Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Première partie

Chapitre I. Le pays

Texte intégral

1Les régions qui font l’objet de ce travail, douées tout au long de l’histoire d’une forte individualité commune mais non d’une appellation générale, constituent la transition entre le pays syro-mésopotamien d’une part, les plateaux anatolo-cappadociens de l’autre.

  • 1 Entre l’Oronto et le ‘Afrîn se trouvent plusieurs petits massifs dont le dernier au nord-est est l (...)

2Le relief syrien est caractérisé par l’existence de deux plateaux soulevés, l’un proche de la mer, l’autre intérieur, séparés par un fossé courant du nord au sud ; le relief de la partie de l’Asie Mineure qui touche à la Syrie, par l’existence de la chaîne taurique, orientée du sud-ouest au nord-est en deux grands plis, le Taurus et l’Antitaurus. Le relief des pays de la Syrie du nord est le résultat du conflit de ces deux orientations. D’un bout à l’autre se retrouvent les deux chaînes séparées par une fosse, celle-ci étant seulement un peu morcelée. Au nord du Liban, qui n’est qu’un morceau de la table syrienne surélevé et déjeté selon la direction taurique, le système syrien se retrouve dans le Djabal Ansarié, que la fosse du Ghâb et du Roûdj sépare, à l’est, du Djabal Zawiyé. Au-delà, la direction taurique triomphe et la chaîne intérieure atteint ici la mer ; là se trouve le Djabal ‘Aqra, qui se prolonge au-delà de l’Oronte et du ‘Afrin par le Kurd Dagh1. La chaîne extérieure constitue l’Amanus ou Ghiaour Dagh. Les deux chaînes sont séparées par un vaste couloir, marqué par les vallées du bas-Oronte et du Qara Sou au sud et de l’Aq Sou au nord. Au nord, elles se raccordent à l’Antitaurus, qui file au nord-est où il se fond dans les Massifs d’Arménie. L’Antitaurus et l’Amanus à l’est, le Taurus à l’ouest et au nord enferment la plaine cilicienne. Les montagnes de la Syrie du nord à l’est, les montagnes tauriques au sud-est se continuent par des plateaux, dans le détail assez morcelés, qui s’inclinent doucement vers le sud, et se prolongent à l’est, au pied des massifs arméniens, jusqu’aux chaînes du Kurdistan, coupés de quelques hauteurs orientées est-ouest. L’ensemble des plateaux, du moyen-Euphrate au bassin supérieur du Tigre, constitue la Djéziré ; de là comme de la Syrie intérieure on passe sans transition nette en Iraq.

3Les altitudes sont très variables. Les plus hautes sont toujours atteintes au bord même des fosses, soit à l’est pour les chaînes occidentales, soit à l’ouest pour les chaînes orientales. C’est le cas en particulier pour le Dj. Ansarié, dont la ligne de faîte, qui se tient entre 1.200 et 1.500 m., tombe à pic sur le Ghâb qui est à 200 m. ; pour l’Amanus, dont les 1.800 m. au sud, les 2.300 m. au nord dominent presque sans transition le couloir du bas-Oronte à l’Ak Sou, qui ne dépasse pas 500 m. au centre et s’abaisse aux deux extrémités. De plus, la largeur de ces chaînes est faible, d’où des pentes abruptes, des ravins profonds ; ce sont des murailles difficiles à franchir. Par contre, les chaînes intérieures sont moins hautes (ne font exception que les chaînes qui se raccordent à l’Antitaurus tout au nord et le Dj. Aqra, 1.760 m., qui, exceptionnellement, se trouve, comme les chaînes extérieures, au bord de la mer). Il s’ensuit que la transition avec le désert est, climatiquement et humainement, beaucoup plus insensible qu’en Syrie centrale.

4Les roches constitutives du pays sont très variées. L’Amanus, le Dj. Aqra, certaines parties des chaînes tauriques, sont constituées de roches dures et imperméables, favorables aux puissantes vallées ; au contraire, dans toute la région des petites chaînes et plateaux de la Syrie intérieure et de la Djéziré prédomine le calcaire sec qu’entaillent verticalement les gorges de l’Oronte ou de l’Euphrate. Le Dj. Ansarié, les plateaux entre le Taurus oriental et l’Euphrate, sont de glaise molle effroyablement déchiquetée en tous sens par les torrents. Les dépressions sont couvertes d’alluvions.

5Le tracé des cours d’eau n’obéit que partiellement aux lignes du relief. L’Oronte, échappé vers le nord à la dépression de la Beqâ, entre Liban et Antiliban, tourne à l’ouest près de Ḥamâh, puis de nouveau vers le nord dans le Ghâb, d’où, après des gorges, il atteint la dépression bordière de l’Amanus qu’il emprunte par un violent coude vers le sud-ouest, en recevant les eaux du Qara Sou, qui l’a parcourue en amont, et du ‘Afrîn, qui s’est taillé une large vallée entre le Kurd Dagh et le Dj. Smân, mais sans avoir pu drainer le lac du ‘Amouq ; au nord du même couloir, l’Aq Sou ne draine pas mieux son bassin avant de rejoindre dans ses gorges le Djeïhoûn qui, venu de Cappadoce, traverse l’Antitaurus et l’Amanus, puis, le Seïhoûn descendu du Taurus, forme de ses alluvions la basse-plaine cilicienne. L’Euphrate, échappé au prix de coudes furieux dans des défilés grandioses, des massifs arméniens, longe d’abord vers le sud-ouest la base des chaînes tauriques orientales, puis, repoussé par les premiers contreforts des hauteurs syriennes, coule vers le sud en entaillant le plateau calcaire, en attendant de subir à partir de Bâlis l’attraction de la dépression mésopotamienne vers le sud-est ; sur sa rive gauche, il reçoit alors le Bâlikh et le Khâboûr, qui suivent également du nord au sud la pente des plateaux. Semblable est, de l’autre côté, l’orientation du Qouaïq d’Alep qui, n’ayant aucun fleuve pour entraîner ses alluvions, se perd dans une lagune. Les plateaux calcaires entre Qouaïq et Oronte sont le domaine des vallées sèches.

6Les côtes traduisent bien l’orientation du relief, qu’elles suivent du nord au sud le long du Dj. Ansarié et du sud-ouest au nord-est entre Lattakié et l’embouchure de l’Oronte et dans le golfe d’Alexandrette, ou coupent transversalement dans quelques chaînons du Dj. ‘Aqra ou à l’extrémité de l’Amanus, au fond du golfe d’Alexandrette, et en basse-Cilicie. Mais, soit qu’elles longent des chaînes sans les briser, soit qu’en coupant les lignes du relief elles traversent des dépressions, elles sont presque partout basses, marécageuses ; ne font exception que la côte au sud du Râs al-Khanzîr et celle du Djabal ‘Aqra, qui seule a d’importantes échancrures. Ce n’est donc pas de ses qualités naturelles que cette côte a tiré son importance maritime à certaines époques de l’histoire, mais de son rôle de façade méditerranéenne de l’Asie et du compartimentage de l’arrière-pays, propice à la multiplication des petits ports.

7Le climat est un compromis entre la Méditerranée et le désert syro-arabique. L’été est toujours sec ; l’amplitude des variations thermiques, grande à l’intérieur, s’atténue sur la côte. Mais le relief est ici le principal agent de diversité : la pluie est abondante sur les chaînes côtières et les hautes chaînes intérieures ; les cimes portent des neiges qui ne fondent qu’au printemps, entretenant de nombreux cours d’eau. Les orages sont fréquents et, avec le relief, contribuent à la prédominance des torrents sur les rivières calmes. Par contre, une fois franchie ces chaînes, la pluie devient rare. Les dépressions, même sur des côtes comme celles d’Alexandrette, sont étouffées, malsaines, à l’exception du sillon d’Antioche qui, unissant la mer et les régions intérieures, produit au contraire un remarquable appel d’air.

8La végétation présente des différences tranchées entre les montagnes arrosées et imperméables, et l’intérieur plus sec par suite de la rareté des pluies et de la perméabilité du sol. Sur l’Amanus, le Dj. ‘Aqra, un peu le Dj. Ansarié, on trouve, on trouvait surtout des forêts (conifères dans l’Amanus, chênes plus au sud) et de riches prairies. Dans les régions de Behesnî et Kiahtâ, la montagne est vêtue d’un maquis méditerranéen. Tous les plateaux intérieurs sont une steppe où il est possible par irrigation de cultiver des céréales et des arbres fruitiers, dans une zone longue et mince s’étendant en arc de cercle de l’Antiliban au Diyâr Bakr par Alep et Édesse. Plus à l’intérieur encore, c’est le désert aux rares oasis.

9La Syrie et la Djéziré constituent donc un ensemble de zones concentriques formant un quart de cercle entre un désert et des montagnes peu habitables et difficilement traversables. La zone des agriculteurs, des commerçants, des immigrations est la zone médiane, entre les Bédouins et les montagnards ; zone longue et étroite, sans cesse menacée, dont l’intégrité est la condition de la prospérité pour la Syrie et la Djéziré. Dans les zones montagneuses vivent de petits pays fermés, particularistes, que les grandes routes longent sans les pénétrer ; ces routes viennent de l’Asie centrale et du golfe persique ; d’où des ports actifs, mais peu en rapport avec leur arrière-pays immédiat. Les populations locales ont formé des bourgeoisies maritimes quand elles n’avaient pas de concurrent, mais ont ensuite été éliminées par les Occidentaux, et leurs ports sont plus méditerranéens que syriens. L’opposition est toutefois moins tranchée dans la Syrie du nord que plus au sud, à cause de l’étendue de l’arrière-pays agricole et de la facilité des communications entre la côte et lui.

Notes

1 Entre l’Oronto et le ‘Afrîn se trouvent plusieurs petits massifs dont le dernier au nord-est est le Dj. Smân ; ils forment un compromis entre la direction taurique, qui affecte leur forme globale, et la direction syrienne qui se traduit par leur compartimentage en chaînons orientée nord-sud.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540