Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Chapitre III. Les autres sources

Texte intégral

1Les sources de langue autre qu’arabe ou latine nous retiendront moins longtemps, parce qu’elles sont beaucoup moins nombreuses ; mais si les sources juives et persanes sont pour nous d’intérêt médiocre, les sources grecques ont un peu plus de valeur, et les sources arméniennes et syriaques ne le cèdent en importance à aucune autre.

Les sources persanes

2Les sources de langue persane se divisent en deux catégories, selon qu’elles ont été rédigées en Iran ou en Anatolie ; le persan a en effet été la seule langue historique des Turcs jusqu’au xve siècle, et les ouvrages turcs ultérieurs ne sont pour les périodes anciennes que des adaptations d’originaux persans.

  • 1 Trad. Hammer-Purgstall, Vienne, 1856, 4°, vol. I.
  • 2 Ed. trad. Quatremère (histoire des mongols, seconde partie, seulement), Paris, 1836, f°.

3Les histoires iraniennes, dont il a très peu été composé et dont il n’est rien conservé antérieurement au début du xiiie siècle, ne s’intéressent à l’Asie méditerranéenne, en dehors d’histoires universelles tardives utilisant les grandes chroniques arabes connues, que dans le cas où l’Iran et les pays occidentaux ont été soumis à une même domination, c’est-à-dire au moment de la campagne de Hoûlâgoû (1258-1260). Nous aurons à utiliser deux ouvrages de la première moitié du xive siècle, la continuation de Djomuaïni par Waççâf1, et la grande histoire universelle de Rachîd ad-dîn, donnant l’un et l’autre le point de vue officiel de la cour ilkhânide2.

  • 3 Trad. turque et résumé persan édités par Houtsma, Textes relatifs à l’histoire des Seldjouqides, Pa (...)

4En Anatolie, en dehors de récits légendaires, il n’a rien été écrit comme œuvre historique en milieu musulman avant la seconde moitié du xiiie siècle, où un fonctionnaires seldjouqide d’origine khorassanienne, Ibn Bîbî, compose un Seldjouq-Nameh (histoire seldjouqide) précieux, malgré ses fioritures, pour le xiie siècle, mais que l’auteur n’a pu faire remonter, faute de sources, nous dit-il, plus haut que la mort de Qilîdj-Arslân II (1192)3.

  • 4 On peut citer encore le Tarikh-i-Gozidè, histoire générale de tous les Seldjouqides, de l’Iranien M (...)

5Les historiens postérieurs ne deviennent généralement détaillés ou originaux que pour la période ilkhânide4 ; il y a quelqu’intérêt à ne pas négliger les récits relatifs aux débuts des Seldjouqides et des Danichmendites, si déformés soient-ils, qu’ont conservés des auteurs de très basse époque comme Hezarfenn et Mounadjdjim Bâchî (ce dernier, en turc et arabe, xviie siècle).

Sources hébraïques

  • 5 Trad. Adler, Londres, 1907. Je n’ai pu consulter l’éd. trad. Komroff, New-York, 1928. Sur des sourc (...)

6La seule qui nous concerne quelque peu est le Voyage de Benjamin de Tudèle. l’auteur a vu la Syrie en 1167 ; il s’intéresse surtout aux communautés juives5.

Sources grecques

  • 6 G. Duckler, Anna Comnena, Oxford, 1929 ; éd. trad. Dawes, Londres, 1928 ; Leib, Paris (Budé), en co (...)
  • 7 G. Stadtmüller, Michael Choniates (frère de Nicétas), Rome, 1934.
  • 8 Ed. H. Gr. Cr. I.

7Les sources grecques n’ont en général d’intérêt pour nous que dans les moments où l’histoire byzantine interfère avec celle de la Syrie, secondairement, par ce quelles nous apprennent de l’Anatolie seldjouqide. Il n’en existe aucune dont l’horizon déborde le cadre de l’histoire byzantine ; c’est dire qu’au xiiie siècle, elles deviennent pour nous négligeables. Au xiie siècle, les sources de leurs informations syriennes ne se distinguant en rien de leurs sources générales, qui ne peuvent être étudiées ici, nous nous bornerons à quelques mots sur trois auteurs. Le premier est Anne Comnène, fille d’Alexis Comnène, qui a raconté, d’après des témoins et des souvenirs personnels, le règne de son père dans l’Alexiade, achevée en 11486. Kinnamos, né en 1143, secrétaire de Manuel Comnène, compose au lendemain de la mort de ce prince une histoire de son règne et, plus sommairement, de celui de son père Jean Comnène. Enfin Nikétas Choniate ou Akominate, né au milieu du xiie siècle, fonctionnaire à Constantinople puis à Nicée, compose après la prise de Constantinople une histoire allant de Jean Comnène au début de Henri Ier ; il ignore Rinnamos7. Au xiiie, nous ferons deux ou trois emprunts à Georges Akropolite (milieu du siècle) et à Pachymère (fin du siècle). Ajoutons encore le voyageur Jean Phocas qui vit la Syrie en 1178, mais la décrit sans précision8.

Sources syriaques

8Les sources syriaques sont peu nombreuses — trois chroniques conservées — mais très importantes par leurs dimensions et par les renseignements qu’elles donnent sur les régions tauriques et cappadociennes, presqu’inconnues en dehors d’elles, et sur la vie religieuse de leur temps (surtout de leur église), qui tient dans leurs préoccupations d’autant plus de place que les populations monophysites sont moins intéressées dans les conflits des princes. L’importance de la littérature syriaque aux xiie-xiiie siècles, dans une langue que les fidèles ne parlent plus, est un phénomène remarquable, en relation avec l’essor de la vie monastique depuis la reconquête byzantine et jusqu’à la période mongole incluse. Les trois chroniques que nous connaissons présentent le trait commun d’être divisées en deux sections, l’une laïque, l’autre ecclésiastique.

  • 9 Trad. Chabot Paris, 1899-1910, 3 vol. 4° (seul le III nous concerne ; au I, importante préface) ; B (...)
  • 10 Baumstark, 291
  • 11 Michel III, 279 ; Baumstark, 293.
  • 12 Michel III, 256 ; Baumstark, 294.
  • 13 Michel III, 237 ; Baumstark, 295-298.

9Michel le Syrien, patriarche jacobite d’Antioche de 1166 à 1199, personnalité de haute valeur intellectuelle et de large horizon moral, écrivit entre autres ouvrages une histoire universelle atteignant l’année 11959 et reposant surtout, pour notre période, sur les histoires syriaques d’Ignace de Mélitène (m. 1104)10, Basile bar Choumana (m. 1169)11, Iwannis de Kaïsoûn (m. 1171)12 et Dionysos bar Çalibhi (m. 1175)13, ainsi que sur les informations et l’expérience propre de l’auteur ; ce dernier a ajouté à sa rédaction première, pour les années 1107-1119, un emprunt à une chronique arabe qui ne paraît pouvoir être identifiée à aucune de celles que nous connaissons, mais doit avoir été une des sources d’Ibn al-Athîr. En dépit d’une chronologie confuse pour les périodes antérieures à sa propre vie, l’œuvre de Michel est des plus précieuses, et, connue longtemps seulement par une traduction-trahison arménienne, n’a pas encore été utilisée comme elle le mérite.

  • 14 Ed. Chabot, Corpus Scrpt. Or. Série III, 14-15 ; traduction partielle Tritton, JRAS, 1933 ; j’ai pu (...)

10Quelques années après la mort de Michel, un petit ecclésiastique d’Édesse écrivit la « chronique anonyme syriaque », qu’il continua ensuite jusqu’en 1233 ; l’auteur a utilisé Michel et l’histoire d’Édesse de Basile bar Choumana, et y ajoute des connaissances originales ; d’horizon moins vaste que son illustre prédécesseur, mais plus circonstancié dans l’histoire locale, il ne lui cède en rien pour l’intérêt politique, social et archéologique14.

  • 15 Baumstark, 313-320 ; éd. trad. Budge, Oxford, 1932, partie laïque ; Abbeloos et Lamy, Paris, 1878 ; (...)

11Enfin l’un des esprits les plus encyclopédiques et les plus puissants de son temps, Grégoire Abou’l-Farâdj dit Bar-Hebraeus, dont la vie, commencée à Malatya, continuée en pays franco-cilicien, se poursuit en Mésopotamie et en Adherbaïdjân lorsqu’il a été élevé en 1264 à la dignité de maphrien (chef des églises jacobites d’Orient), écrit, peu avant sa mort (1286), une histoire universelle, combinant principalement, pour le xiie siècle, Michel le Syrien et Ibn al-Athîr ; il a connu aussi des ouvrages persans, et, pour le milieu et la fin du xiiie siècle. paraît entièrement original15.

Sources arméniennes

12Les sources arméniennes se distinguent par deux caractères en apparence contradictoires, la violence des passions « nationalistes » et l’importance des emprunts aux littératures étrangères. On peut y distinguer deux périodes : au xiie siècle, l’historiographie arménienne est la descendante de celle qui s’était développée sous la domination byzantine et se développe dans les régions de colonisation arménienne plus ou moins ancienne. Arménie proprement dite et régions euphratésiennes ; — elle est influencée par des modèles grecs et donne naissance à des ouvrages considérables. Au xiiie, les Arméniens d’Orient, depuis longtemps assujettis à des dominations étrangères, disparaîtraient presque de la scène si la conquête mongole ne favorisait une renaissance ; par contre, une culture arménienne nouvelle se crée en Cilicie ; les ouvrages de cette période sont en général des chroniques succinctes ou des traités spéciaux plutôt que de grandes histoires générales.

  • 16 Ed. trad. Dulaurier, Bibliothèque Arménienne, Paris, 1858, et, pour notre période, H. Arm. Cr. I, p (...)
  • 17 H. Arm. Cr. 222-268 et 269-307.
  • 18 Ed. A. Maii et J. Zohrab (avec l’Eusèbe arménien), Milan, 1818 ; fragments H. Arm. Cr. 447-455 (ave (...)

13L’œuvre la plus importante du xiie siècle et de toute l’historiographie arménienne postérieure à la conquête arabe est celle de Matthieu d’Édesse, supérieur d’un couvent de cette ville, mort à Kaïsoûn peu après 1136, date où s’arrête sa chronique. Il l’avait sans doute commencée dès la fin du xie siècle, puis continuée à mesure des faits ; il a été témoin d’une grande partie de ce qu’il rapporte et, pour le reste de notre période, n’a eu d’informations qu’orales ; il a une tendance excessive à voir partout des prodiges, et une haine insatiable des Grecs, mais il est bien documenté. Son œuvre a été continuée dans le même esprit par Grégoire le Prêtre, de Kaïsoûn, jusqu’en 116316. De la même région sont encore le contemporain de Grégoire, saint Nersès Schnorhali, frère du catholicos Grégoire III et lui-même catholicos de 1166 à 1172, théologien orateur et poète, auteur d’un poème historique atteignant la fin du xie siècle et d’une élégie verbeuse sur la prise d’Édesse par Zengî ; et, à la génération suivante, son successeur au catholicosat Grégoire IV Dgha (1172-1189), auteur d’une élégie sur la prise de Jérusalem et les succès consécutifs de Saladin, où il y a plus de précisions17. Dans la grande Arménie écrit Samuel d’Ani, auteur d’Annales qui atteignent l’an 1177, et qui utilise un ouvrage du docteur Sarcavag, mort au début du xiie siècle, l’histoire de Matthieu (sans Grégoire), et des informations originales18.

  • 19 Trad. Brosset, Mém. Acad. Imp. Sc. St. Pétersbourg, 7e série, XIII, n° 5.
  • 20 Ed. Trad. (russe) Patkanov, St-Pétersbourg, 1870-1871.
  • 21 Vartan. éd. Emin, Moscou, 1861, trad. fragments TA 1860 (Mongols) et H. Arm. Cr. 434-443 (croisades (...)

14Après Samuel d’Ani, l’Arménie ne produit plus d’historien avant le milieu du xiiie siècle. En dehors des chroniques succinctes de Mkhitar d’Aïrivank (extrême fin du siècle), qui paraît dépendre en grande partie de Samuel et de Bar Hebraeus19, et d’une continuation de Samuel écrite peu après 1340 d’après le même Bar Hebraeus, les ouvrages historiques émanent tous du couvent de Kantzag et de Jean Vanagan et ses disciples. Jean Vanagan avait fait une histoire des conquêtes mongoles de 1236 à sa mort (1251), qui nous est connue par un abrégé et une continuation de son disciple Malachie20 ; contemporains de Malachie sont Vartan et Kyrakos, tous deux auteurs d’histoires universelles pour lesquelles ils ont utilisé Matthieu et Grégoire, Samuel d’Ani, Vanagan, et des sources originales ; la première atteint 1269, la seconde d’abord écrite en 1241 fut continuée jusqu’en 126521.

  • 22 H. Arm. Cr. 311-409.
  • 23 Ibid. 605-653.
  • 24 Ms. chez les Mékhitaristes de Venise.
  • 25 H. Arm. Cr. I, 493-535.

15En Cilicie, en dehors d’une adaptation de Michel le Syrien, fortement altéré pour la satisfaction du patriotisme de l’auteur et continué jusqu’en 1226, nous ne rencontrons également d’œuvre historique que pour la seconde moitié du xiiie siècle22. Sempad, le frère du roi Héthoum 1er et son connétble, traducteur des Assises d’Antioche et adaptateur du code de Mkhitar Koche, avait composé aussi une chronique, qui repose d’abord sur Matthieu et Grégoire, puis sur des pièces d’archives et des souvenirs personnels ; il donne naturellement le point de vue officiel héthoumien, et laisse beaucoup de lacunes ; il atteint l’année 1274, antérieure de deux ans à sa mort23. Aussi officiel mais plus circonstancié et plus complet est l'« Historien Royal » de l’extrême fin du xiiie siècle qui n’est connu jusqu’ici que par les extraits d’Alishan dans « Léon le Magnifique » et « Sissouan » ; extraits qui donnent l’impression d’un ouvrage considérable et rendent extrêmement désirable une édition24. Au xive siècle enfin Vahram d’Édesse, chancelier de Léon III, écrit une « Chronique rimée » continuant depuis les Roupéniens le poème de Nersès Schnorhali, et utilisant, à côté de Samuel d’Ani, de nombreuses informations tirées de sources indéterminées25.

  • 26 Flor, éd. H Arm. Cr. II (préface approfondie de Kohler) ; chronique, éd. Aucher, Venise, 1842, trad (...)

16Il faut placer à part Héthoum de Korykos, qui est aussi franc qu’arménien. Parent de la famille héthoumienne, mais devenu en 1305 prémontré à Chypre et établi ensuite en Europe, il y dicte en français à l’usage des occidentaux un vaste et précieux ouvrage sur les Mongols de son temps, la « Flor des Estoires de la Terre d’Orient ». D’autre part il a dès 1296 écrit des annales en arménien, mais reposant, dit-il, sur des ouvrages arméniens, syriaques, et francs ; elles présentent en effet d’incontestables rapports avec Sempad et surtout avec les Annales de Terre Sainte (dans une rédaction différente des nôtres) ; les parentés syriaques sont moins évidentes26.

  • 27 H. Arm. Cr. II

17À la fin du xive siècle, un français de Cilicie, Jean Dardel, écrit une histoire d’Arménie destinée à la propagande et sans intérêt pour la période antérieure à son temps27.

18Rappelons enfin que c’est par une traduction arménienne seulement que nous connaissons les Assises d’Antioche.

  • 28 St. Pétershourg, 1849 sq., 2 t. en 4 vol. 4°.

19Les sources géorgiennes ont été rassemblées d’après une compilation du xviiie siècle dans l’Histoire de la Géorgie de Brosset28.

  • 29 JA, 1888.

20Aux sources historiques proprement dites il faut ajouter souvent des notices de scribes à la fin de manuscrits divers ; celles qui concernent les Arméniens ont été utilisées par Alishan ; une longue notice syriaque a été publiée par l’abbé Martin29.

Notes

1 Trad. Hammer-Purgstall, Vienne, 1856, 4°, vol. I.

2 Ed. trad. Quatremère (histoire des mongols, seconde partie, seulement), Paris, 1836, f°.

3 Trad. turque et résumé persan édités par Houtsma, Textes relatifs à l’histoire des Seldjouqides, Paris, 1902, vol. 3 et 4 ; trad. intégrale de l’original, découvert depuis lors, préparée par H. W. Duda. Nous citons d’après Houtsma 4.

4 On peut citer encore le Tarikh-i-Gozidè, histoire générale de tous les Seldjouqides, de l’Iranien Moustauft de Qazwîn (trad. Gantin, Paris, 1903).

5 Trad. Adler, Londres, 1907. Je n’ai pu consulter l’éd. trad. Komroff, New-York, 1928. Sur des sources juives relatives à la vie des communautés égypto-palestiniennes, cf. J. Mann, The Jews in Egypt under the Fatimid, Oxford, 1920-1922.

6 G. Duckler, Anna Comnena, Oxford, 1929 ; éd. trad. Dawes, Londres, 1928 ; Leib, Paris (Budé), en cours de parution ; fragments dans H. Gr. Cr.

7 G. Stadtmüller, Michael Choniates (frère de Nicétas), Rome, 1934.

8 Ed. H. Gr. Cr. I.

9 Trad. Chabot Paris, 1899-1910, 3 vol. 4° (seul le III nous concerne ; au I, importante préface) ; Baumstark, 298-300.

10 Baumstark, 291

11 Michel III, 279 ; Baumstark, 293.

12 Michel III, 256 ; Baumstark, 294.

13 Michel III, 237 ; Baumstark, 295-298.

14 Ed. Chabot, Corpus Scrpt. Or. Série III, 14-15 ; traduction partielle Tritton, JRAS, 1933 ; j’ai pu connaître quelques autres passages grâce à l’obligeance de l’Abbé Chabot, qui prépare une traduction d’ensemble.

15 Baumstark, 313-320 ; éd. trad. Budge, Oxford, 1932, partie laïque ; Abbeloos et Lamy, Paris, 1878 ; partie ecclésiastique, abrégé arabe, éd. Çalhani, Beyrout 1900, trad. Pococke, Oxford, 1663.

16 Ed. trad. Dulaurier, Bibliothèque Arménienne, Paris, 1858, et, pour notre période, H. Arm. Cr. I, p. 1-150 ; Grégoire, ibid. 151-201. À la suite est éditée une oraison funèbre de Baudouin de Mar’ach par Basile, docteur mort en 1162, Grég. 161, 199.

17 H. Arm. Cr. 222-268 et 269-307.

18 Ed. A. Maii et J. Zohrab (avec l’Eusèbe arménien), Milan, 1818 ; fragments H. Arm. Cr. 447-455 (avec la Continuation, 456-468).

19 Trad. Brosset, Mém. Acad. Imp. Sc. St. Pétersbourg, 7e série, XIII, n° 5.

20 Ed. Trad. (russe) Patkanov, St-Pétersbourg, 1870-1871.

21 Vartan. éd. Emin, Moscou, 1861, trad. fragments TA 1860 (Mongols) et H. Arm. Cr. 434-443 (croisades) par Dulaurier ; Kyrakos, éd. Osgan Ovhanniciants, Erivan, 1858, trad. Brosset St-Pétersbourg, 1870, extraits H. Arm. Cr. 412-430. Cf. P. H. Oskian, Jean Vanagan et ses disciples, Vienne, 1922 (en arménien). Aux ouvrages précités, il faut ajouter pour l’historiographie arménienne l’histoire des Orpélians, qui ne nous concerne pas.

22 H. Arm. Cr. 311-409.

23 Ibid. 605-653.

24 Ms. chez les Mékhitaristes de Venise.

25 H. Arm. Cr. I, 493-535.

26 Flor, éd. H Arm. Cr. II (préface approfondie de Kohler) ; chronique, éd. Aucher, Venise, 1842, trad. V. Langlois, Revue de l’Orient, 1863, fragments H. Arm. Cr. I) 471-490 ; les rapprochements sont tantôt avec Ann. T. S. tantôt avec Chyprois (p. ex. ans 1208, 1213, 1219).

27 H. Arm. Cr. II

28 St. Pétershourg, 1849 sq., 2 t. en 4 vol. 4°.

29 JA, 1888.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540