Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Seconde partie

Chapitre V. le régime de l’occupation militaire et les premiers contacts avec les indigènes

Texte intégral

1Conquérir le pays était bien, encore fallait-il l’occuper et organiser un modus vivendi avec les habitants.

  • 1 Il n’y a de colonie franque notable ni à Artâḥ, ni à Ma‘arra, ni à ‘Aïntâb, etc.
  • 2 Boulounyâs à Marqab, Artâḥ à Ḥârim.
  • 3 I. F., III, 42 r° (combat entre Yâroûk le Turcoman et un seigneur pour l’impôt d’un village partagé (...)

2Les caractères de l’occupation franque découlent essentiellement d’un fait, leur petit nombre. Se disperser au milieu de populations neutres ou hostiles eût constitué pour les Francs un danger de mort ; aussi se groupent-ils dans un petit nombre de localités. La masse des petites gens reste dans quelques villes1, en particulier à Antioche, où à partir du milieu du xiie siècle les pertes territoriales feront aussi refluer la plus grande partie de la noblesse ; ils y sont sûrement plusieurs milliers, mais n’en demeurent pas moins même là une petite minorité. Dans les campagnes, l’occupation franque est totalement dépourvue de base rurale. Les nobles, avec leurs hommes d’armes, s’installent dans quelques forteresses, construites ou conquises par eux pour garder un district, un point stratégique. Comme les conquérants antérieurs, ils établissent ces retranchements en dehors des agglomérations indigènes dont, il est vrai, certaines, contraintes par l’état de guerre, émigreront vers eux en se resserrant2; c’est parfois pour eux une véritable expédition armée d’aller toucher les redevances de leurs domaines3; ils constituent essentiellement des garnisons. Bref, colonies urbaines surtout commerçantes, partout ailleurs régime d’occupation militaire : il n’y a rien là de ce que nous appellerions une « colonie de peuplement ».

  • 4 En admettant des chiffres de l’ordre de Jérusalem (La Monte, 139, 150), et d’Édesse (G. T., XVII, 1 (...)
  • 5 Ousâma Hitti, 97 ; ce chiffre ne peut s’entendre des sergents montés dont le fief est à Jérusalem d (...)
  • 6 Chron. An. Syr. an 1489.
  • 7 Gautier, I, 6 ; II, 3, et 5. Les « Turkopouloï » sont attestés à Byzance au xie siècle (Hist. Grecs (...)
  • 8 Albert, X, 40 ; Gautier, I, 3.

3Les instruments de l’occupation militaire sont l’armée et les forteresses. L’armée a pour noyau la chevalerie, qui compte environ un demi-millier d’individus, ayant chacun un revenu annuel au moins égal à 500 besants. À la chevalerie s’agrègent probablement quatre à cinq mille sergents4pouvant servir aussi à cheval, et également fieffés, puis un assez grand nombre de piétons recevant une solde de campagne de deux besants par mois5. Une grande partie d’entre eux n’étaient pas francs, et a fortiori ne l’étaient pas tous les marchands, paysans réquisitionnés pour porter vivres et bagages6, et autres suivants de l’armée. D’autre part il existait un corps de troupes spécial destiné à imiter les archers montés dès ailes turques : les « turcoples », imités de Byzance et communs à tous les états francs7. Naturellement la totalité de ces forces ne pouvait à peu près jamais être rassemblée, et l’on ne s’y efforçait que dans les cas très graves ; les expéditions courantes se font avec une poignée de chevaliers ; la coalition des forces d’Édesse, Antioche et Tripoli en 1110, où la conjoncture est sérieuse, atteint 16.000 h. et ce chiffre ne fut certainement jamais dépassé ; en 1115, Roger ne peut, en quelques semaines, réunir que deux mille « combattants », dans une situation non moins grave8.

  • 9 1. F., 1, 191 r°-y° (fuite de prisonniers musulmans retenus dans un cachot de la citadelle de Maarr (...)
  • 10 Cf. supra, p. 153-154 et 163.
  • 11 Nous ne connaissons toutefois pas à Antioche comme à Jérusalem rie château ne reposant absolument s (...)

4L’existence de solides forteresses est une nécessité à la fois pour la domination intérieure des Francs, la défense de leurs frontières, l’organisation de bases pour leurs campagnes. On y dépose des provisions, du butin, des prisonniers9. Les Francs occupent sans y rien changer plusieurs forteresses antérieures à eux ; d’autres fois ils transforment en fortins des monuments anciens — mosquée à Kafartâb, couvent près de Sarmedâ10, — développent des forteresses préexistantes, en créent de nouvelles11. La différenciation de leurs travaux est plus délicate dans la Syrie du nord que dans le reste des états francs, parce que d’une part certaines constructions d’inspiration franque en Cilicie et dans l’Amanus peuvent avoir été faites par les Arméniens, et qu’inversement certains travaux effectués sous la direction des Francs peuvent, en particulier dans le nord de la principauté et dans le comté d’Édesse, avoir été réalisés avec une main-d’œuvre arménienne et une technique byzantine. Baghrâs, l’un des principaux châteaux des Templiers, a tout au plus une tour d’aspect non-byzantin ; et Çafîthâ, Tortose, etc. prouvent qu’ils ne reculaient cependant pas devant les constructions importantes ; on notera aussi que dans l’ensemble la Syrie du nord, depuis longtemps région frontière, possédait lors de l’arrivée des Francs plus de forteresses que la Palestine et exigeait donc d’eux moins de travaux.

  • 12 C’est Baudouin II qui fortifie le couvent proche de Sarmadâ pour Alain d’Athârib (Kamâl, 628) ; Ale (...)
  • 13 On voudra bien pour le détail se reporter à notre chapitre de topographie historique.
  • 14 Cf., en particulier Deschamps dans Krak, c. II-V, et dans Enlart, Manuel d’archéologie, 2° éd., II, (...)

5Le coût de construction ou d’entretien d’une forteresse était élevé, bien que la main-d’œuvre employée fût celle des prisonniers de guerre, et les seigneurs devaient souvent y être aidés par les princes12. A partir de la fin du xiie siècle, où auront en sens inverse crû l’urgence des travaux et diminué les ressources des seigneurs, seuls les ordres militaires ou occasionnellement l’église séculière resteront capables de supporter les frais nécessaires ; d’où la cession qui leur sera faite de places comme Marqab. On peut donc en gros distinguer à Antioche comme dans la Syrie franque entière deux périodes de construction, l’une, le xiie siècle (surtout au début), laïque, l’autre, le xiiie, ecclésiastique ; à la première appartiennent les parties franques de Çahyoûn, Balâtonos, Ḥârim, Darkoûch, Choughr-Bakâs, pour ne citer ici que les places les plus importantes et les moins sujettes à doutes ; à la seconde, les grosses tours de Qoçaïr et surtout Marqab13. Il ne semble pas que les caractères de ces travaux soient différents dans la principauté d’Antioche et dans le reste de la Syrie franque ; il est extrêmement délicat d’affirmer de chaque détail qu’il ne se trouve jamais dans les constructions indigènes antérieures aux Francs, et nous nous abstiendrons ici d’en parler, dans l’espoir que la minutieuse enquête entreprise par P. Deschamps pourra nous livrer bientôt d’autres études complétant celles qu’il a faites du Krak des Chevaliers et de Çahyoûn. On soulignera ici la masse imposante de plusieurs constructions franques, supérieure assurément à ce qui se trouvait tant en Syrie qu’en Europe avant les croisades ; les Francs ont appris beaucoup des architectes de l’Orient, mais ils ont aussi beaucoup innové et à leur tour donné des exemples que les architectes ayyoubides et mamlouks ne manqueront pas de suivre14.

***

  • 15 Cf., en particulier Roz., 172 et 178, où les Francs invoquent une situation ancienne pour en hérite (...)
  • 16 Wilbrand, 172 : « Quilibet eorum suas leges observant ».

6Comment ces rudes barons campés en territoire non-franc vont-ils s’adapter au milieu indigène ? A certains égards, leur rareté même facilite l’acclimatation réciproque, en évitant les heurts journaliers. Diverses habitudes ou principes de la société franque agissent dans le même sens. D’abord, pourvu que les habitants rendent au seigneur les services qu’il attend d’eux, il ne tient pas à se compliquer l’existence en intervenant dans le détail de leurs affaires, auxquelles il ne connaîtrait rien, et les laisse localement être administrés par des agents pris dans leur sein : abstention d’ailleurs commune à tous les états médiévaux et en particulier à ceux où le pouvoir central est faible, comme les principautés turques. D’autre part, c’est une règle à peu près générale au moyen-âge, et pratiquée aussi bien par les Francs que par les Orientaux, que chaque groupe social, chaque pays a ses coutumes, son droit propre, et que chaque individu doit être jugé, pour les causes personnelles, selon le droit du groupe social dont il fait partie, et pour les causes réelles selon le droit du pays où il se trouve. Enfin, les Francs ont également en commun avec les peuples au milieu desquels ils arrivent le respect sacro-saint de ta coutume, la crainte des innovations ; assurément une conquête brise les coutumes, pas tant néanmoins qu’elles ne gardent une valeur aux yeux du conquérant s’il n’a pas de raison précise de les remplacer par des prescriptions nouvelles15. La conclusion normale est que pour toute leur vie et relations privées, les indigènes conservent leur droit propre16. On verra qu’ils gardent également leur administration locale dirigée par les raïs, voir par des cadis.

  • 17 Hon., III, 1080.
  • 18 Rozière, 172 (fin) ; cf., Assises, Barons XV, qui parle du témoignage des anciens du pays, sans par (...)

7Le régime de la personnalité du droit entraîne évidemment, comme à Jérusalem, l’incapacité générale des membres d’un peuple à témoigner en justice contre ceux d’un autre ; mais les Assises d’Antioche n’en soufflent pas un mot. Nous n’avons quelques détails que dans le cas des tribunaux d’Église, pour lesquels la coupure entre latins et non latins est certes particulièrement nette. Une bulle d’Honorius III nous apprend qu’en effet les Syriens et les Arméniens n’étaient pas admis à y témoigner contre les Francs17; mais la même bulle autorise les Églises à contrevenir à cette coutume pour affaires de propriétés (c’est-à-dire pour affaires civiles et réelles, non personnelles). La même exception était admise dans les cours civiles18.

8Les indigènes étaient généralement soumis à une « taille », dont on parlera plus loin. Il n’apparaît pas clairement s’ils l’étaient de par leur nationalité ou leur condition sociale le plus souvent inférieure.

  • 19 Hon., III, 5567, 5570 ; Grég., IX, 4467, 4131.
  • 20 Cart, I, 595.
  • 21 Grég., IX, 4474. A Jérusalem, les indigènes payaient la dîme (Ernoul. 30), on ne nous dit pas de qu (...)

9L’exacte position des Églises indigènes par rapport à l’Église latine est difficile à préciser. Il n’y a d’exception que pour l’Église grecque : considérée comme une portion subalterne, juste tolérée, de cette même église à laquelle président les Latins, elle leur est subordonnée, les clercs grecs doivent l’obéissance aux prélats latine, les fidèles grecs la dîme à l’Église latine19. En principe il en va peut-être différemment des autres chrétiens. Mais d’une part ils sont soumis à de petites prestations et corvées au bénéfice du clergé latin20; d’autre part si les paysans indigènes n’ont pas à payer la dîme en leur nom, leurs maîtres latins la doivent, calculée d’après le revenu global de leurs biens, c’est-à-dire qu’ils se faisaient payer par leurs paysans une certaine redevance qu’ils devaient théoriquement rendre à l’Église21; enfin il arrivait au clergé latin d’avoir reçu globalement tout ou partie des revenus d’une localité, et bien entendu il n’était pas fait de différence alors entre les divers fidèles, pour lesquels le clergé faisait office de seigneur.

  • 22 Grégoire, IX, 4467. Il est aussi question des Géorgiens, sans doute assimilés aux Grecs, et de tout (...)
  • 23 Il est possible que la position des églises indigènes à l’égard de l’église franque, soit la contin (...)

10Au point de vue de l’obédience, il est certain que les ecclésiastiques non-grecs ne dépendaient pas de l’Église latine comme les Grecs. Il est toutefois possible qu’ils n’aient pas été absolument indépendants. Une bulle de Grégoire IX recommande aux clercs Grecs et Arméniens de conserver leur obéissance au patriarche latin ; comme il n’est pas question de Jacobites, on peut se demander si cette situation faite aux Arméniens22n’est pas une conséquence de leur union avec Rome en 1198. En des pourparlers entre la papauté et les Jacobites en vue d’aboutir à une union semblable, le patriarche Ignace demandera pour ses fidèles l’exemption de tous devoirs à l’égard du clergé latin ; mais il n’apparaît pas clairement s’il s’agit d’une concession nouvelle ou de la garantie que l’état de fait d’alors ne subirait pas de modification dans le nouveau régime. La conclusion de l’affaire de Bar Çaboûnî, que nous rapporterons ci-dessous, indique qu’au début du xiie siècle au moins Roger considérait l’Église monophysite comme indépendante disciplinairement de l’Église latine. Mais il n’est pas exclu que les établissements religieux indigènes aient dû payer quelque redevance au clergé franc23.

  • 24 Lettres de Crois., éd. Hagenmeyer, p. 161.
  • 25 Gaulier, éd. Hag., p. 94.

11Moralement les relations entre indigènes et Francs commencèrent parfois mal. Qu’on se souvienne de l’état d’esprit des croisés à leur arrivée : « Nous avons expulsé les Turcs et les païens, écrivaient-ils au lendemain de la prise d’Antioche, mais les hérétiques, Grecs et Arméniens, Syriens et Jacobites, nous n’avons pas pu les chasser24. » Ce « nous n’avons pas pu » ne paraît pas chargé de bienveillance. Et c’est un Franc qui vingt ans plus tard témoigne des spoliations dont les chrétiens d’Antioche avaient eu à pâtir du fait « de la violence et du caractère méchant » des Francs25. Il est donc certain que les premiers contacts furent rudes et laissèrent de durables rancunes. Il importe toutefois de ne pas généraliser hâtivement et de distinguer soigneusement les peuples, les lieux, les époques.

  • 26 Il y a parmi eux des propriétaires (Grég., IX, 4474) ; des grands bourgeois parmi lesquels on voit (...)
  • 27 Cf. le procès intenté aux moines de Saint-Paul par ceux du Saint-Sépulcre, qui revendiquent une pos (...)

12Les Grecs ou indigènes grécisés représentent à Antioche l’aristocratie d’hier26au secours de laquelle les Francs sont censés être venus : ce sont donc à volonté des rivaux ou des associés, surtout à Lattakié où il y a peu de Francs. D’autre part les Grecs sont des schismatiques, non des hérétiques ; ce sont des fidèles appartenant à la même église que les Latins, et dont il faut réduire la rébellion ; à la différence des hérétiques, ressortissant d’Églises de l’administration desquelles les Latins se soucient peu, les Églises grecques doivent ou disparaître ou se soumettre à la suprématie du clergé latin, qui, comme héritier du clergé grec, doit tirer d’elles les mêmes revenus qu’il préleva sur ses propres ressortissants27. Il y a donc conflit latent tant sur le plan social car il est bien évident que l’opposition de Grecs ayant derrière eux cette puissance a une toute autre résonnance, les soumet a priori à de toutes autres suspicions, que s’il s’agissait d’un groupe ethnique isolé. Bien qu’aucun texte n’en témoigne directement, il paraît résulter de ces faits et de l’assimilation que nous verrons se produire au xiiie siècle entre les bourgeoisies latine et grecque, que d’une part les Grecs avaient une condition sociale très proche de celle des Francs — noblesse et clergé mis à part —, mais que d’autre part ce sont eux qui, au début, furent en butte aux hostilités les plus vives. Seule la disparition de la puissance byzantine permettra un rapprochement solide entre Francs et Grecs.

  • 28 On verra la commune les identifier juridiquement (infra, p. 656) et l’église même leur reconnaissai (...)
  • 29 Michel, III, 191 ; encore au xiiie siècle, Grég., IX, 4470 déride que les anciennes possessions de (...)
  • 30 Roz. témoins de l’acte, 172-178 ; Michel, an 1481 ; Wildbrand, 173.
  • 31 Saint-Domitien (Rey. Col. Fr., p. 328) ; un manuscrit grec y fut copié en 1162).
  • 32 Un couvent de Basiliens est signalé dans Golubovich I, 75 ; un couvent de Saint-Bethias, par Nersès (...)
  • 33 Chron. An. Syr., an 1475 ; Phocas, 529 ( ?) ; on sait que Saint-Paul d’Antioche avait été occupé pa (...)
  • 34 Cf. notre description de cette ville. On ignore à qui les Francs enlevèrent les églises qu’ils s’ap (...)
  • 35 Cf. par exemple Hon., III, 5570, Grég., IX, 4467 ; le patriarche Athanase (passage communiqué par K (...)

13Dans le domaine ecclésiastique l’Église latine enleva aux Grecs plusieurs églises, soit que les Francs eussent pris pour eux des édifices occupés par des Grecs, soit que rendant au culte chrétien d’anciennes églises enlevées par les Turcs, ils les eussent attribuées à l’Église latine28. Les Grecs gardèrent cependant la libre disposition de l’église Sainte-Marie Rotonde29, et plusieurs couvents à Antioche30et dans l’Amanus sur la Montagne Admirable31; il semble même qu’une communauté de Stylites Grecs ait continué à résider au couvent de Saint-Siméon le Jeune à côté des Bénédictins Latins32. Un culte grec existait aussi à Édesse33. L’existence d’un abondant bas-clergé est incontestable34, mais il n’y avait plus d’évêque grec depuis la conquête turque, et le patriarche grec pendant la domination franque, ne put qu’exceptionnellement résider à Antioche (1098-1100, 1165-1170, 1206-1208 ? 1260-1263)35. Aucune réduction n’avait été par contre apportée au clergé arménien, ni au clergé monophysite, qui conservèrent et leurs couvents et leurs prélats, tant à Antioche qu’à Édesse.

  • 36 Michel de Gargar cédera son château à Joscelin II sans regret, mais s’estimera lésé lorsque Josceli (...)

14Mais là s’arrêtent les ressemblances entre Arméniens et Jacobites. Les Arméniens occupent à Édesse une position de classe dirigeante analogue à celle des Grecs à Antioche. Les circonstances étaient cependant très différentes. On a déjà souligné que les conditions de la fondation du comté leur avaient assuré en grande partie le maintien de leur ancienne prééminence. Ils étaient en relation avec de petits princes arméniens autonomes comme Rogh Vasil, mais sans qu’on pût comparer l’appui qu’ils trouvaient en eux à celui que Byzance donnait aux Grecs d’Antioche. D’autre part il n’existait pas de rivalité ecclésiastique entre Francs et Arméniens. Il semblerait donc que les rapports eussent dû être généralement bons. Toutefois l’aristocratie arménienne ayant appelé les Francs attendait d’eux des privilèges plus grands que s’ils l’avaient soumise, surtout qu’il y avait une contradiction flagrante entre la position politiquement dominante des Francs et l’exiguïté de leur nombre. Cette aristocratie était depuis longtemps habituée aux luttes violentes et aux jalousies de factions36, et Kogh Vasil représentait dans ces conflits l’élément inféodé à l’influence grecque. Dès qu’un succès musulman pouvait faire douter de la force franque, des opposants commençaient à intriguer, et naturellement les soupçons qui naissaient chez les Francs diminuaient leurs ménagements à l’égard de l’aristocratie arménienne dans son ensemble.

  • 37 Pourtant Mat th., 103 dit le plus grand bien de Tancrède, bienveillant et juste pour tous.
  • 38 Matth., 88.
  • 39 Matth., 102 ; Michel, 196 ; Chron. An. Syr., 83.
  • 40 Math., 105
  • 41 Les catholicos avaient résidé sur le territoire de Kogh Vasil ; en 1104, l ‘ un d’eux passa à Édess (...)

15On se souvient qu’un premier conflit avait éclaté quelques mois à peine après l’avènement de Baudouin Ier. La captivité de Baudouin de Bourg donna peut-être lieu à des intrigues nouvelles. Baudouin libéré le crut en tous cas ; après sa défaite par Tancrède, des Édesséniens s’étant concertés sous la direction de leur archevêque afin, dit Matthieu d’Édesse, d’éviter le retour du gouvernement exploiteur du bailli de Tancrède, Richard37, Baudouin revenant s’estima en présence d’un complot, fit procéder à des exécutions et à l’arrestation du prélat qui dut être racheté par ses fidèles38. Les attaques de Maudoûd contre Édesse en 1112 et 1113 furent l’occasion de complots véritables et plus graves. La première fois les Arméniens livrèrent une tour de l’enceinte aux Turcs, et il fallut la soudaine arrivée de Joscelin qui avait été alerté, pour que cette trahison n’eût pas de suites fâcheuses ; Joscelin et Baudouin se livrèrent à des représailles sanglantes, ou ils ne prirent pas toujours la peine de distinguer les innocents des coupables39. Au printemps suivant, Baudouin a vent d’une nouvelle conjuration combinée avec l’approche de Maudoûd, il envoie Payen de Saroûdj procéder à une expulsion massive d’Arméniens, transportés de force à Samosate ; ils n’eurent la permission de rentrer que lorsque Maudoûd se fût éloigné40. Enfin on a vu comment, peu après, la veuve de Kogh Vasil intrigua avec les musulmans, et comment Baudouin soumit toutes les petites seigneuries arméniennes qui l’entouraient41. Ce furent les derniers complots.

  • 42 On a vu que ce fut lui qui eut vent, par ses relations, du complot de 1112. Peut-être ces mêmes rel (...)

16Joscelin Ier et Joscelin II paraissent avoir eu avec les Arméniens d’excellents rapports42. Nous n’en voulons pour preuve que le rôle des Arméniens dans l’évasion de Joscelin et de Baudouin en 1124, leur bonne défense dans Édesse en 1144, leur complot pour réintroduire Joscelin II en 1146. Ce dernier, au reste, était de naissance un demi-arménien. Lorsqu’il sera fait prisonnier et que sa femme s’estimera incapable de défendre Qal‘at ar-Roûm, c’est au catholicos arménien qu’elle la cédera.

  • 43 Artisans serfs mentionnés dans Cari., I, 436, paysans fermiers dans Grégoire, IX, 4474.
  • 44 A Art Ah en 1104 (cf. infra, p. 239). Ce paraît, par contre, être un Arménien, Joseph, qui en 1119, (...)
  • 45 On ne note aucune difficulté entre Francs et Arméniens, même au xiiie siècle lorsqu’ils auront à cô (...)
  • 46 Par exemple à Marqab (Vie de Qalâoûn, Michaud-Reinaud, 548 ; Cart., I, 595).
  • 47 Par exemple en 1119 (Matth., 122 ; Qal. G 200, Kamâl, 617).
  • 48 Léon joua un grand rôle en 1118 dans la prise de ‘Azâz (Matth., 121) ; Kogh Vasil figure aussi parf (...)

17À Antioche, la phase délicate fut plus brève. Les Arméniens y étaient moins nombreux et moins influents. Artisans, paysans, soldats, on en trouvait sans doute un peu aux divers échelons de la société, mais leur masse devait se trouver dans les « classes moyennes »43. Comme à Édesse, ils avaient été en mainte localité associés à la conquête franque, mais, sauf exception44, ne pouvant avoir autant de prétentions, ils restèrent toujours des sujets dociles45. De même qu’hier les Grecs, c’étaient surtout des soldats que les Francs leur demandaient, cavaliers et piétons. C’étaient les meilleures troupes indigènes, et ils les employaient dans les garnisons46ainsi que dans leurs campagnes, où le nombre des Arméniens l’emportait parfois sur celui des Francs47. Il est cependant difficile de distinguer dans ces troupes la part des Arméniens de la principauté et celle des contingents des princes vassaux ou alliés, en première ligne desquels figurent les ïloupéniens qui, hostiles aux Grecs et éloignés des musulmans de Syrie, ne présentent pas au début les risques d’intrigues d’un Kogh Vasil48. La situation changea lorsque les rapports se tendront entre Roupéniens et Francs ; toutefois cette tension fut coupée de longs rapprochements, et à aucun moment — même lors de la guerre farouche du début du xiiie siècle — il n’apparaît que ces conditions extérieures aient rejailli sur la tranquillité des Arméniens de la principauté. Nous ne voyons de difficultés qu’au début. On sait avec quel zèle les Arméniens avaient favorisé la conquête franque. Comme à Édesse, ils durent s’estimer frustrés, ou bien il y eut de % excès commis contre eux ; on a vu qu’en 1104, à la suite de la défaite franque du Bâlîkh, ils appelèrent Rodwân à Artâḥ, des Turcs d’Anatolie à Albistân. Les Francs reprirent le dessus, s’assouplirent, et il n’y eut plus de heurt.

  • 49 Nous restreignons l’emploi de ce mot aux Monophysites. Dans les textes, le sens est variable et eng (...)
  • 50 Des serfs ou paysans syriens sont nommés dans Cart., 324, 566 et Roz., 172. Il y avait des. Syriens (...)
  • 51 Ed. Hagenmayer, p. 94.
  • 52 Chron. An. Syr., 276 (en Cilicie).

18Les Syriens49restent la masse du petit peuple des villes et des campagnes non islamisées dans la principauté50; ils partagent ce rôle avec les Arméniens de condition inférieure dans le comté d’Édesse. Ils n’ont de puissance ni politique ni militaire Les oppositions locales sont les plus fortes, et si des Monophysites paraissent avoir mal soutenu Gabriel contre les Turcs à Malatya ; on ne voit pas qu’ils aient noué aucune intrigue avec les Musulmans ni à Antioche ni à Édesse, et malgré l’attention apportée par Zengî à se les concilier ils combattront convenablement contre lui à Édesse en 1144. Néanmoins à eux pour une bonne part s’applique la rancune que Gautier le Chancelier trouve chez les habitants d’Antioche contre les Francs en 111951, et qui oblige le patriarche Bernard, au moment du danger, à procéder à un désarmement général de tous les non-Francs. Des tendances capitulatrices se manifestent encore parmi eux après les désastres de 1149 et 1164. Et ils soupirent contre le poids des impôts et des corvées52. Ils sont à vrai dire, comme partout, politiquement passifs.

  • 53 Michel., 193, 207-212, 231 ; cf. Chron. an. Syr. (non traduit), ans 1430 et 1441.

19Une des plaies dont étaient plus ou moins atteintes toutes les églises orientales et, semble-t-il, tout particulièrement celle des Jacobites, était la constance des querelles intérieures et le recours des parties à l’appui des puissants de ce monde ; les Francs, comté d’Édesse en tête, ne furent pas exceptés, et, fait plus grave, l’Église latine même fut sollicitée d’intervenir, ce qui évidemment ne pouvait que développer en elle les prétentions à l’hégémonie sur toutes les églises. Rien de plus remarquable à cet égard qu’une affaire rapportée par Michel le Syrien53. A la fin du règne de Baudouin du Bourg à Édesse, une querelle mit aux prises le patriarche Athanase et l’évêque Jacobite d’Édesse Bar Çabouni, au sujet de la possession de quelques livres précieux. Baudouin, à plusieurs reprises, envoya des Francs et des notables indigènes intercéder auprès d’Athanase pour faire lever l’excommunication dont il avait frappé son subordonné ; ce fut en vain : l’intransigeance d’Athanase gagna des sympathies à son adversaire, qui se remit à officier comme si de rien n’était. Puis Athanase s’étant rendu au couvent de Dovaïr près d’Antioche, Bar Çabouni alla se plaindre de lui au patriarche Latin Bernard.

20Celui-ci cita à comparaître le patriarche Athanase à l’église Saint-Pierre, et malgré lui le fit amener. Se prévalant alors de ce qu’Édesse était une ville franque dont les affaires ne pouvaient le laisser indifférent, il demanda au patriarche l’absolution de Bar Çabouni. Athanase protesta de la culpabilité de l’excommunié, mais l’interprète ne comprit pas et traduisit : « Il me doit beaucoup d’or. » Alors Bernard enflammé d’un beau zèle antisimoniaque : « Mais c’est là l’œuvre de Simon et non de Pierre ! Il ne convient pas à des chrétiens de priver un évêque de son office pour une dette d’argent. » Puis, ajoutant qu’après tout, cela ne le regardait pas d’interdire aux Jacobites de pratiquer de tels abus dans leurs ordinations, il demanda seulement au patriarche de considérer qu’absoudre un malheureux qui s’était réfugié sous la protection de l’Église latine, c’était comme s’il faisait à cette Église don de la somme qui lui était due. Le Patriarche, qui ne comprenait rien à cette déviation de l’entretien, ne sut que répondre. On lui donna un papier pour y écrire l’absolution de Bar Çabouni. Mais, n’y tenant plus, il s’écria, appelant injurieusement Bar Çabouni de son nom de laïc : Abou Ghaleb, regarde à quoi tu me réduis. » A quoi l’interpellé répondit : « Si je suis Abou Ghaleb, toi tu es Abou-l-Faradj. » Le Patriarche se mit dans une colère effrayante, jeta le papier et, tendant le cou, affirma au patriarche Bernard qu’il aimait mieux avoir la tête coupée que d’absoudre Bar Çabouni.

21L’attitude des Jacobites n’avait pas été édifiante, mais celle des Latins ne le fut guère plus. Ils ordonnèrent de battre le Patriarche, et le commandement aurait été exécuté si un évêque ne s’était écrié que, si digne que fût Athanase d’être frappé, ce n’était pas un acte convenable dans une église. Enfin le patriarche Jacobite put se réfugier dans l’église de la Mère de Dieu à Antioche. Mais Bernard n’entendit pas renoncer à juger l’affaire. « Les Francs, continue Michel, prescrivirent de ne pas laisser Athanase franchir la porte de la ville avant qu’ils n’eussent rassemblé un synode, et leur patriarche envoya chercher leurs évêques pour qu’ils se réunissent. Mais Athanase demeura dans l’église dans les pleurs et l’affliction. Puis, cinq jours après qu’il eût été placé dans une cellule, le patriarche latin en fit fermer la porte, et ne laissa personne communiquer avec lui. Alors le reste des prêtres et le peuple étaient plongés dans l’affliction. » Cependant le patriarche fut consolé par son ami le philosophe chalcédonien ‘Abd-el-Massih d’Édesse. Sur le conseil de ce dernier, il alla se faire présenter « au prince de la ville qui à cette époque était Roger ». Il lui offrit des présents considérables, et obtint de lui un édit lui permettant de franchir la porte de la ville et de s’en aller à son monastère. Roger envoya dire à leur Patriarche : « Tu n’as pas à juger des Syriens, car cette autorité ne t’appartient pas. » Le patriarche ayant quitté Antioche au milieu des injures, ne put rester dans l’Empire des Francs et retourna au monastère de Mar Barçauma.

  • 54 Chron. An. Syr, an 1447.
  • 55 Michel, 242.
  • 56 Michel, 228.

22A Édesse, le désordre n’avait pas disparu. La communauté monophysite était frappé d’interdit : les fidèles prirent l’habitude d’aller à l’église latine. Aucun apaisement ne put avoir lieu avant la mort d’Athanase. Lorsque celle-ci fut arrivée, les évêques partisans de la paix, forts de l’appui que leur donnait Joscelin, obtinrent que le synode réuni pour l’élection du nouveau patriarche se tînt dans ses états. On élut un certain Maudiana, qui prit le nom de Jean ; l’ordination eut lieu par les soins du maphrien (archevêque du diocèse d’Orient), dans la cathédrale franque, en présence de Joscelin et des principaux personnages de la société franque. Puis, sur l’intercession de Joscelin, le nouveau Patriarche et le synode prononcèrent l’absolution de Bar Çabouni. La protection de Joscelin n’avait d’ailleurs rien eu d’une prise de parti systématique contre Athanase puisque, l’année précédente54, celui-ci, retenu par le prince d’Amid dans cette ville en raison d’un autre conflit, avait obtenu sa libération grâce à une intervention de Joscelin. Quant à son successeur, le patriarche Jean, il résida plusieurs années à Kaïsoûn55, et un moment à Dovaïr56. L’attitude de neutralité de Roger opposée à l’interventionnisme excessif du patriarche latin, surtout celle de Joscelin sont assurément remarquables. Ce dernier, dit Michel, était le protecteur des Monophysites.

  • 57 Cela tient aussi à ce que Joscelin, demi-Arménien lui-même, est plus lié à l’église arménienne que (...)

23Néanmoins il y avait beaucoup de Monophysites hors des états de Joscelin et de Roger ; le couvent central du patriarcat, celui de Mar Barçauma, se trouvait sur les confins de la province turque de Malatya et des possessions franques ; fréquemment le patriarche avait à faire à Amid ou à Mârdîn. Dans ces conditions il était inévitable qu’une lutte sourde d’influence opposât le comte franc et les princes turcs à l’intérieur même du clergé jacobite ; et l’influence turque ne pouvait que s’accroître à mesure des succès qui réduisaient la proportion des monophysites habitant sous la domination franque. Ainsi s’explique sans doute que les rapports de Joscelin II avec l’Église jacobite se soient gâtés après la mort de Jean (1137), suivant une évolution contraire à celle qui, nous le verrons, commence alors à Antioche, plus lointaine et moins engagée dans les conflits internes des partis jacobites57.

  • 58 Mich. 256, 259.

24Le premier témoignage de cette tension se rencontre dès le lendemain de la mort de Jean. Son successeur, Athanase, avait été élu en terre d’Antioche ; mais les Francs d’Antioche étaient alors en mauvais termes avec Joscelin, et Athanase paraissait se préoccuper plus des princes turcs qui se disputaient Malatya que de Joscelin qu’il négligeait de venir saluer ; Joscelin essaya de faire contester par l’évêque de Gargar la régularité de l’élection patriarcale, mais en vain. Du moins se conduisit-il en chef de l’Église monophysite de ses états, en transférant de sa propre autorité l’évêque de Kaïsoûn, Basil, à Édesse ; Athanase, par souci de concorde, ratifia d’ailleurs ce choix, et vint saluer Joscelin à Tell-Bâchir ; Joscelin qui, appauvri et à court d’argent, avait procédé à des confiscations aux dépens du monastère Mar Barçauma, les lui restitua58.

  • 59 Michel, 263.
  • 60 Chron. An Syr., 297.
  • 61 Michel, an 1459. Il s’agit là d’une politique propre à Joscelin. Basile était au mieux avec Baudoui (...)
  • 62 Mich., 283-288 ; cf. Chron. An. Syr., 299.
  • 63 Mich., 295.

25La chute d’Édesse, en accentuant la pénurie et sans doute la difficulté de caractère de Joscelin, aggrava la mésentente. Basile et ses fidèles paraissent s’être défendus de leur mieux contre Zangî. Néanmoins celui-ci savait qu’il avait en eux l’élément le plus facile à gagner et Basile, dans l’intérêt de son Église, se rallia à lui avec autant de fidélité qu’il en avait témoigné à l’égard de Joscelin59. Qu’après la tentative de Joscelin pour reprendre Édesse Basile eût dû se sauver à Samosate60 n’empêcha pas le comte franc de croire aux accusations de rivaux de Basile qui l’accusaient d’avoir intrigué avec Zangî, et de le faire emprisonner pendant trois ans61. Puis, Joscelin, irrité de ne pouvoir obtenir les contributions désirées des moines de Mar Barçauma, les accusant d’intriguer avec les Turcs, se livra par surprise à une expédition armée de pillage contre le monastère, à laquelle des ecclésiastiques latins s’associèrent, sauf un refus des quelques Templiers présents. Le prétexte en était de venger une attaque turque contre les monastères arméniens des régions de Behesni et Kiahtâ. Une partie des moines furent emmenés prisonniers, les plus précieuses reliques emportées à Tell-Bâchir, les moindres cellules, voire les habitations des paysans des environs, visitées et vidées ; une garnison franco-arménienne fut laissée dans le couvent, que le Danichmendite de Malatya vint vite expulser ; Joscelin ne consentit à la libération de ses prisonniers que moyennant le versement d’une grosse rançon ; encore ne restitua-t-il une partie des objets précieux que sous la pression des attaques turques de 115062. Du moins il se réconcilia in extremis avec l’Église monophysite, et ce fut un prêtre de cette Église qui, lorsqu’il mourut prisonnier à Alep, l’assista dans ses derniers moments63.

  • 64 Ali de Herat visita en 1173 le tombeau de Ḥabib an-Nadjdjâr près Antioche (Le Str., 375).
  • 65 Les églises avaient parfois le droit de garder les fugitifs chrétiens, non les musulmans qu’elles d (...)
  • 66 Il en reste peu à Antioche (Ousâma Hitti, 169) ; on a des exemples de musulmans enfuis de Maarra (‘ (...)
  • 67 Kamâl, 599, 615.
  • 68 Boughya, IV, 275 v°, sq.

26Restent les musulmans qui ne sont nombreux et en majorité que dans la plaine syrienne. C’est dire que leur proportion dans l’ensemble de la population de la principauté d’Antioche est faible, et le sera d’autant plus que le territoire s’en réduira à l’est. Elle est probablement plus faible encore dans le comté d’Édesse où seuls Saroûdj et le Chabakhtân paraissent des centres de populations musulmanes importantes. Il en résulte que nous n’avons aucune notion sur les conditions d’exercice du culte musulman, que les Francs toléraient sans doute en privé comme à Jérusalem64. La plupart des musulmans étaient serfs, et dans quelques occasions leur condition était plus dure que celle du chrétien, par exemple en cas d’abandon de leur terre65; les citadins, les notables, les clans nosaïris, les quelques bédouins occasionnellement réfugiés sur le territoire franc, doivent avoir une situation supérieure. En 1098, les croisés avaient fait de grands massacres de musulmans, et tous ceux qui avaient pu se sauver l’avaient fait66; mais dès que les Normands eurent pris pied de façon stable dans la Syrie intérieure, il devenait indispensable à leur subsistance même de retenir et rassurer la population musulmane. La chose fut, au début, facile, car la sécurité des possessions franques, la richesse plus grande de leur territoire étaient des tentations contre lesquelles les paysans ne résistaient pas, quel qu’effort que fit Rodwân pour les retenir à la terre près d’Alep en leur vendant des champs à vil prix ou en faisant garder les femmes de ceux qui voulaient repartir dans leurs villages occupés par les Francs. Roger allait protéger leurs moissons, Tancrède faisait repatrier leurs femmes67. Alain d’Athârib donnait à Hamdân ibn ‘Abdarrahîm deux villages à repeupler, et celui-ci en préferait l’exploitation paisible au séjour d’Alep où l’appelaient des amis scandalisés68.

  • 69 Ousâma, témoignages rassemblés dans Derenbourg Un émir syrien-, chap. XI, et Hitti, 159-169. Les Mo (...)

27Hors du territoire des Francs, chiites et sunnites, également menacés dans leurs biens par les attaques franques, communiaient à leur égard dans une même hostilité. Mais il pouvait en aller différemment dans une seigneurie comme Chaïzar dont les possesseurs, des Arabes, avaient intérêt, pour ne pas être absorbés par leurs trop puissants voisins francs ou turcs, à acheter de quelques tributs les bonnes grâces des uns et des autres, et dont les traditions chevaleresques étaient à maints égards plus proches de celles de la noblesse occidentale que des mœurs des nouveaux-venus turcs. Ousâma a beau nous rapporter de nombreux épisodes de guerre entre les siens et les Francs et ne jamais manquer d’accompagner rituellement le nom des infidèles d’épithètes peu déférentes, l’impression qui se dégage de ses récits est celle de relations d’estime réciproque et parfois même de cordialité entre seigneurs mounqidhites et chefs francs69.

  • 70 Dussaud, Nosaïris, 28-29.

28Parmi les sujets ou tributaires des Francs, deux groupes méritent un traitement spécial, les Nosaïris et les Assassins. Des moralistes musulmans accusent les premiers d’avoir favorisé les Francs, parce qu’ils sont leurs voisins et sont des hérétiques70; mais tout ce qu’on sait de leur résistance à Tancrède et Roger, de leurs révoltes après 1130, de leur attitude avant et pendant la campagne de Saladin, les montre au contraire les plus violents adversaires des Francs. Les Assassins eurent souvent maille à partir avec les Francs au début des conquêtes de ceux-ci, dans le Djabal Soummâq et le Djazr. Par la suite, leur commune hostilité contre les Musulmans en fit presque constamment des alliés, et, s’il arriva à des Assassins de procéder à l’exécution de notables francs, par exemple du fils de Bohémond IV, ce fut presque toujours en connexion avec des luttes intestines des Francs eux-mêmes.

  • 71 Ousâma, loc. cit. ; Ibn Djobaïr, H 448 ; Michel, 196 (admiration de Djekermich pour Baudouin du Bou (...)

29Nous pouvons nous faire, en particulier grâce aux mémoires d’Ousâma, une idée des jugements portés par les Musulmans sur les Francs. Ils sont unanimes à leur reconnaître la supériorité militaire, en prudence et surtout en bravoure, dans leur « fameuse charge » ; mais ils ne leur attribuent que parcimonieusement d’autres qualités, parmi lesquelles il faut noter surtout l’exactitude et l’honnêteté de leur justice. Ils les trouvent arrogants, parce qu’ils n’acceptent pas de se fondre dans les populations indigènes comme avaient fait tant d’envahisseurs précédents. Ils s’étonnent de leurs usages sociaux (rôle des chevaliers, duel judiciaire, exorciseurs, etc.) et se scandalisent de la liberté qu’ils laissent aux relations entre hommes et femmes. Ils n’ont naturellement aucune estime pour les Francs dans le domaine des choses de l’esprit71.

  • 72 Ibn Djobaïr, Sch., 304 ; Grég. IX, 3991, 4144 (argent envoyé d’Europe en Syrie pour ce rachat).

30Les bonnes relations nouées entre Francs et musulmans dans les premières années qui suivirent la croisade dépendaient d’une part de la force franque qui assurait plus de sécurité à ses sujets que la faiblesse turque, d’autre part de l’anarchie morale et politique interne de l’Islam. Dès que la force franque faiblit, on assiste à des massacres de garnisons franques par les sujets musulmans ; et à partir de Zangî, la sécurité repasse définitivement du côté turc. D’autre part, au milieu du siècle, l’Islam, on le verra, retrouvera en fonction de la guerre à l’infidèle l’unité qu’il avait perdue. Aussi les rapports cordiaux des Mounqidhites avec les Francs ne sont-ils plus concevables chez leurs successeurs. Néanmoins, même plus tard, il ne faut pas exagérer l’état de guerre. Bien souvent, comme le note Ibn Djobaïr, les guerres des armées n’empêchent nullement les relations des commerçants ; et ces relations commerciales seront une des principales raisons du tiers de siècle de trêve que les Ayyoubides laisseront aux Francs. D’autre part, la guerre même entraîne d’autres formes de relations pacifiques, par exemple le rachat des prisonniers, qui des deux côtés est considéré comme une œuvre pie72. Le coude à coude de l’existence ne permet pas des oppositions aussi tranchées qu’elles apparaissent au travers des exposés des chroniqueurs zélés.

Notes

1 Il n’y a de colonie franque notable ni à Artâḥ, ni à Ma‘arra, ni à ‘Aïntâb, etc.

2 Boulounyâs à Marqab, Artâḥ à Ḥârim.

3 I. F., III, 42 r° (combat entre Yâroûk le Turcoman et un seigneur pour l’impôt d’un village partagé).

4 En admettant des chiffres de l’ordre de Jérusalem (La Monte, 139, 150), et d’Édesse (G. T., XVII, 17), confirmés grosso modo pour Antioche, par Albert, X, 40 ; Gautier, I, 3.

5 Ousâma Hitti, 97 ; ce chiffre ne peut s’entendre des sergents montés dont le fief est à Jérusalem de 75 bes. par an (6 par mois, avec ou sans campagne).

6 Chron. An. Syr. an 1489.

7 Gautier, I, 6 ; II, 3, et 5. Les « Turkopouloï » sont attestés à Byzance au xie siècle (Hist. Grecs Crois., II, 170) ; les Francs les connurent dès leur arrivée à Constantinople (Gesta, 17, 25, 41 ; Albert, passim) ; Albert, V, 3, dit qu’ils sont à Byzance, fils de turcs et de grecques. — G. T., XIX, 8, nomme un corps de « galenses » (casqués P) non déterminé.

8 Albert, X, 40 ; Gautier, I, 3.

9 1. F., 1, 191 r°-y° (fuite de prisonniers musulmans retenus dans un cachot de la citadelle de Maarra en 1124), III, 14 r° (butin franc déposé à Tell- Kachfahân).

10 Cf. supra, p. 153-154 et 163.

11 Nous ne connaissons toutefois pas à Antioche comme à Jérusalem rie château ne reposant absolument sur aucune fondation antérieure.

12 C’est Baudouin II qui fortifie le couvent proche de Sarmadâ pour Alain d’Athârib (Kamâl, 628) ; Alexandre IV consacrera à Qoçaïr les dîmes de Chypre, infra, p. 697, un château important comme Çafad coûta plus d’un million de besants à construire (Deschamps, Krak, 102).

13 On voudra bien pour le détail se reporter à notre chapitre de topographie historique.

14 Cf., en particulier Deschamps dans Krak, c. II-V, et dans Enlart, Manuel d’archéologie, 2° éd., II, 2, p. 635-652.

15 Cf., en particulier Roz., 172 et 178, où les Francs invoquent une situation ancienne pour en hériter ; à Jérusalem, Martin JA, 1888 donne même un exemple de cas où ils sont frustrés.

16 Wilbrand, 172 : « Quilibet eorum suas leges observant ».

17 Hon., III, 1080.

18 Rozière, 172 (fin) ; cf., Assises, Barons XV, qui parle du témoignage des anciens du pays, sans parler de race.

19 Hon., III, 5567, 5570 ; Grég., IX, 4467, 4131.

20 Cart, I, 595.

21 Grég., IX, 4474. A Jérusalem, les indigènes payaient la dîme (Ernoul. 30), on ne nous dit pas de quelle façon.

22 Grégoire, IX, 4467. Il est aussi question des Géorgiens, sans doute assimilés aux Grecs, et de toute façon n’ayant pas de clergé supérieur propre à eux dans le diocèse d’Antioche. L’église géorgienne de Saint-Siméon existait encore au xiiie siècle (P. Peeters, l’église Géorgienne du Clibanion, Analecta Bolandania, 1928 et Olivier le Scolastique cité ibid. p. 58). Les souverains Géorgiens, David (début xiie siècle) et Thamar (début xiiie siècle) dotèrent les couvents géorgiens d’Antioche et de l’Amanus (Brosset, 374, 456).

23 Il est possible que la position des églises indigènes à l’égard de l’église franque, soit la continuation de celle qu’elles avaient à l’égard de l’église grecque. Mais celle-ci demanderait à Être précisée.

24 Lettres de Crois., éd. Hagenmeyer, p. 161.

25 Gaulier, éd. Hag., p. 94.

26 Il y a parmi eux des propriétaires (Grég., IX, 4474) ; des grands bourgeois parmi lesquels on voit des princes choisir des ducs, des vicomtes, des chambriers (cf. les tableaux, p. 463 et 464) et qui plus tard entreront dans la commune. On verra ci-dessous que les premières monnaies franques sont en grec.

27 Cf. le procès intenté aux moines de Saint-Paul par ceux du Saint-Sépulcre, qui revendiquent une possession comme ayant relevé de leur église sous le régime grec, et invoquent le témoignage de Grecs (Roz., 165-179).

28 On verra la commune les identifier juridiquement (infra, p. 656) et l’église même leur reconnaissait line place en justice supérieure aux autres chrétiens (Honorius, III, 4080, et note précédente).

29 Michel, III, 191 ; encore au xiiie siècle, Grég., IX, 4470 déride que les anciennes possessions de l’église grecque qui viendraient a être reconquises sur l’Islam, doivent être attribuées à l’église latine.

30 Roz. témoins de l’acte, 172-178 ; Michel, an 1481 ; Wildbrand, 173.

31 Saint-Domitien (Rey. Col. Fr., p. 328) ; un manuscrit grec y fut copié en 1162).

32 Un couvent de Basiliens est signalé dans Golubovich I, 75 ; un couvent de Saint-Bethias, par Nersès (Alishan Sissouan, 557) ; Saint-Pantéleïmôn (où ont été rédigés des rituels grecs ou syriaques ; Korolewsky, Histoire du patriarcat Melkiié, III, p. 31-32).

33 Chron. An. Syr., an 1475 ; Phocas, 529 ( ?) ; on sait que Saint-Paul d’Antioche avait été occupé par des Grecs au ixe siècle (Maç‘oûdî dans le Str., 368) ; mais on ignore s’il l’était encore au moment de la croisade. Le ms. Vatican Ar., 128 (= 156) est le récit d’une discussion théologique soutenue à Alep par un moine melkite de Saint-Siméon.

34 Cf. notre description de cette ville. On ignore à qui les Francs enlevèrent les églises qu’ils s’approprièrent a Édesse

35 Cf. par exemple Hon., III, 5570, Grég., IX, 4467 ; le patriarche Athanase (passage communiqué par Korolewsky), exagère par politique (du xviu0 s.) lorsqu’il dit que les Francs s’établirent dans un quartier, les Grecs dans un mire, et que les Francs ne les gênèrent en rien.

36 Michel de Gargar cédera son château à Joscelin II sans regret, mais s’estimera lésé lorsque Joscelin l’aura donné à un membre de la famille rivale des Bahlavouni (Michel, 244).

37 Pourtant Mat th., 103 dit le plus grand bien de Tancrède, bienveillant et juste pour tous.

38 Matth., 88.

39 Matth., 102 ; Michel, 196 ; Chron. An. Syr., 83.

40 Math., 105

41 Les catholicos avaient résidé sur le territoire de Kogh Vasil ; en 1104, l ‘ un d’eux passa à Édesse (Matth., 71). Ils se fixèrent ensuite à Dzovq (Khanzit).

42 On a vu que ce fut lui qui eut vent, par ses relations, du complot de 1112. Peut-être ces mêmes relations sont-elles une des causes de la rancune de Baudouin contre Joscelin Ier.

43 Artisans serfs mentionnés dans Cari., I, 436, paysans fermiers dans Grégoire, IX, 4474.

44 A Art Ah en 1104 (cf. infra, p. 239). Ce paraît, par contre, être un Arménien, Joseph, qui en 1119, défendit par ruse la même ville contre les Turcs (Gautier, II, 8).

45 On ne note aucune difficulté entre Francs et Arméniens, même au xiiie siècle lorsqu’ils auront à côté d’eux le royaume arménien de Cilicie, en guerre avec leurs maîtres francs

46 Par exemple à Marqab (Vie de Qalâoûn, Michaud-Reinaud, 548 ; Cart., I, 595).

47 Par exemple en 1119 (Matth., 122 ; Qal. G 200, Kamâl, 617).

48 Léon joua un grand rôle en 1118 dans la prise de ‘Azâz (Matth., 121) ; Kogh Vasil figure aussi parfois peut-être parmi les alliés de Tancrède (Albert, 683). Sur les rapports de Thoros avec Byzance, Matthieu, 99.

49 Nous restreignons l’emploi de ce mot aux Monophysites. Dans les textes, le sens est variable et englobe souvent tous les indigènes de langue arabe, qui ne parlent pas grec.

50 Des serfs ou paysans syriens sont nommés dans Cart., 324, 566 et Roz., 172. Il y avait des. Syriens clercs et médecins.

51 Ed. Hagenmayer, p. 94.

52 Chron. An. Syr., 276 (en Cilicie).

53 Michel., 193, 207-212, 231 ; cf. Chron. an. Syr. (non traduit), ans 1430 et 1441.

54 Chron. An. Syr, an 1447.

55 Michel, 242.

56 Michel, 228.

57 Cela tient aussi à ce que Joscelin, demi-Arménien lui-même, est plus lié à l’église arménienne que ses prédécesseurs.

58 Mich. 256, 259.

59 Michel, 263.

60 Chron. An Syr., 297.

61 Michel, an 1459. Il s’agit là d’une politique propre à Joscelin. Basile était au mieux avec Baudouin de Mar’ach-Kaïsoum, dont il écrivit l’éloge funèbre (publié dans H. Arm. Cr., I).

62 Mich., 283-288 ; cf. Chron. An. Syr., 299.

63 Mich., 295.

64 Ali de Herat visita en 1173 le tombeau de Ḥabib an-Nadjdjâr près Antioche (Le Str., 375).

65 Les églises avaient parfois le droit de garder les fugitifs chrétiens, non les musulmans qu’elles devaient rendre à leurs maîtres (Cart., I, 491 sq.).

66 Il en reste peu à Antioche (Ousâma Hitti, 169) ; on a des exemples de musulmans enfuis de Maarra (‘Imâd-Kharîda, 3329, 119 r°) ; Zangi fera rendre leurs propriétés aux descendants lorsqu’il reprendra la ville,

67 Kamâl, 599, 615.

68 Boughya, IV, 275 v°, sq.

69 Ousâma, témoignages rassemblés dans Derenbourg Un émir syrien-, chap. XI, et Hitti, 159-169. Les Mounqidhites et les Francs échangent des présents, des services, ont des relations de tous genres ensemble. Ousâma est aussi le seul auteur musulman à nous avoir laissé de nombreuses marques d’intérêt apporté aux choses franques (cf. infra).

70 Dussaud, Nosaïris, 28-29.

71 Ousâma, loc. cit. ; Ibn Djobaïr, H 448 ; Michel, 196 (admiration de Djekermich pour Baudouin du Bourg).

72 Ibn Djobaïr, Sch., 304 ; Grég. IX, 3991, 4144 (argent envoyé d’Europe en Syrie pour ce rachat).

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540