Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Seconde partie

Chapitre IV. La formation de l’église latine d’Antioche

Texte intégral

§ I. — L’Église séculière ; le patriarcat de Bernard de Valence

1Quiconque considère simultanément les débuts de la principauté d’Antioche et ceux du royaume de Jérusalem, ne peut manquer d’être frappé du contraste qui oppose le second, déchiré par des luttes constantes entre rois et patriarches, et la première, où pendant tout le long patriarcat de Bernard de Valence (1100-1135) les deux pouvoirs paraissent n’avoir pas cessé de collaborer étroitement. Peut-être la raison de cette différence, qui ne durera pas, réside-t-elle en partie dans une opposition des tempéraments. Il n’y a toutefois pas de doute qu’elle ne soit à chercher surtout dans les circonstances de l’établissement de l’église latine à Antioche et à Jérusalem.

  • 1 Albert, p. 433.
  • 2 L’idée est formellement exprimée par G. T., p. 274

2Dans l’un comme dans l’autre état, il existait à la veille de la croisade un patriarche grec. A Jérusalem, le patriarche Siméon étant mort avant la prise de la ville par les Francs, ceux-ci le remplacèrent par un Franc. A Antioche, où le patriarche grec Jean survécut à la conquête, les Francs, d’abord, lui laissèrent son siège et le lui restituèrent même dans la splendeur antérieure à l’occupation turque, en rendant au culte la Cathédrale Saint-Pierre, et en la comblant de dons et de rentes1. Évidemment, Jean était un schismatique, puisque, comme le patriarche de Constantinople, il ignorait toute suprématie du Siège de Rome. Néanmoins, le schisme n’avait jamais eu à Antioche la même acuité qu’à Constantinople, parce que les rapports d’Antioche avec Rome étaient depuis longtemps en fait extrêmement lâches. D’autre part, être schismatique n’est pas être hérétique. L’hérésie constitue une communauté religieuse distincte, le schisme n’intéresse que la discipline, et ne rompt pas l’unité spirituelle de l’église. Rien n’empêchait la coexistence d’un patriarche latin et de patriarches monophysites ou arméniens ; en revanche il ne pouvait exister de patriarches latins à côté du patriarche grec, ce qui eût fait deux titulaires pour un seul siège2. On laissa donc le patriarche grec en place.

  • 3 Albert, loc. cit., A Édesse, la chose était faite des 1100, peut-être dès 1098.
  • 4 Raymond, 14 ; G. T., VII, 8.
  • 5 Raoul, 704.
  • 6 On a un acte de 1134 (avant septembre) daté de l’an 35 du patriarcat, ce qui donne septembre 1100 c (...)

3Néanmoins, la présence à Antioche d’un patriarche grec n’allait pas sans difficulté. La première était dans la langue : les Francs avaient besoin d’un clergé latin, et dès leur entrée à Antioche ils avaient établi des clercs latins à Saint-Pierre à côté des clercs grecs3. Puis il était difficilement supportable pour l’orgueil franc, il était même peu conciliable avec leur soumission à Rome d’obéir à un patriarche grec et schismatique : dans les cités épiscopales qu’ils conquéraient et où ils rendaient des titulaires à des sièges vacants, les Francs installèrent donc de leur propre autorité des prélats latins ; le premier fut Pierre, établi à Albâra par Raymond de Saint-Gilles, qui, après lui avoir attribué la moitié des territoires de la ville, l’envoya se faire sacrer à Antioche ; on ne nous dit pas si le sacre fut célébré par le patriarche grec ou un évêque latin (le légat Adémar du Puy étant mort), mais en tous cas, Pierre « reçut la pleine puissance pontificale », ce qui d’après le contexte, signifie qu’il fut déclaré autocéphale ; il renonça à cette indépendance quand il y eut un patriarche latin4. L’année suivante, des évêques ou archevêques furent établis à Artâh, Tarse, Misîs, Édesse : pour leur consécration, Bohémond et Baudouin, au lieu de s’adresser à Jean, les emmenèrent à Jérusalem, pour y être sacrés par le légat et patriarche latin de cette ville, Daimbert (fin 1099)5. Enfin il est évident que la rupture entre Francs et Byzantins mettait le patriarche grec dans une situation fausse. Se sentant menacé, Jean préféra se retirer à Constantinople (1160). Naturellement, il n’y avait rien là d’une abdication. Les Grecs n’interprétèrent jamais ce départ comme créant une vacance. Mais pour les Francs, le fait fut considéré comme équivalent au droit, et ils élurent un patriarche latin, en la personne de l’Evêque d’Artâh, ancien chapelain du légat Adémar du Puy, Bernard de Valence (été 1100)6.

4En Italie, les Normands étaient vassaux du Saint-Siège ; Bohémond, à Antioche, l’était également, comme Godefroy de Bouillon à Jérusalem, de par son hommage au légat Daimbert. Comme Daimbert était patriarche de Jérusalem, et que la qualité religieuse de la Terre-Sainte pouvait paraître entraîner, dans son gouvernement ou la possession de son sol, une grande participation du clergé, le chef temporel du royaume se trouvait à l’origine en conflit constant avec le chef spirituel, dont d’aucuns pouvaient le considérer comme un subordonné. Antioche était dans une situation toute autre. Dépourvue de valeur religieuse exceptionnelle, elle ne procurait pas à son clergé de prétexte à prétentions spéciales. D’autre part, Bohémond, s’il avait tenu à rattacher son pouvoir au Saint-Siège, n’était lié par aucun lien au patriarche latin d’Antioche, créé après lui. Le patriarche grec avait souvent dans les villes grecques et à Antioche même au xie siècle, exercé une profonde influence civile et politique, il n’avait toutefois jamais prétendu se substituer au pouvoir temporel, dans la dépendance duquel il restait en général, et a fortiori n’avait pas pu prétendre à la suprématie dans la ville du Franc Bohémond. Le pouvoir de Bohémond s’était donc tout de suite établi fortement en face du patriarcat, et lorsque celui-ci échut à un latin, les limites de ses prérogatives ne changèrent pas ; on ne voit jamais que même les patriarches attachés à profiter des vacances du principat pour accroître leur influence personnelle aient étendu pour autant les prétentions de leur église.

5Aussi bien la situation de l’église latine dans la-Syrie du nord n’est-elle pas la même que dans la Syrie du sud. Malgré l’importance locale des Lieux-Saints, la Palestine n’avait, ni par le nombre des fidèles, ni dans la hiérarchie ecclésiastique la même importance pour les églises indigènes que les églises syro-euphratésiennes ; étant donné l’afflux des Francs, c’était le contraire pour l’église latine ; celle-ci jouit donc assez vite en Palestine d’une prépondérance incontestée. Il n’en était pas de même dans les états du Nord où les Francs étaient moins nombreux et où les églises indigènes avaient d’importantes masses de fidèles et en partie leurs chefs religieux ; aussi latins clercs et laïcs devaient-ils sentir plus qu’à Jérusalem la nécessité de s’unir pour s’affirmer en face des indigènes. De fait, on ne voit pas qu’aucun comte d’Édesse ni de Tripoli ait jamais eu maille à partir avec son clergé, et il en fut de même au début entre les princes et le patriarche d’Antioche malgré le titre éminent de ce dernier. En Italie du Sud, l’alliance des Normands et de l’Église avait de même tiré une partie de ses raisons d’être et de sa force de l’œuvre de développement de la latinisation à entreprendre sur des populations byzantinisées. Naturellement on ne supprimait pas le clergé grec inférieur, et on ne le supprima pas non plus à Antioche. Mais il fallait le subordonner étroitement aux prélats latins ; il va de soi que, de ce fait, la politique des princes, ennemis de Byzance, et celle des patriarches ne pouvaient que coïncider.

  • 7 Ainsi s’expliquerait que Foucher III3 accuse Roger d’avoir dépouillé Bohémond II. Math., 104 accuse (...)

6C’est une question de savoir jusqu’à quel point les rapports du prince et du patriarche furent modifiés à l’avènement de Roger. Contrairement à Tancrède, qui avait été désigné par Bohémond pour le remplacer, Roger lui, n’avait pas de titres évidents au principat, car s’il était le neveu de Tancrède, il y avait maintenant en Italie un jeune fils de Bohémond, le futur Bohémond II. Certes, à Antioche un parti eût désiré laisser le trône vacant jusqu’à la majorité du jeune prince en se contentant d’une régence, par exemple celle de sa mère Constance. Mais, conscient des nécessités militaires, Tancrède en mourant avait recommandé de donner le pouvoir à son neveu Roger. Fait remarquable, le patriarche Bernard de Valence, à l’encontre de l’attitude que devaient avoir ses successeurs, paraît avoir fait sien ce point de vue. Il s’entremit en faveur de Roger, qu’il fit reconnaître comme prince, peut-être sans mention des droits de Bohémond II, comme, quelques années plus tard, les Jérusalémites devaient préférer Baudouin II, cousin présent, à Eustache, frère absent de leur roi précédent. A celte occasion, il semble que Roger ait été sacré à Saint-Pierre par le patriarche d’Antioche7.

  • 8 Lettre de Léon à Innocent, III. Raynaldi, XX, 220 ; Hist. Royal dans Mishan, Léon, 257 ; Grég., IX, (...)

7On ignore si en cette occasion Roger prêta hommage à Bernard de Valence. Le seul prince du xiie siècle pour lequel un tel hommage soit explicitement attesté est, en 1136, Raymond de Poitiers, qui, comme régent en butte à un parti hostile, avait dû payer son sacre par le patriarche Raoul d’un prix spécial ; et la déposition de Raoul dut en fait délier Raymond de son serment. Toutefois, au xiiie siècle, nous voyons le patriarche soutenir que le prince doit recevoir de lui l’investiture de sa principauté et lui prêter hommage, et que c’est là un usage établi ; Raymond Roupen, qui s appuie sur le parti ecclésiastique, est passé en effet par là sans difficulté sous le patriarcat de Pierre II ; mais Bohémond IV, son rival, n’a jamais eu d’autre légitimation que l’élection de la commune, et Bohémond V son fils, fort à tout le moins de ce précédent, bien que reconnu par le patriarche Albert, se refusera à lui prêter hommage8. Au xiiie siècle, on voit le patriarche Aimery s’opposer à Renaud, contribuer au contraire à l’avènement rapide de Bohémond III que sa mère aurait voulu retarder ; mais nos textes ne parlent, ni dans un cas ni dans l’autre, de sacre ni d’hommage ; la question prête donc à controverse.

  • 9 Raymond, 266, 271
  • 10 Les circonstances de l’élection de Bernard sont mal connues, cf. supra, n. 6.
  • 11 On n’en a pas de témoignage net pour Antioche. Dans le royaume de Jérusalem, Tancrède est le fondat (...)
  • 12 Cart., II, 169 ; on verra que le prince exerce la même droit dans les églises indigènes et dans le (...)

8En revanche il n’est pas douteux que le prince ait exercé un certain droit de regard sur les nominations ecclésiastiques. Pendant la croisade, ce sont les fidèles dans leur ensemble, c’est-à-dire souvent en fait les chefs seuls qui ont désigné les prélats : ainsi en fut-il de l’évêque d’Albara, installé et doté par Raymond de Toulouse avec la reconnaissance ultérieure de Boliémond9, et, vraisemblablement aussi des évêques d’Antioche, Tarse et Misîs que Bohémond emmena se faire sacrer à Jérusalem. Les trois premiers patriarches latins durent leur siège soit au prince, comme Aimery, soit à la foule, comme Raoul10 ; et les couvents latins durent être souvent fondés par le prince, donc sous son contrôle11. En tout cas, le droit de présentation du prince aux sièges ecclésiastiques de son état, d’ailleurs très général au xiie siècle, est d’autant plus incontestable qu’il est formellement attesté par le patriarche Pierre II au début du xiiie siècle en une période de violente lutte entre l’église et les pouvoirs laïcs, au moment même où Innocent III défend contre Bohémond IV, traité il est vrai en usurpateur, le droit du couvent de Saint-Paul à la libre élection de son abbé12.

  • 13 Raoul, 710 ; Matth., 56 ; Gautier, I, 2 et III, 10.
  • 14 Raoul, 709.
  • 15 Ughelli, IV, 847. Lib. Jur., I, 30 ; Müller, 3 ; Rozière, 166
  • 16 Infra, p.
  • 17 Michel, en 1443.
  • 18 Matt., 50.
  • 19 Matt., 75.
  • 20 Matt., 90.
  • 21 Mich., en 1437.
  • 22 Gautier, II. On le voit aussi appuyer auprès du pape Calixte II une demande de secours de Baudouin (...)

9Quoi qu’il en soit de l’exacte limite de leurs prérogatives respectives, il est certain que les rapports entre les princes et le premier patriarche, Bernard, furent de bonne collaboration. Sans doute il n’est guère de pays de ce temps où le chef spirituel et le chef temporel n’aient été plus ou moins associés dans les mesures politiques importantes et dans la préparation, voire souvent l’accomplissement des expéditions militaires. C’est le cas à Édesse, c’est même le cas, quand il n’y a pas de conflit, à Jérusalem. Toutefois l’association avec le clergé paraît avoir été partout la politique systématique des premiers Normands, et, pour autant que nos textes nous permettent de le savoir, nulle part elle ne paraît avoir été aussi étroite qu’à Antioche. On voit Bernard prendre part en 1104 à l’expédition malheureuse du Bâlîkh, s’associer aux préparatifs de la revanche après 1105, aux campagnes de Roger en 1115 et 1119, à celle de Baudouin II dans la suite de cette dernière année13. En 1103, il a participé au paiement de la rançon de Bohémond14. Il est le conseiller suprême des princes pour les grandes affaires politiques, et c’est sur son avis, en sa présence, avec sa signature en tête des témoins, que Tancrède, Roger, Bohémond II accordent leurs privilèges aux Gênois et aux Pisans, ou que Foulque rend aux moines du Saint-Sépulcre d’anciennes possessions antiochiennes15 ; on verra même que les clercs patriarcaux durent au début suppléer assez souvent à l’insuffisance de la chancellerie princière16. C’est le patriarche qui en 1122 fait décider la reconnaissance de Roger, en 1119 la première régence de Baudouin II en attendant la venue de Bohémond II, en 1130 la seconde régence de Baudouin puis celle de Foulque au nom de la fille de Bohémond II, Alice17. Il emploie aussi son autorité à apaiser les conflits de Tancrède avec Raymond de Saint-Gilles en 110218, avec Baudouin d’Édesse en 110819, avec Bertrand de Saint-Gilles en 110920. Plus tard il brandit l’interdit pour arriver à faire cesser une lutte fratricide entre Bohémond II et Joscelin21. Enfin Bernard est appelé lui-même à exercer des prérogatives de pouvoir temporel pendant les vacances de ce dernier en cas de danger ; en 1119, c’est lui qui prend les premières mesures pour la défense éventuelle d’Antioche, et pendant la première régence de Baudouin II, qui ne peut être sans cesse à Antioche, c’est à lui qu’incombe souvent le gouvernement et c’est lui qui par exemple en 1121 appelle Joscelin au secours d’Antioche22. Il est en somme une sorte de conservateur suprême de l’état, aidant, influençant, suivant les cas le pouvoir temporel.

  • 23 Ces listes furent traduites en latin (cf. Itinéraires Français à Jérusalem, publiés par la Soc. de (...)
  • 24 G. T., VII, 8, pour Albâra

10C’est Bernard qui eut à organiser l’église et le patriarcat d’Antioche. Pour ce dernier, il revendiquait comme frontières celles qu’attestaient les anciennes listes épiscopales byzantines23, c’est-à-dire qu’elles dépassaient considérablement le territoire propre de la principauté. Naturellement, une grande partie des anciens sièges se trouvant en pouvoir musulman ou bien, s’ils étaient en territoire grec, manquant de fidèles grecs et latins, ne pouvaient avoir qu’une existence idéale. Mais, parmi ceux que les Francs établirent, Bernard se rattacha tous ceux des comtés d’Édesse et de Tripoli et de la principauté d’Antioche. Pour ceux qui, fondés avant le patriarcat latin, s’étaient trouvés de ce fait autonomes, il obtint sans peine la soumission des titulaires ; le siège d’Albara fut pour lors transformé en archevêché, comme Tarse, Édesse et Misîs24 ; pour Artâh, d’où Bernard venait lui-même, il n’eut qu’à se désigner un successeur. Plus tard des évêques latins furent consacrés à Mar῾ach, Lattakié, Djabala, Boulounyas (Valénie), Tortose, Tripoli, Djoubaïl (Giblet), et Rafânya, un archevêque aux sièges de Doliché (et, idéalement, Manbidj-Hiérapolis), résidant sans doute à Tell-Bâchîr, et dans le ressort de ce dernier, un évêque à Qoûriç (Cyrrhus). L’évêque d’Artâh porta sa résidence à Hârim, celui d’Albara à Apamée.

  • 25 G. T., p. 509 sq. ; Roz., p. 4 et 8 ;cf. Röhricht, Geschichte, p. 98-99. Les envoyés de Bernard sou (...)
  • 26 G. T., p. 159 ; Cf. Röhricht Geschichte, p. 184.
  • 27 Bouquet, XV, p. 365.

11Du côté de Jérusalem, une difficulté surgit pour la détermination des frontières entre les deux patriarcats. Deux thèses contradictoires s’affrontaient : l’une qui découlait peut-être d’indications d’Urbain II voulait que les frontières ecclésiastiques et politiques se correspondissent, et pour les conquêtes du roi de Jérusalem relevassent religieusement du patriarche de Jérusalem ; l’autre qui s’appuyait sur les anciennes listes épiscopales, revendiquait pour le patriarcat d’Antioche le territoire de l’antique archevêché de Tyr. La question se posa une première fois lors de la prise de Beirout, qui dépendait de Tyr. Baudouin II sollicita et obtint de Pascal II que ses conquêtes fussent attribuées à son patriarcat (1111). Bernard se plaignit à Rome ; Pascal, qui l’estimait, s’excusa de ses ignorances sur la distance, et précisa que sa concession à Baudouin ne portait que sur les villes dont une longue domination musulmane ou les changements de noms ne permettaient pas de retrouver l’attribution (1112). Cette réponse restant d’application vague, Bernard envoya demander au concile de Bénévent qu’on lui garantît au moins la frontière jadis indiquée, disait-il, par le légat Adémar du Puy entre Tortose et Tripoli ; mais le Pape se borna à répéter sa sentence générale antérieure (1113)25. La demande de Bernard était évidemment en rapport avec l’extension du pouvoir de Tancrède, qui exerçait en 1112 la suzeraineté sur la province de Tortose ; Bernard pouvait craindre qu’on ne lui enlevât celle-ci, parce qu’elle dépendait autrefois comme Beirout, Djoubaïl et Tripoli de l’archevêché de Tyr. Effectivement lorsqu’en 1128 l’archevêque désigné pour Tyr, prise quatre ans auparavant, alla chercher son pallium à Rome, il demanda au Pape Honorius II la reconstitution des anciennes limites de son diocèse, et Honorius fit mander au patriarche d’Antioche par son légat Aegide de Tusculum ( = l’auteur Gilon de Paris) d’avoir à lui céder Tortose, Tripoli et Djoubaïl. Il ne semble pas que Bernard ait cédé, puisqu’on retrouve son successeur en possession des dits évêchés. L’archevêque de Tyr n’avait pas moins mécontenté le patriarche de Jérusalem, en s’adressant directement à Rome et en lui demandant les évêchés d’Acre, Çaïdâ (Sidon) et Beiroût26. Peut-être est-ce là la raison pour laquelle dans le schisme qui à Rome opposa Anaclet II à Honorius II les deux patriarches reconnurent le premier27.

  • 28 Greg., IX.

12L’affaire ne parvint d’ailleurs jamais à une solution qui satisfît tout le monde. Vers 1138 ou 1139, à la suite de l’accession d’un nouvel archevêque au siège de Tyr, le pape Innocent II appuya de nouveau la demande qu’il fit au patriarche d’Antioche, Raoul, des trois évêchés de la côte tripolitaine, mais Raoul y mit comme condition que l’archevêché de Tyr tout entier entrât dans l’obédience d’Antioche. Le patriarche de Jérusalem naturellement s’y opposait, et lorsque quelques années plus tard, le pape Eugène III voulut donner raison à la thèse antiochienne, il ne put pas plus obtenir le transfert de Tyr, Beïrout et Çaïdâ à l’église d’Antioche que son prédécesseur n’avait pu faire attribuer à celle de Jérusalem, Tripoli, Tortose et Djoubaïl. Le conflit fut encore l’objet de bulles d’Innocent III, Honorius III et Grégoire IX. En fait, il s’était établi un partage qui se trouva correspondre parfaitement à la division politique, lorsque Tripoli et Antioche furent réunies sous un même prince28.

  • 29 Cart., I, 38 ; Hon., III, 3497.
  • 30 Cart., I, 446. Le Strange Palestine, 371.
  • 31 Cart., II, 112 : « Une croix d’or ornée de perles et de pierres précieuses ; un grand calice doré o (...)
  • 32 Pour Bernard, cf. Orderic, vol. IV, p. 141, pour Raoul I. pour Aimery, Michel, en 1504.
  • 33 G. T., 711 (an 1144).
  • 34 Raymond, 266.
  • 35 Gautier, II.
  • 36 Cart., I (I, p. 69).
  • 37 Albert, p. 682.
  • 38 Cart., I, 595 ; Hon., III.
  • 39 ROL, VII, 129.
  • 40 Mich., 234.

13L’organisation intérieure de l’église d’Antioche ne diffère pas de celle de toutes les églises d’Occident. Elle a son chapitre qui compte douze chanoines au xiie siècle, vingt au xiiie29), ses diacres et son archidiacre, son chantre, son chancelier, son écolâtre, son trésorier, son officiai. D’elle dépend l’hôpital Saint-Pierre, déjà connu d’Ibn Boutlân au xie siècle30. Elle a retrouvé d’autre part sa richesse d’antan, grâce aux biens qui lui ont été restitués ou attribués en 1098, en les confisquant pour bonne part aux autres églises. Le trésor du patriarcat dont on a conservé un inventaire au xiiie siècle, partiel ou complet, n’apparaît pas non plus dépourvu31 ; et l’on sait que la fortune des patriarches excitait souvent l’envie32 ; il en est de même de l’archevêque d’Édesse33. En dehors des patriarches, l’archevêque d’Albara possède la moitié de cette ville34. Les évêques d’Antioche35, Djabala36, Tortose37, Boulounyas38, l’archevêque de Dolichè39, pour ne parler que de ceux sur lesquels on a quelque précision, paraissent également bien pourvus. Enfin, postérieurement à 1133 où Foulque, allié du patriarche, assiège Qoçaïr40, et peut-être même à 1155, mais avant 1166, le patriarche acquiert cette forteresse qui devient dès lors la place de sûreté où il dépose ses trésors et établit en temps de danger son administration ; l’importance en est attestée par les bulles pontificales qui s’occupent de son administration en période de vacance, et par la contribution financière levée par le pape sur plusieurs églises pour la fortifier.

14Aux propriétés directes s’ajoutent les droits perçus sur les biens des laïcs. Il y avait ici une difficulté inconnue des pays occidentaux. Là les dîmes étaient payées par les vilains, non par les seigneurs. Mais d’autre part, en Orient, les dîmes ne pouvaient en principe être perçues que sur les Latins ou les Grecs, puisque les monophysites et les Arméniens relevaient d’autres églises ; or le plus souvent les Latins et les Grecs n’étaient que propriétaires et faisaient cultiver leurs terres par des paysans monophysites, arméniens ou musulmans. Il fut donc stipulé que les premiers auraient à faire payer à leurs paysans des droits tels qu’ils pussent prélever dessus une dîme à reverser par eux à l’église. Les paysans non latins ou grecs devaient d’ailleurs souvent directement à l’église quelques redevances en nature, par exemple des myrtes pour les grandes fêtes.

15Quant aux édifices du culte et aux couvents de leurs moines, les Latins les avaient pris parmi les églises et établissements autrefois grecs ou encore occupés par des Grecs à leur arrivée. On verra toutefois qu’ils ne les en avaient pas totalement privés.

16Liste des évêques du patriarcat d’Antioche.

17Archevêchés :

  • a Les deux sièges sont sûrement confondus : cela résulte de leur proximité (il ne peut pas y avoir de (...)
  • b Greg. IX, 4466. Röhricht Regesta, p. 172. Nous ne donnons ci-après les références que pour les pers (...)

18Albara : Pierre (1098, 1123).
(Apamée)a Serlo (1139).
B. (1142, 1143).
Gerald (1174).
Anonyme (1198).
Otton (1214, 1216).
Anselme (1219, 1223, id. 1227, 1232 ?).
Pierre (1238, 1244)b.
Anonyme (1263).

  • c Cart. II, 345 ; Grég., 4466, 4968.
  • d ROL Vu, 181.
  • e D’après une lettre inédite d’Alexandre IV (Vatican, Reg. an 5, n° 188).

19Misis (Mamistra) :
Barthélémy (1100, 1108).
Raoul, 1135, élu patr. d’Antioche.
Gaudin (1139).
 ? (1163). Barthélémy (1186). Barthélémy, élu en 1198.
Jean, élu en 1216.
Philippe, 1226, 1230 ?, 1238 ?, 1239 ?c
Guillaume, 1246, 1254,d 1259 ?e

  • f Michel le Syrien, an 1489.
  • g Greg. IX, 1101 ; Hon. III, 6026.

20Tarse : Roger (1100, 1113).
Etienne (1139).
 ? (1178)f. Albert (1186, 1190).
Pierre, élu en 1198, id. 1204 ?
 ? élu en 1209, mort avant 1213. Booz (Paul), 1216.
 ? nommé en 1226, 1232 ?g

  • h Distingués à tort par Röhricht, le second titre est « in partibus » ; Franco porte alternativement (...)
  • i Cart. I, 89 et 112 ; ROL VII, 129 ; G. T. XV, 14. Mort en 1152, G. T., p. 789 ?

21Doulouk (Tulupe)-Manbidj (Hierapolis) :h
Franco, 1134, 1141i.

  • j Telle est la date de son épître à l’église de Reims d’après Riant (HOC, V, 317). Peut-être eut-il u (...)

22Édesse : Benoit, 1100, 1104.
Hugues, 122fij tué en 1144.

23Evêchés.

24Boulounyas (Valénie) :
Pierre (1148) ?
Giraud (av. 1163).
Antérius (1163, 1193). ? (1196, 1205).
Eustache (1216, 1222).
Barthélémy (1234).
Pierre (1250).
Gérard (1289).

  • k Cart. II, 305.
  • l Grég. IX, 3387, 4471, 4504.
  • m Ces deux dernières dates d’après Inn. IV, 7396, et Alex. IV, 1086.

25Djabala (Gibel) :
Guillaume (1115).
Bandin, élu en 1200, 1215. Durand, 1222k.
Anonyme, 1237, 1238l.
Guillaume, 1244, 1249, id. 1254, 1256 ? (dominicain),m
Guillaume, 1263, 1268 (franciscain). Barthélémy, 1275, 1278.
Anon., 1286, 1289.

  • n Innocent IV, 57, 188.
  • o Ces deux dernières dates, d’après Inn., 6070, 7396, et Cart. II, 785.
  • p Cart. II, 849 et 871.
  • q Otto de Freis. MGSS, XX, 266.
  • r Mansi, XXII, 215.
  • s Clément IV, n° 409.

26Tripoli : Albert, 1112, 1115.
Pons, 1115.
Bernard, 1117, 1127.
Guillaume, 1132.
Géraud, 1132, 1145.
Gombaud, élu 1170.
Romain, 1174, 1179.
Jean, 1184.
Aimery, 1186, 1187.
Pierre, 1191, 1194.
Laurent, 1198, 1199.
Geoffroy, 1204, 1209.
Guy de Valence (date ?).
Robert, 1217, 1228.
Albert, élu 1243 et peut-être cassén.
Grégoire de Montelargo, élu 1249, 1250 ; id., 1252-1256 ?o.
Opizon, 1257, 1259p.
Paul, dominicain, 1261, 1284.
Cynthis de Pinea, 1285, 1286.
Bernard, 1289, 1296.
Romain (1132).
Hugues (1140, 114 ?)q
V. (1179)r.
 ? (1187).
Raoul (1262, 1266)s.

  • t Innocent IV, 7, 397. Serait-ce Augustin de Nottingham, qu’on sait avoir été nommé peu auparavant à (...)

27Lattakié :
Gérard (1141, 1161).
 ? (1223)t
 ? (1254)
Pierre de Saint-Hilaire (1264).

  • u Gautier, II, 3.

28Artâh-Hârim :
Bernard, 1098, élu patriarche en 1100.
 ? 1119u.
S., 1135.

29Mar῾ach : ?, 1115.

30Kaïsoûn : aucune mention d’évêque ; pour le siège, Nersès, 576,
Grégoire, 109.

31Qoûriç : Géraud, 1139, 1152 (sa mort).

  • v Cette dernière date d’après Cart. II, 901, cf. Inventaire, p. 47, an 1132.

32Rafânya : Géraud, 1127, 1139v.

33Tortose : Raymond, 1127, 1139.
Guillaume, 1142.
Pierre, 1163, 1169.

  • w Cette dernière date d’après ROL, II, 211.
  • x Nicolas, IV, 829.

34Djoubaïl : Jubald, élu, 1167.
 ? 1243, 1263, 1260w.
Hugues, franciscain, 1282.
Pierre, 1267, 1286.
 ? 1289x.

35Dans tout ce qui précède, on a cité pour chaque prélat seulement les dates terminales auxquelles il est connu.

II. L’Église régulière

36Le prestige d’Antïoche, de vieilles traditions érémitiques et l’influence des Stylites dans la Montagne Noire, avaient de tout temps fait de la région d’Antioche un grand centre de vie monastique. Les Francs, revivifiant les couvents en partie ruinés par l’invasion turque, installèrent des moines latins à la place ou à côté de ceux, grecs ou autres, qu’ils y trouvaient, et les communautés ainsi créées acquirent vite une grande importance, d’une part à cause de leur richesse, d’autre part en raison des contacts spirituels qui s’y nouèrent avec les milieux indigènes correspondants. Leur belle période est le début du xiie siècle, où les conquêtes permettent de les doter largement, et où les ordres militaires ne leur font pas encore concurrence dans la piété des fidèles.

  • 41 Le Sir., 368.
  • 42 Sont connus les abbés T. (1108, Müller, 3), Pierre (1167, Cart., I, 271), M c o (1183, 1186, Cart., (...)
  • 43 Wilbrand, 173 ; Cart., I, 171, 446, 271 ; Inn., IV, 8001 (prieuré à Chypre ; après la chute d’Antio (...)
  • 44 Lettre de Léon, Raynaldi, XX, 220 ; Inn., III, 12 juillet 1205 et 28 janvier 1213.

37Les trois plus grandes abbayes bénédictines ayant leur établissement principal dans la principauté sont celles de Saint-Paul, Saint-Georges, et Saint-Siméon. On a vu que Saint-Paul existait, comme abbaye grecque, bien avant les croisés41 ; ses abbés, voire ses moines, ont une importance dont témoignent leur apparition fréquente sur des chartes, leur participation à des événements comme l’entrée de Foulque à Antioche en 113142 ; la richesse du monastère est attestée tant par les chartes que par les voyageurs43 ; cette puissance exposera d’ailleurs les moines à des conflits avec les princes et même avec des patriarches44.

  • 45 Un acte génois du xive siècle parle d’un prieuré « S. Georgi de Jubino vel de Montana Nigra » (.Tan (...)
  • 46 Il existait un couvent bénédictin au Râs al-hanzîr (St. Nersès dans Alishan Sissoaan, 517), proche (...)
  • 47 Le Str., 434.
  • 48 G. T., XVII, 10 ; Chron. Syr. An., an 1475 (description du trésor du couvent grec) ; Hon., III, 506 (...)

38On connaît mal, au xiie siècle, l’abbaye de Saint-Georges, dans la Montagne Noire, probablement analogue à la future abbaye cistercienne de Saint-Georges-de-Jubin45, qui paraît s’être trouvée dans la région du Râs al-Khanzîr46. Plus près d’Antioche, des moines latins s’étaient établis à côté des moines grecs dans le couvent de Saint-Siméon le jeune, qu’Ibn Boutlân, à la veille de l’invasion turque, disait, avec ses dépendances, vaste comme la moitié de Bagdad47 ; son importance restait assez grande au temps des Francs pour qu’ils aient baptisé Souwaïdiya Port Saint-Siméon, que les musulmans l’aient deux fois pris pour but de raids de pillage, et que Bohémond IV ait eu avec les moines de graves conflits fiscaux48.

  • 49 On connaît encore les Bénédictines de Sainte-Croix de Carpita (Alex., IV,. 6 mars 1257) et une autr (...)
  • 50 On en connaît deux abbés, Angerius (1140, Roz., 178), Leutprand (AOL, II B 1371.
  • 51 Celui de Lattakié (Inn., IV, 7397), le patriarche de Jérusalem Daimbert (G. T., X, 25).

39En dehors des bénédictins49, nous ne connaissons à Antioche que la communauté des chanoines augustiniens de Saint-Georges, dans l’église de ce nom50 ; elle était assez riche pour entretenir parfois des évêques, voire des patriarches51, privés de leur diocèse.

  • 52 Röhricht, n° 331 nomme les casaux de Faxias (Fasri ?) et Valtorentum, et des rentes à Yâghrâ, Imm, (...)
  • 53 Delaborde, 170.
  • 54 Röhricht, n° 576 (Felix, Bussudan, Cuccava, cchâteau de Dominum, Bexa, Eroï, Miserach).
  • 55 Cart., II, 911, I 441 (rentes).
  • 56 Hon., III, 709 (maisons à Antioche et Lattakié).
  • 57 Roz., 169 (maisons à Antioche, dont une soierie).
  • 58 Cart., III, 96, 117 ; Arch. Malte, 97 (casai de Naheria, près Djisr al-Hadid).
  • 59 Röhricht, n° 983 (Carcasia, Gabamo, Boldadia, Norsinge).
  • 60 Bohémond II lui donne une église à Tarente et Bohémond III fait inhumer à N.-D. J., sa mère et ses (...)
  • 61 Delaborde, 26, 117 ; Köhler, 115, 129, 130, 151, 172, 181 (territoires de Misis et Til ; de Hâroûny (...)
  • 62 Roz., 165, 179 ; Delaborde, 117 ; Kohler, 172, 181.

40Les églises et monastères de la principauté n’étaient pas les seuls à y posséder des biens ; plusieurs établissements du royaume de Jérusalem y avaient des terres, voire des filiales. Telle était Sainte-Marie-Latine, dont le clergé desservait aussi Sainte-Marie-Latine et Saint-Jean d’Antioche, Sainte-Marie-Latine et Saint-Nicolas de Lattakié, et possédait dans la principauté divers revenus52 ; telle était aussi la léproserie de Saint-Lazare qui avait une filiale à Antioche53. Des villages, des rentes, appartenaient à N.-D. du Mont-Sion54, au Mont-Thabor55, au Mont-Sinaï56, au Saint-Sépulcre57, à Hebron58, à Bethléem59 ; mais aucune église n’était aussi richement dotée que N.-D. de Josaphat, pour laquelle les princes d’Antioche paraissent avoir eu une dévotion particulière60. Elle possédait des biens disséminés dans toutes les parties de la principauté, mais abondants surtout en Cilicie61 ; elle les faisait administrer par des ecclésiastiques de la principauté faits confrères de l’abbaye ou appartenant à la maison sœur de Sainte-Marie-Latine ; souvent elle leur concédait ces biens comme tenures viagères. Le Mont-Thabor, lui, louait ses biens à des laïcs. De temps en temps, des frères faisaient des tournées d’inspection. Naturellement Sainte-Marie-Latine entretenait des membres de sa communauté dans ses églises de la Syrie du nord62.

  • 63 Cart., II, 911 ; Delaborde, 92.

41Les Bénédictins n’avaient aucune organisation générale, et chaque maison était autonome ; mais deux maisons pouvaient conclure entre elles des « fraternités ». Ainsi fit saint Paul en 1183 avec le Mont-Thabor, en 1197 avec N.-D. de Josaphat. En vertu de ces fraternités, non seulement chaque mois on prie dans chaque monastère pour les morts des autres, non seulement les moines et l’abbé de Saint-Paul seront reçus exactement avec les mêmes prérogatives que chez eux dans les maisons sœurs lorsqu’ils auront à s’y rendre, mais l’abbé de Saint-Paul pourra même occasionnellement remplacer l’abbé du Mont-Thabor ou de N.-D. de Josaphat, et ceux-ci ne pourront être élus qu’avec son consentement, et, à défaut de moine capable dans leurs maisons respectives, parmi ceux de Saint-Paul seulement ; en cas de désaccord particulier entre moines, Saint-Paul pourra accueillir des réfugiés de maisons associées, sauf, naturellement, en cas d’excommunication. L’accord stipulait même, pour les moines de Saint-Paul, la possibilité, s’ils étaient expulsés par les Turcs ou le prince d’Antioche, de se réfugier à N.-D. de Josaphat ou au Mont-Thabor ; en fait, c’était aux moines palestiniens que la conquête saladine pouvait rendre une clause semblable en leur faveur le plus utile, et il est vraisemblable qu’une telle hospitalité leur avait été plus ou moins accordée, sans cela l’on s’expliquerait mal les privilèges sans contrepartie qu’ils accordent à Saint-Paul63. Le danger militaire distingue quelque peu ces fraternités de celles de l’Europe, auxquelles elles sont par ailleurs de tous points semblables.

  • 64 A la vie monastique, il faut ajouter les pèlerinages à Antioche et à la Montagne Noire ; on y trouv (...)

42Le même danger explique qu’à partir du milieu du xiie siècle les ordres civils cessent d’être l’élément dominant du monachisme franc de Syrie, et cèdent cette place aux ordres militaires64.

Notes

1 Albert, p. 433.

2 L’idée est formellement exprimée par G. T., p. 274

3 Albert, loc. cit., A Édesse, la chose était faite des 1100, peut-être dès 1098.

4 Raymond, 14 ; G. T., VII, 8.

5 Raoul, 704.

6 On a un acte de 1134 (avant septembre) daté de l’an 35 du patriarcat, ce qui donne septembre 1100 comme terminus ante quem (Cart., I, p. 89) ; G. T. dit que Jean resta à peine deux ans, donc partit au printemps de 1100 (cf. Albert, 274). Orderic, IV, p. 141 croit que Jean partit pendant la captivité de Bohémond, mais que celui-ci fut consulté pour son remplacement, ce qui paraît étrange. Sur Jean (dit l’Oxite), cf. l’article do Papadopoulos dans l’Annuaire (Epétéris) de la société des études byzantines, XII, Athènes, 1936. Les relations do Bernard avec l’église du Puy sont illustrées par le récit du pèlerinage du second successeur d’Adémar, Ponce-Maurice, qui vers 1125 reçut de Bernard, « son ami », des reliques et autres présents (cité dans H. Occ. Cr.. V, p. 355).

7 Ainsi s’expliquerait que Foucher III3 accuse Roger d’avoir dépouillé Bohémond II. Math., 104 accuse Bernard d’avoir empoisonné Tancrède, sans doute seulement en raison de son action en faveur de son successeur contesté. Matt., 104 ; Qal. A 185 ; G. 132 ; I. F., I, 69 v°.

8 Lettre de Léon à Innocent, III. Raynaldi, XX, 220 ; Hist. Royal dans Mishan, Léon, 257 ; Grég., IX, 4471, 4472.

9 Raymond, 266, 271

10 Les circonstances de l’élection de Bernard sont mal connues, cf. supra, n. 6.

11 On n’en a pas de témoignage net pour Antioche. Dans le royaume de Jérusalem, Tancrède est le fondateur de l’abbaye latine du Mont-Thabor.

12 Cart., II, 169 ; on verra que le prince exerce la même droit dans les églises indigènes et dans le clergé grec au xiiie siècle, plus même que dans le clergé latin. Pour l’affaire de Saint-Paul, cf. infra, p. 619.

13 Raoul, 710 ; Matth., 56 ; Gautier, I, 2 et III, 10.

14 Raoul, 709.

15 Ughelli, IV, 847. Lib. Jur., I, 30 ; Müller, 3 ; Rozière, 166

16 Infra, p.

17 Michel, en 1443.

18 Matt., 50.

19 Matt., 75.

20 Matt., 90.

21 Mich., en 1437.

22 Gautier, II. On le voit aussi appuyer auprès du pape Calixte II une demande de secours de Baudouin II pour prendre Tyr. (Röhricht, Gesch., 163.)

23 Ces listes furent traduites en latin (cf. Itinéraires Français à Jérusalem, publiés par la Soc. de l’Or. Lat., p. 11).

24 G. T., VII, 8, pour Albâra

25 G. T., p. 509 sq. ; Roz., p. 4 et 8 ;cf. Röhricht, Geschichte, p. 98-99. Les envoyés de Bernard souscrivent une charte de Pascal II au Mont-Cassin (Kehr. Italia Pontificia, VIII, p. 162).

26 G. T., p. 159 ; Cf. Röhricht Geschichte, p. 184.

27 Bouquet, XV, p. 365.

28 Greg., IX.

29 Cart., I, 38 ; Hon., III, 3497.

30 Cart., I, 446. Le Strange Palestine, 371.

31 Cart., II, 112 : « Une croix d’or ornée de perles et de pierres précieuses ; un grand calice doré orné de perles et de pierres précieuses ; deux grands tissus ornés de pierres précieuses ; deux chirothèques à croissants d’or ornés de perles, des sceaux de l’or pour sceller les chartes ; sept couteaux à manche d’ivoire ; deux coffres rouges et un coffre blanc, contenant : une planeta rouge, trois dalmatiques rouges, une autre tunique rouge, un pluvial blanchâtre, un parement blanc, une étole et un manipule blancs brodés d’or, une ceinture blanche, une ceinture rouge, une étole rouge et un manipule, une robe pour la confirmation, un girandole, deux manteaux, l’un ouvragé, l’autre non, un encensoir d’argent, un vase d’argent pour la confirmation, un parement d’autel, un peigne d’ivoire et d’or ouvragé, deux lapis, une robe, un tapis d’autel (paré), un pluvial (rumatique ?), une tunique d’étoffe impériale (pourpre ?) ornée d’or, une étole, un manipule rouge, une masse pour le service, une chasuble de Samit (Nerengi), un pluvial blanc de samit (étoffe de soie épaisse et lourde de grand luxe), un missel, un évangéliaire (dont une bulle d’Honorius III, 703, reparle au sujet du vol de ses pierreries), un livre des Épitres à couverture d’argent massif, une tunique de cendal ( ?) blanc, une chasuble, une dalmatique, une tunique d’amit (samit de moindre épaisseur) noir, deux anneaux d’or sertis de topaze, trois épingles d’or, uno chasuble, uno dalmatique de samit blanc, une chasuble de doxa ( ?), une dalmatique de samit vert, deux manteaux, un calice d’argent doré, un girandole, quatre custodes, des corporaux avec un custode de carcubin (safran ar. Karkoum ?), une étole, une étole et un manipule diapasés, un manipule rouge, deux aubes, l’une parée, l’autre non, trois mitres, l’une ornée d’or, les deux autres avec orfroi, une étole et un manipule de carcubin, deux ceintures, l’une blanche et l’autre rouge, un tapis blanc, un peigne d’ivoire. »
Plus tard, saint Louis rapporte d’Antioche un vase sacré ouvré par saint Pantéleïmôn (Ebersolt, Orient et Occident pendant les Croisades, p. 39).

32 Pour Bernard, cf. Orderic, vol. IV, p. 141, pour Raoul I. pour Aimery, Michel, en 1504.

33 G. T., 711 (an 1144).

34 Raymond, 266.

35 Gautier, II.

36 Cart., I (I, p. 69).

37 Albert, p. 682.

38 Cart., I, 595 ; Hon., III.

39 ROL, VII, 129.

40 Mich., 234.

41 Le Sir., 368.

42 Sont connus les abbés T. (1108, Müller, 3), Pierre (1167, Cart., I, 271), M c o (1183, 1186, Cart., I, 491 sq. et II, 910), Bernard (1197, Delaborde, 92), Serge (date inconnue, sceau dans Rev. num., 1891, 229), anonyme (1222, Hon., III, 3754) ; le moine Hugues de Blois (1135, Kohler, 130), le moine Pierre le Latinier, qui ouvre la porte d’Antioche à Foulque (G. T., XIII, 27).

43 Wilbrand, 173 ; Cart., I, 171, 446, 271 ; Inn., IV, 8001 (prieuré à Chypre ; après la chute d’Antioche, la communauté se reconstitue à Famagouste (Nicolas, JV, 778) ; cette circonstance et l’association de saint Paul avec Notrer-Dame de Josaphat, dont des chartes sont parvenues en Italie, peut faire espérer de retrouver des archives de saint Paul en Italie. Cf. Hackett, History of the orthodox church of Cyprus, 451, 606. Aussi Hon., III, 5753 (prébende).

44 Lettre de Léon, Raynaldi, XX, 220 ; Inn., III, 12 juillet 1205 et 28 janvier 1213.

45 Un acte génois du xive siècle parle d’un prieuré « S. Georgi de Jubino vel de Montana Nigra » (.Tanauschek, Origines Cisterciensium, 217) ; nous savons que Saint-Georges-de-Jubin existait avant d’être cistercienne (Grég., IX, 1887), or ce nom n’est jamais signalé au xiie siècle, tandis qu’on y connaît une abbaye de Saint-Georges « in Montanis Nigris », qu’on ne connaît plus au xiiie (Gart., 266).

46 Il existait un couvent bénédictin au Râs al-hanzîr (St. Nersès dans Alishan Sissoaan, 517), proche d’un couvent arménien ; il existait dans la Montagne Noire un couvent arménien de Saint-Georges (Alishan, 486) ainsi qu’un couvent mohophysite du même nom (Michel de Mar῾ach, JA, 1888) ; un groupement au même lieu de ces trois monastères homonymes est possible ; près de là est Georgia (Dussaud, Topogr., 440). L’existence d’un grand monastère au Râs al-Khanzîr est connue d’Idrîsî (Jaubert, 132) ; l’abbé de Saint-Georges-de- Jubin, employé à des négociations entre Antioche et Chypre (infra p. 670) doit ótre proche de la mer.

47 Le Str., 434.

48 G. T., XVII, 10 ; Chron. Syr. An., an 1475 (description du trésor du couvent grec) ; Hon., III, 5061. Rente sur un moulin, Rey Recherches, 22. Le patriarche Raoul y fut retenu prisonnier en 1139 (G. T., XV, 19).

49 On connaît encore les Bénédictines de Sainte-Croix de Carpita (Alex., IV,. 6 mars 1257) et une autre abbaye de femmes, Sainte-Marie-du-Fer, près du Pont de fer (Djisr al-Hadîd) (Rey Rech., 22 Delab, 117, Cart. 491), et des abbayes de nature inconnue à Arsala (Delab., 117), Rivira près Lattakié, Notre- Dame de la Carrière, Saint-Gildas près Antioche, Mont-Parlier (Cart., 131, 440 446, 491) ; Rochefort, La Granacherie (Strehlke, 10, Cart,, 226). Au xiiie siècle il y avait à Antioche une maison de Carmes (AASS, Juin, VII, 222).

50 On en connaît deux abbés, Angerius (1140, Roz., 178), Leutprand (AOL, II B 1371.

51 Celui de Lattakié (Inn., IV, 7397), le patriarche de Jérusalem Daimbert (G. T., X, 25).

52 Röhricht, n° 331 nomme les casaux de Faxias (Fasri ?) et Valtorentum, et des rentes à Yâghrâ, Imm, des jardins à Antioche.

53 Delaborde, 170.

54 Röhricht, n° 576 (Felix, Bussudan, Cuccava, cchâteau de Dominum, Bexa, Eroï, Miserach).

55 Cart., II, 911, I 441 (rentes).

56 Hon., III, 709 (maisons à Antioche et Lattakié).

57 Roz., 169 (maisons à Antioche, dont une soierie).

58 Cart., III, 96, 117 ; Arch. Malte, 97 (casai de Naheria, près Djisr al-Hadid).

59 Röhricht, n° 983 (Carcasia, Gabamo, Boldadia, Norsinge).

60 Bohémond II lui donne une église à Tarente et Bohémond III fait inhumer à N.-D. J., sa mère et ses frères et soeur (Delab., 72, Kohler, 151, 153).

61 Delaborde, 26, 117 ; Köhler, 115, 129, 130, 151, 172, 181 (territoires de Misis et Til ; de Hâroûnya, Roissol, Djabala, Lattakié, Kafartab, Zerdanâ).

62 Roz., 165, 179 ; Delaborde, 117 ; Kohler, 172, 181.

63 Cart., II, 911 ; Delaborde, 92.

64 A la vie monastique, il faut ajouter les pèlerinages à Antioche et à la Montagne Noire ; on y trouve des pèlerins Scandinaves (Riant, Les Scandinaves en Tèrre sainte, 89) et Alexandre III y envoie comme expiation les meurtriers de Thomas Becket (Romoald, MGSS, XIX, 439).

Notes de fin

a Les deux sièges sont sûrement confondus : cela résulte de leur proximité (il ne peut pas y avoir deux archevêques à cinquante kilomètres l’un de l’autre), de l’identité de nom du seul évêque d’AIbara connu, le premier, Pierre, avec son contemporain d’Apamée, et de la présence de ce personnage alternativement sous ses deux titres dans Rozière 192. Sur la captivité et l’évasion de Pierre en 1123, cf. infra, p. 296.

b Greg. IX, 4466. Röhricht Regesta, p. 172. Nous ne donnons ci-après les références que pour les personnages absents ou différents de Röhricht, Syria Sacra, ZDPV X (1887).

c Cart. II, 345 ; Grég., 4466, 4968.

d ROL Vu, 181.

e D’après une lettre inédite d’Alexandre IV (Vatican, Reg. an 5, n° 188).

f Michel le Syrien, an 1489.

g Greg. IX, 1101 ; Hon. III, 6026.

h Distingués à tort par Röhricht, le second titre est « in partibus » ; Franco porte alternativement les deux titres. Il paraît résider à Tell-Bâchir.

i Cart. I, 89 et 112 ; ROL VII, 129 ; G. T. XV, 14. Mort en 1152, G. T., p. 789 ?

j Telle est la date de son épître à l’église de Reims d’après Riant (HOC, V, 317). Peut-être eut-il un successeur, cf. G. T., p. 789.

k Cart. II, 305.

l Grég. IX, 3387, 4471, 4504.

m Ces deux dernières dates d’après Inn. IV, 7396, et Alex. IV, 1086.

n Innocent IV, 57, 188.

o Ces deux dernières dates, d’après Inn., 6070, 7396, et Cart. II, 785.

p Cart. II, 849 et 871.

q Otto de Freis. MGSS, XX, 266.

r Mansi, XXII, 215.

s Clément IV, n° 409.

t Innocent IV, 7, 397. Serait-ce Augustin de Nottingham, qu’on sait avoir été nommé peu auparavant à ce poste par Innocent IV (lors de la traversée d’Opizon), cf. Röhr. Reg. add. n° 366 (mais peut-être faut-il lire : « un chanoine augustin » (cf. Inn. IV, 7397).

u Gautier, II, 3.

v Cette dernière date d’après Cart. II, 901, cf. Inventaire, p. 47, an 1132.

w Cette dernière date d’après ROL, II, 211.

x Nicolas, IV, 829.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540