Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Première partie

Chapitre III. Orient et Occident à la fin du xie siècle

Texte intégral

A) La conquête turque de l’Asie occidentale et son morcellement politique

1Un coup d’œil rapide jeté sur l’Asie antérieure et la Méditerranée orientale dans la première motié du xie siècle l’aurait montrée dominée par deux puissances, l’une chrétienne, l’empire byzantin, l’autre musulmane mais chiite, l’état fatimide ; en face d’elles le vieux califat abbassaide sombrait dans une décomposition qui paraissait irrémédiable.

2L’empire byzantin, depuis le milieu du xe siècle, avait réalisé sur toutes ses frontières des gains considérables ; en Asie, il avait refoulé les musulmans au sud et à l’est du Taurus et de l’Euphrate, et annexé l’Arménie ; en Syrie et en Djéziré, sa frontière partait des environs de Tortose, englobait Chaïzar, Asfoûna, Albara (mais non Ma’arrat an-No’mân), Artâh et le moyen-’Afrîn (mais non le Djazr ni ‘Azâz), Tell-Bâchir et Tell-Khâlid, Bîra, Édesse, Sèvavérak, le Khanzit et la vallée du Nahr Arsanyas, et atteignait l’Arménie proprement dite au Lac de Van. L’empire exerçait un certain protectorat sur les états musulmans de ses frontières, Marwânides du Diyâr Bakr en particulier, ainsi que sur les Lieux-Saints, grâce à une alliance avec les Fatimides.

3Les Fatimides, issus du Maghreb, étaient les maîtres de l’Égypte, à laquelle ils joignaient, entre autre choses, la Syrie jusqu’à Ḥomç incluse (avec un certain protectorat sur les Midrasides d’Alep) ; leur puissance tenait moins à la richesse de l’Égypte qu’à la propagande chiite intense qu’ils entretenaient dans tous les états musulmans qui les environnaient ; une grande partie des Syriens du nord, la plus grande partie des Bédouins de Syrie et de Mésopotamie (Kilabites de la Syrie du nord, ‘Oqaïlides de Mossoul, Mazyadites de l’Iraq) dépendaient ainsi d’eux religieusement et les secondaient politiquement (parmi les Bédouins, seuls restaient sunnites, comme groupe important, les Nomaïrites du Diyâr Moḍar). En Iran même les Égyptiens avaient noué des intelligences avec les chiites locaux, très nombreux, et avec les émirs bouyides, qui surveillaient le calife abbasside jusque dans sa propre capitale de Bagdad.

4Un demi-siècle plus tard, la situation est renversée. Des confins du Turkestan et de l’Iran, des tribus turques, conduites par la famille des Seldjouqides, ont déferlé sur l’Iran, brisé divers états iraniens, puis, appelés par le calife excédé de la tyrannie des Bouyides, occupé Bagdad même, où leur chef Toghroul-Beg a reçu le titre de sultan. Un vaste état, auquel l’apport turc influe une immense énergie militaire, se constitue, dont la défense du sunnisme, à l’intérieur et à l’extérieur, constitue la raison d’être et le principe politique dominant. Au dehors, la guerre contre l’Égypte et ses alliés syro-mésopotamiens doit donc être sa tâche primordiale. Mais en même temps les tribus nomades turcomanes, massées surtout dans le nord et le nord-ouest de l’Iran, poussées par un besoin de pillage que le sultan, quand il ne peut le réfréner, préfère détourner hors de ses états, forcent la frontière arménienne et conduisent des raids foudroyants à travers la Cappadoce et l’Anatolie. l’Égypte, Byzance se trouvent justement en état de moindre résistance ; leur alliance s’est relâchée ; dans l’état fatimide, la soldatesque berbère, turque, et nègre se livre à toutes sortes d’excès à la suite de l’échec du gros effort fait pour soutenir contre Toghroul-Beg une contre-offensive conduite par un chef turc, Basâsîrî ; dans l’empire byzantin se produisent des conflits entre le gouvernement et l’aristocratie militaire, une tension croissante entre grecs et indigènes d’autres églises, excédés de l’esprit chicanier et des exigences fiscales des Grecs. En 1070-1071, la Syrie échappe à l’Égypte ; en 1071 une armée byzantine rassemblée au prix d’un effort non-renouvelable est anéantie, et avec elle toute la capacité de résistance de l’empire ; les bandes turques, souvent appelées par les chefs rivaux qui s’en disputent les restes, submergent l’Anatolie et la soumettent à d’épouvantables déprédations.

5Cependant la zone montagneuse comprise entre les routes d’invasion (plateaux du nord et steppes du sud) résiste, grâce à sa structure physique et à la solide armature militaire qu’elle doit à son rôle séculaire de frontière, et il s’y constitue un état arménien, sous Philarète ; un état arabe, sous le ‘Oqaïlide Mouslim Ibn Qoraïch, lui fait pendant de Mossoul à Alep, s’interposant, malgré une vassalité théorique, entre Turcs d’Iran et de Syrie. Enfin les Turcs qui ont occupé l’Asie méditerranéenne ne sont en aucune façon de dociles sujets du Sultan ; la puissance que se constitue un cousin des Seldjouqides, Soulaïmân fils de Qoutloumouch, qui occupe presque toute l’Anatolie hier byzantine et finit même par y joindre la Cilicie et Antioche, est une menace pour le Sultan autant que pour Mouslim et Philarète ; d’autre part les Turcomans n’ont plus rien de commun avec l’armée de mamlouks (esclaves), l’administration toute iranisée, le sunnisme officiel des Seldjouqides devenus maîtres de la Perse et de l’Iraq. C’est seulement à la suite d’une série d’opérations compliquées, où guerre et diplomatie s’entrecroisent, que le sultan Malikchâh parvient à grouper sous son unique domination la Djéziré, la Syrie, et la plus grande partie de l’Anatolie, achevant ainsi la formation d’un empire à l’intérieur duquel il peut s’atteler à la dure tâche du rétablissement de l’ordre public. Le succès de ses efforts, la tolérance égale pour tous les cultes commencent à réaliser autour de lui l’unité morale de sujets aspirant avant tout à la sécurité et parmi lesquels les musulmans sont sensibles à l’éclat qu’il redonne au drapeau de l’Islam, les chrétiens à l’apaisement des querelles religieuses.

6Mais il n’a pas le temps de parfaire son œuvre. En 1092, il meurt. Les princes de sa famille se disputent et se partagent son héritage, des chefs turcs subalternes, officiers mamlouks ou émirs turcomans, deviennent autonomes, et dans cette dissolution de l’autorité les particularismes d’hier réapparaissent, les seigneurs locaux musulmans ou arméniens, que Malikchâh a soumis et non détruits, retrouvent ou acquièrent leur autonomie, le désordre reprend partout le dessus, les populations chrétiennes tournent de nouveau les yeux vers Byzance qui, sous Alexis Comnène, commence justement à se ressaisir.

  • 1 Excellent exposé dans l’introduction de Gibb à sa traduction de Qal.
  • 2 L’atabek est l’homme auquel le sultan donne, avec la main d’une femme dont il a eu un fils, le soin (...)

7La situation politique de la Syrie est alors la suivante1 : à la mort de Malikchâh elle a été conquise, ainsi que la Djéziré, par un de ses frères, qu’il avait apanage à Damas, Toutouch ; mais celui-ci est mort l’année suivante dans une tentative pour enlever l’Iran au fils de Malikchâh, Barkyârôk, et, tandis que son fils aîné Roḍwan prenait le pouvoir à Alep, le cadet, Doqâq, s’installait à son insu à Damas et obtenait aussi le Diyâr Bakr, grâce à son atabek Toghtekîn2, que Toutouch en avait fait gouverneur ; quant à Roḍwan, il se dispute avec son atabek à lui, Djanâḥ ad-daula, qui se réfugie à Ḥomç. Cependant à Antioche, le gouverneur établi par Malikchâh devient autonome en jouant de la rivalité des deux frères qu’il soutient alternativement ; en 1097, il vient de se réconcilier avec Roḍwan et de l’accompagner dans une campagne contre Ḥomç, mais l’accord reste trop incertain entre eux pour qu’il puisse l’amener avec lui défendre Antioche lorsqu’y apparaissent les Francs. Sur la côte règne à Tripoli Fakhr al-Moulk ibn ‘Ammâr, descendant d’anciens cadis égyptiens qui, devenus autonomes tout en restant chiites, avaient su maintenir leur indépendance en face de Malikchâh lui-même, grâce à leur forte position militaire et à leur habile diplomatie ; les émirs du Djabal Bahrâ, Banôu ‘Amroûn du Kahf, Banoû Mouhriz de Marqab et Qadmoûs, Banoû Çoulaïḥa de Djabala, etc., ne sont guère moins indépendants ; enfin une famille arabe, celle des Mounqidhites, règne à Chaïzar depuis 1081, et un protégé fatimide, Khalaf ibn Molâ’ab, soutenu par les sentiments chiites de la population, s’est installé à Apamée. L’Égypte relève en effet la tête, et plus au sud elle a rétabli sa domination directe sur les ports de la côte palestinienne jusqu’à Tyr.

  • 3 Pour le détail, Diyâr Bakr, 227 sq.
  • 4 On a vu en général dans ce Turcoman un Artouqide ou un Danichmendite (cf. en dernier lieu moi-même (...)

8En Djéziré le morcellement n’est pas moindre. De nombreux émirs turcomans s’y sont établis, dont les principaux sont les Artouqides, fils d’un certain Artouq qui, pour avoir pratiqué une politique louche en Djéziré où Malikchâh l’avait envoyé combattre les Marwanides, a dû se réfugier auprès de Toutouch, dont il a reçu Jérusalem ; un des fils d’Artouq, Soukmân, occupe Saroûdj, qui devient le centre de ses domaines lorsque les Égyptiens reprennent Jérusalem (1098) ; un autre, que Soukmân, en 1102, remplacera, enlève Mârdîn ; un troisième, Ilghâzî, fait sa carrière en Iraq dans les luttes entre les sultans Barkyàrôk et Moḥammad, avant de reparaître lui aussi en Djéziré, où en 1108-1109 il occupera Mârdîn à la place d’un fils de Soukmân mort en 1104. A côté des Artouqides3, les Inâlides occupent Amid ; Iltekîn, puis son fils Doghan Arslan, Arzan ; un chef de Turcomans Baldouqiya4, Samosate ; à Mossoul, le pouvoir a été conquis en 1096 par Karboûqâ, ancien mamlouk du gouverneur d’Alep pour Malikchâh, Aqsonqor ; enfin quelques émirs arabes conservaient de petits états, ‘Oqaïlides à Qal’a Dja-’bar, Banoû ‘Otaïr (de la tribu des Nomaïrites) à Harrân. Et nous en passons.

  • 5 D’après Hist. Royal (Alishan-Sissouan, 42) Constantin aida les Francs jusqu’à sa mort (1100) et en (...)

9Une série de seigneurs arméniens sont établis au nord de la Syrie et de la Djéziré ; l’un d’eux, même, Thoros, est parvenu, au cœur même du Diyâr Moḍar, à éliminer d’Édesse la garnison turque, et à mettre la main sur toute la province, peut-être en exerçant aussi une certaine suprématie sur les seigneurs du Taurus oriental, comme Constantin de Gargar. A Malatya, le gouverneur arménien de religion grecque, Gabriel, a de même évincé les Turcs. Plus à l’ouest, deux Arméniens, Kogh-Vasil et son frère Pakrad, plus ou moins successeurs de Philarète, contrôlent le territoire s’étendant de Qal’at-ar-Roûm aux portes de Mar’ach, qui cependant reste turque ; d’autres moindres seigneurs les entourent, tels que peut-être déjà Abelgârib à Bîra. Enfin dans le Taurus cilicien ont trouvé refuge une multitude de nobles arméniens, parmi lesquels il suffira de nommer ici le Roupénien Constantin5, au nord de la Cilicie, et les Héthoumiens de Lampron, à l’ouest.

  • 6 A la fin du règne de Malikchâh, la Cappadoce appartenait à un certain Bouldadji ; les croisés conna (...)
  • 7 Les débuts des Danichmendites, qui allaient être si puissants, sont très mal connus. La légende a c (...)

10L’Anatolie, la Cappadoce, l’Arménie sont entièrement aux mains des Turcs, mais n’en sont pas moins morcelées. A la mort de Malikchâh, Barkyârôk, pour neutraliser des oppositions ou acquérir des secours éventuels, avait libéré le fils de Soulaïmân, Qilîdj-Arslan, jadis emmené d’Antioche par Malikchâh, et celui-ci avait occupé sans peine sinon tous les anciens états de son père, du moin l’Anatolie de Nicée à Qonya et à la Cappadoce6. Sîwâs appartenait au Turcoman Dânichmend7 ; Erzindjân était aux mains de la famille de Mangoudjak, Erzeroum de celle de Saltouq ; Akhlât, qui relève encore directement du sultan Barkyârôk à la fin du xie siècle, deviendra dans les premières années du siècle suivant le chef-lieu de la principauté des Chah-Armin. Au nord seulement, abritée derrière ses montagnes, Trébizonde restait grecque avec la côte de la Mer Noire, par où elle s’appuyait, aux flancs du Caucase, aux restes du royaume géorgien.

11La nature des états turcs d’Anatolie et de ceux de Syrie-Djéziré est très différente. En Syrie, les Turcs sont peu nombreux, parce que Toutouch les a ramenés vers l’Iran et que ses faibles successeurs n’ont pas assez de ressources pour en entretenir beaucoup ; ils sont en communication difficile avec leurs frères d’Anatolie ; simple armée d’occupation, ils sont noyés dans un milieu arabe ayant des traditions administratives et une civilisation solide auxquelles les Turcs, comme musulmans, ne peuvent en général que se plier. Si la première génération en Syrie, les deux ou trois premières au Diyâr Bakr restent exclusivement turques de langue, elles sont ensuite de plus en plus assimilées.

12Toute autre est la situation en Anatolie ; là, les envahisseurs sont les seuls musulmans. Là où l’on peut employer des indigènes chrétiens, les nouveaux maîtres ne s’en font pas faute ; mais pour leur organisation générale, ils sont assistés surtout des quelques hommes de loi qu’ils ont amenés d’Iran avec eux ou de ceux, plus nombreux, qui viennent peu à peu leur offrir leurs services ; ils constituent ainsi un état de chose nouveau, où se mêlent des influences chrétiennes, turcomanes, et iraniennes. La fondation des états des croisés, qui les séparent du monde arabe, accentuent irrévocablement la divergence entre leur évolution et celle de leurs frères syriens.

13En Iran et en Iraq, le pouvoir direct reste aux Seldjouqides. Mais le sultanat est disputé entre plusieurs princes. Barkyârôk, le fils aîné de Malikchâh, a bien triomphé de la révolte de la dernière femme de son père, désireuse de donner le trône à son fils à elle, mais il a dû apanager son frère Sandjâr au Khorassân, et de 1099 à 1104 se dispute avec un autre frère, Moḥammad, auquel il finira par reconnaître la possession de l’Adherbaïdjân, de l’Arménie, et de la Djéziré. Ces deux dernières provinces n’étaient elles-mêmes pour Moḥammad qu’un champ de conflits avec des vassaux indociles, et il n’y obtiendra une certaine influence que lorsque la mort de Barkyârôk (1105) lui aura permis de mettre la main aussi sur l’Iraq. Encore une grande partie de ses forces s’y épuisera-t-elle à essayer de saisir les insaisissables mazyadites de Çadaqa et de son fils Dobaïs, qui entretiennent autour de Bagdad une incessante insécurité. Aussi le sultan ne pourra-t-il jamais intervenir en personne en Syrie contre les croisés, et ne pourra-t-il y envoyer quelques-unes de ses troupes que de 1110 à 1115.

B) Le morcellement social

  • 8 Ousâma Hitti, 180 ; Kamâl, 611 ; Boustân, 529

14La division politique n’est pas la seule. Ethniquement, religieusement, linguistiquement, rien de plus mélangé que la Syrie et la Djéziré du temps des croisades, comme de tous les temps. Linguistiquement l’arabe est la langue dominante, puisqu’elle est parlée non seulement par tous les musulmans non-turcs, mais aussi par les chrétiens de rite jacobite, pour qui le syriaque n’est plus qu’une langue liturgique, et, de plus en plus depuis la chute de la domination byzantine, par les chrétiens de rite grec eux-mêmes. Il reste néanmoins à Antioche, à Lattakié, des hellénophones. Les Arméniens ont, eux, une langue qu’aucune autre n’a entamée. Les Turcs en Anatolie et, dans les premiers temps, en Syrie8 parlent surtout ou exclusivement le Turc.

  • 9 Dont le seigneur est de la famille des Arméniens, fils de Bogousag, convertis à l’Islam au temps de (...)
  • 10 Cart. I, 436.
  • 11 D’après son histoire en 1097, 1105, 1119, etc.
  • 12 Tournebize, 256.
  • 13 I. A. H., 724 ; I. Ch., 54 r°.
  • 1 3 a) Ce sont eux qui tuent Yâghî-Siyân fuyant d’Antioche., qui guident Raymond de Saint-Gilles vers (...)

15Ethniquement, le xie siècle a assisté à d’importantes migrations qui ont modifié le vieux fond déjà si complexe de la population syrienne. Les deux migrations les plus importantes sont celles des Arméniens et des Turcs. Jamais peut-être les Arméniens n’ont joué dans l’histoire du Proche-Orient un rôle aussi grand qu’à ce moment où sombre pour jamais (sauf en Cilicie) leur indépendance nationale. Transportés comme colons militaires par les Byzantins ou émigrés spontanément pour fuir la conquête turque, ils ont essaimé à travers toute la Cappadoce, le Taurus, la Cilicie ; on en trouve en divers endroits du Diyâr Moḍar, où Édesse est une ville à demi arménienne, ainsi que Sèvavérak9 ; il y en a dans tous les bourgs et forteresses de la province de Tell-Bâchir ; dans la Syrie du nord, des colonies arméniennes sont connues à Antioche, Lattakié10, Artâh11, Apamée12, Kafardoubbîn13, dans les campagnes même13 a). Et par delà la Syrie méridionale, où leur nombre est moindre, un grand nombre d’entre eux a émigré en Égypte, où les troupes recrutées parmi eux permettent au vizir Badr al-Djamâlî (fin du xie siècle) et à son fils al-Afdal (début du xiie), Arméniens convertis à l’islam, de triompher des nègres et turcs insubordonnés et d’arrêter l’Égypte fatimide sur la pente de la désagrégation ; on verra même un moment, sous al-Hâfiz, un vizir arménien non converti.

16Il ne faut pas identifier conquête turque et peuplement turc. Sans doute la plupart des seigneurs arabes sont remplacés par des seigneurs turcs. Mais quelques corps de mamlouks, quelques fonctionnaires persans, qui font la domination turque, ne font pas une colonisation. Pour qu’il y ait colonisation, il faut qu’il y ait un large afflux de Turcomans. C’est le cas en Arménie, en Cappadoce, sur les confins anatolo-byzantins ; même là, ce ne le sera complètement, et ce ne le sera pour toute l’Anatolie, qu’à la suite des refoulements massifs des Turcomans d’Asie centrale provoqués par les conquêtes mongoles du xiiie siècle. En Syrie, il est passé des Turcomans au xie siècle, mais il n’en est pas resté, et c’est dans le Diyâr Bakr que la plupart d’entre eux se sont repliés. Ilghâzî en ramènera temporairement en Syrie, mais c’est seulement sous Zengî et Noûr ad-dîn qu’il en sera établi définitivement à la frontière franque. D’autres, plus tard, descendront en Syrie d’Anatolie, nombreux naturellement surtout dans le nord.

  • 14 Diyâr Bakr, 269-270 ; Ibn Djobair, Schiaparelli, 223 ; I. Ch., 64 v°.

17L’établissement systématique de Turcomans ne sera d’ailleurs qu’une transformation de la politique des colonies militaires qui est pratiquée du côté chrétien comme du côté musulman depuis le début des guerres arabo-byzantines et qui se poursuivra pendant la période franque. C’est à cette politique qu’est dû le peuplement arménien des confins syro-anatoliens et des districts du moyen-Euphrate ; à elle aussi, l’envoi sur les frontières de tribus bédouines : bref, des deux côtés, la constitution de cette société guerrière particulière dont les exploits sont rapportés par les chansons ou romans épiques de Digénis Akritas du côté byzantin, de Dhou’l-Himma ou de Sayyîd Battâl du côté musulman. Nous verrons Noûr ad-dîn continuer à attirer sur ses frontières, dépeuplées par la guerre, outre les Turcomans, des Arabes de Mésopotamie. En dehors des Arabes, la fréquente union politique de la Syrie du nord et de la Djéziré provoque l’établissement en Syrie non seulement de mamlouks kurdes, mais aussi de colonies militaires kurdes, dont l’une est au xie siècle à l’origine de la fondation de Ḥiçn al-Akrâd, le futur Krak des Chevaliers ; d’autres kurdes habitent le Taurus, par exemple à Ḥadathâ ; et, en dehors du Kurdistan proprement dit, ils sont très nombreux en Diyâr Bakr14. Aux clans militaires il faut ajouter aux xii-xiiie siècles les mamlouks kurdes et turcs fieffés.

  • 15 Wittek, Deux chapitres de l’histoire des Turcs de Boum, Byzantion, 1936.
  • 16 On signale encore des Adorateurs du soleil (Qal. G 247, Matth., 138) et des Samaritains en Syrie ce (...)

18Mais la nouveauté de notre période consiste en ce que de plus en plus les Turcomans remplacent les anciens gardes-frontières de l’islam ; nul à ce point de vue ne les égale : tous soldats ou pillards tout prêts, nomades ignorant les limites de propriété et d’administration, ils créent sur la frontière ennemie une zone d’insécurité perpétuelle qui, minant peu à peu le pouvoir adverse, prépare les voies à des annexions sans cesse plus avancées. D’autre part ils ont apporté des confins du Turkestan des traditions de guerre ou plutôt de razzia sainte sous la conduite de « ghâzîs » — ce titre que nous trouverons accolé au nom de tant de princes15 —. La zone turcomane frontière ne peut être large qu’en Anatolie, mais s’étend dès Zengî aussi aux confins franco-musulmans de Syrie ; néanmoins les Turcomans n’ont jamais constitué une masse importante ni dans le Taurus ni dans les régions arabes ou en majorité musulmane avant la conquête turque ; la frontière de peuplement entre Arabes et Turcs sera au xiiie siècle la même qu’entre Arabes et chrétiens au xie16.

  • 17 J. Mann, The Jews in Egypt and Palestine under the Fatimid caliphs, Oxford, 1920, 2 vol. 8° ; il re (...)
  • 18 Benjamin, 16, 18 ; Cart. I, 324, 426.

19La religion introduit entre les divers groupes ethniques selon les cas des ferments de division supplémentaire un élément ou d’union. Dans la Syrie du nord, il y a des Juifs17, verriers et teinturiers, à Antioche, Lattakié, et surtout en pays musulman18 ; ils occupent des quartiers spéciaux.

  • 19 Lettre du patriarche nestorien, Raynaldi, 1247, n° 32 ; G. T., XVI, 4 (Édesse) ; Chron. an. syr., 9 (...)
  • 20 Grég. IX, 4467.
  • 21 C’est pourquoi les Francs nomment partout tout de suite les prélats latins ; pour Alep, Chron. an. (...)

20Les chrétiens comprennent, outre les Maronites du Liban, quelques nestoriens19 et moines géorgiens20, surtout des Grecs melkites, des Arméniens, grégoriens, et des Jacobites monophysites. Les Grecs, religieusement, s’entendent non des Grecs de race, mais essentiellement de Syriens hellénisés, ainsi que des notables arméniens convertis pour raisons de carrière au milieu du siècle (Philarète, Gabriel, Thoros) ; entraînée dans la chute de l’empire byzantin, l’église grecque paraît conserver, en dehors du patriarche d’Antioche, un seul évêque en Syrie, à Alep21, et n’en aura pas plus pendant la période des croisades ; la langue grecque achèvera d’y disparaître au profit de l’arabe.

  • 22 Mich., 476 sq.
  • 23 Mich. Ibid. et JA, 1889, 67.
  • 24 Mich., an 1481.

21L’église monophysite, qui jusqu’à l’immigration arménienne représentait l’immense majorité des fidèles, possédait des évêques, sur le territoire de la future principauté d’Antioche, à Kafarṭâb (sans parler du patriarcat titulaire d’Antioche), et sur celui du futur comté d’Édesse à Édesse, Gargar, Kaïsoûn, Saroûdj, Ra’bân, Ḥiçn Mançoûr (pour Samosate), et Mar’ach22 ; des monastères monophysites existaient dans le Taurus oriental (Zobar, Ernich, etc.), près d’Antioche (Dowaïr, Mar Aharon, Mar Giwargis23 ; à Antioche, les Jacobites avaient construit deux églises sous Yaghî-Siyân, et en ajouteront une troisième sous Renaud de Châtillon ; on leur connaît une église importante à Djabala, une autre à Lattakié24. Ils avaient des fidèles dans toute la Syrie et jusqu’en Iran, mais la masse se trouvait en Djéziré et dans les régions du moyen Euphrate.

  • 25 Tournebize, 256 ; Matthieu, 52 ; Sempad, 633 (en 1198) ; dans le reste de la Syrie franque, il n’y (...)

22L’église arménienne était la plus récente en Syrie et dans le Taurus ; elle y avait cependant des sièges épiscopaux nombreux, parmi lesquels, sur les territoires demain francs, Antioche, Lattakié, Apamée, Édesse, Samosate, et Mar’ach, et en Cilicie dès avant la période royale Tarse, Misîs, Anazarbe, Selefkié25. L’église grecque ayant réduit la puissance des églises monophysites et arménienne et les ayant agacées par des chicanes théologiques, le clergé de ces deux églises, d’ailleurs proches par le dogme, lui gardait une rancune tenace, qui éclate à chaque ligne des écrits émanés de lui.

  • 26 Cela résulte de l’histoire telle qu’elle sera exposée plus loin, et des déclarations explicites tan (...)
  • 27 Dussaud, Histoire et religion des Nosaïris, Paris, 1900 ; Massignon, art. Nusaïri dans EI.
  • 28 Sur les Amiriya, cf. I. A. T. dans I. F., II, 17 r°, et Boustân, 524.

23Les musulmans ne sont pas moins divisés que les chrétiens. Il n’y a pas de conflit entre les quatre rites sunnites (parmi lesquels le rite châfi’ite est le plus communément suivi par la population indigène, le rite hanafité par les Turcs) ; mais les sunnites ne sont pas seuls. Nombreux à Damas et en Palestine, ils sont en minorité dans la Syrie du nord26, où Kilabites et Alépins sont si bien chiites que Roḍwan a cru un moment habile de porter sa khoṭba au calife fatimide. Parmi les chiites même il y a mainte division : pour nous en tenir à ce qui nous importe ici, la première scission fut celle des Ismâ’iliens, auxquels se rattachent les Fatimides ; parmi les Ismâ’iliens, certains repoussèrent la divinité du calife fatimide al-Ḥâkim, tandis qu’elle est devenue un article de foi pour d’autres, les Druzes, qui se répandent abondamment en Syrie du nord (Djabal Soummâq et Bouzâ’a) ; de nouvelles scissions secondaires se produisent encore ensuite entre adhérents du calife Mousta’lî ou de son frère Nizàr, et entre adhérents du calife al-Ḥâfiz ou d’un fils hypothétique d’al-Amir27. Ailleurs et en particulier comme aujourd’hui dans le Djabal Bahrâ se trouvent des Nosaïris, dont on ne connaît guère que l’existence28.

24Surtout le moment où arrivent les croisés est aussi celui où se répand en Syrie la secte, d’origine iranienne, des Ismâ’iliens bâtiniens (ésotériques) connus sous le nom de Hachîchiyoûn ou Assassins. Leur caractère propre réside moins dans leur croyance (ils sont nizariens) que dans leur organisation et leurs méthodes d’action terroriste, telles que les inaugura à la fin du xie siècle le Persan Ḥasan as-Sabbâḥ : obéissance totale au grand-maître, recours à l’assassinat politique. Ḥasan était parvenu à la fin du règne de Malikchâh à s’emparer en Perse du repaire inexpugnable d’Alamoût, et tout l’effort de la secte pendant les deux générations suivantes aura pour objet de s’en procurer d’analogues en d’autres régions. En Iran, la constitution de la secte fut une façon d’organiser la résistance au régime seldjouqide, et ce fut surtout dans les possessions turques qu’elle se répandit, d’une part en raison de la communauté des oppositions suscitées par la nouvelle domination et du zèle apporté par les Assassins à la poursuivre partout, d’autre part aussi, probablement, parce que les chefs turcs eux-mêmes avaient dès l’origine autour d’eux divers éléments irano-turcomans travaillés par la propagande ismâ’ilienne, et que certains pensèrent trouver dans la nouvelle secte une police politique à toute épreuve. On en rencontre vite en Irâq, en Diyâr Bakr, en Syrie ; on en trouve même, hors du domaine turc, en Égypte, parce qu’il se produisait là une agrégation des Nizariens, dont Ḥasan as-Sabbâḥ avait épousé la cause, à la secte nouvelle.

  • 29 Sur cette mission pendant la domination franque on ne sait rien.

25Un processus analogue se déroula dans la Syrie du nord, sinon à Alep où la population chiite resta fidèle à l’ismâ’ilisme primitif, du moins chez les Druzes, qui, pratiquement, se rattachèrent peu à peu tous plus ou moins étroitement aux lieutenants « assassins » envoyés de Perse par Ḥasan et ses successeurs. La propagande fut dès la fin du xie siècle presqu’ouvertement favorisée par Roḍwân, par inclination ou pour compenser l’insuffisance de ses troupes au milieu de sujets hostiles. Un « dâr ad-da’wa » (une mission) fut installée à Alep, sous les ordres du ce médecin-astrologue persan », que remplaça au début du xiie siècle un autre Persan, Abou Tâhir l’orfèvre. Une autre mission existait à Sarmîn29. Par la terreur qu’ils inspirèrent les Assassins acquirent vite en Syrie une puissance qui agit dans les états comme un redoutable ferment de désagrégation.

  • 30 D’après Dawâdârî VII, 195, les Seldjouqides de Qonya avaient dans leur trésor une statue luxueuse d (...)

26Ces diverses formes d’islam peuvent être plus ou moins mêlées de vieilles croyances populaires (en particulier pour les Nosaïris), elles n’en représentent pas moins des formes d’islam savantes en regard de l’islam turcoman, en ce que toutes elles ont leurs docteurs, leurs lettrés. Rien de tel chez les Turcomans ; ils ont récemment adopté l’islam, mais c’est un islam superficiel, inculte, qui a peu nui aux vieilles coutumes chamanistes ; dans la mesure où c’est bien un islam, c’est celui des mystiques iraniens, souvent apparenté aux formes les plus extrémistes du chiisme. Les directeurs de conscience des Turcomans ne sont pas les docteurs des villes, mais les bâbâs, prédicateurs-sorciers, qui nomadisent avec eux. Les chefs turcs contribuent à répandre en Asie occidentale des conceptions iraniennes, des pratiques de l’Asie centrale30.

27Les divisions religieuses et ethniques correspondent dans une certaine mesure à des divisions sociales. Du côté chrétien, Grecs, Arméniens, Syriens monophysites renferment tous de petites gens et des notables ; toutefois les Grecs représentent en général l’aristocratie, hier détentrice du pouvoir, ce qui en fait pour les nouveaux maîtres des éléments suspects d’intrigues avec Byzance. Les Arméniens aussi contiennent un élément dirigeant, tantôt remplaçant l’élément grec (Édesse, Taurus, Arménie), tantôt en rivalité avec lui (Antioche, Cilicie) pour des raisons sociales et religieuses, sans parler des cas où il s’appuie sur les petits états arméniens autonomes ; cette rivalité peut leur valoir une situation avantageuse auprès des conquérants ; ils ont accepté avec reconnaissance la suzeraineté de Malikchâh, qui leur assurait la paix et la prépondérance sociale ; toutefois ils ne l’ont pas appelée, et lorsque l’ordre disparaît leur christianisme et leur patriotisme se tournent de nouveau vers Byzance.

  • 31 Anne Comnène, 169.

28Les Grecs ont été les grandes victimes de la conquête turque ; il serait toutefois faux de croire que les Turcs leur aient été antipathiques : il y avait depuis longtemps des Turcs dans l’armée byzanzantine, et les conquérants étaient les adversaires des ennemis arabes de l’empire ; aussi arriva-t-il qu’aveuglément des Grecs fissent appel à des Turcs contre des Arabes : ainsi Soulaïmân fils de Qoutloumouch, qui avait aidé Botaniate à conquérir le trône, fut appelé par les Antiochiens contre Philarète, auquel ils reprochaient son alliance avec Mouslim ibn Qoraïch !31

  • 32 Il n’y a pas de noblesse monophysite, et il y a peu d’aristocratie urbaine ; l’élément dominant, en (...)
  • 33 Mich. passim.

29Les monophysites forment le fond de la population dans toute la partie périphérique de l’arc de cercle Syrie du nord-Djéziré32. A la différence des Arméniens et des Grecs, ils n’ont aucun souvenir de pouvoir politique ; d’autre part ils ont toujours été plus nombreux en pays musulman que chrétien, et les musulmans qui n’ont aucun lieu de les soupçonner d’attaches avec des puissances étrangères, les traitent au moins aussi bien que leurs maîtres chrétiens d’autres églises ; dans leur clergé au moins, la haine du Grec, née de conflits d’intérêt, est bien plus profonde que celle de l’infidèle, qui n’est plus qu’une clause de style pieux33. Aussi sont-ils d’emblée ceux sur lesquels s’appuie tout maître musulman lorsque ses sujets musulmans ne lui rendent pas tous les services dont il a besoin ; indifférents au changement de suprématie politique, ils sont toujours prêts à se soumettre au plus fort, pour éviter des souffrances inutiles ; leurs maîtres francs de demain ne trouveront pas en eux de sujets sûrs.

  • 34 Au nord de Lattakié, Wilbrand, 171, signale des « Turcs sylvestres analogues aux Bédouins ». S’agit (...)

30Chez les musulmans, les divisions n’apparaissent pas socialement aussi nettes. Il est certain que le chiisme est répandu en particulier dans les corporations de métiers, chez les Bédouins, chez certains paysans ; mais il y en a aussi de sunnites et il y a des notables des deux observances. La grande division est, là, celle des nomades (Bédouins, Turcomans, Kurdes transhumants de haute-Djéziré) et des sédentaires paysans et citadins. La limite géographique des deux formes de vie n’est pas stable. L’invasion turque fait progresser le nomadisme, qui reflue un moment avec elle, et s’étend de nouveau par suite de l’appel aux Turcomans pour la garde des frontières, puis de l’invasion mongole34.

  • 35 En Égypte, au xiie siècle, les sunnites prennent une grande influence.

31Si profonde que soit la division de la Syrie, il ne faut pas l’exagérer. La ténacité même des particularismes, élément de discorde en temps ordinaire, peut devenir un facteur de solidarité en face de menaces extérieures également ressenties. La large extension de la langue arabe, le genre de vie rapprochent les groupes par ailleurs opposés. Puis, les circonstances évoluant, certaines aversions s’atténuent ; chiites et sunnites continuent à se combattre, mais ils ont ou vont avoir des ennemis communs, Francs au dehors, Assassins au dedans35, et comme Syriens, ils feront tous front commun contre les mésopotamiens turcs ou arabes (Dobaïs) qui prétendront les assujettir ; Bédouins, Kurdes, Turcomans, se massacrent souvent, mais souvent aussi s’unissent pour dévaliser des tiers.

  • 36 Maqr. Quatremère I, 53.
  • 37 Cf. notre partie topographique ; la province de Ḥarrân a 800 villages (300 inhabités), celle d’Édes (...)
  • 38 Les revenus de Harrân baissent de 3 à 1 1/2 million de dirhems (I. Ch. ibid.).

32A combien s’élevait la population syro-djéziréenne ? Les quelques chiffres d’impôt conservés pourraient donner un ordre de grandeur si l’on en connaissait l’assiette et s’ils n’étaient pas proportionnels au revenu et non fixes. Alep, Antioche étaient assurément de très grosses villes. Le chiffre de cent mille habitants pour la seconde, établi d’après le payement d’une capitation d’un dinar par tête au résident mongol dans les dernières années de la domination franque36, peut être tenu, en raison de cette origine, pour vraisemblable et est d’ailleurs corroboré par les indications de presque toutes les chroniques qui racontent la chute de la ville. Édesse, Lattakié, avaient aussi de fortes populations. Les campagnes, dans les bonnes périodes, donnent l’impression d’une certaine densité37. Mais naturellement il y a de grandes variations ; les invasions du xie, les famines consécutives, ont amené la décadence irrémédiable d’Albâra, entre autres vieilles villes, et les guerres continuelles au temps des Francs ruineront encore d’autres localités, comme Artâh. Mais il y a des districts éloignés des opérations, des périodes de paix aussi, et il semble qu’au début du xiiie siècle tous les vides aient été comblés. Turcomans anéantiront ce résultat38.

C) Aspects de la vie et des institutions syriennes : la féodalité turque

33On aura l’occasion ailleurs de signaler divers aspects de la vie syrienne ; mais il faut dès ici dégager son caractère dominant au moment où arrivent les croisés : une désagrégation matérielle et morale qui facilite l’installation des Francs parce qu’elle diminue la force de résistance de la Syrie, mais aussi parce qu’à certains égards elle rapproche la vie syrienne indigène de la vie occidentale contemporaine.

  • 39 Cf. le curieux passage où I. A. T. rapporte divers usages alépins du temps de l’enfance de son père (...)
  • 40 Ibid.

34Il serait certes paradoxal de vouloir minimiser toutes les différences qui opposent la société orientale à l’occidentale. Mais il ne faut pas non plus se laisser aller à une opposition universelle, catégorique ; les différences dans les théories, dans le vocabulaire, risquent fort de dissimuler des ressemblances. On aura, en étudiant diverses institutions, l’occasion d’en faire ressortir quelques-unes. Ce qui nous importe ici est de souligner qu’aux alentours de 1100 Orient et Occident se ressemblent plus qu’ils ne l’ont jamais fait dans leur genre de vie, parce que l’un et l’autre se trouvent dans une anarchie locale, un état de petite guerre chronique, qui réduit à fort peu de chose les organisations politiques, voire le rôle de certaines valeurs de civilisation qui, en d’autres temps, les avaient séparés et les sépareront. Le Syrien de l’époque marwânide (un siècle avant la croisade) ou de l’époque ayyoubide (un siècle après) qui aurait été transporté dans la Syrie de Roḍwân aurait eu bien des sujets d’étonnement39. « Il n’y avait pas un Alépin, raconte le grand-père d’Ibn abî Tayyî, qui n’eût chez lui un attirail militaire, et quand la guerre était là il sortait tout prêt, sans qu’il fût besoin d’aucun appel aux armes40. » Dans la campagne, la vie d’Ousâma, de son père, de seigneurs voisins, n’est que chevauchées pour aller disputer quelques bêtes, détrousser des caravanes. L’autorité d’un gouvernement ne se rencontre nulle part : quiconque dispose de murs solides ou a de quoi entretenir une armée privée est indépendant, et l’insécurité même qui résulte de cette situation encourage chaque notable à désirer son fortin et sa milice. Des hostilités locales ont inauguré cette évolution par endroits dès avant les Turcs, et le Djabal Bahrâ par exemple s’est au xie siècle couvert de châteaux ; sans doute devrait-on attribuer la même date à maint château des confins nord-syriens. Les pillages turcs ont accéléré le processus, comme les invasions normandes en Europe. Pour qui se rappelle ce qu’était la féodalité occidentale des xe-xie siècles, on admettra que, sous le rapport de l’ordre social, les Francs devaient, en Syrie, se trouver fort peu dépaysés.

  • 41 I. F. loc. cit. Il n’y a pas de pâtisserie à Alep avant Noûr ad-dîn, dit-il.

35La civilisation orientale avait certes de quoi les émerveiller ; mais il ne faut pas la croire répandue également chez tous : l’aristocratie indigène est cultivée, mais non la nouvelle noblesse turque. Puis la misère a diminué le train de vie général. On en a des tableaux saisissants pour Damas. L’Alep des Mirdasides (Bédouins d’origine) et de Roḍwan n’est pas la belle ville marchande que sera l’Alep des Ayyoubides, mais, par le costume des habitants, la simplicité générale de l’existence, fait figure d’un quartier général de Bédouins41.

  • 42 I. A. T. (I. F., II, 157 r°) signale quand Zengî, exceptionnellement, permet à ses sujets de le voi (...)

36Le gouvernement, c’est un prince turc enfermé, presqu’à la chinoise42, dans une citadelle, ou, à sa place s’il possède plusieurs villes, un gouverneur militaire (Chiḥna). Il reçoit les impôts, exige des secours militaires ; mais l’administration ne le regarde pas, il la laisse aux magistrats locaux, en principe nommés par lui, mais en fait presque héréditaires dans de grandes familles indigènes. Le vizir même, ou chef du « dîwân » n’est jamais turc. Ainsi l’inadptation du conquérant aux choses administratives profite aux autonomies locales, surtout urbaines ; à Édesse, l’émir turc Boûzân a laissé gouverner ce Thoros qui ensuite se rend indépendant ; dans les villes musulmanes, rien de plus remarquable que le pouvoir pris par les cadis et les raïs, les premiers, semble-t-il, surtout dans les ports hier égyptiens (Tyr, Tripoli, Djabala), les seconds à Damas, les uns et les autres à Alep. La fonction de raïs, en principe, n’est pas grand’chose : il est le chef d’une communauté professionnelle ou locale, et son importance est variable selon celle de cette communauté, corporation, village, ville. Son rôle paraît être l’exécutif au dernier degré, le maintien de l’ordre, les règlements d’administration purement locale. Mais la réalité est bien différente : raïs et cadis sont des notables, et à ce titre, soit en raison des bénéfices qu’ils retirent de leurs fonctions, soit parce qu’ils ont derrière eux un clan local (les Banoû’ç-Coûfî de Damas, les Baonû’ç-Çoulaïha, de Djabala), ils sont les chefs d’une abondante clientèle personnelle, qui leur fournit une véritable milice grâce à laquelle ils sont dans leur circonscription des roitelets défiant le pouvoir.

  • 43 Gibb, trad Qal., préface, 32-40 ; les chroniques emploient souvent indifféremment « ’askar » et « a (...)

37Aussi la question de l’autorité se résout-elle en définitive sur le plan de l’organisation militaire. Le noyau de l’armée du prince et des seigneurs, c’est leur « ’askar », c’est-à-dire leur garde d’esclaves, à laquelle sont attachées les machines de guerre qui dépassent le cadre de l’armement individuel. Viennent ensuite des troupes libres de deux catégories, soit mercenaires étrangers (souvent difficiles à distinguer des corps de mamlouks divisés par nationalité), particulièrement abondants chez les Seldjouqides d’Anatolie influencés par l’exemple bizantin, soit « adjnâd », c’est-à-dire soldats d’armée territoriale, hommes libres astreints au service militaire, également comme à Byzance, en échange d’une certaine pension ou d’une concession foncière portée sur les registres du dîwân. A ces troupes s’ajoutent des combattants à pied, ramassés un peu partout, servant moins au combat qui, sauf les prises de ville, se décide par la cavalerie, qu’aux transports et aux travaux techniques (mines, mangonneaux, etc.). Souvent aussi, les armées s’adjoignent, sur les ailes, des bandes de Bédouins et de Turcomans, laissés avec leur organisation propre. Enfin les citadins ou plutôt leurs corporations avaient des milices, formée de leur jeunesse astreinte à répondre à tout appel aux armes (« ahdâth »), et servant surtout à la défense en cas de siège ; certaines sectes, comme les Assassins, entretenaient des milices privées. Le pouvoir du prince n’était solide que sur son ‘askar, et par conséquent son autorité générale ne s’exerçait que si cet ‘askar représentait une importante fraction de l’armée, comme ç’avait été le cas sous les grands Seldjouqides. Mais un Roḍwân, souverain d’un petit territoire ruiné, ne pouvait entretenir qu’un ‘askar médiocre, d’où sa faiblesse et son besoin de l’aide « assassine »43.

  • 44 Le concessionnaire prête un serment de fidélité, qui l’oblige avant tout à fournir des troupes, et (...)
  • 45 Tout cela est nettement exposé par ‘Imâd-Bondarî, 135. Sur la féodalité turque, mais surtout à l’ép (...)

38Qu’il s’agît du ‘askar ou des adjnâd, l’armée devait être en effet entretenue et là se trouve l’origine d’une seconde ressemblance que nous trouvons, jusqu’à un certain point, entre l’Orient et l’Occident. Non seulement les adjnâd ont de petites concessions foncières, mais le ‘askar est divisé en un certain nombre de chefs qui doivent organiser leur propre ‘askar et reçoivent pour ce faire un fief (iqtâ’). En principe, un iqtâ’ n’est pas un fief, mais seulement le droit concédé à un particulier, depuis longtemps déjà, de toucher les revenus d’un territoire, à charge d’accomplir certains services44 : c’est en somme, en un temps de circulation monétaire insuffisante, un mode de payement simple, et si la féodalité n’a pas pris en Orient le même développement qu’en Occident c’est sans doute, entre autres raisons, parce que l’économie monétaire était plus développée en Orient qu’en Occident. Mais depuis la conquête turque, ce régime concessionnaire est réellement devenu un régime féodal ; les Seldjouqides et leur grand vizir Nizâm al-moulk ont considéré que pour renforcer l’organisation militaire de provinces éloignées du pouvoir central et pour intéresser des chefs souvent turbulents au bon ordre de l’état, le mieux était d’ajouter à la concession des revenus d’un territoire celle de son administration. Le danger de cette politique apparut dès que l’autorité centrale faiblit, et elle faiblit d’autant plus vite que la multiplication des concessions dont elle payait les services rendus diminuait d’autant les moyens qui lui restaient d’en payer de nouveaux45. Sans doute tout iqtâ’ était révocable en principe : en fait, il ne put l’être que par la force, et, les concessionnaires se solidarisant, bientôt ce qui restait de force au gouvernement central ne suffit plus, et une certaine hérédité commença à s’instituer. Ainsi naquit une féodalité militaire turque, plus tard aussi kurde, qui se superpose peu à peu à l’ancienne aristocratie des grands propriétaires indigènes.

  • 46 Par ex. dans le Khanzit (I. A. At., 15 ; Azr., 148 v°).
  • 47 Il en est question dans Mich. qui, pour cette période, n’a pas de source byzantine.

39Tel est le pays dans lequel les Francs vont arriver, introduire un élément de division de plus avant de provoquer par réaction un mouvement de regroupement musulman. Ces Francs, que sait d’eux l’Orient ? Ce ne sont pas absolument des inconnus : outre tes commerçants de Venise et d’Amalfi, qui touchent les ports de la Méditerranée orientale, il est venu au xie siècle des bandes nombreuses de pèlerins, traversant l’Anatolie ou débarquant sur la côte syrienne à bord de navires italiens, et pour lesquels existe à Jérusalem un hospice amalfitain. Surtout, les possessions byzantines ont toutes connu des mercenaires francs, surtout normands, dont certains ont même essayé de se rendre indépendants ou ont acquis une petite seigneurie46. Assurément le bruit est parvenu aux oreilles de quelques chrétiens d’Orient des guerres de l’empire avec Bohémond47 ; néanmoins c’est surtout encore comme des serviteurs de la politique byzantine que les orientaux ont considéré les Francs à leur arrivée. Liban et Palestine à part, les frontières de la domination franque seront à peu de chose près celles de la domination byzantine, parce que ce sont aussi celles de la population chrétienne, qui favorise la conquête pour y retrouver ses anciens avantages. Qu’une domination franque puisse différer de l’ancienne domination byzantine, ils n’y ont jamais songé.

  • 48 Cf. l’inscription grecque d’Édesse publiée dans Byz. Neugr. Jahrb. V. 1926, 215.
  • 49 Tournebize, 163-164.
  • 50 Mich., 183.
  • 51 Ibn al-Athîr (qui y voit une suite de la politique des Normands de Sicile).
  • 52 ‘Az. 486 et Mich., 182 (pèlerinages entravés, mais nul n’en cite d’exemple).
  • 53 D’après Matth. ; mais encore faudrait-il savoir quand il écrit ce chapitre.

40Ils n’ont même jamais pensé à une levée en masse de la chrétienté européenne contre l’Islam. Byzance a contribué à la provoquer, mais par préoccupation de revanche impériale. Les Arméniens, eux, ont désiré cette guerre impériale48 ; mais si, au temps de l’invasion turque, un catholicos arménien écrit à Grégoire VII, c’est parce qu’il espère trouver à Rome, dressée par le schisme contre Constantinople, un appui contre l’église grecque49 ; des ravages turcs il ne parle que pour blâmer le gouvernement byzantin. Quant aux monophysites, ils n’ont même pas souhaité de revanche grecque. Et du côté musulman, il est remarquable de voir combien peu d’impression lit sur le moment l’arrivée même des croisés, expédition analogue à ces campagnes byzantines d’hier, pensaient-ils, dont rien ne restait une fois qu’elles étaient parties et qui, de toutes façons, ne concernaient que les territoires hier byzantins, avec un pèlerinage à Jérusalem qui n’aurait pas de lendemain. Ce fut seulement une fois l’expérience faite qu’on trouva de la croisade quelques présages50, quelques explications soit imaginaires51 soit, fait remarquable, tirées de la bouche des Francs52. Peut-être les Arméniens comprirent-ils plus vite que les autres le caractère nouveau de la croisade53, mais parce qu’ils avaient plus que les autres des relations avec Byzance, qui facilitaient leur information.

d) La croisade et le problème de l’installation franque en Syrie

41La logique demanderait qu’en regard du tableau sommaire que nous venons de faire de la société eurasiatique, nous missions un tableau de la société européenne, ou tout au moins des circonstances qui déterminèrent la croisade : on comprendra que nous n’en puissions rien faire et que nous nous bornions au rappel des quelques caractères fondamentaux indispensables à avoir présents à l’esprit pour la compréhension de la suite de cette histoire.

42Dans quelles conditions est née la croisade ? Entre les facteurs matériels et moraux, qui se soutiennent les uns les autres, il serait sans doute bien vain de dresser une ligne de démarcation qui n’existait assurément pas dans les consciences des croisés : la misère, l’appât du gain, l’esprit d’aventure constituaient un climat favorable à la croisade, qui n’aurait pas existé cependant sans la force de cristallisation et d’enthousiasme créée par l’idée de guerre sainte et de délivrance des Lieux-Saints. Cette idée est sortie de la politique pontificale, de la politique byzantine, des guerres d’Espagne, et des pèlerinages.

43Les pèlerinages se sont considérablement développés au xie siècle. Or pendant la seconde moitié du siècle ils se trouvent de plus en plus gênés. Non que les chefs turcs fussent officiellement plus intolérants que leurs prédécesseurs à l’égard des pèlerins, mais parce que d’une part ils n’étaient pas liés comme les Fatimides par un traité avec Byzance, d’autre part et surtout en raison de l’anarchie générale dont le bref gouvernement de Malikchâh en Syrie ne peut suffire à effacer l’impression : les pèlerins parvenus au terme de leurs épreuves sont témoins de la misère des habitants, des dégâts accumulés, des églises que la conquête turque de pays byzantins a fait transformer en mosquées, des provocations d’un Artouq criblant de flèches la voûte du Saint-Sépulcre : l’idée s’impose que pour rétablir la sécurité du début du siècle, il faut expulser les Turcs.

44La guerre aux Turcs est naturellement le thème de la propagande byzantine. L’Anatolie lui importait plus que Jérusalem, et naturellement c’était surtout par les Byzantins que les pèlerins et marchands francs apprenaient les choses d’Orient ; les Byzantins avaient besoin de renforts, et il était normal d’insister sur ce que la défaite grecque était une défaite générale de la chrétienté. Dès le lendemain de Manzikert, Michel VII avait adressé à Grégoire VII une demande de secours dont la contrepartie serait — combien de fois la promesse devait être renouvelée en vain — le retour à l’union des églises. Alexis Comnène renouvela l’appel auprès du comte Robert de Flandre revenant d’un pèlerniage (1087). Naturellement il ne s’agissait dans sa pensée que de lever des mercenaires ou de rassembler des alliés qui grossiraient sous ses ordres l’armée byzantine.

  • 54 Aux ouvrages généraux sur les croisades, ajouter Erdmann, Die Entstehung der Kreuzzugsgedanke, Stut (...)

45Grégoire VII54 avait répondu favorablement à Michel VII, à la fois par sentiment chrétien et par sens politique : l’armée levée par le pape aiderait à résoudre le schisme et développerait l’influence de la papauté tant en Orient qu’en Occident. La guerre avec l’empereur Henri IV l’empêcha de mener à bien l’entreprise. Urbain II, de nouveau saisi du problème par Alexis, et se trouvant dans des circonstances un peu favorables, reprit l’idée ; mais il en fit quelque chose de spécifiquement différent de toutes les expéditions antérieures contre les infidèles ; d’une part il inaugurait une législation spéciale au bénéfice des croisés ; de l’autre, ce qui nous importe le plus ici, il organisait l’expédition de la chrétienté occidentale sous la direction de la papauté et d’une façon, avec des buts absolument autonomes. Il s’agissait non plus de se mettre au service de la politique byzantine, mais de faire secourir les fidèles d’Orient directement par la papauté, avec des acquisitions éventuelles devant revenir de droit aux croisés. Cette transformation permettait d’opérer une levée massive dans toute la chrétienté latine, et non plus de procéder seulement aux envois limités de mercenaires subordonnés aux intérêts particuliers des princes. Bref c’était un renversement de direction : Alexis désirait une guerre byzantine appuyée par des Francs, le pape lui envoyait une expédition romaine dont l’intérêt byzantin n’était plus qu’un objectif nécessaire certes, mais transitoire. Cette rivalité de conception allait être à l’origine d’une grande partie des difficultés auxquelles se heurteront les rapports franco-byzantins.

  • 55 Les narrateurs de la première croisade appellent indifféremment Hispania tout pays musulman.
  • 56 Comme autre croisé notable ayant fait la guerre en Espagne, signalons Guillaume le Charpentier.

46La croisade a été facilitée par l’habitude contractée par la noblesse française de la guerre aux musulmans en Espagne : habitude qui naturellement va influencer au début l’état d’esprit dans lequel elle entreprend son expédition orientale. En Espagne, il s’agissait bien déjà de guerre sainte, à la fois du côté musulman où l’idéal du « djihâd » était ranimé par les Almoravides, et du côté chrétien où l’envoi des renforts aux Espagnols était en grande partie organisé par l’ordre de Cluny (auquel avait appartenu Urbain II). L’effet général de la guerre n’était pas là de soumettre les musulmans, mais de les supprimer ou de les refouler pour les remplacer par des chrétiens, dont on avait pléthore à proximité. Cette conception fut, au début, celle des croisés55, et en particulier des Provençaux, dont le chef, Raymond de Saint-Gilles, avait fait la guerre en Espagne56.

47Les efforts de Bohémond à Ma’arra, de Tancrède à Jérusalem pour sauver les musulmans du massacre montrent que les Normands d’Italie avaient, eux, des traditions différentes. Certes ils avaient combattu longuement les musulmans, mais sans les expulser : ils n’eussent pu les remplacer que par des chrétiens en partie grecs, et d’ailleurs l’Italie méridionale ravagée par la guerre ne devait pas avoir d’excès de population. Les musulmans furent donc conservés, et avec eux une partie de leurs institutions : les Normands ont donc une tradition de collaboration et de tolérance. L’idée de la croisade ne leur doit rien, et ils ne s’y agrégèrent qu’en dernière heure, pour de purs motifs de politique particulière. Toutefois il ne faut pas exagérer la différence entre les croisés : le coude à coude journalier et la communauté des conditions de leur action syrienne les rapprochera vite.

48De l’Orient, en dépit des pèlerinages et des guerres, l’Occident ne connaissait rien. On peut juger, par ce qu’on trouve encore dans les écrits ou lettres postérieurs à la croisade, des racontars qui ont dû circuler entre croisés. Ceux-ci étaient persuadés que les musulmans adoraient plusieurs dieux : Mahon (Mahomet), Apollon, Tervagan, et qu’ils avaient des idoles. L’empire byzantin leur était naturellement moins inconnu ; des pèlerins avaient répandu des griefs contre les schismatiques qui parfois les avaient soumis à des vexations, mais l’opinion commune ne mettait cependant pas en question l’unité de foi entre Latins et Grecs, et pour cette raison même ne concevait pas que le basileus pût sans trahison ne pas aider de toutes ses forces les croisés. Les Normands d’Italie font encore ici exception. Ils connaissaient un peu l’Islam, et, pour avoir été pendant trois quarts de siècle en rapports alternés de guerre et de diplomatie avec l’empire byzantin, pour avoir eu des sujets amalfitains commerçant avec la Méditerranée orientale et des frères Normands mercenaires dans les armées byzantines, ils avaient une idée assez précise de la politique et des territoires grecs : il n’est pas impossible que Bohémond ait connu d’avance un peu les terres sur lesquelles il allait étendre sa domination.

49La croisade est née en France et secondairement dans l’Italie du nord. Les ports italiens, comprenant le bénéfice qu’ils en retireraient, lui apportèrent un secours sans lequel elle eût échoué, mais ne furent pour rien dans son déclanchement. De même les princes « politiques » prirent part à la croisade, parce que le succès de la prédication leur montra le parti qu’ils en pouvaient tirer ; mais la masse des croisés fut formée de chevaliers qui y trouvaient la magnification morale de leur goût d’aventure et de bataille, et de gens du menu peuple en qui la misère et l’opression développaient le désir de partir n’importe où et l’espoir mystique de félicités miraculeuses pour l’autre monde et dès celui-ci. Cet esprit qui fut sans doute l’élément déterminant dans l’essor de la croisade, ne disparaîtra pas totalement en Orient, parce que de nouveaux pèlerins, de nouveaux croisés, viendront périodiquement le ranimer ; il deviendra cependant vite secondaire, les tâches de l’organisation donnant le premier rang aux politiques.

  • 57 Il aurait décidé que les diocèses auraient les limites des états où ils se trouveraient (G. T., 509 (...)

50Parmi les armées qui allaient s’ébranler, nous devons distinguer deux groupes (sans parler de la croisade populaire, détruite avant son arrivée) : d’une part celles de l’Ile de France et pays environnants (Normandie, Chartres, Flandre) dont les chefs et probablement en partie les troupes, une fois accompli le vœu de se rendre au Saint-Sépulcre, rentreront en Occident ; d’autre part celles de Lorraine et Boulogne (Godefroy de Bouillon et son frère Baudouin), de Provence-Languedoc (Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse) et des Normands d’Italie (Bohémond de Bari-Tarente, fils de Robert Guiscard), qui devaient s’établir à demeure en Syrie. Il est difficile de dire si Urbain II avait prévu des conquêtes hors de Palestine et si là-même il en avait prévu l’organisation57. Il est en tous cas certain que Godefroy de Bouillon et Raymond de Toulouse avaient l’intention d’achever leur vie en Orient. Quant à Bohémond, réduit à une portion de l’héritage paternel, il vit dans la croisade le moyen d’agrandir ses domaines et de réaliser les projets orientaux que son père et lui-même avaient en vain essayé d’accomplir par la guerre contre Byzance ; l’alliance byzantine, rendue possible par la croisade, lui permettrait peut-être d’obtenir du basileus d’importants territoires en Asie, ou bien, à défaut, l’armée franque lui donnerait la force de les conquérir, ce que n’eussent pu faire ses propres troupes seules. Toute la conduite de Bohémond pendant la croisade sera dirigée par la double intention, d’abord d’affermir l’alliance avec Alexis Comnène, que l’organisation autonome de la croisade rendait méfiant, mais sans, laquelle le prince normand savait qu’aucune entrée victorieuse en Asie n’était possible ; puis, cela fait, d’utiliser au maximum les succès communs des croisés pour son bénéfice particulier.

51Il allait donc y avoir en Syrie des états francs : plus précisément, un royaume lorrain (et secondairement un comté), un petit comté provençal, une principauté normande. Conquêtes qui s’insèrent dans la série des conquêtes franques du moyen-âge ; conquête normande en particulier qui s’ajoute à celle de la Normandie, de l’Italie du sud, de l’Angleterre. Introduction de formes occidentales de sociétés, par suite d’une conquête, à des régions qui les ignoraient, et adaptation réciproque d’usages syriens par les occidentaux, problème commun à tous les états francs de Syrie ; parenté des institutions de chaque état avec celles des régions d’où les fondateurs sont originaires, problème qui acquiert un intérêt particulier pour les Normands, qui, partout où ils ont passé en Europe, ont créé des institutions si originales et si remarquables ; déterminer ces relations sera une de nos principales tâches.

52Militairement, les deux groupes de peuples qui allaient entrer en contact d’abord par la guerre n’avaient pas des procédés de combat identique — assez vite, tout en conservant leurs particularités, ils s’adapteront à la tactique et aux moyens l’un de l’autre —. D’un mot, ce qui caractérisait les Orientaux, par opposition avec les Occidentaux, était la légèreté de l’armure (le cheval n’en avait aucune), le rôle des archers montés qui harcelaient l’ennemi avant la bataille et devaient tâcher de l’attirer dans des positions préparées d’avance, où la cavalerie alors le chargeait, donc tout le temps une grande mobilité. Les Occidentaux, en dépit d’excès momentanés de témérité et d’une bravoure à toute épreuve, donnaient une impression de prudence ; ils étaient moins mobiles, mais, armés plus lourdement que les musulmans, munis d’une lance plus longue, ils dirigeaient contre l’ennemi une « fameuse charge » massive souvent irrésistible ; la bataille se décidait d’ailleurs souvent par des combats individuels ; le rôle des piétons n’était guère que de porter les provisions et armes et de piller le camp ennemi une fois pris. Ni les croisés et leurs successeurs, ni les musulmans au début du xiie siècle, ne disposaient de puissant moyen d’attaque des villes et ne pouvaient même investir les murailles de long périmètre.

Notes

1 Excellent exposé dans l’introduction de Gibb à sa traduction de Qal.

2 L’atabek est l’homme auquel le sultan donne, avec la main d’une femme dont il a eu un fils, le soin de pourvoir à son éducation et plus tard de l’assister dans ses prérogatives éventuelles ; naturellement l’atabek d’un prince fieffé ne cherche qu’à se substituer à lui ; le xiie siècle sera le siècle des atabeks.

3 Pour le détail, Diyâr Bakr, 227 sq.

4 On a vu en général dans ce Turcoman un Artouqide ou un Danichmendite (cf. en dernier lieu moi-même dans Diyâr Bakr, 225), à cause de son nom de Ghâzî ; en réalité, c’est là un titre répandu qui ne justifie aucune identification ; Chron. an syr. l’appelle non pas comme d’autres textes Baldouq, mais « le Baldouqiya », or l’on connaît en Iraq une tribu de ce nom (I. A. ).

5 D’après Hist. Royal (Alishan-Sissouan, 42) Constantin aida les Francs jusqu’à sa mort (1100) et en reçut le titre de comte et marquis ( ?). Cf. aussi Adontz, Byz., 1935, p. 185.

6 A la fin du règne de Malikchâh, la Cappadoce appartenait à un certain Bouldadji ; les croisés connaîtront encore, mais on ne sait où, un « Boldagis » (cf. infra II, ch. I, n. 35).

7 Les débuts des Danichmendites, qui allaient être si puissants, sont très mal connus. La légende a compliqué le problème en les rattachant au héros légendaire Sayyîd Battâl Ghâzî, dont le nom était lié à la ville de Malatya ; la ville appartint aux Danichmendites, mais elle était encore chrétienne au début du xiie siècle, il est donc impossible que Dânichmend en soit originaire ; les textes anciens s’accordent à le faire venir d’Arménie orientale, ce qui est à priori vraisemblable. Pas plus que « Ghâzî », nom de son fils, « Dânichmend » n’est en réalité un nom ; c’est un titre, qu’on connaît plus tard comme porté par des bâbâs (prédicateurs mystiques) turkmènes ; la généalogie des familles turques est encore compliquée par le fait que, en dehors des titres, chaque prince paraît porter deux noms, l’un turc, l’autre arabe. (Le sultan Moḥammad s’appelle Tabar, Qilîdj Arslan I porte aussi le nom arabe de Soulaïmân comme son père, etc.)
Les débuts de la dynastie ont fait couler pas mal d’encre (cf. en particulier Casanova dans Rev. num., 1894-1896 ; Chalandon, Les Comnènes, II, p. 39-40 ; Laurent, Les émirs danichmendites jusqu’en 1104, dans Mélanges Iorga). On connaît un dânichmendite sûrement pour la première fois au moment de la première croisade ; toutes les sources grecques, latines, arabes, arméniennes et syriaques, à l’exception du seul Ibn al-Athîr, s’accordent à voir en lui Dânichmend lui-même. Toutefois, la tradition légendaire recueillie par Hezarfenn (Mordtmann, Die Dynastie der Dânichmend, ZDMG XXX, 368 sq.) voit dans Dânichmend un participant de la bataille de Manzikert, où fut détruite l’armée byzantine en 1071, pense qu’il mourut quelques années plus tard, et que son fils régna jusqu’en 1142 (ou plutôt ne parle pas de sa mort, et 1142, date réelle de la mort d’un Danichmendite, est le moment où Hezarfenn raccorde son récit avec ses sources historiques) ; les détails qui accompagnent cette tradition sont impossibles, et s’il n’y a rien d’à priori invraisemblable à ce que Dânichmend, comme d’autres, ait été à Manzikert, il apparaît que la tradition n’a d’autre raison que de faire remonter ses exploits à la fameuse bataille où toutes les maisons turques voulaient attacher leurs premiers lauriers. Par ailleurs il est certain qu’un Dânichmendite est mort en 1104 (Mich., 192 ; Matth., 74) ; il nous paraît sûr qu’il s’agit de Dânichmend lui-même. Ibn al-Athîr, en faisant régner dès lors son fils Gumuchtekîn, ne fait sans doute que remonter gratuitement le nom qu’il a trouvé quelques années plus tard ; il est d’ailleurs aussi le seul à le donner, les autres sources n’ayant que le titre de « Ghâzî » ou le nom de Moḥammad (dû à une confusion avec son fils, Hezarfenn ?). La généalogie des Danichmendites était déjà obscure au xiiie s. (Ibn Bîbî, 3).

8 Ousâma Hitti, 180 ; Kamâl, 611 ; Boustân, 529

9 Dont le seigneur est de la famille des Arméniens, fils de Bogousag, convertis à l’Islam au temps de Malikchâh (Mich., 244, 246) ; sur un seigneur arménien à l’ouest d’Édesse, Foucher I, 4.

10 Cart. I, 436.

11 D’après son histoire en 1097, 1105, 1119, etc.

12 Tournebize, 256.

13 I. A. H., 724 ; I. Ch., 54 r°.

14 Diyâr Bakr, 269-270 ; Ibn Djobair, Schiaparelli, 223 ; I. Ch., 64 v°.

15 Wittek, Deux chapitres de l’histoire des Turcs de Boum, Byzantion, 1936.

16 On signale encore des Adorateurs du soleil (Qal. G 247, Matth., 138) et des Samaritains en Syrie centrale et Palestine (Gaster, à ce mot, dans EI).

17 J. Mann, The Jews in Egypt and Palestine under the Fatimid caliphs, Oxford, 1920, 2 vol. 8° ; il remarque (II, 196) que l’incendie par les croisés de la synagogue de Jérusalem est absent des sources juives, qui mentionnent toutefois le salut du chef de la secte karaïte.

18 Benjamin, 16, 18 ; Cart. I, 324, 426.

19 Lettre du patriarche nestorien, Raynaldi, 1247, n° 32 ; G. T., XVI, 4 (Édesse) ; Chron. an. syr., 94 (Alep).

20 Grég. IX, 4467.

21 C’est pourquoi les Francs nomment partout tout de suite les prélats latins ; pour Alep, Chron. an. syr., 94.

22 Mich., 476 sq.

23 Mich. Ibid. et JA, 1889, 67.

24 Mich., an 1481.

25 Tournebize, 256 ; Matthieu, 52 ; Sempad, 633 (en 1198) ; dans le reste de la Syrie franque, il n’y a que Jérusalem.

26 Cela résulte de l’histoire telle qu’elle sera exposée plus loin, et des déclarations explicites tant du chiite Ibn abî Tayyî que du sunnite Ibn Djobaïr (Schiaparelli, 272, an 1183), qui signale aussi des Ghourabiles. Lorsqu’en 1070 le Mirdaside Mahmoûd fut obligé d’adopter la khoṭba abbasside, il dut faire la cérémonie en menaçant les récalcitrants d’être égorgés par les Turcs placés autour de la mosquée. Aux chiites déclarés il faut ajouter les chiites secrets : Mouslim ibn Qoraïch était officiellement sunnite, mais sa famille, ses descendants, sont chiites (I. F., I, 91 r°) ; il est possible que même Ousâma ait été chiite (Dhahabî, tab. 584).

27 Dussaud, Histoire et religion des Nosaïris, Paris, 1900 ; Massignon, art. Nusaïri dans EI.

28 Sur les Amiriya, cf. I. A. T. dans I. F., II, 17 r°, et Boustân, 524.

29 Sur cette mission pendant la domination franque on ne sait rien.

30 D’après Dawâdârî VII, 195, les Seldjouqides de Qonya avaient dans leur trésor une statue luxueuse de Malikchâh, et chaque souverain devait y ajouter la sienne. C’est peut-être un conte, mais ce n’est guère musulman.

31 Anne Comnène, 169.

32 Il n’y a pas de noblesse monophysite, et il y a peu d’aristocratie urbaine ; l’élément dominant, en dehors de quelques professions libérales, test le clergé.

33 Mich. passim.

34 Au nord de Lattakié, Wilbrand, 171, signale des « Turcs sylvestres analogues aux Bédouins ». S’agit-il de Turcomans ?

35 En Égypte, au xiie siècle, les sunnites prennent une grande influence.

36 Maqr. Quatremère I, 53.

37 Cf. notre partie topographique ; la province de Ḥarrân a 800 villages (300 inhabités), celle d’Édesse. 700 au temps d’I. Ch. REI, 113-114 ; Ibn Djobaïr passim.

38 Les revenus de Harrân baissent de 3 à 1 1/2 million de dirhems (I. Ch. ibid.).

39 Cf. le curieux passage où I. A. T. rapporte divers usages alépins du temps de l’enfance de son père. « Je ne sais, conclut-il, s’ils agissaient ainsi par ignorance ou par quelque défaut. » (I. F., I, 91 r°-v°.)

40 Ibid.

41 I. F. loc. cit. Il n’y a pas de pâtisserie à Alep avant Noûr ad-dîn, dit-il.

42 I. A. T. (I. F., II, 157 r°) signale quand Zengî, exceptionnellement, permet à ses sujets de le voir.

43 Gibb, trad Qal., préface, 32-40 ; les chroniques emploient souvent indifféremment « ’askar » et « adjnâd ».

44 Le concessionnaire prête un serment de fidélité, qui l’oblige avant tout à fournir des troupes, et naturellement à faire la khotba et éventuellement la monnaie au nom de son suzerain.

45 Tout cela est nettement exposé par ‘Imâd-Bondarî, 135. Sur la féodalité turque, mais surtout à l’époque mamlouke, cf. Poliak dans REI, 1936.

46 Par ex. dans le Khanzit (I. A. At., 15 ; Azr., 148 v°).

47 Il en est question dans Mich. qui, pour cette période, n’a pas de source byzantine.

48 Cf. l’inscription grecque d’Édesse publiée dans Byz. Neugr. Jahrb. V. 1926, 215.

49 Tournebize, 163-164.

50 Mich., 183.

51 Ibn al-Athîr (qui y voit une suite de la politique des Normands de Sicile).

52 ‘Az. 486 et Mich., 182 (pèlerinages entravés, mais nul n’en cite d’exemple).

53 D’après Matth. ; mais encore faudrait-il savoir quand il écrit ce chapitre.

54 Aux ouvrages généraux sur les croisades, ajouter Erdmann, Die Entstehung der Kreuzzugsgedanke, Stuttgart, 1935 (développement de l’organisation de la guerre par la papauté) ; Holtzmann, Stüdien zur Orientpolitik der Reformpapstum, HVJS XXII, 1924

55 Les narrateurs de la première croisade appellent indifféremment Hispania tout pays musulman.

56 Comme autre croisé notable ayant fait la guerre en Espagne, signalons Guillaume le Charpentier.

57 Il aurait décidé que les diocèses auraient les limites des états où ils se trouveraient (G. T., 509 sq.). II allait sans doute de soi pour lui que les croisés laisseraient des leurs pour occuper les conquêtes, comme en Espagne ; le point de vue byzantin lui était inconnu ou étranger.

Notes de fin

1 3 a) Ce sont eux qui tuent Yâghî-Siyân fuyant d’Antioche., qui guident Raymond de Saint-Gilles vers Ma’arra, qui approvisionnent le camp des croisés sous Antioche, etc.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540