Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Chapitre II. Les sources arabes1

Texte intégral

  • 1 À Brockelmann, on ajoutera Wüstenfeld, Arabische Geschichtschreibér, Goettingen, 1882, et mes Chron (...)

1La production historique arabe est beaucoup plus volumineuse et beaucoup plus impersonnelle que la production occidentale. À l’origine, il n’y a pas de séparation nette entre la science des traditions et l’histoire, entre l’histoire sacrée, si l’on veut, et l’histoire profane. Il n’y a pas de lettré qui n’ait reçu une culture de traditionniste, et plusieurs chroniqueurs furent aussi les auteurs d’ouvrages relatifs aux traditions. La science des traditions consiste essentiellement à trouver et à reproduire fidèlement (en principe) les paroles d’un témoin primitif, en précisant, avec plus ou moins de critique, la chaîne des intermédiaires qui les ont transmises, jusqu’à l’auteur. Rien de différent chez le chroniqueur, à cela près qu’il se dispense souvent de citer ses autorités. Son métier, à lui aussi, c’est de transcrire ou de résumer fidèlement soit des récits oraux, soit des sources écrites qui sont rarement nombreuses. Le travail qui consisterait à fondre ces éléments au lieu de les juxtaposer, et à les commenter au lieu de les donner bruts, lui est le plus souvent étranger ; et quand la chronique est conçue sur un plan suffisamment vaste, l’auteur n’a même plus à opérer de choix parmi ses matériaux, qu’il cite en vrac : sa personnalité apparaît aussi peu que possible. Ce défaut est pour nous une qualité précieuse quand la source primitive n’est pas directement conservée. Malheureusement il n’exclut pas une partialité négative, par suppression de certaines sources ou de certains faits, susceptibles de nuire à la religion ou de mécontenter un puissant du jour. D’ailleurs cette manie de la compilation est responsable de la perte de beaucoup de sources primitives (perte beaucoup plus fréquente qu’en Occident) : quand plusieurs sources sont conservées ensemble dans une même compilation, pourquoi rechercher chacune d’elles isolément ?

2Moins personnelle que la production franque, l’historiographie arabe est en général plus abondante, et spécialement pour la Syrie, en raison de la disproportion numérique entre Francs d’Asie et indigènes — disproportion que les Francs d’Europe sont trop loin pour compenser — et de la plus grande diffusion de la culture en milieu indigène. Mais les diverses histoires consistant souvent dans la simple copie d’un ouvrage précédent accru de menues additions, il s’en faut de beaucoup que la masse de l’apport arabe en matériaux originaux soit proportionnelle à la masse du papier noirci.

3Comme chez les occidentaux, les informations originales reposent souvent sur des souvenirs de l’auteur, des récits oraux de témoins ; néanmoins, les sources écrites jouent un rôle beaucoup plus considérable. Dans tous les endroits où il existe une administration un peu stable et développée, ce paraît être un devoir de certains secrétaires de bureaux de tenir une sorte de journal des principaux événements. D’autre part, la correspondance privée et publique est assez copieuse ; sans doute les invasions et l’anarchie n’ont pas laissé subsister l’ancienne organisation de la poste abbasside, mais une des premières tâches de tout prince est d’en rétablir quelques éléments ; des courriers portent de ville à ville des sortes de communiqués officiels des événements récents de la ville voisine, dont on prend copie dans les bureaux de la suivante, et ainsi de suite (d’où des ressemblances entre chroniques dépendant des archives de villes différentes). Les lettres sont datées, mais comme on enregistre aussi la date de leur arrivée, il se produit souvent des confusions auxquelles les chroniqueurs ont insuffisamment pris garde ; souvent aussi la date ne comprend que le mois sans l’année, et pour peu que les classements soient imparfaitement faits, il arrive souvent qu’un chroniqueur rapporte au début d’une année des faits qui sont en réalité du début de l’année suivante.

4Du début du xie-xiie siècle à la période mamlouke, l’horizon géographique des ouvrages d’histoire, leurs procédés de composition, leur esprit changent considérablement. Au début, au morcellement politique correspondent des histoires d’intérêt local ; à la fin, à la reconstitution de grands états, des histoires universelles. Au début, une distinction, que le langage ne marque d’ailleurs pas, existe entre deux genres de Târîkh (d’histoire), les chroniques et les dictionnaires biographiques ; à la fin, l’habitude s’introduit d’annexer aux événements de chaque année dans les chroniques, des obituaires étendus, qui ne diffèrent des dictionnaires biographiques que par le classement chronologique. En même temps se développent deux tendances d’apparence contradictoire mais connexes : la tendance à l’énormité (on veut mettre dans une histoire la totalité de ce qu’on peut savoir), puis, comme de telles « sommes » sont inaccessibles au profane, la tendance au manuel, à l’usage de l’aristocratie militaire qui se pique de lettres. Enfin, au début du vie siècle, les chroniqueurs, formés dans une période d’anarchie et issus de milieux divers, ont une relative liberté d’esprit ; à partir du milieu du xiie siècle se développe une réaction sunnite rigoureuse et les historiens ou sont eux-mêmes des membres des milieux, théologiens ou fonctionnaires, qui dirigent cette réaction, ou sont des aristocrates militaires formés par les précédents. Il en résulte en particulier une élimination progressive des sources chiites, dont il ne nous est parvenu que des morceaux, et par voie indirecte ; l’histoire syrienne nous apparaît donc à travers les sources conservées sous un angle unique et systématiquement faussée.

5Nous parlerons d’abord brièvement des Dictionnaires, puis des Chroniques.

A) Les dictionnaires

6Apportant lamentablement peu de matériaux à la connaissance de la société musulmane, la plupart des dictionnaires nous intéressent surtout par les renseignements qu’ils nous donnent sur les chroniqueurs et leurs sources. Abstraction faite des obituaires des chroniques, il faut en distinguer trois groupes : par régions, par catégories d’hommes (tabaqât), enfin universels.

7a) Par régions. On connaît des dictionnaires pour Bagdad, Damas, Harrân, Donaïsar, Irbil, Alep, et l’Égypte.

  • 2 Brock., 329-330 et suppl. 564-565. Sam‛ânî avait écrit avant 556 (‛Imâd Kharîda, 167 r°).
  • 3 Bibl. Nat., 6152.
  • 4 Madjd ad-dîn Maḥmoûd b. Ḥasan, dit Ibn an-Nadjdjâr, voyagea vingt-sept ans pour écouter 3 000 chaïk (...)
  • 5 ‛Obaïdallah b. ‛Alî, vécut à Bagdad et en Adherbaïdjân auprès d’Ildeghiz, tantôt médecin tantôt int (...)

8Pour Bagdad, l’ouvrage fondamental d’al-Khatîb (ve/xie siècle) fut continué par Sam’ânî (506/1113-562/1167), puis par Dobaïthî (558/1163-637/1239)2 ; l’ensemble fut abrégé par Bondârî (cf. chroniqueurs)3 ; une autre continuation d’al-Khatîb était composée en même temps par Ibn an-Nadjdjâr (578-643)4 ; un dictionnaire général en soixante volumes, resté à l’état de brouillon, est dû à Ibn al-Mâristâniya (mort en ambassade à Tiflis en 599)5.

  • 6 Brock. 331, suppl. 566. Ed. en cours, commencée par ‛Abdalqâdir Ef. Bahram, Damas.
  • 7 Par Ibn al-Moukarram et Ibn Qadî Chouhbà (cf. infra).
  • 8 Ḏiyâ ad-dîn, dit le Ḥâfiẓ Ḏiyâ, et Tâdj al-Oumanâ (mort en 643), cf. Dhahabî et A. Ch. passim (surt (...)
  • 9 Cf. infra p. 000.
  • 10 Çafadî et Boughya passim.
  • 11 Çadr ad-dîn al-Bakrî, Çafadî JA 1912, 253, entre autres.

9Pour Damas, l’ouvrage fondamental est l’Histoire de Damas d’Ibn ‛Asâkir (499-571), rédigée dès 5626 ; il a été l’objet d’abrégés7 et de continuations, celles-ci dues à des membres de sa famille8, à Tâdj ad-dîn ibn al-amawiya (572-642), Abou Châma9, ‛Omar ibn al-adjîb10, etc.11

  • 12 ammâd b. Hibatallah abou’th-thanâ al-anbalî voyagea du Khorassân en Egypte. Son histoire parlait (...)
  • 13 Inconnu. Citations dès le vi-xiie siècle (Boughya, IV, 72 r°, VI, 210 r° sq. et Β. N. 28 r°.
  • 14 Ahlvvardt 9851. Cité aussi par Ibn al-Qiftî 290.
  • 15 Biographie et extraits dans Ibn Khallikân. Cf. aussi Boughya, IV, 157 v° et a. Ch. passim.

10Pour Harrân, on connaît par des citations l’Histoire de ammâd al-arrânî (511-598)12 et sa continuation par Abou’l-Maâsin b. Salâma (début du vie/xiiie siècle)13. Pour Donaïsar, ville déchue dans notre période, le dictionnaire, perdu sauf un fragment, d’Ibn Dozmouch le Turc14 n’a pas d’intérêt pour nous. On a de nombreuses citations de l’Histoire d’Irbil d’Ibn al-Moustaufî (m. 637)15.

  • 16 Pour ses biographies des vie-viie siècles, les principales sont Sam‛ânt, Ibn ad-Dobaïthî, Ibn an-Na (...)
  • 17 Brock. II, 34 ; on ne connaît de mss. que de la première moitié.
  • 18 Au siècle suivant

11Pour Alep, nous disposons d’un ouvrage très précieux dans la « Boughyat aṭ-ṭalab fî tàrîkh Halab », de Kamâl ad-din ibn al-Adîm (cf. chroniqueurs), qui y donne des récits historiques relativement nombreux et indique ses sources16 ; il a été continué au ixe-xve siècle par Ibn Khatîb an-Nâsiriya17, puis par Ibn al-anbalî18.

  • 19 Ce peut être le cas d’histoires d’Égypte signalées par Çafadî JA 1912. 255-256, et d’Ibn Nouçaïla ( (...)

12Pour l’Égypte enfin, il n’est pas sûr qu’il ait existé de dictionnaire biographique antérieur au « Mouqaffa » de Maqrîzî, au xve siècle (cf. chroniqueurs)19.

13b) Par catégories d’hommes, Il faut distinguer les tabaqât proprement dites (des docteurs de la loi) et les recueils consacrés aux poètes ou aux savants et lettrés en général.

  • 20 Brock. 314 ; Yaqoût Irchâd VI, 81 ; l’auteur écrivit une continuation (a as-saïl ‛alâ’dh-dhaïl) ; i (...)
  • 21 Weijers, Orientalia, I, 13.
  • 22 Chronigues arabes d’Istanbul, 361.
  • 23 Ed. Margoliouth, Leyde, 1907-1926, 7 vol. (t. 4 non-authentique ; dans t. 7 manquent les extraits s (...)
  • 24 Ed. Lippert, Berlin, 1903
  • 25 Ed. A. Müller, Le Caire, 1882 (préface, Königsberg, 1884).
  • 26 On complétera principalement par Brockelmann, ainsi que l’introduction de O. Rescher au premier vol (...)

14Comme recueil de biographies de poètes (avec des extraits de leurs œuvres) le principal est la « Kharîdat al-qaçr fî djarîdat al-‛açr » de ‛Imâd ad-dîn al-Içfahânî (cf. chroniqueurs)20. Au siècle suivant, il faut citer l’ayyoubide al-Mançoûr (mort en 618)21, le chiite Ibn abî ayyî (ch. chroniqueurs), Ibn Chouar22, etc. Quant aux lettrés en général, citons l’« Irchâd al-arîb fî akhbàr al-oudabâ » de Yâqoût (cf. géographes), très important au point de vue bibliographique23, les Vies des savants d’Ibn al-Qiftî, précieuses pour l’histoire intellectuelle24, et celles des médecins d’Ibn abî Ousaïbia, remarquablement riches en renseignements d’intérêt social général25 (pour des deux, cf. chroniqueurs). Quant aux tabaqât des docteurs, soit générales, soit divisées par rites, nous ne les énumérerons pas ; la plupart sont tardives et reposent sur des sources plus anciennes conservées. La Syrie étant alors en majorité châfi‛ite, nous citerons seulement les tabaqât châfi‛ites d’as-Soubkî et d’Ibn Qâî Chouhbâ (xive siècle)26.

  • 27 Inédit. Sur les mss. cf. H. Ritter, Riv. St. Or. 1929. Le même a publié le premier volume d’un dict (...)
  • 28 Trad. De Slane, Paris, 1842-1871, 4 vol. 4°.
  • 29 Traditionnaliste sunnite alexandrin constamment cité.
  • 30 Constamment cité par les auteurs postérieurs, mort en 650 ; un opuscule de lui est conservé, cf. Ch (...)

15c) Nous serons également brefs sur les dictionnaires généraux. Avec le Târîkh al-islâm de Dhahabî, dont il sera question avec les chroniques, le principal est celui de Çafadî (xive siècle), mine inépuisable de renseignements biographiques vainement cherchés ailleurs27. Parmi ses prédécesseurs, le plus illustre au point de vue littéraire est Ibn Khallikân, dont certaines notices sont des morceaux d’histoire28. Nommons encore les Égyptiens Silafî (xiie siècle)29 et Moundhirî (xiiie)30.

B) Les chroniques du xiie siècle antérieures à Saladin

  • 31 Le traditionniste damasquin Ibn al-Akfânî (Hibatallah b. Aḥmad, 444-523, cf. Qal. 227, Sibt 81, I. (...)
  • 32 Ed. Amedroz, Leyde, 1908 (cf. H. Zayât JA 1910), trad. partielle II. A. R. Gibb, The Damascus chron (...)

16a) La Syrie méridionale : Ibn al-Qalânisî. — Le vie/xiie siècle paraît avoir été une période de faible activité historiographique en Syrie centrale et en Palestine ; nous n’y avons de trace d’aucune autre chronique31 que de celle d’Ibn al-Qalânisî ; celle-ci, qui s’est conservée32, est par contre du plus grand prix.

  • 33 Il restait quelques blancs : on cherche en vain le récit annoncé p. 284 (Gibb).
  • 34 Les rapports proches existant entre Qal. et ‛Aẓîmî proviennent en partie d’emprunts de ce dernier, (...)
  • 35 Exemple : en 509/1115, Toghtekîn, suspect au calife, s’allie aux Francs pour résister à une expédit (...)

17Abou Ya‛lâ Hamza b. Asad... at-Tamînî al-‛Amîd, dit Ibn al-Qalânisî, né vers 465/1073 dans une grande famille damasquine, fit, après des études de théologie et de lettres, une carrière administrative, et fut directeur du Bureau de la Correspondance (Dî-wân ar-rasâïl) et deux fois raïs de Damas. Sa chronique, dont une partie avait été écrite avant 535/1140-1141 et fut connue trois ans plus tard par al-’Azîmî, fut reprise trois ans plus tard par l’auteur après un arrêt de quelque cinq ans, peut-être complétée pour la partie antérieure, et en tout cas continuée par l’auteur jusqu’à sa mort, qui survint en 555/116033. La chronique d’Ibn al-Qalânisî est la seule chronique développée qui nous soit parvenue pour toute la période comprise entre l’invasion turque et Saladin. Continuant théoriquement celle de Hilâl aç-Çâbî depuis 441/1050, c’est en fait une chronique essentiellement damasquine ; aucun emprunt n’est fait, sûrement, à des sources non-syriennes, aucun peut-être même à une source littéraire quelle qu’elle soit34 ; c’est avant tout la mise en œuvre des pièces d’archives qu’il avait pu bien connaître par sa profession, ainsi que des témoignages de témoins et de la propre expérience de l’auteur. Peu d’écrits historiques arabes ont un accent aussi personnel. Naturellement, il en résulte, tantôt par nécessité de ménager la dynastie régnante, tantôt parce que l’auteur est partie dans les luttes de factions, une grande partialité, qui se manifeste par des déclarations explicites ou par d’habiles omissions35. Ibn al-Qalânisî est à la base d’une grande partie de l’histoire syrienne d’Ibn al-Athîr, de Sibt ibn al-Djauzî, d’Abou Châma, et plus généralement de toute l’historiographie postérieure ; mais retrouvé récemment et traduit plus récemment encore, il a été insuffisamment utilisé par les modernes.

18b) Les chroniqueurs de la Syrie du nord. — Du milieu du v/xie siècle à celui du vii/xiiie, presque rien ne nous est parvenu de la production historique de la Syrie du nord ; elle paraît cependant avoir été abondante. Mais d’une part elle devait être en partie chiite, ce qui l’a fait détruire ou oublier ; d’autre part, au morcellement politique particulièrement poussé correspondaient des œuvres d’horizon et de public étroits, parfois simples collections d’épisodes désordonnés et de style provincial ; chaque grande famille se piquait d’écrire et chacune avait sa chronique. Naturellement, ces œuvres sont à la base de l’historiographie postérieure, il faut donc les étudier. Nous parlerons successivement d’Ibn Zouraïq et al-‛Olaïmî, Ibn abî Djarâda, Ibn al-Lo‛aïba, Ḥamdân ibn ‛Abdarrahîm, al-‛Azîmî, enfin des Mounqidhites.

  • 36 Ibn ‛Asâkir Saray 2887, X, 240 v° ; ‛Imâd-Kharîda, qui énumère des membres de sa famille, l’ignore, (...)
  • 37 Kamâl Bibl. Nat. 2138, 186 r°, et Saray V, 222 ν° ; I. F., I, 82 v° ; Ibn As. III 340 ; I. Ch. 98 r (...)
  • 38 Boughya III 129 r° et 238 r°, où il est dit disciple du poète ‛Arqala (milieu du xiie siècle, vers (...)

19Ibn Zouraïq (Abou’l-Hasan Yaḥya b. ‛Alî b. Moḥammad b. ‛Abdallatif... at-Tanoûkhî al-Ma‛arrî) était né à Ma‛arrat an-No’mân en 442/1051 et appartenait à l’illustre famille des Ta-noûkhî dont tous les membres, fiers de leur parenté avec le grand poète Abou’l-Alâ al-Ma‛arrî, tenaient à faire figure de lettrés36. Il composa une chronique relative à la conquête turque et à l’invasion franque, dont on a des citations (dans Ibn ‛Asâkir, Ibn abî Ṭayyî, Kamâl ad-dîn, et Ibn Chaddâd le Géographe) échelonnées de 462/1070 à 508/1114-111537 ; Kamâl ad-dîn le connaît par l’intermédiaire d’un certain Abou’l-Khattâb ‛Omar b. Moḥammad al-Olaïmî, dit aussi Ibn Khawâidj Kach ( ?), qui doit avoir vécu au milieu ou dans la seconde moitié du xiie siècle38.

  • 39 I. F., I, 122 r° ; Kamâl passim surtout Boughya VII 146 r° ; ce peut être ses fils que le préposé a (...)

20Ibn abî Djarâda (Abou’l-Ḥasan ‛Alî b. ‛Abdallah) est l’auteur d’un ouvrage relatif aux souverains d’Alep, qu’ont utilisé Ibn abî Ṭayyî et Kamâl ad-dîn ;il allait des débuts de l’Islam à 512/1118 au moins ; l’auteur appartenait à la famille des cadis hanbalites d’Alep39.

  • 40 Boughya VII 220 v°, 250 r°, VIII 155 v°, et dans II. Or. Cr. III, 722 ; Ibn ‛As. Saray 2887 VII, 20 (...)

21Ibn Loaïba (‛Abdalmoun‛am b. Ḥasan b. Ḥosaïn abou’l-Faḍl al-Ḥalabî), connu comme lettré et poète, ne fit œuvre historique que par un « recueil de textes annotés » utilisé par Kamâl ad-dîn pour la fin du v/xie siècle et le début du suivant jusqu’en 519/1125 ; l’auteur avait atteint l’âge d’homme à cette dernière date40.

  • 41 Kamâl Boughya IV, 257 v° ; 280 r° ; Ibn As., Saray X, 438 v° ; Ibn Mouyassar, an 524. La citation (...)

22Hamdân ibn Abdarrahîm (b. Ḥamdân b. ‛Alî b. Khalaf b. Hilâl b. No‛man b. Dâoûd abou’l-Fawâris b. abî’l-Mouwaffaq at-tamînî al-Athâribî al-Ḥalabî) est l’auteur de l’œuvre dont la perte est peut-être le plus à regretter. Descendant des Tamîmî sur lesquels il avait composé un traité spécial, il était d’une famille de gentilshommes campagnards, fixée à Ma‛arathâ, au nord d’Athârib. Né vers 463/1071, il passa sa vie surtout dans le Djazr, goûtant le charme de la vie champêtre et des ruines antiques des montagnes voisines, buvant plus que de raison en galante compagnie, et chantant en vers ces divers plaisirs ; il avait une culture littéraire soignée, des connaissances d’astrologie et de géométrie, et pratiquait la médecine ; avec cela, de belle allure et, dit-on, de la plus agréable compagnie qui fût. A la suite des conquêtes franques, il soigna avec succès le seigneur normand d’Athârib, qui lui fit don du village de Mâr-Boûniya, près de Sarmîn ; il y ranima la prospérité d’avant-guerre, et le village devait rester à sa famille après la reconquête musulmane. Il reçut aussi des Francs des fonctions administratives dans le Djazr, puis la direction du dîwân de Ma‛arrat an-No‛mân. Après l’entrée de Zengî à Alep, il vint se fixer dans cette ville, et, après la reconquête musulmane du Djazr, en fut nommé gouverneur ; il fut envoyé aussi en ambassade à Damas et en Egypte, où le calife al-Amir crut à tort qu’il était secrètement « assassin », la secte étant répandue dans le Djazr (524) ; il était à Bagdad en 540 et mourut en 542/1147-1148. Il appartient donc à un milieu peu représenté dans l’historiographie et surtout a dû avoir une connaissance exceptionnelle du milieu franc ; précisément, sa chronique, le « kitâb al-mouwaffaq », était consacrée à l’histoire de la conquête franque et de ses lendemains ; elle commençait en 490/1097 et se terminait postérieurement à 520/1126. Seuls Ibn abî Ṭayyî et Kamâl ad-dîn le citent ; encore le second n’avait-il pu en trouver que « quelques pages »41.

  • 42 Az. 483, 513, 518 ; Ibn ‛As. Saray 2887, X, 438 ν° ; Çafadt Saray 2920, III, 63 r°.
  • 43 Boughya V, 132 r°, IV, 2 v°.

23Al-Azîmî (Moḥammad b. ‛Alî b. Moḥammad b. Aḥmad b. Nizâr abou ‛Abdallah at-tanoûkhî al-Halabî) appartenait comme Ibn Zouraïq à la famille des Tanoûkhî, mais à une branche fixée à Alep ; son père était raïs d’une petite localité, lui-même maître d’école à Alep ; il connut à Damas Ibn ‛Asâkir et, sans doute à Bagdad, Sam‛-ânî ; il fit aussi le poète courtisan auprès d’Ilghâzî, de Boursouqî, de Zengî, de notables damasquins ; il était né en 483/1090 et mourut après 556/116142. Son œuvre paraît la plus importante de l’historiographie nord-syrienne de son siècle ; mais seul nous en est parvenu un abrégé d’histoire générale écrit en 538/1143-1144 pour Zengî, et connu d’Ibn abî Ṭayyî, Kamâl ad-dîn, Ibn Doqmâq et al-‛Aïnî. Mais de multiples citations données par Kamâl ad-dîn prouvent qu’il avait composé un ou plusieurs autres écrits historiques bien plus circonstanciés ; Hadjî Khalîfa lui prête une « Histoire d’Alep », dont l’existence ne doit pas lui être connue autrement que par des citations ; Kamâl ad-dîn43 ne nomme, en dehors de l’histoire abrégée, qu’un ouvrage d’al-‛Aẓimî, le « kitâb al-mouwaççal ‛alâ’l-açl al-mauçil, recueil de biographies de personnages notables de l’islam ; le plus souvent, il cite vaguement le « manuscrit autographe », qui se trouvait au Caire. En tous cas l’œuvre d’al-’Aẓîmî est essentiellement syrienne et alépine.

24On trouve dans Ibn al-Fourât des citations d’al-‛Aẓîmî s’échelonnant de 545 à 556 (probablement d’après Ibn abî Ṭayyî) ; or ni Kamâl ad-dîn ni aucun des auteurs qui ont utilisé al-‛Aẓîmî ne l’ont connu pour la période postérieure à 538 ; ces citations doivent donc provenir d’un opuscule spécial, sans doute une continuation de son histoire rédigée par al-‛Aẓîmî jusqu’à sa mort.

25Compilation de diverses sources pour les parties anciennes, l’œuvre d’al-‛Aẓîmî a, pour la période contemporaine de la vie de l’auteur, une originalité difficile à préciser, car, en dehors de la chronique d’Ibn al-Qalânisî, ni dans son Abrégé, ni dans les autres citations qu’on a de lui il ne nomme de sources ; il est peu vraisemblable qu’il ait ignoré, mais aucun rapprochement de textes connus n’autorise à affirmer qu’il ait connu ses devanciers alépins immédiats.

  • 44 Nous en publions en ce moment la dernière partie (depuis 455/1064) dans le Journal Asiatique.
  • 45 Sauf récemment, pour le xie siècle, par Mükrimin Halil pour son histoire des Seldjouqides jusqu’en (...)

26Yâqoût (dans Çafadî) est sévère pour al-‛Aẓîmî, qui effectivement, séparant des faits liés entre eux, répétant parfois le même événement à deux dates différentes, est d’une utilisation difficile. Il n’en reste pas moins que l’œuvre est, avec celle d’Ibn al-Qalânisî, à la base de l’historiographie postérieure relative à la Syrie de la première moitié du xiie siècle, et que ses renseignements sont fréquemment originaux. L’Abrégé, malgré son laconisme, doit donc nous servir beaucoup, d’une part en raison des informations qu’il contient, d’autre part en permettant, par des comparaisons de textes, de préciser l’origine d’informations trouvées ailleurs44. L’Abrégé, bien qu’incidemment signalé, n’a jamais été utilisé45.

  • 46 H. Derenbourg, Ousâma ibn Mounqidh, un émir syrien au, moyen-âge, I, Vie d’Ousâma, Paris, 1893, gr. (...)
  • 47 Boughya I, 221 r°, II, 137 r°, IV, 2 v°, VI, 100 r°, V, 220 sq., VIII, 170 r°, et Feizullah 187, 28 (...)

27Les Mounqidhites46. — A l’historiographie des Tanoûkkî et des Banou Djarâda correspond plus au sud celle des Mounqidhites, les émirs de Chaïzar. Tous les membres de cette famille étaient plus ou moins frottés de lettres, calligraphiaient, versifiaient à la bédouine. Cinq d’entre eux nous intéressent ici : les trois frères ‛Alî, Ousàma et Mounqidh, le fils du second, Mourhaf, et leur neveu, ‛Abdarraḥmân. Abou’l-Ḥasan ‛Ali b. Mourchid b. ‛Ali... b. Mounqidh (avant 488/1095-545/1150) était l’aîné des frères, mais paraît s’être, au moins dans la seconde moitié de sa vie, attaché à la fortune de son cadet Ousâma, qu’il suivit en exil à Damas et en Égypte ; il avait été aussi à Bagdad, où il avait connu Sam ‛ânî ; il fut tué près d’Ascalon dans une bataille contre les Francs. Il avait composé une chronique intitulée, comme plus tard celle, plus fameuse, d’Ibn Kathîr, « al-bidâya wa’n-nihâya » (le commencement et la fin), dont Kamâl ad-dîn nous a conservé plusieurs citations concernant le ve-xie siècle et le début du siècle suivant jusqu’en 534/1140. Ses informations paraissent être surtout orales, et, d’après Kamâl ad-dîn, ne résistent pas toujours bien à la critique. Ce n’en était pas moins sûrement une œuvre considérable47.

  • 48 Boughya IV, 197 r°, VII, 208 v°, et Brit. Mus. 153.
  • 49 Abou Ghâlib Ḥoumâm b. al-Faḍl b. Dja‛far b. ‛Ali al-Mouhadhdhab al-Ma‛arrî (et non al-Maghrabî ou a (...)

28Le plus jeune des frères, Abou’l-Moughîth Mounqidh, eut une vie si effacée que les biographes de la famille ne le connaissent pas ; il s’attacha souvent aussi à Ousâma, et passa sa vieillesse dans le Diyâr Bakr où il l’avait accompagné. Il avait écrit une continuation48 de la chronique d’Abou Ghâlib al-Ma‛arrî49 ; nous en avons trois citations, dont deux sont postérieures à la croisade.

29Le plus illustre des trois frères, de son vivant comme aux yeux de la postérité, est le second, Ousâma. Né en 488/1095, il mena jusqu’en 532/1137-1138 à Chaïzar une vie de gentilhomme guerroyeur, chasseur et lettré. Exilé à la suite de dissensions familiales, il se rendit à Damas où il obtint l’amitié du prince Chihâb ad-dîn puis de ses successeurs ; mais, ayant pris une part trop active aux luttes des factions damasquines, il dut de nouveau partir et en 538/1143 gagna l’Égypte. Là, même histoire : il conquiert la faveur du chef militaire ‛Abbâs et joue un rôle suspect dans le meurtre, par le fils de ce dernier, du vizir Sallâr, puis du calife aẓ-Zâfir ; la seconde fois, une révolte chasse ‛Abbâs, qui est pris et livré par les Francs à son successeur, et Ousâma, qui parvient à se sauver à Damas. En 560/1164, il s’en va dans le Diyâr Bakr ; en 570/1174, il est appelé par Saladin, mais tombe bientôt dans une demie disgrâce. Il meurt à Damas en 584/1188, âgé de 96/93 ans, entouré de gloire et de considération. Il laisse le souvenir d’un compagnon charmant, d’un poète et conteur dont les vers et propos circulent de bouche en bouche, d’un des plus éminents et des derniers représentants de l’aristocratie arabe lettrée peu à peu évincée par la pénétration turque — aussi, d’un homme public intriguant, sans scrupule, insupportable.

  • 50 Ed. Derenbourg, Un émir Syrien..., II, Autobiographie d’Ousâma, Paris, 1886, gr. 8°, et par Hitti, (...)

30Le principal titre d’Ousâma à la renommée littéraire est son « Kitâb al-i‛tibâr », « l’Instruction (par les exemples) »50. Il y raconte, sans s’imposer d’autre règle de style ni d’ordre dans l’exposé que la fantaisie de ses souvenirs, tous les épisodes de sa vie dont l’assemblage constitue implicitement, pense-t-il, une sorte de code du parfait gentilhomme. Ouvrage de vieillesse, mais où il garde dans sa plume toute la verdeur de sa jeunesse. L’utilisation historique en est quelquefois malaisée, car Ousâma ne l’a pas prévue : peu lui importe la chronologie, et l’exactitude de sa mémoire n’est soumise à aucun contrôle. L’Instruction par les Exemples n’en reste pas moins l’un des plus précieux monuments de la prose arabe, si peu prodigue en général d’accent personnel et de scènes vécues. Il nous montre mieux que cent chroniques ce qu’étaient la vie et l’esprit de la noblesse arabe du xiie siècle.

  • 51 Irchâd II, 180.
  • 52 I. Ch. 90 v° ; I. F. 189 v°.

31L’Instruction par les exemples n’était pas le seul ouvrage d’Ousâma. Pour nous en tenir à l’histoire, il avait composé, selon Yaqoût, une « histoire de sa famille » et une « histoire de son temps »51. Cette dernière est probablement identique au Kitâb al-Bouldân (Livre des Pays) où Ousâma rapportait tout ce qu’il avait vu ou appris de l’histoire contemporaine des pays dans lesquels il s’était trouvé, et qui avait été rédigé postérieurement à 556/116152. Il faut y’ajouter encore certains passages historiques dans d’autres ouvrages. Le tout perdu, à quelques citations près. L’exposé devait en être plus méthodique que celui de l’Instruction, mais les sources d’information paraissent avoir été les mêmes.

  • 53 Derenbourg, op. cit., p. 415, et Yaqoût Irchâd II, 196.
  • 54 Boughya II, 139 v° ; H.O.C., III, 696 ; Boughya V, 224 r°.
  • 55 Boughya, Bibl. Nat. 119 v°.

32Ousâma avait un fils, Mourhaf, qui maintint la tradition paternelle de culture littéraire et de longévité (520/1126-613/1216)53. Entré au service de Saladin qui lui avait concédé un fief en Egypte, il vécut dans ce pays jusqu’à sa mort, amplifiant de collections nouvelles ce qu’il avait reçu de la bibliothèque paternelle, et en complétant certains écrits par des notes, dont Kamâl ad-dîn nous a conservé quelques-unes54. Le fils de Mourhaf, auquel nous devons notre unique manuscrit de l’Instruction, écrivit à son tour d’autres notes historiques55.

  • 56 Signalé par Derenbourg, mais cet auteur ignore son œuvre.
  • 57 I. Ch. 79 r°, 80 r° ; ms. de Leyde, 215. Il fut connu déjà d’Ibn ‛Asâkir, selon un renseignement or (...)

33Un autre Mounqidhite, ‛Abdarrahman b. Mohammed b. Mounqidh, neveu d’Ousâma et éminent diplomate, mort en 588/119256, écrivit pour Saladin une histoire de style élégant dont nous avons deux citations relatives au iv/xe siècle et à l’année 501/110757.

34c) Les chroniques de la Djéziré. — Peut-être ont-elles été peu nombreuses ; en tous cas il n’en subsiste qu’une, celle d’Ibn al-Azrâq, et quelques citations d’une autre, due à ad-Dârî.

  • 58 Amedroz, JRAS 1902, 1903, mss ; biographie de l’auteur ; analyse de la partie relative aux Marwanid (...)

35Ibn al-Azrâq (Aḥmad b. Yousouf b. ‛Alî al-Fâriqi, dit)58, d’une grande famille de Mayâfâriqîn, naquit en 510/1116 ; la première partie de sa vie se passa en missions commerciales pour le compte de son prince l’Artouqide Timourtach ; dans la seconde il est administrateur des waqfs (fondations pieuses) de la province, puis de la ville de Mayâfâriqîn, sans pour cela interrompre ses voyages. On le trouve tour à tour dans les diverses grandes villes de Djéziré, à Bagdad, en Géorgie, à Damas. Il meurt après 572/1176-1177, date où s’interrompt le manuscrit de sa chronique dans la seconde rédaction. Il en avait rédigé une première, qui s’achevait en 560.

  • 59 La version qu’il a connue diffère des nôtres, cf. JA 1935, p. 220.

36Pour la période qui nous intéresse ici, cette chronique paraît ne reposer sur aucune source écrite ; on s’expliquerait mal autrement le désordre et l’incertitude de la chronologie, et l’ignorance de plusieurs faits notables, pendant le premier tiers du siècle, dont l’auteur ne pouvait pas bien se souvenir. Il a cherché à coudre ensemble des pièces d’archives probablement rares et mal classées, et des récits oraux de quelques témoins qu’il a pu interroger. La dernière partie de sa chronique n’est pas moins morcelée, mais pour la raison inverse ; il s’agit là manifestement d’un journal tenu à mesure des faits et peut-être à peine revu ensuite : la valeur en est naturellement très grande, si la consultation en est souvent pénible. Dans l’ensemble, l’histoire locale du Diyâr Bakr et surtout de Mayâfâriqîn est l’objet essentiel de la chronique d’Ibn al-Azraq ; néanmoins il traite aussi de faits syriens ou mé-sopotamiens, voire géorgiens, pour lesquels il lui arrive, s’il en a été témoin au cours d’un voyage ou s’il a rencontré des participants, de nous apporter des informations originales précieuses. C’est une source négligée, qui ne doit pas le rester, d’autant qu’elle a été utilisée par peu de compilateurs postérieurs (Sibt ibn al-Djauzî59, Ibn Khallikân, Ibn Chaddâd le Géographe).

  • 60 Boughya V, 309 r°, VI, 94 v°, 140 v°, et dans Younînî, Saray 2907 Ε II, 278 ν°.

37Ad-Dârî (Abou Ya‛lâ Ḥasan b. ‛Alî b. Faḍl) dut vivre vers la fin du vi/xiie siècle, puisqu’il connut d’une part un témoin de la mort de Dobaïs (529/1134) et de l’autre la mort de Sinân (589/1193). On a une troisième citation de lui pour l’année 508/1114. Il était de Dârâ, près de Mârdîn, et c’est dans cette dernière ville que Kamâl ad-dîn consulta l’autographe de sa chronique60.

  • 61 Du moins existe-t-il des ressemblances entre lui et le Târîkh Çâliḥt, qui cependant ne le connaît p (...)

38Il est possible, mais non prouvé, qu’il ait existé une chronique mossoulitaine antérieure à Ibn al-Athîr61.

  • 62 Ibn al-Djauzî, Aya Sofya 3098, 7 ; I. Α., X, 656 ;Boughya IV, 13 r°, 159 v° et II. Or. Cr. III\ 729 (...)

39d) Chroniques iraqiennes. — Toute capitale de l’Islam que soit théoriquement Bagdad, le morcellement politique limite l’horizon des chroniques iraqiennes, préoccupées, en dehors de la Mésopotamie, surtout de l’Iran ; nous serons donc sommaires sur elles.62

  • 63 Boughya, 196 ; Irchâd II, 110 r° et VI, 100.

40Hamadhârî (Abou’l-Ḥasan Mohammed b. ‛Abdalmalik, mort en 521) est l’auteur d’un Livre des Vizirs et d’un ouvrage historico-biographique, les « ‛Ounwân as-siyar », qui, sans avoir été, semble, t-il, très détaillé, est fréquemment utilisé par les historiens postérieurs (Ibn al-Djauzî, Ibn al-Athîr, Yaqoût, Sibt, Ibn Khallikân, Kamâl ad-dîn, al-‛Aïnî, etc.) ; l’ouvrage atteignait au moins 511/1117.63

  • 64 Ibn al-Djauzî, 521 et passim ; I. Kh. trad. de Slane I, 290, cite Zauzanî (mal informé).

41Al-Ikhchîkâtî (Aḅou’l-wafâ Moḥammad b. al-Qâsim b. Aḥmad b. Khadyoû, dit aussi Ibn abî’l-manâqib, 466-528) est l’auteur d’une histoire dont on n’a qu’une citation relative au xie siècle.64

42Ar-Raghoûnî ou az-Zaghoûnî (‛Alî b. ’Obaïdallah b. Naçr b. as-Sarra abou’l-Ḥasan) dont on trouve des citations d’ordre biographique dans Ibn al-Djauzî, était selon l’abréviateur d’Ibn al-Qiftî, az-Zauzânî, l’auteur d’une continuation de la continuation de Hilâl aç-Çâbî par son fils Ghars an-Ni‛ma Moḥammad, atteignant l’année de la mort de l’auteur (527), et médiocre.

  • 65 Brock. I 281 ; Ibn al-Djauzî an 562 ; Chroniques arabes d’Istanbul, 337.
  • 66 Brock. suppl., 586 et Chron. ar., 337.

43Ibn amdoûn (Abou’l-Ma’âlî Moḥammad b. Ḥasan), mort en 562, écrivit la « tadhkira », encyclopédie en douze volumes dont le dernier est une histoire universelle souvent bien renseignée sur la Syrie (parentés avec al-Aẓîmî ?), s’arrêtant en 553/115865. Apparentée d’assez près à la tadhkira est l’histoire des califes écrite après 560, hors d’Iraq, par Moammad Imrânî66.

  • 67 Ibn al-Djauzî an 573 ; Ibn Kathîr. même année (cite.Ibn as-Sâ‛i) ; Zauzanî dans de Slane loc. cit.  (...)

44Ibn al-addâd (Çadaqa b. Ḥosaïn abou’l-Faḍl al-Ḥanbalî, mort en 573) continua ar-Râghoûnî ou Hamadhânî jusqu’en 57067.

  • 68 Krenkow, The Mountazam, JRAS 1936, avec référence aux travaux antérieurs de Horovitz, Gabrieli, Spi (...)

45Ibn al-Djauzî (Djamâl ad-dîn abou’l-farafj ‛Abdarrahman b. ‛Alî, 510/1116-597/1200), l’un des plus féconds polygraphes de la littérature arabe, prédicateur célèbre, écrivit avec hâte le « kitâb al-mountaẓam wa moultaqat al-moultaẓam fî akhbâr al-mouloûk wa’l-oumam », histoire surtout bagdadienne s’arrêtant en 573/1177 (avec une continuation. « al-dourrat al-iklîl », perdue) ; le Mountaẓam paraît être la première chronique où aient été introduits d’abondants obituaires. Pour le xiie siècle, l’auteur a utilisé, outre ses propres connaissances, Hamadhânî, ar-Raghoûnî, beaucoup Ibn al-Ḥaddâd, peut-être Ibn Ḥamdoûn. L’ouvrage a joui d’une grande renommée et a été constamment utilisé68.

  • 69 Quelques chroniques relatives aux anciens Fatimides, BIFAO 1937.
  • 70 Il m’a échappé dans l’article ci-dessus et est cité dans Brock. suppl., 272 ; il écrivit pour Châwa (...)

46e) Chroniques égyptiennes. — Presque totalement étrangères à notre sujet, et en général perdues, les chroniques égyptiennes du xiie siècle, sur lesquelles nous renvoyons à ce que nous en avons dit ailleurs69, sont celle d’Ibn aç-Çaïrafî (Livre des Vizirs), les Vies d’al-Afḍal et d’al-Ma’moûn, l’histoire d’al-Mouhannak, peut-être celle d’Abou Zakarya de Damas, puis, pour la fin des Fatimides, les ouvrages de ‛Oumara et d’Abou Çâliḥ, la Vie de Talâi‛, les Nouvelles d’Egypte, une autre chronique inconnue mais souvent utilisée, le bref abrégé d’ar-Rauḥî, et « l’histoire des deux empires » d’Ibn aṭ-Ṭouwaïr (écrit sous Saladin). Peut-être faut-il leur ajouter Ibn al-Qourṭî70.

C) Biographes et contemporains de Saladin (fin du vi/xiie siècle.

47Dans l’historiographie arabe de l’Asie occidentale, le règne de Saladin marque pour nous et pour elle-même un changement important. Pour nous parce que maintenant les sources fondamentales nous sont presqu’intégralement conservées ; pour l’historiographie, parce qu’elle change d’esprit. Un empire qui s’étend de la Mecque et du Soudan au Taurus et au Diyar Bakr élève les esprits au-dessus de la politique de clocher, et les chroniqueurs qui en rapportent l’histoire, issus des régions les plus diverses qui le composent, n’ont plus d’attaches familiales avec le sol où leur carrière se fait. La mentalité s’unifie en même temps que les territoires : on glorifie un seul homme, une seule cause. Enfin, le retour au calme politique qui a permis le renouveau de la culture, et l’introduction d’éléments extra-syriens, entraîne une amélioration de la langue, qui peut s’exagérer en préciosité.

  • 71 Brockelmann, 314, suppl. 548 ; Yaqoût Irchâd VI, 81-90 ; Sibt J, 168, 86 ; I. Kh. III, 300-306.

48Nul ne représente mieux tous ces caractères que ‛Imâd ad-dîn al-Içfahânî (Abou Abdallah Mohammed b. Mohammed b. Hâmid b. ‛Abdallah, al-Kâtib, 519/1125-597/120071. D’une famille de hauts fonctionnaires au service des sultans seldjouqides et du califat, il fit des études en Iraq et en Perse, et occupa en Irâq divers postes administratifs. A la suite de la chute du vizir Ibn Hobaïra, qui l’avait protégé, il fut emprisonné (560-562), puis, libéré, gagna la Syrie. Entré au service de Noûr ad-dîn, il fut rapidement promu par ce prince directeur d’une madrasa, secrétaire privé (kâtib as-sirr), chef du bureau de la correspondance arabe et persane (dîwân al-inchâ). A la mort de Noûr ad-dîn, il fut disgrâcié et se retira à Mossoul ; mais les relations qu’il avait eues avec les parents de Saladin en Irâq le firent bientôt accueillir par ce dernier. A partir de 570/1174-1175, il ne cesse d’accompagner Saladin, dont il est le principal secrétaire, participant au gouvernement, suppléant parfois le cadi al-Fâḍil au dîwân al-inchâ. A la mort de Saladin, il se retira de la vie publique, et passa ses dernières années à Damas, à écrire.

49En dehors de la « Kharîdat al-Qaçr », citée parmi les dictionnaires, et écrite vers 571/1175-1176, ‛Imâd ad-dîn est l’auteur de cinq ouvrages historiques qui, écrits en prose rimée et cadencée, farcie d’assonnances et de jeux de mots, faisaient l’admiration de ses contemporains, mais qui, difficiles à comprendre, ont été rapidement abrégés par des chroniqueurs se donnant pour tâche de dégager les faits, pour l’essentiel rapportés de façon plus précise qu’on ne l’attendrait, des fioritures dans lesquelles ils sont noyés.

  • 72 Ms. unique (récent), Bibl. Nat. 2145.
  • 73 Houtsma, Textes relatifs à l’histoire des Seldjoucides, II, Leyde, 1888, 8°.

50La première en date des œuvres historiques de ‛Imâd ad-dîn est une histoire des Seldjouqides intitulée « Mouçrat al-fitra wa ouçrat al-fitra fî akhbâri daulati’s-saldjouqiya »72. L’origine de la dynastie est rapportée d’après des sources que l’auteur ne précise pas ; les règnes de Malikchâh et de ses premiers successeurs, d’après les mémoires du vizir persan Anouchirvân (mort 531/1136) ; la dernière partie, d’après des souvenirs personnels, jusqu’au moment où l’auteur quitte l’Irâq, date au-delà de laquelle il ne continue pas son œuvre. Il l’a écrite vers 1180. Quarante ans plus tard, l’Iraqo-persan Bondârî en fit un abrégé très fidèle73.

  • 74 Ed. C. de Landberg, Leyde, 1888, 8°.
  • 75 Ms. de la 5e partie seule conservée, Oxford, 1761.

51Juste au lendemain de la mort de Saladin (589/1193), ‛Imâd ad-dîn entreprit ou acheva de raconter la reprise de la Palestine, puis la lutte contre la troisième croisade, dans un ouvrage intitulé « al-fath al-qoussî fî’l-fath al-qoudsî »74. Il reprit ensuite son travail sur un plan plus vaste dans « al-barq ach-châmî » (l’éclair syrien), qui remonte au temps de l’arrivée de l’auteur en Syrie75. L’un et l’autre ouvrage sont simultanément un recueil de souvenirs personnels et une biographie de Saladin. Ils sont abondamment illustrés d’extraits de la correspondance de l’auteur et de son ami al-Fâḍil. Ils présentent les inconvénients de toute composition officielle, mais reposent sur une documentation inégalable. Aussi l’historiographie postérieure emprunte-t-elle à lui et à Ibn Chaddâd la quasi-totalité de ce qu’elle sait de Saladin. Abou Châma et Sibt ibn al-Djauzî en particulier en présentent des abrégés, qui ont été dès leur parution presqu’exclusivement consultés.

  • 76 A. Ch. 229 (II 109), 231-233 (H 115), 234 (H 120).

52Sans attendre d’avoir achevé l’histoire du règne de Saladin, ‛Imâd ad-dîn y ajouta celui des débuts de ses successeurs dans deux opuscules consacrés aux premiers événements qui suivirent la mort du grand sultan jusqu’en 592/1196 (« al-‛outba wa’l-‛ouqba ») et « niḥlat al-riḥla »). Il consigna ensuite dans un dernier écrit l’histoire des faits survenus de 593 à sa mort (« ḳhatfat al-bâriq wa ‛alfat ach-châriq)76. Ces ouvrages ont également été utilisés par l’historiographie postérieure, bien que leur documentation soit un peu moins complète et sûre que celle du Barq ach-châmî.

53Vers le même moment où ‛Imâd ad-dîn racontait le règne de Saladin, une biographie assez différente était composée par un auteur plus jeune, Bahâ ad-dîn abou’l-Maḥâsin Yousoûf b. Rafî‛ Ibn Chaddâd (539/1145-632/1234). Ce n’était pas non plus un Syrien. Né à Mossoul, ayant vécu successivement à Bagdad puis dans sa ville natale, dont les princes le chargèrent d’ambassades auprès de Saladin, il finit par entrer au service de ce dernier, qui le fit cadi de l’armée et de Jérusalem. A la mort de Saladin, il se fixa à Alep, où il fut sous al-Malik aẓ-Ẓahir et al-Malik al-‛Azîz grand cadi d’Alep et l’un des personnages les plus influents du gouvernement, jusqu’en 629/1231, où il rentra dans la vie privée.

  • 77 Kamâl Boughya I, 228 r° et passim, lui doit beaucoup d’informations-orales.
  • 78 C’est par erreur qu’on lui prête une histoire d’Alep, qui est de son homonyme le géographe (cf. inf (...)
  • 79 Ed. trad. H. Or. Cr. III ; trad. anglaise par Conder, London, 1897, 8°.

54Bien qu’il eût amassé sur les sujets les plus divers d’abondantes connaissances historiques77, il ne semble pas qu’il ait dans ce domaine composé d’autre œuvre78 que sa vie de Saladin79. Le style en est aussi simple et concis que celui de ‛Imâd ad-dîn est compliqué et diffus. La partie antérieure à 584/1188 repose sur des récits recueillis après cette date, et peut-être sur certains écrits historiques ; la partie suivante, bien plus développée, enregistre le témoignage personnel de l’auteur ou celui de contemporains interrogés au lendemain même des faits. C’est une source excellente, que presque tous les chroniqueurs postérieurs ont utilisée concurremment avec ‛Imâd ad-dîn.

  • 80 Boughya IV, 220 r°, VI, 217 v° ; I. F., III, 218 v° ; Maqrîzî I, 49, 60, 86, 107, 108, 109, 184, 21 (...)

55Le cadi al-Fail (‛Abdarrahîm b. ‛Alî b. Mohammed al-Lakhmî al-‛Asqalânî al-Baisânî, surnommé al-qâḍî al-fâḍil, le cadi excellent), né en 529/1135, d’un père cadi égyptien d’Ascalon, entra jeune dans la carrière administrative et devint kâtib (secrétaire) dans la chancellerie califale dès le règne d’a ?-Zâfir (mort en 549/1154). Plus tard, ayant adhéré à temps à la cause de Chîrkoûh, il fut maintenu par celui-ci à la tête de ses bureaux et devint vite sous Saladin non seulement chef de l’administration égyptienne mais un véritable régent pendant les longues absences de Saladin. A la mort de ce prince il rentra dans la vie privée, entouré d’un énorme prestige, et mourut en 596/1196. Outre sa correspondance, dont il sera question ailleurs, il avait composé un ouvrage historique intitulé « al-înâdjarâyât » (selon Kamâl ad-dîn) ou « al-moutadjaddidât » (selon Maqrîzî, les deux mots signifient : événements), qui n’était qu’une mise au net du journal de chancellerie qu’il devait professionnellement tenir. On y trouvait donc, pour autant que les quelques citations conservées permettent de le dire, des comptes-rendus minutieux des faits auxquels il avait pris part ou dont il avait reçu un communiqué, largement illustrés d’extraits de sa correspondance, et, pour les autres faits, probablement de grosses lacunes. Dans la rédaction, la cadi al-Fâḍil avait été assisté par Abou Ghâlib ach-Chaïbânî80.

  • 81 Dhahabî, Bibl. Nat. 103 v° ; Çafadî, Bibl Nat 2066, 284 v° ; Moundhirî 54.
  • 82 Boughya II, 165 v° ; IV, III r° ; V, 305 r° ; VI, 217 v° ; Bibl. Nat. 188 r°, 189 r° ; H 695, 703, (...)

56Abou Ghâlib ach-Chaïbânî (Djamâa ad-dîn ‛Abdalwahîd b. Mas‛ oûd abî’l-Mançoûr b. ; Hosaïn al-Kâtib al-Baghdâdî), né à Bagdad en 535/1140, fit ses études et exerça un emploi administratif en Irâq, mais ensuite, disgrâcié, mena une vie de professeur en Syrie et en Égypte, et fut nommé directeur du dîwân de Damas par Saladin. A la mort de ce dernier, il passa au service de son fils aẓ-Zâhir à Alep, où il mourut en 597/120181. En dehors de sa collaboration aux « événement » d’al-Fâḍil, et d’un recueil de biographies de poètes, il est l’auteur d’un abrégé et d’une continuation de Tabarî ; on en possède des citations échelonnées du ve-xie siècle à 589/119382.

  • 83 Biographies : Sibt, Brit. Mus. 83 r° (Dhahabî, Bibl. Nat. 55 v°) ; I. Khall. II, 83 et III, 175 ; D (...)

57Ibn ad-Dahhân (Fakhr ad-dîn abou Chodjâ ‛Moḥammad b. ‛Alî b. Chouaïb al-Fardî, dit), originaire de Bagdad, s’attacha au vizir de Mossoul Djamâl ad-dîn al-Içfahânî, après la mort duquel il resta au service des atabeks de cette principauté, ainsi que de Zaïn ad-dîn ‛Alî Kutchuk d’Irbil. Envoyé en 576/1174-1175 en ambassade auprès de Saladin, il fut gagné à sa cause, et en 581/1185-1186 lui soumit un projet de détournement du Tigre pour dompter la ville par la soif. Il fut alors chef du dîwân de Mayâfâriqîn pour Saladin, mais, bientôt disgrâcié, vint vivre à Damas, assez misérablement. A la mort de Saladin, il entreprit le pèlerinage de la Mecque, mais au retour mourut à Hilla, à la veille de rentrer à Bagdad (590/1194). Il était surtout connu comme traditionniste et faqîh, mais était aussi géomètre et historien ; il composa une chronique abrégée des années 510/1116-590/1194, que connurent Sibt ibn al-Djauzî, Ibn Khallikân, et Kamâl ad-dîn ; il paraît y avoir utilisé al-‛Aẓîmî83.

  • 84 Edition de la dernière partie (depuis 490/1097) et étude plus détaillée par nous dans Bull. Et. Or. (...)

58L’auteur du « Boustân al-djâmî li-djamî tawârîkhi’z-zamân » (« Jardin général de toutes les histoires du temps ») était un cadi, peut-être homonyme du célèbre ‛Imâd ad-dîn al-Içfahânî, mais sûrement distinct de ce dernier. Il écrivait à Alep, pour un personnage anonyme honoré de lui, en 592-593/1196-1197 ; peut-être séjourna-t-il aussi en Égypte. L’ouvrage, de style très fruste, est un résumé le plus souvent sommaire de l’histoire universelle de l’Islam, vue de la Syrie du nord et secondairement d’Égypte. L’auteur a utilisé al-A‛ẓimî, mais dans l’ensemble ses sources paraissent originales. Il présente avec Ibn abî Ṭayyî des ressemblances multiples et précises, qui se poursuivent presque jusqu’aux dernières années ; comme Ibn abî Ṭayyî, qui n’avait en 592 que dix-sept ans, est le plus détaillé des deux, il ne peut s’agir que d’une source commune, dont malheureusement nous ignorons tout, mais qui, comme Ibn abî Ṭayyî, peut avoir été chiite. Le Boustân renferme mainte information personnelle et est, malgré sa concision, une source précieuse84.

D) La période ayyoubide

  • 85 Cf. ma Chronique Chiite, Cptes-rendus Acad. Inscr. 1935.
  • 86 Abou Châma le cite tout le temps dans son ouvrage, mais l’omet dans la liste de ses sources.
  • 87 Seule notice, Yâqoût, cité dans Çafadî Suleymanye 842, 30v° (omis dans Irchâd) ; Dhahabî Aya Sofya (...)
  • 88 I. F. I, 152 v°, 179 r°.

59a) Les grandes chroniques du premier tiers du vii/xiiie siècle. — Ibn abî ayyî (Yaḥya b. Ḥamîd abî Ṭayyî an-nadjdjâr b. Zâfir b. ‛Ali b. ‛Abdallah b. Ḥosaïn b. Moḥammad b. Ḥasan al-Ghassânî al-Ḥalabî) est le seul chroniqueur chiite de l’œuvre duquel d’importantes parties nous soient connues85 ; elle était en effet si importante que les chroniqueurs sunnites, tout en essayant parfois de s’en défendre86, n’ont pas toujours pu l’ignorer87. Son père était maître de la corporation des charpentiers et l’un des chefs chiites d’Alep ; né dans la première décade du xiie siècle, exilé d’Alep en 54,3/1148 puis en 552/1157 (à Ḥarrân)88, il avait composé un « recueil » historique, et avait eu plusieurs enfants tous morts jeunes, lorsque, contre tout espoir, en 575/1180, une fille du juriste tyrien Faḍâil b. Çâfid (mort après 545) avait enfin donné au septuagénaire un héritier qui lui survécut. L’enfant, Yaḥya, étudia sous la direction de son père et d’autres savants d’Alep, ville où il paraît avoir passé sa vie paisiblement, vivant du métier de copiste : plusieurs des œuvres signées de son nom ne seraient, selon Yâqoût, que des copies un peu plus libres. II paraît être mort entre 525/1228 et 630/1233.

  • 89 Titre d’I. F. ; A. Ch. et Dhahabî disent : târîkh ach-chî’a, histoire des Chiites.
  • 90 Le Caire, Timouriya Târîkh 1418 (communication Moustafa Djawwâd et David-Weill).

60La liste de ses œuvres est difficile à établir, celle que l’auteur communiqua à Yâqoût comprenant peut-être des brouillons inachevés, et les titres n’en correspondant pas toujours avec ceux que donnent les compilateurs qui les ont plus tard utilisées. Abstraction faite des nombreux écrits théologiques, juridiques et philologiques d’Ibn abî Ṭayyî. il paraît avoir composé : 1" Une histoire universelle (« ma‛âdin adh-dhahab fî târîkh al-mouloûk wa’l-khou-lafâ wa dhoûî’r-ratab »)89 ; 2° Une vie de Saladin (« kunz al-mouwaḥḥidîn fî sîrati Çalâḥ ad-dîn ») ; 3° Une vie d’az-Zâhir Ghâzî (« ‛ouqoûd al-jawâhir fî sîrati’l-malik aẓ-Ẓâhir »), ces trois ouvrages attestés par des citations ; 4° Un répertoire alphabétique d’événements (« ḥawâdith az-zamân ‛alâ ḥouroûf al-mou‛djam ») ; 5° Une suite à sa grande histoire (« adh-dhaîl ‛alâ’l-ma‛âdin adh-dhahab ») ; 6° Un extrait de l’histoire du Maghrib (« Moukhtâr târîkhi’l-maghrib ») ; 7° Une histoire d’Egypte (« Târîkh Miçr ») ; 8° Des biographies des princes d’Alep (« Sîra mouloûk ḥalab ») ; 9° Une série de traités sur les Arabes antéislamiques, le Prophète, sa famille ; 10° Des biographies de lettrés et des biographies de poètes, probablement deux titres d’un même ouvrage, qui nous est parvenu90 ; 11° Enfin une liste des transmetteurs de traditions et auteurs chiites (« asmâ rouwâti’ch-chî‛â wa mouçannifîhâ ») ; et 12° Un traité d’étymologie des noms de lieux (« ichtiqâq as-mài’l-bouldân »).

  • 91 D’après la comparaison des textes ; pour la continuation, cf. supra p. 43.
  • 92 Il le nomme peu, mais l’abrège souvent.
  • 93 Peut-être sa seule source pour l’Iran.
  • 94 Idrîs b. Ḥasan b. ‛Alî b. abî Ṭalib al-Idrîsî al-Iskandarânî, né à Alexandrie en 545/1150, accompag (...)
  • 95 Nous la connaissons surtout d’après lui.

61Dans la mesure où il est possible de parler d’un ouvrage qui n’est connu que par des citations, nous voyons que les « Mines d’Or » (la grande histoire universelle) se présentent sous un double aspect : c’est d’une part une histoire universelle du monde musulman, d’autre part une chronique locale d’Alep ; les parties d’histoire non-syrienne consistent dans le simple démarquage d’œuvres antérieures souvent connues ; l’histoire alépine a également des sources littéraires, mais en général perdues, et les complète par d’abondantes informations orales ou archivistiques, et est donc beaucoup plus précieuse. Les chroniques sûrement connues d’Ibn abî Ṭayyî sont Ibn Zouraïq, Ibn abî Djarâda, Ḥamdân ibn ‛Abdar-rahîm, al-‛Aẓîmî91, Ibn al-Qalânisî92, ‛Imâd ad-dîn (Barq ach-châm et histoire des Seldjouqides)93, Ibn Daḥya, la « chronique anonyme » d’Egypte, Ibn Chaddâd aç-Çanhâdjî (histoire de Qairwân) ; parmi ses informateurs oraux, citons l’Alexandrin al-Idrîsî94. Par sa date, la masse de sa documentation, son point de vue original (grande place faite aux querelles religieuses, à l’archéologie), l’œuvre, malgré une chronologie indécise, un abus du merveilleux, un parti-pris ayyoubide, est de grande importance.95

  • 96 Cf. Ibn ach-Chiḥna p. 82, où figure un extrait d’Ibn al-Molla très voisin de I. A. T. avec quelques (...)
  • 97 D’où les citations de Maqrîzî.
  • 98 Pour leurs connaissances problématiques des Mines d’or, cf. p.

62L’histoire d’Ibn abî Ṭayyî a été connue jusqu’au xve siècle (Ibn al-Fourât), peut-être même jusqu’au xvie (Ibn al-Mollâ)96 ; auparavant, elle a été utilisée par Abou Châma, Ibn Chaddâd le Géographe, Ibn ’Abdazzâhir97, probablement Ibn Mouyassar ; la Vie de Saladin est citée par Abou Châma, celle d’az-Zâhir par Ibn Chaddâd et Abou Dharr ; les biographies de lettrés ont été connues de Kamâl ad-dîn et de Dhahabî98.

  • 99 Brock., 346 ; suppl., 588 ; I. W. 1702, 235 r°, 259 v° ; 1703, 27 r°, 50 r°.
  • 100 Cf. ans 490 (1), 491 (1), 493 (1), 496 (4), 499 (entier), 502 (2-3), 507 (I), 508 (5), 512 (2, 3), (...)

63Ibn abi’d-Dam (Abou Isḥaq Ibrahim b. ‛Abdallah b. ‛Abdal-moun’am... b. Fâtik b. Zaïd), né en 583/1187 à Ḥamâh, en devint cadi après des études à Alep, Bagdad, et au Caire, et mourut au cours d’une ambassade en Irâq en 642/1242-124399 ; il est l’auteur d’un commentaire coranique, d’un « Livre du cadi » assez répandu, d’une grande histoire perdue dédiée à al-Mouẓaffar de Ḥamâh peu après 625/1228 (« at-târîkh al-mouzaffarî ») et d’un abrégé succinct de celle-ci, qui atteint 628/1231 (« kitâb ach-chamârîkh lî’t-tawâ-rîkh »), et n’a d’intérêt que pour les dernières années ; le reste paraît reposer sur Ibn al-Qalânisî, ‛Imâd ad-dîn, et le Boustân ou une de ses sources100.

  • 101 Rosen, Mss. du Musée Asiatique, 95 ; Amari, extraits dans Archivio stor. N. S. IX 1884 ; nombreux e (...)
  • 102 Il donne (dans Rosen) les mêmes dates terminales de sources que ‛Az.

64Ibn Naif (Abou’l-Faḍâil Moḥammad b. ‛Alî b. Abdalazîz al-Ghassânî al-Ḥamâwî) fut secrétaire d’al-Ḥâfiẓ de Qal‛a Dja’bar, emprisonné par lui en 626/1229, puis fonctionnaire au service d’al-Mançoûr de Ḥomç101. Il avait composé une grande histoire, peut-être restée inachevée puisqu’il n’en est connu ni manuscrit ni citation (« al-bayân fî ḥawâdith az-zamân »), et une histoire abrégée dédiée à son second maître (« at-târîkh al-mançoûrî »), dont le début très succinct paraît reposer en partie sur al-‛Aẓîmî102, mais dont la fin, à partir de Saladin et surtout de ses successeurs, est circonstanciée, et repose sur des pièces d’archives et des informations personnelles originales ; l’œuvre a été connue d’Ibn al-Fourât et de quelques autres chroniqueurs (al-‛Aïnî ?).

  • 103 Brock. 345, suppl. 587.
  • 104 Celle de Berlin Ahlwardt 9776, qui atteint 635/1238, et, d’après H. Kh., une d’Ibn Bâtich (575-655) (...)

65Ibn al-Athîr (‛Izz ad-dîn abou’l-Ḥasan ‛Alî b. Moḥammad b. Moḥammad ach-Chaïbânî) est le plus grand ou pour mieux dire le seul historien de notre période. Fils d’un haut fonctionnaire de Djazîrat-ibn-’Omar, frère du traditionniste et fonctionnaire mos-soulitain Madjd ad-dîn ibn al-Athîr et du philologue et vizir de l’Ayyoubide al-Afḍal Ḍiyâ ad-dîn ibn al-Athîr, il était né en 576/1180, fit de nombreux voyages en Irâq, Syrie et Palestine (en 584/1188 comme soldat), mena une vie d’étude, et mourut en 630/1233103. Il est l’auteur d’un abrégé fameux des « Ançâb » de Sam‛ânî, et de deux ouvrages historiques, l’Histoire des Atabeks de Mossoul et le « Kâmil at-tawârîkh » (la Somme historique). L’histoire des Atabeks, ouvrage d’objet circonscrit, a été utilisée par des écrivains ignorant le Kâmil, et paraît être à la source d’une ou deux histoires de Mossoul104 ; mais c’est un panégyrique, avec tout ce que le genre contient d’altérations volontaires, si bien qu’il est en général préférable de se reporter au Kâmil, qui, à quelques détails près, renferme toute la matière des Atabeks et a été écrit après la chute de la dynastie avec plus de liberté d’esprit.

66Le Kâmil est une histoire générale du monde musulman ; en dépit de quelques lacunes, il n’existe pas d’ouvrage historique antérieur ayant une documentation aussi vaste ni surtout aussi bien équilibrée entre régions. En outre, l’auteur y fait preuve de qualités rares : sa préoccupation dominante est de donner des faits un exposé cohérent et intelligible ; il supprime les détails inutiles, fond les sources, choisit la version la plus vraisemblable pour chaque point, recompose à partir de divers éléments un exposé personnel, groupe par-dessus les limites d’années les faits connexes en un seul récit. Malheureusement ces qualités ne vont pas sans des défauts qu’accroît l’intelligence même de l’auteur : il reste partial en faveur des Zengides, il néglige la chronologie, enfin il ne nomme pas ses sources et transforme complètement les récits originaux ; la recherche de ses sources est donc difficile, mais la richesse de ses informations la rend particulièrement indispensable.

  • 105 Pour l’histoire irâqienne, il utilise entre autres Hamadhânî, Ibn Ḥamdoûn et Ibn al-Djauzî, pour l’ (...)
  • 106 Il le nomme X, 513.
  • 107 Il le nomme une fois, mais pour des vers non donnés dans ce que nous avons de lui (X, 390, an 513/1 (...)
  • 108 Comparer en particulier son récit des événements alépins X, 457-458 (II, 378-381) avec la citation (...)
  • 109 En particulier pour les hostilités conduites autour de Mossoul et les campagnes syriennes des diver (...)
  • 110 Il ne sait de Renaud de Châtillon que le peu qu’en dit Ibn ‛Asâkir, ignore à peu près Manuel Comnèn (...)

67Pour l’histoire syrienne105, nous pouvons affirmer qu’Ibn al-Athîr utilise abondamment ‛Imâd ad-dîn et Ibn Chaddâd, ainsi qu’Ibn al-Qalânisî106 ; pour le milieu du xiie siècle, il manque visiblement d’informations, et comble tant bien que mal ses vides par des récits isolés ou des sources sommaires comme la vie de Noûr ad-dîn d’Ibn ‛Asâkir. Il présente également de grandes analogies avec al-‛Aẓîmî107 soit dans son Abrégé, soit dans les citations de ses grands ouvrages, mais il n’est pas certain qu’il l’ait utilisé plutôt que des sources communes108 ; en tous cas Ibn al-Qalânisî et al-‛Aẓîmî ne couvrent pas, il s’en faut, le champ de toutes les informations qu’il a rassemblées sur l’histoire syro-djéziréenne. Parmi elles, il en est toute une série, dans le premier quart du xiie siècle, qui présentent de longues et proches ressemblances avec Ibn abî Ṭayyî109 ; il est cependant improbable qu’Ibn al-Athîr ait connu ce dernier, car, sans parler de leurs multiples divergences, on ne s’expliquerait guère les ignorances d’Ibn al-Athîr pour le milieu du siècle et en divers autres endroits110 ; il y a donc là l’indication possible d’une source nouvelle, peut-être djéziréenne, mais dont nous ne pouvons rien dire ni absolument affirmer l’existence ; encore reste-t-il bien d’autres passages dont il n’y a nulle part de parallèle et dont par conséquent l’origine est tout à fait obscure. C’est dire qu’il nous faut nous résoudre à traiter souvent Ibn al-Athîr comme une source originale.

  • 111 Chron. Fat. (Bull. Inst. Fr. Arch. Or., 1937, pp. 2, 4-6, 16-22).

68Ibn âfir (Djamâl ad-dîn ‛Alî b. abî’l-Mançoûr Ḥosaïn al-Azdî, 565/1170-613/1216) était égyptien ; il fut professeur au Caire, puis un moment vizir de l’Ayyoubide al-Achraf Moûsâ. Il est l’auteur d’une histoire des Seldjouqides, dont on ne connaît ni manuscrit ni citation, et d’une histoire des principales dynasties musulmanes par règnes, les « douwal al-mounqati‛a ». J’ai montré ailleurs l’intérêt de cette œuvre pour l’histoire des Fatimides ; il est beaucoup moindre pour celle des Abbassides, dont on connaît mieux les sources (il ne nomme que Hamadhânî et Sam‛anî) ; il ne parle pas des dynasties locales de la Syrie du vie-xiie siècle111.

  • 112 Lippert, préface à son édition, cf. supra, p. 000 ; Yaqoût Irchâd, V, 477-494.
  • 113 D’après la bibliographie de Gibbons, Foundation of the Ottoman Empire ; cf. M. Kh., 2150.

69Ibn al-Qifî (Abou’l-Ḥasan ‛Alî b. Yousouf b. Ibrâhîm dit le cadi al-akram)112, dont on a déjà parlé au chapitre des biographies, est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages historiques. Né en 568/1173 en Égypte, il vécut à Jérusalem après la conquête musulmane, puis à Alep à partir de 598/1202, et, malgré une bibliomanie exclusive de tout attachement familial, dut accepter d’être presque constamment vizir de cette ville, jusqu’à sa mort en 646/1248. En plus de ses ouvrages biographiques déjà vus, il avait composé une histoire d’Égypte en six volumes allant des origines à Saladin ; des histoires du Yémen, des Almohades, des Ghaznévides, des Mirdasides d’Alep (ve-xie siècle), et des Seldjouqides ; seule de tous ces ouvrages l’histoire des Seldjouqides, qui, pour l’Anatolie, atteignait presque la date de la mort de l’auteur, s’est conservée, bien que difficilement accessible (à Kazan)113. Ses manuscrits, légués par lui à an-Nâcir, paraissent avoir été en partie détruits, en partie emportés par les Mongols ; ainsi s’expliquerait que malgré la réputation de l’auteur nous n’en trouvions de citations qu’extrêmement rares, et uniquement chez des auteurs ayant pu les relever avant le sac d’Alep ; c’est aussi avant cette date que Zauzanî et Ibn abî Ousaïbi’a firent de l’Histoire des savants les extraits qu’ils nous en ont transmis. Tous les écrits ci-dessus énumérés existaient en brouillon, à des continuations ultérieures près, dès 620/1223, et peuvent donc à notre insu avoir servi à d’autres auteurs de la première moitié du xiiie siècle.

  • 114 Bien qu’il ne le dise pas, il n’y a pas de doute qu’il s’agit bien d’extraits de l’Autobiographie, (...)
  • 115 Ce qu’il dit des Mongols est publié par J. de Somogyi dans Der Islam, 1937.

70Abdallaîf (Mouwaffaq ad-dîn — b. Yoûsouf al-Maucilî al Baghdâdî) naquit en 557 à Bagdad et vécut en Mésopotamie jusqu’en 586/1190, en Syrie ou en Égypte, au service d’al-‛Adil, de cette date à 615/1218 au moins, puis chez le prince ‛Alâ ad-dîn Dâoûd d’Erzindjân jusqu’en 626/1229, enfin à Alep jusqu’à sa mort en 629/1232. 11 avait fait de fortes études dans les matières les plus variées, et écrivit un nombre considérable de traités de science et de philosophie ; c’était principalement un médecin. Mais trois de ses ouvrages sont d’ordre historique, et offrent un intérêt d’autant plus grand qu’ils sortent de l’ornière ordinaire des livres d’histoire, et nous apportent avant tout le récit de l’expérience propre de l’auteur, avec sa personnalité orgueilleuse, son intelligence profonde, son style ardent et coloré. Son grand Livre des nouvelles d’Égypte, qui est perdu, et la Relation de l’Égypte (comme l’a appelée De Sacy) qu’il en tira en 603/1206, nous intéressent peu ici ; l’histoire naturelle y occupe d’ailleurs autant ou plus de places que l’histoire proprement dite. Il n’en est pas de même de l'« Histoire, contenant sa propre vie » qu’on a coutume d’appeler l’Aubiographie parce qu’on a cru généralement que les extraits autobiographiques qu’en donne Ibn abî Ousaïbi’a représentent l’essentiel de l’œuvre, mais qui est en réalité une « Histoire de mon temps », embrassant tout ce que l’auteur a vu ou appris aussi bien des Ayyoubides d’Égypte que des califes de Bagdad ou des invasions khwarizmiennes. Dhahabî paraît être le seul à avoir utilisé ces parties historiques de l’Autobiographie114 ; et les extraits abondants qu’il nous en conserve sont d’un intérêt et d’un pittoresque singuliers115.

  • 116 Brockelmann, I, 332.
  • 117 Cf. Infra, p. 93.

71b) Une chronique d’Alep au milieu du xiiie siècle. — Kamâl ad-dîn (Abou’l-Qâsim ’Omar b. Aḥmad b. al-‛Adîm al-‛Oqaîlî al-ḥalabî)116, né en 586/1191 d’une famille qui fournissait héréditairement des cadis hanbalites d’Alep, fit des études approfondies en Syrie, Mésopotamie et Hedjâz, fut très jeune nommé kâtib puis cadi à Alep, et finalement fut vizir d’an-Nâcir. Bien que Houlagou eût cherché à se l’attacher, devant l’invasion mongole il s’enfuit en Égypte, et mourut au Caire en 660/1262. On a déjà parlé de son Dictionnaire ; il a aussi composé une précieuse chronique d’Alep, laissée inachevée à l’an 641/1243, qui est une mise en œuvre chronologique des matériaux rassemblés pour le Dictionnaire. On a vu que ce dernier comprend en effet de multiples passages d’histoire générale, et, à la différence de ce qui a lieu dans la Chronique, l’auteur y désigne nommément ses sources. Ce sont, pour nous en tenir aux sources chronographiques, Hamadhânî, Ibn aç-Çaïrafî, Ibn abî Djarâda, Ibn Zouraïq, Ḥamdân ibn ’Abdarrahîm, al-‛Aẓîmî dans son grand ouvrage et dans l’Abrégé ; ’Ali, Mounqidh et Mourhaf ibn Mounqidh ; Ibn al-Qalânisî ; Ibn Chaddâd, ‛Imâd ad-dîn, Abou’l-Faḍl ad-Dârî, Abou Ghâlib Chaïbânî, al-Fâḍil, Ibn Dahhân ; Ibn al-Athîr (d’où dérive une grande partie de ce qu’il sait de Noûr ad-dîn et de Saladin) ; peut-être la Vie d’an-Nâcir Daoûd117 ; sans parler d’opuscules limités et de dictionnaires biographiques d’intérêt historique comme celui de Harrân et de récits oraux faits par divers personnages parmi lesquels Ibn Chaddâd ; plusieurs de ses sources ont été indiquées à Kamâl ad-dîn par Bahâ ad-dîn abou Moḥammad Ḥasan b. Ibrahim b. al-Khachchâb, descendant converti de la grande famille chiite des Banou’l-Khachchâb, collectionneur et copiste de manuscrits.

  • 118 Ed. trad. des années 491/541-1097/1146 dans H. Or. Cr., III ; trad. sans éd. de la suite par Bloche (...)
  • 119 Une fois (Boughya, VIII, 186 r°), mais pour un ouvrage biographique, non l’Histoire.
  • 120 Étant donné la communauté de sources, aucune des ressemblances relevées n’est démonstrative ; Kamâl (...)

72La chronique d’Alep118 a de grandes qualités : style simple et précis, exposé intelligemment coordonné. Néanmoins, la comparaison avec Ibn abî Ṭayyî, qui a utilisé les mêmes sources, montre d’une part que Kamâl ad-Dîn a jeté un voile pudique sur tout ce qui aurait attesté l’importance des Chiites, d’autre part que les corrélations qu’il établit entre des informations diverses lui sont personnelles et souvent sont suspectes. Avec Ibn abî Ṭayyî lui-même il présente de grandes ressemblances et il paraîtrait étrange qu’il ait pu ignorer son œuvre ; néanmoins, il ne le nomme jamais119, et il est possible qu’il l’ait utilisé au minimum120.

  • 121 Sibt 496 et ms. Brit. Mus. 3 r° ; A. Ch. suite 136 r° ; Dhahabî, évén. 644 ; Younînî an 678 ; dans (...)
  • 122 Citations de la chronique et notices de Yoûnînî et Dhahabî à l’an 674.
  • 123 Voici la liste des passages connus : cérémonie pour la paix après la croisade de Damiette (Dhahabî, (...)

73c) Quatre chroniques damasquines. Sad ad-dîn ibn amâwiya Djouwaïnî (Khidr ou Mas’oûd b. ’Abdassalâm ou ‛Abdallah abou Sa’d) appartenait à une famille fameuse à la fois dans son pays d’origine, le Khorassân (où elle compta parmi ses membres le grand mystique Sa’d ad-dîn ibn Ḥamawiya, 591-652), et en Asie occidentale, où le premier établi, ‛Imâd ad-dîn ibn Ḥamawiya, était mort (577) chef des chaïkhs de Damas, et avait eu deux fils, dont l’un, Çadr ad-dîn, fut le père des « quatre fils du chaïkh », ‛Imâd ad-dîn ’Omar, Kamâl ad-dîn Aḥmad, Mou’în ad-dîn Ḥasan, et surtout Fakhr ad-dîn Yoûsouf, qui eurent un si grand rôle pendant la dernière période ayyoubide, et dont l’autre, Tâdj ad-dîn, auteur d’une continuation d’Ibn ‛Asâkir, eut deux fils, Chams ad-dîn Charaf abou Bakr, qui lui succéda comme chef des chaïkhs de Damas (608-678), et Saâd ad-dîn, le chroniqueur121. Celui-ci, né en 592/1196, avait d’abord fait une carrière militaire au service d’al-Mou’aẓẓam (qui Pavait fait gouverneur de Chaubak), puis d’al-Achraf jusqu’en 635, de Chihâb ad-dîn Ghâzî de Mayâ-fâriqîn après les troubles damasquins où son cousin ‛Imâd ad-dîn avait été tué, enfin d’aç-Çâlih Ayyoûb, sous les ordres de son cousin Fakhr ad-dîn ; la révolution mamlouke l’amena à quitter l’Égypte et le métier des armes, il se fit soufi, fut associé aux fonctions de son frère, et mourut, malade et aveugle, en 674/1276122. Il laissait une chronique de deux volumes, paraissant avoir consisté essentiellement en souvenirs personnels ; il en avait rédigé une partie dès 654, puisque Sibt ibn al-Djauzî en utilisa des passages, et la continua au moins jusqu’en 664 ; l’œuvre nous est connue uniquement par les extraits de Sibt ibn al-Djauzî et de Dhahabî123 ; elle n’a jamais été signalée.

  • 124 Biographies Younînî, an 654 ; A. Ch. Suite 51 r° ; cf. aussi Ibn Wâcil 121 r° ; Dhahabî, an 654, di (...)
  • 125 Les années 505-507 sont complètement brouillées.
  • 126 Ed. Facsimile depuis 495/1101, Chicago, 1907.
  • 127 Extraits éd. trad. dans H. Or. Cr. III (très incomplets). Les mss. sont décrits dans Gabrieli, Redd (...)
  • 128 En dehors de rares additions de Younînî introduites par « Je dis » (souvent d’après Ibn Khallikân), (...)

74Sibt ibn al-Djauzî (Chams ad-dîn abou’l-Mouzaffar Yoûsouf, b. Qizoghlou), fils d’une fille (sibṭ) d’Ibn al-Djauzî, né à Bagdad en 582/1186, fut de son vivant connu surtout comme prédicateur, et suscita à ce titre chez ses contemporains un enthousiasme extraordinaire, dû au charme de sa personne et de sa voix et à la piété pathétique de ses harangues. Il voyagea plusieurs fois de Damas, où il se fixa jeune, en Mésopotamie et en Égypte, et fut en rapports étroits avec plusieurs princes, et spécialement avec l’Ayyoubide al-Mou’aẓẓam, mort en 624/1227, auquel il dut de nombreuses informations qui serviront à sa chronique. II mourut à Damas en 654/1256124. Sa grande histoire universelle, le « Mirât az-zamân fî târîkh al-a‛yân » (Miroir du temps, sur l’histoire des notables), qui ne nous intéresse ici que par sa dernière partie, a été composée tout à fait à la fin de la vie- de l’auteur. Les manuscrits assez nombreux qui en existent se répartissent en deux rédactions : l’une, plus rare, et incomplètement conservée, paraît contenir le texte même de l’auteur, mais avec de nombreuses lacunes et quelque désordre125 (c’est celle dont la dernière partie est éditée par Jevvett)126 ; l’autre127 est, d’après le titre qu’elle porte, un Abrégé, rédigé par Younînî (cf. infra), mais qui se borne a élaguer certaines longueurs sans rien omettre d’essentiel, et qui a l’avantage d’avoir été fait sur un original sans lacune128 ; il est donc indispensable de la consulter également.

  • 129 Avec ses continuations par Ibn al-Djauzî lui-même et Ibn al-Qâdisî.
  • 130 Il est difficile de dire s’il a connu le Kâmil ; il présente avec lui des ressemblances que les Ata (...)
  • 131 Comme autres sources, on peut encore relever, parmi les dictionnaires, celui d’Ibn Mâristâniya, et (...)

75Le Mirât az-zamân, peut-être la plus volumineuse de toutes les histoires musulmanes, est d’une valeur très inégale. L’auteur a copié ses devanciers ou noté des récits oraux avec une abondance, une absence de sélection et de critique, qui donne d’abord l’impression d’un bavardage oiseux et interminable, mais qui peut occasionnellement conserver des informations que des auteurs plus sobres ou plus intelligents auraient sacrifiées. Très important pour le v/xie siècle, le Mirât az-zamân est presque négligeable pour le vi/xiie, pour lequel il repose essentiellement sur Ibn al-Djauzî129, Ibn al-Qalânisî, Ibn al-Azrâq, ‛Imâd-ad-dîn (Kharîda et Barq ach-Châm), Ibn al-Athîr (Atabeks)130, Ibn Chaddâd, et les Dictionnaires biographiques d’Ibn ‛Asâkir, Sam‛ânî, Dobaïthî131. Le Mirât redevient au contraire d’un grand intérêt au viie/xiie siècle, où son horizon se restreint à peu près à la Syrie (avec une place prépondérante faite à Damas), et où l’auteur, en dehors de sources écrites perdues dont la principale est celle de son contemporain et ami Sa‛d ad-dîn ibn Ḥamawiya, a beaucoup emprunté à ses expériences personnelles et aux récits qu’il tenait de ses abondantes et précieuses relations. Le Mirât az-zamân a joui vite et longtemps d’une grande célébrité, et est peut-être de toutes les chroniques celle qui, pour le xiiie siècle et même auparavant, a été le plus pillée par les historiographes postérieurs.

  • 132 Brock., I, 317.
  • 133 Ed. Boulak, 2 vol. 1288 et 1292 (1871 et 1875) ; trad. d’extraits très mal choisis dans H. Or. Cr., (...)
  • 134 Suite 206 r°.
  • 135 I, 52, 97, 180, 121 ; II, 15, 27, 42, 139, 241.

76Abou Chôma (Chihâb ad-dîn abou’l-Qâsim ‛Abdarrahman b. Ismâ’il), né en 599/1203, mena à Damas la vie tranquille d’un professeur et fut assassiné dans des circonstances obscures en 665/1267132. En dehors de la continuation, déjà mentionnée, d’Ibn ‛Asâkir, il est l’auteur du Livre des Deux Jardins133, consacré aux règnes de Noûr ad-dîn et Saladin, et achevé en 649/1251134, et d’une Continuation. Dans les Deux Jardins, il juxtapose des extraits textuellement reproduits d’Ibn al-Qalânisî, ‛Imâd ad-dîn, Ibn Chaddâd, Ibn al-Athîr (Atabeks seulement), Ibn abî Ṭayyî, et al-Fâḍil (Correspondance), auxquels il faut ajouter secondairement Ibn ‛Asâkir, Ibn al-Moustaufî, Kamâl ad-dîn (Boughya, art. Noûr ad-dîn), ar-Rauhî, Ibn al-Qâdisî, al-Qilâwî, Ousâma (L’Instruction), ’Oumâra, et une biographie succincte de Noûr ad-dîn d’un certain Ibn al-Achtarî135 ; il ne se permet de liberté dans ses citations qu’avec ‛Imâd ad-dîn, dont il supprime les fioritures.

  • 136 Bibl. Nat. 5852 ; extraits insuffisants dans H. Or. Cr. V.
  • 137 Le récit de la prise de Damiette est écrit avant sa reprise par les musulmans.
  • 138 64 r°, 109 v°, 123 r°, 176 v°, 193 v° ; on a vu qu’A. Ch. nous conservait la version primitive de S (...)

77La Suite des Deux Jardins136 est la réunion d’éléments divers ; l’auteur avait travaillé d’une part à établir l’histoire des faits dont il avait été témoin, et réuni des notes qui, assez abondantes à partir de 625 environ, sont, après 648137, écrites strictement à mesure des événements dans le plus complet désordre ; en même temps il voulut rattacher ce travail à ses Deux Jardins, et, manquant de documentation personnelle pour la période intermédiaire, se borna à transcrire en partie le « Mirât az-zamân » de son compatriote Sibt ibn al-Djauzî, en le complétant occasionnellement par quelques emprunts au Kâmil d’Ibn al-Athîr, au dictionnaire de Tâdj al-Oumanâ, à celui de Moundhirî, à la vie de Djalâl ad-dîn de Nasawî, et à diverses notices isolées138. Après avoir laissé quelques années ce travail presque vide, Abou Châma, ému par l’invasion mongole, reprit la plume pour en noter au jour le jour les péripéties, et la garda jusqu’à sa mort ; c’est la partie la plus importante de la Suite.

  • 139 Chroniques arabes d’Istanbul, 341 ; Younînî, Aya Sofya, 190 v°, 192 r°.

78Khazradjî (Moḥammed b. Ibrahim b. Mohammed abî Bakr b. ‛Abdal’azîz abî’l-Fawâris al-Ançârî) ne nous est pas personnellement connu. Il écrivait entre 658/1260, date de la dernière citation de son œuvre, et le début du viii/xive siècle, où Younînî l’utilisa ; il paraît avoir été damasquin. Le manuscrit unique où nous est conservée une partie de son œuvre (ans 589/1193-655/1257), amputé aux deux extrémités, porte le titre, rajouté, de « Târîkh daulat al-akrâd wa’l-atrâk » (Histoire des dynasties kurde — ayyoubide — et turque — mamlouke139. C’est une composition médiocre, à la fois détaillée et lacunaire, et dans l’ensemble, jusqu’en 630, simple extrait de Sibt ibn al-Djauzî augmenté, pour l’histoire des Khwarizmiens, d’emprunts à Nasâwî. A partir de 631, sans que Sibt cesse d’être connu, l’auteur donne des versions personnelles, dont la source d’information paraît cependant proche de celle de Sibt.

  • 140 Brockelmann, I, 325.

79Ibn abî Ouaïbia (Mouwaffaq ad-dîn abou’l-Abbâs Aḥmad b. al-Qâsim b. Khalîfa as-Sa’dî al-Rhazradjî), dont nous avons signalé les importantes biographies de médecins, était né à Damas en 600/1203 et était lui-même médecin. Un moment directeur d’un hôpital au Caire, il vécut à partir de 635/1238 à Çarkhad (Hauran) et mourut en 668/1270140. Il est aussi l’auteur d’une chronique abrégée, intitulée « al-moukhtâr min’ouyoûn at-tawârîkh », connue seulement par trois citations dans Ibn al-Fourât, relatives aux années 556, 557 et 563, en Djéziré et en Arménie.

  • 141 Brockelmann, I, 322 ; Djazarî Β. N., 255 v° ; Younînî, an 697 ; Dhahabî, Tabaqât, 697 ; Moufarridj, (...)

80d) Historiens des Ayyoubides ayant écrit sous les premiers mamlouks. — Ibn Wâcil (Djamâl ad-dîn abou ‛Abdallah Moḥammad b. Sâlim b. Naçrallah al-Ḥamâwî ach-Chafi’î) naquit en 604/1207 à Ḥamâh d’un père cadi en relations avec de multiples lettrés et d’une mère cousine d’Ibn abî’d-Dam. Il accompagna son père à Jérusalem au service d’al-Mou‛aẓẓam (622/1225), puis de son fils Dâoûd à Damas et à Karak ; il voyagea ensuite en Syrie, en Irâq (641/1243). S’étant lié avec Ḥosâm ad-dîn ibn abî ‛Alî, l’un des principaux personnages de l’entourage de l’Ayyoubide ac-Çalih, il alla s’établir auprès de lui au Caire (même année), l’accompagna à la Mecque en 649/1251. Il n’est pas moins en faveur auprès des Mamlouks qui succèdent aux Ayyoubides, est nommé cadi de petites localités en même temps que professeur dans une madrasa cairote (658/1260). En 663/1265, il est envoyé par Baïbars en ambassade auprès de Manfred en Sicile. A son retour il est fait grand-cadi de Ḥamâh, où il retrouve un frère beaucoup plus jeune resté au service de l’Ayyoubide de cette ville al-Mançoûr ; dès lors il se consacre surtout à la science, où il a des talents dans les branches les plus diverses. Il meurt, très âgé, en 697/1298141.

  • 142 Chroniques d’Istanbul, 341 ; Moufarridj, Β. N. 1703, 32 v° ; 1702, 90 r°.

81L’œuvre historique d’Ibn Wâcil comprend deux ouvrages tout à fait différents. Le premier, « at-Târîkh aç-Çalihî », commencé pour aç-Çaliḥ, terminé sous le successeur de celui-ci, al-Mou‛aẓẓam auquel l’auteur allait l’offrir lorsqu’il fut assassiné (648/1250),, est une histoire universelle résumée qui s’arrête à l’occupation de Damas par aç-Çâliḥ en 636/1239, considérée comme le début de son règne142. La documentation de l’auteur est encore incomplète ; pour le début, il se contente de résumer Ṭabarî ; pour le vi/xiie siècle, il présente des rapprochements extrêmement nets avec Ibn al-Qalânisî et avec le Boustân al-Djâmi, dont cependant il paraît avoir suivi plutôt une source. Il a aussi des ressemblances avec Ibn al-Athîr, à expliquer par une source commune, semble-t-il, plutôt que par un emprunt. Notre manuscrit du « Boustân » comporte une suite qui, jusqu’en 629, est un abrégé d’Ibn al-Athîr et, de 629 à 636, une copie textuelle du Tarikh Çâliḥi.

  • 143 624 écrit du vivant de Baïbars ; 642,, après la mort d’al-Mançoûr (683).

82Le « Moufarridj al-kouroûb fî akhbâr banî ayyoûb » est une histoire des Ayyoubides, très détaillée, reposant sur une documentation renouvelée et beaucoup plus riche, et écrite d’avant 676/1277 à après 683/1284143. L’auteur connaît maintenant le Kâmil d’Ibn al-Athîr, le Târikh Mouẓaffarî de son cousin Ibn abi’d-Dam, l’histoire d’Alep de Kamâl ad-dîn, et fait au premier et au troisième tant d’emprunts qu’il en oublie complètement les versions de sa première chronique. Nous ignorons s’il eut d’autres sources écrites ; en tous cas, il ne paraît pas douteux que, pour le treizième siècle, son expérience personnelle, complétée par les récits de son père et d’amis comme Ḥosâm ad-dîn ibin abî ‛Alî ainsi que par des recherches d’archives, ne soit à peu près sa seule source d’information. A la fin seulement, lorsqu’il aborde le règne de Baïbars, il a de nouveau à sa disposition en Ibn ‛Abdaẓẓâhir une source trop précieuse pour ne pas s’en inspirer continuellement ; au reste l’ouvrage est interrompu en 661/1263.

  • 144 On trouvera quelques extraits traduits dans Michaud-Reinaud et en notes à la traduction de Kamâl ad (...)

83Le Moufarridj est une des dernières chroniques à avoir été rédigée selon l’ancienne manière, sans notices nécrologiques. On peut trouver certains de ses récits trop minutieux, trop farcis de noms propres ; on ne peut leur contester le mérite de donner un tableau extrêmement suggestif de la société qui entoure les derniers Ayyoubides. L’auteur a d’ailleurs l’esprit très ouvert ; il a été en relations personnelles, bien que musulman et sunnite, avec un descendant des Fatimides, avec le Grand-Maître des Assassins, avec des Francs, et à eux tous il s’est intéressé. L’exposé est toujours intelligent, cohérent, de langue précise sinon élégante. C’est une oeuvre de haute valeur. C’est de plus, avec le « Mirât az-zamân » de Sibt ibn al-Djauzî, notre source principale, indéfiniment reproduite dans l’historiographie postérieure, pour l’histoire des Ayyoubides. Il semblerait que tant de titres fussent assez pour avoir assuré au Moufarridj une place d’honneur auprès des historiens modernes. Il n’en est rien, et l’œuvre, dont il existe pourtant des manuscrits très convenables et fort accessibles, reste inédite et presque’inutilisée144. Il y a là un scandale qui ne saurait trop tôt cesser.

  • 145 Brockelmann, I, 348 ; Chroniques d’Istanbul, 341.
  • 146 Ed. Trad. Erpennius, Oxford, 1625, jusqu’en 512.

84Ibn al-Amîd (Djirdjis ou ‛Abdallah b. abî’l-Yasir, dit aussi al-Makîn) naquit en Egypte en 602, et était le fils d’un fonctionnaire chrétien de l’administration militaire ; chrétien lui-même, il occupa divers postes administratifs en Egypte et en Syrie, mais non sans être plusieurs fois disgrâcié, voire emprisonné ; il finit sa vie à Damas, où il mourut en 672/1274145. Sa chronique146, une des plus anciennement connues de l’Occident, n’offre aucun intérêt jusqu’à la mort de Saladin, où, en dehors de quelques additions relatives aux patriarches coptes, elle ne fait que démarquer le Târîkh Çâliḥî d’Ibn Wâcil. Elle devient au contraire originale et intéressante pour la suite de la période ayyoubide. Elle s’interrompt en 658/1260.

  • 147 Ed. Cheikhe, Corpus Script. Or., III, 1 ; trad. Ecchelensius, Paris, 1651 (jusqu’en 512).

85Bourous ibn ar-Rahîb, diacre monophysite de Foustât, vivait en 669/1271 et en 681/1282. Son histoire, dont il existe deux rédactions, est extrêmement succincte147.

  • 148 Bibl. Nat. Ar., 302.

86Nous mentionnerons seulement ici pour mémoire, à côté de ces deux chroniques chrétiennes, l’Histoire anonyme des Patriarches d’Alexandrie, qui, continuée de siècle en siècle par de nouveaux collaborateurs, s’interrompt au milieu du xiiie siècle148.

  • 149 Pour des détails, cf. mes Chroniques des Derniers Fatimides (références), p. 3 ; éd. Massé, Le Cair (...)
  • 150 Ed. Cheikho, p. 108.

87Au temps de Baïbars encore écrivait Ibn Mouyassar, qui, pour ce qui nous est conservé de son œuvre, concerne exclusivement l’Égypte149. Enfin un certain Ibn abî’l-Hîdjâ, d’identité inconnue, écrivit une « Histoire » entre 687/1288, date pour laquelle il est cité par Çâlih ibn Yaḥya150, et le premier tiers du viiie-xive siècle, où Djazarî l’utilise ; ce dernier lui emprunte un récit de la prise de Tyr par les Francs en 518 (introduit rétrospectivement à propos de sa reprise en 690), qui ressemble à Ibn al-Qalânisî et à Ibn al-Athîr.

  • 151 Dhahabî Tabaqât, 632 ; son père, lettré, est mort en 621 (Sibt) ; Zauzanî, cité dans De Slane, ibn (...)
  • 152 Sibt, 254, 266, 276 ; A. Ch II, 15-16, 27, II 286, 315, 395 ; Dhahabî, évén. 601.

88e) Chroniqueurs iraqiens du viie-xiiie siècle. — Al-Qâdisî (Moḥammad b. Aḥmad b. Moḥammad b. ‛Alî, mort en 632/ 1235)151, écrivit une suite au Mountazam d’Ibn al-Djauzî, qui se terminait en 616/1219. L’ouvrage est perdu, mais diverses citations ont été conservées par Sibt ibn al-Djauzî, Abou Châma, Dhahabî ; le premier lui reproche de la négligence et des erreurs. Il avait composé aussi une histoire des vizirs152.

  • 153 Sibt, 460 ; A. Ch. Suite, an 633 ; Safadî, XII, 20 r°.
  • 154 Le cadi Abou’l-Qâsim ‛Alî b. Moammad as-Samnânî écrivit vers la fin du xie siècle ( ?) un Kitâb al (...)
  • 155 Dhahabî évén. 450, 571 (e premier, de Samnânî) ; A. Ch., II, 241.

89Al-Qîlâwî (Abou ‛Alî Ḥasan b. Moḥammad b. Ismâ’il, mort en 633/1236) vécut d’abord en Irâq, puis fut bibliothécaire d’aẓ-Zahir d’Alep et d’al-Achraf à Harrân et Damas153 ; il est l’auteur d’une continuation de Samnânî154, dont on a trois citations (ans 450, 571, 597)155.

  • 156 Brockelmann, I, 310 ; Djazari, 164 r° ; Ibn Khallikân, IV, 127.
  • 157 Maqrîzî, 22, 326, 389, II, 163 ; I. Kh. IV, 115 ; I. F. passim.

90Dhou’l-Nasabaïn ibn Daya (Abou’l-Khattâb ‛Omar b. Ḥasan b. ‛Alî al-Kalbî), né à Valence, parcourut le Maghreb, l’Égypte, la Syrie, la Mésopotamie, l’Iran, pour recueillir des traditions, et mourut en 633/1236156. Il laissait entre autres ouvrages une histoire des Abbassides intitulée « an-nibrâs fîtârikh khoulafâ banî’l-‛abbâs » ; sauf de brèves citations dans le Kbiṭaṭ de Maqrîzî, tous les passages qu’on en connaît concernent le xi/xiie siècle157.

  • 158 Cf. la préface à l’éd. citée infra ; ajouter Younînî, an 674.
  • 159 Ed. Anastase-Marie et Moustafa Djawwâd, Bagdad, 1934.
  • 160 Boughya, Bibl. Nat., 30 v°.

91Ibn as-Sâî (Tâdj ad-dîn abou Ṭâlib ‛Alî b. Andjab, 593/1197-674/1275)158, écrivit, comme directeur de la bibliothèque mous-tanciriya à Bagdad, plusieurs ouvrages historiques dont certains paraissent avoir été connus sous des titres variés, ce qui rend leur énumération délicate. Son travail consiste surtout à avoir continué le Kâmil d’Ibn al-Athîr d’une part, les dictionnaires d’al-Khâtib et d’Ibn al-Mâristâniya d’autre part. En y ajoutant les ouvrages de ses prédécesseurs, il débita ce travail en une multitude de traités consacrés spécialement à des catégories d’hommes (cf. dictionnaires) ou à des princes (par exemple : « al-mou‛allim al-atabekî », écrit pour Arslanchâh de Chahrzoûr). Le seul ouvrage de lui dont un fragment nous soit directement connu est le « Djâmi‛ al-moukhtaçar fî ‛ounwân at-tawârîkh wa’ouyoûn as-siyar », histoire universelle qui repose essentiellement sur Ibn al-Athîr, et nomme aussi, pour la période 589/1193-606/1209, Yaqoût et ‛Abdallatîf159. La suite, plus originale, est perdue, mais a été copieusement mise à contribution par Djazarî, Ibn Kathîr, Ibn al-Fouwâtî, etc. Un écrit d’Ibn as-Sâ‛î a été connu de Kamâl ad-dîn, mort en 662160, mais Ibn as-Sâ‛î continuait encore son histoire, au fur et à mesure des faits, au moment de sa mort.

  • 161 Chroniques arabes d’Istanbul, 342 ; Ibn al-Fouwâtî, an 649 ; Dhahâbî, an 656 ; Ibn Kathîr, an 692 ; (...)

92Ibn al-Kâziroûnî (Zahîr ad-dîn ‛Alî b. Mohammad b. Maḥmoûd, 611/1214 ou 621/1224-697/1298) composa sous le titre de « rauḍat al arîb fî’t-târikh » une histoire universelle en vingt-sept volumes, dont on ne connaît que quelques citations atteignant la veille de sa mort, et un abrégé conservé, en un volume, écrit en 663/1265 et s’arrêtant à la chute des Abbassides (656/1258)161.

  • 162 Ed. Moustafa Djawwâd et M. Riḍâ Chabîlî, Bagdad, 1934.

93Ibn al-Fouwâtî (Abou’l-Faḍl ’Abdarrâzzâq b. Aḥmad, 624/1244-723/1323) composa une histoire universelle, perdue à l’exception de la partie postérieure à 626/1229 ; elle repose essentiellement sur Ibn as-Sà’î, et utilise aussi Ibn al-Kâzîroûnî162.

  • 163 Ed. Derenbourg, Paris, 1895, 8° ; trad. Amar, Archives Marocaines, XVI.

94Ibn at-Tiqtaqâ (Djalàl ad-dîn abou Dja‛far Moḥammad b. ‛Alî b. Moḥammad b. Ramadhân, né vers 661/1263), un chiite, écrivit en 701/1302 à Mossoul, le Fakhrî dont la seconde partie est une histoire des califes ’abbassides tirée d’Ibn al-Athîr, et de leurs vizirs, d’après des sources inconnues163.

  • 164 Évén. 575, 584, 586, 587, 591, 594, 596 ; tab., 600. Cf. Somogyi, JRAS, 1932, p. 85.

95Bouzoûrî (Abou Bakr Maḥfoûz b. Ma’toûk, mort en 694/1295) écrivit une histoire universelle qu’utilisa Dhahabi164.

  • 165 Trad. Houdas, Paris, 1891, 2 vol. 4°.

96Citons enfin pour mémoire la vie de Djalâl ad-dîn Mangoubertî de l’Iranien Nasawî (cité souvent comme « al-mounchî’ »), qui avait été son secrétaire165.

D. Les historiens de Baïbars et de Qalâoûn

97L’invasion mongole coupe l’Irâq du reste de l’Asie occidentale. La constitution de la monarchie mamlouke donne une importance croissante aux historiens égyptiens d’origine ou d’adoption. La réaction sunnite est désormais sans réplique, la servilité à l’égard des tyrans sans borne. Le sentiment d’avoir échappé à une catastrophe totale donne le goût de dresser des bilans de l’ancien inonde au moment où l’on recommence un monde nouveau ; la paperasserie de l’administration et la vanité primaire de la soldatesque au pouvoir développent l’abondance des écrits et leur impersonnalité. Il résulte de tout cela une production où dominent les panégyriques, les « sommes » encyclopédiques, et les manuels. Les chroniques proprement dites deviennent souvent d’énormes répertoires biographiques et chronologiques surchargés de détails oiseux.

  • 166 Wangelin, Dus Baibarsroman, Bonn, 1935, 8°.

98Il est certain que la personnalité du sultan Baïbars comme jadis celle de Saladin était faite pour inspirer les biographes. Sans parler de l’interminable roman qui au siècle suivant se bâtira autour de ses exploits166, il trouva deux historiens de talent en Ibn ‛Abdaẓẓâhir et Ibn Chaddâd.

  • 167 P. Casanova, L’Historien Ibn Abdazzâhir, dans Mém. Mission arch. Caire, VI ; E. Strauss, Wiener Ze (...)
  • 168 Baïbars, Brit. Mus. Add., 23331, du début au commencement de 663/ 1265 ; Qalâoûn, Bibl. Nat., 1704, (...)

99Ibn ’Abdazâhir (Mouhî ad-dîn abou’l-Faḍl ‛Abdallah as-Sa’dî al-Miçrî)167, fils d’un chaïkh des lecteurs du Coran, naquit en 620/1223 ; il fut « secrétaire du secret » de Baïbars, et le resta sous Qalâoûn, qui fit de son fils Fakhr ad-dîn le chef du Dîwân al-inchâ réorganisé par lui ; Fakhr ad-dîn mourut en 691/1292 et son père en 692/1293. Sa fonction consistait à rédiger des pièces officielles et à tenir le journal officiel des actes de son maître et des faits intéressant le gouvernement. C’est une mise au net de ce travail, accrû de quelques réflexions préalables et de citations littéraires, qui constitue ses biographies successives de Baïbars, de Qalâoûn, et d’al-Achraf, dont on connaît directement d’importantes parties, et dont le reste est indirectement conservé par les multiples chroniqueurs qui ont pris son œuvre pour base de leurs récits. Que l’auteur ait dû « tenir compte de l’heure et de la présence du sultan », comme dit son abréviateur Châfi’ (cf. infra), cela n’apparaît que trop ; sa documentation et la précision de son exposé ne font pas moins de son œuvre une source de premier ordre. Le même auteur avait composé une biographie du cadi al-Fâḍil et un ouvrage d’archéologie historique sur le Caire dont Maqrizî s’est largement inspiré. Des citations conservées de cet ouvrage et de passages rétrospectifs dans les Vies de Baïbars et de Qalâoûn, il résulte qu’Ibn ‛Abdaẓẓâhir a connu Ibn al-Athîr et Ibn abî Ṭayyî168.

  • 169 Cf. Amedroz, JRAS, 1902, et les articles indiquée ci-dessous, n. 8.
  • 170 Nouwaïrî, Levde, 21, 330 r°, contient une phrase d’I. Ch. sur aç-Çâliḥ Ayyoûb qui n’est pas dans la (...)

100Ibn Chaddâd le Géographe (Moḥammad b. Ibrâhim b. ‛Alî al-ḥalabî naquit à Alep en 613/1216) fut directeur des finances de Harrân vers 640, envoyé en ambassade par l’Ayyoubide an-Nâcir d’Alep auprès de Houlagou en 656/1258 ; lors de l’invasion mongole il alla se fixer au Caire où il vécut entouré de considération et pensionné par le sultan jusqu’en 684/1285169. Il est l’auteur, d’après ses propres paroles, d’une continuation d’Ibn al-Athîr et d’un traité intitulés « Djanâ al-hachchaîn fî akhbâr al-daulataïn » qui parlait des Khwarizmiens ; mais ces travaux ne paraissent pas avoir jamais été achevés et livrés au public170. Par contre nous connaissons directement la Vie de Baïbars et la Topographie historique de la Syrie et de la Djézîré.

  • 171 Dans Younînî, Nouwaïrî, etc. se trouvent des citations nombreuses.
  • 172 Chron. ar. d’Istanbul, 342. Une traduction turque, malheureusement sans édition, est en cours de pu (...)

101La Vie de Baïbars, « ar-rauḍ az-zâhir fî sîrat al-malik aẓẓâhir », dont la partie antérieure à 670/1272 est perdue171 mais dont la fin et un tableau général de l’œuvre du sultan viennent d’être retrouvés172, est moins directement officielle que celle d’Ibn ‛Abdaẓẓâhir, plus ouverte aux informations d’histoire générale extérieures à l’activité propre de Baïbars (questions d’administration, histoire de l’Anatolie et des ’ Mongols). Elle a été écrite ou achevée au lendemain même de la mort de Baïbars.

  • 173 Plan et mss. indiqués par Sobernheim, Centenario di Amari, II ; H. Zayât, al-Machriq, 1934 ; Ledit, (...)
  • 174 Sans parler d’auteurs antérieurs à notre temps (Ibn Bouṭlân, Ḥamza al-Içfahânî, Ibn Ḥauqal, Baladho (...)
  • 175 Par exemple à une description de Mossoul (préface de la partie sur la Djéziré). Il n’y a rien sur l (...)
  • 176 Brit. 56 v°, ajouté en 673 ; Leyde. 19, en 675 ; 487, en 674 ; les parties ajoutées après la mort d (...)

102La Topographie historique de la Syrie et de la Djéziré, « al-a’iâq al-khâtira fî dhikr oumarâ’ch-Châm wa’l-Djazîra » a plus de valeur encore. Elle consiste dans une énumération des principales localités, dont l’auteur donne d’abord une description géographique et archéologique, qu’on chercherait en vain dans les géographes, puis l’histoire, depuis les temps les plus reculés possibles jusqu’au moment où il écrit173. Il va de soi que dans cette dernière partie tout n’est pas original ; Ibn al-Athîr, Kamâl ad-dîn, Ibn abî Ṭayyî, Ibn al-Azrâq, Ḥamdân ibn ’Abdarrahîm, Ibn Zouraïq, Ibn al-Qalânisî, al-‛Aẓîmî, Ousâma ibn Mounqidh, ’Abdar-raḥman b. Mounqidh, ‛Imâd ad-dîn et al-Fâḍil, al-Mançoûr de Ḥamâh, Ibn Djobaïr, Nasâwî lui ont fourni, directement ou non, la matière de tout ce qui précède son propre temps174 ; pour la suite il est original, et les détails qu’il donne en particulier sur l’administration de plusieurs territoires sont d’un genre rare et précieux. L’ouvrage est divisé en trois parties : Syrie du Nord (dont une moitié consacrée à Alep), Syrie centrale et Palestine, Djéziré. Il est possible qu’il soit resté inachevé, ou que certaines parties soient perdues, car on trouve quelques allusions à des passages qu’on cherche en vain175. L’ouvrage n’a été mis au net qu’en 678-679/1280, mais était en grande partie achevé dès 671176 ; de plus, il est certain que la plus grande partie de sa documentation remonte à la période ayyoubide et aux premiers travaux de l’auteur, qui parle très peu des temps plus récents.

  • 177 Identification incertaine ; ces noms sont ceux que donnent les auteurs qui le citent (cf. note suiv (...)
  • 178 Qirtâï 106 r°, 107 r°, 130 v°-132 r° ; Younînî an 688 (sur Tripoli), d’où il est passé dans Dhahabî (...)

103Ibn al-Waîd (Charaf ad-dîn Moḥammad b. Moûsâ b. Moḥammad al-Maqdisî, mort en 712/1311-1312), fonctionnaire et lettré, est l’auteur d’une vie de Qalâoûn abrégée177, intitulée « faḍâil al-daulat al-mançoûriya‛alâ’l-daulat aẓ-ẓahiriya », qu’ont connue Qirtâï et Yoûnînî178.

  • 179 Brockelmann II, 21 ; Nouwaïrî an 711 ; Çafadî, Aya Sofya 2969, 73 r° sq.
  • 180 Çafadî cite le Livre des Animaux de Djâhiẓ, Ibn Asâkir, al-Khâtib et Ibn Nadjdjâr, l’Aghânî, Ibn Ba (...)
  • 181 Qalq. XIV 70 donne le titre « tadhkirat al-labîb wa nouzhat al-adîb » ; I. F. VII, 118 r°, 127 v°, (...)

104Dans un autre genre, Ibn al-Moukarram (Djamâl ad-dîn abou’l-Faḍl Moḥammad al-Ançârî ar-Rouwaïfi’î al-Ifrîqî al-Miçrî, 630/1233-711/1311), nâzir de Tripoli puis fonctionnaire au dîwân al-inchâ, chiite non rafiḍite179, abréviateur d’une masse de gros ouvrages fameux180, a laissé un journal de chancellerie avec nombreux extraits de correspondance, qui constitue une sorte d’histoire des règnes de Qalâoûn et d’al-Achraf ; il nous est connu par des citations de Qalqachandî et surtout d’Ibn al-Fourât181.

  • 182 Brockelmann I 323 ; extraits dans Michaud-Reinaud, fin.

105Au même milieu encore appartient Ibn Abdarrahîm ; il avait dépassé l’enfance au début du règne de Baïbars, fut kâtib sous Qalâoûn, puis principal secrétaire d’al-Mouẓaffar de Ḥamâh à partir de 683/1284. Il connut ainsi Ibn Wacil et obtint de lui l’autorisation de continuer son Moufarridj. Il mourut après 695, date où s’arrête cette continuation. Celle-ci est loin d’avoir le caractère complet du Moufarridj ; elle comprend d’énormes lacunes coupées seulement de quelques mentions sommaires dont le rôle est de faire le pont entre des épisodes détachés qui seuls sont racontés en détail et qui consistent exclusivement en souvenirs personnels de l’auteur ou en récits qui lui ont été faits ; mais ces passages, qui témoignent que l’auteur avait été en relation avec des Francs, sont parfois fort intéressants182.

106E) Les chroniqueurs du début du viii/xive siècle. — Ce sont essentiellement trois fonctionnaires égyptiens, Chihâb Maḥmoûd, Nouwaïrî et Châfi‛ ibn ‛Alî ; quatre émirs turcs, Aïdoghdou Qara-sonqorî, Baïbars Mançoûrî, Qirṭâï et Ibn ad-dawâdârî ; un prince ayyoubide, Abou’l-Féda ; quatre lettrés damasquins, Younînî, Djazarî, Birzalî, et Dhahabî.

  • 183 Brockelmann I 346 ; Ibn Taghr. Bibl. Nat. 2071, 150 v°, 159 v°, 177 ν· (ans 658-680).

107Chihâb Mamoûd (Chihâb ad-dîn abou’th-Thanâ Mahmoud b. Fahd al-Ḥalabî al-Ḥanbalî) vécut de 644/1246 à 725/1325 et fut directeur du diwân al-inchâ de Damas ; il est l’auteur d’une continuation d’Ibn al-Athîr dont il ne s’est conservé directement que de menus fragments, auxquels il faut joindre quelques citations dans Ibn Taghribirdî183.

  • 184 Brockelmann II, 28 ; Chroniques des derniers Fat., 25 ; Çafadî Aya Sofya 2964.
  • 185 ‛Adjâib al-bounyân (Maqrîzî), ouvrages sur Acre et Tyr et sur la mosquée de la citadelle du Caire ( (...)

108Châfi ibn ‛Ali (Nacîr ad-dîn al-‛Asqalânî, 649/1251-730/ 1330)184, fils d’une fille d’Ibn ’Abdaẓẓâhir et fonctionnaire à la chancellerie d’an-Nâcir Moḥammad, fils et second successeur de Qalâoûn, écrivit d’une part des abrégés des vies de Baïbars, de Qalâoûn et d’al-Achraf de son aïeul (avec des corrections), puis une vie d’an-Nâcir et un recueil biographique de poètes de son temps qui ne nous importent pas ici, trois ouvrages d’archéologie monumentale185, enfin une chronique universelle abrégée, le « naẓm as-souloûk fî târîkh al-khoulâfâ wa’l-mouloûk », qui paraît reposer sur Ibn al-Athîr, Ibn abî Ṭayyî ou Ibn Mouyassar, Ibn Wâcil, enfin Ibn ’Abdaẓẓâhir.

  • 186 I. F., Vatican II, 220 r° sq.

109L’émir Aïdoghdou Qarasonqorî est personnellement inconnu. Il est l’auteur d’une histoire dont Ibn al-Fourât donne un long extrait relatif à la fin du règne de l’Ayyoubide an-Nâcir d’Alep186.

  • 187 Brockelmann II, 44 ; Chroniques arabes d’Istanbul 343.
  • 188 Abondantes citations dans Ibn al-Fourat et al-‛Aïnî.

110Baïbars Mançourî (Rokn ad-dîn, mort en 725/1325 vers 80 ans), gouverneur de Rarak sous Qalâoûn, nâïb as-saltana sous Nâcir, puis emprisonné de 711 à 717, est l’auteur d’une histoire universelle intitulée « zoubdat al-fikra fî târîkh al-hidjra »187 dont on ne connaît qu’indirectement le vi/xiie siècle188, mais dont on possède la dernière partie, la seule importante, qui atteint 724/1324. Il y ajoute à l’utilisation des vies de Baïbars et Qalâoûn d’Ibn ‛Abdaẓẓâhir d’abondants renseignements tirés de son expérience personnelle ou de celle de son secrétaire, le chrétien Chams ar-Riyâsa b. Bakr ; il est particulièrement informé de l’histoire anatolienne. Pour le reste la Zoubdat al-fikra paraît n’être à peu près qu’un démarquage d’Ibn al-Athîr — Ibn al-Fourât pour le xiie siècle les cite toujours indissolublement, — puis d’Ibn Wâcil combiné avec Sibt Ibn al-Djaûzî. Baïbars composa de sa Zoubda un abrégé qui n’a pas d’intérêt.

  • 189 Levi delle Vida, Orientalia, 1935 ; Chron. Ar. d’Istanbul 343 ; et La chronique de Qirâï et les Fr (...)

111Qirâï al-Izzî (al-Khazandârî) ne nous est pas personnellement connu. Il existe de sa chronique deux parties, l’une sur les débuts de l’Islam, écrite en 708/1308-1309, l’autre contenant les années 626/1229-689/1290, composée sous le règne de Nâcir Moḥammad (696-741). Cette chronique, mise au net par un scribe qui a brouillé l’ordre de plusieurs feuilles, contient, pour le xiiie siècle, un cadre général de mentions sommaires, tirées surtout d’Ibn Wâcil, et des récits détaillés isolés, dûs à des informateurs oraux189. Une citation dans Ibn ad-Dawâdârî, relative à Saïf ad-dîn Mas’oûd de Mossoul, atteste que Qirṭâï avait rédigé aussi le xiie siècle.

  • 190 Chroniques arabes d’Istanbul 343.

112Ibn ad-Dawâdârî (Abou Bakr ibn ‛Abdallah ibn Aïbek), dont le père avait été au service de Saïf a-dîn Balabân ar-Roûmî ad-da-wâdâr, mort en 680/1281, se prétendait de descendance seldjouqide. Sa chronique se compose de neuf volumes dont les quatre derniers concernent respectivement les Fatimides (jusqu’en 555/1160), les Ayyoubides (jusqu’en 648/1250), les premiers Mamlouks, et enfin le règne d’an-Nâcir Moḥammad ; il écrit, sous ce dernier, de 732 à 736 ; on a toutefois de lui aussi un abrégé composé dès 710. Sa source fondamentale est Sibt ibn al-Djaûzî ; l’auteur nomme aussi Ibn aç-Çaïrafî, Ibn ‛Asâkir, Ibn al-Athîr, Abou Châma, Nasawî, Ibn Khallikàn, Ibn Wâcil, Ibn ‛Abdaẓẓâhir, Djazarî, Nouwaïrî et Qirṭâï ; et il paraît avoir connu aussi Younînî (chute de Tripoli en 690) ; il a quelques informations romancées sur les Turcs d’Anatolie et leurs aïeux ; il n’a de réelle originalité que pour la dernière partie. L’ouvrage a été peu connu190.

  • 191 Ibid. 344 ; Saraï 2907 Ε III 215 r° (cilation de Djazarî) ; Ε II, 278 r° (Booghya).

113Younînî (le chaïkh Qoṭb ad-dîn abou’l-Fatḥ Moûsâ b. Moḥammad al-Ba’lbakî, mort en 726/1326) est, on l’a vu, l’auteur de l’édition abrégée du Mirât az-zamân de Sibt ibn al-Djauzî. Il y ajoute une continuation, qui souvent suit le Mirât dans les mêmes manuscrits. Plus encore que le Mirât, elle est damasquine avant tout et surchargée de biographies. Elle a été achevée peu après 711/1311 où elle s’arrête. Les manuscrits conservés paraissent contenir deux rédactions, l’une plus complète mais plus condensée, l’autre plus ancienne, plus diffuse et moins documentée. Les sources nommées sont Abou Châma, Ibn Wâcil, Khazradjî, Ibn ’Abdazzâhir, Ibn Chaddâd, Ibn Khallikân, et, pour un passage rétrospectif, la Boughya de Kamâl ad-dîn ; il y a eu quelques emprunts réciproques entre Djazarî et lui. Mais très souvent il est original, et il a été abondamment utilisé par presque tous les chroniqueurs postérieurs ; c’est donc une œuvre importante, bien qu’encore à peu près inconnue191.

  • 192 Ibid. 346 ; Chroniques des derniers Fatimides, 8-9
  • 193 Gotha 1559, 142 r° ; 1560, 23 r° ; Köprülü 1147, 658.
  • 194 Dhahabî, tabaqât 581 (Ḥayât b. Qaïs) l’estime, et nous apprend que les notes qu’il en a prises ont (...)
  • 195 Pour les trois classes de mss. (brouillon, mise au net, notes de Dhahabî) cf. Chroniques arabes d’I (...)

114On peut en dire autant de Djazarî (Chams ad-dîn Moḥammad b. Ibrahim, 658/1260-739/1339)192, dont l’œuvre n’a même pas été reconnue dans les manuscrits qui nous en conservent la moitié. D’une famille kurde originaire des environs de Djazîrat-ibn-’Omar mais transplantée en Égypte en 630 puis établie ensuite à Damas, notre auteur écrivit sa chronique dans cette ville au début du viiie/xive siècle, où Dhahabî la connut ; il y ajouta mois par mois à partir de 701 une volumineuse continuation, qui fut mise en ordre à sa mort par son ami Birzâlî (cf. infra). Il prétend avoir continué le Boustân al-Djâmi’, mais cela n’est vrai que quant au choix d’une date initiale ; l’œuvre est aussi prolixe que le Boustân est sobre, et chargée de biographies à la manière de Sibt ibn al-Djauzî ; ce dernier est, avec Ibn as-Sâ‛î, la source de presque tout ce qu’il sait jusqu’au milieu du xiiie siècle (avec des additions tirées d’Abou Châma et d’Ibn Khallikân). Pour la suite, il connaît Yoûnînî et Baïbars193, puis, pour la fin, il y a eu emprunts mutuels entre Birzâlî et lui ; mais dans l’ensemble il est original, et s’il accueille trop facilement des racontars sans intérêt, il renferme par contre mainte information194 qu’on chercherait vainement ailleurs195.

  • 196 Brockelmann II, 36 ; Chroniques Arabes d’Istanbul 346.

115Birzâlî (‛Alam ad-dîn abou Moḥammad al-Qasm b. Moḥammad, 665/1257-739/1240) naquit à Séville à peu de semaines de la mort d’Abou Châma ; c’en fut assez pour que, fixé à Damas à partir de 688, il décidât de continuer la Suite des Deux Jardins. On n’a conservé que les deux volumes traitant des années 665-720, le troisième (721-739) ayant disparu. Le plan est chronologique jour par jour, et les biographies l’emportent sur l’histoire. La consultation méthodique de l’œuvre est à peu près impossible. Aussi a-t-elle été peu utilisée, et il ne semble pas qu’elle mérite mieux196.

  • 197 Brockelmann II, 44 ; éd. Reiske, Copenhague 1790, ou Istanbul 1869 ; extraits dans H. Or. Cr. I ; d (...)

116Aboul-Féda (al-Malik al-Mouayyad ‛Imâd ad-dîn Ismâ’îl b. ‛Alî b. Maḥmoûd... b. Ayyoûb, 672/1273-732/1331) fut prince de Ḥamâh à partir de 710 par la grâce de Nâcir Moḥammad. II a composé une histoire, « Moukhtaçar târîkh al-bachar » et une géographie (cf. infra) qui ont joui et jouissent encore d’une réputation aussi grande qu’imméritée. L’histoire n’est à peu de chose près qu’un abrégé d’Ibn al-Athîr, d’Ibn Wâcil et d’Ibn ‛Abdaẓẓâhir (il connaît aussi Nasâwî) ; la fin seule contient des données originales. Des abrégés d’Abou’l-Féda ont été composés par Ibn al-Wardî et Ibn ach-Chiḥna, qui attestent la popularité de l’œuvre197.

  • 198 Brockelmann, II, 139 ; Chroniques d’Istanbul, 346 ; édition en cours au Caire, encore très loin de (...)

117Nouwaïrî (Abou’l-’Abbâs Aḥmad b. ‛Abdalwahhâb at-Tâïmî al-Kindî ach-Châfi’î, mort en 732/1332 à 50 ans environ), favori du sultan Nâcir Moḥammad, inspecteur de l’armée à Tripoli, copiste payé en même temps qu’auteur, nous a laissé une encyclopédie, intitulée « Nihâyat al-arab fî founoûn al-adab », dont la cinquième et dernière partie, plus ample à elle seule que les quatre autres réunies, est une histoire du monde antique puis de l’Islam classé par dynasties ; elle a été écrite en 714. L’originalité d’un tel travail est naturellement faible ; son intérêt pour nous réside dans les extraits qu’il conserve d’Ibn Mouyassar, de Djazarî, d’Ibn as-Sâ‛î (par le précédent ?), et dans quelques informations sur la Syrie du nord au xie/xiie siècle dont l’origine est peu claire. En général, il se contente pour le xiie siècle de suivre Ibn al-Athîr (pour la Syrie) ; pour le xiiie, il suit surtout Ibn al-Djauzî, connaît Ibn Khallikân, Ibn Wâcil (par Baïbars Mançoûrî), Ibn ’Abdazzâhir, Nasawî198.

  • 199 Leyde, 1919, 8°.

118La même source inconnue concernant la Syrie du Nord a peut-être servi à la notice d’histoire rétrospective de quelques localités syriennes qui clôt la chronique du règne de Nâcîr Moḥammad publiée par Zetterstéen199.

  • 200 J. de Somogyi, Dhahabî, dans JRAS, 1932 (article très médiocre : il n’a pas reconnu ‛Imâd ad-dîn qu (...)
  • 201 Indirectement Ibn Chaddâd, al-Qîlâwî et al-Qâdisî, Ibn al-Waḥîd, Ibn Bachkawal et ‛Abd al-Moun‛am a (...)

119Dhahabî (Chams ad-dîn abou ‛Abdallah Moḥammad h Aḥmad b. ‛Othmân at-Turkomânî al-Fâriqî ach-Châfi’î, 673/1274-748/1348200, après un long séjour d’études au Caire, passa sa vie comme professeur dans sa ville natale de Damas. On a déjà parlé des biographies (classées par tabaqât) de son « Târîkh al-Islam » (Histoire de l’Islam). Il s’y adjoint une section d’histoire générale, « al-ḥawâdith » (événements), où se trouvent conservés des extraits précieux de Bouzoûrî, ‛Abdallatîf, Sa‛d ad-dîn. Pour le reste, Dhahabî dépend essentiellement de Sibt ibn al-Djauzî et Yoûnînî, et les complète par Ibn al-Qalânisî (directement ?), Ibn al-Athîr, Abou Châma, Ibn Wâcil et Ibn ’Abdarrahîm, Nasawî, Ibn Khallikân, Ibn ‛Abdẓẓâhir, Djazarî (d’où Ibn as-Sâ‛î ?), Ibn al-Kâziroûnî201 ; postérieurement à sa première rédaction, il a ajouté quelques emprunts à Abou’l-Féda. Il a écrit en 714, mais a arrêté son histoire en 700 ; il en a rédigé plus tard, ainsi que des élèves, divers extraits et abrégés accrus de continuations atteignant des dates plus basses.

120F) Les compilations tardives (seconde moitié du viiie/xive et ixe/xve siècles). — Avec Dhahabî se clôt la série des auteurs qui ont pu recueillir encore sur la période qui nous occupe des informations personnelles. Les compilateurs postérieurs n’offrent plus d’intérêt pour nous que dans le cas où ils ont connu des sources aujourd’hui perdues. Si nous les nommons néanmoins tous ici, c’est non pour signaler un apport, mais pour souligner la non-valeur, pour les xiie-xiiie siècles, d’ouvrages dont la gloire a effacé souvent jusqu’au nom de leurs devanciers. Fait seul exception, à notre point de vue, Ibn al-Fourât qui, comme par hasard, est aussi l’un des moins exploités. La fin du viii/xive siècle marque d’ailleurs une coupure dans l’historiographie arabe de l’Asie occidentale et de l’Égypte ; le ix/xve siècle assiste à une renaissance qui produit des ouvrages d’une envergure nouvelle et surtout paraît remettre en lumière certaines sources anciennes négligées pendant la période intermédiaire.

a) viiie/xive siècle.

  • 202 Horovitz, MSOS, X.

121Ibn Noubâa (Chams ad-dîn Moḥammad b. Ḥasan al-Miçrî ach-Châfi’î) acheva en 734/1333-1334 une histoire des califes intitulée « kitâb al-ik-tifâ fî târîkh al-khoulafâ »202 ; il cite, pour notre période, Hamadhânî, Ibn al-Djauzî, Sibt ibn al-Djauzî, Abou Châma, Ibn al-Athîr, Kamâl ad-dîn, Ibn as-Sâ‛î, Younînî, Ibn Chaddâd le Géographe et Ibn ‛Abdaẓẓâhir ; comme biographes, Sam’ânî, Dobaïthî, Silafî, Ibn Nadjdjâr, Ibn Khallikân, Moundhirî, etc.

  • 203 Brockelmann, II, 141. Cf. R. Hartmann, Geographie des Mamloukenreichs, ZDMG, 1916.

122Al-’Omarî (Chihâb ad-dîn abou’l-Abbâs Aḥmad b. Yahya b. Faḍl allah, 700/1301-748/1347) serait autant à sa place parmi les géographes. Ses « Masâlik al-abçâr fî mamâlik al-amçâr »203 sont une encyclopédie des connaissances nécessaires aux fonctionnaires et comprennent une partie géographique et une partie historique ; celle-ci n’est guère qu’une copie parfois abrégée d’Abou’l-Féda. La partie géographique est plus précieuse, mais postérieure à notre temps.

  • 204 Brockelmann, II, 48 ; Spies, Beiträge, 73-76.

123Ibn Châkir al-Koutoubî (Moḥammad al-Ḥalabî, mort en 764/1363) est l’auteur d’une histoire universelle, les « ’Ouyoûn at-tawârîkh », qui repose essentiellement sur Sibt ibn al-Djauzî puis sur Dhahabî ; on y trouve aussi nommés Ibn al-Athîr, Abou Châma, Ibn Khallikân, Ibn as-Sâ‛î, Yâqoût, al-Qoûcî204.

  • 205 Brock. II, 177 ; Spies, 76-78 ; éd. Haïderabad, 1918-1920.

124Yâfiî (‛Afîf ad-dîn ‛Abdallah b. As‛ad, mort en 768/1367) a écrit une chronique universelle, le « Mirât al-djanân wa ’ibrat al-yaqzân », qui repose essentiellement, pour notre période, sur Sibt ibn al-Djaûzî, Dhahabî, Ibn Khallikân205.

  • 206 Brock. II, 49 ; Spies, 78-82 ; éd. commencée au Caire, encore loin de notre temps.

125Ibn Kathîr (‛Imâd ad-dîn Ismâ‛il al-Qourchî al-Bouçrawî, 701/1301-774/1371-1372) est l’auteur d’une volumineuse histoire universelle intitulée « al-bidâya wa’n-nihâya » (le commencement et la fin). Pour la partie qui nous concerne, il repose essentiellement sur Ibn al-Djaûzî, Sibṭ ibn al-Djauzî, et Birzâlî ; il cite aussi Abou Châma, Ibn al-Athîr, Ibn as-Sâ‛î, Ibn Khallikân, Ibn al-Kâzi-roûnî, Chibâb Maḥmoûd, et connaît l’existence des chroniques de Yoûnînî, Djazarî, Abou’l-Féda206.

  • 207 Ed. Trad. Blochet, Patrologie Orientale, XII, XIV.

126Moufadhdhal (ibn abî’l-faḍâïl), un chrétien copte, écrivit vers 759/1358 une suite à l’histoire d’Ibn al-’Amîd, reposant essentiellement pour la fin du xiiie siècle sur Abou Châma, Ibn ’Abdaẓẓâhir, Ibn Chaddâd le Géographe, et Baïbars Mançoûrî207.

  • 208 Ed. des huit premières années (648-656) par Leander, dans le Monde Oriental, VII (1913) ; analyse d (...)

127Ibn abîb (Badr ad-dîn abou Moḥammad Ḥasan b. ’Omar, 710/1311-778/1377) écrivit sous le nom de « Dourrat al-aslâk fî daulat al-atrâk » une histoire des Mamloûks jusqu’en 776/1375 dont l’objet est moins de faire un exposé documenté que des pages de prose savamment balancée. Il peut avoir des sources égyptiennes perdues, mais ne nous apprend, pour le milieu du xiiie s., rien de neuf208.

128Bref, aucun des chroniqueurs précédents n’a fait, pour notre période, d’œuvre originale ; loin de chercher à renouveler leurs sources, ils se sont contentés souvent d’utiliser des compilations récentes et déjà de seconde main. C’est à cet égard que les dernières années du siècle apportent une heureuse transformation.

b) xve siècle.

  • 209 N. Schmidt, Ibn Khaldoûn, New-York, 1930, 8°.
  • 210 Ed. Boulaq, 1287 (1868), 7 vol. ; le t. III contient les Seldjouqides, le t. IV les dynasties syro- (...)

129Ibn Khaldoûn (Walî ad-dîn ‛Abdarrahman b Moḥammad at-Toûnisî, 732/1332-808/1406), le plus grand des historiens arabes par la philosophie sociologique de ses Prolégomènes209, est, avec Ibn Doqmâq, le premier auteur chez lequel nous trouvions utilisée la chronique d’Ibn Ṭouwaïr pour l’histoire de l’Égypte ; mais pour la Syrie, il ne fait guère que démarquer Ibn al-Athîr210.

  • 211 Brockelmann II, 50 ; Chroniques arabes d’Istanbul, 352, 362.
  • 212 Djawâhir ath-thamîn fî sîrat al-mamâlik wa’s-salâtîn.
  • 213 Il manque, pour notre période, la seconde moitié du vie/xiie et le début du viie/xiiie siècle.

130Ibn Doqmâq (Çârim ad-dîn Ibrahim b. Moḥammad al-Miçrî, 750/1349-809/1406211 est l’auteur d’un ouvrage historico-géographique sur l’Égypte, d’une histoire universelle sommaire212, et d’un dictionnaire biographique, qui ne nous intéressent pas ici. Il a composé une histoire universelle plus développée, sous le titre de « Nouzhat al-anâm fî târîkh al-islâm », qui n’est pas entièrement conservée213. Sa principale originalité par rapport à ses devanciers immédiats consiste à avoir connu Ibn Touwaïr et al-‛Aẓîmî (l’abrégé). Il connaît aussi Ibn al-Athîr, Sibt ibn al-Djaûzî, Abou Châma, Ibn Khallikân, Djazarî, Ibn Chaddâd (par Younînî ?), Ibn ’Abdazzahîr, Dhahabî, Çafadî.

  • 214 Cf. ma Chronique chiite dans Comptes-rendus Acad. Inscr., 1935, et surtout la préface de Zouraïq à (...)
  • 215 Il existe des fragments préislamiques à Paris, Londres et Brousse ; une citation de l’an 189 de l’h (...)
  • 216 Chroniques des derniers Fatimides, passim.
  • 217 La partie conservée de la fin du xive siècle est éditée par Zouraïq, Beyroût, 1935-1937, 2 vol. 8° (...)

131Ibn al-Fourât (Nâcir ad-dîn Moḥammad b.’Abdarrahîm aṭ-Ṭâlib al-Ḥanafî (634/1334-808/1405)214 est pour nous extrêmement important. Son Histoire (« Târîkh ad-douwal wa’l-mouloûk ») fut écrite par lui siècle par siècle en commençant par le dernier (le viiie/xiv), probablement jusqu’au ve/xie inclusivement215 ; mais nous n’en possédons, en dehors des dernières années, que les vie/xiie et viie/xiiie siècles (avec lacunes de 568/1173 à 585/1189 et de 625/1228 à 638/1241). C’est une chronique extrêmement circonstanciée, constituée de citations juxtaposées de sources assez souvent nommées pour être presque toujours identifiables. Elles sont certes loin d’être toutes neuves pour nous : l’histoire des Ayyoubides dérive presqu’exclusivement d’Ibn Wâcil et d’Ibn Naṭif, accrus de Qirṭâï ; celle des premiers Mamlouks, d’Ibn ’Abdaẓẓâhir, d’Ibn Chaddâd, accrûs d’Ibn ’Abdarraḥîm, d’Aïdogdoû Qarasonqorî, d’Ibn al-Moukarram, ces deux derniers neufs pour nous ; et de la chronique d’Ibn Doqmâq, son ami, il tient en outre la connaissance indirecte des versions de Sibt ibn al-Djauzî. Autant dire que pour le viie/xiiie siècle l’intérêt d’Ibn al-Fourât est pour nous des plus réduits. Pour le siècle précédent même, nombreux sont ses emprunts à Ibn al-Athîr (directement ou par Baïbars Mançoûrî), Ibn al-Djauzî, Ibn Khallikân ; mais à ces sources s’en ajoutent d’autres qui sans lui nous seraient mal connues, en premier lieu Ibn abî Ṭayyî, dont on a vu plus haut toute l’importance et dont l’histoire, pour la première moitié du xiie siècle, serait sans Ibn al-Fourât complètement perdue pour nous. Inutile de souligner la largeur d’esprit dont fait preuve l’utilisation de cette source et la reproduction de certains de ses récits les plus tendancieusement chiites ; aussi digne de remarque est le soin avec lequel Ibn al-Fourât, lorsqu’il dispose de plusieurs textes apparentés, choisit le plus ancien. Ajoutons son apport à la connaissance de l’historiographie des Fatimides, sur laquelle nous avons insisté ailleurs216, et les emprunts qu’il fait à des sources comme l’histoire d’Ibn abî Ousaïbi’a, Ibn Daḥya, Ibn Chaddâd de Kairouân pour le Maghreb, sans parler d’Ibn aç-Çaïrafî, qui est conservé, d’Ousâma (Kitâb al-Bouldân) dont il est difficile de savoir s’il l’a utilisé directement, etc. Au total, pour le xiie siècle, Ibn al-Fourât doit être aussi constamment à nos côtés qu’un Ibn al-Qalânisî ; bien des épisodes de l’histoire de la Syrie du nord, qu’il tient d’Ibn abî Ṭayyî, ne nous sont connus que par lui217.

  • 218 Brockelmann, II, 38 ; Chroniques d’Istanbul, 352 ; pour les sources, Guest JRAS 190, et Chroniques (...)
  • 219 Ed. Moustafa Riyâda, Le Caire, 1934 sq. (en cours) ; trad. de la période mamlouke par Quatremère, P (...)

132Nous n’en dirons pas autant, à notre point de vue, de Maqrîzî (Taqî ad-dîn abou’l-‛Abbâs Aḥmad b. ‛Alî, 776/1374-845/1442). Inappréciable dans ses écrits relatifs à l’Égypte (Histoire des Coptes, Histoire des Fatimides, et le « Khitat Miçr ou Description historique de l’Égypte »)218, utile aussi dans ses opuscules spéciaux sur l’histoire des poids et mesures et des monnaies, et dans ce qu’on connaît de son dictionnaire biographique (cf. supra), il est par contre peu intéressant, en dépit de la réputation de l’ouvrage, dans son « Kitàb as-souloûk fî ma’rifa târîkh al-mouloûk », qui est une histoire des Ayyoubides et des Mamloûks219. Pour la période qui nous concerne, il a quelques informations originales sur l’Égypte (tirées sans doute, sous Saladin, des Événements d’al-Fâḍil), mais pour la Syrie ce n’est qu’un mélange d’Ibn Wâcil, de Sibt ibn al-Djaûzî, d’Ibn ‛Abdaẓẓâhir, et sans doute d’Ibn al-Fourât.

  • 220 Brock. II, 52 ; Chron. d’Istanbul, 353.

133Avec plus d’originalité dans ses informations, al-‛Aïnî (Badr ad-dîn abou Moḥammad Maḥmoûd b. Aḥmad, mort en 855/1451) n’a cependant guère d’intérêt pour nous. En dehors de quelques citations de Hamadhânî concernant seulement l’Irâq, il n’utilise pour notre période que les ouvrages connus d’al-‛Aẓîmî (abrégé), Ibn al-Athîr, Kamâl ad-dîn, Sibt ibn al-Djauzî, Ibn al-‛Amîd, Ibn Wâcil (indirectement), Ibn Khallikân, Baïbars Mançoûrî, Châfi’ b. ‛Alî (Naẓm as-souloûk), Nouwaïrî, Abou’l-Féda, Ibn Kathîr. Son « ‛iqd al-djoumân fî târîkh ahl az-zamân » est une chronique volumineuse et détaillée, dont l’auteur lui-même et son frère Chihâb ad-dîn Aḥmad ont composé des résumés220.

  • 221 Ed. Popper, Berkeley 1909-1926 sq. (en cours).

134A peu près négligeable est aussi pour nous Ibn Taghrîbirdî (Djamâl ad-dîn Yoûsouf, 813/1411-874/1469) dont la grande Histoire d’Égypte, le Noudjoûm az-zâhira fî mouloûk Miçr wa‛l-Qâ-hira, consiste en biographies des souverains d’Égypte suivies d’une récapitulation des principaux événements extérieurs contemporains de chacun d’eux. Les biographies de Fatimides ont quelqu’originalité mais ne nous concernent pas ici ; celles des Ayyoubides et des Mamlouks reposent sur Ibn al-Athîr, Abou Châma, Sibt ibn al-Djauzî, Ibn Wâcil, Chihâb Maḥmoûd. La Section annalistique dépend presqu’exclusivement de Sibt Ibn al-Djauzî221.

  • 222 Vienne Mxt., 325.
  • 223 Brit. Mus. Or. 7311.

135Aux ouvrages précités il faut en ajouter quatre autres d’horizon plus restreint : d’abord deux histoires anonymes des Ayyoubides ; l’une rédigée à Hiçn Kaïfâ peu après 778/1376, date où elle s’achève, et concernant surtout la petite principauté ayyoubide dont cette ville restait le chef-lieu ; elle comprend cependant une introduction générale sur les Ayyoubides d’Égypte et de Syrie avec une page d’Ibn abî Ṭayyî et des extraits d’Ibn Chaddâd qui ne se rencontrent pas tous ailleurs ; elle s’intitule « Târîkh nouzhat an-nâzir wa râhat al-khâṭir », et est l’abrégé d’un ouvrage perdu intitulé « ghayat al-maṭloûb fî târîkh baït Ayyoûb »222. L’autre histoire des Ayyoubides, dont l’auteur écrivait peu après 812/1409, est un recueil de biographies de tous les membres connus de la famille ayyoubide ; pour les grands Ayyoubides, elle cite Abou Châma, Ibn Wâcil, Sibt ibn al-Djauzî ; le titre en est « chafâ’l-qouloûb fî manâqib banî Ayyoûb223.

  • 224 Brockelmann, II, 51 ; Chroniques d’Istanbul, 355.

136Plus étroite est la biographie de Noûr ad-dîn intitulée « addourr ath-thamîn fî sîrati Noûr ad-dîn » par Badr ad-dîn Moḥammad Ibn Qâdî Chouhba (mort en 874/1469), fils de l’auteur plus connu des tabaqât chafi’ites (22) ; l’ouvrage repose sur Ibn ‛Asâkir, Ibn al-Djauzî, Ibn al-Athîr, Abou Châma, Ibn al-Moustaufî d’Irbil, Sibt ibn al-Djauzî, Ibn Khallikân, Ibn Kathîr, al-Koutoubî, l’histoire de Médine d’al-Matarî, et un traité de gouvernement d’un certain ‛Abdarrahman b. Naçr de Chaïzar (un Mounqidhite ?)224.

  • 225 Brockelmann, II, 134 ; éd. Le Caire, 1913-1918. Cf. Gaudefroy-Demom. hynes, La Syrie à l’époque des (...)

137Signalons encore pour mémoire, dans un autre genre, le monumental recueil encyclopédique à l’usage de la chancellerie mamlouke rédigé au début du xve siècle par Qalqachandî, trop tardif pour nous être utile, sauf par quelques lettres et traités qui, en ce qui nous concerne, sont connus aussi par ailleurs225.

  • 226 Vatican Borgia ar. 235 (identifié par Levi della Vida) ; la copie d’un autre morceau, d’après un ms (...)
  • 227 Par exemple un Kitâb Rauḍat al-Kouloûb d’un certain Abou’l-Qâsim Mohammed ibn ‛Abdarrahman ach-Chai (...)
  • 228 Ed. Cheïkho, Beyroût, 1909.
  • 229 Il y en avait un ms. chez le chaïkh Kâmil Efendi al-Ghazzî à Alep d’après la préface do Râghib Tabb (...)

138C’est encore au xve siècle qu’écrit Abou Dharr qui, dans ses « Kounoûz adhdhahab fî târîkh Halab » compose un ouvrage du genre de l’a’lâq d’Ibn Chaddâd, limité à Alep et à sa province226. Riche d’informations surtout pour une période plus récente que la nôtre, il n’est pas sans apporter déjà d’utiles compléments historiques ou anecdotiques à la connaissance de la Syrie du nord au temps des croisades. Il a connu Ibn abî Ṭayyî et divers opuscules sunnites ou chiites perdus227, en dehors des œuvres connues de Kamâl ad-dîn, Ibn Chaddâd, Ibn Djauzî, Abou Châma, Dhahabî, Ibn Khallikân, Abou’l-Féda, Ibn Ḥabîb, Ibn Khâtib an-Nâciriya, Ibn ach.-Chiḥna, etc. Du même genre et un peu antérieur est « al-dourr al-mountakhab fî târîkh mamlakat ḥalab m d’Ibn ach-China, qui est plus exactement un résumé d’Ibn Chaddâd avec mise à jour228. La rédaction qu’on en connaît comprend des additions postérieures d’un certain Ibn al-Mollâ (xvie siècle), l’auteur d’une histoire où il semble qu’il ait dû encore pouvoir utiliser directement Ibn abî Ṭayyî229.

  • 230 Ed. Cheïkho, Beyrout, 1902 (très médiocre, cf. Sauvaget dans Bull. ét. or. Damas 1938).
  • 231 Ed. Chidyâq, Beyrout, 1859

139Enfin rappelons pour mémoire l’histoire des émirs Bohtor du Gharb (près Beyrout) par leur descendant Çâlih ibn Yaya, d’après les archives de la famille230. Sur des sources analogues repose la très récente histoire des émirs Chihâb du Liban, qui contient quelques informations remontant à la période des croisades dont, malgré l’obscurité qui entoure leur provenance, il ne paraît pas y avoir de raison sérieuse de ne pas tenir compte231.

140Au xvie siècle écrivent les écrivains illustres Ibn lyâs et Souyoûtî qui n’ont rien de neuf à nous apprendre ; au même siècle Djannâbî, au suivant Mounadjdjim Bâchî, qui conservent quelques traditions originales sur l’origine de l’occupation turque de l’Asie mineure.

Tableau indiquant les principales sources arabes à consulter pour chaque période. (Les sources conservés sont soulignées ; un souligné interrompu signifie une conservation partielle).

G) Les géographes et les voyageurs

  • 232 Comme introduction générale à la géographie arabe, la meilleure reste celle de Reinaud à sa traduct (...)

141Les géographes arabes ne conçoivent généralement pas la géographie arabe comme une fin en soi ; pour les uns, qui ne nous intéressent guère ici, il s’agit plutôt de cosmographie scientifique ; pour d’autres, elle a pour but d’apporter un répertoire pratique à l’historien, à l’administrateur, ou de renseigner les amateurs de merveilles et de lieux saints sur les curiosités et pèlerinages. Tels qu’ils sont, ils apportent des informations archéologiques ou économiques des plus précieuses ; mais ils présentent aussi un grand danger, parce que, généralement érudits, ils ne distinguent qu’imparfaitement dans leurs écrits les renseignements valables pour leur temps de ceux qu’ils ont trouvés chez des prédécesseurs parfois antérieurs de plusieurs siècles. Les voyageurs même n’échappent pas tous absolument à ce reproche232.

142Trois géographes surtout nous importeront ici : Idrisi, Yâqoût et Ibn Chaddâd.

143Idrîsî (493/1100-560/1165) était un Maghrébin qui fut chargé par Roger II de Sicile, au milieu du xiie siècle, de composer une géographie générale dont l’objet était surtout commercial ; aussi note-t-il soigneusement par pays les routes, les distances, les ressources, d’après des informations aussi récentes que possible ; son -ouvrage, qui est accompagné d’un grand nombre de cartes, est peut-être le monument le plus important de la géographie médiévale.

144Yâqoût est bien différent. Esclave d’origine anatolienne chrétienne, puis affranchi, il vécut (575/1179-626/1229) de copie et de librairie, et voyagea à travers presque toutes les bibliothèques de l’Asie musulmane et de l’Égypte. On lui doit divers ouvrages d’une énorme érudition, dont les deux principaux sont son dictionnaire des lettrés, déjà signalé, et son dictionnaire géographique ; ce dernier est un répertoire alphabétique des noms de lieux trouvés dans les auteurs géographiques, historiques, et autres ; pour chaque lieu il donne, en dehors d’une description, l’indication sommaire de faits frappants de son histoire, des hommes notables qui y sont nés, voire des vers qui ont été écrits sur eux. Ouvrage presque dénué d’originalité, mais précieux comme tout répertoire érudit, où il faut seulement se méfier des anachronismes et des dédoublements de noms d’un même lieu rencontré sous deux orthographes.

145D’Ibn Chaddâd, administrateur à curiosités archéologiques, le plus précieux de nos trois géographes pour la Syrie et la Djéziré, il a été question déjà à propos de l’histoire, qu’il a également cultivée.

146De tous les autres géographes, soit antérieurs à Yaqoût (Abou’l-Fath Naçr ibn ‛Abdarraḥmân al-Iskandari, mort en 560/1165), soit postérieurs (Qazwini, 600/1203-682/1283), il n’y a à retenir ici qa’Abou’l-Féda, qui n’est guère plus original comme géographe que comme historien, mais offre tout de même pour la Syrie, qu’il connaît bien, une utile mise à jour de Yaqoût. On peut consulter aussi avec quelque fruit, malgré leur date tardive, les encyclopédies administratives de Chihâb ad-dîn al-Omarî (milieu du xive siècle) et de Qalqachandî (xve siècle) en prenant garde aux anachronismes.

  • 233 Les princiapux géographes et voyageurs arabes concernant la Syrie (sauf Ibn Chaddâd) sont traduits (...)

147Parmi les voyageurs, il faut signaler Abou âmid al-Gharnâtî (milieu du xiie siècle), attaché à relever les curiosités naturelles et archéologiques, mais peu utile pour la Syrie ; al-Maucilî( seconde moitié du xiie siècle), qui ne signale guère que les chaikhs par lui rencontrés ; Ali de Hérat (mort en 1214), qui ne s’occupe que des lieux de pèlerinage ; mais le principal est Ibn Djoubaïr, un Andalou né en 540/1145, qui se rendit en 1183 d’Espagne à la Mecque par l’Égypte, puis revint par la Mésopotamie, la Djéziré, Alep, Damas et Acre, où il s’embarqua ; sa relation, remarquable par l’intelligence des observations économiques et sociales, doit cependant être critiquée, parce qu’elle traduit non pas toujours l’expérience directe de l’auteur, mais aussi la présentation des faits qu’il a reçue de certains interlocuteurs. Il n’existe pas de récit de voyage utile pour le xiiie siècle233.

H) Pièces d’archives et correspondance

148Contrairement à ce qui a lieu pour la documentation occidentale, nous ne connaissons à peu près aucune charte arabe remontant à notre période ; les fonds de mosquées ont été à peine examinés, mais, même mieux utilisés, il paraît peu probable qu’ils livrent jamais grand’ chose d’antérieur aux Mamlouks. Ce qu’on en connaît provient des chroniques ou des traités de chancellerie où ils ont été transcrits. Leur diplomatique n’a pas été suffisamment étudiée encore.

  • 234 H. Helbig, Al-Qâî’l-Fail, der Vizir Saladins, thèse de Tubingen, 1908, 8°. L’ouvrage pèche par de (...)
  • 235 Brockelmann. I, 318 ; Chroniques arabes d’Istanbul, 351. Il est difficile de décider de quels fils (...)

149Les citations de correspondance officielle, quelquefois privée, sont plus fréquentes. Nous avons d’autre part conservé directement deux collections de lettres, qui doivent à leur style et à la personnalité de leurs auteurs d’avoir été recueillies commes des œuvres littéraires. L’une provient du cadi al-Fâil, dont il a déjà été question, dont le style est pompeux à l’excès, mais qui est bien documenté et écrit au moment même des faits (il parle très exceptionnellement de la Syrie du nord)234 ; l’autre est la correspondance mi-littéraire mi-politique de l’Ayyoubide malheureux an-Nâcir Dâoûd, rassemblée par un de ses fils avec des commentaires qui constituent une sorte de biographie235.

Notes

1 À Brockelmann, on ajoutera Wüstenfeld, Arabische Geschichtschreibér, Goettingen, 1882, et mes Chroniques arabes... dans les Bibliothèques d’Istanbul, REI, 1936, IV. A Hadji Khalifa, on ajoutera les Prolégomènes à l’étude des historiens arabes traduits de Çafadî par Amar, JA XVII-XIX, 1912. Pour les caractères généraux de l’historiographie arabe, Margoliouth, Lectures on arabic historians, Oxford, 1929, 8°, et G. Richter, Dos Geschichtsbild der arabischen Historiker des Mittelulter, Tubingen, 1933, 8°.
Abréviations : cf. la liste à l’index des Sources.

2 Brock., 329-330 et suppl. 564-565. Sam‛ânî avait écrit avant 556 (‛Imâd Kharîda, 167 r°).

3 Bibl. Nat., 6152.

4 Madjd ad-dîn Maḥmoûd b. Ḥasan, dit Ibn an-Nadjdjâr, voyagea vingt-sept ans pour écouter 3 000 chaïkhs (Yâqoût Irchâd VI, 103 et Ibn as-Sâ‛î cité dans Soubkî 41) ; des fragments sont conservés de son œuvre (Amar JA 1908) ; il avait aussi composé une histoire de Koûfa (Yâqoût V, 113).

5 ‛Obaïdallah b. ‛Alî, vécut à Bagdad et en Adherbaïdjân auprès d’Ildeghiz, tantôt médecin tantôt interné comme fou. Son histoire s’intitulait « Dîwân al-islâm fî târikh dâr as-salâm ». Il méprisait al-Khatîb. Il est cité par Kamâl (Boughya, VII, 270 v° d’après Ibn an-Nadjdjâr), Abou Châma 196 (d’après I. A. T.), Sibt (J 36). Biographie : A. Ch. Suite 34 v°, Çafadî Bibl. N. 2066, 305 v°. -Il y aurait lieu de chercher qui est Ibn al-Qatî’î, cité par Çafadî, JA 1912, 245.

6 Brock. 331, suppl. 566. Ed. en cours, commencée par ‛Abdalqâdir Ef. Bahram, Damas.

7 Par Ibn al-Moukarram et Ibn Qadî Chouhbà (cf. infra).

8 Ḏiyâ ad-dîn, dit le Ḥâfiẓ Ḏiyâ, et Tâdj al-Oumanâ (mort en 643), cf. Dhahabî et A. Ch. passim (surtout A. Ch. Suite 193 v°).

9 Cf. infra p. 000.

10 Çafadî et Boughya passim.

11 Çadr ad-dîn al-Bakrî, Çafadî JA 1912, 253, entre autres.

12 ammâd b. Hibatallah abou’th-thanâ al-anbalî voyagea du Khorassân en Egypte. Son histoire parlait « des origines de la ville, des faits mémorables de son histoire, et des savants, poètes et personnages distingués qui y sont passés » (Boughya, IV, 269 v°, 272 r°, Dhahabî Β. N. 110 v°).

13 Inconnu. Citations dès le vi-xiie siècle (Boughya, IV, 72 r°, VI, 210 r° sq. et Β. N. 28 r°.

14 Ahlvvardt 9851. Cité aussi par Ibn al-Qiftî 290.

15 Biographie et extraits dans Ibn Khallikân. Cf. aussi Boughya, IV, 157 v° et a. Ch. passim.

16 Pour ses biographies des vie-viie siècles, les principales sont Sam‛ânt, Ibn ad-Dobaïthî, Ibn an-Nadjdjâr, Ibn ‛Asâkir, Ḥammâd al-Ḥarrânî et Ibn Sa-ldma, Ibn al-Moustauft, et un ancêtre de l’auteur, Abou’l-Makârim Moham-mad b. ‛Abdalmalik b. abî Djarâda (pour les chaïkhs alépins), d’autre part Yâ-qoût, al-Qoûcî, Moundhirî, as-Silaft, Ibn al-Anmâṭî, ‛Abdassalâm b. Yousouf, ‛Abdalqâhir b. al-Mouhannâ, Ibn abî Ṭayyî, ‛Imâd, enfin des chroniqueurs et géographes, que nous nommerons ailleurs. La Boughya n’a peut-être jamais été achevée et a été peu utilisée hors d’Alep (sur les mss. Chroniques arabes de Stamboul 358, Mossoul 121, RAAD XII 55). Un tiers seulement en est conservé ; je ne connais que deux citations qui leur soient extérieures (sur Noûr ad-dîn dans A. Ch., sur Sinân dans Younînî)

17 Brock. II, 34 ; on ne connaît de mss. que de la première moitié.

18 Au siècle suivant

19 Ce peut être le cas d’histoires d’Égypte signalées par Çafadî JA 1912. 255-256, et d’Ibn Nouçaïla (Chron. des derniers Fatim. BIFAO, 1937, 17).

20 Brock. 314 ; Yaqoût Irchâd VI, 81 ; l’auteur écrivit une continuation (a as-saïl ‛alâ’dh-dhaïl) ; il cite divers recueils plus limités écrits peu avant le sien.

21 Weijers, Orientalia, I, 13.

22 Chronigues arabes d’Istanbul, 361.

23 Ed. Margoliouth, Leyde, 1907-1926, 7 vol. (t. 4 non-authentique ; dans t. 7 manquent les extraits sur al-‛Aẓîmî et Ibn abî Ṭayyî connus par Çafadî.

24 Ed. Lippert, Berlin, 1903

25 Ed. A. Müller, Le Caire, 1882 (préface, Königsberg, 1884).

26 On complétera principalement par Brockelmann, ainsi que l’introduction de O. Rescher au premier vol. de sa Geschichte der arabischen Literatur (qui n’atteint pas notre période) et Spies, Beiträge zur arabischen Lileratur-geschichte, Leipzig, 1932. Soubkî, éd. 6 vol. s. d. Le Caire.

27 Inédit. Sur les mss. cf. H. Ritter, Riv. St. Or. 1929. Le même a publié le premier volume d’un dictionnaire plus réduit consacré par Çafadî exclusivement à ses contemporains. La publication combinée des deux œuvres est envisagée (d’après Ritter). Les prolégomènes ont été donnés par Amar, JA 1912.

28 Trad. De Slane, Paris, 1842-1871, 4 vol. 4°.

29 Traditionnaliste sunnite alexandrin constamment cité.

30 Constamment cité par les auteurs postérieurs, mort en 650 ; un opuscule de lui est conservé, cf. Chroniques arabes d’Istanbul, 361. On pourrait relever dans les compilateurs tardifs bien d’autres noms ; ceux qui reviennent le plus souvent sont Ibn al-Anmâî (fin du vi/xiie s.), al-Qoûcî (première moitié du viie), Ibn al-Yaghmoùrt (milieu du viie). Cf. aussi p. 37, n. 3.

31 Le traditionniste damasquin Ibn al-Akfânî (Hibatallah b. Aḥmad, 444-523, cf. Qal. 227, Sibt 81, I. Kh. I, 252) avait écrit, outre des biographies de chaïkhs, un traité sur les émirs de Damas (Boughya VI, 100 r°), mais les citations qu’on en possède (dans Ibn ‛Asâkir et Dhahâbî) se réfèrent uniquement à Atsiz et Toutouch ; abou’l-Fatḥ al-Armanâzî avait écrit, avant 509, une histoire de Tyr, mais inachevée (Yâqoût I, 218 et Heer, index) ; Abou Zakarya de Damas paraît égyptien (infra p. 49).

32 Ed. Amedroz, Leyde, 1908 (cf. H. Zayât JA 1910), trad. partielle II. A. R. Gibb, The Damascus chronicle of the crusades, Londres, 1932, 12°.

33 Il restait quelques blancs : on cherche en vain le récit annoncé p. 284 (Gibb).

34 Les rapports proches existant entre Qal. et ‛Aẓîmî proviennent en partie d’emprunts de ce dernier, en partie de communiqués identiques enregistrés dans les deux villes syriennes.

35 Exemple : en 509/1115, Toghtekîn, suspect au calife, s’allie aux Francs pour résister à une expédition organisée par le sultan et le calife ; celle-ci ayant été détruite par les Francs, qui devinrent tout-puissants, Toghtekîn voulut se réconcilier avec Bagdâd, et se rendit auprès du calife. Ibn al-Qalânisî, qui écrit au début de la période du mouvement de guerre sainte aux Francs, omet l’alliance de Toghtekîn avec eux et attribue la froideur du calife à des propos d’émirs jaloux des succès antérieurs de T. contre les Francs.

36 Ibn ‛Asâkir Saray 2887, X, 240 v° ; ‛Imâd-Kharîda, qui énumère des membres de sa famille, l’ignore, mais connaît un de ses cousins doué du même surnom (126 v°).

37 Kamâl Bibl. Nat. 2138, 186 r°, et Saray V, 222 ν° ; I. F., I, 82 v° ; Ibn As. III 340 ; I. Ch. 98 r°.

38 Boughya III 129 r° et 238 r°, où il est dit disciple du poète ‛Arqala (milieu du xiie siècle, vers dans A. Ch.) et de Ḥasan b. Tarîq dit Ibn al-Waḥch, né en 474.

39 I. F., I, 122 r° ; Kamâl passim surtout Boughya VII 146 r° ; ce peut être ses fils que le préposé au trésor de Noûr ad-dîn, ‛Abdalqâhir b. Alt b. abî Djarâda, et le fonctionnaire égyptien d’Ibn Sallâr, Ḥasan b. ‛AH b. ‛Abdallah b. abî Djarâda.

40 Boughya VII 220 v°, 250 r°, VIII 155 v°, et dans II. Or. Cr. III, 722 ; Ibn ‛As. Saray 2887 VII, 204 v°.

41 Kamâl Boughya IV, 257 v° ; 280 r° ; Ibn As., Saray X, 438 v° ; Ibn Mouyassar, an 524. La citation la plus ancienne, I. Ch. 34 V°, 51 v° (présage de l’arrivée des Francs) ; la plus récente, meurtre de Boursouqî (I. F. 219 v°, et H. Or. Cr. III, 722). Il fut disciple d’Ibn abî Djarâda, et maître d’un neveu dont Kamâl tient sa longue biographie.

42 Az. 483, 513, 518 ; Ibn ‛As. Saray 2887, X, 438 ν° ; Çafadt Saray 2920, III, 63 r°.

43 Boughya V, 132 r°, IV, 2 v°.

44 Nous en publions en ce moment la dernière partie (depuis 455/1064) dans le Journal Asiatique.

45 Sauf récemment, pour le xie siècle, par Mükrimin Halil pour son histoire des Seldjouqides jusqu’en 1086, Istanbul, 1934.

46 H. Derenbourg, Ousâma ibn Mounqidh, un émir syrien au, moyen-âge, I, Vie d’Ousâma, Paris, 1893, gr. 8°.

47 Boughya I, 221 r°, II, 137 r°, IV, 2 v°, VI, 100 r°, V, 220 sq., VIII, 170 r°, et Feizullah 187, 286 Bibl. Nat. 187 v°, Brit. Mus. 153.

48 Boughya IV, 197 r°, VII, 208 v°, et Brit. Mus. 153.

49 Abou Ghâlib Ḥoumâm b. al-Faḍl b. Dja‛far b. ‛Ali al-Mouhadhdhab al-Ma‛arrî (et non al-Maghrabî ou al-Mouqrî comme a lu H. Kh. 2123, 2200) vivait au milieu du v/xie siècle et connut Abou’1-Alâ (Yâqoût II 239) ; il composa, outre une histoire du Hedjaz, une histoire (universelle ?), dont on a des citations relatives à la Syrie du nord de son temps (Yâqoût I 249, IV 500) et à divers personnages de son siècle et d’avant (Yâqoût et Boughya, passim). pour ceux-ci son ouvrage reposait en partie sur un écrit de son arrière-grand-père Abou’l-Ḥosaïn ‛Alî (Boughya I, 138 v°). D’après Yâqoût III, 207, le cadi Abou Ya‛lâ ‛Abdalbaqî b. abî l’hosn al-Ma’arrî avait aussi composé une continuation d’Abou Ghâlib ; cet auteur vivait au début du vi/xiie siècle (‛Imâd Kharîda 130 r°), mais on n’en connaît pas de citation.

50 Ed. Derenbourg, Un émir Syrien..., II, Autobiographie d’Ousâma, Paris, 1886, gr. 8°, et par Hitti, New-York, 8°. Trad. Derenbourg, Paris, 1896, 8° et Hitti, New-York, 1929, 8°.

51 Irchâd II, 180.

52 I. Ch. 90 v° ; I. F. 189 v°.

53 Derenbourg, op. cit., p. 415, et Yaqoût Irchâd II, 196.

54 Boughya II, 139 v° ; H.O.C., III, 696 ; Boughya V, 224 r°.

55 Boughya, Bibl. Nat. 119 v°.

56 Signalé par Derenbourg, mais cet auteur ignore son œuvre.

57 I. Ch. 79 r°, 80 r° ; ms. de Leyde, 215. Il fut connu déjà d’Ibn ‛Asâkir, selon un renseignement oral de M. M. Canard, d’Alger (Fac. Lettres).

58 Amedroz, JRAS 1902, 1903, mss ; biographie de l’auteur ; analyse de la partie relative aux Marwanides. C. Cahen, JA 1935, analyse de la partie relative aux Artouqides.

59 La version qu’il a connue diffère des nôtres, cf. JA 1935, p. 220.

60 Boughya V, 309 r°, VI, 94 v°, 140 v°, et dans Younînî, Saray 2907 Ε II, 278 ν°.

61 Du moins existe-t-il des ressemblances entre lui et le Târîkh Çâliḥt, qui cependant ne le connaît pas (infra p. 69), et avec Ibn abî Ṭayyî, qu’il ignore (infra p. 60).

62 Ibn al-Djauzî, Aya Sofya 3098, 7 ; I. Α., X, 656 ;Boughya IV, 13 r°, 159 v° et II. Or. Cr. III\ 729 ; al-Aïnî passim jusqu’en 511. Le titre complet de l’œuvre est : « Ouwnân as-siyâr fî mahâsin ahl al-badwi wa’I-adar. » Il ne faut pas confondre cet auteur avec d’autres Hamadhânî, sur lesquels cf. Wustenfeld, nos 221, 225, 227.

63 Boughya, 196 ; Irchâd II, 110 r° et VI, 100.

64 Ibn al-Djauzî, 521 et passim ; I. Kh. trad. de Slane I, 290, cite Zauzanî (mal informé).

65 Brock. I 281 ; Ibn al-Djauzî an 562 ; Chroniques arabes d’Istanbul, 337.

66 Brock. suppl., 586 et Chron. ar., 337.

67 Ibn al-Djauzî an 573 ; Ibn Kathîr. même année (cite.Ibn as-Sâ‛i) ; Zauzanî dans de Slane loc. cit. ; Ibn Khall. IV, 134 ; Irchâd V 273.

68 Krenkow, The Mountazam, JRAS 1936, avec référence aux travaux antérieurs de Horovitz, Gabrieli, Spies, Somogyi (prépare une édition) ; Sibt 224. Il existe à Bagdad, bibl. Naoum Sarkis, un ouvrage d’Ibn al-Djauzt sur le califat d’al-Moustadi, 566-575 (communication du P. Anastase-Marie).

69 Quelques chroniques relatives aux anciens Fatimides, BIFAO 1937.

70 Il m’a échappé dans l’article ci-dessus et est cité dans Brock. suppl., 272 ; il écrivit pour Châwar vers 560 et fut connu d’Ibn Sa‛îd et de Maqrîzî ; mais ces auteurs n’en donnent de citation que pour des périodes plus anciennes.

71 Brockelmann, 314, suppl. 548 ; Yaqoût Irchâd VI, 81-90 ; Sibt J, 168, 86 ; I. Kh. III, 300-306.

72 Ms. unique (récent), Bibl. Nat. 2145.

73 Houtsma, Textes relatifs à l’histoire des Seldjoucides, II, Leyde, 1888, 8°.

74 Ed. C. de Landberg, Leyde, 1888, 8°.

75 Ms. de la 5e partie seule conservée, Oxford, 1761.

76 A. Ch. 229 (II 109), 231-233 (H 115), 234 (H 120).

77 Kamâl Boughya I, 228 r° et passim, lui doit beaucoup d’informations-orales.

78 C’est par erreur qu’on lui prête une histoire d’Alep, qui est de son homonyme le géographe (cf. infra).

79 Ed. trad. H. Or. Cr. III ; trad. anglaise par Conder, London, 1897, 8°.

80 Boughya IV, 220 r°, VI, 217 v° ; I. F., III, 218 v° ; Maqrîzî I, 49, 60, 86, 107, 108, 109, 184, 213, 249, 269, 281, 380, 407, 413 ; II, 5, 24, 143, 164, 198.

81 Dhahabî, Bibl. Nat. 103 v° ; Çafadî, Bibl Nat 2066, 284 v° ; Moundhirî 54.

82 Boughya II, 165 v° ; IV, III r° ; V, 305 r° ; VI, 217 v° ; Bibl. Nat. 188 r°, 189 r° ; H 695, 703, 709, 723.

83 Biographies : Sibt, Brit. Mus. 83 r° (Dhahabî, Bibl. Nat. 55 v°) ; I. Khall. II, 83 et III, 175 ; Dobaïthî, Chehid Ali Pacha 1870, 86 r° ; A. Ch. II, 37, 63. Brockelmann I, 392 le connaît, mais seulement comme juriste. Citations : I. Khall. II, 83 ; Boughya VII, 209 r°-v°.

84 Edition de la dernière partie (depuis 490/1097) et étude plus détaillée par nous dans Bull. Et. Or. Inst. Damas, 1938, t. 7-8. Un second ms. vient d’être trouvé à Oxford par V. A. Hamdânî.

85 Cf. ma Chronique Chiite, Cptes-rendus Acad. Inscr. 1935.

86 Abou Châma le cite tout le temps dans son ouvrage, mais l’omet dans la liste de ses sources.

87 Seule notice, Yâqoût, cité dans Çafadî Suleymanye 842, 30v° (omis dans Irchâd) ; Dhahabî Aya Sofya 3012, appendice aux tabaqât de 620-630, a en vain cherché à se documenter sur lui ; Kamâl ad-dîn ne paraît pas s’être occupé de lui.

88 I. F. I, 152 v°, 179 r°.

89 Titre d’I. F. ; A. Ch. et Dhahabî disent : târîkh ach-chî’a, histoire des Chiites.

90 Le Caire, Timouriya Târîkh 1418 (communication Moustafa Djawwâd et David-Weill).

91 D’après la comparaison des textes ; pour la continuation, cf. supra p. 43.

92 Il le nomme peu, mais l’abrège souvent.

93 Peut-être sa seule source pour l’Iran.

94 Idrîs b. Ḥasan b. ‛Alî b. abî Ṭalib al-Idrîsî al-Iskandarânî, né à Alexandrie en 545/1150, accompagna en 559 son oncle al-Mouhannak auprès de Noûr addîn, fut en 562 à Alexandrie du parti de Saladin, qu’il suivit en Syrie, se trouve ensuite à Ḥome, Ḥamâh, et surtout à Alep, où il mourut en 610 ou 611 ; il avait composé des « annotations historiques », et fut personnellement ocnnu de Yâqoût (Irchâd I, 418) et Ibn abî Ṭayyî (I. F. III, 200 v°, 212 r°, et A. Ch. 167 H 129) ; le récit de l’attentat « assassin » de I. F. I., 57 v° vient de lui (cf. Boughya Vf, 90 v°), ct II, 180 r°). — Pour les rapports d’I. A. T. avec le Boustân et I. Α., cf. p. 54 et 60.

95 Nous la connaissons surtout d’après lui.

96 Cf. Ibn ach-Chiḥna p. 82, où figure un extrait d’Ibn al-Molla très voisin de I. A. T. avec quelques détails absents de la citation d’I. A. T. dans I. F., I, 180r°.

97 D’où les citations de Maqrîzî.

98 Pour leurs connaissances problématiques des Mines d’or, cf. p.

99 Brock., 346 ; suppl., 588 ; I. W. 1702, 235 r°, 259 v° ; 1703, 27 r°, 50 r°.

100 Cf. ans 490 (1), 491 (1), 493 (1), 496 (4), 499 (entier), 502 (2-3), 507 (I), 508 (5), 512 (2, 3), 515 (I), 517 (3), 528 (I), 545 (1-3) 552 (1-3), etc. ; mais il ne présente avec le Boustân aucune parenté pour l’Égypte, domaine où le Boustân est pourtant le plus original.

101 Rosen, Mss. du Musée Asiatique, 95 ; Amari, extraits dans Archivio stor. N. S. IX 1884 ; nombreux extraits dans I. F., IV, V ; je n’ai pu connaître le ms. de Lenisgrad.

102 Il donne (dans Rosen) les mêmes dates terminales de sources que ‛Az.

103 Brock. 345, suppl. 587.

104 Celle de Berlin Ahlwardt 9776, qui atteint 635/1238, et, d’après H. Kh., une d’Ibn Bâtich (575-655), mais Dbahabî (tab. 655) et Kamâl (Boughya Β. N. 132 r°) ne connaissent de ce dernier que des tabaqât châfi‛ites et des ouvrages de fiqh

105 Pour l’histoire irâqienne, il utilise entre autres Hamadhânî, Ibn Ḥamdoûn et Ibn al-Djauzî, pour l’histoire iranienne ‛Imâd ad-dîn et la Zoubdat al-tawârîkh de Housaïnt (éd. Moḥammad Iqbâl, Lahore, 1934), pour l’histoire maghrébine Ibn Chaddâd aç-Çanhâdjî, qui paraît avoir été la source principale des orientaux ; nous ne parlons pas naturellement des périodes anciennes. Pour l’histoire égyptienne, cf. mes Chroniques fatimides, 23.

106 Il le nomme X, 513.

107 Il le nomme une fois, mais pour des vers non donnés dans ce que nous avons de lui (X, 390, an 513/1119).

108 Comparer en particulier son récit des événements alépins X, 457-458 (II, 378-381) avec la citation dans Boughya (Sauvaget, REI, 1933, 402) ; comme rapprochements avec l’Abrégé seul, signalons en 516 la mine de cuivre (427), en 523 la prise de Qadmoûs (464, aussi dans Ibn Ḥamdoûn), en 524 la mort de Bohémond II (468 H, 391). Il y a d’autre part une source commune entre Kamâl ad-dîn et Ibn al-Athîr, par exemple lors de l’intervention d’Ilghâzî à Alep (I. Α., 372, Kâmal, 610 sq.), l’arrivée de Balak (I. Α., 431, Kamâl, 636), sa mort (I. Α., 436, Kamâl, 641 sq.) ; se rappeler cependant que Kamâl a connu Ibn al-Athîr.

109 En particulier pour les hostilités conduites autour de Mossoul et les campagnes syriennes des divers gouverneurs de Mossoul lieutenants sultanaux.

110 Il ne sait de Renaud de Châtillon que le peu qu’en dit Ibn ‛Asâkir, ignore à peu près Manuel Comnène, etc.

111 Chron. Fat. (Bull. Inst. Fr. Arch. Or., 1937, pp. 2, 4-6, 16-22).

112 Lippert, préface à son édition, cf. supra, p. 000 ; Yaqoût Irchâd, V, 477-494.

113 D’après la bibliographie de Gibbons, Foundation of the Ottoman Empire ; cf. M. Kh., 2150.

114 Bien qu’il ne le dise pas, il n’y a pas de doute qu’il s’agit bien d’extraits de l’Autobiographie, puisque c’est le seul ouvrage historique de ‛Abdallatîf (dont on a des listes d’œuvres détaillées), qui s’étende jusqu’à l’année 628/ 1231, comme ces extraits. Au reste, un des passages cités par Dhahabî (dans sa notice nécrologique sur l’auteur en 629) correspond à une partie autobiographique donnée par Ibn abî Ousaïbi’a.

115 Ce qu’il dit des Mongols est publié par J. de Somogyi dans Der Islam, 1937.

116 Brockelmann, I, 332.

117 Cf. Infra, p. 93.

118 Ed. trad. des années 491/541-1097/1146 dans H. Or. Cr., III ; trad. sans éd. de la suite par Blochet dans ROL, III-VI ; la partie antérieure à 491 est en partie inédite, et ce qui est édité l’est mal. Une édition générale est un besoin impérieux.

119 Une fois (Boughya, VIII, 186 r°), mais pour un ouvrage biographique, non l’Histoire.

120 Étant donné la communauté de sources, aucune des ressemblances relevées n’est démonstrative ; Kamâl a par contre certaines ignorances (où le chiisme n’a rien à voir), qui ne se trouvent pas dans Ibn abî Ṭayyî (règne de Noûr ad-dîn en particulier).

121 Sibt 496 et ms. Brit. Mus. 3 r° ; A. Ch. suite 136 r° ; Dhahabî, évén. 644 ; Younînî an 678 ; dans l’article de Köprülu sur Sa‛d ad-dîn le mystique (dans Et), il propose de lire autrement que Ḥamawiya, pourtant attesté par les auteurs précités, Ibn al-Athîr et Ibn Wâcil.

122 Citations de la chronique et notices de Yoûnînî et Dhahabî à l’an 674.

123 Voici la liste des passages connus : cérémonie pour la paix après la croisade de Damiette (Dhahabî, évén. 617) ; espion d’al-Mou’aẓẓam chez Frédéric II (Sibt 427) ; anecdote sur le vizir Falk (Dh. tab., 643) ; campagne orientale d’al-Kâmil (Sibt, 510, Dh. év. 633) ; mesures d’al-Achraf contre Falk (Dh. tab., 643) ; mort d’al-Achraf et d’al-Kâmil et meurtre de ‛Imâd ad dîn (Dh. tab., 635-636, Sibt, 477-479) ; invasion khwarizmienne en Ḍiyâr Bakr, puis mongole en Arménie (Dh. év., 639, 640) ; récit rétrospectif du pèlerinage de Chihâb ad-dîn Ghâzî (Sibt, 510) ; mort de Kamâl ad-dîn ibn Ḥamawiya (Sibt, 489) ; invasion mongole en Ḍiyâr Bakr (Dh. év. 642) ; mort du père de l’auteur (Sibt, 495) ; siège de Damas par Mou’în ad-dîn et suite des faits militaires (Dh. év., 643, 644, 645 ; Sibt, 510) ; mort d’al-‛Adil (Sibt, 512, Dh. tab., 646) ; mort d’aç-Çâlih et de Fakhr ad-dîn (Dh. tab., 647) ; 7e croisade et mort de Fakhr ad-dîn (Dh. év., 648, tab., 648, Sibt, 520) ; retour de l’auteur à Damas (Dh. év., 655) ; bataille de Çafad (Dh. év., 664) ; divers (Dh. tab., 674, Sibt, 427).

124 Biographies Younînî, an 654 ; A. Ch. Suite 51 r° ; cf. aussi Ibn Wâcil 121 r° ; Dhahabî, an 654, dit que son grand-père considérait comme chiite le traité de Sibt sur ‛Alî.

125 Les années 505-507 sont complètement brouillées.

126 Ed. Facsimile depuis 495/1101, Chicago, 1907.

127 Extraits éd. trad. dans H. Or. Cr. III (très incomplets). Les mss. sont décrits dans Gabrieli, Reddiconti. R. Acad. Lincei, V, 25 (1096), p. 1148-1161 ; Spies, Beiträge zur arabischen Literaturgeschichte, Leipzig, 1932, 8°, p. 66-69 ; et mes Chroniques arabes d’Istanbul, 339.

128 En dehors de rares additions de Younînî introduites par « Je dis » (souvent d’après Ibn Khallikân), le reste est sûrement de Sibt, appelé « l’auteur », car on trouve des passages absents de Jewett dans A. Ch. (Suite 119 v°) 157 v°), très antérieur à Younînî.

129 Avec ses continuations par Ibn al-Djauzî lui-même et Ibn al-Qâdisî.

130 Il est difficile de dire s’il a connu le Kâmil ; il présente avec lui des ressemblances que les Atabeks n’expliquent pas toujours, sans cependant rien de décisif, et par contre bien des ignorances que le Kamil pourrait dissiper.

131 Comme autres sources, on peut encore relever, parmi les dictionnaires, celui d’Ibn Mâristâniya, et parmi les chroniques une ou plusieurs chroniques syriennes, une chronique d’Égypte, une chronique des Seldjouqides, qu’on ne peut plus préciser, mais auxquelles Sibt a fait peu d’emprunts (p. 67, 105 de Jewelt). Pour le Maghreb, il connaît Ibn Bachkawal et ‛Abdalmoun’am ibn ’Omar ibn Ḥasan al-Andaloûsî. Voici la liste des passages originaux concernant la Syrie jusqu’en 564/1169 : Jewett 5, meurtre de Djanâh ad-daula (cf. Kamâl, 591) ; 7, défaite des Francs ; 29, Assassins à Apamée H, 552-556, campagne de Boursoûqî (cf. Kamâl, 608-609 ?) ; 558, trêve entre Baudouin I et al-Afḍal ; 559, mort de Loulou, deuxième version ; 560, mort de Baudouin I ; I, 40, défaite de Roger ; 50, tension entre al-Amir et al-Afḍal ; 70, prise d’Alep par Boursoûqî, première version ; 80, remise de Qadmoûs aux Francs (cf. ’Aẓîmî) ?) ; 87, mort de Boûrî, ses rapports avec Ibn aç-Çoûfî ; 93, meurtre d’Isma‛il de Damas ; 98, Zengî à Ba‛lbek ; 99, mariage de Zengî avec Zamorroud Khatoun ; 122, capture de Joscelin ; ms. an 548, aẓ-Ẓâfir et Ibn Sallâr se méfient l’un de l’autre ; J 136, mort d’aẓ-Ẓâfir ; 145, mort d’Ibn Rouzzîk ; ms. 558, rapports de Noûr ad-dîn avec Qilîdj Arslân ; J 156, Saladin Chihné de Damas ; ibid., fin d’Amîr-amirân. (Cette liste ne tient pas compte des nécrologies.)

132 Brock., I, 317.

133 Ed. Boulak, 2 vol. 1288 et 1292 (1871 et 1875) ; trad. d’extraits très mal choisis dans H. Or. Cr., IV et V, 1.

134 Suite 206 r°.

135 I, 52, 97, 180, 121 ; II, 15, 27, 42, 139, 241.

136 Bibl. Nat. 5852 ; extraits insuffisants dans H. Or. Cr. V.

137 Le récit de la prise de Damiette est écrit avant sa reprise par les musulmans.

138 64 r°, 109 v°, 123 r°, 176 v°, 193 v° ; on a vu qu’A. Ch. nous conservait la version primitive de Sibt.

139 Chroniques arabes d’Istanbul, 341 ; Younînî, Aya Sofya, 190 v°, 192 r°.

140 Brockelmann, I, 325.

141 Brockelmann, I, 322 ; Djazarî Β. N., 255 v° ; Younînî, an 697 ; Dhahabî, Tabaqât, 697 ; Moufarridj, passim. Une thèse, restée inédite, a été faite sur Ibn Vacil par Miss Charis Waddy, sous la direction de II. A. R. Gibb.

142 Chroniques d’Istanbul, 341 ; Moufarridj, Β. N. 1703, 32 v° ; 1702, 90 r°.

143 624 écrit du vivant de Baïbars ; 642,, après la mort d’al-Mançoûr (683).

144 On trouvera quelques extraits traduits dans Michaud-Reinaud et en notes à la traduction de Kamâl ad-dîn de Blochet.

145 Brockelmann, I, 348 ; Chroniques d’Istanbul, 341.

146 Ed. Trad. Erpennius, Oxford, 1625, jusqu’en 512.

147 Ed. Cheikhe, Corpus Script. Or., III, 1 ; trad. Ecchelensius, Paris, 1651 (jusqu’en 512).

148 Bibl. Nat. Ar., 302.

149 Pour des détails, cf. mes Chroniques des Derniers Fatimides (références), p. 3 ; éd. Massé, Le Caire, 1919.

150 Ed. Cheikho, p. 108.

151 Dhahabî Tabaqât, 632 ; son père, lettré, est mort en 621 (Sibt) ; Zauzanî, cité dans De Slane, ibn Khallikân, I, 290.

152 Sibt, 254, 266, 276 ; A. Ch II, 15-16, 27, II 286, 315, 395 ; Dhahabî, évén. 601.

153 Sibt, 460 ; A. Ch. Suite, an 633 ; Safadî, XII, 20 r°.

154 Le cadi Abou’l-Qâsim ‛Alî b. Moammad as-Samnânî écrivit vers la fin du xie siècle ( ?) un Kitâb al-Istihâr fî’t-târîkhalâ’ch-chouhour (Boughya, Feizullah, 298 v°).

155 Dhahabî évén. 450, 571 (e premier, de Samnânî) ; A. Ch., II, 241.

156 Brockelmann, I, 310 ; Djazari, 164 r° ; Ibn Khallikân, IV, 127.

157 Maqrîzî, 22, 326, 389, II, 163 ; I. Kh. IV, 115 ; I. F. passim.

158 Cf. la préface à l’éd. citée infra ; ajouter Younînî, an 674.

159 Ed. Anastase-Marie et Moustafa Djawwâd, Bagdad, 1934.

160 Boughya, Bibl. Nat., 30 v°.

161 Chroniques arabes d’Istanbul, 342 ; Ibn al-Fouwâtî, an 649 ; Dhahâbî, an 656 ; Ibn Kathîr, an 692 ; Çafadi Aya Sofya, 2965, 159 v°.

162 Ed. Moustafa Djawwâd et M. Riḍâ Chabîlî, Bagdad, 1934.

163 Ed. Derenbourg, Paris, 1895, 8° ; trad. Amar, Archives Marocaines, XVI.

164 Évén. 575, 584, 586, 587, 591, 594, 596 ; tab., 600. Cf. Somogyi, JRAS, 1932, p. 85.

165 Trad. Houdas, Paris, 1891, 2 vol. 4°.

166 Wangelin, Dus Baibarsroman, Bonn, 1935, 8°.

167 P. Casanova, L’Historien Ibn Abdazzâhir, dans Mém. Mission arch. Caire, VI ; E. Strauss, Wiener Zeitschr. F. d. Kund d. Morgenland, XLV, 193S.

168 Baïbars, Brit. Mus. Add., 23331, du début au commencement de 663/ 1265 ; Qalâoûn, Bibl. Nat., 1704, de 681 à la fin ; al-Achraf, jusqu’à la mort de l’auteur, éd. Moberg, Lund, 1902, 8°. L’attribution de la Vie de Qalâoûn à I. Abdazz. n’est nulle part attestée mais résulte de sa ressemblance avec les deux autres entre lesquelles elle s’intercale et de ce qu’I. ’Abdazz. y est nommé « le mamlouk (= votre serviteur). Cf. Chroniques des derniers Fatimides, p. 24, n. 2

169 Cf. Amedroz, JRAS, 1902, et les articles indiquée ci-dessous, n. 8.

170 Nouwaïrî, Levde, 21, 330 r°, contient une phrase d’I. Ch. sur aç-Çâliḥ Ayyoûb qui n’est pas dans la Topographie, mais nos mss. de celle-ci pouvant être incomplets, c’est bien peu de cette unique citation pour infirmer le témoignage de Djazari Gotha, 15G0, 51 v°, qui dit que la continuation d’I. A. n’a jamais paru.

171 Dans Younînî, Nouwaïrî, etc. se trouvent des citations nombreuses.

172 Chron. ar. d’Istanbul, 342. Une traduction turque, malheureusement sans édition, est en cours de publication par Cherefettin Efendi.

173 Plan et mss. indiqués par Sobernheim, Centenario di Amari, II ; H. Zayât, al-Machriq, 1934 ; Ledit, ibid., 1935. Extraits par Sobernheim, loc. cit. et Corpus Inscript, arab. II, 2, 14, et Ledit (‛Awâcim), loc. cit. ; analyse de la partie relative h la Djéziré par nous, REI, 1934. Une édition est projetée par H. Zayât et Sauvaget.

174 Sans parler d’auteurs antérieurs à notre temps (Ibn Bouṭlân, Ḥamza al-Içfahânî, Ibn Ḥauqal, Baladhorî, Dinawarî, Maḥboûb b. Constantin (Brit., 96 v°). Références aux auteurs indiqués supra données aux articles qui les concernent (I. Α., Kamâl, I. A. T., Azr. pour le Ḍiyâr Bakr sont la base constante). Al-Mançoûr de Ḥamâh (cité Vatican, 222 r°, ve siècle) est l’auteur d’un « miçmâr al-ḥaqâïq fî’ouloûm al-khalâïq » qu’I. W., 204 r° dit être une histoire, mais sans doute surtout de lettrés.

175 Par exemple à une description de Mossoul (préface de la partie sur la Djéziré). Il n’y a rien sur les régions de Ḥamâh, Ḥomç, Tripoli, rien sur l’histoire de Damas ni d’Alep.

176 Brit. 56 v°, ajouté en 673 ; Leyde. 19, en 675 ; 487, en 674 ; les parties ajoutées après la mort de Baïbars ne sont que des notices terminales.

177 Identification incertaine ; ces noms sont ceux que donnent les auteurs qui le citent (cf. note suivante) et Çafadî Aya Sofya 2969, 82, ainsi que le Manhal Çâfî ; mais ce dernier ignore le nom d’Ibn al-Waḥîd qu’il donne par contre à un autre Charaf ad-dîn, abou ‛Abdallah Moḥammad b. Charîf az-Zar’î, imitant en cela Ibn Kathîr qui le fait mourir en 711.

178 Qirtâï 106 r°, 107 r°, 130 v°-132 r° ; Younînî an 688 (sur Tripoli), d’où il est passé dans Dhahabî et Ibn Taghrîbirdî.

179 Brockelmann II, 21 ; Nouwaïrî an 711 ; Çafadî, Aya Sofya 2969, 73 r° sq.

180 Çafadî cite le Livre des Animaux de Djâhiẓ, Ibn Asâkir, al-Khâtib et Ibn Nadjdjâr, l’Aghânî, Ibn Baïtâr, Djauharî, Ibn Sayyîda al-Azharî dont son abrégé en 27 vol. s’appelle Lisân al-Arab, etc. ; en tous 500 vol.

181 Qalq. XIV 70 donne le titre « tadhkirat al-labîb wa nouzhat al-adîb » ; I. F. VII, 118 r°, 127 v°, 146 r°, 151 v°, 165 v°, 166 v°, 168 r°, 174 r°, 184 v°, 186 r°, 192 ν° ; VIII 5 r°, 7 v°, 14 r°, 15 r°, 27 v°, 30 v°, 32 r°, 33 r°, 33 v°, 45 v°, 80 r°, 122 v°, donne le titre « dhakhirat al-koutoûb », mais avec le même contenu.

182 Brockelmann I 323 ; extraits dans Michaud-Reinaud, fin.

183 Brockelmann I 346 ; Ibn Taghr. Bibl. Nat. 2071, 150 v°, 159 v°, 177 ν· (ans 658-680).

184 Brockelmann II, 28 ; Chroniques des derniers Fat., 25 ; Çafadî Aya Sofya 2964.

185 ‛Adjâib al-bounyân (Maqrîzî), ouvrages sur Acre et Tyr et sur la mosquée de la citadelle du Caire (Çafadî).

186 I. F., Vatican II, 220 r° sq.

187 Brockelmann II, 44 ; Chroniques arabes d’Istanbul 343.

188 Abondantes citations dans Ibn al-Fourat et al-‛Aïnî.

189 Levi delle Vida, Orientalia, 1935 ; Chron. Ar. d’Istanbul 343 ; et La chronique de Qirâï et les Francs, JA 1937.

190 Chroniques arabes d’Istanbul 343.

191 Ibid. 344 ; Saraï 2907 Ε III 215 r° (cilation de Djazarî) ; Ε II, 278 r° (Booghya).

192 Ibid. 346 ; Chroniques des derniers Fatimides, 8-9

193 Gotha 1559, 142 r° ; 1560, 23 r° ; Köprülü 1147, 658.

194 Dhahabî, tabaqât 581 (Ḥayât b. Qaïs) l’estime, et nous apprend que les notes qu’il en a prises ont été acquises par Çafadî ; celui-ci, Bibl. Nat. 5860, 127 r°, le critique.

195 Pour les trois classes de mss. (brouillon, mise au net, notes de Dhahabî) cf. Chroniques arabes d’Istanbul 346 et Chroniques des derniers Fat. 9 ; Ibn Qadi Chouhba Aya Sofya 3194, 13 r°, a une citation antérieure à 593, qui doit provenir d’un passage rétrospectif.

196 Brockelmann II, 36 ; Chroniques Arabes d’Istanbul 346.

197 Brockelmann II, 44 ; éd. Reiske, Copenhague 1790, ou Istanbul 1869 ; extraits dans H. Or. Cr. I ; d’Ibn Wâcil proviennent les citations d’Ibn abî’d-Dam.

198 Brockelmann, II, 139 ; Chroniques d’Istanbul, 346 ; édition en cours au Caire, encore très loin de la partie qui nous concerne.

199 Leyde, 1919, 8°.

200 J. de Somogyi, Dhahabî, dans JRAS, 1932 (article très médiocre : il n’a pas reconnu ‛Imâd ad-dîn qu’il appelle al-‛Ammâd, confond plusieurs auteurs, des témoins occasionnels avec des sources constantes, etc.) ; Chron. d’Istanbul, 348.

201 Indirectement Ibn Chaddâd, al-Qîlâwî et al-Qâdisî, Ibn al-Waḥîd, Ibn Bachkawal et ‛Abd al-Moun‛am al-Maghribî (Akhbâr Ibn Toumart).

202 Horovitz, MSOS, X.

203 Brockelmann, II, 141. Cf. R. Hartmann, Geographie des Mamloukenreichs, ZDMG, 1916.

204 Brockelmann, II, 48 ; Spies, Beiträge, 73-76.

205 Brock. II, 177 ; Spies, 76-78 ; éd. Haïderabad, 1918-1920.

206 Brock. II, 49 ; Spies, 78-82 ; éd. commencée au Caire, encore loin de notre temps.

207 Ed. Trad. Blochet, Patrologie Orientale, XII, XIV.

208 Ed. des huit premières années (648-656) par Leander, dans le Monde Oriental, VII (1913) ; analyse du reste par Meursinge et Wejers, Orientalia, II, Leyde, 1845, 8°.

209 N. Schmidt, Ibn Khaldoûn, New-York, 1930, 8°.

210 Ed. Boulaq, 1287 (1868), 7 vol. ; le t. III contient les Seldjouqides, le t. IV les dynasties syro-mésopotamiennes et égyptiennes de la période des croisades. Ce qui concerne les Francs a été traduit par Tornberg, Narratio de expeditionibus Francorum, Upsal, 1840, 8°.

211 Brockelmann II, 50 ; Chroniques arabes d’Istanbul, 352, 362.

212 Djawâhir ath-thamîn fî sîrat al-mamâlik wa’s-salâtîn.

213 Il manque, pour notre période, la seconde moitié du vie/xiie et le début du viie/xiiie siècle.

214 Cf. ma Chronique chiite dans Comptes-rendus Acad. Inscr., 1935, et surtout la préface de Zouraïq à l’édition citée infra.

215 Il existe des fragments préislamiques à Paris, Londres et Brousse ; une citation de l’an 189 de l’hégire dans al-‛Aïnî (en cette année).

216 Chroniques des derniers Fatimides, passim.

217 La partie conservée de la fin du xive siècle est éditée par Zouraïq, Beyroût, 1935-1937, 2 vol. 8° ; le même prépare l’édition des volumes du xiiie siècle ; j’espère faire ceux du xiie. On trouvera quelques extraits dans Karabacek, Beiträge zur Geschichte der Mazyadilen, Vienne, 1874 ; Quatremère, Histoire des Assassins, Mines de l’Orient, IV, p. 330 sq ; Jourdain, Bibl. Nat. Ms. Arabe, 1596, traduction d’extraits sur les Francs au xiiie, après 1260.

218 Brockelmann, II, 38 ; Chroniques d’Istanbul, 352 ; pour les sources, Guest JRAS 190, et Chroniques des derniers Fatimides, passim.

219 Ed. Moustafa Riyâda, Le Caire, 1934 sq. (en cours) ; trad. de la période mamlouke par Quatremère, Paris, 1837-45, 2 vol. 4° (notes précieuses) ; de la partie ayyoubide par Blochet, ROL, VI-X.

220 Brock. II, 52 ; Chron. d’Istanbul, 353.

221 Ed. Popper, Berkeley 1909-1926 sq. (en cours).

222 Vienne Mxt., 325.

223 Brit. Mus. Or. 7311.

224 Brockelmann, II, 51 ; Chroniques d’Istanbul, 355.

225 Brockelmann, II, 134 ; éd. Le Caire, 1913-1918. Cf. Gaudefroy-Demom. hynes, La Syrie à l’époque des Mamlouks, Paris, 1923.

226 Vatican Borgia ar. 235 (identifié par Levi della Vida) ; la copie d’un autre morceau, d’après un ms. du Caire, m’a été aimablement prêté par M. Sauvaget ; l’ouvrage est utilisé par Râghib Tabbâgh dans son Histoire d’Alep.

227 Par exemple un Kitâb Rauḍat al-Kouloûb d’un certain Abou’l-Qâsim Mohammed ibn ‛Abdarrahman ach-Chaizarî (moitié du xiie siècle), un traité d’un naqîb des chiites d’Alep, Abou’I-Foutoûh (fin du xiiie ?) ; il connaît Abou Ghâlib al-Ma‛arrî (supra p. 44 n. 3), Abou Ghâlib ach-Chaïbânî (par Kamâl, sur Sinân), Ḥamdân ibn ’Abdarrahîm pour des vers (indirectement ?).

228 Ed. Cheïkho, Beyroût, 1909.

229 Il y en avait un ms. chez le chaïkh Kâmil Efendi al-Ghazzî à Alep d’après la préface do Râghib Tabbâgh à son histoire d’Alep ( ?). Un abrégé d’Ibn Khâṭib par lui se trouve à Istanbul, Damâd Ibrahim, 922.

230 Ed. Cheïkho, Beyrout, 1902 (très médiocre, cf. Sauvaget dans Bull. ét. or. Damas 1938).

231 Ed. Chidyâq, Beyrout, 1859

232 Comme introduction générale à la géographie arabe, la meilleure reste celle de Reinaud à sa traduction d’Abou’l-Féda, Paris, 1848, 4°.

233 Les princiapux géographes et voyageurs arabes concernant la Syrie (sauf Ibn Chaddâd) sont traduits dans Le Strange, Palestine under the Moslems, Londres, 1890, qu’on complétera par l’ouvrage du même The lands of the eastern caliphate, Cambridge, 1905. Pour Idrisi, il n’existe pas d’édition complète ; on doit se reporter à la traduction de Jaubert, Paris, 1836, complète mais mauvaise, et pour la Syrie seule à celles de Gildemeister (ZDVP 1885) ou de Bran-del (Upsala, 1894, en suédois) ainsi qu’aux extraits de Le Strange. Les cartes sont publiés par K. Miller, Mappae arabicae, Stuttgart, 1926-1928. Pour Yaqoût, il existe une édition (Wüstenfeld, Leipzig, 1866-1873, 6 vol. 8°, à compléter par O. Rescher, Sachindex..., Stuttgart, 1928), mais pas de traduction ; cf. J. Heer, Die Quellen Jacuts, Strasbourg, 1898, 8°. Pour Ibn Chaddâd, cf. supra. Qazwini, éd. Wüstenfeld, Göttingen, 1848, 8°. Abou’l-Féda, trad. Reinaud, 1848. Al-Omari, inédit pour la Syrie, cf. Richard Hartmann, dans ZDMG, 1916 ; Qalqachandi, traduit dans Gaudefroy-Demombynes, La Syrie... ; ‛Alî de Hérat, cité dans Le Str. ; Abou Ḥamid, éd. Ferrand, JA 1925 ; al-Maucilî, inédit ms. à Berlin, Ahlwardt 6131 ; Ibn Djoubaïr, éd. Wright, Leide, 1842 (réimprimé dans Gibb Memorial Series, V), trad. Schiaparelli, Rome, 1906, 8°, extraits mal faits dans II. Or. Cr. III. Le ms ar. 2281 h la Bibl. Nat. contient des notes d’arcliitecto relatives à des places-fortes du xiie s.

234 H. Helbig, Al-Qâî’l-Fail, der Vizir Saladins, thèse de Tubingen, 1908, 8°. L’ouvrage pèche par deux graves lacunes ; l’auteur n’a connu que les collections d’Allemagne et de Hollande, alors qu’il en existe dans presque toutes les grandes bibliothèques, par exemple à Paris, 6024 ; il n’a donné aucun classement méthodique des lettres conservées dans ces collections ou dans Abou Châma, si bien que l’utilisation de celles qui ne sont classées ni par dates ni par sujet reste aussi difficile qu’avant son ouvrage.

235 Brockelmann. I, 318 ; Chroniques arabes d’Istanbul, 351. Il est difficile de décider de quels fils il s’agit. Le ms. Aya Sofya 4823 a été copié par un fils de celui des fils de Dâoûd qui s’appelait aẓ-Ẓâhir Châdht. Mais l’auteur cite une fois une lettre de Dâoûd à ce Châdht et une autre lettre de Dâoûd « à son fils », l’auteur, ce qui donne à penser que cet auteur est l’autre fils. Kamâl, Boughya VI 288 r°, donne un récit de la mort de Dâoûd identique à celui que nous lisons dans la Vie de Dâoûd, et qu’il dit tenir de son fils al-Amdjad.

Table des illustrations

Légende Tableau indiquant les principales sources arabes à consulter pour chaque période. (Les sources conservés sont soulignées ; un souligné interrompu signifie une conservation partielle).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 586k

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540