Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Seconde partie

Chapitre II. Le développement territorial des états francs (1100-1119)

Texte intégral

1Les dix-neuf années qui suivent le sacre princier de Bohémond sont remplies par l’histoire du développement territorial des deux états francs du nord. Développement qui se poursuit pour l’un et l’autre en étroite connexion, mais néanmoins de façon très différente. Le Comté d’Édesse a, presque dès son origine, atteint ses frontières maxima, celles de l’état de Thoros, du côté musulman ; il n’a pas de rapports directs avec les Grecs ; son accroissement consiste essentiellement dans la réduction des seigneuries arméniennes de Haute Syrie. La principauté d’Antioche, elle, se développe d’une part comme les états francs plus méridionaux, au détriment de ses voisins musulmans, d’autre part aux dépens de Byzance, avec laquelle elle a définitivement rompu. Cette croissance n’est pas sans des arrêts, des reculs mêmes, dûs à des accidents, à des efforts des Byzantins ou des Seldjouqides ; malgré ces moments critiques, elle se poursuit régulièrement, non certes par des conquêtes fulgurantes — la faiblesse des effectifs francs ne le permet pas — mais par le grignotage, l’épuisement de l’adversaire ; le danger grec est écarté en une dizaine d’années, une série de contre-offensives sultanales, inaugurée en 1110, définitivement brisées en 1115. La Syrie musulmane se débat dans une anarchie effroyable et, à la fin du principiat de Roger, Alep elle-même paraît sur le point de succomber.

§ I. — Jusqu’au départ de Bohémond (1104)

2La solidité des états francs du nord fut mise à l’épreuve, dès 1100, par un grave accident : Bohémond d’Antioche fut fait prisonnier, au moment même où Baudouin devait quitter Édesse en raison de la mort de Godefroy de Bouillon.

  • 1 Qal. 137 G 150 ; ‛Azîmî dans Boughya Saray, V, 92 r° et Abr., 493 ; Kamâl, 588, selon lequel la vic (...)

3L’année avait pourtant bien commencé. Empêché d’agir contre Lattakié, Bohémond s’était tourné vers l’Islam. Le départ des Croisés avait partiellement compromis à l’Est les résultats acquis en 1098, et Tell-Menis, trop avancée, avait été réoccupée par des troupes musulmanes, envoyées par Djanâḥ ad-Daula. Au surplus, il restait bien des places, même plus en retrait, essentielles aux communications d’Antioche avec le haut-Oronte et la Syrie Centrale, que les Croisés n’avaient pas entamées. L’une d’elles était Apamée, que Bohémond attaqua une première fois en mai. D’autre part, des troupes franques avaient pénétré dans le Djazr jusqu’à Sarmîn et menaçaient de là la banlieue même d’Alep. Bohémond étant parti vers le nord, Roḍwân crut l’occasion venue de réagir et attaqua les Francs du Djazr près de Kellâ. Non seulement il fut battu, mais les Francs, en le poursuivant, s’emparèrent de Kafar Ḥalab et de Bourdj Ḥâḍir, réduisant ainsi Athârib à la position d’un îlot musulman en terre franque1.

  • 2 Foucher, I, 35 ; Raoul, p. 704 ; Albert, VII, 27-30 ; Guibert, 254 ; Orderic, X, 33 ; Lettre de Gal (...)

4Si Bohémond était parti vers le Nord, c’était soit pour attaquer le gouverneur arméno-grec de Mar‛ach, Tathoul, ce que de toute façon il fit, sans doute avec la complicité de l’évêque arménien, soit en raison d’un appel de Gabriel de Malaṭya, dont on voit mal s’il lui parvint sous Mar‛ach, en raison de sa proximité, où à Antioche, où Gabriel l’aurait fait solliciter de préférence à Baudouin d’Édesse comme moins voisin et donc allié moins dangereux. Danichmend n’avait pas été atteint par les désastres de 1097 au même point que Qilidj Arslan ; assez cependant pour préférer donner à son expansion une orientation sud-orientale aux dépens des Arméniens, plutôt qu’occidentale aux dépens des Byzantins. Il attaquait donc Malaṭya, d’où l’appel de Gabriel. Rendu sans doute imprudent par le désemparement des Musulmans et les complicités paysannes qui avaient facilité les opérations de Syrie, Bohémond s’avança sur la route de Mar‛ach à Malaṭya avec une poignée d’hommes sans se garder. Danichmend, prévenu peut-être par Kogh-Vasil, surprit Bohémond dans un défilé ; les évêques arméniens d’Antioche et de Mar‛ach, qui l’accompagnaient, furent tués et Bohémond, avec son cousin Richard, pris et emmené sous Malaṭya. La ville ne succomba pas, parce que Bohémond parvint à envoyer un appel à Baudouin, qui accourut d’Édesse, et que Danichmend jugea cette fois plus prudent de se retirer. Mais Baudouin ne put le rejoindre et Bohémond fut emmené à Niksâr (Néocésarée). Baudouin reçut alors l’hommage de Gabriel, auquel il laissa un petit renfort franc et rentra à Édesse, où il apprit la mort de Godefroy de Bouillon (Juillet 1100)2.

  • 3 Pris par Raymond de Toulouse, selon Albert, VII, 27 ; comme il était sûrement parti à cette date, i (...)
  • 4 Albert, VII, 27, 45 ; Foucher, II, 7 ; Raoul P., 706 ; G. T., X, 4.

5La captivité de Bohémond, si elle constituait pour les Francs d’Antioche un certain danger militaire, empêcha peut-être en revanche un conflit de se produire entre la jeune principauté normande et les deux états lorrains ; elle consolida, en tous cas, l’absolue indépendance de celui de Jérusalem en face d’éventuelles ambitions de Bohémond, que l’envoi de Tancrède et sa politique à l’égard de Daimbert permettent de supposer. Il fallait à Godefroy un successeur : la majorité des francs de Jérusalem, conformément aux désirs du défunt, était favorable à son frère Baudouin ; mais celui-ci avait deux adversaires : Tancrède, qui ne s’était pas réconcilié avec lui depuis leur querelle de Cilicie en 1097, et Daimbert qui désirait faire de la Palestine un état ecclésiastique à son profit et naturellement escomptait l’appui de Bohémond. Tancrède et lui envoyèrent donc appeler ce dernier ; mais leur ambassadeur fut capturé près de Lattakié3 ; au surplus, ce retard ne changea rien à la suite, puisqu’au même moment Bohémond tombait aux mains de Danichmend. Par surcroît, des navires gênois arrivèrent alors à Lattakié, amenant un nouveau légat qui, informé de la situation, invitait Baudouin à aller recueillir l’héritage fraternel. Baudouin appela à Édesse son cousin Baudouin du Bourg, resté au service de Bohémond, sans doute en gage de bon voisinage, et lui concéda son comté en fief ; fait notable, qui allait donner à la monarchie jérusalémite pendant un tiers de siècle un droit de regard sur les affaires de l’état euphratésien. Puis Baudouin, vainement prié au passage par les Antiochiens d’assumer leur défense en l’absence de Bohémond, gagna Jérusalem où il sut amener Daimbert à le couronner roi. On pense bien que cela n’alla pas sans difficultés avec Tancrède. Mais là encore la captivité de Bohémond arrangea les choses, car les Antiochiens appelaient Tancrède à la place de son oncle. Lorsqu’il se vit impuissant à contrecarrer la volonté de Baudouin, Tancrède, pour ne pas être son vassal, lui abandonna ses fiefs et alla prendre le gouvernement d’Antioche (Mars 1101). La crise aboutissait donc à une meilleure division des territoires syriens entre Normands et Lorrains, gage de moins de frictions à l’avenir4.

  • 5 Qal., 138 G 50 ; AZ, 494 ; Matth., 53 ; Chron. syr. an., 76.
  • 6 G. T., 469 (mal daté : pour la mort de Gabriel, cf. infra, p. 232).

6Du côté musulman, la captivité de Bohémond, le changement de comte à Édesse n’amenèrent que des réactions isolées. Soukmân, l’oncle de Balak, vint essayer de reprendre Saroûdj, avec la complicité de la population nomaïrite que Foucher avait pressurée. Foucher fut tué et la ville enlevée ; mais la citadelle, sous la conduite de l’archevêque latin d’Édesse, Benoît, résista assez longtemps pour permettre à Baudouin du Bourg d’aller chercher des renforts à Antioche. Soukmân fut expulsé, la ville recouvrée et la population réduite à l’obéissance par des massacres et des captivités nombreuses (Janvier-Février 1101)5. Peu après Baudouin du Bourg, à l’exemple de son prédécesseur, scella son alliance avec l’élément arménien en épousant une princesse de ce peuple, la fille de Gabriel ; et les secours pécuniaires qu’il sut arracher à l’avarice de ce dernier ne lui furent pas inutiles6.

  • 7 ‛AZ, 494 ; Kamâl, 589 ; Anne H 76 sq. ; il peut y avoir un rapport entre cette expédition et l’atta (...)

7Du côté syrien, la réaction fut limitée à Djanâḥ ad-daula qui, après le départ de Raymond, reprit Tortose, et après la capture de Bohémond dévasta le Djabal Soummâq. Mais il continuait à combattre Roḍwân, qu’il écrasa près de Sarmîn, et ni l’un ni l’autre ne s’occupèrent plus des Francs à partir de l’automne 1100. Les Byzantins, par contre, étaient plus menaçants ; en 1099 ou 1100, une armée envoyée par Alexis avait enlevé aux lieutenants de Bohémond les villes qu’il possédait en Cilicie, et les Grecs restaient les maîtres à Lattakié, ne laissant ainsi à Antioche d’autre débouché maritime que Souwaïdiya7.

  • 8 Pour les détails, cf. Grousset, I, 322-333 ; Röhr. Kön, 29-33 ; Chalandon, Alexis Commène, 232 sq. (...)

8Ce qui fut beaucoup plus grave pour les francs de Syrie fut le désastre des arrière-croisades de 1101. Le succès de la première Croisade ayant soulevé en Occident un grand enthousiasme, de nouvelles bandes et armées s’étaient mises en marche entre l’automne de 1100 et le printemps de 1101. Comme en 1096-1097, Alexis eut à alterner les rigueurs contre la foule pillarde et les secours pour la campagne projetée. La première Croisade prête fut la croisade lombarde, composée essentiellement d’une populace indisciplinée très semblable aux bandes de Pierre l’Ermite. Alexis et les Croisés furent d’accord pour confier la direction de leur marche à Raymond de Saint Gilles, qui devait ensuite aller défendre en Syrie la politique byzantine. Le comte était arrivé à Constantinople près d’un an auparavant et était devenu maintenant, contre Bohémond, le meilleur allié d’Alexis. Sous l’influence de la foule désireuse d’aller arracher Bohémond de sa prison, on préféra à l’itinéraire de la première croisade, la longue et difficile route de Sîwâs, qui pouvait d’ailleurs présenter l’intérêt d’amorcer la reconquête, pour Byzance, d’un nouvel hinterland. Une seconde armée dirigée par le comte Guillaume de Nevers suivit de peu, mais, après avoir atteint Ankara, se rabattit sur Qonya, en direction de la Cilicie. Une troisième armée enfin, que commandaient Guillaume de Poitiers et Welf de Bavière, emprunta par Dorylée et Qonya l’itinéraire des Croisés de 1097 ; mais les Turcs avaient pu, cette fois, préparer leur défense. Qilidj Arslan et Dânichmend s’étaient alliés, et avaient peut-être reçu quelques secours de Roḍwân, de Qaradja de Ḥârran, et de Balak, le neveu de Soukmân. Ils faisaient le désert devant eux, sans défendre les villes, ni livrer bataille prématurément. On était en été, l’eau manquait ; les Croisés furent vite exténués. À quelques semaines d’intervalle, les Turcs exterminèrent alors la croisade lombarde près Amasya, et les croisades nivernaise et aquitano-bavaroises à Eregli. Les tués ne se comptèrent pas et la masse des prisonniers emmenés sur les marchés orientaux fut immense. Très peu de Francs atteignirent la Syrie, après d’angoissantes aventures. La plupart des chefs avaient cependant pu se sauver. Les uns — Raymond de Toulouse avec Etienne de Blois et d’autres participants de la croisade lombarde — à Sinope, d’où ils regagnèrent Constantinople ; les autres — Guillaume de Nevers, Guillaume de Poitiers et Welf de Bavière — en Cilicie et à Antioche. Là, comme ici, ils reçurent de quoi remédier à leur dénuement8.

  • 9 Mich., 189-191. C’est à Malaṭya, en 1103, que Bohémond sera remis aux Francs venus payer sa rançon. (...)

9Ces événements ne modifièrent pas brusquement la situation des Francs de Syrie, mais ils eurent sur leur avenir une influence considérable. D’abord, ils privaient les Francs d’un renfort en hommes qui leur eût permis d’envisager une certaine colonisation du pays ; au lieu que, réduits à des effectifs minimes, ils allaient devoir se contenter de progrès lents et restreints. D’autre part, ils renversaient la situation créée en Anatolie par la première Croisade. Désormais, en effet, Seldjouquides et Danichmendites y retrouvaient leur sécurité, et par contre les routes anatoliennes devenaient, en dehors des côtes, interdites aux renforts venant éventuellement tant d’Occident que de Byzance. Enfin, le prestige des Francs qui étaient depuis 1098 un objet de terreur, subissait une grave atteinte. Sans doute, la faiblesse interne du monde musulman permit de ne pas voir d’abord toute l’étendue de ces conséquences. Elles n’en devaient pas moins se manifester par la suite. Au reste, dès septembre 1102, Dânichmend en tira parti en enlevant Malaṭya, grâce à la passivité de l’élément jacobite hostile au gréco-arménien Gabriel ; celui-ci, conduit en vain devant une forteresse de son territoire pour la faire capituler, fut exécuté9.

  • 10 Qui paraît avoir atterri à Tarse et non à Souwaïdiya ; Alb. VIII, 42, le fait arriver avec les autr (...)
  • 11 A Sarvantikar, d’après Matth., 57, mais en tout cas peu de temps.
  • 12 Le serment exact de Raymond est inconnu. Albert, VIII., 42, croit qu’il a juré de ne rien entrepren (...)
  • 13 Alb., VIII, 41-42 ; Matth., 56-57 ; Raoul de C, 145.

10Désastre pour les Francs, l’issue des Croisades de 1101 était ausi une défaite indirecte pour Alexis Comnène, puisque, d’une part, la difficulté accrue des communications entre Byzance et la Syrie l’empêchait d’y intervenir puissamment et que, d’autre part, son nouvel allié Raymond, qui devait utiliser en sa faveur les forces croisées et sa propre compétence, était battu. À cet égard, la défaite des Croisés servit momentanément Tancrède. Raymond et les autres chefs de la croisade lombarde n’ayant pu gagner la Syrie par terre avaient été pourvus par Alexis d’une flotte pour s’y rendre par mer. Tous furent bien accueillis par Tancrède, à l’exception de Raymond10. Celui-ci fut, au contraire, incarcéré par Tancrède11. L’intercession des autres croisés et du patriarche latin Bernard qui, en 1100, avait été substitué au patriarche grec antérieur, le fit relâcher bientôt, mais à la condition expresse de ne tenter aucune conquête en Syrie septentrionale12. Tancrède obtenait donc la sécurité du côté de son rival franc, qui le laissait libre de régler seul à seul ses comptes avec les Byzantins13.

  • 14 En tous cas avant l’été puisque Bernard l’étranger se trouve à Longiniade, près Tarse, vers septemb (...)
  • 15 Raoul, chap. 143.
  • 16 Raoul, chap. 144, 146.
  • 17 Ughelli, IV, 847 (privilège qui a sûrement une contrepartie).
  • 18 I. Α., X, 211.
  • 19 Qal. G., 51-53 (A 140) ; Az., 4945 ; I. Α., 211-213 (H. 204-207).

11Dès le printemps de 1101, semble-t-il14, Tancrède avait repris sans peine aux Byzantins Misis et Tarse, les trois villes de la basse plaine cilicienne15. Peu après, il attaqua Lattakié. La ville, défendue par une forte garnison, soutenue par une flotte byzantine, résista jusqu’à l’hiver 1102-1103. À cette date, Tancrède, ayant réussi à attirer la garnison en rase campagne, la captura, et la ville dut capituler16. Il est possible qu’il ait eu aussi l’aide des Gênois ; en tous cas, il l’avait requise17. Sur un point seulement, il avait échoué : Djabala, attaquée par les Francs dès le début de 1099 et inquiétée de nouveau lors du retour des Croisés, avait été l’objet d’une troisième tentative, conduite par Bohémond, et au cours de laquelle son connétable avait été capturé18. Au printemps de 1101, de nouvelles attaques furent entreprises, sans doute en même temps que contre Lattakié ; Ibn Çoulaïḥa, ne se sentant plus en sûreté, avait livré sa ville à Toghtekin, l’atabek de Doqâq, et Toghekin y avait envoyé Boûrî, le fils aîné de son maître (juin 1101) ; mais, celui-ci s’étant fait mal voir de la population, des intrigues furent nouées entre elle et Fakr al Moulk ihn ‛Ammar de Tripoli qui, à la fin de la même année rétablit sur cette ville la domination qu’il y avait exercée jusqu’à la veille de la première croisade19. C’était évidemment en rendre la conquête plus difficile pour les Francs.

  • 20 Alb., p. 538-541, 545-549, 597-600. Foucher se tait volontairement puisqu’il fait une allusion 1. I (...)
  • 21 Daimbert devait gagner sa cause à Rome, mais mourir avant de revenir en Terre Sainte.

12Les succès de Tancrède lui permirent, avant même la chute de Lattakié, d’intervenir avec d’autant plus d’autorité dans les affaires du royaume de Jérusalem qu’au printemps de 1102, Baudouin I avait subi à Ramla, de la part des Égyptiens, une défaite qui l’avait mis un instant dans une position critique. Il avait fait appel alors à Tancrède et à Baudouin du Bourg qui, ensemble, lui amenèrent en effet en septembre des renforts appréciables pour attaquer Ascalon. Mais Tancrède n’amenait pas seulement des soldats. Entre Baudouin I et son ancien adversaire le patriarche Daimbert, la réconciliation passagère du sacre n’avait pas été solide. Baudouin avait, pour équiper ses troupes, d’importants besoins d’argent ; Daimbert, riche des aumônes des fidèles, était avare et ne voulait rien lui donner. Un jour vint où le roi put faire la preuve que le patriarche avait gardé intégralement pour lui une grosse somme envoyée par Roger de Sicile et destinée en partie à la solde de l’armée ; Baudouin fit alors déclarer Daimbert déchu de son siège (automne 1101). Daimbert se réfugia chez son ancien ami et obligé Tancrède, qui lui donna l’église de Saint-Georges à Antioche (mars 1202). Puis, lors de l’appel de Baudouin, Tancrède mit comme condition à son aide la restauration de Daimbert ; Baudouin obtint seulement de pouvoir aussitôt après soumettre ses griefs à un concile régulier. Ainsi fut fait ; Daimbert remonta sur le trône patriarcal, mais fut jugé par un concile et cette fois sa situation apparut à ce point difficile que Tancrède, satisfait sur la forme, renonça à le défendre et se borna à assurer sa sécurité personnelle20, en attendant qu’il pût s’embarquer avec Bohémond pour Rome afin d’en appeler au Pape21.

  • 22 Qal., 59 A 141.
  • 23 Albert, IX, 33-36, est la source principale. Matth., 69-70, fait racheter par Alexis Richard du Pri (...)
  • 24 Raoul, 147 ; Foucher, II, 23.

13Cependant Dânichmend ne tenait pas à garder Bohémond en prison indéfiniment sans profit. Alexis Comnène lui offrit de gros ses sommes pour le lui acheter, dans la pensée évidemment d’obtenir de Bohémond ensuite la restitution d’Antioche. S’il faut en croire Albert d’Aix, le succès de la démarche fut compromis par la prétention de Qilidj Arslan, en tant qu’allié de Dânichmend contre les Francs, de partager la rançon entre eux deux. Il est en tout cas certain que l’entente des deux chefs turcs réalisés en 1101 devant le danger d’invasion, s’était brisée dès l’été de 1103 où des hostilités avaient eu lieu entre eux à la suite d’une marche de Qilîdj Arslan vers Mar‛ach22. D’autre part Dânichmend n’était pas dans les meilleurs termes non plus avec Alexis, qui avait aidé les croisés de 1101. Devant ces deux adversaires, il pouvait y avoir pour Dânichmend intérêt à s’assurer le bon vouloir des Francs de Syrie. Les divers récits qui circulèrent en occident sur la captivité de Bohémond à la suite des comptes rendus qu’il en fit lui-même nous montrent tous le prince normand faisant valoir ces arguments auprès de Dânichmend et l’aidant dans des combats contre Qilîdj-Arslan. Il y a sûrement un fond de vérité sous les détails romanesques de ces récits, puisqu’en fin de compte Dânichmend préféra à l’offre d’Alexis les cent mille dinars que lui promettait Bohémond avec son alliance. La somme fut rassemblée grâce aux efforts du patriarche Bernard, de Baudouin du Bourg et Kogh-Vasil. Dans le courant de 1103, Bohémond était rendu aux siens23. Tancrède reçut un fief dans la principauté24.

  • 25 Qal., 57 A 145 ; Kâmal, 591.
  • 26 Kamâl, 591 ; I. Α., 237 H 212.
  • 27 Kamâl, 592 ; Chron. Zetterstéen, 239.

14L’activité offensive des Francs d’Antioche en fut naturellement encore surexcitée ; les Grecs étant écartés, ils se retournèrent contre Alep. Celle-ci était de plus en plus faible ; sans doute Djanâḥ ad-daula, après avoir été battu par Raymond de Saint-Gilles, près de Tripoli, avait été « assassiné » à Ḥomç, peut-être à l’instigation de Roḍwân (milieu de 1103), mais la tranquillité de Roḍwân n’en fût pas accrûe, car les habitants de Ḥomç se donnèrent à Doqâq25. Au lendemain de la libération de Bohémond, les Francs firent un raid sur Mouslimiya, au nord d’Alep, pour appuyer des demandes de tribut destinées à récupérer le montant de sa rançon26. Peu après, en mars 1104, ils enlevaient Basarfoût et n’échouaient devant Kafarlâtâ que par la résistance purement locale des Banoû‛Olaïm27.

  • 28 G. T., 437.
  • 29 Kamâl, 591.
  • 30 I. Α., 253 H 217
  • 31 Matth., 70 (capture par Baudouin du Turcoman Oulough-Sallâr).
  • 32 Anne, XI, 9 ; Matth., 75 ; Raoul, 148, confirme que la prise de Mar‛ach par Joscelin est antérieure (...)
  • 33 Matth., 80 ; Mich., 195.

15Dans le comté d’Édesse aussi la situation des Francs s’était renforcée. Avec la croisade de 1101 où peu après elle était arrivé un cousin de Baudouin du Bourg, Joscelin de Courtenay (en Gâtinais28. Comme c’était un vaillant chevalier, Baudouin, pour pouvoir se consacrer entièrement à ses possessions d’outre Euphrate, lui inféoda toute la partie du comté sise à l’ouest de l’Euphrate et au sud de la principauté de Kogh-Vasil, avec Tell-Bâchir pour chef-lieu. De là Joscelin put dès la fin de 1103 aller couper les routes de communication d’Alep avec l’Euphrate29, cependant que Baudouin razziait impunément les prolongements orientaux de ces mêmes routes jusqu’aux abords de Qal‛a Dja‛bar et de Raqqa30 ; d’autres raids le conduisaient jusqu’au territoire de Mârdîn31. Enfin au nord Alexis Comnène avait envoyé à la fin de 1103 une armée, commandée par Boutoumitès, reprendre aux Francs la Cilicie que Bohémond, sommé par lettre, se refusait à restituer ; mais Boutoumitès, affaibli par des dissentiments avec d’autres chefs, et ne se trouvant pas d’appui dans les populations, ne put que traverser la Cilicie à la hâte sans rien occuper et se borna à aller renforcer la défense de Mar‛ach, où était toujours gouverneur Tatoul. Précaution insuffisante, car quelques mois ne s’étaient pas passés que Tatoul, pris entre les Turcs et les Francs, avait dû livrer sa ville à Joscelin32. La domination franque s’étendit même sur Albistân, que prit Bohémond33.

  • 34 I. Α., 235, 269-270 ; Azr., 157 v°, 159 v°.

16Néanmoins, la maîtrise du Diyâr Moḍar et la tranquillité complète d’Édesse ne pouvaient être assurées tant que subsistait en face d’elles Ḥarrân. Les circonstances parurent favorables pour une attaque décisive contre cette ville ; Qaradja, le seigneur de cette ville, avait été expulsé par un rival qui, à son tour, avait été assassiné et remplacé par un esclave de Qaradja, Djawâlî. Il ne semblait pas, d’autre part, qu’en Djéziré, aucun prince fût en état de secourir Ḥarrân. En 1102, Karboûqâ était mort ; deux compétiteurs se disputaient sa succession et l’un d’eux pour avoir l’appui de Soukmân, lui donne Ḥiçn Kaïfâ, d’où il s’étendra vite au nord jusqu’au Mourad Sou et au sud jusqu’à Mârdîn, qu’il annexe lorsque son frère Yaqoûtî est tombé dans la guerre. C’est cependant l’autre candidat, Djekermich de Djéziret-ibn-‛Oman, qui occupe finalement Mossoul ; mais désormais la guerre fait rage entre les Artouqides et lui34. Lorsqu’à l’appel de Baudouin et Joscelin, Bohémond et Tancrède viennent entreprendre le siège de Ḥarrân, le succès semble si certain qu’ils ne mettent même pas en œuvre les machines qui hâteraient la chute, mais détérioreraient les fortifications de la future conquête.

  • 35 Alb., IX, 38-42 ; Raoul, 148-150 ; Foucher, II, 27 ; G. T., 443-447 ; Matth., 73 ; Mich., 195 ; Chr (...)

17Mais la chute de Ḥarrân eût été pour toute la Djéziré musulmane une catastrophe commune. Pour quelques semaines, Soukmân et Djékermich se réconcilièrent et marchèrent de concert vers le Khâboûr. Les Francs, abandonnant Ḥarrân, qu’ils comptaient prendre au retour, s’avancèrent audacieusement à leur rencontre. Une bataille, dont les divers compte-rendus sont inconciliables, se livra à l’est du Bâlîkh. Les troupes édesséniennes et antiochiennes étaient éloignées les unes des autres ; celles d’Édesse, attirées par une fuite stratégique des Turcs dans une embuscade, furent taillées en pièces ; celles d’Antioche combattirent avec plus de succès, mais ne purent rejoindre les Édesséniens à temps pour rétablir la situation et alors, isolées, se retirèrent également en hâte. En essayant de traverser le Bâlîkh, Baudouin et Joscelin furent faits prisonniers, le premier par Djekermich, le second par Soukmân ; les gens de Ḥarrân coupèrent la retraite à tout ce qu’ils purent des autres Franco-Arméniens, dont un très grand nombre fut massacré. Djékermich occupa Ḥarrân, puis retourna enlever les places chrétiennes du Chabakhtân. Après quoi il vint assiéger Édesse35.

  • 36 Albert, 42-45 ; I. Α., 257 (H. 223).

18Si grave que fût la défaite franque en elle-même par le massacre de chevalerie franco-arménienne et la dévastation des campagnes qui s’en suivit, elle ne présentait pas de caractère momentanément irrémédiable dans l’état où se trouvait l’Islam, incapable de l’exploiter. La victoire était à peine gagnée que l’alliance de Soukmân et Djékermich, dorénavant privée d’objet, avait disparu. Ils avaient failli en venir aux mains sur le champ de bataille même, pour le partage des prisonniers ; la querelle fut apaisée, mais Soukmân repartit chez lui et ce fut, certes, autant par précaution contre lui que contre les Chrétiens que Djékermich occupa tout de suite le Chabakhtân au lieu de marcher droit sur Édesse. Ce répit permit à la ville de s’organiser. Tandis que Bohémond repartait à Antioche, qu’excités par la nouvelle de sa défaite Grecs et Alépins menaçaient, Tancrède était accouru à Édesse, où la population le choisit pour régent. Il sut donner confiance aux habitants, organiser la défense des remparts en les adjoignant au peu de troupes qui restait. En juin Djékermich parut devant Édesse. Le danger restait assez grand pour Tancrède pour qu’il rappelât en hâte Bohémond, en dépit des préoccupations de celui-ci. Du moins put-il tenir en l’attendant, puis, à la veille de sa venue, trouver à l’aube l’occasion d’une sortie désespérée, qui surprit les Turcs dans leur sommeil, et se termina pour eux par une défaite, qu’acheva l’arrivée de Bohémond. Le comté d’Édesse était sauvé36.

  • 37 Alb., IX, 47 ; Raoul, 151 ; Qal., 69 A 149 ; ‛Az., 4967 ; surtout Kamâl II 592-593 ; sur les affair (...)
  • 38 Matth., 80-81.

19Mais les conséquences de la défaite ne s’étaient pas arrêtées à ses frontières. Toute la partie orientale de la principauté d’Antioche, essentiellement musulmane, n’obéissait aux Francs que par respect de leur force. Du jour au lendemain, la nouvelle de leur défaite provoqua partout des soulèvements. À l’appel de Roḍwân qui, après s’être rendu sur l’Euphrate pour voir comment tournerait la fortune, était rentré à Alep, les habitants du Djazr, jusqu’à Ma‛arrat Miçrîn et Sarmân, massacrèrent ou expulsèrent leurs garnisons franques. Peu après, celles de Çaurân, Laṭmîn, Kafartâb, Ma‛arrat an-No‛mân, al-Bâra, se sentant incapables de résister dans l’isolement où elles se trouvaient, se retiraient vers Antioche. Seul des districts de la Syrie intérieure restait aux Francs le Rôudj jusqu’à Hâb. Les conquêtes de cinq ans étaient perdues d’un coup. Puis, comme l’ancien lieutenant de Djenâḥ ad-daula à Rafâniya, Chams al-Khawaçç, avait occupé Çaurân et que les gens de Ḥâmah, Salamiya et Bâlis le redoutaient, ils se rendîrent à Roḍwân ; et la mort de Doqâq (juin 1104), les difficultés de succession qui s’ensuivirent entre ses deux fils Bourî et Iltâch, vinrent à propos délivrer temporairement le prince d’Alep de toute préoccupation au Sud. Il put alors accentuer sa pression du côté d’Antioche, au point que finalement les Arméniens d’Artâḥ, quelque peu déçus de l’administration franque et redoutant sans doute les effets d’une prise d’assaut, se livrèrent spontanément à lui, lui ouvrant ainsi le ‛Amouq et la plaine d’Antioche (avant mars 1105)37. Au nord, l’administration franque n’avait pas non plus su s’attacher les Arméniens d’Albistân, qui auraient livré leur ville aux Turcs, si de terribles répressions ne les avaient prévenus38.

  • 39 Anne, 68.
  • 40 Albert, IX, 39-40 (Le maréchal de Henri IV Konrad) ; Orderic, IV, 137 (Harpin de Bourges).
  • 41 Albert, VIII, 45-47.
  • 42 Anne Comnène, H. 87-90 ; ‛Az. 496 (8) ; Raoul, chap. 151. D’après Anne, Cantacuzène occupa Djabala, (...)

20Si les Antiochiens avaient été empêchés de réagir contre ces attaques, c’est qu’ils en subissaient d’aussi graves, de l’autre côté, de la part d’Alexis Comnène. Celui-ci avait essayé de se concilier les autres Francs, non seulement par les secours qu’il envoyait de Chypre à Raymond, sous Tripoli39, mais en rachetant des Francs emmenés prisonniers en Égypte40 et en nouant, dès 1102, des négociations avec Baudouin I (et avec le pape)41 pour se laver de l’accusation d’avoir été responsable des désastres de l’arrière-croisade. Puis en 1103, en même temps qu’il organisait la campagne de Bontoumitès, Alexis Comnène avait renforcé les troupes et la ’ flotte de Chypre, afin d’intercepter les secours apportés à Bohémond par les villes italiennes. Peu après, il fit occuper Korykos et Seleiké, fermant ainsi tout à fait le passage par le nord de Chypre. Chypre fut aussi la base d’opérations pour une attaque sur Lattakié ; Cantacuzène, par surprise, s’empara de la ville basse, et, fortifiant le port par la construction de deux tours, rendit impossible à la citadelle de recevoir aucun renfort. Bohémond, après avoir en vain essayé de négocier, parvint à renforcer la garnison, dont il changea le commandant. Mais une autre armée grecque, confiée à un collaborateur de Boutoumitès, Monastras, envahissait pendant ce temps la Cilicie, rencontrait cette fois un accueil favorable de la part de beaucoup d’Arméniens et enlevait aux Francs Longiniade, Tarse, Adana, Misis, toute la plaine cilicienne. Il espérait dans les campagnes suivantes rejoindre Cantacuzène devant Lattakié. Quant à celui-ci, il cherchait à se créer, sur la côte, des établissements durables et reçut de diverses places musulmanes au sud de Lattakié une certaine soumission. Antioche risquait d’être complètement coupée de ses relations extérieures42.

  • 43 Albert, IX, 47 ; Foucher, II, 26 ; Raoul, chap. 153 ; Qal., 147 ; Anne, H., 90-92 ; Matth., 73. D’a (...)

21Dans ces conditions, Bohémond estima que le seul moyen de salut était d’attaquer l’empire Byzantin à revers par l’Europe et, pour s’en procurer les moyens, décida de s’embarquer pour l’Occicident où, fort de la conjonction de fait entre Byzance et l’Islam contre Antioche et des rancunes anti-grecques, répandues par les Croisés de 1097 et de 1101, il pourrait organiser Une Croisade d’abord contre Byzance. À la fin de l’automne 1104, il confia la régence d’Antioche à Tancrède, qui s’en était si bien acquitté la première fois, et partit. Il ne devait pas revoir la Syrie43.

22Le départ de Bohémond marque la fin de ce qu’on peut appeler la période italo-normande de la principauté. Jamais Bohémond n’avait oublié son origine, son hostilité héréditaire envers les Byzantins ; jamais, pour lui, l’établissement en Syrie n’avait été autre chose qu’un moyen de reprendre indirectement l’avantage sur l’adversaire heureux d’hier. Tancrède inaugure, lui, une politique nouvelle ; politique qui, certes, n’est pas encore dépourvue de haine contre les Grecs, ni de visées extérieures à la province propre d’Antioche, mais dans laquelle il n’y a cependant plus aucune arrière-pensée européenne. Les méthodes aussi diffèreront. Bohémond, était surtout un diplomate de grande envergure ; Tancrède sera surtout un chef militaire local, d’un orgueil difficilement traitable, mais énergique, perspicace, habile aussi à contracter alliance avec tous les éléments indigènes ; bref, ce sera un Syrien.

§ II. — Les succès de Tancrède (1105-1110)

  • 44 Raoul, chap. 154.
  • 45 Qal., G 66-68 A 147 ; ‛Az., 4969 ; I. Α., 268-269 (H., 226-227), en partie d’après Qal. ; Ibn Hamdo (...)
  • 46 Qal., 69-70 A 149 : Az., 4981 ; I. Α., 271 (H. 227-228) ; Kamâl, 594 ; Raoul, chap. 154-156 ; Fouc (...)
  • 47 Kamâl, 595 ; I. F., 2 v° ; Qal., 78 A 154.

23Comme la première, la seconde régence de Tancrède fut marquée par un vigoureux redressement à la fois contre les Grecs et les Musulmans. Malgré la pénurie à laquelle les dernières hostilités et le voyage de Bohémond avaient réduit le trésor, il sut, par un emprunt forcé, se procurer de quoi équiper une nouvelle armée44. Ayant demandé des renforts jusqu’à Mar‛ach, Tell Bâchir et Édesse, il entreprit de recouvrer Artâḥ. À la fin de 1104, Toghtekin, atabek de Bourî à Damas comme il l’avait été de son père Doqâq, et Ibn‛Ammâr de Tripoli avaient appelé Soukmân à leur secours contre Raymond de Saint-Gilles ; la chance des Francs avait voulu que Soukmân mourût en chemin45. Mais en février 1105, Raymond, à son tour, était mort et Roḍwân, fort de ses récents succès, se préparait sans doute à intervenir pour dégager Tripoli. Ce fut à ce moment qu’il apprit le danger auquel était exposé Artaḥ. Il accourut et refusa des négociations offertes par Tancrède. Une bataille fut livrée près de Tizîn ; Tancrède avait su s’arranger de telle façon que la cavalerie musulmane eût derrière elle un terrain rocailleux impropre aux mouvements des chevaux ; cela rendit impossible à Roḍwân la tactique de fuite simulée qui était la force des Turcs et, au contraire, lorsque les Francs, ayant repris la tactique à leur compte, firent volte-face et chargèrent les musulmans dispersés, ceux-ci, acculés à ce terrain, ne purent opposer aucune résistance et l’affaire se termina par un désastre pour eux (20 av. 1105). Immédiatement, Tancrède, exploitant son succès, réoccupa Artâḥ et bientôt il put reparaître en maître dans le Djabal Laïloûn, où il prit Tell-Aghdî (Août), et dans le Djazr oriental. Le long de la route Antioche-Alep, la situation était de nouveau renversée en faveur des Francs46. Un relèvement analogue était opéré du côté de Tell-Bâchir et l’influence de cette situation se faisait sentir jusqu’à ‛Azaz, qu’en 1107-1108 un gouverneur faillit livrer à Tancrède47.

  • 48 Chron. Zetterstéen, 240 ; cette source tardive, mais unique, place la reprise de Ma‛arra, Laṭmîn et (...)
  • 49 Chron. Zetterstéen, 240.
  • 50 Qal., 72-74 A 149 ; I. Α., 281-283 (H. 232-235) ; Albert, X, 18-24 ; Raoul, chap. 156 ; Ibn Zouraïq (...)
  • 51 I. F., 452.

24Elle le fut aussi dans le Sud-Est. Assez vite, Ma‛arra et toute sa région furent reprises, puis Kafartâb, Latwîn et Çaurân48. D’autre part, l’encerclement de Chaïzar fut complété par l’achat de Ḥiçn al-Khariba à son seigneur, Ibn al-Bahrâî (du Djabal Bahrâ) en Juin-Juillet 110549. Il restait toutefois une grosse lacune dans l’occupation franque, Apamée ; le danger en était réduit par le fait que le chiisme public et le tempérament pillard du seigneur, Khalaf ibn Molâ‛ab, l’opposait à ses voisins musulmans, mais il restait réel. À la fin de janvier 1106, Khalaf fut tué par des Assassins de Sarmîn, aux ordres d’un certain Abou’l-Fatḥ de Sarmîn, qui agissait d’accord avec le chef alépin de la secte, Abou Ṭâhir, et avec Roḍwân, leur protecteur. Le meurtre commis, Abou Ṭâhir arriva ; mais entre temps des Chrétiens, craignant la domination de Roḍwân ou des Assassins, avaient appelé Tancrède qui accourut, mais ne put surprendre la ville ni s’y attarder, car il devait en même temps surveiller Lattakié. Néanmoins, il revint peu après pour entreprendre un siège en règle et y fut encouragé par un fils de Khalaf, échappé au massacre. Roḍwân, retenu par des complications en Djéziré (Cf. infra), ne pouvait intervenir. Faute de vivres, la. ville finit par capituler (septembre 1106). Abou’l Fatḥ fut mis à mort, Abou Ṭâhir renvoyé à Roḍwân. Le fils et des hommes de Khalaf restèrent au service de Tancrède ou de Bonable de Kafarṭâb50. À une date indéterminée (entre 1103 et 1110), les Francs enlevèrent aussi à des Ismaliens Kafarlâtâ51.

  • 52 Sur l’identification non fondée de cet Aspiètès avec Oschin de Lampron, cf. J. Laurent, Mélanges Sc (...)
  • 53 Anne, H. 100-102. Caffaro, Annales, p. 15.
  • 54 Qal., G. 99 A 170.
  • 55 Raoul, chap. 156, se termine au milieu d’opérations contre Lattakié, en 1106 ; Albert, X, 20, croit (...)

25Restait à reprendre aux Grecs leurs conquêtes de 1104. On voit mal si la citadelle était restée latine ou avait succombé depuis cette année. En 1106, l’affaire d’Apamée avait interrompu une entreprise sur Lattakié. L’année suivante, la situation se présentait plus favorablement, parce que Bohémond — nous le verrons — était arrivé à organiser sa croisade anti-byzantine et que pour lui résister Alexis dût rappeler Cantacuzène et Monastras, laissant juste deux chefs inférieurs, Aspiétès52 et Pitzeas, avec des contingents moins importants. Aussi lorsqu’Apiètès fut intervenu indirectement dans la guerre entre Tancrède et Baudouin D’Édesse (1108), Tancrède avec l’aide de Gênois enleva-t-il Misîs53, puis le reste de la plaine cilicienne et Tarse (1109-110)54. Quant à Lattakié, il fallait pour la soumettre des navires. Une flotte pisane se présenta en 1108, vraisemblablement celle qui alla en août participer à un siège de Çaïda, où elle devait être en partie détruite par une flotte égyptienne. Grâce à l’aide des Pisans, qui obtinrent de Tancrède d’importants privilèges, les Grecs furent enfin expulsés55.

  • 56 Pour les détails, cf. Grousset, I, 333-359, Röhr. Gesch, chap. II, IV passim.
  • 57 Qal., G. 90-92 A 164 ; I. A. T., dans I. F., 3920 v° et 44 v° Ousama Hitti, 125 (Derenbourg Vie, 81 (...)
  • 58 I. F., 5 v°, signale une mobilisation de Roḍwân contre Tancrède, pour s’il avait attaqué l’hinterla (...)

26Le reste de la côte devait être conquis l’année suivante. Tripoli était assiégée depuis 1102 par Raymond de Saint-Gilles jusqu’au début de 1105, puis, après sa mort, par son neveu Guillaume Jourdain, Comte de Cerdagne. L’énergie d’Ibn ‛Ammâr, les intelligences qu’il sut se conserver à Antioche et même, malgré l’alliance byzantine-provençale, à Chypre, sa possession d’une flotte lui avaient permis d’assurer son ravitaillement et de défier toutes les attaques. Cependant, Raymond et Guillaume qui avaient conquis Tortose et Djoubaïl, et, dans l’arrière-pays, ‛Arqa et Djabal ‛Akkar, à l’entrée de la route de Ḥomç et Ḥamâh, avaient jeté les bases d’un état durable. À la longue, la résistance de Tripoli faiblissait. Ibn ‛Ammâr entreprit en 1108 un voyage à Bagdad, dans l’espoir d’en obtenir des secours ; non seulement il échoua, mais en son absence, ses sujets se donnèrent à l’Égypte, dans l’espoir d’être mieux défendus. Ce fut le contraire qui eut lieu. Or, au même moment arrivait d’Europe le fils aîné de Raymond de Saint-Gilles, Bertrand, avec une flotte gênoise. En juillet 1109, Tripoli finit par succomber56. Tancrède, nous allons le voir, était venu sous Tripoli au début de l’année. En revenant à Antioche, il occupa sans peine Maraqiya, Boulounyâs qu’il donna à Renaud Mazoir (Mai), puis Djabala, où s’était réfugié Ibn ‛Ammâr (Juillet)57, qui’ lança de vains appels aux princes environnants. L’hinterland franc avait enfin sa côte complète58.

  • 59 I. Α., 316 (H 254).
  • 60 I. Α., 285 (H 236).

27Cette extension même amenait à se poser la question des limites entre la principauté et le comté provençal et des rapports entre les deux états. Les facilités de ravitaillement qu’Ibn ‛Ammâr trouva à Antioche59 prouvent bien que Tancrède n’avait jamais vu d’un bon œil l’entreprise des Provençaux, dont des secours chypriotes venaient de temps de temps rappeler l’alliance grecque60. Mais l’arrivée de Bertrand de Saint-Gilles avait changé la situation. Celui-ci, de passage à Constantinople, s’était comme son père, rangé dans l’alliance d’Alexis Comnène et, s’il faut en croire Albert d’Aix, il aurait poussé la naïveté et l’audace jusqu’à débarquer à Souwaïdiya et à demander à Tancrède l’abandon du quartier d’Antioche que Raymond s’était réservé en 1098 (fin 1108). Tancrède, qui ne savait pas au juste les intentions de Bertrand, l’accueillit d’abord bien malgré cette prétention et lui demanda de l’aider à recouvrer Misis sur les Grecs. Le refus obstiné de Bertrand, qui faisait la proposition compensatrice de collaborer à une attaque contre Djabala, enleva à Tancrède tous ses doutes sur les amitiés politiques du nouvel arrivant, et il lui intima l’ordre de vider ses états. Puis Bertrand, parvenu à Tortose, réclama à Guillaume Jourdain toutes ses possessions, comme héritage de son père. Guillaume n’entendait pas avoir combattu quatre ans à défendre et accroître les acquisitions de Raymond pour en être dépouillé au profit d’un nouveau venu. Il fit appel à Tancrède et, contre son secours, lui offrit de se reconnaître son vassal. Tancrède, comme Bohémond jadis, se résignait mal à limiter son influence à une partie des Francs ; il accepta avec empressement la proposition de Guillaume.

  • 61 Albert, XI, 4-12 ; Foucher, II, 40 ; Matth., 90.

28C’est alors que les choses faillirent devenir graves, car Bertrand, de son côté, fit appel à Baudouin I, en lui promettant de même son hommage. Aucun traité, aucun précédent ne conféraient à Baudouin le droit d’intervenir en supérieur dans les affaires du comté provençal, ni a fortiori dans celles de la principauté, dont la fondation était antérieure à celle du Royaume de Jérusalem. Mais, fort des accroissements territoriaux qu’il avait réalisés les années précédentes et du prestige moral de son titre, il agit d’autorité comme s’il possédait ce droit. Non seulement, il répondit à l’appel de Bertrand, mais il cita à comparaître Tancrède, ainsi que Baudouin du Bourg, celui-ci son vassal théorique, avec lequel Tancrède, nous allons le voir, avait un autre différend Malgré Guillaume Jourdain, Tancrède qui, du côté d’Édesse, faisait peu de cas de la solidarité franque, ne se crut pas assez fort matériellement ni moralement pour la répudier cette fois. L’arbitrage royal eut donc lieu, et du même coup l’établissement d’un certain droit moral de regard du roi de Jérusalem sur l’ensemble des affaires franques. Tancrède n’eut d’ailleurs pas lieu de s’en plaindre : l’héritage de Raymond fut partagé et, tandis que Bertrand acquérait le sud, sous la suzeraineté de Baudouin, Guillaume garda le nord, sous la suzeraineté de Tancrède (Avril 1109). Tancrède ayant dû, d’autre part, consentir des concessions au comte d’Édesse, Baudouin Ier qui ne voulait pas lui laisser de rancune, lui rendit son ancienne seigneurie de Tibériade et Ḥaïfâ61.

29En même temps qu’un conflit était ainsi né des ambitions du prince d’Antioche du côté de Tripoli, un autre, analogue, le mettait aux prises avec les Francs d’Édesse. Le comté d’Édesse, on s’en souvient, avait été en 1104 remis à Tancrède. Mais le départ de Bohémond pour l’Europe ayant contraint celui-ci à revenir à Antioche, il avait confié l’administration du Comté à Richard du Principat, qui y acquit une réputation de cupidité et de dureté. Dès la défaite infligée à Djekermich par Tancrède, ce dernier eût peut-être pu délivrer Baudouin, en l’échangeant contre une princesse musulmane tombée aux mains des Francs. Il éluda l’occasion. C’était manifester clairement que la richesse du comté excitait sa convoitise et qu’il entendait profiter des circonstances, sinon pour le garder, du moins en ne l’abandonnant pas sans de substantielles compensations. Baudouin dut attendre plus de quatre ans sa libération.

  • 62 Qal., 80 A 158.
  • 63 Mich., 92.

30Cette libération fut, pour les musulmans, un des épisodes d’une lutte de plusieurs années qui se livra pour la prépondérance en Djéziré. La réconciliation des sultans Barkyârôk et Moḥammad avait abouti à l’attribution de la Djéziré au second, et la mort de Barkyârôk en 1105, en permettant à Moḥammad de rassembler les forces de l’Iraq et de l’Iran occidental, l’incita à tenter de faire de cette attribution théorique une réalité. Mais il allait avoir un compétiteur imprévu en la personne de Qilîdj Arslan de Qonya ; bien que la défaite des croisés en 1101 eût assuré sa situation en Anatolie, Qilîdj Arslan avait préféré conclure un accord avec Alexis Comnène (auquel il envoya des auxiliaires contre Bohémond en Épire)62, et tourner vers l’est son activité militaire ; les Turcs d’Anatolie y étaient venus pour trouver de quoi vivre ou faire fortune, mais jamais ils n’avaient pensé qu’ils renonçaient pour ce faire à tout retour auprès de leurs frères iraniens, à toute tentative pour exercer cette hégémonie qu’avait jadis vainement essayée de conquérir sur Toghroul-Beg l’aïeul de Qilîdj Arslan, Qoutloumouch. Jusqu’au début de 1106, la route était restée fermée, parce que Dânichmend avait mis la main, on l’a vu, sur Malaṭya ; mais à cette date Dânichmend mourut, ne laissant pour le remplacer à Malaṭya qu’un jeune fils : avant que Ghâzî de Sîwâs, l’autre fils de Dânichmend, eût rien pu faire, Qilîdj Arslân accourut, et occupa Malaṭya (sept. 1106)63.

  • 64 I. Α., 279-281 II 231-232.
  • 65 Matth., 79, place vers ce moment un raid heureux de Djekermich contre le gouvernement d’Édesse pour (...)
  • 66 Qal. 73 A 150 ; Matth., 82.
  • 67 Qal., 77 A 152 ; I. Α., 295 H 243 ; Azr., 158 r° ; Az., 496 ; Mich., 192 ; Matth., 52.

31C’est alors que se posa la question de Djéziré. Là, Djekermich continuait à lutter contre les Artouqides, dont le chef, depuis la mort de Soukmân, était à présent Ilghâzî, revenu d’Iraq où il avait eu le malheur de se rallier à Barkyârôk juste à la veille de la mort de celui-ci. Roḍwân, au service duquel avait jadis été Ilghâzî, avait espéré son appui contre les Francs, mais, pour le lui accorder, Ilghâzî avait commencé par entraîner Roḍwân dans de longues opérations contre Djekermich, qui parvint à semer temporairement la zizanie entre les deux alliés64 et à occuper Sindjâr65. Mais alors le sultan Moḥammad, bien qu’ennemi d’Ilghâzî, décida d’évincer Djékermich, trop indépendant : une armée sultanale, commandée par Djawâlî Saqâvèh, prit Mossoul et mit Djékermich à mort. Tous les petits potentats de Djéziré, qui avaient pris l’habitude de l’autonomie depuis la mort de Malikchâh, se sentirent menacés. Le gouverneur de Ḥarrân pour Djékermich fit appel à Qilîdj Arslân, qui venait d’occuper Malaṭya, et celui-ci, non sans avoir au passage inquiété Édesse, accourut66 ; puis il reçut un appel du fils de Djékermich, bientôt suivi d’un autre émanant du gouverneur de Mayâfâriqîn, auquel son seigneur théorique Doqâq ne pouvait plus envoyer aucun secours, et bientôt presque tous les seigneurs du Diyâr Bakr étant venus lui faire leurs cour, Qilîdj Arslân se trouva assez fort pour entrer sans peine à Mossoul, d’où Djawâlî s’était enfui, et y faire la khoṭba en son propre nom67.

  • 68 Qal., 78 A 153 ; I. Α., 297-298 H 245-247 ; Azr., 158 r° ; Az., 496 ; Mich., 192 ; Matth., 52.
  • 69 I. F., 21 r° ; Azr., 160 v° (Diyâr Bakr, 232, n. 1).
  • 70 Qal., 91 A 164 ; Azr., 158 v°.

32Mais les seigneurs djéziréens, s’ils repoussaient l’autorité de Moḥammad, ne goûtaient pas plus celle de Qilîdj Arslân, qu’ils avaient espéré n’être que passagère. D’autre part, tandis que celui-ci était affaibli par l’envoi d’une partie de ses troupes aux Byzantins, Djawâlî avait obtenu le secours de Roḍwân et d’Ilghâzî, qui, ennemis de Djékermich, l’étaient par conséquent de Qilîdj Arslân. Une bataille fut livrée sur le Khâboûr, qui aboutit à la destruction de l’armée anatolienne et à la mort de Qilîdj-Arslân (juin 1107). Djawâlî envoya à Moḥammad le fils du vaincu, Châhînchâh, trouvé parmi les captifs68 : pour longtemps il n’y aura plus de puissance anatolienne capable d’expansion extérieure, et c’en fut fait à tout jamais de l’ambition des descendants de Qoutloumouch d’acquérir l’hégémonie sur les domaines seldjouqides de Mésopotamie et d’Iran. Djawâlî rentra à Mossoul, son allié Ilghâzî enleva Mârdîn à son neveu le fils de Soukmân, qui avait assisté Qilîdj Arslân69, et un autre vassal de Moḥammad, Soukmân al-Qouṭbî, maître d’Akhlât, occupa Mayâfâriqîn70.

  • 71 I, Α., 319-321 (H 257-260) ; I. F., 19 r°-21 v° ; Ibn Hamdoûn, 502 ; Mich., 215.
  • 72 Mich., 195 ; I. Α., 322 (H 261). Avant février 1107, selon Qal., 78 A 155.
  • 73 I. Α., 322 (H 261) ; I. F., 21 v°-22 r° ; Mich., 196 ; Chron. syr. an., 81-82 ; Matth., 85 ; Albert (...)

33À ce moment, tout fut à recommencer pour Moḥammad, parce que Djawâlî, enflé par ses succès, jouait à son tour au prince indépendant, et s’alliait même avec les Mazyadites. Une nouvelle armée sultanale, commandée par le mamlouk Maudoûd, dut venir enlever Mossoul à Djawâlî ; Ilghâzî prudemment était resté neutre (1108)71. C’est alors que Djawâlî, qui s’était retiré dans ar-Raḥba, enlevée par lui à Doqâq, s’avisa de l’utilité que pouvait présenter pour lui l’alliance franque. Il avait trouvé Baudouin du Bourg dans l’héritage de Djekermich : il lui offrit sa liberté, moyennant une rançon de 60.000 dinars, et l’élargissement des prisonniers musulmans d’Édesse, s’il consentait à un accord militaire. Joscelin, peu auparavant racheté de son côté de la prison de Ḥiçn Kaïfâ72, vint se constituer prisonnier du seigneur de Qal‛a Dja‛bar comme otage pour son suzerain, et Baudouin partit chercher sa rançon ; bientôt même Djawâlî, ayant besoin d’un prompt secours, faisait libérer Joscelin sans attendre la rançon73.

  • 74 Arguant de la subordination d’Édesse à Antioche sous le régime byzantin (Albert, 670).
  • 75 I. Α., 322-24 (H, 261-262) ; 1 f. 24 r° 24 v° ; ‛Az. ans, 501-502 (partiel).

34C’est ici qu’intervint Tancrède. Aider Baudouin, venu à Antioche, à payer sa rançon, il le fit sans mauvaise grâce ; mais il refusa de lui rendre son comté s’il ne lui prêtait pas hommage74. Trop fier pour accepter cette condition, et d’ailleurs déjà vassal du roi de Jérusalem, Baudouin se sauva à Tell-Bâchir, où arrivait alors Joscelin. Tancrède l’y poursuivit, et un petit combat fut même livré entre eux, d’où ne sortit aucune décision. Alors, pour reprendre son comté à Tancrède et à son lieutenant d’Édesse Richard, Baudouin se chercha des alliés. Le premier trouvé fut naturellement Djawâlî, alors occupé à combattre les Nomaïrites pour le compte de son allié de Qal‛a Dja‛bar, puis Roḍwân, coupable d’avoir saisi le convoi franc portant la rançon de Baudouin. Mais comme l’alliance de Djawâlî et de Baudouin constituait un danger égal pour Tancrède et Roḍwân, à la conjonction des deux chefs franc et turc de Djéziré il fut répondu par un rapprochement entre les deux chefs franc et turc de la Syrie du nord, la veille encore en état de guerre. Pour la première fois on eut le spectacle de Francs se combattant avec l’aide des Musulmans, et l’ébauche de ces alliances syriennes interconfessionnelles contre les interventions orientales, qui allaient remplir les années suivantes75.

  • 76 I. Α., 323 (H, 263) ; Matth. 85-86. C’est vraisemblablement par confusion avec ce fait que I. F. 25 (...)
  • 77 I. Α., 323-325, 6 (H, 2633267) ; I. F., 24 r°, 26 r° ; Kamâl, 595 ; Matth., 86 ;87 ; Chron. An. Syr (...)
  • 78 De son côté Roḍwân envoyait un contingent à Toghtekin pour secourir Tripoli (I. F., 39 v°).

35À son alliance musulmane, Baudouin ajouta d’ailleurs l’alliance chrétienne de Kogh Vâsil. Il alla la requérir à Ra‛bân, où le seigneur arménien le reçut très bien et non seulement lui donna un notable renfort arménien, mais lui procura l’arrivée du contingent byzantin petchénègue de Misis, trop heureux évidemment de combattre Tancrède76. Avec ces troupes, Baudouin entama la réoccupation de son comté et put rentrer à Édesse, tandis que Joscelin inquiétait les confins d’Antioche. Tancrède vint l’attaquer près de Tell Bâchir. À la suite d’un premier combat, par l’entremise du patriarche d’Antioche Bernard, des conversations furent amorcées entre Francs des deux camps, qui échouèrent, mais continuèrent jusqu’à l’heure de la bataille finale. Elles induisirent en méfiance Djawâlî et les Bédouins qui le suivaient et convoitaient les beaux chevaux qu’ils avaient vus dans le camp de leurs alliés. Des récits difficilement conciliables que nous avons de la bataille, il résulte qu’à un certain moment, les troupes de Djawâlî se mirent à piller leurs alliés, puis à s’enfuir ; dans ces conditions, Baudouin et Joscelin, malgré leur acharnement, furent battus et durent courir s’enfermer, celui-ci dans Tell-Bâchir, celui-la dans Rawandân, et Tancrède occupa une partie des fiefs de Joscelin ; tandis que Richard du Principat s’installait à Mar‛ach77. Les hostilités ne se ralentirent qu’en raison d’une campagne de Tancrède contre Chaïzar et de ses préoccupations relatives au comté de Tripoli78.

  • 79 Albert XI, 12 ; Foucher II, 40 ; Matth., 90.
  • 80 I. Α., 326-327.

36Ce fut pour Édesse, comme pour Tripoli, le roi Baudouin qui rétablit la paix. En même temps que Tancrède et Guillaume Jourdain il convoqua en avril 1109, sous Tripoli, Baudouin du Bourg. En échange de la restitution qu’il lui fit de ses anciens fiefs galiléens, le roi obtint de Tancrède l’abandon gratuit de tout ce qu’il détenait du comté d’Édesse79. Toutefois, la tension ne devait pas s’éteindre de sitôt. Quant à Djawâlî, qui avait dès 1108, essayé de se réconcilier avec le Sultan en proposant à Ibn ‛Ammâr, qui revenait de Bagdad, une campagne contre les Francs si on lui laissait Mossoul, il sollicita après sa défaite un pardon pur et simple, et partit en Perse où il obtint un gouvernement80.

§ III. — La contre-offensive sultanale à la fin du principat de Tancrède (1110-1112)

  • 81 Foucher, 410 ; Albert, 620 ; Bohémond a aussi apporté des reliques (AASS, Avril III, 117 et Avril I (...)
  • 82 Oronte inférieur (Doux) ; avec Souwaïdiya, Djabal‛Aqra, Montagne Admirable, St Elie (Râs al-khanzir (...)
  • 83 Borzei, Athârib.
  • 84 Amanus, Mar‛ach, Douloûk. Exception était faite des territoires des Roupéniens, Léon et Thoros, vas (...)
  • 85 Avec Chaïzar.
  • 86 Thème de Lapara, non loin d’Albistân.

37Pendant que Tancrède développait ainsi les forces de la principauté d’Antioche, Bohémond en Europe avait réussi à organiser sa croisade, en partie grâce à l’art consommé avec lequel il sut colporter en Italie et en France de ces histoires, propres à le faire valoir et à rendre odieux les Grecs, dont on trouve l’écho dans toute l’historiographie occidentale postérieure. En France, il avait obtenu la main de deux filles du roi Philippe Ier, Constance pour lui-même, et pour Tancrède Cécile81. En octobre 1107, il attaquait l’Épire. Mais la campagne échoua et en septembre 1108 il dut accepter les conditions imposées par Alexis : vassalité formelle, restitution ou abandon (en y contraignant Tancrède s’il le fallait) de toutes les acquisitions faites ou à faire en Cilicie et sur la côte syrienne entre Lattakié et Tortose incluses, acceptation d’un patriarche grec ; Bohémond pouvait garder Antioche et ses environs82, l’arrière pays du sud-est83 et du nord84. Il pouvait conquérir la province d’Alep85 et une partie de la Cappadoce86. En somme, administration byzantine directe sur des points sauvegardant toutes possibilités d’intervention, et constitution pour Bohémond d’une marche avancée contre l’Islam. On remarquera que le traité ignorait le comté d’Édesse, aux dépens duquel des annexions étaient promises à Bohémond. Territorialement, Alexis laissait la part large à Bohémond, encore qu’il s’agît en partie de pays à conquérir. Mais, moralement, la défaite était irrémédiable. Elle consacre pour un siècle l’échec de l’effort prématuré pour une main-mise occidentale sur l’Empire d’Orient, pour l’union d’un territoire européen et d’un territoire syrien sous une même domination, la relative liberté, par conséquent, de la politique byzantine à l’égard de la Syrie.

38Par contre, pour ce qui était de modifier le statut présent de la principauté d’Antioche, le traité fut lettre morte. La reconnaissance par Bohémond de la suzeraineté byzantine pouvait accroître la force juridique des revendications futures de Byzance, elle ne pouvait pas faire de cette suzeraineté une réalité tant que Bohémond n’était pas le prince d’Antioche en fonction. Or, il retourna en Italie, sans plus oser en ressortir, et y mourut en mars 1111, laissant un fils d’un an, le futur Bohémond II. Quant à Tancrède, n’ayant pas été battu, il songea si peu, on l’a vu, à prendre en considération le traité conclu par son oncle, qu’il conquit, dans les mois qui le suivirent, la Cilicie gardée par les Grecs. Il s’avérait donc que la politique suivie par Alexis au sujet de la Syrie avait été inefficace. Le basileus songea alors à la changer, et à substituer aux campagnes lointaines en Syrie, ayant comme contrepartie l’abstention à l’égard des Seldjouqides plus proches, une reprise d’activité contre ceux-ci combinée avec une tactique plus diplomatique en Syrie.

  • 87 Matth., 84-85, qui ne spécifie d’ailleurs pas s’il s’agit bien de sujets seldjouqides. Parmi les ca (...)
  • 88 Selon Mich. 194, il aurait été tué par le Dânichmendite, mais comme on reparle de lui vers 1125, il (...)
  • 89 I. F., 27 v°. Le texte est peu clair ; il mentionne une ambassade « de Nicée, qu’Ibn Qoutloumouch a (...)
  • 90 Qal. 81 A 158, d’après lequel il s’enfuit.
  • 91 Mich., 194-195 (Cf. Diyar Bakr, 238-239).
  • 92 Les chefs nommés par Anne sont Asan (supra n. 7), Koutogmès (... Doghmouch ?), Mohammed avec des Tu (...)
  • 93 Anne Comnène ; Albert XII, 15, parle d’hostilités en Anatolie méridionale (à Stamirra (Myra ?) où d (...)

39En Anatolie, la mort de Qilîdj Arslân n’avait pas éteint l’ardeur offensive que sa dernière campagne avait rallumée chez ses sujets ; on les trouve, au même moment, pillant la haute-Cilicie, attaquant Pertousd, près de Mar‛ach, puis, l’été suivant encore, inquiétant Ḥiçn Mançoûr ; les deux fois d’ailleurs Kogh Vasil, accouru de Kaïsoûn, les avait défaits87. Pendant ce temps, la succession de Qilîdj Arslân se morcelait ; l’héritier désigné, Châhînchâh (ou Malikchâh) était prisonnier, un autre fils, Arab, hors de cause88 ; à Malaṭya, le pouvoir était exercé par le plus jeune frère, Toghroul Arslan, qui n’était pas reconnu dans les provinces occidentales, où le Danichmendite protégeait un dernier fils de Qilîdj Arslan, Mas‛oûd ; enfin d’autres Turcs négociaient la libération de Châhînchâh89. Celui-ci revint en effet en 110990, incarcéra Mas‛oûd, fit la guerre aux Byzantins qui attaquèrent Qonya, puis s’entendit avec eux ; mais en son absence Mas‛oûd libéré reprit le pouvoir et à son retour le fit aveugler puis étrangler. Il ne fut cependant reconnu, s’il le fut, qu’en pure forme à Malaṭya, où Toghroul Arslan garda le pouvoir, sous sa protection, à partir de 1113, de l’Artouqide Balak, qui conquiert à ce moment le Khanziṭ91. Mais, les bandes turcomanes et les chefs turcs ne vivant guère encore que de guerre, ces dissensions intestines n’étouffent pas l’ardeur offensive des Turcs, parmi lesquels il est difficile de distinguer les Seldjouqides, les Danichmendites, des émirs autonomes92. Naturellement, Alexis organise ou entreprend lui-même des expéditions contraires, qui absorbent de 1110 environ à 1115 presque toutes ses forces militaires93.

  • 94 Qal. 112 A 171.

40En Syrie, par contre, pour mater Tancrède, Alexis, avant de songer à une nouvelle campagne, essaye de deux moyens : action concertée avec les Musulmans, dresser contre lui les autres Francs. À la fin de 1110, il envoya une ambassade à Bagdad, qui, signalant le service rendu par le basileus à l’Islam en arrêtant Bohémond en 1108, excita le Calife à combattre les Francs94. Sans doute espérait-il que des succès musulmans lui permettraient, comme en 1104, de reprendre l’avantage. On ne voit pas, toutefois, qu’il ait rien fait pour profiter de la campagne musulmane de 1111. Sans doute les affaires d’Anatolie absorbaient-elles suffisamment son armée.

  • 95 Anne, H, 192-197 ; Albert, 690.

41À l’égard des Francs, Alexis, au lendemain de la mort de Bohémond, envoie en Syrie, porteur de grosses sommes d’argent, Boutoumitès, qui descend d’abord chez Bertrand, l’allié d’Alexis en 1108, l’ennemi de Tancrède en 1109 (début 1112), puis chez Baudouin, auquel il avait fait espérer le concours d’une flotte grecque pour enlever Tyr. Là il rencontra également Joscelin, hier ennemi lui aussi de Tancrède, venu aider le roi au siège de la ville ; mais Baudouin, dont toute l’activité depuis 1109 avait pour but l’union des Francs, union qu’en 1110 et 1111 deux invasions orientales venaient de rendre de nécessité vitale, ne voulait pas de dissensions entre Francs, et tout en se mettant en frais de politesses pour recevoir de l’argent qui lui serait fort utile, voulut d’autant moins rien promettre qu’il convainquit Boutoumitès de mensonge quand celui-ci, pour l’influencer, lui eût parlé, comme déjà en cours, d’une campagne d’Alexis vers la Cilicie. Puis Bertrand mourut, et son fils Pons, qui n’était lié par aucun serment, ne voulut rendre les trésors laissés par Boutoumitès à Tripoli que sous la menace d’une interruption de l’indispensable commerce alimentaire avec Chypre95. Bref, l’affaire échoua, et Alexis, jusqu’à sa mort, ne put pas redresser la position byzantine en Syrie.

  • 96 Qal., 93 A 164.
  • 97 Albert, 682 (cf. 701). Ce Guillaume, que notre auteur dit être fils du Comte de Normandie (Robert C (...)
  • 98 Qal. 99 A 167.
  • 99 Qal., 127 A 184.
  • 100 G. T., 483. Peut-être n’est-ce qu’une gentille anecdote. D’après Albert, 701, Cécile épousa Pons en (...)

42Ce qui avait contribué à l’échec d’Alexis était que depuis 1109 un rapprochement avait été effectué entre Tancrède et ses voisins. Peu après la prise de Tripoli, l’assassinat de Guillaume Jourdain avait rendu Bertrand maître de toutes les conquêtes provençales, ce qui était diminuer d’autant l’influence de Tancrède. Bertrand s’était conduit depuis lors en vassal fidèle du roi de Jérusalem ; l’attaque de Beïrout près de Çaïdâ (1110) avait été faite par la collaboration des deux princes dont elle unissait les états, et entre temps il avait aussi accompagné Baudouin au secours d’Édesse attaquée par les Turcs et devait, de nouveau avec lui en 1111, défendre cette fois la principauté d’Antioche. Ce dut être cette dernière démarche qui facilita la réconciliation entre Tancrède et lui. Au début, Tancrède avait, semble-t-il, cherché à se garantir contre tout accroissement de puissance de Bertrand en le devançant dans certaines annexions. En 1109, au lendemain de la prise de Tripoli, et du meurtre de Guillaume Jourdain, les Francs ayant fait un raid contre Rafâniya, Toghtekin avait conclu la paix avec Bertrand en lui reconnaissant, outre toutes ses possessions libanaises, le droit de prélever un tribut sur Ḥiçn al-Akrâd (le futur Krak des Chevaliers) et Macyâth, qui constituaient l’arrière-pays de Tortose, Bertrand s’engageant, en revanche, à ne pas attaquer ces places96. Mais Tancrède avait gardé Tortose, donnée par lui à Guillaume du Perche97. Puis au printemps de 1110, tandis que Bertrand était au siège de Beïroût et Toghtekin occupé par des tentatives d’insubordination de son lieutenant à Ba’lbek, Tancrède qui attaquait Chaïzar, déjà inquiétée une fois par lui en 1108, trouva une occasion d’enlever Ḥiçn al Akrâd98. Néanmoins, peu après, un accord avait dû être trouvé, car à la mort de Bertrand (février 1112) nous voyons son jeune fils Pons s’engager comme écuyer auprès de Tancrède et acquérir alors, comme vassal de Tancrède pour ces territoires, Tortose, Çafîthâ, Ḥiçn al-Akrâd et Maraqiya99. L’amitié des deux hommes devait être scellée quelques mois plus tard sur le lit de mort de Tancrède, qui fiança à Pons sa jeune femme, Cécile100. Désormais, les frontières méridionales de la principauté, fixées au sud de Boulounyâs et Marqab, ne devaient plus varier ; Rafâniya à l’est, lorsqu’elle fut prise, releva du comté de Tripoli.

43La réconciliation des Francs était d’autant plus nécessaire que l’année 1110 marque le début d’une série de ces interventions des armées sultanales contre les Francs qui, bien souvent projetées, avaient toujours jusqu’alors été arrêtées plus ou moins vite par les discordes ou l’insubordination des chefs de la Djéziré. Le Sultan a intérêt à ces entreprises, qui détournent les émirs, attirés par l’espoir de gains lointains, de se révolter contre lui. Le nouveau gouverneur de Mossoul, Maudoûd, plus énergique que ses prédécesseurs pour soumettre les récalcitrants, moins préoccupé de défendre ses acquisitions contre un retour de faveur du Sultan, donne à la guerre sainte toutes ses peines, à la fois peut-être par conviction et parce que les appels de Syrie, comme celui d’Ibn ‛Ammâr, se sont faits plus pressants, aussi parce que la guerre sainte est l’occasion où il lui est le plus facile, en tant que lieutenant du sultan, de faire reconnaître sa suprématie ; Ilghâzî lui-même, gagné par la concession de Ḥarrân, le suivra ou lui enverra des secours sans résistance.

  • 101 Matth., 90.

44Une première campagne fut organisée au printemps de 1110, avec toutes les forces seldjouqides et turcomanes de Djéziré auxquelles s’était joint Soukmân al-Qoutbî d’Akhlâṭ. Tirant vengeance d’une attaque sur Ḥarrân accomplie au milieu de 1109 par Baudouin, avec l’aide du contingent d’Ablaçath, venu de chez Kogh Vâsil101, l’armée turque, au début de mai, paraissait devant Édesse, dont elle forma étroitement le siège, en même temps que toutes les campagnes étaient soumises à une dévastation systématique. Ce qui rendait la situation plus grave était que Baudouin et Tancrède, se soupçonnant chacun d’avoir négocié avec les Turcs contre l’autre, le comte d’Édesse ne pouvait faire appel pour le secourir aux forces d’Antioche ; il envoya Joscelin solliciter l’appui du Roi de Jéruslem ; mais celui-ci, retenu par le siège de Beïroût, ne put se mettre en route qu’au début de juin. Bertrand l’accompagnait et, prenant au plus court, ils ne passèrent pas par Antioche ; mais il envoya solliciter fermement la participation de Tancrède, tout en lui offrant de considérer ensuite ses griefs éventuels, et Tancrède qui, en 1109, n’avait pas osé se dérober à son appel, devant le danger de la chrétienté le pouvait moins encore cette fois-ci. II vint donc et Baudouin Ier, au nom des prérogatives morales de guide que son titre royal lui conférait, obtint de lui plus sérieusement qu’en 1109, la renonciation à ses prétentions de suzeraineté sur Édesse, qui ne pouvaient être fondées juridiquement que sur le statut antérieur à la conquête franque, alors que, pendant la Croisade, il avait été convenu que chaque chef garderait autonomément les territoires qu’il avait acquis. Ainsi concentrées outre-Euphrate, les troupes franques purent aller renforcer Édesse.

45C’était, en réponse à la première guerre sainte sultanale, la première coalition de toutes les forces franques de Syrie et le prestige du Roi de Jérusalem qui la conduisait ne pouvait qu’en être accru. Aux Francs s’adjoignirent même Kogh Vâsil et le seigneur arménien de Bîra, Abelgharib.

  • 102 Qal., 101-105 A 172-174 ; Matth., 91-94 ; Chron. An. Syr., 82-83 ; Foucher, H, 43 ; Albert, 670-675 (...)

46Maudoûd ne les avait pas attendus. Il s’était retranché dans Ḥarrân, puis, à l’approche des Francs, se retira vers le sud, avec l’idée, d’une part, d’aller à la rencontre des renforts qu’il avait obtenus de Toghtekin, d’autre part d’attirer les Francs dans un piège semblable à celui de la bataille du Bâlîkh en 1104. Mais cette fois, les Francs plus expérimentés, renoncèrent à lui livrer bataille, et se bornèrent à le surveiller en assiégeant le château de Chenav, au nord-est de Ḥarrân. Puis, Tancrède, soit qu’il restât mal disposé, soit qu’il eût reçu des nouvelles de préparatifs suspects de Roḍwân, jugea le résultat obtenu suffisant et se retira vers Samosate ; le roi de Jérusalem, à la tête de forces ainsi amoindries, apprenait aussi au même moment que, profitant de son absence, les Égyptiens attaquaient Beïroût et Jérusalem. Les chefs francs prirent alors la grave décision de se borner à renforcer la défense d’Édesse et d’évacuer en lieu sûr les populations rurales. Ainsi fut fait et Baudouin d’Édesse même les suivit à Samosate. Mais Maudoûd à présent revint pour harceler leur retraite. Un vaste convoi de réfugiés sans armes — l’exode d’un peuple — suivait l’armée franque. Au passage de l’Euphrate, Maudoûd les surprit, sous les yeux des troupes impuissantes qui avaient déjà traversé. Un massacre s’ensuivit qu’accrût, par suite de la panique, le chavirement d’embarcations dans l’Euphrate. Puis les Turcs se répandirent dans tout le Diyar Moḍar franc, pour y piller ce qui restait102.

  • 103 Qal., 105 à 174 ; Matth., 94.

47Les conséquences de la campagne de Maudoûd étaient graves pour les Francs. Sans doute, une fois leur butin fait, une partie des troupes de Maudoûd n’aspira plus qu’à repartir, et une querelle éclata, sans doute au sujet de dépendances de Mayâfâriqîn et de Mârdîn, entre Soukmân et Ilghâzî, qui se sauva chez lui, tandis que Soukmân se saisissait de son neveu Balak103, si bien qu’Édesse échappa à un nouveau siège et que, territorialement, les Francs gardèrent toutes leurs possessions. Mais, tandis que pendant les treize années antérieures, une certaine prospérité y était née de la relative sécurité, c’était un pays dévasté qu’ils recouvraient, et des vergers dévastés, des paysans exterminés ne pouvaient pas se recréer en un jour. Cette dévastation même facilitait la pénétration ultérieure des Turcomans, qui étaient alors peu sortis du Diyâr Bakr. Elle diminuait les ressources du comte d’Édesse, et par conséquent, ses forces militaires, tout en augmentant sa cupidité. Elle compromettait enfin le prestige des Francs, aux yeux de populations qui les avaient bien accueillis avant tout en raison de la protection militaire qu’ils escomptaient d’eux, et rendait donc plus fragile la collaboration franco-arménienne, qui avait fait la force du Comté d’Édesse. Enfin, comme en face d’Édesse citadelle avancée en pays menacé, le fief de Joscelin restait intact, elle en accroissait l’importance relative, risquait par conséquent d’amener des complications entre son suzerain et lui et d’inciter les Francs à y refluer en se désintéressant de la défense du pays Outre-Euphrate. Conséquences qui n’apparaissent sans doute pas toutes également vite, également sérieuses, mais toutes réelles.

  • 104 A moins qu’il ne l’eût déjà fait un peu plus tôt à la suite d’un appel du seigneur de Chaïzar qu’at (...)
  • 105 Qal., 105 A 174 ; Kamâl, 596.
  • 106 Ibn Ḥamdoûn, 504 ; I. F., 41 v°, 48 r°.
  • 107 Qal., 105-106 A 170 ; I. F., 44 v°, 45 r° ; I. Α., 338 (H. 279), seul à croire à un massacre de la (...)
  • 108 Ibn Ḥamdoûn, 504 (d’après lequel I. Α., 308) ; Târîkh Sâliḥî, 504.
  • 109 Qal., 106 A 170 ; I. F., 47 r°, 41 v° ; Ibn Ḥamdoûn, 504 I. A. 308) ; Mich., 216 (d’après une sourc (...)

48Du côté d’Alep même, Roḍwân, toujours prompt à prendre le parti des vainqueurs, viola l’accord qui l’unissait depuis 1108 à Tancrède104 et pilla les confins d’Antioche105. Il croyait les Francs plus défaits qu’ils n’étaient : sur son chemin de retour, Tancrède le lui fit voir en saccageant Naqîra. Puis, tandis que Joscelin complétait les pillages au nord-est d’Alep en assaillant même Manbidj et Bâlis dont les habitants avaient fui106, Tancrède vint attaquer Athârib avec un énorme mangonneau. Roḍwân lui offrit en vain une indemnité pour lever le siège : Tancrède la refusa d’autant plus facilement que le trésorier de Roḍwân s’enfuit d’Alep en apportant à Tancrède une partie du trésor de son maître. Puis, Tancrède intercepta un appel des habitants d’Athârib, qui le fit redoubler d’ardeur. La place finit par capituler et Tancrède, bien qu’indisposé par la méfiance que témoignait la garnison à l’égard de ses assurances de libre sortie, tint parole (vers Noël 1110)107. Peu après il occupait aussi Zerdana108. La chute de ces places au pouvoir des Francs signifiait la possibilité de tenir Alep sous une constante menace. Pour retenir les habitants à la terre, Roḍwân devait leur vendre des champs, des villages à vil prix. Il acheta à Tancrède la paix moyennant un tribut de vingt mille dinars, grossi de divers cadeaux précieux ; encore l’accord ne fut-il définitif que lorsqu’il eût au printemps suivant renvoyé, sur la sommation de Tancrède, les familles des cultivateurs de Djazr, qui s’étaient enfuies à Alep pendant les hostilités109.

  • 110 ‛Az., 5032 ; I. F., 47 r° ; Albert, 685-686, dont le récit concorde remarquablement avec la version (...)

49Au début du printemps Tancrède, dont l’activité pendant cette période est vraiment prodigieuse, avait réalisé encore une précieuse conquête dans une région toute différente. Entre ses récentes acquisitions côtières au sud de Lattakié et ses possessions de la région d’Apamée, il n’existait pour lui aucune communication possible tant que la montagne qui s’interposait restait aux mains de ses habitants autonomes. La soumission de cette région, œuvre de longue haleine et particulièrement difficile, ne devait pas être achevée par Tancrède, mais ce fut son mérite de l’entreprendre en s’attaquant à Bikisraïl. Le caractère abrupt d’un des côtés de la forteresse empêcha un moment les Francs de l’assiéger complètement ; mais un habitant finit par les guider dans l’oued de façon à empêcher les occupants de se ravitailler ; mettant alors le feu derrière eux, ceux-ci profitèrent d’une nuit sombre pour s’échapper. Un autre château dépendant de Djabala fut soumis aussitôt après110.

  • 111 Qal., 111, H 171 ; I. F., 48 r° ; I. Dj., an 504 ; Ibn amdoûn. 504 (I. Α., 339, H 279), d’après un (...)

50Si, à ces succès de Tancrède on ajoute qu’en Syrie centrale Beaudouin s’emparait de Çaïdâ, harcelait les frontières damasquines et tenait en respect l’Égypte, on voit que le dur échec subi par les Francs à Édesse avait non pas abattu, mais surexcité leur ardeur et aggravé la situation des Musulmans. À Alep, en particulier, où tout commerce devenait impossible, où le ravitaillement même était compromis, le peuple souffrait cruellement. Au début de 1111, une troupe d’Alépins comprenant à la fois des çoufis ou des fouqaha et des marchands, sous la conduite d’un chérif et d’un membre de la famille des Banou’l Khachchâb, se rendit à Bagdad où, deux vendredis de suite, ils se livrèrent dans la grande mosquée, puis dans la mosquée du palais califal, à des manifestations violentes, allant jusqu’à briser un minbâr et empêchant toute prière, afin de protester contre l’inertie scandaleuse des chefs de l’Islam devant le péril chrétien en Syrie111. Il est curieux de noter, ce qu’atteste la présence d’Ibn al Khachchâb, l’importance de l’élément chiite dans cette délégation à la capitale de l’Islam sunnite ; et l’on rappellera qu’Ibn ‛Ammâr, qui avait sollicité le secours du calife ‛abbasside, était lui aussi un chiite. Les antagonismes religieux gardent une grande acuité dans le peuple et la politique locale ; mais ils sont sans influence sensible sur la politique extérieure. Chiites et Sunnites ont, au surplus, exactement les mêmes sentiments à l’égard des Francs.

51Cette manifestation, qui se trouva survenir juste au moment où l’on venait de recevoir à Bagdad l’appel d’Alexis Comnène contre les Francs, décida le Sultan Moḥammad à organiser une nouvelle expédition, plus considérable que la précédente et destinée à aller, cette fois, directement jusqu’en Syrie. À Maudoûd, Soukmân et Ayâz, fils d’Ilghâzî, étaient adjoints plusieurs des principaux émirs de Perse, parmi lesquels Boursouq ibn Boursouq de Hamadhân et le Kurde Ahmed II de Maragha. En attendant les autres émirs, Maudoûd enleva quelques places comme Tell-Qoradî, dans le Chabakhtân ; puis une fois les troupes rassemblées, elles traversèrent rapidement la Djéziré et vinrent assiéger Tell-Bâchir (fin juillet 1111).

52Mais déjà là on vit quelles faiblesses recélait cette armée nombreuse, mais composite, dont la plupart des chefs ne tenaient qu’à acquérir rapidement un profit personnel. Joscelin s’en rendit compte et parvint à se lier avec Ahmed-II. Il se trouva qu’au même moment Tancrède attaquait Chaïzar et construisait en face, sur le Tell Ibn Mach‛ar, une forteresse d’où il interceptait tous les vivres. Sulṭân le Mounqidhite écrivit donc à plusieurs reprises aux chefs de l’armée sultanale pour les presser de hâter leur arrivée. De son côté Roḍwân, auquel le Sultan avait envoyé une ambassade dès avant le départ de la campagne pour l’inviter à y collaborer, écrivait aussi aux émirs pour les presser d’en finir avec Tancrède, dont les récentes conquêtes avaient compromis la résistance d’Alep. Ahmed-II put donc sans peine convaincre les autres chefs d’abandonner le siège de Tell-Bâchir, en si bonne voie qu’il fût, et de se diriger vers le sud. Joscelin fut sauvé.

53Mais, à l’arrivée devant Alep, coup de théâtre. Que l’appel de Roḍwân n’eût été qu’une manœuvre ou qu’il cherchât à jouer de son ennemi le plus lointain contre le plus proche, ou que ses variations traduisissent l’opposition du parti de la guerre sainte et du parti anti-seldjouqide et « assassin », toujours est-il que Roḍwân, lorsque parurent les coalisés, déclara que, lié par un traité avec les Francs, il ne participerait pas aux opérations, et qu’il n’avait pas à laisser les troupes du Sultan entrer dans Alep ; il redoutait une conjonction entre les milieux piétistes et les orientaux, que l’aide de ses quelques milliers de partisans « assassins » serait impuissante à empêcher de devenir préjudiciable à sa souveraineté, et, de fait, Ibn al-Khachchâb intriguait avec Ahmed-II, Soukmân et Boursouq. Craignant une émeute Roḍwân prit alors des otages dans les grandes familles et fit garder portes et remparts pour interdire toute communication entre les citadins et l’armée sultanale. Naturellement, cela accrût le mécontentement dans la ville, sans toutefois qu’il aboutît à un soulèvement ouvert. Et, pour se venger, les Orientaux pillèrent autour d’Alep tout ce que les Francs avaient laissé.

54De son côté, Toghtekin de Damas après avoir essayé, pour sauver Çaïdâ et Tibériade, d’obtenir des secours de Roḍwân, qui ne pouvait pas lui en envoyer, s’était adressé à l’armée sultanale et, à la différence de Roḍwân, venait à la rencontre de Maudoûd, non seulement parce que, on s’en souvient, il était son allié depuis l’année précédente, mais aussi pour l’engager vers des champs d’opérations éloignés de Damas. Il n’était pas, en effet, lui non plus, sans appréhension sur l’avidité des émirs orientaux ; et ceux-ci, dégrisés par l’attitude de Roḍwân, se méfièrent également de lui. Roḍwân, qui avait d’abord tenté vainement de faire tuer Toghtekin par un « assassin », parvint à semer la zizanie entre lui et les orientaux. Puis il se trouva que Boursouq était malade, que Soukmân mourut et qu’Ahmed II, qui aspirait à sa succession, n’eut plus d’autre hâte que de partir. Finalement, Toghtekin et Maudoûd restèrent presque seuls et, pendant ce temps, en Djéziré, Ilghâzî essayait, d’ailleurs en vain, de dévaliser les hommes de Soukmân ramenant la dépouille de leur maître.

  • 112 Matth., 95 ; Mich., 200. Il résulte de Mich. 205 que les Francs réoccupèrent le Djahân, à moins que (...)

55Cependant, au rassemblement musulman le plus nombreux qu’on eût vu depuis l’établissement des Francs en Syrie, ceux-ci avaient répondu par un appel au ban et à l’arrière-ban de leurs forces. Baudouin et Bertrand, appelés par Tancrède, qui avait abandonné le siège de Chaïzâr, lui amenèrent d’importants contingents ; tous les vassaux de la principauté furent convoqués, de Tortose à Tarse et à Mar‛ach ; du comté d’Édesse même, maintenant à l’abri, vinrent Joscelin et Païen de Saroûdj ; des secours vinrent de Kogh-Vâsil, des Roupéniens, d’Oschin de Lampron, et peut-être est-ce à la faveur de ce dégarnissement des frontières septentrionales que des Turcs, envoyés par Toghroul-Arslan de Malaṭya, enlevaient un moment Albistân et le Djahân et que d’autres, ou les mêmes, pillèrent la haute Cilicie112. Du moins ce puissant rassemblement tint-il en respect Maudoûd et Toghtekin. Ceux-ci s’étaient établis à Ma‛arrat an-No‛mân puis, à la nouvelle des préparatifs ennemis, étaient allés à la prière du Mounqidhite Sultân, s’adosser à Chaïzâr. Les Francs, concentrés à Chastel-Ruge, allèrent, eux, s’appuyer sur Apamée. Les deux armées s’observèrent pendant quinze jours, chacune essayant d’attirer l’autre par des escarmouches ; les Francs, assez gênés dans leur ravitaillement, essayèrent d’engager une bataille près do Chaïzâr, mais eurent la prudence de ne pas se laisser entraîner à des poursuites dangereuses et, sans décision, se replièrent, préférant rivaliser de patience avec l’ennemi (fin septembre)

  • 113 Qal., 114-119 (A 176-180, où note d’après Azr.) ; (Kamâl, 599-601 en grande partie d’après Qal.) ; (...)

56Le jeu réussit Maudoûd voyant la défense ennemie intacte, pouvant mal hiverner loin de ses bases, se retira. Piètre fin d’une grande entreprise113.

  • 114 Qal., 127-128 A 186 ; Mich., 196 ; Chron. An. Syr., 82-83 ; Matth., 101-102, qui dit qu’entre ses d (...)

57Maudoûd cependant ne renonçait pas à la guerre sainte. Au printemps suivant on le revit dans le comté d’Édesse ; par deux fois il essaya de surprendre la ville, puis alla attaquer Saroûdj ; ne s’attendant pas à être attaqué en rase campagne, il ne se gardait pas, si bien que Joscelin, accouru dans Saroûdj, parvint à lui infliger un sévère échec, puis à gagner Édesse. La dévastation des campagnes avait incité certains habitants de la ville à négocier avec les Turcs, dont ils introduisirent quelques-uns dans une tour ; mais Joscelin prévenu parvint à les expulser. Maudoûd repartit en se contentant d’occuper Tell Mauzan dans le Chabakhtân114 (avril-juin 1112).

  • 115 G. T., 490-491 ; Qal., 133 A 186 ; Chron. An. Syr., 85.

58Joscelin, dont on voit la vigilante activité, restait riche en face d’une province d’Édesse et par conséquent d’un suzerain ruiné par ces dévastations successives. Des rumeurs se répandirent, trop complaisamment peut-être autorisées par Joscelin, selon lesquelles il devrait être, lui, le comte, et Baudouin, trop pauvre, se retirer. Baudouin, informé, fut indigné et feignant d’être malade, il convoqua son vassal à Édesse. Joscelin, venu sans soupçon, se vit reprocher violemment sa conduite, puis jeter en prison ; il n’en fut relâché que lorsqu’il eût fait à Baudouin l’abandon de tous ses fiefs. Il se rendit alors auprès du roi de Jérusalem qui — Tancrède venant de mourir — lui donna la Galilée (début 1113)115.

  • 116 Kamâl, 601, I. F., 57 v°.
  • 117 Qal., 131 A 185 ; i. F., 63 v° ; après la mort de Tancrède, Takach passa à Jérusalem puis en Égypte (...)

59Entre Tancrède et Roḍwân un état de tension avait subsisté, Tancrède n’ayant pas accepté le tribut supplémentaire qui lui était proposé, en échange d’une renonciation à ‛Azâz. Roḍwân avait alors esquissé un rapprochement avec Toghtekin, auquel, moyennant khoṭba à son nom à Damas, il avait promis son alliance ; il lui avait, en effet, envoyé quelques secours pour dégager Tyr attaquée par Baudouin116. Néanmoins, il ne semble pas y avoir eu en 1112 d’hostilités franco-musulmanes en Syrie du Nord ; sans doute Tancrède redoutait-il de provoquer une nouvelle invasion en un moment où les autres Francs n’auraient pas pu le secourir. Peut-être se réservait-il d’user de l’intrigue, car il avait donné asile à un vieux seldjouqide exilé, un fils du grand Alp Arslan, Takach117.

  • 118 Matth., 102 dit « enlevé aux Francs » ; il semble bien, en ; tous cas (Matth., 85), que dès 1108 la (...)
  • 119 Mich., 198-199 ; le gouverneur s’appelait Kourtig.
  • 120 Matth., 102-103 ; Mich., 199 croit que Tancrède assiégea deux ans et prit Kaïsoûn.
  • 121 Qal., 131-132 A 185. Vers le même moment furent tués Ablaçath et Tigrane, deux chefs de l’armée de (...)
  • 122 Qal. Ibid. ; I. F., 69 v° ; Foucher, II, 247 ; Alb., 693 ; G. T., 483-484 ; Matlh., 103, An. Syr., (...)

60Par contre, pour des raisons inconnues, peut-être en rapport avec les menées arméno-turques d’Édesse et les représailles franques, les rapports s’étaient tendus entre Kogh Vâsil et les Francs, et le seigneur arménien, à la faveur de la captivité ou de l’appel de Baudouin, avait acquis Hiçn Mançoûr, Troûch, Qal‛at ar-Roûm118. Samosate même119, qu’avait jadis possédées ou revendiquées comme suzerain le comte d’Édesse. Tancrède n’était pas intéressé dans l’affaire, mais soit par solidarité, soit qu’il eût lui aussi à se plaindre, il vint enlever Ra‛bân et assiéger Kaïsoûn. La paix fut bientôt rétablie. Mais, en octobre 1112, Kogh Vâsil mourut ; sa veuve envoya à Tancrède maint présent pour obtenir de lui la reconnaissance de son fils Dgha Vâsil120. Tancrède partait néanmoins en campagne pour s’emparer de ses états, lorsqu’il tomba malade à son tour121. Rentré à Antioche, il y mourut, le 12 décembre122.

§ IV. — La contre-Offensive musulmane au début du Principal de Roger (1113-1115)

  • 123 Sur les conditions de cette succession, cf. infra, p. 312.
  • 124 Qal., 132 A 185 ; I. F., 63 v°.
  • 125 G. T.. 390 ; ROL, IX, 123. D’après Ousamâ (Derenbourg Vie, III), les deux beaux-frères auraient con (...)

61La mort de Tancrède, aussitôt remplacé par son neveu Roger, fils de Richard du Principat, mort peu auparavant, ne changea rien à la situation123. Si Roger, avec la même fierté que Tancrède, avait moins que lui le sens des difficultés, s’il était plus adonné aux plaisirs de ce monde et moins généreux, ce n’en était pas moins un homme énergique, un chevalier magnifique et habile, qui, dans des circonstance tout à fait analogues à celles qu’avait connues Tancrède à la fin de sa vie, mènera la même politique que lui. Dès le lendemain de la mort de Tancrède, un raid sur Alep conseillé, dit-on, par le mourant montra que les Musulmans n’avaient pas à escompter de fléchissement de la force franque, et Roḍwân s’empressa de renouveler à Roger le tribut promis à Tancrède. Sultân de Chaïzar s’exécuta de même124. D’autre part, Roger avait épousé une sœur de Baudouin du Bourg, Cécile, ce qui rendit particulièrement étroits les rapports entre les deux princes125. Il ne fut pas moins fidèle allié du roi de Jérusalem. C’est sous le règne de Roger que la principauté va atteindre sa plus grande puissance et ce fait, joint à la personnalité du prince, en fait le moment le plus prestigieux de son histoire.

  • 126 Qal., 132-139 A 185-187 ; Ibn amdoûn, 507 ; Matth., 106-107 ; An. Syr., 84 ; Albert, XII, 18.
  • 127 Albert, XII, 14.

62Dès 1113, Roger eut à rendre au royaume le service rendu par Baudouin Ier de Jérusalem à Tancrède en 1111. Maudoûd, en effet, revenait encore avec des secours d’Ilghâzî (avril), et cette fois, à l’appel de son allié Toghtekin qui, lorsqu’il était seul, ne le redoutait pas, marcha droit vers la Syrie centrale : tous les Francs tour à tour devaient être frappés. Baudouin Ier fit appel à Pons et à Roger, qui arrivèrent le plus vite possible ; Baudouin n’avait pas eu la prudence de Tancrède et, voyant son pays dévasté, s’était laissé aller comme sur le Bâlîkh en 1104, à engager une bataille, qui se termina pour lui en défaite (fin juin). Mais l’arrivée de Pons et Roger permit de limiter les dégâts et finalement Maudoûd et Toghtekin, après plusieurs semaines passées en observation près de Tibériade, comme en 1111 près de Chaïzar, rentrèrent à Damas (septembre126. Baudouin put célébrer tranquillement son remariage avec la riche veuve de Roger de Sicile, Adélaïde, en présence de Roger d’Antioche qui, apparenté à la maison de Sicile, reçut d’elle pour l’occasion des dons particulièrement importants127.

  • 128 I. F., 69 v°.
  • 129 Qal., 137 A 187 ; I. F., 68 r°, 69 r° ; Kamal, 602.
  • 130 Qal., 139-142 A 187 ; I. F., 77 r°-v° ; I. Α., 346-348 II 288-290, At. 34-36 ; Azr., 159 v° ; Matth (...)
  • 131 Qal., 144 A 190 ; I. F., 75 r°-v° ; Kamâl, 602 et Boughya art. Alp-Arslân.

63Les événements se précipitèrent bientôt en faveur des Francs. D’abord Maudoûd avec Toghtekin avaient sollicité le secours de Roḍwân en application du récent traité ; Roḍwân fit attendre son contingent jusqu’après la victoire musulmane et n’envoya encore qu’une troupe minime ; Toghtekin alors dénonça le traité et répudia la khoṭba au nom de Roḍwân128. La conduite de Roḍwân n’empêcha d’ailleurs pas le territoire alépin d’être malmené, à leur retour, par les hommes de Roger129. Puis en octobre 1113, Maudoûd fut assassiné dans la grande mosquée de Damas ; il est probable que les meurtriers étaient des Assassins, qui lui reprochaient son hostilité à leur égard en Orient ; mais dans l’atmosphère générale de défiance, la rumeur publique accusa Toghtekîn, qui désormais suspect au parti sultanal, va se trouver amené à se rapprocher des Francs130. Enfin en décembre 1113 Roḍwân meurt, laissant pour successeur un jeune homme, Alp Arslân131.

  • 132 I. F., 29 r°.
  • 133 Dans le Djazr, leurs progrès donnaient lieu à des conflits avec les ismailiens imâmiens, par exempl (...)
  • 134 I. F., 69 r°-v° ; utilisé par Quatremère, Mines de l’Orient, IV, 342.
  • 135 Chérif Idrisî dans I. F., 7 v° sq. (Quatremère, ibid.) et Boughya, VI, 91 r°.
  • 136 La cupidité peut avoir entraîné Roḍwân à des complicités ; on l’en accusa dans ce cas ; on le voit (...)
  • 137 Qal., 145 A 189 ; Kamâl, 603-604 ; I. F., 70 v°, 71 V ; Ibn Badî‛ devait être « assassiné » en 1119 (...)
  • 138 Les bénéficiaires de ce soulèvement furent plus les chiites que les sunnites ; les chiites obtinren (...)
  • 139 Qal., 147-148 A 190 (I. Α., 332, qui résume ce passage, le transporte sans raison en 502/1108-1109) (...)

64Alep entra alors dans une période de désordre et de faiblesse extrême. La mort de Roḍwân fut l’occasion d’une explosion de haine populaire contre les Assassins, qu’en dépit de quelques déclarations prudentes132 le prince défunt avait protégés jusqu’à la fin, quoi que le sultan Moḥammad eût fait pour le détacher d’eux133 ; eux d’ailleurs profitaient de sa bienveillance pour tout autre chose que pour le servir, puisqu’il tint seulement à une maladresse de dernière heure qu’ils ne réussissent à s’emparer, vers la fin de son règne, de la citadelle d’Alep134 ; au lendemain de sa mort encore, ils mettront la main sur Qolaï‛a, près de Bâlis, et à Alep même, ils avaient une importante milice, commandée par le turc Ibn Dimlâdj. Du vivant de Roḍwân déjà, un attentat manqué contre un riche marchand persan (505) avait amené un soulèvement populaire contre les Assassins135. Roḍwân mort136, le raïs Ibn Badî‛, fils d’un astrologue persan amené à Alep par Aqsonqor, et le cadi chiite Ibn al-Khachchâb arrachèrent à Alp-Arslân l’ordre de mettre à mort Abou Ṭâhir et le missionnaire Ismâ‛il137 ; ainsi fut fait, et la populace, courant sus à leurs sectateurs, en massacra quelques centaines138. Au même moment, les Assassins échouaient dans une tentative faite par eux pour s’emparer de la citadelle de Chaïzar ; la vigoureuse réaction de la population conduite par les Banou Mounqidh permit de la leur reprendre ; tous furent exécutés139. Leurs sectateurs restèrent nombreux en Syrie du Nord et nous les y retrouverons. Néanmoins, c’est ailleurs que dans les années qui vont venir nous les verrons effectuer leurs tentatives politiques.

  • 140 Qal., 146-147 A 190 ; Kamal, 605-606 ; I. F., 72 v°, 73 r°.
  • 141 Kamâl, 604 ; I. F., 73 r° ; Boughya Arslân (II).
  • 142 Qal., 148-149 A 191 ; ‛Az., 508 2 et 4 ; Kamâl 606 ; I. F., 81 v°, 82 v°. Loulou était un ancien eu (...)

65N’ayant plus pour lui la police gratuite des Baténiens, Alp Arslan dut songer à se procurer une autre protection. Il se rendit à Damas pour obtenir celle de Toghtekin, qui le raccompagna à Alep (mars 1114). Mais l’exercice officiel du culte chiite à Alep déplaisait à Toghtekin, habitué à agir à Damas avec des habitants en majorités sunnites. Aussi l’accord ne dura-t-il pas140. Roger d’Antioche vint alors en armes exiger le paiement anticipé du tribut141. Puis Alp Arslan, de tempérament cruel, se fit des ennemis et finalement fut assassiné, avec presque toute sa famille, par le chef de son gouvernement, Loulou, qui prit le pouvoir, avec comme chef d’armée Chams al-Khawâçç, le seigneur de Rafânya, dépossédé récemment par Toghtekin (automne 1114) ; alors Roger vint exiger un nouveau tribut, dont la perception mécontenta la population et provoqua des émeutes142. La force armée dont disposent Alp Arslan, Loulou et leurs successeurs, juste suffisante pour assurer leur domination, ne l’est pas pour sauvegarder la sécurité du territoire. N’ayant ni la forte armée de soldats que peuvent seuls se payer les princes dont le pays n’est pas ruiné, ni la clientèle militaire personnelle des chefs de Bédouins ou de Turcomans, ils tremblent devant les Francs, les Orientaux, tous, et plus encore que Roḍwân passent leur temps à essayer de jouer les uns contre les autres. À vrai dire, espérant de chacun des armées, dont ils tremblent qu’elles ne les suppriment, ce sont de moins en moins eux les vrais chefs d’Alep : ils sont tout juste les commandants militaires d’une citadelle. Les vrais chefs sont les chefs du peuple, raïs en particulier, qui durent tandis que les princes passent, qui ont, eux, une nombreuse clientèle, qui négocient directement avec les souverains étrangers, qui, parfois, suppriment les princes. Alep est une république de notables. Toutefois, eux non plus n’ont pas d’armée suffisante pour la défense extérieure, et leur politique qui cherche constamment à engager un chef militaire, en évitant toujours de le payer d’aucune concession de pouvoir, est un jeu de bascule parallèle à celui des maîtres de la citadelle, encore que souvent discordant.

  • 143 Matth., 109 ; Mich., 217 (d’après une source arabe) ; Ibn Ḥamdoûn, 509 ; Azr., 162 r° ; I. Α., 350- (...)

66Hors d’Alep, la mort de Maudoûd a non pas arrêté, mais dissocié l’effort sultanal de guerre sainte. Le Sultan a remplacé à Mossoul le chef mort par Aqsonqor al-Boursouqî, avec la même mission de guerre sainte. Mais dès l’abord Ilghâzî, qui n’a supporté que par nécessité la suzeraineté de Maudoûd, à laquelle il n’a rien gagné, se montre récalcitrant, et il faut une démonstration de force sous les murs de Mârdîn pour le contraindre à envoyer de nouveau son fils Ayâz avec des renforts à l’armée du Sultan. Encore sa soumission ne fut-elle peut-être pas très profonde, car lorsque Boursouqî arriva sous Ḥarrân, qui appartenait à Ilghâzî, le gouverneur refusa longtemps de le laisser passer et intrigua même avec les Francs. Il alla ensuite attaquer Édesse, mais se heurta à une défense résolue, et se contenta de piller les régions de Saroûdj, Bîra, Qal‛at as-Sinn, Samosate. Sur ces entrefaites la rupture éclata entre lui et Ayâz, qu’il fit arrêter, en même temps qu’il envoya l’émir de Sindjâr, Tamîrak, attaquer Mârdîn. Ilghâzî fit appel à ses neveux Daoûd de Ḥiçn Kaïfâ et Balak, rassembla tout ce qu’il put de Turcomans et finalement infligea à Boursouqî une défaite retentissante, dans laquelle Tamîrak fut fait prisonnier143.

  • 144 « Derâz », le long (en persan).
  • 145 I. Α., 351-352 (H 293) ; I. F., 79 v°, 80 r°.
  • 146 Dont on verra le détail infra, p.

67Cependant, la campagne de Boursouqî avait eu une conséquence indirecte dangereuse pour les Francs ; la veuve de Kogh Vâsil, qu’elle fût inquiète de leurs intentions ou qu’elle tînt à ménager l’avenir en cas de victoire turque, envoya offrir à Boursouqî son hommage en lui demandant un renfort. Il lui envoya le gouverneur de Khâboûr, Sonqor le Long144. En vain, des Francs d’Édesse prévenus essayèrent de les surprendre au passage de l’Euphrate ; informés par la princesse arménienne, les Musulmans furent vainqueurs. Sonqor ne resta cependant pas auprès d’elle et se borna à emporter les présents qu’elle envoyait à Boursouqî. Elle avait auprès d’elle des soldats francs d’Antioche, qui la quittèrent145. Pour le moment, l’épisode était donc sans gravité. Mais, ajouté aux intrigues des Arméniens d’Édesse avec des Turcs en 1112 et 1113146, il était un grave symptôme de désaffection, qui obligera les Francs à une politique de méfiance, méfiance qui développera encore la désaffection.

  • 147 Qal., 149 A 191 ; Az., 508 3 ; I. F., 82 v°, 83 r°, 90 r° ; I. Α., 356 H 295 ; Kamâl, 60 ; Boustân, (...)

68Néanmoins, pour le moment, si l’armée sultanale n’était pas victorieuse, elle restait trop constamment menaçante pour que Baudouin pût engager une lutte ouverte contre les Arméniens. Ces menaces se trouvèrent d’autant plus fortes que, à la fin de novembre 1114, se produisit un violent tremblement de terre qui détruisit une multitude de fortifications ; du côté musulman, Alep, ‛Azâz, Bâlis furent assez éprouvées ; mais en territoire franc ou arménien Antioche, Athârib, Zerdana, Tell Khâlid, Édesse, Samosate, Ra‛bân, Kaïçoûn, Ḥiçn Mançoûr, Mar‛ach, Sîs, Misîs sont signalées comme ayant subi des dommages plus ou moins considérables147.

69Or, une nouvelle expédition sultanale, la sixième depuis 1110 se préparait, aussi puissante que celle de 1111, car il s’agissait cette fois en même temps de guerre sainte et de représailles contre les émirs indociles, tels qu’Ilghâzî. Boursouqî, relégué dans son fief personnel de Raḥba en raison de sa défaite, avait été remplacé à Mossoul par Djouyouchbeg l’atabek du fils du Sultan ; mais la direction de la guerre sainte avait été donnée au gouverneur de la province de Hamadhân, Boursouq ibn Boursouq, grossi d’une partie des troupes de l’Irâq. L’armée marcha directement sur la Syrie par Raqqa (mai 1115). En effet, Ilghâzî, inquiet des suites de son incartade, était allé en Syrie demander l’appui de Toghtekin, traité en rebelle par le sultan depuis la mort de Maudoûd, qu’il lui imputait. Ne se jugeant encore pas assez sûrs s’ils s’en tenaient à leurs propres forces, les deux émirs décidèrent de recourir à l’alliance franque et de négocier avec Roger d’Antioche.

  • 148 Qal., 149 A 191 ; Ibn amdoûn, 509 ; I. Α., 352, 3 (H 293-295) ; I. F., 80 v°, 81 r°.

70Une entrevue eut lieu entre le prince franc et eux près de Ḥomç, dans les derniers jours de 1114. La coalition faillit, il est vrai, être frappée dès l’origine par l’intervention du seigneur de Ḥomç, Khîrkhân, qui avait depuis trois ans remplacé son père, Qaradja, le successeur de Djenâh ad-daula, sous la suzeraineté de Toghtekin. À la différence de Qaradja, Khîrkhân subissait avec impatience cette suzeraineté ; le passage d’Ilghâzî lui procura une occasion inespérée : un jour que celui-ci, après le retrait de Toghtekin et de Roger, ne se garait pas, il le surprit et l’emmena prisonnier ; puis il fit appel au sultan Moḥammad. Néanmoins, menacé par Toghtekin avant l’arrivée des troupes sultaniennes, il se contenta de garder en otage Ayâz, le fils d’Ilghâzî, et celui-ci put aller en Diyâr Bakr procéder à la levée de ses Turcomans148.

  • 149 Hamâh appartenait alors aux fils de ‛Alî Kurd (mort en 1114-1115, ‛Az.). Nâcir et Kurdânchâh, vassa (...)

71Restait Alep. Les conditions de sa prise du pouvoir ne donnaient pas à Loulou une grande confiance en Toghtekin et, sentant le besoin d’une légitimation, il avait écrit au Sultan, espérant recevoir, en échange d’une soumission verbale, une consécration formelle. En réalité, tout se passa comme en 1111 entre Maudoûd et Roḍwân. Boursouq, approchant d’Alep, invita Loulou à lui faire remise effective de la ville. Alors, Loulou appela Toghtekin et Ilghâzî, qui accoururent à Alep. De son côté, Roger, qui avait opéré fa concentration de ses troupes au Pont de Fer, vint se poster à Athârib, coupant court ainsi à des velléités de négociations de ses alliés musulmans avec Boursouq contre lui. Au surplus, Boursouq lui-même n’y avait pas ajouté foi et alla prendre Ḥamâh, où Toghtekin avait laissé ses bagages149 ; Toghtekin, Ilghâzî et Loulou se jetèrent alors sans condition dans les bras de Roger d’Antioche. On avait bel et bien cette fois la coalition franco-musulmane syrienne contre l’intervention orientale dont 1108 et 1111 avaient présenté les premiers symptômes.

  • 150 Entre Ḥamâh et Chaïzar, Boursouq dut piller les places qu’Albert, 701 appelle « Tommosa, Turgulant (...)
  • 151 Les Francs, d’après Gautier, attaquèrent même la forteresse du Pont de Chaïzar, pour les attirer.

72Ne pouvant prendre Alep pour base d’opérations, Boursouq s’était en effet détourné vers Ḥamâh, afin d’y opérer sa liaison avec Khîrkhân, qui reçut la ville en échange d’Ayâz. Il pouvait encore compter plus au nord sur les Mounqidhites de Chaïzar, toujours menacés à la fois par les Francs et les souverains d’Alep, et trop compromis en 1111 avec le parti sultanal pour ne lui être pas restés attachés. Dans ces conditions, le plan de Boursouq devant être de soumettre d’abord la Syrie du Nord et de s’appuyer sur Chaïzar, les coalisés furent amenés à venir en face de lui occuper près d’Apamée une position analogue à celle des Francs en 1111150. Instruit par la défaite de Baudouin Ier en 1113 près de Tibériade, Roger avait fait appel également à Baudouin d’Édesse, à Pons et au roi de Jérusalem. En vain Boursouq, par des attaques sur Kafarṭâb, puis sur le camp même des coalisés, essaya-t-il de les attirer dans une bataille avant qu’il eût perdu sa supériorité numérique : Roger sut dompter son impatience et celle des siens et Toghtekin, qui ne désirait de victoire nette ni d’un parti ni de l’autre, ne pouvait qu’encourager cette tactique. Pons et Baudouin étant arrivés, Boursouq maintenant se déroba. 1111 paraissait se répéter151.

  • 152 Le seigneur d’Apamée (Bonable ?) essaya en vain de racheter Basile de Kafartab, son frère, qui fut (...)
  • 153 D’après Albert, ils pillèrent Ḥârim, Qastoûn et Sinar (inconnu).
  • 154 ‛Az., 509, I ; Ibn Ḥamdoûn, 509 ; I. Α., 356-358 (H 395-298) ; Sibṭ, 553-556 (en grande partie d’ap (...)

73Mais cette fois ce n’était qu’une ruse. Si certains émirs étaient mécontents de l’ordre sultanal de donner à Khîrkhân les conquêtes opérées en Syrie, Boursouq avait cependant son armée plus en mains que ne l’avait eue Maudoûd. Les coalisés, le croyant parti, s’étaient dispersés. Il revint alors. Avec l’aide des Mounqidhites il attaqua de nouveau furieusement Kafarṭâb, qui dut capituler152. Puis, profitant d’une rupture entre Loulou et le chef de son armée, il envoya Djouyouchbeg occuper Bouzâ‛a et inquiéter Alep. Mais Roger guettait. S’il ne pouvait rappeler assez vite les Francs de Tripoli et de Jérusalem, il avait du moins l’aide de Baudouin d’Édesse et vint se poster à Chastel-Ruge. Les Turcs, se croyant tranquilles, se dispersaient et cheminaient sans précaution153. Or, Loulou renseignait Roger sur leurs mouvements. Sachant les Turcs dans la région de Sarmîn il vint, à l’abri du rebord occidental du Djabal Banî ‛Oulaïm, se poster à Hâb, le 14 septembre 1115. Une reconnaissance révéla que Boursouq se trouvait à Tell Dânîth, entre Hâb et Sarmîn. Sans perdre un instant, Roger donna le branle à ses armées. Le camp turc, préparé en avant de l’armée qui approchait, fut emporté en ouragan. Puis, remettant le pillage à plus tard, les Francs allèrent surprendre Boursouq qui, après une belle défense sur le Tell Dânîth, parvint à peine à s’enfuir. En vain, Tamîrak de Sindjâr, ayant rassemblé des hommes à l’abri du tell, parvint un moment à refouler les Turcoples de l’armée franque ; la situation fut rétablie et Tamîrak réduit à son tour à la fuite. L’armée turque fut anéantie dans la poursuite. Dans le camp, les vaiqueurs rassemblèrent un butin énorme. Le corps de Bouzâ‛a. informé du désastre, repartit précipitamment en Djéziré. Un autre, fuyant vers le Sud, fut détruit par Toghtekin154.

  • 155 Qal., 151-153 A 192-197 ; Ibn Ḥamdoûn, 509 ; I. F., 84 v°.
  • 156 Diyâr Bakr, 236 et n. 2.

74La victoire de Dânîth était peut-être la plus importante qu’eussent remportée les Francs depuis la croisade. Elle mettait fin à la réaction sultanale qui avait fait peser sur eux, depuis six ans, une constante menace. Boursouq désirait préparer une revanche, mais il mourut l’année suivante et l’affaire ne fut pas reprise. En 1118, le Sultan Mohammed à son tour mourut et dans les troubles qui éclatèrent au sujet de sa succession reflua et disparut tout ce qui restait de force seldjouqide155. Les conséquences de la victoire franque dépassent en effet beaucoup le cercle des intérêts francs. Par contre-coup, elle avait brisé l’autorité du sultan sur les émirs des provinces extérieures. Ilghâzî par exemple, malgré la perte de son fils Ayâz tué par les vaincus dans leur défaite, devenait pratiquement indépendant, ainsi que les autres Artouqides, et bientôt allait enlever Mayâfâriqîn à ses lieutenants sultanaux156. Quant à la Syrie, la chance des Francs avait voulu que la victoire eût été le fait non de la coalition franco-musulmane, mais des Francs seuls. Ils en reçurent donc seuls aussi le bénéfice, au point que Toghtekin, effrayé, n’eut plus d’autre hâte que d’aller obtenir son pardon du sultan Moḥammad, qui, obligé d’être désormais conciliant, lui accorda l’investiture officielle de la Syrie (1116).

V. — L’apogée (1115-1119)

75Délivrés pour le moment de toute grave préoccupation extérieure, Francs d’Édesse et Francs d’Antioche purent en toute tranquillité les années suivantes améliorer le tracé de leurs frontières et réduire les autonomies intérieures.

  • 157 Matth., 116, dit les deux.
  • 158 Matth., 116 ; Mich., 199.

76Dans le comté d’Édesse, Baudouin s’attaqua aux seigneur arméniens dont il avait jusqu’alors respecté les possessions. Dès la fin de 1115 il vint assiéger Ra‛bân, afin de punir Dgha Vasil des intrigues de sa mère avec Boursouqî ; pour obtenir l’appui des Roupéniens, Dgha Vasil alla épouser une fille de Thoros ou de Léon157 ; beaucoup plus gênés alors par Dgha Vasil que par les Francs dans leur ambition de grouper les Arméniens autour d’eux, les Roupéniens le livrèrent à Baudouin, qui ne le relâcha qu’après avoir obtenu de lui la cession de tous ses états. Pas plus là que Gabriel à Malaṭya, Kogh-Vasil et Dgha Vasil n’avaient su acquérir la sympathie de leurs sujets syriens, qu’ils avaient froissés en expulsant des moines monophysites pour les remplacer par des soldats ou même par des moines arméniens (Ernich ; Garmir Vank et Baït Qenayé) ; cette situation favorisa l’établissement de la domination franque, qui ne rencontra de résistance qu’à Behesnî et Qal‛at ar-Roûm, dont le gouverneur Kourtig mourut d’ailleurs bientôt, empoisonné, dit-on, par sa femme, qui était franque158.

  • 159 Matth., 117. Chron. An. Syr., 86 ; Chron. Zetterstéen, 244.
  • 160 Matth., 117.
  • 161 Matth., 117 ; Chron. An. Syr., 87 ; Mich., 199.
  • 162 Chron. Zetterstéen, 142.
  • 163 I. F., 420 v° ; Az., 512, 5 ; I. A., 383 (H, 316).

77Tranquille de ce côté, Baudouin s’en prit à d’autres seigneurs, dont le seul tort certain devait être d’être arméniens. Ce fut, en 1116, le cas d’Abelghârib de Bîra, qui, après un long siège, dut accepter de marier sa fille à un cousin de Joscelin, Galeran, en lui donnant la ville en dot, et se réfugier auprès de Thoros159. À une date indéterminée, Pakrad de Qoûriç avait également dû céder sa seigneurie160. Quant à Gerger, le seigneur, Constantin, en avait été emprisonné par Baudouin avant 1114, à Samosate, où il mourut dans le tremblement de terre, mais la place resta ou fut vite rendue à sa famille, qui la conserva jusqu’au règne de Joscelin II, ainsi que les places voisines de Kiahtâ et Bâbaloû161. Sur les frontières musulmanes du comté d’Édesse, Tell Qoradî et sûrement tout le Chabakhtân, perdus depuis 1110, furent reconquis par les Francs en 1117162. Un soulèvement des Arméniens donna aux Francs le château jusqu’alors nomaïrite de Sinn ibn ‛Otaïr163. La sécurité du pays paraissait si bien garantie que lorsqu’en 1118, Baudouin quitta Édesse pour aller recueillir la couronne de Jérusalem, il n’éprouva d’abord pas le besoin de se désigner de successeur.

  • 164 Ousamâ Hitti, 106 (Derenbourg Vie, 105-106).
  • 165 I. F., 99 v°. D’après le même auteur, Baudouin d’Édesse, repartant chez lui à la fin de 1115, aurai (...)
  • 166 Sur la diffusion du monachisme collectif, cf. infra p. 375.
  • 167 Qal., G 154-155.

78Pour Roger d’Antioche, il pouvait profiter sans gêne de l’anarchie et des luttes de factions à Alep, dont chacune cherche un protecteur extérieur. Naturellement, les Francs réoccupèrent et restaurèrent dès 1115 Kafarṭâb164. Jusqu’au début de 1117, Loulou put obtenir la paix de Roger, moyennant le paiement régulier de son tribut165. Mais il avait de moins en moins d’autorité. Il mécontentait le conservatisme religieux de ses sujets en faisant construire à Alep le premier khânqâh pour communauté monastique qu’elle eût eu166. Entre les hommes du raïs Ibn Badî‛, le vrai maître de la ville, et ceux de Loulou, se développait une tension allant jusqu’à des batailles de rues ; Ibn Badî‛ rassembla des partisans autour d’un tout jeune frère d’Alp Arslan, Sultanchâh, écarté du pouvoir par Loulou ; Loulou, inquiet, quitta la citadelle, après l’avoir reconnu et, sous prétexte d’un pèlerinage à Çiffîn, prit la route de Qal‛a Dja‛bar pour y porter ou reprendre des biens chez le seigneur Sâlim ibn Mâlik ; près de Qolaï‛a Nâdir, il fut tué par des Turcs de sa suite (avril 1117). On accusa Boursouqî qui, de Raḥba, avait obtenu du Sultan Mohammed, la concession d’Alep167, et essaya par deux fois de s’en emparer, avec l’appui de Toghtekin, qu’il avait aidé à la fin de 1116 à battre les Francs de Tripoli. Le pouvoir à Alep avait été pris, entre temps, par un eunuque de Loulou, Yarouqtâch. Mais Yarouqtâch n’a pas de clientèle. Pour obtenir la protection de Roger d’Antioche contre Boursouqî, il lui fait une concession très grave : le droit d’occuper la forteresse d’Al-Qoubba, sur la route d’Alep à Damas par Salamiya, qu’empruntait le pèlerinage annuel à La Mecque, et de percevoir les taxes perçues jusqu’alors par les autorités d’Alep, sur les pèlerins et sur toutes les caravanes passant par al-Qoubba ; autrement dit, par Ma‛arra, Çaurân et al-Qoubba, toutes les routes d’Alep à Damas étaient sous le contrôle des Francs.

79Yarouqtâch avait d’ailleurs fait appel à Ilghâzî ; mais dès avant l’arrivée de ce dernier, il avait été, au bout d’un mois, évincé par le chef de l’administration qu’avait choisi Sulṭanchâh, le riche et habile Ibn al-Milḥî. Quant Ilghâzî arriva, on ne voulut lui reconnaître qu’un lointain contrôle sur l’administration, les chefs de la veille restant en place ; et comme il ne trouve dans la ville ruinée pas même de quoi nourrir la poignée d’hommes qu’il a amenés, il repart bientôt, n’ayant acquis dans l’expédition que Bâlis. Encore doit-il la vendre à Ibn Mâlik, qui la recède aux Alépins, lorsque ceux-ci, devenus hostiles à Ilghâzî, dont le faible renfort les a déçus, font de nouveau appel à des renforts francs pour la récupérer.

  • 168 Qal., 155-157 A 198-200 ; Az an., 510-512 ; I. Α., 372-373 (H, 308-309) ; I. F., 100 v°, 102 v°, 1 (...)

80Les Alépins, toujours inquiétés par Boursouqî, livrent alors un instant leur ville et le fils d’Ilghâzî, Qizil, qu’il leur a laissé, à son ancien ennemi Khîrkhân ; celui-ci doit bientôt se retirer, parce que Toghtekin lui enlève Ḥomç. Toghtekin veut alors approcher d’Alep, mais est à son tour rappelé par une attaque franque sur Ḥarrân (milieu 1118). Cependant Ibn al Milḥî avait conservé, à travers ces péripéties, assez longtemps le gouvernement de la ville et, pour se concilier les Alépins hostiles à sa qualité de Damasquin, cherchait à réveiller leur sentiment antiturc, si bien qu’à la fin la famille du jeune Sulṭânchâh l’avait fait arrêter et remplacer par un eunuque noir, Qaradjâ. Finalement, devant l’accroissement de la menace franque, le cadî Ibn al-Khachchâb, qui est le vrai maître de la municipalité, lance des appels à Bagdad, à Mossoul, puis de nouveau à Ilghâzî. Celui-ci revient et, cette fois, reçoit pour de bon le gouvernement de la ville, au détriment de Yarouqtâch, Ibn al-Milḥî, Qaradja, Sultanchâh, faits, pêle-mêle, prisonniers. Toghtekin qui, depuis 1115, est resté en bons termes avec lui, lui laisse sans difficulté sa conquête (fin 1118)168.

81On conçoit que, dans de pareilles conditions, Roger appelé souvent par les Alépins eux-mêmes, n’ait pas eu de difficultés à compléter ses territoires. Il le fait de deux côtés : au sud, dans le Djabal Bahrâ ; à l’est autour d’Alep.

  • 169 ‛Az., 511 (14) ; Chron. Zetterstéen, 242 ; Nouwaïrî, Bibl. nat., 1578, 61 r°. On ne nous dit pas s’ (...)

82Au sud, les Francs, entre la côte où ils possédaient Lattakié, Djabala, Boulounyâs, et la vallée de l’Oronte, n’avaient pénétré encore dans la montagne, âprement défendue par les occupants, qu’à l’extrême nord, à Çahyoûn, acquise en une date indéterminée, certainement antérieure à 1118, probablement contemporaine d’opérations contre Lattakié, et, plus récemment, à Bikisrâïl, une des dernières conquêtes de Tancrède. Roger soumit toute la montagne. Au nord, Balâṭonos fut enlevé par lui en mai 1118, après un mois de siège, aux Banou Çoulaïḥa, parents de l’ancien cadi et seigneur de Djabala, qui reçurent à la place trois villages dépendant de Lattakié ; la place fut donnée au seigneur de Çahyoûn169. Surtout Roger occupa Marqab.

  • 170 I. F., 99 v°.
  • 171 G. T., XIV, 4.
  • 172 Nous suivons le récit d’Ibn Abî Ṭayyî, donné par I. F., 137 r°-v° et Vie de Qalâoûn, trad. Van Berc (...)
  • 173 Cart., I 347.

83Marqab et son arrière-pays appartenaient aux Banou Mouḥriz et, bien qu’ils n’eussent jamais inquiété les Francs, il était évident que sa position au-dessus de Boulounyâs, commandant la route de Lattakié à Tortose et Tripoli, pouvait la rendre en un jour critique très dangereuse pour eux, si elle restait en des mains étrangères. Dès 1116 une première tentative avait été faite de concert par Roger et Pons, pour la conquérir ; elle avait été interrompue par un refroidissement entre Roger et Pons, celui-ci demandant pour sa femme, Cécile, Djabala, que Tancrède lui avait constituée en douaire et que Roger gardait pour lui170 ; différend qui, en une date indéterminée, devait être tranché par l’attribution à Cécile de Chastel-Ruge et Arzghân171. Toghtekin, à l’appel d’Ibn Mouḥriz, lui avait envoyé en secours Ibn Çoulaïha, l’ancien cadi de Djabala, réfugié à Damas en 1101. Les difficultés de l’approvisionnement, sans doute systématiquement entravé par les Francs, obligèrent Ibn Çoulaïha à solliciter de l’atabek de nouveaux appuis. Toghtekin avait peu d’intérêt à défendre cette place côtière et comme les Francs d’Antioche razziaient les environs de Ḥamâh et Rafâniya, il se prêta à un marchandage : contre abandon des attaques franques sur les territoires de Ḥamâh et Ḥomç, il se porta garant de la remise de Marqab à Roger. Ibn Mouḥriz essaya bien encore de résister avec l’aide de son voisin Ibn ‛Amroûn d’al-Kahf : celui-ci profita de son désemparement pour le faire dévaliser. Ibn Mouḥriz négocia alors sa soumission directement avec Renaud Mazoir de Boulounyas, qui occupa la forteresse et, peut-être en violation des termes de l’accord, établit Ibn Mouḥriz, qui avait espéré pouvoir y vivre encore, à Maniqâ. Dans l’arrière-pays, Qolaï‛a et Ḥadid furent prises par les Francs au même moment, et toutes les autres petites forteresses des environs subirent le même sort (début 1118)172. Manîqa même devait avoir bientôt un seigneur franc173.

  • 174 Az., 512 ; Kamâl, 614-615 ; I. F., 137 v°-138 r° ; Matth., 121 ; Chron. An. Syr., 85 ; Chron. Zett (...)
  • 175 I. Α., 389 (H, 323) ; I. F., 107 r°. Que les Francs aient pu impunément razzier toute la région ent (...)

84Du côté d’Alep, la grande conquête de Roger fut celle de ‛Azâz, qui donnait aux Francs la maîtrise de toute la plaine au nord de cette ville et de la route la plus directe de communications entre Antioche et Tell-Bâchir. Le siège qu’il en fit fut la cause principale du rappel d’Ilghâzî à Alep, à la fin de 1118. Mais Ilghâzî n’avait pas sur place le moyen d’écarter les Francs et, pour les affronter, le souvenir de 1115 ne lui permettait pas de s’y hasarder sans abondants préparatifs ; il essaya donc de traiter, mais en vain. Roger, pour renforcer l’attaque, avait fait appel au Roupénien Léon, que la livraison de Dgha-Vâsil avait étroitement lié aux Francs. ‛Azâz, abandonné de tous, succomba vers Noël 1118. Encore Ilghâzî dut-il, pour obtenir une trêve de Roger, non seulement effectuer un paiement de tribut anticipé, mais encore le laisser prendre la forteresse de Tell Hirâq à un frère de Khîrkhân, qui s’y était maintenu174. Peut-être les Francs avaient-ils aussi ravagé ou occupé Bouzâ‛a, au nord-est d’Alep. De toutes façons, ils venaient battre les murailles de la ville175. Presque encerclée, coupée de ses routes de communications les plus importantes, Alep paraissait devoir succomber.

  • 176 Orderic, vol. IV, 262.
  • 177 Jean était déjà marié.
  • 178 I. F., 138 v°.
  • 179 Cf. Papadimitriu, Brak russkoj kuzajni, dans Vizantii Vremenik, XI, 1904.

85La puissance de la jeune principauté d’Antioche était maintenant un fait si bien acquis, la difficulté de mener de front la lutte contre elle et les Turcs d’Anatolie si manifeste, qu’Alexis Comnène à la fin de son règne essaya d’opérer un rapprochement avec Roger d’Antioche, afin de rétablir par un mariage un peu de l’influence sur la Syrie qu’il n’avait pu conserver par les armes. D’après Orderic Vital, notre seule source176, le Basileus, à la veille de sa mort (1118) envoya à Roger un certain Ravendinos pour lui demander de donner sa fille à un jeune prince de la famille des Comnène ; Ravendinos, retenu un certain temps par Roger, fut fait prisonnier par Ilghâzî lors de la bataille de juin 1119, où Roger trouva la mort. Bientôt libéré, il avait essayé de nouer une négociation analogue avec Baudouin devenu régent d’Antioche ; mais, retenu sur le chemin du retour, à Chypre, par des troubles locaux, gêné par les dispositions différentes du successeur d’Alexis après 1119, ne put revenir à Constantinople avant que la captivité de Baudouin (1123) fût venue à son tour compromettre ses derniers efforts. Comme les détails du récit ont un tour un peu anecdotique et que l’identité du prince byzantin désigné, qu’Orderic croit, sûrement à tort177, être Jean Comnène, n’a pu être établie, on n’a pas fait très attention à ce récit. Mais le projet d’un mariage, qui sera repris par Manuel Comnène, n’a rien en soi d’invraisemblable et la présence d’un ambassadeur byzantin auprès de Roger en 1119 est attestée par des auteurs arabes178. Il ne semble donc pas que, même si certains détails du récit d’Orderic sont erronés, la valeur générale en soit à rejeter. Roger valait bien un mariage179.

Notes

1 Qal. 137 G 150 ; ‛Azîmî dans Boughya Saray, V, 92 r° et Abr., 493 ; Kamâl, 588, selon lequel la victoire franque de Kellâ fut suivie d’une attaque sur Alep par Bohémond et Tancrède ; mention évidemment fausse, soit dans le nom des chefs, soit dans la date.

2 Foucher, I, 35 ; Raoul, p. 704 ; Albert, VII, 27-30 ; Guibert, 254 ; Orderic, X, 33 ; Lettre de Galeran sur le miracle de saint Léonard, AASS 6 nov., 130 ; Mich., 189 ; Chron. An. Syr., 74 ; Qal., 137 G 50 ; I. A. 203 H 205 ; Matth., 51-52.

3 Pris par Raymond de Toulouse, selon Albert, VII, 27 ; comme il était sûrement parti à cette date, il s’agit au plus d’hommes qu’il aurait laissés.

4 Albert, VII, 27, 45 ; Foucher, II, 7 ; Raoul P., 706 ; G. T., X, 4.

5 Qal., 138 G 50 ; AZ, 494 ; Matth., 53 ; Chron. syr. an., 76.

6 G. T., 469 (mal daté : pour la mort de Gabriel, cf. infra, p. 232).

7 ‛AZ, 494 ; Kamâl, 589 ; Anne H 76 sq. ; il peut y avoir un rapport entre cette expédition et l’attaque de Bohémond sur Mar‛ach.

8 Pour les détails, cf. Grousset, I, 322-333 ; Röhr. Kön, 29-33 ; Chalandon, Alexis Commène, 232 sq. Les sources sont Albert, Livre VIII en entier. Ekkehard, chap. 23 ; Raoul, chap. 147 ; Caffaro, 58 ; Faucher, 398-399 ; Guibert, 243, et Orderic, I, X (vol. IV), chap. 19 ; G. T., 415-418 ; Matth., 56-61 ; ‛Az., 495 (2) ; Anne Comnène, 330-333 ; I. A. 203-204 (H. 205-206). Sur la littérature poétique et romanesque issue de la croisade 1101, cf. infra, chap 6 de la 4e partie.

9 Mich., 189-191. C’est à Malaṭya, en 1103, que Bohémond sera remis aux Francs venus payer sa rançon. On voit mal pourquoi Baudouin du Bourg ne parait pas avoir pu secourir son beau-père.

10 Qui paraît avoir atterri à Tarse et non à Souwaïdiya ; Alb. VIII, 42, le fait arriver avec les autres à Souwaïdiya, mais capturer par Bernard l’étranger, qu’il nous a montré quelques mois auparavant être à Longiniade, port de Tarse (40).

11 A Sarvantikar, d’après Matth., 57, mais en tout cas peu de temps.

12 Le serment exact de Raymond est inconnu. Albert, VIII., 42, croit qu’il a juré de ne rien entreprendre jusqu’à Acre ; en ce cas il se serait parjuré en attaquant Tortose et Tripoli ; mais il ne semble pas qu’aucun croisé, ni même Tancrède, l’ait entendu en fait ainsi. Celui-ci cependant ne considérait pas, semble-t-il, sa principauté comme limitée au sud, à Marqab, frontière qui s’établit peu après. Quoi qu’il en soit Raymond laissa Tancrède absolument tranquille, non seulement dans sa possession d’Antioche autrefois revendiquée par lui, mais dans ses attaques contre les Byzantins de Cilicie et de Lattakié.

13 Alb., VIII, 41-42 ; Matth., 56-57 ; Raoul de C, 145.

14 En tous cas avant l’été puisque Bernard l’étranger se trouve à Longiniade, près Tarse, vers septembre (Alb., VIII, 40).

15 Raoul, chap. 143.

16 Raoul, chap. 144, 146.

17 Ughelli, IV, 847 (privilège qui a sûrement une contrepartie).

18 I. Α., X, 211.

19 Qal. G., 51-53 (A 140) ; Az., 4945 ; I. Α., 211-213 (H. 204-207).

20 Alb., p. 538-541, 545-549, 597-600. Foucher se tait volontairement puisqu’il fait une allusion 1. II, chap. 29 ; G. T., 438-439 ; cf. Kühn, 39-40 ; Röhr. Gesch., 24, 41-42 ; Grousset, 288-95.

21 Daimbert devait gagner sa cause à Rome, mais mourir avant de revenir en Terre Sainte.

22 Qal., 59 A 141.

23 Albert, IX, 33-36, est la source principale. Matth., 69-70, fait racheter par Alexis Richard du Principat qui, selon les Miracles de saint Léonard (AASS nov., III, 157), lui aurait en effet été livré ; mais il n’y a pas de doute qu’il est en Syrie en 1104, puisqu’il reçoit le gouvernement d’Édesse. Orderic, X, 23 donne un roman d’amour entre Bohémond et une fille de Dânichmend, qu’il aurait ensuite mariée au futur prince d’Antioche Roger, le fils de Richard ; il ne faut pas trop se hâter de refuser tout élément de vérité à ce récit, car le même auteur n’est pas moins romanesque dans son récit de la libération d’une fille de Yaghî-Siyân en plus de la rançon de Bohémond, et pourtant cette libération est un fait historique (I. Α., 237 II 212). D’après les Miracles de saint Léonard (160-168, 179-172), Bohémond aurait été aidé par une femme chrétienne de Dânichmend. Orderic et les Miracles prêtent à Bohémond des exploits effectifs contre Qilîdj Arslân (selon Ord., il aurait tué un fils de Q., également neveu de D., Marciban — évidemment le titre persan « marzbân »). — D’après Raoul, 147, l’empressement de Baudouin à racheter Bohémond viendrait de son aversion pour Tancrède. Cf. encore Foucher, II, 23 ; Guibert, 254 ; dans l’ordre légendaire, le Chevalier au Cygne, 26025-31700. La date précise de la libération est incertaine.

24 Raoul, 147 ; Foucher, II, 23.

25 Qal., 57 A 145 ; Kâmal, 591.

26 Kamâl, 591 ; I. Α., 237 H 212.

27 Kamâl, 592 ; Chron. Zetterstéen, 239.

28 G. T., 437.

29 Kamâl, 591.

30 I. Α., 253 H 217

31 Matth., 70 (capture par Baudouin du Turcoman Oulough-Sallâr).

32 Anne, XI, 9 ; Matth., 75 ; Raoul, 148, confirme que la prise de Mar‛ach par Joscelin est antérieure à la bataille du Bâlîkh, où il fut capturé, et non postérieure comme le croit Matth.

33 Matth., 80 ; Mich., 195.

34 I. Α., 235, 269-270 ; Azr., 157 v°, 159 v°.

35 Alb., IX, 38-42 ; Raoul, 148-150 ; Foucher, II, 27 ; G. T., 443-447 ; Matth., 73 ; Mich., 195 ; Chron. Syr. An., 78-80 ; Qal., 61 A 148 ; ‛Az., 4962 (nomme le lieu de la bataille : plaine d’Al-Qattâr) ; I. Α., 256-257 (H., 221-223) ; Kamâl, 592.

36 Albert, 42-45 ; I. Α., 257 (H. 223).

37 Alb., IX, 47 ; Raoul, 151 ; Qal., 69 A 149 ; ‛Az., 4967 ; surtout Kamâl II 592-593 ; sur les affaires de Damas, aussi Qal., 62-65 A 145-146, Ibn Hamdoûn Saray, 2981, 487 ; Ousâma Hitti, trad. 80, 125 ; Derenbourg Vie, 69-72, raconte une attaque commune avec Khalaf d’Apamée contre les Francs d’Asfoûna, terminée par un combat entre les deux alliés par la traitrise de Khalaf.

38 Matth., 80-81.

39 Anne, 68.

40 Albert, IX, 39-40 (Le maréchal de Henri IV Konrad) ; Orderic, IV, 137 (Harpin de Bourges).

41 Albert, VIII, 45-47.

42 Anne Comnène, H. 87-90 ; ‛Az. 496 (8) ; Raoul, chap. 151. D’après Anne, Cantacuzène occupa Djabala, Marqab et Argyrocastron ; il est permis de soupçonner cette affirmation, qu’aucun texte ne recoupe, car il n’y a pas de doute que ces trois places (quelle que soit l’exacte identité d’Argyrocastron) sont restées aux mains des musulmans les années suivantes ; il est vraisemblable qu’il y eut quelques débarquements à la suite desquels les chefs locaux envoyèrent un tribut ; mais si les Grecs avaient tant soit peu occupé Djabala, Bertrand de Saint-Gilles, leur allié, n’eût pas, en 1108, offert à Tancrède de l’aider à la conquérir (Albert, p. 665-666).

43 Albert, IX, 47 ; Foucher, II, 26 ; Raoul, chap. 153 ; Qal., 147 ; Anne, H., 90-92 ; Matth., 73. D’après Anne, il fit courir le bruit de sa mort, afin de s’embarquer sans être inquiété.

44 Raoul, chap. 154.

45 Qal., G 66-68 A 147 ; ‛Az., 4969 ; I. Α., 268-269 (H., 226-227), en partie d’après Qal. ; Ibn Hamdoûn, 498 ; Matth., 741.

46 Qal., 69-70 A 149 : Az., 4981 ; I. Α., 271 (H. 227-228) ; Kamâl, 594 ; Raoul, chap. 154-156 ; Foucher, II, 30 ; Albert, IX, 47 ; Chron. Zetterstéen, 240.

47 Kamâl, 595 ; I. F., 2 v° ; Qal., 78 A 154.

48 Chron. Zetterstéen, 240 ; cette source tardive, mais unique, place la reprise de Ma‛arra, Laṭmîn et Çaurân juste après celle de Tell-Aghdî, et on peut en conclure que Kafartâb, entre Ma‛arra et Laṭmîn, le fut au même moment. Il est dificile de faire une absolue confiance à cette source, qui ignore que Çaurân appartenait aux Francs avant 1104 (Kamâl, H 592) ; mais Kafartâb appartenait aux Francs en 1106 (Ousâma, Hitti, 157).

49 Chron. Zetterstéen, 240.

50 Qal., 72-74 A 149 ; I. Α., 281-283 (H. 232-235) ; Albert, X, 18-24 ; Raoul, chap. 156 ; Ibn Zouraïq, cité Boughya, V, 222, v° 19, selon lequel Tancrède fut appelé par un Ismaïlien. Kamâl, 594.

51 I. F., 452.

52 Sur l’identification non fondée de cet Aspiètès avec Oschin de Lampron, cf. J. Laurent, Mélanges Schlumberger, I, 159-168.

53 Anne, H. 100-102. Caffaro, Annales, p. 15.

54 Qal., G. 99 A 170.

55 Raoul, chap. 156, se termine au milieu d’opérations contre Lattakié, en 1106 ; Albert, X, 20, croit, sans doute par malentendu ou confusion sur ces opérations, que Tancrède avait pris la ville avant Apamée, ce que répète G. T., X, 23 ; ‛Az. 502, croit, au contraire, que la conquête est contemporaine de celle de Djabala (1109), ce que contredit le fait qu’Ibn ‛Ammâr, de Djabala, en cette année, attaqua les Francs de Lattakié (Ousâma Hitti, ar. 96). Le privilège aux Pisans est daté de 1108, indiction I (soit avant septembre).

56 Pour les détails, cf. Grousset, I, 333-359, Röhr. Gesch, chap. II, IV passim.

57 Qal., G. 90-92 A 164 ; I. A. T., dans I. F., 3920 v° et 44 v° Ousama Hitti, 125 (Derenbourg Vie, 81), parle des combats entre Ibn ‛Ammâr, alors à Djabala, et les Francs de Lattakié ; ‛Az., 5025, cite seul « al-Mâzouîr » sans prénom ; c’est la plus ancienne mention du personnage, et elle assure la prononciation du nom difficile à deviner sous la forme latinisée « Mansuerus ou Mansoer ». Maraqya n’est pas attestée, mais, possédée en 1111 par Tancrède, ne peut guère avoir été acquise à un autre moment.

58 I. F., 5 v°, signale une mobilisation de Roḍwân contre Tancrède, pour s’il avait attaqué l’hinterland.

59 I. Α., 316 (H 254).

60 I. Α., 285 (H 236).

61 Albert, XI, 4-12 ; Foucher, II, 40 ; Matth., 90.

62 Qal., 80 A 158.

63 Mich., 92.

64 I. Α., 279-281 II 231-232.

65 Matth., 79, place vers ce moment un raid heureux de Djekermich contre le gouvernement d’Édesse pour Tancrède, Richard.

66 Qal. 73 A 150 ; Matth., 82.

67 Qal., 77 A 152 ; I. Α., 295 H 243 ; Azr., 158 r° ; Az., 496 ; Mich., 192 ; Matth., 52.

68 Qal., 78 A 153 ; I. Α., 297-298 H 245-247 ; Azr., 158 r° ; Az., 496 ; Mich., 192 ; Matth., 52.

69 I. F., 21 r° ; Azr., 160 v° (Diyâr Bakr, 232, n. 1).

70 Qal., 91 A 164 ; Azr., 158 v°.

71 I, Α., 319-321 (H 257-260) ; I. F., 19 r°-21 v° ; Ibn Hamdoûn, 502 ; Mich., 215.

72 Mich., 195 ; I. Α., 322 (H 261). Avant février 1107, selon Qal., 78 A 155.

73 I. Α., 322 (H 261) ; I. F., 21 v°-22 r° ; Mich., 196 ; Chron. syr. an., 81-82 ; Matth., 85 ; Albert, X, 37 ; Foucher, II, 28 ; G. T., 465.

74 Arguant de la subordination d’Édesse à Antioche sous le régime byzantin (Albert, 670).

75 I. Α., 322-24 (H, 261-262) ; 1 f. 24 r° 24 v° ; ‛Az. ans, 501-502 (partiel).

76 I. Α., 323 (H, 263) ; Matth. 85-86. C’est vraisemblablement par confusion avec ce fait que I. F. 25 r° rapporte un voyage de Joscelin auprès du « roi de Roûm ». Rappelons que c’est peu après que Tancrède enlèvera Misîs, ce qui doit n’être pas sans rapport.

77 I. Α., 323-325, 6 (H, 2633267) ; I. F., 24 r°, 26 r° ; Kamâl, 595 ; Matth., 86 ;87 ; Chron. An. Syr. 82. Le détail des faits est incertain. D’après I. Α., il y aurait eu un premier combat, suivi d’une trève dûe au patriarche, le 9 çafar ; puis les deux belligérants seraient repartis chez eux ; alors se serait produit un appel de Roḍwân à Tancrède, d’où aurait résulté la campagne finale qu’il date encore de çafar. Cela est impossible chronologiquement et il faut admettre ou que les deux combats sont deux récits du même ou que la médiation patriarcale n’est pas placée au bon moment. Foucher II 28 connaît trois combats, mais sans précision. Cf. encore Albert X, 38, G. T., XI, 8. D’après Chron. An. Mar‛ach était le fief de Richard, ce que confirme Albert d’Aix 681, mais d’après I F., un seigneur de Mar‛ach était porte-drapeau de Joscelin, ce qui ne peut être Richard. Richard la lui avait-il prise ? Dans I. F., tout le récit a l’air étrange d’un chapitre d’épopée franque ; avant la bataille, Joscelin et Tancrède se rencontrent ; Djawâlî, inquiet, s’écarte et Joscelin no parvint qu’à moitié à le rassurer. Les deux armées chargent trois fois l’une contre l’autre en vain ; Tancrède et Joscelin se battent en duel et Joscelin est renversé de cheval. Son porte-drapeau, le seigneur de Mar‛ach, frappe Tancrède de la hampe du drapeau ; les Francs de Joscelin croyant le drapeau perdu se sauvent et Joscelin veut se réfugier à Tell Bâchir ; sa mère lui en interdit l’entrée, malgré ses serments, parce qu’elle croit qu’il a manqué de courage. Finalement elle va demander l’avis de Tancrède qui certifie que Joscelin s’est bien battu. Parmi les prisonniers est le seigneur de Saroûdj, que Tancrède laisse une fois par mois sortir de prison sur parole pour aller chercher une partie de sa rançon.

78 De son côté Roḍwân envoyait un contingent à Toghtekin pour secourir Tripoli (I. F., 39 v°).

79 Albert XI, 12 ; Foucher II, 40 ; Matth., 90.

80 I. Α., 326-327.

81 Foucher, 410 ; Albert, 620 ; Bohémond a aussi apporté des reliques (AASS, Avril III, 117 et Avril II, 935).

82 Oronte inférieur (Doux) ; avec Souwaïdiya, Djabal‛Aqra, Montagne Admirable, St Elie (Râs al-khanzir ; Bagrâs, Palatza, Artâḥ, Djouma.

83 Borzei, Athârib.

84 Amanus, Mar‛ach, Douloûk. Exception était faite des territoires des Roupéniens, Léon et Thoros, vassaux de l’Empire.

85 Avec Chaïzar.

86 Thème de Lapara, non loin d’Albistân.

87 Matth., 84-85, qui ne spécifie d’ailleurs pas s’il s’agit bien de sujets seldjouqides. Parmi les captifs pris par Kogh-Vasil, il signale un « sultan d’Arménie » ; ce ne peut être le Châh-Armin Soukmân al-Qouṭbî, alors en train d’aider Maudoûd à conquérir Mossoul ou de prendre Mayâfâriqîn ; ce peut être un chef tel qu’un des seigneurs mangoudjakides d’Erzindjân, allié de Malaṭya.

88 Selon Mich. 194, il aurait été tué par le Dânichmendite, mais comme on reparle de lui vers 1125, il y a forcément confusion ; c’est en cette dernière date seulement qu’Arab est bien connu. Anne Comnène 479 parle d’un seldjouqide tué par « Asan Katoukh » (Hasan Qoutloukh ?), père d’un certain « Ghazi », sans doute l’émir de Cappadoce qu’elle appelle précédemment Asan. D’après Qal. 81 A 158, Malikchâh (Châhînchâh) une fois libéré aurait mis à mort et remplacé un cousin qui régnait auparavant. De ces textes vagues et inconciliables, il résulte toutefois qu’il y eut meurtre d’un des héritiers possibles de Qilîdj Arslan.

89 I. F., 27 v°. Le texte est peu clair ; il mentionne une ambassade « de Nicée, qu’Ibn Qoutloumouch avait prise aux Grecs, de leur roi ». La suite du texte, où l’on voit que l’ambassadeur est un faqîh hanafite et qu’il parle de lutter contre les infidèles, exclut qu’il s’agisse d’une ambassade d’Alexis Comnène, bien que Nicée lui appartînt alors.

90 Qal. 81 A 158, d’après lequel il s’enfuit.

91 Mich., 194-195 (Cf. Diyar Bakr, 238-239).

92 Les chefs nommés par Anne sont Asan (supra n. 7), Koutogmès (... Doghmouch ?), Mohammed avec des Turcomans (le Danichmendite ?), Monolycos « le loup solitaire », conseiller vieux et expérimenté du Sultan. Elle appelle celui-ci Saïsan (Châhînchâh), Soulaïmân, Qilidj Arslan, noms divers d’un même personnage (P. 478 ; la Chanson d’Antioche appelle aussi Qilidj Arslan Soliman) ; elle attribue le titre de sultan à des émirs (Karbouqâ, 318 ; Danichmendite, 319), et confond aussi « Saïsan » avec le sutan de Perse (431). Pour la date de la mort de Châhînchâh on admet souvent 1110, mais la bataille contre Alexis, d’après Anne, est de 1115.

93 Anne Comnène ; Albert XII, 15, parle d’hostilités en Anatolie méridionale (à Stamirra (Myra ?) où des pèlerins passèrent en 1113 ; pour compléter l’activité des turcs d’Anatolie, voir infra leurs hostilités contre les Roupéniens et Kogh Vasil, on 1111-1112.

94 Qal. 112 A 171.

95 Anne, H, 192-197 ; Albert, 690.

96 Qal., 93 A 164.

97 Albert, 682 (cf. 701). Ce Guillaume, que notre auteur dit être fils du Comte de Normandie (Robert Courteheuse ?) et qui sera tué en 1115, n’est pas connu autrement, semble-t-il.

98 Qal. 99 A 167.

99 Qal., 127 A 184.

100 G. T., 483. Peut-être n’est-ce qu’une gentille anecdote. D’après Albert, 701, Cécile épousa Pons en 1115, sur le conseil du roi de Jérusalem.

101 Matth., 90.

102 Qal., 101-105 A 172-174 ; Matth., 91-94 ; Chron. An. Syr., 82-83 ; Foucher, H, 43 ; Albert, 670-675 ; G. T., 462-464 (mal daté) ; I. Α., 341 (h, 281) a confondu cette campagne dans son récit de celle de l’an suivant, par erreur.

103 Qal., 105 à 174 ; Matth., 94.

104 A moins qu’il ne l’eût déjà fait un peu plus tôt à la suite d’un appel du seigneur de Chaïzar qu’attaquait Tancrède (I. F., 39 v°, 40 r°. D’après le même, Roḍwân reçut aussi un appel du sultan Mohammed).

105 Qal., 105 A 174 ; Kamâl, 596.

106 Ibn Ḥamdoûn, 504 ; I. F., 41 v°, 48 r°.

107 Qal., 105-106 A 170 ; I. F., 44 v°, 45 r° ; I. Α., 338 (H. 279), seul à croire à un massacre de la garnison ; Kamâl, 297 ; Matth., 95 ; Albert, 684-685, qui place la chose à la fin de IIII.

108 Ibn Ḥamdoûn, 504 (d’après lequel I. Α., 308) ; Târîkh Sâliḥî, 504.

109 Qal., 106 A 170 ; I. F., 47 r°, 41 v° ; Ibn Ḥamdoûn, 504 I. A. 308) ; Mich., 216 (d’après une source arabe apparentée aux deux précédentes) parlent de tributs envoyés aux Francs par divers seigneurs musulmans (Ascalon, Tyr, Damas, Ḥamâh, Chaïzar) ; rapprochant ces faits du tribut de Roḍwân à Tancrède, et à la faveur d’imprécision) chronologique d’auteurs sommaires, on a cru qu’il s’agissait pour les derniers de tributs à Tancrède. D’après le texte plus développé de I. F., 46 r°, cf. 41 v°, il semble qu’il s’agisse de tributs envoyés sur le passage des Francs à leurs chefs coalisés se rendant vers Édesse au printemps de 1110. D’après I. A. T. dans I. F., 41 v°, c’est au lendemain de la prise d’Athârib que Tancrède soumit Chîḥ-al-Ḥadîd ; il paraît peu croyable qu’il ne l’ait pas possédée auparavant, mais peut-être pendant l’attaque récente de Roḍwân lui avait-elle échappé.

110 ‛Az., 5032 ; I. F., 47 r° ; Albert, 685-686, dont le récit concorde remarquablement avec la version arabe.

111 Qal., 111, H 171 ; I. F., 48 r° ; I. Dj., an 504 ; Ibn amdoûn. 504 (I. Α., 339, H 279), d’après un communiqué identique, semble-t-il.

112 Matth., 95 ; Mich., 200. Il résulte de Mich. 205 que les Francs réoccupèrent le Djahân, à moins que Mich. 200 ne soit une de ces erreurs de date fréquentes dans cette partie de son œuvre.

113 Qal., 114-119 (A 176-180, où note d’après Azr.) ; (Kamâl, 599-601 en grande partie d’après Qal.) ; I. F., 47 r°, 48 v°, 55 r° ; Ousama Hitti, 97-98 (épisodes) (Derenbourg Vie, 91-94) ; Ibn Ḥamdoûn, 505-507 ; I. Α., 340-342 dérivé de Qal. et d’Ibn Ḥamdoûn, en ajoutant la confusion personnelle des campagnes de 1110 et 1111. Matth., 96-97 ; Foucher, II, 45 ; Albert, 681-684. Ce dernier nomme comme chefs turcs Malduch (Maudoûd), Armigaldus et Armigazi de Samarga, qu’il a déjà nommés pour la campagne de 1110, difficiles à identifier (Ilghâzi ? Ahmed-II de Maragha ?). Le même énumère les seigneurs francs rassemblés pour résister aux Turcs : aux grands chefs s’ajoutent Richard de Mar‛ach, Guy le Chevreuil de Cilicie (signalé par I. F., 41 v°, comme présent en 1110), Enguerrand d’Apamée, Bonable de Sarmîn (ou Kafartab), Guy le Frêne de Ḥârîm, Roger de Soudin (Souwaïdiya), Roger de Montmarin de Hâb, Pons de Tell-Menis, Martin de Lattakié, Guillaume de Tortose, sans parler des vassaux de Jérusalem venus avec Baudouin, de Païen de Saroûdj et de Hugues de Cantalou « de praedio Hunninae », Guy de Bresalt (Gresalt), Guillaume d’Albin, inconnus ; de Robert de Vieux-Pont, au fief inconnu ; des évêques de Tarse et Albara ; enfin des arméniens Kogh Vâsil, Pancrace et « Ursinus de Montanis Anliochiae » (sans doute Oschin de Lampron) ; Antinellus et son frère Léon, nommés après les précédents, dissimuleraient-ils Thoros et Léon les Roupéniens ? Cette liste, comme diverses listes de chefs musulmans, dans les sources légendaires en particulier, doit être considérée plutôt comme un répertoire onomastique qu’une attestation de présence ; on s’étonnerait un peu que Matth. n’ait pas signalé la présence de Kogh Vâsil s’il était venu en personne ; néanmoins la plupart sont plausibles.

114 Qal., 127-128 A 186 ; Mich., 196 ; Chron. An. Syr., 82-83 ; Matth., 101-102, qui dit qu’entre ses deux premiers raids sur Édesse, Maudoûd se retira vers le Djabal Sassoûn, ici évidemment sommet proche d’Édesse, et non la chaîne au nord de Diyar Bakr.

115 G. T., 490-491 ; Qal., 133 A 186 ; Chron. An. Syr., 85.

116 Kamâl, 601, I. F., 57 v°.

117 Qal., 131 A 185 ; i. F., 63 v° ; après la mort de Tancrède, Takach passa à Jérusalem puis en Égypte (I. F., 64 r°, Qal. G 143-144). Il avait déposé des biens à Alep, que Roḍwân confisqua (I. F., 66 r°).

118 Matth., 102 dit « enlevé aux Francs » ; il semble bien, en ; tous cas (Matth., 85), que dès 1108 la place relevait de Kogh Vâsil ; elle garda un seigneur arménien jusqu’à sa chute en 1150 (Infra). Entre Ḥiçn Mançoûr et Malaṭya, la famille arméno-syrienne des fils de Sanbil reconnaissait aussi la suzeraineté de Kogh Vâsil (Mich., 198).

119 Mich., 198-199 ; le gouverneur s’appelait Kourtig.

120 Matth., 102-103 ; Mich., 199 croit que Tancrède assiégea deux ans et prit Kaïsoûn.

121 Qal., 131-132 A 185. Vers le même moment furent tués Ablaçath et Tigrane, deux chefs de l’armée de Kogh Vâsil qui secouraient les Roupéniens contre des Turcs (Matth., 104).

122 Qal. Ibid. ; I. F., 69 v° ; Foucher, II, 247 ; Alb., 693 ; G. T., 483-484 ; Matlh., 103, An. Syr., 85.

123 Sur les conditions de cette succession, cf. infra, p. 312.

124 Qal., 132 A 185 ; I. F., 63 v°.

125 G. T.. 390 ; ROL, IX, 123. D’après Ousamâ (Derenbourg Vie, III), les deux beaux-frères auraient convenu que celui des deux qui survivrait à l’autre administrerait ses états.

126 Qal., 132-139 A 185-187 ; Ibn amdoûn, 507 ; Matth., 106-107 ; An. Syr., 84 ; Albert, XII, 18.

127 Albert, XII, 14.

128 I. F., 69 v°.

129 Qal., 137 A 187 ; I. F., 68 r°, 69 r° ; Kamal, 602.

130 Qal., 139-142 A 187 ; I. F., 77 r°-v° ; I. Α., 346-348 II 288-290, At. 34-36 ; Azr., 159 v° ; Matth., 107.

131 Qal., 144 A 190 ; I. F., 75 r°-v° ; Kamâl, 602 et Boughya art. Alp-Arslân.

132 I. F., 29 r°.

133 Dans le Djazr, leurs progrès donnaient lieu à des conflits avec les ismailiens imâmiens, par exemple à Ma‛arra Miçrîn en 505 (I. F., 59 v°).

134 I. F., 69 r°-v° ; utilisé par Quatremère, Mines de l’Orient, IV, 342.

135 Chérif Idrisî dans I. F., 7 v° sq. (Quatremère, ibid.) et Boughya, VI, 91 r°.

136 La cupidité peut avoir entraîné Roḍwân à des complicités ; on l’en accusa dans ce cas ; on le voit confisquer des cadeaux envoyés à sa mère (I. F., ibid.).

137 Qal., 145 A 189 ; Kamâl, 603-604 ; I. F., 70 v°, 71 V ; Ibn Badî‛ devait être « assassiné » en 1119 (Kamâl, 616 ; I. F., 138 r° ; ‛Az., 519).

138 Les bénéficiaires de ce soulèvement furent plus les chiites que les sunnites ; les chiites obtinrent la pleine possession de la grande mosquée ; il est possible que certains membres de la famille des Banou Djarâda, ḥanbalite en général, aient été chiites à ce moment (I. F., 72 r°).

139 Qal., 147-148 A 190 (I. Α., 332, qui résume ce passage, le transporte sans raison en 502/1108-1109) ; ‛Az., 5074 confirme brièvement la date) ; I. F., 72 r° ; Sibṭ, 29 ; Ousâma Hitti, 146, 153 (sans date) ; Derenbourg ignore Qal. et admet à tort la date d’I. A. D’après I. F., l’attaque sur Chaïzar fut un essai de compensation à l’expulsion d’Alep ; mais si Kamâl ne se trompe pas en parlant d’une lettre de Moḥammad à Alp Arslan précédant le massacre d’Alep, il n’est pas possible de placer celui-ci entre la mort de Roḍwân (10 déc.) et Noël (date du coup de main sur Chaïzar).

140 Qal., 146-147 A 190 ; Kamal, 605-606 ; I. F., 72 v°, 73 r°.

141 Kamâl, 604 ; I. F., 73 r° ; Boughya Arslân (II).

142 Qal., 148-149 A 191 ; ‛Az., 508 2 et 4 ; Kamâl 606 ; I. F., 81 v°, 82 v°. Loulou était un ancien eunuque du vizir d’Aqsonqor.

143 Matth., 109 ; Mich., 217 (d’après une source arabe) ; Ibn Ḥamdoûn, 509 ; Azr., 162 r° ; I. Α., 350-531 (H 292-293), At., 36-37 ; I. F., 79 r°, 80 r° ; Chron An. Syr., 86.

144 « Derâz », le long (en persan).

145 I. Α., 351-352 (H 293) ; I. F., 79 v°, 80 r°.

146 Dont on verra le détail infra, p.

147 Qal., 149 A 191 ; Az., 508 3 ; I. F., 82 v°, 83 r°, 90 r° ; I. Α., 356 H 295 ; Kamâl, 60 ; Boustân, 508 ; Sibt, 31 ; Matth., 110-113, Mich., 200 ; Foucher, 51-52 ; Gautier, 63-65 ; Sigebert, M. G. SS., vi, 376 ; Romoald M. G. SS., xix, 415 ; le seigneur de Mar‛ach et l’évêque (inconnus) furent tués.

148 Qal., 149 A 191 ; Ibn amdoûn, 509 ; I. Α., 352, 3 (H 293-295) ; I. F., 80 v°, 81 r°.

149 Hamâh appartenait alors aux fils de ‛Alî Kurd (mort en 1114-1115, ‛Az.). Nâcir et Kurdânchâh, vassaux fidèles de Toghtekin (I. F., 84 r°).

150 Entre Ḥamâh et Chaïzar, Boursouq dut piller les places qu’Albert, 701 appelle « Tommosa, Turgulant et Montfargia », à moins qu’elles ne fassent partie de Djabal Soummâq, où il le fait piller aussi. On incline à la première hypothèse parce qu’il y tua Guillaume de Perche, que nous avons vu fieffé à Tortose. Montfargia pourrait être Montferrand — Ba‛rîn, si les Francs l’avaient possédée — ; mais ils ne possédaient pas Rafâniya, sa voisine. Kamâl parle d’attaques sur Hiçn al-Akrâd. Il est exclu que les Francs dès 1115 aient possédé Rafâniya comme on l’a dit. Sans doute Qal., G 150-151 dit que Toghtekin la leur enleva en octobre 1115 ; mais toute cette partie est déformée par le parti-pris de montrer Toghtekin ennemi des Francs (il ne dit pas un mot de leur alliance). D’après le récit plus précis d’I. F., Toghtekin l’enleva à Chams al-Khawâçç, devançant une attaque franque. D’autre part, il ajoute qu’il la donna à ‛Alî Kurd et que Chams Al-Khawâçç alla à Alep où il devint chef de l’armée ; nous savons par Az., 508, confirmé par i. F., 84 r° que ‛Alî Kurd était mort avant la coalition franco-musulmane, que Chams al-Khawâçç était le chef de l’armée d’Alep à ce même moment, et qu’au contraire aussitôt après, Loulou le fit arrêter. Kamal, 608 confirme que Boursouq prit Rafâniya aux fils de ‛Alî le Kurde. La prise de Rafaniya par Toghtekin est donc de 1114, et en 1115 les Francs ne l’occupent pas. Il ne semble pas qu’ils l’aient acquise avant 1126.

151 Les Francs, d’après Gautier, attaquèrent même la forteresse du Pont de Chaïzar, pour les attirer.

152 Le seigneur d’Apamée (Bonable ?) essaya en vain de racheter Basile de Kafartab, son frère, qui fut tué par les Musulmans pendant leur défaite à Dânîth (I. F., 84 r°-v°).

153 D’après Albert, ils pillèrent Ḥârim, Qastoûn et Sinar (inconnu).

154 ‛Az., 509, I ; Ibn Ḥamdoûn, 509 ; I. Α., 356-358 (H 395-298) ; Sibṭ, 553-556 (en grande partie d’après I. A.) ; Kamâl, 608-610 ; I. F., 83 r°, 84 v° ; Ousâma Hitti, 102-106 (Derenbourg Vie, 98-101, 105, 107) ; Matth., 114-116 ; Mich., 203-217 ; Chron. An. Syr., 86, Albert, 701, qui nomme comme chefs turcs, outre Burgoldus = Boursouq, Brodoan, Roḍwân (à tort) et « Cocosander de civitate de Lagabria » (= Djouyouchbeg d’al-Djéziré ? ou Sonqor Derâz, présent d’après Ousamâ Hitti, 102 ? D’après lui les Francs du Sud auraient rejoint Roger près de Tell-Minis) ; Foucher, II, 53-54 ; surtout Gautier, tout le livre I, sauf le prologue et le chap. I ; il nomme parmi les participants francs, Théodore de Barneville, Guillaume, évêque de Djabala, Guy le Chevreuil, Robert fils de Foulques, le Lépreux, Robert de Sourdeval, Bochard, Alain d’Athârib, Guy Fresnel.

155 Qal., 151-153 A 192-197 ; Ibn Ḥamdoûn, 509 ; I. F., 84 v°.

156 Diyâr Bakr, 236 et n. 2.

157 Matth., 116, dit les deux.

158 Matth., 116 ; Mich., 199.

159 Matth., 117. Chron. An. Syr., 86 ; Chron. Zetterstéen, 244.

160 Matth., 117.

161 Matth., 117 ; Chron. An. Syr., 87 ; Mich., 199.

162 Chron. Zetterstéen, 142.

163 I. F., 420 v° ; Az., 512, 5 ; I. A., 383 (H, 316).

164 Ousamâ Hitti, 106 (Derenbourg Vie, 105-106).

165 I. F., 99 v°. D’après le même auteur, Baudouin d’Édesse, repartant chez lui à la fin de 1115, aurait pillé Hailân, près d’Alep (89 v°).

166 Sur la diffusion du monachisme collectif, cf. infra p. 375.

167 Qal., G 154-155.

168 Qal., 155-157 A 198-200 ; Az an., 510-512 ; I. Α., 372-373 (H, 308-309) ; I. F., 100 v°, 102 v°, 106 r°, 107 v°, 120 r°, 123 v° ; Kamâl, 610-615 ; Ibn amdoûn, 511. La chronologie de ces épisodes compliqués est inextricable, les auteurs ayant constamment embrouillé les deux venues d’Ilghâzî à Alep et leur attribuant des dates variables. La seconde est sûrement de peu antérieure à la chute de ‛Azâz (Tiamadhân 512 — déc. 1118).

169 ‛Az., 511 (14) ; Chron. Zetterstéen, 242 ; Nouwaïrî, Bibl. nat., 1578, 61 r°. On ne nous dit pas s’il y a un rapport entre ces faits et l’intervention malheureuse d’Ibn Çoulaïḥa à Marqab (Cf. infra).

170 I. F., 99 v°.

171 G. T., XIV, 4.

172 Nous suivons le récit d’Ibn Abî Ṭayyî, donné par I. F., 137 r°-v° et Vie de Qalâoûn, trad. Van Berchem, Voyage, 319-320, trop précis et trop en rapport avec les circonstances contemporaines pour être rejeté. Mais il faut signaler que d’après un passage, peut-être interpolé au xiiie siècle, de la Liberatio Orientis de Caffaro, la conquête de Marqab serait le fait de Renaud II, fils de Renaud le Connétable (dont il est question dans notre récit), qui, en 1140 aurait mis la main sur le seigneur de Marqab, descendu à Boulounyas pour une beuverie commune. Cette date est inadmissible et le titre du seigneur de Valénie (Boulounyas) et Maraclée (Maraqiya) que l’auteur donne à Renaud, qui ne posséda jamais Maraqiya, non plus qu’aucun de ses successeurs avant la réunion des deux places à la fin du xiie siècle, sous la domination des Hospitaliers, doit nous mettre en garde. L’occupation de Qadmoûs sous Bohémond II serait inconcevable si les Francs n’avaient pas alors possédé Marqab. Au surplus, on connaît un Gautier de Marqab en 1137 (Röhricht Reg. Add. 171 a). Il reste à savoir si le texte de Caffaro pourrait s’appliquer à une autre forteresse d’Ibn Mouḥriz, telle que Manîqâ. Aucun texte ne permet de trancher la question. ‛Az., 501 (1) paraît placer la conquête de Marqab en 1111-1112, mais il s’agit ou d’une erreur de date (fréquentes chez cet auteur), ou d’une erreur de nom du copiste (pour Maraqiya dont la date de conquête, entre 1109 et 1112 est inconnue ?). I. F., aussi chronologiquement incertain, donne 513/Avril 1119-Avril 1120, ce qui est impossible, étant donnée la grave guerre qui éclate entre Antioche et Alep au printemps de 1119 et, dans les mois précédents, les interventions de Roger au nord-est d’Alep (cf. infra). La Vie de Qalâoûn et la Chron. Zetterstéen, 242 donnent 511/1117-1118, ce qui placerait le fait juste avant l’occupation de Balâtonos. Un raid des Francs sur Ḥamâh en 1117, est en effet signalé par Qal., 157 A 199, sans parler des raids de Pons dans la même région à la fin de 1116, par I. F., 99 v° ; d’autre part, c’est en 511 aussi que dans l’arrière-pays de Tortose, les Francs occupèrent Khawâbî (Nouwaïrî, Bibl. Nat., 64 v°). Le père d’Ibn Mouḥriz, d’après le récit de I. A. T., séjournait à Damas, où il est signalé aussi par Mich., 239, sous le nom de « Chaïkh Abou ‛Alî, gouverneur de Qadmous ».

173 Cart., I 347.

174 Az., 512 ; Kamâl, 614-615 ; I. F., 137 v°-138 r° ; Matth., 121 ; Chron. An. Syr., 85 ; Chron. Zetterstéen, 243, dit que Roger eut l’aide de Baudouin d’Édesse, ce qui mettrait l’attaque au début de 1118, date bien difficile à soutenir même si on la met en rapport avec la première et non la seconde arrivée d’Ilghâzî. Au reste, ce texte même donne la date de 513/1118-1119. Mais Roger peut avoir eu des secours de Tell-Bâchir. Il est possible aussi qu’il y ait eu des attaques antérieures sous ‛Azâz, puisqu’il en est déjà question dans les négocations de Loulou avec Roger en 1115. Les autres sources arabes et Matth., mettent en rapport direct la chute de ‛Azâz avec les armements d’Ilghâzî au début de 1119.

175 I. Α., 389 (H, 323) ; I. F., 107 r°. Que les Francs aient pu impunément razzier toute la région entre l’Euphrate et Alep est certain ; toutefois I. Α., dont on sait l’imprécision étant seul à signaler une prise de Bouzâ‛a vers 1119, on est en droit de se demander s’il n’y a pas soit erreur pour ‛Azâz, dont il ne parle pas, soit confusion de date avec un raid de Joscelin qui détruisit Bouzâ‛a en 1120 (Qal., G 163).

176 Orderic, vol. IV, 262.

177 Jean était déjà marié.

178 I. F., 138 v°.

179 Cf. Papadimitriu, Brak russkoj kuzajni, dans Vizantii Vremenik, XI, 1904.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540