Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Troisième partie

Chapitre III. Antioche entre le protectorat byzantin et l’Égypte de Saladin (1164-1193)

Texte intégral

1La puissance byzantine, le détournement des ambitions franques et musulmanes vers l’Égypte, enfin la mort de Noûr ad-dîn accordent à la Syrie du Nord vingt-quatre ans de répit. Mais, Manuel Comnène mort, l’influence byzantine disparaît, tandis que le maître de l’Égypte, Saladin, refait à son profit l’unité musulmane. Devenu plus fort que n’avait jamais été Noûr ad-dîn, il écrase, après les Francs du sud, ceux du nord, et maintient la plus grande partie de ses conquêtes même contre les efforts de la troisième croisade.

L’apogée du protectorat byzantin et de la puissance de Noûr ad-dîn

2Si après Ḥârim Noûr ad-dîn n’attaqua pas Antioche, ce fut par crainte d’une intervention byzantine ; ce fut aussi et surtout parce que, depuis 1163, toute la politique syrienne est tournée vers l’Égypte. Dans la première moitié du siècle, où les forces musulmanes se formaient en Djéziré, le rôle de l’Égypte avait été assez effacé ; l’unité musulmane syro-djéziréenne réalisée, l’Égypte, ayant sombré entre temps dans une anarchie militaire croissante, devient une proie tentante pour les Francs et pour les Musulmans, par les ressources qu’ils espèrent y trouver pour la lutte des uns contre les autres ; il s’y ajoute pour Noûr ad-dîn que, l’Égypte étant chiite, il lui est facile d’utiliser contre elle le même enthousiasme de guerre sainte qu’il a d’abord tourné contre les chrétiens. La prise d’Ascalon avait marqué le début de cette orientation nouvelle chez les Francs, l’avènement d’Amaury l’accentua. L’événement décisif fut l’appel adressé par le vizir détrôné Châwar à Noûr ad-dîn en 1163 ; Chîrkoûh alla le rétablir en Égypte, mais, pour se débarrasser de lui, Châwar ensuite appela les Francs, qui expulsèrent les Turcs ; une nouvelle attaque de Chîrkoûh trois ans plus tard aboutit à un véritable protectorat franc. Mais les Francs, rendus imprudents, voulurent alors conquérir l’Égypte ; ce fut au tour de Chîrkoûh d’être appelé en sauveur ; l’armée turque s’installa au Caire, et ne devait plus en sortir. Chîrkoûh mort fut remplacé par son neveu Saladin, d’abord comme vizir (1169) ; deux ans plus tard mourait le dernier Fatimide et était établie au Caire la khotba au nom des Abbassides. L’Islam syrien et l’Islam égyptien étaient unis, les Francs encerclés.

  • 1 Boustân, 561 ; I. F., III, 210 v° ; Mich. Arm., 360 ; G. T., 901.

3Noûr ad-dîn ne s’était engagé dans cette entreprise qu’avec des appréhensions que justifiait la présence des Francs entre Chîrkoûh et lui ; du moins, la décision prise, mit-il tout en œuvre pour que rien ne vînt compromettre la réussite. En même temps qu’il tenait en haleine les Francs par des hostilités contre Tripoli et le Liban, il se prémunissait contre toute attaque de Qilîdj Arslân, en lui rendant (1166 ou 1167) Behesnî, Kaïsoûn et Mar‘ach, et manifestait son bon vouloir à l’égard de Manuel Comnène en libérant rapidement Coloman, Bohémond III, et des prisonniers arméniens, sujets ou vassaux de Byzance, tandis qu’il devait garder en prison jusqu’à sa mort Raymond de Tripoli et Renaud de Châtillon1.

  • 2 G. T., 900-901, 942 ; Ernoul, 17 ; Bouquet, XVI, 60-62, (79 ; Kinnamos, V, 13 ; Nicétas, IV, 4 ; Mi (...)

4Dans la Syrie du nord, le désastre de Ḥârim amena les Francs à accepter le protectorat byzantin sans réserve. Sans doute assiste-t-on d’abord à une répétition des scènes de 1161 : Amaury, rentré d’Égypte à la nouvelle de la catastrophe, accourt, avec des renforts juste amenés d’Occident par Thierry de Flandre, et, sans se soucier des Byzantins trop éloignés, non seulement organise la défense, négocie le rachat de Bohémond, mais, arguant de l’impossibilité d’échapper à la suprématie byzantine sans secours occidentaux contre l’Islam, écrit et fait écrire à Louis VII une série d’appels. Mais en même temps il demande à Manuel une épouse, et le prie de lui faire connaître ses intentions concernant Antioche. Manuel, d’abord indisposé par cette intervention non sollicitée, fait traîner la négociation matrimoniale, et répond que nul n’a à se mêler des affaires de l’empire ; mais il n’avait pas intérêt à exagérer la tension, car ses lieutenants en Cilicie, Alexis Axouch (1165) et Andronic Comnène (1166), avaient de nouveau des difficultés avec Thoros. Les Francs, par nécessité, de leur côté courbèrent la tête. Bohémond, aussitôt libéré, alla demander à son suzerain Manuel de l’aider à payer sa rançon, obtint l’argent, mais dut ramener à Antioche, le premier depuis 1100, un patriarche byzantin (1165)2.

  • 3 G. T., 942-945 ; Ernoul, 18, 24-25 ; Kinnamos, V, 13 ; cf. Chalandon. 529, 535 sq.

5L’influence byzantine une fois consolidée à Antioche, Manuel n’avait plus qu’intérêt à resserrer ses rapports avec Amaury. En 1167, ce dernier épousa une petite-nièce de l’empereur, Marie Comnène. D’autre part une négociation, dont l’initiative est incertaine, fut entamée en vue d’une campagne franco-byzantine contre l’Égypte : les Francs gagnaient à la combinaison des subsides, une flotte, la possibilité d’envahir l’Égypte sans devoir dégarnir totalement leur frontière syrienne ; Manuel, le prestige de chef d’une croisade à direction byzantine, peut-être, par un jeu d’échange, l’annexion de la Syrie du Nord. Le traité fut conclu en septembre 1168, par l’entremise de l’historien Guillaume de Tyr, envoyé à Constantinople3.

  • 4 G. T., 943-944 ; cf. Diehl, Figures Byzantines, II, 90-108.

6Un épisode de roman privé risqua de compromettre l’accord. Andronic Comnène venu à Antioche en 1166, s’éprit de Philippe, la sœur de Bohémond III et de Marie, femme de Manuel ; beau, spirituel, galant, il la séduisit. Manuel, qui n’avait point une vertu farouche, s’émut, parce que cette incartade pouvait compromettre son influence, sur Antioche, et remplaça Andronic par Coloman en Cilicie. Andronic se lassa d’ailleurs vite de la jeune Philippe, mais, n’osant retourner à Byzance, gagna Acre, où il séduisit la veuve de Baudouin III, Théodora Comnène. Manuel exaspéré envoya l’ordre de lui crever les yeux ; Andronic s’enfuit et mena plusieurs années une vie errante en pays musulman avec sa maîtresse. Enfin pardonné, il rentra à Constantinople : il devait plus tard succéder à Manuel et faire étrangler son fils et sa veuve4.

  • 5 On y a vu à tort une marque de suzeraineté sur Jérusalem. Il ne s’agit que de participation pécunia (...)

7Plus grave eût pu être la précipitation avec laquelle les barons francs firent décider l’invasion de l’Égypte sans attendre les Byzantins (1168) ; la conclusion catastrophique de cette faute, l’occupation de l’Égypte par Chîrkoûh, rendait cependant plus nécessaire l’expédition byzantine, avant que l’Égypte, où Saladin avait à dompter des opposants nègres et chiites, fût pacifiée. L’attaque combinée de Damiette eut lieu, et échoua (1169) ; mais l’entente franco-byzantine fut renforcée encore par le voyage que fit à Constantinople Amaury en 1171. Plusieurs années devaient s’écouler avant qu’une nouvelle expédition fût possible ; mais les travaux effectués alors à l’église de Bethléem avec une inscription aux noms de Manuel et Amaury attestent la haute influence que Manuel exerçait alors sur l’ensemble de la Syrie franque5.

8De son côté Noûr ad-dîn, depuis la conquête de l’Égypte, ne modérait plus ses ambitions. Les dernières années de sa vie sont marquées par l’extension de son pouvoir ou de son influence en Djéziré, en Cilicie, et en Anatolie.

  • 6 Imâd, dans A. Ch. 188-189 ; I. Ch. Vie de S., 52, et un long récit, tiré d’un endroit indéterminé, (...)

9À Mossoul, son intervention est provoquée en 1170 par la mort de Qotb ad-dîn, dont la succession est disputée entre ses deux fils, Saïf ad-dîn Ghâzî, protégé du ministre d’origine chrétienne ‘ Abdalmassîh, et ‘Imâd ad-dîn, que soutiennent les musulmans rigoristes et qui a servi dans l’armée de Noûr ad-dîn. Une prompte action conduit ce dernier jusqu’aux portes de Mossoul au début de 1171, grâce à l’aide de Noûr ad-dîn Mohammad, fils et successeur de Qara Arslân à Ḥiçn Kaïfâ ; Saïf ad-dîn, maître de Mossoul, doit abandonner à ‘Imâd ad-dîn Sindjâr, à Noûr ad-dîn le Khâboûr et Nacîbîn ; il reçoit même à Mossoul un résident nommé par Noûr ad-dîn, et appuyé par une garnison6.

  • 7 I. A. At., 308 ; Mich., 331, 337 ; Sempad, 622-625, Chron. rim., 508-509 ; Nicétas, IV, 5 ; G. T., (...)

10En Cilicie, il était de l’intérêt évident de Noûr ad-dîn de chercher à dissocier les Arméniens des Francs et des Byzantins, entre lesquels ils s’interposaient. Les querelles de famille des Roupéniens lui permirent d’y parvenir. En 1168 était mort. Thoros, laissant pour lui succéder un enfant, Roupen II, sous la régence d’un cousin mi-franc, Thomas. Un frère de Thoros, Mleh, jadis affilié au Temple, puis réfugié chez Noûr ad-dîn, dont il avait reçu Qoûriç, à la suite d’un complot avorté contre son frère, envahit la Cilicie avec l’aide d’un contingent alépin ; Thomas et Roupen ne purent que fuir, et, grâce à ses auxiliaires musulmans, qu’il garda auprès de lui, Mleh parvint à dompter tous ses adversaires ciliciens. En même temps il enlève aux Templiers leurs possessions de l’Amanus, aux Grecs les villes de Cilicie jusqu’à Tarse ; en vain Manuel envoie des renforts, le duc Coloman est vaincu et pris (1173 ?). Cette situation était trop dangereuse pour les Francs pour qu’Amaury s’en désintéressât ; Mleh ayant dévalisé un croisé important rentrant en Europe (1171), une expédition punitive fut organisée (1173) : une diversion de Noûr ad-dîn sur Karak obligea les Francs à interrompre la campagne ; Mleh resta maître de la Cilicie jusqu’à la mort de Noûr ad-dîn (1174)7.

  • 8 Boustân, an 568 ; Imâd, dans A. Ch., 213 et 215 (H 159-160) ; I. A., 257 H 591) ; Azr., 188 r° ; Mi (...)

11Enfin en Anatolie, la puissance de Qilîdj Arslân s’était considérablement développée depuis la paix de 1162 avec Manuel, qu’il avait mise à profit pour s’étendre aux dépens de ses voisins turcs, grâce aux dissensions des Danichmendites. Yâghî-Siyân étant mort en 1164, ses états se disloquèrent, Sîwâs passant à un de ses neveux, Ismâ’îl, et Albistân à un certain Maḥmoûd ibn Mahdî ; avec l’alliance de Dhou’l-’Noûn de Qaïsariya, Qilîdj Arslân conquiert le domaine de Maḥmoûd, puis, rompant avec Dhou’l-Noûn ainsi à demi-encerclé, lui enlève Qaïsariya et Tzamandos (1168) : il se retourne ensuite contre son propre frère Châhînchâh d’Ankara, l’ancien allié des Danichmendites et des Grecs, et le réduit à fuir (1169). Maître de l’Anatolie occidentale et centrale, il s’en prend alors à Malaṭya, où son ancien allié Mohammad est mort, et n’échoue que par suite d’une intervention de Noûr ad-dîn Mohammad de Ḥiçn Kaïfâ et Khartpert, l’allié de Noûr ad-dîn. Il se retourne contre Sîwâs, et Ismâ’îl fait appel à Noûr ad-dîn auprès duquel se sont rendus aussi Châhînchâh, Dhou’l-Noùn, et le prince de Malaṭya Afrîdoûn. L’accroissement de puissance de Qilîdj Arslân au nord de la Syrie était contraire à l’intérêt de Noûr ad-dîn : rassemblant des troupes de tous ses états et de ses vassaux de Mossoul, Ḥiçn Kaïfâ et Cilicie, il franchit le Taurus. Qilîdj Arslân traita et accepta de rendre Ankara à Châhînchâh et, Ismâ’îl étant mort, Sîwâs à Dhou’1-Noûn à la place de Qaïsariya ; à Sîwâs, Noûr ad-dîn envoya ‘Abdalmassîh avec une garnison. Noûr ad-dîn devenait suzerain de fait de l’Anatolie orientale ; fait remarquable, il avait même obtenu du calife l’investiture préventive de tous les états de Qilîdj Arslân. Néanmoins, fidèle à son attitude de front musulman contre les infidèles, il préféra encourager le Séldjouqide à se dédommager aux dépens des Byzantins (1173)8.

  • 9 I. A. At., 279, K., 245 (II, 584).

12Il va sans dire que ces entreprises lointaines n’empêchaient pas Noûr ad-dîn de surveiller attentivement les Francs. Des navires musulmans ayant fait naufrage près de Lattakié et les Francs s’étant prévalu de la coutume pour confisquer les cargaisons, il en obtint restitution par des raids vigoureux contre la principauté d’Antioche et le comté de Tripoli9. Il ne veillait pas moins attentivement sur sa frontière méridionale ; mais là il y avait un point sombre : Saladin, maître de l’Égypte, repoussait insensiblement toute suzeraineté de Noûr ad-dîn ; tous les prétextes lui étaient bons, bien qu’en évitant une rupture, pour n’accepter aucune conjonction avec les troupes de Noûr ad-dîn ; celui-ci se préparait à une campagne contre son vassal indocile, lorsqu’il mourut (mai 1174).

L’affaiblissement des musulmans au début de la période de Saladin

13La mort de Noûr ad-dîn provoqua la dislocation de ses états et d’universelles réactions contre ses protégés.

14Son fils, al-Malik aç-Çâliḥ, avait onze ans ; il ne pouvait donc régner personnellement. Les émirs turcs incarcérèrent les Banou’d-Dâya, mais se disputèrent entre eux. Contre Gumuchtekîn (l’ancien résident de Noûr ad-dîn à Mossoul, d’où il s’était enfui à la mort de son maître) qui possédait Alep, et le prince, Ibn al-Mouqaddam, maître de Damas, fît appel à Saïf ad-dîn de Mossoul qui ne voulut pas faire plus qu’occuper toute la Djéziré et recueillir l’hommage des Artouqides, puis à Saladin. Fort habilement celui-ci, dès l’origine, s’était posé en héritier de la grande pensée de Noûr ad-dîn, l’union contre les infidèles, et, comme désigné par Noûr ad-dîn au gouvernement de la plus puissante de ses provinces, avait revendiqué l’administration, au nom du jeune aç-Çâliḥ, de la totalité de l’héritage du prince mort. Un complot chiite combiné avec une expédition maritime silicienne l’avait empêché d’intervenir tout de suite, mais non de stigmatiser les querelles des émirs, qui pour s’entredéchirer ménageaient les Francs. Puis à la fin de 1174, il entra à Damas, occupa de là toute la Syrie musulmane jusqu’à Chaïzar, et parut devant Alep.

15Contre Saladin, Gumuchtekîn rassembla toutes les forces possibles ; les Chiites d’Alep s’agitaient, il se les concilia en leur restituant presque tous les droits qu’ils avaient eus avant Noûr ad-dîn. Les Assassins furent sollicités d’agir, et par deux fois tentèrent des attentats, qui n’échouèrent que de justesse. Les Francs, chez lesquels, Amaury étant mort, le pouvoir était exercé, au nom du jeune Baudouin IV, par Raymond III de Tripoli, furent conviés aussi et, par une marche au secours de Ḥomç, dont la citadelle ne s’était pas soumise, contraignirent Saladin à se retirer d’Alep (mars 1175). Enfin, cette diversion lui ayant donné le temps d’arriver, parut ‘Izz ad-dîn, frère de Saïf ad-dîn, avec des troupes de Mossoul. Mais dans une bataille livrée près de Ḥamâh, Saladin l’écrasa. Il conclut une trêve qui lui reconnaissait le sud de la province d’Alep (mai 1175). Un an fut employé par les deux partis à préparer une nouvelle campagne. Saladin était populaire par l’idéal qu’il proclamait, sa générosité, ses succès même ; Saïf ad-dîn, pour secourir Alep, demandait et obtint une suzeraineté sur la ville. Une bataille fut livrée entre eux deux au sud d’Alep en avril 1176 ; Saïf ad-dîn fut battu et se sauva à Mossoul. Gumuchtekîn, pour acquérir un nouveau secours franc, libéra alors Renaud de Châtillon et Joscelin d’Édesse ; Saladin occupa tout le nord et l’est de la province d’Alep, mais, les Alépins étant résolus à se défendre jusqu’au bout et les Francs inquiétant Damas, Saladin se contenta d’une expédition de représailles contre les Assassins et conclut une paix générale pour la Syrie et la Djéziré, sur la base du statu quo (été 1176).

  • 10 Boustân, an 569-571 ; A. Ch., 230-261 ; d’après Imâd, al-Fâdil, I. A. T. ; I. A. At., 294-296, 267- (...)
  • 11 Sempad, 624 ; Chron. rim., 509.

16Si la puissance de Saladin était grosse de dangers d’avenir, pour le moment la faiblesse d’Alep était une garantie de sécurité pour Antioche ; Saladin l’inquiéta un instant à la fin de 1174, parce que Bohémond III était l’allié de Raymond de Tripoli, mais, jusqu’en 1183, elle n’eut plus aucun danger à courir10. Bien plus, elle gagna à la mort de Noûr ad-dîn la prompte disparition de Mleh, massacré par ses troupes arméniennes, et remplacé par un fils de Sdéfanè, Roupen III. Sans doute ce dernier punit les meurtriers, et garda les conquêtes de son oncle dans la plaine cilicienne ; il dut toutefois reconnaître une certaine suzeraineté byzantine et en tous cas se montra pendant la plus grande partie de son principat l’allié fidèle des Francs11.

  • 12 I. A. At., 292 (= K, 258, 269, H, 592, 610) ; Azr. 197 r°, 200 r° ; Mich., 357-364, 373-376 ; Chron (...)

17Enfin en Anatolie toute entrave aux ambitions de Qilîdj Arslân disparut à la mort de Noûr ad-dîn. ‘Abdalmassîḥ se sauva à Mossoul, Dhou’l-Noûn à Contantinople, ainsi que Châhînchâh (qui, plus tard, vint à Lattakié), tandis que leurs possessions étaient intégralement occupées (1174) ; en 1177, le prince de Malaṭya, meurtrier d’Afridoûn, se soumettra à son tour. Dès auparavant, rien n’empêche Qilîdj Arslân de se tourner contre ses ennemis du dehors et d’abord contre le protecteur de Châhînchâh et de Dhou’l-Noûn, Manuel Comnène12.

18Justement celui-ci, libéré d’une longue suite de guerres en Europe et croyant trouver dans la mort de Noûr ad-dîn la disparition moins d’un rival que d’un allié possible de Qilîdj Arslân, reprend en Anatolie une politique active, depuis la fin de 1174. Une première grande campagne fut entreprise en 1176, fragment du vaste programme de croisade franco-byzantine pour la réalisation duquel au même moment Baudouin IV et lui combinaient une nouvelle attaque de l’Égypte. Mais, parvenue à Myriokephalon, l’armée byzantine fut surprise par Qilîdj Arslân et presque totalement anéantie. Territorialement le désastre fut sans conséquence ; mais moralement il signifiait l’abandon par les Grecs de tout espoir de recouvrer l’Anatolie, une atteinte grave à leur prestige aux yeux tant des musulmans que des chrétiens peu grécophiles d’Orient, un coup irrémédiable porté à l’activité byzantine en direction de la Syrie : au moment où Saladin allait reconstituer la puissance de Noûr ad-dîn, Byzance, qui avait imposé une borne aux ambitions de ce dernier, allait s’effacer.

  • 13 Röhricht, 370 sq. ; Chalandon, II, 508 sq. et 550 sq. ; Groussel), 633 sq. A. Myriokephalon mourut (...)

19Une compensation eût pu être acquise au désastre si l’expédition égyptienne avait réussi, mais il n’en fut rien. La date avait été choisie de façon à correspondre à l’arrivée d’un croisé, le comte Philippe de Flandre (août 1177). La conduite de celui-ci fut étrange et néfaste. Il refusa la régence que lui offrait Baudouin IV, qui était lépreux, et s’opposa à tout autre candidat. Puis il n’accepta de participer à l’expédition égyptienne qu’avec tant de retard et de conditions que finalement la flotte et l’or byzantins reprirent la route de Constantinople sans avoir servi à rien13.

  • 14 G. T., 1035 ; ‘Imâd dans A. Ch., 275 H 189 ; I. Ch., 64 ; I. A., 394 H 631 ; Mich. et An. Syr., an (...)

20Philippe avait-il été manœuvré par Raymond de Tripoli et Bohémond III auxquels une campagne égyptienne ne pouvait rien rapporter ? Il accepta en tous cas de venir passer l’hiver à Antioche. Pour ne pas compromettre les rapports, Baudouin IV lui donna un renfort, avec lequel, après un raid sur Ḥamâh, il gagna Chaïzar, où Bohémond le rejoignit pour décider d’une campagne. Les circonstances invitaient à tenter de reprendre Ḥârim. Saladin écarté, les chefs d’Alep s’étaient disputés, le vizir arabe Ibn al-’Adjamî avait été assassiné à l’instigation de Gumuchtekîn, puis celui-ci arrêté par aç-Çâliḥ sous l’inculpation de négociation secrète avec les Francs. Ḥârim lui appartenait. La garnison, refusant de reconnaître le gouverneur envoyé à sa place, fit appel aux Francs, comme moyen de pression sur aç-Çâliḥ ; elle n’en refusait pas moins de se soumettre à eux. Saladin étant retenu en Égypte par la crainte de la descente byzantine, Bohémond jugea que s’il attaquait Ḥârim nul ne pourrait la secourir. L’entreprise fut décidée (novembre)14.

  • 15 G. T., 1035, 1047 ; Ernoul, 46 ; Gesta Henrici, 130 ; Mich. et An. syr., an 1488 ; I. Ch., 64 ; ‘Im (...)

21Elle s’annonçait bien. À Bohémond et au comte de Flandre s’étaient joints Raymond de Tripoli, Roupen, des Hospitaliers et des Templiers. Pour montrer leur résolution de ne pas partir avant la victoire, ils construisirent des huttes de branchage, des canaux pour l’écoulement des pluies d’hiver. D’autre part Saladin, venu en hâte tenter une diversion sur la Palestine, fut battu par Baudouin IV et réduit à fuir en Égypte, si bien que la tranquillité des assiégeants ne devait pas être troublée. Mais ces beaux débuts furent sans suite. Dans l’oisiveté du siège, les princes ne songèrent bientôt plus qu’à s’amuser, les croisés occidentaux à profiter des plaisirs tout proches que leur offrait Antioche. Puis Philippe en voulut à Bohémond de l’avoir éloigné de Palestine au moment d’une victoire sur Saladin. L’attaque est mal menée, des mines s’éboulent, les soldats se découragent tandis que les assiégés reprennent courage. Des troupes d’aç-Çâliḥ défont des fourrageurs francs près d’Atma, introduisent peut-être même des renforts dans Ḥârim, dont la garnison ne fait plus maintenant de difficulté à le reconnaître. Aç-Çâliḥ offre une indemnité, le partage des revenus du ‘Amouq, menace en cas de refus de se réconcilier avec Saladin ; le comte de Flandre parle de partir, les Templiers insistent pour l’acceptation des propositions alépines. Les Francs se retirent et quelques jours plus tard aç-Çâliḥ entre à Ḥârim (mars 1178). Il n’est pas utile de dire que Philippe n’avait pas gagné dans l’affaire un redoublement de prestige ; il fit ses Pâques à Jérusalem, et s’embarqua à Lattakié pour Constantinople15.

  • 16 Great Roll of the Pipe. XXVIII, 125 (cité Vasiliev, Hist. Emp. Byz., II, 68) ; G. T., XXII, 4.
  • 17 G. T., XXII, 6. Les Lignages, V, l’appellent Irène.. On ne connaît pas de princesse à qui l’identif (...)
  • 18 Alexandre III, Löwenfeld, Epistolae ineditae, 164.
  • 19 G. T., XXII, I ; Cart., I, 378, 379 ; Strehlke, 10 ; ‘Imâd, dans A. Ch., 198

22Manuel ne parut pas lui en vouloir de sa conduite de l’été précédent. Il considérait à présent l’alliance franque comme le seul moyen de sauver un peu d’influence byzantine en Orient, et, sans pouvoir préparer lui-même de nouvelle croisade, accueillait favorablement les projets qu’en faisaient le roi d’Angleterre Henri II et le pape Alexandre III. En même temps il resserrait ses liens avec Antioche. L’envoyé byzantin qu’il dépêche à Henri II en 1178 est un Franc d’Antioche ; en 1180, lorsque Guillaume de Tyr, revenant du concile du Latran, passe par Contantinople, il le fait accompagner d’envoyés destinés à Bohémond III16. Antérieurement ce dernier, veuf d’Orgueilleuse de Ḥârim, avait épousé en secondes noces vers 1177 une nièce de Manuel, Théodora17, et il semble qu’on ait pour la circonstance parlé de réintroduire un patriarche grec à Antioche (le précédent avait trouvé la mort dans le tremblement de terre de 1170)18. Les Francs d’Antioche n’ont pas pour le moment à supporter les conséquences de leur échec de Ḥârim, parce que Saladin ne fait la guerre qu’en Palestine, puis, attiré par d’autres préoccupations, conclut même une trêve ; il ne tient pas rigueur à Bohémond du raid sur Chaïzar qu’en revenant d’un voyage à Jérusalem il a effectué comme diversion au printemps de 117919. En apparence, la situation des Francs, du côté de Byzance et du côté musulman, n’est donc pas pire qu’au moment de la mort de Noûr ad-dîn.

La rupture de Byzance avec les Francs et la réunification de la Syrie musulmane (1180-1187)

  • 20 ‘Imâd, dans A. Ch., 211 ; I. Ch., Vie de Sal., 65.

23C’est alors que se produisent une série d’événements qui vont renverser la situation : la mort de Manuel Comnène, la prise d’Alep et d’une partie de la Djéziré par Saladin, les difficultés intérieures du royaume de Jérusalem. En Syrie du nord, c’est Qilîdj Arslân qui est l’occasion des nouvelles interventions de Saladin. Libéré de tout danger à l’ouest, il veut reprendre son ancienne expansion sur les confins syro-euphratésiens, et aç-Çâliḥ, qui a dû les céder à Saladin, l’y encourage, inaugurant la politique d’accord seldjouqide à laquelles auront recours désormais les princes d’Alep menacés au sud. Pendant les hostilités palestiniennes de Saladin en 1179, Qilîdj Arslân avait attaqué Ra‘bân. Un corps d’armée envoyé par Saladin le battit. L’année suivante, un conflit entre Noûr ad-dîn Mohammad de Ḥiçn Kaïfa et Qilîdj Arslân amène Saladin, appelé par le premier, jusqu’au-delà de Behesnî, et le Seldjouqide doit se prêter à un compromis. À la suite de quoi Saladin l’aide à tirer vengeance de torts causés par Roupen à des Turcomans d’Anatolie en s’emparant de Manâqîr dans l’Amanus et en contraignant le baron cilicien à une paix onéreuse, qui impose le respect de sa force aux chrétiens de la Syrie du nord20.

  • 21 ‘Imâd et t. A. T., dans A. Ch., 21-33, 38-47 ; I. Ch. (Sal.), 69 ; I. A., 312-314 (H, 647-651), 317 (...)

24L’année suivante, le jeune aç-Çâliḥ mourut, désignant pour lui succéder ‘Izz ad-dîn, frère et successeur de Saïf ad-dîn de Mossoul. Les Francs essayèrent de profiter de l’occasion pour inquiéter Ḥârim, à la suite de quoi des troupes de ‘Izz ad-dîn s’avancèrent jusqu’à Darbsâk et emportèrent la partie franque du territoire de Chîhal-Hadîd. Mais en pleine campagne des dissensions éclatèrent entre les émirs, partisans ou adversaires d’une guerre plus poussée ; cependant les Banou’d-Dâya suscitaient dans Alep des troubles qu’encourageait le chef même de l’armée mossoulitaine, Gueukbouri, fils de ‘Ali Kutchuk ; enfin ‘Imâd ad-dîn de Sindjâr, mécontent de n’avoir eu aucune part de la succession, menaçait d’appeler Saladin. Finalement ‘Izz ad-dîn et son frère convinrent d’échanger leurs possessions (févr. 1182). Saladin, retardé par des hostilités palestiniennes, n’en était pas moins résolu à intervenir, en raison de mouvements prozenguides qui avaient éclaté dans ses possessions même, en Syrie du nord. Sur le conseil de Gueukbourî venu le rejoindre, il décida de porter son attaque directement sur Mossoul. Avec l’appui des Artouqides de Bîra, Ḥiçn Kaïfâ, Dârâ, également ennemis de leur parent Qoṭb ad-dîn Ilghâzî de Mârdîn, allié aux Mossoulitains, Saladin put occuper tout le Diyâr Modar, Nacîbîn, et Sindjâr (fin 1182). En vain se noua contre lui une coalition unissant à ‘Imâd ad-dîn, Qoṭb ad-dîn, et à ‘Izz ad-dîn le prince d’Arzan et le Châb-Armin ; ils ne surent imposer à Saladin qu’une courte retraite sans conséquence et, revenu après leur séparation, il assiégea et enleva Amid, qu’il concéda à Noûr ad-dîn Mohammad de Ḥiçn Kaïfâ, établissant ainsi son influence au cœur du Diyâr Bakr (avril 1183). Il refranchit alors l’Euphrate, soumit sans peine la province d’Alep où des émirs se soulevaient en sa faveur, et finalement obtint de ‘Imâd ad-dîn même, qui se sentait impuissant et peu populaire, la cession d’Alep. La Syrie et. la Djéziré occidentale étaient unies (juin 1183)21.

  • 22 ‘Imâd et I. A. T., dans A. Ch., 1146 (H, 238) ; I. A., 328 (H, 662).

25Saladin s’étant avancé jusqu’à Ḥârim, dont la garnison avait contre lui négocié vaguement avec les Francs, il y eut à Antioche un moment de panique. Bohémond, accompagné d’une minuscule escorte et du comte de Tripoli, alla demander des secours à Baudouin IV, qui lui prêta trois cents chevaliers. Mais ce n’était pour l’instant qu’une fausse alerte. Il était plus important pour Saladin et ses communications avec l’Égypte de s’en prendre à la Palestine ; il accorda donc une trêve à Antioche, et ce fut au contraire Bohémond III qui, à la fin de la même année, dut aller aider Baudouin IV à la défense de Karak22. L’entreprise musulmane ayant échoué, Saladin accorda aux Francs dans leur ensemble une trêve de quatre ans, qu’il pensait mettre à profit pour annexer la Djéziré entière, se mettre ainsi à l’abri de toute attaque au nord-est, et grouper contre les Francs pour 1188 le plus gros faisceau de forces que l’on eût encore vu.

  • 23 ‘Imâd, dans A. Ch., 61-66 ; I. A., 335-341 ; Kamâl, 173-176 ; I. Ch., Vie de S., 82 ; Boustân, 581  (...)

26En avril 1185, il franchit donc de nouveau l’Euphrate, et vit se presser autour de lui tous les princes de Djéziré. Il entreprit le siège de Mossoul ; un moment il l’abandonna, afin d’aller disputer à l’atabek d’Adherbaïdjân là succession d’Akhlâṭ, où les deux compétiteurs finirent par s’entendre pour reconnaître un mamlouk du défunt Châh-Armin, Bektimour ; sur le chemin du retour, Qoṭb ad-dîn Ilghâzî étant mort à son tour, Saladin enleva à son tout jeune héritier Mayâfâriqîn ; puis il reparut devant Mossoul. Une maladie qu’il fit sauva ‘Izz ad-dîn. Du moins dut-il se reconnaître vassal de Saladin, dont le pouvoir était par ailleurs implanté solidement en Diyâr Bakr, où nul n’avait la force de lui résister. Saladin pouvait maintenant se retourner avec toutes ses forces contre les Francs23.

  • 24 Maqr. ROL, VIII, 539.

27À ce moment, il n’avait plus rien à craindre de Byzance. En 1180, Manuel Comnène était mort. Sa veuve, Marie d’Antioche, régente pour son jeune fils Alexis II, en butte à de multiples difficultés et à un violent mouvement anti-latin, abandonna, malgré un voyage de Joscelin de Courtenay, ce qui restait de la politique entreprenante de Manuel, et en 1181 envoya conclure la paix avec Saladin24. Puis en 1182 elle fut renversée par Andronic Comnène, qui, chef du parti xénophobe, devait inaugurer bientôt la politique d’alliance avec les Musulmans contre les Latins que continueront les Anges.

  • 25 G. T., XXII, 6-7 ; Mich., an. 1492. Dès la fin de 1181 (cart., I, 417), H régulièrement ensuite, Sy (...)

28C’est à Antioche que se manifestent les premières répercussions des circonstances nouvelles. Bohémond n’avait pas plus tôt appris la mort de Manuel qu’il répudia sa femme byzantine, et trouva un prêtre pour le marier avec une femme noble mais intrigante et dissolue, Sybille. Le patriarche Aimery l’excommunia, Bohémond persécuta les clercs, Aimery jeta l’interdit sur Antioche, s’enfuit à Qoçaîr où il dut soutenir un vrai siège, cependant que Renaud Mazoir recueillait dans Marqab les clercs menacés et les nobles qui les soutenaient ; une vraie guerre civile s’allumait dans la principauté. Baudouin IV avait trop le sens de ses responsabilités envers la latinité en général pour ne pas intervenir ; craignant qu’une action brutale poussât le prince à quelque résolution désespérée, il lui envoya une députation de prélats conduits par le patriarche de Jérusalem Héraclius, assisté de l’ancien régent d’Antioche, Renaud de Châtillon et de l’ami de Bohémond, Raymond de Tripoli. On convint que Bohémond rendrait les biens confisqués, et qu’Aimery lèverait l’interdit, non l’excommunication ; en l’ait l’Église paraît avoir vite admis Sybille. Mais la tension entre Bohémond et ses barons ne cessa pas tout de suite ; il expulsa son chambrier Olivier, et plusieurs hauts seigneurs qui allèrent se réfugier auprès de Roupen, en Cilicie. Ainsi commença entre Bohémond et Roupen une mésentente qui, avec des intervalles d’accord, devait durer jusqu’à la mort de Roupen et se perpétuer sous son successeur25.

  • 26 G. T., 1114-1115 ; Gesta Henrici, 254 ; Mich., 394 ; Nicétas, 377 ; Néophyte, Calamités de Chypre, (...)

29En Cilicie, le duc byzantin Isaac Comnène, qui s’y trouvait déjà au moment de la mort de Mleh, mais avait été remplacé par Isaac Ange, reparaît à la fin de 1182, sans doute en fuite devant Andronic. Bientôt il est en guerre contre les Arméniens et Qilîdj Arslân, alors en bons termes avec eux ainsi qu’avec Andronic, qu’il a aidé à conquérir le pouvoir. Il paraît aussi en guerre avec Bohémond ; celui-ci, dans des circonstances inconnues, avait reçu Tarse des Grecs qui devaient s’estimer trop faibles pour la conserver, et maintenant (1183), ne se sentant plus, à son tour, capable de la défendre en même temps que sa frontière syrienne où Saladin vient de s’établir, il la cède à Roupen. Au même moment ce dernier s’empare d’Isaac, et, Qilîdj Arslân n’en ayant pas voulu, le livre à Bohémond, avec lequel il se réconcilie pour un temps. La rançon d’Isaac fut promise par des seigneurs chypriotes ainsi que par Andronic, qui affectait de le considérer encore comme le représentant de Byzance en Cilicie. Les Templiers avaient offert leurs bons offices comme intermédiaires. Isaac, libéré sous caution, n’eut cure de rentrer à Constantinople, passa chez ses amis de Chypre, et s’y rendit indépendant. Les Templiers transportèrent alors l’argent promis par lui à Bohémond, mais en route furent dépouillés par des pirates qu’Isaac accusa Bohémond d’avoir envoyés, pour n’être pas soupçonné de l’avoir fait. Bohémond, n’étant pas payé, garda ses otages jusqu’à l’invasion de Saladin ; quant aux Templiers, ils ne devaient pas oublier l’intérêt porté par eux en cette circonstance à Chypre, puisque ce sera un moment à eux que Richard Cœur de Lion, l’ayant enlevée à Isaac, la remettra26.

  • 27 Ernoul, 91 et Cont. G. T., 208 ; Mich., an. 1496 ; Sempad, an 1185 ; Chron. rim., 508.

30La révolte d’Isaac Comnène fut d’une grande importance pour l’évolution des rapports entre Byzance et les Latins. Andronic désirait récupérer Chypre, et ne pouvant compter sur les Francs qu’il avait fait massacrer à Constantinople et qui avaient quelque peu soutenu Isaac à Chypre, devait se rapprocher de Saladin ; par contre, tout ce qui en Cilicie était grec ou compromis avec les Grecs, ne pouvant plus compter sur Andronic qui n’avait plus d’armée auprès d’eux, fut amené, contre les empiètements des Arméniens de Roupen, à considérer Bohémond, hier vassal et parent de Manuel Comnène, comme le suppléant provisoire de la carence byzantine. C’est ce qui amena la rupture définitive entre Bohémond et Roupen. Ce dernier attaquant les Héthoumiens, ils firent appel au prince d’Antioche. Roupen, en 1185, ne soupçonnant rien, se rendait justement à Antioche. Bohémond traîtreusement, le fit arrêter et jeter en prison, puis envahit la Cilicie. Mais il avait compté sans le frère de Roupen, Léon, qui réduisit Héthoum de Lampion à une telle extrémité qu’il s’entremit pour obtenir la libération de Roupen. Outre une forte rançon, Roupen s’engageait à céder le Djéguer, Til Hamdoûn, Servantikar, Misîs et Adana, bref une moitié de la plaine cilicienne et l’Amanus. Ces territoires furent en effet livrés par Roupen, qui avait des otages à libérer ; mais ceux-ci une fois rentrés en Cilicie, Roupen reprit tout et Bohémond ne put que venir saccager en vain quelques campagnes27.

  • 28 Röhricht, Gesch., 493-494 (citation détaillée des sources).

31Quant à Andronic Comnène, il proposait à Saladin une alliance pour le partage de l’Asie antérieure entre Byzance et l’Égypte selon les frontières du xie siècle, avec aussi, comme au xie siècle, un clergé grec pour desservir les Lieux-Saints. Peu après, Andronic était renversé par Isaac Ange, mais celui-ci, qui avait séjourné quelque temps chez Saladin, reprit les pourparlers à son compte, si bien que lorsque son frère resté chez le prince musulman, voulant rentrer à Constantinople, passa à Acre, il y fut arrêté par Raymond de Tripoli et Bohémond III, qui s’y trouvaient alors (fin 1185). Cela ne fit que resserrer l’alliance byzantino-musulmane, et en 1187, au même moment où Saladin envahira la Palestine, une flotte grecque paraîtra dans les eaux de Chypre avec mission de lui prêter main-forte en même temps que de réduire Isaac Comnène. Elle ne put ni l’un ni l’autre, parce qu’Isaac Comnène avait engagé contre elle la flotte des ennemis héréditaires de Byzance, les Siciliens ; du moins après ses premières victoires Saladin envoya-t-il au basileus de riches présents et son frère libéré ; Isaac Ange répondit par une ambassade plus riche encore qui atteignit Saladin à Acre au début de 1188, et l’échange d’ambassades se poursuivit en 1188 et 118928.

  • 29 Röhricht, 493.

32Ces fastueuses politesses n’empêchaient d’ailleurs pas Saladin de mesurer à son prix l’alliance d’Isaac Ange ; il n’avait nulle envie de l’aider à conquérir Chypre, nul besoin de lui pour conquérir la Syrie ; lorsqu’il eut conquis la région d’Antioche, Isaac ne pensa pas à la revendiquer. Saladin n’attendait de lui que de s’opposer au passage éventuel de croisés : lors de l’arrivée de Frédéric Barberousse, Isaac Ange n’eut pas la force de tenir cette promesse. Saladin avait en même temps, à son insu, négocié avec Isaac Comnène plus proche, et qui pouvait s’opposer au passage des croisés par mer ; il l’essayera en effet, et ce sera la cause de la prise de l’île de Chypre par Richard Cœur de Lion29.

  • 30 I. Ch., 86 ; I. A., 342 ; Mich., 400 ; Brosset-Géorgie, I, 1416 ; B. H., an 1498 ; Sempad, 629 ; Ch (...)

33Cependant, au même moment où Saladin resserrait son alliance avec Byzance en vue de prochaines actions contre les Francs, la Syrie du nord et la Cilicie étaient menacées par un autre danger encore, qui devait quelques temps les rapprocher : un vaste mouvement de bandes turcomanes, issu de combats de pasteurs transhumants kurdes et turcomans en haute-Djéziré, à la suite desquels les Turcomans, conduits par un certain Roustem, avaient massacré les Kurdes. Dans l’ivresse d’une victoire impunie, ils se mirent à dévaster indifféremment pays chrétiens et musulmans, des confins de la Géorgie à la Cappadoce, sans que Qilîdj Arslân, sans doute déjà en difficulté avec ses fils, pût rien contre eux (1185-1186). Dans l’hiver 1186-1187, ils dévastèrent en Cilicie septentrionale ; mais là Léon, sur leur trajet de retour vers Mar‘ach, en surprit une partie, puis, rendant Qilîdj Arslân responsable, fit même un raid en territoire seldjouqide. Cependant, dispersés là, les Turcomans s’étaient regroupés sur les confins nord d’Alep et d’Antioche, et fondaient sur la principauté ; bousculant Bohémond, ils s’élancent jusqu’à Lattakié, puis se répandent sur le bas Oronte et dans l’Amanus méridional ; ils sont alourdis de butin, Bohémond a convoqué toutes ses troupes ; il surprend les pillards dans un défilé, en détruit une partie, et recouvre tout le butin. Succès qui eut en Anatolie un assez grand retentissement, mais qui n’empêcha pas que les Turcomans ne restassent jusqu’à la mort de Qilîdj Arslân les vrais maîtres de son état30.

  • 31 Sempad, 629 ; I. Ch., Vie de S., 91 ; A. Ch., 281.

34Peut-être fut-ce sous l’influence de ces faits que Léon, successeur de Roupen, qui était entré au couvent puis était mort (1186), jugea avantageux un rapprochement avec Bohémond, et épousa une nièce de Sybille ; au même moment on voit réapparaître parmi les témoins des chartes de la cour d’Antioche les exilés de 1182. L’union franco-cilicienne refaite, les succès contre les Turcomans rendaient une petite force à Bohémond III, et, lorsque Saladin en 1187 prépara l’invasion de la Palestine, il dut envoyer sur les frontières d’Antioche un corps d’observation, qui ne parvint à conclure un armistice avec Bohémond qu’à la veille même de la bataille décisive31.

  • 32 Strehlke, 10 (1179 et non 1178, cf. Röhr. reg., n° 572-574)
  • 33 G. T., 1062.
  • 34 Ernoul, 166 ; Cont. G. T., 32 ; Cart., I, 490.
  • 35 Cont,, G. T., 72.

35L’acceptation de cet armistice trahit assurément un manque d’entente entre Antioche et le royaume de Jérusalem. C’est que ce dernier était le siège d’intrigues et de luttes intestines dues à la maladie, puis à la succession de Baudouin IV. Après l’échec de divers prétendants, la sœur et future héritière de Baudouin IV, Sybille, s’était mariée par amour avec un chevalier français, Guy de Lusignan, séduisant mais dépourvu de sens politique, de ressources, et de titres quelconques au respect des barons ; d’où une violente opposition de ceux-ci, conduits par Raymond de Tripoli, qui, de par sa puissance et sa parenté avec le roi, revendiquait un rôle dirigeant dans le royaume. Bohémond III avait été en bons termes avec Joscelin de Courtenay, qui soutenait Guy, mais il était surtout, on l’a déjà remarqué, en étroites relations avec Raymond. Avec Raymond il est à Jérusalem en 117932, avec lui de nouveau il y vient en 1180, d’une façon qui paraît suspecte à Baudouin IV et contribue à lui faire hâter le mariage de Guy33. Mais trois ans après, Guy s’étant révélé incapable, Baudouin IV fit couronner le fils qu’il avait eu de Sybille, Baudouin V, et Raymond avait lieu de se considérer comme le régent désigné. Il le fut en effet quelques mois, lorsque Baudouin IV fut mort ; mais Baudouin V mourut aussi, et Guy parvint à se faire couronner. Alors Raymond se retira dans son comté, cherchant à assurer sa sécurité par une entente avec Saladin, qui était de saine politique, mais contraire à l’orientation belliqueuse des conseillers de Guy, parmi lesquels Renaud de Châtillon, prenait presque l’allure d’une alliance avec le prince musulman contre Guy. Bohémond témoignait de son attachement persistant à Raymond en recevant et fieffant à Antioche Baudouin d’Ibelin et d’autres chevaliers, qui avaient refusé de prêter hommage à Guy34. Il en fut récompensé à la fin de 1187 : Raymond mourut sans héritier, et désigna pour le remplacer son filleul, le fils aîné de Bohémond, Raymond. Bohémond estima que la multiplicité des frontières à surveiller rendait préférable une division des tâches, et lui substitua son cadet, Bohémond35. Une union des deux états n’en était pas moins presque réalisée, en attendant que, quatorze ans plus tard, l’accession de Bohémond IV au trône d’Antioche la rendît définitive.

  • 36 Cont., G. T., 64-65 ; I. A., H 684.
  • 37 Les réfugiés affluent à Antioche (Sicard, 604, Ernoul, 231).
  • 38 Rohricht Amalrich, I, p. 484 ; Gesta Henrici, 36. Le porteur de la lettre de Bohémond est son chanc (...)

36Quant au royaume de Jérusalem, on sait quelle conséquence eurent ses dissensions et la folle politique de Renaud. La guerre reprit avec Saladin. Malgré la réconciliation de Raymond et de Guy, les Francs furent écrasés à Hittîn (juillet 1187), le roi pris, puis presque tout le royaume, y compris Jérusalem, conquis par le vainqueur. C’était un désastre sans précédent. Seules tenaient encore, comme grandes villes franques, Tyr, Tripoli, Antioche. Bohémond, dont le fils aîné était à Hittîn mais avait pu fuir36, par la force des choses se trouvait pour le moment le seul espoir des Francs37. Lui et le patriarche, réconciliés devant le danger, adressèrent des appels au roi d’Angleterre, en même temps d’ailleurs que d’autres hauts personnages de Syrie38. Mais le fait même qu’Antioche constituait un réduit encore inviolé où les Francs pouvaient reconstituer leurs forces en vue d’une contre-offensive, obligeait Saladin à l’attaquer promptement elle aussi. Elle ne pouvait pas échapper aux conséquences de l’écroulement du royaume.

Les conquêtes de Saladin ; Antioche pendant la troisième croisade

  • 39 Acte de saint Jacques ; Donation de Marqab (Cart., I, 491).

37Ce qu’il y a de remarquable dans la campagne de Saladin en Syrie du nord est qu’à la différence de ce qui avait lieu en Palestine, elle commença par une sollicitation indigène, émanant des Noçaïrîs du Djabal Bahrâ. Depuis quelques années (entre 1180 et 1186), les indigènes de Bikisrâïl, reprenant la tentative avortée du lendemain de la mort de Bohémond II, s’étaient affranchis de la tutelle franque, et, plus généralement, les montagnards de la région comprise entre Bikisrâïl et Abou Qobaïs étaient devenus des voisins insupportables pour les seigneurs francs de Marqab39. Au même moment nous voyons Djabala gouvernée pour Bohémond III par un cadi musulman et investi, semble-t-il, d’un mandat général sur les musulmans de la région, sans qu’on puisse dire s’il s’agit d’une innovation de ces années ou d’une situation ancienne ; des otages musulmans à Antioche répondaient de la fidélité de leurs frères, traités ainsi en groupe autonome vassal. Ce fut précisément ce cadi qui appela Saladin, en conformité de vue évidente avec les gens de Bikisrâïil ; Saladin passa donc vite devant le Krak des Chevaliers, Tortose, Maraqya, Marqab. Le passage de Marqab n’allait pas sans risques, car le chemin longeait juste le bord de la mer et était fort étroit, et devant lui s’était postée la flotte sicilienne que nous avons vue engagée peu auparavant par Isaac Comnène ; Saladin parvint cependant par des palissades mobiles à protéger ses hommes des flèches siciliennes ; la traversée du Nahr as-Sinn eût pu être dangereuse aussi, mais aucun Franc n’avait osé y attendre les musulmans, si bien que le 15 juillet Saladin pénétrait dans Djabala, dont la garnison franque obtenait de se retirer contre promesse de renvoi des otages musulmans gardés à Antioche. Les montagnards de Bikisrâïl portèrent leur soumission à Saladin. La liaison ainsi établie avec la Syrie intérieure fut consacrée par l’attribution de Djabala à Sâbiq ad-dîn ibn ad-Dâya, auquel, lors de sa prise d’Alep, Saladin avait fait restituer l’héritage familial de Chaïzar.

38Puis suivirent, à un rythme impressionnant, d’autres conquêtes : le 20 juillet, Lattakié, qui se défendit à peine, en dépit d’une nouvelle démonstration de la flotte sicilienne ; le 29, Çahyoûn, qui capitula à la suite d’une brèche ouverte par le bombardement des mangonneaux, et dont la soumission fut complétée par celle d’al-‘Aïdo, Djamâhiriyoûn, et Balâtonos ; le 12 août, Bakas-Choghr, où Saladin s’était rendu par al-Qouraïchiya et Tell-Kachfahân, et dont les assiégés, bien qu’à l’abri du tir des mangonneaux grâce à la largeur des ravins abrupts qui les entouraient, manquèrent de confiance et se rendirent après confirmation de l’impossibilité où était Antioche de les secourir ; Kafar-Doubbîn en même temps, par un autre corps ; Sarminya, qui, prise par le fils de Saladin auquel il avait concédé Alep, aẓ-Zâhir, fut rasée ; Borzeï, où un mangonneau franc riposta au mangonneau musulman, mais dont, la garnison minime étant épuisée par les assauts continuels des assiégeants, le seigneur, beau-frère de Sybille, capitula en échange de sa liberté (23 août) ; puis, après passage à Darkoûch, dans la plaine même du ‘Amouq, Darbsâk, où les Templiers se défendirent vaillamment, mais, faute de secours, se rendirent à leur tour (mi-septembre) ; enfin Baghrâs, où malgré l’inefficacité du mangonneau de Saladin et la fatigue des musulmans obligés de surveiller leur arrière par crainte d’une attaque antiochienne, les assiégés finirent aussi par se rendre faute de secours (26 septembre).

  • 40 Le récit de toute la campagne repose presqu’uniquement sur les sources arabes, ‘Imâd (A. Ch., 127-1 (...)

39Il semblait qu’il n’y eût plus qu’à prendre Antioche, à moitié encerclée par ces conquêtes. Déjà des troupes musulmanes en battaient les remparts. Mais la campagne, menée à ce rythme, avait été éprouvante, et les contingents djéziréens aspiraient au repos, qu’un siège forcément retarderait longtemps. Saladin était nanti d’assez de gages pour accepter l’idée d’une trêve. Du côté franc, l’inertie avait confiné à la paralysie ; manifestement les Antiochiens, comme hier les Palestiniens, avaient le sentiment d’une impuissance totale. Sybille correspondait avec Saladin, et d’aucuns l’accusaient d’espionnage ; il est possible, mais, lorsqu’on voit Bohémond promettre à Saladin sa capitulation s’il ne reçoit pas de secours et plus tard aller lui prêter hommage, il semble qu’il y ait là seulement des marques d’une politique cherchant à s’assurer la tolérance provisoire du vainqueur, le temps d’attendre. Quoi qu’il en soit, le beau-frère de Bohémond obtint une trêve, pour Antioche seule à l’exclusion des autres Francs, ce qui permettait à Saladin de continuer ses conquêtes méridionales sans redouter de diversion ; elle devait cesser en mai 1189, c’est-à-dire avant la rentrée des moissons. Bohémond libérait tous ses prisonniers et promettait de livrer Antioche en cas d’absence de secours occidental, éventualité qu’on pouvait dès lors considérer comme peu probable. De son côté le patriarche acheta d’un fort tribut la tranquillité de Qoçaïr40.

  • 41 Al-Fâdil, clans A. Ch., II, 137 (H, 390) ; ‘Imâd ibid., 142 II 408) ; I. Ch., 134 ; Cont G. T., 126 (...)

40Les appels désespérés de 1187 avaient porté leur fruit et, lentement, une croisade s’organisait en Occident. Dès lors la Syrie franque vit dans l’attente des croisés et réorganise, sans les attendre, sa résistance autour de Tyr, où a débarqué à la fin de 1187 Conrad de Montferrat. Dans cette ville on n’avait pas pardonné à Guy de Lusignan, et lorsque Saladin l’eut libéré on lui en refusa l’entrée (avril 1189). Mais Bohémond avait, lui, oublié les anciennes inimitiés, et accueilli Guy à Tripoli et à Antioche, ce qui ne l’empêche pas de se trouver précisément en avril 1189 auprès de Conrad, peut-être avec des intentions d’union. À Antioche aussi on avait repris courage, grâce aux secours d’une flotte génoise et de Hervé de Donzy, un noble amené par la flotte sicilienne de 1188. Lorsque la trêve vint à expiration, Saladin maintint plusieurs mois un corps d’observation sur les frontières d’Antioche41.

  • 42 I. Ch., 163 ; Sicard, 610 ; Mich. arm., 403. Les troupes allemandes passèrent par Til-Ḥamdoûn (Theg (...)
  • 43 I. Ch., 166 ; Imâd dans A. Ch., 156 (H 458) ; Cont G. T., 141.
  • 44 Cont, Lat., 108 ; Ansbert, 92. D’après I. Ch., 67, Bohémond hâta la venue des Allemands par peur qu (...)
  • 45 Sicard, 611 ; d’après Cont. Lat., 128, suspect parce que favorable aux Lusignans, Conrad serait ven (...)
  • 46 I. Ch., 190, 274 ; ‘Imâd Fat, 295 ou dans A. Ch., 164 (H 486) ; Gesta Henrici, 185.

41L’année suivante, arriva en Anatolie Frédéric Barberousse. Qilîdj Arslân, mal disposé pour Saladin, lui résista peu. Mais en juin 1190 Frédéric se noya en Cilicie. Une partie de ses troupes retourna en Europe, d’autres gagnèrent la Syrie centrale par mer, la plupart toutefois continuèrent à pied vers Antioche, sous la conduite du fils et homonyme de Frédéric, que reçurent en route Léon à Tarse, puis le Catholicos Grégoire Dgha à Misîs42. Saladin avait été informé par le même catholicos de l’arrivée des croisés ; comme Guy de Lusignan avait depuis un an entamé le siège d’Acre, il ne put aller leur résister lui-même mais mobilisa toutes les troupes seigneuriales de la Syrie du nord et les Turcomans Yâroûqiya pour aller les harceler et prévenir une attaque. Des fourrageurs allemands furent ainsi surpris et capturés en des endroits divers par la garnison de Baghrâs ou les troupes d’Alep. Puis la brusquerie de la chaleur et de l’abondance succédant à la pénible traversée de l’Anatolie provoqua chez les Allemands une terrible épidémie43. Bohémond ne les en reçut pas moins avec respect, encore que peut-être avec un peu de crainte ou de cupidité, et se conduisit envers Frédéric en vassal, lui laissant l’absolue disposition de sa ville et de sa citadelle, où l’archiduc déposa ses trésors. La dépouille mortelle de Barberousse fut inhumée à Saint-Pierre44, puis Conrad de Montferrat, parent du prince allemand, vint à Antioche, où il fut pompeusement reçu par le prince et le patriarche (début d’août). À la fin du mois, les quelques milliers d’hommes valides qui restaient quittèrent Antioche pour la côte45 ; Saladin avait fait démanteler les places qu’il ne pensait pouvoir défendre, parmi lesquelles Lattakié ; la garnison de cette ville et de Djabala, les troupes de Ḥamâh et Alep harcelèrent cependant la marche des croisés à tel point qu’ils s’embarquèrent à Tripoli pour finir le parcours par mer46.

  • 47 Gesta Henrici, 165, 168, 193 ; on crut chez les musulmans Philippe-Auguste mort à Antioche (I. Ch., (...)

42Bohémond avait peut-être espéré utiliser les Allemands pour une diversion contre Alep ; du moins l’aggravation des opérations autour d’Acre lui parut-elle autoriser de sa part une razzia en octobre ; mais il fut surpris et battu par aẓ-Ẓâhir. Il ne bougea plus pendant un an. Pendant ce temps seront arrivés Philippe-Auguste et Richard Cœur de Lion et ils auront conquis Acre. Philippe-Auguste, sur le point de repartir, et Richard donneront alors à Bohémond un important renfort d’hommes, vivres, munitions, flotte. Bohémond essaya donc d’attaquer Djabala et Lattakié, pour rétablir la continuité de la côte franque, mais fut de nouveau battu (octobre 1191). De même qu’il apparaît neutre en Guy et Conrad en 1189-1190, de même il l’est entre Richard, qui soutient le premier, et Philippe-Auguste, favorable au second. Il va, avec son fils Bohémond de Tripoli, accueillir Richard à Chypre, et l’accompagne un moment à Acre ; en revanche il reçoit Philippe-Auguste à Antioche, lorsque celui-ci repart pour l’Europe47. N’ayant pas d’intérêt direct dans le conflit, Bohémond est indifférent ou conciliateur.

  • 48 I. Ch., 322, 378 ; A. Ch., H, V, 78 et 89.

43Après la prise d’Acre, Richard continua un an la guerre, sans victoire décisive. La lassitude des deux partis aboutit enfin à la paix, en septembre 1192, rendant aux chrétiens la côte de Tyr à Jaffa. Le traité prévoyait que la paix serait étendue à Antioche et Tripoli, mais ne les concernait pas. Des négociations directes avaient été engagées entre Saladin et Bohémond en même temps qu’entre Saladin et Richard, deux mois auparavant. Le 30 octobre, Bohémond, avec une petite escorte de hauts barons, se présenta à l’improviste à la cour de Saladin, alors à Beirout. Cette confiance personnelle toucha le souverain musulman, qui accorda à Bohémond une part des revenus des districts limitrophes d’Antioche du ‘Amouq et d’Arzghân48.

  • 49 I. Ch., 282 ; Boustân, 486-488 ; A. Ch., 78, 107 ; Mich., 409 ; I. A.

44Quelqu’efforts que Saladin ait dû déployer pour la lutte contre les croisés sous Acre, ils n’ont pas occupé la totalité de ses forces, dont une partie a trouvé dans l’extension de son pouvoir en Djéziré un emploi plus productif. Gueukbouri, qui avait jadis reçu de lui l’ancien fief paternel de Ḥarrân, étant mort, il avait transféré son frère et successeur à Irbil, d’où il devait surveiller Mossoul, tandis que le Diyâr Moḍar avait été attribué en apanage à son neveu Taqî ad-dîn ‘Omar de Ḥamâh, puis, ce dernier étant mort, au frère de Saladin, al-Malik al-‘Adil, avec Mayâfâriqîn ; une guerre heureuse avait assuré les frontières septentrionales contre Bektimour d’Akhlâṭ49.

  • 50 Ansbert, 86-88 et 92, appelle ces Turcomans « Bariani » ou de « Baria », ailleurs « Nagestes », ce (...)
  • 51 Les autres fils sont Noûr ad-dîn Mohammad (Qaïsariya), Rokn ad-dîn Soulaïmân (Toqâṭ), Mouḥî ad-dîn (...)
  • 52 ‘Imâd. dans A. Ch., 209 ; I. A., XII, 50 et 57-59 ; Ibn Bîbî, 5 ; Boustân, 587.

45Au même moment toute cause d’inquiétude disparaissait pour Saladin du côté de l’Anatolie. Les Turcomans50 restaient là tout-puissants, parce qu’ils étaient utilisés par les fils du vieux Qilîdj Arslân, révoltés contre lui. Il avait, de son vivant, partagé son royaume entre ses nombreux fils, mais en les subordonnant à l’un d’eux, Qoṭb ad-dîn Malikchâh de Sîwâs, fiancé à une fille de Saladin ; impatient de régner seul, Qoṭb ad-dîn s’était soulevé, avait pris Qonya, et réduit son père à la fuite ; ce dernier entamait cependant une revanche, avec l’aide d’un autre fils, Ghiyâth ad-dîn Kaïkhosrau de Barghloû51, lorsqu’il mourut (fin 1192). Qoṭb ad-dîn avait inquiété aussi Malaṭya, et, à l’appel du prince de cette ville, Saladin avait fait occuper par aẓ-Ẓâhir Behesnî et Mar’ach (1191)52. La mort de Qilîdj Arslân ouvrit une période d’anarchie pendant laquelle les Seldjouqides ne joueront plus aucun rôle extérieur.

  • 53 Mas-Latrie, Hist. Chypré, I.

46Sur un seul point il s’était produit hors de Syrie un changement préjudiciable à Saladin. Son allié Isaac Comnène avait été dépossédé de Chypre par Richard Cœur de Lion, qui l’avait attribuée un moment aux Templiers, puis bientôt à Guy de Lusignan, pour le dédommager de la perte de la Syrie. Au moment où les Francs étaient rejetés à la côte, l’île allait constituer pour eux une ligne de repli et un centre de ressources inestimables pour leur résistance ou leurs contre-attaques futures en Syrie ;-elle deviendra vite le véritable foyer de la vie franque d’Orient et de l’influence occidentale en Asie occidentale53.

47Saladin pouvait néanmoins être fier de son œuvre lorsqu’il mourut le 4 mars 1193. Cette mort et le respect de la force européenne imposé par la troisième croisade allaient donner aux Francs un demi-siècle de répit.

Notes

1 Boustân, 561 ; I. F., III, 210 v° ; Mich. Arm., 360 ; G. T., 901.

2 G. T., 900-901, 942 ; Ernoul, 17 ; Bouquet, XVI, 60-62, (79 ; Kinnamos, V, 13 ; Nicétas, IV, 4 ; Mich., 326.

3 G. T., 942-945 ; Ernoul, 18, 24-25 ; Kinnamos, V, 13 ; cf. Chalandon. 529, 535 sq.

4 G. T., 943-944 ; cf. Diehl, Figures Byzantines, II, 90-108.

5 On y a vu à tort une marque de suzeraineté sur Jérusalem. Il ne s’agit que de participation pécuniaire, et il est normal que dans ces conditions, des artisans grecs nomment le basileus à côté du roi. Cf. La Monte, To What extent was the byzantine empire the’ suzerain of the latin states, Byzantion, 1932.

6 Imâd, dans A. Ch. 188-189 ; I. Ch. Vie de S., 52, et un long récit, tiré d’un endroit indéterminé, dans A. Ch., 190 ; I. A. At., 264 et 276-279 ; Mich.. 339-342.

7 I. A. At., 308 ; Mich., 331, 337 ; Sempad, 622-625, Chron. rim., 508-509 ; Nicétas, IV, 5 ; G. T., 988-992 ; Imâd, dans A. Ch., 215 ; Boustân, an 568. La date de 1173 (contre 1170, de Mich.), paraît établie par les affaires d’Étienne de Blois, le croisé pillé, et de la diversion turque sur Karak.

8 Boustân, an 568 ; Imâd, dans A. Ch., 213 et 215 (H 159-160) ; I. A., 257 H 591) ; Azr., 188 r° ; Mich., 343, 346, 349 et arm., 359, 366 (B. H., an 1476) ; Kinnamos VII, I ; Noûr ad-dîn récupère Kaïsoûn, Behesnî, Ra’ban, Marzbân.

9 I. A. At., 279, K., 245 (II, 584).

10 Boustân, an 569-571 ; A. Ch., 230-261 ; d’après Imâd, al-Fâdil, I. A. T. ; I. A. At., 294-296, 267-269, 319-322, K. 274-290 (H. 614-627) ; Kamâl, 141-147 ; Azr., 195 r°, 198 r° ; Mich., 356, 361, 366 ; G. T., 1000, 1013-1023.

11 Sempad, 624 ; Chron. rim., 509.

12 I. A. At., 292 (= K, 258, 269, H, 592, 610) ; Azr. 197 r°, 200 r° ; Mich., 357-364, 373-376 ; Chron. an., 1489).

13 Röhricht, 370 sq. ; Chalandon, II, 508 sq. et 550 sq. ; Groussel), 633 sq. A. Myriokephalon mourut un frère de Bohémond III. Baudouin ; résidant Constantinople ou envoyé comme contingent de vassal.

14 G. T., 1035 ; ‘Imâd dans A. Ch., 275 H 189 ; I. Ch., 64 ; I. A., 394 H 631 ; Mich. et An. Syr., an 1488.

15 G. T., 1035, 1047 ; Ernoul, 46 ; Gesta Henrici, 130 ; Mich. et An. syr., an 1488 ; I. Ch., 64 ; ‘Imâd, dans A. Ch., 189 ; I. A.s 631 ; Kamâl ROL, IV, 149 ; Sibt, 573.

16 Great Roll of the Pipe. XXVIII, 125 (cité Vasiliev, Hist. Emp. Byz., II, 68) ; G. T., XXII, 4.

17 G. T., XXII, 6. Les Lignages, V, l’appellent Irène.. On ne connaît pas de princesse à qui l’identifier.

18 Alexandre III, Löwenfeld, Epistolae ineditae, 164.

19 G. T., XXII, I ; Cart., I, 378, 379 ; Strehlke, 10 ; ‘Imâd, dans A. Ch., 198

20 ‘Imâd, dans A. Ch., 211 ; I. Ch., Vie de Sal., 65.

21 ‘Imâd et t. A. T., dans A. Ch., 21-33, 38-47 ; I. Ch. (Sal.), 69 ; I. A., 312-314 (H, 647-651), 317-323 (H, 652-657), 324-328 ; Kamâl, 154-168 ; Boustan, 578-579 ; Mich., 397 sq. ; cf. Diyâr-Bakr, 264.

22 ‘Imâd et I. A. T., dans A. Ch., 1146 (H, 238) ; I. A., 328 (H, 662).

23 ‘Imâd, dans A. Ch., 61-66 ; I. A., 335-341 ; Kamâl, 173-176 ; I. Ch., Vie de S., 82 ; Boustân, 581 ; Diyâr-Bakr, 264.

24 Maqr. ROL, VIII, 539.

25 G. T., XXII, 6-7 ; Mich., an. 1492. Dès la fin de 1181 (cart., I, 417), H régulièrement ensuite, Sybille paraît à côté de son mari dans des donations à des églises ; comme barons bannis, on cite Guiscard de l’Isle, Garin Guegnart, et Bertrand, fils d’un comte Gilbert indéterminé (cf. Röhricht Gesch., 396, n. 6).

26 G. T., 1114-1115 ; Gesta Henrici, 254 ; Mich., 394 ; Nicétas, 377 ; Néophyte, Calamités de Chypre, dans H. Gr. Cr., 561.

27 Ernoul, 91 et Cont. G. T., 208 ; Mich., an. 1496 ; Sempad, an 1185 ; Chron. rim., 508.

28 Röhricht, Gesch., 493-494 (citation détaillée des sources).

29 Röhricht, 493.

30 I. Ch., 86 ; I. A., 342 ; Mich., 400 ; Brosset-Géorgie, I, 1416 ; B. H., an 1498 ; Sempad, 629 ; Chron. rim., 510 ; Robert d’Auxerre, MGSS, XXVI, 251 ; allusion probable dans Gesta Henrici, 51 à l’écho de cette victoire à Constantinople. Les croisés allemands, en 1190, retrouvent des Turcomans autonomes (Ansbert, 88).

31 Sempad, 629 ; I. Ch., Vie de S., 91 ; A. Ch., 281.

32 Strehlke, 10 (1179 et non 1178, cf. Röhr. reg., n° 572-574)

33 G. T., 1062.

34 Ernoul, 166 ; Cont. G. T., 32 ; Cart., I, 490.

35 Cont,, G. T., 72.

36 Cont., G. T., 64-65 ; I. A., H 684.

37 Les réfugiés affluent à Antioche (Sicard, 604, Ernoul, 231).

38 Rohricht Amalrich, I, p. 484 ; Gesta Henrici, 36. Le porteur de la lettre de Bohémond est son chancelier, l’archevêque Albert de Tarse.

39 Acte de saint Jacques ; Donation de Marqab (Cart., I, 491).

40 Le récit de toute la campagne repose presqu’uniquement sur les sources arabes, ‘Imâd (A. Ch., 127-134, H 365-380 et Fath, 127-134), et I. Ch., 109-117. Cf., encore Boustân, 584, Grég. Dgha, v. 1813 sq. ; lettre d’Erminger dans Ansbert, apparentée a Ernoul, 255 ; Anon. Rhén., 521, Cont. Lat., 90. Ernoul (et Cont. G. T., 72 et 122), placent après la prise de Baghrâs une attaque de ta Roche-Guillaume romancée, mais qui peut contenir des souvenirs réels.

41 Al-Fâdil, clans A. Ch., II, 137 (H, 390) ; ‘Imâd ibid., 142 II 408) ; I. Ch., 134 ; Cont G. T., 126 ; Cont. Lat., 91 ; Itin. Ric, II, 26, 28 ; Ambroise, 2670 ; Rad. Niger, MGSS, XXVII, 336 ; Lib. Jur., I, 432 (= Röhricht Amaury, 488).

42 I. Ch., 163 ; Sicard, 610 ; Mich. arm., 403. Les troupes allemandes passèrent par Til-Ḥamdoûn (Thegium de Sicard), Ḥiçn at-Tînât (I. Ch., dans A. Ch., 460), la Portelle et le col de Baïlân.

43 I. Ch., 166 ; Imâd dans A. Ch., 156 (H 458) ; Cont G. T., 141.

44 Cont, Lat., 108 ; Ansbert, 92. D’après I. Ch., 67, Bohémond hâta la venue des Allemands par peur que Léon ne s’appropriât leurs biens, et d’après Imâd fit déposer à Frédéric ses biens dans la citadelle pour s’en emparer s’il mourait, ce qui eut lieu ; mais il espérait que les Allemands marcheraient vite sur Alep.

45 Sicard, 611 ; d’après Cont. Lat., 128, suspect parce que favorable aux Lusignans, Conrad serait venu malgré lui, aurait exhorté Frédéric à repartir, et aurait pour cela reçu de l’argent de Saladin ! Cf., aussi I. Ch., 181 (Vie de Sal.).

46 I. Ch., 190, 274 ; ‘Imâd Fat, 295 ou dans A. Ch., 164 (H 486) ; Gesta Henrici, 185.

47 Gesta Henrici, 165, 168, 193 ; on crut chez les musulmans Philippe-Auguste mort à Antioche (I. Ch., 271). Raymond, fils aîné de Bohémond, resta auprès de Richard (Itin. Ric, 335).

48 I. Ch., 322, 378 ; A. Ch., H, V, 78 et 89.

49 I. Ch., 282 ; Boustân, 486-488 ; A. Ch., 78, 107 ; Mich., 409 ; I. A.

50 Ansbert, 86-88 et 92, appelle ces Turcomans « Bariani » ou de « Baria », ailleurs « Nagestes », ce que P. Wittek me dit signifier : de Bor et de Nigdeh.

51 Les autres fils sont Noûr ad-dîn Mohammad (Qaïsariya), Rokn ad-dîn Soulaïmân (Toqâṭ), Mouḥî ad-dîn Mas’oûd (Ankara), Moughîth ad-dîn Toghroul-Châh (Albistân et Erzeroum), Nâcir ad-dîn Barkyarok (Niksâr). Héraclée revenait à un frère de Qildîj-Arslân, Sandjarchâh, et Amasya à un fils de celui-ci, Nizâm ad-dîn Arghoûnchâh.

52 ‘Imâd. dans A. Ch., 209 ; I. A., XII, 50 et 57-59 ; Ibn Bîbî, 5 ; Boustân, 587.

53 Mas-Latrie, Hist. Chypré, I.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540