Version classiqueVersion mobile

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Troisième partie

Chapitre I. Les Francs entre Byzance et l’Islam jusqu’à la perte définitive d’Édesse. (1128-1146)

Texte intégral

1Le tiers de siècle qui suit l’occupation d’Alep par Zengî est marqué par deux grands événements : d’une part, un état musulman puissant se crée dans la Syrie du Nord par une lutte connexe contre les petits états musulmans voisins et les Francs, lutte qui est de plus en plus soutenue par un mouvement de réaction religieuse et de guerre sainte ; d’autre part, l’empire byzantin essaye de reprendre en Syrie la prédominance qu’Alexis Comnène avait paru finir par renoncer à lui donner. Les Francs tâchent d’abord de résister sur les deux fronts, tout en évitant autant que possible une rupture ouverte avec Byzance ; après l’échec de la seconde croisade et l’unification de la Syrie musulmane qui la suivra de peu, ils accepteront, non sans peine, de composer avec le danger grec pour éviter la catastrophe dont l’Islam les menace.

A) Les débuts de Zengî (1128-1136)

  • 1 Ilghâzî s’appliquait à paraître en bons termes avec eux, au point qu’ils lui avaient demandé la pet (...)
  • 2 Qal., 180 A 216, 187-195 A 225-227 ; I. A., 445 H 366 (suite, d’après Qal.) ; Ibn Ḥamdoûn, 523 ; Az (...)

2S’il n’y a pas dès 1128 de heurt violent entre les Francs et Zengî, c’est que chacun d’eux a les yeux tournés vers Damas, où Toghtekîn vient de mourir. Depuis quelques années, l’atabek, sous l’influence de son ministre al-Mazdaghânî et de son allié Ilghâzî, avait accueilli un missionnaire « assassin », Bahrâm, auquel il avait concédé Bânyâs, menacée par les Francs ; dès lors les Assassins, en sûreté dans cette place-forte, avaient, sans renoncer à toute activité en Syrie du Nord1, transporté en Syrie centrale le plus clair de leurs énergies. La mort de Toghtekîn fut l’occasion contre eux d’une réaction analogue à celle qui avait suivi la mort de Rodwân à Alep. Bahràm ayant trouvé la mort dans un combat contre des montagnards du Wâdî’t-Tîm, le fils et successeur de Toghtekîn, Boûrî, fit exécuter al-Mazdaghânî, cependant que la populace massacrait les Assassins de Damas. Le frère de Bahrâm, Ismâil, livra alors Bânyâs aux Francs ; mort peu après, il devait être remplacé comme chef local des Assassins par un Kurde, ‘Alî Ibn Wafà, que nous retrouverons2

  • 3 ‘Az., 523 ; I. F., 11, 8 r°.
  • 4 Rôhricht, 186, Grousset, 662 ; ajouter Ibn Djauzî, 523 et I. F., cité dam Karabacek, Beitrüge zur G (...)

3À la faveur de ces troubles, Baudouin II, renforcé par les comtes de Tripoli et d’Édesse et par Bohémond II (qui avait à venger un raid du lieutenant de Boûrî, Sawâr ibn Aïtekîn, contre Kafarṭâb)3, essaya de conquérir Damas (déc. 1129). Ce fut en vain4. Du moins devait-il rester de cette tentative une association entre les Francs et les Assassins, qui vont aller chercher fortune auprès d’eux, dans le Djabal Bahrâ méridional.

  • 5 Qal., 200-206 A 227-232 ; ‘Az., dans Boughya, VI, 207 r° (Kamâl, 658), rés. 524, et Boughya, V, 301 (...)

4Quant à Zengî, il avait été faire sa cour au Sultan dont, l’argent aidant, il avait obtenu un diplôme d’investiture vague sur tout « l’ouest ». Il était résolu à donner à cette expression un contenu précis. Dès 1128 il a occupé Rahba. En 1130 il enlève Qal‘at as-Sinn à Joscelin auquel il impose une nouvelle trêve d’un an par des raids sur les confins d’Édesse et de ‘Azàz. Il propose alors une action commune contre les Francs à Khîrkhân, qui vient le trouver, et à Boûrî, qui lui envoie son fils Sevindj ; le premier soin de Zengî est de faire arrêter Sevindj et d’enlever Hamâh aux représentants de Boûrî ; le second, de faire arrêter Khîrkhân, et, cette fois en vain, d’assiéger Homç (automne 1130). Boûrî devait éluder une réponse négative qu’en la faisant démolir en hâte et en prétendants l’ordre parti juste auparavant. Ibn al-Khachchâb, qui dirigea la démolition fut en 1125 « assassiné », comme auparavant le sunnite Ibn al-’Adjamî. Les Assassins avaient également pénétré en Égypte, où le vizir al-Afdal devait périr de leurs mains ; lui-même et son successeur al-Ma‘moûn eurent des services de renseignements pour les dépister, et un de leurs espions fut « assassiné » à Damas (I. F., 152 r°, 153 r°, 211 v°, 214 r° ; Ibn Mouyassar, 70). peu après récupérer son fils en livrant à Zengî Dobaïs qui, fuyant de nouveau l’Irâq à la suite d’hostilités malheureuses, était tombé entre ses mains ; il n’y en avait pas moins rupture morale entre Damasquins et Zengî, situation qui, en empêchant la coalition des forces musulmanes, devait profiter aux Francs5.

5Mais, à Antioche, ceux-ci avaient d’autres causes de faiblesse. La moindre n’était pas la rupture entre Bohémond II et les Roupéniens de haute-Cilicie

  • 6 Chron. rimée, 500.

6À la fin de 1129, Thoros mourut, et fut remplacé non par son fils, mais par son frère Léon, qui fit, semble-t-il, empoisonner son neveu6. Sont-ce des circonstances ou des empiètements commis pendant les années critiques postérieures à 1119 par les Roupéniens qui amenèrent la rupture, on l’ignore ; en tous cas, au début de 1130, Bohémond, juste revenu de Damas, envahissait la Cilicie.

  • 7 Seule source, Mich., 223-224, 227, 237. Je ne comprends pas Az., 520 (1126), disant que « Mas‘oûd, (...)
  • 8 G. T., XIII, 27 ; Orderic, vol. IV, p. 267 ; Romuald. MGGSS. XIV. 420 ; Mich., 227 ; Chron. an. syr (...)

7Malheureusement il n’était pas le seul : de l’autre côté entrait une armée dànichmendite. La paix régnant avec les Grecs depuis la défaite de Gabrâs, Ghâzî, en accord avec son gendre seldjouqide Mas‘oûd, s’était appliqué à réprimer les désordres des Turcomans dans ses états et à y ramener un peu de prospérité. Maïs les deux alliés avaient eu à combattre un frère de Mas‘oûd Arab, qui, lui reprochant d’avoir abandonné Malatya à Ghâzî, s’était révolté et avait réduit Mas‘oûd à fuir à Constantinople ; avec des secours grecs, Mas‘oûd avait repris le dessus, mais Arab avait alors reçu des renforts des Roupéniens, et ce fut seulement au bout de plusieurs années que Ghâzî parvint à lui enlever Ankara et à l’obliger à son tour à fuir chez les Grecs ; sans doute ceux-ci faisaient-ils mine de le secourir, car Ghâzî, rompant la paix, envahit les territoires byzantins du Pont ; mais il avait surtout à se venger des Roupéniens, d’où, en 1130, son irruption dans la plaine d’Anazarbe7. Entrés chacun de leur côté en Cilicie, Turcs et Francs ignoraient leur voisinage. Une rencontre fortuite eut lieu au nord de Misîs, dans le Mardj ad-Dîbâdj. Les Francs furent écrasés sous le nombre, Bohémond tué ; sa tête, convenablement préparée, fut envoyée par le vainqueur au calife (février 1130)8.

  • 9 G. T., XIII, 27 ; Az., 524, 525 ; Mich., 230.

8La mort de Bohémond provoqua de graves troubles dans la principauté d’Antioche. Sa veuve, Alice, entendait exercer elle-même la régence au nom de sa fillette, Constance. Fille d’une princesse arménienne, elle fit ce qu’avait fait hier la veuve de Kogh Vasil avec Boursoûqî : elle écrivit à Zengî. Mais elle avait compté sans les Antiochiens, qui avaient fait appeler Baudouin ; le roi accourut, se trouva saisir l’envoyé de sa fille à Zengî, et le fit exécuter ; Alice refusa d’ouvrir à son père les portes d’Antioche, mais d’un autre côté est arrivé aussi Joscelin, auquel un moine de Saint-Paul ouvre une porte, tandis qu’ailleurs un bourgeois, Guillaume d’Aversa, introduit Baudouin et son gendre Foulques d’Anjou. La princesse s’en remet à la clémence de son père, qui lui laisse son douaire de Lattakié et Djabala ; le roi fait alors prêter les hommages à la jeune Constance, et confie la garde de la ville à Joscelin, jusqu’au jour où Constance pourrait être mariée9.

  • 10 Pour ses relations avec Hugues du Puiset, qui bientôt se révoltera.
  • 11 Mich., 234, qui place le fait entre les affaires de Ba‘rîn et Qinnasrîn, mais a une chronologie peu (...)
  • 12 G. T., XIV, 4 ; ‘Az., 526, 527 (Kamâl, 664) ; Qal. 215 A 236 ; Mich., 233. La datation précise est (...)

9Seulement, en août 1131, Baudouin meurt. Foulques, qui lui succède, est un nouveau venu qui n’a pas encore de prestige ; quelques mois plus tard, Joscelin à son tour disparaît. Alice espéra pouvoir prendre sa revanche, en profitant des difficultés qu’avait Foulques avec sa femme, sœur d’Alice10. Elle se trouva des alliés en Guillaume et Garenton de Çahyoûn, vassaux de Lattakié, Pons de Tripoli, maître par sa femme de Chastel-Ruge. et Arzghân, et qui refusait de prêter à Foulques l’hommage qu’il avait prêté à Baudouin, enfin le fils de Joscelin, Joscelin II, auquel les Antiochiens refusaient de reconnaître les mêmes prérogatives qu’à son père. Mais de nouveau les Antiochiens, ayant eu vent du complot, appelèrent le roi de Jérusalem, qui accourut par mer et devança les conjurés ; il dut venir livrer bataille à Pons et Guillaume sous Chastel-Ruge, les battit, mais accepta de se réconcilier avec eux sans pénalité. Vers ce moment où en 1133 il eut à assiéger Qoçaïr11 ; il resta un certain temps à Antioche pour organiser le gouvernement, qu’il confia en repartant au connétable Renaud Mazoir12.

  • 13 Diyâr Bakr, 243-246.

10Heureusement pour les Francs, Zengî n’était pas en état de s’occuper d’eux. Resté encore plus mésopotamien que syrien, il était intervenu dans les luttes des successeurs du sultan Mahmoud, mort en 1131, avait en conséquence attaqué le calife, été battu par lui malgré l’aide de son ancien ennemi Dobaïs, et même au début de 1133 subi un siège dans Mossoul. Au milieu de cette année, Mossoul était sauvée ; mais Zengî avait employé la fin de l’année puis toute l’année 1134 à soumettre les Kurdes de la rive gauche du Tigre, puis, avec l’aide de Timourtâch, à combattre Dâoûd de Hiçn Kaïfà, coupable d’avoir aidé le calife contre lui et, dès 1130, de l’avoir attaqué à son retour de Syrie. Aussi est-ce seulement en 1135 que Zengî peut réapparaître en Syrie, deux fois plus fort il est vrai qu’auparavant13.

  • 14 ‘Az., 524 répété 525 (Kamâl, 661) ; I. F., 20 r° ; I. A., 466-467 (H, 387- 389), At., 71-76 place à (...)
  • 15 Au physique, fort et trapu, de teint et de cheveux foncé, le nez gros, les yeux saillants, il tient (...)
  • 16 Raid turcoman sur Ma‘arra, riposte franque sur Hiçn al-Qoubba, diversion de Sawâr sur Tell-Bâchir ( (...)
  • 17 ‘Az., 526. Khîrkhân fut mis â mort par Zengî, en 1135.
  • 18 Qal., 221 A 243 ; G. T., 614 (qui croit à tort les Turcomans conduits par Zengî).
  • 19 Az., 528 (çafar = déc. 1133-janvier 1134) ; Qal., 222 A 244, date à tort de çafar 527 (moment où Fo (...)
  • 20 ‘Az., 528 (Kamâl, 667).

11Entre temps, la frontière antiochienne avait été inquiétée, dès la mort de Bohémond II, par Zengî lui-même en 1130 (raids sur Athàrib et Ma‘arra Miçrîn) puis, à partir de 1131, par Sawâr, passé à son service et devenu gouverneur d’Alep14. La mort de Joscelin, à demi-écrasé par une mine pendant le siège d’une place musulmane, accident auquel il avait survécu juste assez pour conjurer par une suprême levée d’armes une attaque danichmendite, était un malheur pour les Francs, car son fils Joscelin II, malgré des qualités de bravoure et parfois de générosité, n’avait pas son sens politique ni ses qualités militaires15. Pendant la guerre de Zengî et du calife, Sawâr s’abstint de toute opération importante, mais encouragea et au besoin aida des raids turcomans (1232)16. En 1133, Khîrkhân étant toujours prisonnier de Zengî, et Boûrî de Damas ayant été « assassiné » en représailles des massacres de 1128, les Turcomans sont un moment détournés vers Homç ; mais, ce faisant, ils surprennent Pons de Tripoli, qui avait de son côté fait un coup de main sur Salamiya17, près de Ba‘rîn, où Foulques en personne doit venir, non sans peine, le délivrer18. Cependant, les Turcomans, appuyés par Sawâr, se regroupent près de Qinnasrîn, où le roi parvient par surprise à leur infliger un sévère échec. Mais tout de suite Sawâr réagit, et bat un corps franc lancé à la poursuite des fuyards ; d’autre part, les arrivées de Turcomans en Syrie se multipliaient, peut-être grâce à l’alliance du pacifique Timourtâch et du belliqueux Zengî ; Joscelin, malgré de durs combats dans le Chabakhtân contre un cousin de Timourtâch, envoyait à Foulques un renfort, mais Sawâr, près de Bouzâ‘a, l’écrasa19 ; puis en 1134, Foulques est obligé de se désintéresser de la Syrie du Nord parce que le successeur de Boûrî, Ismâ’îl, provisoirement tranquille du côté de Zengî, lui a enlevé Bânyâs, si bien que Sawâr peut conduire des raids impunis à travers le Djazr jusqu’à Ma’arrâ et Hârim20. Les voies sont bien frayées pour le retour de Zengî.

  • 21 ‘Az., 525 (1131) ; Nouwaîrî Bibl. Nat., 1578, 61 r° (1136).

12Ce qui est grave pour les Francs est que spontanément les montagnards du Djabal Bahrâ, qui avaient été si longs à soumettre, déjà cherchaient à s’affranchir. Dès 1131, certains d’entre eux enlevaient Bikisrâil à Renaud Mazoir, probablement retenu à Antioche ; il est étrange de constater que la place appartint alors à un seigneur d’origine turcomane, Mangoukhân ( ?). Cinq ans plus tard il était appelé à la rescousse par les habitants de Balâtonos, qui venaient de se soulever contre leur garnison franque et la tenaient assiégée ; en promettant une capitulation si on laissait leurs familles gagner en paix Çahyoûm et Djabala, ce qui fut fait, les Francs parvinrent à résister assez longtemps pour recevoir des secours antiochiens qui les délivrèrent21. Bikisrâil fut aussi réoccupée par les Francs, mais dans des circonstances et en un moment inconnus.

  • 22 ‘Az., 527 ; I. A., XI ; ‘Az., 528, venant de parler de Qadmoûs, écrit par inadvertance que « le roi (...)
  • 23 ‘Az., 529 ; Kamâl, 680 ; Nouwaîrî, 63 v°.
  • 24 Ousâma Hitti, 107 ; I. F., II, 93 v° ; Qal., 241 A 258. Abou Qobaïs avait été reprise aux Francs pa (...)
  • 25 Qal., 263 A 274 ; I. F., 129 v° ; I. A., 152 H 438.
  • 26 Cart., 155 (le seigneur de « Malavans » — lire : Malaïoas — échange avec son suzerain cette place c (...)
  • 27 Quoi qu’on en ait dit, ils n’occupèrent jamais Bikisrâil.

13Ce fut à l’origine un mouvement analogue qui, dans le Djabal Bahrâ méridional, amena l’établissement des Assassins. Entre 1130 et 1132, les montagnards de Qadmoùs avaient repris cette place occupée par les Francs seulement depuis 1129. Elle fut remise par eux au seigneur du Kahf, Saïf addîn ibn ‘Amroûn. Celui-ci craignit de ne pas pouvoir la conserver, et, comme le missionnaire ismâ‘ilien Abou’1-Fath cherchait une place apte à compenser la perte de Bânyâs, il la lui vendit (1132)22. Un peu plus tard, un fils de Saïf addîn, Moûsâ, en contestation avec des cousins pour la succession de son père, qui avait été tué (1135), livrait le Kahf même aux Assassins (avant 1139)23. Entre temps (oct. 1136-oct. 1137), la petite garnison franque de Khariba était supplantée par une poignée d’Assassins ; en vain Çalâh addîn al-Yaghîsiyânî, gouverneur de Hamâh pour Zengî qui venait de reprendre cette ville, les en délogea-t-il ; ils y rentrèrent par la trahison d’un ami du chef de la garnison24. Enfin en 1140 Maçyâth, que son seigneur ‘oqaïlide avait en 1127 vendue aux Mounqidhites, était à son tour livrée par trahison aux Assassins25. Manîqa même paraît, dès 1151, ou perdue par les Francs ou gravement menacée26. Au milieu du xiie siècle, le domaine des Assassins est donc constitué à peu près tel qu’il restera jusqu’au temps de Baïbars27. Comme à Alamoût leurs confrères iraniens, ils ont désormais en Syrie un repaire inexpugnable ; leur grand maître syrien Sinân sera, pendant le règne de Saladin, une puissance avec laquelle les souverains traiteront d’égal à égal.

  • 28 G. T., XIV, 3 ; Mich., 232 ; Chron. an. syr., 100. C’est l’attaque au lendemain de laquelle mourut (...)
  • 29 Non aux Grecs, quoi qu’en dise Chalandon, I, 235 (Grousset, II, 51), qui ignore la reprise de ces v (...)
  • 30 Sempad, 616 ; Grég., 152 ; Mich., 230-234,238 ; Chron. an. syr., 99 ; Qal., 215 A 236.

14En même temps que dans le Djabal Bahrà, la domination franque reculait en Cilicie. Peut-être Léon ne put-il pas tout de suite mettre à profit la disparition de Bohémond II, parce qu’il dut résister au Dânichmendite, qui lui imposa tribut ; mais l’année suivante Ghâzî, aidé de Mas‘oùd, se tourne contre Joscelin (allié des Roupéniens28, si bien que Léon peut enlever aux Francs29 Misîs, Adana, Tarse, peut-être Til Hamdoûn, et aux Grecs Selefké. Puis, comme Ghâzî depuis 1130 est en butte aux attaques de-Jean Comnène, et qu’à Trébizonde Gabras est depuis plusieurs années révolté contre Byzance, une sorte de ligue anatolienne se constitue entre eux deux et Léon, également intéressés à prévenir la contre-offensive grecque ; au Dânichmendite, que la calife investit officiellement de la Cappadoce, cette alliance permet de reprendre l’avantage sur le basileus ; à Léon, elle procure la sécurité de ses frontières, à la faveur de laquelle il enlève en 1135 aux Antiochiens Sarvantikar30.

  • 31 Qal. 228-236 A 244-248 ; Az. 529 ; Boustân, 329 (Târîkh Çâlihî, 529) ; Azr., 168 r°.
  • 32 Rien dans Qal. ni ‘Az. ; Kamâl, 670 (I. F., 104 D°) ; Mich., 234 et chron. an. syr., I. A. place la (...)
  • 33 I. F., 76 v°, 78 r° (mort du gouverneur de Tell-Bâchir) ; I. A., II, 34 (H 423), At., 103 sq. ; Zen (...)

15Des fissures apparaissent donc partout dans l’édifice franc d’Antioche lorsque Zengî revient en Syrie. Son premier soin est pour Damas, où Ismà‘il, menacé par des luttes de factions citadines, l’appelait ; en arrivant, il trouve Ismà’il égorgé et remplacé par un frère, Mahmoud, sous la tutelle d’un ancien et valeureux mamlouk de Toghlekin, Euneur : il ne peut donc que se retirer, non sans avoir en chemin repris Hamâh31. Mais il se dédommage alors par une campagne foudroyante contre les Francs ; en quelques semaines tombent Athârib, Zerdàna, Tell-Aghdî, Ma‘arra, peut-être Kafarṭâb, bref toute la ligne des défenses orientales de la principauté (avril 1135)32. En vain les Francs, réagissant trop tard vont piller le Djazr ; pendant ce temps, Sawâr inquiète Tell-Bâchir, ‘Aïntâb, ‘Azâz, bat les Francs lancés à sa poursuite. Et Zengî marque le caractère définitif de ses reconquêtes en rendant à Ma‘arra leurs biens aux anciennes familles musulmanes dépossédées par la conquête franque33.

  • 34 Principales sources : ‘Imâd-Bondârî, 178 sq. ; Ibn al-Djauzî, 529-530 ; I. A., 14-19, 22-24, 27-30  (...)
  • 35 Qal.. 238 A 252 ; I. F., 77 r ».
  • 36 Qal., 239 A 256 ; I. F., 76 r° ; Kamâl, 672 ; I. A., 25-26 (H 416-417) ; Mich., 244.
  • 37 Qal., 241 A 258 et 243 A 262 (I. A., 32 H 419) ; G. T., 640.

16Une seconde fois les affaires d’Orient donnèrent un léger répit aux Francs. Le calife al-Moustarchid ayant eu l’audace de lever une armée pour combattre le sultan Mas‘oûd, avait été supprimé par ce dernier, et son successeur, ar-Râchid, se mettait sous la protection de Zengî, qui, plutôt que de compromettre sa fortune, devait bientôt l’abandonner en se faisant payer sa trahison34. En Syrie les fils de Khîrkhàn livrèrent Homç à Mahmoud de Damas35 ; mais, du côté franc, Sawcàr avait veillé à ce que l’absence de son maître ne pût donner lieu à aucune réaction. Au printemps de 1136 il lança un raid audacieux de Turcomans en pleine province de Lattakié, où l’on était loin de s’être préparé à un tel cataclysme36 ; et au même moment plus au sud un raid damasquin amenait la mort de Pons de Tripoli37.

  • 38 Mich., 233, 244, 246, 260 ; Matth., 149.

17Le comté d’Édesse n’était pas en meilleure posture. Joscelin II n’est arrivé à empêcher Timourtach de prendre pied dans le Chabakhtân qu’en en faisant un no man s land autour de quelques réduits militaires. Au nord, l’Arménien Michel de Gargar, menacé par les Banou Bogousag de Sèvavérak, abandonne sa forteresse à Joscelin qui, ne pouvant la garnir, la recède à un frère du Katholikos, Basile ; c’est l’occasion de discordes civiles, car les deux familles arméniennes sont rivales ; Michel, s’estimant frustré, pille les confins de Kaïsoûn et y est tué ; Basile se fait cependant mal voir, est expulsé par les Francs, revient avec des contingents ciliciens désoler la vallée de Marzbân. L’encouragement est trop beau pour les Turcs ; le même Afchîn que vient d’illustrer le raid de Lattakié arrive piller la plaine de Kaïsoûn, où peu après lui succède une armée dànichmendite ; quant à Gargar, les Francs la gardèrent, mais ne purent empêcher Dâoûd de Hiçn Kaïfâ et Khartpert d’occuper Bâbaloû38. Enfin au sud-ouest, on a vu les attaques qu’avait à subir Tell Bâchir de la part de l’armée d’Alep.

  • 39 Rozière, 166.
  • 40 G. T., XIV, 20 ; Kinnamos, I, 7.
  • 41 G. T.,, XIV, 9, 20 ; Robert de Torigny.an 1130 ; Mich., 236 donne comme date 1135, mais a une chron (...)

18Foulques était encore revenu à Antioche en août 113539. Mais il lui était impossible de défendre en même temps toute la Syrie. D’autre part, vers ce moment, mourut le patriarche Bernard ; son successeur, Raoul, avant tout ambitieux, et pensant avoir avantage au gouvernement d’une femme sur l’esprit de laquelle il régnerait, profita de ce que Foulques, depuis sa réconciliation avec sa femme, ne lui refusait plus rien, pour obtenir la rentrée de la princesse Alice, sœur de la reine de Jérusalem, à Antioche ; une fois revenue, Alice, pour assurer sa situation, négocia, non plus cette fois avec Zengî, mais avec le basileus Jean Comnène, au fils duquel elle faisait proposer la main de Constance40. Les barons d’Antioche étaient encore trop proches de la croisade pour accepter l’éventualité d’une domination grecque. Ils demandèrent à Foulques, de marier Constance sans attendre qu’elle fût d’âge nubile. Foulques pensa au fils cadet de son ancien voisin Guillaume de Poitiers, Raymond, alors à la cour d’Angleterre. Une ambassade lui fut envoyée, aussi discrète que possible, afin de n’éveiller les soupçons ni d’Alice ni de Roger II de Sicile. Ce dernier avait en effet de grandes ambitions méditerranéennes pour lesquelles Antioche pouvait jouer dans ses plans antibyzantins le même rôle qu’elle avait tenu dans les pensées de Bohémond, et, sans qu’il eût formellement revendiqué l’héritage de son cousin Bohémond II en Syrie (comme, en vertu d’un accord conclu avant le départ du jeune prince, il avait recueilli ses états italiens), il ne pouvait toutefois admettre de ne pas être consulté et de voir la principauté échapper à la dynastie normande qui l’avait fondée. D’une façon inconnue, il fut averti des négociations, et fit surveiller ses ports ; Raymond, bien que ne s’étant pas embarqué avant l’Italie méridionale, parvint à lui échapper. On verra comment, à son débarquement, il gagna Raoul à sa cause ; celui-ci fit croire à Alice que Raymond venait pour l’épouser, la princesse le laissa alors entrer dans la ville et, tandis qu’elle attendait le beau chevalier, Raymond recevait du patriarche la couronne et la main de Constance, ainsi que des barons leurs hommages (1136, après avril)41.

B. Raymond de Poitiers et Jean Comnène (1136-1148)

19Le nouveau prince avait trente-sept ans. Chevalier émérite, d’une force herculéenne, sobre, chaste et libéral, il était en revanche joueur, emporté et d’esprit politique inégal. Le moment où il arrive est grave. Sans parler du conflit qu’il aura à soutenir contre son patriarche ni de la guerre latente qu’il trouve sur ses frontières ciliciennes, il arrivait au moment où allaient se mettre en route, l’un et l’autre pour la réalisation d’ambitions syriennes, Zengî définitivement libéré de ses affaires d’Irâq, et Jean Comnène conduisant la première armée byzantine qu’on eût vue en Syrie-Cilicie depuis un quart de siècle.

  • 42 G. T., XXV-XXVIII ; Orderic, XIII, 23 ; Mich., 247 ; Qal., 242 A 259 ; ‘Az., 531 (Kamâl) ; I. F., 9 (...)

20En 1136, ces deux périls n’apparaissaient pas encore, et ce fut d’abord à récupérer la Cilicie, source de revenus à l’abri des musulmans, que songea Raymond ; naturellement il avait l’appui de Foulques et du comte de Mar‘ach, Baudouin ; mais Joscelin, soit par rancune contre les Antiochiens, soit par sentiment de famille, prit le parti des Roupéniens, si bien que Léon put battre Baudouin ; ce dernier attira alors Léon à des pourparlers où il se saisit de lui et le livra à Raymond, qui le retint prisonnier deux mois, pendant lesquels ses fils en Cilicie se disputèrent tant que l’un d’eux, Constantin, fut aveuglé ; à ce moment on annonça l’arrivée prochaine de l’armée byzantine, et, par l’entremise de Joscelin, les deux princes se réconcilièrent, moyennant rétrocession de la plaine cilicienne aux Francs et alliance contre les Grecs (hiver 1136-1137)42.

  • 43 Grég., 152 ; Sempad, 616 ; Kinnamos, 211 ; ‘Az., 531 (croit les Grecs appelés par un fils de Léon c (...)

21C’est vers ce moment que revint Zengî. Après une vaine attaque contre Homç, il se retourna contre Ba‘rîn. Le jeune comte de Tripoli, Raymond II, fit appel à Foulques au même moment où Raymond d’Antioche, informé de l’approche des Grecs, le sollicitait de venir à Antioche. Zengî étant le plus immédiatement dangereux, Foulques marcha sur Ba‘rîn, mais, surpris en route par le prince turc, ne put que se jeter avec le comte de Tripoli dans Ba‘rîn, où Zengî l’assiégea : avec les dépendances orientales de Tripoli, la moitié de la chevalerie (franque était menacée de captivité au moment où l’attaque grecque risquait d’immobiliser l’autre. Ce fut pourtant la menace byzantine qui sauva, sinon Ba‘rîn, du moins les assiégés. Foulques avait réussi à alerter le royaume, Joscelin, Raymond d’Antioche. Ce dernier, qui voyait apparaître les premiers détachements grecs, jugea que le salut du roi était la condition du sien propre ; une forte armée de secours se rassembla donc. En vain Zengî esssaya de faire capituler la place rapidement ; il eut peur que Jean Comnène, dont il ignorait les projets, fût entraîné par les Francs à l’attaquer ; il offrit alors aux assiégés la liberté, moyennant reddition de la forteresse (milieu d’août 1137) ; en même temps il concluait un armistice avec Mahmoud de Damas43.

  • 44 Mich., 237-249.
  • 45 Matth., 150 ; Grég., 152 ; Sempad, 617 ; Kinnamos H 211-213 ; Nicétas II 216 ; Mich., 246 ; Chron. (...)

22L’expédition byzantine, qui fut pour les Francs comme pour les musulmans une redoutable surprise, n’était pourtant pas improvisée. On a déjà dit que Jean Comnène avait redressé ses frontières du côté dânichmendite, et ces résultats avaient été consolidés à la fin de 1134 par la mort de Ghâzî, dont le successeur Mohammad dut passer deux ans à combattre son frère Daulab qu’en 1136 il poursuivit jusque chez Joscelin44. Le basileus put alors songer à son autre frontière asiatique, celle de la Cilicie et, par delà, de la Syrie. Bien que réalisés surtout aux dépens des Francs, les progrès de Léon n’en empiétaient pas moins sur les droits de l’empire, qui n’avait jamais renoncé à la Cilicie, et de plus il fallait châtier le Roupénien de l’aide que, comme ses alliés Ghâzî et Gabras, il avait apporté à un rebelle byzantin, Isaac Comnène. Quant à Antioche, jamais le gouvernement byzantin n’avait admis que le traité de 1108 fût resté lettre morte, et la politique orientale de Jean Comnène avait essentiellement visé à créer des conditions permettant d’en exiger l’application. En 1135, il avait cru toucher pacifiquement au but, grâce au mariage négocié avec Alice d’Antioche : l’arrivée de Raymond le rendit d’autant plus furieux, et, dès la fin de 1136, il gagnait Antâlya pour y attendre la concentration de ses troupes. Au printemps 1137, il envahissait la plaine cilicienne, où, sauf un moment Anazarbe, aucune ville ne lui résista ; négligeant Léon réfugié dans le Taurus, il marcha droit sur Antioche, où Raymond, avec Baudouin de Mar‘ach, put juste à temps rentrer par la montagne45.

  • 46 Cela résulte des conflits entre Raymond et le patriarche, infra, p.
  • 47 Grég., 152 ; Matth., 150 ; Kinnamos, 213 ; Nicétas, 216 ; G. T., XIV, 30 ; Orderic, XIII, 24 ; Mich (...)
  • 48 Grég., 152 ; Chron. rim., 500 ; ‘Az., 532 (Kamâl).

23L’armée grecque avait une importante machinerie de siège, et, après l’affaire de Ba‘rîn, Antioche ne pouvait pas compter sur de grands secours francs ; le roi conseillait d’aller à l’extrême des concessions possibles, de reconnaître les prétentions juridiques de Byzance : le mal était faible, si Raymond, comme vassal byzantin, gardait Antioche. Jean exigea d’abord un abandon pur et simple ; mais c’était pour lui une question de prestige : il voulait réduire les Francs au rôle d’armée de marche-frontière impériale, comme Alexis Comnène avait espéré que seraient les croisés, mais non pas se priver de leur secours trop utile contre les musulmans. Un compromis fut donc trouvé. Le basileus recevrait l’hommage de Raymond, impliquant le droit d’entrer dans la ville et d’occuper la citadelle ; l’année suivante, une campagne commune serait faite pour enlever aux musulmans les provinces d’Alep, Chaïzar, Hamâh, et Homç, et, en échange de ces places données aux Francs, ceux-ci abandonneraient à Byzance la Principauté. Sans attendre ce délai, il semble que Jean Comnène, qui en Cilicie avait remplacé le clergé latin par un clergé grec, exigea la réintroduction d’un patriarche grec à Antioche46. L’accord conclu, Raymond alla prêter l’hommage convenu, ainsi que peut-être Raymond de Tripoli et probablement Joscelin d’Édesse47. Puis l’armée byzantine retourna prendre ses quartiers d’hiver en Cilicie (septembre 1137) ; elle devait en plein hiver enlever à Léon Gaban et Vahga, puis le capturer avec toute sa famille ; Léon, emmené à Constantinople, y mourut un ou deux ans avant Jean Comnène, ainsi qu’un de ses fils qui avait été supplicié ; un autre, Thoros, devait s’enfuir et être le vrai fondateur de la principauté arménienne de Cilicie48.

  • 49 Qal., 244 A 262 ; "Az., 532 ; I. F., 93 r ».
  • 50 Qal., 245 A 263.
  • 51 Telle est la version formelle de Chron. an. syr., qui explique le passage par Bouzâ‘a ; on a toujou (...)
  • 52 Par un hardi coup de main, Sawâr délivra les captifs laissés dans les fossés d’Athârib par les Grec (...)

24L’approche des Grecs avait terrifié les musulmans ; Zengî faisait fortifier Alep, près de laquelle Sawâr battait un corps de fourrageurs byzantins49. Pendant l’hiver, des ambassades furent échangées entre Zengî et Jean Comnène. Soit qu’il fût tranquillisé, soit pour garder ses armées en Syrie, Zengî rouvrit les hostilités avec Damas, en emmenant même une partie de la garnison d’Alep50. L’arrestation des voyageurs musulmans d’Antioche l’empêchait de savoir qu’au début du printemps le basileus revenait en Syrie, et que Joscelin, Raymond, des Templiers, se préparaient à le rejoindre. Le 31 mars, les Alépins épouvantés virent paraître des ennemis sur la route d’al-Balât, cependant que Jean lui-même descendait de Mar‘ach par ‘Aïntâb51 sur Bouzâ‘a, où l’armée antiochienne le rejoignit. En sept jours, Bouzâ‘a fut prise, avec Bâb, et donnée à Joscelin ; l’armée byzantine descendit alors sur Alep ; néanmoins, l’effet de surprise ne jouait plus, Zengî avait eu le temps de réexpédier des troupes en hâte, si bien que la ville résista. Jean Comnène, qui paraît avoir jusque-là voulu imiter la dernière campagne byzantine de Syrie, celle de Romain Diogène sur Manbidj en 1068, décida de passer outre et d’isoler Alep avant de l’attaquer ; un certain Thoros alla occuper Athârib52, tandis que le basileus lui-même entrait à Ma‘arra, puis à Kafarṭâb, toutes deux évacuées par leurs garnisons : la ligne des défenses orientales de la principauté était récupérée (fin avril).

25Mais le second acte de la pièce ne devait pas être si beau. Jean Comnène décida d’attaquer Chaïzar, vieille ville grecque, position militaire utile, qui avait l’avantage de ne pas appartenir à Zengî. Le pont fut pris sans peine, et sur la citadelle le bombardement des puissants engins byzantins produisait des effets certains. Mais l’ardeur du basileus n’était pas partagée par les chefs francs : jugeant inutile de peiner là où les Grecs suffisaient, peu tentés par l’acquisition de places musulmanes qui leur ferait abandonner des villes chrétiennes et des provinces plus fertiles, Raymond, Joscelin surtout, imités par leurs vassaux, passaient leur temps à s’amuser sans prendre aucune part à la guerre. En vain le basileus les exhortait-il : ils promettaient, et continuaient. On prétend que Zengî, qui surveillait les environs, tout en refusant la bataille, les faisait sous main exciter

  • 53 Selon la chronologie de Michel ; selon Chron. an. syr., le raid sur Adana serait de 1137, l’autre s (...)
  • 54 G. T., XIV, 30 et XV, 1 ; Orderic.XIII, 34 ; Kinnamos H 213-215 ; Nicétas, 217-221 ; Grég., 152 ; S (...)

26À ce moment, on apprit l’arrivée de renforts envoyés à Zengî par Dâoûd de Hiçn Kaïfâ (peut-être contre la volonté de Zengî) et par le calife (influencé par des émeutes piétistes organisées) ; en même temps, sur les lignes de communications byzantines, Mohammad le Dânichmendite et son allié Mas‘oûd de Qonya faisaient des raids sur la haute-Cilicie et sur Adana53. Alors brusquement, Sultan de Chaïzar ayant, à la suite d’un assaut byzantin, offert une grosse indemnité et la restitution d’objets pris à Romain Diogène à Manâzgird (1071), Jean conclut la paix et fit sonner le départ. En vain les Francs, qu’il n’avait pas prévenus, craignant sa colère, le supplièrent-ils de revenir sur sa décision, il fut inflexible, et l’armée byzantine, à la fin de mai, poursuivie par Zengî, rentra à Antioche. Sans doute le basileus avait-il compris la leçon : que les Francs n’accepteraient sa suzeraineté qu’autant que les Musulmans resteraient assez forts pour les menacer54.

  • 55 G. T., XIV, 3-5 ; seule autre mention ‘Az., 532 (« le prince s’occupa de livrer sa ville au roi de (...)

27Entre Francs et Grecs l’atmosphère était lourde. Jean Comnène voulait à la fois exercer fermement ses droits et éviter une rupture irrémédiable. Il commença par faire dans Antioche une entrée solennelle avec Raymond et Joscelin comme écuyers, puis, conformément à l’accord de septembre 1137, il demanda à Raymond la remise de sa citadelle, base d’opérations pour l’armée byzantine mieux située, disait-il, que la Cilicie, trop éloignée des musulmans : car, si pour l’instant il devait partir, il reviendrait sûrement bientôt reprendre la guerre. Raymond avait espéré que le basileus n’exercerait pas son droit, il ne voyait pas moyen de refuser. Le même Joscelin qui en 1137 avait trouvé les conditions du compromis usa de ruse pour en éluder l’application. Il fit valoir au basileus l’utilité d’avoir, pour un acte de cette importance, l’acquiescement de la population, et obtint un délai pour réunir une assemblée. Sourdement il exploita alors les sentiments hostiles aux Grecs : une émeute éclata, les habitants couraient sus aux soldats grecs disséminés dans la ville. Joscelin accourut avertir Jean Comnène, jouant la peur. Le souverain byzantin comprit la partie pour l’instant perdu, et, affectant de croire Raymond aussi menacé que lui, déclara ne pas vouloir de drame, et se contenter de la simple vassalité du prince, puis alla camper dans la banlieue. Les deux chefs francs, inquiets qu’il ne vînt à apprendre les dessous de l’histoire, lui envoyèrent des excuses confuses, offrant même de remettre la citadelle en passant outre aux manifestations des mauvaises têtes. Jean Comnène, ne voulant pas employer la force pour le moment, fit assaut de politesse, manda les barons francs à son camp, déclara partir sans aucune rancune et avoir l’intention de revenir vite. Il repartit en effet, châtiant en route Mas‘oûd par un raid vers Qonya. Mais il va de soi que de ces faits la confiance entre Francs et Grecs sortait irrémédiablement compromise55.

  • 56 Kamâl, 678.
  • 57 Qal., 256 A 270 ; Kamâl, 679.
  • 58 ‘Az., 533 ; Kamâl, 679 ; Mich., 250 ; Chron. an. syr., 280.
  • 59 Tremblement de terre peu après (Mich., 246, Azr., 169 r°).
  • 60 Mich., 247 ; Sempad, 617.

28En outre le départ, presque sans résultat, d’une pareille armée constitua pour Zengî un stimulant plus grand que si aucun Grec n’était venu. Dès le lendemain de la retraite de Chaïzar, al-Yaghî-siyânî de Hamâh avait repris Kafarṭâb56 ; en septembre-octobre, Zengî lui-même réoccupa Bouzâ‘a et Athârib57. Il ne restait rien des conquêtes byzantines58. Quant au comté d’Édesse, profitant sans doute des rassemblements turcomans opérés pour secourir Zengî, Timourtâch était arrivé à y faire un coup de main jusqu’aux portes d’Édesse, à Kesâs, et, plus généralement, à faire d’Édesse « une prison »59 ; sur le haut Euphrate les pillages des Banou Bogousag se multipliaient ; Kaïsoûn était inquiétée alternativement par le Dânichmendite Mohammad puis par le fils de l’Artouqide Dâoùd rentrant de chez Zengî ; jamais le comté n’avait été plus bas60.

  • 61 Qal., 252 A 267 ; ‘Az., 532, Kamâl, 678-679.
  • 62 Grousset, II, 128rl45 ; Ousâma dans Derenbourg Vie, 185-190 ; la source principale est naturellemen (...)
  • 63 Qal., 261 A 273 ; G. T., 671.
  • 64 Sources principales I. Djauzî, ans 537-538 et, en partie d’après lui, I. A.
  • 65 Diyâr Bakr, 247-249.

29Il est vrai que du côté de Damas Zengî continua à ne pouvoir progresser ; il avait bien obtenu en juin 1138 la ville de Homç, qu’il avait reçue en dot d’une fille de Mahmoud épousée par lui en signe de réconciliation61. Mais lorsqu’en 1139 Mahmoud eût été assassiné, remplacé par le tout jeune Abaq, et que plusieurs mois de troubles désolèrent la ville, ce fut cependant en vain qu’une fois de plus Zengî l’attaqua. C’est que sa cruauté, sa perfidie, avaient fait contre lui l’unanimité des esprits. Euneur d’une part, Foulques de l’autre comprirent que Zengî était désormais pour chacun d’eux l’ennemi principal, et qu’au lieu de continuer entre eux la petite guerre des dernières années mieux valait s’allier contre lui. On avait déjà vu, par exemple en 1115, des ententes franco-musulmanes destinées à parer à un danger d’unification syrodjéziréenne ; mais l’alliance conclue cette fois fut la première durable ; comme gage Bânyâs, reprise à un rebelle, fut cédée aux Francs62 ; Raymond d’Antioche et Raymond de Tripoli avaient participé aux opérations (mai-juin 1140)63. Le renforcement des Francs et des Damasquins par ce rapprochement, peut-être aussi la peur de provoquer une nouvelle offensive grecque amenèrent alors Zengî à repartir en Orient et, pendant quatre ans, à ne plus s’intéresser activement qu’à son état mossoulitain, qu’il arrondit par des conquêtes sur les confins de l’Iraq64, en Kurdistan, et en Diyâr Bakr (par une nouvelle guerre contre Dâoûd, qui meurt en août 1144, puis contre son fils Qara Arslân65.

  • 66 Kamâl, 681.
  • 67 Kamâl, 683.
  • 68 ‘Az., 535 (d’où Kamâl).
  • 69 ‘Az., 536 (Kamâl).
  • 70 Qal., 263 A 274 (‘Az., 536) signalent un raid d’un officier de Zengî, Ladja (Badja ?)
  • 71 ‘Az., 536 (Kamâl) ; Mich., 233 ; Boustân, 537 (capture du connétable franc).
  • 72 I. F., 136 r°.
  • 73 ‘Az., 537 ; Qal., 264 A 275 ; I. F., 135 r°.
  • 74 ‘Az., 538 ; Kamâl, 685.

30En son absence, les rapports entre Alep et Antioche se bornèrent à des coups de main qui ne changèrent rien à l’état territorial de 1138 : en 1139, raid malheureux de Sawâr, où est pris l’ancien seigneur du Kahf, Mousâ ibn ‘Amroûn, réfugié à Alep66 ; conclusion d’une trêve, que violent les Turcomans, et représailles franques67 ; en 1140, incursions des Francs vers Chaïzar68, où Sawâr les bat ; en 1141, raids francs sur le Djazr et le Djabal Soummâq69, puis raids turcomans vers la plaine d’Antioche70 ; en avril 1142, raid de Sawâr, profitant de ce que Raymond est au concile de Jérusalem : ses Turcomans franchissent l’Oronte près de Djisr al-Ḥadîd71, mais peu après il est battu et doit fuir à Armenâz72 ; au printemps de 1143, après la mort de Jean Comnène, attaque de Raymond vers Bouzâ‘a, contemporaine d’incursions de Joscelin vers le bas-Euphrate, terminées par une trêve séparée entre Sawâr et lui73 ; enfin en 1144, capture par les musulmans d’une caravane de marchands antiochiens et échange de raids entre Turcomans et la garnison de Bâsoûtâ dont le seigneur est pris74. Bref les Francs, on le voit, ne s’abandonnent pas, mais tout cela n’est qu’escarmouches sans conséquence.

  • 75 Mich., 248-249 ; ‘Az., 535.
  • 76 Qal., 263 A 275 et ‘Az., 536 : entre août 1140 et août 1141 ; Ibn Hamdoûn (I. A.) et I. F., 136 v°  (...)
  • 77 Mich., 253-258 ; Kinn., II, 5.

31Dans le comté d’Édesse, la situation redevient nettement meilleure. Entre le Djahân et Kaïsoûn, entre Gargar et le Khanzît, Turcs danichmendites ou artouqides et Francs échangent divers raids en 114175. Mais à la fin de cette année le dânichmendite Mohammad meurt76, et, contrairement à ce qui avait eu lieu à la mort de Ghâzî, l’unité de son héritage ne peut être conservée : son fils Dhou’-l-noûn s’installe à Qaïsariya, mais un frère du défunt, Yâghî-Siyân, occupe Sîwâs, et un autre dânichmendite jadis expulsé par Mohammad, ‘Ain ad-daula, revient et s’empare de Malatya. Il y a donc désormais trois princes danichmendites, et, du même coup, le rôle de puissance dominante en Anatolie passe au seldjouqide Mas‘oûd, qui, en s’alliant à Dhou’1-noûn, parvient à enlever à Yâghî-Siyân Ankara d’une part, le Djahân de l’autre. Quelques années cependant se passeront avant qu’il puisse reprendre à son compte les projets des danichmendites contre le comté d’Édesse. De l’autre côté, Dâoûd et Kara Arslân sont en butte à l’hostilité de Zengî, et non seulement négocient contre lui avec Mas‘oûd, mais préparent même un rapprochement avec les Francs77.

  • 78 Mich., 248. ‘Az., 534 signale « une bataille entre Bâdoûkiya (Yâroûkiya) et Roûm, où Dieu donna la (...)

32Si les Francs avaient quelque répit du côté musulman, le départ de Jean Comnène ne les avait pas délivrés de préoccupations du côté byzantin. Le basileus n’était pas revenu en Syrie tout de suite, parce que l’expérience de 1138 lui avait fait juger nécessaire de nouvelles expéditions contre Mohammad (1139-1140) ; il avait étendu sa domination sur le côté pontique suffisamment pour que Gabras fît maintenant sa soumission78. Mais en 1242 la mort de Mohammad lui permit de revenir en Cilicie ; et cette fois, sans renoncer à la campagne promise en 1138 contre les musulmans, il avait l’intention de s’assurer fermement d’abord de la fidélité franque : il paraît avoir désiré constituer au profit de son dernier fils, Manuel, un duché comprenant l’Isaurie, la Cilicie et la Syrie du nord

33À son arrivée en Cilicie, il avait reçu une ambassade de Raymond, qui sollicitait son secours, dans la pensée sans doute qu’en allant au-devant des désirs du basileus il en limiterait les exigences. Voulant prévenir toute manœuvre de Joscelin, Jean Comnène, sans s’attarder en Cilicie, parut brusquement devant Tell-Bâchir, et exigea des otages ; le comte, pris au dépourvu, dut livrer sa propre fille. Puis, avec la même rapidité, l’armée byzantine descendit sur le ‘Amouq, et vint camper devant Baghrâs d’où le basileus fit demander au prince, comme base pour la future campagne, la remise de sa ville et de sa citadelle (25 sept. 1142).

  • 79 Par délégation du récent concile de Jérusalem ?
  • 80 G. T., XV, 19, 25 ; Otto Freis., MGSS, XX, 263 ; Grég., 156 ; Kinnamos H 222 ; Nicétas, 225 ; I. A. (...)

34Raymond se tira de nouveau d’affaire par un appel aux Antiochiens. Une assemblée de clercs, barons et bourgeois, fut tenue à Saint-Pierre en présence du patriarche, où l’on convint que les Grecs, une fois maîtres d’Antioche, non seulement se désintéresseraient de la guerre contre les musulmans, mais ne sauraient même pas défendre bien la ville. Restait à trouver une base juridique au refus qu’on allait opposer au basileus. Ce fut chose facile : le consentement des Antiochiens était nécessaire à la remise de la ville, car Raymond n’en était que le régent, et la princesse même, par laquelle la succession devait se transmettre à un futur prince, ne pouvait aliéner ses états, répondait-on, sans l’agrément de ses sujets : que si Raymond ou elle se permettaient de telles promesses, les Antiochiens les déposséderaient. On offrait, il est vrai, au basileus de faire comme en 1138 une entrée solennelle dans la ville mais à condition de n’y pas rester et de ne s’y mêler de rien. L’ambassade antiochienne fut conduite par l’évêque de Djabala, qui parla comme au nom du pape même79. Pour Jean Comnène, c’était bel et bien une violation de parole. La saison était trop avancée pour entreprendre une vraie guerre tout de suite, mais il fit piller la banlieue d’Antioche, et s’en alla prendre ses quartiers d’hiver en Cilicie, bien décidé à revenir en force au printemps80.

  • 81 G. T., XV, 21 ; Nicétas H 224 ; Kinnamos H 226 (offrande préparée pour le Saint-Sépulcre).
  • 82 G. T., XV, 22-23 ; Richard Poit, éd. Berger, 135 ; Eudes de Deuil, 40 ; Romuald, XIX, 424 ; Otto Fr (...)

35Pendant l’hiver il fit une autre démarche : il annonça au roi Foulques son intention de venir visiter Jérusalem avec son armée et de l’aider ensuite à la guerre contre les Turcs. Quelles étaient ses arrière-pensées ? Jérusalem ne faisait pas partie des territoires que revendiquait l’empire byzantin ; toutefois Byzance avait été au xie siècle la protectrice des Lieux-Saints, il fallait lui rendre ce rôle, et évidemment la présence du basileus à Jérusalem ferait des Francs sinon ses vassaux du moins ses protégés et ses satellites. L’attitude du roi Foulques en 1137 donnait à penser qu’il se prêterait à cette politique, et sans doute son intervention faciliterait-elle un règlement définitif de la question d’Antioche (comme, au temps de Manuel, devait le faire celle de Baudouin III). Mais Foulques se méfia ; il fit répondre qu’il serait très honoré de la visite impériale, mais que son petit royaume n’avait pas de quoi entretenir une grande armée. Jean fit remarquer qu’un déplacement avec maigre escorte était indigne de sa majesté, et n’en reparla plus81. Sans doute se préparait-il à entrer en campagne lorsque le 8 avril 1143, au cours d’une partie de chasse dans le Mardj ad-Dî-bâdj, il fut mortellement blessé82.

  • 83 Kinnamos H 227, seule source ; les Grecs capturèrent un percepteur antiochien.

36La mort de Jean Comnène fit relever la tête à Raymond. Manuel Coirmene, pressé de rentrer à Constantinople pour exclure son aîné Isaac de la succession paternelle, se serait prêté à un accord ; mais pour cette même raison Raymond exigeait toute la Cilicie, occupée injustement par les Grecs, disait-il ; Manuel rétorqua en demandant de quel droit Raymond occupait Antioche. Après son départ, Raymond récupéra une partie de la Cilicie ; trop occupé à s’assurer le pouvoir et à combattre Mas‘oûd, qui lui aussi avait profité de la mort de Jean Comnène, Manuel ne pouvait revenir en Cilicie, mais il ne pouvait non plus admettre de laisser impunie l’usurpation franque. Une expédition mi-terrestre (sous Jean et Andronic Kontostephanos et le Turc converti Boursouq) mi-navale (sous Demetrios Branas) reprit la Cilicie et pilla les confins d’Antioche ; Raymond essaya en vain de surprendre leur retraite ; le butin fait fut mis en sûreté à Chypre83. La Cilicie resta grecque, et les rapports trop tendus entre Francs et Byzantins pour autoriser aucune collaboration contre l’Islam (1144).

C. La chute d’Édesse (1144-1146)

  • 84 Cart., 112 (acte de Joscelin, 1141, « sous le principat de Raymond »), G. T., XIV, 4 (Joscelin en 1 (...)
  • 85 G. T. est notre seule source et peut avoir brouillé les dates, puisque Joscelin restait vassal de R (...)

37Ce qui rendait fâcheuse cette situation était que justement la mort de Jean Comnène, bientôt suivie de celle de Foulques (novembre 1143), que remplaçait un enfant, Baudouin III, et les négociations qui se nouaient entre Artouqides et Francs amenaient Zengî à reprendre la lutte contre ces derniers, qu’il avait abandonnée depuis quatre ans. Par surcroît, la tension entre Raymond et Joscelin, qui paraissait avoir disparu en 1137-1138, se ranimait, dans des conditions mal connues. Contrairement à ses prédécesseurs, vassaux des rois de Jérusalem, Joscelin l’était du prince d’Antioche84 ; après la perte d’Édesse, il rejettera, ainsi que Baudouin de Mar‘ach, la suzeraineté de Raymond ; mais il est impossible de savoir jusqu’à quel point cette rupture ne fut pas le résultat plutôt que la cause de la conduite qu’eut alors Raymond85.

  • 86 T. A., 62 H 442, At., 118 ; Boustân, 535 et I. F., 139 v° croient al- Mouwazzar prise dès 1140, mai (...)
  • 87 Mich., 260 ; Chron. an. syr., 280.
  • 88 Telle est la version de Chron. an. syr. D’après les autours arabes, il partit vers la Syrie ; d’apr (...)

38Quoi qu’il en soit, au printemps de 1144, Zengî enlevait à Joslin les places du Chabakhtân, par où pouvait se faire sa liaison avec Qara Arslân86 ; puis il attaquait Amid, alliée de ce dernier et clé du Diyâr Bakr ; le prince artouqide faisait alors offrir à Joscelin la restitution de Bâbaloû s’il le secourait87. Sans doute fut-ce comme suite à cette requête que Joscelin organisa une diversion du côté d’ar-Raqqa88. Mais Zengî avait prévu la chose et guettait : Joscelin avait emmené hors d’Édesse le plus clair de sa garnison, l’émir de Harrân prévint Zengî, qui envoya Yâghîsiyânî essayer, d’ailleurs en vain, de surprendre la ville, puis le rejoignit à marche forcée ; le 28 novembre 1144 il entamait le siège d’Édesse.

39Guillaume de Tyr s’est fait l’écho d’accusations selon lesquelles Joscelin, paresseusement réfugié dans sa résidence plus tranquille de Tell-Bâchir, négligeait la défense d’Édesse et n’y avait laissé, en dehors d’indigènes peu aguerris, que quelques soldats fort mal payés. Tout ce que l’on sait de la carrière de Joscelin et le témoignage formel des auteurs arabes doivent faire rejeter cette version. Tell-Bâchir, plus proche qu’Édesse d’Alep et des Francs, n’était nullement une résidence d’oisif ; et si Joscelin disposait d’un nombre insuffisant d’hommes pour défendre un territoire attaqué sur presque toutes ses frontières, s’il manquait de ressources pour les entretenir sur des domaines constamment dévastés, il est difficile de l’en rendre responsable ; au surplus le dénuement d’Édesse était, on vient de le voir, en partie accidentel, et l’on pouvait penser que la ville était de taille à supporter victorieusement des sièges, comme au début du siècle.

40Mais Zengî agit avec une promptitude et une énergie imprévues

  • 89 G. T. seul contient cette accusation. Rohricht, 236 suppose à tort que Raymond était alors à Consta (...)
  • 90 Qal., 226-268 A 280-281 ; Azr., 170 v° ; Ibn Djauzî, 539 ; I. A., 64-66 H 443-446, At., 118-126 ; S (...)

41À ses troupes propres s’ajoutaient des Kurdes et des Turcomans, les contingents d’Irbil amenés par ‘Alî Kutchuk, ceux des seigneurs d’Arqanîn (haut-Tigre), Sèvavérak, Manbidj. La défense était dirigée par les trois évêques, le latin Hugues, le jacobite Basile, l’arménien Jean. Les assiégeants construisirent des tours, creusèrent des mines ; les assiégés firent des contre-mines, des contre-murs ; mais, commerçants ou clercs, ils manquaient d’entraînement militaire, et Hugues, disait-on, se refusait à dépenser pour eux les trésors qu’il avait amassés. Basile désirait obtenir une trêve, mais la population y était en partie hostile et comptait sur les appels lancés à Antioche et à Jérusalem. Mais d’Antioche les secours tardèrent89, et Jérusalem était loin. Le 24 décembre un pan de mur s’écroula près de la Porte des Heures, et les habitants ne purent refouler l’assaut turc. En vain la population chercha-t-elle à se réfugier dans la citadelle, Hugues avait interdit au commandant de l’ouvrir. Il y eut plusieurs milliers de tués, de captifs et de personnes étouffées dans la foule (dont Hugues). Seulement alors Zengî donna l’ordre de cesser le massacre, ne voulant ni ruiner la ville devenue sienne ni s’en aliéner les habitants parmi lesquels il n’y avait guère de musulmans. Deux jours après un certain Barsauma lui livra la citadelle. L’armée turque n’eut pas le droit de pénétrer dans la ville qui conserva une administration autonome sous le commandement de ‘Ali Kutchuk ; les prisonniers furent rendus à leurs foyers. Basile, qui avait bien combattu, bien que Zengî eût escompté son hostilité envers les Francs, argua de sa fidélité à ses anciens maîtres pour garantir sa fidélité au nouveau ; seuls les Francs furent, eux, systématiquement et sauvagement massacrés. De même les églises furent respectées, sauf les églises franques, qui furent désaffectées90.

  • 91 Traité an., ZDPV, X, 298 ; Qal., 268 A 281 ; Chron. an. syr., 286-288 (Chabot, Cptes-r. Acad., Insc (...)
  • 92 Qal., 269 A 281 ; Mich., 265.
  • 93 Qal., 270 A 282 ; I. F., 157 r° ; Mich., 267-268 ; Chron. an. syr., 289.

42La prise d’Édesse fut sans difficulté suivie de celle de Saroûdj (janvier 1145). Zengî assiégea ensuite Bîra que, malgré des secours envoyés de Qarat-ar-Roûm, il eût sans doute réduite, si, comme on va le voir, il n’avait dû regagner Mossoul (mars 114591. Pendant son absence, les Antiochiens eurent encore quelques conflits avec les Turcomans de la Syrie du Nord92 ; puis des Arméniens en relation avec Joscelin essayèrent de profiter de la faiblesse de la garnison turque d’Édesse pour fomenter un complot qui la rendrait aux Francs ; mais Ali Kutchuk informé fit saisir les responsables et Zengî, en route pour revenir en Syrie, ordonna des exécutions exemplaires, et chercha à augmenter l’élément loyal d’une part en multipliant les faveurs aux jacobites, d’autre part en établissant à Édesse trois cents familles juives (mai 1146)93.

  • 94 I. F., 157 r° ; les titres sont : Zaïn al-islam, al-malik al-mançoûr, alp ghâzî Iran ( ?), naçîr am (...)

43La conquête d’Édesse et de sa province par Zengî supprimait d’un coup toute domination franque outre-Euphrate et réduisait Joscelin à ses possessions syriennes et tauriques. Désormais de Mossoul à Alep les communications musulmanes étaient sûres, et la Syrie allait désormais supporter seule et directement toute la pression des forces turques. L’événement eut un retentissement considérable ; en Occident, il devait provoquer la naissance d’une nouvelle croisade ; en Orient, une ambassade califale vint conférer à Zengî une série de présents et de titres, parmi lesquels le titre royal, et les poètes le célébrèrent à l’envi94.

  • 95 Kinnamos H 229 ; Mïch., 267 ; Eudes de Deuil, 40 ; Mich. donne comme date oct. 1145, oct. 1146, mai (...)

44Que Raymond eût ou non des reproches à se faire, il comprit que devant une telle aggravation de la situation générale il fallait en finir avec la querelle grecque et revenir à la suzeraineté byzantine de 1137, avec les secours qu’elle comportait. Il se rendit donc en personne à Constantinople ; là se joua une scène qui montre Manuel déjà imbu de l’esprit dans lequel il traitera plus tard Renaud de Châtillon. Il refusa d’abord de recevoir Raymond, puis, celui-ci ayant été faire amende honorable sur le tombeau de Jean Comnène, il lui pardonna, tout en parlant peut-être d’un patriarche grec à Antioohe. Raymond espérait des secours en hommes ; il ne reçut que des subsides, mais Manuel lui promit de venir bientôt en Syrie. Il voulait bien aider les Francs, mais non sans être assuré que Byzance y trouverait son profit (1145 ?)95.

  • 96 Qal., 270 A 277 ; Ibn Hamdoûn et Ibn Djauzî, an 541 ; 1. V, 66 sq. ; H 446 sq. ; Kamâl Boughya, VI, (...)

45L’affaire qui avait rappelé Zengî de Bîra était une dernière répercussion de son ancienne carrière orientale. Nominalement, il n’avait été jusqu’en 1144 qu’atabek d’un fils du sultan Mas‘oûd, Alp Arslân ; celui-ci, devenu jeune homme, crut pouvoir profiter de l’absence de Zengî pour se soulever contre lui ; l’affaire n’eut pas de suite, car aucune troupe ne broncha, et ce fut au contraire à ce moment que Zengî obtint le titre royal, qui sanctionnait son pouvoir personnel. Il repartit alors pour la Syrie, avec l’idée d’attaquer de nouveau Damas. Pour assurer ses communications, il assiégea Qal‘a Dja‘bar, que possédait un seigneur arabe descendant de l’ancienne dynastie ‘oqaïlide ; ce fut là qu’à la suite d’une querelle d’ivresse il fut assassiné par un esclave d’origine franque (14 sept. 1146)96.

  • 97 Qal., 272 A 278 ; I. A. T. dans A. Ch., 46 ; I. A., 74 H 455, At., 152- 155 ; I. F., 158 r°.
  • 98 Diyâr Bakr, 252.
  • 99 Qal., 273 A 279 ; I. A. T. dans A. Ch., 48-49 ; I. A., 78 H 459.

46Un instant on put croire que cette mort affaiblirait les musulmans. Tandis que le vizir Djamâl ad-dîn al-Içfahânî emmenait à Mossoul le fils aîné du défunt, Saïf ad-dîn Ghâzî, le cadet, Noûr ad-dîn, se faisait reconnaître à Alep avec l’aide du notable alépin Madjd ad-dîn ibn ad-Dâya et de l’émir kurde Chîrkoûh, dont le frère Ayyoûb avait jadis sauvé Zengî battu par le calife97 ; le royaume zengide était donc coupé en deux, et bien que Ghâzî n’eût manifestement aucune intention de dépouiller son cadet, une certaine méfiance exista d’abord entre eux. D’autre part, tous ceux qu’avaient frustrés la puissance de Zengî voulurent regagner ce qu’ils avaient perdu ; en Diyâr Bakr, les Artouqides enlevèrent à Ghâzî presque tout ce qu’ils avaient dû céder à Zengî98 ; en Syrie Euneur reprit Ba’lbek, occupé par Zengî en 1140, et établit sa suzeraineté sur le gouverneur de Homç et al-Yâghîsi-yânî, inquiets des sentiments de Noûr ad-dîn à leur égard. Enfin du côté franc Raymond pillait les confins d’Alep et de Hamâh, et un nouveau complot éclatait à Édesse99. Là, à la suite d’un accord secret de Joscelin avec les habitants, le comte, auquel Raymond avait refusé de s’associer, mais qui avait avec lui Baudouin de Mar‘ach, s’introduisait par surprise dans la ville (nov. 1146).

  • 100 Qal., 274 A 279 ; I. A., 75, At., 156 ; Boustân, 541 ; I. A. T. dans A. Ch 49 (pour l’affaire d’Art (...)

47Mais la réplique fut foudroyante. Dès le lendemain du raid de Raymond, Chîrkoûh avait répliqué en fondant sur Artâh. Du côté d’Édesse, Noûr ad-dîn, immédiatement prévenu, alerta les seigneurs voisins, puis accourut lui-même à la tête des Turcomans de Sawâr : il fallait arriver avant qu’eût succombé la citadelle. Cinq jours après l’arrivée de Joscelin, Noûr ad-dîn était devant la place. Joscelin, pour faire vite et sans être vu, n’avait amené qu’une poignée d’hommes : la résistance était impossible. Refoulé dans la Tour de l’Eau, tout ce qu’il put faire fut d’opérer une évasion nocturne en essayant d’emmener une partie des habitants pour les soustraire au massacre. Ce fut un exode déchirant. Harcelés par les musulmans, les chrétiens essayèrent de les repousser dans un combat où fut tué Baudouin de Mar‘ach, et ne parvinrent que décimés à Samosate. Quant à Édesse, elle fut livrée à un sac impitoyable, une multitude d’habitants furent massacrés ou emmenés en esclavage. Elle ne devait jamais se relever tout à fait de ce désastre100.

  • 101 Qal., 275-279 A 280-282 ; I. F., 162 v° et 172 r° ; G. T., 715-718.
  • 102 I. A. At., 158 ; Kamâl, 81.

48Comme pour aggraver la situation, la régente de Jérusalem, acceptant l’appel qu’un rebelle hauranien lui avait adressé contre Euneur, rompit alors l’alliance qui l’unissait aux Damasquins. Noûr ad-dîn put alors conclure la paix avec Euneur, qu’il aidait à repousser les Francs et dont il épousait une fille. Al-Yâghîsiyânî résigna entre ses mains son fief de Ḥamâh101 ; enfin Saïf ad-dîn Ghâzî, se jugeant suffisamment occupé par les Artouqides, sollicita son frère de se prêter à une entrevue, qui dissipa entre eux toute méfiance102. Il n’y eut donc, en partie par la faute des Francs, aucune des discordes entre musulmans qu’ils avaient pu espérer. Les conquêtes de Zengî s’avéraient irrévocables, du moins tant que n’était pas arrivée la croisade qui s’organisait.

Notes

1 Ilghâzî s’appliquait à paraître en bons termes avec eux, au point qu’ils lui avaient demandé la petite citadelle du Chérif à Alep et qu’il n’avait pu éluder une réponse négative qu’en la faisant démolir en hâte et en prétendant l’ordre parti juste auparavant. Ibn al-Khachchâb, qui dirigea la démolition fut en 1125 « assassiné », comme auparavant le sunnite Ibn al-‘Adjamî. Les Assassins avaient également pénétré en Égypte, où le vizir al-Afdal devait périr de leurs mains ; lui-même et son successeur al-Ma‘moûn eurent des services de renseignements pour les dépister, et un de leurs espions fut « assassiné » à Damas (I. F., 152 r°, 153 r°, 211 v°, 214 r° ; Ibn Mouyassar, 70).

2 Qal., 180 A 216, 187-195 A 225-227 ; I. A., 445 H 366 (suite, d’après Qal.) ; Ibn Ḥamdoûn, 523 ; Azr., 163 v° ; Ibn Djauzî, 523 ; I. F., 11, 8 r°. Massacre analogue d’Assassins à Amid en 1124 (Ibn Djauzî, 518).

3 ‘Az., 523 ; I. F., 11, 8 r°.

4 Rôhricht, 186, Grousset, 662 ; ajouter Ibn Djauzî, 523 et I. F., cité dam Karabacek, Beitrüge zur Geschichte der Mazyaditen, 117.

5 Qal., 200-206 A 227-232 ; ‘Az., dans Boughya, VI, 207 r° (Kamâl, 658), rés. 524, et Boughya, V, 301 r°, VI, 208 r° ; Ibn Hamdoûn, 525 ; I. F., Karabacek, 131 ; Chron. an. syr., 273.

6 Chron. rimée, 500.

7 Seule source, Mich., 223-224, 227, 237. Je ne comprends pas Az., 520 (1126), disant que « Mas‘oûd, roi de Qonya, livra bataille au fils du Dânichmend et prit les campagnes de Constantinople.

8 G. T., XIII, 27 ; Orderic, vol. IV, p. 267 ; Romuald. MGGSS. XIV. 420 ; Mich., 227 ; Chron. an. syr., 98-99 ; Az. et Ibn Hamdoûn, 524 ; I. A., 468 H 391.

9 G. T., XIII, 27 ; Az., 524, 525 ; Mich., 230.

10 Pour ses relations avec Hugues du Puiset, qui bientôt se révoltera.

11 Mich., 234, qui place le fait entre les affaires de Ba‘rîn et Qinnasrîn, mais a une chronologie peu sûre. On sait par ‘Az., que Foulques eut en janvier 1134, de nouvelles difficultés à Antioche, dont il changea le duc. Sa présence à ce moment est attestée par une charte (Roz., 165).

12 G. T., XIV, 4 ; ‘Az., 526, 527 (Kamâl, 664) ; Qal. 215 A 236 ; Mich., 233. La datation précise est difficile. ‘Az. donne 526 (nov. 1131-nov. 1132) puis en reparle dans une phrase parallèle à Qal. en moharram 527 (nov. 1132) ; mais Foulques étant alors à Jérusalem, retenu par la révolte de Hugues du Puiset, cette date ne peut se référer qu’à l’arrivée à Damas d’une série de nouvelles dont la dernière est celle d’un raid turcoman où le seigneur de Zerdana fut tué, selon Qal., tandis qu’il résultait de sa mort dans la guerre civile, selon ‘Az. Ce seigneur de Zerdana paraît effectivement être identique à Guillaume de Çahyoûn, mort vers cette date (cf., P. Deschamps dans Syria, 1935, n. sur mon article, ibid., 1931).

13 Diyâr Bakr, 243-246.

14 ‘Az., 524 répété 525 (Kamâl, 661) ; I. F., 20 r° ; I. A., 466-467 (H, 387- 389), At., 71-76 place à tort en cette année la prise d’Athârib, qui est de cinq ans postérieure, soit pour masquer le caractère islamiquement peu glorieux des opérations de Zengt en 1130, soit qu’il ait été induit en erreur par le fait, qu’en 1135 comme en 1130, les opérations contre Athârib aient eu lieu entre des hostilités sous Hamâh et au Diyâr Bakr.

15 Au physique, fort et trapu, de teint et de cheveux foncé, le nez gros, les yeux saillants, il tient de son ascendance arménienne (il était neveu, par sa mère, du Roupénien Thoros) et non de ses aïeux francs. Les Arabes l’appellent Joscelin l’Arménien. ‘Az., 525 (Kamal, 661) ; Mich., 232 ; Chron an. syr., 99 ; G. T., XIV, 3 ; I. F., 20 r°, par confusion croit à un combat heureux de Sawâr contre Joscelin I, qui au contraire l’avait une fois battu ; le succès de Sawâr est de deux ans postérieur et contre Joscelin II.

16 Raid turcoman sur Ma‘arra, riposte franque sur Hiçn al-Qoubba, diversion de Sawâr sur Tell-Bâchir (hiver 1232-1233). Qal. 215 A 226 ; ‘Az., 527 (Kamâl, 665) ; I. F., 20 r° ; Mich., 233.

17 ‘Az., 526. Khîrkhân fut mis â mort par Zengî, en 1135.

18 Qal., 221 A 243 ; G. T., 614 (qui croit à tort les Turcomans conduits par Zengî).

19 Az., 528 (çafar = déc. 1133-janvier 1134) ; Qal., 222 A 244, date à tort de çafar 527 (moment où Foulques combat Hugues du Puiset) ; I. F., 49 r°, 57 v° (double dû à ces deux chronologies) ; G. T., 615 ; Mich,. 233.

20 ‘Az., 528 (Kamâl, 667).

21 ‘Az., 525 (1131) ; Nouwaîrî Bibl. Nat., 1578, 61 r° (1136).

22 ‘Az., 527 ; I. A., XI ; ‘Az., 528, venant de parler de Qadmoûs, écrit par inadvertance que « le roi Foulques, fils du comte, seigneur de Qadmoûs, arriva à Antioche » (à la veille de la bataille de Qinnasrîn) ; Kamâl, 665, surpris a supprimé le nom de Foulques, si bien qu’on a cru à une alliance d’Ibn ‘Amroûn avec les Francs (Grousset, II, 16). En réalité il faut corriger Qadmoûs en Qouds (Jérusalem).

23 ‘Az., 529 ; Kamâl, 680 ; Nouwaîrî, 63 v°.

24 Ousâma Hitti, 107 ; I. F., II, 93 v° ; Qal., 241 A 258. Abou Qobaïs avait été reprise aux Francs par les Mounqidhites avant 1138 (Derenbourg, Vie, 156). Le seigneur en fut alors de la famille des Banou ‘Amroûn (Hitti, 147).

25 Qal., 263 A 274 ; I. F., 129 v° ; I. A., 152 H 438.

26 Cart., 155 (le seigneur de « Malavans » — lire : Malaïoas — échange avec son suzerain cette place contre Ericium, en aval dans’ la même vallée).

27 Quoi qu’on en ait dit, ils n’occupèrent jamais Bikisrâil.

28 G. T., XIV, 3 ; Mich., 232 ; Chron. an. syr., 100. C’est l’attaque au lendemain de laquelle mourut Joscelin. G. T. la lui fait annoncer par un comte de Mar‘ach, qu’il croit être Geoffroy le Moine, tué en réalité en 1124 ; ce peut-être son successeur Baudouin. En 1133, des Arméniens de Gargar enlèvent, au nord, Maçara (Sempad, 615).

29 Non aux Grecs, quoi qu’en dise Chalandon, I, 235 (Grousset, II, 51), qui ignore la reprise de ces villes par Tancrède. Kinnamos parle bien d’usurpation sur l’empire, mais comme c’est à propos de la guerre entre Léon et Jean Comnène (I, 16), et que l’empire n’avait jamais renoncé à la Cilicie, c’est tout naturel

30 Sempad, 616 ; Grég., 152 ; Mich., 230-234,238 ; Chron. an. syr., 99 ; Qal., 215 A 236.

31 Qal. 228-236 A 244-248 ; Az. 529 ; Boustân, 329 (Târîkh Çâlihî, 529) ; Azr., 168 r°.

32 Rien dans Qal. ni ‘Az. ; Kamâl, 670 (I. F., 104 D°) ; Mich., 234 et chron. an. syr., I. A. place la prise d’Alhârib en 1130 (supra, n. 14). Ousâma De-renbourg (Vie, 151) donne quelques épisodes. Kafarṭâb n’est attestée aux musulmans qu’en 1138 lors de la campagne de Jean Comnène.

33 I. F., 76 v°, 78 r° (mort du gouverneur de Tell-Bâchir) ; I. A., II, 34 (H 423), At., 103 sq. ; Zengî inquiète aussi Ba‘rîn et Homç (Kamâl, 671).

34 Principales sources : ‘Imâd-Bondârî, 178 sq. ; Ibn al-Djauzî, 529-530 ; I. A., 14-19, 22-24, 27-30 ; I. A. T. et Ibn Dahya dans I. F., 99 v°,, 106 r°, 68 r°, 75 r° ; Azr., 165 r°, 167 r° (en partie dans Qal. A n. p., 250 sq., 259 sq.).

35 Qal.. 238 A 252 ; I. F., 77 r ».

36 Qal., 239 A 256 ; I. F., 76 r° ; Kamâl, 672 ; I. A., 25-26 (H 416-417) ; Mich., 244.

37 Qal., 241 A 258 et 243 A 262 (I. A., 32 H 419) ; G. T., 640.

38 Mich., 233, 244, 246, 260 ; Matth., 149.

39 Rozière, 166.

40 G. T., XIV, 20 ; Kinnamos, I, 7.

41 G. T.,, XIV, 9, 20 ; Robert de Torigny.an 1130 ; Mich., 236 donne comme date 1135, mais a une chronologie sans valeur ; les actes du 19 avril 1140 (Röhr. reg., 194-195) portent la mention : quatrième année du principat. — Le mariage rompu de Baudouin I avec la more de Roger avait déjà établi des liens siculo-syriens.

42 G. T., XXV-XXVIII ; Orderic, XIII, 23 ; Mich., 247 ; Qal., 242 A 259 ; ‘Az., 531 (Kamâl) ; I. F., 90 r°, 91 r°.

43 Grég., 152 ; Sempad, 616 ; Kinnamos, 211 ; ‘Az., 531 (croit les Grecs appelés par un fils de Léon contre Raymond).

44 Mich., 237-249.

45 Matth., 150 ; Grég., 152 ; Sempad, 617 ; Kinnamos H 211-213 ; Nicétas II 216 ; Mich., 246 ; Chron. an. syr., 275 ; Qal., 240 A 258 ; I. F., 92 v° (ces deux derniers font, entre Antalya et Tarse, assiéger par les Grecs une « Nicée » qui doit être une faute pour Selefké) ; G. T., XIV, 30 ; Eudes de Deuil, Patr. Lat., CLXXXV, 1223 ; Orderic, XIII, 24

46 Cela résulte des conflits entre Raymond et le patriarche, infra, p.

47 Grég., 152 ; Matth., 150 ; Kinnamos, 213 ; Nicétas, 216 ; G. T., XIV, 30 ; Orderic, XIII, 24 ; Mich., 246 ; Chron. an. syr., 276 ; Martin, JA 1889, XIII, 77 ; Qal., 241 A 258 et 244 A 262 ; I. F., 93 r°. L’hommage de Raymond de Tripoli n’est indiqué que par Nicétas ; Jean doit lui avoir rappelé celui de son père. L’hommage de Joscelin, non signalé, parait résulter de ce qu’Édesse est une ancienne terre byzantine, do ce que le basileus le convoque à l’armée, enfin de ce qu’il lui cédera Bouzâ‘a ; cf. aussi les faits de 1151 (infra, p. 287).

48 Grég., 152 ; Chron. rim., 500 ; ‘Az., 532 (Kamâl).

49 Qal., 244 A 262 ; "Az., 532 ; I. F., 93 r ».

50 Qal., 245 A 263.

51 Telle est la version formelle de Chron. an. syr., qui explique le passage par Bouzâ‘a ; on a toujours cru que Jean Comnène était passé par al-Balât, donc venait d’Antioche, mais Qal., qui est la source de tous les récits arabes, dit en réalité que les chrétiens apparurent du côté d’al-Balât puis, trois jours après, à l’improviste, du côté de Bouzâ‘a ; ce ne peut donc être les mêmes ; le gros de l’armée antiochienne dut passer par le ‘Afrîn.

52 Par un hardi coup de main, Sawâr délivra les captifs laissés dans les fossés d’Athârib par les Grecs.

53 Selon la chronologie de Michel ; selon Chron. an. syr., le raid sur Adana serait de 1137, l’autre seulement de 1138.

54 G. T., XIV, 30 et XV, 1 ; Orderic.XIII, 34 ; Kinnamos H 213-215 ; Nicétas, 217-221 ; Grég., 152 ; Sempad, 617 ; Mich., 247 ; Chron. an. syr., 277-279 ; Qal., 248-252 A 264-266 ; ‘Az., 532 (proche de Qal.) ; I. A., 36-39 H 425-431 (en partie d’après Qal.) ; Kamâl, 678 ; Ousâma Hitti, 26 ; Ibn Hamdoûn et Ibn Djauzî, an 532 ; Azr., 169 r°. Le Zakas de Nicétas paraît représenter Sawâr.

55 G. T., XIV, 3-5 ; seule autre mention ‘Az., 532 (« le prince s’occupa de livrer sa ville au roi de Roûm et en fut empêché par la milice ( ? ridjâla) bourgeoise »)

56 Kamâl, 678.

57 Qal., 256 A 270 ; Kamâl, 679.

58 ‘Az., 533 ; Kamâl, 679 ; Mich., 250 ; Chron. an. syr., 280.

59 Tremblement de terre peu après (Mich., 246, Azr., 169 r°).

60 Mich., 247 ; Sempad, 617.

61 Qal., 252 A 267 ; ‘Az., 532, Kamâl, 678-679.

62 Grousset, II, 128rl45 ; Ousâma dans Derenbourg Vie, 185-190 ; la source principale est naturellement Qal.

63 Qal., 261 A 273 ; G. T., 671.

64 Sources principales I. Djauzî, ans 537-538 et, en partie d’après lui, I. A.

65 Diyâr Bakr, 247-249.

66 Kamâl, 681.

67 Kamâl, 683.

68 ‘Az., 535 (d’où Kamâl).

69 ‘Az., 536 (Kamâl).

70 Qal., 263 A 274 (‘Az., 536) signalent un raid d’un officier de Zengî, Ladja (Badja ?)

71 ‘Az., 536 (Kamâl) ; Mich., 233 ; Boustân, 537 (capture du connétable franc).

72 I. F., 136 r°.

73 ‘Az., 537 ; Qal., 264 A 275 ; I. F., 135 r°.

74 ‘Az., 538 ; Kamâl, 685.

75 Mich., 248-249 ; ‘Az., 535.

76 Qal., 263 A 275 et ‘Az., 536 : entre août 1140 et août 1141 ; Ibn Hamdoûn (I. A.) et I. F., 136 v° : août 1141-août 1142 ; Mich., 253 : oct. 1242- oct. 1243, mais au milieu de faits de 1142 ; Grég., 1143 ; vraisemblablement avant la campagne byzantine de 1142.

77 Mich., 253-258 ; Kinn., II, 5.

78 Mich., 248. ‘Az., 534 signale « une bataille entre Bâdoûkiya (Yâroûkiya) et Roûm, où Dieu donna la victoire aux musulmans ».

79 Par délégation du récent concile de Jérusalem ?

80 G. T., XV, 19, 25 ; Otto Freis., MGSS, XX, 263 ; Grég., 156 ; Kinnamos H 222 ; Nicétas, 225 ; I. A., 61 H 440 (Tripoli à corriger en Tarse ; I. A. croit que Raymond se rendit auprès du basileus).

81 G. T., XV, 21 ; Nicétas H 224 ; Kinnamos H 226 (offrande préparée pour le Saint-Sépulcre).

82 G. T., XV, 22-23 ; Richard Poit, éd. Berger, 135 ; Eudes de Deuil, 40 ; Romuald, XIX, 424 ; Otto Freis., 424 ; Cont. Praem. de Sigebert, MGSS, VI, 452 ; Grég., 156 ; Chron. rim., 503 ; Qal., 264 A 275 ; Az., 537 ; I. F., 160 v° ; Mich., 254 ; Chron. syr. an., 280. D’après Boustân, 537, Jean négociait un mariage.

83 Kinnamos H 227, seule source ; les Grecs capturèrent un percepteur antiochien.

84 Cart., 112 (acte de Joscelin, 1141, « sous le principat de Raymond »), G. T., XIV, 4 (Joscelin en 1144 appelle Raymond « tanquam dominum suum »). Ce peut être comme suzerain que Raymond réconcilie Joscelin en 1141 avec un certain Simon, qui avait pris ‘Aïntâb (Grég., 154), et que Dulaurier croit maronite, gratuitement.

85 G. T. est notre seule source et peut avoir brouillé les dates, puisque Joscelin restait vassal de Raymond en 1144 ; la conduite de Joscelin en 1139, dans l’affaire de Raoul (infra, p. 503), la trêve de 1143 (supra, p. 365) témoignent d’une absence d’entente, mais non d’une rupture. Celle-ci est au contraire attestée en 1146 (Chron. an. syr., ad annum).

86 T. A., 62 H 442, At., 118 ; Boustân, 535 et I. F., 139 v° croient al- Mouwazzar prise dès 1140, mais associent ce fait à la mort de Qara Arslân (erreur pour son père Dâoûd), qui est de 1144.

87 Mich., 260 ; Chron. an. syr., 280.

88 Telle est la version de Chron. an. syr. D’après les autours arabes, il partit vers la Syrie ; d’après Mich., 259, vers Antioche ; d’après Sibt, vers Hiçn Mançoûr.

89 G. T. seul contient cette accusation. Rohricht, 236 suppose à tort que Raymond était alors à Constantinople ; mais il peut avoir jugé imprudent de ne pas attendre l’armée palestinienne ; en tous cas, Joscelin l’accusa de jalousie.

90 Qal., 226-268 A 280-281 ; Azr., 170 v° ; Ibn Djauzî, 539 ; I. A., 64-66 H 443-446, At., 118-126 ; Sibt ms., an 539 ; Kamâl Boughya, VI (Ibn ad-Dahhân et Histoire de Harrân) ; Grég., 158 ; Nersès Schnorhali, Elégie ; Mich., 259-261 ; Chron. an. syr., 281-286 (Chabot, Mélanges Schlumberger, 171-178) ; G. T., XVI, 4, 5 ; Otton Freis., 264 ; récit anon., ZDPV, X, 299 ; Geoffroy Voss. dans Bouquet, XII, 496 ; Guil. Newb., 149 ; Chron. Mailrose, 72 ; Robert de Torigny, an 1145 ; Ernoul, 2 ; lettre d’Eugène, III, Bouquet, XV, 429 ; Richard Poit., 135 ; ces derniers (depuis ZDPV) croient la ville livrée par trahison. Mentions dans de multiples chroniques (Rohricht, 234).

91 Traité an., ZDPV, X, 298 ; Qal., 268 A 281 ; Chron. an. syr., 286-288 (Chabot, Cptes-r. Acad., Inscr., 1917, 77-84 ; I. A., 66 H 446 croit que Bîra se donna à Timourtach, ce qui n’est vrai que six ans plus tard.

92 Qal., 269 A 281 ; Mich., 265.

93 Qal., 270 A 282 ; I. F., 157 r° ; Mich., 267-268 ; Chron. an. syr., 289.

94 I. F., 157 r° ; les titres sont : Zaïn al-islam, al-malik al-mançoûr, alp ghâzî Iran ( ?), naçîr amîr al-raou’minîn ; les présents : chevaux à harnachement d’or et sabre d’or, drapeau, mantelet (faradjiya) et turban noirs (couleur abbasside).

95 Kinnamos H 229 ; Mïch., 267 ; Eudes de Deuil, 40 ; Mich. donne comme date oct. 1145, oct. 1146, mais est souvent ici en avance d’un an ; Kinn. place le fait au lendemain des hostilités de 1144.

96 Qal., 270 A 277 ; Ibn Hamdoûn et Ibn Djauzî, an 541 ; 1. V, 66 sq. ; H 446 sq. ; Kamâl Boughya, VI, 213 r°, 214 r° ; Mich., 267 ; Chron. an. syr., 291 ; G. T., XVI, 7.

97 Qal., 272 A 278 ; I. A. T. dans A. Ch., 46 ; I. A., 74 H 455, At., 152- 155 ; I. F., 158 r°.

98 Diyâr Bakr, 252.

99 Qal., 273 A 279 ; I. A. T. dans A. Ch., 48-49 ; I. A., 78 H 459.

100 Qal., 274 A 279 ; I. A., 75, At., 156 ; Boustân, 541 ; I. A. T. dans A. Ch 49 (pour l’affaire d’Artâh) ; Mich., 264 ; Chron. an. syr., 292 (parmi les réfugiés de Samosate est I’évêque jacobite Basile ; les chrétiens du Tour Abdîn s’appliquent au rachat des captifs) ; G. T., 728-732.

101 Qal., 275-279 A 280-282 ; I. F., 162 v° et 172 r° ; G. T., 715-718.

102 I. A. At., 158 ; Kamâl, 81.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search