Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les lois des bâtiments

 | 
Catherine Saliou

Troisième partie. L’élévation

Chapitre cinquième. La ville sur la maison

Texte intégral

-1- L'UTILISATION DU TOIT À DOURA-EUROPOS

  • 1 Baur, 1936, pp. 279-282.
  • 2 Pearson, 1936. pp. 267-268.

1Les balcons ne constituent pas la seule possibilité d'augmenter en élévation l'espace domestique, et d'y annexer une part d'espace extérieur : à Doura-Europos, par exemple, dans la Maison des Scribes (îlot L7, maison A) ont été mis au jour des fragments d'une peinture murale1 qui devait décorer un niveau supérieur, couvert par une coupole retrouvée en fouille. Cette "pièce" d'étage, dont l'aménagement date de la fin de la période romaine2, et qui n'occupait qu'une portion restreinte du plan de la maison, constituait d'après le fouilleur, plutôt qu'un élément d'un réel second niveau de construction couvrant l'ensemble du rez-de-chaussée, une version luxueuse des abris légers sans doute couramment aménagés sur les toits, dont on sait qu'ils étaient plats et susceptibles d'utilisation variées.

Fig. 68 - La Maison des Scribes (L7A) à Doura-Europos. Restauration. (Baur, 1936. pl. X)

-2- JULIEN D'ASCALON ET L'UTILISATION DU TOIT

  • 3 Cf. Husson, 1983, s. u. δῶμα.

2L'utilisation importante des toits dans la Palestine byzantine, qui est à rapprocher des usages actuels ainsi que des témoignages papyrologiques3, est abondamment illustrée par Julien d'Ascalon.

  • 4 Hexabiblos, 2. 4. 39.
  • 5 Hexabiblos, 2. 4. 37-38.
  • 6 Hexabiblos, 2. 4. 39.
  • 7 Nov. 113 : Dain, Noailles, 1944, pp. 374-375.
  • 8 Hexabiblos, 2. 4. 42.
  • 9 Hexabiblos, 2. 4. 39.

3La structure de ces toits plats est formée de poutres supportant un plancher : le bois joue donc un grand rôle dans leur construction4. Ces terrasses s'étagent à des hauteurs variées, sont coupées éventuellement de murets de séparation5. Elles peuvent être décorées et en particulier ornées de mosaïques ou de pavements de marbre6 -à la charnière du neuvième et du dixième siècle une novelle de Léon le Sage7 traitera également de l'installation d'un dallage de marbre sur le toit-. On entrepose sur la terrasse des fruits, du vin8. On y aménage éventuellement des abris de repos. On y dort, particulièrement en été, où la fraîcheur est plus recherchée, et on y effectue également des activités domestiques impliquant l'utilisation d'un vaste espace, comme le séchage des étoffes et du pain9.

  • 10 Hexabiblos, 2. 4. 39.
  • 11 Hexabiblos, 2. 4. 42.

4Le propriétaire de la terrasse est par définition celui à qui elle sert de toit. Toutefois l'usage de cette terrasse peut revenir à un autre, en particulier si l'habitant de l'étage a accès de plain-pied à cette terrasse10. Les terrasses peuvent être d'utilisation collective11.

  • 12 Krauss, 1910, p. 34.
  • 13 Hexabiblos, 2. 4. 38.

5De tous les textes de Julien d'Ascalon, c'est celui qui offre les points de rapprochement les plus évidents avec la tradition juive12. Les toits et les "greniers" sont utilisés pour y profiter de la fraîcheur du soir au moment du repas et du sommeil. L'étroite proximité des toits, permettant le passage de l'un à l'autre, et la notion de voisinage de toit, dont les inconvénients éventuels sont soulignés par notre Ascalonite (Hexabiblos, 2.4. 37) sont attestées par Flavius Josèphe et par les textes talmudiques cités par Krauss. En raison précisément de cette proximité, les toits doivent selon la loi mosaïque être dotés d'un parapet dont la hauteur minimale (une coudée et demi : environ 74 cm) correspond à celle qui est par ailleurs requise pour former un mur de séparation. D'après Julien d'Ascalon, les terrasses doivent en effet soit être situées à des niveaux différents, soit être séparées par un parapet13.

CONCLUSION

6Le droit reconnaît aux fenêtres deux fonctions distinctes : une fonction d'éclairage et une fonction panoramique. L'importance attachée dans la maison à l'éclairage naturel permet à un simple particulier d'imposer une limitation de construction horizontale ou verticale à son voisin, sous forme d'une servitude volontaire et contractuelle, ou, à partir de l'époque de Caracalla pour les limitations de hauteur, d'un droit automatique fondé sur la durée. Les limitations verticales de la construction, qui relèvent du droit privé et des rapports entre particuliers, jouent pratiquement un rôle de restriction de la hauteur des maisons, complétant ou remplaçant les limitations réglementaires dont nous n'avons que de rares témoignages. L'importance, dans la pratique de la construction, du rôle joué par les limitations horizontales, est attestée au Proche-Orient à la fois par Julien d'Ascalon et par Procope de Gaza. Les sources juridiques, en accord avec les sources littéraires contemporaines, témoignent d'une importance croissante de la vue, pour laquelle émerge progressivement une protection juridique qui correspond à un élargissement à la sphère de l'agrément de l'utilitas nécessaire à la constitution de la servitude. Au Bas-Empire se manifeste de plus en plus clairement un souci de protection, non seulement de la lumière et de la vue, mais encore de l'intimité.

7Le souci de protéger l'éclairage, la vue, l'intimité, mais aussi la sécurité des citadins et la salubrité de l'air de la ville, conduit à l'instauration d'intervalles minimaux entre les édifices, dont la valeur est avant tout ponctuelle et se définit par rapport aux types d'aménagements visés. Ces prescriptions, qui n'entrent en application que par défaut, en cas d'absence d'accord avec les voisins, ne sauraient se confondre avec des définitions de largeur de rues.

8Sur les balcons, qui constituent les plus fragiles éléments de l'élévation, et sur l'utilisation du toit, les textes juridiques fournissent une documentation plus riche que les sites archéologiques. Les toits constituent, au Proche-Orient du moins, une partie importante de la maison, où se déroulent nombre d'activités et qui peuvent être l'objet de rapports de voisinage complexes. Les aménagements tels que les balcons et les étages en surplomb sont de types divers. Certains d'entre eux, construits en bois, formant une saillie prononcée dans l'élévation, et éventuellement reliés au sol par un escalier extérieur, mettent en péril l'espace public à deux titres : ils constituent une proie facile pour un incendie qui pourrait dévorer l'ensemble de la ville, et forment la première étape d'un processus d'annexion à l'espace privé d'une partie de la voirie. Ces installations, attestées au plus tard dès le premier siècle avant Jésus-Christ, font l'objet, au moins au Bas-Empire, et peut-être même avant, d'assauts répétés du législateur, qui se singularisent, par rapport par exemple aux prescriptions de distance, par leur caractère pénal et contraignant.

Notes

1 Baur, 1936, pp. 279-282.

2 Pearson, 1936. pp. 267-268.

3 Cf. Husson, 1983, s. u. δῶμα.

4 Hexabiblos, 2. 4. 39.

5 Hexabiblos, 2. 4. 37-38.

6 Hexabiblos, 2. 4. 39.

7 Nov. 113 : Dain, Noailles, 1944, pp. 374-375.

8 Hexabiblos, 2. 4. 42.

9 Hexabiblos, 2. 4. 39.

10 Hexabiblos, 2. 4. 39.

11 Hexabiblos, 2. 4. 42.

12 Krauss, 1910, p. 34.

13 Hexabiblos, 2. 4. 38.

Table des illustrations

Légende Fig. 68 - La Maison des Scribes (L7A) à Doura-Europos. Restauration. (Baur, 1936. pl. X)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter