembre 1204)29, et en renouvelant en juillet 1205, les privilèges des Gênois dans le Comté et la Principauté, moyennant quoi il obtenait d’eux un secours de trois mille besants, deux galères et trois cents soldats30. Il semble que Bohémond ait aussi ébauché un rapprochement avec les Hospitaliers, en encourageant une expédition de l’Ordre contre Lattakié31. Celle-ci se borna, en fait, à un raid heureux au printemps de 1205. Il est certain que le rattachement du Comté à la Principauté ne pouvait que lui profiter ; il est toutefois peu croyable que Bohémond y ait personnellement participé, car on ne voit pas que ses rapports avec aẓ-Ẓâhir, qui avait envoyé des renforts inquiéter Marqab, aient été du tout altérés32. Ils ne le furent pas plus par l’attaque fructueuse que firent les Hospitaliers et peut-être d’autres Francs contre Ḥamâh dans la même période, ni par les hostilités qui se produisirent entre eux et al-Moudjâhid de Ḥomç33. Ḥamâh, comme Ḥomç relevait maintenant plus d’Al-‘Adil que d’aẓ-Ẓâhir, et les Hospitaliers avaient une politique absolument autonome qui n’engageait pas Bohémond. De toute façon, il semble que Bohémond put, dans l’affaire de Nefin, bénéficier de la neutralité de l’Hôpital.

  • 34 Cont., A 314-315 ; Ann. T. S., 435 (Gestes chyprois).

23Par contre, Renoart, outre l’alliance naturelle de Léon, disposait de celle de plusieurs feudataires hostiles aux prétentions autoritaires de Bohémond, et parmi eux de Raoul de Tibériade, naguère expulsé du royaume de Jérusalem par Amaury pour insubordination et accueilli par Bohémond, envers qui il ne se montrait pas plus docile ; au reste son frère Othon était allé au service de Léon. Enfin, Amaury même soutenait plus ou moins Renoart, par rancune contre l’échec infligé par Bohémond à la tentative de règlement de l’affaire d’Antioche à laquelle il venait de prendre part. Aussi Renoart put-il impunément pendant plusieurs mois piller les environs de Tripoli, emporter même une fois à l’entrée de Tripoli, « le pot où l’on metoit la monaie que l’on prenoit de la dreiture dou prince » ; dans cette guerre Bohémond laissa un œil — ce qui lui valut le surnom de Borgne — et perdit son beau-frère, Hugues, frère de Guy de Giblet. Heureusement pour le Comte de Tripoli, Amaury mourut le 1er avril 1205, et Jean d’Ibelin, qui exerça après lui la baillie du royaume, était hostile à Renoart. Bohémond put prendre l’offensive contre son vassal infidèle et à la fin de 1205 emporter Nefin et ‘Akkâr. Au début de 1206, il pouvait reparaître à Antioche34.

  • 35 I. A., 158-159 (H, II, 98-100) ; Kamâl, V, 41-42-44 ; I. W., 156 r°.

24Si pendant ce temps Antioche ne lui avait pas échappé, c’est à aẓ-Ẓâhir qu’il le devait. Léon voulait se venger de l’intervention de ce dernier qui lui avait, en 1203, coûté Antioche. Dénonçant la trêve conclue à ce moment, il vint assaillir des Turcomans dans le ‘Amouk, en même temps qu’il faisait réédifier dans le passage au-dessus de Darbsak une vieille forteresse ruinée. C’était là, dans son esprit, un moyen de pression, et il offrit à aẓ-Ẓâhir d’y renoncer et de restituer son butin si le souverain d’Alep promettait de se désintéresser d’Antioche (été 1205). Aẓ-Ẓâhir parut accepter, si bien que Léon vint bloquer Antioche, mais aẓ-Ẓâhir la ravitailla, si bien que les hostilités entre les Arméniens et lui se rallumèrent bientôt. Le jour de Noël 1205, Léon fondit à l’improviste sur Darbsâk, fut repoussé de la place après un combat furieux, mais dévasta la plaine environnante puis, se retirant dans la montagne, entraîna à sa suite un renfort musulman qui faillit périr sous une tempête de neige. Aẓ-Ẓâhir envoya alors sous l’émir Maïmoûn al-Qaçri de nouvelles troupes à Ḥârim et Tizin d’une part, à Darbsâk de l’autre ; en avril 1206, il se mit lui-même à la tête d’une armée destinée à attaquer Léon ; il fut surpris en mai par celui-ci, mais le repoussa et, ayant reçu un important contingent des Francs d’Antioche, passa à l’offensive. Léon, ne voulant pas courir le risque d’une invasion musulmane en Cilicie, fit demander la paix, qui fut conclue pour huit ans moyennant promesse de ne rien tenter contre Antioche, de détruire la forteresse édifiée au-dessus de Darbsâk, et de restituer tout le butin et les captifs pris (août 1206)35.

  • 36 Migne, II, 156, 157.

25Cependant, Innocent III n’avait pas renoncé à régler le différent ; désigner pour ce faire le patriarche d’Antioche et Sofred, comme le désirait le roi d’Arménie, c’eût été préjuger de la solution, ce qui ne se pouvait, et comme il ne disposait pas d’autres légats, Innocent III mit maintenant son espoir dans des juges pris en partie en Syrie même et, pour éviter le retour d’une opposition laïque, fit choix, en plus de deux ecclésiastiques, les abbés de Locédio (Pierre) et du Mont-Thabor, de deux nobles laïcs, le comte Berthold de Katzenellenbogen et un certain Gérard de Fournival inconnu, qui paraissent s’être trouvés dès auparavant en Syrie (mars 1205). Il leur recommandait de tenter encore soit un accord direct des deux parties, soit un arbitrage qui devait être rendu dans les trois mois ; en cas d’appel à Rome de l’une des parties, qu’ils lui envoient des renseignements complets ; pendant la durée du jugement, les parties devront être sommées de conclure une trêve, et à celle qui s’y refuserait, le concours de tout chrétien serait interdit sous peine d’excommunication. Le même jour le Pape écrivait à Léon pour lui annoncer cette nouvelle tentative et lui expliquer la faveur dont elle témoignait pour lui36. Nous ignorons totalement quelle suite fut donnée à la lettre d’Innocent : les faits militaires exposés précédemment montrent que le différend ne fut pas plus tranché en 1205 qu’il ne l’avait été en 1204.

  • 37 En août 1206, le pape menace l’archevêque de Tyr, qui est en conflit avec les Vénitiens alliés du S (...)
  • 38 Migne.

26Au reste, dès juillet 1205, Innocent III avait engagé Pierre de Saint-Marcel à retourner au plus tôt en Terre Sainte, où le siège patriarcal de Jérusalem était alors vacant, et à y reprendre en main la question d’Antioche. Il semble que Pierre se soit trouvé en effet en Syrie à la fin de 1205 et pendant presque toute l’année 120637. C’est vraisemblablement à ce moment, plutôt qu’en 1204, qu’il commit l’imprudence d’entrer en conflit avec le patriarche Pierre d’Antioche, comme si la position du chef de l’Église latine dans la ville de Bohémond n’était pas déjà assez délicate. Au moment où Pierre de Saint-Marcel arrivait en Syrie, la place d’archidiacre à Antioche venait d’être laissée vacante par la mort du précédent titulaire dans un naufrage ; le cardinal et le patriarche, sans conversation préalable, désignèrent, celui-là un certain Jean, celui-ci un de ses tout jeunes neveux, qu’il se disposait à envoyer à Rome pour obtenir une dispense d’âge. En vain Pierre d’Antioche essaya-t-il de fléchir le légat, protestant de son droit de nommer aux bénéfices de son Église : Pierre de Saint-Marcel fit installer de force son candidat et nomma deux nouveaux chanoines à des places vacantes. Le Chapitre fit appel à Rome ; sans souci de cet appel, le cardinal le frappa de suspension, puis d’excommunication, priva le patriarche de son droit d’excommunication et l’obligea à recevoir ses chanoines (2 février 1206)38.

  • 39 Sur ces faits, cf. aussi, infra, p. 655.
  • 40 Migne, II, 864.
  • 41 Ce nom n’est fourni que par une liste arabe (Korolewski. Dict. Hist. eccl. art. Antioche).
  • 42 Le récit de toute cette affaire d’après la lettre d’Innocent III au patriarche de Jérusalem sur le (...)
  • 43 Cont., II, 70. Le projet d’attaque n’est pas explicite, mais va de soi et du reste fut, on le verra (...)

27La situation du patriarche Pierre à Antioche avant cette affaire n’était déjà que trop difficile ; dès le début de son patriarcat, il était entré en conflit avec les autorités communales en raison des impôts dont elles entendaient frapper l’Église et de l’égalité juridique où elles tenaient Grecs et Latins39. Puis était venue la compromission de Pierre avec Léon, peut-être dès 1201, en tous cas en 1203. Les soucis de Pierre l’avaient empêché d’envoyer à Rome les représentants périodiques exigés par Innocent III40. Bohémond et la Commune n’attendaient qu’une occasion de se venger de lui. Son affaiblissement par les sanctions du légat la leur procura. De nombreuses possessions ecclésiastiques furent saisies ou pillées. Mais ce ne fut pas le plus grave : en 1206, Bohémond fit introniser à Antioche, opposé à Pierre, le patriarche grec Siméon II41 ; la puissance byzantine n’existant plus, cette mesure ne présentait plus le danger d’ordre proprement politique qui l’avait fait tant redouter au siècle précédent. Pierre, de deux maux, choisit le moindre : il se soumit, ainsi que son Chapitre, à la volonté du légat, en attendant le jugement de Rome, qui n’était pas encore arrivé au début de 1208. Ayant recouvré son droit d’excommunication, il en usa immédiatement contre Siméon, Bohémond et leurs partisans, et jeta l’interdit sur Antioche ; mais ces sanctions étaient peu efficaces, parce que la Commune faisait recevoir au culte grec tous les Latins excommuniés. Alors Pierre ne vit plus de recours que dans la force et prépara un soulèvement dans Antioche en faveur de Raymond Roupen42. Au même moment (mai 1207) Léon attachait plus solidement que jamais les Hospitaliers à la cause de son neveu en leur faisant concéder par lui la ville de Djabala, qu’aussitôt Antioche prise il irait attaquer de concert avec eux43.

  • 44 Les Annales de T. S. (ainsi que les Gestes et Héthoum qui en dérivent) donnent la date de 1208 tand (...)
  • 45 Ann. T. S., 436 ; Gestes, 17 ; Héthoum, 481 ; Hist. Royal, 244 ; Cont. A, 314 ; Lettres d’Innocent (...)

28Le soulèvement eût lieu vers la fin de 120744. Des chevaliers exilés introduits secrètement par le patriarche, firent un coup de main contre les autorités communales, qu’ils remplacèrent par une commune nouvelle à eux ; Bohémond se réfugia dans la citadelle. Mais là il put rassembler ses forces, descendit sur la ville et écrasa les rebelles. À la suite de cette victoire, il jeta le patriarche en prison, essaya de lui arracher une déclaration de légitimité en sa faveur ; devant le refus obstiné du prélat, il le soumit au supplice de la soif. Pierre, à bout, but l’huile de sa lampe et mourut dans sa prison (fin du printemps 1208)45.

  • 46 Migne, II, 1429.

29On juge du scandale et de l’émotion que provoqua cette fin tragique. Alors qu’il ne connaît encore que l’incarcération du patriarche, Innocent III écrit au patriarche de Jérusalem, qu’il a constitué son légat à demeure pour la Syrie, de faire un nouvel effort pour trancher l’interminable guerre entre Léon et Bohémond, cause d’horreurs de part et d’autre, et d’obtenir de Bohémond la libération de Pierre. Qu’il travaille à l’exclusion du patriarche grec Siméon et ne recule devant aucune sanction contre le prince et les autorités communales qui ont l’audace de le soutenir. Le 10 juillet, il revient à la charge. Il ne sait rien encore. Mais le 12, il a appris. Il bondit sur son papier et envoie au patriarche de Jérusalem une page d’éloquence indignée. Puis, comme il a néanmoins l’esprit réaliste, il le charge de faire élire le plus vite possible ou de nommer lui-même un successeur à Pierre d’Angoulême et en même temps de procéder à une enquête sur des agissements reprochés au doyen d’Antioche. Pour Bohémond, aucune grâce ne peut lui être accordée avant qu’il ait expié sérieusement son forfait46.

  • 47 Hist. Royal, Alistan, p. 248 ; I. A. T. dans I. Ch. Géogr., 92 r°.
  • 48 Kamâl, 45 ; A. Ch. II. Or. Cr., V, 155.
  • 49 I. A., 181 (an 604), Kamâl, V, 45 (an 605), I. W., 156 v°, 157 r° et Sibt, 345 (an 603) ; M. b. N. (...)
  • 50 Migne, III, 306.
  • 51 Cart., II, 118.
  • 52 Cart., II, 122. On remarquera qu’à la différence du Temple qui, à cause de Baghras, intervenait dir (...)

30Naturellement l’échec de cette nouvelle entreprise exaspéra Léon dont la fureur ne connut plus de bornes. Il se livra en 1208 et 1209 à des dévastations systématiques, sauvages, de toute la plaine d’Antioche, arrachant les arbres fruitiers, massacrant les habitants47. Bohémond fit intervenir de nouveau ses auxiliaires musulmans accoutumés. Au printemps de 1209, Kaïkhosrau attaquait le royaume cilicien, avec l’aide de contingents alépins, et enlevait Pertousd, qui défendait Mar‘ach. Léon dut accepter un traité stipulant, outre le renvoi des biens que Kaïkhosrau avait laissés à Léon au temps de son exil, la renonciation du prince arménien à Antioche et la restitution de Baghrâs au Temple : le sort de la Principauté, on le voit, ne pouvait pas se jouer plus entre princes musulmans ; il va sans dire, d’ailleurs, que ces clauses furent lettre morte48. La paix avait été facilitée par l’entremise d’Al-‘Adil qui, un peu auparavant (été 1208), avait fait appel à aẓ-Ẓâhir pour secourir Ḥomç, attaquée par les Hospitaliers, avant de venir lui-même en hiver exercer des représailles en leur enlevant Qolaï‘a, au sud du Krak des Chevaliers, puis en attaquant cette forteresse même, enfin en allant piller jusque sous les murs de Tripoli d’où Bohémond avait dû l’écarter à prix d’argent49. Mais Léon ne considérait pas le secours lointain et forcément lent d’Al-‘Adil comme suffisant, et avait fait appel aussi aux Hospitaliers ; en avril 1210, il les remerciait de leur secours par la concession de Selefké, Château-Neuf (Norpert ?) et Camardias50. Peu après, Kaïkhosrau étant mort, il entreprenait, pour profiter des embarras de son successeur, une campagne contre Laranda, qu’il avait promise à l’Ordre51. Il cherchait, en somme, à constituer au bénéfice des Hospitaliers une marche à l’ouest de la Cilicie, entre les Seldjouqides et lui ; il en serait, cela va de soi, d’autant plus à son aise pour intervenir au sud-est. Par ailleurs, il faisait confirmer par Raymond Roupen, devenu majeur, sa donation éventuelle de Djabala à l’Hôpital, en y ajoutant Bikisraïl52.

D) La question d’Antioche de 1208 à 1216

  • 53 Migne, III, 18.
  • 54 Migne, III, 54.
  • 55 Migne, III, 310.

31Il devient fastidieux de passer en revue ces luttes sans cesse renaissantes, coupées de tentatives de médiation toujours vaines. Innocent III lui-même se lasse. Il s’en remet au patriarche de Jérusalem, auquel il écrit de nouveau en mars 1209, d’essayer au moins d’obtenir une trêve entre Léon et Bohémond53. Il ne savait plus qui favoriser ; car s’il ne pouvait être question d’un pardon prématuré à Bohémond, si même il reconnaissait volontiers que l’attitude des Templiers n’était pas fondée toujours sur des mobiles religieux, par contre, écrivait-il à Léon, quel droit celui-ci a-t-il de se plaindre et de cette attitude et des sanctions prises contre lui, puisqu’il leur a enlevé leurs biens ? Il a fini, continue-t-il, par faire douter les plus bienveillants de ses droits, et sa persistance à en demander le respect aux armes — et avec quel excès ! — n’apporte-t-elle pas une justification au refus de Bohémond de se prêter à des négociations ? Le ton, on le voit, est bien différent de celui des premières années. Le Pape veut bien essayer de demander à Bohémond de faire occuper la citadelle d’Antioche pendant la durée du procès, par les Hospitaliers et les Templiers, sous la direction du patriarche d’Antioche qui, étant nouveau, ne peut être soupçonné de partialité ; mais il n’a pas le droit de l’y contraindre avant jugement, et de toute façon Léon devra accepter la trêve et s’occuper de combattre les Musulmans54. À quoi Léon devait peu après répondre en envoyant trois ambassadeurs, l’abbé du couvent arménien de Trezarg, Eschivar de Sarmenie et son chancelier latin Bovon, expliquer au Pape qu’il ne pouvait, sans danger, combattre les Musulmans tant que le non-règlement de la question d’Antioche laissait subsister sur sa frontière une source constante de dangers55.

  • 56 Migne, III, 18, 46-48.
  • 57 Migne, III, 310.
  • 58 Migne, III, 430 sq.
  • 59 Cont., A 317.

32Le nouveau patriarche qu’avaient élu les chanoines d’Antioche, à la fin de 1208, était cet abbé Pierre de Locédio, alors évêque d’Ypres, qui avait été chargé en 1205 d’une tentative d’arbitrage par le Pape entre Léon et Bohémond ; le choix marquait évidemment un désir de conciliation et de paix. Innocent, en mai 1209, l’envoya à ses fidèles en le leur recommandant et en sommant Bohémond IV de le bien traiter56. En octobre, Pierre II est installé et a reçu du trésorier de l’Hôpital les biens meubles de son église que Pierre Ier avait confiés à leur garde. Peu après, Innocent III essaye de s’entremettre une fois encore pour la paix, et désigna comme représentant pour agir avec l’aide des deux patriarches syriens, l’évêque Sicard de Crémone, qui avait en 1204 collaboré avec Pierre de Saint-Marcel et se trouvait en 1210 en Syrie. Cette fois, Innocent ordonnait d’employer la force pour soumettre celle des parties qui se montrerait la plus récalcitrante57. Mais Sicard ne put rien faire. Un peu plus tard, le patriarche de Jérusalem voulut régler du moins l’affaire de Baghrâs. Mais Léon, qui demandait des juges pour Antioche, refusa de comparaître pour Baghrâs. Bien plus, il saisit Port-Bonnel, puis presque toutes les autres possessions de l’Ordre en Cilicie et dans la plaine d’Antioche ; enfin, comme une troupe de Templiers allait ravitailler une de leurs places-fortes que Léon n’avait pu enlever, Léon les assaillit dans une passe de montagne, et dans la bataille le grand-maître de l’Ordre en personne fut gravement blessé (début de 1211). Cette fois, c’en était trop. L’excommunication dont Léon avait été l’objet n’avait été que théorique, et son application n’était restée qu’une menace en suspens ; le Pape écrit maintenant à tout le clergé de Syrie et de Chypre de la publier et de la faire strictement respecter, et au roi Jean de Brienne de secourir les Templiers (mai 1211)58. Jean était peu favorable à Léon, qui était trop lié à la famille royale de Chypre, surtout depuis son remariage avec Sybille, une des deux filles d’Amaury II (1210). Aussi, à l’expédition de représailles préparée par les Templiers, donna-t-il un renfort d’une cinquantaine de chevaliers59.

  • 60 Migne, III, 434.
  • 61 Migne, III, 434-435.

33Seulement, il va sans dire que l’Ordre avait aussi l’alliance de Bohémond, et le Pape craignit que la force qu’en retirerait ce dernier ne tournât au détriment de l’Église. Innocent III n’avait jamais considéré comme contraire à sa fonction de correspondre dans l’intérêt chrétien avec des souverains musulmans. On eut cette fois ce spectacle extraordinaire d’un Pape demandant au souverain musulman d’Alep de protéger l’Église latine : ses bons rapports avec les Templiers, affectait de penser Innocent III, prouvaient des sentiments bienveillants à l’égard de la chrétienté, et aẓ-Ẓâhir se devait alors de défendre le patriarche en cas de besoin60. Hier sauveur de la latinité politique d’Antioche contre les Arméniens, aẓ-Ẓâhir allait-il être le sauveur de la latinité religieuse contre les Grecs ? Quoi qu’il en soit, Innocent écrivait en même temps à Pierre II, découragé par les hostilités qu’il rencontrait et la ruine matérielle causée par les guerres à son église, pour lui rendre confiance et l’autoriser à affermer les possessions ecclésiastiques à remettre en valeur61. Le Pape cherchait ainsi à sauvegarder l’indépendance de l’Église au milieu des interventions politiques contradictoires devenues indispensables et également funestes.

  • 62 Sur cette question, cf. A. Heinsenberg, Zu den armenisch-byzantinischen Beziehungen am Anfang des I (...)
  • 63 Wilb., p. 162-181 ; l’ambassade à Otton IV a été racontée par un arménien, Héthoum, qui en faisait (...)
  • 64 Strehlke, 37. Le Pape confirma la donation en février 1214 (Strehlke, 39). Bohémond n’était pas enn (...)
  • 65 Cart. II, p. 150

34Si Innocent se détachait de Léon, Léon de son côté ne s’attachait plus exclusivement à l’appui romain. Il négociait un mariage entre sa famille et celle des empereurs grecs de Nicée, qui échoua par suite de l’opposition religieuse62. On a vu le resserrement de son alliance avec Chypre. Surtout les mêmes ambassadeurs arméniens qui étaient venus trouver le Pape en 1210 s’étaient ensuite rendus auprès de l’empereur Othon IV. L’Empire, par lequel Léon avait été couronné, avait disparu de la scène après la mort de Henri VI, par suite des guerres qui avaient mis aux prises son frère Philippe de Souabe et Otton de Brunswick. Mais en 1208, Philippe avait été assassiné, et l’accord s’était fait en Allemagne et en Italie pour reconnaître Otton, le candidat du Pape qui, en 1209, recevait sa couronne du Pape et peu après prenait la croix. C’est alors que Léon désira renouer son entente directe avec l’Empire, dont le chef, au reste, ne devait pas rester longtemps en accord avec le Saint-Siège. Otton remit aux ambassadeurs une couronne qu’à leur retour, le 15 août 1211, Léon plaça solennellement sur la tête de Raymond Roupen, proclamé son héritier et marié à la sœur du roi de Chypre, Hugues, le fils de son ancien allié Amaury63. Peu après, Otton envoyait à son tour à Sis une ambassade dont le chef, Wilbrand d’Oldenbourg, nous a laissé, de son voyage en Syrie et en Cilicie, un si intéressant compte-rendu64. Un peu plus tard, Léon se faisait recevoir confrère de l’Ordre des Teutoniques, auquel il donnait le château de Hematye (avril 1212), Cumbethfort et diverses autres localités dans la plaine cilicienne65.

  • 66 Migne, II, 54 (début 1209) et Cart., II, 118 (août 1210) indiquent qu’il était resté non consacré p (...)
  • 67 Migne, III, 783.
  • 68 Migne, III, 792

35Se sentant- ainsi renforcé, Léon tint pour nuls les avertissements du Pape. Après l’expédition des Templiers sur les confins ciliciens, il avait accepté une trêve : il la viola et envoya son jeune neveu faire son apprentissage militaire en dévastant une fois de plus sauvagement la plaine d’Antioche (1212). Bien plus : maintenant que le clergé latin de Cilicie, qu’il avait à l’origine favorisé aux dépens des Grecs, appliquait l’excommunication portée contre lui, Léon s’était mis à le combattre et, par exemple, profitait de la mort de l’élu latin de Tarse, qu’il avait longtemps refusé de laisser consacrer66, pour le faire remplacer par un Grec. Il confisquait les biens des églises latines pour les attribuer à des Grecs. Il accueillait en Cilicie le patriarche grec Siméon, que Pierre II avait réussi à faire partir d’Antioche. Innocent III écrivit en février 1213 une lettre à Léon, qui commençait par ces mots : « Nous te refusons la bénédiction apostolique » ; il lui reprochait durement tous ses forfaits et le menaçait d’étendre à son neveu les peines prononcées contre lui67. Toutefois, l’application stricte de l’excommunication avait, dès la fin de 1212, amené Léon à résipiscence ; il rendit aux Templiers toutes ses prises récentes, leur fit espérer Baghrâs, et écrivit à Innocent III pour l’en informer et lui demander de faire contraindre Bohémond à comparaître avec Raymond Roupen à un nouveau procès ; le Pape arrêta en route sa lettre menaçante et, tout en faisant répondre par le patriarche de Jérusalem que la conduite de Léon ne permettait pas de lui accorder, pour l’instant, la faveur qu’il sollicitait, acceptait de le relever de son excommunication (mars 1213)68.

  • 69 Migne, III, 747
  • 70 Migne, III, 792.

36Naturellement, le Pape ne soutenait pas plus Bohémond, qu’il n’appela jamais autrement que comte de Tripoli. Tout au plus le traitait-il, par nécessité, comme prince de fait lorsqu’il s’agissait par exemple de défendre contre lui le droit des moines de Saint-Paul à avoir pour abbé le candidat de leur choix69. Peu après, le patriarche de Jérusalem ayant cité une fois de plus les deux parties à comparaître devant lui, et s’étant vu opposer par Bohémond l’argument inattendu de sa vassalité à l’égard de l’empire latin d’Orient, le Pape lui écrivit que c’était là un subterfuge dont il n’y avait pas lieu de tenir compte70.

  • 71 Lettre de Guillaume de Boyx à l’évêque de Besançon, éd. Röhricht Regesta, n° 868.
  • 72 Il écrit encore en ce sens en 1215 ou 1216 (Potthast, n° 5178, 5179).
  • 73 Cart. II, 164. Il leur donnait en même temps un village dans la plaine de Maloûn (ibid. 165).

37La question d’Antioche n’était donc pas plus réglée qu’au premier jour, mais pour la première fois en 1213 la principauté pouvait jouir d’un peu de répit71. D’autre part, Innocent III pouvait envisager comme prochain le départ de la croisade qu’il n’avait cessé de préparer depuis le détournement de celle de 1202-1204, et il subordonnait toute sa politique orientale à ce grand objectif : il tenait donc à réconcilier Léon avec Jean de Brienne72, ce qui avait été réalisé dès 1214 par le mariage de ce dernier avec une fille de Léon, Stéphanie ; à l’occasion de ce mariage, Léon contracta un grand emprunt auprès des Hospitaliers, en gage de remboursement duquel il leur concéda le district du Djéguer — sa frontière antiochienne —73. En 1215, la situation de Léon est donc plus forte de nouveau qu’elle n’a été depuis longtemps.

  • 74 Ann. T. S., p. 436 (Gestes, 18, Héthoum, 482) ; Jacques de Vitry, 1142 ; Olivier le Scholastique, H (...)
  • 75 Lettre d’Ibn al-Qiftî, citée par Yaqoût, Irchâd, V, 488-489 ; Kamâl, 48-49 ; I. W., 172 v°, 173 r°, (...)

38Or, un malheureux accident a depuis peu aliéné à Bohémond son principal allié, aẓ-Ẓâhir d’Alep. À la fin de 1213, le fils aîné de Bohémond, Raymond, âgé de dix-huit ans et, probablement depuis sa majorité (quinze ans révolus), bailli d’Antioche, tombait assassiné dans la cathédrale de Tortose par des « Assassins » qu’on soupçonne d’avoir été armés par l’Hôpital, dont le Vieux de la Montagne était tributaire74. Bohémond voulut venger ce meurtre ; il se trouva qu’une attaque avait été préparée vers Ḥamâh et Ḥomç par les Hospitaliers qui avaient reçu des secours d’Acre, de Chypre, de Cilicie. Finalement, sur l’intervention d’aẓ-Ẓâhir, ils se satisfirent d’un tribut ; mais Bohémond, qui avait obtenu, d’autre part, un renfort de Templiers, put profiter d’une partie de ce rassemblement, et les chrétiens allèrent attaquer la forteresse ismaïlienne de Khawâbî. Les Assassins demandèrent des secours à aẓ-Ẓâhir, qui leur en envoya, tandis qu’il faisait opérer d’autre part, une diversion par les contingents de Lattakié. Les Francs en surprirent et battirent une partie. Mais aẓ-Ẓâhir fit appel à Al-‘Adil, dont le fils, al-Mou‘azzam de Damas, alla dévaster Nâbolos. Les Francs durent renoncer au siège de Khawâbî et Bohémond envoya des excuses à aẓ-Ẓâhir (1214)75. Celui-ci restait intéressé à écarter Léon d’Antioche ; mais il devait être désormais moins vigilant à défendre Bohémond. L’annonce d’une nouvelle croisade ne pouvait, elle aussi, que le rapprocher de plus en plus d’Al-‘Adil, dont Léon avait la faveur. Quant aux habitants d’Antioche, épuisés de guerre, évidemment inquiets de voir la guerre musulmane remplacer la guerre arménienne, ils étaient moralement d’autant plus incapables de continuer à se défendre, que Bohémond résidait maintenant de préférence à Tripoli, moins apauvrie et plus centrale.

  • 76 Cf. supra, 598.

39Léon sut profiter de ces circonstances pour nouer de nouvelles intrigues dans Antioche, où le clergé et certains barons lui restaient favorables. Son agent fut le sénéchal Acharie de Sarménie, qui était resté ou rentré à Antioche. Au début de 1216, une députation fut envoyée appeler Léon qui put, de nuit, faire pénétrer des troupes par la porte de Saint-Paul. Tous les points stratégiques étaient occupés avant que les habitants aient rien vu et d’ailleurs aucun pillage n’eut lieu. Le patriarche était évidemment du complot. Le 14 février, eut lieu l’entrée solennelle de Léon et de Raymond Roupen à Antioche ; le jeune prince, conduit à Saint-Pierre, y fit hommage au patriarche et fut, de, ses mains, sacré prince, ce que n’avait jamais pu être Bohémond ; puis, au palais princier, eurent lieu les prestations d’hommage des barons et les serments de fidélité des chefs bourgeois. La garnison de Bohémond s’était réfugiée dans la citadelle ; mais en assurant tout de suite aẓ-Ẓâhir de son bon vouloir et en lui renvoyant les prisonniers musulmans trouvés à Antioche, Léon prévint les velléités d’intervention du prince d’Alep, que des négociations en cours avec Al-‘Adil retenaient également76.

  • 77 Ann. T. S., 436 (Gestes Ghyprois, 19) ; Cont. A ; Lettre de Léon à Innocent III, dans Raynaldi-Mans (...)

40Léon se réconciliait, d’autre part, intégralement avec l’Église latine, rétablissant des prélats latins aux sièges de Tarse et de Misîs et en rendant Baghrâs aux Templiers. Dans ces conditions, la garnison d’Antioche jugea n’avoir plus qu’à capituler. Bohémond, accouru sous Marqab, l’apprit avant de s’y être embarqué et retourna à Tripoli77.

  • 78 Kamâl, 50-51 ; I. W., 175 v°, 176 v° ; Ibn Bîbî, 57-58 ; Sempad, 644 ; Hist. Royal (Alishan-Sissoua (...)

41Léon paya d’ailleurs sa victoire syrienne d’une grave contrepartie, car une fois de plus les Turcs de Qonya, incités ou non par Bohémond, profitèrent de son absence pour attaquer la Cilicie. Aẓ-Ẓâhir avait promis son appui au Seldjouqide de Qonya, mais une fois que cette alliance lui eût servi de moyen de pression pour obtenir d’Al-‘Adil la reconnaissance de son fils al-‘Azîz comme son successeur à Alep, il craignit de compromettre cet accord s’il secourait Kaï-Kâoûs et se déroba en prenant prétexte d’excès commis par le seigneur de Mar‘ach Nouçrat ad-dîn contre des Arméniens sujets d’Alep. L’attaque seldjouqide n’en fut pas moins la plus redoutable que Léon avait eu à subir. Il était resté à Antioche jusqu’à l’automne de 1216. À ce moment, Kaï-Kaoûs vint de Mar‘ach attaquer la région de Gaban, et enleva les forteresses de Gantchân et Djandjîn, alla dévaster la plaine cilicienne et anéantit l’armée envoyée en hâte par Léon sous les ordres de son oncle, le connétable Constantin, qui fut pris avec plusieurs hauts seigneurs. Il fallut, pour leur rançon, céder au début de 1218, avec la place-forte de Loulou l’entrée des Portes de Cilicie. L’accroissement de puissance de Léon en Syrie avait donc été acheté de sa sécurité à l’ouest78.

Notes

1 I. A., passim, 117-127, 168-197 ; M. b. N., dans I. F., IV, 206 v°, 210 v°, V 3 r°, 35 r°, 39 r° ; Tâdj al-Oumanâ dans A. Ch. 81 v°, 82 v° ; Sibt, passim, 333-367 ; Kamâl, V, 37, 46, et ms. 234 r°, 235 r° omis par Blochet ; I. W., passim, 150 v°, 169 r° ; Kirakos Brosset, 81.

2 Infra, p. 606.

3 Infra, p. 620.

4 Kamâl, 49, et ms. 234 r°, 235 v° ; I. W., 169 r°, 173 r° ; M. b. N. dans I F., V, 68 r°.

5 Migne, 778-779.

6 Migne, 810-813.

7 Migne, 819.

8 Migne, 1003 ; Cont., A 313 ; Cont., D 230. Léon prétend dans sa lettre que l’attaque seldjouqide fut antérieure à sa propre attaque contre Antioche, qu’il n’avait abandonnée que pour éviter une guerre entre chrétiens ; il n’y a guère de doute que cette version n’ait d’autre fondement que le désir de se donner le beau rôle.

9 Migne, 1003, 1007, 1009, 1012, 1013.

10 Bien que Sofred eût prié les évêques de Tortose et Bethléem d’insister auprès de Raymond.

11 Lettre de Sofred, Migne, CLI sq. ; Cart., II, 14 ; peu après Bohémond confirme une location de l’Hôpital, Cart., II, 22 ; il était encore à Tripoli en avril (Rohr., Reg. Suppl., 789 c).

12 Lettre de Sofred ; IW, 147 v° ; Chron. An. Syr., an. 1513 ; I. A. T., dans I. Ch. Géogr., 91 v°.

13 Villehardouin, chap. 27 à 30, 41, 52 ; Enneul, 340, 332 et 357 (Cont. G. T., 246-249 et 260) ; Kamal, V, 39 ; I. W., 149 r°.

14 I. W., 148 r° v°, 149 r° v°, 150 r°, 151 r° (récit dédoublé) ; parmi les morts francs I. W. signale un comte d’Outremer, le « chef des Turcoples » et l’hospitalier « ar-Roumîloû akhou’l-Harâd » que je ne comprends pas.

15 Lettre des légats, Migne, CLI sq. ; I. W., 149 r°-v° nomme parmi les Francs qui se rendirent à Antioche, un comte Philippe, qui avait pris part à la prise d’une ville en Hongrie (évidemment Zara).

16 Lettre de Léon, Migne, II, 687 ; Ann. T. S., an. 1203 ; Sicard de Crémone dans Migne, 213, p. 535 ; Chron. Syr. anon. an. 1514 ; I. A. T., dans I. ch. Géogr., 41 (91 v° ; Kamal, V, avec mauvaise date) ; I. W., 151 v° ; Rôhr. reg., 792.

17 Lettre de Léon, Migne, II, 687 ; Sicard, Migne, CCXIII, 535.

18 Lettre des Légats (Migne, CLI sq.), et lettre de Léon (Migne, II, 687), versions souvent contradictoires.

19 Mêmes lettres et lettre du Pape à Léon, le 17 janvier 1205 (Migne, II, 509), en réponse à la plainte des Templiers.

20 Et de l’évêque de Borsa (Boçra ?).

21 On trouve trace de considérations analogues pour Chypre lors des pillages du bailli Gautier de Montbéliard contre l’Égypte : le bailli d’Acre, Jean d’Ibelin, répondit aux plaintes d’Al-‘Adil qu’il ne pouvait rien sur Chypre, qui dépendait de Constantinople (I. A., XII, 181).

22 Albéric, 884 ; on verra (infra, p. 618) que Léon essaya parallèlement de se rapprocher de l’Empire de Nicée.

23 Il faut donc admettre que l’excommunication do Léon avait été suspendue.

24 Lettre des légats et de Léon, comme ci-dessus.

25 Il faut faire attention pour son intelligence que, dans cette lettre, la plume est tenue d’abord par Sofred puis, après l’arrivée de Pierre, par celui-ci, puis, pour les dernières négociations à Acre, de nouveau par Sofred.

26 Migne, II, 687.

27 Migne., II, 699.

28 Ainsi que le déclare formellement Innocent III, dans une lettre à Philippe-Auguste en 1205 (Migne, II, 698).

29 Paoli, I, 103. Il avait déjà accrû les privilèges des Gênois dans le comté de Tripoli, en décembre 1202 (Rohr. Reg., n° 792).

30 Lib. Jur., 522 ; Oger, dans M. G., 55, XVIII, 124.

31 Il promet à Guy de Giblet, en décembre 1204, à l’Hôpital, en mars l205, divers revenus et biens-fonds des territoires de Lattakié et Çahyoûn, si Dieu les lui restitue (Paoli, I, 103, Cart. II, 48).

32 I. W., 157 r° ; M. B. N., dans I. F. V., 12 r°.

33 I. W., 154 r°, 155 r° v° ; Sibt,, 341.

34 Cont., A 314-315 ; Ann. T. S., 435 (Gestes chyprois).

35 I. A., 158-159 (H, II, 98-100) ; Kamâl, V, 41-42-44 ; I. W., 156 r°.

36 Migne, II, 156, 157.

37 En août 1206, le pape menace l’archevêque de Tyr, qui est en conflit avec les Vénitiens alliés du Saint-Siège de le faire excommunier par le légat Pierre (Potthast, 2862) ; d’autre part, le conflit ecclésiastique d’Antioche qu’on va voir remonte, dit la lettre d’Innocent III du 8 janvier 1208, au passage de Pierre en Syrie ; il serait étrange, s’il s’agissait du passage de 1204, qu’il ne s’y trouve aucune allusion dans la correspondance pontificale entre cette date et 1207 ; il est plus normal aussi de ne pas supposer trois ans d’intervalle entre ce conflit et les tragiques conséquences qu’on va lui voir. Toutefois il n’y a pas de preuve positive d’un passage effectif de Pierre.

38 Migne.

39 Sur ces faits, cf. aussi, infra, p. 655.

40 Migne, II, 864.

41 Ce nom n’est fourni que par une liste arabe (Korolewski. Dict. Hist. eccl. art. Antioche).

42 Le récit de toute cette affaire d’après la lettre d’Innocent III au patriarche de Jérusalem sur le procès, le 8 janvier 1208 (Migne, II, 1278). D’après l’Hist. Royal d’Alishan, p. 243, Bohémond fit arrêter deux neveux, du patriarche.

43 Cont., II, 70. Le projet d’attaque n’est pas explicite, mais va de soi et du reste fut, on le verra, réalisé (infra, p. 629).

44 Les Annales de T. S. (ainsi que les Gestes et Héthoum qui en dérivent) donnent la date de 1208 tandis que l’Hist. Royal paraît indiquer le début de 1207 ou même 1206 ; en réalité on peut affirmer qu’Innocent III ignore les faits en janvier 1208 (Migne, II, 1278, mais les connaît le 13 février (Migne, II, 1321) ; vu la rareté des traversées en hiver, on doit supposer un intervalle notable entre les faits et leur récit à Rome.

45 Ann. T. S., 436 ; Gestes, 17 ; Héthoum, 481 ; Hist. Royal, 244 ; Cont. A, 314 ; Lettres d’Innocent III du 13 février et du 12 juillet 1208 (Migne, II, 1321 et 1429). Raynaldi a publié (Annales Eccl., XX, 220) une lettre que Mansi date de 1207, d’après laquelle Léon aurait conquis Antioche en cette année ; nous verrons que cette lettre doit être en réalité datée sûrement de 1216 (infra, p. 622) ; l’indication de Cont. A, 314 d’après laquelle la guerre entre Léon et Bohémond dura sept ans (soit 1201-1208) jusqu’à la prise d’Antioche par Léon, est en contradiction avec toute la suite des faits et ne peut dériver que d’une faute de lecture ; admettrait-on une prise d’Antioche, il faudrait la faire suivre d’une perte immédiate avec huit années nouvelles de guerre ; I. A. T. dans I. Ch., Geog., 92 r° croit que Pierre mourut étranglé dans sa prison.

46 Migne, II, 1429.

47 Hist. Royal, Alistan, p. 248 ; I. A. T. dans I. Ch. Géogr., 92 r°.

48 Kamâl, 45 ; A. Ch. II. Or. Cr., V, 155.

49 I. A., 181 (an 604), Kamâl, V, 45 (an 605), I. W., 156 v°, 157 r° et Sibt, 345 (an 603) ; M. b. N. rapporté par I. F., 22 r° à 603. Il semble que 604/1207-8 soit la date la plus vraisemblable en raison du raid chypriote qu’I. A. dit un peu postérieur et qu’A. Ch. (II. Or. Cr., 155) place en 605.

50 Migne, III, 306.

51 Cart., II, 118.

52 Cart., II, 122. On remarquera qu’à la différence du Temple qui, à cause de Baghras, intervenait directement contre Léon, l’Hôpital, s’il aida Léon, évita de combattre Bohémond en personne, ce qui explique que celui-ci ou son parent et allié Guy de Giblet ait pu occasionnellement accorder quelques faveurs à l’Ordre (Cart., II, 56, 134).

53 Migne, III, 18.

54 Migne, III, 54.

55 Migne, III, 310.

56 Migne, III, 18, 46-48.

57 Migne, III, 310.

58 Migne, III, 430 sq.

59 Cont., A 317.

60 Migne, III, 434.

61 Migne, III, 434-435.

62 Sur cette question, cf. A. Heinsenberg, Zu den armenisch-byzantinischen Beziehungen am Anfang des Istes Jahrhundert, dans Sitzung b. d. bayer. Akad. d. Wissenschaft, VI, 1929.

63 Wilb., p. 162-181 ; l’ambassade à Otton IV a été racontée par un arménien, Héthoum, qui en faisait partie (Alishan, Léon, p. 281).

64 Strehlke, 37. Le Pape confirma la donation en février 1214 (Strehlke, 39). Bohémond n’était pas ennemi des Teutoniques, auxquels il avait fait une petite donation en 1209 (Strehlke, 35).

65 Cart. II, p. 150

66 Migne, II, 54 (début 1209) et Cart., II, 118 (août 1210) indiquent qu’il était resté non consacré plus d’un an et demi

67 Migne, III, 783.

68 Migne, III, 792

69 Migne, III, 747

70 Migne, III, 792.

71 Lettre de Guillaume de Boyx à l’évêque de Besançon, éd. Röhricht Regesta, n° 868.

72 Il écrit encore en ce sens en 1215 ou 1216 (Potthast, n° 5178, 5179).

73 Cart. II, 164. Il leur donnait en même temps un village dans la plaine de Maloûn (ibid. 165).

74 Ann. T. S., p. 436 (Gestes, 18, Héthoum, 482) ; Jacques de Vitry, 1142 ; Olivier le Scholastique, Hist. Dam., Ch. 35 ; Bulle de Grégoire IX, du 20 avril 1236 ; Kamâl, 48-49 ; I. W., 172 v°. Rappelons que Bohémond paraît toujours avoir été en mauvais rapports avec les Assasins dont il évoque une exigence pour reprendre Maraqiya à l’Hôpital en 1199 (Cart., I, 682).

75 Lettre d’Ibn al-Qiftî, citée par Yaqoût, Irchâd, V, 488-489 ; Kamâl, 48-49 ; I. W., 172 v°, 173 r°, 175 v°, 174 r° parle du meurtre du n frère de la princesse d’Acre » ce qui doit être une confusion pour le patriarche de Jérusalem, tué en effet à ce moment ; A. Ch., 96 v°.

76 Cf. supra, 598.

77 Ann. T. S., 436 (Gestes Ghyprois, 19) ; Cont. A ; Lettre de Léon à Innocent III, dans Raynaldi-Mansi, XX, p. 220 sq. (cf. infra) qui est la source d’Hist. Royal (Alishan, 257, qui cite aussi des notes de manuscrits copiées en 1216-17), et, plus sommairement, de Sempad ; B. H., 370 ; I. A. T. dans I Ch. Géogr., 92 r°-v° ; Kamâl, 50 ; I. W., 175 v° ; Sibt, 374 ; A. Ch., 97 V. La date est assurée par tous les chroniqueurs chrétiens et musulmans ; c’est à tort que Röhricht et d’autres arguent des actes, Röhr. rég., 877, 878, pour placer le fait en 1215, car ces actes sont datés en style de Pâques, où février et mars 1215 sont donc en 1216 de notre style.
Nous utilisons pour le récit ci-dessus, la lettre publiée par Raynaldi d’après un original non daté, et datée par Mansi de 1207, d’après la vague indication de Cont. A 213 sur la longueur des guerres entre Bohémond et Léon. Cette date est tout à fait impossible, non seulement parce qu’aucun autre texte ne mentionne d’entrée de Léon à Antioche en 1207, mais pour une série de raisons internes : o) le récit de l’Hist. Royal en 1216 correspond textuellement à la lettre de Léon, qu’il a évidemment pour source. Or, l’entrée de Léon à Antioche en 1216 ne pouvant faire de doute, il n’y a vraiment pas de raison de supposer de sa part une confusion ; b) les premiers mots de la lettre de Léon : « Sicut.. paterno affectu condoluistis » sont une reprise, peut-être ironique, des premiers mots de la dernière lettre d’Innocent III que Léon ait reçue, celle de 1209 (celle de 1214 ayant été retenue) ; c) la lettre mentionne la restitution de Baghrâs au Temple, ce qui, en 1207, serait en contradiction avec toute la suite des événements ; d) le roi d’Arménie mentionne la restitution de biens enlevés par Bohémond à saint Paul, ce qui est une allusion vraisemblable au conflit auquel se réfère la lettre d’Innocent III, de 1213, à Bohémond (Migne, III, 787) ; c) la lettre parle du rétablissement des archevêques latins à Tarse et Misis, et le patriarche y consacre le chantre d’Antioche Booz à la première, l’archidiacre d’Antioche Jean à la seconde ; or, on connaît en 1209 un B. chantre d’Antioche et Jean est l’archidiacre qui, imposé d’abord par Pierre de Saint-Marcel, avait été confirmé par jugement de la cour romaine et définitivement installé en 1208 ou 1209 (Migne, II, 1278). On ne connaît, dans les années antérieures, aucun archevêque latin de Misîs, et seulement un élu de Tarse en 1209-1210 (cf. supra, p. 322-323).

78 Kamâl, 50-51 ; I. W., 175 v°, 176 v° ; Ibn Bîbî, 57-58 ; Sempad, 644 ; Hist. Royal (Alishan-Sissouan, 211), qui nomme à la place de Gantchîn et Djendjîn, Choghagan, appelé aussi Izdi. Parmi les prisonniers il nomme aussi Constantin de Lampron, Kyr Isaac de Sig ( ?), Azil Auxence ; Ibn Bîbt nomme Oschin (de Lampron) et Vasil ( = Azil ?). Parmi les chefs arméniens était aussi Adam de Gaston (Baghrâs).

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540