Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Troisième partie

Chapitre II. Francs et Arméniens entre Noûr ad-dîn et Manuel Comnène. (1146-1164)

Texte intégral

I. LA RÉORGANISATION DE L’ISLAM1

  • 1 Intéressantes remarques de Tschudi, Vom Islam zur Zeit der Kreuzzüge, Asia Major, IX, 1933, et de H (...)

1L’homme dont nous venons de voir les débuts, Noûr ad-dîn, est peut-être la figure politique la plus marquante de l’Islam asiatique au xiie siècle : plus importante assurément que Saladin, bien que le duel de ce dernier avec l’Occident lui ait donné la première place dans la gloire. Noûr ad-dîn possède au plus haut point les qualités de son père : hardiesse et prudence combinées, exact sentiment de ses ressources, choix judicieux de ses collaborateurs, art du commandement ; il n’a pas plus de scrupules, mais plus de diplomatie. Surtout il est, sinon le créateur, du moins le chef et le héros conscient et incontesté d’une vaste renaissance de l’ardeur musulmane qui, après un moment de « pause » sous les Ayyoubides, aboutira à son point culminant au début du régime mamlouk et modèlera pour des siècles le caractère du monde oriental. Il est certes impossible de présenter ici dans le détail les divers aspects de ce mouvement et même de la politique de Noûr ad-dîn, mais il est indispensable à la compréhension de l’histoire franco-syrienne d’en avoir présents à l’esprit quelques gros traits.

  • 2 I. A. T. dans I. F., 162 r° et I. Ch., 24 v°, REI, 116.
  • 3 I. F., 90 r°.

2L’origine première du grand mouvement de réorganisation de l’Islam est antérieure non seulement à Noûr ad-dîn, mais à la première croisade. L’anarchie matérielle et morale du monde musulman au xie siècle fait naître par contre-coup des aspirations à la discipline politique et religieuse ; elles se trouvèrent coïncider avec l’arrivée au pouvoir des Seldjouqides, qui firent de la guerre sunnite le facteur principal d’unification de leurs sujets, et, les premiers, entreprirent de former idéologiquement la classe dirigeante de leur état par la création de madrasas, dont la plus ancienne est celle de Nizâm al-Moulk, le grand ministre de Malik-Châh, à Bagdad. La décomposition de l’empire seldjouqide n’arrêta pas le mouvement, mais lui enleva son unité de direction. Au début du xiie siècle, il n’avait encore nullement pénétré dans les régions occidentales. L’initiative de son introduction est le fait des Artouqides : la première madrasa de Mârdîn fut fondée par Ilghâzî, la première d’Alep par son neveu et lieutenant Badr ad-daula Soulaïman, en 515/11212. Parallèlement s’introduit en Syrie une forme nouvelle de vie religieuse, iranienne d’origine mais apportée à la suite des Turcs, la monachisme en communauté — l’islam arabe n’avait connu le soufisme qu’individuel —, qui devait peu à peu exercer sur les masses une profonde influence mystique et fanatisante ; le premier khânqâh (couvent) d’Alep fut fondé par Loulou en 510/1116-1117, non sans résistance de la population3 ; à la fin du siècle, la Syrie en sera pleine.

  • 4 Supra, p. 256, 261

3La croisade franque survint dans une société trop désorganisée pour y susciter une réaction immédiate. Mais la persistance de l’occupation franque, l’insécurité constante et la ruine qui en résultait pour les populations de l’intérieur, développèrent naturellement chez elles une hostilité qui, en ces temps, devait forcément prendre tournure religieuse. L’intolérance provocante des premiers Francs n’y contribua pas peu, et par exemple ce furent les violations de cimetières par eux dans la banlieue d’Alep qui déterminèrent, en 1124, les premières mesures antichrétiennes qu’on eût vues à Alep depuis plusieurs générations. D’autre part les Syriens étaient amenés à requérir l’aide d’alliés qu’en toute autre circonstance ils eussent considérés comme des ennemis : on les a vus allant exciter le zèle des Iraquiens à la guerre sainte4, et c’est la menace franque qui les amène à accepter, après bien des répulsions, la domination des chefs turcs de la Djéziré. La guerre sainte, le « djihâd », se trouvait donc constituer un agent externe d’unification sur des populations qu’entre elles tout aurait divisées, et par là-même un remarquable facteur de puissance politique pour le chef qui saurait en prendre la direction matérielle et morale. Non seulement en effet des succès sur les infidèles développeraient ses ressources, et le rendraient d’autant plus redoutable à ceux qui n’en auraient pas eu leur part, mais, en entraînant leurs propres hommes derrière lui, il les forcerait eux-mêmes à le suivre sous peine de disparaître et les réduirait ainsi insensiblement à l’état de vassaux. Cette situation n’est pas exceptionnelle : des premiers califes aux Ottomans, tous les états musulmans n’ont eu de force interne qu’autant qu’ils ont pu conduire à la conquête des infidèles des troupes galvanisées par l’idéal de guerre sainte. Mais au xiie siècle, il fallait le redécouvrir ; Zengî s’en rendit compte ; mais ce fut vraiment Noûr ad-dîn qui personnifia la guerre sainte.

  • 5 I. A.
  • 6 I. F., II, 159 r° ; Chronique chiite, 6.
  • 7 Chron. chiite, 7.

4L’ambition et le sens politique se doublaient-ils en lui de la profonde ardeur religieuse que lui prêtent ses panégyristes ? Et vint-il tout à fait de lui-même à cette attitude ? Il paraît certain qu’il n’avait pas au début de son règne l’austérité de mœurs qu’il eut après ses maladies de 1157-1159 et qu’il garda aux yeux de la postérité5 ; il est non moins sûr — mais là il peut avoir agi par sentiment de l’incertitude première de sa situation politique — qu’il témoigna d’abord à l’égard des chiites d’une entière tolérance6. D’autre part, son règne coïncide avec le moment où, en partie comme conséquence de l’activité des premières madrasas, commence à s’affirmer l’importance politique des fouqahâ (juristes-théologiens), par le nombre croissant des emplois qu’ils occupent et surtout par l’action qu’ils exercent sur la formation et la conduite des autres collaborateurs des princes. Nous savons que Noûr ad-dîn était en rapports étroits avec plusieurs d’entre eux7. Il est probable qu’il y était incité par Madjd ad-dîn ibn ad-Dâya, un Alépin de famille sunnite stricte, qui avait été son frère de lait et son compagnon de jeunesse, et fut ensuite son principal conseiller et le maître absolu de toute son administration civile.

5Quoi qu’il en soit, entre 1147 et 1149 la politique de Noûr ad-dîn s’oriente définitivement dans le sens de la lutte contre l’infidèle et l’hérétique au-dedans comme au-dehors. Assurément la guerre sainte, quelque succès qu’elle lui ait valus, n’est souvent qu’un moyen de préparer et de justifier les gains bien plus substantiels qu’il réalise sur ses voisins musulmans en dépossédant ceux qui refusent de le suivre (Damas) et en obligeant les autres (Djéziré) à accompagner ses armées. À la fin du règne, elle n’est plus contre les Francs, mais contre les Fatimides. Jamais Noûr ad-dîn n’a voulu ou cru pouvoir rejeter les Francs à la mer ; la sécurité de la Syrie intérieure lui suffit.

  • 8 Mich., 340 sq. (augmentation do la capitation, obligation du costume distinctif tombé en désuétude, (...)
  • 9 Chronique chiite, 7-8.
  • 10 I. Ch. passim ; I. F., III, 13 r° (madrasa fondée par Ibn al-Mouqaddam pour rentrer en grâce).

6À l’intérieur, les chrétiens sont écrasés d’impôt, parfois presque persécutés8. Aux chiites Noûr ad-dîn interdit dès 1149 les manifestations extérieures de leur culte, bientôt les laisse brimer par les fanatiques, incarcère ou exile leurs chefs9. Les fondations de madrasas hanéfites et chaféites se multiplient, par lui, par ses vassaux, par les notables qui veulent lui plaire ; elles s’accompagnent de largesses énormes en faveur des mosquées, de créations humanitaires (hôpitaux), etc.10. Les opposants sont impuissants.

  • 11 Ibn Chaddâd, le biographe de Saladin, en dédie un à ce prince.
  • 12 Chroniques d’Istanbul, 338.
  • 13 Du moins, de cette famille, l’ami que cite constamment Kamâl dans sa Boughya, paraît bien être sunn (...)
  • 14 Ibn Djobaïr, 223.
  • 15 Ibn Djobaïr, 260.

7C’est qu’il y a réellement un vaste mouvement dont les fouqahâ ont la direction, mais auxquels participent de grandes couches de la population arabe et turque. Il se manifeste par la rédaction de traités sur le djihâd11, la composition anonyme, peut-être en Égypte, du récit des anciennes conquêtes arabes longtemps connu sous le nom de Wâqidî12, l’adaptation et la rédaction première en milieu turc du roman de Seyyîd Baṭṭâl Ghâzî, la conversion, même si elle est intéressée, de familles chiites comme celle des Banou’l-Khachchâb13, l’activité renouvelée des associations privées de guerre sainte comme celle des nabouwiya qui en 1175 ont massacré les ismaéliens de Bâb-Bouzâ‘a14 et qui sont également représentés à Damas15, etc. Indications sommaires, mais qui suffisent à montrer qu’il y avait entre l’évolution spontanée des générations et l’attitude voulue de Noûr ad-dîn cet accord auquel se reconnaît le grand politique. Saladin aura des vertus plus humaines ; mais comme prince il n’aura qu’à comprendre et suivre l’exemple.

  • 16 A partir de 1149, les Turcomans apparaissent tout le temps dans l’histoire des coups de main dans l (...)
  • 17 1. F., IV, 42 r°-v° (an 564/1169). Zengî laissait les Turcomans venir pour leurs achats à la Porte (...)
  • 18 D’après la comparaison de leur chiffre d’impôt (Sauvaget, Perles Choisies, 164).
  • 19 Exemples connus seulement dans le Liban (Çâlih b. Yahya, 71 ; Histoire des Chihabites, 48, 41-42 ; (...)

8Matériellement la force dont disposait Noûr ad-dîn était à la fois moindre et plus grande que celle de Zengî : moindre, parce qu’il avait un état territorialement plus réduit, au moment de son avènement du moins ; plus grande, parce qu’il n’avait plus rien qui détournât une partie de son attention et de ses forces vers Bagdad ou l’Iran. D’autre part, depuis que Zengî, récemment avait achevé la soumission des Kurdes, à peine entamée par les Seldjouqides, de nombreux émirs de ce peuple étaient entrés dans son armée, et y équilibraient l’élément turc originel ; le plus célèbre, issu d’une famille entrée depuis longtemps au service turc, était Chîrkoûh, le futur conquérant de l’Égypte, l’oncle de Saladin. À ces troupes régulières, Noûr ad-dîn ajouta, comme avait fait son père, mais plus décisivement que lui, l’emploi sur les frontières de Turcomans, transplantés de Djéziré comme les émirs kurdes16 ; de son règne date l’établissement de la tribu Yâroûqî aux portes d’Alep, dans le faubourg qui prit leur nom17 ; au début du xiiie siècle, il y aura dans la province d’Alep, plus de Turcomans que de Bédouins18, et le chef des Yâroûqî sera l’un des plus puissants personnages de la principauté ayyoubide. Le premier aussi Noûr ad-dîn s’attacha à prendre en mains et à utiliser systématiquement les populations arabes des confins franco-musulmans, restées jusque-là politiquement neutres19.

  • 20 I. F., II, 175 r°. Le même auteur, IV, 55 r°, toujours d’après I. A. P. dit que Madjd ad-dîn aurait (...)

9Noûr ad-dîn n’a pas modifié le système semi-féodal qu’il a trouvé en vigueur : à côté des régions qu’il administre lui-même, il laisse subsister ou distribue quelques grands fiefs. Mais il s’est attaché à réduire les seigneurs qui, lui étant antérieurs, lui étaient suspects de moindre obéissance, et en particulier supprime la seigneurie arabe chiite des ‘Oqaïlides qui subsistait sur le moyen Euphrate. Il réduit immédiatement les insubordinations, que son prestige moral et sa puissance matérielle rendaient d’ailleurs très rares. Il cherche, semble-t-il, à équilibrer la puissance de ses émirs turcs et kurdes en concédant autant de fiefs à la famille de son ministre Madjd ad-dîn ibn ad-Dâya, qui n’était pas de carrière militaire ; il ne paraît pas douteux qu’il ait trouvé en ce dernier, auquel, malgré la jalousie de Chîrkoûh20, il conserva toujours une absolue confiance, un administrateur capable de donner à son état l’organisation ferme et les ressources régulières indispensables aux vastes ambitions du maître.

II. LA SECONDE CROISADE ET LA DÉBÂCLE FRANQUE DE 1149-1151

10La chute d’Édesse avait provoqué une émotion qu’exploita saint Bernard pour prêcher une seconde croisade. Celle-ci se distingue de la première par sa composition ethnique — Français et Allemands, ni Anglo-Normands ni Italiens — et son commandement — le roi de France Louis VII et l’Empereur allemand Conrad III au lieu de barons —. Elle se distingua aussi de la première croisade par sa réalisation, qui ne fut qu’une série de catastrophes.

  • 21 Chalandon, Jean et Manuel Comnène, 244-247.
  • 22 Peut-être dès octobre 1146 (I. F., 158 v°).
  • 23 I. F., 172 r°, 173 r°-v°, avec des confusions partielles entre ces faits et la campagne analogue de (...)

11Sa simple annonce avait déjà indirectement nui aux Francs. Depuis que Mas‘oûd de Qonya avait acquis le Djahân, il s’intéressait aux confins septentrionaux de la Syrie. Il n’avait pu les attaquer tout de suite, parce qu’il avait à résister à une série d’attaques de Manuel Comnène, qui cherchait à lui reprendre, au nord d’Antalya, des territoires dont les Turcs s’étaient emparés lors de la mort de Jean Comnène, et bénéficiait naturellement de l’alliance du Danichmendite Yaghî-Siyân de Sîwâs ; mais quand le Basileus apprit la préparation d’une croisade, il rentra chez lui et ne songea plus qu’à se rapprocher des Turcs, avec lesquels il signa la paix de 114721. Dès lors une partie des forces seldjouqides pouvaient être envoyées vers le sud-est, et des hostilités eurent lieu entre le fils de Mas‘oûd, Qilîdj Arslân, et les Francs sur les confins de Mar‘ach. Noûr ad-dîn en profita pour attaquer de son côté les possessions des Francs sur celles de leurs frontières qui le rapprochaient plus de Qilîdj Arslân, moins peut-être pour l’aider que pour circonscrire préventivement le domaine de ses éventuelles acquisitions. Il occupe, en des moments mal déterminés, Sînâb, Sal’ân et d’autres places au nord de ‘Azâz d’une part22, de l’autre, Artâḥ, Bâtriké, Bâsoûta, Chîḥ al-Ḥadîd, c’est-à-dire qu’il détient la ligne de communications directes de Tell-Bâchir à Antioche et tient la plaine d’Antioche même sous une perpétuelle menace ; peu après (octobre 1147), c’est au tour de Hâb et Basârfoût de tomber entre ses mains, lui livrant la clé du Roûdj ; en vain Raymond s’avance-t-il jusqu’à Dânîth, faute de troupes assez nombreuses il doit se replier sur le Djabal Bârîsa, et en novembre Noûr ad-dîn achève la réduction du Djabal Banî’Oulaïm par la conquête de Kafarlâtâ23 ; c’est à ce moment qu’arrive en Syrie la nouvelle de l’approche d’une nouvelle croisade.

12Ni Conrad III, ennemi des Normands d’Italie, ni Louis VII, mari d’Aliénor d’Aquitaine, nièce de Raymond d’Antioche et par conséquent également mal disposée pour Roger II, n’ayant accepté l’invitation de ce dernier de les transporter par mer, la croisade repassa, comme la première, par Constantinople. On ne pouvait donc pas éluder la question de ses rapports avec Byzance. Comme jadis Alexis Comnène, Manuel subordonnait son aide à la promesse de restitution aux Grecs des territoires qui seraient conquis ; seulement la présence, à la tête des Croisés, d’un roi et d’un empereur, ce dernier égal juridique du Basileus, rendait impossible une demande d’hommage, et diminuait par conséquent les facilités de contrôle de Manuel sur les croisés ; aussi les vit-il venir avec une grande méfiance. De leur côté les Francs, nourris des sentiments rapportés de la première croisade contre les Byzantins, refusèrent le concours de l’armée grecque ; leurs déprédations achevèrent de les faire mal voir, et, lorsqu’ils furent passés en Asie Mineure, il se noua une véritable alliance de fait entre les populations chrétiennes et les Turcs, qui aboutit à la destruction d’une partie des croisés ; Louis VII parvint à Antioche avec une moitié de son armée primitive, Conrad, par mer, à Jérusalem, avec une poignée d’hommes. De cette première étape de la croisade, les possibilités d’une collaboration franco-byzantine sortaient condamnées pour plusieurs années et la domination turque en Anatolie consolidée.

13Le second acte, qui se joua à Antioche, ne fut pas plus heureux. Arrivés en Syrie, qu’y feraient les croisés ? Chacun naturellement tirait à soi, et de Jérusalem, où l’on espérait l’acquisition de Damas, on pressait Louis VII de venir rejoindre Conrad ; d’autres ambassades arrivaient de Tripoli et de Tell-Bâchir, et Raymond essayait d’entraîner le roi de France à profiter de la panique causée à Alep par la nouvelle de son arrivée pour une attaque brusquée sur cette ville. Cette dernière requête était assurément la plus judicieuse, car Noûr ad-dîn était autrement dangereux pour les Francs que Mou‘in ad-dîn qui savait Noûr ad-dîn, malgré leur réconciliation officielle, prêt à profiter de ses moindres embarras. Et n’était-ce pas la puissance zenguide qui avait été la cause de la croisade ? Mais Louis VII, ignorant des choses syriennes, ne songeait qu’à accomplir son vœu de croisé en allant au Saint-Sépulcre ; un incident privé précipita sa décision : Aliénor n’aimait pas son mari, et elle était séduisante et coquette ; Raymond essayait de profiter de sa parenté avec elle pour influencer Louis VII en faveur de ses projets, puis, lorsqu’il vit la vanité de ses efforts, pour se venger en l’encourageant dans ses intentions de divorce ; Louis VII crut qu’il s’y ajoutait entre eux des relations coupables, et, emmenant de force Aliénor, partit brusquement d’Antioche, sans prendre congé du prince, et gagna Jérusalem. Aucun contingent antiochien ne devait l’y rejoindre. Aucun contingent tripolitain non plus, car à Tripoli avait débarqué un corps provençal, commandé par Alphonse Jourdain, et, celui-ci étant mort empoisonné, son fils Bertrand accusa le comte Raymond de l’avoir fait supprimer comme rival possible. La croisade se révélait comme un facteur de désunion.

  • 24 Grousset, II, 225-271 ; Röhricht, Beiträge zur Gesch. der Kreuzzüge, II, 57-104. Les sources arabes (...)

14La fin fut pire encore. Les croisés attaquèrent Damas. Euneur fit appel à Saïf ad-dîn de Mossoul et à Noûr ad-dîn, qui, on pense bien, ne se firent pas prier. Euneur n’en demandait d’ailleurs pas plus, et évita de les laisser arriver jusqu’à Damas ; il fit sentir aux Francs le danger qu’eût présenté pour eux l’unification de la Syrie sous Noûr ad-dîn, et les Francs de Syrie firent lever le siège (juillet 1148). Ceux d’Occident, ne comprenant rien aux choses du pays, les accusèrent de lâcheté ; le fils d’Alphonse Jourdain pendant ce temps entrait en guerre contre Raymond II, et ce dernier, pour le déloger d’une place qu’il avait occupée, fit appel à Euneur et Noûr ad-dîn ; les croisés se refusèrent à plus rien faire pour les Francs de Syrie. Beau résultat en vérité, et qui d’un coup anéantissait, avec le prestige de la croisade, une des raisons que Noûr ad-dîn et les Musulmans avaient cru avoir de ne pas pousser les Francs à bout24.

  • 25 I. F., 189 r°.
  • 26 I. F., 174 r° ; la date est suspecte (avril 1148), puisque c’est le moment où Louis VII est à Antio (...)
  • 27 I. F., 194 r°. Il indique une défaite de N. à la Boqaïa, par confusion avec 1163.
  • 28 I. F., 194 v°, 195 r°.
  • 29 On a vu le rôle de ‘Alî vingt ans plus tôt en Syrie centrale (supra, p. 348). D’après ‘Az., 531/113 (...)

15On s’aperçut immédiatement de cette conséquence dans l’ardeur qu’apporta Noûr ad-dîn à combattre les Francs du nord. Il n’attendit même pas la levée du siège de Damas pour les attaquer, les sachant réduits à leurs propres forces. On le voit attaquer Joscelin, qui vient personnellement solliciter sa clémence25, et peut-être faire un raid vers Arzghân26 ; après l’affaire de Tripoli dès la fin de septembre il enlève al-Bâra27. À un moment indéterminé, sans doute en représailles des attaques récentes de Qilîdj Arslân sur Mar‘ach, Raymond d’Antioche conduit un raid vers le nord ; Mas‘oûd sollicite une diversion de Noûr ad-dîn, qui va occuper le bas Nahr al-aswad (Koûmîth, ‘Anâqib, Marâsya, Yaghrâ)28. Là, il est vrai, il a trop présumé de son étoile. Raymond, entre temps revenu et se trouvant à Djabala, accourt en compagnie de son allié le chef assassin kurde ‘Ali b. Wafâ29, surprend. Noûr ad-dîn campé sous Yaghrâ sans méfiance, et, à la suite d’un combat où la situation des musulmans a été compromise par un accès de jalousie de Chîrkoûh contre Ibn ad-Dâya, le réduit à fuir en abandonnant tous ses bagages (novembre). Mais ce ne fut là qu’un heureux coup de main, d’où ne résulta aucune reconquête importante ; Noûr ad-dîn ayant sans peine refait ses forces à Alep, put dès le printemps refouler Raymond venu razzier le Djabal Laïloûn, puis inquiéter Apamée.

  • 30 Et non au-delà d’Inab comme on a cru ; le lieu du combat est appelé Fons Muratus par les Latins, Ar (...)
  • 31 Qal., 307 G 290 ; Azr., 175 r° ; I. Djauzî, 121 ; T. As., Vie de Noûr ad-dîn Mahmoud ; Boustân, 543 (...)

16Enfin, cette vengeance ne lui suffisant pas, il fit appel à Euneur, qui lui envoya un gros renfort, et à de nombreux Turcomans, et vint assiéger Inab, clé du Roûdj inférieur et du Ghâb. Raymond accourut à Tell-Kachfahân ; Noûr ad-dîn, le croyant en forces, se retira ; la concentration franque n’était pas achevée, mais Raymond ne voulut pas laisser échapper l’occasion de renforcer la faible garnison d’Inab. Cela fait, ‘Alî ibn Wafâ le pressait de repartir se mettre en sûreté ; mais la retraite de Noûr ad-dîn en avait imposé aux barons, qui trouvaient lâche de se retirer ; Raymond ne sut pas leur résister, et la petite troupe campa dans la plaine entre Inab et les marais du Ghâb30, position d’issue difficile s’il en fut. Noûr ad-dîn guettait ; informé de l’infériorité numérique des Francs, il vint pendant la nuit disposer ses troupes sur les hauteurs, et à l’aube donna le signal d’attaque. Raymond se comprit perdu ; il parvint à rassembler ses hommes, à essayer la « fameuse charge » ; mais cette charge est sans prise sur un ennemi qui survient dispersé de tous côtés ; c’est alors un corps à corps dans la poussière et le vent ; la fuite est impossible ; presqu’aucun des Franc n’échappa, la moitié furent tués, le reste pris. Parmi les morts se trouvait, avec ‘Ali b. Wafâ et Renaud de Mar‘ach, Raymond lui-même, dont la tête enchâssée dans l’argent fut envoyée par le vainqueur au calife ; le butin, distribué aux alliés orientaux, répandit au loin la gloire de Noûr ad-dîn (29 juin 1149)31.

  • 32 Qal., 309 G 294 ; I. A. At., 180 ; I. F., III, 15 r°, 16 r° ; Chron. An. Syr., 299 ; G. T., 775 ; L (...)

17Les conséquences du désastre d’Inab furent très graves pour la Syrie du nord : tout de suite et sans coup férir, Noûr ad-dîn occupa Tell-Kachfahân, Arzghân, Bezmechân, bref tout le passage de l’Oronte au Roûdj, puis Artâḥ, ‘Imm, Salqîn, Tell ‘Ammâr et un peu plus tard Ḥârim. Il dévastait même la plaine d’Antioche et paraissait devant le couvent de Saint-Siméon et Souwaïdiya. Peut-être espérait-il que sous l’effet de la terreur Antioche se rendrait sans résistance, comme les garnisons des forteresses déjà prises, et il est bien possible que des indigènes y aient songé ; le patriarche Aimery, sachant la ville capable de soutenir un long siège, organisa la résistance, obtint une brève suspension d’armes locale de Noûr ad-dîn en lui promettant de capituler s’il n’était pas secouru, et fit appel à Baudouin III, qui, avec des Templiers engagés à la hâte, parvint à déjouer la surveillance ennemie et à introduire ses renforts dans Antioche. Mais entre temps Noûr ad-dîn avait été seconder son lieutenant Çalâh ad-dîn, occupé au siège d’Apamée, et à la fin de juillet cette place s’était rendue. Baudouin arrivé, Noûr ad-dîn accepta une trêve ; mais le résultat était là : la chevalerie antiochienne décimée, tout le territoire à l’est de l’Oronte perdu, la capitale franque presqu’aux portes du pays ennemi32.

  • 33 Boustân, 544 ; I. F., III, 16 r°-v° ; Grég.,162 ; Mioh., 290 ; Lettres à Evrard ; G. T., 775-776. I (...)
  • 34 ‘Azr., 175 r° ; Mich., 290, 294 ; Grég., 163.

18Le pire fut que Noûr ad-dîn ne se trouva pas le seul à profiter du désastre des Francs, ni Antioche la seule à en souffrir. Joscelin II, d’abord indifférent à la mort de son ancien ennemi, ne tarda pas à s’éveiller à un sentiment plus juste de la situation. Renaud de Mar‘ach mort sans héritier, il avait annexé son fief, mais n’avait pu pour autant en organiser la défense ; et attirés par cette circonstance, simultanément arrivaient au nord Mas‘oûd le Seldjouqide, au nord-est Qara Arslân l’Artouqide. Dès l’été 1149, Mas‘oûd enlevait Mar‘ach dont le clergé et la garnison, malgré les clauses de la capitulation, furent massacrés sur la route d’Antioche ; puis il allait prendre Sâm et Douloûk et dévaster les environs de Tell-Bâchir. Joscelin cette fois put l’écarter par un tribut, parce que Baudouin III envoyait en hâte, sous son connétable Onfroi de Toron, un renfort vers Tell-Bâchir, et surtout sans doute parce que Noûr ad-dîn agit en médiateur33. Les rapports de ce dernier avec Mas‘oûd sont un jeu savant : de Mar‘ach, le Seldjouqide avait demandé l’aide de Noûr ad-dîn, qui, ne pouvant refuser de secourir un musulman contre des chrétiens sans désavouer toute sa politique, lui envoya Chîrkoûh34 ; et certes il ne pouvait que gagner à l’affaiblissement des Francs sur leur frontière nord. Mais on conçoit qu’il n’en tenait pas moins à éviter l’installation de Mas‘oûd en Syrie et soit à l’éloigner de conquêtes plus méridionales soit à les opérer avant lui. D’où sa médiation à Tell-Bâchir.

19En même temps Kara Arslân de Ḥiçn Kaïfâ et Khartpert qui, délivré par la mort de Zengi de ses inquiétudes djéziréennes, n’avait plus de raisons de ménager les Francs, enlevait Bâboûlâ à son seigneur arménien, puis attaquait Gargar, dont il poursuivit les habitants en fuite jusque dans la montagne de Mar Barçauma ; l’année suivante, il reparaissait devant Gargar et Tighenkar ; en vain Joscelin envoyait-il contre lui, avec Basile de Gargar, un autre Arménien, Grégoire de Kiaḥtâ et Hiçn Mançoûr, et le Franc Mahieu de Kaïsoûn : ils furent pris par Qara Arslân, et les deux seigneurs arméniens durent accepter l’échange de leurs châteaux contre des places que leur donna Qara Arslân à l’intérieur de ses états (début de 1150).

  • 35 Il aurait capturé le porte-drapeau de Noûr ad-dîn et l’aurait envoyé à Masoûd. Cet épisode, qui ne (...)
  • 36 Les circonstances sont rapportées de façons diverses : les raisons du voyage sont la chasse (I. A., (...)

20Dans l’hiver 1149-1150, Joscelin remporta peut-être un succès sur Noûr ad-dîn mais sans lendemain35. De toute façon, ses états étaient parcourus en tous sens par des Turcomans ; en avril 1150, comme il se rendait à Antioche, il se trouva accidentellement séparé de son escorte et, entre ‘Azâz et Cyrrhus, pris par des Turcomans, qui le livrèrent à Noûr ad-dîn ; il fut enfermé à Alep, où, après avoir eu les yeux crevés par ordre de Noûr ad-dîn, il devait mourir après neuf ans de dure captivité36.

  • 37 J’ai à tort dans Diyâr Bakr, 254, contesté les quatre dernières annexions ; en effet si I. A., XI, (...)
  • 38 Mich., 297 ; Vartan, 435 ; Chron. Rim., 618.
  • 39 Diyûr Bakr, 255 et n. 1.

21Alors ce fut la curée, et en deux ans à peine tout disparut de ce qui restait du comté d’Édesse. Dès 1150, Timourtach de Mardin, rivalisant avec son cousin de Ḥiçn Kaïfâ, enlevait Samosate, Bîra, Khouroûç, Kafarsoûd, et établissait sa suzeraineté sur Qal‘at ar-Roûm37, abandonnée par la femme de Joscelin au Catholicos Grégoire Bahlavoûnî comme plus capable de la défendre que le seigneur arménien antérieur, Michel38. Timourtach se serait ainsi constitué une nouvelle province si, à la faveur de la distance, son gouverneur à Bîra ne s’était soulevé peu après l’avènement de son fils Alpî et n’avait fait appel à un autre Artouqide, Chihâb ad-dîn ibn Ayâz, qui reconnut la suzeraineté de Noûr ad-dîn39.

  • 40 Boustàn, 545 ; Qal., 311 G 300-301 ; I. F., III, 32 v°, 33 r° et 34 r° ; Grég., 165 ; Mich., 296-29 (...)
  • 41 I. F., VI, 189 v° (d’après Ousâma) ; le même, III, 18 r°, attribue l’intervention et l’intrigue qui (...)
  • 42 Qal. G 301 ; I. F., III, 17 v° et 33 r°.

22De leur côté, Noûr ad-dîn et Mas‘oûd attaquaient Tell-Bâchir, qui devait revenir au second comme dot de la fille de Mas‘oûd, qu’il épousait. Mas‘oûd prit alors prétexte d’une sédition dans ses états pour laisser Noûr ad-dîn seul au siège, mais enleva Kaïsoûn, Behesnî, Ra‘bân, Marzbân au successeur de Mahieu, Renaud ; il remit le tout, ainsi que Mar‘ach, à son héritier présomptif Qilîdj Arslân40. Noûr ad-dîn, renonçant pour l’instant à Tell-Bâchir, prit ‘Azâz, Cyrrhus (juin), puis, après une diversion estivale sur le Krak des Chevaliers41, Tell-Khâlid et Ḥiçn Kerzîn avec le Nahr al-Djauz (octobre)42.

  • 43 G. T., 784 ; Kinnamos, IV. 17.

23Si vaillante que fût la femme de Joscelin, mère de Joscelin III encore enfant, si forte Tell-Bâchir, où affluaient les réfugiés, la situation en devenait de plus en plus critique ; il n’était plus possible de communiquer avec Antioche que par la route détournée de ‘Aïntàb et Marrî, et combien de temps cette route même, menacée au nord et au sud, résisterait-elle ? C’est alors qu’intervint Manuel Comnène. Loin de renoncer aux visées syriennes de son père (il intervenait au même moment en Cilicie), il vit dans la triste condition des Francs une occasion de réaliser des progrès de leur côté. Constance d’Antioche, restée veuve avec deux fils en bas âge’, cherchait déjà, semble-t-il, comme plus nettement plus tard après la captivité de son second mari Renaud, à s’appuyer, en partie pour échapper à la tutelle jérusalémite, sur Manuel Comnène, prolongeant en somme la politique des dernières années de Raymond. Une négociation se noua, ayant pour but de faire acheter par les Byzantins les places possédées encore par Béatrice au nom de son mari Joscelin. Baudouin III accourait alors pour parer au danger causé par la capture de ce dernier. Il n’avait pas été consulté, mais, conscient de l’impossibilité de défendre longtemps Tell-Bâchir, il vit dans la solution byzantine un moyen soit de se procurer une aide, soit de ne pas laisser aux Francs la responsabilité de la défaite totale ; de toute façon mieux valaient les Grecs que les Musulmans. La vente fut conclue ; il ne restait plus qu’à rapatrier les garnisons franco-arméniennes et leurs familles43.

  • 44 I. A., At., 185 K. 107 (II 485), qui croit à tort que Noûr-ad-dîn occupa Douloûk ; G. T., 785-788, (...)
  • 45 G. T., 835, Mich. dans B. H., an 1466 ; le trad. arménien de Mich. 297. I. A., 132, place la prise (...)

24Lamentable exode s’il en fut. Les familles franques attachées depuis deux générations à leur nouveau terroir, les Arméniens trop liés à leur domination pour affronter les Byzantins ou les musulmans, durent s’arracher de leurs maisons, emportant hâtivement leurs affaires, pour suivre dans sa retraite l’armée amenée par Baudouin III pour installer les Grecs et ramener les Francs. On passa par ‘Aïntâb, qu’Onfroi de Toron et Robert de Sourdeval demandèrent en vain au roi de leur inféoder. Noûr ad-dîn, informé de la retraite, accourait le harceler, et, pris entre lui et les lieutenants seldjouqides de Douloûk, les Francs auraient couru un gros danger s’ils n’avaient pu se réfugier à temps dans ‘Aïntâb. Il n’en fallut pas moins repartir, toujours harcelé par Noûr ad-dîn. Du moins Baudouin avait-il organisé la marche avec maîtrise, encadrant les convois entre lui-même en tête, Raymond de Tripoli et Onfroi en queue, les chevaliers d’Antioche sur les flancs, avec défense formelle de se laisser attirer par l’ennemi hors des rangs ; quand les Francs furent engagés dans la montagne, la poursuite devint plus difficile pour les musulmans, qui manquaient de vivres, et les chrétiens purent atteindre la région de Marrî et de là gagner Antioche. Noûr ad-dîn ne voulut pas cependant s’être dérangé en vain, et alla prendre Rawandân, malgré une diversion du « comte » grec de Tell-Bâchir vers Tell-Khâlid, dont le gouverneur musulman le battit44. Ce ne fut, alors l’affaire que de quelques mois d’expulser les Grecs des quelques places qu’ils avaient pu occuper. Au printemps de 1151, Mas‘oûd vint s’emparer de ‘Aïntâb. De son côté Noûr ad-dîn, tout en se dirigeant vers Damas où l’appelaient d’autres ambitions, faisait assiéger Tell-Bâchir par Hasan de Manbidj, qui réduisit la forteresse par la famine en juillet 115145. De l’ancien comté d’Édesse il ne restait plus rien.

III. RECUL DE BYZANCE ET PROGRÈS DE NOÛR AD-DIN JUSQU’EN 1157

25L’achat des forteresses de Béatrice n’était pas un épisode isolé dans la politique de Noûr ad-dîn. Des événements connexes se déroulent à Antioche et en Cilicie.

  • 46 Kinnamos, III, 14.

26À Antioche, à la suite des appels de Constance, Manuel envoie le César Jean, veuf d’une de ses sœurs et d’origine normande, comme candidat à la main de la princesse. Mais celle-ci n’entendait pas épouser sans goût, et Jean était vieux ; de plus les barons latins s’opposaient à un mariage byzantin : Constance refusa donc46. Manuel n’en renoncera pas pour si peu à la politique des mariages, et aura sa revanche dix ans plus tard.

  • 47 Grég., 166 ; Sempad, 619 ; Chron. rim., 504-506 ; Mich., 281.

27En Cilicie, la situation de Byzance était gravement compromise Un fils de Léon Ier, Thoros, avait réussi à se sauver de Constantinople et à gagner Antioche, puis Anazarbe, où avec l’aide de l’évêque jacobite il réunit des partisans ; d’autre part, ses deux frères Sdéfané et Mleh avaient pu se réfugier auprès de Joscelin II. Vers le moment de la seconde croisade, Thoros avait épousé une fille du seigneur franc de Ra‘bân, Simon, et, l’ayant au lendemain des noces aidé à remporter un succès sur des envahisseurs turcs, avait acquis un prestige qui lui permit de s’emparer de plusieurs places de haute Cilicie, puis, vers 1151, d’acquérir même Misîs et Til Hamdoûn et de faire prisonnier le duc byzantin Thomas. Manuel envoya alors en Cilicie son cousin Andronic Comnène, qui assiégea Thoros dans Misis ; mais il se laissa surprendre par une sortie du chef roupénien et écraser avec plusieurs des rivaux arméniens des Roupéniens qui combattaient dans ses rangs ; enfui à Antioche, Andronic ne put que rentrer à Constantinople. Oschin de Lampron se réconcilia alors avec Thoros en mariant son fils à la fille du vainqueur. Thoros est désormais le maître incontesté de la Cilicie (1152)47.

  • 48 Manuel était alors en froid avec son ancien allié Yaghî-Siyân (Mich., 297).
  • 49 Grég., 167-173 ; B. H., 1464-1465 (Mich. arm., 349) ; Sempad, 620 ; Kin-namos, 176.

28Retenu par des guerres en Europe, Manuel chercha à utiliser contre Thoros le sultan Mas‘oûd. Celui-ci allait vers ce moment exiger les armes à la main l’hommage de Dhoû’l-Qarnaïn, successeur de ‘Aïn ad-daula à Malatya. Cette affaire réglée, il parut en Cilicie, où il se laissa d’abord gagner par Thoros à un accord direct omettant les revendications grecques, puis, Manuel ayant sans doute insisté et augmenté ses promesses48, envahit en 1154 la plaine cilicienne avec des forces importantes, et assiégea Til Hamdoûn. Mais un raid conduit par un certain Ya‘qoûb vers Alexandrette aboutit à l’anéantissement de son corps par Sdéfanè aidé des Templiers de Baghrâs, le climat cilicien amena dans les rangs seldjouqides une épidémie, finalement l’armée turque se débanda. Dix mois plus tard, Mas‘oûd mourait (1155), et les difficultés de sa succession assuraient à Thoros tout le répit nécessaire pour achever de consolider sa suprématie. La politique syrienne et cilicienne de Manuel a partout échoué49.

  • 50 Röhrichl, 267-278 ; Grousset, II, 310-324, 339-340, 349-360.
  • 51 G. T., 790.

29Pourtant, du côté franc, les circonstances étaient assez favorables à une extension d’influence byzantine. D’abord le comté de Tripoli et le royaume de Jérusalem furent momentanément affaiblis par des dissensions internes en 1152 (assassinat de Raymond II, guerre civile entre Baudouin III et sa mère). Surtout Baudouin III orientait sa politique dans le sens non plus de la lutte contre les musulmans de Syrie mais contre ceux d’Égypte, dont la faiblesse croissante permettait toutes les espérances : en 1153, il enlevait Ascalon50. Succès appréciable certes, mais succès qui avait amené un rapprochement de l’Égypte avec Noûr ad-dîn, une pression de celui-ci sur ses frontières méridionales, et par contrecoup bientôt son annexion de Damas, qui rendait plus que jamais nécessaire la présence de toutes les forces du roi de Jérusalem sur son territoire. Aussi désirait-il fortement se débarrasser de tout souci du côté d’Antioche en amenant Constance à se remarier. Dès 1150 il lui avait proposé Yves de Nesles, comte de Soissons, alors en Syrie, Gautier de Tibériade, ou Raoul de Merle : Constance les refusa, comme peu après le César Jean. Et ce fut encore en vain qu’en 1152 Baudouin la convoqua à Tripoli à une assemblée solennelle où il la fit admonester par ses deux propres tantes, Hodierne, femme de Raymond II, et Mélisende, reine de Jérusalem51.

  • 52 II était de Chatillon-sur-Loing, comme l’établit Schlumberger, Penaud de Châtillon, p. 3, et non de (...)
  • 53 G. T., 802 ; Mich. arm., 310 ; Kinnamos, 269 ; Tafel-Thomas, I, 133.

30C’est alors que Constance connut Renaud de Châtillon. L’homme qui va remplir de ses prouesses trente-quatre ans d’histoire et de légende syriennes n’était qu’un bien petit seigneur52 ; venu en Syrie avec Louis VII, il était resté à la solde de Baudouin III, qui l’avait envoyé à Antioche. Mais il était beau, intrépide, type de chevalier sans foi ni loi : piller, piller toujours, sans souci des suites politiques, telle est la passion dont un tiers de siècle de dure expérience ne le guérira pas. Il enthousiasma Constance, qui l’envoya chercher à Ascalon l’autorisation royale à leur mariage. Séduit par la bravoure de l’homme, jugeant que l’essentiel était que Constance enfin se remariât, Baudouin acquiesça sans difficulté, et, à la stupeur générale, le mariage fut célébré (au plus tard au début de mai 1153)53. Comme plus tard à Jérusalem, Renaud allait, pendant les sept ans et demi de son gouvernement à Antioche, lui apporter à la fois des avantages par son audace, là où le danger était faible, et des épreuves par sa légèreté, là où le danger était grand.

31Tout le monde ne fut pas content de l’avènement de Renaud. On parlera ailleurs de ses rapports avec le patriarche Aimery. Manuel Comnène a priori ne pouvait voir d’un bon œil ce parvenu arrivé au pouvoir sans son avis. Néanmoins un accord se conclut vite entre eux. Manuel, ne pouvant plus compter sur les Turcs de Qonya, avait besoin d’un nouvel allié contre Thoros qui pour, le moment était plus dangereux pour Byzance que Renaud ; et Renaud ne demandait pas mieux que de se faire agréer en rendant au basileus un service militaire bien payé. Que Thoros eût été jusqu’alors le protégé des Francs et que son alliance pût être utile, il n’y songea pas : il fut convenu que Renaud attaquerait Thoros, et que Manuel payerait les frais.

  • 54 G. T., 385, Mïch. dans B. H., an 1466 ; le trad. arménien de Mich donne une version plus favorable (...)

32Les hostilités éclatèrent en 1155. Elles eurent pour théâtre la région du golfe d’Alexandrette, récemment reconquise sur les Grecs par Thoros, mais que Renaud revendiquait pour lui ou pour les Templiers, comme ayant fait partie de la principauté encore au moment de l’expédition de Jean Comnène. Le détail des opérations est mal connu ; Renaud dut remporter des succès, mais peu décisifs ; Thoros finit néanmoins par céder la région d’Alexandrette aux Templiers54. La principauté y gagnait, non Manuel ; aussi, lorsque Renaud lui réclama l’acquittement des frais, Manuel évita de répondre tout de suite, désirant sans doute envoyer une armée en Cilicie qui, en occupant le pays, pourrait mesurer le service rendu. Mais alors Renaud se jugea trompé, et brusquement s’allia avec Thoros contre les Grecs. Les nouveaux amis firent d’abord à ceux-ci une petite guerre sur les frontières de Cilicie ; puis, comme le produit était maigre, Renaud tout d’un coup jeta son dévolu sur Chypre.

  • 55 Tafel-Thomas, I, 124 ; G. T., 835.
  • 56 G. T., 835 (qui paraît dater le fait de l’année après 1154, mais sans précision et saute tout de su (...)

33On ne sait presque rien de Chypre au xiie siècle. Sa position insulaire avait dû, en lui épargnant les invasions, lui valoir une relative prospérité ; elle entretenait des rapports commerciaux avec la côte syrienne, qui, à quelques vexations administratives près, n’avaient pas donné lieu à de sérieux conflits55. Néanmoins il était naturel que la diminution des ressources des Francs en Syrie leur fissent jeter un œil envieux sur l’île. À cet égard, l’expédition de Renaud est plus qu’un fait divers de banditisme : un tiers de siècle plus tard, les Francs rejetés à la côte occuperont Chypre comme base militaire et refuge économique. Renaud organisa donc le premier de ces raids maritimes dont il devait plus tard donner sur la Mer Rouge un autre mémorable exemple ; la population était sans défense, et bien que prévenue par des Jérusalémites ne put empêcher le débarquement de Renaud et Thoros ; le gouverneur Jean Comnène et son lieutenant Michel Branas furent faits prisonniers, la garnison de la capitale, Nicosie, réduite à l’impuissance, et pendant plusieurs jours les Franco-arméniens parcoururent l’île, volant, brutalisant, ramassant un butin colossal accru de contributions forcées. Après quoi les deux compères rentrèrent chez eux, où ils eurent tôt fait de dilapider leur récente fortune (1156). On conçoit qu’un pareil exploit n’ait plus laissé de place en Manuel qu’à un désir impatient de vengeance56.

34Que Renaud et Thoros fissent des progrès aux dépens des Byzantins n’aurait pas eu d’inconvénient pour eux s’ils n’avaient ainsi d’autant diminué les forces susceptibles d’être opposées à Noûr ad-dîn. Or celui-ci avait déployé depuis 1149 une remarquable activité, que la liquidation des possessions de Joscelin était loin d’avoir épuisée. Exploitant toutes les possibilités présentes sans jamais compromet Ire l’avenir, il avait en quelques années pris pied en Djéziré, réalisé à son profit l’unité de la Syrie, et entamé les possessions du successeur de Mas‘oûd.

  • 57 Azr., 174 v° ; I. A. At., 171-175 ; I. F., III, 9 v°, 13 r° ; T. S., 541. Noûr ad-dîn avait donné H (...)

35En Djéziré, Saïf ad-dîn, en 1149, était mort. Il avait été remplacé par son frère Qotb ad-dîn, bien que certains émirs eussent préféré son cadet Nouçrat ad-dîn Amîramîràn, qu’il fit incarcérer, et d’autres Noûr ad-dîn ; appelé par le gouverneur de Sindjàr, ce dernier accourut avec une poignée d’hommes, et s’assura le secours de Kara Arslân de Ḥiçn Kaïfâ, cousin et rival de Timourtach dont la fille, fiancée à Saïf ad-dîn, venait d’être épousée par Qotb ad-dîn. Sindjâr prise, il se prêta d’ailleurs à l’échange que lui suggéra le talentueux vizir de Mossoul, Djamâl ad-dîn al-Içfahânî, et, reconnaissant Qotb ad-dîn, reçut de lui Rahba et Homç ; il occupa aussi Harrân57.

36À Damas, Mou’in ad-dîn Euneur était mort en 1149. Par deux fois (1149 et 1151) Noûr ad-dîn était alors venu devant Damas, sous prétexte de protéger la ville contre les Francs et d’en requérir contre eux les secours ; le prince de Damas Moudjîr ad-dîn Abaq ne doutait pas des ambitions de Noûr ad-dîn, et renoua l’alliance franque interrompue par la politique de la deuxième croisade et de Mélisende ; Baudouin III, tourné vers l’Égypte, n’en comprenait que mieux le danger de l’unification éventuelle de la Syrie, et en 1149 comme en 1151 l’intervention franque sauva Damas d’une attaque de Noûr ad-dîn. Mais la population damasquine souffrit du peu d’appui prêté en 1153 par Abaq à Noûr ad-dîn pour sauver Ascalon, et ressentait l’alliance franque comme un protectorat vexatoire. Abaq était faible ; des intrigues naissaient, qu’encourageait Noûr ad-dîn, en même temps qu’il interceptait les approvisionnements de la ville. Finalement tous les Damasquins en vinrent à préférer Noûr ad-dîn ; une intrigue lui ouvrit la ville, sans que les Francs eussent eu le temps d’intervenir. De graves hostilités autour de Bânyâs en 1157 témoigneront que la menace musulmane, grave surtout pour Antioche jusqu’alors, s’étendait maintenant à tous les Francs ; la Syrie musulmane était unifiée.

  • 58 Qal. G. 324 ; Ousâma Hitti, 611 ; I. F., lit, 26 v° ; Nicétas, 152 ; Grég., 176 ; Mich. arm., 357 ; (...)
  • 59 QaI. G 327 ; Grég., 176-183 ; Mich., an 1467 ; Kinnamos, IV, 16.

37En même temps, Mas‘oûd de Qonya étant mort (1155), une lutte avait éclaté entre son successeur Qilîdj Arslân, allié aux Dânichmendites Dhou’l-Noùn de Qaïsariya et Dhou’l-Qarnaïn de Malatya, et son frère Chàhînchàh d’Ankara, que soutenait Yâghî-Siyân, dans l’espoir de recouvrer une partie des territoires autrefois cédés à Mas‘oûd ; Qilîdj Arslân ayant finalement été vainqueur près d’Aqsarâï, les adversaires firent la paix ; mais Yâghî-Siyàn avait auparavant sollicité l’alliance de Noûr ad-dîn, et celui-ci, trop heureux de pouvoir sans risque se débarrasser des postes seldjouqides des confins syriens, avait conquis ‘Aïntàb, Douloûk, et Marzbân58, tandis que Manuel Comnène, profitant des mêmes circonstances, récupérait les places d’Isaurie enlevées par Mas‘oûd. Au même moment encore une vive effervescence se manifestait parmi les populations presque toutes chrétiennes de Kaïsoûn et Behesnî, naguère encore sujettes des comtes d’Édesse, et, avec leur complicité, Sdéfané, frère de Thoros, parvenait à enlever un instant Pertous près de Mar‘ach et à conduire un raid jusqu’à Behesnî. Seule la venue et la sage tolérance de Qilîdj Arslân, faisant contraste avec les persécutions antérieures de gouverneurs maladroits, rétablirent l’ordre (1157). Fait intéressant, il envoya alors des ambassadeurs à Thoros, à Renaud de Châtillon, et à Baudouin III, en vue de constituer une coalition contre Noûr ad-dîn59. On ne voit pas que, pour une raison ou pour une autre, la négociation ait eu de suite ; elle n’en témoigne pas moins de la naissance d’une rivalité entre les maîtres de la Syrie et de l’Anatolie, qui durera un siècle.

IV. La crise de l’état de Noûr ad-Dîn et la campagne syrienne de Manuel Comnène

38Si les années antérieures à 1157 peuvent se résumer par un recul byzantin et d’amples progrès de Noûr ad-dîn, la seconde moitié de 1157 marque un tournant brusque au-delà duquel les états de Noûr ad-dîn traversent une crise, tandis que la prépondérance byzantine se réaffirme.

  • 60 I. F., III, 86, r° Noûr ad-dîn contre Antioche, 1155), Qal. G 325 et I F., III, 94 r° (Renaud contr (...)
  • 61 Qal. G 328 sq. ; I. A., 144 (11 503) ; Azr., 182 r° ; I. Djauzi, an 552 ; Sib, 140 ; Kamal, ROL II (...)

39Entre Renaud et Noûr ad-dîn, l’un et l’autre occupés ailleurs, il n’avait été échangé en 1155-1156 que de menus raids sans conséquence60. Mais dans l’été de 1157 se produisit une série de terribles secousses sismiques qui éprouvèrent Chypre, le comté de Tripoli, Djabala et Lattakié, mais surtout toute la Syrie musulmane du nord, d’Alep à Homç, en passant par Kafartâb, Apamée, dont les citadelles furent ruinées, Chaïzar, où toute la famille seigneuriale des Banou Mounqidh périt ensevelie sous les décombres, et Ḥamâh, qui fut si éprouvée qu’elle laissa son nom au tremblement de terre61. La région était donc en état de moindre résistance au cas où les Francs l’attaqueraient. Or peu auparavant était justement arrivé en Orient le comte Thierry de Flandre, avec de notables renforts. Baudouin, Raymond III de Tripoli, Renaud (qui avait un peu plus tôt secouru le roi de Jérusalem à Bânyâs) se rassemblèrent donc près du Krak des Chevaliers, puis, après un vain essai pour emporter Chastel-Ruge, à Antioche, pour préparer une campagne contre Noûr ad-dîn.

  • 62 I. A. At., 200, I. F., III, 109 v°. La date est peu clairet ; l’occupation dut être antérieure à la (...)
  • 63 Qal. G 341 ; I. F., 109 v°, 110 r° (d’après I. A. T.) ; G. T., 849 ; Grég., 183 ; Derenbourg, Vie d (...)

40Quant à celui-ci, accouru vers ‘Imm pour prévenir toute attaque, il avait fait réparer en hâte grossièrement les forteresses les plus éprouvées ; et il avait même profité de la mort du dernier Mounqidhile pour s’emparer des ruines de Chaïzar et mettre ainsi fin à la dernière seigneurie indépendante qui compromit la continuité de ses étals et d’où, encore récemment, se nouaient des intrigues contre lui avec les Francs62 ; il avait donné la place à Ibn ad-Dâya, puis était reparti vers Sermîn et Inab surveiller les mouvements éventuels des Chrétiens. Mais au milieu d’octobre il tomba malade, et cette circonstance allait être à l’origine d’une crise qui donna aux Francs une chance supplémentaire63.

  • 64 Qal. G 341-343 ; I. A. T. dans I. F., III, 110 r°, 111 r° (Chron. chiite, 9-11), cf. A. Ch., 110 ; (...)

41En effet très vite la maladie de Noûr ad-dîn devint si grave qu’on désespéra de sa vie. Tout en se faisant transporter à Alep, il prenait en hâte des dispositions pour sa succession ; comme il n’avait pas encore de fils, il désigna pour le remplacer son jeune frère Nouçrat ad-dîn, qui, libéré, était venu se mettre à son service et venait de se distinguer devant Bânyâs. Cependant il était convenu que Chîrkoûh, dont il fallait à la fois récompenser les services et prévenir le mécontentement, recevrait en fief Damas, dont son frère Nadjm ad-dîn Ayyoûb (le père de Saladin) était gouverneur militaire. Mais à Alep, l’administration appartenait à Ibn ad-Dâya, et, comme Nouçrat ad-din était resté à Zerdâna avec l’armée, le bruit courut qu’Ibn ad-Dâya se préparait à prendre le pouvoir pour lui-même : éventualité que son sunnisme rigoureux rendait redoutable pour les Chiites. Aussi ces derniers firent-ils en hâte appeler Nouçrat ad-dîn, qu’ils savaient sympathiser plus ou moins ouvertement avec eux, et ils l’introduisirent de force dans la ville. Sous la direction d’Abou Ṭayyî (père d’Ibn abî Ṭayyî) le jeune prince se fit prêter hommage par les notables, laissant brutaliser ceux qui, comme Ibn al-’Adjamî, s’y refusaient ; en même temps éclatait dans toute la ville une vaste émeute chiite, débordement des rancunes refoulées depuis huit ans ; les tavernes, la madrasa sunnite d’Ibn abî ‘Açroûn étaient saccagées ; et Nouçrat ad-dîn accepta le rétablissement des droits cultuels anciennement possédés par les Chiites, qui expulsèrent de la grande mosquée les prédicateurs sunnites. Nouçrat ad-dîn sollicitant le droit d’entrer dans la citadelle, Ibn ad-Dàya le lui refusa ; alors les chiites en entreprirent le siège en règle. Ils étaient persuadés que Noûr ad-din était mort et qu’Ibn ad-Dâya le cachait ; Noûr ad-dîn fut amené à une fenêtre, méconnaissable mais vivant. Si grand était le prestige de l’homme que les assiégeants perdirent la tête ; Nouçrat ad-dîn implora son pardon et fut envoyé à Ḥarrân ; pour le reste de la population, on affecta provisoirement de croire à un loyalisme mal entendu. Le symptôme n’était pas moins grave, et l’armée musulmane, dont la force était dans le chef, s’était dispersée comme poussière au vent, au moment même où les Francs allaient attaquer64.

42Ceux-ci choisirent comme objectif Chaïzar. Renforcés par Thoros, ils poussèrent activement le siège, et en quelques jours occupèrent la ville basse, dont la population était démoralisée. La citadelle, bien que défendue par une bande d’Assassins qui avaient espéré s’en emparer à la faveur du tremblement de terre, paraissait devoir succomber vite, lorsqu’éclata un de ces dissentiments stupides dont l’histoire féodale offre trop d’exemples : Baudouin III désirait donner Chaïzar à Thierry, qui avait les ressources nécessaires pour la défendre ; Renaud, rappelant que Chaïzar avait souvent payé tribut à Antioche, demandait l’hommage de Thierry ; Thierry ne pouvait admettre, lui comte de Flandre, de prêter hommage à un petit seigneur comme Renaud. Bref, le siège fut abandonné, et les Francs se bornèrent à occuper en route, de façon toute provisoire, la citadelle d’Apamée.

  • 65 Qal. G 342-344 (I. A. passe soigneusement ces faits) ; Mich, arm., 351, 353 ; Chron. an. syr., an 3 (...)

43Toutefois le dissentiment n’alla pas plus loin. À la place de Chaïzar on attaqua Ḥârim (décembre). Le siège fut bien conduit, avec mangonneaux, tours, soldats répartis en groupes ayant chacun leur tâche, tandis que les fourrageurs allaient impunément chercher des vivres jusqu’aux portes d’Alep. Le gouverneur du château ayant été tué par un mangonneau, la garnison musulmane capitula (février 1158). Redressement appréciable pour la sécurité d’Antioche et dont on conçoit que Thierry ait tiré un certain orgueil. Pour le moment il se retira dans le royaume avec Baudouin ; Ḥârim devait être concédé à un de ses compagnons, Renaud de Saint-Valery65.

  • 66 Qal. G 346 ; I. F., III, 117 v°, 118 r° ; G. T., XVIII, 21 ; cf. Röhricht, 294, Grousset, 390 sq.
  • 67 Roustân, 554 ; I. F., III, 116 r°, 123 r° ; Qal. G 350-352, 356 ; I. A., 166 (H 516) et ses plagiai (...)
  • 68 Boustân, 558, 559 ; I. F., III, 116 r°, 125 v°, 139 r° (Chron. chiite, 11- 12), 196 v°, 204 r° et I (...)

44Dès que Noûr ad-dîn fût guéri, il essaya de prendre sa revanche, en profitant de ce que l’Égypte, tombée depuis de longues années en déliquescence, avait maintenant en Ṭalâ‘î ibn Rouzzîk un vizir énergique ; mais l’action combinée qu’ils entreprirent contre Baudouin III échoua, tandis que Renaud de Châtillon pillait le Djazr. Noûr ad-dîn demanda une trêve66. Puis il tomba de nouveau malade, à Damas, et tandis qu’il faisait appeler son frère Qotb ad-dîn de Mossoul pour recueillir éventuellement sa succession, des émirs intriguèrent avec Nouçrat ad-dîn, qui serait accouru à Damas si Ibn ad-Dâya n’avait intercepté la correspondance, ce dont le seigneur arabe chiite de Qal‘a Dja‘bar le prévint67. Qotb ad-dîn, après avoir remis son voyage rendu inutile par la guérison de Noûr ad-dîn, devait venir auprès de lui peu après pour résister à Manuel Comnène, et, une fois le danger passé, les deux frères devaient aller enlever Ḥarràn, qui fut donnée à ‘Alî Kutchuk d’Irbil ; Nouçrat ad-dîn, réfugié chez Qilîdj Arslân, devait l’accompagner en 1162 à Constantinople, puis passer chez les Francs de Jérusalem, rentrer dans les rangs musulmans en 1164 à la bataille de Ḥârim et mourir à Ḥiçn Kaïfâ en 1165 sans avoir obtenu son pardon. En 1163, Noûr ad-dîn devait aussi par ruse capturer le seigneur de Qal‘a Dja‘bar et mettre fin ainsi à la dernière seigneurie arabe chiite qui subsistât en bordure de ses états68.

  • 69 G. T., 846, 857-858 ; Grég., 186-189.

45Mais en même temps que Nouçrat ad-dîn, un danger aussi grave avait paru menacer Noûr ad-dîn en la personne de Manuel Comnène. En 1158 ce dernier, libre enfin de préoccupations européennes, décidait de venir en Orient rétablir une situation dont le sac de Chypre avait montré la périlleuse fragilité. Il y était encouragé par l’attitude de Baudouin III, qui, comme déjà en 1150, considérait l’alliance, voire le protectorat de Byzance, comme le moins mauvais remède possible au danger musulman croissant, et avait en 1157 fait demander à Manuel la main d’une princesse byzantine, en même temps qu’il promettait de s’opposer à tout nouveau dessein de Renaud de Châtillon contre les Grecs. Manuel ne répondit que lorsqu’il fut sûr d’aller en Syrie ; mais la politique matrimoniale, il l’avait montré quelques années plus tôt, étant conforme à ses idées, il envoya alors à Baudouin la jeune Théodora Comnène, qui, en l’absence d’un patriarche à Jérusalem, fut mariée au roi par celui d’Antioche, alors réfugié dans cette ville (septembre 1158)69.

46À cette date Manuel était déjà entré en campagne, et il avait si bien fait mystère de ses intentions que ni Renaud ni Thoros n’avaient pu faire aucun préparatif. Thoros eut juste le temps de se sauver dans la montagne, tandis que la plaine cilicienne entière tombait entre les mains des Grecs ; Renaud ne pouvait compter sur aucun secours : il avait écrit à Louis VII pour lui demander de marier ses filles, mais il ne pouvait s’agir d’appui militaire proche ; il s’était mis mal avec son patriarche, qui allait par rancune jusqu’à intriguer avec les Grecs ; de Baudouin III, qui avait désapprouvé sa politique, il ne savait trop s’il pouvait compter sur un intérêt pour sa situation personnelle en dehors des intérêts francs généraux. Au surplus, Manuel allait si vite que même Baudouin n’avait pas le temps d’intervenir.

47En réalité, la faiblesse de Renaud était pour lui le salut. Comme le lui expliqua le perspicace évêque Gérard de Lattakié, une volonté de prestige, non de conquête, dictait la conduite du basileus ; il ne voulait que soumettre et humilier le prince d’Antioche, non le supprimer ; et cette humiliation, il lui était bien plus facile de l’obtenir avec le faible prince qu’était Renaud qu’avec un remplaçant quelconque, plus facile aussi s’il aboutissait à un accord avant que Baudouin III eût pu s’interposer. La réconciliation de Renaud avec Manuel Comnène fut donc surtout une question de mise en scène. L’offre de livrer sa citadelle n’ayant pas été agréée, Renaud se mit à la discrétion du basileus. Après avoir traversé Misîs en costume de pénitent, Renaud dut se prosterner dans la poussière aux pieds de l’estrade de Manuel, tandis que ses compagnons tendaient des mains suppliantes et qu’assistaient les ambassadeurs de tous les princes de l’Asie occidentale. Le basileus fit durer le plaisir et l’écœurement des Francs. Du moins Renaud garda-t-il sa principauté, comme vassal, astreint à livrer sa citadelle et à envoyer un contingent militaire à toute réquisition ; il promettait de n’accepter qu’un patriarche grec, mais, soit que celui-ci, Sôtericos, ait marqué peu d’empressement à venir à Antioche, soit pour toute autre raison, Manuel ne l’envoya en fait dans cette ville qu’en 1165.

48Pendant ce temps arrivait à Antioche Baudouin III ; il fit demander à Manuel une entrevue ; le basileus se méfiait un peu de la part que le roi de Jérusalem paraissait vouloir prendre dans des affaires qui, selon lui, étaient d’ordre purement intérieur byzantin ; mais, désirant par ailleurs connaître son neveu et flatté de trouver en lui un nouveau satellite, il accepta de le rencontrer, et presque tout de suite d’excellents rapports se nouèrent entre eux, dûs à la déférence digne du jeune roi et à la latinophilie de Manuel. Un accord fut conclu entre eux, où l’on a voulu voir une marque de vassalité de Baudouin, parce qu’il offrait à Manuel un contingent militaire ; mais c’était là en réalité une clause d’alliance, comme Manuel devait par exemple en avoir bientôt avec Qilîdj Arslàn, et en échange de laquelle Baudouin avait obtenu une diminution du contingent antiochien, au plus grand bénéfice des Francs de la principauté. Baudouin se trouvait donc en fait le protecteur des Antiochiens contre les excès de l’ingérence byzantine en même temps qu’il garantissait à Byzance leur fidélité. Bien plus : Baudouin sut étendre les avantages de son attitude à Thoros. Contre le prince arménien Manuel préparait une campagne qui, dans le Taurus, ne pouvait qu’être difficile ; Baudouin désirait que le protecteur byzantin, accepté aux dépens de l’orgueil latin, eût au moins ses forces disponibles pour la lutte contre, Noûr ad-din ; enfin Thoros savait bien ne pouvoir conserver la plaine cilicienne, et, pour ses possessions de montagne, la garantie de Baudouin conférait à ses promesses de fidélité une valeur que seules elles n’auraient point eue. Thoros obtint donc de les conserver moyennant la prestation de l’hommage au basileus. Baudouin, grandi par le prestige de conciliateur entre chrétiens qu’il venait de conquérir, quitta alors Manuel, en laissant auprès de lui son frère Amaury.

  • 70 G. T., 8G0 ; Kinn., IV, 18-21 ; Nicétas, III, 3 ; Prodromos, H. Gr. Cr., II, 752, 756 ; Mariasses B (...)

49Le rétablissement de la prépondérance byzantine dans l’entente avec les Francs fut matérialisé peu après Pâques 1159 par l’entrée triomphale de Manuel Comnène dans Antioche. Toutes les précautions avaient été prises, pour éviter la répétition des incidents de 1138. Dans un appareil destiné à faire impression, le basileus, reçu par le clergé latin, patriarche en tête, pénétra dans la ville accompagné de la garde varègue, tandis que le reste de l’armée byzantine campait aux portes de l’enceinte ; Baudouin, revenu pour la circonstance, suivait, à cheval comme Manuel mais, à la différence de lui, sans armes ; Renaud à pied tenait les rênes du basileus. Les bannières impériales flottaient sur la citadelle. Pendant des jours et des jours, ce ne furent que fêtes, distributions au peuple, tournois où Manuel désirait se montrer l’égal des meilleurs chevaliers francs. L’amitié de Manuel pour Baudouin était si manifeste que, le roi de Jérusalem s’étant foulé le bras au cours d’une partie de chasse, Manuel tint à le soigner lui-même. Enfin tout le monde était en liesse70.

50L’expédition de 1158-1159 marque le début d’une période d’un peu plus de vingt ans où l’influence byzantine va dominer la politique syrienne et la suzeraineté byzantine être reconnue à Antioche. De cette situation il importe de saisir le véritable caractère. Jamais Antioche n’avait encore reconnu la thèse byzantine selon laquelle la principauté faisait partie de l’empire « romain », et, au contraire, la communauté de peuple la rapprochait étroitement de Jérusalem, dont le roi, par son titre, par le hasard des minorités successives à Antioche, avait acquis peu à peu sur celle-ci une sorte de protectorat de fait ; Baudouin III était même, à titre personnel, le suzerain de Renaud. Antioche formait donc la transition entre deux systèmes politiques. Seul en présence des Grecs, l’orgueil franc de la principauté n’eut jamais accepté, à moins d’y être contraint par la force, de se plier à une suprématie byzantine. L’alliance de Manuel et de Baudouin, qui, malgré l’inévitable déférence du second pour le souverain bien plus puissant qu’était Manuel, ne comportait aucune subordination du royaume à l’empire, permit aux Antiochiens d’admettre, comme protégés de Baudouin, une suzeraineté qui autrement leur eût été intolérable. Juridiquement, formellement, Manuel évite tout ce qui implique une intervention de Baudouin à Antioche ; en fait, moralement, cela même ne lui est possible que parce qu’il s’exerce sur Antioche une sorte de condominium des deux princes.

51Au reste, tandis qu’en Cilicie est rétablie l’administration directe byzantine, il n’y a à Antioche ni dans la monnaie ni dans les pièces d’archives, de trace de souveraineté byzantine ; il n’y a ni résident, ni garnison, il n’y aura même qu’au bout de six ans et pour cinq ans un patriarche grec.

52Dès 1158 lors de la négociation matrimoniale entre Baudouin et Manuel, ce dernier avait promis aux Francs son secours contre les musulmans ; c’était pour lui le moyen de les convaincre de l’utilité de leur soumission. Au printemps de 1159, de grandes espérances circulaient parmi les chrétiens, de grandes craintes parmi les musulmans. Noûr ad-dîn faisait appeler en Syrie les contingents de tous ses vassaux et alliés djéziréens, commencer la construction d’un avant-mur à Alep, démanteler les places indéfendables (Qoûriç), et il s’établissait à l’est d’Alep, résolu à défendre la ville mais à éviter autant que possible toute bataille. Pendant ce temps les Francs et Manuel concentraient leurs troupes entre le gué de Balana et ‘Imm, avec l’intention, semblait-il, d’attaquer directement Alep contrairement à Jean Comnène.

  • 71 Kinnamos, 279 et Otton de Froisingen parlent d’un complot de fonctionnaires du Palais ; Chron. An. (...)
  • 72 G. T., 864 ; Otton Freis.,442 ; Qal. G 349, 353, 354 ; I. F., 123 v°, 124 r°, Azr., 182 v° ; I. Dj. (...)

53Brusquement on apprit que la campagne n’aurait pas lieu et que la paix venait d’être conclue entre Manuel et Noûr ad-dîn (fin mai 1159). Les intrigues de Constantinople qu’invoquèrent les Byzantins paraissent avoir été tout au plus une cause adjuvante71 ; dès 1158, des ambassades avaient été échangées entre le basileus et Noûr ad-dîn ; s’il était de l’intérêt de Manuel de manifester la puissance du secours qu’il pouvait apporter, il était contraire à son intérêt d’abattre les musulmans de telle façon que ce secours cessât d’être utile, et l’expérience de Jean Comnène n’avait pas été oubliée. En outre, Noûr ad-dîn non seulement ne présentait pour Byzance aucun danger mais pouvait être un allié utile contre Qilîdj Arslân qui, lui, menaçait la frontière grecque. Dès mars 1159, des ambassadeurs byzantins avaient témoigné à Damas de dispositions conciliantes ; Noûr ad-dîn fit offrir à Manuel la libération de tous ses prisonniers francs (parmi lesquels Bertrand fils d’Alphonse Jourdain et le grand maître des Templiers) : proposition suffisamment avantageuse pour sauver le prestige de Manuel. La paix fut conclue, de riches présents échangés, une action parallèle convenue contre Qilîdj Arslân. Mais ce fut chez les chrétiens une immense déception72.

  • 73 Phocas, 541, 549, 553 ; I. F., III, 138 r°-v° ; et infra, p. 545.

54Ce n’est pas que l’expédition byzantine eût été pour eux sans aucun profit. La peur d’une intervention grecque empêchera pendant plusieurs années Noûr ad-dîn d’exploiter à fond ses succès contre les Francs, et l’on va voir que les contingents grecs laissés en Cilicie apporteront plusieurs fois à ces derniers un appui non négligeable. Les pèlerins gagnaient au rétablissement de l’unité de domination de Constantinople à Antioche par l’Anatolie méridionale. Les forces franques d’Antioche pouvant être exclusivement tournées contre l’Islam, quelques raids heureux furent opérés par Renaud vers le Djabal Soummâq ; il résulte aussi de la suite des événements qu’à ce moment ou en 1157 furent récupérés Chîh al-Ḥadîd et Arzghân, ce qui assura la défense du ‘Amouq et de l’Oronte73.

  • 74 Kinnamos, IV, 24 ; Grég., 193, 194, 199 ; Mich., 320 et arm., 353, 357 (B. H., an 1473-1474) ; Azr. (...)

55Quant à Manuel Comnène et Noûr ad-dîn, ils mirent à profit leur accord, comme prévu, pour faire la guerre à Qilîdj Arslân. En 1100, Noûr ad-dîn soumit Ra‘bân, Kaïsoûn, Behesnî et Mar’acli. Manuel, lui, rendant le Seldjouqide responsable des attaques qu’il avait eu à subir de la part de Turcomans pendant son retour de Syrie, négociait avec Yaghî-Siyân, que la mort de Dhou’l-Qarnaïn de Malatya avait de nouveau mis en conflit avec Qilîdj Arslân pour la suzeraineté à exercer sur son successeur. Le Seldjouqide usa de diplomatie ; il fit la paix avec Noûr ad-dîn, dont la femme, sœur de Qilîdj Arslân, alla rendre visite à sa famille. À Yâghî-Siyân il accorda provisoirement le Djahân. À Manuel il promit des rectifications de frontière et, contre subsides, des contingents militaires ; puis, son frère Châhînchâh continuant à intriguer avec les Grecs, il se rendit en personne à Constantinople, où la grandiose réception qui lui fut faite donna l’illusion d’un prince docilement soumis au basileus. Le malin turc savait bien que Manuel était surtout sensible au prestige ; prêter des bandes ne le gênait en rien, au contraire ; ses promesses territoriales non plus, car les Turcomans des frontières étaient autonomes ; en revanche, si Manuel gagnait à la paix de 1162 la liberté d’action en Europe, Qilîdj Arslân en retira la possibilité de se retourner, dès son retour, avec l’aide de Dhou’I-Noûn de Qaisariya, contre Yaghî-Siyâ, alors embarrassé par un conflit avec les Artouqides, puis, lorsque Yaghî-Siyân fut mort en 1164, contre ses faibles successeurs ; si bien que la paix de 1162 devait procurer au Seldjouqide un accroissement de puissance, dont Byzance, douze ans plus tard, devait cruellement s’apercevoir74.

V. La question d’Antioche de 1160 à 1164

  • 75 Mich. ami., 357 ; Chron. an. syr., 302 ; Kamâl, ROL, III, 533 ; Grég., 198 ; G. T., XVIII, 28 ; Azr (...)

56Au moment où Manuel recevait Qilîdj Arslàn, les avantages que sa campagne syrienne avait procurés à Antioche étaient déjà depuis deux ans compromis. Vers juillet 1160, le jeune Joscelin de Courtenay, fils de Joscelin II, conduisant de Ḥarim un raid contre Alep, était capturé et jeté dans la prison où était mort son père et où lui-même allait rester seize ans. Peu après, ce fut au tour de Renaud de Châtillon lui-même de tomber aux mains de l’ennemi ; avec sa coutumière témérité, il avait été exécuter une rafle de troupeaux dans la province de ‘Aïntâb, où l’importance de la population chrétienne lui avait donné l’espérance de la sécurité ; naturellement le retour, avec les bêtes, fut lent ; or Madjd ad-dîn ibn ad-Dâya avait été prévenu, et, lui, était rapide : il surprit Renaud vers le haut ‘Afrîn, et les Francs, poignée d’hommes encombrés, furent presque tous capturés (fin nov. 1160). Renaud devait, comme Joscelin, rester en prison jusqu’en 117675.

  • 76 G. T., 866, 872.

57Renaud pris, qui allait gouverner Antioche ? Constance, ambitieuse, espérait avoir la haute main sur les affaires, puisque le jeune Bohémond III était mineur. Juridiquement, il n’y avait pas de doute que le sort d’Antioche devait être réglé par Manuel Comnène. Celui-ci, pendant ses opérations contre Qilîdj Arslân, avait mis à l’épreuve la solidité de ses gains syriens en convoquant les contingents promis par ses vassaux ciliciens et antiochiens, et en sollicitant même ceux de son allié Baudouin III ; puis, étant devenu veuf, pour resserrer ses liens avec les Francs, il fit demander à Baudouin de désigner pour être sa femme une princesse de Tripoli ou d’Antioche. Mais cette démarche même impliquait que Baudouin était le chef moral des Francs ; les Antiochiens restaient défiants à l’égard des Grecs ; bien des précédents autorisaient une intervention du roi de Jérusalem à Antioche, et, de toute façon, devant le danger extérieur, il était le plus proche. On fit donc appel à lui, et Baudouin, se jugeant sans doute autorisé par ses bons rapports avec Manuel, accourut, assura à Constance un douaire équitable, mais l’exclut du gouvernement, qu’il confia au patriarche Aimery76.

  • 77 G. T., 874-876, 880 ; Kinn., V, p. 287 ; Nicétas, III, 5.

58Cet arrangement fit deux mécontents, Constance et Manuel, qui s’estima frustré dans ses droits de suzerain. Ente eux, une intrigue se noua. Baudouin avait désigné comme future épouse de Manuel Mélisende de Tripoli, qu’il estimait sans doute donner lieu à de moins dangereuses ambitions grecques qu’une princesse d’Antioche, ville limitrophe du territoire byzantin. Les préparatifs furent commencés, mais, au bout d’un an, aucune réponse n’était parvenue, et, aux demandes d’explications de Baudouin, son ambassadeur revint en août 1161 en annonçant que Manuel refusait Mélisende. On conçoit l’indignation du roi et de Raymond de Tripoli ; elle fut telle que les envoyés byzantins gagnèrent prudemment Chypre, dont Raymond fit ravager les côtes pour rentrer dans ses débours. Peu après, Baudouin retourna à Antioche, et là il retrouva ces même ambassadeurs grecs en train de régler le mariage de Manuel avec la fille cadette de Constance, Marie ; bientôt arrivèrent le neveu même de Manuel, Alexis, et de hauts dignitaires byzantins, chargés de célébrer le mariage par procuration. De la volte-face de Manuel on donna à Baudouin des raisons imaginaires ; elle était sûrement une réplique à son intervention à Antioche. Dès le début de l’année une première ambassade était venue négocier secrètement avec Constance. Baudouin ne put à présent que faire contre mauvaise fortune bon cœur, et la jeune Marie, embarquée en septembre à Souwaïdiya, fut unie au basileus à Sainte-Sophie en décembre. Il est vraisemblable que la position personnelle de Constance à Antioche sortit renforcée de ces événements ; elle le fut en tous cas lorsque, peu après son retour dans son royaume, Baudouin III mourut77.

  • 78 Bouquet, XVI, 36-40, 80 (lettres à Louis VII d’Amaury, du Grand- Maître du Temple, de Bohémond III)
  • 79 Grég., 200 ; Samuel, 454 ; Sempad, 621 ; Micli. arm., 349, 356. Le duc était Andronic Euphorbenos, (...)
  • 80 Mich., 324 ; Chron. Syr. an., an 1474 ; Cart.., 224 ; Ughelli, VII, 203, où Bohémond s’intitule « p (...)

59Non que le nouveau roi, Amaury, fût moins soucieux de défendre la latinité : ses appels à Louis VII en témoignent78. Mais il savait trop ne pouvoir beaucoup compter sur de prochains secours occidentaux, et d’autre part il avait des ambitions du côté de l’Égypte qui exigeaient comme contrepartie une politique d’abstention au nord. Il était donc résigné à abandonner sans partage Antioche à l’influence byzantine. Du moins voulait-il, comme Baudouin naguère, que la force grecque pût s’employer sans partage contre les musulmans ; aussi le voyons-nous s’entremettre en faveur des Byzantins en Cilicie où, à la suite du meurtre de son frère Sdéfané, Thoros, en accusant le duc byzantin, avait massacré les garnisons grecques de Misis, Anazarbe, Vahga. Le duc prêta serment d’innocence et fut remplacé par Constantin Coloman ; Thoros rendit les villes prises. Aussi voyons-nous les contingents arméniens et grecs collaborer les années suivantes aux campagnes des Francs d’Antioche79. Cependant Constance était accusée par les barons francs de demander à Manuel une garnison grecque, qui lui permit de garder le pouvoir lorsque Bohémond allait devenir majeur ; ils prirent les devants, et, avec l’aide de Thoros, expulsèrent Constance et installèrent Bohémond (1163)80. Mais on ne voit pas que cet épisode ait altéré les bons rapports entre Grecs, Arméniens et Francs, Bohémond ayant sans doute donné tout de suite à Manuel les garanties désirables.

  • 81 I. F., III, 147 v° ; Azr., 184 r° ; lettres à Louis VII citées n. 4 ; Mich. arm., 357 ; Grég., 198- (...)
  • 82 I. A. At., 209 ; Mich. arm., 358 ; G. T., 895 ; Boustân, 559 ; Azr., 187 v°. En 558/1163, Ibn ad-Dâ (...)

60On voit mal comment Noûr ad-dîn profita de l’affaiblissement des Francs d’Antioche causé par la captivité de Renaud. Il semble s’être borné au début à quelques raids sur le ‘Amouq et Chili al-Ḥadid, et à l’établissement de Turcomans sur la frontière d’Artâḥ. Lorsque Baudouin vint à Antioche, une trêve fut conclue. Toutefois en août 1161, un tremblement de terre ayant endommagé quelques places antiochiennes, il vint attaquer Hârîm ; la place était de taille à résister, et des troupes franques, arméniennes et grecques étant venues le harceler, tout en se refusant à un engagement décisif, il dut aux approches de l’hiver se contenter d’un partage des revenus du district. En même temps Baudouin avait fait développer les fortifications de Djisr al-Ḥadîd. Au sud seulement Noûr ad-dîn avait réussi à reprendre Arzghân, et à lancer de là un raid vers Lattakié, auquel les Francs essayèrent vainement de répliquer par une diversion contre Alep81. Dans l’ensemble, l’appui jérusalémite et grec protégeait efficacement Antioche. En 1162-1163, Noûr ad-dîn, occupé à réduire le seigneur arabe de Qal‘a Dja‘bar ou à combattre les Francs de Syrie centrale, n’inquiéta plus Antioche. En 1163, il fut surpris sous le Krak des Chevaliers par une armée comprenant, outre des Francs de Tripoli, des Antiochiens aux ordres de Robert Mansel et des Grecs amenés par mer par Coloman82. La situation des Francs paraissait donc satisfaisante.

  • 83 I. A. At., 220-223 ; I. F., III, 193 v°, 195 v° ; Azr., 188 r° ; Boustân, 559 ; Ibn al-Djauzî, 559  (...)

61C’est alors que survint le désastre de 1164. Amaury, on le verra, était engagé dans une expédition en Égypte, où il combattait Chîrkoûh, que Noûr ad-dîn y avait envoyé. Pour sauver son lieutenant du danger qu’il courait, le prince turc résolut d’opérer une puissante diversion à l’autre extrémité des possessions franques, et, la campagne de Chîrkoûh ayant diminué ses effectifs, il avait fait appel à son frère Qotb ad-dîn de Mossoul et aux Artouqides. Ainsi pourvu de forces nombreuses, il vint reprendre le siège de Ḥârim abandonné trois ans plus tôt. À la coalition musulmane, les chrétiens répondirent par la coalition qui venait de faire ses preuves au Krak : à Bohémond et Raymond de Tripoli s’adjoignirent Coloman et Thoros, ainsi que des Templiers et des Hospitaliers, au total six cents chevaliers contre le double ou le triple du côté musulman. À leur approche, Noûr ad-dîn se retira, comme d’Inab en 1149. Contrairement à leur tactique de 1161, les Francs, malgré les conseils de Renaud de Saint-Valery, le poursuivirent. Attirés par lui dans la plaine d’Artâḥ, où il pouvait sans gêne profiter de sa supériorité numérique, les Francs chargèrent l’aile droite occupée par les Alépins et les Artouqides, qui avaient ordre de fuir ; mais pendant la poursuite, le reste des musulmans massacra les piétons francs ; au retour des chevaliers, ceux-ci furent encerclés, décimés, Bohémond, Raymond, Coloman et bien d’autres pris ; seuls Thoros et son frère Mleh purent fuir (11 août 1164). Le butin ramené par les contingents djéziréens répandit en Orient la gloire de Noûr ad-dîn, des lettres pressantes dos Francs à Louis VII la connaissance de leur nouveau désastre, le plus grave, en apparence, qu’ils eussent encore subi en bataille rangée83.

62Les conséquences n’en furent pas immédiatement aussi terribles qu’on eût put craindre, parce que Noûr ad-dîn, après avoir reçu la capitulation de Ḥârim, et envoyé des bandes piller jusqu’à Souwaïdiya, se détourna vers le sud et, afin de dégager plus promptement l’Égypte, alla enlever Bânyâs au roi de Jérusalem, préférant des succès méridionaux à une conquête de la Syrie du Nord qui eût risqué d’amener une réplique byzantine. Indirectement, Byzance sauvait donc pour le moment Antioche. Il n’en restait pas moins que la frontière était ramenée définitivement à l’Oronte, comme avant les succès de Renaud, que la chevalerie antiochienne était réduite à une poignée d’hommes, bref que la principauté ne pouvait plus prétendre jouer dans la politique syrienne qu’un rôle de second plan. Les circonstances allaient lui permettre de le jouer pendant plus de deux décades dans une relative sécurité.

Notes

1 Intéressantes remarques de Tschudi, Vom Islam zur Zeit der Kreuzzüge, Asia Major, IX, 1933, et de H. A. R. Gibb., Cpte-rendu de Grousset dans Bull, of the School of Or. St., VIII, 1, 1936.

2 I. A. T. dans I. F., 162 r° et I. Ch., 24 v°, REI, 116.

3 I. F., 90 r°.

4 Supra, p. 256, 261

5 I. A.

6 I. F., II, 159 r° ; Chronique chiite, 6.

7 Chron. chiite, 7.

8 Mich., 340 sq. (augmentation do la capitation, obligation du costume distinctif tombé en désuétude, destructions ou désaffections d’églises, etc.).

9 Chronique chiite, 7-8.

10 I. Ch. passim ; I. F., III, 13 r° (madrasa fondée par Ibn al-Mouqaddam pour rentrer en grâce).

11 Ibn Chaddâd, le biographe de Saladin, en dédie un à ce prince.

12 Chroniques d’Istanbul, 338.

13 Du moins, de cette famille, l’ami que cite constamment Kamâl dans sa Boughya, paraît bien être sunnite.

14 Ibn Djobaïr, 223.

15 Ibn Djobaïr, 260.

16 A partir de 1149, les Turcomans apparaissent tout le temps dans l’histoire des coups de main dans le ‘Afrîn, le Amouq, les restes du comté d’Édesse.

17 1. F., IV, 42 r°-v° (an 564/1169). Zengî laissait les Turcomans venir pour leurs achats à la Porte de Qinnasrîn devant Alep, mais leur interdisait de s’y fixer (I. F., II, 89 v°).

18 D’après la comparaison de leur chiffre d’impôt (Sauvaget, Perles Choisies, 164).

19 Exemples connus seulement dans le Liban (Çâlih b. Yahya, 71 ; Histoire des Chihabites, 48, 41-42 ; le même ouvrage parle d’hostilités entre les Bédouins Maanites et les Francs de Baudouin II dans la région d’Antioche, dès le temps d’Ilghâzî, p. 247). Les difficultés do la politique de prise en main

20 I. F., II, 175 r°. Le même auteur, IV, 55 r°, toujours d’après I. A. P. dit que Madjd ad-dîn aurait succédé à Noûr ad-dîn s’il n’était mort avant lui.

21 Chalandon, Jean et Manuel Comnène, 244-247.

22 Peut-être dès octobre 1146 (I. F., 158 v°).

23 I. F., 172 r°, 173 r°-v°, avec des confusions partielles entre ces faits et la campagne analogue de 1148 (cf. infra) ; Boustân, 542 ; I. A., 80 (H 461), qui nomme Mâboûla (au lieu de Bâtrikè ?) ; Mich., 275.

24 Grousset, II, 225-271 ; Röhricht, Beiträge zur Gesch. der Kreuzzüge, II, 57-104. Les sources arabes pour un récit précis seraient Qal, 280-288 A 296- 300 ; Boustân, 543 ; Ibn Djauzî, 543 ; I. A., 85-87 H 467-471, At., 159-163 ; I. F., 172 r°-v°, 189 r°, 193. Cf. aussi Chron. An. Syr., 297.

25 I. F., 189 r°.

26 I. F., 174 r° ; la date est suspecte (avril 1148), puisque c’est le moment où Louis VII est à Antioche.

27 I. F., 194 r°. Il indique une défaite de N. à la Boqaïa, par confusion avec 1163.

28 I. F., 194 v°, 195 r°.

29 On a vu le rôle de ‘Alî vingt ans plus tôt en Syrie centrale (supra, p. 348). D’après ‘Az., 531/1137, il vint en cette année) de chez les Francs à Alep ; s’il n’y a pas interversion, il faut croire qu’il n’y resta guère. Les Francs ne pouvant plus songer à garder le Dj. Bahrâ, l’alliance des Assassins est naturelle.

30 Et non au-delà d’Inab comme on a cru ; le lieu du combat est appelé Fons Muratus par les Latins, Ard al-Hatîm par I. F., topographiquement précis.

31 Qal., 307 G 290 ; Azr., 175 r° ; I. Djauzî, 121 ; T. As., Vie de Noûr ad-dîn Mahmoud ; Boustân, 543 ; 1. A. T,. d’après I. F., III, 13 r°-v°, et A. Ch., 58 II 60, qui souligne la valeur de Chîrkoûh par opposition à Yâghrâ ; Sibt, 122 ; I A. At., 179 qui fait assiéger à Noûr ad-dîn Ḥârim au Heu d’Inab ; Grég., 142 ; Mich. et Chron. An. Syr., an 1460 ; Kinnamos H 267 ; Lettre du sénéchal du Temple au grand-maître Evrard dans Bouquet, XV, 541 ; G. T., 772-774.

32 Qal., 309 G 294 ; I. A. At., 180 ; I. F., III, 15 r°, 16 r° ; Chron. An. Syr., 299 ; G. T., 775 ; Lettre à Evrard, 541. D’après I. A., Noûr ad-dîn attaqua, ne prit pas Ḥârîm, et Van Berchem, trouvant la même version dans plusieurs auteurs, se range à son avis (Voyage, 233), sans prendre garde qu’ils l’ont tous copié. Il est hors de doute qu’en 1158 Ḥârim n’était pas franque, et rien n’indique qu’elle soit tombée entre temps (sauf un épisode rapporté par I. A., en 1156, mais qui, nous le verrons, doit en réalité être reporté en 1161) ; il n’y a donc pas à récuser les témoignages indépendants les uns des autres de G. T., I. F., Chron. An. Syr., qui font tomber Ḥârim en 1149.

33 Boustân, 544 ; I. F., III, 16 r°-v° ; Grég.,162 ; Mioh., 290 ; Lettres à Evrard ; G. T., 775-776. I. F., III, 16 r°-v°

34 ‘Azr., 175 r° ; Mich., 290, 294 ; Grég., 163.

35 Il aurait capturé le porte-drapeau de Noûr ad-dîn et l’aurait envoyé à Masoûd. Cet épisode, qui ne figure que dans I. A. At., 181, K 100 H 480, est suspect ; seul Michel connaît des hostilités, mais défavorables à Joscelin (294) ; on peut supposer une autre dale, peut-être antérieure à 1149, mais I. A. dit Noûr ad-dîn, gendre de Masoûd, ce qu’il ne devint qu’en 1150.

36 Les circonstances sont rapportées de façons diverses : les raisons du voyage sont la chasse (I. A., 101), le besoin de chercher des secours (I. F., III, 31 v°), un appel d’Aimery (G. T., 776), le désir de gouverner pour Bohémond III (Clirrn. An Syr.) ; les Turcomans auraient été envoyés par Noûr ad-dîn pour le venger (I A.), se trouvaient là par hasard et ignoraient son identité (I. F.) ; la séparation de Joscelin des siens provient d’un besoin naturel (G. i.), d’un repos (Ousâma), d’une aventure galante avec une turcomane (Sibt, 122), d’une chute sur un tronc d’arbre (I. F.), qui n’existait que dans son imagination troublée par le remords (Mich.) ; il obtint d’être conduit ‘Azâz pour y chercher une rançon (I. A., Chron. an. syr.), parce que les Turcomans se laissèrent corrompre et qu’Ibn ad-Dâya dut le leur arracher (I. A.), parce qu’ils ignoraient son identité qui leur fut révélée par un teinturier juif (Mich., Chron. an. syr., I. F.), ou par un Arménien (Ousâma), à la suite de quoi ils le livrèrent à Noûr ad-dîn. Mentions encore dans Grég., 163, Azr., 175 r°, Boustân, 544, Qal., G 300, Ibn Asâkir (Vie de N. Nahmoûd).

37 J’ai à tort dans Diyâr Bakr, 254, contesté les quatre dernières annexions ; en effet si I. A., XI, 66 (II 446) place celle de Bîra en 1144, c’est sûrement par confusion puisque lui-même, 101, la cite comme appartenant à Joscelin en 1150, en quoi il est confirmé par G. T., 786, Mich., 297, I. F., III, 35 r° ; d’autre part, j’avais à tort confondu Khouroûç avec Qoûriç (Cyrrhus), et la mention de Khouroûç et Kafarsoûd avec Qalat ar-Roûm et Bîra donne un bon groupement régional. À Qal‘at-ar-Roûm le Catholicos demeura, mais reçut un résident musulman (du moins il s’en trouvait un à la fin du siècle d’après Saint-Nersès cité dans Karst, Zeitschr. f. Vergl. Rechtsw., XIX, 1906, p. 337). I. A. commet d’autres erreurs en attribuant à Noûr ad-dîn des conquêtes de Masoûd que Noûr ad-dîn s’appropriera plus tard.

38 Mich., 297 ; Vartan, 435 ; Chron. Rim., 618.

39 Diyûr Bakr, 255 et n. 1.

40 Boustàn, 545 ; Qal., 311 G 300-301 ; I. F., III, 32 v°, 33 r° et 34 r° ; Grég., 165 ; Mich., 296-297 ; G. T., 783-784. Le mariage de Noûr ad-dîn eut lieu l’an suivant. (I. F., 49 r°).

41 I. F., VI, 189 v° (d’après Ousâma) ; le même, III, 18 r°, attribue l’intervention et l’intrigue qui l’accompagna avec un habitant à Mou‘in ad-dîn, mais signale cependant que Noûr ad-dîn attaqua le Krak.

42 Qal. G 301 ; I. F., III, 17 v° et 33 r°.

43 G. T., 784 ; Kinnamos, IV. 17.

44 I. A., At., 185 K. 107 (II 485), qui croit à tort que Noûr-ad-dîn occupa Douloûk ; G. T., 785-788, qui nomme Joha comme lieu de passage entre Aïntâb et Marrî ; I. F., 33 v°. La date est incertaine. On admet communément août d’après G. T. qui ne parle que d’une chaleur d’août ; I. F. donne novembre pour la retraite franque, décembre-janvier pour les combats avec les Orers. et il est certain que ceux-ci sont postérieurs à la prise de Tell-Khâlid qui est d’octobre selon I. F. et Qal.

45 G. T., 835, Mich. dans B. H., an 1466 ; le trad. arménien de Mich. 297. I. A., 132, place la prise de Tell-Bâchir on 549/1154, sans doute à cause du synchronisme avec le siège de Damas de cette année, au lieu de celui de 546 qu’il a omis parce qu’il a échoué.

46 Kinnamos, III, 14.

47 Grég., 166 ; Sempad, 619 ; Chron. rim., 504-506 ; Mich., 281.

48 Manuel était alors en froid avec son ancien allié Yaghî-Siyân (Mich., 297).

49 Grég., 167-173 ; B. H., 1464-1465 (Mich. arm., 349) ; Sempad, 620 ; Kin-namos, 176.

50 Röhrichl, 267-278 ; Grousset, II, 310-324, 339-340, 349-360.

51 G. T., 790.

52 II était de Chatillon-sur-Loing, comme l’établit Schlumberger, Penaud de Châtillon, p. 3, et non de Châtillon-sur-Marne.

53 G. T., 802 ; Mich. arm., 310 ; Kinnamos, 269 ; Tafel-Thomas, I, 133.

54 G. T., 385, Mïch. dans B. H., an 1466 ; le trad. arménien de Mich donne une version plus favorable à Thoros, mais suspecte.

55 Tafel-Thomas, I, 124 ; G. T., 835.

56 G. T., 835 (qui paraît dater le fait de l’année après 1154, mais sans précision et saute tout de suite à des faits de 1157) ; Mich. arm. et B. H. donnent la dale 1467/1156 ; Grég,, 187 ; Kinnamos, 269.

57 Azr., 174 v° ; I. A. At., 171-175 ; I. F., III, 9 v°, 13 r° ; T. S., 541. Noûr ad-dîn avait donné Homç à Saïf ad-dîn en 1149, lorsqu’il en reçut des secours contre les croisés ; il donna Harrân au fils du gouverneur do Sindjâr, Ibn al-Mouqaddam, mais le soupçonnait de malversations et la lui enleva bientôt.

58 Qal. G. 324 ; Ousâma Hitti, 611 ; I. F., lit, 26 v° ; Nicétas, 152 ; Grég., 176 ; Mich. arm., 357 ; par confusion avec 1160, T. F. fait prendre à Noûr ad-dîn aussi Marach et Behesnî, que Qilîdj Arslân possédait en 1156-1157 (Grég., 178-180).

59 QaI. G 327 ; Grég., 176-183 ; Mich., an 1467 ; Kinnamos, IV, 16.

60 I. F., III, 86, r° Noûr ad-dîn contre Antioche, 1155), Qal. G 325 et I F., III, 94 r° (Renaud contre Alep, rattrapé vers Ḥârim et battu par Ibn ad-Dâya ; celui-ci enleva ensuite Bourdj ar-Raçâç, resté sans doute à un seigneur local). D’après I. A. At., 194 K 137 (H 5013), Ḥârim, qui ne serait pas devenue possession do Noûr ad-dîn en 1149, aurait été attaquée par lui en 1156. Celte date est impossible pour le récit même d’I. A., outre qu’il est en contradiction avec les faits do 1157-1158 sur lesquels il ne peut y avoir de doute : I. A. dit que Ḥârim appartenait à Bohémond, ce qui en droit est vrai, mais en fait prouve, d’après la comparaison avec toutes les informations musulmanes sur cette période, qu’il ignore Renaud de Châtillon, et se comprend par conséquent mieux après la capture de ce dernier en 1160, qui rend effectif le principat de Bohémond. Après la victoire de Noûr ad-dîn, I A. cite des vers qui impliquent que Ḥârim, auparavant, n’appartenait pas aux Francs : ces vers ont donc été faits dans une autre circonstance. A. Ch. attribué ces vers à Ibn Mounaïr, qu’il croit mort en 1153 mais qui paraît être mort en réalité en 1158, et peut donc les avoir composés lors du raid de 1156, où Renaud fut battu près de Ḥârim. Quant au récit même de I. A. on remarquera qu’il est très proche de celui qu’il donne en 1162 et peut donc n’en être qu’un double.

61 Qal. G 328 sq. ; I. A., 144 (11 503) ; Azr., 182 r° ; I. Djauzi, an 552 ; Sib, 140 ; Kamal, ROL III, 529 ; Mich. arm., 356 ; Chron. an. syr., 302 ; Robert do Torigny, an 1157.

62 I. A. At., 200, I. F., III, 109 v°. La date est peu clairet ; l’occupation dut être antérieure à la maladie de N., qui ne put restaurer la place qu’après l’attaque franque.

63 Qal. G 341 ; I. F., 109 v°, 110 r° (d’après I. A. T.) ; G. T., 849 ; Grég., 183 ; Derenbourg, Vie d’Ousâma, 276.

64 Qal. G 341-343 ; I. A. T. dans I. F., III, 110 r°, 111 r° (Chron. chiite, 9-11), cf. A. Ch., 110 ; Kamâl, ROL, III, 331-333 ; I. A. D., 552

65 Qal. G 342-344 (I. A. passe soigneusement ces faits) ; Mich, arm., 351, 353 ; Chron. an. syr., an 302 ; G. T., 849-850 ; Cont. Sigebert, MGSS,, VI, 403 ; Robert de Torigny, ibid., 508 ; à ce dernier seul est dû le renseignement que Ḥârim fut concédée à Renaud de Saint-Valery (sur sa venue, Röhr. Resr.. 286) ; ce doit être après 1160, puisque jusqu’alors vit Tancrède Fraisnel (in-fra, p. ), et que Renaud figure dans des actes de Jérusalem. Chron. An. Syr. appelle bien Renaud le seigneur de Ḥârim en 1164.

66 Qal. G 346 ; I. F., III, 117 v°, 118 r° ; G. T., XVIII, 21 ; cf. Röhricht, 294, Grousset, 390 sq.

67 Roustân, 554 ; I. F., III, 116 r°, 123 r° ; Qal. G 350-352, 356 ; I. A., 166 (H 516) et ses plagiaires, confondant les maladies do 1157 et 1159, placent en 1159 un bref récit de la maladie de 1157.

68 Boustân, 558, 559 ; I. F., III, 116 r°, 125 v°, 139 r° (Chron. chiite, 11- 12), 196 v°, 204 r° et IV, 10 r°. 12 v° ; Azr., 188 r °, 192 r ° ; Sibt, 156 ; Grég., 199. I. A. dénature complètement l’histoire de Nouçrat ad-dîn qui gêne son panégyrique de la famille ; il ne fait aucune allusion ni aux chiites ni aux exils du frère de Noûr ad-dîn, et pour lui faire une belle fin lui fait perdre en 1164 à Banyâs l’œil qu’il perdit, en ce lieu peut-être, en 1157, en tous cas avant 1158.

69 G. T., 846, 857-858 ; Grég., 186-189.

70 G. T., 8G0 ; Kinn., IV, 18-21 ; Nicétas, III, 3 ; Prodromos, H. Gr. Cr., II, 752, 756 ; Mariasses Byz. Z., XIII ; Grég., 188-189 ; Chron. rim., 505 ; B. H., an 1470 ; I. F., III, 118 r° ; cf. Chalandon, 443-452 ; Schlumberger, Renaud, ch. III ; La Monte, To what extent was the Byzantine Empire the suzerain of the latin states ? (Byzantion, 1932).

71 Kinnamos, 279 et Otton de Froisingen parlent d’un complot de fonctionnaires du Palais ; Chron. An. Syr., d’intrigues d’Andronic Comnène (alors en prison à la suite d’intrigues antérieures).

72 G. T., 864 ; Otton Freis.,442 ; Qal. G 349, 353, 354 ; I. F., 123 v°, 124 r°, Azr., 182 v° ; I. Dj., an 555 ; Grég., 190-191 ; Kinnamos, IV, 201-21 ; Chron. An. Syr., an 1470.

73 Phocas, 541, 549, 553 ; I. F., III, 138 r°-v° ; et infra, p. 545.

74 Kinnamos, IV, 24 ; Grég., 193, 194, 199 ; Mich., 320 et arm., 353, 357 (B. H., an 1473-1474) ; Azr., 184 v°, 187 v° ; I. A., 209 II 544 ; I. F., 125 r °, 148 r ° ; Chvon. an. syr., 302.

75 Mich. ami., 357 ; Chron. an. syr., 302 ; Kamâl, ROL, III, 533 ; Grég., 198 ; G. T., XVIII, 28 ; Azr., 184 r° ; I. F., 138 v° (d’après Az.). La topographie du raid de Renaud est difficile : il alla piller jusqu’au-delà de Douloûk (G. T.), à la forteresse du Galholicos (Grég. : Qalat ar-Roûm, non Dzovk comme interprète un interpolateur), sur les terres de l’Artouqide Chihâb ad-dîn (même région, Azr.) ; Renaud fut pris entre Kaïsoûn et Marach (G T.), dans le Djoûma (Kamâl) ou sur le Nahr al-aswad (Chron. an. syr.). Gulesserian, Dzovk, Dzoï’k-Tlouq et Hromqla, Vienne, 1904 (en arménien), croit que le Calholicos résidait non à Dzovk, mais Sof (ouest de Aïntâb).

76 G. T., 866, 872.

77 G. T., 874-876, 880 ; Kinn., V, p. 287 ; Nicétas, III, 5.

78 Bouquet, XVI, 36-40, 80 (lettres à Louis VII d’Amaury, du Grand- Maître du Temple, de Bohémond III).

79 Grég., 200 ; Samuel, 454 ; Sempad, 621 ; Micli. arm., 349, 356. Le duc était Andronic Euphorbenos, successeur de Michel Branas (Chalandon, 26). Sdéfané avait été un moment en conflit avec Thoros, mais réconcilié avec lui par les Francs.

80 Mich., 324 ; Chron. Syr. an., an 1474 ; Cart.., 224 ; Ughelli, VII, 203, où Bohémond s’intitule « prince d’Antioche, seigneur de Laodicée et Gibel » (douaire de Constance).

81 I. F., III, 147 v° ; Azr., 184 r° ; lettres à Louis VII citées n. 4 ; Mich. arm., 357 ; Grég., 198-199 ; I. A. At., 207 (date l’affaire de Ḥârim de 1162, contrairement à Grég. ; on a vu que son récit de 1156, p., 194, paraît un double décalé de celui-ci).

82 I. A. At., 209 ; Mich. arm., 358 ; G. T., 895 ; Boustân, 559 ; Azr., 187 v°. En 558/1163, Ibn ad-Dâya prit prés de Aïntâb adh-dhaoûb, restée sans doute â un seigneur local.

83 I. A. At., 220-223 ; I. F., III, 193 v°, 195 v° ; Azr., 188 r° ; Boustân, 559 ; Ibn al-Djauzî, 559 ; Ibn Asâkir (vie de N. Mahmoud) ; A. Ch., 133 (‘Imâd) ; Kamâl, III, 540 ; Mich., 359 ; Chron. an. syr., 304 ; Kinn., 290 ; G. T., 896 ; lettres, Bouquet, XVI, 60-62, 79 ; Robert de Torigny, an 1164 ; Sigehert, cont. MGSS, VI, 411 ; Ann. Camer., MGSS, XVI, 536. Parmi les prisonniers, on signale Hugues de Lusignan et le gouverneur du Krak (Boustân).

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540