Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Quatrième partie

Chapitre V. Le rapprochement entre chrétiens

Texte intégral

1On a vu précédemment que les premiers rapports entre les Francs et leurs sujets indigènes, même chrétiens, n’avaient pas été sans heurts, et que l’attitude de l’Église latine avait été, à l’égard des églises orientales, quelquefois peu fraternelle. À partir du moment où la population franque ne se trouve plus composée en majorité que de Francs nés en Syrie, ces frottements s’atténuent à la fois dans les mœurs et dans les rapports entre églises, le mouvement de réaction musulmane faisant sentir aux chrétiens tant indigènes que latins l’avantage qu’ils auraient à abaisser les cloisons qui lés séparent.

  • 1 III, 37.
  • 2 Ousâma Hitti, 103.

2Un premier facteur de rapprochement réside dans l’adoption par les Francs de Syrie de certaines coutumes orientales. On connaît le fameux passage où Foucher de Chartres expose, dès la fin de la première génération franco-syrienne, comment les Occidentaux d’hier sont devenus des Orientaux, ayant leurs biens en Syrie, des familles à demi indigènes, parlant alternativement leur langue natale et celle du pays, ayant oublié l’Europe ou même ne l’ayant jamais connue1. De l’autre côté de la frontière, Ousâma constate lui aussi combien les Francs établis depuis longtemps en Syrie sont plus adaptés à la vie syrienne, de commerce plus facile pour les indigènes, que ceux de leurs compatriotes qui les ont rejoints plus récemment2.

  • 3 G. T., XVIII, 18 ; XXI, 25. Ousâma Derenbourg, 41.
  • 4 Ousâma Hitti, 169 ; Rozière, 168.
  • 5 G. T., XVIII, 18 ; Caffaro, Lib. 66 ; il y avait même des chanteuses franques (Ibn al-Qaïsarânî, da (...)
  • 6 Ousâma Hitti, 165.
  • 7 Gautier, préface ; Ousâma, loc. cit.
  • 8 Foucher, loc. cit. ; Cart., I, 144. Toutefois, aucun prince d’Antioche, contrairement aux comtes d’ (...)

3Cette assimilation, elle se traduit dans la vie matérielle. Les Francs ont occupé les maisons du pays, adopté plus ou moins le genre de vie qu’elles impliquent ; ce n’est pas dans les coutumiers francs occidentaux qu’on trouverait comme dans les Assises d’Antioche les fournitures du bain, mentionnées parmi les affaires du ménage sur le même rang d’importance que le lit. Le climat impose un costume léger, qu’on reprend même dès que possible en plein milieu des opérations militaires. Lorsque les chevaliers doivent porter leur armure, ils essayent souvent de se rafraîchir en jetant par-dessus une ample et courte pélerine de soie multicolore3. Les Francs ont des domestiques indigènes, qui leur font une cuisine syrienne4. Les bains, les tavernes, n’ont pas plus passionnés visiteurs5, et, comme ils ne sont tout de même pas tout à fait orientalisés, ils les fréquentent en compagnie de leurs femmes, au grand scandale des musulmans6. L’Orient leur avait aussi, paraît-il, enseigné des raffinements et des vices dont les moralistes latins s’indignaient7. Les grands personnages avaient auprès d’eux des médecins syriens, et un grand nombre de Francs, n’ayant pas amené de femme d’Europe, avaient épousé des chrétiennes indigènes, voire des musulmanes baptisées pour l’occurrence8.

  • 9 Matthieu, 29 sq. ; Grég., 171 ; Michel, 183, 201. On trouve les mêmes présages légendaires chez les (...)
  • 10 Ibn Mouyassar.

4Inversement les indigènes se rapprochent des Francs. Il est difficile de se rendre compte, au travers des écrits d’un Michel le Syrien, d’un Matthieu d’Édesse, nourris d’idées religieuses, dans quelle mesure la croisade, présentée comme une expédition au secours de la chrétienté en général, avait trouvé une gloire réelle auprès des masses indigènes. Du moins ces deux ecclésiastiques la célèbrent-ils comme un exploit quasi-légendaire. Plus récemment, les Templiers ont vite acquis auprès des Orientaux un incontestable prestige : Michel le Syrien entoure déjà leur origine de récits romanesques9, et l’on prétend que des Musulmans mêmes, les Fatimides du Caire, s’inspirèrent de l’exemple des Templiers pour créer un corps de pages destinés à la carrière des armes, les « çoubyân al-khaçç »10.

  • 11 P. Dib., art. Maronites, dans Dict. Théologie catholique, tome X, (1928).

5Les relations entre églises sont le domaine où nous pouvons le mieux suivre cette évolution. C’est peut-être du côté de certains indigènes, Arméniens et Maronites, que vint l’initiative du rapprochement, bien différemment d’ailleurs. Les Maronites du Liban, sur lesquels nous n’avons pas à insister ici, étaient un petit peuple isolé, menacé et sans appuis, qui tout de suite avait senti le parti à tirer de l’alliance franque, et dont les croyances, assez proches de l’Église romaine, n’avaient jamais été considérées ni par eux ni par Rome, comme les opposant à elle. Dans ces conditions-là, la séparation entretenue longtemps par la distance, devait naturellement s’atténuer dès lors que des Francs et des Maronites se trouvaient en contact. Très vite, une certaine communion culturelle avait été réalisée, et la « conversion » entre les mains du patriarche d’Antioche, Aimery, dont nous parle à la fin du xiie siècle Guillaume de Tyr, n’a sans doute été qu’une confession plus explicite d’articles de dogme et de culte que les Maronites ignoraient auparavant11.

  • 12 Tournebire, p. 163-164.

6Le même sentiment d’isolement, mais ici plutôt spirituel que social, entre pour quelque chose dans l’attitude des Arméniens au xiie siècle, avec cette différence qu’il s’agit ici uniquement de quelques prélats, et que le peuple et même le clergé, socialement attachés à leur particularisme, ne les suivent pas. Le dogme arménien, en dépit de tendances monophysites, n’était pas en contradiction claire avec le dogme gréco-romain, et les divergences étaient essentiellement d’ordre liturgique. Aussi avait-il été question depuis longtemps d’union entre l’Église arménienne et l’Église grecque, voisine et appuyée par la suprématie politique de Byzance. L’esprit de chicane et d’intolérance du clergé byzantin, non seulement ne l’avait pas permis, mais avait développé parmi les Arméniens des rancunes qui, on l’a vu, n’avaient pas été étrangères à leur facile acceptation de la conquête turque. Le schisme gréco-romain était venu par là-dessus, et tout naturellement le catholicos (patriarche) arménien, à la fois avide de sortir de son isolement et mécontent des Grecs, s’était tourné vers Grégoire VII, en qui naissait alors, devant la menace turque et les appels byzantins, l’idée de rétablir l’union des Églises en faisant apparaître l’Église de Rome, entraînée à la défense des chrétientés d’Orient, comme leur salvatrice. Tout en faisant quelques réserves sur l’orthodoxie des Arméniens, Grégoire VII s’était différencié des Grecs, qui refusaient tout accord avant complète satisfaction et niaient la validité religieuse des sacrements conférés par l’Église arménienne, et, sentant le prix d’un bon « climat », avait envoyé le pallium romain demandé12.

  • 13 Supra, p. 388.
  • 14 Tournebize, p. 235-239.

7L’arrivée des Francs n’apporta d’abord aucune modification radicale. Byzance restait la grande puissance chrétienne de l’Orient, celle dont la culture était à la base de la culture arménienne, et des efforts d’union furent tentés au xiie siècle entre l’Église arménienne d’une part, l’Église grecque ou l’Église romaine alternativement de l’autre. Les circonstances politiques avaient seulement compliqué encore la question, parce que, tandis que la conquête turque avait refoulé le catholicos, avec beaucoup d’Arméniens, dans le Djahân, un catholicosat schismatique s’était créé en Arménie ; et naturellement le second, éloigné au milieu de populations musulmanes, politiquement contraint à la prudence dans ses relations extérieures, ne ressentait pas comme son confrère et rival de l’Ouest sa parenté spirituelle avec des Grecs ou des Francs tout pioches. Le transport du catholicosat occidental à Dzovq, dans le Khanzit, opéré par le catholicos Grégoire III Bahlavouni (1113-1167), fut une tentative de résorption du schisme arménien qui échoua, et au milieu du xiie siècle on a vu qu’il s’établit, plus près de la Cilicie, à Qal’at ar-Roûm13. Des négociations avaient eu lieu entre lui et les Grecs, mais surtout en 1140 il avait assisté au synode latin de Jérusalem présidé par le légat Albéric d’Ostie, accepté certaines réformes nécessaires à l’union, et envoyé au pape Eugène III une ambassade qui fut cordialement reçue14.

  • 15 Tournebize, p. 239-242, 253-256, 259-260.

8Ses successeurs Nersès Schnorhali, l’écrivain (1166-79), et Grégoire IV Dgha (1173-1193), reprennent les négociations avec les Grecs, facilitées d’un côté par les efforts qui sont faits alors par Manuel Comnène et Alexandre III pour la résolution du schisme gréco-romain, compliquées en revanche par l’opposition des Arméniens d’Orient, et par le désir des catholicos de ne pas rompre avec l’Église monophysite à laquelle l’Église arménienne était liée par, une longue alliance, et de l’entraîner plutôt avec eux dans l’union. La mort de Manuel Comnène et la réaction antilatine qui s’ensuivit à Byzance amenèrent indirectement, en dépit d’une nouvelle tentative au début de Grégoire IV Abirad (1194-1203), la rupture des pourparlers avec les Arméniens qui ne voulaient pas adopter d’attitude hostile à leurs voisins Francs, et la reprise de relations directes entre le catholicos et le pape. Dès 1184 Lucius III envoya un pallium à Grégoire IV, et Clément III lui écrivit de nouveau vers 1189, comme à un allié, pour l’organisation de la troisième Croisade15. Première manifestation dans la papauté d’une idée qui devait s’étendre sous Innocent IV à la totalité des chrétiens indigènes.

  • 16 Alishan, Sissouan, p. 517.
  • 17 Apologie, Hist. Armén. Crois., I, p. 177.

9Ces tentatives ne correspondent pas seulement à des intérêts de politique ecclésiastique, mais aux convictions profondes de quelques hauts prélats arméniens dont la longueur de vues, le sens de l’unité chrétienne par dessus les divisions ethniques sont, pour leur temps et leur milieu, très remarquables. De ces tendances le plus illustre représentant est saint Nersès le Grand (mort en 1198). Il avait, dans sa jeunesse, fait des séjours d’études dans des monastères arméniens de l’Amanus et de la région d’Antioche ; se trouvant au Râs al-Khanzîr, il avait admiré « la vie de solitude, de vertu et de mortification des religieux francs,... par laquelle ils surpassaient (Grecs et Arméniens) », et, ayant appris qu’il s’agissait de Bénédictins (de Saint-Georges ?), il se procura à Antioche une traduction grecque de leur règle et la communiqua au catholicos16. Toute sa vie fut dès lors consacrée à la cause de l’union. La communauté de dogme seule importe, expliquait-il à la fin de ses jours au nouveau roi Léon Ier ; vous avez, laïcs, emprunté aux Francs des usages vestimentaires, des titres de fonctions : pourquoi ne pas les suivre aussi dans celles de leurs coutumes qui favorisent la vie religieuse ? et de louer toutes les constructions d’églises, la fréquence des messes, le zèle des fidèles, la charité des Francs17.

  • 18 Matth., 61.
  • 19 Mich., 222, 225.

10Les Francs méritaient-ils toujours ces éloges, du moins par comparaison avec le clergé indigène, il ne nous appartient pas d’en décider. Ce qui, en revanche, est certain, c’est que leur absence même de désir de conversion, leur incompétence théologique leur donnaient auprès des indigènes lassés des subtilités byzantines un incontestable avantage. « Les Francs, écrit déjà Matthieu d’Édesse, n’avaient aucun souci de contrarier les Arméniens sur la date de Pâques ; mais il en fut tout autrement des Grecs18 »... Et Michel le Syrien, une haute conscience chrétienne lui aussi : « Les pontifes de notre Église vivaient au milieu des Francs sans être persécutés ni molestés ; ils ne soulevaient jamais de difficulté au sujet de la foi ni pour arriver à une seule formule dans tous les peuples et dans toutes les langues ; mais ils considéraient comme chrétiens quiconque adorait la Croix, sans enquête ni examen19. » Et que ne dit-il pas, au contraire, des Grecs !

  • 20 JA, 1888, p. 60 sq.
  • 21 Mich., ans 1459 et 1462.
  • 22 Infra, p. 568.
  • 23 Chron. rim., 618.

11Fait paradoxal, ce paraît avoir été, du côté franc, des nouveaux venus, le roi Foulques, le prince Raymond, le patriarche Aimery qui (Édesse mis à part) inaugurèrent la politique de rapprochement accentué avec les indigènes. Le premier à Jérusalem faisait restituer d’anciennes propriétés aux monophysites. C’est aux portes d’Antioche, à Dowaïr, que le patriarche monophysite Jean en 1137 vint mourir, et à Antioche que se réunit le synode destiné à élire son successeur20. Quelques années plus tard, l’évêque jacobite d’Édesse, Basile, sortant de la prison de Joscelin II, vint quêter à Antioche pour le rachat de ses coreligionnaires captifs, et fut chaleureusement reçu par Raymond et Aimery21 ; en 1157, Renaud de Châtillon assiste à la dédicace d’une nouvelle église jacobite22. Les Francs d’Antioche n’ont pas moins fait pour les Arméniens, et, le catholicos Grégoire III étant passé dans leur ville en se rendant à Jérusalem, ils l’avaient conduit en grande pompe à Saint-Pierre23.

  • 24 Lettre de Nersès citée d’après son biographe Grégoire de Sguévra, par Dulavrier, Hist. Arm. Crois., (...)
  • 25 Michel, ans 1479, 1480 : Chron. An. Syr., an 1480. On ne nous dit pas quelle part eut ou n’eut pas (...)
  • 26 Michel, an 1484, 1489-1491.
  • 27 Michel, 1498, 1504.
  • 28 Mich., an 1489.

12Le rapprochement s’accentua sous Bohémond III en raison de la personnalité des chefs des Églises — Aimery, Michel le Syrien, catholicos arméniens conseillés par saint Nersès — et de la lutte entre patriarche grec et patriarche latin qui, au début de ce principat, acheva de convaincre Aimery de la nécessité de s’appuyer sur tous les ennemis de Byzance. On a vu ci-dessus l’étroite union qu’il réalisa avec les Maronites. À l’égard des Arméniens, plus compromis dans la politique du protectorat byzantin, ce fut Bohémond III encore jeune qui, allié de Thoros, essaya de retenir à Antioche, en vain d’ailleurs, son illustre compatriote Nersès24. Mais avec le grand patriarche jacobite Michel le Syrien Aimery noua des relations personnelles étroites. En 1168, Michel, se rendant à Jérusalem, avait été cordialement salué à la porte d’Antioche par les représentants du prince, sans avoir le temps d’y entrer ; mais à son retour, il alla rendre visite à Aimery qui, alors, réfugié à Qoçaïr pour protester contre l’intrusion du patriarche byzantin, fit à Michel un accueil d’autant plus somptueux. Michel gagna ensuite Antioche, où, premier patriarche jacobite depuis des générations, il put, conduit par les Francs, prendre solennellement possession de son siège dans Saint-Pierre même25. On le retrouve à Antioche en 1173, 1178, 117926 ; il avait un frère, Aharon, évêque de Jérusalem, d’où la conquête de Saladin le chassa ; il l’envoya alors comme vicaire général à Antioche où les Francs « l’accueillirent comme un ange27 ». En 1178, Aimery avait même caressé l’espoir d’emmener Michel au concile du Latran ; Michel s’excusa, mais ayant appris que le concile s’occuperait de combattre des hérétiques apparentés aux Manichéens, il écrivit contre ceux-ci et leurs prédécesseurs un traité où il reprenait les anciens arguments des Pères28.

  • 29 Mich., an1462 (l’auteur était présent à la consécration).

13Évidemment, ce sont là contacts aristocratiques. Mais le coudoiement social pouvait amener aussi un certain syncrétisme de croyances populaires. Michel le Syrien nous en apporte un témoignage qui, si sollicité que puisse être le récit, est caractéristique de cette évolution. Un enfant de famille franque noble s’était brisé le talon en tombant d’un figuier, et les médecins les plus habiles avaient été impuissants à le guérir. Un moine jacobite donna à la mère une image de saint Barçauma, le grand saint monophysite dont le prestige s’était accrû des malheurs arrivés à Joscelin II, Coupable d’avoir dévalisé son monastère. La dame et le moine eurent alors une vision, leur ordonnant de construire une église dans le jardin de la famille franque. L’évêque Basile d’Édesse, de passage à Antioche, fut consulté et fit célébrer un office dans le jardin. Soudain l’enfant qui dormait poussa un cri : le saint lui apparaissait, lui touchait le talon, et lui ordonnait de marcher : ce qu’il fit sans peine. Alors les parents, suivis d’une foule de toutes confessions, se rendirent en procession à Saint-Pierre, puis auprès de la princesse Constance, qui se fit conduire sur le lieu du miracle et se prosterna en pleurant. « Les foules prenaient de la poussière et en étaient bénies ; partout où on en porta, Dieu procura des guérisons... “L’église fut construite, non sans nouveaux miracles et révélations. Et elle fut consacrée en 1157 en présence de toute l’aristocratie franque avec Renaud, du baron arménien Thoros, et d’une multitude de clercs, latins, arméniens, jacobites. Seuls, conclut Michel, ‘les Grecs haineux s’affligèrent dans leur jalousie29 ».

Notes

1 III, 37.

2 Ousâma Hitti, 103.

3 G. T., XVIII, 18 ; XXI, 25. Ousâma Derenbourg, 41.

4 Ousâma Hitti, 169 ; Rozière, 168.

5 G. T., XVIII, 18 ; Caffaro, Lib. 66 ; il y avait même des chanteuses franques (Ibn al-Qaïsarânî, dans ‘Imâd Kharîda, Bibl. Nat., 3329, 8 v°, poème à l’éloge d’une d’elles).

6 Ousâma Hitti, 165.

7 Gautier, préface ; Ousâma, loc. cit.

8 Foucher, loc. cit. ; Cart., I, 144. Toutefois, aucun prince d’Antioche, contrairement aux comtes d’Édesse et rois de Jérusalem, n’épousa de femme non franque avant Bohémond VI à l’exception de la brève et stérile union avec Théodora, une byzantine) ; du sang arménien n’en coulait pas moins dans leurs veines, depuis que Bohémond II avait épousé Alice, la fille de Baudouin II et de Morfia, une arménienne. Dans la noblesse, c’est surtout avec les Arméniens qu’il y eut des mariages.

9 Matthieu, 29 sq. ; Grég., 171 ; Michel, 183, 201. On trouve les mêmes présages légendaires chez les musulmans (I. Ch., 34 v°), mais appliqués à la conquête turque.

10 Ibn Mouyassar.

11 P. Dib., art. Maronites, dans Dict. Théologie catholique, tome X, (1928).

12 Tournebire, p. 163-164.

13 Supra, p. 388.

14 Tournebize, p. 235-239.

15 Tournebize, p. 239-242, 253-256, 259-260.

16 Alishan, Sissouan, p. 517.

17 Apologie, Hist. Armén. Crois., I, p. 177.

18 Matth., 61.

19 Mich., 222, 225.

20 JA, 1888, p. 60 sq.

21 Mich., ans 1459 et 1462.

22 Infra, p. 568.

23 Chron. rim., 618.

24 Lettre de Nersès citée d’après son biographe Grégoire de Sguévra, par Dulavrier, Hist. Arm. Crois., I, 559.

25 Michel, ans 1479, 1480 : Chron. An. Syr., an 1480. On ne nous dit pas quelle part eut ou n’eut pas le patriarche grec dans cette dernière cérémonie.

26 Michel, an 1484, 1489-1491.

27 Michel, 1498, 1504.

28 Mich., an 1489.

29 Mich., an1462 (l’auteur était présent à la consécration).

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540