Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Seconde partie

Chapitre I. L’établissement de la domination franque dans la Syrie du nord et la région d’Édesse

Texte intégral

  • 1 Conformément à son programme, il fut au contraire le plus docile ; après son hommage, il demanda la (...)
  • 2 Anne XI 3 croit que Tancrède finit par prêter serment. Raoul 18 le nie avec raison, puisqu’un tel s (...)

1Les croisés parvinrent à Constantinople, par groupes successifs, entre la fin de 1096 et le printemps de 1097. Devant ces chefs faisant sonner bien haut leur indépendance, devant ces troupes dont la plupart ne ménageaient pas plus les régions traversées que s’il se fût agi d’un pays ennemi, quelle allait être l’attitude d’Alexis Comnène ? Son but est double : il ne peut être question pour lui d’abandonner en faveur de qui que ce soit aucun des droits territoriaux imprescriptibles de l’empire byzantin ; mais en revanche il est pour lui de la plus haute utilité de mettre à profit le secours que peuvent lui apporter les croisés et d’éviter coûte que coûte de s’en faire des ennemis. En somme, ce qu’il veut, c’est ramener les croisés au rang des mercenaires que seuls il avait désirés, comme il en avait bien souvent servi dans l’armée byzantine. Pour cela, il fallait convaincre les Francs, par un mélange de raisonnements, de menaces, de faveurs, de l’impuissance où ils étaient réduits contre les Turcs sans son aide, et du profit qu’ils trouveraient à se mettre sous sa direction. L’insuffisance de leurs ressources, la conscience croissante des nécessités politiques amenèrent presque tous les chefs francs, y compris Bohémond qu’Alexis avait particulièrement redouté1, à prêter hommage au Basileus ; seuls firent exception Tancrède, le neveu de Bohémond, qui éluda la question en passant tout de suite en Asie, et Raymond de Toulouse, le plus fier et surtout le plus riche des chefs francs. Un accord fut alors conclu entre Grecs et croisés, aux termes duquel ces derniers promettaient de laisser au Basileus tout ce qui, dans leurs futures conquêtes, avait fait partie de l’empire byzantin avant l’invasion turque, en échange de quoi l’armée byzantine et bientôt Alexis lui-même leur prêteraient secours. Dans les troupes, moins sensibles que les chefs aux exigences de la politique, cette subordination ne fut pas toujours ressentie sans amertume ; mais les largesses du gouvernement impérial gagnèrent une grande partie des récalcitrants, et, dans l’ensemble, on peut dire qu’il n’y aura pas de sérieuse difficulté entre Francs et Grecs jusqu’en 10982.

  • 3 Ambassade à Thoros (Matth., 30), à l’Égypte (HBS, 22), aux Musulmans en général (‛Az., 489) ; rien (...)
  • 4 Sa participation est attestée par ‛Az., 490.
  • 5 Röhricht, Erste Kr., ch. IV ; Chalandon, Alexis176 sq. ; Première Crois., 117 sq. ; Grousset, I, 14 (...)

2Ce fut donc à titre d’armée byzantine officielle que les croisés, assistés du corps grec commandé par le Turc converti Tatikios, pénètrèrent dans les territoires musulmans, où Alexis et eux avaient eu soin d’annoncer leur expédition3. Quelques mois plus tôt, Qilîdj Arslân avait anéanti l’armée populaire de Pierre l’Ermite ; s’attendant à une victoire analogue sur les nouveaux croisés il avait laissé sa famille à Nicée ; mais cette fois il avait affaire à des troupes plus nombreuses et plus disciplinées, et fut battu : Nicée dut capituler. L’effet moral et matériel fut considérable ; moralement, parce que c’était la première grave défaite subie par les Turcs ; matérialement, parce qu’elle aboutit à exclure les Turcs de tout le secteur occidental de l’Anatolie. Alexis Comnène employa les mois suivants à mettre à profit ce succès pour remettre la main sur toutes les côtes asiatiques de l’Égée. Pendant ce temps, les croisés pénétraient au cœur de l’Anatolie ; une seconde fois, Qilîdj Arslân, qui avait obtenu le secours de Dânichmend4, essaya de les surprendre en rase campagne, près de Dorylée, mais les croisés parvinrent à rétablir la situation un moment compromise. Désormais il n’essaya plus de s’opposer à leur avance, se bornant à faire devant eux le vide et à compter sur la chaleur et la disette pour les user. D’ailleurs, dans ce semi-désert, il n’était guère possible aux chrétiens d’organiser une occupation solide, et rien ne devait empêcher les bandes turques, si elles s’étaient tenues à l’abri, de revenir, une fois l’armée des croisés passée. Ce ne fut qu’en arrivant aux régions plus peuplées du Taurus que les chrétiens purent, au lieu d’une pure traversée, se soucier d’occupation5.

  • 6 Pakrad, le conseiller arménien de Baudouin, s’était enfui des prisons byzantines, et fut accusé plu (...)

3À ce moment Tancrède et Baudouin se détachèrent du gros de l’armée pour descendre directement sur la Cilicie et la Syrie. On pourrait voir dans cette division une partie d’un plan byzantin pour la soumission des diverses routes vers l’Orient, mais comme aucun représentant du Basileus ni de Tatikios n’accompagna les deux chefs francs, ce n’est sans doute qu’un acte d’indépendance comme Tancrède en avait déjà commis. Ce dernier pensait-il déjà, avec ou sans inspiration de Bohémond, à acquérir personnellement la Cilicie, et Baudouin de même ? Quoi qu’il en soit, l’absence de tout Grec permit d’éluder la question. Tatikios lui-même ne la reposa ni quand tous les croisés furent réunis sous Antioche ni lorsqu’il retourna auprès d’Alexis, puisqu’il reconnut alors à Bohémond la possession provisoire des villes ciliciennes : il attendait la venue du Basileus. Mais en sens inverse Tancrède et Baudouin avaient chacun auprès d’eux un Arménien, dont la présence atteste sans doute un désir de liaison directe avec les indigènes, mais qui d’autre part devaient aussi chercher à attirer les croisés vers les endroits où il y avait des Arméniens à libérer, et devaient souvent préférer les engager directement sous leur propre autorité, plutôt que d’avoir recours à l’armée officielle qui, après les avoir délivrés des Turcs, leur imposerait des gouverneurs grecs6. L’ambition des chefs francs et celle des chefs arméniens se rencontraient donc, à l’origine, pour agir contre les prétentions byzantines.

4Quoi qu’il en soit, Tancrède se présenta devant Tarse, dont la garnison turque, trop faible, commença à négocier une capitulation ; peu après, l’arrivée de Baudouin la décida à fuir. Les habitants se donnèrent à Tancrède, mais Baudouin réclamait sa part, et Tancrède se retira, pensant trouver plus loin des compensations. Baudouin, resté maître de Tarse, y reçut le renfort précieux de corsaires flamands et frisons commandés par un de ses vassaux, Guynemer de Boulogne, lequel venait par un heureux coup de main de s’emparer de Lattakié : concours précieux, qui assurait aux croisés environnés d’ennemis sur terre des communications plus faciles par mer avec l’arrière chrétien.

  • 7 Raoul l’appelle Ursinus, ce qui est le nom qu’Albert donne en 1111 à un Arménien qui a toute chance (...)
  • 8 D’après Chanson, 176, Tancrède après Misis passa en une ville appelée selon les mss. Tarsie (comme (...)

5Quant à Tancrède, il était allé, lui, à Adana, où il trouva déjà installé un chevalier bourguignon du nom de Welf, et où un chef arménien, peut-être Oschin de Lampron7, l’invita à aller prendre Misîs, dont la garnison turque n’opposa qu’une faible résistance. Mais sur ces entrefaites, Baudouin à son tour arriva, sans avoir, semble-t-il, laissé de garnison à Tarse ; déjà un combat avait failli éclater entre Tancrède et lui pour la possession de Tarse, il y en eut un maintenant, semble-t-il, sous Misîs. La paix toutefois fut rétablie, et Baudouin prit la route de Mar‛ach pour aller rejoindre Godefroy, tandis que Tancrède, par Baïâs, Alexandrette et Baghrâs, gagnait la Syrie8.

  • 9 Sur lui, De la Force, Les conseillers latins d’Alexis `Comn. (Byzantion, 1936, I).

6Pendant ce temps la grande armée avait dessiné un vaste détour par Qaïçarya, dont l’objet était celui-ci d’intérêt essentiellement byzantin : il s’agissait de dégager la région, encore tenue localement par des Arméniens, qui était le centre de toutes les routes de l’Anatolie vers l’Arménie méridionale et la Djéziré. Un Arménien, Simon, fut en effet en cours de route investi d’un territoire au nom de Basileus. Une autre ville fut remise plus loin, toujours aux mêmes conditions, à un Normand d’Italie depuis longtemps au service d’Alexis Comnène, Pierre d’Aulph9, à charge de réduire l’émir de Cappadoce Ḥasan, réfugié dans la montagne. Les Chrétiens indigènes avaient chaleureusement accueilli les croisés, et il en fut de même à leur arrivée à Mar‛ach.

  • 10 Gesta,
  • 11 D’après Raoul, 45-47, ce serait Baudouin qui aurait occupé à Artâḥ et il aurait été délivré par Tan (...)

7Dès auparavant de nouvelles bandes s’étaient séparées de l’armée, telle celle de Pierre de Roaix, que Raymond de Toulouse, sur un bruit, peut-être forgé, d’une évacuation d’Antioche par les Turcs, dépêcha en hâte vers cette ville, et qui, à défaut d’elle, reçut plus loin la soumission de quelques places du Roûdj occupées par des Arméniens : initiative d’intérêt militaire, qu’une délibération avec les autres chefs alors en arrière eût retardée, ou entreprise d’ambition personnelle, on ne sait10. Bientôt d’autres croisés parvenaient à Artâḥ, où ils avaient été appelés par les habitants arméniens dès leur sortie de Mar‛ach ; les Turcs d’Antioche accourant pour reprendre la place, ces Francs furent un moment dans une situation très difficile, mais furent délivrés par les premiers corps de la grande armée et par Tancrède, qui occupa aussitôt après en amont sur le ‛Afrîn Aricha et Kersen11.

  • 12 Appelés par Albert Fer (à Tell-Bâchir) et Nicosus, seigneur de la même région.
  • 13 Foucher, I, 14 ; Albert III, 17-18 et 31.

8Il se retrouvait ainsi à proximité de Baudouin, car celui-ci a de nouveau abandonné la grande armée. L’Arménien qui l’accompagnait n’était autre qu’un frère de Kogh-Vasil, et désirait mettre la force franque au service de ce dernier en lui faisant expulser les Turcs des forteresses qui entouraient la principauté de Kaïsoûn. La population étant arménienne, Baudouin n’eut pas de peine à occuper Tell-Bâchir et Rawandân ; il donna cette dernière un instant à Pakrad, mais, Pakrad gardant la place exclusivement pour lui sans admettre de garnison franque, des rivaux arméniens12, amenèrent facilement Baudouin à penser qu’il intriguait à présent avec les Turcs contre lui ; il l’obligea alors par la torture à lui céder la place13.

  • 14 Foucher I, 14 ; Albert III, 20-24 et 31 ; Guibert 165 (d’après lequel le complot était dirigé à la (...)

9Baudouin achevait de soumettre la région de Tell-Bâchir lorsqu’il reçut un appel de Thoros d’Édesse, qui lui demandait son concours contre les Turcs, moyennant de bons dédommagements. Retardé au passage de l’Euphrate, puis encore menacé en route par les Turcs de Samosate, Baudouin, qui n’avait pris qu’une petite troupe pour ne pas dégarnir les places récemment conquises, parvint pourtant sans pertes à Édesse, grâce à la complicité des Arméniens du parcours, et, peu après son arrivée, fit un raid contre Samosate, qui d’ailleurs échoua. Thoros, en l’appelant, avait peut-être eu la main forcée par les notables d’Édesse ; de toute façon, il entendait limiter le rôle de Baudouin à celui d’un chef de mercenaires grassement payé. Mais pas plus qu’à Rawandân, Baudouin n’était disposé à se contenter de cette position subalterne, et il annonça son intention de repartir. Les notables, par peur des Turcs, amenèrent alors Thoros, qui n’avait peut-être pas d’héritier, à l’adopter, et à l’associer comme tel à son pouvoir en attendant la succession. Cela même ne satisfit pas les ennemis qu’avait Thoros en raison de sa religion grecque, de son avarice, et, peut-être, d’atteintes à l’autonomie de certains seigneurs arméniens ; la présence de Baudouin leur donnait la force d’agir. Avec la complicité de Constantin de Gargar, qui avait accompagné Baudouin dans son attaque sur Samosate, un complot se forma, dont Baudouin se tint à l’écart, mais fut sûrement informé ; sans doute chercha-t-il à profiter du soulèvement qui se produisit pour amener pacifiquement Thoros à se sauver en toute sécurité en lui cédant sa place, mais la populace massacra le prince arménien. Baudouin resta seul maître du pouvoir (9 mars 1098), et épousa une nièce de Constantin14.

  • 15 On trouvera des récits circonstanciés du siège d’Antioche, auxquels nos nouvelles sources n’ajouten (...)

10Dans la Syrie du nord, où les chrétiens et surtout les Arméniens étaient moins nombreux, la conquête nécessita une guerre bien plus dure, que le siège d’Antioche résume à peu près entièrement : siège qui, quelles qu’aient pu être les ambitions de certains croisés, faisait encore sûrement partie du plan byzantin. L’armée chrétienne, après avoir forcé le passage du Djisr al-Ḥadîd, était arrivée le 21 octobre devant Antioche. Les opérations qui se déroulèrent autour de cette ville pendant plus de sept mois, abondamment narrées dans les chroniques et dans la tradition poétique, se ramènent en gros à ce qui suit15 :

  • 16 Gesta, 66, 70 ; Raymond,, 243, 247 ; lettre d’Anselme, 2, 157 ; Raoul, 49 ; Albert III, 38-39.
  • 17 Gesta, 68, II. B. S., 35 ; I. Α., 187 (II, 192).
  • 18 Lettre d’Anselme, I, 145 ; Raymond, 242 ; Gesta, 68.
  • 19 Gesta, 68 , 74 ; Anseme, I, 145 ; Raymond, 243 ; Raoul, 49 ; Albert, III, 40-49 (cf. Chanson, IV, 2 (...)
  • 20 Gesta, 69 ; additions dans H. B. S., 37. et Robert, 776 ; Raymond, 242 ; Anselme, 2.
  • 21 Gesta, 72, 76 ; Albert III, 50 ; Kamâl, 578.
  • 22 Gesta, 70, 76, 78 ; Raymond, 245-246 ; Foucher. I, 15-16 ; Robert, 781 ; Guibert, 182 ; Anselme, 2  (...)
  • 23 Raymond, 243 ; Raoul. 58 ; Guibert, 254 ; Orderic, X, 22 ; Albert, 501. Cf. infra, p. 222, n. 46.
  • 24 Raoul, 58.
  • 25 Raymond, 243 ; Albert, III, 58. 26)
  • 26 Gesta, 76-78.
  • 27 Cf. infra.

11La présence de montagnes au sud et le long périmètre des remparts amenèrent les croisés à n’investir d’abord que la partie septentrionale de la ville ; l’aménagement d’un pont de bateaux sur l’Oronte leur permit cependant de le traverser et de s’étendre vers l’aval, en même temps que la construction d’un fortin sur les premières pentes leur permettait de dominer une partie de l’agglomération16. Les chrétiens, en majorité syriaques, suspects aux Turcs et aux Francs, rejetés en partie par Yaghîsiyân entre les deux armées, faisaient de l’espionnage pour le compte des deux partis17. Au début les Francs purent abondamment vivre sur les ressources des environs18, mais ils les gaspillèrent, et se trouvèrent réduits bientôt à de sévères restrictions. En même temps les Turcs d’Antioche et de Ḥârim, que la peur avait un moment immobilisés, se mettaient à faire des sorties qui coûtèrent aux Francs de meurtrières surprises et nuirent beaucoup à leur ravitaillement19. Il fallut organiser des opérations de police et d’approvisionnement, en novembre vers Ḥarîm20, en décembre vers le Djabal Soummâq21. Mais ni ces remèdes ni diverses mesures disciplinaires n’empêchèrent la disette de croître, décimant la cavalerie des Francs22. Démoralisée, l’armée assiégeante commença à s’éparpiller : Robert de Normandie se rendit en décembre à Lattakié, depuis peu occupée par des Anglais23 ; Étienne de Blois se retirait de même momentanément en Cilicie24 ; par surcroît Godefroy de Bouillon était malade25. Guillaume le Charpentier et Pierre l’Ermite furent rattrapés en train de fuir26 ; Tatikios fit bientôt de même27, et une masse de petites gens partaient en quête de vivres.

  • 28 Qal. 155 G 43 (Kamâl, 579) ; Gesta, 73, additions II. B. S., 40 ; Raymond, 243-245 ; Etienne, 2 ; A (...)
  • 29 Kamâl, 579 ; Gesta, 85 ; H. B. S., 47 ; Tudebode, 43 ; Baudri, 46 ; Guibert, IV, 13 ; Robert, IV, 1 (...)

12Heureusement pour les Francs, le monde musulman réagissait fort peu. Yaghî-Siyân avait lancé des appels à tous les princes de Syrie et au Sultan Barkyârok lui-même. Mais leurs difficultés propres et leurs dissenssions les empêchaient d’intervenir efficacement. Une première tentative fut faite, au moment de l’expédition franque vers le Djabal Soummâq, par Doqâq assisté du seul Djanâḥ ad-daula ; elle aboutit, après un combat indécis près d’al-Bâra, à un échec (31 décembre 1097)28. Roḍwân se décida alors à surmonter sa rancune contre Yaghî-Siyân et à intervenir à son tour avec l’appui de son ancien vassal Souqmân ; mais les Francs, prévenus par les campagnards chrétiens, purent prendre leurs dispositions à temps pour tenir en respect les Turcs d’Antioche et en même temps refouler près du Djisr al-Ḥadîd les Alépins en si grand désordre que la garnison de Ḥârim évacua précipitamment la place. Résultat que ne compromit pas une défaite locale d’Arméniens de la région de Tell-Bâchir venus piller le Wâdî Bouṭnân29. Yaghî-Siyân ne pouvait donc plus compter que sur les Orientaux, nécessairement plus longs à pouvoir arriver jusqu’à lui.

  • 30 Matth., 33-34 ; Albert, IV, 9 ; Raoul, 54.
  • 31 Gesta, 96 ; Baudri, G, II, 15, H. B. S., 44 ; Robert, V, I ; Albert, III, 59 ; Etienne, 2.
  • 32 Qal. G. 45 ; G. T., 314.

13En revanche les Francs reçurent des secours directs ou indirects. Aux flottes grecques de Chypre et de l’Anatolie méridionale s’étaient jointes maintenant des flottes gênoises et anglaises, si bien qu’il devenait plus facile de ravitailler les Francs par mer ; d’autres approvisionnements étaient envoyés par les Arméniens de Cilicie et par Baudouin du territoire de Tell-Bâchir30. Puis le vizir d’Égypte, al-Afḍal, répondit aux ambassades franco-byzantines avec amabilité, soit qu’il eût cru réellement que l’expédition chrétienne ne menaçait pas la Palestine, soit qu’il voulût seulement profiter du moment où elle ne gênait que ses adversaires31 : il préparait donc une expédition qui allait, en août, lui restituer Jérusalem32.

  • 33 Gesta, 88, 96, 98 ; Tudebode, 49 ; H. B. S., 57 ; Anselme, 2 ; lettre aux Lucquois ; Raymond, 243, (...)

14Enfin au printemps les Francs se décidèrent à compléter l’investissement d’Antioche en fortifiant une mosquée à l’entrée du pont et le monastère de Saint-Georges sur les pentes sud-ouest du Silpius. Dès lors le ravitaillement de la ville devint très difficile, les mouvements des Francs par contre à peu près sûrs33. Un pouvait prévoir le découragement des assiégés.

15Mais à qui appartiendrait la ville une fois qu’elle serait prise ? A mesure que les épreuves des Croisés augmentaient, il leur était plus cruel d’admettre l’abandon de leurs conquêtes à Alexis Comnène, dont l’armée y avait si peu pris part. Moralement, le retrait de Tatikios le rendit inconcevable à la masse des croisés. Car ce départ, il était pour tous les Francs une désertion en face de l’ennemi. Sans doute, s’il est certain que Tatikios fut démoralisé par la disette et l’annonce de l’attaque alépine ou orientale future, il put, en s’en allant, penser en toute bonne foi qu’il cherchait des vivres et des renforts et reviendrait bientôt plus en force ; sans doute aussi les souffrances avaient-elles aigri les rapports toujours difficiles entre Grecs et Francs, et Bohémond put-il exploiter cette situation en lui faisant craindre pour sa propre sécurité, ce dont Tatikios le remercia en lui concédant jusqu’à son retour la Cilicie : comme ce retour ne s’était produit ni au moment de la prise d’Antioche ni lors du siège que les croisés auront à y soutenir à leur tour, la masse des Francs, qui n’avaient pas prêté serment à l’Empereur ni compris pourquoi leurs chefs l’avaient fait, considéraient l’accord avec le basileus comme caduc.

  • 34 Lettres de Anselme, 2, des princes au pape, des Lucquois, de Daimbert (Hag., p. 156, 161, 165, 167  (...)

16Naturellement cette situation faisait tout à fait l’affaire de Bohémond, qui eût admis de tenir Antioche en fief d’Alexis, mais doutait fort qu’il la lui accordât. Quelle que soit la part exacte qu’il ait eue dans le départ de Tatikios, il est certain qu’il ambitionnait dès le début la possession d’Antioche. Déjà il avait essayé de profiter de la disette de l’hiver pour obtenir des barons la promesse d’Antioche par la menace de devoir, faute de ressources, se retirer lui aussi. Il avait été, sans nul doute, avec Raymond, le plus actif des chefs asiégeants, et les indigènes le considéraient comme le chef suprême des Francs. Un armurier arménien, converti à l’Islam, mais en contestation avec Yaghî-Siyân, Firouz, négocia avec Bohémond l’introduction des Francs dans une tour de la montagne. Bohémond revint alors à la charge auprès des barons et proposa de donner la ville à celui qui pourrait la prendre ; les barons répondirent d’abord que peine partagée méritait salaire partagé ; mais sur ces entrefaites, on apprit l’approche d’une forte armée orientale, qui rendait vitale pour les croisés l’occupation rapide d’Antioche. Bohémond obtint donc satisfaction, sous réserve de remettre la ville au basileus lorsque celui-ci viendrait. Bohémond, réaliste, ne chicana pas : l’essentiel était d’entrer dans Antioche. L’accord conclu avec Firouz fut exécuté, et Antioche enlevée le 3 juin 1098. Des massacres de musulmans suivirent, avec l’aide des chrétiens indigènes. Yaghî-Siyân, fuyant de la citadelle vers le Roûdj, tomba aux mains de paysans arméniens qui apportèrent sa tête à Bohémond. Les Turcs de ‛Imm et de Inab évacuèrent ces places. Il était temps : trois jours plus tard, les avant-garde de l’armée d’Orient arrivaient en vue d’Antioche34.

  • 35 Le rendez-vous djéziréen est appelé par Albert, IV, 10 (Chanson, VI, 1). « Castrum Sooch » (on song (...)

17Yaghî-Siyân, on l’a vu, avait lancé des appels non seulement aux princes syriens mais à ceux de Djéziré et au sultan Barkyârôq lui-même. Ce dernier n’était pas en état d’intervenir, mais il n’en était pas de même de son vassal théorique de Mossoul, Karboûqâ, qui dut recevoir de lui la mission d’expulser l’envahisseur infidèle. Il rassembla des forces considérables, auxquelles il donna rendez-vous en divers lieux de son parcours35. La distance aidant, cette armée fut considérée par les croisés comme terrifiante. À la veille de la prise d’Antioche, Étienne de Blois s’était sauvé. Lorsqu’il aperçut du haut du col de Baylân les forces ennemies qui arrivaient, il partit d’une traite jusqu’au camp d’Alexis Comnène.

18Depuis le départ des croisés, ce dernier n’avait pas perdu son temps. La force turque en Anatolie ayant été momentanément brisée à Nicée et à Dorylée, il en avait profité pour récupérer sur Zakas et les autres émirs turcs toutes les côtes de la Mer Égée et leur arrière-pays. Il se préparait à présent à venir au secours des croisés en occupant solidement le pays qu’ils avaient traversé, et avait atteint Akchéhir ou Qoutayeh lorsqu’il rencontra Étienne et les autres fuyards. À la suite de leurs récits, il considéra les Francs comme irrémédiablement perdus, et la campagne de l’armée byzantine, trop faible pour s’aventurer seule si loin, comme désormais sans objet ; il rebroussa donc chemin. L’arrivée d’Alexis auprès des croisés eût sans doute détruit le néfaste effet du départ de Tatikios ; sa volte-face rendit irrémédiable la rupture morale entre Francs et Grecs, et par suite la faillite des visées byzantines sur la Syrie. Lorsque plus tard Alexis enverra des troupes recueillir les fruits des efforts des autres, elle seront, comme il est naturel, aussi mal accueillies qu’elles l’eussent été bien lors de l’attaque de Karboûqâ. Le droit strict ici ne pouvait tenir contre l’absence des titres moraux, et les excuses qu’avait Alexis, mal informé, ne changeaient rien à ce fait. Au surplus, le sentiment des Francs eût-il été moins général, le recul grec laissait à Bohémond le temps de s’installer dans la ville de son choix ; et il ne devait pas être possible de l’en faire sortir comme il l’eût été de l’y prévenir.

19Pour le moment l’absence des Grecs et d’Étienne mettait les Francs dans une situation très grave. Épuisés par sept mois de lutte, ils allaient être enfermés dans une ville prise d’hier, que le siège avait vidée de ses provisions, et dont la citadelle restait aux mains de l’ennemi. Heureusement pour les Francs, Karboûqâ avait perdu trois semaines en route à essayer d’enlever Édesse à Baudouin, puis encore plusieurs jours à attendre l’arrivée de Soukmân l’Artouqide, de Waththâb le Nomaïrite, de Doqâq et de Djanâḥ ad-daula. Les premiers détachements musulmans parvinrent devant Antioche le 6 juin, et le 8 Karboûqâ recevait livraison de la citadelle où il installa Aḥmad ibn Marwân. Les croisés durent en hâte aménager un petit rempart pour se préserver des sorties de la garnison, mais ne purent empêcher l’ennemi de prendre solidement position devant Antioche, et, la démoralisation gagnant, il y eut de nouvelles fuites, à la suite de quoi les flottes ancrées à Souwaïdiya jugèrent prudent de s’en aller. La famine se mit dans la ville, Adémar et Raymond tombèrent malades, des mesures allant jusqu’à l’incendie d’un quartier durent être prises pour maintenir la discipline.

  • 36 Lettres d’Anselme, 2, des princes, des Lucquois, de Daimbert, I ; Gesta, récit IX ; Raymond, 252-26 (...)
  • 37 Gesta, 160 ; Baudri, G 80 ; Alb., V, 2-3 ; d’après Chanson, VI, 2, Baudouin aurait appelé Alexis co (...)

20Cet état moral surexcitait chez les croisés, dès l’origine baignés de religion, les dispositions au surnaturel. Les visions se multiplièrent. Un provençal, Pierre Barthélémy, annonça avoir eu la révélation de la présence à Saint-Pierre d’Antioche de la lance avec laquelle avait été percé le flanc de Jésus, et qui procurerait la victoire aux chrétiens. L’authenticité de la vision ayant été admise par Raymond fut révoquée en doute par Bohémond, qui plus tard la présenta comme une supercherie au service de l’ambition politique du comte de Toulouse. Mais sur le moment, il se produisit un tel mouvement d’enthousiasme qu’aucun sceptique n’insista. On trouva en effet une lance au lieu indiqué. Tous jurèrent de vaincre ou mourir. Bohémond fut élu chef des opérations. Il essaya une négociation avec Karboûqâ, par l’entremise de Pierre l’Ermite, qui échoua. Le 28 juin, il organisa une sortie. Karboûqâ, sûr de la victoire, refusa d’attaquer les Francs avant leur complète sortie. Mais autant les Francs étaient ardents, autant l’armée musulmane était affaiblie par la méfiance mutuelle des émirs. La bataille se termina par la déroute des musulmans, qui furent achevés par les paysans indigènes. Le gouverneur de la citadelle se rendit36. Par respect pour la parole donnée, les chefs francs envoyèrent Hugues de Vermandois inviter Alexis à reprendre sa marche en avant et à venir se joindre à eux ; mais il était trop tard pour cette année, et Hugues ne devait pas revenir pour le moment37.

  • 38 Gesta, récit X ; Raymond, 265 ; Foucher, I, 24 ; Raoul, 94-95 (mais, cf. 60) ; Alb., V, 2-15 ; Qal. (...)

21Les croisés avaient besoin de repos : les chefs décidèrent de remettre à novembre la continuation de la marche. Chacun ne pensa plus alors qu’à accomplir de fructueux raids. Un certain partage des environs d’Antioche avait été effectué pendant le siège : le moyen ‛Afrîn appartenait au comte de Flandre, le Roûdj aux Provençaux depuis le raid de Pierre de Roaix ; un autre Provençal, Raymond Pilet, pénétra dans le Djabal Soummâq, enleva Tell-Menis, mais fut battu par la garnison musulmane de Ma‛arrat an-No‛mân ; en septembre Raymond de Toulouse alla enlever al-Bâra. Bohémond avait le bas-Oronte, sauf Souwaïdiya, et Tancrède ‛Imm et Ḥârim ; de plus Tatikios avait confié au premier la Cilicie. Enfin Godefroy avait Souwaïdiya, et surtout un frère à Édesse, qui lui avait laissé la libre disposition de la région de Tell-Bâchir : il s’y rendit et en chemin reçut pour la première fois un appel d’un chef musulman, le seigneur de ‛Azâz, en conflit avec Roḍwân, que Godefroy, avec des renforts de Baudouin, Bohémond et Raymond, repoussa ; il réduisit ensuite au respect Pakrad et Kogh-Vasil, qui, maintenant ennemis des Francs, avaient pendant le siège d’Antioche cherché à intercepter les communications de cette ville avec Édesse ; il repartit alors pour Antioche, mais quelques-uns de ses compagnons, parmi lesquels Foucher de Chartres (distinct de l’historien), vassal de Bohémond en Italie, restèrent au service de Baudouin (août-octobre 1098)38.

  • 39 C’est la place qu’Albert appelle Amacha ; Mich., 184, dit que les Nomaïrites possédaient, lors de l (...)
  • 40 Albert, IV, 8 ; III, 24-25 (daté à tort d’avant Karboûqâ, puisque l’on voit Foucher arrivé seulemen (...)

22Ce furent probablement ces renforts qui permirent à Baudouin d’acquérir, avec Saroûdj, la maîtrise de la route qui reliait Édesse à Tell-Bâchir et à Antioche, soit qu’il y eût été appelé par Balak lui-même contre une révolte des habitants appuyés par Baldouq, mais avec l’espoir, que Baudouin aurait trompé, que celui-ci la lui restituerait ; soit que, plus simplement, Baudouin la lui ait enlevée directement ; il la concéda en fief à Foucher de Chartres. Alors Balak essaya d’attirer Baudouin dans un piège, en lui promettant la livraison d’une autre place-forte39 ; mais Baudouin s’étant méfié, il n’y eut de pris que quelques chevaliers, qui furent bientôt libérés (fin 1098 ou début 1099). Dans la même période, un parti d’Arméniens inquiets de l’afflux des Francs, qui risquait d’aboutir à la dépossession des indigènes, fomenta un complot pour supprimer Baudouin : le résulat fut tout le contraire, car les conjurés furent découverts, emprisonnés, et relâchés seulement moyennant abandon de leurs biens, qui furent distribués à des Francs. La domination franque ne fut plus contestée pendant une douzaine d’années40.

  • 41 Gesta, 168-170 ; Raymond, 268-270. 26, 29.

23Pendant ce temps était arrivé le rendez-vous du 1er novembre 1098 à Antioche, où les chefs devaient décider de la reprise de la marche vers Jérusalem. Avant de partir, Bohémond désirait que sa situation fût définitivement réglée. Sans doute il avait dès juillet agi en seigneur d’Antioche en faisant dans cette ville des concessions aux Gênois, dont il se ménageait ainsi l’appui ; néanmoins, aux termes de l’accord du printemps entre les barons et lui, son maintien était subordonné à la non-venue-éventuelle d’Alexis. Bohémond prétendait qu’on avait assez attendu pour prendre une décision ferme ; Raymond se montrait intraitable sur la foi due à l’Empereur auquel il avait hier refusé de prêter serment ; les autres chefs, partagés entre leurs scrupules juridiques et leur amitié pour Bohémond, désiraient attendre à Antioche. Mais la masse des croisés, sans intérêt dans ces querelles de grands, menaça de les abandonner. Raymond prit la tête du parti populaire pieux, et se déclara prêt à partir ; Bohémond, pour ne lui laisser le monopole ni du bénéfice moral ni des conquêtes dans la Syrie du nord, en fit autant. Mais la question ne fut pas réglée ; dans la période de demi-condominium exigé par la présence de tous les croisés autour d’Antioche, Raymond avait occupé la tour d’entrée du pont et le palais gouvernemental ; il refusa de les évacuer41.

  • 42 Gesta, 172-178 ; Raymond, 268-270 ; Foucher, I, 24 ; Raoul, 96 ; Albert, V, Qal. 46 A 136 ; Kamâl, (...)

24Raymond et Bohémond partirent donc, et décidèrent de soumettre en route Ma‛arrat an-No‛mân (fin novembre). Le siège difficile, mais conduit avec énergie, aboutit à un assaut heureux le 11 décembre ; Bohémond avait négocié avec le gouverneur turc une capitulation honorable, mais lorsque les croisés entrèrent dans la ville ils saccagèrent tout. Ce fut un des sinistres dont les Musulmans ne purent oublier le souvenir. Au surplus, les croisés souffraient eux aussi, les vivres, dans le pays manquant, et la peste, dont déjà Adémar et bien d’autres étaient morts à Antioche pendant l’été, continuant ses ravages42.

  • 43 Gesta, 178-180 ; Raymond, 270-272 ; Foucher, I, 24 ; Raoul, 105 ; Albert, V, 26-28.

25La ville n’était pas plutôt tombée que la querelle reprit entre Bohémond et Raymond, au sujet d’al-Bâra, que Raymond avait donnée à l’évêque qu’il y avait fait installer : Bohémond n’acceptait de le reconnaître que si Raymond évacuait les édifices qu’il détenait à Antioche. Raymond refusant, Bohémond, sous prétexte que l’armée n’était pas assez forte pour une campagne d’hiver, retourna à Antioche ; Raymond, désormais lié aux impatients, voulait au contraire partir tout de suite ; il obtint seulement une conférence dans le Roûdj avec les autres chefs, qui étaient restés à Antioche à l’exception de Godefroy parti de nouveau procéder à des opérations de nettoyage autour de Tell-Bâchir ; puis, grossi à la fin de Robert de Normandie et de Tancrède, sans doute envoyé Bohémond pour le surveiller, Raymond reprit la marche vers le sud au milieu de janvier 1099. Bohémond ne le sut pas plutôt qu’il expulsa d’Antioche les hommes que Raymond y avait laissés43.

  • 44 Gesta, 180-190 ; Raymond, 272-276 ; Albert, V, 28-33 ; I. A. (H 197).

26Quant à l’armée de Raymond, la peur amenait les habitants à fuir devant elle, et les émirs, tels successivement le Mounqidhite de Chaïzar, Djanâḥ ad-daula de Ḥoms, et Ibn ‛Ammâr de Tripoli, à lui offrir toutes facilités de passage. Les croisés parvinrent ainsi en longeant le bord oriental du Djabal Bahra, jusqu’à ‛Arqa qui fut assiégée, afin d’obtenir d’importantes concessions d’Ibn ‛Ammâr, auquel elle appartenait. D’autres corps allaient entre temps occuper Tortose et recevoir l’hommage du seigneur de Maraqiya, afin de garantir les communications maritimes de l’armée comme l’occupation de Souwaïdiya et de Lattakié avaient assuré celles d’Antioche. Pendant ce temps les autres chefs avaient fini par quitter à leur tour Antioche (fin février) et s’étaient concentrés à Lattakié, où venaient d’arriver des vaisseaux grecs et vénitiens ; seul Bohémond, qui, sans doute par précaution, les avait accompagnés dans cette ville, ne poursuivit pas la marche. Godefroy et Robert de Flandre assiégeaient Djabala, lorsqu’ils reçurent un appel de Raymond qui les priait d’accourir à ‛Arqa, qu’une armée de secours ennemie était près d’atteindre. Renonçant à Djabala, ils rejoignirent Raymond, mais comme l’ennemi ne parut pas, ils se jugèrent joués, et conservèrent avec Raymond jusqu’à la fin de la croisade des rapports très froids ; Tancrède maintenant quitta Raymond et se joignit aux autres chefs44.

  • 45 Raymond, 286 ; G. T., 307.

27En avril on reçut enfin une ambassade d’Alexis Comnène ; il se plaignait de la décision prise en faveur de Bohémond et demandait aux croisés de suspendre leur marche jusqu’en juin, date à laquelle il serait prêt à se joindre à eux. Raymond était disposé cette fois à accepter, son hostilité envers Bohémond le rapprochait des Grecs, mais une fois de plus la masse des croisés fit décider la continuation immédiate de la campagne. Il va sans dire que la marche sur la Palestine transforma en hostilité l’entente franco-fatimide ébauchée précédemment, et Alexis lui-même, déçu sur le compte des croisés, exhortait contre eux al-Afḍal. Il est permis de se demander jusqu’à quel point Alexis était réellement disposé dans ces conditions à venir appuyer les croisés ; en tous cas il n’avait fait au printemps aucun préparatif qui lui permît d’être en juin en Syrie, si ce n’est d’envoyer une flotte à Lattakié45. Dans le désemparement de l’Islam, cette carence ne présentait plus de danger, non plus que la volte-face égyptienne ; et, au contraire, l’extension du danger franc à toute la Syrie, en obligeant chaque prince à défendre ses positions locales, devait empêcher pour de longues années la formation entre eux d’aucune coalition redoutable pour les Chrétiens. Jérusalem fut emportée le 15 juillet, et Tancrède ne put pas mieux y empêcher le massacre des infidèles qu’hier Bohémond à Ma‛arra.

28Les rapports entre Raymond et Godefroy devinrent alors aussi mauvais que l’avaient été hier les rapports entre Raymond et Bohémond. Déjà pendant la marche les ennemis de Raymond avaient rouvert la question de l’authenticité de la Sainte Lance. Maintenant il s’agit de donner un chef à la Ville Sainte. Raymond refusa la couronne, qui ne lui était sans doute pas offerte avec l’unanimité désirable, mais n’entendait pas moins garder une part des conquêtes. Godefroy fut élu, avec le titre d’Avoué du Saint Sépulcre, non de roi, et entra aussitôt en conflit avec Raymond au sujet des parties de Jérusalem occupées par ce dernier, et il fallut une attaque égyptienne pour amener entre eux une détente momentanée. Aussitôt les Égyptiens battus, les deux chefs se disputèrent le bénéfice de la victoire, ce qui empêcha Ascalon d’être prise. Finalement Raymond et les deux Robert (de Flandre et Normandie) décidèrent la croisade finie et l’heure venue pour eux du retour en Occident ; ils repartirent donc le long de la côte jusqu’à Djabala. Quant à Tancrède, il s’était taillé une belle seigneurie comprenant Haïfa et la Galilée ; sa présence en Palestine donnait à Bohémond, en attendant qu’il y vînt lui-même, assez d’influence pour la sauvegarde de ses intérêts.

  • 46 L’histoire de Lattakié pendant la croisade, assez obscure, est discutée par David, Robert Corthose, (...)
  • 47 Albert, VI, 59 ; lettre de Daimbert ; Caffaro, 57-58 ; Orderic, IV, 70 ; Foucher, I, 32 ; Gesta tri (...)

29S’il était resté dans le Nord, c’était pour y acquérir les dépendances d’Antioche. Depuis l’ambassade d’Alexis, il en était venu à une rupture ouverte avec les Grecs. Après le départ des croisés d’Antioche vers le sud, Lattakié était tombée complètement sous l’autorité grecque46. Ce fait constituait évidemment une menace grave pour la sécurité de Bohémond. Mais, pour acquérir la ville, il lui fallait une flotte ; des navires gênois et pisans qui arrivèrent en Syrie dans l’été de 1099 la lui procurèrent, et il avait entrepris le siège de Lattakié lorsque Raymond et ses compagnons arrivèrent à Djabala en rentrant de Palestine. Avec les Pisans avait débarqué en Syrie l’évêque de leur ville, Daimbert, envoyé comme légat par le pape pour remplacer Adémar du Puy. Les chefs croisés de Djabala eurent une entrevue avec lui, et, momentanément, le persuadèrent de l’injustice des prétentions de Bohémond. Il interdit alors aux Italiens de lui prêter assistance, et Bohémond dût se retirer. Raymond prit possession de la ville au nom d’Alexis Comnène, puis, tandis que Robert de Flandre et Robert de Normandie se rembarquaient pour la France, Raymond, qui avait, lui, des ambitions syriennes, resta à Lattakié ou à Tortose jusqu’en mars 1100, date à laquelle il partit pour Constantinople47.

  • 48 Foucher, I, 33-34 ; Albert, VII, 6-8 ; Raoul, 140 ; G. T. X, 4. Rappelons que les Normands d’Italie (...)

30S’ils n’avaient pas pris part à la campagne de Jérusalem, ni Baudouin ni Bohémond n’entendaient pour cela être parjures à leur vœu et négliger de sauvegarder leur influence parmi les Francs parvenus en Terre Sainte. Une expédition isolée demeurant imprudente, ils décidèrent de se rendre ensemble au Saint Sépulcre pour la Noël 1099 ; Daimbert en route se joignit à eux ; il était retombé, cette fois définitivement, sous l’influence de Bohémond. À Jérusalem, plusieurs décisions importantes pour la Syrie du nord furent prises. On désigna pour les possessions franques quatre évêques latins, pour des sièges dépourvus de titulaire grec antérieur ; puis Daimbert, sous l’influence de Bohémond, fut élu patriarche de Jésusalem ; enfin et surtout Godefroy et Bohémond se reconnurent vassaux de l’Église en la personne de Daimbert. Pour Godefroy, la chose était naturelle et simple, puisqu’il s’agissait de la Ville Sainte, conquise à la suite d’une expédition organisée et conduite par le Saint Siège ou un légat, en territoire depuis longtemps musulman. Mais pour Bohémond sa situation par rapport aux Grecs rendait l’affaire bien différente. Si la vassalité de Godefroy diminuait son pouvoir, celle de Bohémond consacrait le sien. À partir de maintenant, au refus de reconnaissance byzantine il pouvait opposer une autre légitimité, l’investiture solennelle de l’Église Romaine (qui, le cas échéant, lui procurerait l’aide de ses fidèles). La solidarité de Bohémond et de Daimbert développait de plus l’influence du premier à Jérusalem, ce qui n’était pas à dédaigner. On ne nous dit pas qu’aucune investiture analogue ait été sollicitée par Baudouin, dont le pouvoir n’était pas contesté48.

  • 49 Le fait que Foucher et Raoul le lui attribuent plus tôt ne prouve rien, puisqu’ils écrivaient en un (...)
  • 50 Assises Jér. Lois, II, 446.
  • 51 Sauf, en apparence, un acte de 1093, mais qui n’est connu que par une transcription de 1270 environ
  • 52 Codice Diplomatico Barese, I et V, passim.

31C’est probablement à l’occasion du sacre de Jérusalem que Bohémond prit ou se fit confirmer le titre de prince49. On a presque toujours cru, à la suite de l’auteur des Assises des Bourgeois de Jérusalem50, que ce titre, Bohémond n’avait fait que le transporter de Tarente à Antioche. En réalité, comme l’a fait remarquer Yewdale, il n’existe aucun texte51 donnant à Bohémond ni même à son fils Bohémond II en Italie le titre de prince de Tarente, qui fut créé en même temps que d’autres dignités analogues par Roger II. Bohémond n’est jamais avant la croisade et encore à Antioche dans son privilège de 1098 aux Gênois que « Boamundus dominus, filius Roberti Guiscardi ducis » ; lorsqu’il revient en Italie, il s’y intitule « princeps antiochenus », et son héritier, avant d’être en Syrie, est « Boamundus dominus, filius principis antiocheni domini Boamundi »52. Il est donc incontestable que ce fut en Syrie et pour Antioche que Bohémond inaugura son appellation princière.

  • 53 E. Mayer, Italienische Verfassungsgeschichte, I, 82 et II, 305, id. Französische und deutsche Verfa (...)
  • 54 Assises Bourgeois Jér., p. 446 : « tous les seignors d’Antioce sont apelés princes, jaçoit que Anti (...)

32Maintenant quelle raison lui fit choisir ce titre assez insolite dans l’Europe d’alors ? Un de ses cousins était prince de Capoue, comme successeur d’un prince lombard. Le mot était susceptible d’acceptions assez diverses. En France, on ne parlait guère que de « principes », au pluriel, désignant en général les plus hauts seigneurs d’un état féodal, parfois les plus hauts notables d’une ville. Mais « Princeps » au singulier se disait en Italie lombarde au xie siècle des ducs et des marquis devenus autonomes, comme une dignité qui ne leur enlevait nullement leur titre antérieur ; dans l’Empire, on appelait princes les hauts barons dont pouvait seul exiger un hommage un souverain sacré, spécification qui n’apparaît pas en Italie : par contre, les souvenirs du droit romain attachent sûrement au titre de princeps une idée de souveraineté53. Pour le principat de Bohémond, l’existence d’une telle idée est attestée hors de toute équivoque d’abord par le sacre de Jérusalem, puis par un acte de Raymond d’Antioche (1140) et une phrase des Assises de Jérusalem, qui assimilent l’état antiochien à un royaume54. Cette souveraineté, Bohémond la considère sans doute comme le relevant de tout lien de dépendance à l’égard de l’Empire byzantin ; elle a a fortiori la même portée à l’égard de l’état jérusalémite, même lorsqu’en 1100 Baudouin Ier y aura pris le titre royal : « la terre d’Antioche, dit Ernoul, n’est mie du royaume ».

33Lorsqu’en janvier 1100, Bohémond et Baudouin regagnent la Syrie du nord, leurs deux états sont bien constitués. Ils le sont avant l’état jérusalémite, encore naissant et partagé entre des tendances monarchiques et théocratiques, et possèdent dès lors un noyau solide et étendu de territoires. Pour le premier formé, celui d’Édesse, cela s’est fait presque sans conquête, par transfert de pouvoir d’un chef arménien à un chef franc ; d’où, en dépit du complot postérieur, absence de toute dépossession massive des puissants de la veille : on a moins devant soi un comté franc qu’un comté arménien à direction franque. À Antioche, il a fallu une dure conquête ; néanmoins là aussi il existe un élément indigène favorable assez fort, qui procure tout de suite à la jeune principauté une base solide. Rien de tel encore en 1100 autour de Jérusalem, où le pays reste en partie aux mains de l’ennemi et, même conquis, est peuplé de musulmans peu sûrs. Aussi les états francs du nord sont-ils bien plus tôt en mesure de jouer dans la politique générale syrienne un rôle considérable ; et comme c’est également par la Syrie du nord, voie d’accès des Turcs de Djéziré, et non par l’Égypte décadente ou Damas isolée, que l’Islam se ressaisit, c’est assurément au nord que se concentre au début du xiie siècle la plus forte part d’intérêt. Inutile de souligner combien l’on fausse cette perspective lorsqu’on présente le prince d’Antioche comme un grand vassal du Royaume, qui, au moment où Bohémond se fait sacrer, ne porte même pas encore ce nom.

Notes

1 Conformément à son programme, il fut au contraire le plus docile ; après son hommage, il demanda la charge de Grand Domestique d’orient, mais sans insister ; les prétendues promesses qu’Alexis lui fit sont une invention postérieure insérée par lui dans les Gesta (cf. supra, p. 8, n. 4).

2 Anne XI 3 croit que Tancrède finit par prêter serment. Raoul 18 le nie avec raison, puisqu’un tel serment ne fut jamais invoqué par la suite.

3 Ambassade à Thoros (Matth., 30), à l’Égypte (HBS, 22), aux Musulmans en général (‛Az., 489) ; rien d’une « trahison » : avis aux amis, défi aux ennemis.

4 Sa participation est attestée par ‛Az., 490.

5 Röhricht, Erste Kr., ch. IV ; Chalandon, Alexis176 sq. ; Première Crois., 117 sq. ; Grousset, I, 14 sq.

6 Pakrad, le conseiller arménien de Baudouin, s’était enfui des prisons byzantines, et fut accusé plus tard par d’autres Arméniens, qui voyaient en Baudouin un lieutenant d’Alexis Comnène, de déloyauté envers le Basileus (Albert III, 17-18).

7 Raoul l’appelle Ursinus, ce qui est le nom qu’Albert donne en 1111 à un Arménien qui a toute chance d’être Oschin ; mais Raoul le présente comme le chef des Arméiens d’Adana, ce qui ne peut être vrai que très momentanément s’il s’agit d’Oschin, connu uniquement comme seigneur de la montagne taurique.

8 D’après Chanson, 176, Tancrède après Misis passa en une ville appelée selon les mss. Tarsie (comme si l’on revenait à une tradition sur Tarse mal identifiée), Saidre (Alexandrette, nommée dans le passage correspondant d’Albert) ou Sucre (déformation poétique du port de Canamella-Hiçn at-tînât ?) Ce serait là qu’aurait eu lieu le combat entre Tancrède et Baudouin, qu’il raconte comme Albert. Le poète attribue la paix à une intervention de Bohémond, alors qu’Albert a seulement dit précédemment que Tancrède avait parlé d’une venue ultérieure de Bohémond et qu’il était arrivé un corps de son armée. Pour Albert ce corps arrivera à Tarse, y fut massacré par des Turcs parce que Baudouin leur avait refusé l’entrée de la ville, à la suite de quoi les chrétiens massacrèrent les Turcs. Au contraire, d’après le poète ce corps arriva à Sucre ou Misis avec Bohémond et combattit les Turcs avec Baudouin, qu’il réconcilia avec Tancrède, au prix d’une humiliation de ce dernier. D’après Gesta les Turcs avaient fui de Tarse, ce qui ne leur permet guère d’assaillir des Francs. — Albert III, 5-17 et 26 ; Foucher, I, 14 ; Raoul, 34-44 ; Gesta, 5-8 ; Chanson 166-180.

9 Sur lui, De la Force, Les conseillers latins d’Alexis `Comn. (Byzantion, 1936, I).

10 Gesta,

11 D’après Raoul, 45-47, ce serait Baudouin qui aurait occupé à Artâḥ et il aurait été délivré par Tancrède, oublieux de sa récente injure : tableau un peu trop fait pour une apologie. Foucher, qui accompagnait Baudouin, mais est très concis, ne connaît rien de tel. Albert, en général très au courant des faits et gestes de Baudouin, donne (III, 28-31), comme chef à l’expédition d’Artâḥ Robert de Flandre, et le fait délivrer par l’armée générale, mais en compagnie de Roger de Rozoy (Aisne) et de Gozelon de Montaigu (apparenté aux Bouillon, cf. Orderic, III, 555, note de Le Prévost), qui paraissent avoir appartenu plutôt à l’armée de Baudouin qu’à celle de Robert. La Chanson ne nomme que Gozelon, sans préciser de quelle armée il était (186-191). Baudouin n’ayant pas été appelé à Édesse immédiatement après la prise de Tell-Bâchir, sa présence à Artâḥ n’est pas impossible. D’après Raoul, il aurait laissé comme gouverneur son cousin Baudouin du Bourg. Peut-être celui-ci seul alla-t-il à Artâḥ.

12 Appelés par Albert Fer (à Tell-Bâchir) et Nicosus, seigneur de la même région.

13 Foucher, I, 14 ; Albert III, 17-18 et 31.

14 Foucher I, 14 ; Albert III, 20-24 et 31 ; Guibert 165 (d’après lequel le complot était dirigé à la fois contre Thoros et Baudouin) ; Orderic, IX, 11 (d’après lequel Thoros intriguait avec les Turcs contre Baudouin, qui, après son meurtre, perpétré par les Edesséniens craignant la colère de Baudouin, aurait épousé sa fille) ; Gilon, chant III, par Foulque (version voisine) ; Chanson III, 21, 24 (qui confond l’adoption et le mariage de Baudouin, et appelle Thoros le Vieux de la Montagne, expression qui désignait au temps des remanieurs le chef des Assassins, mais pouvait facilement être par confusion appliquée à Thoros, l’appellation « de la montagne » ayant été appliquée à plusieurs chefs arméniens, en particulier aux Roupéniens (dont deux s’appelèrent Thoros) et à Constantin de Gargar, Albert III, 22 ; Matth., 36-38 ; Mich., 183, 188 ; Chron. An. Syr., 70 et dans A. A. Beaumont, Munro-Crusades, III ; 1. A. 222 (H 207). La chronologie des faits est incertaine, car, entre les deux dates sûres do la prise de Tell-Bâchir (octobre 1097) et de la mort de Thoros (mars 1198), les sources donnent l’impression qu’il ne s’écoula au plus que quelques semaines ; sans doute Baudouin eût-il été à Antioche s’il en avait été proche cet hiver.

15 On trouvera des récits circonstanciés du siège d’Antioche, auxquels nos nouvelles sources n’ajoutent rien, en particulier dans Röhricht, Gesch. Isten Kreuzzugs, chap. VI-VII ; cf. aussi Chalandon, Ire Croisade, 180 sq., et Grousset I, 68-107.

16 Gesta, 66, 70 ; Raymond,, 243, 247 ; lettre d’Anselme, 2, 157 ; Raoul, 49 ; Albert III, 38-39.

17 Gesta, 68, II. B. S., 35 ; I. Α., 187 (II, 192).

18 Lettre d’Anselme, I, 145 ; Raymond, 242 ; Gesta, 68.

19 Gesta, 68 , 74 ; Anseme, I, 145 ; Raymond, 243 ; Raoul, 49 ; Albert, III, 40-49 (cf. Chanson, IV, 20, autres épisodes, 16). — Il y a encore une sortie turque qui faillit se terminer en désastre pour les Francs en mars 1098 : Gesta, 90-94 ; additions dans Tudebode B, Baudri, Guibert, et Robert ; lettres d’Étienne 2, d’Anselme 2, des Lucquois, 166 ; Caffaro, 50 ; Albert, III 63 (Chanson, IV, 17, 30-48).

20 Gesta, 69 ; additions dans H. B. S., 37. et Robert, 776 ; Raymond, 242 ; Anselme, 2.

21 Gesta, 72, 76 ; Albert III, 50 ; Kamâl, 578.

22 Gesta, 70, 76, 78 ; Raymond, 245-246 ; Foucher. I, 15-16 ; Robert, 781 ; Guibert, 182 ; Anselme, 2 ; Albert, III, 52-57 (Chanson, 28-30 ; cf. les traditions romancées sur les Tafurs, Chanson, V, et Guibert, VII, 23).

23 Raymond, 243 ; Raoul. 58 ; Guibert, 254 ; Orderic, X, 22 ; Albert, 501. Cf. infra, p. 222, n. 46.

24 Raoul, 58.

25 Raymond, 243 ; Albert, III, 58. 26)

26 Gesta, 76-78.

27 Cf. infra.

28 Qal. 155 G 43 (Kamâl, 579) ; Gesta, 73, additions II. B. S., 40 ; Raymond, 243-245 ; Etienne, 2 ; Anselme, 2 ; Foucher, I, 15 ; I, A, 188 (H, 193), d’après lequel les croisés avaient essayé de convaincre Doqâq qu’ils n’en voulaient qu’aux anciens pays grecs ; Matth., 33.

29 Kamâl, 579 ; Gesta, 85 ; H. B. S., 47 ; Tudebode, 43 ; Baudri, 46 ; Guibert, IV, 13 ; Robert, IV, 14 ; Anselme, 2 ; Etienne, 2 ; Caffaro, 51 ; Henri Hutt, H, V, 376 ; Matth., 32.

30 Matth., 33-34 ; Albert, IV, 9 ; Raoul, 54.

31 Gesta, 96 ; Baudri, G, II, 15, H. B. S., 44 ; Robert, V, I ; Albert, III, 59 ; Etienne, 2.

32 Qal. G. 45 ; G. T., 314.

33 Gesta, 88, 96, 98 ; Tudebode, 49 ; H. B. S., 57 ; Anselme, 2 ; lettre aux Lucquois ; Raymond, 243, 250 ; Albert, 63, 66. Des combats favorables aux Francs sont indiqués entre autres par Raymond, III, 45 ; Raymond, 250 ; Raoul, 51 ; Etienne 2.

34 Lettres de Anselme, 2, des princes au pape, des Lucquois, de Daimbert (Hag., p. 156, 161, 165, 167 ; Gesta, 100 sq. ; Raymond, 251 ; Foucher, 342 ; Raoul, 652 ; Albert, 398 sq. ; G. T., V, 17 sq. ; Qal., 44 A 135 ; I. Α., 189 II 196 ; Kamâl, 582 ; Matth., 26 ; Mich., 184 ; Anne, H 59 sq., etc. Toutes les sources naturellement mentionnent la chute d’Antioche.

35 Le rendez-vous djéziréen est appelé par Albert, IV, 10 (Chanson, VI, 1). « Castrum Sooch » (on songe à un Tell ach-Chaïkh entre Mardin et Ḥiçn Kaïfa qui fut au xiie siècle un fréquent lieu de rendez-vous (Diyâr Bakr, 225). Comme oriental accompagnant Karboûqâ, on ne connaît que Arslantach de Sindjâr. Foucher et Albert donnent des listes fantaisistes, où ils ont massé tous les noms de chefs turcs connus d’eux. Mais une partie de ces noms étant réels (qu’ils aient ou non fait partie de la campagne), il est probable que d’autres le sont, qu’il y aurait intérêt à identifier. Communs aux deux sont Boldagis (Pulagit), sans doute le Bouldadji connu dans le Djahân à la fin de Malik-Châh ; Qaradja de Ḥarrân ; Baldouq ; Balak (Bajak de Foucher ?) ; Doqâq (Maleducat de Foucher). Albert cite à tort Roḍwân, puis « Amasa de la région de Niz, près du Khorassan, archer remarquable », et Boesas, « ex eadem secta Turcorum », qu’il faut rapporcher de Boessach de Foucher, inconnus ; Foucher donne des noms sous lesquels on reconnaît des titres (Amîr Hâdjib, Amîr Djouyoûch, Amîr Djalîs, ce dernier, sous le nom d’Amirdalis, ayant eu une fortune considérable dans le cycle des légendes de la croisade ; Amir Akhoûr), des noms propres arabes (Soulaïmân, Marwân, Sanxadole = Chams ad-daula, Ginahadole=Djenâḥ ad-daula de Homç, Vathap = Waththâb le Nomaïrite) ou turcs (Coteloseniar et Mergalscotelou recouvrant des Khoullough....., Aoxian — Yaghî-Siyân, Todigum = Toghtekin de Damas, Soqueman = Soukman l’Artouqide, Ilias, non artouqide connu, Gigremis = Djekermich de Djéziret-ibn-‛Omar, Artubekh = Artouq-Beg, Gclisaslan = Qilidj Arslan ou Qizil Arslan, dont la traduction française ; le Lion Rouge, est le nom d’un héros du cycle poétique — on connaît un Qizil Arslan à cette date dans le Diyâr Bakr à Arzan), — enfin quelques noms difficiles à interpréter (Amir-Goian, Amir Molxe).

36 Lettres d’Anselme, 2, des princes, des Lucquois, de Daimbert, I ; Gesta, récit IX ; Raymond, 252-261 ; Foucher, I, 19-22 ; Raoul, 72-93 ; Albert, IV, 29-56 ; Qal., 46 A 136 ; I. Α., 190 H 197 ; Kamâl, 584 ; Mich., 184 ; Math., 28 ; Anne H 63, etc., mentions dans toutes les sources.

37 Gesta, 160 ; Baudri, G 80 ; Alb., V, 2-3 ; d’après Chanson, VI, 2, Baudouin aurait appelé Alexis contre Karboûqâ.

38 Gesta, récit X ; Raymond, 265 ; Foucher, I, 24 ; Raoul, 94-95 (mais, cf. 60) ; Alb., V, 2-15 ; Qal. 45 A 136 ; Kamâl, 584. Boustân cite comme conquête franques de 491 (nov. 1097, nov. 1098) Mar‛ach, Antioche, Kaïsoûn, et Ḥadathâ (erreur, mais allusion aux hostilités de Godefroy et Pakrad ?).

39 C’est la place qu’Albert appelle Amacha ; Mich., 184, dit que les Nomaïrites possédaient, lors de l’arrivée de Baudouin, Saroûdj et Ma‛arra ; comme il ne peut s’agir de la ville syrienne de ce nom, on peut supposer d’Amacha et Ma‛arra sont la même ville — gratuitement.

40 Albert, IV, 8 ; III, 24-25 (daté à tort d’avant Karboûqâ, puisque l’on voit Foucher arrivé seulement en octobre) ; V, 15-22 ; Guibert, 165 ; Boustân an 493 ; Chron. An. Syr., 76.

41 Gesta, 168-170 ; Raymond, 268-270. 26, 29.

42 Gesta, 172-178 ; Raymond, 268-270 ; Foucher, I, 24 ; Raoul, 96 ; Albert, V, Qal. 46 A 136 ; Kamâl, 587.

43 Gesta, 178-180 ; Raymond, 270-272 ; Foucher, I, 24 ; Raoul, 105 ; Albert, V, 26-28.

44 Gesta, 180-190 ; Raymond, 272-276 ; Albert, V, 28-33 ; I. A. (H 197).

45 Raymond, 286 ; G. T., 307.

46 L’histoire de Lattakié pendant la croisade, assez obscure, est discutée par David, Robert Corthose, Cambridge USA 1920, 8°, qui établit qu’elle fut prise avant oct. 1097, sans participation d’Aetheling qui ne vint en Terre Sainte qu’en 1102, mais avec l’aide d’Anglais agissant pour le compte de Byzance, et qui, un moment, l’avaient remise à Robert de Normandie. Guynemer de Boulogne, qui y fut leur prisonnier, n’est pas associé à la conquête. Raymond de Toulouse ne s’intéresse à Lattakié qu’à partir de sept. 1099 (p. 230-244).

47 Albert, VI, 59 ; lettre de Daimbert ; Caffaro, 57-58 ; Orderic, IV, 70 ; Foucher, I, 32 ; Gesta triumphalia Pisanorum, 368 (déformé). II est tentant, sans qu’on ait de preuve, de placer la lettre d’Alexis à Raymond mentionnée par Anne Comnène concernant la remise de Lattakié aux Grecs avant l’embarquement de Raymond pour Constantinople.

48 Foucher, I, 33-34 ; Albert, VII, 6-8 ; Raoul, 140 ; G. T. X, 4. Rappelons que les Normands d’Italie sont vassaux du Pape.

49 Le fait que Foucher et Raoul le lui attribuent plus tôt ne prouve rien, puisqu’ils écrivaient en un moment où Bohémond le portait évidemment.

50 Assises Jér. Lois, II, 446.

51 Sauf, en apparence, un acte de 1093, mais qui n’est connu que par une transcription de 1270 environ.

52 Codice Diplomatico Barese, I et V, passim.

53 E. Mayer, Italienische Verfassungsgeschichte, I, 82 et II, 305, id. Französische und deutsche Verfassungsgeschichte, II, 129. En Normandie, Robert Courteheuse s’appelle indifféremment comte, duc, ou prince des Normands (Haskins, Norman Institutions, p. 73).

54 Assises Bourgeois Jér., p. 446 : « tous les seignors d’Antioce sont apelés princes, jaçoit que Antioce soit royaume. » Rozière, 172 : « Ego Raymundus... cum... antiocheni regni solium obtinuissem, ad Jherusalem... tertio mei principatus anno adoraturus ascendi.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540