Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Seconde partie

Chapitre III. Les années tournantes (1119-1128)

Texte intégral

1Le développement des états francs du nord est brusquement interrompu par un désastre qui en 1119 compromet gravement la solidité de la principauté d’Antioche. Si les suites n’en furent pas plus graves, ce fut d’une part que les musulmans n’étaient pas encore en état d’intervenir contre les Francs de façon suivie et vigoureuse, d’autre part que le royaume de Jérusalem, fortement développé par Baudouin II qui lui a donné la maîtrise de ses côtes (à l’exception de Tyr, qui ne tombera qu’en 1124) et la sécurité de ses frontières égyptiennes, peut consacrer une grande partie de ses forces à secourir les Francs du nord. Aussi, en apparence, la situation de ces derniers est-elle au début du règne de Bohémond II aussi brillante que sous Roger. Seulement à la différence de ce qui avait eu lieu sous Roger, la principauté n’a plus assez d’hommes pour s’assurer cet éclat à elle seule : qu’un grand danger menace à la fois elle et le royaume, la résistance deviendra difficile. D’autre part, si Alep reste faible, sans cesse pourtant lui arrivent de nouveaux secours d’Orient, et l’on peut toujours craindre que ces secours, de sporadiques, deviennent stables. Les Francs tendent leurs forces pour vaincre, et dans cette tension réalisent l’expansion la plus grande à laquelle ils soient parvenus. Mais il leur faut toujours revaincre, et lorsqu’en 1128 Alep se donnera enfin à un maître fort, il suffira de quelques années pour renverser la situation au bénéfice des musulmans.

A. — Le désastre de 1119 et la restauration des frontières (1119-1123)

2Bien qu’elle n’eût pas pu amener tout de suite de redressement dans le sort d’Alep, l’occupation de cette ville par Ilghâzî n’en est pas moins un fait important qui marque la fin d’une période. Jusqu’alors Alep, possession d’un Seldjouqide ou république de notables, était restée séparée des autres états voisins, réduite à ses seules forces. Maintenant comme aux époques marwanide ou ‛oqaïlide, elle se trouve rattachée à un état djéziréen. Lorsque le secours qui venait de Djéziré était envoyé de Perse, c’était l’intervention d’un pouvoir lointain, par conséquent peu efficace et moralement étranger ; c’était l’intervention d’émirs engagés dans des compétitions, des rivalités d’ambitions nées ailleurs, incapables de conserver toute leur énergie à la guerre sainte, et pressés de rentrer chez eux dès que la campagne ne payait pas. Mais, lorsque l’association se fait avec un pouvoir djéziréen local, la distance physique et morale devient bien plus réduite ; d’autre part, le danger d’un rétablissement de l’autorité sultanale étant conjuré pour lui, il peut se consacrer entièrement à sa tâche nouvelle ; et la Djéziré orientale, restée à l’abri des guerres franques, a bien plus de ressources que n’en a la Syrie musulmane. De plus, Ighâzî est le chef prestigieux de nombreux Turcomans, et avant lui, s’il y a eu temporairement quelques Turcomans en Syrie, avant l’établissement de la domination seldjouqide, il n’y en a pas eu depuis lors, et il n’y a eu comme armée que les unités locales ou les armées payées des seldjouqides qui, avec la diminution des ressources des petits princes, avaient été réduites à peu de chose. L’introduction des Turcomans, armée gratuite, peu à peu fixée dans le pays, va modifier du tout au tout les conditions numériques et sociales de la lutte entre les Francs et les Musulmans.

3En 1119, le danger franc est devenu si grand qu’Ighâzî décide de jouer le tout pour le tout. Toghtekîn n’en est pas moins désireux. Depuis son retour de Bagdad, il n’est plus l’allié des Francs qu’il avait été un moment par nécessité. Il les combat, parfois avec succès, et Damas, bien mieux protégée qu’Alep par la nature, n’est pas en aussi grave péril. Néanmoins, les succès même des Francs du nord, en rendant disponibles toutes les forces franques du nord, en empêchant Damas de compter sur d’importants secours, constituent pour elle aussi un danger. Lors de la prise de possession d’Alep par Ighâzî, une entrevue réunit les deux anciens alliés, et il est convenu que chacun va repartir chez soi rassembler toutes ses forces en vue d’une offensive commune.

  • 1 Des Turcomans pénétrèrent dans Qastoûn, mais d’autres sont surpris et amenés à Antioche.
  • 2 Il avait même avec lui le seigneur bédouin kilabite Moubarak ibn Chibl, d’après I. F. ; selon Kamâl (...)

4À la fin d’avril Ilghâzî est prêt, avec ses Turcomans, son voisin et semi-vassal Doghân-Arslan d’Arzan, et des Bédouins. Peu avant, Galeran de Bîra, lieutenant de Baudouin Ier à Édesse, a fait opérer des raids en direction d’Amid ; Ilghâzî exerce des représailles, et obtient la promesse des Francs d’Édesse de ne pas aller secourir ceux de Syrie ; il se dirige alors vers l’Euphrate, par les environs de Tell-Bâchir, gagne directement Qinnasrîn sans même entrer dans Alep. De là il lance des raids vers Ḥârim, le Roûdj, le Djabal Soummâq1. Roger, tout en rassemblant tous les soldats francs et arméniens disponibles2, fit appeler à son aide Baudouin et Pons, qui annoncèrent leur prochaine arrivée. En attendant, sachant les Turcomans inaptes aux longues expéditions, d’aucuns conseillaient de rester campé à Djisr al-Ḥadîd ou Artâḥ, mais les seigneurs des frontières orientales insistèrent pour que l’on avançât sans tarder, afin de ne pas laisser leurs territoires exposés aux déprédations ; Roger, étourdi par ses victoires, et oublieux de l’exemple de Baudouin Ier en 1113, accepta ; il faut dire cependant que l’endroit où il vint se poster, Tell-‛Aqibrîn, à l’issue orientale de la plaine de Sarmeda, lui paraissait offrir assez de défenses naturelles pour qu’on pût sans danger y attendre quelque temps. Ilghâzî de son côté pensait d’ailleurs attendre Toghtekîn, mais l’impatience de ses Turcomans, difficiles à garder longtemps en campagne sans butin, le décida à une action rapide.

  • 3 Sous le seigneur de la place, Alain et Robert de Vieux-Pont.
  • 4 Sous Mauger de Hauteville, avec Jordanès Jordanidès et Udo de Forestmoustiers.
  • 5 À droite en première ligne, le corps de Saint-Pierre, qui avait acquis ce nom et le droit d’occuper (...)
  • 6 Sous Guy Fresnel de Ḥârim.
  • 7 Qal. 513-515 A 202-203 ; Az., 5131 ; I. Α., 389-390 (H. 323-325) ; Kamâl, 616-618 ; I. F., 138 r°-1 (...)

5Tandis que pour donner le change, un petit détachement attaquait Arthârib, où Roger envoyait un renfort3, Ilghâzî, exactement renseigné sur la position des Francs, faisait gravir à ses hommes toutes les hauteurs environnantes par des chemins de pâtres, sans que les Francs pussent les apercevoir ; toutefois, Roger inquiet de l’avance rapide dont l’attaque d’Athârib témoignait, faisait porter en sûreté à Artâḥ ses trésors et expédiait des éclaireurs le renseigner sur les mouvements de l’ennemi4. Il était trop tard. Le 28 juin au matin, les éclaireurs accouraient annoncer que l’ennemi les encerclait, et déjà ceux-ci apparaissaient de tous côtés et Doghan Arslan coupait la retraite aux Francs par un raid sur Sarmedâ, que Roger envoyait en hâte le connétable Renaud Mazoir dégager. Des deux côtés on se préparait à la guerre sainte, ceux-ci recevant la communion de l’archevêque Pierre d’Apamée, autour de Roger qui embrassait la croix, ceux-là écoutant les sermons enflammés du cadi Ibn al-Khachchâb. Les Francs répartis en quatre corps sur deux lignes5 et un corps de réserve6, chargèrent de tous côtés, d’abord avec succès. Mais les Turcomans, vraie poussière humaine, infiniment plus nombreux, revenaient sans cesse, envoyant des grêles de flèches ; la chaleur, le vent sec qui soufflait, épuisaient de soif les combattants ; les soldats indigènes à pied, moins aguerris, fléchirent, encombrèrent alors les cavaliers ; la panique les gagna, il fut impossible de les rallier et ce fut un sauve-qui-peut général. Roger, resté avec la croix et quelques fidèles, mourut en brave d’un coup d’épée au visage ; Renaud Mazoir, vainqueur de son côté, mais entraîné dans la défaite, dut se jeter dans Sarmedâ, puis se rendre ; tout le reste de l’armée fut massacré, un immense butin ramassé. La cruauté naturelle du temps s’étant accrue de tant d’années de rancune impuissante, une masse de prisonniers, soit sur le champ par les Turcomans, soit à Alep par la populace, furent achevés dans des tortures raffinées7.

6Le désastre de l’« Ager Sanguinis » marque le début d’une nouvelle période. Il laissait bien loin derrière lui en gravité telles défaites sans doute déjà éprouvées par les Francs, mais qui n’avaient atteint que des provinces extérieures, ou en tout cas avaient peu éprouvé la chevalerie franque. Au reste, les angoissantes années que venaient de vivre les Musulmans leur avaient bien fait oublier jusqu’à la possibilité d’une victoire. Brusquement il apparaissait que la situation pouvait être renversée, et cela non pas par l’intervention de l’armée sultanale, forte, mais étrangère et divisée, mais par la simple résolution d’un chef de Turcomans voisins ; c’est dans cet enseignement à longue portée, dans l’inauguration de ces conditions nouvelles que consiste l’importance du désastre, plutôt que dans ses conséquences immédiates apparentes, qui restèrent peu importantes. Si le désastre de 1119 n’eut pas la gravité qu’aura le désastre analogue de Raymond de Poitiers en 1149, c’est que d’une part, le monde musulman n’est pas encore en état d’en tirer pleinement profit, d’autre part, que le monde franc est en état de réagir vite et fort.

7Du côté musulman, les Turcomans, dans l’état de misère où se trouve la région d’Alep, ne peuvent pas être transportés promptement en masses de Djéziré en Syrie. Ils repartent une fois le butin fait, et aucune campagne ne peut donc être longue. Le centre de la puissance d’Ilghâzî est donc à Mardîn et Mayâfâriqîn ; et Alep n’est pour lui qu’une dépendance extérieure. Aussi est-il satisfait d’avoir maté les Francs suffisamment pour rétablir la sécurité d’Alep, et n’aspire-t-il à aucune conquête au-delà du bassin même de cette ville. Il reste d’ailleurs conscient de la force des Francs chez eux, et ne tient pas à compromettre par une attaque en terre franque les résultats acquis dans la Syrie intérieure. Ajoutons que ses succès ont attiré les regards sur lui et étendu son horizon. Aussi à la guerre contre les Chrétiens de Syrie va-t-il ajouter bientôt la guerre contre les Chrétiens de Géorgie. Et naturellement sa campagne septentrionale l’oblige à des concessions pour sauvegarder la paix à l’ouest.

  • 8 Galt., II, 8 ; Kamâl, 619 ; I. F., 141 r°, qui parle de la prise d’un Tell Harâqib ( ?) aux Francs (...)
  • 9 Galt., II, 10 ; Kamâl, 620 ; I. F., 141 v°.

8Du côté franc, on peut dire que le corps de la Principauté n’a pas été entamé. Sans doute Ilghâzî paraît devant Artâḥ et des Turcomans pillent la vallée de l’Oronte en aval d’Antioche et la route de cette ville à Lattakié. Mais ils ne s’y attardèrent pas, et Ilghâzî de son côté se laissa facilement écarter d’Artâḥ par les habiles discours du commandant de la citadelle, Joseph8. Toghtekîn le rejoignit alors, et les deux chefs allèrent assiéger Athârib puis Zerdanâ, qui finirent par capituler9. Gains appréciables sans doute, mais aussi répit donné aux Francs de l’arrière pour se réorganiser.

9Or, avec le concours des Francs d’Édesse, de Tripoli et de Jérusalem, qui n’étaient nullement atteints, Antioche pouvait se relever. Le royaume de Jérusalem est territorialement complet, à Tyr près, depuis 1110, où, après Beirout, Çaïdâ a été prise ; sans doute acquerra-t-il encore par la suite des dépendances extérieures, mais il ne lui manque plus rien d’essentiel. Ni d’Égypte, ni de Damas, ne peuvent venir autre chose que des incursions passagères, et la contre-croisade sultanale est moins proche que pour les Francs du nord. Aussi Baudouin Ier a-t-il pu, sans grand danger, intervenir au secours d’Antioche, et l’on a vu l’influence politique qu’il a gagnée pour la royauté jérusalémite. En 1118 il est mort, mais Baudouin II qui le remplace jouit de la même situation. Pendant quelques années, il va pouvoir consacrer à Antioche la presque totalité de son temps, et y être en somme autant prince que s’il l’avait été en titre.

  • 10 Supra, n. 8.
  • 11 Galt., II, 8-9.

10Pons et lui arrivaient à marche forcée, par Lattakié, lorsqu’entre Laitor et Kessab, l’arrière-garde de Pons fut attaquée par des pillards turcomans. Peu après ils apprenaient le désastre de l’Ager Sanguinis, et, sans poursuivre les Turcomans, gagnaient en hâte Antioche10. Comme on l’a vu, la fidélité des chrétiens indigènes d’Antioche, comme naguère celle de ceux d’Édesse, offrait toute raison de suspicion. Mais le patriarche Bernard avait su, en l’absence du prince, le remplacer énergiquement, et, groupant tous les Francs, leur réserver la surveillance des remparts, et interdire aux indigènes tout port d’armes et sortie nocturne sans lanterne. Grâce à ces mesures, les velléités de défaitisme avaient été coupées à la racine, et les milices antiochiennes avaient combattu bravement et tenu en respect les Turcomans autour d’Antioche. La situation générale n’en était pas moins critique, et Baudouin fut accueilli à Antioche en sauveur (début d’août)11.

  • 12 Galt., II, 9-10.
  • 13 Gal., II, 10 ; Kamâl, 619 ; I. F., 141 r° ; Orderic Vital signale que Gervais le Breton, fils du vi (...)

11Le seul héritier légitime de la principauté était un fils de Bohémond, le futur Bohémond II ; mais il était en Italie, et âgé de neuf ans environ. Il fallait donc un régent qui eût le pouvoir de défendre le pays. Baudouin était seigneur de deux des quatre états francs ; il avait plusieurs fois déjà été reconnu implicitement comme ayant sur les princes d’Antioche une certaine suprématie morale, et en tout cas était seul en état de redresser la situation dans la principauté ; il s’imposait donc comme régent et reçut le gouvernement de la principauté dans une assemblée tenue à Saint-Pierre, sous la présidence du patriarche ; on se borna à spécifier qu’il remettrait le pays à Bohémond, lorsque celui-ci serait d’âge à venir le revendiquer, et lui donnerait alors sa fille en mariage12. Puis le roi pourvut à reconstituer immédiatement la chevalerie antiochienne, c’est-à-dire à assurer de nouveaux détenteurs aux fiefs des chevaliers morts, soit par la transmission à leurs héritiers légitimes s’il s’en trouvait, soit par le remariage des veuves et l’armement de nouveaux chevaliers13.

12Sans perdre de temps, il se mit alors en campagne, pour prévenir les conquêtes de l’ennemi. Pons, Joscelin et Galeran, venus d’Édesse, l’accompagnèrent. Ils espéraient encore pouvoir dégager Athârib, mais en apprirent la chute aussitôt après leur départ. Changeant alors de trajet, Baudouin alla par le Roûdj à Hâb, puis s’établit à Dânîth, là où Roger, en 1115, avait écrasé Bursouq. Il s’agissait maintenant de sauver Zerdanâ, dont le suzerain, Robert, fils de Foulques, excitait Baudouin à la hâte. Ilghâzî, risquant d’être pris entre les défenseurs de la place et l’armée franque, offrit aux premiers une capitulation honorable, qu’épuisés et ignorant les secours proches, ils acceptèrent. Informé de la chute de Zerdanâ, Baudouin se prépara à se replier sur Hâb. Mais Ilghâzî et Toghtekîn, espérant le surprendre, l’attaquèrent le 14 août à Dânîth.

  • 14 Galt., II, 10-15 (qui nomme aussi comme captif tué le sénéchal Arnulf de Mar‛ach et un fils du vico (...)
  • 15 On voit mal s’il réoccupa dès lors Ma‛arra,
  • 16 Kamâl, 622-623 ; Ousâma Hitti, 67-69 (Derembourg Vie, 122-135) ; I. F., 142 ν° ; Galt., II, 12 ; Fo (...)

13La bataille, sans plan d’ensemble d’un côté ni de l’autre, fut étrange et donna lieu à Alep comme à Antioche à des émotions variables. Au début, Pons fut battu par Toghtekîn, et son corps s’enfuit à Hâb ; puis Baudouin rétablit la situation et les Turcs s’enfuirent vers Tell as-Sulṭân ; cependant Robert de Zerdanâ les ayant poursuivis, fut défait, pris par des paysans et livré à Ilghâzî. Néanmoins, Baudouin restait maître du champ de bataille. Si sur le moment il n’avait pas remporté une vraie victoire, s’il ne put reprendre ni Zerdanâ, ni Athârib, du moins arrêta-t-il net la campagne et les conquêtes d’Ilghâzî et Toghtekîn, ce qui donna à Antioche le temps de se reconstituer. Ilghâzî et Toghtekîn se vengèrent en opérant à Alep d’affreux massacres de prisonniers, parmi lesquels Robert de Zerdanâ14. Quant à Baudouin, il nettoya la Djazr jusqu’à Sarmîn et le Djabal Soummâq occidental jusqu’à Kafar-Roûm15. Les Mounqidhites avaient opéré une attaque vers Apamée et enlevé Allarouz, mais battus par des renforts arrivés la veille à Apamée, ils se replièrent et évacuèrent, en y mettant le feu, Kafarṭâb, que Baudouin réoccupa et restaura. Les Mounqidhites revinrent alors à leur ancienne attitude d’alliance avec Antioche, envers laquelle Baudouin les tint quittes de tribut. Puis il rentra à Antioche en triomphe (septembre) et bientôt à Jérusalem (décembre)16.

  • 17 La date de la concession du comté à Joscelin n’est pas absolument sûre ; il est certain qu’il est e (...)
  • 18 I. F., 136 v°, 142 v° ; Kamâl, 623 ; il est possible que les hostilités de Joscelin avec les Turcom (...)
  • 19 Mich., 205 ; la perte de Bîra qui n’est mentionnée nulle part, résulte de sa reprise en 1122.
  • 20 Chron. An. Syr., 89.

14En repartant à Jérusalem, Baudouin laissa le comté d’Édesse en fief tenu de lui à Joscelin, avec lequel il s’était reconcilié, depuis qu’en 1118, celui-ci, avec ou sans arrière-pensée, avait contribué plus que tout autre à lui assurer le trône contre les partisans d’un appel à un frère de Baudouin Ier resté en Occident, Eustache de Boulogne17. Dès l’hiver, Joscelin, qui s’établit non à Édesse, mais dans son ancien fief de Tell-Bâchir, manifesta son retour par des raids vers Ḥarrân et Manbidj-Bouzâ‛a ; il eut aussi à nettoyer la région de Tell-Bâchir de Turcomans venus d’outre-Euphrate, et qu’il rejeta vers Rawandân18. Il ne put toutefois pas empêcher Toghroul-Arslan de Malaṭya, fort de l’appui du neveu d’Ilghâzî, Balak, d’enlever au comté de Mar‛ach le Djahân et Albistân, en dépit des représailles franques sur les confins de Malaṭya ; et sur l’Euphrate même Ilghâzî avait enlevé Bîra19. Par contre, Joscelin devait deux ans plus tard épouser une fille de Roger, qui lui apporta en dot ‛Azâz20.

  • 21 Foucher, III, 9 ; Galt., II, 16, 4 ; Matth., 126-127 ; I. Α., 400 (II 332) ; Gal., 162 A 204 ; Az. (...)

15Au printemps 1120, Ilghâzî et Toghtekin revinrent. Ilghâzî, après avoir ravagé avec barbarie les environs d’Édesse, Saroûdj, Kaïsoûn, Tell-Bâchir, ‛Azâz, pour se venger des raids de Joscelin, essaya une offensive brusquée sur Antioche, puis, celle-ci ne paraissant pas s’émouvoir de sa présence, sur le Roûdj, dont les forteresses bien garnies ne faiblirent pas plus ; à la veille de son arrivée, le gouverneur d’Athârib, Boulaq, au cours d’un raid sur Tell-Aghdî, avait même été capturé. Les Turcomans étaient d’autant plus désappointés qu’Ilghâzî, escomptant l’annexion prochaine de ces provinces, ou craignant des surprises de l’ennemi, leur avait ici interdit tout pillage ; la guerre n’ayant pour eux d’autre objet que ce pillage, ils commencèrent à se débander, et seule l’arrivée de Toghtekin permit à Ilghâzî, replié vers Qinnasrîn, de faire encore bonne contenance. Les Antiochiens avaient, dès les premières nouvelles, appelé Baudouin et Joscelin. Ceux-ci répétèrent la campagne d’août 1120, et revinrent à Dânîth, position d’où l’on pouvait surveiller à la fois les routes d’Alep, d’Antioche et du Roûdj. Les Turcs essayèrent de les contraindre à la bataille en les enveloppant d’essaims d’archers montés. Pour raisons d’approvisionnement, les Francs se replièrent sur Ma‛arra Miçrîn, mais intacts. Les Turcs ne pouvaient donc plus violer sans risque les territoires chrétiens, et se retirèrent : sans combattre, Baudouin avait de nouveau fait échec à leur invasion (mai-juin 1120). Ilgâhzî, conscient des difficultés de cette guerre, conclut une trêve qui reconnaissait aux Francs la possession de Kafarṭâb, Ma‛arra, al-Bâra, Hâb, le Djabal Soummâq, les districts de Tell-Aghdî et de ‛Azâz. Enfin, craignant de ne pouvoir défendre Zardanâ, il l’avait fait raser. Baudouin put sans inquiétude repartir pour Jérusalem en octobre21.

  • 22 Az., 515 ; Qal., 163 A 204 ; Kamâl, 625-628 ; I. F., 160 v°, 161 r°.

16D’ailleurs, que la trêve le comprît ou non, Joscelin au nord-est ravageait l’Aḥaçç, les environs de Manbidj et Bouzâ‛a, et poussait même jusqu’à Çiffîn où il capturait des Bédouins fort éloignés de s’attendre à pareille hardiesse. De l’autre côté d’Antioche, les Francs allaient exiger de Chaïzâr le renouvellement de l’ancien tribut. Puis en mai 1121, la trêve ayant expiré, un raid fut exécuté sur Athârib, bientôt suivi d’une véritable attaque, accompagnée d’incursions jusqu’aux portes d’Alep, par Joscelin, aidé de Geoffroy de Mar‛ach. Toghtekin, qui avait tenté des diversions dans le Djaulân, était à ce moment battu par Baudouin II, et Ilghâzî partait en campagne contre les Géorgiens. Il écrivit à son fils Chams al-daula Soulaïmân, qu’il avait laissé à Alep avec l’assistance de Makkî ibn Qournâç comme gouverneur, de conclure une trêve à tout prix. Soulaïmân dut alors accepter un traité que vint ratifier Baudouin, donnant aux Francs la moitié de la plaine au nord d’Alep, où Tell Hirâk fut démolie, tout le Djabal Laïloûn, et tout le Djazr. Athârib était compris dans le Djazr, mais la garnison résistant, Baudouin II se contenta de faire fortifier le couvent de Sarmada, qu’il donna à Alain d’Athârib22.

  • 23 Allen, Chap. VIII ; Diyâr Bakr, p. 237 ; aux références ajouter Gautier, II, 16 (d’après lequel Dav (...)

17Si Ilghâzî n’avait pu secourir son fils, la faute en était aux Géorgiens. Le royaume géorgien, depuis le début du xiie siècle, avait opéré un redressement qui n’est pas sans présenter un certain parallélisme avec la conquête franque, dont il profitait indirectement par l’indisponibilité de forces musulmanes qu’elle entraînait. David II (1089-1125) avait réussi d’abord à remettre la main sur les régions soumises à des rivaux féodaux (premières années du xiie siècle), puis, fort d’une vigoureuse armée de montagnards caucasiens et d’alliances soit avec des musulmans en révolte contre le sultan, soit avec les Grecs de Trébizonde, avait peu à peu rétabli la domination géorgienne dans le bassin de l’Araxe. En 1121, le gouverneur d’Arrân, Toghroul, qui vient d’être battu par David, appelle à la guerre sainte le prince qui vient de s’y illustrer si brillamment en Syrie, Ilghâzî. Une coalition se noue entre eux, grossie encore par le vieil allié d’Ilghâzî, Dobaïs le Mazyadite qui, expulsé d’Irâq par les forces du sultan Mas‛oûd, s’était réfugié à Mârdîn ; mais dans les montagnes difficiles et mal connues d’eux qu’il leur faut traverser, les musulmans sont écrasés (août 1121) ; et David devait bientôt exploiter son succès en acquérant Tiflis, qui redevint la capitale géorgienne, et même temporairement Ani23.

  • 24 D’après Kamâl, 629, la révolte de Soulaïman résulterait de la prise au sérieux d’un conseil de révo (...)
  • 25 Aîmî, an 515 ; Kamâl, 629-630 ; I. F., 161 v° ; I. Α., 118.
  • 26 Diyâr Bakr, p. 236 et n. 2.

18Le piteux état où Ilghâzî regagna Mârdîn ne pouvait que favoriser temporairement les Francs. Une autre circonstance heureuse fut la révolte de son fils Soulaïmân à Alep, dont les raisons sont peu claires24. La faiblesse qui en résulta pour les musulmans d’Alep amena Baudouin qui se trouvait à Antioche, à aller réoccuper et reconstruire Zerdana, qui fut donnée à Guillaume, fils de l’ancien seigneur, puis à piller le sud-est de la province d’Alep (L’Aḥaçç, Khounâcira, Bourdj-Sebnâ, etc...). En vain Soulaïmân demanda la paix, elle ne put être conclue parce que Baudouin exigeait Athârib, que Soulaïmân se refusait à céder (septembre 1121). Ilghâzî qui arriva sur ces entrefaites, rétablit par des supplices exemplaires sa domination à Alep, dont il concéda le gouvernement à son cousin Badr ad-daula Soulaïmân, et conclut une nouvelle trêve avec Baudouin en lui reconnaissant toutes les dépendances d’Athârib, la forteresse seule restant musulmane25. Sa défaite d’Arménie avait d’ailleurs peu entamé son prestige, puisqu’il put servir de médiateur entre le Sultan et Dobaïs et recevoir comme prix de ses services l’investiture officielle de sa possession de Mayâfâriqîn26.

  • 27 Diyâr Bakr, p. 238-239.
  • 28 Mich., 206.

19L’année suivante, il essaye alors de reprendre l’offensive en Syrie, avec l’aide de son neveu Balak. Celui-ci, personnage entreprenant et habile s’était taillé une principauté autour du Khanzit, et était renforcé par sa qualité d’atabek du Seldjouqide Toghrul Arslân de Malaṭya. En 1120, il venait de faire éclater sa nouvelle puissance en battant, avec l’aide du Danichmendite Ghâzî de Siwâs, le seigneur de Kamakh, de la famille des fils de Mangoudjak, et le duc byzantin de Trébizonde, Gavras, appelé à la rescousse par le précédent27. Les Arméniens de la région de Gargar, soutenus par Joscelin, et lui échangeaient raids et pillages28. Il devenait un ennemi redoutable.

  • 29 Par un certain Daulab (ou Daula) ibn Qoutloumouch, peut-être un parent des Seldjouqides de Qonya ou (...)
  • 30 Le lieu est appelé Daphtil par Matth. et Ras-Kaïfa par Chron. An. Syr
  • 31 Qal., 165-166 ; A 217 ; Az., 516 ; Ibn amdoûn, 516 ; Azr., 162 v° ; I. Α., 418-426 (H 944) ; Kamâ (...)

20Ilghâzî vint avec lui mettre le siège devant Zerdana (juillet 1122). Baudouin était alors en conflit avec Pons de Tripoli, qui depuis 1118 lui refusait l’hommage jadis prêté par son père à Baudouin Ier. À la nouvelle de l’attaque turque, Pons paraît s’être incliné. En tout cas, Baudouin, appelé par Guillaume de Zerdana, que rejoignit Joscelin, accourut à Sarmeda. Ilghazi essaya en vain de l’attirer en rase campagne, puis se retira à Tell as-Sulṭân ; Baudouin rentra alors à Antioche, ce sur quoi Ilghâzî reparut sous Zerdana et Baudouin revint à Sarmeda. Sur ces entrefaites Ilghâzî tomba malade, et, perdant courage, rentra à Alep, en se contentant de faire piller la région de ‛Azâz29. Balak repartit pour Kharpert, poursuivi sur le territoire d’Édesse par Joscelin et Galeran. Il trouva là, il est vrai, une riche compensation à ses déceptions : ayant tendu un piège aux deux chefs francs qui espéraient le surprendre, il les captura (septembre 1122)30. Mésaventure qui obligeait Baudouin à assumer le gouvernement de trois états, mais qui pour le moment n’avait pas de grave conséquence, car elle s’était si peu accompagnée de pertes militaires que les Francs de Tell Bâchir continuèrent à razzier la région de Bouzâ‛a. Et surtout, en novembre, Ilghâzî, en train de rentrer à Magâfâriqîn, mourut31.

21La mort d’Ilghâzî amena le morcellement de ses états. Chams ad-daula Soulaïmân, bien qu’Ilghâzî ne lui eût pas pardonné sa révolte de 1121, occupa Mayâfâriqîn ; son jeune frère Timourtach s’établit à Mardîn ; Badr ad-daula Soulaïmân se rendit indépendant à Alep. La faculté qu’avait eue Alep d’être défendue par l’armée turcomane du Diyâr Bakr disparaissait donc, et Alep se retrouvait, à peu de chose près, dans la même situation où elle avait été avant de s’être donnée à Ilghâzî.

  • 32 Qal., 166 A 208 ; Az., 517 ; I. Α., 430 (H 349), Kamâl, 635 ; I. F., 179 v°, 188 v° ; An. Zetterst (...)

22Les conséquences de ce fait ne se firent pas attendre. Baudouin, avec l’aide d’Arméniens voisins, courut réoccuper al-Bîra, faire reconnaître sa souveraineté par les gens de Bâb-Bouzâ‛a, et couper toutes les routes de caravanes au nord-est et à l’est d’Alep, jusqu’aux portes de Bâlis dont le seigneur Sâlim ibn Mâlik, pour l’écarter, appela des Turcomans. Les incursions franques se multiplièrent sur tous les côtés d’Alep où famine et épidémies se déclarèrent. En avril 1123, Soulaïmân se résigna à acheter la paix de la cession d’Athârib : la dernière des conséquences territoriales du désastre de 1119 était, au bout de quatre ans, réparée, grâce à la prudence et à la patience de Baudouin II, et la liberté que lui laissait la sécurité presque entière de son propre royaume32.

B. — La question d’Alep. (1123-1128)

  • 33 Matth., 132-133 ; Mich., 210 ; Chron. An. Syr., 91 ; Foucher, III, 16 ; Orderic, XI, 26 ; Chron. St (...)

23La solidité de l’édifice politique et militaire franc se manifesta aussitôt à l’occasion d’un accident plus grave que la capture de Joscelin : Baudouin II fut à son tour pris par Balak. Du coup, trois des quatre états francs se trouvèrent privés de chef. Joscelin captif, Balak était venu assiéger Gargar. Le seigneur, l’Arménien Michel, fils de ce Constantin jadis incarcéré par Baudouin, désespérant de pouvoir résister, céda sa forteresse au roi contre Douloûk. Celui-ci, après avoir constitué Geoffroy le Moine comme son lieutenant à Édesse, s’avança avec l’intention de refouler les Turcs qui pillaient tout le plateau au nord de l’Euphrate ; mais, comme il venait de passer le Sangas, en face de Troûch, Balak, qui l’avait guetté à son insu, fondit sur sa petite troupe et, avant que les Francs eussent pu se reconnaître, s’empara de la personne du roi. Il l’envoya dans les cachots de Khartpert rejoindre Joscelin et Galeran, et occupa Gargar (avril 1123)33.

  • 34 A leur tête était le fils de l’ancien raïs, Çâ’id ibn Badî‛, raïs comme lui ; les grandes familles (...)
  • 35 Qal., 167-168 A 208 ; ‛Az., 517 ; I. Α., 431 (H. 349) ; Kamâl, 636 ; I. F., 190 r°-v° (donne seul l (...)

24On juge du prestige que ces deux captures, à quelques mois d’intervalle, valurent à Balak, par opposition avec les deux fils d’Ilghâzî, cantonnés dans le Diyâr Bakr, et avec Badr ad-daula Soulaïmân, qui livrait Athârib aux Francs. Balak en profita immédiatement pour courir occuper Ḥarrân, puis menacer Alep. Mais Badr ad-daula Soulaïmân s’était solidement allié les Sunnites34 par la construction de la première madrasa qui eût été faite dans la ville, si bien qu’ils défendirent vigoureusement Alep contre Balak. En vain, celui-ci sema la terreur et la désolation dans tous les environs : la porte d’Alep restait obstinément fermée. Balak eût alors recours à la ruse ; déguisé en marchand de moutons, il entra dans Alep, en inspecta les défenses, et noua une intrigue avec des amis d’Ibn al-Khachchâb, grâce auxquels une porte fut ouverte à ses troupes. Soulaïmân capitula (fin juin 1123)35.

  • 36 Qal., 168-169 A 208 ; Ibn amdoûn, 517 ; Az., 518 ; Kamâl, 636-637 ; I. F., 191 r°.
  • 37 Matth., 133-134 ; Mich., 211 ; Chron. An. Syr., 92 — d’après lequel l’évêque grec s’enfuit à Antioc (...)

25Balak avait déclaré qu’il ne désirait Alep que pour mieux combattre les Francs. Effectivement, il alla menacer le ‛Amouq, puis conquérir al-Bâra, enfin assiéger Kafarṭâb, où l’évêque d’al-Bâra, un moment pris par lui, s’était échappé36. Mais à ce moment (début août), il apprit une des affaires les plus romanesques de cette période pourtant si fertile en aventures : ses prisonniers francs de Khartpert venaient de se rendre maîtres de cette place forte. Joscelin, auquel ses sujets arméniens étaient très attachés, avait roussi à leur faire parvenir un message par des compatriotes du Khanziṭ. Une petite troupe d’entre eux, venue de Behesnî, réussit à se faire admettre dans Khartpert, en déguisement de marchands, sous prétexte d’un litige commercial à soumettre au gouverneur ; alors, avec l’aide d’autres arméniens travaillant dans la forteresse, ils assaillirent et maîtrisèrent les gardes, brisèrent les fers des prisonniers et s’emparèrent même du harem de Balak. Puis, comme les Turcs se ressaisissaient et qu’il eût été périlleux de sortir au milieu d’eux, on décida que Joscelin s’enfuirait seul, et irait chercher du secours pour ramener ses compagnons qui, jusqu’à son retour, défendraient la place. Ainsi fut fait et Joscelin, à demi mort de fatigue et de faim, parvint à Tell Bâchir, grâce à l’aide d’un paysan arménien rencontré en route. À cette nouvelle, Balak se précipita à Khartpert ; il offrit une capitulation à Baudouin qui, par méfiance, la refusa ; il entreprit alors un siège en règle, mina une tour, et le roi dut s’en remettre à la clémence de Balak. Tous les prisonniers et les Arméniens furent précipités du haut des murailles, à l’exception de Baudouin, un de ses neveux et Galeran, qui furent amenés à Ḥarrân (septembre)37.

  • 38 Kamâl, 638-640.

26Quant à Joscelin, il avait couru rassembler tous les chevaliers trouvés prêts à Antioche et Jérusalem, et était déjà revenu à Tell-Bâchir lorsqu’il apprit la triste issue de l’équipée de Khartpart. Furieux, il se rua sur Bâz-Bouzâ‛a et Manbidj, puis sur toute la banlieue d’Alep, porta pendant deux mois l’incendie partout, s’empara même des haras proches d’Alep, allant jusqu’à violer les tombeaux des saints musulmans. Ibn al-Khachchâb, comme représailles, fit convertir en mosquées plusieurs églises chrétiennes d’Alep, parmi lesquelles la cathédrale Sainte-Hélène. Alain d’Athârib opérait de même, et des diversions sorties de Jérusalem en même temps que des hostilités renouvelées avec Khîrkhân de Ḥomç empêchèrent Toghtekîn d’intervenir, et Joscelin lui-même, par un raid vers le Chabakhtân, montrait qu’il était partout présent38. Ajoutons qu’à Jérusalem, la capture du roi avait si peu désorganisé le pays que le connétable Eustache Grenier repoussait une offensive égyptienne et que son successeur à la régence, Guillaume de Bures, organisait avec les Vénitiens l’attaque à laquelle, au bout d’un an de siège, Tyr devait enfin succomber.

27Au début de 1124, Balak réagit vigoureusement. D’une part, s’étant allié avec Timourtach, Boursouqî et Toghtekin, auquel il avait promis des secours pour sauver Tyr, il alla attaquer ‛Azâz, y fut battu par un renfort chrétien, mais laissa des troupes razzier plus heureusement les environs de Killis. D’autre part, des intrigues qui avaient sans doute eu lieu pendant qu’il était hors d’état de défendre Alep l’amenèrent à des mesures de rigueur à l’intérieur. Pour diminuer l’influence des notables alépins, il arrêta et déporta aussi bien ibn al-Khachchâb qu’Abou‛l-Faḍâïl ibn Badî‛, et donna le poste de raïs d’Alep à un notable de Ḥarrân.

  • 39 Qal., 169-170 A 209 ; ‛Az., 518 (1,5) ; Ibn Ḥamdoûn, 517-518 ; Azr., 169 r° ; Ousama Hitti, 63, 76, (...)

28Restait Manbidj, dont le gouverneur turc, Ḥasan ibn Gumuchtekin, établi là depuis 1091, paraissait suspect. Timourtach put l’arrêter, mais son frère, ‛Isâ, résistant, il fallut assiéger la place. ‛Isâ appela au secours Joscelin, qui accourut avec Godefroy le Moine et Mathieu de ‛Aïntâb. Il fut battu, et Geoffroy tué. Mais le lendemain, une flèche lancée de Manbidj tuait Balak (mai). Ses hommes se débandèrent. Peu avant, Moḥammad ibn Qaradja, frère de Khîrkhân, gouverneur de Ḥamâh, venu attaquer Apamée, avec l’aide des Mounqidhites, hier ses ennemis, avait été blessé mortellement devant elle39.

  • 40 Cf. Diyâr Bakr, 241 ; ajoutons d’après ‛Az., 518 (7) des hostilités autour de Biṭlîs entre Toghroul (...)
  • 41 Des hostilités entre Toghril, prétendant Seldjouqide protégé par Dobaïs, et Timourtach, que j’ignor (...)

29En même temps qu’elle condamnait Tyr, que ni l’Égypte ni Toghtekin n’avaient pu efficacement secourir, la mort de Balak compromettait une fois de plus l’union de la Djéziré et d’Alep. Sans doute Timourtach occupa-t-il d’abord sans peine cette ville, dont il chercha à se concilier les habitants, en rendant leurs places aux notables exclus par Balak. Mais pendant ce temps Soulaïmân de Maiyâfâriqîn enlevait le Khanziṭ qui devait passer bientôt, à sa mort, à Dâoûd de Hiçn Kaïfâ, et entrait en conflit avec l’ancien protégé de Balak, Toghroul-Arslan de Malaṭya, qui avait mis la main sur Gargar, ce qui permettait au Danichmendite Ghâzî, fort de l’appui de l’autre Seldjouqide, Mas‛oûd, de venir conquérir Malaṭya et Maçara, et à l’Arménien Michel de reconquérir ses anciennes forteresses de Gargar et Bâbaloû (1124)40. Timourtach, au surplus peu belliqueux, occupé d’abord à surveiller les ambitions de Soulaïmân, puis à recueillir la succession de Mayâfâraqîn, était obligé de n’apporter aux affaires syriennes qu’une attention d’autant plus distraite, que par ailleurs il était en difficultés avec Dobaïs qui, perpétuellement en conflit avec le Calife et le Sultan en Irâq, demandait aux Artouqides, pour prix de ses services à Ilghâzî, de lui accorder Alep où il pourrait trouver un centre de puissance plus sûr41.

  • 42 Sur lequel cf. Diyâr Bakr, p. 268, tableau généalogique, n. 19.

30Timourtach crut garantir la paix en Syrie en libérant Baudouin II alors à Alep. Les négociations furent conduites par la médiation de l’émir Sulṭân de Chaïzar, avec lequel Baudouin depuis 1119 était en cordiales relations. En plus d’une rançon de quatre-vingt mille dinars et d’une alliance contre Dobaïs, Baudouin dut promettre la cession de Kafarṭâb, ‛Azâz, et du Djazr, avec Athârib et Zardana. Mais aussitôt que, ses otages une fois arrivés, Baudouin eût recouvré la liberté (fin août 1124), il se fit délier de son serment’ par le patriarche d’Antioche Bernard, et, Timourtach ne renonçant pas à ses demandes, décida de l’y contraindre par une campagne contre Alep. Il avait mis à profit sa captivité pour connaître les compétitions intérieures de l’Islam syro-djéziréen. Ami comme il était de divers chefs arabes tels que Sulṭân, il pût sans peine conclure une alliance avec Dobaïs : contre promesse de divers avantages, Baudouin promettait à Dobaïs de l’aider à la conquête d’Alep, où Dobaïs, comme arabe et chiite, comptait sur certaines sympathies. Baudouin parvint même à attirer à lui Sulṭânchâch, l’héritier dépossédé de Roḍwân échappé de la prison de Timourtach, Toghroul Arslan, venu vainement chercher des secours pour sauver Malaṭya, un Artouqide dissident Yaghî-Siyân42, et Mâlik ibn Sâlim de Qal‛a Dja‛bar, chez lequel Dobaïs s’était réfugié. Après avoir abondamment ravagé le nord-est d’Alep, Dobaïs et Joscelin vinrent attaquer la ville, où Baudouin de son côté arrivait d’Antioche (octobre 1124). Timourtach étant retenu à Mârdîn, le poids de la défense incombait à Badr ad-daula Soulaïmân et à Ibn al-Kachchâb, qui disposaient de peu de troupes. La famine et la maladie se mirent dans la ville, dont l’état paraissait désespéré.

  • 43 Qal., 172-173 A 211 ; ‛Az., 518 (H, 13) et version détaillée dans Boughya, V, 308 ν° ; Ibn Ḥamdoûn, (...)

31Mais Alep ne voulait pas se rendre. Les multiples sacrilèges dont les Francs s’étaient rendus coupables dans la banlieue d’Alep et dont leurs alliés musulmans se trouvaient complices par leur tolérance tendirent vite tous les cœurs pour la résistance et donnèrent à la guerre un caractère sauvage. Lorsqu’il fut bien avéré que Timourtach ne secourrait pas la ville, les Alépins, qui n’avaient jamais admis leurs maîtres djéziréens qu’en fonction de leurs capacités militaires, pour les protéger des Francs, se cherchèrent un autre défenseur. Boursouqî avait jadis été refusé par eux, parce qu’émanant trop directement du Sultan de Perse et, au surplus, trop peu puissant avec son fief unique de Raḥba. Mais depuis lors la menace sultanale avait si bien faibli que la soumission à un officier du Sultan n’était plus qu’une formalité sans danger. D’autre part, Boursouqî, par un long séjour sur les confins syro-djéziréens, et la part qu’il avait prise à la guerre sainte contre les Francs aux côtés de Toghtekin, s’était en quelque sorte naturalisé syrien. Enfin, sa puissance en 1124 se trouvait accrûe. En effet, après lui avoir quelque temps donné le gouvernement militaire de l’Irâq, où il combattit Dobaïs, le sultan Maḥmoûd lui concéda la province de Mossoul d’où Djouyoûchbeg venait d’être écarté à la suite d’une révolte, et lui confia la charge d’avoir à combattre les Francs et Dobaïs (1124). Boursouqî désirait ardemment réparer dans la guerre sainte ses échecs passés. Des ambassadeurs alépins, envoyés par Ibn al-Khachchâb et conduits par Ibn abî Djarâda étant venus implorer son aide, puis les Alépins ayant remis leur citadelle aux officiers qu’il leur envoya, bien que malade, il accourut, convoquant en même temps Khîrkhân et Toghtekin. En vain Dobaïs voulut aller défendre l’Euphrate ; les Franco-Musulmans, retardés dans leurs opérations par les rivalités entre les candidats au trône d’Alep et mis mal en point par une inondation du Qouaïq, durent se retirer précipitamment (janvier 112543.

  • 44 Vers le même moment, des prisonniers musulmans gardés à Ma‛arra parvinrent à maîtriser leur garde e (...)

32De nouveau la menace franque avait réalisé une union entre Alep et un chef djéziréen, dans des conditions spécialement redoutables, car Mossoul était le chef-lieu du plus important gouvernement de la Djéziré, et son armée, en partie envoyée par le Sultan, en était aussi la plus puissante. D’autre part, officier du sultan, Boursouqî représentait entre tous les usurpateurs syriens un élément de stabilité et de conciliation qui n’était pas sans force morale. Comme tel, Khîrkhân, l’ancien chef du parti sultanal syrien, lui amena facilement ses hommes, et non moins facilement son allié personnel, pourtant hier adversaire de Khîrkhân, Toghtekin. Sulṭân de Chaïzar, toujours ami du puissant du jour, lui abandonna certains des otages qu’il gardait, la fille du roi et le fils de Joscelin. Pour la première fois, toutes les troupes de la Syrie musulmane et de Mossoul se trouvèrent coalisées. Boursouqî, décidé à exploiter tout de suite son avantage, enleva d’un côté Kafarṭâb, qu’il céda à Khîrkhân (mai)), puis, de l’autre, alla assiéger ‛Azâz qui, minée, manquant d’eau, était sur le point de succomber lorsqu’arriva l’armée franque44.

  • 45 ‛Az., 519 (2, 4) ; Ibn Ḥamdoûn, 519, Boustan, 519 (5) ; I. Α., 449 (H 362-363) ; Kamâl, 651, et Bou (...)
  • 46 Pour le détail, Grousset, 637-642 et Röhnicht, 177-179.

33Baudouin commençait à peine à jouir d’un peu de repos dans son royaume, qu’il n’avait pas vu depuis près de trois ans, lorsqu’il avait reçu des Francs d’Antioche un nouvel appel vers cette Syrie du Nord à laquelle passaient presque toutes ses forces, et qu’il fallait pourtant constamment sauver à nouveau. Il ramassa tout ce qu’il put de chevaliers hiérosolymitains, tripolitains, antiochiens, édesséniens, à peine remis des sièges de Tyr et d’Alep, et courut vers ‛Azâz, dont la garnison lançait des appels désespérés. Contrairement aux armées turcomanes, l’armée de métier de Boursouqî pratiquait non la tactique de l’attaque dispersée avec pluie de flèches, mais le corps à corps à cheval à la lance ou à pied à l’épée. Là, les Francs lui étaient supérieurs, d’autant que la plupart des soldats orientaux ne les connaissaient pas encore. Comme ces derniers avaient la supériorité du nombre, la bataille fut acharnée. Ce fut Baudouin, cette fois-ci, qui désorganisa les rangs turcs par une fuite simulée, suivie d’une brusque volte-face. Finalement, les Musulmans furent écrasés et laissèrent entre les mains des Chrétiens un butin qui permit à Baudouin de racheter ses otages à Boursouqî, enfui à Alep puis rentré à Mossoul, et à Sulṭân de Chaïzar. Boursouqî accepta une trêve consacrant le statu quo, avec partage des revenus des territoires au sud-ouest d’Alep45. La fin de l’année et le début de 1126 furent occupés par Baudouin d’abord à une campagne hardie sur les confins sud de Damas, afin de se venger de Toghtekin, puis à aider Pons de Tripoli à la conquête de Rafâniya, par où il pouvait tenir en respect Ḥamâh et Chaïzâr46.

  • 47 I. F., 214 r°.
  • 48 ‛Az., 520, 4 ; Kamâl, 652-654 r° et Boughya H 718-723 ; Foucher, III, 55 ; Mich., 223.

34Les Francs étaient donc parvenus encore à maintenir leur suprématie. Et la nouvelle campagne qu’entreprit en 1126 Boursouqî, à la suite d’un appel de Chams al-Khawâçç de Rafâniya, le manifesta d’autant plus qu’elle fut contemporaine d’une attaque navale des Égyptiens sur les côtes syro-palestiniennes. Après avoir essayé de neutraliser Joscelin, qui venait de razzier le Khâboûr47, par un partage de la région comprise entre ‛Azâz et Alep, Boursouqî était allé assiéger Athârib, cependant que des Turcomans capturaient, dans le Djabal Banî ‛Olaïm, le seigneur de Basarfoût, Geffroy Blanc, et qu’un corps de l’armée de Mossoul parvenait à enlever Sarmeda. Mais alors, de nouveau, Baudouin arriva, rejoint par Joscelin en dépit d’un récent accord entre lui et Boursouqî. Las de ces guerres épuisantes, il désirait négocier, mais lorsqu’il vit la facilité avec laquelle Boursouqî, rendu circonspect par son échec de l’année précédente, renonçait au siège de Kafarṭâb, il accrût ses prétentions et exigea la possession intégrale des districts jusqu’ici partagés. En vain, Boursouqî essaya alors d’une manifestation de force du côté de Sarmîn et Fou‛a : les places, bien gardées, résistèrent et l’armée turque, que Baudouin surveillait de Ma‛arra Miçrîn, ne pouvait pas piller à son aise. Finalement, sans qu’un accord eût été conclu, Boursouqî retourna à Mossoul48.

***

  • 49 Foucher, III, 57, 58 ; Orderic, XI, 29 ; Romoald, MGSS, XIX, 418-419 ; Matth., 147 ; Mich., 224 ; C (...)
  • 50 G. T., XIII, 21 ; Matth., 147 ; Ousama Derenbourg Vie, 137-139.
  • 51 G. T., XIII, 21.
  • 52 Ousama Hitti, 150.

35Néanmoins, Baudouin éprouvait lourdement la difficulté de gouverner simultanément son royaume et Antioche. Le fils de Bohémond, Bohémond II, était majeur. Des négociations, entamées peut-être pendant la captivité du roi et en tous cas volontiers menées par lui, avaient eu lieu au début de 1126, pour que Bohémond vînt occuper l’héritage paternel à Antioche. Abandonnant son duché italien à son cousin Roger de Sicile, Bohémond s’embarqua donc et un peu gêné par la nécessité de se dissimuler aux corsaires égyptiens ou byzantins, le jeune prince arriva en octobre. Baudouin vint lui faire une réception cordiale et, moyennant fiançailles avec sa fille Alice, lui remit sa principauté49. De belle stature et de visage avenant encadré de boucles blondes, hardi chevalier, libéral, avisé, de conversation charmante, Bohémond conquit vite le cœur de ses nouveaux sujets50. Et, pour inaugurer son règne, il alla reprendre Kafarṭâb51. Plus tard, il inquiéta aussi Chaïzar52.

  • 53 Qal., 177-178 A 215 ; ‛Az., 520 (6) ; Ibn Ḥamdoûn, 520 ; Ibn Djauzî, 519 ; Azr., 163 r° ; I. Α., 44 (...)
  • 54 Qal., 182 A 218 ; ‛Az., 521 (5) et version développée dans Boughya (analysée : Sauvaget REI 1933, 4 (...)

36L’avenir s’annonçait d’autant mieux que la chance voulut qu’une fois de plus Alep redevînt faible : en novembre 1126, Boursouqî, qui avait toujours combattu les Assassins, était tombé frappé par quelques-uns d’entre eux, peut-être armés par le vizir du Sultan, jaloux de lui, mais aussi en partie syriens. Son fils, Mas‛oûd, alors à Alep, put se faire confirmer Mossoul par le Sultan. Mais entre lui et Toghtekin, qui vient de conquérir Ṭadmor et envoie à Alep un renfort équivoque, les rapports se tendent vite, chacun soupçonnant l’autre de convoiter une part de ses territoires ; et profitant de cette situation, le gouverneur de Raḥba refusa de reconnaître Mas‛oûd ; quand il se soumit enfin, Mas‛oûd mourut (juillet 1127)53. Alep passa alors par un an d’anarchie redoutable. Le lieutenant de Mas‛oûd, Toûmân, fut renversé par un mamlouk du Sultan Maḥmoûd envoyé par lui, Khoutlough Abeh, qui se fit détester. L’ancien prince Artouqide, Badr ad-daula Soulaïmân, aidé par Ibn Badî‛, souleva une révolte ; puis un fils de l’ancien seldjouqide Roḍwân, Ibrâhîm, arriva de Djéziré où il vivait en demi-liberté et fut reconnu par les Alépins sur le conseil d’Ibn al-Khachchâb, sans que Khoutlough cessât de résister dans la citadelle54. L’occasion était belle pour de nouvelles interventions franques.

  • 55 G. T., 590 ; Mich., 224 ; la date est imprécise ; G. T. établit un synchronisme avec les hostilités (...)

37Malheureusement, la médaille avait un revers : la discorde s’était mise entre Joscelin et Bohémond. Les raisons n’en sont pas très claires. N’y eût-il que froissement de caractères, Joscelin ayant été heurté de l’orgueil du jeune nouveau-venu qu’était Bohémond ? Avait-il ambitionné de jouer quelque rôle à Antioche ? Il semble plutôt que Bohémond ait voulu obtenir l’hommage de Joscelin ; mais on ne peut voir s’il prétendait à une suzeraineté générale sur le comté d’Édesse comme l’avait réclamée Tancrède et la réalisera Raymond de Poitiers, ou seulement pour ‛Azâz, apporté à Joscelin en dot par la fille de Roger, qui n’était aux yeux de Bohémond qu’un régent en son nom. Quoi qu’il en soit, Joscelin vint dévaster les confins d’Antioche, sans craindre même de faire appel à des renforts turcs. Pour ramener les deux princes à la raison, il fallut que le patriarche d’Antioche jetât l’interdit sur leurs états, puis que le roi Baudouin II, cousin de l’un et beau-frère de l’autre, vînt à Antioche rétablir la paix, que favorisa une maladie de Joscelin. Nous ignorons absolument quelles furent les stipulations de l’accord, en dehors de la restitution par Joscelin de son butin55.

  • 56 Mich., 325.
  • 57 ‛Az., 523 , 4.
  • 58 Diyâr Bakr, 242, 243.
  • 59 ‛Az., 523 (1) ; Ibn Ḥamdoûn, 523 (d’après le précédent Sibt H 567). La mention faite par I. Α., 461 (...)

38Fut-ce un effet de leur conflit ? Bohémond et Joscelin paraissent avoir fâcheusement omis de profiter des difficultés d’Alep et avoir porté leur activité aussi loin que possible l’un de l’autre. L’un et l’autre, à la fin de 1127, ont bien paru devant Alep, mais l’un après l’autre, et sont partis tout de suite contre un simple tribut. Nous voyons Joscelin maltraiter les confins d’Amid, dont les habitants avaient profité de son départ pour Antioche, en 1126, pour faire des raids en pays franc56, et, peu après (1129), combattre malheureusement Dâoûd de Ḥiçn Kaïfâ57. Dâoûd était néanmoins trop absorbé par les Géorgiens et le Danichmendite Ghâzî pour constituer un grave danger ; mieux eût peut-être valu l’aider, lui et son cousin Timourtach, à se défendre contre le nouveau maître de Mossoul et bientôt d’Alep, Zangî58. Quant à Bohémond II, il s’occupait du Djabal Bahrâ, où la prise de Rafâniya rendait plus difficile le maintien de l’autonomie montagnarde, déjà si menacée par la chute de Marqab. En 1129, l’ancien seigneur de cette place, Ibn Mouḥriz, qui possédait aussi Qadmoûç, livra cette dernière à Bohémond. Tout le Djabal Bahrâ relevant de la côte de la principauté d’Antioche était désormais franc59. Résultat non négligeable, certes, qui néanmoins ne rachetait pas l’effet de l’abstention du côté d’Alep.

  • 60 Ibn Djauzi, 581 ; Azr., 163 r°-v° (éd. Qal. A) en note, p. 217 ; I. A. At., 57-58 et 64-69, Kâmil, (...)

39Car Alep, où depuis dix ans les esprits s’étaient faits à la domination des chefs turcs djéziréens, venait, presque sans menace franque, par simple lassitude de son anarchie, de se donner au successeur de Boursouqî à Mossoul, Zangî. Zangî était le fils d’Aqsonqor, le gouverneur d’Alep qui, au temps de Malikchâh, après une période d’invasions et de misère, avait rétabli pour un temps ordre et prospérité : d’où préjugé favorable à son descendant à Alep. Zangî lui-même avait passé sa jeunesse dans l’armée sultanale en Perse et en Mésopotamie, en particulier sous les ordres de Maudoûd et de Boursouqî. En 1126-1127, le Sultan Maḥmoûd étant en guerre contre le Calife al-Moustarchid et les Arabes de Dobaïs, ce fut à Zangî, alors gouverneur de Wâsiṭ, qu’il dût sa victoire ; il le nomma alors gouverneur militaire de l’Irâq (avril 1127). Sur ces entrefaites, Mas‛oûd de Mossoul était mort, ne laissant qu’un fils tout enfant, impropre au commandement d’une province frontière. À sa place, le sultan avait pensé à Dobaïs, avec lequel il était maintenant réconcilié, ainsi qu’avec le calife, afin de l’occuper ailleurs qu’en Irâq. Mais le calife, qui se voyait déjà enveloppé par les Arabes de Dobaïs, refusa formellement. Zangî, dont la clientèle personnelle était modeste, avait su se rendre agréable au calife. L’accord entre le Sultan, le calife et les officiers de Mossoul se fit sur sa personne. Mossoul lui fut attribué, avec la dignité d’Atabek d’un des fils du sultan, Alp Arslan, et, naturellement, la charge de la guerre sainte en Syrie60.

  • 61 Qal., 183 A 219 ; ‛Az., 521 (5), 522 (1) ; version détaillée Boughya, VI, 207 v° ; Ibn Ḥamdoûn, 522 (...)
  • 62 Matth., 148.

40Maître de la province de Mossoul (septembre 1127), Zangî, sans perdre de temps, enleva à Timourtach Nacîbîn et Ḥarrân, afin d’être maître de la route de Syrie. Aussitôt après (décembre), il envoya à Alep un corps militaire, chargé de faire reconnaître sa souveraineté comme successeur régulier de Boursouqî et Mas‛oûd, et ce corps put sans peine éliminer indifféremment Khoutlough, Soulaïmân et Ibrâhîm. En juin 1128, Zangî entra lui-même à Alep. À sa légitimation comme représentant du Sultan, il en ajouta deux autres : celui de fils d’Aqsonqor, dont il fit solennellement porter les restes dans une sépulture digne de lui, et celui d’héritier de Roḍwân dont, après Ilghâzî et Balak, il épousa la fille61. Joscelin avait accepté une trêve et, par son entremise, Bohémond fit de même62. Zangî, pour n’avoir pas fait de guerre sainte sans exigence immédiate, put donc tranquillement organiser sa nouvelle puissance. L’anarchie en Syrie du Nord ne devait plus réapparaître.

Notes

1 Des Turcomans pénétrèrent dans Qastoûn, mais d’autres sont surpris et amenés à Antioche.

2 Il avait même avec lui le seigneur bédouin kilabite Moubarak ibn Chibl, d’après I. F. ; selon Kamâl, 618 et I. Α., 389, il était du côté d’Ilghâzî.

3 Sous le seigneur de la place, Alain et Robert de Vieux-Pont.

4 Sous Mauger de Hauteville, avec Jordanès Jordanidès et Udo de Forestmoustiers.

5 À droite en première ligne, le corps de Saint-Pierre, qui avait acquis ce nom et le droit d’occuper cette place sur le champ de bataille de Dânîth, et en seconde ligne Geoffroy le Moine, comte de Mar‛ach ; à gauche, Robert de Saint-Lô avec les Turcoples et soldats indigènes, et en seconde ligne Roger.

6 Sous Guy Fresnel de Ḥârim.

7 Qal. 513-515 A 202-203 ; Az., 5131 ; I. Α., 389-390 (H. 323-325) ; Kamâl, 616-618 ; I. F., 138 r°-140 v° ; Sibt., H. 561 ; Math., 122-123 ; Mich., 204 ; Chron. An. Syr., 87-88 ; Foucher, 442 ; Galt., II, 1-7 ; G. T., XII, 9 (Surtout d’après Foucher et Gautier) ; Orderic IV, 244-245 ; Romuald MGSS, XIX, 416-417 ; Chronique de St-Maixent, éd. Marchegay, 428 ; Guillaume de Malmesbury, IV, 387 ; brèves mentions dans de multiples chroniques.

8 Galt., II, 8 ; Kamâl, 619 ; I. F., 141 r°, qui parle de la prise d’un Tell Harâqib ( ?) aux Francs par Khîrkhân de Ḥonç ; Mich., 204. Joseph avait offert sa soumission en obtenant qu’elle fût provisoirement limitée à la seule désignation d’un chiḥné (gouverneur militaire, le mot est transcrit « Sahenas », par Galt., II, 8, 4, et Orderic, IV, 247).

9 Galt., II, 10 ; Kamâl, 620 ; I. F., 141 v°.

10 Supra, n. 8.

11 Galt., II, 8-9.

12 Galt., II, 9-10.

13 Gal., II, 10 ; Kamâl, 619 ; I. F., 141 r° ; Orderic Vital signale que Gervais le Breton, fils du vicomte Haymon de Dol, et d’autres, furent armés chevaliers alors par Cécile, comme veuve de Tancrède (XXI, 25).

14 Galt., II, 10-15 (qui nomme aussi comme captif tué le sénéchal Arnulf de Mar‛ach et un fils du vicomte d’Acre) ; Foucher H. 442-445 ; Orderic, XI, 25 ; Matth., 124 ; ‛Az., 513 ; Kamâl, 620 (qui parle parmi les prisonniers d’un « fils de Bohémond », qui, s’il n’y a pas erreur, ne peut être qu’un bâtard) ; I. F., 141 v°, 142 r° ; Mich., 205 ; Chron. Anon. Syr., 88.

15 On voit mal s’il réoccupa dès lors Ma‛arra,

16 Kamâl, 622-623 ; Ousâma Hitti, 67-69 (Derembourg Vie, 122-135) ; I. F., 142 ν° ; Galt., II, 12 ; Foucher, III, 5.

17 La date de la concession du comté à Joscelin n’est pas absolument sûre ; il est certain qu’il est encore en Galilée à Pâques 1119, où il combat Toghtekin, et qu’il est dans le comté dans l’hiver 1119-120, où il combat les Alépins. Dans ces conditions, il est normal de mettre la donation en rapport avec la guerre antiochienne, comme le font Chron. An. Syr., 88, Matth., 1125 ; Kamâl, 623, bien que G. T., XII, 4, paraisse placer le fait peu après le couronnement de Baudouin ; il le fait (XII, 9) être auprès de Roger lors de sa concentration au Djisr al-Ḥadîd, mais il serait bien peu vraisemblable, si cela était, que ni Gautier ni aucun autre auteur n’ait parlé de lui nulle part dans la campagne.

18 I. F., 136 v°, 142 v° ; Kamâl, 623 ; il est possible que les hostilités de Joscelin avec les Turcomans, précédant Ilghâzî au début du printemps de 1120, rapportées par Matth., 127, soient les mêmes, par confusion de date de quelques semaines ; Chron. An. Syr., 88.

19 Mich., 205 ; la perte de Bîra qui n’est mentionnée nulle part, résulte de sa reprise en 1122.

20 Chron. An. Syr., 89.

21 Foucher, III, 9 ; Galt., II, 16, 4 ; Matth., 126-127 ; I. Α., 400 (II 332) ; Gal., 162 A 204 ; Az., 514 ; Kamâl, 624-625 ; I. F., 136 v°, 132 r°, 151 v°, 152 r°, 153 r°-v° ; Mich., 205-206 ; Chron. An. Syr., 88. Boulaq d’Athârib est confondu à tort par Grousset, I, 574 avec l’Artouqide Balak, qui combattait alors en Arménie.

22 Az., 515 ; Qal., 163 A 204 ; Kamâl, 625-628 ; I. F., 160 v°, 161 r°.

23 Allen, Chap. VIII ; Diyâr Bakr, p. 237 ; aux références ajouter Gautier, II, 16 (d’après lequel David a dû sa victoire en partie à des mercenaires francs) et Chron. An. Syr., 89.

24 D’après Kamâl, 629, la révolte de Soulaïman résulterait de la prise au sérieux d’un conseil de révolte temporaire simulée, donné par Ilghâzî pour n’avoir ni à céder Alep à Dobaïs qui la lui demandait comme dédommagement de sa défaite, ni à la lui refuser, puisqu’il était son obligé et son gendre. D’après I. F., 161 v° (cf. I. Α., 417, bref), Ilghâzî aurait appris que Soulaïmân se rendait impopulaire par des exigences financières, et serait accouru, ce sur quoi Soulaïmân et Ibn Qournâç se seraient révoltés par peur ; I F. ajoute que le cousin d’Ilghâzî, Badr ad-daula Soulaïmân les y encouragea, mais comme il fut nommé à leur place, il faut admettre qu’Ilghâzî l’ignorait, ou qu’il y a erreur.

25 Aîmî, an 515 ; Kamâl, 629-630 ; I. F., 161 v° ; I. Α., 118.

26 Diyâr Bakr, p. 236 et n. 2.

27 Diyâr Bakr, p. 238-239.

28 Mich., 206.

29 Par un certain Daulab (ou Daula) ibn Qoutloumouch, peut-être un parent des Seldjouqides de Qonya ou de Malaṭya.

30 Le lieu est appelé Daphtil par Matth. et Ras-Kaïfa par Chron. An. Syr

31 Qal., 165-166 ; A 217 ; Az., 516 ; Ibn amdoûn, 516 ; Azr., 162 v° ; I. Α., 418-426 (H 944) ; Kamâl, 632-634 ; I. F., 178 ν°, 179 v° ; Math., 131-132 ; Mich., 210 ; Chron. An. Syr., 90, Gautier, II, 16 ; Foucher, III, 11-12.

32 Qal., 166 A 208 ; Az., 517 ; I. Α., 430 (H 349), Kamâl, 635 ; I. F., 179 v°, 188 v° ; An. Zetterstéen, 243 (pour Bîra seulement). Derenbourg (Vie, 191) place vers ce moment, sans argument décisif, une attaque franque sur Chaïzar, rapportée par Ousâma (Hitti, 86) sans date.

33 Matth., 132-133 ; Mich., 210 ; Chron. An. Syr., 91 ; Foucher, III, 16 ; Orderic, XI, 26 ; Chron. St-Maixent, 430 ; G. T., 537 ; Qal., 166 A 208 ; Az., 517 ; I. Α., 433 (H. 352) ; Kamâl, 635-636.

34 A leur tête était le fils de l’ancien raïs, Çâ’id ibn Badî‛, raïs comme lui ; les grandes familles nommées sont les Banou’t-Ṭarsoûsi et les Banou Djarâda, que nous avons vu avoir peut-être aussi des membres chiites.

35 Qal., 167-168 A 208 ; ‛Az., 517 ; I. Α., 431 (H. 349) ; Kamâl, 636 ; I. F., 190 r°-v° (donne seul le stratagème) ; Mich., 211 ; Chron. An. Syr., 91. D’après Kamâl les deux hommes qui livrèrent Alep furent Mouqallid b. Saqouîq (sic) et Mouzarra ibn al-Faḍl ; d’après I. F., Ibn al Khallâl, avec le silence complice d’Ibn al-Khachchâb.

36 Qal., 168-169 A 208 ; Ibn amdoûn, 517 ; Az., 518 ; Kamâl, 636-637 ; I. F., 191 r°.

37 Matth., 133-134 ; Mich., 211 ; Chron. An. Syr., 92 — d’après lequel l’évêque grec s’enfuit à Antioche — ; Foucher, III, 23 ; Orderic, XI (qui donne l’histoire d’autres prisonniers, enfermés à Balou, envoyés en Perse, puis libérés ; sur eux, cf. infra, p. 574 ; G. T., XII, 19 ; ‛Az., 51716 ; Kamâl, 637 ; Qal., 169 A 209 ; I. Α., 433 (H 352) ; I. F., 191 r°.

38 Kamâl, 638-640.

39 Qal., 169-170 A 209 ; ‛Az., 518 (1,5) ; Ibn Ḥamdoûn, 517-518 ; Azr., 169 r° ; Ousama Hitti, 63, 76, 130 (Derenbourg Vie, 1133) ; I. Α., 436 (H 355) ; Kamâl, 641-642 ; I. F., 196 r° ; Matth., 137-138 (d’après lequel le meurtrier de Balak était un « chamsiya » (adorateur du soleil) ; Mich., 211 ; Chron. An. Syr., 93 ; Foucher, III, 31 ; Orderic, XI, 26 ; G. T., XIII, II. D’après les sources chrétiennes, la tête de Balak fut livrée à Joscelin, qui la fit promener en Syrie et répandit ainsi le bruit que la bataille qu’il avait livrée s’était terminée en victoire.

40 Cf. Diyâr Bakr, 241 ; ajoutons d’après ‛Az., 518 (7) des hostilités autour de Biṭlîs entre Toghroul Arslan et Dâoûd, fils de Soukmân d’Akhlâṭ. Sur la reprise do Gerger par Michel, Matth., 140.

41 Des hostilités entre Toghril, prétendant Seldjouqide protégé par Dobaïs, et Timourtach, que j’ignorais dans mon Diyâr Bakr, sont signalées par ‛Az., 519 (7) au même moment où Dobaïs revient du siège d’Alep en Mésopotamie.

42 Sur lequel cf. Diyâr Bakr, p. 268, tableau généalogique, n. 19.

43 Qal., 172-173 A 211 ; ‛Az., 518 (H, 13) et version détaillée dans Boughya, V, 308 ν° ; Ibn Ḥamdoûn, 118 ; Ousama Hitti, 133 ; Boustân, 518 (T. S., même version) ; I. Α., 439-440 (H 359-361 ; At., 50-52) ; Kamâl, 643-650 ; I. F., 197 r°, 198 v°, 200 v°, 201 r° ; Cf. aussi 188 ν° où I. F. a rapporté et mêlé les attaques de fin 1123 et celle de fin 1124 ; Matth., 141-142 ; Mich., 219-221 ; Chron. an. syr., Foucher, III, 38, 39 ; Ord., XI, 26 ; G. T., 576 (surtout d’après Foucher). Les otages de Baudouin ne furent pas libérés ; Galeran et le neveu de Baudouin furent mis à mort par Timourtach sur injonction de Boursouqî (Mich., 225, Anon. Flor., 373, Matth., 139).

44 Vers le même moment, des prisonniers musulmans gardés à Ma‛arra parvinrent à maîtriser leur garde et à se sauver (I. F., 191 r°-v°).

45 ‛Az., 519 (2, 4) ; Ibn Ḥamdoûn, 519, Boustan, 519 (5) ; I. Α., 449 (H 362-363) ; Kamâl, 651, et Boughya, V, 308 r° ; I. F., 205 r° ; Matth., 243-244 ; Mich., 221 ; Chron. An. Syr., 97 ; Foucher, III, 42-44 ; Sigebert, MGSS, VI, 380.

46 Pour le détail, Grousset, 637-642 et Röhnicht, 177-179.

47 I. F., 214 r°.

48 ‛Az., 520, 4 ; Kamâl, 652-654 r° et Boughya H 718-723 ; Foucher, III, 55 ; Mich., 223.

49 Foucher, III, 57, 58 ; Orderic, XI, 29 ; Romoald, MGSS, XIX, 418-419 ; Matth., 147 ; Mich., 224 ; Chron. An. Syr., 98 ; Ousâma-Hitti, 150 (Derenbourg Vie, 136) ; Az., 520 (1,2).

50 G. T., XIII, 21 ; Matth., 147 ; Ousama Derenbourg Vie, 137-139.

51 G. T., XIII, 21.

52 Ousama Hitti, 150.

53 Qal., 177-178 A 215 ; ‛Az., 520 (6) ; Ibn Ḥamdoûn, 520 ; Ibn Djauzî, 519 ; Azr., 163 r° ; I. Α., 446-447, At., 58 ; Kamâl, 654 et Boughya H 723 ; I. F., 218 r°, 219 v° (ces deux derniers avec deux citations, différentes de Ḥamdân Ibn ‛Abd arrahîm ; Mich., 225 ; Chron. An. Syr., 98 ; Matth., 146 ; G. T., 588.

54 Qal., 182 A 218 ; ‛Az., 521 (5) et version développée dans Boughya (analysée : Sauvaget REI 1933, 402) ; I. Α., 457 (H 378-379), At., 69 ; I. F., 223 r°, 226 r°-v°, ces trois derniers en grande partie d’après ‛Az. ; Kamâl, 655 et Boughya (Sauvaget, loc. cit.) ; T. S., 521 et I. A. D., 520 (brefs) ; Mich., 224 ; Matth., 147.

55 G. T., 590 ; Mich., 224 ; la date est imprécise ; G. T. établit un synchronisme avec les hostilités de Bohémond contre les Musulmans, et il est certain que le non-synchronisme des deux attaques contre Alep paraît révéler une mésentente. Mais Mich. paraît exclure que ces hostilités soient l’attaque contre Alep à la fin de 1127, qu’il place l’année suivante. Le fait est postérieur à déc. 1126 où l’on voit le patriarche siégeant à côté de Bohémond (Lib. jur., 30). D’autre part, en août-septembre, Baudouin ne peut être à Antioche, car il guerroie en Transjordanie (Qal. G 182-183).

56 Mich., 325.

57 ‛Az., 523 , 4.

58 Diyâr Bakr, 242, 243.

59 ‛Az., 523 (1) ; Ibn Ḥamdoûn, 523 (d’après le précédent Sibt H 567). La mention faite par I. Α., 461 (H 383) de l’occupation de Qadmous par les Ismaïliens, est une anticipation sur 1133 (Cf. infra).

60 Ibn Djauzi, 581 ; Azr., 163 r°-v° (éd. Qal. A) en note, p. 217 ; I. A. At., 57-58 et 64-69, Kâmil, 451-456 (H 373-378 ; Kamâl, 652-653 ; T. S., 521 ; I. F., 223 r°, 224 r° ; Mich., 229.

61 Qal., 183 A 219 ; ‛Az., 521 (5), 522 (1) ; version détaillée Boughya, VI, 207 v° ; Ibn Ḥamdoûn, 522 ; I. Α., 457-458 (H 278-381) et At., 69-70 ; Kamâl, 656-658 ; I. F., II, 2 r°-v° ; Matth., 168 ; Ibn Badî eut vite peur de Zangî et se sauva.

62 Matth., 148.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540