Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Chapitre I. Les sources latines1

Texte intégral

  • 1 Aux répertoires généraux indiqués précédemment on ajoutera les inventaires de mss. effectués par Ri (...)

1À la différence des sources émanant des peuples orientaux, qui sont enfermées dans le cadre géographique de l’Asie occidentale et de la Méditerranée orientale, les sources latines doivent au caractère international des croisades et aux rapports constants entre Syrie et Occident de provenir presque de toute la chrétienté latine. A vrai dire il n’y a pas de chronique ou d’annales qui ne renferme une mention des croisades ; et des documents relatifs aux Francs de Syrie peuvent être extraits des archives de toutes les communautés internationales qui ont été associées à leur histoire.

  • 2 Les Regesta Regni Hierosolymitani de Röhricht, Innsbruck, 1893, et Addimenta, 1904, 8°, sont un rép (...)

2I. Documents D’archives2 — Le caractère violent de l’expulsion des Francs de Syrie à la fin du xiie siècle a amené la destruction de leurs archives locales. Ne nous sont parvenues directement que les archives des communautés — ordres religieux, colonies commerçantes — qui, possédant des établissements en Occident, avaient pu les y mettre à temps en sûreté. A ces documents il faut ajouter la correspondance des Occidentaux intéressés aux choses de l’Orient, en particulier celle des papes.

  • 3 Liber Jurium Reipublicae Januensis (Mon. Hist. Patriae, Turin, 1853 2 vol. f°) ; G. Müller, Documen (...)
  • 4 Cf. Rossi-Sabatini, op. cit., préface ; l’auteur est plus original pour le commerce africain de Pis (...)
  • 5 Les plus nombreux sont dans les fonds de San Zaccaria aux archives de Venise, buste 24-27 ; il s’en (...)
  • 6 Ont été publiés les actes du notaire Scriba (1154-1164) dans Mon. Hist. Patriae, Chartarum II, et m (...)

3A) Archives des villes italiennes (Gênes, Pise, Venise) — Elles comprennent les privilèges et traités officiels conservés dans les registres des autorités communales de ces villes, et les actes de commerce privés. Les premiers ont été publiés tels qu’ils ont été trouvés, c’est-à-dire que les chartes anciennes remplacées par des confirmations plus précises ont souvent été éliminées3. Les actes privés, du plus haut intérêt pour l’organisation du commerce italien, offrent peu de documentation pour l’Orient, sans pouvoir toutefois être négligés. Peut-être pourrait-on en trouver quelques-uns à Pise4 ; il en existe un grand nombre pour Venise dès le xiie siècle, encore mal connus5 ; ceux de Gênes commencent plus tard (1154-1164, puis fin xiie) et sont conservés non pas directement mais sous formes de minutes de notaires dont la mine est presqu’inépuisable6 ; aucun document des villes provençales ne concerne la Syrie du nord.

  • 7 F. de Rozière, Cartulaire du Saint-Sépulcre, Paris, 1849, 4° ; F. Delatiorde, Chartes de Terre-Sain (...)
  • 8 Delaville-le-Roulx, Cartulaire de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, Paris, 1894-1904, 4 vol. L’au (...)
  • 9 Strehlke, Tabulae Ordinis Teutonici, Berlin, 1869, 8°.
  • 10 Rey, Recherches sur la domination des Latins en Syrie, Paris, 1877, 8°.
  • 11 Marquis d’Albon, Cartulaire de l’Ordre du Temple, I (jusqu’en 1160). Paris, 1910, 8° ; la suite en (...)
  • 12 Bullarium sacri ordinis S. Jacobi de Spata, Madrid, 1719, p. 22-23.

4B) Archives ecclésiastiques — Sont conservées des archives de l’Église du Saint-Sépulcre de Jérusalem, de Notre-Dame de Josaphat, de Saint-Lazare7, et surtout des Hospitaliers8 et des Teutoniques9. Quelques actes privés nous sont parvenus par ces églises ou autrement10. On possède indirectement un certain nombre d’actes relatifs aux Templiers11. Signalons encore un acte de Saint-Jacques de l’Épée12.

  • 13 Migne, Patrologie Latine, 214-217 (I-IV) ; manquent les années 1206-1207 et diverses lettres dont l (...)
  • 14 Pressutti, Pegesta Honorü III, Rome 1888, 2 vol. f° ; les registres suivants par l’École française (...)
  • 15 Lettres des légats Sofred et Pierre de Saint-Marcel, Migne I, p. cli-clix ; lettres du roi d’Arméni (...)
  • 16 Toutes les références dans Röhricht Regesta. Celles qui nous intéressent sont celles du sénéchal du (...)

5C) Correspondance — La plus importante est celle des papes, source capitale beaucoup trop négligée jusqu’ici et à laquelle nous devons sur l’histoire intérieure d’Antioche et même sur son histoire politique de nombreux renseignements qu’on chercherait vainement ailleurs. Cette correspondance, en partie perdue et peu abondante pour l’Orient au xiie siècle, devient considérable à partir d’Innocent III13 et dès lors est bien conservée14. Il faut y joindre, en particulier pour Innocent III, des lettres des correspondants de la papauté15. Enfin nous possédons diverses lettres de la première croisade et de grands personnages francs de Syrie à des Occidentaux16.

6II. Les chroniques — Pour les sources narratives latines et françaises, nous avons l’avantage, qui nous fait défaut pour les sources arabes et certaines autres sources orientales, d’avoir conservé en général les ouvrages primitifs et proches des faits. On peut les diviser en trois groupes : celles qui se rapportent à des croisades (surtout la première et la troisième), celles qui ont été composées en Orient, en latin au xiie siècle, en français au xiiie et ont l’Orient pour préoccupation à peu près exclusive ; enfin les chroniques générales de l’Occident qui font aux choses d’Orient une part plus ou moins large. Ces dernières sont parfois plus importantes qu’on pourrait le penser, en raison des correspondances qu’elles transcrivent et des nombreuses lacunes de l’historiographie franque d’Orient où, par exemple, Guillaume de Tyr est seul pour la période allant de 1127 à 1184, et, vivant en Palestine, connaît mal la Syrie du nord. Les sources franques d’Orient sont essentiellement des chroniques ; il n’y a d’annales qu’au xiiie siècle, et relativement peu importantes. Les auteurs sont presque tous des clercs au xiie siècle, presque tous des chevaliers au xiiie.

7La critique de ces sources a été amorcée notamment par Hagenmeyer, dans ses éditions critiques. Mieux eût valu qu’il s’abstînt : il suffit à cet auteur de quelques mots semblables pour établir des rapprochements entre deux ouvrages, alors même que tout ce qui les entoure est sans rapports et que mainte lacune de l’un prouve son ignorance de l’autre.

  • 17 Cf. G. Caro, Die Berichterstattung auf dem Isten Kreuzzuge, NJahrb. Kl. Altertum, XXIX, 1912.

8À l’origine des informations des chroniqueurs sont, outre leurs souvenirs personnels ou ceux de leurs relations, quelques pièces d’archives et des correspondances qui peuvent avoir franchi les frontières entre états chrétiens et musulmans (on a des exemples d’informations envoyées par les Templiers à Ḥamâh et sans doute le contraire arrivait-il aussi) ; les Francs n’avaient rien de comparable aux journaux de chancellerie musulmans ; néanmoins les chefs francs ne négligeaient pas toujours de répandre ou de faire rédiger des informations officielles ; c’est le rôle de la plupart des Lettres de croisade, et bien des chroniques de croisade, si privées qu’elles fussent, jouèrent le rôle d’écrits officieux et de propagande (les Gesta)17 ; Guillaume de Tyr écrivit sur l’ordre d’Amaury.

A) Les chroniqueurs de la première croisade

  • 18 Ed. HOC, III ; sur lui, III préface (l’ouvrage de Klein, Berlin, 1912, est inutilisable).
  • 19 D’où quelques mss. interpolés : l’un complète d’après les Gesta le récit de la bataille d’Ascalon, (...)

9a) Raymond d’Aguilers18. — Raymond d’Aguilers (Aighuile, Haute-Loire), parti à la croisade à la suite du légat Adémar du Puy, puis chapelain du comte Raymond de Toulouse, a composé pendant le siège d’Antioche (1098) et à la fin de 1099 le récit, personnellement vécu, de l’expédition provençale, qu’il nous rapporte non sans passion mais toujours avec sincérité et précision. Bien que l’ouvrage ait été rapidement connu19, il n’a donné lieu à aucun travail de remaniement, contrairement aux Gesta et à Foucher de Chartres.

  • 20 Ed. Bréhier, Class. hist. France publ. s. dir. L.. Halphen, Paris, 1924, 16° ; cf. éd. Hagenmeyer, (...)
  • 21 Dont peut-être la description d’Antioche (§ 32).
  • 22 Que l’emprunt n’est pas de Raymond aux Gesta résulte de son détail original sur les cadeaux d’Alexi (...)
  • 23 Cf. A. C. Krey, A neglected passage in the Gesta, dans Munro-Crusades, et Bréhier VII.

10b) Les Gesta Francorum et aliorum Hierosolimitarum20 ; leurs remaniements. L’auteur, chevalier moyen, fit partie de l’armée de Bohémond jusqu’à la fin de 1098, puis gagna Jérusalem avec l’armée provençale. Son œuvre est un journal de route mis au net au plus tard en 1100 ; mais elle ne nous est parvenue qu’interpolée de hors-d’œuvres littéraires21, d’un emprunt à Raymond d’Aguilers22, et de deux additions suggérées par Bohémond en 1105 pour sa propagande antibyzantine23. Une version, comportant d’autres emprunts à Raymond et quelques additions originales, a été faite sur la précédente dans les régions méditerranéennes.

  • 24 Qu’il ne peut s’agir d’emprunts à Tudebode par l’Historia résulte de ce qu’elle est plus proche des (...)
  • 25 HOC III ; Thurot, Rev. Hist. 1876, I ; Hagenmeyer, Das Verhältniss der Gesta zu Ekkehard, Forsch. z (...)
  • 26 Le ms. est du Mont-Cassin ; l’Historia a été utilisée par Pierre diacre (IV, 2) ; elle fait allusio (...)
  • 27 Le prologue comprend un récit du prétendu pèlerinage de Pierre l’Ermite (dont l’aspect physique est (...)
  • 28 I, II, XXII, XXXV, XXXVII, XLIV, XLVII, LI, LX, LXI, LXVI, LXVII, LXXXV, LXXXVIII, XCIX ; il est po (...)
  • 29 XLIV, XLVII, LXVIII, et spécialement le début sur Pierre l’Ermite (cf. Hagenmeyer, Le vrai et le fa (...)

11Les Gesta ont été l’objet de multiples travaux de remaniement. La version méditerranéenne a été reproduite24 presque textuellement par Tudebode, un prêtre poitevin, qui lui a ajouté quelques souvenirs personnels25, et dans l’Historia Belli Sacri (ou : peregrinorum), compilation maladroite où entre 11,30 et 1140 un moine du Mont-Cassin26 a accolé une partie des Gesta (du début à l’automne 1098), des extraits de Raoul de Caen (début et fin)27, des témoignages originaux28, et des traditions légendaires29.

  • 30 HOC IV ; cf. Thurot, loc. cit. ( = sa préface dans HOC) ; on ne paraît pas avoir remarqué que Baudr (...)
  • 31 En prose, le ms. G de l’éd. HOC ; en vers, cf. infra, p.
  • 32 Daté d’après III, 2 ; VI, 23 ; VII, 15 ; VII, 38 ; VII, 49 (l’épisode de Gervais est de 1108, cf. A (...)
  • 33 II, 13 ; III, 14 ; VI, 5 et 7 ; VII, 6 ; V, 24. Cf. aussi Thurot, préface.
  • 34 VI, 23 ; VII, 33.
  • 35 Jusqu’en 1101 ; il ne l’a vu que tard et rapidement (VII, 32 ; VII, 24).
  • 36 Cf. en particulier son introduction d’histoire orientale.
  • 37 Cf. ses critiques des miracles, qui rappellent son « de pignoribus sanctorum » ; sur son esprit, cf (...)
  • 38 Il dit écrire à Saint-Rémi, en cellule ; il fut abbé de Sénuc jusqu’en 1122, puis déposé, ce semble (...)
  • 39 On pourrait citer encore d’autres utilisations des Gesta, tels que l’Expeditio contra Turcos de Cam (...)

12La version colportée par Bohémond a été refondue dans la forme et dans l’esprit par trois auteurs de la France du nord : Baudri de Bourgueil, archevêque de Dol, qui, vers 1108-1110, s’est proposé de mettre les Gesta en un style digne de leur sujet30, et dont l’œuvre a donné lieu à son tour à des remaniements en prose et en vers31 ; Guibert de Nogent, qui, vers 110932, a complété les Gesta par des informations personnelles33 et des emprunts à des lettres34 et à Foucher de Chartres35, et a cherché à donner des faits des appréciations morales et des explications historiques36 et critiques37 ; enfin Robert le Moine, qui, peut-être, après 112238, composa une sorte de roman historique de la croisade qui jouit d’une vogue immense, et pour lequel il paraît avoir utilisé, en plus des Gesta et de quelques informations originales, le poème de Gilon, écrit aussi surtout d’après les Gesta39.

  • 40 HOC III ; cf. éd. Hagenmeyer, Heidelberg, 1913 ; Munro, A crusader (Speculum VII, 1932).
  • 41 Cela résulte du fait que Guibert le connaît jusqu’en 1101, non après.
  • 42 L’histoire de Baudouin du Bourg et la mort de Bohémond ont été rajoutées plus tard et ne figurent p (...)
  • 43 Cf. I, 14 (accession de Baudouin au trône d’Edesse) et toute l’histoire ecclésiastique de Jérusalem
  • 44 Il écrit après la prise de Lattakié par Tancrède (1108) et avant la chute de Tripoli (1109) ; il a (...)

13c) Foucher de Chartres40. Croisé dans l’armée d’Étienne de Blois, mais depuis juillet 1907 chapelain de Baudouin qu’il suit à Édesse puis à Jérusalem, il écrivit le récit de la croisade et des évènements consécutifs en une série de livraisons atteignant respectivement les années 110141, 110642, 1124 et 1127 ; partial43 par nécessité, mais sobre, intelligent, curieux des choses du pays, il a été abondamment utilisé par les écrivains postérieurs ; un seul remaniement toutefois est original, celui que rédigea vers 1108-1109, probablement en Syrie, Bartolf de Nangis, avec l’intention de compléter et de clarifier l’œuvre de Foucher44.

  • 45 Ed. HOC V, meilleure que celle de Hagenmeyer (Tübingen, 1877) ; cf. Buchholz, Ekkehart von Aura, Le (...)

14d) Ekkehart d’Aura. Celui-ci, un Allemand venu en Syrie en 1101, écrit à son retour ses Hierosolimita où il combine des souvenirs personnels, des récits de témoins, des informations recueillies dès auparavant par lui-même et son prédécesseur Frutholf de Saint-Michelsberg en vue de la chronique générale qu’il composait en même temps45.

  • 46 HOC V, ou éd. Belgrano, Fonti per la storia d’Italia, Rome 1890, 8°. Le récit de la prise de Marqab (...)

15e) Caffaro. Gênois de grande famille venu en Palestine en 1100 et plusieurs autres fois, il est l’auteur d’Annales de Gênes, qu’il écrivit de 1100 à 1163, et de l’opuscule apologétique intitulé « Liberatio civitatum orientis », composé en 1155, mais trouvé seulement un siècle plus tard parmi de vieux papiers, et peut-être un peu altéré46.

  • 47 HOC III, cf. la préface et chap. LVII ; il loue le patriarche Arnoul et Baudouin I (XXXVII spéciale (...)

16f) Raoul de Caen. Celui-ci n’a rien vu de ce qu’il nous raconte ; né vers 1080 il accompagne comme chevalier Bohémond dans sa campagne d’Épire, puis gagne la Syrie en 1108. Après la mort de Tancrède, au service duquel il a été, il écrit ses « Gesta Tancredi », peut-être à Jérusalem, avant 1118 ; en dépit de l’intolérable prétention de son style et de son parti-pris apologétique, il a recueilli des informations solides et précises. L’œuvre, qui paraît inachevée, n’existe qu’en un manuscrit, qui a été connu de l’auteur de l’Historia Belli Sacri47.

  • 48 Ed. HOC IV ; trad. allemande H. Hefele, Iéna 1923, 2 vol. 8°.
  • 49 Von Sybel, introd. à sa 2e éd. ; Krebs, Zur Kritik Alberts von Aachen, Munster, 1881 ; Kügler, Albe (...)
  • 50 « Canonicus et custos », dit le copiste d’un ms. On connaît un Albertus presbyter et un Albertus pr (...)
  • 51 Hagenmeyer croit naturellement qu’il a connu les Gesta ; le rapprochement le plus net (Gesta 98, Al (...)
  • 52 Dates de ses dernières pages et des plus anciens mss. (deux, indépendants l’un de l’autre, de 1158) (...)
  • 53 Kügler suppose qu’il a connu une chronique lorraine, mais il n’existe de cette chronique aucune tra (...)

17g) Albert d’Aix, la Chanson d’Antioche et Foulque. L’histoire d’Albert d’Aix48 a toujours suscité de grands débats49, parce que d’une part elle est, de toutes celles qui se rapportent à la première croisade et aux années suivantes, la plus richement informée, mais d’autre part son auteur, chanoine à Aix-la-Chapelle50, n’a jamais été en Orient, ne nomme aucune source écrite, et ne présente de ressemblance avec aucune de celles que nous venons d’étudier51. La date même de sa composition ne peut être circonscrite plus étroitement qu’entre 1119 et le milieu du xiie siècle52. Ses informations sont tantôt d’une exactitude qui exclut une longue transmission, tantôt d’un caractère légendaire qui implique au contraire un certain délai d’élaboration. Ce double caractère s’explique facilement si l’on suppose qu’Albert a noté, à mesure qu’il les entendait, les récits des masses de voyageurs qu’il pouvait rencontrer à Aix, pèlerins revenant juste de Terre Sainte ou marchands et trouvères colportant des contes de tous genres53. Les mêmes sources, mi-historiques mi-romancées, ont alimenté les plus anciennes parties du Cycle poétique des croisades, avec lesquelles on a depuis longtemps souligné les constantes parentés d’Albert, ce qui nous oblige à insister un peu sur elles.

  • 54 Poètes latins : Geoffroy le Lombard (Ughelli, Italia Sacra, Lucca 26) ; Joseph d’Exeter (J. Jussera (...)
  • 55 P. Meyer, Fragment d’une Chanson d’Antioche en provençal, AOL H, 1884 ; G. Paris, La chanson d’Anti (...)
  • 56 Ed. P. Paris, Paris, 1848 ; cf. les articles du même dans Hist. Litt, XXII et Bull, du Bibliophile, (...)
  • 57 Peut-être connu de Lambert d’Ardres (éd. Ménilglaise 311) comme contemporain d’Arnoul le Vieux (pre (...)

18La croisade avait vite suscité ses poètes, soit latins, soit français, ceux-ci plus accessibles à tous les récits qu’un événement de cette ampleur ne pouvait manquer de faire circuler54. On connaît mal la chanson languedocienne de Grégoire Bechada55 ; en langue d’oil, on possède, sous le nom de Graindor de Douai, une « chanson » comprenant une chanson d’Antioche56 « renouvelée » d’un poème antérieur de Richard le Pèlerin57, une chanson de Jérusalem, en partie inspirée de la précédente, et entre elles deux, l’épisode romanesque des Chétifs. En dépit des multiples altérations de Graindor, la « chanson d’Antioche » présente un caractère d’historicité si frappant qu’on l’a crue composée en Syrie même ; il est nécessaire de nous arrêter à ce problème, cette thèse nous paraissant inadmissible et la chanson étant, selon nous, comme l’œuvre d’Albert, originaire des régions mosanes.

  • 58 Que Robert est l’original résulte de ce qu’il contient de nombreux emprunts aux Gesta absents de Ch (...)
  • 59 Comparer p. ex. Ch. II, 15 et Alb. Il, 25-26 ; Ch. II, 37 et Alb ». II, 28 ; Ch. III, 2 et Alb. II, (...)
  • 60 Sans parler des omissions de Graindor (arrivée de Tancrède en Cilicie) et de celles d’Albert (p. 42 (...)
  • 61 Comparer p. ex. dans le poète le prétendu passage de Bohémond en Cilicie, les histoires de Firouz-D (...)
  • 62 Par exemple sur les Tafurs, inconnus d’Albert mais connus de Guibert ; ou sur l’exploit de Godefroy (...)

19Sous sa forme actuelle, la chanson comprend deux parties, l’une (VII, 3-27, et VIII, 25-40 et 50-72, soit presque toute la guerre entre les Francs et « Corbaran ») correspondant presque textuellement aux passages correspondants de Robert le Moine, l’autre présentant un mélange de traditions fréquemment en rapport étroit avec Albert d’Aix. La première partie nous paraît être l’œuvre exclusive du remanieur Graindor, qui a mis Robert en vers (42)58. Dans le reste les rapprochements entre la chanson et Albert sont à la fois par endroits trop précis pour qu’il puisse ne pas s’agir d’une source écrite59, d’autre part trop fragmentaires60, mêlés de trop d’originalités dans chacune des deux œuvres pour qu’on puisse croire à l’utilisation de l’une dans l’autre. Décider si la source commune est l’œuvre primitive de Richard ou consiste en des morceaux rédigés antérieurement n’est guère possible et au surplus de peu d’intérêt : si la forme dans laquelle les traditions ont été recueillies par Albert est en général moins romancée que celle qu’elles revêtent dans la Chanson61, nous savons cependant que certains récits enregistrés dans cette dernière circulaient dès le lendemain de la croisade62, et il n’est pas douteux que la chanson de Richard soit elle-même le résultat d’une élaboration et de transformations successives assez longues.

  • 63 Les deux faits précédents, l’espion de Nicée (cf. Foulque), l’affaire de Renaud Porquet (HBS et Tud (...)
  • 64 Lambert d’Ardres, loc. cit.
  • 65 Alb. III 2 et IV 65 attribue à des récits de témoins deux épisodes donnés aussi par Chanson.

20La seule chose qui nous importe est de déterminer la région où elle est née ; la correspondance de quelques traditions données par la chanson avec divers chroniqueurs occidentaux, alors qu’on ne peut noter aucune parenté avec les chroniqueurs francs de Syrie63 ; la présence des noms de multiples seigneurs de la France du nord et de l’est, alors que manquent les noms de la plupart des seigneurs restés en Orient ; enfin le témoignage d’un chroniqueur64 attestent que Richard, qu’il eût ou non gagné son titre de pèlerin en Terre Sainte, acheva au moins sa chanson en Occident, dans les régions mosanes. L’historicité de son œuvre prouve qu’il a connu des témoins65, mais non que l’œuvre ait été redigée en Orient plus que celle des adaptateurs des Gesta ou de Bechada (qui écrivait en Limousin).

  • 66 Le contenu est essentiellement « lorrain » ; la date ne peut être précisée. Cf. HOC, V, préface de (...)
  • 67 Trois chants, puis dans Gilon, I, 60-119, 357-435, et tout le chant III. Kohler veut attribuer ces (...)

21Les mêmes traditions qui sont à l’origine de l’œuvre d’Albert et de la Chanson d’Antioche ont aussi alimenté66 les chants et interpolations ajoutés par un certain Foulque au poème de Gilon67.

  • 68 II est difficile de savoir jusqu’où elle allait, Graindor ayant refondu la chanson de Jérusalem com (...)

22Concluons sur Albert. A la différence des chroniqueurs de France, il n’a connu la croisade que par des écrits fragmentaires et surtout des récits oraux colportés par des pèlerins, des marchands, des jongleurs ; ces mêmes sources ont été mises en œuvre par l’auteur de la chanson d’Antioche, dont Albert a connu un premier état68. Leur valeur est naturellement variable ; l’élément romanesque ou légendaire est facilement décelable ; même dans le reste, on a à regretter des imprécisions topographiques et chronologiques ; néanmoins, et surtout pour les années postérieures à la croisade, la comparaison minutieuse avec les sources syriennes de toutes langues ne peut pas ne pas remplir d’admiration celui qui s’y livre devant l’étendue et l’exactitude de la plupart des informations d’Albert.

  • 69 Ed. HOC V et Hagenmeyer, Heidelberg, 1896, 8°.

23h) Gauthier le Chancelier. Nous devons encore ranger cet auteur parmi ceux de la génération de la croisade, bien que le sujet de son « De Bello Antiocheno » soit limité aux guerres de 1115 et de 1119-1122. L’ouvrage est pour nous d’un très grand prix, parce qu’il est le seul écrit historique qui nous soit parvenu des Francs d’Antioche, et que l’auteur, probablement chancelier de Roger, est particulièrement bien informé des institutions, de la géographie et des événements de la Syrie du nord69.

B) Guillaume de Tyr70

  • 70 H. Prutz, Wilhelm von Tyrus, N. Archiv. VIII, 1883 ; Lundgreen, Wilhelm von Tyrus und das Templeror (...)
  • 71 Utilisée par Jacques de Vitry et Guillaume de Tripoli.

24A partir de 1127, date où se termine l’œuvre de Foucher de Chartres, l’historiographie franque de Syrie est représentée exclusivement jusqu’à la fin du xiie siècle par l’« Historia rerum in partibus transmarinis gestarum » de Guillaume de Tyr ; c’est, en revanche, une des œuvres les plus remarquables du moyen-âge. L’auteur, né en Syrie vers 1130, y revint, après des études faites en Occident, vers 1162 ; archevêque de Tyr depuis 1175 en même temps que précepteur de Baudouin IV et chancelier du royaume depuis 1170 et 1174, il occupe une situation propice au rassemblement de multiples informations et à leur appréciation au double point de vue de l’Église et de la monarchie. Par ailleurs, il connaît non seulement à fond la littérature latine sacrée et profane, mais le grec et l’arabe ; enfin c’est une grande intelligence, qui sait ordonner et expliquer les faits. Son œuvre est, au plein sens du mot, de l’histoire. Elle se composait de deux ouvrages, une histoire de l’Orient reposant sur Sa‛îd ibn Biṭrîq, perdue71, et l’Histoire d’Outremer, qu’il apporta en Occident en 1183, sans l’avoir entièrement mise au net, dans le voyage à Rome où il devait mourir. Il l’avait commencée en 1169 et menée dès 1173 jusqu’au livre XIII.

  • 72 Il s’agit sans doute d’un ros. divisé en deux parties, et non d’une livraison d’Albert antérieure à (...)
  • 73 Comme faits originaux, il ne s’en trouve qu’aux livres II, ch. 4, 14, 21 ; III, ch. I, 9 ; IV, ch. (...)
  • 74 P. 377. Pour le reste, je renvoie à Prutz.
  • 75 Cf. par ex. son récit de la mort de Bohémond II, sa mauvaise datation des rapports de Baudouin avec (...)

25Jusqu’en 1127, les sources de Guillaume de Tyr sont, avant tout, Albert d’Aix (que cependant il ignore à partir de 1100)72, puis, secondairement, Raymond d’Aguilers, Foucher de Chartres, Baudri et Gautier ; seule donc des diverses narrations originales de la croisade, celle de Raoul lui est inconnue. Pour cette période, son originalité est maigre, et consiste surtout en explications géographiques et en digressions érudites73. Par contre, pour la suite de son histoire, Guillaume ne dispose plus, comme sources écrites, que de quelques pièces d’archives et d’un sec « catalogue des rois »74 ; aussi, pour les années anciennes et les régions éloignées de la Palestine est-il souvent sujet à caution75. Mais à partir du milieu du siècle, pour lequel il a pu connaître de nombreux témoins, puis surtout de 1162, où il devient lui-même témoin et acteur, il offre une documentation remarquablement riche encore que quelquefois présentée avec partialité.

C) Sources de l’histoire de la troisième croisade

  • 76 Ed. dans RBSS 49 (Stubbs), 85 et 82 (Howlett), et 68 (Stubbs). Cf. Jahncke, Guillelmus Neubrigensis (...)

26Seules les sources anglo-normandes nous concernent quelque peu. On peut les diviser en deux groupes. Le premier comprend les Gesta Henrici II et Ricardi attribués parfois à Benoît de Peterborough (rédigés en Occident en 1192, contiennent des renseignements sur l’Orient depuis 1177) et les récits insérés, en partie d’après les Gesta, en partie d’après des lettres, dans Richard de Devises (écrit en 1194), Guillaume de Newborough (écrit en 1198) et Raoul de Diceto (écrit au fur et à mesure des faits jusqu’en 1202)76.

  • 77 Ed. M. Salloch, Leipzig, 1934, 8°.
  • 78 Ed Stubbs, RBSS 38, Londres, 1864, 8°.
  • 79 Ed. G. Paris, Doc. Inéd. 22, Paris, 1897, 4°.

27Le second groupe comprend la Continuation latine de Guillaume de Tyr, ouvrage impartial allant de la mort de Baudouin IV à 1192, rédigé sous la forme actuelle en Occident en 1194, et accru de quelques additions en 122077 ; l’Itinerarium Ricardi, par Richard de la Sainte-Trinité de Londres, ouvrage couvrant la même période que le précédent, mais avec un seul livre (I) consacré à l’histoire antérieure à la croisade de Richard et cinq à celle-ci78, achevé en 1199 ; enfin l’Estoire de la guerre sainte, poème français d’Ambroise, encore de même contenu, sauf que la parenthèse rétrospective en est sommaire, composé sous sa forme actuelle après 120379.

  • 80 L’auteur a connu quelques lettres (III, 25) et peut-être un bref opuscule consacré à la Terre Saint (...)

28La presque totalité du livre I de l’Itinerarium se retrouve dans la Continuation latine (jusqu’à III, 19), qui a par ailleurs fait de nombreux emprunts aux Gesta absents de l’Itinerarium, puis devient originale pour le récit de la croisade de Richard80. Le parallélisme de l’Itinerarium et de la Continuation n’exclut pas des précisions propres à chaque ouvrage, un ordre parfois différent des paragraphes ; d’autre part il existe un ms. ancien donnant seulement le livre I de l’Itinerarium, et les compilateurs postérieurs qui l’ont utilisé ignorent les suivants ; le texte en est souvent plus proche de la Continuation que celui des mss. récents. On peut donc admettre qu’il a existé une œuvre antérieure à la Continuation et à l’Itinerarium et leur ayant servi de source commune ; elle avait été écrite au début de 1192 et, comprenant déjà une introduction sur les origines de Saladin tirée de Guillaume de Tyr, était peut-être déjà conçue comme devant le continuer.

  • 81 Cf. les préfaces de M. Salloch et G. Paris et K. Norgate The Itinerarium and the song of Ambrose, E (...)
  • 82 Mentionnons pour mémoire les sources italo-allemandes, qui ne dépassent pas la mort de Barberousse  (...)

29D’autre part, les livres II-VI de l’Itinerarium correspondent littéralement au poème d’Ambroise, et comme on sait que l’Itinerarium avait été traduit d’un ouvrage français, l’hypothèse la plus simple consiste à admettre qu’il s’agit du poème d’Ambroise, dont l’état actuel résulterait de quelques retouches postérieures8182.

D) Sources de l’histoire de la cinquième et de la septième croisades

  • 83 Sur Jacques de Vitry, thèse de Funk, Leipzig, 1909, et Zacher, Die Historia Orientalis des J., Köni (...)
  • 84 Ed. Nat. de Wailly, Paris, 1868.

30Elles ont pour nous peu d’importance. Nous citerons seulement pour la première la correspondance et les ouvrages historiques de Jacques de Vitry et d’Olivier le Scolastique, le premier, auteur d’une « Historia orientalis » reposant sur Guillaume de Tyr (ses deux ouvrages) et des descriptions de la Palestine, le second, d’une brève « Historia regum Terrae Sanctae » et surtout d’une « Historia damiatana »83. Pour la croisade de saint Louis, la seule source dont nous ayons ici à tirer quelque chose consiste dans les Mémoires de Joinville84.

E) Les continuateurs de Guillaume de Tyr85

  • 85 Nous ne parlons pas de la Continuation latine, vue précédemment, et sans rapport avec les continuat (...)
  • 86 Ed. HOC II, et, pour Ernoul, Mas-Latrie, Soc. Hist. Fr. t. 302. Cf. L. Streit, De rerum transmarina (...)

31Leur étude est très délicate, parce que leurs œuvres se présentent à nous dans des combinaisons multiples qu’aucun éditeur n’a su réduire à leurs éléments primitifs86.

  • 87 F. Ost, Die altfranzösische Uebersetzung W., Halle, 1899.

32En Orient, l’œuvre de Guillaume est restée quelque temps inconnue. C’est en Occident, probablement à la suite du succès de Villehardouin, qu’elle est traduite par un Français, sujet capétien ; avec les continuations qui y furent adjointes, la traduction fut connue sous le nom de « Livre du conquest » ou, d’après le nom de l’Empereur Héraclius dont la mention figure dans la première page, « Livre d’Eracles »87. En Orient, l’historiographie de la période comprise entre les troisième et sixième croisades se développe donc sans lien avec l’Histoire de Guillaume. En dehors des récits particuliers de la cinquième croisade, la seule œuvre qui nous en est restée est celle de Bernard le Trésorier, qui repose, d’une façon que nous chercherons plus loin à préciser, sur une « Histoire des guerres de Saladin » d’un certain Ernoul ; elle s’arrête selon les versions en 1229 ou 1231. L’objet premier en est d’exposer de quelle façon a été perdu le royaume de Jérusalem en 1187 et comment la chrétienté d’Orient s’est reconstituée sur le littoral syrien et à Chypre ; en rapport plus ou moins étroit avec ces récits sont racontés en introduction, sans ordre chronologique rigoureux, quelques épisodes de l’histoire de l’ancien royaume avant la crise finale. On a l’impression d’un travail de reconstitution de souvenirs historiques parallèle à celui qui faisait rédiger à pareille époque aux juristes chypriotes le corps de leurs souvenirs relatifs aux lois et coutumes de l’ancien royaume. A la suite de cette première partie se trouve l’histoire de la quarantaine d’années postérieure, avec une insistance particulière sur les croisades, y compris celle de Constantinople, et de copieuses parenthèses sur la carrière des princes occidentaux dont la destinée influence les états d’Orient, rois de France et d’Angleterre, surtout empereurs d’Occident.

33Avant le milieu du xiiie siècle la traduction française de Guillaume de Tyr fut connue en Orient, sans cesser de l’être en Occident. Des deux côtés alors on se préoccupa de continuer l’histoire ainsi constituée, puis de prolonger à mesure des faits les premières continuations. De ces traductions de nouvelles traductions étaient faites également en latin, en italien, en espagnol, en anglais. En français seulement, quelque soixante-quinze manuscrits ont été signalés jusqu’ici, qu’on peut en gros répartir dans les groupes suivants :

34Jusqu’en 1205 (et avec une parenthèse sur l’histoire de Frédéric II jusqu’à 1228) tous les manuscrits sont apparentés ; de 1198 à 1205, ils sont même tout à fait identiques ; de 1184 à 1198, ils se divisent en trois groupes, dont nous prendrons pour types respectivement les manuscrits A et B, C et G, et D de l’édition de l’Académie ; ces trois rédactions sont en grande partie concordantes, mais présentent aussi d’importantes différences sur lesquelles il nous faudra revenir. Dans l’ensemble, elles sont toutes apparentées avec Ernoul-Bernard, dont CG n’est qu’une transcription reliée à la traduction de Guillaume de Tyr.

35À partir de 1205, nous n’avons plus que deux rédactions, l’une coïncidant avec Ernoul-Bernard (jusqu’en 1229), donnée par les manuscrits CG et D, l’autre, tout à fait distincte, atteignant 1248, donnée par les manuscrits AB ; cette seconde rédaction est ajoutée à partir de 1229 à la suite de la rédaction CG et D dans une partie des manuscrits de celle-ci. Dans l’autre partie se trouve une nouvelle continuation, dite du ms. de Rothelin, rédigée en Occident, et atteignant 1261 (avec en appendice dans un manuscrit un récit de la chute d’Acre en 1291) ; cette rédaction est reprise, à la suite de la rédaction atteignant 1248, mais à partir de 1244, dans le ms. A. Par contre le ms. B et ses semblables de la série G et D contiennent après 1148 une nouvelle continuation atteignant, suivant les mss., 1266, 1275,, ou 1277. Nous devons donc étudier successivement les sources de la fin du xiiie siècle antérieures à 1198, la chronique de Bernard le Trésorier, et les trois continuations atteignant respectivement 1248, 1261 et 1266 (1277) ; encore faut-il tout de suite ajouter qu’aucune de ces œuvres n’est vraisemblablement simple. On voit que l’imbroglio n’est pas des moindres.

36C’est la première période (1184-1198) qui pose les problèmes les plus délicats. En effet, même en faisant abstraction provisoire des passages originaux de D, nous constatons d’une part que, jusqu’à la mort de Henri de Champagne à la fin de 1197, partout où CG s’écarte nettement de BA, D est en gros semblable à BA ; cependant, dans les parties où les trois versions sont à peu près identiques, le mot-à-mot de D est plus proche de G que de C et de BA, G et C ne différant par ailleurs, à une exception près où D se trouve paradoxalement suivre C et BA et non G, qu’en ce que G est en général un peu plus concis que C ; ajoutons qu’à partir de la fin de 1197, c’est-à-dire un peu avant 1198 où cessent pour sept ans les divergences entre BA et CG, D suit déjà CG, comme elle fera après 1205. On est évidemment amené à supposer que AB, CG et D reposent sur un même original perdu qui, pour le contenu, correspondait généralement à l’actuel AB, mais dont CG, partout où elle ne l’a pas modifié, transcrit plus exactement les termes. Mais cette réponse est encore trop simple. Car si l’on compare des passages où AB et CG diffèrent, différences qui consistent généralement non en des divergences de fond, mais en ce que CG est plus concis que AB, la conviction s’impose que AB elle-même ne peut pas être la version primitive modifiée dans les termes, mais qu’elle résulte en partie d’amplifications oratoires et d’additions, voire de contresens, apportés à un texte dont le fond paraît plus fidèlement conservé par CG ; tandis qu’en d’autres endroits il paraît bien difficile de croire que CG ne soit pas un abrégé de l’original de AB, et non AB un développement de CG. On est donc amené à formuler l’hypothèse bien compliquée que D a suivi un texte déjà modifié par certaines interpolations, mais n’ayant pas encore été aussi transformé dans le détail de la forme que l’actuel AB ; ainsi s’expliqueraient aussi les quelques cas où D, tout en étant parallèle à AB et à CG, présente cependant par rapport à l’un et à l’autre de menues originalités.

37Quoi qu’il en soit de ces questions, une chose est certaine, c’est que ni AB ni CG ni D ne représentent la version primitive, et le doute porte seulement sur la mesure dans laquelle G s’en rapproche et les parties originales de AB sont des additions ou dérivent de cette même source. Comme CG et Ernoul-Bernard sont identiques, il y a lieu de se demander si cette source primitive n’est pas la véritable œuvre d’Ernoul. On sait que le nom de Bernard ne figure que sur les manuscrits contenant la brève continuation des années 1229 et 1231, les mss. qui s’arrêtent à cette première date l’ignorant ; l’éditeur, Mas-Latrie, en a conclu que la paternité de Bernard se réduisait à ces quelques pages et au premier préambule. Il est possible ; mais par ailleurs, lui-même s’est rendu compte que rien n’était moins sûr que l’attribution de tout le reste à Ernoul : en réalité, dans le seul manuscrit où Ernoul est cité comme auteur, il l’est pour un épisode de 1187, et rien dans le texte que nous avons ne permet de savoir si l’auteur, en nommant Ernoul, entend se désigner lui-même ou l’auteur de la version primitive qu’il suit ; ajoutons que dans sa préface, Ernoul dit seulement qu’il va parler des guerres de Saladin ; la suite, si elle est de lui, a donc été conçue après le dessein originel. En tous cas, qu’une même main ait ou non écrit la partie antérieure à 1198 et la suite jusqu’en 1205, il paraît vraisemblablement que la première rédaction, celle qu’a connue le copiste du prototype de AB et de D, s’arrêtait en 1198. Il est de même vraisemblable qu’une seconde édition s’arrêtait en 1205, à laquelle les copistes de AB et de D ont emprunté tel quel le récit de ces années ; quant à la période 1205-1229 (1231), elle a été connue encore du copiste de D, mais non du copiste de AB, ce qui nous amène à supposer une troisième rédaction, sinon un troisième auteur.

  • 88 Le plus important est le récit de la croisade de Frédéric Barberousse dont il est difficile de déci (...)
  • 89 Mort et succession de Raymond de Tripoli, par exemple.
  • 90 BA XVII fait allusion au massacre des Templiers par Saladin raconté dans D 123.
  • 91 Contrairement à l’avis de Streit, d’habitude mieux inspiré.
  • 92 Livre XXIII, chap. 56 et 64.
  • 93 H. Occ. cr. introd. p. VII Olivier, préf. XLV et Cont. D 216.

38Pour en finir avec la période 1184-1198, nous devons maintenant revenir sur les épisodes originaux de D que nous avons omis jusqu’ici parce qu’ils ne présentent aucun rapport avec AB ni avec CG. Étant donné la présence commune dans AB et D de passages absents de CG88, on peut penser que certaines des additions propres à BA (rares)89 ou à D (nombreuses) proviennent d’une même source, et il y a au moins un épisode pour nous montrer que BA n’a en effet utilisé que très incomplètement un récit connu aussi de D90. Mais, si cette hypothèse est valable dans certains cas, qui paraissent être plutôt des épisodes isolés connus par exemple par quelques lettres ou récits de témoins, elle ne paraît pas pouvoir être étendue91 aux passages où BA et D donnent des versions contradictoires, ni aux copieux exposés tout à fait originaux que contient D relativement aux débuts de Henri de Champagne et d’Amaury II (Aimery), et aux événements contemporains en Syrie du nord et en Cicilie ; et il ne peut guère y avoir là qu’un emprunt à une chronique ou à un fragment de chronique, qui, d’après des allusions au seigneur de Nefin et au déshéritement des enfants de Saladin par al-Adil92, doit avoir été rédigée dans les premières années du xiiie siècle ; elle a été insérée dans le Livre du Conquest avant 1220, car Olivier le Scolastique l’a utilisée ; mais, sous sa forme actuelle, la version D doit être des environs de 1260 seulement93.

39Les parties postérieures des continuations de Guillaume de Tyr ne nous offrent heureusement plus de pareils enchevêtrements. La plus répandue, celle qui correspond à Ernoul-Bernard, est essentiellement le récit d’un contemporain, souvent d’un témoin, appartenant au parti Ibelin. La continuation AB 1205-1248 est une histoire générale de l’Orient et de l’Occident dans la mesure où il l’influence (d’après des informations italiennes) ; l’auteur a peut-être connu une rédaction des Annales de Terre Sainte, Olivier, et d’autres récits de la cinquième croisade utilisés aussi par certains petits chroniqueurs, mais il est de toute façon presque toujours original ; il n’a pas commencé son œuvre avant 1248 et l’a achevée après 1251. Quant à la continuation orientale 1248-1266 (1277), ce n’est pas une histoire à proprement parler, mais une compilation d’annales analogues aux Annales de Terre Sainte.

40La continuation occidentale de Rothelin est un pot-pourri de récits mal reliés, même si l’on en retire la description des périls marins que certains mss. insèrent d’après des souvenirs classiques dans le compte-rendu de la traversée de saint Louis. Elle comprend une description des Lieux-Saints comme il en circulait beaucoup et apparentée à Jacques de Vitry ; des détails rétrospectifs sur le califat, les Assassins, la succession de Saladin, tirés du même auteur ; la prophétie répandue du fils d’Agap. Le seul événement d’histoire syrienne connu pour les années faisant suite à Bernard est l’attaque des Musulmans sur Jérusalem en 1229 ; puis vient une narration de la croisade navarraise, que suit un exposé de l’apparition des Mongols et des Khwarizmiens avec comme conséquence la défaite de Gaza ; on arrive alors à la croisade de saint Louis, centre de l’ouvrage, tout le reste n’étant que préface. Le récit devient alors plus complet et suivi, et repose sur les rapports des croisés puis des lieutenants laissés par saint Louis en Syrie ; l’œuvre a été composée dans la France du nord après 1261.

F) Les Annales de Terre Sainte, Philippe de Novare et les Gestes des Chyprois

  • 94 Ed. G. Raynaud, Genève, 1887, 8° (Soc. Or. Latin) et II. Arm. Crois., II, par Mas-Latrie et G. Pari (...)
  • 95 Ed. Mas-Latrie dans Doc. Inéd. Hist. Fr., Paris, 1861. 4°.

41On connaît sous le nom de Gestes des Chyprois94 une compilation faite au début du xive siècle, et comprenant d’une part « l’estoire de la guerre qui fut entre l’emperor Federic et Johan d’Ibelin » (1228-1243) de Philippe de Novare. ainsi, probablement, qu’un extrait de l’Autobiographie de ce der nier (1222-1228), le tout connu sous le nom global de Mémoires ; d’autre part une préface, des interpolations, et une continuation de Philippe de Novare atteignant l’époque de la rédaction. Il faut ajouter que, d’après la comparaison avec la traduction italienne dite d’Amadi95, le manuscrit unique par lequel nous sont parvenus les Gestes comporte des additions d’un interpolateur postérieur, puisées en général dans les Continuateurs de Guillaume de Tyr.

  • 96 Ed. Röhricht, AOL II, p. 429-461. Les Annales citent aussi le Livre du Conquest.

42La préface, conservée seulement à partir de 1131, et qui s’étend jusqu’en 1222, puis les interpolations dans le Livre de Philippe ne citent comme sources que le Livre du Conquest, mais ressemblent de très près à des Annales de Terre-Sainte dont on connaît deux rédactions96. Il n’est cependant possible de voir ni dans aucune d’elles la source des Gestes ni dans les Gestes la source des Annales ; d’autres auteurs (Héthoum de Gorigos, Amadi) ont connu des annales palestino-chypriotes. qui, ressemblant tantôt aux Annales tantôt aux Gestes, appartiennent évidemment à une rédaction différente. Il a donc existé des Annales de Terre-Sainte antérieures à celles qui nous sont conservées et diverses fois remaniées.

43Philippe de Novare, Italien écrivant en français, établi en Syrie au service des Ibelins, est l’auteur de poèmes, d’un traité de morale, du Livre de Plait, qui est l’un des textes capitaux rassemblés dans les Assises de Jérusalem, et des Mémoires, rédigés probablement entre 1243 et 1247. Œuvre d’un témoin souvent même acteur, écrits d’une plume alerte et savoureuse, c’est à la fois une des meilleures productions anciennes de notre littérature et l’un des témoignages les plus précieux que nous ayons de l’histoire syrienne. Ils concernent malheureusement peu la Syrie du nord.

44Quant à la dernière partie des Gestes, la continuation, due probablement à un chevalier du nom de Gérard de Montréal, elle n’a pas la même valeur littéraire mais n’est pas moins intéressante pour l’historien ; l’horizon est plus large que celui de Philippe, l’auteur a connu des témoins de presque tout ce qu’il rapporte. Son œuvre est notre source la plus précieuse pour l’histoire franque de Syrie au milieu du siècle et presque la seule pour la fin du siècle. Pour le milieu du siècle, il présente de nombreuses ressemblances avec la plus longue en durée des continuations de Guillaume de Tyr, dont il doit avoir connu la principale source.

  • 97 Ed. Bongars, Gesta Dei per Francos, Hanovre, 1611, f°, t. II Sanuto a connu aussi Jacques de Vitry (...)
  • 98 Ed. Mas-Latrie dans Doc. Inéd. Hist. Fr., Paris, 1884, 4°.

45De Guillaume de Tyr, de ses continuateurs et des Gestes de Chyprois dans une rédaction meilleure que la nôtre dépendent, avec quelques additions qui ne nous concernent pas ici, les Secréta Fidelium Crucis de Marino Sanuto (1321)97, la Chronique anonyme italienne du xve siècle possédée au xvie par Amadi, et celle de Florio Bustrone98.

G) Les chroniques universelles d’Europe

  • 99 MGSS VI, où les diverses continuations sont distinguées.
  • 100 MGSS VI.
  • 101 Historia Ecclesiastica, éd. Le Prévost, Société de l’Histoire de France, 1845-1855, 5 vol. Le récit (...)
  • 102 MGSS XIX.
  • 103 MGSS XX.
  • 104 Patr. Lat. CCXIII ; la rédaction conservée n’est qu’un lambeau, pour la fin, de la chronique perdue (...)
  • 105 MGSS XXVI.
  • 106 MGSS XXIII ; sur ses sources, Wilmans Archiv X, 1851, et surtout Lippert dans Neues Archiv, XVII ; (...)
  • 107 La seule édition utilisable reste celle des Bénédictins de Douai 1624. Le « Speculum Historiale » d (...)
  • 108 Chronique très précieuse pour nous pour le milieu du xiiie siècle ; repose en partie, mais peu pour (...)
  • 109 MGSS XXXII. Les données des chroniques franciscaines, dont celle de Salimbene est la principale, so (...)
  • 110 Ed. Belgrano dans Fonti per la storia d’Italia à la suite de Caffaro ; les chroniques pisanes et vé (...)
  • 111 Quelques autres chroniques seront mentionnées pour des faits isolés.

46Nous nous bornerons à énumérer ici celles auxquelles nous avons fait d’importants emprunts ; ce sont : Sigebert de Gembloux et ses continuateurs99, Robert de Thorigny100, Orderic Vital (normand, écrit vers 1140)101, Romoald de Salerne (italien)102, les Gesta Friderici d’Otton de Freisingen (pour le milieu du xiie siècle)103, Sicard de Crémone (début du xiiie)104, Robert d’Auxerre (même période)105, Albéric des Τ rois-Fontaines106, Vincent de Beauvais107, Mathieu Paris108, Salimbene109, les Annales Januenses110, etc111.

H) Les voyageurs

  • 112 Laurent, Peregrinatores medii aevi quatuor, Leipzig, 1864, petit f° ; il y a beaucoup d’autres voya (...)

47Le seul qui ait visité la principauté d’Antioche est Wilbrand d’Oldenbourg, en 1212, sur son trajet d’Acre en Cilicie112.

  • 113 Ed. Trad. Soc. Mékhitariste de Saint-Lazare (Alishan), Venise, 1876, 4°, d’après un bon ms. de 1330 (...)

48III. Sources juridiques — Les sources juridiques émanant de la Principauté d’Antioche n’ont pas l’ampleur des Assises de Jérusalem ; les Assises d’Antioche sont un opuscule de quarante grandes pages ; encore ne nous sont-elles parvenues qu’au travers d’une traduction arménienne113. L’étude en comporte donc deux degrés.

  • 114 Sempadsche Rechtsbuch, éd. trad. J. Karst, Strasbourg, 1905, 2 vol. 4°.
  • 115 Ibelin 145.
  • 116 En tous cas avant la chute d’Antioche, puisque Sempad y fit contrôler sa traduction ; et à partir d (...)
  • 117 D’après Jean Dardel, Léon Ier aurait déjà non seulement introduit en Cilicie des coutumes franques, (...)

49L’auteur de la traduction est bien connu, puisqu’il s’agit de Sempad, frère du roi Héthoum Ier ; il avait composé aussi une chronique, dont on reparlera ailleurs, et une adaptation à la Cilicie du code grand-arménien écrit en 1184 par Mkhitar Koche114 ; déjà une vingtaine d’années avant de traduire les Assises, il avait manifesté son intérêt pour le droit franc en consultant le grand jurisconsulte Jean d’Ibelin pour une affaire personnelle115. Il est vraisemblable que la traduction des Assises fut un des travaux préparatoires à son grand code, qu’elle fut donc achevée avant 1265116. Les rapports amicaux qu’implique la préface entre les cours d’Antioche et de Sis excluent une date antérieure à 1249-1254. Sempad nous apprend que le besoin de cette traduction se faisait sentir à cause de la pénétration de coutumes franques en Cilicie ; le moment où il l’entreprend est en effet celui où l’intervention des Arméniens dans la politique franque et la pénétration des Francs en Cicilie prennent un développement brusque et désormais sans retour117.

  • 118 Préface p. 2.
  • 119 Bourgeois, baron, lige, connétable, bail et bailli, duc, sire, notaire (ou du grec), assise, saisir (...)
  • 120 On ne relève que deux exceptions incidentes : p. 62, la mention d’une identité entre le droit d’Ant (...)

50La traduction de Sempad offre le maximum de garanties possibles : il s’est fait envoyer le texte par le connétable Simon Mansel, et, son travail achevé, l’a fait contrôler par la cour d’Antioche118. Le texte arménien conserve d’ailleurs tels quels plusieurs mots francs dont l’arménien n’offrait pas l’équivalent119, et la référence exclusive à Antioche120 indique bien que Sempad n’a en rien cherché à composer une adaptation cilicienne. Il y a seulement deux réserves à faire : la première est que rien ne permet d’affirmer que le texte traduit par Sempad corresponde à la totalité des Assises rédigées à Antioche ; la seconde que, Sempad n’annonçant dans sa préface la traduction que de dix-sept chapitres des Assises des Barons, il n’est pas absolument certain, malgré l’identité de forme et d’intention, que la traduction des Assises de Bourgeois soit également de sa main.

  • 121 C’est la langue des plus anciens livres des Assises de Jérusalem, contemporains des Assises d’Antio (...)

51Plus important pour nous est de rechercher les circonstances de la composition de l’original français121. D’après Sempad, Simon Mansel « possédait ce qu’au temps du prince Bohémond Sire Pierre de Ravendel et Sire Thomas le Maréchal et d’autres savants et érudits seigneurs d’Antioche avaient établi par écrit ; et son père, feu Sire Mansel le Connétable..., l’avait reçu d’eux, et en avait fait cadeau à son fils Simon ».

  • 122 Müller 80 ; Cart. II 175, 430 ; AOL II 150.
  • 123 Lignages 32 ; Cart. I 682. Maraqiya n’ayant été reprise à l’Hôpital qu’à titre de commende à Bohémo (...)
  • 124 Cart. II, 70, 118, 122 ; AOL II, 149 ; Strelilke 41.

52Sire Thomas le Maréchal nous est connu comme tel de 1201 (il n’était pas encore maréchal en 1194) à 1231 ; il appartenait à la grande famille des Tirel, où le maréchalat était héréditaire ; en 1216, il est rallié à Raymond Roupen contre Bohémond IV ; en 1231, il est rentré en grâce auprès de ce dernier122. Pierre de Ravendel (Rawandân dans le comté d’Édesse) fut marié vers 1199 à une fille du dernier seigneur de Maraclée (Mariqiya), dans le comté de Tripoli, et reçut alors cette place de Bohémond IV, au détriment d’un frère de sa femme, ainsi que de l’Hôpital, auquel Bohémond venait de la reprendre ; Pierre était connu auprès de Bohémond III depuis 1189 ; depuis 1196, nous le voyons partagé entre Antioche et Tripoli ; à partir de 1200, nous perdons toute trace de lui peut-être parce qu’il vécut dans son fief ; comme il laissa une fille mariée au connétable de Tripoli Thomas de Ham, il est peu probable qu’il ait jamais pris parti contre Bohémond IV ; il était mort en 1228123. Enfin Robert Mansel le Connétable est, lui, un adversaire déclaré de Bohémond, puisqu’il a dès 1201 quitté Antioche pour suivre Raymond en Cilicie, et y revient avec lui en 1216, pour cumuler les fonctions de connétable et de maire ; lors de la restauration de Bohémond IV, il disparaît, mais le mariage contracté par son fils avec une princesse arménienne permet de supposer qu’il se réfugia en Cilicie124.

  • 125 Lois I, 570 ; Bohémond fut aussi en relation avec Raoul de Tabarie, juriste renommé (Cont. A 230).
  • 126 Le texte ne comporte aucun élément précis de datation (sur le Bailli, cf. infra p. 460). Pour la da (...)

53Il est à présumer d’après ces indications que le prince Bohémond dont parle Sempad est Bohémond IV, dont au surplus toute l’histoire montre un prince soucieux de revendiquer la plénitude de ses droits et dont nous savons, par Philippe de Novare, qu’il était un des plus fins juristes de sa génération125. Mais le problème de la composition des Assises est compliqué par le fait que les personnages qui y sont associés n’appartiennent pas au même parti, et qu’il n’est pas possible de supposer que Robert Mansel les ait reçues de vassaux fidèles de Bohémond IV. Peut-être la composition avait-elle été faite ou commencée par Pierre de Ravendel et Thomas vers 1200, puis fut-elle transmise par Thomas à Robert en 1216 ; il serait tentant de supposer que le travail a été mis au net pour renseigner le jeune Raymond Roupen sur les coutumes franques qu’il connaissait mal. Quoi qu’il en soit, les Assises ont été composées entre l’extrême fin du xiie siècle et la chute de Roupen (1219) ; comparées aux Assises de Jérusalem, elles sont donc à peu près contemporaines de leur plus ancien ouvrage, le Livre au Roi126.

54Les Assises d’Antioche, comme celles des Bourgeois de Jérusalem et, par certains côtés, le Livre au Roi et le livre de Jean d’Ibelin, sont ce qu’en style occidental on appellerait un coutumier, et non pas, comme telle « assise » normande d’Italie ou des Plantagenets, un texte législatif. Une « assise » est au sens propre toute espèce de décision de la cour assise (tenant séance) ; cela peut désigner une concession particulière à un individu (on parle de rentes tenues en assise), exceptionnellement une ordonnance, le plus souvent la consécration d’une coutume préexistante (ou supposé telle) par une décision judiciaire particulière faisant précédent. C’est essentiellement ce dernier élément qui alimente les Assises d’Antioche, les rédacteurs s’étant seulement appliqués à dégager des décisions particulières les règles générales qu’elles impliquent.

  • 127 Nous reviendrons sur ces divers aspects en étudiant les institutions.

55Comme à Jérusalem et contrairement à l’usage des coutumiers occidentaux, nos Assises sont divisées en Barons et Bourgeois. Mais ni les Assises des Barons ni celles des Bourgeois ne constituent un corps complet de droit : relations féodales, régime des biens dans la famille, procès pour crimes et délits graves, questions de propriété et de droit commercial, telles sont les rubriques sous lesquelles on peut classer les renseignements qu’elles apportent, très partiellement encore sous chacune ; elles n’en sont pas moins sur divers points (commerce, famille) plus circonstanciées que les Assises de Jérusalem. Comme tous les ouvrages du temps, elles constituent à la fois un exposé de droit et un traité de procédure ; mais, à la différence des ouvrages de Philippe de Novare et Jean d’Ibelin, manuels du plaideur ou de l’avocat, elles constituent plutôt un memento pratique de la cour, officieux sinon officiel, puisqu’il resta propriété privée. A la différence des ouvrages jérusalémites, consacrés à la défense des droits de la monarchie ou de la féodalité, les Assises d’Antioche ne paraissent pas trahir de conflit entre les deux conceptions127.

Notes

1 Aux répertoires généraux indiqués précédemment on ajoutera les inventaires de mss. effectués par Riant, dont la partie relative aux bibliothèques do Paris est publiée dans les Archives de l’Orient latin, II, A, 131-204, et dont le reste se trouve dans les papiers de Ch. Kohler à Sainte-Geneviève (Paris). Beaucoup d’ouvrages même non-géographiques sont décrits, avec leurs mss. et éditions, dans Röhricht, Bibliotheca Geographica Palaestinae, Berlin, 1890, gr. 8°.

2 Les Regesta Regni Hierosolymitani de Röhricht, Innsbruck, 1893, et Addimenta, 1904, 8°, sont un répertoire inestimable (antérieur à la publication des registres des papes de l’École de Rome), bien qu’à critiquer dans le détail.

3 Liber Jurium Reipublicae Januensis (Mon. Hist. Patriae, Turin, 1853 2 vol. f°) ; G. Müller, Documenti sulle relazioni della citta toscane coll’oriente. 1 vol. non numéroté des Documenti degli archivi toscani pubblicati par cura della reale soprintendenza generale agli archivi medesimi, Firenze, 1879, 4° ; Tafel et Thomas, Urkunden zur alteren Handels und Staatsgeschichte der Republili Venedig, dans Fontes rerum austriacarum, 2e section, vol. XII-XIV, Vienne, 1856-1867, 8° (le vol. I surtout).
L’acte Tafel 102, daté de 1140, est en réalité de 1143, comme en font foi la datation par l’an VII du principat de Raymond et la présence de Godefroy comme vicomte (cf. Liste p. 464) ; l’acte Lib. Jur. 432 daté de 1199 est de 1189 comme le prouve la comparaison avec l’acte identique publié par Röhricht, Amalrich I, p. 57, et la présence d’Aimery comme évêque de Tripoli (cf. liste p. 351). Un autre privilège aux Gênois est publié dans Ughelli, Italia Sacra, IV, 817, sous la date 1101, qui n’est exacte que pour le début ; il s’y ajoute une souscription de Roger, qui doit être de 1113.

4 Cf. Rossi-Sabatini, op. cit., préface ; l’auteur est plus original pour le commerce africain de Pise que pour l’Orient. Sur d’autres documents toscans, cf. Schaube 214 d’après Davidsohn.

5 Les plus nombreux sont dans les fonds de San Zaccaria aux archives de Venise, buste 24-27 ; il s’en trouve aussi dans les fonds de San Giorgio Maggiore, San Marco, Procuratori di Citra, etc... Très peu ont été publiés, et de façon dispersée (entre autres par a. Sayous, Le rôle du capital à Venise de 1050 à 1150, dans Revue belge Phil. et Hist. XIII, 1994, avec références à d’autres publications) ; la plupart ont été utilisés par Heynen, op. cit. ; j’ai pu les parcourir et en trouver quelques autres.

6 Ont été publiés les actes du notaire Scriba (1154-1164) dans Mon. Hist. Patriae, Chartarum II, et mieux par Chiaudano dans « Documenti e studi per la storia del commercio italiano », I, Turin, 1935, ceux du notaire Salmon (vers 1220), par Ferretto (Atti della soc. ligure li storia patria, vol. XXXVI), et ceux de Guglielmo Cassinese, par Hall, Krüger et Reynolds, Turin, 1938. De nombreux autres actes ont été donnés par Desimoni, Actes des notaires gênois de l’Ayas, Arch. Or. Lat. I, 434-534 ; A. Ferretto, I Genovesi in Oriente nel carteggio di Innocenze IV dans Giornale storico della Liguria I, 1900 ; M. Chiaudano, Contratti commerciali genovesi, Turin, 1925, 8° ; Byrne, Genoese Shipping ; Bertoletto, Documenti sulle relazioni fra Genova e l’impero bizantino, Genova, 1900, 8° ; Di Tucci, La Nave e, i Contratli Maritimi, Turin, 1933, 8° ; le môme annonce un recueil de tous les actes concernant le commerce do l’Afrique, y compris l’Egypte ; etc... Cf. encore les récents volumes des Doc. e st. per st. del com. (Lopez, etc.).

7 F. de Rozière, Cartulaire du Saint-Sépulcre, Paris, 1849, 4° ; F. Delatiorde, Chartes de Terre-Sainte provenant de N.-D. de Josaphat, Paris, 1880, 8° ; analyse de Nouvelles chartes de l’abbaye de N.-D. de Josaphat par Kohler, dans Rev. Or., VII, 1899 (les chartes de N.-D de J. ont été refaites au xive siècle, cf. Garufi, Il Tabulario di S. Maria di valle Giosafat, Palerme, 1902 ; pour l’Italie, il y eu des altérations graves ; pour la Syrie, qui n’offrait plus d’intérêt pratique à cette date, il n’y a pas de raison interne de croire à des altérations) ; Cte de Marsy, Cartulaire de Saint-Lazare, Arch. Or. Lat. II, 121-157.

8 Delaville-le-Roulx, Cartulaire de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, Paris, 1894-1904, 4 vol. L’auteur a éliminé de sa publication les chartes des archives de l’Hôpital ne concernant pas l’ordre, qui se trouvent dans Paoli Codice diplomatico del sacro ordine militare Gerosolimitano, Luca, 1783, f°, et dans Delaville-le-Roulx, Les Archives, le Trésor et la Bibliothèque de l’Ordre de Malte, Paris, 1883, 8°. Le même a publié dans ROL III un inventaire du xviiie siècle analysant des pièces aujourd’hui perdues.

9 Strehlke, Tabulae Ordinis Teutonici, Berlin, 1869, 8°.

10 Rey, Recherches sur la domination des Latins en Syrie, Paris, 1877, 8°.

11 Marquis d’Albon, Cartulaire de l’Ordre du Temple, I (jusqu’en 1160). Paris, 1910, 8° ; la suite en ms. à la Bibl. Nat. Nouv. Acquis. Lat. 1-71 (sur laquelle cf. Léonard, Introduction au Cartulaire du marquis d’Albon, Paris, 1928, 8°), t. I sur la Syrie (rien d’inédit) ; Curzon, la Règle du Temple, Paris, 1886, 8°.

12 Bullarium sacri ordinis S. Jacobi de Spata, Madrid, 1719, p. 22-23.

13 Migne, Patrologie Latine, 214-217 (I-IV) ; manquent les années 1206-1207 et diverses lettres dont les titres sont dans Potthast, Regesta Pont. Romam.

14 Pressutti, Pegesta Honorü III, Rome 1888, 2 vol. f° ; les registres suivants par l’École française de Rome : Auvray, Les Registres de Grégoire IX, 1896-1910, 3 vol. 4° ; E. Berger, Les R. d’Innocent IV, 1884-1921, 4 vol. 4° ; Bourel de la Roncière, J. de Loye et P. de Canivet, Les R. d’Alexandre IV, 1902-1917, 2 vol. parus (jusqu’en 1257), à compléter provisoirement par Sbaralea, Bullarium franciscanum, Rome, 1727, f° ; Guiraud, Les R. d’Urbain IV, 1921-1924, 4 vol. ; Jordan, les R. de Clément IV, 1893-1912, 2 vol. Un certain nombre de bulles existent en copie à la Bibl. Nat. Coll. Moreau (cotes dans Potthast et les Registres).

15 Lettres des légats Sofred et Pierre de Saint-Marcel, Migne I, p. cli-clix ; lettres du roi d’Arménie Léon, Migne passim et Raynaldi XX, p. 220 (pour la date cf. infra p. 635) ; lettre de Raymond Roupen, Cart. Il, 71, mal datée ; lettre du Dominicain Philippe à Grégoire IX, dans Mathieu Paris, III, 396. Étude critique par Riant, Arch. Or. Lat., 1-224 ; éd. Hagenmeyer, Die Kreuzzugsbriefe, Innsbruck, 1901, 8°.

16 Toutes les références dans Röhricht Regesta. Celles qui nous intéressent sont celles du sénéchal du Temple en 1149, les lettres adressées à Louis VII de 1161 à 1165 (sur leur date, Chalandon, Jean et Manuel Comnène, p. xl), les lettres relatives à l’invasion de Saladin en 1187 ; celle de Guillaume de Boyx ; celles de Bohémond VI à Henri III et des Chrétiens de Terre Sainte à Chartes d’Anjou.

17 Cf. G. Caro, Die Berichterstattung auf dem Isten Kreuzzuge, NJahrb. Kl. Altertum, XXIX, 1912.

18 Ed. HOC, III ; sur lui, III préface (l’ouvrage de Klein, Berlin, 1912, est inutilisable).

19 D’où quelques mss. interpolés : l’un complète d’après les Gesta le récit de la bataille d’Ascalon, au milieu duquel s’interrompt Raymond ; un autre contient des développements sur Gaudemar Carpinel (écrit après 1106) et la famille de Bouillon (écrit entre 1137 et 1143). On ignore l’emploi que faisait de Raymond l’auteur de la chanson provençale d’Antioche, Bechada ; la mention de la mort de Pons de Balazuc, l’ami de Raymond, dans Robert le Moine, ne suffit pas à faire croire à un emprunt.

20 Ed. Bréhier, Class. hist. France publ. s. dir. L.. Halphen, Paris, 1924, 16° ; cf. éd. Hagenmeyer, Heidelberg, 1890, 8°, pour l’appareil critique.

21 Dont peut-être la description d’Antioche (§ 32).

22 Que l’emprunt n’est pas de Raymond aux Gesta résulte de son détail original sur les cadeaux d’Alexis Comnène à Raymond de Toulouse, et de l’absence d’allusion au combat entre Grecs et Provençaux dans les Gesta, ce qui rend incompréhensible le désir de vengeance du comte (Gesta 33, Raymond 238).

23 Cf. A. C. Krey, A neglected passage in the Gesta, dans Munro-Crusades, et Bréhier VII.

24 Qu’il ne peut s’agir d’emprunts à Tudebode par l’Historia résulte de ce qu’elle est plus proche des Gesta dans les additions communes qu’ils lui font, omet les apports personnels de Tudebode (sur sa famille par exemple), et par contre contient des passages des Gesta absents de Tud. A Raymond sont empruntés Tud. XIII, 12 (HBS XCVII) ; XIII, II ; XIV, 3 ; HBS XXIV, XXX. Les originalités communes sont Tud. VIII (HBS LII, LV-LVII), Tud. X, 8 (HBS LXX1), Tud. XII 6 (HBS XC), Tud. XIII 10 (HBS XCVI).

25 HOC III ; Thurot, Rev. Hist. 1876, I ; Hagenmeyer, Das Verhältniss der Gesta zu Ekkehard, Forsch. z. deutsch. Gesch. XV, 1875 ; Tudebode écrit avant 1118 ; on a une rédaction postérieure.

26 Le ms. est du Mont-Cassin ; l’Historia a été utilisée par Pierre diacre (IV, 2) ; elle fait allusion à la mort de Bohémond II (CVI).

27 Le prologue comprend un récit du prétendu pèlerinage de Pierre l’Ermite (dont l’aspect physique est décrit d’après Raoul LXXXI), une première version du concile de Clermont, une description des armées ( = Raoul 605, 615), puis un nouveau prologue. A partir de CIV, il n’y a plus d’emprunt aux Gesta ; mais CIV ( = Raoul CVI) contredit XCVII ( = Gesta 35), CV (Raoul CVII) de même.

28 I, II, XXII, XXXV, XXXVII, XLIV, XLVII, LI, LX, LXI, LXVI, LXVII, LXXXV, LXXXVIII, XCIX ; il est possible que ces additions aient fait partie d’une œuvre antérieure à celle du moine du Mont-Cassin.

29 XLIV, XLVII, LXVIII, et spécialement le début sur Pierre l’Ermite (cf. Hagenmeyer, Le vrai et le faux sur Pierre l’Ermite, trad. F. Raynaud, Paris, 1877), l’intervention des saints à Dorylée, l’ambassade de Yaghî Siyân au sultan, l’agent de renseignement de Karboûqâ (LXXXIII, cf. Amirdalis du Cycle poétique), la Montagne qui marche (C-CII), toutes traditions qu’on retrouve ailleurs avec d’autres développements.

30 HOC IV ; cf. Thurot, loc. cit. ( = sa préface dans HOC) ; on ne paraît pas avoir remarqué que Baudri s’attribue la composition d’annales (I, 7).

31 En prose, le ms. G de l’éd. HOC ; en vers, cf. infra, p.

32 Daté d’après III, 2 ; VI, 23 ; VII, 15 ; VII, 38 ; VII, 49 (l’épisode de Gervais est de 1108, cf. Albert 657, Qal. G. 87), et la dédicace.

33 II, 13 ; III, 14 ; VI, 5 et 7 ; VII, 6 ; V, 24. Cf. aussi Thurot, préface.

34 VI, 23 ; VII, 33.

35 Jusqu’en 1101 ; il ne l’a vu que tard et rapidement (VII, 32 ; VII, 24).

36 Cf. en particulier son introduction d’histoire orientale.

37 Cf. ses critiques des miracles, qui rappellent son « de pignoribus sanctorum » ; sur son esprit, cf. B. Monod, le moine Guibert et son temps, Paris, 1905, et la préface de Bourgin aux Monodiae (autobiographie de Guibert), Paris, 1907. Beugnot et Kervyn de Lettenhove ont publié par deux fois sans le reconnaître (Lois II, 181 ; Bull. Acad. Belg. 2e s., X) un récit d’événements de 1112 trouvé par eux isolément et qui figure aussi en appendice à plusieurs mss. de Guibert.

38 Il dit écrire à Saint-Rémi, en cellule ; il fut abbé de Sénuc jusqu’en 1122, puis déposé, ce semble donc être après cette date ; sans doute est-ce seulement par induction qu’un nécrologue tardif de Saint-Rémi le fait mourir en cette même année ; il dit écrire pour un Bernard, mais ce ne peut guère être son ancien supérieur Bernard de Marmoutiers, mort en 1107, car les Gesta n’ont été connus en France qu’en 1106 (voyage de Bohémond), et avant la composition de Robert il faut placer celle de Gilon (antérieure à 1119). Sur ces deux auteurs et leur œuvre, cf. les préfaces aux éd. HOC III et V. Que Gilon, dans les nombreux passages parallèles à Robert et aux Gesta qu’il renferme, repose bien sur ces derniers résulte des quelques détails qu’il leur emprunte et qu’omet Robert (p. ex. au siège de Marra) ; que dans les additions aux Gesta communes à Gilon et à Robert le premier est la source résulte de ce qu’il est le plus précis des deux (cf. la mort de Galon, l’assaut d’Antioche, la bataille contre Karbouqâ) ; le récit du rôle des Syriens au siège de Marra et du rassemblement des pèlerins à la Toussaint 1098 dans Robert, paraît reposer sur une mauvaise interprétation de Gilon, plus proche des Gesta. Robert est la source de l’Historia Nicaeana, composée pour Baudouin III, et du Breviarium passagii in Terram Sanctam (HOC V, 139 et 380), ainsi que de la partie de la Chanson d’Antioche refaite par Graindor de Douai (cf. infra).

39 On pourrait citer encore d’autres utilisations des Gesta, tels que l’Expeditio contra Turcos de Cambridge (éd. HOC en bas de Tudebode), les chapitres relatifs à la croisade dans la Chronique de Fleury, Hugues de Fleury, Henri de Huntingdon, etc.

40 HOC III ; cf. éd. Hagenmeyer, Heidelberg, 1913 ; Munro, A crusader (Speculum VII, 1932).

41 Cela résulte du fait que Guibert le connaît jusqu’en 1101, non après.

42 L’histoire de Baudouin du Bourg et la mort de Bohémond ont été rajoutées plus tard et ne figurent pas dans le remaniement de Bartolf.

43 Cf. I, 14 (accession de Baudouin au trône d’Edesse) et toute l’histoire ecclésiastique de Jérusalem.

44 Il écrit après la prise de Lattakié par Tancrède (1108) et avant la chute de Tripoli (1109) ; il a d’abondantes connaissances topographiques (V, XXIX, XXXI- XXXIII) ; il ajoute divers faits à Foucher (IV, V, VII, XII, XIII, XIV, XX, XXI, XXVI, XXXIV-XXXVI, XXXVII, XLVII-XLIX, LVIII, LXIII, LXIV-LXVI, LXVII, LXVIII, LXXI) et quelques traductions légendaires (les saints à Dorylée) ; il est possible, mais douteux, qu’il ait connu la seconde lettre d’Etienne de Blois et les Gesta ou plutôt Tudebode. Cf. Barth dans Ludewig, Reliquiae III, 500. Le même auteur a attribué sans raison sérieuse à un certain Lisiard de Tours un résumé de Foucher qui fait suite à un ms. de Baudri à partir de 1100 ; Lisiard et Bartolf sont édités dans HOC III. Foucher est aussi la source de l’histoire de la croisade de Guillaume de Malmesbury, Richard de Poitiers, Sicard de Crémone, et, pour la partie postérieure à 1100, de l’Historia Nicaeana. Enfin le poète qui a mis en vers Baudri (P. Meyer, Romania 1876) l’a continué par Bartolf et peut-être un abrégé de Foucher atteignant 1124 ; et « Li estoire de Jerusalem » (xiiie s., éd. HOC V) combine Foucher et les sources poétiques.

45 Ed. HOC V, meilleure que celle de Hagenmeyer (Tübingen, 1877) ; cf. Buchholz, Ekkehart von Aura, Leipzig, 1888, et Breslau, Neues Archiv, XXI, 1896.

46 HOC V, ou éd. Belgrano, Fonti per la storia d’Italia, Rome 1890, 8°. Le récit de la prise de Marqab est ou mal placé ou interpolé (cf. infra, p. 279).

47 HOC III, cf. la préface et chap. LVII ; il loue le patriarche Arnoul et Baudouin I (XXXVII spécialement) et ignore la royauté de Baudouin II (XLVII). Ayant servi Bohémond et Tancrède, il a des informations proches des Gesta, mais ne les copie nulle part, et ignore plusieurs épisodes de ceux-ci favorables à son héros. Le ch. LXXI est une interpolation qu’on retrouve dans l’HBS.

48 Ed. HOC IV ; trad. allemande H. Hefele, Iéna 1923, 2 vol. 8°.

49 Von Sybel, introd. à sa 2e éd. ; Krebs, Zur Kritik Alberts von Aachen, Munster, 1881 ; Kügler, Albert von Aachen, Stuttgart, 1885 ; Kühn, Zur Kritik A. v. A. (N.,Arch, XII, 1887) ; Kügler, Analekten zur Kritik Α., Tübingen, 1888 ; Vercruysse, Albert d’Aix, Ann. Fac. Phil. Univ. libre Bruxelles, I, 1890 ; A. Beaumont, Albert of Aix and the county of Edessa, dans Munro-Crusades.

50 « Canonicus et custos », dit le copiste d’un ms. On connaît un Albertus presbyter et un Albertus praepositus en 1108 à Sainte-Marie d’Aix (Quix, Codex diplomaticus aquensis, Aachen, 1839, n° 85), qui paraît bien être l’église d’Albert (VI, 36).

51 Hagenmeyer croit naturellement qu’il a connu les Gesta ; le rapprochement le plus net (Gesta 98, Albert 370) exclut lui-même cette hypothèse, car si Albert avait connu les Gesta, il n’eût pas placé cet épisode à un moment erroné qui l’embarrassera lui-même par la suite (infra, p. 15, n. 2).

52 Dates de ses dernières pages et des plus anciens mss. (deux, indépendants l’un de l’autre, de 1158). Cf. HOC préface et Kügler, Eine neue Handschrift Α., Tübingen, 1893, et Die deutsche Handschriften Α., Tübingen, 1894.

53 Kügler suppose qu’il a connu une chronique lorraine, mais il n’existe de cette chronique aucune trace. Le caractère légendaire est naturellement plus fréquent pour la croisade même que dans les années suivantes.

54 Poètes latins : Geoffroy le Lombard (Ughelli, Italia Sacra, Lucca 26) ; Joseph d’Exeter (J. Jusserand, De Josepho Exoniensi, Paris, 1877, 8°) Gunther de Bâle (AOL, I, 551) ; poètes français, l’adaptateur de Baudri (P. Meyer, Romania V, 1876), Richard, Graindor et Bechada.

55 P. Meyer, Fragment d’une Chanson d’Antioche en provençal, AOL H, 1884 ; G. Paris, La chanson d’Antioche provençale et la Gran conquista da Ultramar, Romania, XVII (1888), XIX (1890), XXII (1893). A-t-on cherché ce qu’est la « Batalla entre los Christianos de Antiochia y los Turcos » signalés dans Revista de Archivos, 1903, 223 ? Cf. encore Thomas, Romania X, 591.

56 Ed. P. Paris, Paris, 1848 ; cf. les articles du même dans Hist. Litt, XXII et Bull, du Bibliophile, 1878 ; Pigeonneau, Le Cycle de la croisade, Saint-Cloud, 1877 ; G. Paris, op. cit. ; Tiedau, Geschichte der Chanson d’Antioche, Göttingen, 1912 (extravagant) ; A. Hatem, Les poèmes épiques des croisades ; N. Verlet-Réaubourg et S. Quioc (Ec. Chartes, thèses 1931 et 1937).

57 Peut-être connu de Lambert d’Ardres (éd. Ménilglaise 311) comme contemporain d’Arnoul le Vieux (premier tiers du xiie siècle).

58 Que Robert est l’original résulte de ce qu’il contient de nombreux emprunts aux Gesta absents de Chanson et aucune des traditions de Chanson communes à celle-ci et à Albert, tandis que Chanson contient plusieurs passages ajoutés par Robert aux Gesta et aucun de ceux qu’il a omis. On comparera spécialement Gesta IX 21 (Neque Agulani ulla arma timebant, quia omnes erant undique cooperti ferro et equi eorum ; ipsique nolebant in bellum ferre arma, nisi solummodo gladios) et les passages correspondants de Robert (VI, 7) et Chanson (VII, 3), qui commettent un contresens que le rapprochement des termes de Robert avec les Gesta doit lui faire attribuer. Cf. aussi G. IX 28 (fertur Herluinus) et R. VII, 6 ; Ch. VII, 23. D’autre part, que le traducteur est Graindor et non Richard paraît découler de l’ignorance de Robert dans le reste de la Chanson (exceptions, mais circonscrites), et de la fidélité de la traduction, qui exclut une double transformation. Le seul endroit où Graindor nomme Richard est un passage du chant VIII où exceptionnellement il ne suit pas Robert. Cf. n. 47.

59 Comparer p. ex. Ch. II, 15 et Alb. Il, 25-26 ; Ch. II, 37 et Alb ». II, 28 ; Ch. III, 2 et Alb. II, 41 (début) ; Ch. III. 19, et Alb. III, 9 ; et plus généralement la longueur des parallélismes (Nicée, Dorylée ; marche de Tancrède et Baudouin en Cilicie, alors que les deux auteurs ignorent presque celle de la grande armée par Mar‘ach), et la forme des noms propres ; Alb. 339 fait allusion à des écrits pour un récit parallèle à Ch.

60 Sans parler des omissions de Graindor (arrivée de Tancrède en Cilicie) et de celles d’Albert (p. 429) : lors de son arrivée sous Antioche, le « postera illucescente die » d’Albert ne se comprend que d’après le « lendemain par matin » de Ch. qui seule a parlé du combat de la veille.

61 Comparer p. ex. dans le poète le prétendu passage de Bohémond en Cilicie, les histoires de Firouz-Dacien, l’adoption de Baudouin par Thoros considérée comme un mariage avec sa fille (comme dans Orderic) contrairement à Albert (conforme à Guibert III, 14 et à Baudri G 80).

62 Par exemple sur les Tafurs, inconnus d’Albert mais connus de Guibert ; ou sur l’exploit de Godefroy coupant un Turc en deux (cf. Robert, Tudebode 2, etc.). Le mot « tafur » est-il l’arménien tak(a)vor ou l’arabe tâfoûr (pour tafrân, suggéré par J. Sauvaget) ? On parle des Tafurs et du roi Tafur (takavor = roi ; tâfoûr = misérable).

63 Les deux faits précédents, l’espion de Nicée (cf. Foulque), l’affaire de Renaud Porquet (HBS et Tud.), l’adoption-mariage de Baudouin (supra n. 45). Les quelques rapprochements avec Robert seul sont des additions de Graindor, souvent en contradiction avec le contexte (p. ex. en V le poète doute de la maladie d’Etienne comme Albert, en VI y croit comme Robert ; en IV 25 il rapporte les violations de sépultures comme Robert IV 22 juste avant l’affaire du château de Tancrède, mais en datant celle-ci trop tôt comme Albert 370, et en appelant les victimes Syriens comme Robert, puis Turcs comme Albert ; cf. aussi le mélange des traditions sur Firouz-Dacien ; le songe est aussi dans Foucher, mais celui-ci fut vite connu en Occident, etc.).

64 Lambert d’Ardres, loc. cit.

65 Alb. III 2 et IV 65 attribue à des récits de témoins deux épisodes donnés aussi par Chanson.

66 Le contenu est essentiellement « lorrain » ; la date ne peut être précisée. Cf. HOC, V, préface de Kohler à l’édition de Gilon et Foulque ; le ms. unique est de Charleville.

67 Trois chants, puis dans Gilon, I, 60-119, 357-435, et tout le chant III. Kohler veut attribuer ces interpolations dans Gilon à un troisième auteur, mais les différences de sources qu’il aperçoit n’existent pas, et au contraire on y rencontre la même division en deux personnages de Solirnannus et Sultanus ; les interpolations de Gilon I sont très proches d’Albert (elles se retrouvent l’une dans Guibert, l’autre dans la Chanson d’Antioche), et il est vrai que la parenté entre Albert et Foulque est moindre dans les premiers chants, mais elle l’est aussi dans le chant III interpolé dans Gilon, qui contient des confusions, des originalités ; et la présence des interpolations de I dans Guibert et Chanson atteste qu’il peut s’agir de sources morcelées ; il reste que la parenté est plus étroite de beaucoup avec Albert qu’avec tout autre.

68 II est difficile de savoir jusqu’où elle allait, Graindor ayant refondu la chanson de Jérusalem complètement ; la Gran Conquista, qui a connu Richard en plus de Bechada, paraît lui emprunter un récit de la bataille d’Ascalon plus historique que celui de Graindor.

69 Ed. HOC V et Hagenmeyer, Heidelberg, 1896, 8°.

70 H. Prutz, Wilhelm von Tyrus, N. Archiv. VIII, 1883 ; Lundgreen, Wilhelm von Tyrus und das Templerorden, Berlin, 1911, 8° ; Stevenson, op cit. appendice.

71 Utilisée par Jacques de Vitry et Guillaume de Tripoli.

72 Il s’agit sans doute d’un ros. divisé en deux parties, et non d’une livraison d’Albert antérieure à la nôtre, puisqu’on y trouve tous les premiers livres de celui-ci, y compris les traditions les plus tardives.

73 Comme faits originaux, il ne s’en trouve qu’aux livres II, ch. 4, 14, 21 ; III, ch. I, 9 ; IV, ch. 12, et p. 189 : 190 ; V, ch. 5-6, 17-19 ; VI, 6-7, 11-12, puis p. 278, 284, 289, 298, 294, 302, 305, 307, 316, 314, 370-376, 378, 383, 384 ; après la croisade, 401, 413, 419, 434, 439, 451, 459, 487, 506, 500, 437, 469, 462, 489, 511, 537 sq., 585, 588, 435, 465, 520, 588, 481, 548. Ces additions sont en général des traditions en l’honneur des rois, quelques-unes sur Tyr, quelques-unes sur l’histoire indigène (302, l’histoire du cadi de Djabala se retrouve dans I. Α. ; le nom d’Abou’l-Fath donné à Malikohâh est courant chez les indigènes chrétiens).

74 P. 377. Pour le reste, je renvoie à Prutz.

75 Cf. par ex. son récit de la mort de Bohémond II, sa mauvaise datation des rapports de Baudouin avec Gabriel (469), des hostilités de 1110 (462), de la prise d’Apamée (435).

76 Ed. dans RBSS 49 (Stubbs), 85 et 82 (Howlett), et 68 (Stubbs). Cf. Jahncke, Guillelmus Neubrigensis, 1912.

77 Ed. M. Salloch, Leipzig, 1934, 8°.

78 Ed Stubbs, RBSS 38, Londres, 1864, 8°.

79 Ed. G. Paris, Doc. Inéd. 22, Paris, 1897, 4°.

80 L’auteur a connu quelques lettres (III, 25) et peut-être un bref opuscule consacré à la Terre Sainte, le Chronicon Terrae Sanctae, dont en revanche l’appendice dérive de l’Itinerarium.

81 Cf. les préfaces de M. Salloch et G. Paris et K. Norgate The Itinerarium and the song of Ambrose, EHR XIX, 1910.

82 Mentionnons pour mémoire les sources italo-allemandes, qui ne dépassent pas la mort de Barberousse : Tageno (MGSS XVII dans la chron. de Magnus de Reichenberg), Ansbert (éd. Chroust, MG n. s. 8°, n° 5, 1928), l’Historia Peregrinorum, et les Gesta Friderici I (éd. Older-Egger dans SS. rerum germ. in us. schol. 1892). Cf. aussi Steinacker, Die Quellen des 3 ten Kreuzzugs (Mitt. österr. Inst. Gesch XLI. 1926).

83 Sur Jacques de Vitry, thèse de Funk, Leipzig, 1909, et Zacher, Die Historia Orientalis des J., Königsberg, 1885. Ed. du livre I de l’Historia (le seul qui nous concerne ; II concerne l’Occident, III est apocryphe) dans Bongars ; correspondance, éd. Röhricht dans Zeitschr. f. Kircheng XIV-XVI, 1893-1894. Pour Olivier, éd. et étude critique par Hoogeweg, Tübingen, 1894. Sur les rapports de l’Historia regum avec d’autres abrégés historiques analogues, cf. Kohler, Histoire anonyme des rois de Jérusalem, ROL, V. Pour les autres sources, Röhricht, Scriptores V Belli Sacri, Paris, 1879, et Testimonia Minora, Genève, 1882.

84 Ed. Nat. de Wailly, Paris, 1868.

85 Nous ne parlons pas de la Continuation latine, vue précédemment, et sans rapport avec les continuations françaises dont il est question ici.

86 Ed. HOC II, et, pour Ernoul, Mas-Latrie, Soc. Hist. Fr. t. 302. Cf. L. Streit, De rerum transmarinarum qui Guillelmus Tyrius excepisse fertur auctore specimen, Greifswald, 1861 ; P. Richter, Beiträge zur Historiographie in den Kreuzfahrerstaaten, II, Eracles und Annales de T. S. (Mitt. Inst. österr Geschichts. XV, 1894).

87 F. Ost, Die altfranzösische Uebersetzung W., Halle, 1899.

88 Le plus important est le récit de la croisade de Frédéric Barberousse dont il est difficile de décider s’il se trouvait dans la version primitive et a été omis par Ernoul et CG, ou s’il provient d’un récit autonome inséré par le prototype de AB et D.

89 Mort et succession de Raymond de Tripoli, par exemple.

90 BA XVII fait allusion au massacre des Templiers par Saladin raconté dans D 123.

91 Contrairement à l’avis de Streit, d’habitude mieux inspiré.

92 Livre XXIII, chap. 56 et 64.

93 H. Occ. cr. introd. p. VII Olivier, préf. XLV et Cont. D 216.

94 Ed. G. Raynaud, Genève, 1887, 8° (Soc. Or. Latin) et II. Arm. Crois., II, par Mas-Latrie et G. Paris, avec préface de Kohler, 1906. Ed. spéciale des Mémoires de Philippe de Novare par Ch. Kohler dans les Classiques Français du MA, Paris, 1913, 16° (trad. anglaise récente de J. La Monte, New-York, 1936, 8°). Consulter encore P. Richter, op. cit. I (Mitt. Inst. österr. Gesch. XIII, 1892), et G. Paris, les Mémoires de Philippe de Novare, ROL, IX, 1902, p. 164-205.

95 Ed. Mas-Latrie dans Doc. Inéd. Hist. Fr., Paris, 1861. 4°.

96 Ed. Röhricht, AOL II, p. 429-461. Les Annales citent aussi le Livre du Conquest.

97 Ed. Bongars, Gesta Dei per Francos, Hanovre, 1611, f°, t. II Sanuto a connu aussi Jacques de Vitry et Vincent de Beauvais (Molinier, III, n° 3092) ; ce qu’il a de plus original, outre des projets de croisades qui sont la raison d’être de son livre, réside dans ses apports géographiques.

98 Ed. Mas-Latrie dans Doc. Inéd. Hist. Fr., Paris, 1884, 4°.

99 MGSS VI, où les diverses continuations sont distinguées.

100 MGSS VI.

101 Historia Ecclesiastica, éd. Le Prévost, Société de l’Histoire de France, 1845-1855, 5 vol. Le récit de la croisade est un abrégé de Baudri de Dol, accrû seulement de quelques souvenirs relatifs aux débuts de la croisade en Occident, de quelques épisodes transmis par des traditions populaires ou des mémoires spéciaux (vol. III, 609). Les informations relatives à la suite de l’histoire de la Terre Sainte ont de même des sources orales souvent romancées, mais ce qu’elles nous apprennent sur les traditions populaires les plus répandues est loin d’être sans intérêt, et elles renferment d’autre part beaucoup de renseignements véridiques et originaux. Elles atteignent 1138.

102 MGSS XIX.

103 MGSS XX.

104 Patr. Lat. CCXIII ; la rédaction conservée n’est qu’un lambeau, pour la fin, de la chronique perdue de Sicard sur laquelle Neues Archiv, XXIX, 1904, chronique qui d’après Holder-Egger (préface à son édition de l’Historia Peregrinorum) a été utilisée par Salimbene.

105 MGSS XXVI.

106 MGSS XXIII ; sur ses sources, Wilmans Archiv X, 1851, et surtout Lippert dans Neues Archiv, XVII ; l’une des principales est Gui de Bazoches découvert et édité postérieurement (MGSS XXVI) ; il faut citer aussi le Flamand Hélinand ; directement ou non, le récit de la première croisade d’Albéric repose sur Baudri, Robert le Moine, Guillaume de Tyr, Guillaume de Malmesbury, Sigebert ; il a ensuite connu aussi Otton de Freisingen. La fin, au moins pour nous, contient des indications originales.

107 La seule édition utilisable reste celle des Bénédictins de Douai 1624. Le « Speculum Historiale » de Vincent est précieux surtout par les informations qu’il tient de missionnaires sur les Seldjouqides, les Mongols, et divers faits de l’histoire du proche-Orient.

108 Chronique très précieuse pour nous pour le milieu du xiiie siècle ; repose en partie, mais peu pour les affaires orientales, sur Roger de Wendower jusqu’en 1235. Ed. Luard, RBSS 57. Comme chronique anglaise, mentionnons aussi pour mémoire Roger de Hoveden, dont les informations pour l’époque de la troisième croisade sont sans originalité.

109 MGSS XXXII. Les données des chroniques franciscaines, dont celle de Salimbene est la principale, sont rassemblées dans Golubovich, Bibliotheca Biobibliographica dell’oriente francescano, Quaracchi, 1913 sq. (I et II nous concernent seuls.) Les sources dominicaines, en partie encore inédites, sont indiquées et utilisées dans Altaner, op. cit. (en particulier Etienne de Salanhac).

110 Ed. Belgrano dans Fonti per la storia d’Italia à la suite de Caffaro ; les chroniques pisanes et vénitiennes, d’ailleurs plus tardives, n’offrent pas pour nous d’intérêt équivalent.

111 Quelques autres chroniques seront mentionnées pour des faits isolés.

112 Laurent, Peregrinatores medii aevi quatuor, Leipzig, 1864, petit f° ; il y a beaucoup d’autres voyageurs dont des mémoires sont conserves, mais aucun d’eux n’a visité la Syrie du nord dans la période qui nous importe, et ils n’ont par conséquent d’intérêt que pour certains renseignements sur le milieu oriental ; en dehors des trois autres récits de voyage donnés dans Laurent, on se reportera aux divers recueils d’Itinéraires de pèlerins publiés par la Société de l’Orient Latin, à Tobler, Descriptions Terrae Sanctae, et à la Bibl. Geogr. Palestinae de Rohricht. Cf. aussi notre chapitre sur les missions, infra p. 628.

113 Ed. Trad. Soc. Mékhitariste de Saint-Lazare (Alishan), Venise, 1876, 4°, d’après un bon ms. de 1330 ; un autre ms. médiocre est signalé dans la préface à l’ouvrage de Kartst indiqué n. 2.

114 Sempadsche Rechtsbuch, éd. trad. J. Karst, Strasbourg, 1905, 2 vol. 4°.

115 Ibelin 145.

116 En tous cas avant la chute d’Antioche, puisque Sempad y fit contrôler sa traduction ; et à partir de 1266 la grave situation politique de la Cilicie ne parait guère devoir laisser à Sempad des loisirs d’érudit. Simon Mansel, le connétable qui fournit l’original des Assises à Sempad, auquel le liait une alliance de famille, n’est connu qu’en 1262 (Cart. III, 27), mais on ne connaît pas ses prédécesseurs postérieurs à 1216.

117 D’après Jean Dardel, Léon Ier aurait déjà non seulement introduit en Cilicie des coutumes franques, ce qui est certain, mais demandé à Antioche l’envoi d’une copie des Assises. Jean Dardel, qui commet bien des erreurs, cède ici à la tendance, naturelle pour un propagandiste, de rapporter cette traduction au fondateur de la monarchie cilicienne.

118 Préface p. 2.

119 Bourgeois, baron, lige, connétable, bail et bailli, duc, sire, notaire (ou du grec), assise, saisir (au sens féodal), octroyer, plaider, défendre et faillir (utilisés tous deux au sens de : faire défaut), harnais, douaire, scel ou sigillum (pour : charte scellée), quitte, chalonge, mariage.

120 On ne relève que deux exceptions incidentes : p. 62, la mention d’une identité entre le droit d’Antioche et celui de la Cilicie ; en divers endroits, l’équivalence des sous avec le dirhem nouveau arménien.

121 C’est la langue des plus anciens livres des Assises de Jérusalem, contemporains des Assises d’Antioche ; que le français était bien la langue de celles-ci est prouvé par la transcription de : mariage, chalonge, douaire, etc.

122 Müller 80 ; Cart. II 175, 430 ; AOL II 150.

123 Lignages 32 ; Cart. I 682. Maraqiya n’ayant été reprise à l’Hôpital qu’à titre de commende à Bohémond, il en résulta plus tard des procès entre l’ordre et les héritiers de Pierre (Cart. II, 594 ; Arch. Malte 181). Cf. encore AOL II, B, 159 Cart. I, 627, 148 ; Lib. Jur. I, 432 ; Müller 80 ; Rey, Recherches, 25. Thomas de Ham fut connétable de Tripoli de 1217-1227 à 1243-1255 (Röhr. reg. index). Le fils de Pierre, Jean, laissa un fils qui en 1241 avait entre 6 et 15 ans (Cart. II 594, Arch. 181).

124 Cart. II, 70, 118, 122 ; AOL II, 149 ; Strelilke 41.

125 Lois I, 570 ; Bohémond fut aussi en relation avec Raoul de Tabarie, juriste renommé (Cont. A 230).

126 Le texte ne comporte aucun élément précis de datation (sur le Bailli, cf. infra p. 460). Pour la date du Livre au Roi, Grandclaude, op. cit.

127 Nous reviendrons sur ces divers aspects en étudiant les institutions.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540