Version classiqueVersion mobile

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Introduction. Les sources1

Texte intégral

  • 1 Les abréviations seront données avec l’index des sources.

1Sauf pour la numismatique et l’épigraphie, on a divisé ci-dessous l’exposé des sources par langues : latines (et françaises, allemandes, italiennes), arabes (et persanes, hébraïques, turques), grecques, syriaques, et arméniennes (et géorgiennes). Mais l’exposé a été conçu différemment selon les cas. Pour les sources de langues occidentales, certains auteurs étaient déjà bien étudiés, sur d’autres il restait des remarques importantes à faire : il a paru qu’un résumé des résultats acquis suffisait dans le premier cas, qu’un traitement plus long convenait dans le second ; d’où la disproportion qu’on remarquera entre Guillaume de Tyr, brièvement traité, par exemple, et ses continuateurs, ou tels autres chroniqueurs, objets de développements plus longs. Pour les sources arabes, presque rien n’était fait. L’insuffisance des publications, parmi lesquelles les compilations tiennent plus de place que les ouvrages originaux, la dispersion des manuscrits, le petit nombre des orientalistes historiens ont retardé la confrontation et la critique des textes. M’étant astreint à les tenter à la suite de recherches dans la plupart des grandes bibliothèques, je présente ci-après un tableau d’ensemble de l’historiographie arabe relative à la Syrie des xiie-xiiie siècles, sans avoir tenu compte des frontières géographiques précises de ce travail. Quant aux sources grecques, syriaques, arméniennes, moins nombreuses et presque toutes publiées, traduites et étudiées, mon ignorance du syriaque et ma mauvaise connaissance de l’arménien m’ont obligé à peu ajouter à ce qu’on en savait déjà.

2Nous n’avons guère ici à nous occuper que des sources littéraires et diplomatiques. Il n’existe pas d’épigraphie latine dans le domaine qui nous occupe. On a un plus grand nombre d’inscriptions arabes, et quelques inscriptions arméniennes ; dans la mesure où elles nous concernent, elles seront signalées en leur temps.

3Les pèlerins et croisés ont porté leur attention surtout sur la Terre-Sainte, et c’est là aussi qu’ont vécu les plus grands chroniqueurs latins d’Orient ; par contre la culture indigène est plus importante sur les confins syro-anatoliens qu’en Palestine. C’est dire que l’importance relative des sources orientales par rapport aux sources latines est plus grande pour la Syrie du nord que pour les états francs du sud.

  • 2 Comme guides généraux pour l’élude des sources, on se reportera : pour les sources de langue latin (...)

4La seule collection de textes à utiliser spécialement pour l’histoire des croisades et de la Syrie franque est le recueil des Historiens des Croisades (Historiens occidentaux, 5 vol. ; arabes, 5 vol. ; arméniens, 2 vol. ; grecs, 2 vol. ; Assises de Jérusalem, 2 vol. sous le titre « Lois ») ; malheureusement la qualité du Recueil n’est pas digne de sa luxueuse et monumentale présentation. Outre les nombreuses lacunes qui s’y trouvent, il y a lieu de déplorer l’insuffisante critique apportée au choix des œuvres et des manuscrits, l’absence de toute méthode justifiable dans le découpage des extraits, la fréquente négligence des traductions, la médiocrité et souvent la fausseté des annotations ; ces reproches, particulièrement graves pour la série des auteurs arabes, ne sont cependant valables ni pour les historiens grecs et arméniens ni pour le cinquième volume des historiens occidentaux (par Riant et Kohler)2.

Notes

1 Les abréviations seront données avec l’index des sources.

2 Comme guides généraux pour l’élude des sources, on se reportera : pour les sources de langue latine ou française, aux ouvrages ordinaires de bibliographie médiévale occidentale et en particulier à Molinier, Les sources de l’histoire de France, t. III ; pour les sources arabes, à Brockelmann, Geschichte der arabischen literatur, Berlin, 1898-1902, et suppl. en cours de publication à Leyde depuis 1935 (répertoire des œuvres, des manuscrits, et de leur bibliographie) ; il faut toujours consulter, bien qu’avec critique, le Kachf az-zounoûn de Hadjî Khalîfa Kâtib Tchelebi (xviie siècle), éd. trad. Flügel, Vienne, 1835 sq. Pour la littérature byzantine, cf. Krumbacher, Geschichte der byzantinischen Literatur, 2e éd. Munich, 1897 ; pour la littérature syriaque, Baumstark, Geschichte der syrischen Literatur, Munich, 1922, 8° ; il n’existe rien d’équivalent pour la littérature arménienne en langue européenne.
Pour l’épigraphie arabe, le Corpus Inscriptionum arabicarum de Van Berchem n’a pas abordé les régions intermédiaires entre Tripoli et l’Anatolie, et le Répertoire chronologique d’épigraphie arabe de Combe, Sauvaget et Wiet ne fait encore qu’entamer notre période. L’archéologie et la numismatique seront sommairement traitées dans nos chapitres concernant la Topographie historique et la vie économique.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search