Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Cinquième partie

Chapitre I. Les débuts de la période ayyoubide. Les dernières années de Bohémond III.

Texte intégral

1L’histoire de la Syrie franque du nord pendant toute la période qui s’étend de la mort de Saladin au milieu du xiiie siècle peut être caractérisée par deux traits : aucun conflit avec les musulmans, conflits constants avec les Arméniens. Pour comprendre cette situation, il importe d’exposer rapidement les circonstances de la constitution des états ayyoubides et du royaume arméno-cilicien.

A) Caractères généraux et débuts de la période ayyoubide

  • 1 Impression générale dont les exemples précis sont rares. Cf. entre autres Boughya Aya Sofya, 31 (fa (...)
  • 2 Aẓ-Ẓâhir d’Alep se distingue particulièrement dans cette œuvre.

2À certains égards, la période des successeurs de Saladin, les Ayyoubides, ou tout au moins celle de leurs deux premières générations, peut être considérée comme une période de « pause ». Au dehors, les conquêtes de Saladin et la lutte contre la troisième croisade, suscitée par elles, avaient exigé un effort considérable, dont ses successeurs chercheront à éviter le renouvellement, en admettant délibérément la présence des Francs sur la côte syrienne, d’ailleurs économiquement avantageuse. S’ils réalisent encore une certaine expansion, c’est uniquement vers le nord-est, et, en général, afin d’assurer leur domination intérieure, compromise par des intrigues étrangères. Ce sont moins des conquérants que des exploitants. De la même façon, semble-t-il, ils laissent s’adoucir à l’intérieur la lutte contre les éléments hétérodoxes ; les Chiites n’étant plus dangereux, ils les traitent avec ménagements1. Le plus clair de leur activité est consacré à la construction ou à la réfection de puissantes forteresses, dotées des perfectionnements introduits par les Francs ; elles garantissent que les Francs ne prendront pas leur abstention pour de la faiblesse et ne pourront pas plus les attaquer qu’eux-mêmes ne les attaquent2.

3Entre eux, les Ayyoubides ont un mélange de solidarité familiale et de querelles. Saladin n’a pas détruit la féodalité zengide, mais ses successeurs peu à peu l’éliminent à leur profit. Mais il en résulte non pas une centralisation de l’autorité, mais le développement d’une féodalité nouvelle, qu’en langage d’Occident on appellerait celle des princes apanagés. La famille ayyoubide est innombrable, et Saladin a donné le premier l’exemple de diviser ses états, sous la suzeraineté nominale d’un de ses membres, entre un grand nombre d’autres. Naturellement, chacun cherche à agrandir sa part, en même temps que celui d’entre eux qui est maître de l’Égypte se considère comme investi d’une autorité sur eux tous et essaye de reconstituer une unité effective. La direction échappe vite aux enfants de Saladin au profit de son frère al-‘Adil ; après lui, son fils al-Kâmil arrivera encore à grand peine à imposer sa suprématie à ses frères et cousins ; à la troisième génération le fils d’al-Kâmil, aç-Çâliḥ doit passer son règne en luttes féroces ; après lui, la dynastie sombre.

4À la mort de Saladin, qui laissait dix-sept fils, son empire se trouvait en fait divisé en quatre parties principales : l’aîné, al-Afḍal, théoriquement suzerain de tout l’héritage, possédait Damas, la Palestine, et avait dans sa clientèle un cousin apanagé à Ḥomç ; un second fils, al-‘Azîz, gouvernait l’Égypte ; un troisième, aẓ-Ẓâhir, régnait à Alep, et exerçait un contrôle incertain sur un autre cousin apanagé à Ḥamah ; enfin le frère de Saladin, al-‘Adil, possédait la Djéziré. Les trois premiers étaient des princes jeunes, et, sauf aẓ-Ẓâhir, dénués de sens politique ; par contre, al-‘Adil, associé de près à la politique de Saladin, était un homme expérimenté, souverainement intelligent et habile, patient et énergique en même temps : la plus forte personnalité de la dynastie après Saladin. On pouvait prévoir tout de suite que, même s’il n’avait aucune ambition, il ferait figure de chef de famille et finirait par retirer le bénéfice de cette position. Saladin mort, la puissance ayyoubide eût pu disparaître rapidement ; ce fut à al-‘Adil qu’elle dut de survivre trois générations.

  • 3 Imâd dans A. Ch., 226-239 ; Boustân, 589-592 ; I. A., 71-72 (B. H., 343-344), 77-80 ; Mich., 410 ; (...)

5Le danger ne venait pas du dehors. La tentative que firent les princes de Mossoul et d’Akhlâṭ pour profiter de la mort de Saladin fut enrayée sans peine par une prompte répartie d’al-‘Adil, que favorisa la mort de Bektimour d’Akhlât et de ‘Izz ad-dîn de Mossoul. Mais entre al-Afḍal et al-Azîz des hostilités éclatèrent vite, favorisées par des intrigues d’émirs mécontents de leur gouvernement. Après avoir protégé al-Afḍal (1194), al-‘Adil lui enleva ses possessions, en même temps qu’il s’installait en Église pour y seconder al-Azîz (1196). En 1198, il se trouvait obligé de faire front à de nouvelles attaques en Djéziré lorsque mourut al-‘Azîz ; al-Afḍal, appelé à sa place, essaya de reprendre Damas, fut battu et relégué à Samosate, tandis qu’aẓ-Ẓâhir d’Alep, qu’il avait gagné à sa cause, devait reconnaître la suzeraineté d’al-‘Adil. Celui-ci, régent au nom du fils d’al-Azîz, se fit ensuite proclamer sultan : l’unité de l’empire ayyoubide était presque reconstituée (1201)3.

  • 4 Boustân, 589-592 ; Kamâl, 206-224 ; A. Ch., 229 ; I. A. D., 598 ; Târîkh Sâlihî, 597-598 ; Sibt, 31 (...)

6Aẓ-Ẓâhir, qui, de l’aide apportée plusieurs fois à al-Afḍal, avait retiré Lattakié et Djabala, était pendant toute cette période paralysé par l’opposition de ses grands feudataires, tel le chef des Yâroûqiya Dilderim, que soutenait al-‘Adil. Sa réconciliation avec son oncle lui permit enfin de les mettre à la raison et d’être maître chez lui (1202)4. Mais la crainte d’al-‘Adil restera le facteur dominant de sa politique ; comme jadis à aç-Çâliḥ en face de Saladin, elle lui impose une politique de bons rapports avec ses voisins francs.

  • 5 Röhricht, 665 sq. ; Grousset, III, 135 sq.

7Les Francs avaient, eux aussi, regroupé leurs forces. Conrad de Montferrat ayant été « assassiné », Richard Cœur de Lion avait laissé la défense de la Syrie à son neveu Henri de Champagne, et attribué comme dédommagement à Guy de Lusignan Chypre. En 1194, Guy mourut. Contre son successeur, Amaury, les barons n’avaient pas de rancune ; les filles que Henri eut de sa femme, veuve de Conrad et héritière de Jérusalem, furent fiancées aux fils d’Amaury, et l’on put espérer qu’une commune descendance mettrait fin à la scission de l’Orient franc5.

B) Le guet-apens de Baghrâs et la fondation du royaume arméno-cilicien

  • 6 ‘Imâd, dans A. Ch., 133 (H 379) ; Boustân, 587 ; I. A., XII, 11 (H 732), date à tort le démantèleme (...)
  • 7 I. A. T., dans I. Ch., 91 r°.
  • 8 C’est du moins la version de Cont. D ; mais celle-ci est suspecte, car elle prétend que Léon avait (...)

8Dans la Syrie du Nord, la conquête saladine avait complètement renversé la balance des forces entre Antioche et la Cilicie. Comme Chypre à l’égard de la côte syrienne, c’était maintenant la Cilicie qui était la plus forte et qui se trouvait désignée pour servir de ligne de repli aux chrétiens. Léon était bien décidé à profiter de cette situation et, rompant avec les ménagements intéressés de ses premières années, à rejeter tout ce qui restait de suprématie franque, voire à devenir lui-même le suzerain de la principauté. En 1191, Saladin avait fait démanteler Baghrâs, qu’il ne pensait pouvoir défendre ; Léon était accouru, s’en était emparé, et, au lieu de la rendre aux Templiers, ses anciens possesseurs, l’avait gardée pour lui et fortifiée6. Cette mainmise sur la place qui gardait l’entrée de la Syrie inquiéta naturellement Antioche, et lorsque Bohémond fit la paix avec Saladin, loin d’y inclure Léon, son vassal, il s’était plaint de lui à Saladin7, qui ne pouvait non plus voir de bon œil l’établissement du puissant baron sur la route du ‘Amouq et d’Alep. Léon l’avait su, et la mort de Saladin devait lui permettre de se venger. À cela il faut ajouter le souvenir de l’ancien guet-apens préparé par Bohémond à Roupen, et les vaines réclamations adressées par Léon au prince d’Antioche pour se faire rembourser les sommes qu’il lui avait prêtées en 1188. Le prince arménien décida donc de tendre à son tour un piège à Bohémond. Il semble que, pour ce faire, il ait eu l’aide de la femme de Bohémond, Sybille, dont il avait épousé une parente, et qui intriguait avec lui dans l’espoir de faire exclure de la succession d’Antioche les fils du premier lit de Bohémond au profit de son fils à elle, Guillaume8.

  • 9 Sempad, 631, toujours vague dans sa chronologie indique 1195, Gestes, 15 (A. T. S., 434), 1194. Mai (...)
  • 10 Cette hypothèse est celle de Boustân, Cont. A, Cont. D. Le récit de toute cette affaire est diffici (...)
  • 11 C’est l’hypothèse de B. H. et de I. A. T., l’un et l’autre plus impartiaux que les sources latines, (...)
  • 12 La présence de ce fils est attestée par B. H. et I. A. T. (Boustân en signale même deux si le texte (...)
  • 13 Soit pour la nuit (B. H., I. A. T., Boustân), soit pour déjeuner (Cont. D).
  • 14 Soit que Léon les eût jusqu’alors dissimulées, si l’on admet qu’il ait été là dès le début, soit qu (...)
  • 15 D’après Cont. A, Richier aurait mis en garde le prince, et refusé de l’accompagner, mais ce texte g (...)
  • 16 Remise qui ne signifie pas nécessairement dépossession de Bohémond, mais seulement vasselage ; mais (...)

9En octobre 11939, soit que Léon eût proposé une entrevue10, soit qu’il eût fait feindre par le gouverneur de Baghrâs le désir de livrer sa forteresse à Bohémond11, celui-ci, accompagné de sa femme et d’un fils12, se rendait au pied de Baghrâs, où il acceptait l’hospitalité13 ; mais, lorsqu’il fut dans le château, des troupes arméniennes l’arrêtèrent14, avec sa famille et la plus grande partie de son escorte, qui comprenait le connétable Raoul des Monts, le Maréchal Barthélémy Tirel, le Chamberlain Olivier, et l’un des principaux seigneurs de l’entourage du prince, Richier de l’Erminat (Armenaz)15. Léon exigea pour les libérer la remise d’Antioche16, à laquelle furent envoyés procéder Richier et Barthélémy pour Bohémond, Héthoum de Sassoûn, mari d’Alice fille de Roupen, pour Léon.

10C’est alors que se produisit un événement qui allait rejaillir sur toute l’histoire d’Antioche au xiiie siècle : la population, qui avait jadis manifesté, devant le danger d’ingérence byzantine, son attachement au régime latin, réagit cette fois, en présence de la menace d’annexion arménienne, avec une remarquable vigueur, et, pour se défendre en l’absence du prince, substitua son gouvernement direct à celui de Bohémond en proclamant la Commune, de quarante ans la plus ancienne des trois communes franques de Syrie au xiiie siècle.

  • 17 Telle est la version de Cont. D ; d’après Cont. A, l’initiative de la résistance ut de la convocati (...)
  • 18 Là encore doute. On a vu (ci-dessus, p. 583, n. 7) que la présence de Raymond à Antioche n’est atte (...)

11Tandis que Héthoûm de Sassoûn attendait aux portes d’Antioche que l’occupation par les siens des points principaux de la ville lui permît d’y entrer sans danger, Richier et Barthélémy introduisaient les troupes arméniennes jusqu’au palais du prince ; des Latins, sombres, assistaient ; tout d’un coup un arménien lança une remarque désobligeante pour Saint-Hilaire, qui depuis Raymond de Poitiers avait sa chapelle dans le palais. Alors un simple sommelier interpella les barons : comment permettaient-ils qu’Antioche fût enlevée à son prince et livrée « à si vil gens come sont Hermins » ? Et, joignant l’acte à la parole, de lancer aussitôt des pierres à l’Arménien coupable. Une bagarre naît, s’étend ; en quelques instants la ville est en armes, on jette dehors les soldats arméniens, et Héthoûm de Sassoûm juge plus prudent de se retirer. Le peuple se réunit alors dans la cathédrale Saint-Pierre, sous la direction du patriarche17, prête le serment de commune et décide de reconnaître pour seigneur, en attendant la délivrance de Bohémond III, Raymond, son héritier désigné. En même temps on prévient Bohémond de Tripoli, qui accourt au secours éventuel de la ville, et Henri de Champagne18. Tandis que les barons, tous de sang plus ou moins mêlé, paraissent avoir été peu émus d’obéir à Léon, qui était à moitié francisé, la bourgeoisie, elle, avait réagi vigoureusement à ce qui n’en menaçait pas moins les Francs, non nobles surtout, de la perte partielle de leurs privilèges sociaux. Ainsi trente-huit ans plus tard devait naître la commune d’Acre d’une réaction franco-italienne contre un danger de germanisation. L’Église latine, à l’origine, se trouvait naturellement aux côtés des défenseurs de la latinité. Mais l’existence d’une commune n’en constituait pas moins une limitation à ses prérogatives et à celles du prince, et la suite de l’histoire d’Antioche en témoignera constamment. Pour l’instant elle avait atteint son but, et Léon, tout en faisant piller les environs, ne put que repartir, en emmenant ses prisonniers à Sis.

  • 19 Cont. A, appel de la commune ; Cont. D, de Raymond, Bohémond de Tripoli, et du patriarche ; Cont. C (...)
  • 20 D’après Cont. C et G, et Ernoul, Bohémond aurait même au contraire prêté hommage à Léon. Mais les v (...)
  • 21 Son frère et lui moururent presqu’en même temps ; on soupçonna Léon.
  • 22 D’après Cont. A, Bohémond aurait même investi dès lors Raymond, de la principauté concurremment ave (...)
  • 23 Cont., A 213 ; Cont. C et G 228 (Ernoul, 319) ; Cont. D 207 ; Mich., 411 ; B. H., an 1504 ; Sempad, (...)

12Au printemps 1194, Henri de Champagne prit en mains l’affaire. Il avait reçu, semble-t-il, des appels, d’une part d’Antioche et de Tripoli, d’autre part de Bohémond III lui-même19. Après avoir rendu en route visite au chef des Assassins, qui l’en avait prié, afin de rétablir la bonne qualité des rapports, compromise par le meurtre de Conrad de Montferrat, Henri vint à Antioche, puis, après avoir tenu conseil avec le patriarche et les fils de Bohémond, se rendit de lui-même en Cilicie, où Léon l’accueillit très bien. Là, comme quelques mois plus tard à Chypre, la politique de Henri consista à reconnaître le fait acquis sans chicane, en cherchant seulement à en tirer le meilleur parti grâce à une réconciliation des parties aux prises. La possession par Léon de toute la côte du golfe d’Alexandrette et de Baghrâs fut admise par Bohémond, qui délia Léon de son hommage20, en échange de quoi Bohémond était libéré sans rançon. De plus, pour sceller la réconciliation des deux cours, il était entendu que Raymond, le fils aîné et héritier de Bohémond, épouserait Alice, la nièce et jusqu’ici la seule héritière de Léon, qui venait de perdre, dans des conditions assez mystérieuses21, son premier mari, Héthoûm de Sassoûn, au lendemain de son retour d’Antioche. Ce mariage faisait apparaître comme assez probable l’union prochaine sur une même tête des couronnes d’Antioche et de Cilicie. Bohémond fut libéré avant septembre 1194 ; le mariage de Raymond et d’Alice eut lieu vers le début de 1195. À cette occasion, Bohémond III fit jurer aux barons de reconnaître Raymond pour prince à sa mort, tout en se réservant naturellement le pouvoir de son vivant22. Le sort d’Antioche et celui de la Cilicie paraissaient désormais bien liés23.

13Ni Amaury de Lusignan, ni Léon, ne se contentèrent d’une réconciliation avec leurs anciens compétiteurs d’Acre et d’Antioche qui, si précieuse qu’elle leur fût, ne consacrait pas de façon absolue leur nouvelle puissance. Amaury, qui avait aspiré à une couronne royale en Palestine, s’il renonçait à la Palestine, ne renonçait pas à la couronne. Et Léon s’estimait à la hauteur d’une égale ambition. Il est possible que l’un comme l’autre aient, en 1194, abordé la question avec Henri de Champagne. Néanmoins, si celui-ci pouvait promettre de ne pas faire d’opposition, il n’avait aucune qualité pour attribuer des titres royaux, et Amaury comme Léon devaient se tourner vers les pouvoirs qui en distribuaient. Au temps de la première Croisade, le pouvoir spirituel de la papauté avait suffi pour consacrer le royaume de Jérusalem ; mais le développement en Europe de grandes monarchies et le croissant besoin de secours matériels des Francs de Syrie, que ces monarchies étaient le mieux à même de leur apporter, avaient graduellement fait passer la Syrie dans l’orbite d’influence des princes temporels, et la troisième Croisade en avait été une éclatante manifestation. Au milieu du xiie siècle, où Allemagne et Angleterre étaient affaiblies par des luttes internes, les Francs avaient adressé leurs appels à Louis VII ; lorsque s’était développée la puissance des Plantagenêts, on avait fait appel à Henri II, puis à Richard, qui avait en fait réorganisé la Terre Sainte à sa guise. Frédéric Barberousse eût pu balancer son influence, mais il était mort à temps pour éviter ce conflit naissant. Au lendemain de la croisade, la situation est renversée, car Richard est rendu impuissant par ses difficultés en France ; par contre, l’héritier de Barberousse, Henri VI, annonçait l’intention de reprendre la croisade que son père n’avait pu mener à bien, et, ayant épousé l’héritière du royaume normand de Sicile, disposait de forces comme aucun prince n’en avait eues encore pour cette expédition.

  • 24 Le nouveau basileus envoie une ambassade à al-‘Azîz, en Égypte (Boustan, 590).
  • 25 Pour les détails, cf. Röhricht, 666-667, et Mas-Latrie, Hist. Chypre, I 126-128.

14D’autre part, en droit, deux pouvoirs seuls pouvaient distribuer des couronnes : l’Église et l’Empire. L’Empire était double ; mais Byzance, qui avait partie liée avec l’Islam — le remplacement d’Isaac Ange par son frère Alexis, en 1194, n’y changea rien24 — et qui était trop affaiblie pour pouvoir continuer à jouer aucun rôle important en Syrie et en Cilicie, ne pouvait pas rivaliser avec Henri VI, même si le sentiment antibyzantin des Francs n’avait pas joué à son détriment. Henri VI était donc le prince auquel, non seulement le latin Amaury mais l’oriental Léon, qui n’était plus guère en rapports avec des chrétiens que latins, devaient s’adresser pour consolider et élever leur position. Naturellement, Empire et Papauté étant alors en paix, cela n’excluait pas un recours parallèle à Rome. En 1195, Amaury envoya des ambassadeurs au Pape et à l’Empereur, et à leur retour, où ils lui apportèrent des réponses affirmatives, prit le titre de roi (printemps 1196) ; toutefois Henri VI avait réservé le sacre pour le moment, prochain, pensait-il, où lui-même serait présent avec ses croisés25.

15Pour Léon, sa qualité de chef d’un peuple étranger à la communion religieuse de Rome, si elle ne lui créait pas de difficulté spéciale avec l’Empereur, rendait sa situation plus délicate à l’égard de la Papauté. Les catholicos arméniens du xiie siècle avaient compris le danger religieux pour l’Église arménienne de rester isolée au milieu d’infidèles ; mais ni eux ni les barons ciliciens ne s’étaient préoccupé de la portée politique de l’union. Par la volonté de Léon, le problème est maintenant porté sur le plan politique. L’union avec Rome, c’était, pour l’état arménien de Cilicie, la naturalisation latine. Comme hier encore les efforts d’union de Manuel Comnène avaient eu pour mobile le désir d’être le chef de la chrétienté latine orientale, de même aujourd’hui les efforts d’union de Léon signifiaient la recherche du droit d’intervention dans les affaires syriennes et d’utilisation de forces latines à son service ; ils sont un élément de la même politique qui conduit Léon en Syrie du Nord, ou lui fait développer en Cilicie la colonisation militaire et commerciale franque. Déjà Léon avait correspondu avec Clément III, à l’occasion de la troisième Croisade. Il écrivit de nouveau à Célestin III, après l’échec de la dernière tentative d’union avec l’Église grecque, pour lui demander une couronne royale ; le Pape fit une réponse favorable, tout en demandant la réforme de quelques usages arméniens, l’envoi à Rome d’un ambassadeur spécial pour présenter la soumission de l’Église arménienne, et, peut-être, l’introduction de l’étude du latin dans certaines écoles arméniennes. Léon se heurtait toujours aux mêmes oppositions de prélats arméniens qui avaient compromis les tentatives antérieures ; mais par un louvoiement habile jusqu’à l’insincérité, il sut cette fois simultanément convaincre les Arméniens que l’acceptation des demandes présentées serait de pure forme et ne changerait rien au fond des choses, et l’ambassade pontificale, d’ailleurs aussi conciliante que possible, de l’absolue bonne volonté du clergé arménien unanime. Il ne restait plus à régler que de pures questions disciplinaires lorsque le couronnement royal eut lieu.

16Pour celui-ci, Léon s’était dès 1196 adressé à Henri VI ; peut-être dès 1190 avait-il même déjà conçu des projets analogues au moment de l’arrivée de Frédéric Barberousse, mais la mort de ce dernier les avait détruits dès le germe ; toutefois, s’il est certain que Léon avait alors espéré l’investiture impériale, comme garantie contre une réaction byzantine éventuelle, il est possible que l’idée de royauté n’ait été rattachée par lui que plus tard au souvenir du grand empereur disparu. Quoi qu’il en soit, ses ambassadeurs demandèrent maintenant à Henri VI la couronne royale pour Léon, qui se déclarait vassal du Saint-Empire, et l’investiture de la Cilicie et de territoires limitrophes à l’est à reconquérir éventuellement sur les Musulmans ; il ne semble pas qu’aucune allusion ait été faite à Antioche. Henri donna comme à Amaury une réponse favorable, en remettant le sacre au jour de son passage en Syrie.

17On sait que celui-ci n’eut jamais lieu, l’Empereur étant mort au moment de s’embarquer ; mais certains pèlerins étaient déjà partis sous la conduite de son chancelier, l’archevêque Conrad de Mayence, qui était en même temps légat du Saint-Siège. En septembre 1197, passant à Chypre, Conrad avait procédé au couronnement d’Amaury ; peu après on apprit la mort de Henri ; néanmoins Léon envoya à Acre l’évêque de Sis. Jean demanda à Conrad de rester fidèle au programme prévu, et en janvier 1198, en présence de tout son clergé et de toute la noblesse franco-arménienne de Cilicie, ainsi que de l’archevêque grec de Tarse, du patriarche jacobite, et d’ambassadeurs du calife, Léon fut couronné roi des mains du catholicos Grégoire Abirad, cependant qu’il recevait de Conrad les autres insignes de sa royauté. C’était, pour les Arméniens, la restauration partielle de l’ancien royaume pagratide.

  • 26 Mich. arm. suite, 405 ; Hist Royal (Alishan Léon, 172 ; Sempad, 633 ; Kirakos, 422-424 ; Samuel d’A (...)

18Quant à Alexis l’Ange, cherchant à tirer le meilleur parti de l’inévitable, il avait, dès les premières négociations de Léon avec Henri, envoyé de lui-même une couronne au prince arménien, en cherchant à le convaincre que l’investiture byzantine lui serait bien plus précieuse que celle de l’Empereur lointain d’Occident, et Léon, sans rien modifier de ses rapports avec Henri, n’avait pas moins accepté avec remerciements la couronne grecque : il était donc officiellement reconnu comme roi par les deux Empires26.

C) Premiers conflits de Bohémond de Tripoli et de Léon Ier

  • 27 Arnold, MGSS, XXI, 207 (Chron. regia colon., 161) ; Roger Hoveden, IV, 28, d’après lesquels Lattaki (...)

19Les difficultés intérieures des chrétiens et des Musulmans avaient ôté aux uns comme aux autres le désir de rallumer la guerre extérieure, et les trêves avaient été sans peine prolongées jusqu’en 1197. La croisade allemande modifia cette situation. La simple menace en permit aux Embriaci de récupérer Djoubaïl par une intrigue pacifique ; et quelques mois plus tard, les croisés prenaient Beirout. Sans doute al-‘Adil avait pu, entre temps, reconquérir Jaffa, et la croisade allemande, désemparée par la mort de l’Empereur, ne continua pas ses opérations et refranchit la mer. Néanmoins, c’était un résultat appréciable que d’avoir de nouveau réuni par terre le territoire d’Acre au comté de Tripoli. Restait à accomplir au nord la réunion analogue du comté à la principauté d’Antioche ; Bohémond III le projetait. Aẓ-Ẓâhir, prévenu, avait, comme al-‘Adil à Beirout, donné ordre de miner les forteresses de Lattakié et de Djabala, afin que, si l’on ne pouvait empêcher les Francs d’entrer momentanément dans ces villes, on pût du moins leur enlever la possibilité d’y restaurer des établissements susceptibles de résistance. Mais Bohémond, qui s’était rendu auprès des croisés, n’en obtint probablement pas le renfort qu’il espérait ; revenant de Tyr au lendemain de la prise de Beiroût, il avait abordé à Marqab, et avait eu là une entrevue avec les lieutenants envoyés par aẓ-Ẓâhir à Lattakié et Djabala ; la population inquiète avait abandonné ces villes, et il est possible que Bohémond soit rentré à Antioche par terre et les ait traversées ; mais il ne tenta aucune hostilité contre les garnisons des forteresses, et peu après, aẓ-Ẓâhir en personne vint en inspecter la restauration. La dispersion de la croisade allemande après la mort de Henri VI ne permit pas de reprendre l’effort, et Antioche resta séparée de Tripoli (fin 1197). La Syrie du Nord n’intéressait pas les Occidentaux27.

  • 28 Là encore le détail est difficile à préciser. On a exclu précédemment que les droits de Raymond-Rou (...)

20Inférieure à la Syrie du Sud dans son redressement militaire, la Syrie du Nord ne l’était pas moins dans sa tranquillité intérieure. C’est que, peu avant l’arrivée des croisés, le fils de Bohémond III, Raymond, était mort, laissant, de sa femme, nièce et héritière de Léon, un tout jeune fils, Raymond-Roupen (Rupin). Il paraissait normal que cet enfant fût le successeur de Bohémond III, et, d’après la version arménienne, Raymond, à son lit de mort, en aurait obtenu la promesse formelle de son père ; néanmoins, Raymond n’ayant pas été investi de la principauté de son vivant, en l’absence de tout précédent, la désignation de son fils n’était pas un droit absolu. Raymond-Roupen en lui-même n’était pas plus inacceptable pour les Francs que ne l’avait été à Jérusalem Baudouin III, fils d’une demi-arménienne ; mais en l’occurrence, le règne de cet enfant ne pouvait présager autre chose qu’un protectorat arménien, et le parti qui en 1193 avait repoussé Léon ne pouvait envisager une telle éventualité de gaîté de cœur. Bohémond de Tripoli n’acceptait pas d’être exclu de la succession et trouva dans les dirigeants de la commune des partisans tout prêts. La question resta quelque temps pendante ; Bohémond III renvoya la veuve et l’enfant à Léon qui craignit que ce geste ne fût à interpréter comme une marque de mépris des droits de Raymond-Roupen ; puis, semble-t-il, Conrad de Mayence, au lendemain du couronnement de Sîs, obtint de Bohémond III la réunion d’une cour plénière de ses barons, où il leur fit prêter serment de reconnaître Raymond-Roupen comme son successeur (début 1198)28.

  • 29 Müller, p. 65.
  • 30 Sur l’importance des Pisans au lendemain de la troisième croisade, cf. infra.
  • 31 Corr. Inn., III, 31 déc. 1198.
  • 32 Cart., I, 553, 627.

21Bohémond de Tripoli n’admit pas le traité. Forte figure que ce Bohémond, que les juristes chypriotes du xiiie siècle reconnaissaient pour un de leurs maîtres. Juriste, il l’était pour défendre les droits de sa couronne contre tous, et d’abord contre l’Église. Énergique, rusé, sans scrupule, il allait remplir de son activité quarante ans d’histoire de la Syrie du Nord. Ce qu’il serait à Antioche, il l’avait déjà quelque peu montré à Tripoli. L’évêque de Tripoli, Pierre d’Angoulême, ayant eu une contestation avec les Pisans, Bohémond avait soutenu ces derniers, moyennant finance29, vraisemblablement en raison de l’aide politique qu’il pouvait attendre d’eux30 ; puis, peu après, Pierre étant devenu patriarche d’Antioche avait cru devoir désigner hâtivement à sa succession pour le siège de Tripoli l’élu archiépiscopal d’Apamée, Laurent, parce que, expliquait-il au pape qui l’en avait blâmé, une période de discussion entre les chanoines pour l’élection aurait été dangereuse en présence d’un comte tel que Bohémond, « toujours disposé à profiter des discordes des clercs pour envahir leurs biens »31. De donations pieuses de Bohémond, nous ne connaissons, de 1188 à 1197, que deux, à l’Hôpital ; elles sont toutes deux insignifiantes32. Au contraire, Léon Ier était à ce moment rempli de prévenances à l’égard de la Papauté. Il était difficile que Bohémond fût bienvenu de l’Église.

  • 33 Cart., 648. On apprend dans cette pièce que Bohémond touchait des rentes à Acre.
  • 34 Le lien de ces faits n’est pas certain ; la lettre de Léon parle seulement d’une attaque musulmane, (...)

22Néanmoins il lui était impossible d’intervenir à Antioche sans alliés, et il rechercha l’appui des Ordres militaires. Pour les Templiers la chose était aisée, car ceux-ci, anciens possesseurs de Baghrâs, se plaignaient de ce que Léon ne le leur eût point rendu depuis 1191. Pour les Hospitaliers, Bohémond parvint également à acquérir leur concours, après avoir, au milieu de 1198, réglé la question depuis longtemps pendante d’une ancienne dette de Raymond III33. Fait plus remarquable, Bohémond sut se ménager l’appui, qui désormais n’allait plus lui manquer pendant plus de quinze ans, d’al-Malik aẓ-Ẓâhir d’Alep ; le payait-il de quelque chose, on ne sait ; mais il est compréhensible qu’aẓ-Ẓâhir ait désiré tenir éloigné d’Antioche le puissant prince cilicien, et volontiers cultivé l’amitié du seigneur franc qui de Tripoli pouvait inquiéter ses rivaux de Ḥomç et de Damas. Tandis que la présence d’aẓ-Ẓâhir dans le ‘Amouq empêchait Léon de se porter vers Antioche34, Bohémond, à la faveur d’une intrigue nouée avec ses partisans, s’introduisait dans Antioche, faisait réunir l’assemblée de la Commune, dénoncer par elle sa fidélité à Bohémond III et prêter serment au contraire à Bohémond de Tripoli comme prince d’Antioche : à défaut de droits féodaux, celui-ci pouvait dès lors invoquer l’autre forme de légitimité que constituait une élection populaire (extrême fin de 1198 ?).

  • 35 Corresp. Inn., III, Migne, I, 810, 813, 816.

23La tentative, toutefois, avorta. Léon sut se débarrasser vite de la menace musulmane et faire la paix avec les Hospitaliers, qu’aucun intérêt particulier ne liait à la cause de Bohémond, et même avec les Templiers, auxquels il fit espérer un prochain règlement de la question de Baghrâs, et qui dès mars 1199 étaient retournés à Tyr. Après trois mois passés à Antioche, Bohémond n’essaya pas de résister à l’armée franco-arménienne envoyée par Léon pour replacer Bohémond III sur son trône ; l’essentiel était pour lui de ménager l’avenir, non d’expulser son père35.

  • 36 Müller, 79, 80. Bohémond de Tripoli avait eu des difficultés avec les Pisans depuis le moment où il (...)
  • 37 Il ne s’agissait à vrai dire que d’une commende à vie de la place par l’ordre à Bohémond (qui en fi (...)

24De fait, ce qu’il avait perdu militairement, il semble qu’il ait vite su le reconquérir partiellement par la diplomatie ; soit que l’âge eût rendu Bohémond III plus influençable, soit qu’il fût de lui-même fatigué de la tutelle de Léon, on constate que l’aventure de 1199 n’est nullement suivie d’une période de tension entre le père et le fils. Politique parallèle à l’égard des Pisans36, présence auprès de Bohémond III du fidèle conseiller de Bohémond de Tripoli, Pierre de Ravendel, auquel son suzerain venait de faire rendre par l’Hôpital Maraclée, héritage de sa femme, concédé à l’Ordre au moment de l’invasion de Saladin, attestent ce rapprochement37. L’affaire de Baghrâs n’y avait sans doute pas été étrangère.

  • 38 Migne, 819.

25Sur ce point, en effet, l’intérêt des Antiochiens, que la présence à leurs portes d’une garnison arménienne incommodait, quel que fût leur parti, et celui de l’Église, que la dépossession d’un ordre religieux par un prince laïc ne pouvait laisser indifférente, se trouvaient coïncider. Afin de négocier le règlement de la question de Baghrâs, auquel il avait promis de se prêter, Léon avait convoqué le patriarche et le prince d’Antioche à une entrevue. Mais il était impossible à Léon de renoncer à Baghrâs sans du même coup renoncer à la possibilité d’envoyer à Antioche une armée pour appuyer les droits de son neveu, le jour prochain où la mort de Bohémond III rouvrirait la question de succession. Il se refusa donc à restituer Baghrâs. Le patriarche, Bohémond de Tripoli et la Commune furent d’accord pour s’indigner de ce refus, menaçant pour tous trois d’une ou d’autre façon ; et nous voyons que Bohémond III maintenant se solidarise avec la Commune, le patriarche, et son fils Bohémond : tous quatre ensemble expédient une protestation au Pape38. Bohémond de Tripoli se trouve donc dans la position morale la plus favorable pour préparer sa succession au trône d’Antioche dès que son père aurait disparu.

  • 39 La date exacte n’est donnée que par les Ann. T. S., les autres chroniques étant imprécises ou fauss (...)
  • 40 Cont. A., 313.
  • 41 Sempad cite le chambrier Olivier, le connétable Roger des Monts, Sire Léonard (de Roissol ?) ; Thom (...)

26Bohémond III mourut vers le début d’avril 120139. Avant même qu’il eût rendu le dernier soupir, les partisans de Bohémond de Tripoli l’avaient en hâte envoyé prévenir, si bien qu’il arriva le jour de l’inhumation. « Il sona la campagne de la comune, et assembla toute la gent, chevaliers et autres bons hommes ; et lor prea et requist que il le receussent à seignor come cil qui estoit le dreit heir de la princee de quoi son père estoit mort saisis et revestus et tenant. Il le receurent et li firent ce qu’il durent come a seignor et a prince40... » On voit l’argument juridique que renferme le texte : Bohémond a reçu le serment de la commune, et par elle il fait déclarer implicitement sans valeur tout transfert d’hommage fait à Raymond Roupen, comme n’ayant pas été accompagné de « saisine ». Mais la plus grande partie des nobles, qui avaient prêté hommage à Raymond Roupen, n’ayant pu à temps alerter Léon, s’exilèrent en Cilicie41, et devaient avec Léon combattre Bohémond IV.

Notes

1 Impression générale dont les exemples précis sont rares. Cf. entre autres Boughya Aya Sofya, 31 (faveur d’aẓ-Ẓâhir aux chiites « pour apaiser leurs cœurs » ; anecdotes sur les Chiites d’Alep vers ce moment dans Abou Dharr, Vatican, 65 r°. À l’égard des chrétiens, la tolérance est parfaite ; cf. infra les rapports d’al-Kâmil avec Frédéric II et en général des Ayyoubides avec les missionnaires. Ibn abî Ṭayyi, d’après ce qu’on sait de lui par son œuvre, ne paraît pas avoir eu à se plaindre des Ayyoubides, bien que chiite.

2 Aẓ-Ẓâhir d’Alep se distingue particulièrement dans cette œuvre.

3 Imâd dans A. Ch., 226-239 ; Boustân, 589-592 ; I. A., 71-72 (B. H., 343-344), 77-80 ; Mich., 410 ; Sibt, 295-301 ; M. b N., dans I. F., 163 r°, 190 r°, etc.

4 Boustân, 589-592 ; Kamâl, 206-224 ; A. Ch., 229 ; I. A. D., 598 ; Târîkh Sâlihî, 597-598 ; Sibt, 310 ; I. F., 170 r°, 178 r°. L’insubordination des vassaux d’aẓ-Ẓâhir était liée au nord à des intrigues avec les Seldjouqides ; en 1196-1197, aẓ-Ẓâhir dut reprendre ‘Aïntâb, Ra‘bân, Mar‘arh. Al-‘Adil envisagea aussi des hostilités contre les Seldjouqides (I. F., 156 r°).

5 Röhricht, 665 sq. ; Grousset, III, 135 sq.

6 ‘Imâd, dans A. Ch., 133 (H 379) ; Boustân, 587 ; I. A., XII, 11 (H 732), date à tort le démantèlement du lendemain même de la prise de la place par Saladin. D’après B. H., an 1503, Francs et Arméniens essayèrent chacun d’occuper Baghrâs, mais les Antiochiens ne purent exclure les Arméniens.

7 I. A. T., dans I. Ch., 91 r°.

8 C’est du moins la version de Cont. D ; mais celle-ci est suspecte, car elle prétend que Léon avait promis mariage à Sybille ; comme il était déjà marié, sans parler d’elle, cette offre est bien peu vraisemblable.

9 Sempad, 631, toujours vague dans sa chronologie indique 1195, Gestes, 15 (A. T. S., 434), 1194. Mais la date de 1193 est celle de Mich., 411 et Boustân, 587, ouvrages tout à fait contemporains, ainsi que de B. H. (ici autonome), et Cont. D, 207. La date est confirmée s’il est exact que Héthoûm de Sassoûn, qui prend part à l’événement, est mort peu après Grégoire Dgha (mort en mai 1193) comme le pense Alishan, Léon, 126 ; Bohémond étant à Antioche encore en septembre 1193 (Cart., I, n° 948), le guet-apens doit être d’octobre, pas plus tard, Mich. faisant mourir le patriarche Aimery après, et encore en 1193.

10 Cette hypothèse est celle de Boustân, Cont. A, Cont. D. Le récit de toute cette affaire est difficile à rétablir, car les sources qui nous la racontent sont toutes plus ou moins déformées pour servir l’un ou l’autre des partis, celui de Léon et celui de Bohémond de Tripoli, qui se disputeront Antioche pendant le tiers de siècle suivant. Cont. C, Cont. G et Ernoul ont une documentation proarménienne (ils vont jusqu’à prêter à Bohémond l’intention d’arrêter Léon, qui aurait agi en état de légitime défense) ; Cont. A paraît puiser la sienne dans le milieu des barons fidèles à Bohémond de Tripoli ; Cont. D est neutre et plus proche du commun peuple ; c’est, des quatre continuations, celle dont l’information est la plus riche et, semble-t-il, la meilleure, à quelques détails près.

11 C’est l’hypothèse de B. H. et de I. A. T., l’un et l’autre plus impartiaux que les sources latines, mais d’information moins directe ; malheureusement ni l’un ni l’autre ne connaît avec précision les événements d’Antioche consécutifs au guet-apens lui-même.

12 La présence de ce fils est attestée par B. H. et I. A. T. (Boustân en signale même deux si le texte n’est pas corrompu), mais non son nom ; il doit s’agir du fils de Sybille, car d’après Cont. D, Raymond était resté à Antioche ; Cont. A cependant paraît impliquer son absence ; toutefois ce peut être le silence volontaire d’un partisan de Bohémond, que le serment prêté à Raymond gênait.

13 Soit pour la nuit (B. H., I. A. T., Boustân), soit pour déjeuner (Cont. D).

14 Soit que Léon les eût jusqu’alors dissimulées, si l’on admet qu’il ait été là dès le début, soit qu’il fût arrivé avec elles à ce moment, si l’hospitalité n’avait d’abord été offerte que par le gouverneur.

15 D’après Cont. A, Richier aurait mis en garde le prince, et refusé de l’accompagner, mais ce texte grandit volontairement Richier, semble-t-il, et le fait qu’il soit revenu à Antioche aussitôt, explique suffisamment qu’on ait pu croire qu’il y était resté.

16 Remise qui ne signifie pas nécessairement dépossession de Bohémond, mais seulement vasselage ; mais la population l’interpréta dans le premier sens.

17 Telle est la version de Cont. D ; d’après Cont. A, l’initiative de la résistance ut de la convocation du peuple à Saint-Pierre, serait le fait de Richier de l’Erminat seul. La présence du patriarche, ou son nom (Aimery) peuvent être une interpolation (cf. p. 508).

18 Là encore doute. On a vu (ci-dessus, p. 583, n. 7) que la présence de Raymond à Antioche n’est attestée que par Cont. D ; si aucun texte n’affirme positivement qu’il ait été pris, il faut convenir qu’il n’existe aucune preuve autre de sa présence, et au contraire, I. A. T. paraît penser que les Antiochiens ont donné le pouvoir à Bohémond de Tripoli ; on remarquera toutefois qu’I. A. T. écrit chez le prince d’Alep, qui sera un allié de Bohémond contre le fils de Raymond. Que Bohémond ait été appelé au secours est infiniment probable. Toutefois on peut encore douter s’il vint une première fois tout de suite, ou s’il attendit le passage de Henri de Champagne, qui en tous cas le trouva à Tripoli. Cela peut être en rapport avec les raids ordonnés par Léon contre Antioche, dont il apparaît mal s’ils sont immédiatement postérieurs à l’affaire de Baghrâs ou du printemps suivant seulement

19 Cont. A, appel de la commune ; Cont. D, de Raymond, Bohémond de Tripoli, et du patriarche ; Cont. C et G et Ernoul, appel de Bohémond, III, après les pillages de Léon.

20 D’après Cont. C et G, et Ernoul, Bohémond aurait même au contraire prêté hommage à Léon. Mais les versions non-arménophiles omettent ce point. Il est possible mais non sûr, que Raymond, le fils de Bohémond, après son mariage avec la nièce de Léon, ait séjourné auprès de celui-ci, ce qui corroborerait un peu la thèse de la vassalité. Toutefois, Léon n’avait encore le titre que de baron ; un prince pouvait-il lui prêter hommage ?

21 Son frère et lui moururent presqu’en même temps ; on soupçonna Léon.

22 D’après Cont. A, Bohémond aurait même investi dès lors Raymond, de la principauté concurremment avec lui, ce que dément formellement Cont. D ; d’après Cont. C et Sempad, on aurait dès lors explicitement prévu la succession, à Antioche et en Cilicie, du fils éventuel de Raymond ; mais il semble que ce soit une confusion de date par résumé, car, d’après la lettre même de Léon à Innocent III (Migne, I, 810), ce fait n’eut lieu qu’après la mort de Raymond.

23 Cont., A 213 ; Cont. C et G 228 (Ernoul, 319) ; Cont. D 207 ; Mich., 411 ; B. H., an 1504 ; Sempad, 632 ; Chron. rimée, 631 ; Boustân, 587 ; I. A. T., dans I. Ch. Géogr. ms. Brit. Mus., 91 r°-v°. Cf. encore de brèves mentions dans A. T. S., 434 (Gestes, 15, Héthoûm, 479).

24 Le nouveau basileus envoie une ambassade à al-‘Azîz, en Égypte (Boustan, 590).

25 Pour les détails, cf. Röhricht, 666-667, et Mas-Latrie, Hist. Chypre, I 126-128.

26 Mich. arm. suite, 405 ; Hist Royal (Alishan Léon, 172 ; Sempad, 633 ; Kirakos, 422-424 ; Samuel d’Ani suite, 458 ; Vartan, 443 ; Chron. rimée, 511 ; Jaffré, 16461-16463 (Neues Arch., XIV) ; Annales Marbacenses, 165, 166 (Léon demande à. Henri Bourdj ar-Raçâç, etc.) ; Cont. A 215.

27 Arnold, MGSS, XXI, 207 (Chron. regia colon., 161) ; Roger Hoveden, IV, 28, d’après lesquels Lattakié et Djabala furent occupées par Bohémond ; Kamâl, ROL, IV, 213-215, d’après lequel Bohémond ne les attaqua pas, et aẓ-Ẓâhir était venu à Ḥârim et à Rîhâ surveiller la frontière ; Cont., ACG (Ernoul) parlent de la chute de Djoubaîl et non Djabala, comme a cru Röhricht, 675, n. 2.

28 Là encore le détail est difficile à préciser. On a exclu précédemment que les droits de Raymond-Roupen aient été stipulés dès le mariage de Raymond ; la date de l’arrangement entre Léon et Bohémond III, n’est donnée que par Arnold de Lübeck, 210, et la promesse de Bohémond à Raymond, l’assemblée des barons, que par le compte-rendu de Léon à Innocent III (Migne, I, 810, 813), à priori suspect ; il paraît toutefois reposer sur un texte signé par Bohémond. Au contraire, Ernoul et même Cont. D, omettent naturellement ces faits, et insistent sur ce que Raymond n’avait pas été investi. Cont. A 213, est seul à parler du renvoi de la veuve et de l’enfant, et, confondant tout, y voit la cause du guet-apens de Bâghrâs ; selon I. A. T., dans I Ch., 92 r°, ce fut Léon qui la fit rechercher. La lettre de Léon implique que Raymond était resté à Antioche, contre Alishan, 129, interprétant mal l’Historien Royal. En tous cas, aucun droit n’avait été reconnu à Bohémond de Tripoli.

29 Müller, p. 65.

30 Sur l’importance des Pisans au lendemain de la troisième croisade, cf. infra.

31 Corr. Inn., III, 31 déc. 1198.

32 Cart., I, 553, 627.

33 Cart., 648. On apprend dans cette pièce que Bohémond touchait des rentes à Acre.

34 Le lien de ces faits n’est pas certain ; la lettre de Léon parle seulement d’une attaque musulmane, ce qui, non précisé, pourrait s’entendre de la frontière septentrionale. Kamâl, 217, indique au début de 1199, un mouvement d’aẓ-Ẓâhir vers le ‘Amouq, mais n’y connaît pas d’autre raison qu’une menace franque sur des Turcomans. Inn., III (Migne, 816) fait allusion a une guerre « entre le Prince d’Antioche et Alep ». Cf. encore Ernoul, 322.

35 Corresp. Inn., III, Migne, I, 810, 813, 816.

36 Müller, 79, 80. Bohémond de Tripoli avait eu des difficultés avec les Pisans depuis le moment où il les avait aidés ; mais un accord est signé en 1199 ; un privilège leur est accordé peu après à Antioche par Bohémond III.

37 Il ne s’agissait à vrai dire que d’une commende à vie de la place par l’ordre à Bohémond (qui en fit profiter Pierre de Ravendel, sur lequel cf. p. 30), Cart., 682. Bohémond se dit contraint par une menace des Assassins.

38 Migne, 819.

39 La date exacte n’est donnée que par les Ann. T. S., les autres chroniques étant imprécises ou fausses (1205 ou 1206 dans les sources arméniennes) ; elle est attestée par les chartes : le dernier acte de Bohémond III est du 20 mars 1201 ; un acte de Bohémond de décembre 1203 précise « an 3 du principat ; et une lettre de Léon au Pape suppose qu’en juillet 1201 il s’était écoulé au moins trois mois depuis le début de la crise de succession (Müller, 80, Röhricht Amaury, p. 57, Migne, 1003).

40 Cont. A., 313.

41 Sempad cite le chambrier Olivier, le connétable Roger des Monts, Sire Léonard (de Roissol ?) ; Thomas Maslebrun, Bohémond Lair (de Arra). Les chartes de Léon et Raymond Roupen permettent d’y ajouter Othon de Tibériade, Robert Mansel, Eschivard, frère du sénéchal Acharie de Sarménie, et peut-être même une série d’autres, qu’on ne trouve mentionnés autour de Raymond Roupen qu’au moment de son principat, mais qui ne figurent pas entre temps dans les chartes de Bohémond IV (Gautier de Sourdeval, son gendre Aymar de Layron, Guillaume de Hasart (‘Azâz), le sénéchal Acharie, le maréchal Thomas, Barthélemy le Jaune, Amaury de Croisy, Alfred de Margat (Marqab), etc., sans parler de bon nombre d’Hospitaliers). Les quelques nobles de l’entourage de Bohémond IV sont des Tripolitains.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540