Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Quatrième partie

Chapitre VI. La vie intellectuelle et littéraire les « chétifs »

Texte intégral

  • 1 Supra, p. 509.
  • 2 Innocent III, Migne, III, p. 697.
  • 3 Sur lui, cf. supra p. 16.
  • 4 Patr. Lat., CLV 1038 sq. (vers 1120 P). Frétellus peut avoir vécu en Palestine avant son archidiaco (...)

1Soldats et marchands dominaient la société franco-syrienne, et nous ne trouvons pas plus à Antioche ou Édesse qu’à Tripoli ou Jérusalem de grand foyer de civilisation spirituelle comparable à ce que furent, en d’autres pays de contact franco-oriental, Palerme ou Tolède. Il ne faudrait pas toutefois tomber dans l’excès inverse et nier à la Syrie franque des xiie-xiiie siècles toute activité intellectuelle et littéraire. La personnalité d’un Guillaume de Tyr, la curiosité dépensée au xiiie siècle en corrélation avec le mouvement des missions, issu il est vrai d’Occident, pour une meilleure connaissance du milieu oriental, établissent assez le contraire. Pour nous en tenir à la Syrie du Nord, on a vu que le patriarche Aimery cultivait des relations littéraires1. L’Église d’Antioche avait comme toute cathédrale d’Occident son écolâtre et ses écoles2, et les monastères non militaires pouvaient être des foyers d’études. C’est à ce milieu ecclésiastique qu’appartiennent Gautier le Chancelier, le seul chroniqueur qui ait écrit dans la principauté3, et l’archidiacre d’Antioche, Eugésippe Fretellus, auteur d’un « Tractatus de distantiis locorum Terrae Sanctae »4. L’aristocratie laïque de son côté a produit les Assises d’Antioche, pendant modeste à la riche littérature historico-juridique des royaumes de Jérusalem et de Chypre.

  • 5 Pas d’édition complète ; le début forme la fin du Chant I de la Chanson d’Antioche ; pour le reste, (...)
  • 6 Hippeau, 213, Hatem, 391.

2Mais c’est dans le domaine de la littérature poétique et, toutes proportions gardées, populaire qu’Antioche nous offre, avec la Chanson des Chétifs5, une œuvre qui n’a pas de correspondant dans le reste de la Syrie franque. L’auteur anonyme nous apprend qu’il a composé son poème sur la demande du prince d’Antioche Raymond de Poitiers, qui l’en a récompensé par un canonicat à Saint-Pierre ; il ne l’avait d’ailleurs pas tout à fait terminé à la mort du prince. L’auteur lui-même, d’après Graindor de Douai, mourut en Orient, d’où son poème, gardé par le patriarche, fut apporté bientôt en Occident6. Contrairement aux Chansons d’Antioche et de Jérusalem, que nous avons vu être nées de la Croisade mais seulement en Occident, après le retour des pèlerins, la Chanson des Chétifs, que Graindor a insérée entre elles bien qu’elle ne présente à peu près aucune prétention historique, est donc une œuvre franque de Syrie. Comment s’y combinent l’imagination occidentale et l’imagination orientale, cette combinaison est-elle spécifique de la société franco-syrienne, telles sont les questions fondamentales que la Chanson des Chétifs nous pose.

  • 7 Albéric des Trois-Fontaines, MGSS, XXIII, 807. Le rattachement à Pierre l’Ermite doit être une des (...)

3Tel que nous les transmet Graindor de Douai, qui, pour les joindre aux Chansons d’Antioche et de Jérusalem et ne pas déconcerter ses auditeurs par la diversité des noms et des épisodes, a altéré sensiblement son modèle, les Chétifs se résument ainsi : dans la défaite infligée à Pierre l’Ermite par Soliman (Qilîdj Arslân ibn Soulaïmân) et Corbaran (Karboûqâ) ou, selon une version peut-être plus conforme à l’original, au cours d’un combat livré sous Ḥârim pendant le siège d’Antioche7, les Turcs font prisonniers un certain nombre de francs, parmi lesquels on nomme Baudouin et Ernoul de Beauvais, Richard de Chaumont, Harpin de Bourges, l’abbé de Fécamp, l’évêque de Forez (sic), Foucher de Meulan, et Hertaus de Pavie ; emmenés à Sarmasane chez le sultan, ils obtiennent de sortir de prison lorsque Corbaran, qui entre temps a été battu par les Francs à Antioche et est accusé de lâcheté par son souverain, choisit Richard de Chaumont pour être son champion dans un combat justificatif ; celui-ci tue les deux ennemis qui lui sont opposés, Murgalé et Golias, puis aide Corbaran à triompher de leur oncle, Lyvon de la Montagne, accouru les venger. Comblés d’honneurs, nos chétifs finissent par pouvoir aller rejoindre les Croisés parvenus sous Jérusalem, et se distinguent chemin faisant par des exploits remarquables contre des bêtes féroces et des brigands.

  • 8 Une tradition do ce genre, dans Albert, IV, p. 364 et Chans. d’Ant., I, p 192 et 202.
  • 9 Albert, p. 561 ; Orderic Vital, livre X, chap. 19 ; Passion de saint Thiémon, II. Occ. Cr., V.
  • 10 L’épisode du feu mis aux joncs où se cache Baudouin, sans raison dans une bataille où Baudouin est (...)
  • 11 Albert, 593-594 ; Orderic, vol. IV, 119, 133, 137. Le récit de ce dernier prouve que la captivité d (...)
  • 12 En particulier Hertaus de Pavie, qui fait penser à la croisade lombarde ; on ajoutera que Graindor (...)

4On trouve dans ce récit des réminiscences historiques, et, chose curieuse, non pas de la Croisade proprement dite, mais de l’arrière-Croisade de 1101. Non certes que des Francs pris dans le désastre de Pierre l’Ermite n’aient pu être retrouvés par les Croisés8. Mais c’est surtout après les désastres de 1101 qu’on connaît de nombreux cas de croisés qui après avoir erré dans le Taurus avec l’aide des chrétiens locaux purent rejoindre la Syrie, tandis que d’autres étaient emmenés prisonniers en Orient, où quelques-uns purent obtenir leur liberté9. Parvenus en Syrie, ces rescapés participèrent avec Baudouin Ier à la malheureuse bataille de Ramla contre les Égyptiens. Justement Graindor confond dans la Chanson de Jérusalem la bataille d’Ascalon (1099) avec celle de Ramla (1102)10, et par surcroît y fait intervenir Corbaran au lieu des Égyptiens. Or, parmi les prisonniers de la bataille historique de Ramla se trouvait l’un des rescapés des désastres d’Asie Mineure, Harpin de Bourges11. Précisément, Harpin est dans les « Chétifs » l’un des Francs pris par Corbaran. Les noms des autres sont inconnus, mais nous rapprochent plutôt aussi de l’arrière-Croisade12.

  • 13 Pour la première, vraiment éloignée, H. Occ. Cr., IV, 390 ; pour la seconde, Paulin Paris, éd. Chan (...)
  • 14 Goossens, dans son compte-rendu de Hatem, Byzantion, 1933. Mais Albert appelle Sarmasane Sammarthan (...)
  • 15 Cela résulte de l’itinéraire de Sansadoine dans la Chanson d’Antioche (II, p. 42) : d’Antioche, il (...)
  • 16 Chans. d’Ant., I, parag. 16. L’amplification du rôle de Karboûqâ-Corboran remonte au lendemain de l (...)
  • 17 Dans Graindor, il y a de plus confusion entre ce Lyvon et le vieux prince arménien d’Édesse (qui s’ (...)
  • 18 Goossens, loc. cit. Nous ne nous opposons par contre pas du tout, on le verra plus loin, à l’idée d (...)

5Topographiquement, il semble que les réminiscences utilisées par notre poète mélangent la Cappadoce et la Perse. Des deux villes qu’il nomme, l’une, Oliferne, correspond sûrement dans la Chanson d’Antioche à Alep dans Robert le Moine, mais a été transformée par imagination en une capitale plus orientale ; l’autre, Sarmasane, a été identifiée avec Samarkand, Kirmanchâh13, ou Samosate14, alors qu’elle est sûrement la capitale sultanale réelle de Hamadhân15, du moins dans la Chanson d’Antioche. Il n’en est pas moins certain que notre poète recueille par ailleurs des réminiscences d’origine plutôt cappadocienne qu’iranienne. Si l’on remplace Corbaran, qui n’alla jamais en Cappadoce ni en Anatolie, par le nom du Danichmendite contemporain, on trouve une base historique réelle, et à sa participation à la défaite des Croisés en Anatolie (croisade de 1101), et aux hostilités auxquelles il est fait allusion entre lui et Soliman (Qilîdj Arslân)16, ainsi qu’à leurs rapports avec les Roupéniens arméniens de Haute-Cilicie Thoros et Léon (Lyvon), appelés souvent « de la montagne »17. Aucun rapprochement précis n’autorise par contre à voir dans les Chétifs un souvenir des combats livrés par Baudouin Ier et Thoros contre Baldouq de Samosate, comme on l’a fait18 en se fondant sur l’identification erronée de Sarmasane avec Samosate. « Chétifs » signifie : captifs ; il y a eu des captifs francs emmenés en pays musulmans plus ou moins lointains, et quelques-uns ont pu en revenir. Il n’y a aucune raison de ne pas voir dans une histoire de captivité l’épisode originel des Chétifs.

  • 19 610.
  • 20 Vol. IV, p. 140-150 (Cf., préface au t. V, p. xxxviii et xcii).
  • 21 AASS, 6 nov., 159-182.
  • 22 Livre X, chap. 19. Cf., Albert, p. 571.

6Bien au contraire, nous trouvons que les histoires de captivités en Orient furent un des thèmes courants de l’imagination des Occidentaux à la suite de la Croisade. On voit par la place qu’elle occupe dans la littérature chronographique, voire hagiographique, combien Bohémond Ier, pour commencer par lui, dut savamment jouer, dans sa propagande occidentale de 1105-1106, du récit de sa captivité en Cappadoce ; Albert d’Aix19, Orderic Vital20, l’auteur des Miracles de Saint-Léonard21 nous rapportent entre autres choses comment il combattit Qilîdj Arslân pour le service du Danichmendite, et Orderic nous raconte comment ce dernier « fit sortir les captifs de prison, les fit armer et envoyer au combat », et comment là Bohémond tua en combat singulier Marciban (persan : marzbân, gouverneur de place-frontière), fils du Seldjouqide et neveu du Danichmendite qui l’a trop tard prévenu. D’autres captifs, pris ceux-là en 1101, le même auteur nous rapporte qu’ils « furent emmenés... par les barbares dans des régions inconnues et restèrent quelque temps parmi eux comme esclaves... ; mais... ils éprouvèrent les bienfaits (de Dieu) et... beaucoup d’entre eux, soit par la fuite, soit avec l’autorisation des princes de Perse et d’ailleurs échappèrent à leur captivité »22.

  • 23 Guiumar le Breton, Gervais de Dol, Robert de Caen, Musched du Mans et Rival de Dinan. Ce sont des n (...)
  • 24 Orderic, vol. IV, p. 247-261.

7C’est surtout à l’occasion de la seconde captivité de Baudouin II (1123-1124) qu’Orderic Vital encore nous transmet un récit dont le rapprochement avec celui des Chétifs est d’autant plus suggestif que la mention des travaux d’adduction d’eau à Khartpert et de la flèche d’or comme insigne d’un sauf-conduit princier attestent qu’il repose sur des témoignages réels. Orderic nous apprend que cinq compagnons de captivité de Baudouin à Khartpert23, à la suite d’une tentative de fuite, avaient été envoyés par Balak à « Ali, roi des Mèdes » ( ?), puis de là au Calife et au Sultan de Perse. Bientôt celui-ci « leur concéda la liberté et de grandes richesses ;... ils restèrent trois ans et demi au service du sultan... Ils jouissaient parmi les barbares d’une grande considération ; le roi des Mèdes les avait recommandés au gouverneur de sa ville, et les faisait chaque jour asseoir à côté de lui en costume franc ». Et d’ajouter toutes les offres d’établissements et mariages flatteurs qui leur furent faites. Enfin « ils retournèrent à Antioche » après avoir traversé les états de David de Géorgie et de Thoros le Roupénien, et « des choses inouïes qu’ils ont vues en Orient, ils font des récits merveilleux24 ». Il est impossible de ne pas être frappé de la similitude de ce récit avec le thème central des Chétifs.

  • 25 Libération par le Sultan de captifs francs pris déloyalement (Interpolateur de Baudri, H. Occ. Cr., (...)

8Ces exemples auxquels on pourrait en ajouter d’autres d’atmosphère différente25, suffisent à établir que l’histoire des Chétifs n’est pas un cas isolé. Mais, ce qu’il nous faut souligner, c’est que toutes ces histoires se trouvent dans des ouvrages composés en Occident, aucune dans les écrits des Francs de Syrie, peut-être trop proches des faits pour un travail d’imagination. Dans ces conditions, la question se pose à nous de rechercher si les Chétifs eux-mêmes, bien qu’achevés à Antioche, ne reposent pas partiellement sur des traditions apportées d’Occident.

  • 26 Hippeau, 217 ; Hatem, 391.
  • 27 C’est aussi près de ses États que le Limousin Grégoire Bechada a composé vers 1130, la chanson prov (...)
  • 28 Livre X, chap. 19.

9Nous savons que Raymond d’Antioche s’intéressait à l’œuvre, au point d’y faire insérer certains épisodes26. Or Raymond est le fils de Guillaume de Poitiers, l’un des grands poètes de ce siècle, et le protecteur des beaux esprits27 : et Guillaume fut l’un des chefs de la croisade de 1101 dont nous avons relevé l’influence sur les traditions des Chétifs : s’il échappa personnellement à la captivité, ce ne fut pas sans tribulations et la perte de la plupart des siens, qu’il atteignit Jérusalem. Rentré en Occident « il raconta souvent en vers », nous apprend Orderic Vital, «... les misères de sa captivité (captivitatis suae), en présence des rois, des nobles, et des foules chrétiennes28 ». Phrase bizarre, puisque Guillaume ne fut pas personnellement prisonnier, mais dont, quelle que soit l’explication qu’on en donne, il est difficile de ne pas conclure que des histoires de captifs circulaient à la cour de Poitiers et de là avaient rayonné jusqu’en Normandie où écrivait Orderic. Il ne peut pas s’agir de nos Chétifs, car aucun de leurs noms n’est poitevin, et à la cour de Guillaume on écrivait en langue d’oc. Mais on est autorisé à se demander si le poète des Chétifs ne reçut pas communication de traditions venues de Poitiers.

  • 29 G. T., p. 370 sqq.

10Quoi qu’il en soit, et cela seul ici nous importe, si le poème des Chétifs est évidemment né de l’aventure orientale des Francs, il nous semble en revanche excessif d’y voir un témoignage caractéristique de la vie littéraire franco-syrienne. Il arriva plusieurs fois que des trouvères vinssent en Orient, soit chercher des thèmes d’inspiration pour distraire leur clientèle d’Occident, soit accompagner des croisés. Ces trouvères et les pèlerins de tout temps apportaient en Orient des traditions de l’Occident, comme l’affiliation de Godefroy de Bouillon au cycle du Chevalier au Cygne29. Ce peut être le cas partiellement de l’auteur des Chétifs, qui écrit au temps de la seconde croisade, et dont l’œuvre sera envoyée en Occident par le patriarche Aimery. Nous ne nions naturellement pas l’apport oriental aux Chétifs, mais des apports orientaux se rencontrent dans une grande partie de la littérature occidentale postérieure aux croisades. Les Chétifs nous paraissent donc appartenir à la famille des œuvres qui portent témoignage du contact général de l’Orient et de l’Occident plutôt que correspondre à aucune exigence spécifiquement franco-syrienne.

  • 30 Loc. cit., et id. Les recherches récentes sur l’épopée byzantine, dans l’Antiquité Classique, II, 1 (...)
  • 31 Il suffit pour s’en assurer de parcourir l’autobiographie d’Ousâma ibn Mounqidh. On sait que Godefr (...)
  • 32 Par exemple la légende du lion dompté par Goulfier de Lastours ou Guichier l’Allemand (Arbellot, Le (...)

11Quant à l’apport oriental aux Chétifs, il peut être de deux genres qu’il est difficile de distinguer. On sait que les régions euphratésiennes avaient été, à la suite des guerres arabo-byzantines, le centre d’une poésie épique, attestée du côté chrétien par l’épopée grecque de Digénis Akritas, du côté musulman par les romans de Dhou’l-Himma et de Seyyîd Baṭṭâl, ce dernier rédigé dans la première moitié du xiie siècle et ultérieurement relié par les Turcs à leurs traditions concernant les Danichmendites. Il y a donc quelque vraisemblance, comme l’a signalé judicieusement Goossens30, à ce que les Francs, et nommément l’auteur des Chétifs, aient recueilli eux aussi, du moins oralement, quelque chose de cette littérature. Il ne faut cependant pas trop se hâter d’en conclure, pour les cas particuliers, à l’emprunt. Il est bien vrai que les thèmes de luttes contre les animaux féroces et des bandits, qui forment toute la partie des Chétifs relative à leur retour de Perse en Syrie, abondent dans la littérature orientale ; mais ce sont des thèmes si simples que la seule similitude du genre de vie doit les faire spontanément inventer par toutes les sociétés douées d’un minimum d’imagination. Or, la lutte contre les détrousseurs de caravanes et les fauves était monnaie courante pour les Francs de Syrie comme pour leurs voisins indigènes31, et les récits des Chétifs ne sont pas les seules traditions romancées à s’y rapporter32. Départager dans les Chétifs, s’il y a lieu, ce qui provient de cette seule expérience et ce qui serait emprunt littéraire ne peut être tenté ici ; nous posons seulement le problème, et il n’est pas sûr que dans l’état d’altération des textes conservés, des comparaisons assez précises puissent être faites pour le résoudre.

***

  • 33 Michel, en 1432.
  • 34 Bar Hebr., Chron. Eccl., p. 674.
  • 35 ‘Imâd Kharîda, Bibl. Nat., 3329, 8 r° sq.
  • 36 Pour les Grecs, cf. Korolevski, Melkites, III. 1, p. 31 sq. ; pour les chrétiens de langue arabe, c (...)

12Nous venons de faire allusion à un des aspects de la vie spirituelle des populations indigènes au temps de la domination franque. Un simple retour au chapitre de nos sources montrera au lecteur que ni dans le monde musulman, ni dans le monde chrétien du Proche-Orient, la veine littéraire ou intellectuelle n’est tarie. Mais le milieu indigène n’est pas limité aux frontières de la domination franque. Exposer ce mouvement littéraire hors de ces limites n’étant pas de notre sujet et l’exposer à leur intérieur n’ayant pas de sens, nous nous bornerons à indiquer qu’Antioche, Édesse, les églises et monastères échelonnés de l’Amanus et du Taurus à l’Euphrate sont restés sous le régime franc pour les chrétiens des centres de vie intellectuelle importants. L’Arménien Mathieu d’Édesse, le philosophe de rite grec ‘Abd al-Massîḥ 33, l’évêque monophysite Basile, vivent à Édesse ; les deux derniers, ainsi que Michel le Syrien, saint Nersès de Lampion, le médecin de rite monophysite Basile d’Alep34, passent en diverses occasions à Antioche. On y rencontre même des lettrés musulmans, tel le poète al-Qaïsarânî, un courtisan de Noûr ad-dîn, qui chanta les monuments et les femmes franques d’Antioche35. Dans les monastères indigènes, on lit et on copie encore beaucoup de manuscrits36.

  • 37 Par exemple le récit du pèlerinage de Saint-Gilles dans Michel (arm., 327) qui ressemble à Caffaro (...)

13Les Francs furent évidemment l’objet d’innombrables récits dans la littérature historique indigène, et il s’en trouve dans le nombre qui ont pour origine des Francs et relèvent plus des traditions romancées qui avaient cours parmi eux que de la réalité37. Mais si l’on excepte, à la fin de notre période, les traductions arméniennes des Assises d’Antioche et d’Annales de Chypre, il n’y eut pas d’emprunt proprement littéraire des indigènes aux Francs : comme il est normal, puisque ceux-ci n’étaient encore qu’à l’aube de leur littérature, et le plus souvent ne l’écrivaient encore qu’en latin. Linguistiquement on trouve dans les textes arabes de la période des croisades de nombreux termes francs, mais surtout appliqués à des Francs, et en général disparus avec eux. Le relevé des termes d’origine occidentale en arabe n’a pas été fait, et il faudrait une enquête minutieuse pour distinguer ceux dont l’introduction peut être attribuée à la société franco-syrienne de ceux qui proviennent des relations ultérieures.

  • 38 Lucien Leclerc, La Médecine arabe, Paris, 1876,, II, 38. Rien ne dit où travaillait ce Michel.

14En sens inverse, en dehors des emprunts oraux d’ordre poétique signalés ci-dessus, y eut-il des œuvres franques reposant sur des œuvres indigènes ? Nous savons qu’un traité médical arabe fut traduit dès 1127 par un certain Étienne d’Antioche38 et, étant donné les pertes de manuscrits latins d’Orient, les incertitudes sur l’origine de diverses traductions, on peut supposer qu’il y eut quelques autres travaux analogues. Mais on l’ignore, et au total, ce n’est sûrement pas dans le domaine littéraire ni proprement scientifique qu’il faut voir le plus d’échanges entre Francs et indigènes syriens.

Notes

1 Supra, p. 509.

2 Innocent III, Migne, III, p. 697.

3 Sur lui, cf. supra p. 16.

4 Patr. Lat., CLV 1038 sq. (vers 1120 P). Frétellus peut avoir vécu en Palestine avant son archidiaconat et y avoir écrit.

5 Pas d’édition complète ; le début forme la fin du Chant I de la Chanson d’Antioche ; pour le reste, extraits dans Hippeau, le Chevalier au Cygne, et analyse dans Hatem, Poèmes épiques, p. 350 sqq.

6 Hippeau, 213, Hatem, 391.

7 Albéric des Trois-Fontaines, MGSS, XXIII, 807. Le rattachement à Pierre l’Ermite doit être une des altérations de Graindor. La présence de Corbaran est naturelle à Ḥârim et non à Nicée ; Soliman, trouvé par Graindor dans la Chanson d’Antioche, n’intervient plus dans les Chétifs.

8 Une tradition do ce genre, dans Albert, IV, p. 364 et Chans. d’Ant., I, p 192 et 202.

9 Albert, p. 561 ; Orderic Vital, livre X, chap. 19 ; Passion de saint Thiémon, II. Occ. Cr., V.

10 L’épisode du feu mis aux joncs où se cache Baudouin, sans raison dans une bataille où Baudouin est vainqueur, est emprunté à la bataille de Ramla, où le rapporte Ibn-al-Qalânîsî, trad. Gibb., p. 56. Les deux batailles sont confondues aussi dans Anne Commène, Hist. Gr. Cr., p. 65.

11 Albert, 593-594 ; Orderic, vol. IV, 119, 133, 137. Le récit de ce dernier prouve que la captivité de Harpin avait frappé les esprits.

12 En particulier Hertaus de Pavie, qui fait penser à la croisade lombarde ; on ajoutera que Graindor donne une liste de participants à la croisade analogue à celle d’Albert avec addition de personnages de l’arrière croisade (Comtes de Nevers, Bourgogne, Bavière, Blandraz). Dans l’Estoire de Jerusalem et d’Antioce (H. Occ. Cr., V), chronique romancée en rapport avec le cycle poétique, intervient à la croisade avec Richard de Chaumont, Guillaume de Poitiers, qui en réalité alla à l’arrière-croisade. Dans la Passion de saint Thiémon sont confondues l’expédition anatolienne et la bataille de Ramla, comme dans le cas de Harpin, si le comte Etienne qui accompagne le saint est bien Etienne de Bourgogne (Riant, Rev. Quest. Hist., 1886). On voit que les confusions entre 1096-1099 et 1101-1102 sont courantes.

13 Pour la première, vraiment éloignée, H. Occ. Cr., IV, 390 ; pour la seconde, Paulin Paris, éd. Chans. d’Ant., p. 43. Mais aucune de ces villes n’a d’importance au temps où écrit notre poète.

14 Goossens, dans son compte-rendu de Hatem, Byzantion, 1933. Mais Albert appelle Sarmasane Sammarthan, et Samosate Samusarth. Samosate, petite ville aux mains des Francs lorsqu’écrit notre poète, ne peut être conçue par lui comme une capitale.

15 Cela résulte de l’itinéraire de Sansadoine dans la Chanson d’Antioche (II, p. 42) : d’Antioche, il passe près de Torvaucele (Turbassel des Croisés, Tell-Bâchir), franchit l’Euphrate, atteint Carcan (Ḥarrân, latin Carrhae), ensuite traverse de longues et difficiles montagnes et au bout de vingt-cinq jours arrive au but, qui ne peut être qu’en Perse, dont Hamadhân est alors la capitale (et non Kirmânchâh). Des captifs francs libérés ont pu en faire connaître le nom.

16 Chans. d’Ant., I, parag. 16. L’amplification du rôle de Karboûqâ-Corboran remonte au lendemain de la Croisade. Cf., Gesta. éd. Bréhier. 9e récit ; Albert, p. 392 croit déjà qu’il a pénétré en Anatolie, il est vrai avant la Croisade et contre les Grecs.

17 Dans Graindor, il y a de plus confusion entre ce Lyvon et le vieux prince arménien d’Édesse (qui s’appelait Thoros comme le frère de Léon). Il l’a appelé Vieux de la Montagne, nom donné en réalité au chef des Assassins de Syrie.

18 Goossens, loc. cit. Nous ne nous opposons par contre pas du tout, on le verra plus loin, à l’idée du même auteur que les traditions épiques arabo-byzantines des régions euphratésiennes (où Samosate joue un grand rôle) aient pu influer sur les Chétifs.

19 610.

20 Vol. IV, p. 140-150 (Cf., préface au t. V, p. xxxviii et xcii).

21 AASS, 6 nov., 159-182.

22 Livre X, chap. 19. Cf., Albert, p. 571.

23 Guiumar le Breton, Gervais de Dol, Robert de Caen, Musched du Mans et Rival de Dinan. Ce sont des noms de la région où vit Orderic. Aucun d’eux n’est connu par ailleurs, pas même Guiumar, fils du duc de Bretagne Alain Fer-gent. Mais Orderic cite Gervais de Dol comme se trouvant à Antioche dès le désastre de Roger en 1119.

24 Orderic, vol. IV, p. 247-261.

25 Libération par le Sultan de captifs francs pris déloyalement (Interpolateur de Baudri, H. Occ. Cr., IV, p. 81) ; ecclésiastiques captifs en Égypte avant la croisade et délivrés à la suite d’un miracle de « montagne qui marche » (Hist. Belli Sacri, H. Occ. Cr., III, p. 213-215) ; passion de saint Thiémon, dont le compagnon revient en Occident (H. Occ. Cr., V, 199 sq.).

26 Hippeau, 217 ; Hatem, 391.

27 C’est aussi près de ses États que le Limousin Grégoire Bechada a composé vers 1130, la chanson provençale de la Croisade.

28 Livre X, chap. 19.

29 G. T., p. 370 sqq.

30 Loc. cit., et id. Les recherches récentes sur l’épopée byzantine, dans l’Antiquité Classique, II, 1933.

31 Il suffit pour s’en assurer de parcourir l’autobiographie d’Ousâma ibn Mounqidh. On sait que Godefroy de Bouillon avait failli être tué par un ours.

32 Par exemple la légende du lion dompté par Goulfier de Lastours ou Guichier l’Allemand (Arbellot, Les Chevaliers limousins à la 1re Croisade, Paris, 1881, 8°, p. 36 ; Baudri G, IV, 5 ; Albert, 553). Ajoutons qu’un épisode comme celui du cerf montrant son chemin à un voyageur égaré dérive de la légende de saint Hubert, qui est commune à toute la chrétienté.

33 Michel, en 1432.

34 Bar Hebr., Chron. Eccl., p. 674.

35 ‘Imâd Kharîda, Bibl. Nat., 3329, 8 r° sq.

36 Pour les Grecs, cf. Korolevski, Melkites, III. 1, p. 31 sq. ; pour les chrétiens de langue arabe, cf. par exemple les mss. de ‘Abdarraḥrnàn aç-Çiqilî, aujourd’hui à Leyde ou du Vatican, catal. Maii, p. 177 ; pour les Syriaques, exemple de la notice publiée dans JA, 1888 ; pour les Arméniens, les Mémoriaux cités passim dans Alishan Sissouan, et, sur saint Nersès, supra, p. 565.

37 Par exemple le récit du pèlerinage de Saint-Gilles dans Michel (arm., 327) qui ressemble à Caffaro (Ch. I.), ou l’épisode romanesque de la bataille entre Tancrède et Joscelin rapporté par I. F., et résumé ci-dessus, p. 253-254 (note).

38 Lucien Leclerc, La Médecine arabe, Paris, 1876,, II, 38. Rien ne dit où travaillait ce Michel.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540