Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Première partie

Chapitre II. Topographie historique et archéologique

Texte intégral

  • 1 Pour la Turquie la meilleure carte est celle de l’État-Major turc au 200.000e, dont on ne trouve gé (...)

1La topographie historique de la Syrie du nord et des régions voisines est assez difficile à établir, comme il arrive partout où se sont superposés de multiples peuples ayant chacun donné aux mêmes localités des toponymes dans leurs langues respectives ; les contrées occupées aujourd’hui par les Turcs sont à cet égard particulièrement défavorisées, parce que presqu’aucun nom médiéval n’y a survécu. Il faut ajouter que les explorations, assez nombreuses en Syrie, le sont beaucoup moins en Turquie, et que la cartographie n’est pas toujours au-dessus des reproches1. Dans les pages qui suivent, on trouvera rassemblés, en même temps que les indications des sources et des auteurs modernes, les résultats d’un rapide voyage que j’ai pu effectuer au printemps 1937 en Cilicie, Syrie du nord, et dans les territoires correspondant à la partie de l’ancien comté d’Édesse située sur la rive droite de l’Euphrate.

2Pour chaque localité, une fois indiqués les divers noms qu’elle porte, nous avons choisi d’adopter ensuite l’appellation arabe, la plus fréquemment conservée aujourd’hui. Nous n’avons fait exception à cette règle que dans les cas où le nom arabe est inconnu, ou lorsqu’il s’agit d’une ville connue en Europe sous un autre nom (Antioche).

  • 2 Les Francs, comme leurs prédécesseurs, ont quelquefois traduit les noms locaux (Mardj ad-dîbâdj = P (...)

3La recherche des identifications et localisations a été trop souvent faite en se laissant guider par des rapprochements phonétiques ou sémantiques qui, vu l’incertitude des orthographes et la fréquence des vocables semblables, ne peuvent rien prouver trois fois sur quatre. À moins de forme compliquée, une identification ne peut être avancée que si elle est en outre appuyée sur des restes matériels ou sur la concordance de plusieurs localisations connexes2.

4Une description minutieuse de la totalité des pays mis en jeu dans cet ouvrage atteindrait des dimensions démesurées. On n’entrera ci-après dans les détails que pour les régions occupées au moins momentanément par les Francs ; on se contentera pour les autres de quelques indications importantes.

  • 3 Nous n’entrerons pas dans de grands détails archéologiques, parce que ce serait empiéter, et sans l (...)

5La distinction des constructions franques et de celles qui leur sont antérieures est souvent difficile, et, même faisable, amènerait, en raison de leur enchevêtrement, à des redites fâcheuses ; si illogique que cet ordre puisse paraître, on a donc choisi de décrire les unes et les autres ici ensemble, quitte à rappeler rapidement ailleurs l’œuvre particulière des Francs3.

§ I. LE COMTÉ D’ÉDESSE

A) Le Diyar Moḍar

6On appelait ainsi la région comprise dans la grande boucle de l’Euphrate, à l’ouest du Khâboûr. Le nord seul en appartient aux Francs. C’est, dans l’ensemble, une succession de petits plateaux et de petites collines s’abaissant doucement vers le sud, où disparaît la végétation encore assez riche du nord. Ils sont limités à l’est par le Djabal Achoûma (auj. Qaradja Dagh), dont le rebord méridional, où naissent les cours d’eau constitutifs du Khâboûr, s’appelait le Chabakhtân. Le modelé du terrain est ici peu propice à la multiplication des forteresses et des petits pays fermés ; par contre, le Diyar Modar est traversé par les routes allant de Syrie à Mossoul, et de là en Mésopotamie ou en Iran. C’est donc une grande région de passage. C’est en même temps dans toute sa partie nord une région de riches pâturages, voire localement de riches cultures ; d’où la ‘constitution de gros marchés où entrent en contact pasteurs nomades et cultivateurs sédentaires. Ces raisons expliquent la naissance de villes dont deux, Édesse et Ḥarrân, ont joué de plus dans l’histoire spirituelle du haut moyen-âge un rôle considérable.

  • 4 Il n’a jamais été fait de relevé archéologique d’Édesse ; on trouvera des renseignements dans Wrigh (...)
  • 5 Une autre source, voisine, est sans doute celle que Chron. An. appelle source d’Abgar.
  • 6 Non loin au NO était une colline dite Daulcé (observatoire). Cette porte est appelée par la descrip (...)
  • 7 Chron. An. Syr. éd. Chabot, p 53-54.
  • 8 D’après la notice du ms. ar. Bibl. Nat. 2281, 62 r° : « Périmètre de la citadelle intérieure, 460 b (...)

7Édesse (ar. Rohâ ; turc Ourfa) seule appartint aux Francs, après avoir été un centre byzantin en face du centre musulman de Ḥarrân. Grande ville encore, qu’il ne peut être question de décrire ici, puisqu’elle est surtout de construction antique, que dans la mesure où peuvent le faire les témoignages de notre période4. Elle se trouve dans le bassin supérieur du Bâlîkh, à côté d’un affluent de droite, le Scyrtus (arménien Daïçân, turc Kara Tchaï), au pied de grosses collines, et au pied d’une source abondante (Callirhoé de l’antiquité)5, qui contribue, avec deux aqueducs antiques, à l’alimenter copieusement en eau. Elle avait été entourée sous Justinien de murailles, de plus de deux mètres d’épaisseur et dix de hauteur, munies de 145 tours et par endroit d’un avant-mur. Quatre portes principales les perçaient : au nord, celle de Samosate ou des Heures, près d’où les remparts furent restaurés par les Francs, et au dehors de laquelle, sur la rive opposée du Scyrtus, se trouvait l’église des Confesseurs6 ; à l’est, celle de Kesâs (bourgade située près du confluent du Scyrtus et du Bàlîkh), non loin de laquelle était le jardin dit de Boûzân (gouverneur de la ville sous Malik-Châh) ; au sud, celle de Ḥarrân ; à l’ouest enfin celle de la Source, dominée par le cimetière de Saint-Ephrem, le jardin de Barçauma, et la vallée dite de Soulaïmân. Originellement l’enceinte au sud-ouest aboutissait à la citadelle, mais au lendemain de la mort de Malik-Châh, Thoros l’en avait fait séparer par un mur inférieur, qui isolait totalement la citadelle de la ville7. Quant à cette citadelle, qui domine Édesse de près de cent mètres, c’était elle aussi un puissant ouvrage du temps de Justinien ; elle était entourée d’un fossé et avait une porte donnant sur la ville, une sur la campagne ; elle fut en partie détruite par Kaïqobâdh en 12358.

  • 9 Chron. An. Syr. 290 ; d’après la description latine, la cathédrale latine se serait appelée Sainte- (...)
  • 10 Ces noms ne se trouvent que dans l’Anonyme latin.
  • 11 Celle-ci est nommée aussi par Matth. 105.
  • 12 Rey a vu une église de ce nom (= Thoros) près des remparts à l’ouest.
  • 13 Matth., § 14.
  • 14 Selon Rey, l’actuelle Ibrahim Djami recouvre une ancienne église.
  • 15 Nersès Schnorhali, vers 490 sq.
  • 16 Anon. Latin, 297, 298.

8Édesse conservait d’abondants monuments, principalement des églises et des monastères. La ville n’ayant jamais été détruite de fond en comble, il n’est pas douteux qu’une partie pourrait s’en retrouver enrobée dans quelques édifices modernes, mais on n’a pas d’observation précise à ce sujet. Les églises attestées à l’époque des croisades sont : Saint-Jean, cathédrale latine restaurée par les Francs9, et au pied de laquelle Zengî fit construire en 1146 le palais du gouverneur turc, peut-être à la place de l’actuel Sérail, entre les portes de Samosate et de Kesâs ; Sainte-Sophie, cathédrale grecque, disparue ; peut-être Sainte-Euphémie et Saint-Abraham, comme cathédrales des Arméniens et des monophysites10 ; celle des Confesseurs, près de la porte de Samosate, détruite par Zengî ; Saint-Thomas et Saint-Étienne, de culte latin, converties en magasins par le même ; Saint-Théodore11 et Saint-Thomas (une autre), détruites par lui, à l’est de la ville ; Saint-Théodore des Syriens, qui hérita à la même date des reliques d’Addaï et d’Abgar12 : celle du Sauveur13 ; celle des saints Apôtres Pierre et Paul, qui subsistait au temps de Rey ; enfin celle des Quarante-Martyrs, si elle est bien l’actuelle Oghlou Djami14. L’ancienne mosquée restaurée sous Philarète fut adoptée comme résidence par l’évêque latin, puis rendue au culte musulman en 1144. Dans la ville et dans la montagne à l’ouest il y avait d’abondants monastères dont douze de religieuses, que fit détruire Zengî, et dont un, dominant la ville, dédié aux saints Thadée, Jean-Baptiste et Georges Martyr, avait quatre riches portiques sculptés, et un autre, proche du Scyrtus, renfermait des statues en or des saints Thomas et Barnabe. L’ensemble des maisons était relativement cossu, et les bazars abondants15. La ville était entourée de jardins qui lui donnaient un aspect des plus riants16.

  • 17 Chron. An. Syr., 292.

9Autour d’Édesse, on connaît, outre Kesas, Djoulman au nord, et un Fort de la colline de l’Aigle, sur la route de Samosate17.

  • 18 I. Ch. REI, 111 ; au sud de la route de Bîra à Saroûdj se trouve, selon Dulaurier, Kandetil, de Mat (...)
  • 19 Fouch. I, 14 ; Albert (IV, 7 et V, 1822) nomme Amacha comme appartenant avec Saroûdj à Balak, peut- (...)

10À l’ouest, la route de Bîra, s’infléchissant légèrement au sud, passait à mi-chemin par Saroûdj (fr. Sororge), près des sources du principal affluent du Bâlîkh, gros bourg entouré de riches jardins, et fortifié18. Sur un autre chemin probablement plus septentrional unissant Édesse à l’Euphrate se trouvait une forteresse dont on ne nous dit pas le nom19.

  • 20 Mich., 401, y cite un Tell Arab, par altération ?
  • 21 I. Α., 62 (H. 442) At., 118 ; I. Ch., loc. cit. ; Kamâl (alQorâdî).
  • 22 A 5 parasanges d’Édesse (Bibl. Nat., 2281, 62 r°) ; les Banou ‘Otaïr étaient les chefs de la tribu (...)

11À l’est la domination franque atteignit le Chabakhtân, où l’on connaît les localités fortifiées d’al-Mouwazzar, Djamlîn, Tell-Gauran20, al-Qoradî, et Tell-Mauzan21. Quelque part sur les confins méridionaux de la province se trouvait Sinn ibn ‘Otaïr22. Au nord-est, Sèvavérak (forme arménienne, trad. ar. Souwaïdâ), jadis place byzantine, n’appartint jamais aux Francs.

  • 23 Β. N., 2281, 62 r° : « Tour des remparts, 7612 brasses (environ 4 km.), 187 tours citadelle, 526 br (...)
  • 24 Ibid. : « Tour de l’enceinte, 9.033 brasses (P), 132 tours. »
  • 25 Trad. Schiaparelli, 239. Peut-être al-Baïda est-elle identique à Hiçn Baddaya entre Qal’a Nadjm et (...)
  • 26 Cf. supra p. 156.
  • 27 I. Ch. dans REI, 113 ; cf. Dussaud, p. 484. I. W., Cambridge, L. I., 6, 162 signale aussi Tanînîr e (...)

12Au sud, le Diyar Moḍar resté musulman comprenait la ville de arrân (l’ancienne Carrhae), importante et bien fortifiée23, et non loin de là içn ar-Rafîqa24. Entre Ḥarrân et Qal’a Nadjm, Ibn Djobaïr passa à Tell-’Abda et à al-Baïda25. À l’est de Ḥarrân, la même route franchissait le Khâboûr à Râs al-’Aïn, et de là gagnait soit Mârdîn, où elle rejoignait la route venue d’Édesse, et de là Djazîrat ibn ‘Omar et Mossoul par Nacîbîn (Nisibe), soit directement Mossoul par Sindjâr. Sur le Khâboûr en amont de Qarqîsiya26 on signale à notre époque surtout Mâkisîn, ‘Arabân, et al-Madjdal27. L’ensemble de la région comprise entre le Khâboûr et Mossoul constitue le Diyar Rabî’a.

  • 28 Pour les détails cf. Diyar Bakr-, 221-227 ; le « Petit Lac » s’appelle aussi « Lac de Samanîn » (I. (...)

13Le bassin supérieur du Tigre forme le Diyâr Bakr, dont les villes principales sont Mârdîn, au pied d’une puissante forteresse, Amid (auj. Diyarbékir), entourée d’une remarquable enceinte ancienne, et Mayâfâriqîn, également très bien fortifiée. Ce sont toutes trois de grandes villes, dans une région riche, où l’on peut citer encore les places notables de Hânî et Arqanîn (auj. Ergani), içn Kaïfâ, Arzan, Is’ird. Le Diyar Bakr est séparé au nord des bassins de Bâloû, Tchapaktchoûr et Moûch sur le Nahr Arsanyas (auj. Mourad Sou) par le Djabal Sassoûn (ou Sanâsina). Au nordest il communique par la trouée de Bitlis avec le Lac de Van, Akhlâ, et l’Adherbaïdjân. Au nord-ouest, il se raccorde, par delà le Djabal Baharmaz et le « Petit Lac » (auj. Gueuldjuk) de Dzovq (ar. Bahîratân), à la province du Khanzit qu’enserrent l’Euphrate et le Mourad Sou, et dont le chef-lieu est Khartpert (ar. Ḥiçn Ziyâd), dans une situation imprenable28.

B. Du ‘Afrîn et de l’Aq-sou à l’Euphrate

14Sur la rive droite de l’Euphrate, dans la partie de son cours orientée du nord au sud, l’incurvation des lignes du relief qui unissent la Syrie au Taurus oriental fait converger les routes qui relient l’Anatolie à la Mésopotamie et la Syrie à l’Arménie. L’importance d’Alep, un peu plus au sud, où confluent en outre les routes plus méridionales de Cilicie ou d’Iraq en Syrie, a empêché qu’il se développe sur le territoire de l’actuel vilayet turc de Gaziantep de grande ville au moyen-âge, et le morcellement du relief a agi parallèlement ; mais les petits centres ont toujours été nombreux et la population relativement active, prospère, et dense.

  • 29 Sur l’identification contestée mais non contestable, cf. Syria, 1923, p. 78 ; il ne reste rien aujo (...)
  • 30 Au carrefour des routes de Douloûk vers Mar’ach et vers Marrî se trouvait Sâm, dont le nom se conse (...)
  • 31 On verra qu’elle est encore objet d’hostilités vers 1150.

15À l’époque romaine et byzantine, la place principale de la région avait été Doulouk (grec Dolichè, néo-byzantin Telouch, latin Tulupe)29 au pied des montagnes, près du débouché de la route de Mar’ach30, dans la haute vallée du Nahr Kerzîn et près de la source du Sâdjoûr. Ce n’était plus à l’époque des croisades qu’une bourgade31 dont le titre épiscopal seul rappelait la gloire antique. La conquête arabe avait fait croître, comme toujours, une localité plus engagée dans la steppe intérieure, ‘Aïntâb, sur le Sâdjoûr ; cependant la reconquête byzantine et franque ayant redonné la vie en aval encore au site antique de Tell-Bâchir, ‘Aïntâb ne prit son essor définitif que lorsque l’invasion mongole eût anéanti Tell-Bâchir.

  • 32 C’est du moins l’impression qui se dégage de la vue des ruines ; il ne semble pas qu’on puisse inte (...)

16Le noyau de ‘Aïntâb (latin Hatab ; turc moderne : Gaziantep) est sa citadelle, élevée sur un gros tertre rond en grande partie artificiel, entourée par un fossé profond. Les ruines importantes qui en subsistent aujourd’hui contiennent des réfections de la période des Mamlouks, mais la forteresse était déjà importante au xiie siècle ; les ruines actuelles sont dans l’ensemble, toutes proportions gardées, de type analogue à celui d’Alep32.

  • 33 Cf. EI (Honigmann).
  • 34 I. Ch. 58 v°.
  • 35 Il reste seulement à la base méridionale du tell des éboulis de grosses pierres, au milieu desquell (...)
  • 36 Bibl. Nat., ibid. ; Sachau, Beisen, 162-166 ; pour l’église, Cart. I, 89.

17En aval de ‘Aïntâb, qui est encore étroitement enserré au milieu de collines pierreuses, le Sadjoûr forme une série de bassins humides que séparent de molles hauteurs sèches. Dans le second de ces bassins et au bord de la rivière se trouvait Tell-Bâchir (Latin : Turbassel, auj. Tilbechar), dont le site a été habité depuis la plus haute antiquité33. Au temps des croisades c’était une localité bien arrosée, abondant en jardins produisant des prunes réputées. La forteresse, élevée sur un grand tell trois fois plus long que large, doit dater originellement du xie siècle, mais fut développée par les deux derniers comtes d’Édesse qui en firent leur résidence et par Dilderim sous Noûr ad-dîn34. L’anéantissement presque total de ses ruines35 ne permet guère d’en discerner les caractères. Nous savons qu’au lendemain de sa reconquête par Noûr ad-dîn, la forteresse consistait en un château proprement dit de 300 brasses de périmètre, avec quinze tours et, à côté sans doute, en une cour munie d’une seconde enceinte de 425 brasses avec deux autres tours. À la forteresse était adossée au sud une bourgade, qu’entourait un rempart de 625 brasses dont la trace se suit encore. Il s’y trouvait un hôtel et, entre autres églises, une dédiée à saint Romain36.

  • 37 Honigmann, Ostgrenze, p. 95, 104 ; Foucher, 429 ; il ne reste aucune ruine en dehors du tell, petit (...)

18En aval encore de Tell-Bâchir, au point où le Sâdjoûr coupe la route d’Alep à Bîra, se trouvait, poste avancé sur la frontière, une forteresse plus petite mais tout de même forte, Tell-Khâlid (latin Trihalet). Elle existait dès le xe siècle, mais, très endommagée par le tremblement de terre de 1114, dut être en partie restaurée sous les Francs37. Au delà, le Sadjoûr, qui coulait, vers le sud-est, tourne peu à peu vers l’est ; en l’abandonnant et continuant à suivre sa direction primitive, on passait à Manbidj, en territoire musulman, et de là on rejoignait l’Euphrate et la route de l’Irâq.

  • 38 I. Ch., 57 v° ; Röhricht Geschichte, p. 668, n. 1. Au nord du bassin dont Bourdj occupe le rebord s (...)
  • 39 Le Sînâb est la branche méridionale du Qouaïq supérieur, qui naît à l’est de Rawandân ; c’est au co (...)

19Entre les bassins supérieurs très voisins du Sâdjoûr et du Qouaïq, les communications sont faciles ; ils sont par contre séparés du ‘Afrîn supérieur par une série de petits massifs accidentés, autrefois boisés ; on peut les traverser en deux endroits, au nord et au sud du Djabri Dagh. Le passage septentrional était gardé par la petite place de Bourdj ar-Raçâc (latin Turris Plumbea), de construction originellement byzantine, mais refaite par l’un des deux Joscelin38. Le passage méridional était surveillé par la forteresse byzantine de içn Sînâb, qui avait perdu de son importance au bénéfice de Râwandân39. Ni l’une ni l’autre de ces places ne dominait au reste de grand chemin ; elles se bornaient à dominer un canton.

  • 40 I. Ch., 56 v°, Le Str., 520, Albert III, 17. Kamâl (Aya Sofya, 69) dit avoir vu à Rawandân une insc (...)

20Le vrai chef-lieu du haut’Afrîn était le château de Râwandân (latin Ravendel), qui existait au xie siècle. Situé en plein Djâbrî Dagh à quelque quatre cents mètres au-dessus du ‘Afrîn, sur un sommet conique que sa hauteur, à défaut de pentes très abruptes, met à l’abri des machines de guerre, il indique encore par ses ruines belles et importantes, en partie enfouies sous la terre, son caractère de place militaire et de résidence seigneuriale. La construction première doit dater du xie siècle, mais fut complétée peut-être par les croisés et sûrement, pour toute la partie avoisinant l’entrée, par Saladin, dont le nom est gravé sur la porte. Elle consiste essentiellement en une enceinte grossièrement circulaire, presque partout occupée par deux étages de salles et flanquées de tours barlongues ou octogonales ; les murs sont partout épais, en blocage revêtu de pierre de taille de moyen appareil. D’autres constructions se trouvent à l’intérieur, parmi lesquelles une citerne et une vaste et haute salle en partie souterraine d’où un escalier, taillé dans l’épaisseur du mur, donne accès plus bas, sur la pente méridionale, à une salle très claire où l’on arrive d’autre part une fois franchie la porte d’entrée. Le mur autour de la porte est garni de mâchicoulis. Une salle, peut-être une chapelle, dans l’enceinte supérieure (sud-ouest), prend jour par une fenêtre à arc trifolié, en partie murée40.

  • 41 Surtout, vers le milieu, Arslan (ou Katir) Kale ; plus à l’est, Kiepert note Sof Kale et Shekhshekh (...)
  • 42 En aval de la route actuelle, semble-t-il, au Keupru Aghzi Boghazi.
  • 43 La ruine signalée au col par la carte d’E. M. est insignifiante ; au nord de Doulouk, Karadja Bourd (...)

21Plus au nord, une route qui n’a pas varié des Hittites à nos jours fait communiquer la région de ‘Aïntab avec la région de Marrî (Islahiyé). Elle se détachait de la route de Mar’ach à Sâm, et contournait par le nord le Kurd Dagh ; quelques ruines anciennes la jalonnent41. Quant à la route de Mar’ach, de Sâm elle montait à un col, d’où, redescendant brusquement par le Derbend Dere actuel elle traversait l’Aq-sou42 ; on s’attend à la voir marquée par quelque localité ancienne, mais ni les textes ni le sol n’en portent de trace43.

  • 44 Entre Tell-Bâchir ou ‘Aïntâb et Yarimdja est Kizil-Bourdj, où se trouvent des ruines ; il y a d’aut (...)

22À l’est et au nord-est de ‘Aïntâb et Tell-Bâchir, on trouve une série de vallées parallèles orientées ouest-est et aboutissant à l’Euphrate : Sâdjoûr au sud, les trois vallées constitutives du Nahr Kerzîn, le Merzmen Tchaï, l’Araban Tchaï, enfin le Kaïsoûn Tchaï, ce dernier se jetant dans le Gueuksou, affluent septentrional de l’Euphrate. Ces vallées, qui s’élargissent parfois en fertiles bassins, sont séparées les unes des autres par des rangées de montagnes — telles le Kizil Dagh et le Kara Dagh — qui, peu élevées mais rocailleuses et broussailleuses, opposent à la circulation de non négligeables obstacles. D’où un morcellement du pays qui se traduit par la multiplicité des petits centres, nommés dans les textes mais souvent difficiles à retrouver sur le terrain44. Les uns sont au bord ou à proximité de l’Euphrate, dont ils surveillent les accès ; les autres le long d’une route unissant les places du haut Sadjoûr — et, plus loin, Alep — à Behesnî et à la voie Mar‘ach-Amid. Cette route, dont la partie septentrionale correspond au chemin connu aujourd’hui sous le nom de Mourad Djaddesi, traverse le Merzmen Tchaï à Yarimdja, l’Araban Tchaï à Altountach, et le Kaïsoûn Tchaï à Kaïsoûn.

  • 45 C’est l’orthographe arabe courante ; on trouve aussi Barzman (Yaqoût), qui répond au syriaque et ar (...)
  • 46 On la cite selon les cas avec Khourouç, Kafarsoud, Nahr al-Djauz, Kerzîn, Bîra, Kaïsoûn, Behesnî, R (...)
  • 47 I. Ch., 59 v° ; I. W., 393 r°. La proximité de Marzbân ne permet de corriger ni en Qoûriç (Cyrrhus) (...)

23C’est sur le Merzmen Tchaï, peut-être à Yarimdja même, qu’en raison de la similitude onomastique il faut rechercher la forteresse de Marzbân45, qui est certainement dans cette région46. Place importante au xiie siècle et auparavant, elle cessa d’être entretenue au xiiie, et n’a pas, semble-t-il, laissé de traces. Non loin de là était Khouroûç47.

  • 48 Brûlée par les Mongols, reconstruite par Héthoum I, elle fut définitivement détruite par Baïbars ; (...)

24Comme le Merzmen Tchaï conserve le nom de Marzbân aujourd’hui oublié, de même l’Araban Tchaï rappelle que Ra’ban est le nom ancien de l’actuelle Altountach Kale. Les textes la décrivent clairement comme une puissante forteresse, mais il n’en reste de trace sur le sol qu’un dessin d’enceinte entourant la plateforme supérieure d’un vaste tell48.

  • 49 Le tertre même sur lequel elle s’élevait est détérioré par le village.
  • 50 Il y a des ruines dans la montagne au sud de Kaïsoûn.

25Kaïsoûn (latin Cressum, Cesson), sur le cours d’eau du même nom, était une petite ville prospère et le chef-lieu des territoires compris entre Qal’ at ar-Roûm et l’Aq-sou. Elle possédait une citadelle, construite originellement de brique crue, puis partiellement refaite en pierre par Baudouin de Mar’ach ; il n’en subsiste rien du tout49. Immédiatement au sud de Kaïsoûn se trouvait le grand couvent arménien de Garmir Vank50.

  • 51 Et non Bathémolin avec lequel l’identifie à tort Dussaud, 230.

26Enfin en continuant vers le nord on arrivait à Behesnî (auj. Besnî ; dans Guillaume de Tyr, Behetselin)51, dont la situation est très différente de celle des localités précédentes. La ville garde non un passage de rivière mais un col élevé entre les deux profondes vallées parallèles de l’Aq-sou oriental et du Souffraz Souyou, l’un et l’autre affluents du Gueuk-Sou ; de ces vallées la communication est facile avec celle de l’Aq-sou occidental à l’ouest, avec l’Euphrate à l’est ; en même temps Behesnî se trouve juste au contact du plateau avec la chaîne orientale du Taurus. Pour toutes ces raisons elle occupe un carrefour de première importance, d’où des routes conduisent vers Alep, Mar’ach ou Albistân, Kiahtâ et Amid, Samosate et Édesse.

  • 52 Au xve siècle Qaïtbâï y ajouta encore une tour (avec inscription) ; au-dessus du seuil, un ouvrage (...)
  • 53 La montagne entre Kaïsoûn et l’Aqsou occidental s’appelait Zobar, du nom d’un monastère (Mich., 198 (...)

27Le site précis de la ville est assez étrange ; allongée dans un ravin encaissé et dénudé à deux kilomètres au sud du col, elle a débordé, grâce à un seuil étroit, sur un second ravin qui un peu plus bas se jette dans le premier. Sur l’éperon rocheux circonscrit par ces deux ravins et le seuil s’élevait la citadelle, dissimulée de tous côtés par des hauteurs supérieures. Les quelques ruines qui en subsistent, abstraction faite d’additions postérieures, témoignent d’une certaine force ; les bâtiments principaux occupaient le point culminant du rocher, au nord, à l’angle du seuil et du grand ravin ; de ces deux côtés la pente est abrupte et il n’y avait qu’une enceinte dont il subsiste sur le ravin une tour et plusieurs fragments de murs. Des autres côtés le promontoire descend en pente douce et une seconde enceinte à mi-pente doublait l’enceinte supérieure52. L’ensemble était certainement antérieur aux croisades. Quant à la ville, elle avait une population assez nombreuse, active et prospère, et, au-delà de ses ravins, des champs et des jardins. Kaïsoûn et Behesnî étaient en communications si étroites avec Mar’ach qu’au temps de la domination franque elles appartinrent au même seigneur. Les textes citent plusieurs localités situées peut-être sur le parcours, mais qui n’ont pu être retrouvées sur le terrain53.

  • 54 D’après Kamâl Boughya, Aya Sofya, 29, les lacs au pied de Hadathâ s’appelaient Anranît (Anzanît ?), (...)
  • 55 I. Ch., 64 ν°.
  • 56 Maqrîzî, Quatremère, 140.
  • 57 Yaqoût (Le Str., 389) signale une passe proche de Hadathâ, appelée ‘Aqabat as-Sîr, peut-être identi (...)

28Parmi ces localités, On peut conjecturer qu’il s’en trouvait au passage de l’Aqsou occidental. C’était le cas, sur la route de Behesnî à Albistân54, de Hadathâ « la rouge » (au début de l’Islam, al-Mahdiya ou al-Mohammadiya ; arménien, Gueuïnuk ; kurde, Alhan ; auj. Inekli ; la citadelle s’appelait Ouhaïdab)55 ; la place avait joué un grand rôle dans les guerres arabo-byzantines, mais à l’époque des croisades, bien que la vallée restât cultivée et le passage parfois utilisé, la forteresse ne fut pas entretenue et tomba en ruines. Quant aux traversées de l’Aqsou en aval, s’il ne semble pas que le site de la moderne Bazardjik (Boughdin) ait été occupé, on trouve par contre un peu au nord-est, à l’endroit où la vallée se resserre, une ruine appelée aujourd’hui Keur Oghlou, qui remonte peut-être au moyen-âge. Entre ‘Aïntab et Mar’ach ou Hadatha, on signale un Mardj ad-dîbâdj56 qui ne peut guère être que le bassin de Bazardjik57.

  • 58 Yaqoût (Le Str., 463) ; I. F., III, 33 v° ; Kamâl ROL V, 51 ; I. Α. XI, 100 (H 481).
  • 59 Yaqoût (Le Str. ibid.) ; Kamâl ibid. ; J. F. ibid. d’après lequel Noûr ad-dîn y passe entre Tell-Kh (...)
  • 60 A la porte d’Édesse s’étale une longue inscription de Qaïtbâï.

29Au bord ou à proximité de l’Euphrate se trouve une seconde ligne de localités notables. Le Nahr Kerzîn, dans son cours inférieur, fait un vaste détour vers le sud avant de se jeter dans l’Euphrate. Les deux cours d’eau enserrent ainsi un petit district, appelé au moyen-âge le Nahr al-Djauz, qui fut toujours spécialement riche58. La route qui le traversait au sud pour unir Alep, par Tell-Khâlid, à Bîra, franchissait le Nahr Kerzîn à içn Kezîn59. C’est sur la rive orientale de l’Euphrate que se trouve Bîra (syr. Birtha, latin Bile, auj. Biredjik), qui gardait l’un des deux principaux passages unissant la Syrie du nord à la Djéziré. À la différence de ce qui a lieu en amont et par endroits encore en aval, l’Euphrate n’est pas ici bordé de falaises d’accès difficile des deux côtés ; il ne s’en trouve que sur la rive gauche, mais entaillées par un ravin. C’est sur l’éperon délimité par l’Euphrate et ce ravin que se trouve la citadelle de Bîra, pour l’ensemble de construction antérieure aux croisades ; bordée d’abrupts de tous les côtés sauf au nord, elle est complétée par des salles creusées à même le roc ; en raison de la blancheur du calcaire, on l’appelait Qal’a Baïda. Il en reste encore d’assez belles ruines, bien que la municipalité, pour des raisons d’aération, accélère ici, semble-t-il, l’œuvre destructrice du temps. La ville était également entourée d’une enceinte, dont il subsiste d’importantes parties plus ou moins refaites sous les Mamlouks60.

  • 61 Honigmann, ΕΙ III, 1258 ; Moltke, Briefe, 365-374 ; A. Nöldeke, Petermann’s Mitteilungen, 1920, p. (...)

30Au débouché du Merzmen Sou se trouvait la vieille citadelle de Qal’at ar-Roûm (arm. Hromgla, lat. Ranculat, auj. Roumkale ; identification probable avec la byzantine Ouremen), dont la construction, en grande partie de haute époque byzantine, a été complétée par les Catholicos arméniens à la fin du xiie siècle. Elle est située sur un éperon rocheux tombant abruptement de trois côtés sur l’Euphrate et le Merzmen Sou ; le seuil restant du quatrième côté a été creusé de main d’homme par un fossé, comme à Çayoûn et Gerger (profond de trente mètres). Les salles sont, plus encore qu’à Bîra, en partie creusées dans le roc. L’Euphrate, profond et rapide, ne peut être traversé normalement61.

  • 62 Elle est citée avec Marzbân, le Nahr al-Djauz, des places euphratésiennes s’échelonnant de Samosate (...)
  • 63 Héthoum, 489 (avec Qal’atarRoûm et Behesnî).
  • 64 I. F. III, 86 v° avec Douloûk, Marzbân, Ra’bân, et Behesnî ( = Ardil ou est de Ra’bân P).
  • 65 Le Str., 448 (près Ra’bân).
  • 66 Boustân, 545-546 (avec ‘Aïntâb, Marzbân, Kaïsoûn).
  • 67 G. T. XVII, 28 (avec Douloûk, Kaïsoûn, Mar’ach).

31C’est probablement vers le coude de l’Euphrate, à l’est de Kaïsoûn, qu’il faut rechercher Kafarsoûd (ou Kafarsoût), qui n’a été jusqu’ici ni signalée ni localisée ; c’était cependant un gros marché fortifié d’une notable importance62. On n’a pas plus localisé, mais il doit falloir rechercher dans la province de ‘Aïntâb, les places appelées dans divers textes Abeldjes (arm.)63, Arghal64, Harasta65, Qarîna66, Cummi (latin)67, etc.

C) Territoires situés entre le Taurus oriental et l’Euphrate

32Au nord du Diyar Modar, sur la rive droite de l’Euphrate, et jusqu’au bord du Khanzit, le Taurus oriental oppose aux communications entre la Djéziré occidentale et les plateaux d’Albistân et de Malaṭya une barrière qu’on ne peut franchir qu’en quelques points et avec peine. Entre la montagne et le fleuve s’étend une région qui, dans son ensemble, constitue un vaste plateau descendant doucement vers le sud, mais qui est souvent déchiqueté par un grand nombre de ravins, sans parler de vallées profondes comme celles de l’Aqsou oriental, du Gueuksou et du Djenderesou. C’est juste au pied de la montagne que ces accidents sont le moins graves et les passages les plus faciles. D’où une double ligne de places, les unes au nord, en haut du plateau, les autres au sud, aux passages de l’Euphrate, qu’on traverse plus qu’on ne le suit. Les unes et les autres ont joué au moyen-âge un rôle militaire important, qui n’a cessé qu’avec la conquête ottomane.

  • 68 A l’ouest on trouve aujourd’hui Salahin Kale.
  • 69 I. Ch., 65 r° ; Idrisi, Yaqoût et A. P. dans Le Str., 454.

33En venant de Behesnî, une fois traversé l’Aqsou et le Gueuksou, soit vers l’ancien couvent fortifié d’Ernîch68, soit en aval près de la route moderne, on abordait le vrai plateau, dont Hiçn Mançoûr, près de l’antique Perre, était le chef-lieu (auj. Adyaman). Un chemin la reliait à Malaṭya ; de l’ancienne citadelle, certainement forte, il reste à peine une butte de terre ; elle avait une double enceinte, et la ville à ses pieds était également entourée d’un rempart, percé de trois portes et bordé d’un fossé. Le démantèlement date de la conquête mongole ou de la reprise mamlouke69.

34À partir du Djendere Sou, le paysage change entièrement, et la profonde vallée de ce cours d’eau ouvre une voie relativement pratiquable vers Malaṭya. L’importance du nœud de route est soulignée par les monuments antiques qui l’entourent : ponts romains du Djendere Sou et de son affluent le Kiahta Sou, monuments commagéniens de Karakouch et du Nemroud Dagh. La forteresse de Kiahta, qui le gardait au moyen-âge, n’avait pas une moindre importance.

  • 70 A cela se bornent les précisions pour lesquelles je peux concilier la vue des ruines et la descript (...)

35Située sur un formidable éperon rocheux qui domine de cent cinquante mètres la gorge par laquelle le Kiahta Sou débouche dans la vallée du Djendere Sou, elle est bordée de tous côtés par des abrupts, sauf au nord-ouest où un étroit seuil la relie au village voisin. Telle que les croisés l’ont connue, la forteresse était byzantine, et consistait en un ouvrage supérieur et une enceinte inférieure, l’un et l’autre en petit appareil joint par un mortier extrêmement résistant. L’ouvrage supérieur épouse le pourtour grossièrement triangulaire de la plate-forme qu’il occupe ; du côté du ravin, qui est le plus élevé, les constructions se sont bornées à renforcer le rebord rocheux ; des deux autres côtés est une enceinte de trois étages qui, d’après une description de la fin du xiiie siècle, comprenait soixante-dix pièces ; l’ensemble constituait un château autonome, où résidait le gouverneur, et où se trouvaient une citerne, des magasins de vivres et d’armes et des pigeonniers ; on y accédait par une porte pratiquée dans l’angle sud, et reliée à la forteresse inférieure par une vingtaine de marches taillées dans le roc. La forteresse inférieure consistait en une longue enceinte également forte surtout au côté ouest, comprenant trois étages et 270 pièces. De l’autre côté, un chemin d’eau de 470 marches en partie creusé en tunnel et défendu par de petits ouvrages crénelés descendait au milieu de la gorge. Un mur de crête courait au-delà du château le long de l’éperon rocheux jusqu’à son extrémité à quelque 200 mètres plus loin. Une triple porte, peut-être munie d’un pont, donnait accès au chemin venant du village au-delà d’un enclos inférieur70.

  • 71 C’est surtout cette enceinte qui apparaît dans le bon dessin de Puchstein, Reisen in Kleinasien und (...)
  • 72 La date de 525 lue sur l’inscription de la porte par Hamdi Bey et reproduite dans l’article de 1ΈΙ (...)

36Dans les ruines actuelles figure d’autre part une seconde enceinte, au-dessous de la première et l’enveloppant à l’ouest et au nord71 ; la porte de la citadelle supérieure a été également refaite. Ces travaux datent des sultans mamlouks Qalâoûn, Achraf et Nâcir, dont sept inscriptions sont encore conservées72. Ils se distinguent immédiatement par leur bel appareil à bossage régulier ; ils sont munies de tours carrées pourvues de machicoulis. L’ensemble de Kiahta constitue une des ruines les plus imposantes du territoire turc, et mériterait une étude approfondie.

  • 73 Mich., 294 ; citée comme pas très éloignée de Barçauma et proche de Kiahta et Gerger, elle ne peut, (...)
  • 74 Ilumann-Puchstein, op. cit., 353.

37C’est dans la région de Kiahta que se trouvait la forteresse jusqu’ici non localisée de Teghenkiar, au village du même nom sur le haut Kiahta-sou ; au-dessus, aux ruines dites Boursoun Kale, était le monastère patriarcal monophysite de Mar Barçauma73. Teghenkiar gardait le passage entre le Kiahta Sou et le Gerger Tchaï, par derrière le Nemroud Dagh. Les prolongements de ce sommet, détaché en avant de la chaîne taurique, se rapprochent de l’Euphrate, de façon que la zone de plateaux finit par complètement disparaître, et qu’en amont de Gerger la montagne borde directement le fleuve. C’est par la vallée du Gerger Tchaï que de Kiahta l’on atteint le plus facilement l’Euphrate, qu’on traverse en aval de ses premières gorges en direction de Sèvavérak et d’Amid. De l’extrémité de l’arrête rocheuse qui sépare le bas Gerger Tchaï de l’Euphrate et les domine de plusieurs centaines de mètres, on aperçoit l’Euphrate en amont sur une grande longueur en même temps que l’œil embrasse un immense horizon de basses terres sur la rive gauche du fleuve. Le site a été occupé de tous temps, puisqu’on y trouve des bas-reliefs hittites, des inscriptions commagéniennes, enfin la forteresse médiévale de Gerger74.

  • 75 D’après le témoignage de De Moltke ; je n’en ai plus rien vu.

38Pour autant que l’état des ruines permet de s’en rendre compte, la forteresse consistait en une enceinte carrée et au sud, au-dessus du seuil séparant le rocher de Gerger de l’arrête montagneuse qu’il prolonge, un ouvrage supérieur ne paraissant pas comporter de constructions très importantes. Ce seuil était approfondi par un fossé creusé de main d’homme, où un pilier central, comme à Çahyoûn, existait peut-être75 pour supporter un pont. L’ensemble est byzantin, mais le chemin d’accès a été fortifié au xive siècle par les mamlouks qui y ont laissé trois inscriptions aujourd’hui illisibles.

  • 76 Khazradjî, an 633 ; Vie de Qalaoûn (récit de sa prise après Gerger). Un village de Qatîna existe en (...)
  • 77 Azr., 174 r° ; Mich.. 260 ; Chron. an. syr., 246 ; Matth., 40 ; Diyâr Bakr 226.

39De Gerger on pouvait traverser l’Euphrate soit au pied même de la forteresse, l’autre bord du fleuve étant protégé par le petit château aujourd’hui disparu de Qatîna76, soit en remontant jusqu’à Bâbaloû (Bâbalwa, Baboula, Bebou, auj. Bibol), d’où, par Djarmoûk, l’on atteignait aussi Amid77 ; au-delà de ce point, qui formait l’extrémité nord-orientale des possessions franques, l’Euphrate traverse des défilés à peu près infranchissables.

  • 78 C’est peut-être dans cette région qu’est le Sopharos de Mich., 244 ; entre Gerger et Bibol, le nom (...)

40Malgré son caractère montagneux, la région de Kiahta et de Gerger, mieux arrosée que celle de Ḥiçn Mançoûr, est et était plus riche et plus peuplée ; de nombreux monastères étaient disséminés dans le district compris entre Malaṭya, Kiahta, et la boucle de l’Euphrate à l’est78. En amont de sa traversée du Taurus le fleuve passait à Claudia, d’où l’on gagnait facilement le Khanzit, et qu’on pouvait atteindre de Kiahtâ et Teghenkiar ; les gorges elles-mêmes pouvaient exceptionnellement être traversées en direction de Dzovq sous Abdaher.

  • 79 On ne sait où placer le Djisr al-’Adilî où al-Kâmil passe entre Behesnî ou Ḥiçn Mançour et Sèvavéra (...)
  • 80 Un peu en amont (r. g.) était au xie siècle le château de Lidar (Matth.).

41Si maintenant de Gerger nous redescendons l’Euphrate, nous rencontrons successivement Nacîbîn ar-Roûm (rive gauche) et Khores (r. d.), qui ne sont plus signalées après la fin du xie siècle79, puis (r. d.), la ville antique de Samosate (ar. Soumaïsât, auj. Samsat ; ne pas confondre avec Arsamosate sur le Mourad-sou) dont l’enceinte est encore en assez bon état ; elle conservait quelqu’importance au moyen-âge, mais il ne semble pas qu’aucune construction notable y ail été faite par les Grecs, les Francs ni les Turcs80.

  • 81 Orderic, vol. IV, 247.
  • 82 Lire ainsi, et non Thorer, dans H. Arm. Cr., d’après Honigmann, art. Roumkale, dans EI ; corriger d (...)

42Entre Samosate et Qal’at ar-Roûm, on traversait le Sangas (Gueuk-sou) sur un pont antique près du débouché oriental duquel se trouvait la vieille bourgade de Troûch (grec Tarsos ; lat. Toreis81 ; arm. Thoresh)82. De là on gagnait ‘Aïntâb ou Tell-Bâchir d’un côté, Behesnî et Mar’ach de l’autre.

II. LA PRINCIPAUTÉ D’ANTIOCHE

A. Antioche

  • 83 Et des incendies (pour notre période, juin 1098, cf. infra, et 1178, Mich. an 1489).
  • 84 Une étude archéologique complète d’Antioche dépasserait le cadre de ce travail puisqu’elle porterai (...)

43Par sa situation à la sortie du carrefour de routes constitué par le ‘Amouq, Antioche (grec : Antiocheia ; ar. Antâkya) était prédisposée à être une capitale, et par ses dimensions, sa population, sa richesse, elle restait assurément telle pendant la période des croisades. Malheureusement de la ville à peu près rien n’a subsisté ; les dévastations des tremblements de terre et de Baïbars83 ont passé sur elle, puis l’exploitation de ses pierres par les nouveaux habitants, et seules aujourd’hui ses murailles subsistent en notable partie. On peut cependant affirmer une chose ; c’est que la ville médiévale était aussi proche de la ville de Justinien qu’elle l’était peu de la ville moderne construite dans l’angle sud-ouest de l’ancienne enceinte84.

44Le site d’Antioche était remarquable. Située au point où l’Oronte, dont la vallée se rétrécit, échappe aux marais et faux bras qui en amont le rendent difficilement traversable, mais n’est pas encore engagé entre les hauteurs de son cours inférieur, peu propices à la construction d’une grande ville, elle s’allonge sur une plateforme doucement inclinée dont les terrasses supérieures sont dominées de près de quatre cents mètres par le dernier prolongement septentrional de la chaîne du Djabal ‘Aqra, le Silpius, défense naturelle de premier ordre, que scinde en deux la gorge d’un gros torrent, l’Onopniktès. La proximité de la mer, les nombreuses sources de la montagne y font abonder l’eau, à laquelle le relief ne permet pas de dormir. Le couloir de l’Oronte entre l’Amanus et le Djabal ‘Aqra-Silpius, provoque un appel d’air qui entretient à Antioche une fraîcheur et une salubrité contrastant non seulement avec l’étouffoir marécageux du ‘Amouq, mais même avec les côtes fermées du golfe d’Alexandrette. Ce climat se traduit dans la nature par un aspect verdoyant de la vallée et des premières pentes, dont l’enchantement a été ressenti par les croisés et les voyageurs médiévaux comme il l’est par le visiteur d’aujourd’hui. Et ce n’est pas seulement en raison des souvenirs pieux qui s’attachaient à la ville de Saint-Pierre que tous chantent la « ville de Dieu », et même le byzantin Phocas, porté à insister sur la décadence d’un pays échappé aux Grecs.

  • 85 G. T., 169 ; Wilbrand, 172 ; Ibn Bouṭlân dans Le Strange, 369.

45Si la configuration du terrain a toujours imposé le même emplacement au pont sur l’Oronte, le centre de la ville antique et médiévale, au lieu d’être comme aujourd’hui à l’entrée de ce pont, se trouvait au nord-est, plus près de l’Onoptiktès. Mais elle s’étendait bien au-delà, et, mêlées assurément de jardins, des constructions existaient dans toute la partie plate de 3 km. 1/2 sur 1 km. 1/2 qui était comprise entre les remparts et la montagne. Ce qui, aux hommes du moyen-âge, paraissait immense85.

  • 86 Ibn Boutlan et Idrîsî dans Le Strange, 370 ; Raymond, 242 ; Wilbrand, 172 ; Gesta, c. 32 ; G. T., 1 (...)

46Ces remparts, auxquels les Francs n’apportèrent, comme à la citadelle, que d’insignifiantes retouches, frappaient tout le monde d’admiration. D’un périmètre de plus de douze kilomètres, ils ne protégeaient pas seulement la ville du côté de la plaine, mais — c’en est aujourd’hui la seule partie conservée — escaladaient la pente du Silpius, en couronnaient la crête, et franchissaient dans une plongée vertigineuse la gorge de l’Onoptiktès, que fermait la fameuse « porte de fer ». Des tours de trois étages — 360 selon la tradition — les renforçaient sur tout leur pourtour, réunies par un large chemin de ronde. Du côté de la plaine, aujourd’hui disparu, se trouvait de plus un avant-mur. La construction était en pierre de taille et brique revêtant un bloquage de maçonnerie. Au sommet du Silpius et juste au-dessus de la gorge de l’Onoptiktès, se trouvait la citadelle, ajoutée aux fortifications antérieures par Tzimiscès au xe siècle, peu considérable en elle-même, mais presqu’inexpugnable par sa position. On y accédait de la ville par un sentier empruntant le plus septentrional des deux ravins qui divisent les pentes du Silpius au sud de l’Onoptiktès86.

  • 87 La tour voisine s’écroula en 1114, et dut être refaite par les Francs.
  • 88 G. T., 169.

47Ces remparts étaient percés de poternes de tous côtés et de cinq portes autour de la ville : Saint-Paul au nord, sur la route d’Alep87 ; Saint-Georges à l’opposé sur la route de Lattakié ; du Chien, du Duc ou des Jardins, et du pont, du nord au sud du côté de l’Oronte ; cette dernière, d’où partaient les routes de Souwaïdiya et de Cilicie, était la plus importante88.

  • 89 S’il correspond bien aux ruines très délabrées de palais vues par Pococke et appelées Prince par le (...)
  • 90 Raoul, 77 ; Gesta, 136 ; Röhr. Reg., 983 ; selon Cont. D 209, dans le palais Raymond de Poitiers av (...)
  • 91 Il n’est guère douteux que ce soit la cathédrale toujours, donc toujours le même édifice, qui est a (...)
  • 92 Hagenmeyer Ep., 155 ; Ughelli IV, 847 ; Lib. Jur., 30, 249 ; Pococke II, 192 ; Chesney II, 425.
  • 93 Wilb., 172 ; Foucher, 339 ; Gautier I, 2 ; Michel, an 1481 ; Le Strange, 368 ; Ibn al-Qaisarânî, lo (...)

48Antioche abondait en beaux édifices, églises surtout, presque tous datant du Bas-Empire et de Justinien. Il semble que le palais du prince (hier de l’émir ou du duc) se soit trouvé vers l’angle nord-est de l’agglomération actuelle, soit à un kilomètre environ du pont89 ; proche de lui était la paroisse Saint-Jacques, dont l’église fut brûlée en juin 1098 avec tout son quartier ; il résulte du récit du même incendie90 que Saint-Pierre, la cathédrale, que nous savons d’autre part avoir été au cœur de la ville, se trouvait à quelque distance de ce quartier, non toutefois très loin, soit sans doute un peu à l’écart du bas Onoptiktès et sur sa rive méridionale ; ce n’était pas seulement l’église patriarcale, mais aussi un lieu d’assemblée populaire ; quelques restaurations durent y être apportées par les Francs après le tremblement de terre de 1170. Là étaient enterrés les princes, les patriarches, le légat Adémar du Puy, et Frédéric Barberousse91. De Saint-Pierre une rue conduisait à une place sur laquelle se trouvait Saint-Jean, et qui continuait jusqu’à un torrent, peut-être l’Onoptiktès ; la dernière partie de cette rue constituait le quartier génois, auquel était contigu l’ancien quartier amalphitain92. Cette vague localisation de Saint-Pierre paraît confirmée d’autre part par l’emplacement connu des ruines de Sainte-Marie-Rotonde, plus proches de la montagne, et qu’on sait n’avoir pas été éloignées de Saint-Pierre ; elle fut, elle aussi, éprouvée par le tremblement de terre de 117093.

  • 94 Roz., 169.
  • 95 Cart. I, 143 : « Ecclesia S. Johannis os aurei ». Pococke II, 193.
  • 96 Rôhr. Reg., 331 ; Kohler, 172, 181 ; Cart. I, 9.
  • 97 Roz., 171 ; Cart. I, n° 1060.

49Procope et Malalas nous apprennent que Saint-Cosme-et-Damien n’était pas éloignée de Sainte-Marie-Rotonde ; au xiie siècle, elle se trouvait à l’extrémité d’une rue qui passait près de l’hôpital « hebeneboleit » ( ?), devant lequel se trouvait le four de Saint-Georges découvert94. Juste au pied de la citadelle était Saint-Jean Chrysostome95. Sainte-Marie-Latine paraît avoir été peu éloignée de Saint-Jean, et non loin d’elle aussi se trouvait la Maison de l’Hôpital96. Près de Saint-Pierre était une chapelle à Saint-Siméon97.

  • 98 Wilbrand, 172 ; Pococke II, 192
  • 99 Mas’oûdî dans Le Strange, 368 ; Wilbr., 172 ; Rey, Col. fr., 327 (a encore vu des ruines) ; cf. ima (...)
  • 100 G. T., 169 ; Mich., ans 1462 et 1481 ; Inn. IV, n° 7397.
  • 101 Wilbrand, 172 ; Mas’oûdî dans Le Strange, 368 ; pour SU Macchabées, fichier des fouilles d’Antioche
  • 102 Cont. A, 208.
  • 103 Roz., 171 ; Cart. I, 574 ; Rohr. Reg., 983 ; Raymond, 266 ; Mich., 174 et ans 1481 et 1462.

50Quittant les quartiers supérieurs centraux, nous trouvons signalés : dans la gorge de l’Onoptiktès, une grotte de Sainte-Marie-Madeleine et une chapelle de Sainte-Marguerite98 ; au-dessus de la porte de Saint-Paul, le couvent et l’église du même nom (en arabe Dair al-baraghîth), antérieurs aux Francs mais accrûs par eux d’une construction gothique, et, dans le même mont mais plus près de l’Onoptiktès, Saint-Luc99 ; à l’autre extrémité de la ville, Saint-Georges (identique soit à l’église de ce nom occupée par des chanoines augustiniens, soit à l’église monophysite homonyme100, et, plus haut, Sainte-Barbe et les saints Macchabées101 ; enfin, hors des murs sur la rive droite de l’Oronte à quelque distance du pont, Saint-Julien102. Les autres églises attestées à l’époque romano-byzantine ne le sont pas dans notre période ; on connaît par contre seulement aux xiie-xiiie siècles les églises Saint-Menne, Saint-Théodore, Saint-Thomas (quartier de Panticellos), sans parler de Saint-André, fondée ou rebaptisée par Raymond de Toulouse en 1098, Saint-Léonard, probablement ainsi baptisée par Bohémond qui avait une dévotion spéciale pour ce saint, et des églises monophysites de Saint-Georges (peut-être identique à la précédente du même nom) et de la Mère de Dieu (sûrement distincte de Sainte-Marie-Rotonde), construites à la veille des croisades, et de Mar Barçauma, construite sous Renaud de Chatillon ; la localisation de ces dernières églises est inconnue103.

  • 104 Wilbrand, 172.
  • 105 Cart. I, 491 ; Roz., 165 ; Le Strange, 371. On connaît des bains de Tancrède, du Mazoir, etc.
  • 106 Ibn Boutlân et Idrisi dans Le Strange, 369 et 375 ; Cart. 574 (fontaine de Naquaire).
  • 107 Wilbrand, 172 ; Benjamin, Adler, 17 ; G. T., 169.
  • 108 Le Strange, 371 et 375 ; Cart. I, 144 (jardins de Saint-Jean Chrysostome, de Saint-Paul) et I, 106 (...)
  • 109 B. H. Eccl., 668

51L’aspect général des maisons était, comme il est de règle en Orient, misérable et fermé du dehors, mais, pour les demeures riches, délicieux à l’intérieur104. On trouvait aussi en abondance bazars et tavernes. Les bains, comme aujourd’hui les hammams, étaient un des charmes de la ville, surtout dans les hauts quartiers proches de l’aqueduc105, et les grands personnages avaient les leurs en propre. L’eau était partout, dans les rues, les bazars, jusque dans Saint-Pierre106 ; elle provenait de puits (d’un près de Saint-Jean), de sources (par exemple à Saint-Paul), et de l’aqueduc antique qui venait de Daphné, et d’où on la répartissait par des canalisations ramifiées qui faisaient l’admiration universelle107. Elle faisait tourner des moulins, et entretenait dans les hauts quartiers cinq terrasses de jardins, d’où l’on jouissait d’un superbe panorama108. Sur ces terrasses, le patriarche jacobite Ignace se fit construire vers 1240 une luxueuse résidence109.

  • 110 Cart. I, 144 ; Ughelli IV, 847 ; Müllier, 3 ; Röhr. Reg., 983.

52Grande ville, Antioche était divisée en quartiers. On en connaît quatre noms : Saint-Paul au nord, des Amalphitains au centre et de Saint-Sauveur aux Pisans et probablement par suite aussi vers le centre, enfin de Panticellos avec la paroisse de Saint-Thomas, de localisation inconnue110.

  • 111 Honigmann, Ostgrenze, 127 ; le nom de Doux étant antérieur aux croisades, c’est par imagination que (...)
  • 112 Wilbrand, 173 ; Yaqoût, 376 ; bonne description de la vallée par G. T., IV.

53La vallée de l’Oronte, en aval d’Antioche, appelée Doux, est étroite comme en amont du ‘Amouq, bien que sur la rive droite la douceur des pentes permette un passage facile. Le fleuve est accessible à de petites embarcations, non à des navires même médiévaux. Sur la rive gauche, Daphné (auj. Baït ‘al-Mâ) restait un riant lieu de promenade et un souvenir cher aux lettrés ; des couvents s’y étaient établis, par exemple celui des Monophysites à Douwaïr111. Sur la rive droite, à peu de distance de la mer, était Souwaïdiya (lat. Soudin, Solin, Sedium, Port Saint-Siméon — du nom du couvent de Saint-Siméon le Jeune au bord de la montagne en amont —). L’ancienne Séleucie n’était plus que le but d’une excursion destinée à faire admirer aux pèlerins son tunnel artificiel. Le port était maintenant en aval de Souwaïdiya, à l’entrée même de l’Oronte, au lieu dit depuis l’arrivée des croisés, Scala Boamundi (auj. Eskele), au pied d’une source de la rive gauche112.

B) Le ‘Amouq et la route de Mar’ach

  • 113 Nom antique : Méléagre ; il existe encore un Kastal Kara Yaghra (Kara = noir = mélas).
  • 114 Cf. le casai Sallorie (Cart. I, 177). Il y a des restes anciens au gué de Tell Sloûr sur le moyen ‘ (...)

54Au nord-est d’Antioche, entre les montagnes de Ḥârim et d’Antioche au sud, le Kurd Dagh au nord-est, l’Amanus à l’ouest, s’étend la vaste dépression du ‘Amouq (litt. le creu). Au sud et à l’est, c’est une plaine alluviale formée par l’Oronte, le ‘Afrîn, et d’autres affluents plus courts nés à la base des montagnes calcaires ; au centre et à l’ouest, c’est une ample nappe d’eau, le lac d’Antioche, prolongé au nord par des marécages, et formé par les eaux combinées du ‘Afrîn, du Nahr al-aswad (Kara sou) et du Nahr Yaghra (Mourad Pacha113 ; ce dernier, très court, mais sorti d’une énorme source, est aussi gros que le Kara sou ; il est rempli d’herbes aquatiques et de poissons « salloûr », qui ont valu à sa source, au moyen-âge, le nom de Άϊn as-salloûr114. La moitié sud-orientale du ‘Amouq est une région de vie agricole riche, bien que dès le moyen-âge sujette au paludisme ; quant à la bande de terre entre la montagne et le lac à l’ouest, c’est une région de pêcheries et une zone de passage ; au nord, elle s’ouvre sur un couloir très différent, qui se prolonge jusqu’à Mar’ach. La périphérie du ‘Amouq est traversée par les routes d’Antioche à Alep, d’Antioche à Mar’ach, d’Alep en Cilicie ; centre de convergence de cours d’eau, le ‘Amouq contient, aux point où ces routes les franchissent, des ponts ou gués importants.

  • 115 Le nom de Djisr al-Ḥadîd, antérieur aux croisades, provient soit de portes de fer, soit d’une légen (...)

55La route d’Antioche à Alep traversait l’Oronte au pont fameux, qui subsiste toujours, de Djisr al-adîd (lat. Pont de Fer). Deux grosses tours, dont il ne reste rien, en gardaient chaque extrémité, et furent renforcées sur l’ordre de Baudouin III en 1161 ; un monastère, un village, plusieurs terrains, sont nommés à proximité pendant notre période115.

  • 116 Le Str., 339 ; Raoul, 639, 671 ; G. T., 162 (croit qu’elle s’appelait dans l’antiquité Chalcis, par (...)

56C’est plus à l’est, près de l’entrée des massifs qui séparent le ‘Amouq de la Syrie intérieure, que se trouvent les principales localités. La plus importante, au début du xiie siècle comme pendant la période byzantine, était Artâḥ (lat. Artasiâ), tout à côté de l’actuelle Rihaniyé. Elle avait alors une citadelle et des remparts, ainsi qu’une église fortifiée, où résidait l’évêque ; c’était une ville peuplée et prospère, mais sa position en rase campagne était mal adaptée à un état de guerre chronique, et les Francs préférèrent choisir comme chef-lieu Ḥârim. Dévastée par les musulmans et les Francs, elle n’était plus en 1177 qu’une pauvre bourgade ; au xiiie siècle ses remparts étaient ruinés ; il ne reste aujourd’hui aucune trace de l’ancienne Artâḥ116.

  • 117 Le Str., 546 ; Raoul, 671 ; Röhr. Reg., n° 361 (« portus Emmae » = pêcherie du lac). Sur des sites (...)

57Près d’Artâḥ, mais plus adossée à la montagne et mieux protégée qu’elle était ‘Imm (latin Emma, auj. Yéni-Chéhir), petite ville fortifiée à côté d’une grosse source née au pied de la montagne calcaire et formant un petit lac de tous temps très poissonneux. Plus à l’est, déjà un peu engagées dans la montagne, se trouvaient Atma et Tizîn, d’où partaient des chemins aboutissant à Tell-Aghdé et Dâna dans la Halaqa, et de là à Alep. Atma n’était qu’un village ; Tizîn avait eu des remparts, mais ils étaient en ruines, et en cas de danger les habitants se réfugiaient au début du xiie siècle à Artâḥ117.

  • 118 G. T. XXI, 25 ; I. Ch., 54 r » ; Van Berchem, Voyage, 229 sa. Dans les environs on signale Behlile (...)

58Mais le vrai chef-lieu de la région devint à l’époque franque et resta à l’époque ayyoubide et mamlouke ârim (écrit parfois par les Francs Harenc). Un peu à l’écart de la route d’Antioche à Alep, assez proche cependant pour la surveiller, elle gardait l’entrée des petits massifs du Djabal Alâ et du Djabal Barîchâ. Son site — un énorme tertre amélioré par l’homme, au bord de la montagne et dominant directement la plaine — était remarquable. Ce n’avait pourtant été longtemps qu’un simple enclos pour abriter le bétail en cas d’alerte. Les Byzantins en firent un petit château que les Francs développèrent considérablement. Au début du xiiie siècle al-Malik aẓ-Ẓâhir d’Alep en refondit complètement la construction, un plan grossièrement circulaire étant substitué au plan triangulaire antérieur, et le tertre, modifié en conséquence, consolidé, comme à Alep, par un revêtement de pierre. Une enceinte parcourue par un ou deux étages de salles, avec quatre tours, enserra dès lors un terre-plein lui-même occupé par de nombreuses constructions, et un fossé fut creusé pour isoler le rocher de la montagne au nord-est et inondé par une dérivation du torrent voisin. De cette dernière forme de la forteresse, il subsiste encore d’importants vestiges118.

  • 119 Dussaud a vu (p. 229) qu’il fallait chercher sur le ‘Afrîn, mais le situe beaucoup trop haut.
  • 120 Raoul, 641 ; Grég., 189 ; Chron. Syr. An., an 1470 ; cf. Infra la campagne de Manuel Comnène en 115 (...)
  • 121 Débris de poteries, quelques pierres du petit cimetière voisin provenant de bâtiments anciens.

59C’est au pied d’Artâḥ que la route Alep-Cilicie traverse le ‘Afrîn. Là se trouvait le fameux Gué de la Baleine ou mieux de Balanée, qu’on a cherché partout sauf en cet endroit119. Nous savons en effet qu’il était proche d’Artâḥ, qu’on s’y rendait d’Antioche en un jour, et qu’il était en 1159 en pays chrétien, mais sur la frontière musulmane, donc en aval du Djoûma ; c’était un lieu propice aux concentrations de troupes120. Le site du gué au pied du village moderne de Bellané, où se trouve un énorme tell et des traces d’habitat ancien121, conviendrait d’autant mieux qu’à côté du gué était un « oppidum ». La route d’Alep en Cilicie, qui passe obligatoirement entre l’extrémité du Kurd Dagh et le lac d’Antioche, ne peut jamais avoir traversé le ‘Afrîn loin de là, et il serait étrange qu’un passage de cette importance ne soit signalé nulle part. Nous admettrons donc l’identité de Balanée et Bellané.

  • 122 Le Str., 550 ; Dussaud rapproche judicieusement de Yaghra les pêcheries d’Agrest de Delaborde, 26.

60Au-delà du ‘Afrîn, la roule moderne qui rejoint celle d’Antioche à Alexandrette par Baghrâs et celle d’Antioche à Mar’ach, longe le plus près possible le marais du ‘Amouq et traverse le Mourad Pacha presqu’à son embouchure sur un ancien pont ottoman. La route ancienne traversait-elle au même point le Mourad Pacha-Nahr Yaghra ? Dussaud, supposant que les marais ont progressé depuis la décadence du pays, croit qu’elle passait plus en aval, et une rangée de tells aboutissant au petit pont ancien et au tell de Taha Ahmad sur le Kara-sou peut paraître lui donner raison pour une période très ancienne. Néanmoins, même si l’on s’en fie aux tells, il en existe une autre ligne, qui contourne par le nord les marais du Mourad Pacha, et rejoint de là soit vers l’ouest le pont de Taha Ahmed, soit au nord la région de Bektachli et Démirek ; à l’est, le chemin se dirigeait vers le vieux village de Chîḥ al-Ḥadîd en franchissant la petite chaîne qui le sépare du Mourad Pacha par un col facile. Au moyen-âge, la route passait au village de pêcheurs chrétiens de Yaghrâ, qui était fortifié122. Il existe aujourd’hui, vers le début du Mourad Pacha, près du pont assez ancien de Moustafa Pacha, au bord de Gueul-Bachi (marécage), un village de pêcheurs, dont le nom, Kale, signifie forteresse ; mais il ne s’y trouve aucune ruine. Si la route passait là, elle ne peut avoir franchi la petite chaîne de Chîḥ al-Ḥadîd qu’en un passage plus méridional, et avoir suivi ensuite à peu de chose près le tracé de la chaussée moderne.

  • 123 Raoul, 630, décrivant un panorama idéal do Baghrâs, cite Spechchet ( ?), Spitachchel ( ?), Dommith (...)

61Chî (et non Chaïkh) al-adîd est le chef-lieu du petit bassin compris entre la chaîne précitée et le Kurd Dagh. On y accède facilement de Balanée. À l’extrémité septentrionale du bassin, on débouchait sur la vallée supérieure du Kara-Sou après être passé par l’important village de Koûmîth (Carte d’E. M. Gueumid)123.

  • 124 Près de Maïdan Ekbez, ancien camp romain. Yaqoût (Le Str., 416) signale du même côté la ville antiq (...)

62Au nord, le ‘Amouq se prolonge par un long couloir compris entre le Kurd Dagh et l’Amanus, et extrêmement inhospitalier, soit que, comme dans la haute vallée du Kara sou (Letché), le sol ne soit qu’un champ de rocaille semé de buissons épineux, soit que, comme dans le bassin fermé qui s’étend au nord du seuil imperceptible d’Islahiyé et dans la vallée de l’Aq-sou occidental, qui le traverse pour atteindre le Djeïhoûn, on ne trouve partout que marécages. Aussi n’a-t-on pas là la voie de passage très fréquentée à laquelle on pourrait s’attendre, et de Mar’ach, quiconque, se rendant en Syrie, ne désire pas particulièrement passer à Antioche, préfère passer par ‘Aïntâb. Nous ne connaissons au moyen-âge aucune localité habitée dans ce couloir124.

  • 125 Honigmann, ΕΙ, III (art. Mar’ach) ; Bâsim Atalâî, Marach Tarihi ve Djagrafyasi, Istanbul, 1921. À M (...)

63Mar’ach (l’antique Germanicia), construite sur les premières pentes de la chaîne taurique qui ferme brusquement le couloir au nord, est le plus important carrefour de routes intermédiaire entre la Syrie et l’Anatolie : là confluent en effet les routes venant de la Cilicie septentrionale, de Qaïsariya (Kaïseri) et d’Anatolie occidentale, d’Albistân et de Sîwâs, de Malaṭya et d’Arménie, de ‘Aïntâb et d’Alep ou de Mésopotamie. Le site, occupé dès l’époque hittite, resta important pour les Romains, les Arabes, les Byzantins. Du xie au xve siècle, Mar’ach fut successivement la capitale d’une principauté arménienne, d’un comté franc, d’une province seldjouqide, d’un émirat turcoman autonome : c’est une étrangeté que malgré ce rôle et les nombreuses guerres dont elle fut l’enjeu, elle semble avoir été peu fortifiée ; la citadelle arabe ancienne n’a jamais subi de transformation après le xe siècle ; et les remparts qui entouraient la ville, aujourd’hui disparus, n’ont jamais permis de longue résistance à une forte attaque125.

C) Le bassin moyen du ‘Afrîn

64Le bassin du ‘Afrîn, entre le Kurd Dagh et le Djabal Smane, constituait le district appelé par les Arabes al-Djoûma. C’était la grande voie de passage d’Antioche vers le Comté d’Édesse ; de plus, il était traversé par les routes menant d’Alep en Cilicie ou à Mar’ach par le Kurd Dagh. Aussi les localités prospères y étaient-elles nombreuses, bien que le hasard des pertes d’archives nous permette mal d’en connaître la toponymie franque.

  • 126 Kamâl, 685 ; I. A. T. dans I. F. II, 172 v° ; I. Ch., 62 r°. Bâsoûtâ doit être identique à Barsolda (...)
  • 127 Raoul, 650 ; Qal. A, an 678.
  • 128 En amont est le site antique de Djindâris, en face de Tell Sloûr (supra B n. 2).
  • 129 Mâ peut être une altération graphique de bâ, qui est le correspondant toponymique fréquent de Baït, (...)
  • 130 I. F. II, 175 v° le nomme entre Artâḥ et Bâsoûtâ.

65À l’intérieur du Djoûma se trouvait, sur la rive gauche du ‘Afrîn en un endroit où il vient buter contre le Djabal Smane, la petite forteresse de Bâsoûtâ, dont il restait encore récemment une tour maintenant utilisée à la construction du village moderne126. Peu en amont était Qorzâhil (lat. Corsehel, auj. Gueurzel127. Sur la rive droite, à l’extrémité inférieure du Djoûma, et non loin de Balanée, on utilisait déjà les sources thermales de Hammam128. Dans cette région se trouvait peut-être Bathémolin (forme latine = Mâmoûlâ des Arabes ?)129, ainsi que Bâtrikî130.

  • 131 Dussaud, 228-229 ; Raoul, 47.

66En amont, la limite du Djoûma est marquée par le pont de Qîbâr, sur l’affluent du ‘Afrîn descendant du seuil de Katma. Le ‘Afrîn était traversé en aval du confluent, à Kersen (tout près de l’actuelle bourgade de ‘Afrîn). À côté du pont de Qîbâr était Archa (lat. Arisa, ou par corruption, Barisan). Kersen et Archa étaient au début du xiie siècle des localités prospères131. Juste au nord s’ouvrait, par la rupture du Djabal Smane, la large zone de passage conduisant du ‘Afrîn moyen à la Syrie intérieure, par ‘Azâz.

  • 132 Le Str., 405 ; Boughya Aya Sofya, 279 ; I. Ch., 55 v° ; Chron. An. Syr., 97 ; Attaliate, 116-120 (l (...)

67‘Azâz (latin Hasart), où se croisaient les routes d’Antioche à Tell-Bâchir et d’Alep à Mar’ach, était une place d’une importance capitale dont la possession par les Francs signifiait pour les musulmans l’insécurité d’Alep, la possession par les musulmans, la rupture des relations directes entre Antioche et le comté d’Édesse. Le site même n’était cependant pas pourvu de tous les avantages, car il était mal arrosé ; c’est la raison pour laquelle Killiz, dont on connaît déjà les jardins au temps des croisades, a de nos jours un peu éclipsé ‘Azâz, bien que se trouvant au nord du nœud de routes. La forteresse même de ‘Azâz était construite sur un gros tell, et possédait une double enceinte et des bâtiments annexes en bas du tell ; jusqu’au temps d’aẓ-Ẓâhir elle était en brique crue, et ce fut seulement ce prince qui la fit rebâtir en pierre. Il n’en reste rien aujourd’hui132.

  • 133 Kamâl Aya Sofya 53. Au sommet était un machhad de Ḥasan, ainsi qu’au village voisin non localisé de (...)
  • 134 I. Ch., 96 r°.
  • 135 Je n’ai pu la voir, pour raisons militaires. D’après un contrebandier syrien, elle est petite et ha (...)

68De ‘Azâz, au lieu de descendre vers Qîbâr, on pouvait, contournant le petit massif du Djabal Barchaya (auj. Parsa Dagh)133, où se trouve un camp romain à Qastal, franchir le ‘Afrîn et son affluent, le Sâboûn Souyou, près de leur confluent sur deux ponts romains qui existent encore, et atteindre peu après la grande cité antique de Cyrrhus (ar. Qoûriç), qui n’était plus au xiie siècle qu’une bourgade dont Noûr ad-dîn acheva la ruine134. De là, remontant le Sâboûn Souyou, on pouvait, au travers du Kurd Dagh, atteindre les sources du Kara-Sou, et rejoindre dans la région de Marri les routes de Cilicie et de Mar’ach, après être passé sous une forteresse appelée de nos jours Aghzibouz Kalesi135. On pouvait aussi traverser le Kurd Dagh plus au sud, à partir de Kersen, en suivant le tracé moderne du chemin de fer, et longeant la base du Havar Dagh, au sommet duquel se trouve un fortin d’où la vue embrasse tout le ‘Amouq et le moyen ‘Afrîn.

  • 136 Ou Sarazbak (I. F., II, 158 v° ; I. Ch., 62 r°).
  • 137 I. Ch. Vatican, 163 r°, cf. I. F. II, 158 v°. Les autres mss. d’I. Ch. donnent Ramâr, Ramân, Ramâl, (...)
  • 138 I. F. II, 158 v°.
  • 139 I. F. II, 189 r°. On signale encore les villages de Bdama (Le Str., 407). le couvent de Daïr ach-Ch (...)

69Le district de ‘Azâz comptait au xiiie siècle trois cents villages ou hameaux ; c’est parmi eux, ou plus près de Râwandân et de Sînâb, qu’il faut chercher les petites places fortifiées de Sarzîk136, Salmân137, Tell Zammâr138, Harchoûr ( ?)139, etc. Le district de ‘Azâz était limité au sud-ouest par le pont de Qîbâr ; à l’est, il confinait à l’Ourtîq.

D) L’Amanus

70À l’ouest et au nord d’Antioche et du ‘Amoûq s’étend la chaîne de l’Amanus (ar : Djabal Loukkâm, français : Montagne Noire, turc : Ghiaour Dagh). Au nord du col de Beylân, elle est orientée à peu près du sud au nord ; elle est partout étroite — vingt à quarante kilomètres — mais monte rapidement des deux côtés à plus de mille mètres, plusieurs sommets atteignant même de deux à trois mille mètres et restant couverts de neige jusqu’à l’entrée de l’été. Les pentes inférieures sont vêtues de forêts de pins ou de chênes. À l’ouest, des vallées permettent de pénétrer assez avant dans la montagne, mais à l’est la montagne forme une barrière ininterrompue, au haut de laquelle est la ligne de partage des eaux.

71Au sud du col de Beylân, l’aspect est différent. L’orientation est ici sud-ouest-nord-est, les hauteurs moindres (1200-1700 m.), les pentes des deux versants plus douces, et la ligne de faîte, à l’ouest où elle s’élève, passe au côté du golfe d’Alexandrette. Cette région porte le nom spécial de Djabal Aḥmar (turc : Kizil Dagh, grec : Skopelos). Entre elle et Souwaïdiya est le petit massif du Djabal Semân (fr. Montagne Admirable, grec : Taumaston Oros), dont le nom vient du monastère médiéval de Saint-Siméon le Jeune. Quelques chemins anciens franchissent la montagne (d’Ekber à Antioche par le Firniz, d’Arsouz à Souwaïdiya par Bi-tyas). Le Djabal Aḥmar et le Djabal Semân étaient au moyen-âge couverts de couvents et d’églises de toutes nations, dont diverses ruines subsistent.

  • 140 Jacquot, Antioche, I, 142 ; Dussaud, 442.
  • 141 Jacquot, ibid.
  • 142 Honigmann, Ostgrenze, 126.

72Le Djabal Aḥmar se termine sur la mer par le Râs al-Khanzîr (grec : Rhosikos Skopelos), qui sépare la baie d’Antioche du golfe d’Alexandrette. Au nord se trouvait içn Roûsous (grec Rhosos, auj. Arsouz ; les Francs ont appelé la ville Port-Bonnel, du nom d’un mouillage voisin)140. Au sud, quelques ruines, appelées encore Qala, rappellent une occupation ancienne au-dessus d’un mouillage encore connu sous le nom de Port des Francs141. L’ensemble du district était appelé par les Grecs Saint-Elie, à cause d’un monastère ainsi nommé ( = Saint-Pantéleïmôn)142.

73L’Amanus était franchi principalement en deux régions : au sud, par les passes de Baghrâs-Beylân et de Ḥadjâr Choghlân-Darbsâk, au nord par celles du Hâmous ou de Marrî.

  • 143 L’origine du nom n’est pas expliquée (Qastoûn, transcription syrienne du gréco-romain Castron, cf. (...)

74La passe de Baghrâs est assurément celle qui présente au voyageur le plus d’avantages naturels : étroitesse de la chaîne, faible altitude (687 m.), ligne directe d’Antioche à la Cilicie et à l’Anatolie. La passe de Darbsâk lui est cependant préférable pour qui se rend vers Alep, parce que, située un peu plus au nord, elle évite d’avoir à contourner le lac du ‘Amouq ; mais elle est moins pratiquable. La route médiévale de la passe de Baghrâs diffère de la route moderne en ce qu’au lieu de descendre tout droit du col sur le ‘Amoùq elle passe par un seuil facile dans une vallée plus méridionale qui la rapproche d’Antioche. C’est un peu en retrait dans un ravin, affluent de cette vallée, que se trouve Baghrâs (grec : Pagraï, fr. Gaston)143.

  • 144 Ibn ach-Chiḥna, 221.

75Importante certes, celle-ci n’a pas cependant l’ampleur monumentale qu’on attendrait du rôle historique qu’elle a joué. Non seulement le rocher sur lequel elle s’élève limite étroitement ses dimensions, mais la construction est dans l’ensemble assez médiocre. Au surplus, en partie démolie par Saladin, hâtivement refaite par les Arméniens, la forteresse n’apparaît sans doute pas dans ses ruines actuelles telle que l’avaient faite les Byzantins ; on n’a pas l’impression que les Templiers l’aient beaucoup transformée au xiiie siècle. Elle était toutefois capable de recevoir d’abondantes provisions de vivres et d’armes et une solide garnison. Les défenses étaient fortes surtout du côté ouest, où la pente était la plus faible et où une double enceinte entourait le réduit principal comprenant un donjon, une chapelle, etc. ; dans le rocher étaient creusées des salles soutenues par de gros piliers. Une source coulait au pied du château, mais de plus un aqueduc amenait au haut même du rocher de l’eau cherchée dans la montagne. Une bourgade s’était développée autour de la forteresse. Le village de Beylân en haut du versant cilicien, qui est aujourd’hui le centre du district, était au moyen-âge négligeable144.

76La passe de Baghrâs était doublée au nord par celle de Ḥadjâr Choghlân, plus longue parce qu’empruntant à l’est une vallée oblique et comportant une descente dans un bassin intérieur entre deux cols, mais ayant l’avantage d’éviter le lac du ‘Amouq et, à l’ouest, de s’ouvrir juste au passage de la Portelle, c’est-à-dire de pouvoir être empruntée par une armée qui ne se serait pas rendue maîtresse de ce passage. Le bassin médian, celui de Deghirmen Dere, est un remarquable carrefour où se croisent chemins de crêtes et de vallées rayonnant en toutes directions. Le plus important à l’ouest longe la rive septentrionale du Merkez Souyou ; à l’est, un chemin se dirige sur Demirek, un autre, meilleur, plus au sud, sur Darbsâk. La trouée est d’autant plus remarquable qu elle est dominée, à quelques kilomètres au nord, par les cimes nues du Manghir Kayasi, un des plus hauts sommets de l’Amanus. Une forteresse la surveillait, adjâr Choghlân (auj. Tchivlân Kale).

  • 145 Un plan en a été dressé par Rey (inédit, montré par P. Deschamps).
  • 146 L’inscription mentionnée dans Jacquot, Antioche, I, 120, est en arabe tardif, d’ailleurs illisible.

77Celle-ci, élevée, comme son nom l’indique, sur un rocher, occupe une situation splendide. Le rocher est un cube taillé à pic posé sur la montagne comme pour recevoir un château. Le pont par où on y accédait du côté de l’arrête qu’il prolonge a aujourd’hui disparu. Vues du dehors les ruines présentent encore une imposante façade autour de l’entrée. Là s’élevait le château proprement dit, comprenant une tour ronde à talus, une grosse tour carrée, une chapelle, des citernes. Le reste de la plate-forme, sorte d’hémicycle incliné, était seulement entouré d’une petite enceinte et occupé par quelques bâtiments dispersés145. L’essentiel doit être byzantin, mais peut avoir été amélioré par les Francs, et a été encore occupé par les Mamlouks146.

  • 147 Chyprois 191 = Cont. A 457.
  • 148 Kohler, 151, Cart. II, 911.
  • 149 Infra p.
  • 150 Cont. A, 122 ; Cont. B, 125 Le récit est romanesque, mais il n’y a aucune raison de négliger l’indi (...)
  • 151 Élégie, vers 1813 sq.

78C’est, croyons-nous, à Ḥadjâr Choghlân qu’il faut identifier la place appelée par les Francs la Roche de Roissol, jusqu’ici rapprochée d’Arsouz. Outre une ressemblance phonétique bien vague, on étayait cette hypothèse sur le texte où il est dit qu’en 1268 les Templiers abandonnèrent « deux chastiaus quy sont là de près (d’Antioche), Guaston et Roche de Roissel, et la Terre de Port-Bonnel à l’entrée d’Ermenie147 ». Faute de virgule, on rapprochait Roche de Roissel de Port-Bonnel, que le texte au contraire sépare : d’un côté Guaston et Roche de Roissel, de l’autre Port-Bonnel. Roche de Roissel ne peut être dans la Terre de Port-Bonnel, car on nous parle ailleurs d’un « territoire de Roissol », d’un « seigneur de Roissol »148 ; en outre, lorsqu’en 1204 Léon Ier attaque la plaine d’Antioche, il inflige des dommages aux dépendances de la Roche de Roissol, ce qui est plus normal pour une place gardant un passage que pour Port-Bonnel, à l’écart de sa route ; le récit de ces faits associe étroitement à la Roche de Roissol une autre forteresse, la Roche-Guillaume149, or un passage des Continuateurs de Guillaume de Tyr indique que celle-ci, attaquée par Saladin juste après Darbsak et Baghras, était « en terre d’Antioche », et non sur le versant cilicien, où Saladin n’alla pas150 ; nous savons que Saladin soumit des châteaux secondaires dans la montagne, et Grégoire Dgha nomme parmi eux un Choughr (distinct de la place homonyme sur l’Oronte), qu’on peut rapprocher de Choghlân, et le « défilé de Sem », qui doit dissimuler Darbsak (darb = défilé)151 ; ajoutons enfin qu’en 1298 l’armée mamlouke enleva la Roche-Guillaume, au cours d’une campagne vers la Cilicie où aucune source ne mentionne de détour vers Arsouz. Toutes ces raisons nous paraissent devoir faire éliminer la région d’Arsouz (où il n’y a d’ailleurs aucune ruine).

  • 152 Kamâl ROL V, 95 ; Maqrîzî-Quatremère ; Chyprois, 292.
  • 153 Plan levé par Roy (communiqué par P. Deschamps) ; à Demirek est une autre ruine très délabrée, mais (...)
  • 154 Je n’ai trouvé nulle part le Casai Erhac, du territoire de Roissol (ROL, VII, 151).

79Par contre, le site de Ḥadjâr Choghlân nous paraît correspondre parfaitement aux conditions de tous les textes précités. De plus, nous savons par Kamâl ad-dîn que Ḥadjâr Choghlân appartenait aux Templiers ; en 1298, elle fut cédée par les Arméniens aux Mamlouks, qui en firent le chef-lieu d’un district152 ; enfin, si Choghlân ne traduit pas Roissol, Ḥadjâr traduit roche. La seule difficulté réside dans la détermination d’une forteresse voisine qui puisse être la Roche-Guillaume. Bektachli, près de Démirek153, paraît devoir être exclue, car cette région appartenait aux musulmans en 1204, je ne connais pas d’autre ruine, mais, aucune forteresse jumelle n’ayant été signalée ailleurs, nous admettrons jusqu’à preuve du contraire l’identité de Ḥadjâr-Choghlân avec la Roche de Roissol154.

  • 155 Ruines antiques à trois kilomètres (Gunduzlu).
  • 156 I. Ch., 93 v°, dit la construction « arménienne » (= byzantine du xe-xie siècle).

80Le débouché sud-oriental du défilé de Ḥadjâr Choghlân était gardé par Darbsâk (lat. Trapesac). Là, comme dans l’antique Sokhoï dont elle conservait le nom155, se croisaient les routes d’Antioche à Mar’ach, et d’Alep en Cilicie par Baghrâs ou Ḥadjâr Choghlân. La forteresse n’est pas citée avant la période franque156. Semblable en plus petit à Baghrâs, elle couronnait un mamelon rocheux au sommet duquel un aqueduc amenait l’eau de la montagne. Les ruines sont extrêmement délabrées, et utilisées par un village moderne ; l’appareil de grosses pierres à bossage trahit un travail au moins en partie franc ou musulman postérieur. Un faubourg existait au pied de la forteresse.

81Le second passage par lequel se traverse l’Amanus, appelé aujourd’hui Arslan Boghazi, est ouvert du côté cilicien par la large et profonde vallée du Hamous. Pratiqué dès la plus haute antiquité, comme l’atteste la présence, à son débouché oriental, des ruines hittites de Zindjirli et romaines de Nicopolis (Islahiyé), il l’est encore de nos jours, puisque le chemin de fer l’emprunte. En amont de la station moderne de Mamoure-Issidja, la vallée du Hamous fait place à un éventail de vallées divergentes montant doucement vers la ligne de faîte, et entre lesquels l’hésitation du voyageur est permise, car, au-delà de leur source à toutes, la redescente sur le versant oriental est partout aussi brusque. Laissant de côté la route de Haroûnya, on peut remonter le Boulanik Tchaï en passant par la bourgade peut-être ancienne de Baghtche, ou le Kale Tchaï en gagnant Kaypak (restes antiques), Maïdan, le fortin de Han Aghzi, et Islâhiyé ; ou enfin, on peut suivre la croupe des hauteurs qui séparent ces deux cours d’eau, et, par la vieille ferme fortifiée de Karafenk Kale, en amont de Hasan Beïlî, redescendre sur l’actuelle Fevzi Pacha. À ces trois chemins il faut en ajouter un quatrième plus méridional qui, se détachant du Hamous dès Tchardak, passe au vieux bourg de Yarpouz (auj. Djebel Bereket), et gagne Islahiyé par le petit fort d’Edilli Kale.

  • 157 Rey, Bull. Soc. Ant. Fr., 1897 ; Deschamps, Syria, 1936. L’incription, badigeonnée au minium, n’est (...)

82C’est près du confluent des trois chemins septentrionaux et plus spécialement de ceux de Kaypak et de Hasan Beïlî que se trouvait la forteresse qui était au moyen-âge la métropole de la région, Sarvantikar (auj. Savouran Kale ou Kaypak Kale). Construite sur un rocher triangulaire bordé à pic par deux ravins et ne communiquant avec la montagne que par un seuil au sud-est, elle est dominée de tous côtés par des hauteurs supérieures, mais se trouve placée de telle sorte que l’œil enfile les passages de Kaypak et de Karafenk Kale. Les ruines, qu’une vraie forêt vierge empêche de bien étudier, sont parmi les plus considérables de la Cilicie, les plus importantes assurément de l’Amanus. Le château proprement dit se trouve au point le plus élevé du rocher, juste au-dessus du seuil ; des remparts, extérieurement encore presqu’intacts, épousent les sinuosités du rebord de la plate-forme, et comportent de grosses tours rondes en bel appareil à bossage, dont l’une à base en talus trahit sûrement une influence franque. Le reste de l’enceinte, enserrant une vaste basse-cour, se borne à fortifier les défenses naturelles des parois rocheuses. L’entrée est à Test, au contact entre la cour et le château, et porte une inscription arménienne, précédant un vestibule coudé, témoignant du travail des Arméniens du royaume cilicien. La forteresse, sous une forme à préciser, existait déjà sous la domination byzantine157.

  • 158 Le Str., 538 ; G. T., 755, 789.

83Il n’existait certainement pas de localité importante au moyen-âge au débouché oriental du passage, sur le site ou à proximité de Nicopolis-Islahiyé. L’ensemble du passage lui-même et du pays situé juste à ses pieds s’appelait « pays de Marri », et, couvert de forêt, servait de frontière entre Antioche et Mar’ach158.

  • 159 Sur le parcours, il y a un fortin à Ortchan (lettre du P. Philippe communiquée par Deschamps).
  • 160 Alb., 393 ; I. Ch., 263 v° ; Le Str., 449 ; Cart. I, 143 ; Strehlke, 83. Villages dépendants cités  (...)

84À peu de distance de Servantikar, au nord du Hamous, s’ouvre le petit bassin intérieur du Saboûn Souyou, affluent de gauche du Djeïhoûn. Par ce bassin on peut, de la Cilicie septentrionale, rejoindre la route de Marrî et, inversement, de la Cilicie méridionale gagner directement Mar’ach, par la vallée du Deli Tchaï159. Au bord de ce bassin se trouve la bourgade de Hâroûnya, qui conserve le souvenir de son fondateur Hâroûn ar-Rachîd, et des restes de la forteresse qu’il y fit élever. C’était encore au temps des croisés le chef-lieu d’un district prospère ; une tour s’élevait sur le seuil qui séparait le bassin de Haroûnya du Hamous et du district de Sarvantikar160).

  • 161 Dans le cimetière au pied, reste de mosaïques antiques.
  • 162 Le Str., 543 ; Wilbrand, 179. Notre identification s’oppose à celles de Langlois (Ilân Kale) et de (...)

85Le Hamous débouche en Cilicie par une large vallée dans laquelle, du nord, après être passé près des forteresses de Koum Kale et Kara Tepe, arrive aussi le Djeïhoûn, qui reçoit ses eaux. Parallèlement un peu au sud un autre affluent du Djeïhoûn, né au-dessus d’Osmanyé, occupe le bord sud de la vallée jusqu’au confluent, à Djeïhân. Près d’Osmanyé, l’entrée de la route de Yarpouz est gardée par la forteresse de Tchardak-Kale, qui la domine de 500 mètres et consiste en une enceinte carrée dont un seul côté renferme d’importantes salles161. En aval, au point où la route venant de Marrî croise celle qui vient du golfe d’Alexandrette, se trouvait Til amdoûn (auj. Toprak Kale). Cette localisation, qui n’a pas été faite jusqu’ici, paraît résulter de ce que nous savons de la situation du Til Ḥamdoûn — sur la route d’Anavarza et Amoudaïn à Canamella, à deux jours de Sîs et un d’Ayas, à une demi-journée au sud du Djeïhoûn — et d’autre part de ce que Toprak Kale est, de toutes les forteresses de la Cilicie sud-orientale, où se trouvait sûrement Til Ḥamdoûn, la seule importante et surtout la seule située sur un tell (til)162.

86La forteresse s’élève sur un gros tertre amélioré de main d’homme, qui se situe dans l’axe du passage étroit et comme coupé au couteau, par lequel la route d’Alexandrette débouche dans la vallée du Djeïhoûn ; ce tertre est juste assez haut pour dominer les menues ondulations de terrain environnantes. Les constructions, de plan très simple, consistent dans une double enceinte rectangulaire, enserrant un terre-plein d’environ 100 m. × 70 m. ; entre le mur et l’avant-mur est creusé un petit fossé ; le mur intérieur est à deux étages, dont le second est occupé par une galerie à meurtrières. De grandes salles existent à l’angle sud-ouest et dans le mur nord. Une citerne occupe une partie du terre-plein. On accède à ce terre-plein au nord par une rampe que défendent des travaux avancés, et qui pénètrent à l’angle nord-est du château par une grande salle voûtée. Le tout est en basalte noir. La construction doit remonter aux guerres arabo-byzantines, et avoir fort peu été remaniée.

  • 163 Le Str., 543 ; Quatremère-Mamlouks.

87C’est sur la route du Hâmous à Anavarza qu’il doit falloir chercher amoûs, qu’on nous cite avec Mar’ach, Servantikar, Til Ḥamdoûn et Ḥadjâr Choghlân. Dotée d’un duc arménien au xiiie siècle, elle doit avoir quelqu’importance, bien qu’on ne lui voie pas jouer grand rôle. On la voyait de Til Ḥamdoûn, et la vallée qui y passe arrosait un fortin aussi peu localisé, Nadjîma. La position de Boudroum Kale paraît convenir à ces conditions ; le château n’en est pas grand, mais assez fort pour sa position escarpée et la tranchée artificielle qui le sépare de l’arrête rocheuse qu’il termine ; il est en partie construit de débris de la ville antique de Pompeiopolis, dont les ruines se voient encore à ses pieds, et qui justifierait le titre ducal. Les Arabes attribuent la construction de Ḥâmoûs à Hâroûn ar-Rachîd, en connexion avec Hâroûnya. Je ne sais où situer Nadjîma163.

  • 164 Strehlke, 17 ; Ibn ‘Abdarraḥîm, 183 r° ; Wilbrand, 179 (= Adamodana). Les villages cités autour de (...)

88En aval de Boudroum Kale se trouve la petite mais solide forteresse de ‘Amoudaïn (auj. Hematye), qui fut donnée aux Teutoniques au xiiie siècle et ne paraît pas connue auparavant164.

  • 165 Chyprois, 292 situe une « cave » (forteresse à flanc de roche et en partie creusée dedans) entre l’ (...)

89Les routes de Baghrâs et de Marri sont les seules grandes voies de passage à travers l’Amanus. Naturellement il y avait dans la montagnes d’autres chemins d’intérêt local, par exemple d’Erzin (Kanîsat as-soudâ) à Islahiyé, ou de Tchoukmerzivân (Deurtyol) à Ekbez (nom moderne) par Mandjilik Kalesi ; du moins les débouchés de ces chemins d’aujourd’hui étaient-ils au moyen-âge aussi occupés par des bourgades notables165.

E) Le golfe d’Alexandrette et l’accès au bas-Djeïhoûn

90Le voyageur qui de Syrie gagne la Cilicie par la passe de Baghrâs doit ensuite longer la côte du golfe d’Alexandrette vers le nord. Tandis qu’au sud-ouest d’Alexandrette et au nord de Bayas la côte est bordée par une petite plaine, dans l’intervalle la montagne se rapproche de la mer, et, entre les villages modernes de Sakaltoutan et Sarisaki, plonge directement dans l’eau. Les localités qui jalonnent cette côte jouent le triple rôle de débouchés des chemins de la montagne, de gardiennes de la voie Syrie-Cilicie, et de ports de cabotage. L’ensemble, avec les premières pentes de l’Amanus, s’appelait le district du Djegher. Le port assez ancien d’Alexandrette (Iskenderoûnya) n’avait au moyen-âge qu’une activité toute locale.

  • 166 Wilbrand, 172 ; Albert, 357.
  • 167 Wilbrand, 172 ; Cart. II, 166.
  • 168 Peut-être identique à Noukîr cité en 1298 par Maqrizî-Quatremère.
  • 169 Heberdey-Wilhelm, Reisen in Kilikien (Denkschr. d. K. Akad. Wissenschaft, Wien, XLIV, 1896, VI), p. (...)

91Il est assez difficile de se rendre compte des défenses médiévales du défilé de Sakaltoutan (Portes de Syrie, ou, comme disaient les Francs, la Portelle). Le château qu’on y voit aujourd’hui est ottoman ; mais il s’appelle Kiz-Kalesi, ce qui paraît traduire en turc le Castrum Puellarum qu’Albert d’Aix cependant place plus au nord à Payas. Wilbrand ne connaît à la Portelle que la porte antique qui y subsiste166. Albert cite un castrum pastorum et un castrum adolescentium (celui-ci dans la montagne), noms romancés peut-être mais qui gardent sans doute le souvenir de quelques châteaux réels. Il n’y a pas de ruines subsistantes qui permettent d’aboutir à plus de précision. Nous ne savons aussi de la bourgade médiévale de Payas que son existence. Dans la montagne, entre la Portelle et Canamella, Wilbrand167 a vu un « Castrum Nigrinum »168, sans doute l’actuel Mandjilik Kalesi, à 500 mètres d’altitude au-dessus de la gorge sauvage du Kourou Dere, au nord de Payas, au-dessus d’un chemin conduisant à travers l’Amanus à Ekbez ; une restauration arménienne de 1290 est mentionnée par une inscription169.

  • 170 On trouve Keniz (= Kanisat as-soûdâ ?) et Tchoukmerzivan dans Cart. II, 166, avec Lacrat, Gardessia (...)
  • 171 A un jour de la première, 12 milles de la seconde (Le Str., 477, I. Ch., 63 v°) ; cela est impossib (...)

92En longeant vers le nord le pied de l’Amanus, on arrive à Deurtyol, qui conservait récemment encore le nom de Tchoukmerzivân qu’elle portait déjà au xiiie siècle170. Plus loin, on atteint Erzin, à côté de laquelle sont les ruines d’une ville antique, ce qui doit la faire identifier avec la médiévale Kanîsat as-soûdâ (ou : al-mouḥtaraqa), dont nous savons qu’elle était une ville de « Roûm », à l’écart de la mer, entre Payas et Hârounya171.

  • 172 Idrîsî, Jaubert, 133.
  • 173 Aussi dans Cart. II, 166, et Wilbrand, 172.
  • 174 Rey, Les périples des côtes de Syrie, AOL, II, p. 348. Tomaschek, Zur topographie Kleinasien, Sitzb (...)

93Si au lieu de longer la montagne nous suivons à présent la côte, nous trouvons dans Idrisi172 successivement depuis Payas : içn at-Tînât, port d’exportation des pins de l’Amanus, içn Mouthakkab, port de Misîs, puis (Idrisî est antérieur à l’existence d’Ayâs) Djazîrat al-Basâ, enfin içn Maloûn et bien plus loin Korykos. Les portulans occidentaux, plus tardifs, nomment Alexandrette, Canamella173, à vingt milles Mons Caïbo, à quinze milles Ayâs, à dix milles Portus Palli, à dix milles Fossa de Biosa, à l’embouchure du Djeïhoûn, enfin à dix milles encore Portus Malo, puis les bouches du Seïhoûn174. Il semble n’y avoir pas de difficulté à identifier Ḥiçn at-Tînât avec Canamella, Ḥiçn Mouthakkab avec Mons Caïbo, Djazîrat al-Basa avec Fossa de Biosa, et Ḥiçn Maloûn avec Portus Malo.

94Reste à les retrouver sur le terrain. Le sîte de Hîçn at-Tînât paraît se conserver dans le tell appelé sur la carte d’E. M. Kinet (ou Tinet) Heuyuku (Heuyuk est le mot turc traduisant tell), à l’ouest de Deurtyol. C’est encore un mouillage de bateaux de pêche ; c’est le seul point au fond du golfe à n’être pas marécageux, et c’est près de là que débouche sur la côte la route de Til Ḥamdoûn à Alexandrette. Ḥiçn Mouthakkab se retrouve alors à l’angle nord du golfe, au lieu dit Moutaleb Heuyuku (1 et k sont graphiquement interchangeables). Portus Pali serait dans la baie de Youmourtalik et al-Basa au fond des marais du Djeïhoûn actuel, dont l’embouchure a considérablement avancé vers l’est depuis le moyen-âge (vers Karavân ?). Enfin la plaine de Maloûn est la région comprise entre les cours inférieurs du Djeïhoûn et du Seïhoûn, donc Portus Mali doit être du côté de Factuel Karatach.

  • 175 P. Deschamps, Ctes-rendus des Séances Acad. Inscriptions, 1936.

95Entre le golfe d’Alexandrette et la vallée inférieure du Djeïhoûn se trouve une petite chaîne qu’on traversait soit à Til Ḥamdoûn, soit entre le site de la moderne Djeïhân et Ḥiçn Mouthakkab, soit enfin au sud de Misis par un chemin aboutissant à Ayas ou à la moderne Youmourtalik ; entre ces deux derniers chemins les hauteurs côtières sont doublées au bord du Djeïhân par une chaîne courte plus haute, le Djabal Noûr, difficile à franchir. À côté de Djeïhân se trouve la forteresse appelée aujourd’hui Ilân (ou Chahmirân) Kale175, qui, malgré des réfections récentes, paraît dans l’ensemble être de construction franco-arménienne. Elle se dresse sur un impressionnant rocher de la rive droite du Djeïhoûn, dont la ligne se prolonge au nord-ouest dans la plaine cilicienne par le rocher de Doumlou Kale. Le château proprement dit, qui a une belle entrée coudée entre deux tours barlongues de bel appareil à bossage, occupe le nord-est du rocher, le reste étant barré par un mur de crête. Sur le chemin d’accès à l’est, une seconde enceinte complète la défense.

  • 176 Entre Djeïhân et Ayas, Kara Osman Kale est ottomane. Entre Ilân Kale et Mouthakkab, Kourou Koule do (...)

96Le passage méridional de Misis à la baie de Youmourtalik est surveillé par une autre forteresse, construite sur un contrefort du Djabal Noûr à près de trois cents mètres au-dessus de la vallée ; elle est connue aujourd’hui sous le nom de Kizlar Kalesi. La vue embrasse à la fois la plaine d’Adana et la côte. On entre à flanc de rocher à l’ouest, et du même côté, plus bas, débouche un souterrain d’où il n’était possible de sortir qu’à l’aide de cordes. Les principaux bâtiments, à en juger par les ruines, se trouvaient près du seuil qui rattache le rocher de Kizlar Kalesi à la montagne. Il ne semble pas que la construction soit antérieure aux croisades ou au royaume arméno-cilicien176.

  • 177 I. Ch., 62 r°, Le Str., 505, Attaliate, 121, Wilbrand, 175 (a vu les remparts en mauvais état). Sur (...)

97Entre Ilân Kale et Kizlar Kalesi, sur la rive droite du Djeïhoûn, se trouve l’antique Misîs (grec : Mopsuestia, lat. Mamistra ; ar. Macîça), au point où la route Tarse-Adana-Til Ḥamdoûn-Syrie atteint le Djeïhoûn, et au contact entre la plate-forme de la Cilicie nord-occidentale et de la plaine alluviale marécageuse des cours inférieurs du Djeïhoûn et du Seïhoûn (plaine de Maloûn). Sa fortune, aujourd’hui, est passée à Djeïhân, et à peine peut-on deviner quelques restes de ses anciennes fortifications ; mais c’était encore au moyen-âge une cité prospère, à la fois place-forte, place de commerce, centre de productions locales (pêcheries, vêtements de fourrures des montagnes), ville ecclésiastique. Au nord de Misis, la région de convergence des divers affluents ciliciens du Djeïhoûn s’appelait le Mardi ad-dîbâdj (lat. Pratus Palliorum ; grec : Baltolibadon)177.

  • 178 Les Francs ont possédé par moments Tarse, mais ni là ni à Adana on n’a de trace de colonisation dur (...)

98L’occupation franque ne dépassa jamais en Cilicie les districts de Misîs et Til Ḥamdoûn178. Mais ce n’était là que l’entrée de la plaine cilicienne. Au nord d’Ilan Kale, sur un formidable rocher rouge isolé au milieu de la plaine, se dressait, au-dessus des restes d’une ville antique, la puissante forteresse d’Anavarza (Anazarba, ar. Άϊn-Zarba), ancienne capitale de la Cilicie encore renforcée par les Roupéniens. Plus au nord, au contact de la montagne, était Sîs, qui devint la capitale du royaume arméno-cilicien à la fin du xiie siècle. À l’ouest de Misis, le Seïhoûn était franchi devant la ville déjà notable d’Adana ; à l’entrée du Taurus se trouvait Tarse, déchue aujourd’hui où les petits navires mêmes ne peuvent plus l’atteindre, mais forte dans l’antiquité et au moyen-âge. Au-delà de Tarse, par les Portes de Cilicie, on gagnait Podandos et l’Anatolie. C’était, comme c’est encore, la seule voie de communication facile entre les plateaux septentrionaux et occidentaux et la Cilicie, partout entourée de montagnes sauvages ; on pouvait cependant aussi descendre de Qaisariya vers Sîs ou Mar’ach.

F) Du ‘Amouq à Alep et au Roûdj

  • 179 I. F., I, 73 r° paraît indiquer entre Antioche et Alep un Djabal Aḥmar, qui m’est inconnu.

99Entre l’Oronte, en amont du ‘Amouq, et la région d’Alep, s’étend un groupe de petits chaînons orientés chacun nord-sud, mais dont l’ensemble dessine une zone de reliefs courant du sud-ouest au nord-est : Djabal Dovili (nom moderne), Djabal A’lâ, Dj. Bârîchâ, Dj. Laïloûn (dont la partie la plus haute est le Djabal Simân ou Smane)179, ce dernier, le plus vaste et le plus élevé, étant séparé des précédents par la petite plaine de la Halaqa. Les massifs de l’ouest sont encore aujourd’hui au sud partiellement couverts d’oliveraies et de champs, mais on a peine à concevoir qu’il ait pu en être de même du Dj. Laïloûn, et même les hauteurs entre le ‘Amouq et la Halaqa, qui déroulent à l’infini sous les yeux leurs croupes nues de calcaire blanc. L’abondance des ruines romano-byzantines oblige cependant à l’admettre ; mais dès l’époque des croisades, ce n’étaient déjà plus que ruines, et les centres habités, les routes parcourues étaient à peu près tels qu’ils sont demeurés jusqu’à nous.

  • 180 I. F. III, 14 r° ; I. Ch., 64 r°.

100Les petits massifs de l’ouest ne sont traversés que par des chemins d’intérêt local, mais comprennent des bourgades toujours actives. Dans le Djabal Dovili, on signale dans notre période Salqîn, d’où des chemins rayonnent vers Djisr al-Ḥadîd, Ḥârim, Armenaz, et Tell’Ammâr-Darkoûch ; et Tell ‘Ammâr, au-dessus de laquelle, à quelques kilomètres au nord-est, sont les ruines d’une petite forteresse. Mais le vrai chef-lieu de la région est, entre le Djabal Dovili et le Djabal A’lâ, Armenâz, d’où l’on communique facilement avec Salqîn, Djisr al-Ḥadîd, et Ḥârim, au sud, avec Tell ‘Ammâr, Ma’arra-Miçrîn, et avec le Roûdj par une large vallée sèche où le Bîr a-ayyîb (carte d’E. M. : Bîrar-Menaz l) marquait la limite du district180.

  • 181 Le Str., 386, 482.
  • 182 Gautier, II, 2.
  • 183 Le Str., 413 ; Gautier, 83 ; Boughya Aya, S. 39.
  • 184 Gautier, II, 5-6.
  • 185 Gautier, II, 16 ; Kamâl, H, 627, 633.
  • 186 Dans les collines entre Sarmadâ et Athârib (Gautier, II, 2-6 ; I. F., 139 r°).
  • 187 Kamâl, 621.
  • 188 Kamâl, 629-625.
  • 189 Yaqoût, 536.
  • 190 Rey, Col. Fr., 353.
  • 191 Yamâl, 623.

101C’est au nord-est du Djabal Bârîchâ et par la Halaqa que passaient les divers chemins qui d’Atma par Tell-Aghdî, de Tizîn par Dâna, de ‘Imm par Tell ‘Aqibrîn ou Sarmadâ, unissaient le ‘Amouq et Antioche ou la Cilicie à Alep. De ces chemins le plus important, correspondant à une chaussée romaine encore en partie conservée, était le dernier. Il pénétrait dans la montagne à l’ouest un peu avant Άϊn-Dilfe, alors comme aujourd’hui station ordinaire de relais, à cause d’une belle source qui n’alimentait d’ailleurs pas de village ; on passait alors à côté de la ruine antique de Qaçr al-Banât181, puis par celle de Bâb al-Hawâ, par où l’on entrait dans la Halaqa (latin Ager Sanguinis)182. Cette petite plaine s’allonge dans l’axe de la montagne, dominée au nord par le Djabal Baraka, appelé au moyen-âge Baït-Laha, au haut duquel un veilleur, d’une tour, regardait les routes d’Antioche et d’Alep183. Le sol de la Halaqa est riche, et plusieurs localités nous sont connues : au sud-ouest, Sarmadâ (lat. Samarta ou, par confusion avec Sermîn, Sarmit), où il y avait un petit château184. De là on gagnait Ḥârim à l’ouest, Zerdanâ au sud ; sur ce dernier chemin les Francs fortifièrent en 1121 un vieux couvent185. Non loin on trouvait Balât186, puis, à l’issue sud-orientale de la plaine, le vieux village de Tell-’Aqibrîn, dont les ruines, antérieures aux Francs, mais aménagées par eux en forteresse, subsistent partiellement187. En se dirigeant de là vers le nord, on atteignait et l’on atteint Dâna188, puis Tell-Aghdî (auj. Tell-Adé)189, ancien centre religieux syriaque190, et chef-lieu du canton du Djabal Laïloûn191, enfin plus au nord, dans la montagne, Daïr et Qal’a Simân, qui n’étaient plus que d’illustres ruines, comme aussi, sur le bord oriental de la plaine, Daïr Roumanîn.

  • 192 Le Str., 403 ; Alb., 684 ; Kamâl, passim ; I. A. At., 71.
  • 193 A côté est Nawâz (Le Str., 616, Kamâl, 627) ; aussi Ma’rathâ (Boughya, Serai, IV, 275 V°).
  • 194 Boughya Aya Sofya, 30, signale Roûhîn machhad de Hasan) ; Boustân, 687, Kafartîn.

102Après Tell-Aqibrîn, la route d’Alep traversait le rebord montagneux de la plaine de Sarmadâ, puis descendait sur l’importante forteresse d’Athârib (lat. Cerep, grec Pheresia), site occupé de toute antiquité au carrefour des routes d’Alep à Antioche et au Roûdj. Elle comprenait un château principal entouré d’une enceinte à tours192 ; mais, rasée par Zangî, elle est réduite aujourd’hui à un tell, que dévore le village tapi à ses pieds193. Quant à la partie septentrionale du Djabal Laïloûn, où ne passe aucune route, on n’y connaît aucun site notable194.

103Alep est au moyen-âge comme aujourd’hui plus qu’Antioche le centre de la Syrie du nord. Antioche avait dû sa fortune à des occidentaux, qui n’avaient été qu’exceptionnellement maîtres de la Mésopotamie ; la conquête arabe, commune à la Syrie et la Mésopotamie, et venue par terre, développa en face d’elle Alep, située à l’entrée du désert dans un site relativement médiocre, mais dans une situation parfaitement adaptée aux communications continentales entre sédentaires et nomades ; l’essor définitif date du jour où les Merwanides en firent leur capitale. La reconquête byzantine et le partage politique de la Syrie qui en résulta soutinrent encore Antioche pendant deux ou trois siècles ; ce fut seulement au lendemain des croisades que Baïbars lui donna le coup mortel, et qu’Alep resta seule.

  • 195 EI art. Halab (par Sobernheim) ; Ibn Ch. A’lâq, première moitié de la première partie ; J. Sauvaget (...)
  • 196 Au nord de Salamiya (Kamâl, 591, 612), = l’actuelle Qoubaïba ?
  • 197 Au sud-ouest, Boçâfa reste habitée ; Kamâl Aya Sofya, 166, dit Qu’elle s’appelait dans l’antiquité (...)
  • 198 Arzghân est la forme actuelle et de I. F., II, 174 v° ; I. Ch., 62 r° et I F., III, 15 r° écrivent (...)
  • 199 I. Chihna, 157, Az., 493. On nous signale encore Ibbin (Kamâl, 633), Yahmoul et Kafar (I. Ch., 35 r (...)

104Nous n’avons pas à décrire ici Alep, que les Francs assiégèrent, mais n’occupèrent jamais. Située sur la rive orientale du Qouaïq, ville déjà vaste et riche en souqs et monuments, elle était entourée d’une forte enceinte et possédait une citadelle déjà puissante au xiie siècle et dont al-Malik aẓ-Ẓahir Ghazî, le fils de Saladin, fit la monumentale place-forte que nous pouvons encore admirer aujourd’hui. En dehors des murailles de la ville se trouvaient des faubourgs, cimetières, lieux-saints, jardins, et, sur la rive droite de la rivière, le Djabal Djauchan, d’où l’on embrassait du regard toute l’agglomération. Autour d’Alep, Neïrab, Djibrîn, Na’oûra à l’est ; Heïlân, Mouslimiya, surtout Mardj Dâbiq195, important carrefour, sur le Qouaïq au nord ; Qinnasrîn (latin : Canestrine) et Hâdir Qinnasrin, vieilles cités ruinées, et Tell as-Sultân sur la lagune où se perd le Qouaïq au sud ; enfin Khânacira au bord du Djabal Ahaçç, au sud-est, Naqîra des Banou As’ad, Bâb-Bouzâ’a, dans le Wâdî-Boutnân, avec leurs demeures troglodytiques, plus loin Manbidj (Mabboug, Hierapolis) au nord-est, sont les localités le plus fréquemment citées196. Un grand nombre de routes partaient d’Alep : à l’ouest et au nord, les routes d’Antioche, Lattakié, Marri ou Baghrâs (vers la Cilicie), Mar’ach (vers Siwas ou Qaïsariya), ‘Aïntâb (vers Hadathâ et Albistân ou Malaṭya et vers Behesnî), Bîra étaient dans la première moitié du xiie siècle au pouvoir des Francs et seront décrites plus loin. Au sud, on se rendait à Homç et Damas soit par Ma’arrat an-No’mân et Ḥamah, soit plus à l’est par içn al-Qoubba197198 et Salamiya. Au nord-est, on traversait l’Euphrate en direction de la Djéziré, en aval de Bîra, principalement à Qal’a Nadjm à laquelle on accédait par Bouzâ’a et Manbidj, et d’où l’on gagnait Ḥarrân. Au sud-est, on atteignit l’Euphrate à Bâlis et on le longeait vers l’Irâq, en passant successivement en face de Qal’a Dja’bar et Raqqa (embouchure du Bâlîkh)199, puis à Rahba en face de Qarqîsiya (embouchure du Khâboûr) ; de Rahba l’on pouvait aussi couper le désert par admor (Palmyre) et gagner directement Ḥomç ou Damas. Indications sommaires qui suffisent à l’intelligence des mouvements commerciaux et militaires dans cette région.

  • 200 I. Chihna, 157, Az., 493. On nous signale encore Ibbin (Kamâl, 633), Yahmoul et Kafar (I. Ch., 35 r (...)
  • 201 Kamâl, A. S., 179.
  • 202 I. Ch., 52 v°. On signale au sud-est Binich (Ibn ach-Chiḥna, 235), Fou’a (auj. Fogha), qui, dépenda (...)
  • 203 Kamâl, passim ; Le Str., 532 ; I. Ch., 52 v°. Près de Sermîn est Marboûnya (Boughya, IV, 275 v°).
  • 204 En 1123 (Kamâl, 639), les Francs capturent à Hanoûta, Hillifa (inconnue) et Gharîb (inconnue) une c (...)
  • 205 Le Str., 437 ; Delaborde, 17.

105Au sud-ouest, la route d’Alep à Lattakié traversait au sud du Djabal Laïloûn, le Djazr, puis entre les petits massifs de l’Oronte et le Djabal Soummâq le Roûdj. Par le Djazr passaient : au nord un chemin qui, quittant la route d’Antioche à Athârib, par Kellâ (auj. Kulli) et Ma’arrat al-Ikhwân200 gagnait le Roûdj ou Armenaz ; au centre un chemin qui, par Kafar Halab (auj. Kufru Halbe), atteignait Zerdâna (lat. Sardona), place importante mais déjà ruinée au xiiie siècle et dont il ne reste que le tell201, puis Ma’arra Miçrîn (lat. Megaret Basrîn), qui, bien que mal arrosée et n’ayant qu’une enceinte ruinée, jouait le rôle de marché entre Boûdj, Djazr, et Djabal Soummâq dévolu aujourd’hui à la plus méridionale Edlib202 ; enfin au sud un troisième chemin qui aboutissait à Sermîn, ville dont les remparts n’avaient pas été entretenus mais où se trouvait une belle mosquée et des souqs actifs, et qu’environnaient un grand nombre de villages203. Du chemin de Sermîn devait se détacher à Hanoutah (carte d. Ε M., HaniTouhan) la route de Ma’arra204, qui atteignant le Djabal Soummâq entre Dhâdhîkh et Merdîkh205.

  • 206 Le Str., 521 ; Kamâl, A. S., 90. Au nord, à Istamak, Kamâl 41 connaît des restes de citernes antiqu (...)
  • 207 Le Str., 470, Kamâl, A. S., 90. Yaqoût croit à deux Kafarlata, le second étant près de ‘Azâz ; sans (...)
  • 208 Rey, Col. Fr., 351.
  • 209 Albert, 682 ; Kamâl, 624. Plus au nord (sur le tell Chamaroûn), camp romain.
  • 210 Bohémond se replie de là sur Kafarlatâ (Kamâl, 590, 592) ; le seigneur est pris sur la route d’Alep (...)

106Immédiatement au sud du Djzar commençaient insensiblement les molles ondulations et les riches terres du Djabal Banî ‘Oulaïm, prolongement nord du Djabal Soummâq qui se distinguait de lui par une altitude supérieure et un sol un peu moins fertile. Comme plus au sud le Djabal Soummâq, le Djabal Banî ‘Oulaïm tombe brusquement à l’ouest (sur le Roûdj). Rîhâ (auj. Eriha) était alors, comme elle l’est restée quelque peu de nos jours malgré la concurrence d’Edlib, le cheflieu des Banou ‘Oulaïm206 ; la grosse source qui l’arrose s’appelait Άϊn al-Karsânî, et près d’elle au sud se trouvait le village de Kafarlatâ, qui existe encore mais a perdu sa forteresse médiévale207. Au nord du massif, au contact du Djzar et du Roudj, non loin de l’actuelle Edlib, était le tell de Dânîth, qui joua un grand rôle stratégique208. Quant au versant occidental, il était surveillé par la forterresse de Hâb (lat. Hap, auj. Bourdj al-Hâb)209. Enfin, en un lieu indéterminé du versant oriental, il faut rechercher Bâsarfoût210.

  • 211 Une partie de ses eaux traverse souterrainement le Djabal Wasît et ressort en une grosse source au (...)

107Le Roûdj est un long couloir plat et mal drainé211 qui s’étend du Ghâb au sud au Djabal A’lâ au nord ; administrativement le mot s’étend à l’ouest jusqu’à la région de Djisr ach-Choughoûr, sur l’Oronte. Le Roûdj méridional était un nœud de routes de la plus haute importance : là se croisaient les routes d’Antioche à Ma’arra et d ‘Alep à Lattakié ; aussi les textes nous signalentils dans cette région un grand nombre de localités dont l’identification est malheureusement souvent malaisée.

108Le point où les deux routes traversent l’Oronte n’a jamais pu être très éloigné du passage actuel (Djisr achChoughoûr) car en aval le fleuve entre dans une gorge et en amont est bordé de larges marécages ; de plus, c’est juste à l’ouest de ce passage qu’est la tête de la vallée du Nahr al-Kébîr, par laquelle on descend sur Lattakié. Le pont actuel est ancien, non toutefois de notre période.

  • 212 Il est inutile de corriger avec Heyd, I, 375 « Mons Ceffa », de Tafel 272 en « pons », puisque le n (...)
  • 213 A. F. Géogr., 261 ; cf. A. Ch., H, 368.
  • 214 Ibn Chihna, 177.
  • 215 I. F. III, 13 v°, 15 r° (associe Tell Kachfahân, Arzghân, et Bezmechân).
  • 216 Sauf l’aménagement des deux fontaines au pied du tell Ρ Tell al-Qarch, proposé par Jacquot d’après (...)

109Tout près du passage était içn Tell Kachfâhân (lat. Mons Ceffa)212. Nous savons en effet qu’elle se trouvait à une course de cheval de ChoughrBakas213, en face d’Arzghân sur la rive opposée de l’Oronte214, enfin sur la route d’Antioche à Inab (et Ma’arra)215. Le nom est aujourd’hui totalement inconnu ; des quelques tells de la région, celui qui conviendrait le mieux est le très gros tell situé juste au nord de Djisr ach-Choûghoûr, sur la rive occidentale de l’Oronte ; mais il ne s’y trouve aucune ruine216.

  • 217 Albert, 701 (Rossa et Roida) ; Raoul, 650 (Rubea et Rufa), Foucher, 423 (donne la distance entre le (...)
  • 218 Gesta, 73 ; Raymond, 271 ; Foucher, 423 ; G. T., 481.
  • 219 Foucher, 423.
  • 220 Raoul, 650 ; cf. Cart. I, 266.
  • 221 ROL, IV, 216. Chaqîf, correspondant à cavea, forteresse à flanc de rocher, ne peut s’entendre d’un (...)

110Estce à Tell Kachfâhân qu’il faut identifier le Chastel-Ruge des Francs ? L’existence de deux ou trois localités assez voisines désignées par les textes sous les formes mal précisées de Rugia, Rugea, Rubea, Robia, Roia, Ruiath, Roissa, Rusa, Roida, Oppidum Rugiae (fr. Chastel-Ruge) a enveloppé le problème d’une obscurité dans laquelle se sont perdus les chroniqueurs médiévaux les premiers, et dans laquelle il a fallu attendre Dussaud pour introduire un peu de clarté. Qu’il y a au moins deux localités, distantes de quatre milles, est sûr217. L’oppidum Rugiae est la plus importante ; nous savons qu’il se trouve sur la route d’Antioche à Ma’arra, ou à Chaïzar et par Inab et Apamée218, tout près de l’Oronte219, non loin d’Arzghân et Bezmechân220, bref évidemment dans la région de Tell Kachfahân. Et il faudrait certainement identifier les deux places si, dans la région de Darkouch ou Choughr-Bakâs, Kamâl ad-dîn ne connaissait un « Chaqîf ar-Roûdj », qui onomastiquement correspond mieux à Chastel-Ruge221. Quant à la seconde localité désignée sous un nom voisin de Rugia, nous en reparlerons à propos du Djabal Soummâq.

  • 222 Cart. I, 266.
  • 223 I. Ch., 61 r° ; Van Berchem, Voyage, I, 253.
  • 224 I. Ch., 54 r°, Cart. I, 266 ; ce dernier nomme dans la région Tala (Tellan, près Darkoûch ?), Cavea (...)

111De Tell-Kachfabân à Darkoûch, l’Oronte coule dans une gorge d’où les chemins s’écartent pour passer sur les hauteurs voisines de l’une ou l’autre rive. Le chemin occidental est gardé, au-dessus de la traversée du Nahr al-Abyadh, en amont de la gorge de Bakfelâ222, par la forteresse jumelle de Choughr et Bakâs. Celle-ci n’est pas connue avant les Francs, qui la construisirent ou la développèrent sans doute dans la seconde moitié du xiie siècle, après la chute de Tell-Kachfahân. Elle s’élève sur une arrête rocheuse taillée à pic sur cent mètres de hauteur de trois côtés, mais extrêmement étroite et même affaissée en son milieu, d’où la nécessité de diviser la forteresse en deux châteaux, celui de Choughr, le plus fort, à la pointe du rocher, et ceui de Bakâs du côté de la montagne d’où le séparait un fossé. Les restes actuels, assez délabrés, datent la plupart, comme en témoignent des inscriptions, de restaurations musulmanes du xiiie siècle223. Au nord de Choughr, près de Qaïqoûn, les routes d’Antioche et de Darkoûch divergent ; cette dernière passe à mi-chemin par Chaqîf Kafar-Doubbîn (Carte d’E. M. Cufru Din)224.

  • 225 Arzghân est la forme actuelle et de I. F., II, 174 v° ; I. Ch., 62 r° et I F., III, 15 r° écrivent (...)
  • 226 L’orthographe que nous adoptons rend le mieux compte de la graphie non pointée d’I. F. III, 15 r°, (...)
  • 227 I. Ch., 54 r° ; Maqrîzî-Quatremere, 53 ; Cart. I, 491.
  • 228 Van Berchem, Voyage, I, 81 ; Dussaud, 163. On a voulu y voir le Valtorentum de Röhr. Reg., n° 331, (...)

112Sur la rive orientale, de petites collines s’interposent entre l’Oronte et la chaîne du Djabal-Wasît, prolongement du Djabal Dovili, qui le sépare du Roûdj. Là se trouvait, près du village moderne de même nom, le « formidable château » d’Arzghân (lat. Arcican), souvent associé à Chastel-Ruge ou Tell-Kachfahân225 ; il n’en reste aujourd’hui aucune trace. On traversait ensuite l’oued appelé encore Wadî abou Qal’a, et l’on arrivait à Bezmechân (lat. Besmesyn, carte d’E. M. Mechmecham)226, puis à Chaqîf Balmîs (lat. Cavea Belmys)227. Le chemin de Darkoûch montait alors sur la montagne, et atteignait un seuil où passaient aussi le chemin de Darkoûch au Djazr, et où, près de l’actuelle Tenariye, sont les ruines d’un château appelé aujourd’hui Toûrin228.

  • 229 I. Ch., 54 r°. On écrit souvent Dair-Koûch, mais à tort.

113Quant à Darkoûch, d’où des chemins conduisent vers Djisr ach-Choûghoûr, le Djazr, Armenaz ou Harim, le Djisr al-Ḥadîd et Antioche, c’est un bourg pittoresquement construit près de la sortie de la gorge de l’Oronte ; sa forteresse, en partie creusée dans le roc, avait été construite, peut être en totalité par les Francs, dès la première moitié du xiie siècle ; il n’en subsiste rien aujourd’hui229.

  • 230 Ansbert, 80. Cf. Cont., D 72.
  • 231 Cart. I, 266 ; Strehlke, 10.
  • 232 I. Ch., 54 r°.
  • 233 Dans un projet de croisade du xive siècle, on trouve comme forme latine Dargoûs ; mais l’ancien nom (...)
  • 234 I. Ch., 54 r°.

114Il est inquiétant de constater que nous ne connaissons les noms francs ni de Darkoûch ni de Choûghr-Bakâs, sans parler de Kafar-Doubbîn. Cette ignorance s’étend à des places du Djabal Ansaryé telles que Balâṭonos, Borzeï, que nous en rapprochons ici parce que l’étude de la campagne de Saladin en 1188, au cours de laquelle les unes et les autres furent prises, est le seul moyen que nous ayons de proposer quelques identifications. Le seul texte franc où soient cités les noms de plusieurs conquêtes de Saladin est la lettre d’Ermenger, qui énumère, après Çahyoûn, « Gardam, Caveam, Rochefort, Castra munitissima » ; après les avoir pris, Saladin gagne la plaine d’Antioche230. Cavea figure dans une charte entre « Rochefort cum abbatia » et les casaux de Levonia, Baqfela, Gaï-gon (Qaïqoûn) que nous avons vu être proches de Bakas-Choûghr231. Nous savons que Saladin, après Çahyoûn, envoya prendre Djamâhiriyoûn et Qal’at al-Aïdô dans le Djabal Ansaryé, puis assiégea Bakas-Choûghr, de là alla occuper Borzeï après être passé par Sarmenya enlevée entre temps par son fils, puis, par Kafar-Doubbîn qu’un de ses lieutenants avait réduite, gagna Darkoûch qui ne résista pas, et la plaine d’Antioche. On verra que Rochefort peut être Borzeï ; Cavea ne peut être qu’un chaqîf, c’est-à-dire Kafar Doubbîn ou Darkoûch232, toujours connue comme telle233 ; peut-être le nom de Levonia dissimule-t-il une colonie d’Arméniens, qu’on sait par ailleurs avoir peuplé Kafar Doubbîn234. Reste la Garde, qui peut être une des places conquises par les musulmans après Çahyoûn, ou plutôt Bakâs-Choughr, où Saladin vint en personne.

  • 235 On cite de ce côté Bessclemon (auj. Bechlimoun), Luzin (inconnu), Farmit (= Kafarmît dans le Roûdj  (...)
  • 236 Le Str., 490 ; Kamâl, 615.
  • 237 C’est près de là, dans la plaine, qu’il faut placer le Fons Muratus, de G. T., XVII, 9, Ard al-Ḥatî (...)
  • 238 On a pensé à ‘Allâroûz, au sud d’Inab (Ousama, Derenbourg-Vie, 122 ; Kamâl, 622, où l’éditeur a tra (...)

115De Tell-Kachfahân, on accédait au Djabal Soummâq en traversant le Roûdj méridional, au-delà des dernières pentes du Djabal Wasît235. La route d’Apamée atteignait le Ghâb à Qastoûn, place byzantine citée encore en 1119, mais ruinée peu après, et dont il ne reste qu’un tell236. La route de Ma’arra entrait dans le Djabal Soummâq à Inab (latin Nepa)237. Rusa, distincte de Rugia, devait se trouver aussi dans le Roûdj Méridional238

G) Le Djabal Soummâq et le Ghâb

  • 239 Du nom du soummâq qui y croît en abondance.
  • 240 Cf. paragr. précédent, n. 53.
  • 241 I. Ch., 62 r° (Ibn ach-Chihna précise, dans le Dj. Zawiyé) ; I. F.
  • 242 Idrisî et Ibn Djoubaïr dans Le Str., 495-497.
  • 243 Albert d’Aix, 451, y nomme une église de Saint-André ; il y avait un machhad de Joseph, restauré pa (...)
  • 244 Kamâl, A. S., 174.
  • 245 Albert, 683 ; le même, 701, cite Tommosa, Turgulant, et Montfargia, qu’il semble, d’après les faits (...)
  • 246 Le Str., 471

116Au sud-est du Roûdj, le Djabal Soummâq239, sans avoir conservé toute la prospérité qu’attestent les champs de ruines dont il est couvert (c’est l’actuel Djabal Zawiyé), restait à l’époque des croisades bien plus vert qu’il n’est aujourd’hui. En venant du bord occidental du massif par Inab, on arrivait aux deux petites places de ‘Allaroûz240 et Arnîba (auj. Ernebe)241, puis à la vieille métropole byzantine d’al-Bâra, terriblement éprouvée par les ravages turcomans du xie siècle, et dont l’évêque grec s’était réfugié à Chaïzar ; l’évêque franc, lui, s’établit à Apamée ; al-Bâra acheva au xiie siècle de dépérir, et ne fut plus bientôt qu’un maigre village au milieu du vaste champ de ruines que l’on voit encore sous le nom d’al-Kafr. La fortune d’al-Barâ échut, alors à la musulmane Ma’arrat an-No’mân (lat. Marra), plus à l’est242. Elle avait une enceinte, dont des parties subsistent243, et au dehors, un peu à l’écart, une citadelle restaurée par Zangî244, et aujourd’hui encore en assez bon état de conservation. L’ensemble du pays consiste en croupes calcaires creusées de petits bassins verdoyants. À l’est de Ma’arra, la domination franque s’appuyait sur la vieille petite place forte chrétienne de Tell-Menis (lat. Talaminia)245 ; au sud, sur celle de Kajar-Roûm, qui était ruinée au xiiie siècle246.

117Le sud du Djabal Soummâq, jusqu’à l’Oronte, est très différent. On traverse là de vastes et molles ondulations de terre nue descendant peu à peu vers le sud et vers l’est. Deux routes parcouraient ces plateaux, celle de Ḥâma à Ma’arra et celle de Ḥamâ à Tell-Kachfahân et Antioche.

  • 247 Dussaud, p. 178.
  • 248 L’identification de Rey acceptée par Dussaud, 186, avec Asfoûn, près d’Edlib, est impossible pour c (...)

118Selon les moments, la principale localité surveillant la première route a été l’une ou l’autre de deux petites places voisines, Asfoûna et Kafartâb (lat. Capharda). Cette dernière est à quelques kilomètres au nord-ouest de la moderne Khân Chaïkhoûn247 ; Asfoûna, que maint récit d’opérations militaires du xie siècle attestent avoir été proche de Kafartâb248, doit conserver le nom antique d’Achkhânî, qui occupait le site de Khân Chaïkhoûn même, encore remarquable par son énorme tell ; elle était ruinée au xiiie siècle. Les Francs l’avaient remplacée par Kafartâb, où ils avaient ajouté à une enceinte et à un fossé préexistants une forteresse faite d’une mosquée transformée ; l’approvisionnement en eau y était cependant très déficient.

  • 249 Le Str., 473 ; Ousâma, 74, 113, 148 ; Kamâl, 609 ; Gautier, 70. Ousâma, 58 (la citadelle est l’anci (...)
  • 250 Ousâma nomme dans le Djabal Soummâq méridional Chahsabou, Naqîra, Kafarnaboudha, Zofea, Latmîn (cf. (...)

119Quant à la route de Ḥamâ et Chaïzar à Tell-Kachfahân, elle passait par ce qui restait de l’antique métropole gréco-romaine d’Apamée (ar. Afâmiya, lat. Femia, auj. Qal’at al-Mouḍîq). Située exactement au contact du plateau et du Ghâb, elle était réduite à la citadelle, toute l’ancienne ville n’étant plus que ruine, mais conservait encore comme telle l’importance d’un chef-lieu local. La citadelle, merveilleusement située sur un rocher amélioré de main d’homme, est de construction arabe ancienne, mais restaurée par les Ayyoubides, et peut encore aujourd’hui être admirée presqu’intacte249. Entre Apamée et Ḥamâh250, on traversait l’Oronte par un pont devant Chaïzar (Cesara) qui n’appartint jamais aux Francs, bien qu’ils eussent plus à l’est occupé Çaurân. De là l’on filait sur Rafânya et Tripoli ou sur Ḥamâh, Homç, Ba’Ibek, et Damas.

  • 251 On y rencontrait toutefois des lions (Ousâma, 58).
  • 252 Cart. I, 266. Est citée, comme Abou Qobaïs, parmi les dépendances d’Apamée (Cart. I, 266) et le sei (...)

120La vallée de l’Oronte à l’ouest d’Apamée constitue le Ghâb, plaine aujourd’hui marécageuse, insalubre et presqu’inhabitée bordée par le Djabal Zawiyé et le Djabal Ansaryé, mais qui a été autrefois fertile, saine, peuplée, ce qui explique la prospérité d’Apamée. Cette situation n’avait pas au moyen-âge entièrement disparu ; l’ancien système mal connu de drainage subsistait, et, si la plaine était occupée partiellement par un petit lac au pied d’Apamée et un plus grand en aval, dont les eaux se rejoignaient en hiver, ces lacs poissonneux et profonds n’avaient rien de l’insalubrité des marécages, et la plaine restait assez facilement traversable pour qu’une circulation active paraisse avoir existé entre Apamée et Lattakié251. Sur la rive gauche de l’Oronte, le chemin passait par Bikisraïl dans le Djabal Bahrâ. Sur le versant du Ghâb, on ne connaît cependant aucune localité, à moins qu’il ne faille chercher de ce côté Logis252. La remontée de l’Oronte au Djabal Ansarye est partout très raide et haute, et ce chemin ne faisait pas exception.

  • 253 Dussaud, 152.
  • 254 Imâd dans. A. Ch., 131 (II 372), dit que la force de Borzeï était devenue matière à dicton chez les (...)

121C’est seulement vers le nord du Ghâb, dominant au loin les abords du Roûdj, que l’on trouve sur la pente du Djabal Ansaryé deux forteresses médiévales, Sarmaniya (lat. Sarménie), qui, rasée par Saladin, n’a laissé de trace que son nom253, et Borzeï, forteresse importante dès l’époque romaine, puis pendant la reconquête byzantine, et encore sous le régime franc, où peut-être l’appela-t-on Rochefort254. Gardant le chemin raide qui unit le plus directement Çahyoûn au Roûdj, par le col du Nebi-Younis, qui la domine de 800 m., Borzeï est encore à trois cents mètres au-dessus de la plaine, à l’écart des grandes routes. Elle occupe une vaste plate-forme rectangulaire au sommet d’un rocher entouré de ravins abrupts de tous côtés sauf au sud-ouest ; aussi de ce côté l’enceinte est-elle simple ; pour le reste c’est une muraille simple terminée à l’est par une tour dominant directement le Ghâb. Au nord-ouest est le château principal, sur la partie la plus élevée de la plate-forme. La construction est incontestablement antérieure aux Francs, mais peut avoir été complétée par eux, par exemple par une tour à bossage de la partie supérieure de la double enceinte méridionale. L’ensemble n’a rien de monumental ; la force de la place tenait plutôt à ce qu’elle était presqu’inaccessible aux machines de guerre.

H) D’Antioche à Lattakié et au Djabal Bahrâ

  • 255 Raoul, p. 706 ; Le Strange, 490 (Idrisi) ; Imâd, dans A. Ch., H 365 ; la ville actuelle a conservé (...)
  • 256 Le port médiéval s’enfonçait plus dans la ville que le bassin moderne.
  • 257 Lib. Jur., 30 ; Müller, 3, 6, 15 ; Röhr. Reg., 331 ; Ughelli, VII, 203 ; Cart. I, 224. C’est à tort (...)
  • 258 Mich., an 1481.

122Si Antioche était incontestablement au xiie siècle le centre d’attraction principal de tout le bassin inférieur de l’Oronte, il n’en était pas de même de la zone côtière montagneuse correspondant au récent état des Alaouites. La vraie capitale en était alors, comme aujourd’hui, Lattakié (grec : Laodikeia, ar. Lâdhîqiya, fr. La Liche). C’était un port bien meilleur que Souwaïdiya ; elle était en relations assez faciles avec Antioche, Alep et le Ghâb par une série de vallées en éventail, enfin elle se trouvait au milieu d’une plaine littorale ici relativement large et fertile. Au xiiie siècle, le rattachement politique à Alep devait naturellement la favoriser au détriment d’Antioche. Sans doute, elle n’était plus ce qu’elle avait été dans l’antiquité, dont plusieurs monuments étaient déjà en ruines ; elle n’en restait pas moins une ville active, aux maisons bien bâties, abondant en bazars et jardins255. Son port, le meilleur de la Syrie du nord, était fermé par une jetée que protégeait une tour, et son chenal d’accès était la nuit fermé par une chaîne256. Près de là se trouvait la grande rue des Pisans, comprenant « les voûtes du Prodrome » et remontant jusqu’à l’église Saint-Nicolas ; non loin de son aboutissement près du port étaient la maison du Temple et l’Église Saint-Élie ; non loin encore, la rue des Gênois, l’entrepôt des Amalfitains, et, à côté, encore sur le port, l’Église Saint-Pierre257. On signale aussi une église jacobite258.

  • 259 Le Str., 492 ; I. Α., XII, 5 (H 721) ; Kamâl ROL, V, 214, 215.

123La ville n’était entourée que d’une enceinte simple, qui lui eût constitué une faible défense, n’eût été d’une part la tour du port, d’autre part une citadelle au-dessus de la ville, composée de deux petits châteaux d’accès déjà difficile au début du xiie siècle, et fortifiés encore après l’occupation par Saladin, tandis qu’on démantelait au contraire la ville pour enlever tout appui à un éventuel coup de main franc259.

  • 260 La raison de cette appellation m’échappe.

124La région située entre le bas-Oronte et le Nahr al-Kabîr, au nord de Lattakié, est dominés au nord par le Djabal ‘Aqra (dans l’antiquité, Cassius ; byz. Kaukas ; fr. Mont-Parlier ou Palmier)260. Du bord sud-est de cette chaîne divergent presque toutes les rivières, soit vers le moyen-Oronte par la rivière de Qoçaïr et le Nahr al-Abyadh, soit vers le Nahr al-Kabîr par le Nahr Zegharo, le Nahr al-Qourchiya, etc.. Le nord et l’est du massif, en raison de l’altitude ou des torrents, sont assez nus ; par contre, toute la partie centrale et méridionale, aux larges et longues vallées de pentes plus douces, bien arrosées, est un pays de pénétration facile (par le sud), aujourd’hui encore couvert de forêts sur les hauteurs, et abritant dans les bassins de riches cultures ; de ces bassins le plus vaste et profond est formé, au pied même du Djabal ‘Aqra, par la concentration des eaux du Nahr Qourchiya.

  • 261 Les hypothèses proposées reposent sur l’assimilation de Laitor avec La Tor (Bourdj, Toros) ; mais l (...)
  • 262 Il faudrait voir s’il y a des traces anciennes au nord-est du Dj. ‘Aqra au lieu dit Qal’a Boghazi ( (...)

125Les trajets pratiqués pour aller de Lattakié à Antioche au moyen-âge sont très incertains. On ne suivait naturellement pas la côte, trop découpée et abrupte. Mais suivait-on une direction en gros rectiligne, proche de la route actuelle ? Ou remontait-on le Nahr al-Kabîr jusqu’au Nahr Zegharo ou même jusqu’au Nahr Qourchiya, dont on aurait suivi ensuite les vallées ? On peut seulement affirmer que la route, quelle qu’elle fût, passait par le bassin de concentration du Nahr Qourchiya, où se trouvait, sur les flancs du Djabal ‘Aqra, Kessab (lat. Cassambella), ainsi que içn al-Harîda, au fond du bassin, si elle est bien l’actuelle Er-dou. Entre Lattakié et Kessab, on passait par la latine Laitor, qui résiste à l’identification ; on verra seulement l’importance de Qourchiya, au confluent du cours d’eau de ce nom et du Nahr al-Kabîr261. Entre Kessab et Antioche, plutôt que de filer droit sur Antioche par les plateaux inhospitaliers du Ziyaret Dagh, que traverse la route moderne, on devait descendre sur l’Oronte en face de Souwaïdiya, ou mieux, à mi-chemin entre cette ville et Antioche262.

  • 263 Rey, Périples, 334 ; Cart. I, 266 ; Wilbrand, 173.
  • 264 On peut aussi y voir Fassia de Cart. I, 490, mais non Pheresia, d’Anne Comnène, qui est Athârib.
  • 265 Près de la était Maloûniya (Ibn ‘Abdarrahîm, cité par Van Berchem, Voyage, I, 250).
  • 266 Périples, 333.

126La côte entre Lattakié et l’embouchure de l’Oronte est constituée par une série de baies et de pointes, dont chacune abritait au moyen-âge un petit port de cabotage. Dans l’anse au nord du Râs Ibn Hânî était Gloriette (auj. Ibn Hânî)263 ; dans la suivante, Fexere des portulans est évidemment l’actuel Mînat (port) al-Fasrî264 ; dans la troisième, on trouvait comme aujourd’hui Mînat al-Basît265 ; enfin dans le creu entra le Djabal ‘Aqra et le Karadouran Dagh, devait être le Portus Vallis des portulans266.

  • 267 Il faut peut-être placer entre Lattakié et le Djabal ‘Aqra le Territoire de Borchot, sur lequel le (...)
  • 268 Alex., IV, 1087 ; Van Berchem, Voyage, I, 241-251.

127À l’est des routes d’Antioche au Nahr al-Kabîr267 est celle d’Antioche à Tell Kachfahân. Un peu à l’écart à l’ouest était al-Qoçaïr (litt. le « petit château », lat. Cursat ; auj. Qal’at az-Zau), dont l’importance était moins de surveiller une route que d’être dans un coin isolé, à l’abri des marches des armées. Le long rocher sur lequel elle s’élève, partout abrupt sauf un étroit seuil coupé par un fossé, forme une bonne défense naturelle, mais la forteresse elle-même, malgré un nombre considérable de pièces, est de construction assez simple. Ce fut seulement au milieu du xiiie siècle qu’elle fut renforcée, grâce à une initiative de la papauté ; on construisit alors les deux grosses tours de bel appareil que l’on voit encore au sud-ouest en dépit de graves éboulements. Mais la réfection s’arrêta là, le reste de la forteresse ne fut pas transformé en connexion avec ces nouveaux ouvrages, qui, réduits à eux seuls, pouvaient peu servir268.

  • 269 Van Berchem, Voyage ; Kamâl ad-dîn (Aya Sotya) donne une liste des districts dépendant d’Antioche à (...)
  • 270 La terminaison en iriyoûn (cas oblique : iriyîn) est fréquente dans la région du Nahr al-Kabîr ; la (...)

128La vallée du Nahr al-Kabîr, bordée de hauteurs modérées beaucoup plus accueillantes que les chaînes du nord et du sud, plus abruptes et plus ravinées, constitue une zone de passage vers Tell-Kachfahân et la Syrie intérieure de premier ordre. Le principal relais sur la route qui l’empruntait devait être al-Qourchiya (auj. Khân Bektach), où se voit encore une tour médiévale, Tell al-Ghâb269. Nous savons d’autre part que de Çahyoûn, Saladin envoya conquérir d’une part Balâṭonos, d’autre part Qal’at al-Aïd et Qal’a Djamahariyîn. Qal’at al-’Aïd est la forteresse actuelle du même nom dont les ruines se trouvent sur le Djabal Chillif au-dessus d’une vallée unissant au Nahr al-Kabîr le col plus méridional du Nebi-Yoûnis. Qal’a Djamahiriyoûn succomba le lendemain ; il n’en a pas été trouvé de localisation convaincante270.

129Ce n’est pas dans la vallée même du Nahr al-Kabîr, mais dans celle d’un de ses affluents méridionaux, au contact des collines de la montagne, que se trouve la forteresse qui domine la région, Çahyoûn (lat. Saone). Les ruines en sont peut-être les plus impressionnantes de toute la Syrie médiévale ; et dans la principauté d’Antioche certainement Marqab seule pouvait rivaliser d’importance avec elle. Le site, un long éperon rocheux encadré de deux ravins profonds et abrupts, était occupé dès l’époque phénicienne et le resta lors de la conquête arabe. C’est néanmoins seulement de la reconquête byzantine que date la forteresse que nous admirons aujourd’hui. Il n’y a guère de doute qu’elle occupait déjà la totalité de la surface couverte par les ruines actuelles, sauf peut-être à l’est, du côté où le rocher se raccorde au plateau, où l’enceinte extrême, naturellement plus forte, restait en-deçà de l’enceinte actuelle ; mais elle enserrait comme aujourd’hui toute la basse-cour occidentale. Le château principal occupait dans la partie orientale l’endroit le plus élevé, et était lui-même entouré d’enceintes intermédiaires étagées, et séparé de la basse-cour par une coupure artificielle du rocher substituée à la pente naturelle trop douce. L’ensemble était en petit appareil très finement joint, et comportait des tours rondes et polygonales.

  • 271 Rey, Arch., 105 ; Van Berchem, Voyage, I, 267 ; P. Deschamps, Le Château de Saône, dans Gazette des (...)

130Si les Francs, tout en apportant un peu partout des réfections, des modifications, des additions, n’altérèrent que peu l’aspect d’ensemble de la forteresse byzantine elle-même, par contre ils en transformèrent du tout au tout la conception par les travaux extraordinaires qu’ils lui ajoutèrent à l’est. Il n’est pas sûr que l’énorme fossé creusé dans le roc sur 15 mètres de large, 18 mètres de profondeur, et 70 mètres de long, avec aiguille ménagée au milieu pour supporter un pont-levis, soit, du moins à l’origine, leur œuvre. Mais au bord de ce fossé ils élevèrent, en un merveilleux appareil, de formidables ouvrages : aux tours rondes peu saillantes qui bordent le fossé succèdent trois tours carrées plus grosses du côté du sud-est, où était la porte principale (complétée dans la basse-cour par deux portes secondaires également fortifiées par les Francs). Le grand nombre de salles, dont plusieurs très grandes, en particulier dans le donjon sur le fossé, l’amplitude de la citerne, témoignent de l’importance de la place. Les quelques travaux effectués par les musulmans après la reconquête n’apportèrent aucune modification profonde ; il en résulte que le château de Çahyoûn constitue dans sa partie franque un des rares exemples de l’architecture franque du xiie siècle, non remaniée par les ordres militaires du xiiie271.

  • 272 Entre Balâtonos et Lattakié, la carte au 50.000e signale un Qal’a Bahalou ; près de Çahyoûn, on con (...)

131Au sud de Çahyoûn, au contact de la zone ouverte du Nahr al-Kabîr et du Djabal Bahrâ plus âpre, se trouvait, sur un sommet d’où l’on jouissait d’une vue très vaste, la forteresse de Balâonos (auj. Qal’at al-Mehelbé). Elle avait été construite par la tribu locale des Banou’l-Aḥmar et continuée par les Byzantins dans la première moitié du xie siècle ; les Francs en renforcèrent plusieurs parties sans en altérer la physionomie générale ; les Musulmans firent de même plus tard. D’environ deux cents mètres de long, la forteresse consistait en une seule enceinte épousant la forme elliptique du rocher, avec de multiples saillants ronds, carrés et polygonaux, et un gros réduit au nord, et en un nombre considérable de pièces construites ou creusées dans le terre-plein272.

  • 273 Le nom englobe les régions de Çafîtha au-dessus de Tortose (A. Ch., II 353), Maçyâth (Zetterstéen, (...)

132Au sud de Balâṭonos commence ce que le moyen-âge arabe appelait le Djabal Bahrâ273, qui s’étendait jusqu’au-dessus de Tortose. Ici la montagne est étroite et monte brusquement au-dessus de la plaine côtière ; le terrain ne résiste pas aux orages et aux torrents ; tout le pays est déchiré par des vallées abruptes et profondes, ravagé encore dans le détail par des ravins de terre nue et croulante rendant la circulation extrêmement pénible. Aussi chaque vallée, chaque montagne forme-t-elle un système clos, chacun muni de sa forteresse. C’est le centre des Nosaïris au nord, des Assassins au sud. Ni les croisés ni les autres conquérants n’y ont jamais eu de pouvoir bien ferme. La côte est, jusqu’à Boulounyas, plus ouverte, gardant une large bande de plaine, mais reflète par la pluralité de ses petits ports le morcellement des petits pays qu’ils desservent.

  • 274 Rey, Arch., 215, Col. 355 ; ‘Imâd ad-dîn dans A. Ch. II, 127, H 357 ; Cart. 224 ; Kohler ROL, VII, (...)

133Il est possible, à en juger par de petites ruines, que des établissements aient existé au moyen-âge près des bouches du Nahr Snobar et du Nahr Roûs ; néanmoins on ne connaît rien de sûr avant d’atteindre Djabala (auj. Djéblé, lat. Gabula, fr. Gibel ou Zibel ; ne pas confondre avec Giblet, qui est Djoubaïl, entre Tripoli et Beyrout, l’antique Byblos). C’était une petite ville active, en relations non seulement avec le Djabal Bahrâ mais avec le Ghâb et Apamée ; au temps des croisades, on y trouve des établissements de l’Hôpital, de Notre-Dame de Josaphat, des Génois, et un évêché ; on connaît une église jacobite et une église Saint-Georges extérieure aux remparts. À ceux-ci s’ajoute une citadelle constituée par l’ancien théâtre romain fortifié et munie de tours. On voyait encore au milieu du xixe siècle le petit port médiéval274.

  • 275 Dussaud, 135 ; on trouve aussi Boldo, Belna, Beauda (d’où Bearida d’un copiste) ; à côté, casai Sai (...)
  • 276 Röhr., 347 ; Cart., 201.

134En continuant vers le sud, on atteignait l’embouchure du Nahr as-Sinn, cours d’eau aussi gros que court, franchi par un pont ; là se trouvait l’antique Paltos, devenue au moyen-âge Balda, entourées de fossés inondés unissant le fleuve à la mer275. Au sud encore, Houreïsoun, sur le cours d’eau du même nom, est certainement l’Ericium des Latins, voisin de la mer et de Manîqa276.

135On arrivait alors à Boulounyâs (lat. Valénie, auj. Bânyâs, à ne pas confondre avec la ville homonyme au sud de Damas), petite ville blanche et fraîche au xiie siècle, mais que l’incendie effectué par Saladin, puis l’insécurité résultant de l’autonomie des montagnards, ruinèrent au xiiie siècle, où la population se réfugia dans Marqab.

  • 277 Rey, Arch., 19-38 ; Van Berchem, Voyage, 292 sq.

136Marqab (lat. Margat), la plus importante forteresse de la principauté d’Antioche avec Çahyoûn, avait été construite d’abord par un clan de montagnards (milieu du xie siècle) ; elle fut continuée par les Mazoir au xiie siècle, et considérablement développée après 1186 par les Hospitaliers qui en firent leur chef-lieu. Elle est située sur une plate-forme triangulaire aux pentes de tous côtés assez raides, dominant directement la mer de trois cents mètres ; la côte à ses pieds était barré par une muraille descendant du château et percée seulement d’une étroite porte, si bien que Marqab en commandait absolument le passage. La forteresse comprenait une double enceinte flanquée de tours rondes donnant sur un fossé ; le château proprement dit se trouvait à la pointe sud, au-dessus d’un étroit seuil barré par un réservoir ; c’était un ouvrage énorme, comprenant une chapelle romane, une grande salle ogivale, un donjon de près de trente mètres de diamètre, une autre haute tour, un grand nombre de pièces d’habitation, de magasins, etc. La construction qui la termine au sud est sous sa forme actuelle l’œuvre de Qalâoûn, postérieure aux Hospitaliers. Dans le reste de l’enceinte était établie la bourgade277.

  • 278 Nouwaïrî, Bibl. Nat., 1578, 64 r°.
  • 279 Acte de Saint-Jacques ; Cart. II, 122, 127, 175, 71.
  • 280 Kamâl, 599 ; I. F., I, 47 r° ; Albert, 685.
  • 281 Il nomme encore près Bikisrâil Neni, Nenenta, Hala ( ?), plus loin Guerrae, Baldania, Gipsum. Cart. (...)

137Correspondant à la ligne côtière Djabala-Marqab se trouve à mi-hauteur des diverses vallées une ligne de forteresses intérieures, dont la première place, au sud de Balâṭonos, est Bikisrâil, dans le Djabal Bahrâ septentrional, appelé au moyen-âge Djabal ar-Rawâifî278. Bikisraïl, construit ou fortifié par les Byzantins vers 1030 en réplique à l’édification de Manîqa par les indigènes, s’élevait au milieu d’une vallée sur une croupe ovale peu élevée ; elle surveillait le chemin difficile mais court unissant Djabal à L’Oronte. Elle consistait en un château supérieur entouré par une enceinte inférieure, l’un et l’autre aujourd’hui assez délabrés. Il n’y a pas à douter que Bikisrâil soit le château appelé par les Francs Vetula, La Vieille. Plusieurs actes de Raymond Roupen établissent une relation certaine entre La Vieille et Djabala-Gibel ; on pourrait sans doute penser aussi bien à Balâṭonos, mais un autre acte cite autour de la Vieille quatre villages, dont deux, aux noms caractérisés de Bessil et Carnehalia, se retrouvent aujourd’hui près de Bikisraïl dans Besseïn et Garnéhali279 ; surtout, les récits de la prise de la Vieille par Tancrède, en 1111, dans Albert d’Aix, et de Bikisrâil, dans Kamâl ad-dîn et Ibn al-Fourât, se correspondent exactement, tandis que Balâṭonos fut occupée, dans des circonstances inconnues, vers 1118280. Dans la même région l’acte précité nomme un autre petit château, Saint-Gerennes ( ?)281.

  • 282 Ecrit Malavans dans Cart. I, 491 ; corriger en conséquence Dussaud. 150.

138Continuant vers le sud, on rencontre des ruines appelées aujourd’hui Qal’a Bastouar, puis Manîqa (ou Manaïqa, lat. Malaïcas)282, située entre deux ravins encaissés dominant le Nahr Houreïsoun. La forteresse avait été construite par les indigènes, puis reprise par les Byzantins. En dehors d’une enceinte épousant le contour du rocher, elle est isolée de la montagne par un fossé au bord duquel se trouvent les ouvrages les plus considérables : donjon, tour de guêt, écuries, etc... témoignant de l’importance de la place. Il n’est pas impossible qu’il y ait eu des travaux francs.

  • 283 Anne, H 87 ; Cedrenos II, 496 ; Nouwaïrî, 64 r° ; ‘Azîmî en 424 dit que les Byzantins prirent Ḥiçn (...)

139Vient ensuite, sur la crête qui sépare les bassins du Nahr Houreïsoun et du Nahr Djobar, la ruine appelée de nos jours Qal’at al-Djaflî. Au-dessus du Nahr Djobar, très élevée encore, est ‘Ollaïqa (lat. Laicas). Celle-ci, construite sur une table calcaire aux flancs verticaux posés sur un sommet conique, comprend, derrière une première enceinte munie de tours, une seconde enceinte formant le château proprement dit ; l’ensemble, comme Manîqa, n’est pas dépourvu d’importance. ‘Ollaïqa est probablement l’Argyrocastron des Byzantins, qu’on a voulu voir à Çafîtha (Chastel-Blanc) à cause de la similitude de sens des noms, mais que Honigmann a montré être bien plus au nord. On la trouve nommée d’une part comme peu éloignée de Manîqa, d’autre part associée à Marqab, Djabala, et Lattakié ; Anne Comnène pourrait faire penser à une place tout à fait côtière, mais Cedrenos suggère nettement une place de montagne ; il ne peut s’agir ni de Manîqa, connu en grec sous ce nom, ni de Bikisrâil, car Cedrenos décrit la place comme située sur un rocher élevé et abrupt. La construction de ‘Ollâïqa avait été commencée, comme celle de Manîqa, par des indigènes, mais elle fut reprise par les Byzantins, évidemment sous Romain Argyre, d’où le nom d’Argyrocastron, qui ne traduit nullement Chastel-Blanc283.

140Plus au sud, la disposition des forteresses devient beaucoup moins régulière parce que le tracé des vallées est beaucoup plus tortueux et que la montagne s’élargit à la fois sur la côte, d’où toute plaine disparaît, et à l’est, qui ne longe plus l’Oronte. C’est au milieu de cette région que passait la frontière entre la principauté d’Antioche et le comté de Tripoli ; frontière toute théorique d’ailleurs, puisque les Francs n’occupèrent jamais l’arrière-pays ; ils se bornèrent à en garder solidement les accès, les Templiers, par Çafîtha et Tortose au sud-ouest, les Hospitaliers par le Krak des Chevaliers au sud-est et Marqab au nord-ouest ; les Francs encerclèrent même un moment le massif par l’est, lorsqu’ils occupèrent Rafânya et Ba’rîn (lat. Montferrand), d’où ils surveillaient les communications du Djabal Bahrâ avec Ḥamâh.

  • 284 Nous adoptons cette orthographe, qui rend le mieux compte des formes Maçyad et Maçyaf ; cf. Van Ber (...)
  • 285 En suivant la ligne Qadmoûs-al-Kahf, on atteindrait Tortose en passant par Khawâbî (lat. Coïble) ; (...)

141Une route traverse le massif de Marqab à Maçyâth284, forteresse arabe améliorée par les Assassins, importante et impressionnante du dehors, mais de construction composite et médiocre. À mi-chemin se trouvait Qadmoûs (lat. Cademois), juchée à quelque mille mètres d’altitude sur une table calcaire entourée de profondes vallées divergeant en tous sens, et d’où l’on a une vue immense ; il n’en subsiste rien aujourd’hui. C’est le cas aussi au sud-ouest, en territoire tripolitain, de la place-forte d’al-Kahf, dont le nom — litt. la grotte — provient du tunnel qui en était le seul moyen d’accès, tant tous les bords étaient taillés à pic285.

  • 286 Dussaud, 142 ; ne pas confondre Qolaï’ât (lat. Coliat) près ‘Arqa.

142C’est sans doute au nord de Qadmoûs qu’il convient de chercher al-Qolaï’a et Hadîd, que les Francs occupèrent juste au lendemain de la prise de Marqab et de l’installation de son seigneur par eux à Manîqa, en un temps où ils ne possédaient pas Qadmoûs. Pour la seconde, on a proposé Hadadi, entre Bikisrâil et Maçyath, mais il ne s’y trouve aucune ruine. Pour al-Qolaï’a, Dussaud, après Van Berchem, écarte avec raison la ruine du même nom située entre Maçyâth et Tortose, près du site antique de Ḥiçn Soulaïmân ; on lui a indiqué une ruine de ce nom au nord de Maçyâth, mais il ne l’a pas vue, et la carte est muette. Or al-’Omari nous dit qu’al-Qolai’a était le plus septentrional des châteaux ismaïliens, ce qui ne peut convenir au site défini par Dussaud, mais doit nous reporter du côté de Manîqa286. Nous avons signalé précédemment que des ruines anciennes de forteresses existaient à Qal’a Bastouar et à Qal’at al-Djaflî ; les identifier à Qolaï’a et Ḥadîd nous donnerait le nom ancien de ces deux ruines, le site de ces deux noms anciens ; on manque toutefois d’indice positif précis.

  • 287 Mouslim ibn Qoraïch y porte ses trésors en 1085 (Kamâl, Bibl. Nat., 1666, 107 r°).

143Le point où, en amont du Ghâb, l’Oronte, qui plus au sud était éloigné du Djabal Bahrâ, vient buter contre son rebord oriental abrupt, était surveillé par des forteresses faisant le pendant de celles de Borzeï et Sarmanya en aval du Ghâb. La principale était Abou Qobaïs (lat. Bokebeis), déjà refuge solide avant l’arrivée des croisés287. Dans la même région nous paraît devoir se trouver Khariba.

  • 288 Zetterstéen, 240.
  • 289 Ousâma, cité par Dussaud, 146, qui propose Kharayb, juste à côté d’Abou-Qobaïs, sans aucune raison (...)
  • 290 Zetterstéen, ibid. ; Kamâl, 678 ; I. F., 93 v° ; Dussaud, 147.
  • 291 Cart. I, 328.
  • 292 Dussaud propose de placer à Loqbé, au nord de Maçyâth, le Lacoba de Cart. I, 266 ; mais l’acte le p (...)

144Celle-ci pose un difficile problème Un chroniqueur tardif mais en général bien informé dit qu’elle s’appelait aussi içn ach-Charqî288, d’où Dussaud a conclu qu’elle était identique à la franque Eixserc. Néanmoins il paraît impossible de concilier les textes qui parlent de Ḥiçn ach-Charqî et de Khariba. Khariba occupait une position d’où l’on pouvait surveiller la route de Chaïzar à Apamée289 ; elle fut acquise par les Francs en 1105, puis par les Ismaïliens en 1137, malgré une tentative adverse conduite de Ḥamâh et Chaïzar. Or le même auteur auquel nous devons ce dernier renseignement, Ibn al-Fourât, nous a signalé une ligne plus haut l’acquisition de Ḥiçn ach-Charqî par le régent de Damas, en même temps que de Lakma, et en connexion avec un raid sur Çafîthâ, ce qui nous porte bien plus au sud ; d’autres textes associent Ḥiçn ach-Charqî à Rafânya et Lakma290 ; enfin Eixserc, dont on peut accepter l’identification avec Ḥiçn ach-Charqî, était un fief de Maraqiya, dans le comté de Tripoli (alors qu’Abou Qobaïs relevait de Marqab), et appartenait encore aux Francs en 1163291. On pourrait à la rigueur concilier ces divers textes sur un site voisin de Rafânya, mais il paraît préférable de croire à deux forteresses, l’une voisine d’Abou Qobaïs, Khariba, l’autre au sud de Maçyâth, Ḥiçn ach-Charqî. Il se pourrait aussi qu’il y ait eu deux Ḥiçn ach-Charqî, et à ce propos nous remarquons que le principal village de l’une des deux vallées débouchant à Djabala (l’autre étant celle de Bikisrâil) s’appelle ‘Aϊn ach-Charqî ; le col supérieur de cette vallée se trouvait en face d’Apamée, et si l’on relevait dans les environs quelque trace de forteresse, ce pourrait être Kharîba, ainsi qu’une seconde Ḥiçn ach-Charqî292.

  • 293 Les archives de l’Hôpital, propriétaire de Marqab, nous font connaître, sous leur forme francisée, (...)

145Au sud293, le Djabal Bahrâ s’abaisse sur la large trouée qui fait communiquer Ḥomç à Tripoli. C’est cette trouée que surveillaient au nord le Krak des Chevaliers (Ḥiçn al-Akrâd) et Çajîthâ (Chastel-Blanc), et au sud ‘Akkar et ‘Arqa. De Tripoli à Antioche, cette trouée permettait de passer indifféremment par la côte ou par l’Oronte ; au sud au contraire, il ne subsistait de route que le long du littoral, par Djoubaïl, Beyroût, Çaidâ, Tyr et Acre, vers la Galilée, la Palestine et l’Égypte.

Notes

1 Pour la Turquie la meilleure carte est celle de l’État-Major turc au 200.000e, dont on ne trouve généralement qu’une réduction au 1.000.000e ; il faut la compléter par les cartes, qui conservent des noms plus anciens et sont parfois plus détaillées, de Kiepert et des états-majors anglais et russe. Pour la Syrie, il faut consulter la carte d’État-Major au 200.000e dans sa seconde édition (et en corrigeant la toponymie défectueuse par les cartes de Dussaud, Top. hist.) ; une carte remarquable au 50.000e est en cours de confection (les feuilles d’Alep, Laltakié, Djabala, ont paru). Seront mis ci-dessous en italiques seulement les noms attestés au moyen-âge, que nous répéterons comme formes normales ensuite.

2 Les Francs, comme leurs prédécesseurs, ont quelquefois traduit les noms locaux (Mardj ad-dîbâdj = Pratum palliorum), mais plus souvent ils les ont transcrits, parfois avec des adaptations libres (Mopsuestia des Grecs, Maçîça des Arabes, est devenue Mamistra ; Laodicée, La Liche), ou remplacés par des noms nouveaux (Baghrâs par Gaston, Bikisrâil par La Vieille).

3 Nous n’entrerons pas dans de grands détails archéologiques, parce que ce serait empiéter, et sans l’excuse de la compétence, sur le domaine des travaux que prépare M. Paul Deschamps, comme suite à ceux qu’il nous a déjà donnés sur Çahyoûn et le Krak des Chevaliers ; un ouvrage relatif aux châteaux arméniens de Cilicie est d’autre part annoncé par Mr Gottwald, de Berlin.

4 Il n’a jamais été fait de relevé archéologique d’Édesse ; on trouvera des renseignements dans Wright, Thé chronicle oj Joshua the Stylite, 1882, appendice ; Sachau, Reise in Syrien und Mesopotamien, Berlin, 1890 ; Rey, Col. Fr., p. 308-314 ; Rubens Duval, Histoire d’Édesse, p. 12. Pour notre période, les deux sources principales sont Chron. Anon. Syr. 288 et la description latine faite en vue de la deuxième croisade éditée par Röhricht ZDPV, 1887, pp. 295-299.

5 Une autre source, voisine, est sans doute celle que Chron. An. appelle source d’Abgar.

6 Non loin au NO était une colline dite Daulcé (observatoire). Cette porte est appelée par la description latine Na’m et la tour voisine, par où la ville fut prise en 1144, Naïman. Il appelle deux des autres portes l’une Soys, l’autre, de la roche pendante ; la quatrième, dit-il, était fermée (celle de la Source le fut par Zengi) ; on ne voit de roche à aucune porte.

7 Chron. An. Syr. éd. Chabot, p 53-54.

8 D’après la notice du ms. ar. Bibl. Nat. 2281, 62 r° : « Périmètre de la citadelle intérieure, 460 brasses, 14 tours ; citadelle médiane, 400 brasses, 7 (9 ?) tours ; citadelle extérieure, 670 brasses, 16 tours ; tour du markaz d’Édesse, 185 brasses. » Un plan précis serait nécessaire à l’interprétation.

9 Chron. An. Syr. 290 ; d’après la description latine, la cathédrale latine se serait appelée Sainte-Marie-Thadée-Georges (on connaît une église antique de la Vierge) ; Rey a cru voir des restes d’un palais qu’il dit franc.

10 Ces noms ne se trouvent que dans l’Anonyme latin.

11 Celle-ci est nommée aussi par Matth. 105.

12 Rey a vu une église de ce nom (= Thoros) près des remparts à l’ouest.

13 Matth., § 14.

14 Selon Rey, l’actuelle Ibrahim Djami recouvre une ancienne église.

15 Nersès Schnorhali, vers 490 sq.

16 Anon. Latin, 297, 298.

17 Chron. An. Syr., 292.

18 I. Ch. REI, 111 ; au sud de la route de Bîra à Saroûdj se trouve, selon Dulaurier, Kandetil, de Matth., 96 ; près de Saroûdj, Kafarazoûn, selon Honigmann, 108.

19 Fouch. I, 14 ; Albert (IV, 7 et V, 1822) nomme Amacha comme appartenant avec Saroûdj à Balak, peut-être identique à une Ma’arra associée à Saroûdj par Mich., 184.

20 Mich., 401, y cite un Tell Arab, par altération ?

21 I. Α., 62 (H. 442) At., 118 ; I. Ch., loc. cit. ; Kamâl (alQorâdî).

22 A 5 parasanges d’Édesse (Bibl. Nat., 2281, 62 r°) ; les Banou ‘Otaïr étaient les chefs de la tribu arabe des Nomaïrites. Cf. aussi ‘Azîmî 512 (d’où I. Α., 383).

23 Β. N., 2281, 62 r° : « Tour des remparts, 7612 brasses (environ 4 km.), 187 tours citadelle, 526 brasses. »

24 Ibid. : « Tour de l’enceinte, 9.033 brasses (P), 132 tours. »

25 Trad. Schiaparelli, 239. Peut-être al-Baïda est-elle identique à Hiçn Baddaya entre Qal’a Nadjm et Saroûdj signalée par Ibn Djobaïr (Le Str., 500). Vers l’est de Ḥarrân, Matth., 96 signale Chenav.

26 Cf. supra p. 156.

27 I. Ch. dans REI, 113 ; cf. Dussaud, p. 484. I. W., Cambridge, L. I., 6, 162 signale aussi Tanînîr et Arsal (auj. Achral), ainsi que (P) Sakîr ; Ibn Djobaîr, venant de Donaïsar au sud de Mârdîn, gros carrefour de caravanes, passe à Tell al-Ouqab, puis à al-Djisr (le Pont) un jour après, et à Râs al’Aïn une demi-journée plus tard ; de là il y a deux jours de désert jusqu’à Ḥarrân sans autre localité que des ruines à Bourdj Houwa.

28 Pour les détails cf. Diyar Bakr-, 221-227 ; le « Petit Lac » s’appelle aussi « Lac de Samanîn » (I. Α., XII, 132), qui peut être à rapprocher de Samahi (Diyar Bakr, 226) ; Haminta est Djarmoûk (Ahrens-Krüger, Zacharie le Rhéteur, p. 259, 380, signalé à moi obligeamment par Honigmann).

29 Sur l’identification contestée mais non contestable, cf. Syria, 1923, p. 78 ; il ne reste rien aujourd’hui de la Douloûk antique ; dès le début du xiiie siècle, Yaqoût croit qu’elle était identique à ‘Aïntâb ; Ibn Chaddâd un peu plus tard n’y signale que des jardins autour de ruines (95 v°).

30 Au carrefour des routes de Douloûk vers Mar’ach et vers Marrî se trouvait Sâm, dont le nom se conserve dans un village actuel.

31 On verra qu’elle est encore objet d’hostilités vers 1150.

32 C’est du moins l’impression qui se dégage de la vue des ruines ; il ne semble pas qu’on puisse interpréter d’après elles la notice écrite au temps de Noûr ad-dîn (Bibl. Nat. 2281, 57 v°) que je traduis ci-après : « Périmètre du mur de la citadelle, 540 brasses au qasîmî, 6 tours ; périmètres de l’enclos (haouch), 66 ( ?) br. 1/2, trois tours ; bâchoûra sous le markaz, 307 brasses au qâsimî et 5 tours ; forteresse médiane, 343 br. au qâsimî ; petite bâchoûra, 234 brasses au qâsîmî ; grand enclos habité, 382 br. 1/2 au q. ; enclos de la porte de la citadelle, 105 br. au q. et 3 tours. » Les tours actuelles de l’enceinte au sommet du tell sont carrées, l’une hexagonale ; l’intérieur contient des constructions en partie souterraines. Les ruines actuelles doivent remonter surtout S un travail ayyoubide.

33 Cf. EI (Honigmann).

34 I. Ch. 58 v°.

35 Il reste seulement à la base méridionale du tell des éboulis de grosses pierres, au milieu desquelles on peut suivre l’ancien chemin d’accès ; a son arrivée au sommet du tell se voit un linteau de porte et un pan de mur en bel appareil à bossage.

36 Bibl. Nat., ibid. ; Sachau, Beisen, 162-166 ; pour l’église, Cart. I, 89.

37 Honigmann, Ostgrenze, p. 95, 104 ; Foucher, 429 ; il ne reste aucune ruine en dehors du tell, petit mais haut.

38 I. Ch., 57 v° ; Röhricht Geschichte, p. 668, n. 1. Au nord du bassin dont Bourdj occupe le rebord sud-est se voit un fortin appelé Kara Dinek (Sof-Dagh).

39 Le Sînâb est la branche méridionale du Qouaïq supérieur, qui naît à l’est de Rawandân ; c’est au confluent de ses sources qu’était Ḥiçn Sînâb selon 1. Ch., 135 r° (cf. Honigmann, 95). Cela correspond aux ruines de forteresses visibles aujourd’hui au-dessus d’Ispanak, très délabrées.

40 I. Ch., 56 v°, Le Str., 520, Albert III, 17. Kamâl (Aya Sofya, 69) dit avoir vu à Rawandân une inscription antique ; elle peut avoir été apportée d’ailleurs. Dans une salle à l’ouest on trouve une marque de tâcheron ∇. Au sud-ouest de’ Aïntâb, sur le tell Kehriz, Cumont (Études syriennes, 306) a vu des ruines de forteresse.

41 Surtout, vers le milieu, Arslan (ou Katir) Kale ; plus à l’est, Kiepert note Sof Kale et Shekhshekh Kale ; le second paraît inconnu aujourd’hui des habitants de la région. C’est par cette route que passe la retraite franque de 1151 (infra p. 388). Gulesserian, Dzovq et Hromqla, Vienne, 1904, 12°, croit que le catholicos réside à Sof et non à Dzovk dans le Khanzit.

42 En aval de la route actuelle, semble-t-il, au Keupru Aghzi Boghazi.

43 La ruine signalée au col par la carte d’E. M. est insignifiante ; au nord de Doulouk, Karadja Bourdj et Aktché Bourdj le paraissent aussi.

44 Entre Tell-Bâchir ou ‘Aïntâb et Yarimdja est Kizil-Bourdj, où se trouvent des ruines ; il y a d’autres ruines plus au sud au-dessus de Gueurénis, au carrefour des pistes de ‘Aïntâb vers Behesni et Biredjik.

45 C’est l’orthographe arabe courante ; on trouve aussi Barzman (Yaqoût), qui répond au syriaque et arménien Pharzman (Mich., Grég., Samuel) ; I. Ch., 59 r°v° croit qu’elle s’était appelée originellement Marzesân.

46 On la cite selon les cas avec Khourouç, Kafarsoud, Nahr al-Djauz, Kerzîn, Bîra, Kaïsoûn, Behesnî, Ra’bân, Qal’atarRoûm, Maçara et Mar’ach (I. Ch., 59 r°, I. F., III, 34 r° ; I. Α. XI, 257-258 ; I. W., 393 r° ; Yaqoût dans Le Str., 421 ; Grég., 182 ; Samuel d’Ani, 449 ; Mich., 295). Kamâl ROL V, 56, note dans l’ordre de la marche Behesnî, Ra’bân, Marzbân, et Tell-Bâchir.

47 I. Ch., 59 v° ; I. W., 393 r°. La proximité de Marzbân ne permet de corriger ni en Qoûriç (Cyrrhus) ni en Chores (en amont de Samosate).

48 Brûlée par les Mongols, reconstruite par Héthoum I, elle fut définitivement détruite par Baïbars ; postérieurement ont été édifiées au flanc sud du tell une mosquée et une grande salle avec accès coudé fermé — peut-être réadaptation d’ouvrages antérieurs — qui subsistent intactes. L’enceinte comprenait tout du long l’épaisseur d’une galerie intérieure.

49 Le tertre même sur lequel elle s’élevait est détérioré par le village.

50 Il y a des ruines dans la montagne au sud de Kaïsoûn.

51 Et non Bathémolin avec lequel l’identifie à tort Dussaud, 230.

52 Au xve siècle Qaïtbâï y ajouta encore une tour (avec inscription) ; au-dessus du seuil, un ouvrage qui paraît destiné à porter une machine à projectiles paraît de la même époque (inscription illisible).

53 La montagne entre Kaïsoûn et l’Aqsou occidental s’appelait Zobar, du nom d’un monastère (Mich., 198). Un acte latin (Cart. I, 226) signale, probablement près de Behesnî, Vartérin (cf. Vartahéri dans Matth. 108) et Vanaverium (où l’on devine le radical van = maison en arménien), et, à côte, un lieu dit Platta, propre à être fortifié.

54 D’après Kamâl Boughya, Aya Sofya, 29, les lacs au pied de Hadathâ s’appelaient Anranît (Anzanît ?), nom à rapprocher du Nahr Hoûrîth, forme ancienne du nom de l’Aq-Sou ( ?).

55 I. Ch., 64 ν°.

56 Maqrîzî, Quatremère, 140.

57 Yaqoût (Le Str., 389) signale une passe proche de Hadathâ, appelée ‘Aqabat as-Sîr, peut-être identique à la passe menant à Albistân, connue d’habitude sous le nom de Darb as-Salâma.

58 Yaqoût (Le Str., 463) ; I. F., III, 33 v° ; Kamâl ROL V, 51 ; I. Α. XI, 100 (H 481).

59 Yaqoût (Le Str. ibid.) ; Kamâl ibid. ; J. F. ibid. d’après lequel Noûr ad-dîn y passe entre Tell-Khâlid et le Nahr al-Djauz ; le gué actuel est au hameau encore appelé Kale (forteresse), mais il n’y a pas de ruines.

60 A la porte d’Édesse s’étale une longue inscription de Qaïtbâï.

61 Honigmann, ΕΙ III, 1258 ; Moltke, Briefe, 365-374 ; A. Nöldeke, Petermann’s Mitteilungen, 1920, p. 53 sq.

62 Elle est citée avec Marzbân, le Nahr al-Djauz, des places euphratésiennes s’échelonnant de Samosate à Bîra, Behesnt, ou (sans proximité définie) Mar’ach, selon les textes. Kamâl ROL V, 51 ; Mich., 297 ; Yaqoût (Le Str. 472) ; I. Α. XI 100 (H 481) ; Ibn Bîbî, 228. Au confluent de l’Araban Tchaï et de l’Euphrate se trouve l’antique Sougga, et sur la rive en face était l’antique Kapersana ; je n’ose proposer de rapprochement.

63 Héthoum, 489 (avec Qal’atarRoûm et Behesnî).

64 I. F. III, 86 v° avec Douloûk, Marzbân, Ra’bân, et Behesnî ( = Ardil ou est de Ra’bân P).

65 Le Str., 448 (près Ra’bân).

66 Boustân, 545-546 (avec ‘Aïntâb, Marzbân, Kaïsoûn).

67 G. T. XVII, 28 (avec Douloûk, Kaïsoûn, Mar’ach).

68 A l’ouest on trouve aujourd’hui Salahin Kale.

69 I. Ch., 65 r° ; Idrisi, Yaqoût et A. P. dans Le Str., 454.

70 A cela se bornent les précisions pour lesquelles je peux concilier la vue des ruines et la description donnée par Ibn ‘Abdaẓẓâhir à la veille des travaux de Qalâoûn, consécutifs à sa conquête de la place (Vie de Qalaoûn, 55 r°).

71 C’est surtout cette enceinte qui apparaît dans le bon dessin de Puchstein, Reisen in Kleinasien und Nordsyrien, Berlin, 1890, 4°, p. 186.

72 La date de 525 lue sur l’inscription de la porte par Hamdi Bey et reproduite dans l’article de 1ΈΙ ne repose sur rien : la date réelle est 685/1284. Les autres sont de 690, 692 (enceinte inférieure), et 707 (porte de la citadelle).

73 Mich., 294 ; citée comme pas très éloignée de Barçauma et proche de Kiahta et Gerger, elle ne peut, malgré la similitude de sens, être identifiée, comme le veut Rey, avec Altountach Kale (Ra’bân). L’identification de Barçauma sera démontrée dans un prochain travail de E. Honigmann.

74 Ilumann-Puchstein, op. cit., 353.

75 D’après le témoignage de De Moltke ; je n’en ai plus rien vu.

76 Khazradjî, an 633 ; Vie de Qalaoûn (récit de sa prise après Gerger). Un village de Qatîna existe encore.

77 Azr., 174 r° ; Mich.. 260 ; Chron. an. syr., 246 ; Matth., 40 ; Diyâr Bakr 226.

78 C’est peut-être dans cette région qu’est le Sopharos de Mich., 244 ; entre Gerger et Bibol, le nom du village do Vank suggère un ancien couvent arménien.

79 On ne sait où placer le Djisr al-’Adilî où al-Kâmil passe entre Behesnî ou Ḥiçn Mançour et Sèvavérak (I. W., 291 r°-v°).

80 Un peu en amont (r. g.) était au xie siècle le château de Lidar (Matth.).

81 Orderic, vol. IV, 247.

82 Lire ainsi, et non Thorer, dans H. Arm. Cr., d’après Honigmann, art. Roumkale, dans EI ; corriger de même l’« Aurach » de Kâmal 635 en Tour (a) ch ou Troûch.

83 Et des incendies (pour notre période, juin 1098, cf. infra, et 1178, Mich. an 1489).

84 Une étude archéologique complète d’Antioche dépasserait le cadre de ce travail puisqu’elle porterait forcément sur la ville antique presqu’exclusivement ; nous ne pouvons ici que relever les témoignages de la période franque, tout en les éclairant par les renseignements concernant la ville antérieure, rassemblés en particulier par K. 0. Müllier, Antiquitates antiochenae, Göttingen, 1839 ; Förster, Antiochia am Orontes (Jahrb. d. deutsch. arch. Inst. XII, 1897) ; Schultze, Antiocheia, Gütersloh, 1930 ; et dans le fichier constitué à la direction des fouilles franco-américaines d’Antioche (au courant des résultats desquelles il faut naturellement se tenir). Il est nécessaire de lire les récits des voyageurs qui ont vu à Antioche des ruines aujourd’hui disparues, tels Pococke (bibliographie dans Ε. I. (Streck) et Dussaud 421.

85 G. T., 169 ; Wilbrand, 172 ; Ibn Bouṭlân dans Le Strange, 369.

86 Ibn Boutlan et Idrîsî dans Le Strange, 370 ; Raymond, 242 ; Wilbrand, 172 ; Gesta, c. 32 ; G. T., 169 ; poème d’Ibn al-Qaîsarânî dans ‘Imâd Kharida Β. N. 3329, 7 r°. Description moderne d’après les ruines surtout dans Rey, Mon. Mil. 195-202. En 1178, l’Oronte, près du pont, lors d’une crue, passa pardessus les remparts (Mich., an 1489).

87 La tour voisine s’écroula en 1114, et dut être refaite par les Francs.

88 G. T., 169.

89 S’il correspond bien aux ruines très délabrées de palais vues par Pococke et appelées Prince par les habitants, dit-il (II, 192).

90 Raoul, 77 ; Gesta, 136 ; Röhr. Reg., 983 ; selon Cont. D 209, dans le palais Raymond de Poitiers avait fait faire une chapelle à saint Hilaire.

91 Il n’est guère douteux que ce soit la cathédrale toujours, donc toujours le même édifice, qui est appelé par la plupart des chroniqueurs chrétiens Saint-Pierre, par Wilbrand Sts Pierre et Paul, par les Grecs et les Arabes Cassianos). Peut-être même est-ce elle que Baïbars écrit à Bohémond VI avoir détruite, bien qu’il l’appelle Saint-Paul, nom d’une autre église, mais moins importante, et dont il semble que des ruines plus notables aient subsisté après lui. Cf. aussi Cont. A, 137 ; Pococke II, 192.

92 Hagenmeyer Ep., 155 ; Ughelli IV, 847 ; Lib. Jur., 30, 249 ; Pococke II, 192 ; Chesney II, 425.

93 Wilb., 172 ; Foucher, 339 ; Gautier I, 2 ; Michel, an 1481 ; Le Strange, 368 ; Ibn al-Qaisarânî, loc. cit.

94 Roz., 169.

95 Cart. I, 143 : « Ecclesia S. Johannis os aurei ». Pococke II, 193.

96 Rôhr. Reg., 331 ; Kohler, 172, 181 ; Cart. I, 9.

97 Roz., 171 ; Cart. I, n° 1060.

98 Wilbrand, 172 ; Pococke II, 192

99 Mas’oûdî dans Le Strange, 368 ; Wilbr., 172 ; Rey, Col. fr., 327 (a encore vu des ruines) ; cf. image d’un édicule gothique sur deux sceaux d’abbés de Saint-Paul, dans Rev. Num., 1888, 1891. Saint-Paul fut peut-être détruite par Baïbars, supra p. 130, n. 3.

100 G. T., 169 ; Mich., ans 1462 et 1481 ; Inn. IV, n° 7397.

101 Wilbrand, 172 ; Mas’oûdî dans Le Strange, 368 ; pour SU Macchabées, fichier des fouilles d’Antioche.

102 Cont. A, 208.

103 Roz., 171 ; Cart. I, 574 ; Rohr. Reg., 983 ; Raymond, 266 ; Mich., 174 et ans 1481 et 1462.

104 Wilbrand, 172.

105 Cart. I, 491 ; Roz., 165 ; Le Strange, 371. On connaît des bains de Tancrède, du Mazoir, etc.

106 Ibn Boutlân et Idrisi dans Le Strange, 369 et 375 ; Cart. 574 (fontaine de Naquaire).

107 Wilbrand, 172 ; Benjamin, Adler, 17 ; G. T., 169.

108 Le Strange, 371 et 375 ; Cart. I, 144 (jardins de Saint-Jean Chrysostome, de Saint-Paul) et I, 106 (jardin de Trigaud, chambellan de Raymond de Poitiers).

109 B. H. Eccl., 668

110 Cart. I, 144 ; Ughelli IV, 847 ; Müllier, 3 ; Röhr. Reg., 983.

111 Honigmann, Ostgrenze, 127 ; le nom de Doux étant antérieur aux croisades, c’est par imagination que Raoul de Caen le rattache au duc Godefroy de Bouillon (650). Chanson d’Antioche, II, 82, appelle Val Corbon la vallée d’Antioche ; cf. le village de Corbana, en amont d’Antioche, que Gautier II, 9 dit s’appeler ainsi depuis le passage de Corbaran-Karboûqâ ( ?). Pour Douwaïr, cf. Phocas 2 ; Michel III, 231.

112 Wilbrand, 173 ; Yaqoût, 376 ; bonne description de la vallée par G. T., IV.

113 Nom antique : Méléagre ; il existe encore un Kastal Kara Yaghra (Kara = noir = mélas).

114 Cf. le casai Sallorie (Cart. I, 177). Il y a des restes anciens au gué de Tell Sloûr sur le moyen ‘Afrîn.

115 Le nom de Djisr al-Ḥadîd, antérieur aux croisades, provient soit de portes de fer, soit d’une légende locale ; en tous cas, on ne peut rattacher la traduction Pont de Fer à une confusion entre le Farfar (nom biblique de la rivière de Damas) et l’Oronte. Sur la célébrité de ce pont, dont un auteur du xive siècle fit le prototype d’un pont imaginaire à La Mecque, cf. Mémoires de la Faculté de Philosophie du Caire, I. Dussaud a tort de placer au Djisr al-Ḥadîd le village de Chîh al-Ḥadîd (infra). Cf. encore Albert III, 33 ; Delaborde, 117 ; Rey Rech., p. 22 ; Cart. I, 265, 356, II, 190, III, 127 ; Gautier II, X (Maraban ; cf. Mahrouba, Le Str. 498).

116 Le Str., 339 ; Raoul, 639, 671 ; G. T., 162 (croit qu’elle s’appelait dans l’antiquité Chalcis, par confusion avec Qinnesrin), 1036 ; 1. Ch. 94 r°.

117 Le Str., 546 ; Raoul, 671 ; Röhr. Reg., n° 361 (« portus Emmae » = pêcherie du lac). Sur des sites voisins, Kamâl ROL IV, 149 (Djâchir) et Dussaud, 227.

118 G. T. XXI, 25 ; I. Ch., 54 r » ; Van Berchem, Voyage, 229 sa. Dans les environs on signale Behlile (Belilas) (Cart. I, 38, 143) et Sofaïf (auj. Safsaf) (Kamâl ROL III, 534). Selon I. Ch., la province ayyoubide de Ḥârim englobait le Djouma, le ‘Amouq, les massifs du Djabal Bâricha, du Dj. Alâ et d’Armenaz.

119 Dussaud a vu (p. 229) qu’il fallait chercher sur le ‘Afrîn, mais le situe beaucoup trop haut.

120 Raoul, 641 ; Grég., 189 ; Chron. Syr. An., an 1470 ; cf. Infra la campagne de Manuel Comnène en 1159.

121 Débris de poteries, quelques pierres du petit cimetière voisin provenant de bâtiments anciens.

122 Le Str., 550 ; Dussaud rapproche judicieusement de Yaghra les pêcheries d’Agrest de Delaborde, 26.

123 Raoul, 630, décrivant un panorama idéal do Baghrâs, cite Spechchet ( ?), Spitachchel ( ?), Dommith (pour l’homophonie ?), Commith ( = Koûmîth), Artâḥ et Souwaïdiya. I. A. T. dans I. F. II, 172 v° (cf. 195 r°, et I. Ch., 62 r°, qui a lu I. A. T.) dit que Noûr ad-dîn prit Artâḥ, Hiçn Bâtriki ( ?), Bâsoûtâ ‘Afrîn), Chîḥ al-Ḥadîd, Koûmîth, Marâsya (Ibn ach-Chihna, 177 lit Râchya et dit qu’elle s’appelle de son temps Râchî), et ‘Anâqîb (‘Anâfîna ? citée avec Yaghrâ en 195 v°) ; les trois places soulignées sont évidemment à rechercher entre le ‘Afrîn et le ‘Amouq oriental. Rey, sans connaître Marâsya, distingue de Mar’ach une Marésie, mais tous les textes francs invoqués désignent sûrement sous ce nom Mar’ach. La limite nord du ‘Amouq était aux moulins de Semoûniya (I. Ch., 54 r°).

124 Près de Maïdan Ekbez, ancien camp romain. Yaqoût (Le Str., 416) signale du même côté la ville antique, mais ruinée, de Balâ, sur le Nahr al-aswad (Kara sou), chef-lieu du Hawwâr, dont le nom doit se conserver dans le Havar Dagh (infra, dans le Kurd Dagh), peut-être, comme le suggère Honigmann, Ostgrenze, 127, la byzantine Palatza, mais alors située plus en amont qu’il ne dit.

125 Honigmann, ΕΙ, III (art. Mar’ach) ; Bâsim Atalâî, Marach Tarihi ve Djagrafyasi, Istanbul, 1921. À Mar’ach était un couvent de Jésuéens (Matth., 112).

126 Kamâl, 685 ; I. A. T. dans I. F. II, 172 v° ; I. Ch., 62 r°. Bâsoûtâ doit être identique à Barsoldan de Raoul 650, non au casâl Bussudan de Röhr. Reg., n° 576.

127 Raoul, 650 ; Qal. A, an 678.

128 En amont est le site antique de Djindâris, en face de Tell Sloûr (supra B n. 2).

129 Mâ peut être une altération graphique de bâ, qui est le correspondant toponymique fréquent de Baït, maison. Cf. I. Α., 461. Kamâl, 313.

130 I. F. II, 175 v° le nomme entre Artâḥ et Bâsoûtâ.

131 Dussaud, 228-229 ; Raoul, 47.

132 Le Str., 405 ; Boughya Aya Sofya, 279 ; I. Ch., 55 v° ; Chron. An. Syr., 97 ; Attaliate, 116-120 (l’a vue en 1068) ; Bibl. Nat., 2281, 57 r° : « périmètre de l’enceinte de la citadelle, 255 brasses au qâsimî, 25 tours ; périmètre de l’enclos médian, 316 br. 3/4 au q., 21 tours ; périmètre de l’enclos inférieur, 510 br. au q., 21 tours ; périmètre du mur de la ville, 543 br. 1/2 au q. » Ce qui reste actuellement du tell n’est qu’un morceau de l’ancien tell, rongé par le village qui y trouve une bonne terre à construction.

133 Kamâl Aya Sofya 53. Au sommet était un machhad de Ḥasan, ainsi qu’au village voisin non localisé de Kafar Chîghâl.

134 I. Ch., 96 r°.

135 Je n’ai pu la voir, pour raisons militaires. D’après un contrebandier syrien, elle est petite et haute. Au nord-est, près de Kestan, parait exister une autre forteresse, sur laquelle je n’ai rien pu savoir de précis.

136 Ou Sarazbak (I. F., II, 158 v° ; I. Ch., 62 r°).

137 I. Ch. Vatican, 163 r°, cf. I. F. II, 158 v°. Les autres mss. d’I. Ch. donnent Ramâr, Ramân, Ramâl, Armân.

138 I. F. II, 158 v°.

139 I. F. II, 189 r°. On signale encore les villages de Bdama (Le Str., 407). le couvent de Daïr ach-Chaïkh ou Daïr Tell-Azâz (Le Str., 432), Maunagh (Le Str., 502), Tubbal (Le Str., 546 = Tibil au nord de ‘Azâz), Yaboûn (Le Str., 550), Machhalâ, lieu de pèlerinage (Kamâl Aya Sofya, 87), Betefân (forme latine, Röhr. Reg., 137 b).

140 Jacquot, Antioche, I, 142 ; Dussaud, 442.

141 Jacquot, ibid.

142 Honigmann, Ostgrenze, 126.

143 L’origine du nom n’est pas expliquée (Qastoûn, transcription syrienne du gréco-romain Castron, cf. le lieu homonyme du Roûdj ?).

144 Ibn ach-Chiḥna, 221.

145 Un plan en a été dressé par Rey (inédit, montré par P. Deschamps).

146 L’inscription mentionnée dans Jacquot, Antioche, I, 120, est en arabe tardif, d’ailleurs illisible.

147 Chyprois 191 = Cont. A 457.

148 Kohler, 151, Cart. II, 911.

149 Infra p.

150 Cont. A, 122 ; Cont. B, 125 Le récit est romanesque, mais il n’y a aucune raison de négliger l’indication topographique.

151 Élégie, vers 1813 sq.

152 Kamâl ROL V, 95 ; Maqrîzî-Quatremère ; Chyprois, 292.

153 Plan levé par Roy (communiqué par P. Deschamps) ; à Demirek est une autre ruine très délabrée, mais non sur roche (et une ruine d’église byzantine).

154 Je n’ai trouvé nulle part le Casai Erhac, du territoire de Roissol (ROL, VII, 151).

155 Ruines antiques à trois kilomètres (Gunduzlu).

156 I. Ch., 93 v°, dit la construction « arménienne » (= byzantine du xe-xie siècle).

157 Rey, Bull. Soc. Ant. Fr., 1897 ; Deschamps, Syria, 1936. L’incription, badigeonnée au minium, n’est pas lisible.

158 Le Str., 538 ; G. T., 755, 789.

159 Sur le parcours, il y a un fortin à Ortchan (lettre du P. Philippe communiquée par Deschamps).

160 Alb., 393 ; I. Ch., 263 v° ; Le Str., 449 ; Cart. I, 143 ; Strehlke, 83. Villages dépendants cités : Churar ou Cherrare (auj. Tcheraz), et d’autres non identifiables, et trois abbayes. Le Str., 386, Darb al-’Aïn est le col entre Harounya et Mar’ach.

161 Dans le cimetière au pied, reste de mosaïques antiques.

162 Le Str., 543 ; Wilbrand, 179. Notre identification s’oppose à celles de Langlois (Ilân Kale) et de Honigmann, Ostgrenze (Hematye), mais Honigmann a bien voulu nous faire savoir qu’il avait renoncé à son identification et s’était rallié à Toprak Kale, que proposera Gottwald dans l’ouvrage qu’il annonce sur les châteaux ciliciens. Cart. I, 143 et Kohler, 151 donnent des noms de villages (Gadir, Ubre, gâtine d’Aganir, Nabon, Borgol, Tarpétac, Anglixen).

163 Le Str., 543 ; Quatremère-Mamlouks.

164 Strehlke, 17 ; Ibn ‘Abdarraḥîm, 183 r° ; Wilbrand, 179 (= Adamodana). Les villages cités autour de A. dans Strehlke, ne sont plus repérables.

165 Chyprois, 292 situe une « cave » (forteresse à flanc de roche et en partie creusée dedans) entre l’Amanus et Til Ḥamdoûn, et l’appelle Le Pèrtuis.

166 Wilbrand, 172 ; Albert, 357.

167 Wilbrand, 172 ; Cart. II, 166.

168 Peut-être identique à Noukîr cité en 1298 par Maqrizî-Quatremère.

169 Heberdey-Wilhelm, Reisen in Kilikien (Denkschr. d. K. Akad. Wissenschaft, Wien, XLIV, 1896, VI), p. 22. Imâd (A. Ch. II, 16 (H 212) parle d’un château de Manâkir incendié par les Arméniens devant la menace de Saladin sur le Gueuk-sou (près de Mar’ach).

170 On trouve Keniz (= Kanisat as-soûdâ ?) et Tchoukmerzivan dans Cart. II, 166, avec Lacrat, Gardessia, Tchoukmalik, Tchoukothmân ( ? Jucuteman), dans le Djegher.

171 A un jour de la première, 12 milles de la seconde (Le Str., 477, I. Ch., 63 v°) ; cela est impossible, mais il ne s’agit pas de nos milles : le même texte compte 15 milles de Ḥiçn at-Tînât à Rhosus (80 kilomètres).

172 Idrîsî, Jaubert, 133.

173 Aussi dans Cart. II, 166, et Wilbrand, 172.

174 Rey, Les périples des côtes de Syrie, AOL, II, p. 348. Tomaschek, Zur topographie Kleinasien, Sitzb. W. Ak., 1891, 70-71.

175 P. Deschamps, Ctes-rendus des Séances Acad. Inscriptions, 1936.

176 Entre Djeïhân et Ayas, Kara Osman Kale est ottomane. Entre Ilân Kale et Mouthakkab, Kourou Koule doit être médiévale, et peut-être à rapprocher de Kâwourrà, prise par les Mamlouks en 1336 (cf. cependant Koâbarâ prise par eux en 1298, peut-être plus à l’est ? et Cart. II, 464, casai de Gobara). Le directeur du musée d’Adana m’a dit que Kourou Koule s’appelait jadis Ghiaour Kale (forteresse des infidèles), nom que les Turcs ont pu tirer de Kâwourrâ.

177 I. Ch., 62 r°, Le Str., 505, Attaliate, 121, Wilbrand, 175 (a vu les remparts en mauvais état). Sur ses églises, Alishan Sissouan, 289. Au xiiie siècle, les Génois y ont une concession. Villages dépendants : Oessi, Joachet, Grassia (Kohler, 115, 151), Sarata, Saint-Paul, Figénie (Cart. I, 143 ; II, 637), Kafar Bayya (= Hauranye).

178 Les Francs ont possédé par moments Tarse, mais ni là ni à Adana on n’a de trace de colonisation durable (sauf concessions ultérieures dans le royaume arméno-cilicien).

179 I. F., I, 73 r° paraît indiquer entre Antioche et Alep un Djabal Aḥmar, qui m’est inconnu.

180 I. F. III, 14 r° ; I. Ch., 64 r°.

181 Le Str., 386, 482.

182 Gautier, II, 2.

183 Le Str., 413 ; Gautier, 83 ; Boughya Aya, S. 39.

184 Gautier, II, 5-6.

185 Gautier, II, 16 ; Kamâl, H, 627, 633.

186 Dans les collines entre Sarmadâ et Athârib (Gautier, II, 2-6 ; I. F., 139 r°).

187 Kamâl, 621.

188 Kamâl, 629-625.

189 Yaqoût, 536.

190 Rey, Col. Fr., 353.

191 Yamâl, 623.

192 Le Str., 403 ; Alb., 684 ; Kamâl, passim ; I. A. At., 71.

193 A côté est Nawâz (Le Str., 616, Kamâl, 627) ; aussi Ma’rathâ (Boughya, Serai, IV, 275 V°).

194 Boughya Aya Sofya, 30, signale Roûhîn machhad de Hasan) ; Boustân, 687, Kafartîn.

195 EI art. Halab (par Sobernheim) ; Ibn Ch. A’lâq, première moitié de la première partie ; J. Sauvaget, Les Perles d’Or d’Ibn ach-Chihna, et la prochaine thèse du même ; Kamâl, passim ; Dussaud, 472, 476.

196 Au nord de Salamiya (Kamâl, 591, 612), = l’actuelle Qoubaïba ?

197 Au sud-ouest, Boçâfa reste habitée ; Kamâl Aya Sofya, 166, dit Qu’elle s’appelait dans l’antiquité Qîtâmlîlâ (cf. la localité proche de Batlamiya ?). Il connaît aussi les ruines d’Andarîn et Souriya.

198 Arzghân est la forme actuelle et de I. F., II, 174 v° ; I. Ch., 62 r° et I F., III, 15 r° écrivent Arzqân, qui correspond mieux au latin Arcican ; carte d’E. M., Aïni el-Izân ! Cf. aussi G. T. XIV, 5 ; Grég., 199 ; Cart. I, 266.

199 I. Chihna, 157, Az., 493. On nous signale encore Ibbin (Kamâl, 633), Yahmoul et Kafar (I. Ch., 35 r°, Kamâl, A. S., 90), Harbanouch (Le Str., 448), qu’on retrouve sur la carte, puis, non localisés, Baït Râs, près Yahmoûl (I. Ch., 35 r°), Daïr Marqoûs (Le Str., 430)), Ardjîn ou Archîn al-Qoaçoûr (Le Str., 399). La carte d’E. M. note une Qal’at al-Qantâr, qui recouvre je ne sais pas quoi.

200 I. Chihna, 157, Az., 493. On nous signale encore Ibbin (Kamâl, 633), Yahmoul et Kafar (I. Ch., 35 r°, Kamâl, A. S., 90), Harbanouch (Le Str., 448), qu’on retrouve sur la carte, puis, non localisés, Baït Râs, près Yaḥmoûl (I. Ch., 35 r°), Daïr Marqoûs (Le Str., 430)), Ardjîn ou Archîn al-Qoaçoûr (Le Str., 399). La carte d’E. M. note une Qal’at al-Qantâr, qui recouvre je ne sais pas quoi.

201 Kamâl, A. S., 179.

202 I. Ch., 52 v°. On signale au sud-est Binich (Ibn ach-Chiḥna, 235), Fou’a (auj. Fogha), qui, dépendant de Sarmîn, en fut détaché par aẓ-Ẓâhir Ghazî (Le Str., 440 ; I. Ch., 52 v°).

203 Kamâl, passim ; Le Str., 532 ; I. Ch., 52 v°. Près de Sermîn est Marboûnya (Boughya, IV, 275 v°).

204 En 1123 (Kamâl, 639), les Francs capturent à Hanoûta, Hillifa (inconnue) et Gharîb (inconnue) une caravane venant de Chaïzar.

205 Le Str., 437 ; Delaborde, 17.

206 Le Str., 521 ; Kamâl, A. S., 90. Au nord, à Istamak, Kamâl 41 connaît des restes de citernes antiques.

207 Le Str., 470, Kamâl, A. S., 90. Yaqoût croit à deux Kafarlata, le second étant près de ‘Azâz ; sans doute le déduit-il du récit d’une attaque sur K. venant de Tell-Bâchir (Kamâl, 592) ; mais leur source commet une confusion sûre, car elle nomme aussi Bâsarfoût. Kamâl, 43 et 69, signale les ruines antiques de Nahla, qui existent encore.

208 Rey, Col. Fr., 351.

209 Albert, 682 ; Kamâl, 624. Plus au nord (sur le tell Chamaroûn), camp romain.

210 Bohémond se replie de là sur Kafarlatâ (Kamâl, 590, 592) ; le seigneur est pris sur la route d’Alep à Ma’arrat an-No’mân (Kamâl, 652) ; Bâsarfoût est prise en même temps que Kafarlatâ (I. F., II, 173 r°) ; elle est dans le Djabal Banî ‘Oulaïm (Yaqoût dans Le Str., 421).

211 Une partie de ses eaux traverse souterrainement le Djabal Wasît et ressort en une grosse source au bord de l’Oronte.

212 Il est inutile de corriger avec Heyd, I, 375 « Mons Ceffa », de Tafel 272 en « pons », puisque le nom indigène est Tell Kachfahân.

213 A. F. Géogr., 261 ; cf. A. Ch., H, 368.

214 Ibn Chihna, 177.

215 I. F. III, 13 v°, 15 r° (associe Tell Kachfahân, Arzghân, et Bezmechân).

216 Sauf l’aménagement des deux fontaines au pied du tell Ρ Tell al-Qarch, proposé par Jacquot d’après une vague ressemblance phonétique, est impossible, puisque sur la rive droite.

217 Albert, 701 (Rossa et Roida) ; Raoul, 650 (Rubea et Rufa), Foucher, 423 (donne la distance entre les deux). Dussaud, 165 sq.

218 Gesta, 73 ; Raymond, 271 ; Foucher, 423 ; G. T., 481.

219 Foucher, 423.

220 Raoul, 650 ; cf. Cart. I, 266.

221 ROL, IV, 216. Chaqîf, correspondant à cavea, forteresse à flanc de rocher, ne peut s’entendre d’un tell ; ce n’est donc pas un autre nom de Tell Kachfahân.

222 Cart. I, 266.

223 I. Ch., 61 r° ; Van Berchem, Voyage, I, 253.

224 I. Ch., 54 r°, Cart. I, 266 ; ce dernier nomme dans la région Tala (Tellan, près Darkoûch ?), Cavea et Livonia, sur lesquelles cf. infra, p. 160.

225 Arzghân est la forme actuelle et de I. F., II, 174 v° ; I. Ch., 62 r° et I F., III, 15 r° écrivent Arzqân, qui correspond mieux au latin Arcican ; carte d’E. M., Aïni el-Izân ! Cf. aussi G. T. XIV, 5 ; Grég., 199 ; Cart. I, 266.

226 L’orthographe que nous adoptons rend le mieux compte de la graphie non pointée d’I. F. III, 15 r°, de la transcription latine (Raoul, 644, l’éditeur a lu Belmesyn au lieu de Besmesyn ; Cart. I, 491), et de la forme moderne.

227 I. Ch., 54 r° ; Maqrîzî-Quatremere, 53 ; Cart. I, 491.

228 Van Berchem, Voyage, I, 81 ; Dussaud, 163. On a voulu y voir le Valtorentum de Röhr. Reg., n° 331, qui semble cependant être dans la plaine d’Antioche.

229 I. Ch., 54 r°. On écrit souvent Dair-Koûch, mais à tort.

230 Ansbert, 80. Cf. Cont., D 72.

231 Cart. I, 266 ; Strehlke, 10.

232 I. Ch., 54 r°.

233 Dans un projet de croisade du xive siècle, on trouve comme forme latine Dargoûs ; mais l’ancien nom franc à cette date peut avoir été oublié, ou bien l’on disait Cavea Dargoûs (= Chaqîf Darkoûch) (ROL, X, 429).

234 I. Ch., 54 r°.

235 On cite de ce côté Bessclemon (auj. Bechlimoun), Luzin (inconnu), Farmit (= Kafarmît dans le Roûdj ?), Potaman (auj. Eftaman), Pangeregan « in valli Russae » (inconnu) (Cart. I, 491). Van Berchem JA, 1902, I, 406, propose de lire Maryamîn dans Kamâl, 622, d’après le village de ce nom dans le Djabal Wasît ; en réalité il s’agit de Sarmîn.

236 Le Str., 490 ; Kamâl, 615.

237 C’est près de là, dans la plaine, qu’il faut placer le Fons Muratus, de G. T., XVII, 9, Ard al-Ḥatîm des sources arabes, où fut battu et tué Raymond, en 1149 ; le récit de la bataille (en particulier I. F., III, 14 r°) exige une localisation sur le chemin de retour d’Inab vers Tell Kachfahân et non dans la montagne au-delà d’Inab, comme le croit Dussaud, 167.

238 On a pensé à ‘Allâroûz, au sud d’Inab (Ousama, Derenbourg-Vie, 122 ; Kamâl, 622, où l’éditeur a traduit « nazala ‘Alârouz » comme s’il y avait « ’alâ Rouz » : au-dessus de Roûz) ; toutefois le rapprochement de Rusa, Rugia, Arcican, Besmesyn, par Raoul, 650, suggère une place plus proche de Tell-Kachfahân, ainsi que la distance de quatre milles donnée par Foucher, 423. Quant à l’hypothèse d’un troisième site de nom voisin faite par Hagenmeyer (Gautier, p. 176), elle repose sur l’existence d’un site de Robia ou Rouwaiha, près Ma’arra, mais n’est en aucune façon appuyée par les textes, qui peuvent toujours s’appliquer à Chastel-Ruge ou à Rusa (ou à la vallée du Roûdj).

239 Du nom du soummâq qui y croît en abondance.

240 Cf. paragr. précédent, n. 53.

241 I. Ch., 62 r° (Ibn ach-Chihna précise, dans le Dj. Zawiyé) ; I. F.

242 Idrisî et Ibn Djoubaïr dans Le Str., 495-497.

243 Albert d’Aix, 451, y nomme une église de Saint-André ; il y avait un machhad de Joseph, restauré par aẓ-Ẓâhir (Boughya, A. S., 87).

244 Kamâl, A. S., 174.

245 Albert, 683 ; le même, 701, cite Tommosa, Turgulant, et Montfargia, qu’il semble, d’après les faits, falloir chercher vers Ba’rîn (lat. Montferand) au sud de Chaïzar ; Tommosa ressemble à Teumenso, nom de Tell-Menis dans la Table de Peutinger, mais, 683, il l’appelle Talaminia.

246 Le Str., 471

247 Dussaud, p. 178.

248 L’identification de Rey acceptée par Dussaud, 186, avec Asfoûn, près d’Edlib, est impossible pour cette raison. Kamâl, Bibl. Nat., 1666, passim.

249 Le Str., 473 ; Ousâma, 74, 113, 148 ; Kamâl, 609 ; Gautier, 70. Ousâma, 58 (la citadelle est l’ancien amphithéâtre) ; Kamâl, 615 ; Van Berchem, Voyage, 188-194.

250 Ousâma nomme dans le Djabal Soummâq méridional Chahsabou, Naqîra, Kafarnaboudha, Zofea, Latmîn (cf. Dussaud, 207), Tell at-Touloûl, Tell-Melâh, Ammouriyé, al-Djalâlî, Bachila, Hillat Ara, Yasmalikh, Doubbaïs, Zalin (distincte de Behetselin qu’on a vu être Behesnî). Homedin n’est pas près d’Apamée comme le croit Dussaud, 509, mais de Çahyoûn (Cart. I, 325, 289, 324). Boustân, 571, cite Kašfarand, etc.

251 On y rencontrait toutefois des lions (Ousâma, 58).

252 Cart. I, 266. Est citée, comme Abou Qobaïs, parmi les dépendances d’Apamée (Cart. I, 266) et le seigneur de ce nom paraît à Lattakié (mais son nom peut être d’origine normande). Hartmann, ZDPV, XXIII, 30, note une al-Audj, sans doute l’actuel Houwedjé ou Houweïs, au nord d’Apamée.

253 Dussaud, 152.

254 Imâd dans. A. Ch., 131 (II 372), dit que la force de Borzeï était devenue matière à dicton chez les Francs, ce qui peut être une allusion à ce nom ; on a vu que Rochefort est en tous cas l’une des conquêtes de Saladin (p. 160).

255 Raoul, p. 706 ; Le Strange, 490 (Idrisi) ; Imâd, dans A. Ch., H 365 ; la ville actuelle a conservé assez nettement le plan antique (Sauvaget, Le plan de Laodicée, Bull. Et. Or. Inst. Damas, IV, 1934) ; il s’y trouve encore des maisons médiévales, dont une ou deux paraissent franques.

256 Le port médiéval s’enfonçait plus dans la ville que le bassin moderne.

257 Lib. Jur., 30 ; Müller, 3, 6, 15 ; Röhr. Reg., 331 ; Ughelli, VII, 203 ; Cart. I, 224. C’est à tort qu’on a placé près Lattakié la stratégie de Saint-Élie (Râs al-Khanzîr).

258 Mich., an 1481.

259 Le Str., 492 ; I. Α., XII, 5 (H 721) ; Kamâl ROL, V, 214, 215.

260 La raison de cette appellation m’échappe.

261 Les hypothèses proposées reposent sur l’assimilation de Laitor avec La Tor (Bourdj, Toros) ; mais la graphie est nettement Laitor, Lactor, Lattor, et ne peut donc ainsi être décomposée. On voudrait pouvoir identifier Laitor avec Qourchiya ou Erdou. Qal’a Douz (E. M. Dor), à l’est d’Erdou, est à l’écart de tout et n’a pas de ruine. Pour Kessab et Harîda, cf. Le Str., 448, Gautier, II, 9 ; Dussaud, 423.

262 Il faudrait voir s’il y a des traces anciennes au nord-est du Dj. ‘Aqra au lieu dit Qal’a Boghazi (défilé de la forteresse) ; des habitants de Kessab disent qu’il y a dans les environs des restes d’église.

263 Rey, Périples, 334 ; Cart. I, 266 ; Wilbrand, 173.

264 On peut aussi y voir Fassia de Cart. I, 490, mais non Pheresia, d’Anne Comnène, qui est Athârib.

265 Près de la était Maloûniya (Ibn ‘Abdarrahîm, cité par Van Berchem, Voyage, I, 250).

266 Périples, 333.

267 Il faut peut-être placer entre Lattakié et le Djabal ‘Aqra le Territoire de Borchot, sur lequel le seigneur de Laitor donne le casai de Henadi (Delaborde, 26, Kohler, ROL, VII, 151). (Il y a toutefois une Hnadi aujourd’hui juste à côte de Lattakié). Borchot pourrait-il se rapprocher du district de Boudjâdj au sud de l’Aqra. La question peut être liée à celle de Laitor vue ci-dessus. Dans le Dj. Aqra, on cite ensemble (Cart. I, 491), Casnapor, Colcas, Corconaï, Meunserac (ces deux derniers = Keurkené et Morselik ? A Morselik, il paraît y avoir des restes anciens). Le casai d’Acre (Cart. I, 89), peut tirer son nom du Dj. ‘Aqra. Joscelin reçoit au sud de cette route Bakfela et Qaïqoûn, qu’on a vus près de Bakâs, puis Vaquer, Cofra, Seferie (Sefri, plus au nord) et Bequoqua (Coga ?).

268 Alex., IV, 1087 ; Van Berchem, Voyage, I, 241-251.

269 Van Berchem, Voyage ; Kamâl ad-dîn (Aya Sotya) donne une liste des districts dépendant d’Antioche à une date ancienne ; I. Ch., 85 v°, en la reproduisant, dit que celui d’al-Qourchiya fut conquis par Noûr ad-dîn ; y a-t-il confusion ou s’agit-il d’une autre région ?

270 La terminaison en iriyoûn (cas oblique : iriyîn) est fréquente dans la région du Nahr al-Kabîr ; la forme la plus proche de Djamahiriyoûn est Djibêriyoûn, en aval du point de rencontre des chemins du Nahr al-Kabîr et du Nahr Zegharo, mais on n’y voit pas de ruines (toutefois un peu au nord est un Heu dit Qal’a Siriani ( ?) et un peu au sud le Djabal al-Qal’a, ce qui parait attester la présence d’ouvrages fortifiés anciens. Rey (Col., 349), a vu quelques ruines en amont près de Safkoûn (près d’où est Daguiriyoûn). Peut-être aussi faut-il chercher dans le haut Nahr al-Kabîr ou entre celui-ci et Balâtonos. D’autre part, Ibn Chaddâd l’historien remplace Djamahiriyoûn par Fiha, ce sur quoi Dussaud signale une Qal’a Fillehîn, entre Çahyoûn et Balâtonos, où il veut voir une forme conciliatrice (151). Grég. Dgha, 1813 sq. cite Garmir (La Rouge), qui peut être Djamahiriyoûn ou Balâtonos, celle-ci ayant été fondée par les Banou’l-Aḥmar (Aḥmar = rouge).

271 Rey, Arch., 105 ; Van Berchem, Voyage, I, 267 ; P. Deschamps, Le Château de Saône, dans Gazette des Beaux-Arts, 1930 ; id. Le château de Saône et ses premiers seigneurs, dans Syria, 1935.

272 Entre Balâtonos et Lattakié, la carte au 50.000e signale un Qal’a Bahalou ; près de Çahyoûn, on connaît les casaux de Tricaria (Daghiriyoûn ?) et Homedin (Röhr. Reg. 473, 513, 523). Sur Balâtonos, Van Berchem, Voyage, I, 283 ; Dussand. 150.

273 Le nom englobe les régions de Çafîtha au-dessus de Tortose (A. Ch., II 353), Maçyâth (Zetterstéen, 240), et Bikisrâil (‘Aẓîmî, 525).

274 Rey, Arch., 215, Col. 355 ; ‘Imâd ad-dîn dans A. Ch. II, 127, H 357 ; Cart. 224 ; Kohler ROL, VII, 151 ; Mich., an 1841 (1170) ; Röhr. Reg., 657 a ; Yaqoût et Idrisi dans Le Str., 459 ; Dussaud, 136. Près de Djabala sont Herbin (Röhr., 657 a), Bessilis (Cart. I, 89).

275 Dussaud, 135 ; on trouve aussi Boldo, Belna, Beauda (d’où Bearida d’un copiste) ; à côté, casai Saint-Gilles (Cart. I, 266).

276 Röhr., 347 ; Cart., 201.

277 Rey, Arch., 19-38 ; Van Berchem, Voyage, 292 sq.

278 Nouwaïrî, Bibl. Nat., 1578, 64 r°.

279 Acte de Saint-Jacques ; Cart. II, 122, 127, 175, 71.

280 Kamâl, 599 ; I. F., I, 47 r° ; Albert, 685.

281 Il nomme encore près Bikisrâil Neni, Nenenta, Hala ( ?), plus loin Guerrae, Baldania, Gipsum. Cart. I, 491 connaît une terre de Gereneis. Un casai Barion ou Busson est dans la montagne, de Djabala (Röhr., 76, 605 a).

282 Ecrit Malavans dans Cart. I, 491 ; corriger en conséquence Dussaud. 150.

283 Anne, H 87 ; Cedrenos II, 496 ; Nouwaïrî, 64 r° ; ‘Azîmî en 424 dit que les Byzantins prirent Ḥiçn Banî’l-Aḥmar ( = Balâṭonos), Ḥiçn Bani’l-Ghanâdj, et Ḥiçn Banî’l-Kâchih, non identifiées ; le constructeur de Manîqa s’appelait Naçr ibn Mousrâf ar-Rawâdifî, mais peut avoir fait partie des tribus précitées.

284 Nous adoptons cette orthographe, qui rend le mieux compte des formes Maçyad et Maçyaf ; cf. Van Berchem, Épigraphie des Assassins,.p. 9.

285 En suivant la ligne Qadmoûs-al-Kahf, on atteindrait Tortose en passant par Khawâbî (lat. Coïble) ; près de la, sur le chemin de Maraqiya, la carte cite une Qal’at al-Douaz.

286 Dussaud, 142 ; ne pas confondre Qolaï’ât (lat. Coliat) près ‘Arqa.

287 Mouslim ibn Qoraïch y porte ses trésors en 1085 (Kamâl, Bibl. Nat., 1666, 107 r°).

288 Zetterstéen, 240.

289 Ousâma, cité par Dussaud, 146, qui propose Kharayb, juste à côté d’Abou-Qobaïs, sans aucune raison autre que la ressemblance phonétique.

290 Zetterstéen, ibid. ; Kamâl, 678 ; I. F., 93 v° ; Dussaud, 147.

291 Cart. I, 328.

292 Dussaud propose de placer à Loqbé, au nord de Maçyâth, le Lacoba de Cart. I, 266 ; mais l’acte le place entre Basarfoût (Djabal Banî Oulaîm) et Totomata, inconnu ; hypothèse pour hypothèse, puisqu’il s’agit d’une donation à l’Hôpital de territoires perdus à reconquérir, on pourrait penser à Ḥiçn al-Qoubba, que Roger occupa, à l’est de Hamâh. Une prophétie Ismaïlienne cite une forteresse de Kamough (Dussaud, 144).

293 Les archives de l’Hôpital, propriétaire de Marqab, nous font connaître, sous leur forme francisée, dans le Djabal Bahra, les villages de Anedesin (près de Manîqa et non de Khawâbî comme le dit Dussaud, 129, cf. Cart., n° 201) Belusa (Blouzi), Cordia (Gordi), et, Archamia, au sud-est de Marqab (Cart. I, 313) ; Astalori (Cart. I, 417) ; Albot, Talaore, Brahim « dit Castellum », Besenen, Matron, Soebe, (Röhr., 568 ; on note Aseïbe — ruines, Dussaud, 131 —, Bessateïn,, Albus, au sud de Marqab, ou Talaryeri, Hobok, Beraiën, Berzaïn au nord-est de Manîqa) ; le Casal Blanc est à trouver près de Houreïsoûn (Cart. 201) ; Bolféris (Röhr., 347) est près de la rivière de ‘Ollaïqa ; Qorvaïs ne peut être que proche de Marqab, comme Tiro, que la carte note à t’est de Banyas ; Goselbie (Röhr., 617 a) ; Jobar (Röhr., 971) sur le cours d’eau du même nom ; Ibin iRöhr., 644 a) est Oubeïn près Bânfâs ; Noortha, Suyjac, Corrosia (Röhr., 651 c) ; Museraf est-il Moucherif au nord de Manîqa et garde-t-il le souvenir du fondateur de Manîqa, Ibn Masraf ou Mousaraf (Nouwaïrî, Β. N., 1578, 64 r° ; Cedrenos, II, 490). Les autres lieux cités par Dussaud p. 129-130 sont situés dans des domaines de l’Hopital et des Mazoir, mais non dépendants de Marqab.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540