Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les lois des bâtiments

 | 
Catherine Saliou

Troisième partie. L’élévation

Chapitre troisième. De la lumière à l'intimité

Texte intégral

-1- DE LA LUMIÈRE À LA VUE

1.1. LES STRUCTURES DU DROIT CLASSIQUE

  • 1 Les premiers éléments de cette histoire du goût pour la lumière ont été rassemblés par Horn, 1967, (...)

1A partir des aléas de la pratique, la réflexion juridique aboutit à une distinction hiérarchisée des divers degrés d'exposition à la lumière, et au développement d'une servitude de vue. Cette conceptualisation progressive reflète l'attirance grandissante des Romains pour la lumière et s'intègre ainsi à une histoire du goût1.

1.1.1. UNE HIÉRARCHIE DE LA LUMIÈRE

2Un droit à la lumière est reconnu aux personnes qui vivent dans une habitation : les locataires peuvent quitter la maison qu'ils ont louée si elle n'est plus suffisamment éclairée.

  • 2 Sur ce texte, voir Frier, 1980, pp. 102-104, en particulier p. 103, n. 113-114, et p. 152 n. 13 ; (...)

D. 19.2.25.2, Gaius libro decimo ad edictum prouinciale : Si uicino aedificante obscurantur lumina cenaculi, teneri locatorem inquilino : certe quin liceat colono uel inquilino relinquere conductionem, nulla dubitatio est.
D. 19. 2. 25. 2, Gaius ad edictum prouinciale 10 : Si, en raison d'une construction effectuée par le voisin, les lumières de l'appartement sont obscurcies, le loueur est responsable devant le locataire. Il n'y même aucun doute qu'il ne soit permis au colon ou au locataire d'abandonner la location2.

  • 3 Riccobono, 1906 ; Biondi, 1937, pp. 227-229 ; Rodger, 1972, pp. 56-76 ; Frier, 1980, p. 103, n. 11 (...)
  • 4 Rainer, 1987, pp. 250-251.

3Deux degrés sont définis concernant la lumière : le degré minimal correspond à la quantité de lumière nécessaire pour que la maison soit habitable. Cette lumière nécessaire et suffisante est seule garantie au bénéficiaire du legs d'un usufruit. Un avis de Marcellus, durant la seconde moitié du second siècle, a fait l'objet d'une double transmission, ce qui malgré les critiques dont il a fait l'objet, invite à le considérer comme authentique (D. 8. 2. 10, Marcellus Digesta 43, cité par Paul ad Sabinum 3, D. 7. 1. 304). Il s'agit du cas où l'unique propriétaire de deux maisons voisines a légué l'une à un usufruitier, l'autre faisant l'objet d'un héritage. L'héritier peut jusqu'à un certain point assombrir la maison de l'usufruitier.

D. 8. 2. 10, Marcellus libro quarto digestorum : (...) ita officere luminibus et obscurare legatas aedes conceditur, ut non penitus lumen recludatur, sed tantum relinquatur, quantum sufficit habitantibus in usus diurni moderatione.
D. 8. 2. 10, Marcellus digesta 4 : (...) il est permis d'offusquer les lumières et d'obscurcir la maison léguée dans la mesure où la lumière n'est pas complètement supprimée, mais où on en laisse autant qu'il suffit aux habitants pour un usage diurne modéré.

1.1.2. LE SOLEIL

4Les servitudes garantissant la lumière s'appliquent à l'ensoleillement quand il s'agit de lieux dont la fonction implique cet ensoleillement. La reconnaissance d'un besoin spécifique n'entraîne cependant pas l'apparition d'une servitude spécifique :

  • 5 Cf. Brugi in Gluck, Commentario aile Pandette, p. 214, note H, p. 215, n. 45.

D. 8. 2. 17. pr., Vlpianus libro uicensimo nono ad Sabinum : Si arborem ponat, ut lumini officiât, aeque dicendum erit contra impositam seruitutem eum facere. nam et arbor efficit, quo minus caeli uideri possit. si tamen id quod ponitur lumen quidem nihil impediat, solem autem auferat, si quidem eo loci, quo gratum erat eum non esse, potest dici nihil contra seruitutem facere : sin uero heliocamino uel solario, dicendum erit, quia umbram facit in loco, cui sol fuit necessarius, contra seruitutem impositam fieri.
D. 8. 2. 17. pr., Ulpien ad Sabinum 29 : Si l'on plante un arbre en sorte qu'il offusque la lumière, il sera équitable de dire que l'on agit contre la servitude qui aura été imposée. En effet même un arbre fait en sorte que l'on voie moins le ciel. Si cependant ce que l'on plante, sans gêner la lumière, diminue toutefois l'ensoleillement, à condition que ce soit en un point où cet ensoleillement n'était pas recherché, on peut dire que l'on n'agit en rien contre la servitude. Mais si au contraire il s'agit d'une ensoleillée ou d'une horloge solaire5, il faudra prononcer que, puisque l'on fait de l'ombre à un lieu où le soleil était nécessaire, on agit contre la servitude qui a été imposée.

  • 6 Cf. Brugi, ibid., p. 215, n. 46, et OLD, s. u.
  • 7 OLD, s. u.
  • 8 Varron, L.L. 6. 4 ; Cf. Marquardt, 1888, p. 767 ; c'est le choix de Gluck, repris par Brugi (cf. C (...)

5Le terme heliocaminus désigne un lieu qui durant l'hiver est chauffé aux rayons du soleil, une pièce exposée au soleil pour l'hiver6. Le terme solarium peut désigner soit un balcon exposé au soleil7, soit une horloge solaire8.

  • 9 "Tu trouveras asile dans un salon, qui est la pièce la moins exposée à la chaleur, et de ce fait l (...)

6L'opposition exprimée par la réflexion juridique entre la lumière et l'ensoleillement, qui semble correspondre, lorsqu'il ne s'agit pas d'un cadran solaire, mais d'une pièce de la maison, à une opposition entre l'éclairage et le chauffage naturel, apparaît également chez Sidoine Apollinaire : (...) excipiet te deuersorium, quia minime aestuosum, maxime aestiuum : nam per hoc, quod in Aquilonem solum patescit, habet diem, non habet solem9.

1.1.3. LA VUE

  • 10 Rainer, 1987, pp. 273-280. Il est possible également de demander une intervention du préteur en ca (...)

7À partir des servitudes protégeant la lumière se développe une servitude spécifique protégeant la vue10 : lus ne prospectui officiatur.

  • 11 Sur la vue dans le monde romain, voir Drerup, 1959, et les travaux de Stutzinger (1986, 1987).

8La vue se distingue de la lumière en ce qu'elle relève par définition de la sphère de l'agrément11, tandis que comme nous l'avons vu, la lumière ainsi que l'ensoleillement peuvent dans certaines conditions relever de la sphère de la nécessité. Sa source également est généralement différente : si la lumière vient toujours du ciel, la vue est surplombante.

D. 8. 2. 3, Vlpianus libro uicensimo nono ad Sabinum : Est et haec seruitus, ne prospectui officiatur.
D. 8. 2. 3, Ulpien ad Sabinum 29 : Il y aussi la servitude selon laquelle on ne doit pas offusquer la vue.

D. 8. 2. 15, Vlpianus libro uicensimo nono ad Sabinum : Inter seruitutes ne luminibus officiatur et ne prospectui offendatur aliud et aliud obseruatur : quod in prospectu plus quis habet, ne quid ei officiatur ad gratiorem prospectum et liberum (...).
D. 8. 2. 15, Ulpien ad Sabinum 29 : Entre la servitude selon laquelle on ne doit pas offusquer les lumières, et celle selon laquelle on ne doit pas offusquer la vue, il y a cette différence : dans le cas de la vue, on bénéficie en plus de ce qu'il est impossible de boucher une vue agréable et libre (...).

D. 8. 2. 16, Paulus libro secundo epitomatorum Alfeni digestorum : Lumen id est, ut caelum uideretur, et interest inter lumen et prospectum : nam prospectus etiam ex inferioribus locis est, lumen ex inferiore loco esse non potest.
D. 8. 2. 16, Paul epitomata Alfeni digestorum 2 : La lumière se définit par le fait de voir le ciel, et il y a une différence entre la lumière et la vue : la vue concerne aussi ce qui est situé plus bas, tandis que la lumière ne peut naître de ce qui est situé plus bas.

9La servitude de vue interdit au voisin la plantation d'un jardin dont les frondaisons s'élèveraient au-dessus de son toit :

  • 12 Rainer, 1987, p. 52, p. 273.

D. 8. 2. 12, Iauolenus libro decimo ex Cassio : Aedificia quae seruitutem patiantur ne quid altius tollatur, uiridia supra eam altitudinem habere possunt : at si de prospectu est eaque obstatura sunt, non possunt.
D. 8. 2. 12, Javolénus ex Cassio 1012 : Les édifices qui sont soumis à une servitude empêchant leur surélévation peuvent avoir des jardins dépassant leur hauteur : mais s'il s'agit d'une servitude de vue et qu'ils doivent la gêner, c'est impossible.

10Ce passage évoque les in summis culminibus mentita nemora dénoncés par Sénèque le Rhéteur (Contr. 5. 5), ou plus modestement l'arbre planté par son pauvre voisin que le riche propriétaire incriminé dans ce discours imaginaire a détruit parce qu'il gênait sa vue.

  • 13 Hexabiblos, 2. 4. 51. Cf. Riccobono, 1906 ; Lustig, 1918, pp. 563 sqq. ; Rainer, 1987, p. 276 et p (...)

11S'ils insistent sur le fait que la vue est bien une vue sur quelque chose, les juristes du Digeste sont muets sur son objet. Un texte de Papinien qui nous a été transmis en dehors du Digeste13 cite la vue sur la montagne. La corruption très probable de ce fragment, détaché de son contexte, interdit de l'utiliser comme preuve de l'existence ou de l'inexistence de la protection automatique de la vue sur les montagnes, mais il suffit à affirmer l'existence de la vue sur les montagnes comme objet distinct de la réflexion juridique.

  • 14 Cette servitude est en effet discutée par Paul dans le cadre d'un commentaire d'Alfénus.

12Les juristes classiques opèrent donc une distinction entre trois notions parentes mais hiérarchisées : la lumière, le soleil et la vue. La protection de l'ensoleillement et de la vue constituent des développements de la servitude de lumière plus ancienne. Au sein de la lumière elle-même, on distingue la lumière strictement nécessaire aux besoins de la vie, qui fait l'objet d'une protection particulière. À partir des servitudes protégeant la lumière se développe, peut-être dès la fin de la période républicaine14, une servitude destinée de façon spécifique à protéger la vue.

  • 15 J. d'Arms, 1970, pp. 45-48; Stutzinger, 1986, p. 122.
  • 16 Pacuius, Chryses, 85-86.
  • 17 ep. ad Familiares 7. 1. 11.
  • 18 Horace, epistulae, 1. 10. 23 : Laudalurque domus longos quae prospicit agros."Et on admire une mai (...)
  • 19 Énéide, 1. 223-224.
  • 20 Sénèque, ad Lucilium 89. 21 : omnibus licet locis tecta uestra resplendeant, aliubi imposita monti (...)
  • 21 Stace, Silves, 2.2.
  • 22 Pline, ep. 2 17 ; ep. 5. 6, 13-14 ; ep. 1. 3.
  • 23 Marc-Aurèle, 4.3.
  • 24 Martial, 4.6.4 (vue sur Rome, du Janicule).

13Les textes littéraires classiques confirment l'importance de la vue, et en particulier de la vue sur la mer15, dont la contemplation est liée à la notion d'otium, dès l'époque archaïque16, puis de façon récurrente, à la fin de la République et sous le Haut-Empire chez Cicéron17, Horace18, Virgile19, Sénèque20, Stace21, Pline le Jeune22, Marc-Aurèle23. Martial se distingue par son goût pour le paysage urbain24. Sénèque le Rhéteur a imaginé un conflit opposant à un riche propriétaire son pauvre voisin. L'arbre planté par ce dernier dans son petit jardin gênait la vue du riche, qui, après avoir demandé qu'il soit coupé, l'a incendié. Les termes de la discussion illustrent jusqu'à la caricature l'importance attachée à la vue dans l'agrément de la maison :

14-Oculis uoluptas incendio quaeritur, prospectus ignibus relaxatur.

15ironise le pauvre,

16-Prospectui obstabat.

17réplique le riche.

  • 25 Drerup, 1957, p. 150; Stutzinger, 1986, p. 136.
  • 26 Drerup, 1957, p. 149.

18Si le droit à la lumière varie en fonction du statut juridique de l'occupant, la possibilité et le goût de la jouissance de la vue constituent des critères de différenciation sociale. L'affirmation du droit à la vue pour les pauvres ne se fait que sous la forme d'une vaine revendication sous la plume de Sénèque le Rhéteur : Licet et pauperem gaudere prospectu. En effet la vision dominante du paysage, fondée sur la notion d'un espace subordonné au corps humain, correspond à une domination politique et sociale exercée sur le territoire contemplé25. La contemplation du paysage, qui s'effectue à partir d'un point dominant, est également une activité statique : le cours de la promenade ou des activités est interrompu pour permettre la jouissance de la vue26.

  • 27 Grimal, 1943, p. 252; Rebuffat, 1970, pp. 290-295. Une hypothèse a été émise selon laquelle ces co (...)

19L'importance accordée à la vision panoramique n'est pas attestée seulement par la littérature, mais se manifeste dans l'architecture par le développement d'un type de pièce d'apparat que Vitruve décrit sous le nom d'oecus cyzicenus ou de triclinium cyzicenum 27 en précisant qu'il appartient à la structure de la maison grecque :

Vitruve, 6. 3. 10 : Fiunt autem non italicae consuetudinis oeci quos Graeci cyzicenos appellant. Hi conlocantur spectantes ad septentrionem et maxime uiridia prospicientes (...) habentque dextra ac sinistra lumina fenestrarum ualuata, uti de tectis per spatia fenestrarum uiridia prospiciantur.
On fait encore des pièces de réception, non pas à la manière italienne, mais de celles que les Grecs appellent cyzicènes. Orientées vers le nord, et ayant vue le plus souvent sur les jardins (...), elles ont à droite et à gauche des fenêtres à battants, afin de donner vue, de l'intérieur, sur les jardins.

  • 28 Rebuffat, 1970, pp. 290-295; Rebuffat, 1969, p. 681: Hadrumetum 1.
  • 29 Crema, 1959 (chap. 2); Maiuri, 1958, pp. 66 sq.; Tram Ταμ Tinh, 1988, pp. 17-18.
  • 30 Un resserrement opère une partition à l'intérieur de la salle et fait distinguer une zone Ε d'une (...)
  • 31 Baratte, 1984, pp. 115-116.

20Cette pièce ouvre d'un côté sur le péristyle, de l'autre, très largement, sur un jardin ou sur un espace découvert. Des dispositifs comparables existent à Hadrumète (Maison des Masques)28, Herculanum29 (Casa dei Cervi : fig. 66). Un exemple d'un ensemble de fenêtres panoramiques donnant sur un espace privé est fourni à Apamée par la pièce A de la Maison du Cerf (fig. 67). Une table à manger en sigma a été retrouvée en place dans cette pièce, qui pouvait servir de salle à manger. La pièce A comporte huit baies disposées symétriquement sur ses parois sud, est et ouest, donnant à l'est sur la cour dallée, au nord et à l'ouest sur une zone non fouillée. Le mur sud de la pièce Ε comporte une fenêtre donnant sur la zone non fouillée, le mur sud de la pièce C, une porte, transformée en fenêtre lors d'une phase ultérieure, vers la cour D. L'ensemble du dispositif est caractérisé par une remarquable symétrie. La fonction des fenêtres est, plus encore que d'assurer l'éclairage de la pièce A, de contribuer à son décor et à l'agrément de ceux qui s'y tiennent en ouvrant des perspectives sur d'autres espaces. Sur le site même d'Apamée, cette pièce est à rapprocher de la pièce d'apparat (pièce E+F30) de la Maison des Chapiteaux à Consoles (fig. 41), avec quelques nuances : cette salle n'ouvre sur le péristyle que par un unique accès étroit ; elle pouvait en revanche être presque totalement ouverte sur la cour arrière31.

  • 32 Beck, 1983; cf. Pline, ep. 2. 17 ; Sidoine Apollinaire, ep. 2. 2.

21Ces pièces illustrent la tendance, mise en lumière et analysée par L. Beck32, à faire jouer à la vue un rôle prépondérant dans l'architecture de la pièce, et du même coup à organiser en fonction de la vision de ceux qui s'y tiennent non seulement l'espace de cette pièce, mais aussi les espaces adjacents. Cette tendance, qui apparaît pour perdurer dès le début de l'époque impériale, s'articulerait à une réflexion sur les rapports entre l'homme et la nature, et entraîne l'aménagement en décor des espaces extérieurs à cette pièce et la constitution fictive d'une partie de l'espace privé en espace extérieur.

22Histoire des techniques, histoire culturelle et histoire du droit trouvent dans le développement de la protection juridique de l'ensoleillement et de la vue leur point de rencontre le plus net, comme en témoigne l'analyse de Sénèque, mettant en rapport l'agrandissement des fenêtres des bains, dont nous avons vu que c'était l'invention du verre à vitre qui l'avait rendu possible, avec l'engouement pour le soleil et pour la vue :

  • 33 "Dans ce bain de Scipion il y a, au lieu de fenêtres, des meurtrières taillées en plein mur pour l (...)

Sénèque, ad Lucilium, 11. 86. 8 : in hoc balneo Scipionis minimae sunt rimae magis quam fenestrae muro lapideo exsectae, ut sine iniuria munimenti lumen admitterent ; at nunc blattaria uocant balnea, si qua non ita optata sunt, ut totius diei solem fenestris amplissimis recipiant, nisi et lauantur simul et colorantur, nisi ex solio agros ac maria prospiciunt33.

23La vue prend une importance déterminante dans les constitutions du Bas-Empire.

Fig. 66 - Architecture et vue panoramique : la Casa dei Cervi (vue axionométrique). (Tram Ταμ Tinh, 1988. pl. II)

Fig. 67 - Apamée : Maison du Cerf. (Donnay-Rocmans, Donnay, 1984, fig. 2, p. 157.)

1.2. LA VUE AU BAS-EMPIRE

1.2.1. LA PROTECTION DE LA VUE : LES TEXTES ET LEUR VALIDITÉ

  • 34 Voir notre appendice.
  • 35 Ce texte a fait l'objet d'une étude détaillée par Scofone, 1984-85.
  • 36 Cette constitution précédente était identifiée à la Novelle 165 par Zachariae von Lingenthal. Cons (...)

24L'empereur Zenon émet, probablement entre 476 et 479, une constitution visant entre autres à protéger la vue sur la mer des habitants de Constantinople (C. 8. 10. 12. 234). Cette constitution a pour but explicite de confirmer et de préciser, voire de corriger, une loi émise auparavant par l'empereur Léon (457-474), qui traitait également de la protection de la vue. Justinien émet plus tard une novelle, de date inconnue (Nov. 165) dont le but est de corriger ce qui est présenté comme une interprétation erronée de la loi de Zénon. Le destinataire de ce texte est un certain "Dominicus, préfet" chargé de l'Illyrie de 535 à 540, mais dont le reste de la carrière est inconnu, et qui peut fort bien avoir été Préfet de la Ville à un moment donné. En 538 une autre intervention de Justinien (Nov. 63)35 vise à lutter contre des manœuvres entreprises à Constantinople pour tourner la loi de Zénon. Dans le proème de ce texte, l'empereur fait allusion à la constitution de Zénon, ainsi qu'à une constitution déjà émise à ce sujet par Justinien lui-même36 :

Nov. 63, pr. : Πρᾶγμα δολερώς γινόμενον ἐπὶ ταύτης τῆς βασιλίδος πόλεως περὶ τὰς τῶν οἴκων οἰκοδομὰς ἀναστεῖλαι καὶ ἐπανορθῶσαι δίκαιον ἠγησάμεθα. ἐπειδὴ γὰρ ῥητοῖς μέτροις διεστάναι τοὺς οἴκους ἀλλήλων ἡ Ζήνωνος τοῦ τῆς εὐσεβοῦς λήξεως διάταξις λέγει, καὶ ἡμεῖς δὲ τοιοῦτό τι νενομοθετήκαμεν (...)
Νον. 63, pr. : Nous avons jugé bon de mettre fin à un cours fâcheux pris dans notre ville impériale par la construction des maisons, et de rétablir le droit. Attendu que la constitution de Zénon, de pieuse mémoire, dit que les maisons doivent être éloignées les unes des autres d'une certaine distance et que nous aussi nous avons légiféré en ce sens (...)

25Adressée au Préfet de la Ville de Constantinople, la loi de Zénon concerne au moment de son émission, de façon explicite, exclusivement la capitale.

  • 37 Scofone, 1984-1985, pp. 159-160.
  • 38 B. 58. 10. 12.
  • 39 Procheiros Nomos 38. 5-6.
  • 40 JGR 4 : Peira 18.5.

26En 531, Justinien promulgue une constitution (C. 8. 10. 13) étendant à l'ensemble de l'empire la validité de la loi de Zénon. Cette extension ne concerne cependant pas nécessairement les prescriptions concernant la vue sur la mer, comme le montrent les recueils juridiques des périodes suivantes37 : la version des Basiliques précise que l'extension de la validité de la loi à l'ensemble de l'empire ne concerne pas les prescriptions concernant la vue sur la mer38 ; le texte du Procheiros Nomos reprenant ces prescriptions concerne exclusivement Constantinople39 ; la Peira40 justifie cette limitation de validité à la ville même de Constantinople par la difficulté où se trouvent les habitants de la ville d'en sortir pour profiter du paysage maritime.

  • 41 Scofone, 1984-1985, pp. 160-164.
  • 42 Scofone, 1984-1985, pp. 156-160.

27D'après les éditeurs du Corpus Iuris Ciuilis, la Novelle 165, adressée à "Dominicus, préfet" l'aurait été à l'époque où ce personnage était préfet de l'Illyrie, ce qui tendrait à faire croire que les prescriptions de protection de la vue émises par Zénon étaient alors appliquées dans tout l'empire. Rien ne prouve cependant que Dominicus, dont nous ignorons la carrière, n'ait pas été Préfet de la Ville de Constantinople au moment de la rédaction du texte41. La Novelle 63, quant à elle, concerne exclusivement Constantinople42.

28Il semble donc que les textes de Zénon et de Justinien concernant la vue sur la mer aient eu une portée strictement locale, et aient concerné exclusivement Constantinople.

29Deux groupes de textes transmis par Julien d'Ascalon concernent la vue.

30Le premier ensemble est constitué par les § 47-48-49. Ce texte, qui constitue une unité, fait référence en introduction à des décisions antérieures, jugées trop peu précises : mentionnant la vue sur la mer, la vue sur des jardins, et la vue sur des peintures exposées en public, sans les définir avec suffisamment de précision, elles feraient naître des doutes dans l'esprit des constructeurs.

31Les paragraphes 50 et 51 forment une seconde unité, où se trouvent citées explicitement la constitution de Zénon, mais aussi une phrase de Papinien non contenue dans le Digeste. La première partie du texte traite des problèmes de vue en rapport avec les problèmes de protection de l'intimité, la deuxième partie introduit une protection de la vue sur la montagne.

  • 43 Scheltema, 1946, pp. 352-356. Les paragraphes 50-51 constitueraient pour ce savant une unique cons (...)

32Scheltema43, se fondant sur l'hétérogénéité stylistique de ces textes par rapport au reste de l'écrit de Julien, et sur leur place dans l'ensemble du recueil, a voulu y voir non pas des textes rédigés de la main même de Julien, mais des fragments de constitutions qu'il aurait intégrés à son recueil.

33Le savant hollandais propose également une datation de ces constitutions. Le premier de ces textes (§ 47-48-49) étend le domaine d'application de la protection de la vue aux jardins et aux arbres, ainsi qu'aux représentations picturales exposées en public. La loi de Zénon en revanche souligne avec force que la vue sur les jardins et les arbres n'est pas protégée :

C. 8. 10. 12. 2b : Τὸ γὰρ τῶν κήπων τε καὶ τῶν δένδρων οὔτε περιείληπται τῇ πρότερᾳ νομοθεσίᾳ οὔτε τῇ παρούσῃ προστεθήσεται.
C. 8. 10. 12. 2b : La vue sur les jardins et sur les arbres n'était pas concernée par la précédente réglementation, et ne sera pas ajoutée à la réglementation présente.

34D'après Scheltema, il serait possible de reconstruire la succession suivante : une première constitution due à Léon aurait protégé la vue sur la mer ; une seconde constitution, émise par exemple par l'usurpateur Basiliscos (au pouvoir de janvier 475 à août 476), aurait étendu cette protection à d'autres vues et notamment à la vue sur les jardins et les arbres. La loi de Zénon annule cette décision et revient à la constitution de Léon et à la protection exclusive de la vue sur la mer.

  • 44 Hexabiblos, 2. 4. 51 : "(...) La constitution de Zénon porte que, si un intervalle de cent pieds l (...)
  • 45 Hexabiblos, 2. 4. 51 : "On ne peut offusquer la vue sur les montagnes, comme l'a dit Papianus au t (...)
  • 46 Les premiers commentateurs du droit de Justinien, contemporains du grand empereur, par exemple Thé (...)

35Le deuxième texte en revanche est postérieur à la loi de Zénon, puisqu'il y fait allusion44. La présence conjointe d'une citation de Papinien non reprise dans le Digeste45 semble impliquer que le texte a été rédigé avant la parution de la compilation ou peu après46.

36Les textes qui nous sont transmis par l'écrit de Julien d'Ascalon devaient être l'objet d'une application effective dans la Palestine byzantine. Si ces textes émanent réellement de la chancellerie impériale, ils devaient donc avoir à l'origine une portée impériale, non limitée à Constantinople. La distinction des différents types de vues et de contextes opérée dans le paragraphe 47, qui recouvre une grande variété de paysages, confirme cette impression. Si ce texte, toutefois, est l'œuvre d'un usurpateur, son apparent maintien en vigueur en province ne laisse pas de surprendre.

1.2.2. VOIR...

1.2.2.1. Comment ?

37Le § 48 de l'Hexabiblos, 2. 4, comporte, à titre d'attendu, une analyse de la vision humaine, et souligne la différence entre la perception physiologique de la vue et son appréciation par le droit, et le caractère nécessairement arbitraire des limitations de distance : "Le sens de la vue qui est de tous le sens le plus aigu, est aussi celui qui peut s'exercer à la plus grande distance, et c'est pourquoi il ne faut pas prendre de décisions à cet égard sans réfléchir et à l'aventure. (...) On voit la mer à quarante milles et de plus loin encore. On voit un jardin, des plantes, un bosquet, à vingt milles, on voit une peinture exposée en public à vingt coudées au moins", mais... si l'on respectait ces distances, on ne bâtirait ni maisons ni village ni ville.

38La suite du texte distingue la vision directe (καθ' εὐθεῖαν), seule concernée par le texte, de la vision oblique (πλαγία) et de la vision forcée (βεβιασμένη) : seule la vue directe, non oblique ou forcée, est protégée par le législateur. Cette distinction apparaît également dans la loi de Zénon (C. 8. 10. 12), avec un commentaire qui l'explicite : c'est bien la position du corps qui est en jeu.

C.8. 10.12.2a : (...) ἀφαιρεῖν τοῦ γείτονος ἄποψιν θαλάσσης εὐθεῖαν καὶ οὐ βεβιασμένην ἐξ οἱουδήποτε πλευροῦ τῆς οἰκίας, ἣν ὁ γείτων ἑστὼς ἔνδον ἐν τοῖς ἰδίοις ἢ καὶ καθήμενος ἔχει, μὴ παρατρέπων ἑαυτὸν ἐν τῷ παρακύπτειν εἰς τὸ πλάγιον καὶ βιαζόμενος ὥσπερ ἰδεῖν θαλάσσαν.
C. 8. 10. 12. 2a : [Il est interdit, à une distance de douze pieds, de] priver son voisin d'une vue sur la mer directe et non forcée d'un côté quelconque de la maison, si le voisin en bénéficie debout chez lui ou assis, sans s'incliner et se pencher à l'oblique et en se forçant pour voir la mer.

39Le texte de Zénon ne précise pas en revanche les modalités de la vue dans le cadre de l'intervalle des cent pieds. Justinien émet une constitution (Nov. 165) dont l'objet est de combler cette lacune : la vue sur la mer dans ce cas est protégée, qu'elle soit droite ou oblique. Le vocabulaire employé est du même type :

Nov. 165 : Ἡ ἐπὶ θάλασσαν ἐντὸς ἑκατὸν ποδῶν οὖσα ἄποψις οὐ μόνον κατ' εὐθεῖαν, ἀλλὰ καὶ ἐκ πλαγίου ὀφείλει εἶναι ἀκαινοτόμητος. τοῦτο γὰρ προστίθησιν ὁ παρών τύπος φυλάττων τὴν Ζήνονος διάταξιν καὶ τὴν νεαρὰν ἑρμηνεύων.
Νον. 165 : La vue sur la mer, à une distance inférieure à 100 pieds, doit être protégée de constructions non seulement dans le cas d'une vue directe, mais même en cas de vue oblique. C'est la précision qu'apporte la présente décision, qui maintient en vigueur la constitution de Zénon et interprète la novelle.

  • 47 Cette permanence est en réalité paradoxale dans le mesure où le Bas-Empire voit, d'après Drerup (1 (...)

40Les trois textes ont en commun un même vocabulaire de description des conditions matérielles de la vue qui renvoie, non au regard ou à la perspective, mais de façon très immédiate à la position du corps. Ce corps est toujours statique : on retrouve là un élément déjà présent à la fin de la République et au début de l'époque impériale47. De Zénon à Justinien, se fait jour une évolution vers une protection systématique de la vue quelles que soient les conditions et la position dans lesquelles elle s'opère.

1.2.2.2. Où ?

41La prise en compte des caractéristiques concrètes de l'habitat intervient chez Zénon à propos de la vue. La valorisation dont fait l'objet le paysage maritime se combine avec une hiérarchie des différentes parties de l'espace domestique. La distinction des types de vues à protéger prend en compte la position du spectateur dans la pièce, et dessine une hiérarchie des différentes pièces de la maison : la vue est inutile aux pièces utilitaires et espaces de dégagement.

  • 48 Pour Vetters (1989, p. 577), il faudrait lire ἀφέδρων, génitif pluriel de ἄφεδρος, désignant les l (...)
  • 49 Nous traduisons par le provencal "soustets" le pluriel du grec βαστέρνιον, transcription du latin (...)

C 8. 10. 12.4a : Τὰς δὲ ἀπὸ μόνων μαγειρείων ἢ τῶν καλουμένων ἀποπάτων ἢ ἀφεδρώνων ἢ κλιμάκων ἢ διαβάσεων πρὸς πάροδον μόνην χρησίμων ἢ καὶ τούτων, ἃ καλοῦσιν οἱ πολλοὶ βαστέρνια, ἀπόψεις εἰς θάλασσαν βλάπτειν ἐξέστω, κἂν ἐντὸς ἑκατὸν ποδῶν βούλοιτό τις οἰκοδομεῖν, δώδεκα μέντοι πόδες ἐν μέσῳ τυγχάνοιεν ὄντες.
C 8. 10. 12. 4a : La vue sur la mer, lorsqu'elle concerne exclusivement les cuisines, ou ce que l'on appelle les décharges ou les latrines48, ou les escaliers, les corridors qui ne servent qu'à passer, ou ce que l'on appelle dans le peuple les soustets49, peut être obturée, même si l'on veut faire des travaux de construction à une distance inférieure à cent pieds, à condition de laisser un intervalle de douze pieds.

42L'opposition entre pièces de séjour et pièces de passage apparaît aussi dans l'analyse de Vitruve :

  • 50 Texte Granger, Londres, New-York, Loeb, 1931.

Vitruve, 6. 6. 7 : Cum autem in tricliniis ceterisque conclauibus maximus est usus luminum, tum etiam itineribus, cliuis, scalis, quod in his saepius alius aliis obuiam uenientes ferentes sarcinas soient incurrere50.
Si les lumières ont de l'intérêt surtout dans le cas des tricliniums et autres pièces de réception, elles en ont aussi pour les passages, les montées, les escaliers. C'est là en général que chacun va et vient dans un sens différent, et se presse d'ordinaire avec ses charges.

43La confrontation du texte de Vitruve, précisant qu'il convient d'éclairer d'une part les pièces de séjour et de réception, mais aussi, pour éviter les accidents, les dégagements et les passages, avec la loi de Zénon, souligne la différence fonctionnelle entre la lumière et la vue, et le caractère éminemment statique de la vue.

1.2.2.3. Quoi ?

Vue sur la mer, vue sur la côte

44La vue sur la mer est l'objet récurrent de la sollicitude des chancelleries impériales.

C.8. 10. 12.2a : (...) μηδαμῶς ἐκ τούτου τοῦ διαστήματος συγχωρεῖσθαι ἀφαιρεῖν τοῦ γείτονος ἄποψιν θαλάσσης (...)
C.8. 10. 12.2a : [Même si l'on construit à douze pieds d'intervalle de la maison du voisin] qu'il ne soit pas permis de priver son voisin de vue sur la mer (...)

Nov.63 : (...) ἐπῆκται δὲ ὥστε ἐπὶ ταύτης τῆς βασιλίδος πόλεως μὴ δύνασθαὶ τινα ἑκατὸν ποδῶν εἴσω κωλύειν θαλάττης ἄποψιν, πράγματος χαριεστάτου, ἐχρῆν μὲν ἴσως καὶ ἐκ πλείονος μέτρου τὰς ἀπόψεις αὐτοῖς ἀνεῷχθαι καὶ μὴ ταύτας κωλύειν (...)
Νον. 63 : (...) Il a été établi qu'ici, dans la ville impériale, personne ne pouvait, sans laisser un intervalle d'au moins cent pieds, empêcher la vue sur la mer, objet plein d'agrément. Il aurait peut-être fallu garantir une vue libre et ne pas la laisser gêner même à une distance plus importante (...)

45La Novelle 165 concerne à nouveau de façon spécifique la vue sur la mer.

46Si ces trois constitutions traitent la mer comme un tout, le texte qui nous a été transmis par Julien d'Ascalon opère entre deux types de paysages maritimes une distinction fondée à la fois sur des critères matériels et sur des critères psychologiques (Hexabiblos, 2.4. 47) : les paysages maritimes construits et animés, tels qu'un port, ou plus simplement une localité au bord de l'eau avec des emplacements de mouillage, ou même tout bonnement une côte, compte tenu de la considérable émotion qu'ils font naître chez le spectateur, sont des vues dont le droit protège la jouissance. Un particulier qui n'aurait vue que sur la haute mer ne pourrait en revanche prétendre à une telle protection automatique. L'argument avancé est qu'il ne serait pas possible alors de définir un intervalle minimal entre les constructions, puisque la haute mer est visible de très loin.

  • 51 En Orient : Anthologie, IX. 651 et 653 : descriptions de panoramas offerts par des maisons de Cons (...)
  • 52 Basile, Homilia IV in Hexaemeron, PG 29, col. 92 B-D, § 6.
  • 53 Stutzinger, 1987, pp. 110-111.
  • 54 Libanios, ep. 1189 (éd. Förster) : un dîneur profite du spectacle de la mer, des vaisseaux poussés (...)
  • 55 Anthologie, IX. 808 (épigramme descriptive faisant parler une maison de Constantinople, au milieu (...)
  • 56 Sidoine Apollinaire, ep. 2 2. 11-12 description d'une salle de réception offrant une vue panoramiq (...)

47Ces textes témoignent de la persistance et du développement du goût pour la vue sur la mer dont font également état la littérature profane51 et religieuse52. Plus que la vue sur la mer, c'est en réalité la vue sur le littoral qui fait l'objet d'une protection : la côte est privilégiée par rapport à la haute mer. Le plaisir de la contemplation naît ici de l'imbrication de la nature et des traces de l'activité humaine, qui fait du paysage une image du cosmos53, conformément à une esthétique que partagent Libanios54, et les poètes de l'Anthologie55, et, en Occident, Sidoine Apollinaire56.

  • 57 Biondi, 1938, p. 38 ; Franciosi, 1967, p. 144 ; Grosso, 1969, p. 237. Cf. CT. 4. 24 ; C 12. 23. 12 (...)
  • 58 C 8. 10. 13. La loi de Zénon est désignée comme la "constitutio quae de seruitutibus loquitur".

48La protection réglementaire de la vue telle qu'elle est assurée par la règle des douze pieds est qualifiée par Zénon de "servitude"57. Le terme δουλεία, repris par le terme seruitus par Justinien dans une constitution de langue latine faisant référence à la loi de Zénon58, désigne en réalité, non pas une servitude définie par un accord contractuel volontaire, mais une garantie réglementaire, qui correspond à la notion moderne de servitude légale, et dont nous avons vu l'émergence à partir de la notion de uetus forma.

La vue sur la mer à Constantinople : la règle des cent pieds
  • 59 29, 60 m en pieds romains, 31, 23 m en pieds byzantins.

49La protection de la vue sur la mer, qui répond à un souci généralisé, se manifeste à Constantinople de façon spectaculaire, par la règle des cent pieds (environ trente mètres)59 de distance.

50Cette règle est peut-être déjà présente dans la loi de Léon, si l'on adopte notre interprétation et si l'on voit dans la mention des cent pieds une prescription de distance et non de hauteur. Elle est affirmée avec force en tout cas par l'empereur Zénon :

  • 60 post οίκίων είτε del Hercher.

C. 8. 10. 12.4 : (...) ταύτην ἀναιροῦντες τὴν ἀμφιβολίαν θεσπίζομεν τοῦτο αὐτό κρατεῖν ἐπὶ τε τῶν ἐμπρησθεισῶν οἰκίων τῶν ἀνανεουμένων καὶ ἐπὶ τῶν οὐκ οὐσῶν μὲν πρότερον, κτιζομένων δὲ νῦν, μετά τούτων καὶ ἐπὶ τῶν πυρὸς μὲν βλάβην μὴ δεξαμένών, διὰ παλαιότητα δὲ ἢ καὶ τινα οὖν ἄλλην αἰτίαν σαθρῶν γενομένων, ἵνα ἐπὶ πάσης οἰκίας οἰκοδομουμένης ἑκατὸν ποδῶν εἴη διάστημα ἐν μέσῳ τῶν ἀμφιβαλλομένων τόπων, κωλύματος χωρὶς γένηται οἰκοδόμημα, εἰ καὶ τῆς ἄλλῳ διαφερούσης οἰκίας τὴν ἐπὶ θάλασσαν ἄποψιν λυμαίνηται.
C. 8. 10. 12.4 : (...) mettant fin à cette ambiguïté (de la loi de Léon), nous décidons que cette même règle vaut à la fois pour les maison incendiées que l'on restaure60 et pour celles qui n'existaient pas encore et sont en construction, ainsi de même que pour celles qui, sans avoir subi les effets de l'incendie, sont en mauvais état du fait de leur âge ou pour quelqu'autre raison, afin que, quels que soient les travaux entrepris sur une maison, s'il y a un espace de cent pieds entre les lieux à propos desquels s'engage le conflit, les travaux ne puissent être empêchés, même s'ils nuisent à la vue sur la mer de la maison appartenant à autrui.

  • 61 Tel est est également l'objet des dispositions des paragraphes 7 à 9 de la loi. Sur la confusion a (...)

51Si nous en croyons la lettre même du texte, l'objet de cette disposition est moins de protéger la vue sur la mer que d'empêcher les abus et les effets pervers du recours à l'operis noui nuntiatio61, qui constituerait donc l'objet principal de cette partie de la constitution.

52A côté de la nouvelle notion de servitude légale, la notion de servitude volontaire reste opératoire :

C.8. 10.12.4b : Ταῦτα δὲ παραφυλαχθῆναι θεσπίζομεν, ὅτε μὴ ὑπάρχει τινὶ σύμφωνον ἐπιτρέπον οἰκοδομεῖν · τηνικαῦτα γὰρ καὶ μὴ παραφυλαχθέντος διαστήματος κατὰ τὸ σύμφωνον ἐπιτρέπομεν ἐγείρεσθαι τὰς οἰκοδομάς, εἰ καὶ βλάπτοιεν περὶ θαλάσσης ἄποψιν τοὺς συμφωνήσαντας ἢ τοὺς τὰς ἐκείνων οἰκίας διαδεξαμένους, ἐπειδὴ τὰ ἤδη τισὶν ὐπάρχοντα ἐκ συμφώνων δίκαια οὐ προσήκει διὰ τῶν γενικῶν ἀναιρεῖσθαι νόμων.
C. 8. 10. 12.4b : Nous jugeons bon que ces règles soient observées lorsque l'on ne dispose pas d'un accord permettant la construction. Ceux qui construisent en vertu d'un accord avec le voisin doivent s'en tenir à ce qui a été convenu. Dans ce cas en effet, même si la distance n'est pas respectée, nous autorisons le constructeur à élever la maison, même si s'en trouvent lésées dans leur vue sur la mer les personnes qui ont conclu l'accord, ou celles qui ont hérité de leurs maisons, car les droits dont ces particuliers disposent déjà en vertu d'un accord, il ne convient pas qu'ils en soient dépouillés par des lois générales.

53La servitude ainsi mentionnée, qui serait désignée en latin par l'expression ut prospectui offendatur, subsiste lorsque le fonds change de propriétaire : elle est bien attachée au fonds et non à la personne. Il s'agit d'une servitude réelle définie par un accord contractuel volontaire, et qui correspond donc à la notion de servitude élaborée par le droit classique.

54Comme en témoignent par exemple les Basiliques, ainsi que le texte de la Novelle 63, ce chapitre de la loi de Zénon, à la différence des autres chapitres cités, n'a pas vu sa validité étendue à l'ensemble de l'empire et reste une décision locale.

55Une novelle de Justinien, de date inconnue, précise les modalités d'exercice de la vue faisant l'objet d'une protection dans le cadre de l'intervalle de cent pieds (Nov. 165, voir supra).

  • 62 Texte abondamment commenté par Scofone, 1984-1985, et cité, avec références bibliographiques, par (...)

56En 538, Justinien réaffirme cette règle des cent pieds, que les Constantinopolitains ont trouvé entre-temps le moyen de tourner62 :

Nov. 63 : pr. (...) πλὴν ἀλλὰ καὶ τοῦτο παραδόξω τινὶ προσμεμηχάνηται τέχνῃ, τινὲς γὰρ τὸ τῶν ἑκατὸν ποδῶν καταλιπόντες μέτρον ἢ καὶ βραχύ τι τούτῳ προσθέντες, εἶτα οἰκοδομεῖν ἐκεῖσε οὐδὲν ἕτερον ἔχοντες, ἀλλὰ καθάπερ τι παραπέτασμα παρατείνοντες. ἐπειδὰν ἀφέλωνται τὴν τῆς θαλάττης ἄποψιν κατὰ πᾶσαν ἐξουσίαν, οὐ μαχόμενοι τῷ νόμῳ διὰ τὸ τῶν ἑκατὸν ποδῶν διάστημα ἔνδον οἰκοδομοῦσιν ἀκωλύτως · καὶ ἐπειδὰν τοῦ ζητουμένου τύχοιεν, καθαιροῦσιν ἐκεῖνο τὸ διὰ τὴν χρείαν αὐτοὶς ἐπινενοημένον, καὶ οὕτω τὸ σχῆμα σοφισάμενοι πάσης τέρψεως ἀλλότρίας τὰς τῶν κεκτημένων καθιστᾶσιν οἰκίας. ὅπερ τοῦ λοιποῦ γίνεσθαι κατ' οὐδένα βουλόμεθα τρόπον.
1 ἀλλ' εἴ τις βούλοιτο τοιοῦτό τι σχεδιάσαι καὶ κακουργῆσαι, μὴ τοιαῦτα παιζέτω, ἀλλ' εἴπερ τούτου δέοιτο ταῖς ἀληθείαις, οἶκον ὅλον οἰκοδομείτω καὶ μέχρι τοῦ διαστήματος παντὸς (τοῦ τῶν ἑκατὸν ποδῶν) χωρείτω, τὰς οἰκοδομίας ποιῶν ὡς ἀναγκαίας αὐτῷ καὶ ἀπαραιτήτους ἐσομένας μὴ μὴν διὰ τὴν τοῦ γείτονος ἐπιβουλὴν διὰ τοῦτο σχεδιαζέτω τοίχους καὶ ὥσπερ ἐπί τινος γραφῆς τὴν τοιαύτην ἐκτείνας σκαιωρίαν τὴν ἀφαίρεσιν τῆς ἀπόψεως ἁρπαζέτω. ὥσπερ γὰρ τοὺς τὰ ἄλλα ἁρπάζοντας εἰκότως ἀποστρεφόμεθα καὶ ποινῆς ἀξίους νομίζομεν, οὕτω καὶ τοὺς τοῦτο τεχνωμένους οὐδενὸς ἐλάττονας εἰς κακίαν τῶν καὶ τὰ ἄλλα πράγματα ἁρπαζόντων νομίζομεν. ὥστε εἰ καὶ τῷ σμικρόν τι πρᾶγμα λαβείν κατὰ τρόπον ἁρπαγῆς θαρρήσαντι εὖ ποιοῦσα ἡ vi bonorum raptorum μετὰ τῆς τετραπλάσιας ἔπεισι ποινῆς, πῶς οὐχὶ καὶ τοῦτον ἀνάγκη τὸν τοιοῦτό τι πράξαντα καὶ καθελεῖν ἀνανγκάζεσθαι τὸ παρ' αὐτοῦ γενόμενον καὶ ἑτέρᾳ μείζονι ποινῇ σωφρονισθῆναι, τουτέστι decem librarum auri εἰσκομιζομένων τῇ θεατραλίᾳ τῆς σῆς ὑπεροχῆς · ἵνα μὴ "κακός γείτων" (τοῦτο δὴ τὸ τοῦ λόγου) γενόμενος ἀπίοι καταγελῶν τοῦ νόμου, ὡς οὐκ ἰσχύσαντος αὐτόν ταῖς οἰκείαις ὑπαγαγεῖν διατυπώσεσι.

<Έπίλογος> Τὰ τοίνυν παραστάντα ἡμῖν καὶ διὰ τοῦδε τοῦ θείου δηλούμενα νόμου ή σὴ ὑπεροχὴ κατὰ ταύτην τὴν εὐδαίμονα πόλιν ἔργῳ καὶ πέρατι παραδοῦναι καὶ εἰς τὸ διηνεκὲς παραφυλάττειν ἅμα τῇ πειθομένη αὐτῇ τάξει σπευσάτω, τῆς αὐτῆς, τουτέστι τῶν decem librarum auri ἐπικειμένης ποινῆς καὶ κατὰ τῶν ταῦτα παραβαινόντων ἢ παραβαίνεσθαι συγχωρούντων.

Νον.63 : pr. (...) Toutefois [malgré les prescriptions répétées d'éloignement de distance et alors qu'il aurait fallu définir un intervalle supérieur à cent pieds], cette disposition est tournée par une fraude étonnante. Certains en effet, respectant la distance des cent pieds, ou même laissant un intervalle un peu plus important, sans qu'ils puissent dans ces conditions y construire rien d'autre, se contentent de tendre pour ainsi dire une sorte d'écran, et une fois qu'ils ont ôté la vue sur la mer en toute impunité, c'est sans commettre d'infraction par rapport à la loi des cent pieds qu'ils construisent en deçà de cette distance, sans pouvoir en être empêchés. Et une fois qu'ils ont obtenu ce qu'ils cherchaient, ils suppriment ce qu'ils avaient inventé de construire pour servir leurs intérêts, et fraudant ainsi avec l'assiette des édifices, ils dépouillent de tout agrément les maisons des propriétaires. C'est ce que nous ne voulons plus voir se produire à l'avenir en aucune façon.

  • 63 Cf. Scofone, 1984-1985, p. 157, n. 20.

1 Au lieu de cela, si quelqu'un venait à vouloir accomplir ce genre de sottise malveillante, qu'il ne joue pas à ce jeu, mais s'il en a réellement besoin, qu'il construise une maison entière et qu'il utilise tout l'espace permis par la limitation (nous voulons parler de la distance minimale de cent pieds), en construisant les diverses parties de son édifice telles qu'elles doivent l'être en fonction de ses besoins. Qu'il se garde bien, pour nuire au voisin, d'avoir la bêtise d'édifier des murs dans ce seul but, et comme s'il s'agissait d'un tableau, de tendre ce voile de ruse pour arracher au voisin la vue sur la mer et la voler. De même en effet que non sans raison nous regardons avec horreur ceux qui volent les biens d'autrui, et que nous estimons qu'ils doivent être châtiés, de même nous estimons que les auteurs de cette fraude ne sont en rien moins vils que ceux qui s'emparent des biens d'autrui : en conséquence, si celui qui a eu l'impudence de prendre ne serait-ce qu'une petite chose en la volant est sujet avec raison à la procédure ui bonorum raptorum et l'amende du quadruple, comment ne serait-il pas inévitable que l'auteur de ce genre d'action également ne soit pas contraint non seulement de supprimer ce qu'il a fait faire, mais encore d'être puni par un autre châtiment plus important, c'est-à-dire le versement de dix livres d'or à la caisse du théâtre de ta grandeur63 ? afin d'éviter qu'un "mauvais voisin" (c'est comme cela qu'on dit), ne se moque impunément de la loi dans la pensée qu'elle est incapable de le soumettre à ses dispositions.

57(Conclusion) Les décisions que nous avons prises et qui sont exprimées par la présente divine loi, ta hautesse aura à cœur de les appliquer dans cette ville heureuse, dans tes actes et tes décisions, et les observer perpétuellement, ainsi que les bureaux qui te sont subordonnés, la même amende, c'est-à-dire celle des dix livres, s'appliquant et à ceux qui commettent les infractions, et à ceux qui les laissent commettre.

  • 64 Cf. Scofone, 1984-1985, pp. 151-152.
  • 65 Sur l'interprétation générale de la loi. voir Scofone, 1984-1985, pp. 164-167, dont nous ne suivon (...)

58La motivation du texte est claire : il s'agit de réagir à une pratique permettant de tourner la loi, qui consiste à construire un mur-écran au delà de la distance des cent pieds, et donc en toute légalité64. L'effet de la construction de ce mur étant de boucher la vue sur la mer des maisons voisines et de modifier ainsi l'assiette des édifices, c'est-à-dire ces droits naturels fondés sur la durée qui correspondent à la uetus forma, il devient alors possible de bâtir un édifice à son gré sans tenir compte de la limite des cent pieds qui n'a désormais plus de sens. Au régime strictement privé encore envisagé par Zénon, dont la loi vise à éviter les abus des procès en voisinage, se substitue un régime pénal et administratif : l'interdiction énoncée n'a pas pour fonction de définir les conditions de l'introduction d'un recours mais d'empêcher effectivement l'activité évoquée, qui devra être réprimée par l'autorité administrative. Toute infraction sera sanctionnée non seulement par la démolition de l'ouvrage, mais aussi par une amende d'un montant fixe, administrativement déterminé. Il n'est plus fait mention de la possibilité d'établissement de servitudes contractuelles permettant de construire en deçà de la limite des cent pieds. Cette absence ne correspond toutefois pas nécessairement à une suppression de cette possibilité65.

L'écrit de Julien d'Ascalon ou la variété des spectacles

59Les textes qui nous sont conservés par Julien d'Ascalon, contrastant sur ce point avec les textes concernant Constantinople, témoignent d'un souci généralisé de protection de la vue, qui s'étend à la vue sur les jardins, les tableaux exposés en public, et les montagnes.

60Il est ainsi interdit d'empêcher la vue sur les jardins à une distance de moins de 50 pieds (Hexabiblos, 2. 4. 48).

61La vue sur une peinture exposée en public (δημοσία γραφή) est également protégée : l'intervalle minimal à respecter pour construire un édifice entre une représentation et un édifice privé est défini par la distance à laquelle le sujet représenté n'est plus reconnaissable (Hexabiblos, 2. 4. 49).

  • 66 Or. 42. 43.
  • 67 Prog. 12. 2. 1 (Forster, Libanii Opéra, vol. VIII)
  • 68 Edition: Friedländer, 1939; cf. RE, 23. 1 (1957), col. 264-265 (Aly).
  • 69 11. 421-42 2.
  • 70 réelle pour Friedländer, mais imaginaire pour Aly, cit.
  • 71 Reekmans, 1969, pp. 117-122; 1970, pp. 133-138.

62Un tel texte prend place dans une série, assez disparate à vrai dire, de témoignages sur l'importance des éléments picturaux ou de décor figuratif dans le paysage urbain. Libanios fait allusion à un haut personnage exposant dans un lieu public un portrait de lui66, et à un tableau exposé dans la cour de la Curie à Antioche67. Un des textes de Procope de Gaza a pour sujet la description d'un tableau ou d'une mosaïque68, dont le lieu d'exposition n'est pas mentionné, mais qui a fait l'objet d'un don destiné à l'ensemble de la cité69. Que l'œuvre d'art décrite soit réelle ou imaginaire70, elle constitue le reflet des conceptions du temps. Les peintures murales ornant le mur de fond des portiques, comme à Apamée par exemple71, peuvent également constituer un exemple de δημοσία γράφη.

  • 72 Cf. Rouveret, 1987-1989.
  • 73 Cf. Moreno, 1976, pp. 633-650.
  • 74 Bianchi Bandinelli, 1977, p. 464.
  • 75 Moreno, 1979, p. 473.
  • 76 Reinach, 1985, n° 107.
  • 77 Reinach, 1985, n° l 10.
  • 78 Reinach, 1985, n° l11.
  • 79 Reinach, 1985, n° 112.

63Ces décors urbains s'enracinent dans une tradition ancienne, puisque la peinture publique constitue un des éléments du paysage urbain de la cité classique72. Les exemples les plus connus en sont le sanctuaire d'Athéna Areia à Platées, la Lesché des Cnidiens à Delphes, le portique du Poecile et le portique de Zeus Eleuthérios à Athènes73. Bien qu'à la période hellénistique la peinture, murale ou de chevalet, devienne de plus en plus vouée à l'usage privé74, la tradition de la peinture publique se poursuit jusque sous l'Empire romain75. Le décor de la Lesché des Cnidiens à Delphes, encore extrêmement bien conservé à l'époque où Pausanias le décrit76, est cité par Plutarque77, Philostrate78, puis, à la fin du quatrième siècle encore, Themistios79.

  • 80 Moreno, 1976, pp. 646-650.
  • 81 Cf. Bianchi Bandinelli, 1955, p. 25, p. 165 ; Delvoye, 1984.

64Les personnages mentionnés dans notre texte, Ajax et Achille, figurent normalement dans les représentations du thème traditionnel de la prise de Troie, choisi par exemple pour la décoration de la Lesché des Cnidiens80. Leur apparition dans notre texte évoquent aussi la prolifération au Bas-Empire des thèmes iconographiques empruntés au poèmes homériques, et l'importance en particulier de la figure d'Achille81.

65La vue sur les montagnes fait également l'objet d'une prescription (Hexabiblos, 2. 4. 51). En se fondant sur une citation de Papinien, le rédacteur du texte étend la portée de la constitution de Zénon à la vue sur les montagnes, "puisqu'il y a un certain charme à contempler la montagne, comme à contempler la mer, et qu'il faut décider du semblable par le semblable."

66Entre le cinquième et le sixième siècle, la vue fait l'objet de la sollicitude attentive des empereurs. Les prescriptions protégeant le panorama sont fondées sur des considérations psycho-physiologiques et sur une analyse de la vision humaine. Les prescriptions très particulières concernant la distance de cent pieds à respecter concernent uniquement Constantinople. Elles constituent l'application à un lieu précis, particulièrement riche en tensions et conflits possibles en raison de son statut de grande ville et de ville capitale, d'un souci généralisé de protection de la vue. Ce souci peut être mis en rapport avec l'importance attachée à la vue dans les épigrammes de l'Anthologie décrivant les maisons de Constantinople.

-2- DE LA FENÊTRE À L'INTIMITÉ

2.1. UNE TYPOLOGIE JURIDIQUE DES FENÊTRES

67Les constitutions impériales et le recueil de Julien d'Ascalon esquissent à propos de la lumière et de la vue une typologie des fenêtres.

  • 82 Le verbe παρακύπτειν est courament utilisé pour traduire le latin proicere. Le verbe grec a égalem (...)
  • 83 Koukoules, tome IV, p. 288.

68Le terme le plus général pour désigner les fenêtres est θυρίς. Le mot peut être accompagné d'un adjectif. Les fenêtres désignées par l'expression θυρίς παρακυπτική (Hexabiblos, 2.4. 32-33 ; C. 8. 10. 12. 3-3b) sont celles auxquelles on peut s'accouder et se pencher, et qui sont vouées par excellence et par étymologie à la jouissance du prospectus82. Dans la loi de Zénon et dans le texte de Julien d'Ascalon, à παρακυπτική s'oppose φωταγωγός83 (Hexabiblos, 2.4.32-33 ; C.8. 10. 12. 3-3a-3b). L'opposition entre fenêtres panoramiques et fenêtres exclusivement éclairantes qui apparaît sur les sites (cf. fig. 51-53) structure également les textes juridiques.

69Zénon reprend la distinction, déjà présente dans le règlement de Léon, en précisant le détail des dispositions concernant les différents types de fenêtres :

C. 8. 10. 12.2 :(...) καὶ τῷ τοῦτο τοῦ λοιποῦ παραφυλάττοντι, ἐξείναι τὴν οἰκίαν ἐγείρειν ἐφ' ὅσον θελήσειν ὕψος καὶ θυρίδας κατασκευάζειν τὰς καλουμένας παρακυπτικὰς καὶ φωταγωγοὺς κατὰ τὴν θείαν νομοθεσίαν, εἴτε νέαν οἰκίαν βούλοιτο κτίζειν εἴτε παλαιὰν ἀνανεοῦν εἴτε διαφθαρεῖσαν ἐκ πυρὸς οἰκοδομεῖν.

C. 8. 10. 12. 3a : Εἰ δὲ τὸ παλαιὸν οἰκοδόμημα καὶ τὸ ἀρχαῖον σχῆμα τοιοῦτον ἦν, ὥστε ἔλαττον εἶναι τῶν δεκαδύο ποδῶν μεταξὺ ἑκατέρας οἰκίας διάστημα, μὴ ἐξέστω παρὰ τὸ παλαιὸν σχῆμα ἢ ὑψοῦν τὸ οἰκοδόμημα ἢ θυρίδας ποιεῖν · εἰ μὴ δέκα πόδες εἶεν ἐν μέσῳ · τηνικαῦτα γὰρ παρακυπτικὰς μὲν ὁ κτίζων οὐ δυνήσεται ποιεῖν οὐκ οὔσας πάλαι, ὡς εἴρηται, φωταγωγοὺς δὲ ποιήσει ἀπὸ ἓξ ποδῶν τοῦ πάτου εἰς ὕψος, μηδαμῶς τὸ καλούμενον ψευδόπατον ποιεῖν ἐν τὸ ἑαυτοῦ οἰκήματι τολμῶντος, φωταγωγοῦ θυρίδος κατασκευασθείσης κατὰ τὸ εἰρημένον τῶν ἓξ ποδῶν ὕψος, καὶ σοφίζεσθαι τὸν νόμον.
3b : Εἰ γὰρ τοῦτο ἐξείη, πάλιν αἱ φωταγωγοὶ διὰ τοῦ ψευδοπάτου παρακυπτικῶν πληρώσουσι χρείαν καὶ τὸν γείτονα βλάψουσιν.

C. 8. 10. 12.2 : (...) celui qui respecte [la distance de douze pieds entre les édifices] a l'autorisation d'élever sa maison à la hauteur désirée et d'y aménager fenêtres dites "panoramiques" et jours, d'après le règlement de feu l'empereur, qu'il veuille construire une nouvelle maison, en restaurer une ancienne, ou en (re)bâtir une détruite par un incendie.

  • 84 1,77 m s'il s'agit de pieds romains, mais 1,87 m s'il s'agit de pieds byzantins.
  • 85 Quelle est ici la forme exacte du mot ? Le LSJ ne cite que la forme ψευδόπατον, seule présente en (...)

C. 8. 10. 12.3a : Et si l'édifice ancien dans son assiette originale, était tel que la distance entre chacune des deux maisons était inférieure à douze pieds, qu'il ne soit pas permis de surélever la construction ou d'aménager des fenêtres en modifiant l'assiette ancienne, à moins qu'il n'y ait dix pieds d'intervalle : alors en effet le constructeur ne pourra pas aménager des fenêtres panoramiques si elles n'existaient pas auparavant, comme il l'a déjà été dit, mais il aménagera des jours à 6 pieds de hauteur84 à partir du plancher, sans avoir l'impudence de faire dans son appartement ce que l'on appelle un faux plancher85, un jour étant aménagé, comme il l'a été dit, à une hauteur de six pieds, et la loi est bien conçue.
3b : En effet, si l'on permet cette pratique, à nouveau les lucarnes, à cause du faux-plancher, feront office de fenêtres panoramiques et nuiront au voisin.

  • 86 Code Civil, art. 677 ; cf. Fournel, 1827, t. II, pp. 577-578. Dispositions comparables dans les Co (...)

70A titre de comparaison, au début du dix-neuvième siècle en France, les jours ouvrant sur le fonds voisin doivent se trouver à au moins huit pieds (2, 60 m) du sol à l'appui au rez-de-chaussée, six pieds (1, 80 m) du plancher à l'étage86.

  • 87 Hexabiblos, 2. 4. 33.

71Une prescription de Julien d'Ascalon comporte la même distinction fondamentale que la loi de Zénon entre deux types de fenêtres. Si un mur aveugle fait face à un autre qui comporte des fenêtres panoramiques, le propriétaire du mur aveugle pourra aménager des jours à une hauteur de trois coudées un tiers (1, 56 cm) par rapport au sol de sa pièce. Il ne pourra en revanche aménager des fenêtres panoramiques qu'à condition d'être éloigné de la maison d'en face de vingt pieds (6, 24 m)87.

  • 88 Cf. Koukoules, tome IV, p. 288; Procope, Bell. 4.1; Philo, Bel. 81. 25 : Garlan, 1974, p. 294 (§ 2 (...)

72Julien d'Ascalon emploie également le terme τοξική88 (Hexabiblos, 2. 4. 35-36,2. 4. 75 ; dans le titre de ce dernier paragraphe, τοξική forme couple avec θυρίς, auquel il s'oppose). Le mot, qui désigne étymologiquement une archère, est employé par Jérôme pour traduire et commenter un terme hébreu employé par Ezéchiel :

  • 89 Corpus Christianorum, Series Latina 75, pp. 566-567.

Hier. In Hiezechielem 40, 12 sqq.89:fenestras absconditas quas hebraice appellantur athenoth, Symmachus toxikas transtulit. (...) fenestrae obliquae siue toxikai idcirco a sagittis uocabulum perceperunt, quod instar saggittarum angustum in aedes lumen imminent et intrinsecus dilatentur.

73Les fenêtres discrètes que l'on appelle en hébreu athenoth ont été désignées en grec dans la traduction de Symmaque par le terme τοξικαί (...) Les fenêtres ébrasées dites τοξικαί ont reçu leur nom de celui des flèches, par comparaison avec ces dernières : elles ne laissent entrer dans la maison qu'un étroit rayon de lumière, et s'élargissent vers l'intérieur.

  • 90 Toutefois, pour Ferrini (1902 a), à tort selon nous, les τοξικαί constitueraient également des fen (...)

74La description renvoie très nettement à un type de fenêtres que nous avons repéré notamment à Pompéi et à Alexandrie, et qui se retrouve par exemple à Jérash à la période byzantine90.

  • 91 B. 58. 2. 4 ; B. 58. 2. 15 ; B. 58. 2. 16 ; B. 58. 2. 17.
  • 92 C'est ainsi qu'il est également interprété dans une inscription d'Épidaure, où φῶτα s'oppose à θυρ (...)

75Julien d'Ascalon utilise également le mot φῶς (Hexabiblos, 2. 4. 35). Dans les Basiliques, ce terme est utilisé, conformément à son emploi le plus courant, pour traduire le latin lumen91. Le mot φῶς désignerait l'ouverture éclairante, par opposition à θυρίς, s'appliquant à l'ensemble de la fenêtre et de son encadrement92.

  • 93 Pour Karlowa (1901, p. 532) l'opposition entre fenêtres éclairantes et fenêtres panoramiques, bien (...)
  • 94 Krauss, 1910, p. 42; Dalman, 1942, pp. 75-77; Engle, 1987, p. 81.
  • 95 Vööbus, 1975-1976, 69. 157.

76Trois catégories de fenêtres, qui peuvent se recouper, sont donc identifiables dans l'écrit de Julien d'Ascalon : les fenêtres basses, à fonction panoramique, les fenêtres hautes, à fonction exclusivement éclairante, les fenêtres en forme d'archères, à fonction éclairante également. Le terme φῶς peut soit recouvrir l'ensemble des deux derniers types, soit s'appliquer à une quatrième sorte d'ouverture. Zénon quant à lui ne prend en compte que l'opposition entre les fenêtres panoramiques et les fenêtres hautes éclairantes, ce qui ne signifie pas que les fenêtres archères n'existaient pas à Constantinople, mais que Zénon ne voyait pas l'intérêt de les traiter à part93. Les trois catégories de fenêtres envisagées par Julien d'Ascalon se retrouvent également dans l'univers biblique et talmudique94, et dans le Liber Syro-Romanus95, qui distingue le cas de l'aménagement de fenêtres au rez-de-chaussée, où l'intervalle à ménager sera de deux à quatre coudées selon la largeur de la fenêtre, et celui de l'aménagement de fenêtres à l'étage, pour lequel aucun intervalle n'est défini. Trois catégories de fenêtres sont mentionnées : les fenêtres simples, d'une coudée de large, les fenêtres doubles à meneau, et les lucarnes, haut placées. Le LSR condense ici deux séries de dispositions distinguées par Julien d'Ascalon : les dispositions différenciant divers types de fenêtres et les prescriptions garantissant le maintien d'une bande de terrain libre de constructions.

2.2. UNE PROTECTION JURIDIQUE DE L'INTIMITÉ

  • 96 L'importance de la fenêtre comme menace possible pour l'intimité domestique a été mise en valeur p (...)

77La distinction opérée par Zénon entre deux types de fenêtres a pour fonction de permettre aux voisins de protéger leur intimité des regards indiscrets96 : "[s'il était permis d'aménager un faux plancher sous un jour] à nouveau les jours, à cause du faux-plancher, feront office de fenêtres-panoramiques et nuiront au voisin" (C. 8. 10. 12. 3b).

78La loi de Zénon, réglementant l'aménagement des fenêtres par souci de protection de la vie des voisins, introduit ainsi une protection juridique de l'intimité. Le mécanisme de cette protection est le même que celui de la protection de la lumière et de la vue : un texte à caractère réglementaire, émanant de l'autorité impériale, définit des intervalles en deçà desquels l'aménagement de fenêtres est illégal ; cependant les particuliers peuvent toujours formuler des accords par lesquels l'un d'entre eux se voit accorder par son voisin le droit de transgresser la règle.

  • 97 6, 24 m en pieds byzantins.

79Les prescriptions de Julien d'Ascalon (Hexabiblos, 2. 4. 33) comportent la même distinction fondamentale que celles de Zénon, mais supposent une plus grande exigence de protection : l'indication concernant les fenêtres panoramiques mentionne une distance de vingt pieds97. Il s'agit là d'une prescription concernant un cas particulier, où la malveillance peut jouer un rôle particulièrement important : celui du percement secondaire d'ouvertures dans un édifice préexistant. Cette prescription particulière peut correspondre à une tradition locale.

80Le texte de Zénon devait répondre à une attente bien réelle de la population : un texte, postérieur à la loi de Zénon, qui nous est transmis par l'écrit de Julien d'Ascalon, et qui d'après Scheltema émanerait de la chancellerie impériale, vise à réfréner les abus chicaniers en matière de protection de l'intimité (Hexabiblos, 2. 4. 50). Il est impossible d'empêcher totalement que les maisons aient vue les unes sur les autres. En conséquence, les particuliers s'estimant lésés par la vue dont leurs voisins disposent, devront s'entendre avec leurs voisins, ou placer eux-mêmes des claires-voies ouvertes ou des rideaux à leurs fenêtres.

  • 98 "(...) c'est à cause de la vue qu'on a défini un intervalle de dix pieds, pareillement ici [dans l (...)
  • 99 Wirth, 1975, p. 69.
  • 100 Krauss, 1910, p. 42.

81Le souci de protection de l'intimité persiste par exemple à la charnière du neuvième et du dixième siècle, où il est attesté par une novelle de Léon le Sage (Nov. 113)98, ainsi que dans le monde islamique, où il serait interdit de pénétrer ou même simplement de regarder à l'intérieur de la maison99. Dans le Talmud également les fenêtres doivent être éloignées des maisons voisines de quatre coudées dans les trois directions : hauteur en haut et en bas, et vis-à-vis100.

Notes

1 Les premiers éléments de cette histoire du goût pour la lumière ont été rassemblés par Horn, 1967, pp. 31-33. Voir aussi l'ouvrage collectif Licht und Architektur, dont plusieurs contributions ont déjà été citées (Sperl, Löhr, Ratzka).

2 Sur ce texte, voir Frier, 1980, pp. 102-104, en particulier p. 103, n. 113-114, et p. 152 n. 13 ; Rodger, 1972, pp. 10-11, pp. 87-88 ; Rainer, 1987, p. 253.

3 Riccobono, 1906 ; Biondi, 1937, pp. 227-229 ; Rodger, 1972, pp. 56-76 ; Frier, 1980, p. 103, n. 113-114 ; Rainer, 1987, pp. 248-252.

4 Rainer, 1987, pp. 250-251.

5 Cf. Brugi in Gluck, Commentario aile Pandette, p. 214, note H, p. 215, n. 45.

6 Cf. Brugi, ibid., p. 215, n. 46, et OLD, s. u.

7 OLD, s. u.

8 Varron, L.L. 6. 4 ; Cf. Marquardt, 1888, p. 767 ; c'est le choix de Gluck, repris par Brugi (cf. Commentario, p. 214 n. 4, p. 215 n. 45).

9 "Tu trouveras asile dans un salon, qui est la pièce la moins exposée à la chaleur, et de ce fait la plus convenable pour l'été, car ouverte au nord seulement, elle laisse entrer le jour sans laisser entrer le soleil." (traduction A. Loyen, Sidoine Apollinaire, II, Lettres, 2. 2. 13, Paris, Les Belles-Lettres, 1970.)

10 Rainer, 1987, pp. 273-280. Il est possible également de demander une intervention du préteur en cas de travaux ou d'activités effectuées par un voisin en terrain public et susceptibles d'offusquer la vue (D. 43. 8. 2. 12. Cf. Daube, 1948, p. 113 ; Rainer, 1987, pp. 273-274).

11 Sur la vue dans le monde romain, voir Drerup, 1959, et les travaux de Stutzinger (1986, 1987).

12 Rainer, 1987, p. 52, p. 273.

13 Hexabiblos, 2. 4. 51. Cf. Riccobono, 1906 ; Lustig, 1918, pp. 563 sqq. ; Rainer, 1987, p. 276 et p. 280 (avec bibliographie antérieure).

14 Cette servitude est en effet discutée par Paul dans le cadre d'un commentaire d'Alfénus.

15 J. d'Arms, 1970, pp. 45-48; Stutzinger, 1986, p. 122.

16 Pacuius, Chryses, 85-86.

17 ep. ad Familiares 7. 1. 11.

18 Horace, epistulae, 1. 10. 23 : Laudalurque domus longos quae prospicit agros."Et on admire une maison qui a vue au loin sur les champs." ; 1. 11. 25-26 : (...) nam si ratio et prudentia curas/ non locus effusi late maris arbiter aufert. "(...) s'il est vrai que ce sont l'intelligence et le discernement, et non pas une vue étendue sur la mer, qui ôtent les soucis."

19 Énéide, 1. 223-224.

20 Sénèque, ad Lucilium 89. 21 : omnibus licet locis tecta uestra resplendeant, aliubi imposita montibus in uastum terrarum marisque prospectum, aliubi ex piano in altitudinem montium educta, tamen et singula corpora estis et paruola.

21 Stace, Silves, 2.2.

22 Pline, ep. 2 17 ; ep. 5. 6, 13-14 ; ep. 1. 3.

23 Marc-Aurèle, 4.3.

24 Martial, 4.6.4 (vue sur Rome, du Janicule).

25 Drerup, 1957, p. 150; Stutzinger, 1986, p. 136.

26 Drerup, 1957, p. 149.

27 Grimal, 1943, p. 252; Rebuffat, 1970, pp. 290-295. Une hypothèse a été émise selon laquelle ces conceptions seraient d'origine orientale (Fehr, 1970).

28 Rebuffat, 1970, pp. 290-295; Rebuffat, 1969, p. 681: Hadrumetum 1.

29 Crema, 1959 (chap. 2); Maiuri, 1958, pp. 66 sq.; Tram Ταμ Tinh, 1988, pp. 17-18.

30 Un resserrement opère une partition à l'intérieur de la salle et fait distinguer une zone Ε d'une zone F.

31 Baratte, 1984, pp. 115-116.

32 Beck, 1983; cf. Pline, ep. 2. 17 ; Sidoine Apollinaire, ep. 2. 2.

33 "Dans ce bain de Scipion il y a, au lieu de fenêtres, des meurtrières taillées en plein mur pour laisser entrer la lumière sans nuire à la défense du castel. Aujourd'hui, on appelle trous à mites les bains qui ne sont pas agencés de façon à recevoir par d'immenses fenêtres le soleil toute la journée, qui ne permettent pas de se tremper et de se hâler la peau dans le même temps, où l'on n'a pas vue, de sa baignoire, sur la campagne et la pleine mer." (Traduction Waltz, Paris, Les Belles-Lettres, 1923.)

34 Voir notre appendice.

35 Ce texte a fait l'objet d'une étude détaillée par Scofone, 1984-85.

36 Cette constitution précédente était identifiée à la Novelle 165 par Zachariae von Lingenthal. Considérant qu'elle s'adressait à un fonctionnaire en poste en Illyrie, les éditeurs du Corpus Iuris refusent cette interprétation (commentaire ad loc), mais comme nous l'avons vu, nous ignorons la date de cette Novelle et donc le poste occupé par son destinataire à ce moment. Scofone (1984-1985, pp. 151-152) y voit quant à lui un texte concernant de façon très générale l'ensemble des prescriptions d'urbanisme, et correspondant à C 8. 10. 13, qui étend à tout l'empire la Constitution de Zénon. Scheltema a émis successivement deux hypothèses : en 1941, il proposait d'identifier à cette constitution le texte transmis par les paragraphes 50-51 de l'Hexabiblos, 2 4, que nous traitons en détail plus loin ; en 1946 il suggère que les paragraphes 45-46 du même ouvrage puissent être empruntés à cette constitution par l'intermédiaire du Procheiros Nomos (38. 5-6). Toutefois ce texte a plus probablement comme origine la loi de Zénon (C 8. 10. 12) d'une part, et la Novelle 165 de l'autre, par l'intermédiaire du Procheiros Nomos (38. 5-6), qui se fonde bien sur ces textes et non sur un hypotexte inconnu, et de la Synopsis Basilicorum (Κ. IX. 40). Cf. Capocci, 1941, p. 176.

37 Scofone, 1984-1985, pp. 159-160.

38 B. 58. 10. 12.

39 Procheiros Nomos 38. 5-6.

40 JGR 4 : Peira 18.5.

41 Scofone, 1984-1985, pp. 160-164.

42 Scofone, 1984-1985, pp. 156-160.

43 Scheltema, 1946, pp. 352-356. Les paragraphes 50-51 constitueraient pour ce savant une unique constitution, dont il a procuré l'édition en se fondant sur le Geneuensis 23 (Scheltema, 1946, pp. 356-357). Il s'agirait d'après lui (Scheltema, 1941) de la mystérieuse loi à laquelle fait allusion Justinien dans la Novelle 63. Cette hypothèse n'est toutefois ni plus ni moins convaincante que les autres hypothèses émises sur ce texte. En 1952 le même savant (Scheltema, 1952, p. 14) écrit que cette loi est l'œuvre également d'un usurpateur.

44 Hexabiblos, 2. 4. 51 : "(...) La constitution de Zénon porte que, si un intervalle de cent pieds le sépare de son voisin, celui qui désire faire des travaux de construction ne peut en être empêché parce qu'il ôte la vue sur la mer (...)." D'après Capocci, 1941, p. 178, il s'agirait d'une citation secondaire de cette loi, à partir du texte du Procheiros Nomos. Il n'existe cependant aucun rapprochement verbal net entre ces deux résumés de la loi de Zénon.

45 Hexabiblos, 2. 4. 51 : "On ne peut offusquer la vue sur les montagnes, comme l'a dit Papianus au troisième livre de ses Quaestiones, à la dernière question du titre (...)".

46 Les premiers commentateurs du droit de Justinien, contemporains du grand empereur, par exemple Théophile et Stéphane, connaissaient également des textes non repris dans la compilation (Scheltema, 1952, p. 14). Sur la popularité de Papinien à l'époque postclassique, voir Giuffré, 1976, pp. 652-653, p. 14. L'appellation abrégée Papianus se répand à partir du quatrième siècle, et apparaît très fréquemment à l'époque de Justinien.

47 Cette permanence est en réalité paradoxale dans le mesure où le Bas-Empire voit, d'après Drerup (1957, p. 152, n. 30), l'émergence d'une conception du paysage selon laquelle ce n'est plus l'espace qui est subordonné au corps dans la contemplation d'une fraction du monde extérieur, séparée de l'observateur et qui lui est offerte par une vision spéculaire et si possible axiale, mais c'est au contraire le corps humain qui est subordonné à l'espace (cf. Augustin, Confessions 10. 8. 15).

48 Pour Vetters (1989, p. 577), il faudrait lire ἀφέδρων, génitif pluriel de ἄφεδρος, désignant les locaux de purification rituelle des femmes dans la tradition juive. L'argument morphologique employé par cet auteur est toutefois erroné : la forme ἀφεδρώνων, génitif pluriel de ἀφεδρών, ἀφεδρῶνος, est correcte, et la modification proposée, inutile (cf. LSJ).

49 Nous traduisons par le provencal "soustets" le pluriel du grec βαστέρνιον, transcription du latin basterna, qui désigne une litière fermée à usage des femmes (OLD). Le mot serait curieusement utilisé à Constantinople à propos de passages reliant une maison à l'autre (Reitz, commentaire ad loc., Hexabiblos, 2 4. 46 ; Koukoules, tome IV, p. 293, p. 323). Le terme est utilisé en B. 58. 2. 2 comme un équivalent de protectum.

50 Texte Granger, Londres, New-York, Loeb, 1931.

51 En Orient : Anthologie, IX. 651 et 653 : descriptions de panoramas offerts par des maisons de Constantinople (sur le paysage maritime dans l'Anthologie, voir Elliger, 1975, pp. 425-427) ; Julien, lettre à Evagrius (lettre 4, édition Bidez-Cumont, Paris, les Belles-Lettres, 1972, p. 12), 11.13 sqq. En Occident : Sidoine Apollinaire, ep. 2. 9. 1 (date : ca 465). Dans la partie occidentale du bassin méditerranéen, l'importance de la vue et notamment de la vue sur la mer a été mise en lumière par Février, 1985, à partir d'une étude des décors de mosaïques dans les maisons d'Afrique.

52 Basile, Homilia IV in Hexaemeron, PG 29, col. 92 B-D, § 6.

53 Stutzinger, 1987, pp. 110-111.

54 Libanios, ep. 1189 (éd. Förster) : un dîneur profite du spectacle de la mer, des vaisseaux poussés par les vents favorables, et des marins chantant comme ils ont accoutumé (en 364).

55 Anthologie, IX. 808 (épigramme descriptive faisant parler une maison de Constantinople, au milieu du cinquième siècle après Jésus-Christ), 11. 9-11 : "Souvent des hommes ont senti leur cœur vivement charmé, lorsqu'en se penchant un peu ils pouvaient du haut de mes murs, contempler ici un spectacle, là un autre : des arbres, des maisons, des bateaux, la mer, la ville, les airs, la terre." (traduction de l'édition des Belles-Lettres, Paris, 1974, p. 808.)

56 Sidoine Apollinaire, ep. 2 2. 11-12 description d'une salle de réception offrant une vue panoramique sur un lac, et permettant ainsi d'observer, tout en dînant, les activités des pêcheurs.

57 Biondi, 1938, p. 38 ; Franciosi, 1967, p. 144 ; Grosso, 1969, p. 237. Cf. CT. 4. 24 ; C 12. 23. 12 pr.

58 C 8. 10. 13. La loi de Zénon est désignée comme la "constitutio quae de seruitutibus loquitur".

59 29, 60 m en pieds romains, 31, 23 m en pieds byzantins.

60 post οίκίων είτε del Hercher.

61 Tel est est également l'objet des dispositions des paragraphes 7 à 9 de la loi. Sur la confusion au Bas-Empire entre la prohibitio et l'operis noui nuntiatio, voir Branca 1941, pp. 367-370, qui se fonde essentiellement sur C 8. 10. 12. 7-8. Voir aussi Paricio, 1984.

62 Texte abondamment commenté par Scofone, 1984-1985, et cité, avec références bibliographiques, par Simshäuser, 1984, p. 1805, n. 52. Sur les aspects strictement juridiques, voir aussi Paricio, 1984, pp. 287-288, et Kaser, 1975, p. 267.

63 Cf. Scofone, 1984-1985, p. 157, n. 20.

64 Cf. Scofone, 1984-1985, pp. 151-152.

65 Sur l'interprétation générale de la loi. voir Scofone, 1984-1985, pp. 164-167, dont nous ne suivons cependant pas toutes les conclusions : cet auteur affirme en effet que l'établissement de servitudes est abrogé par Justinien. Or la possibilité d'établissement de servitudes dérogatoires est encore attestée par exemple par Léon le Sage (Nov. 113) à la fin du neuvième siècle, en contexte de prescriptions d'intervalle entre des maisons : "(...) mais si l'on invoque (...) un droit fondé sur un accord amical en vertu duquel le gratifié a procédé à la construction (...)." (traduction Dain, Noailles, 1944, p. 314.)

66 Or. 42. 43.

67 Prog. 12. 2. 1 (Forster, Libanii Opéra, vol. VIII)

68 Edition: Friedländer, 1939; cf. RE, 23. 1 (1957), col. 264-265 (Aly).

69 11. 421-42 2.

70 réelle pour Friedländer, mais imaginaire pour Aly, cit.

71 Reekmans, 1969, pp. 117-122; 1970, pp. 133-138.

72 Cf. Rouveret, 1987-1989.

73 Cf. Moreno, 1976, pp. 633-650.

74 Bianchi Bandinelli, 1977, p. 464.

75 Moreno, 1979, p. 473.

76 Reinach, 1985, n° 107.

77 Reinach, 1985, n° l 10.

78 Reinach, 1985, n° l11.

79 Reinach, 1985, n° 112.

80 Moreno, 1976, pp. 646-650.

81 Cf. Bianchi Bandinelli, 1955, p. 25, p. 165 ; Delvoye, 1984.

82 Le verbe παρακύπτειν est courament utilisé pour traduire le latin proicere. Le verbe grec a également une connotation érotico-religieuse et renvoie à un rite syro-phénicien d'exhibition sexuelle à la fenêtre (Horn, 1967, pp. 35-36.) Cf. Koukoules, tome IV, p. 287. L'adjectif προκυπτικός qui apparaît exclusivement dans le Geneuensis 23 (Hexabiblos, 2. 4. 32) n'est pas mentionné dans le LSJ. Une θυρὶς προκυπτική devait avoir les mêmes fonctions qu'une θυρὶς παρακυπτική comme en témoigne Libanios (Forster, Libanii Opera, vol. VIII, p. 541) : τήμερον εἶδον κόρην ἐκ θυρίδος προκυπτούσαν.

83 Koukoules, tome IV, p. 288.

84 1,77 m s'il s'agit de pieds romains, mais 1,87 m s'il s'agit de pieds byzantins.

85 Quelle est ici la forme exacte du mot ? Le LSJ ne cite que la forme ψευδόπατον, seule présente en effet dans le texte procuré par Krüger. D'après le TLG et Du Cange en revanche, le terme apparaîtrait dans la Loi de Zénon sous deux formes : ψευδοπάτιον et ψευδόπατον.

86 Code Civil, art. 677 ; cf. Fournel, 1827, t. II, pp. 577-578. Dispositions comparables dans les Coutumes d'Ancien Régime : cf. Desgodets, 1787, pp. 234-253.

87 Hexabiblos, 2. 4. 33.

88 Cf. Koukoules, tome IV, p. 288; Procope, Bell. 4.1; Philo, Bel. 81. 25 : Garlan, 1974, p. 294 (§ 22).

89 Corpus Christianorum, Series Latina 75, pp. 566-567.

90 Toutefois, pour Ferrini (1902 a), à tort selon nous, les τοξικαί constitueraient également des fenêtres panoramiques.

91 B. 58. 2. 4 ; B. 58. 2. 15 ; B. 58. 2. 16 ; B. 58. 2. 17.

92 C'est ainsi qu'il est également interprété dans une inscription d'Épidaure, où φῶτα s'oppose à θυρίδες (IG. 4. 1488). Cf. Herbig, 1929, 7 sqq. ; Sperl, 1990, p. 64.

93 Pour Karlowa (1901, p. 532) l'opposition entre fenêtres éclairantes et fenêtres panoramiques, bien visible en effet sur les sites italiens du Haut-Empire, est héritée du droit classique. Nous n'avons trouvé aucun texte juridique vérifiant cette hypothèse.

94 Krauss, 1910, p. 42; Dalman, 1942, pp. 75-77; Engle, 1987, p. 81.

95 Vööbus, 1975-1976, 69. 157.

96 L'importance de la fenêtre comme menace possible pour l'intimité domestique a été mise en valeur par Horn (1967, pp. 40-41 ; 1969). Voir aussi Dalman, 1942, p. 76.

97 6, 24 m en pieds byzantins.

98 "(...) c'est à cause de la vue qu'on a défini un intervalle de dix pieds, pareillement ici [dans le cas des balcons découverts] c'est pour la même raison qu'on fixera justement le même intervalle, bien qu'on pourrait exiger à cause de cette vue une plus grande distance. Si en effet c'est pour éviter qu'ils aient vue les uns sur les autres que les héritages voisins doivent être écartés de dix pieds, ici il faudrait d'autant plus les éloigner que ces sortes de constructions sont mieux disposées pour le regard. Car il est certain que celui qui est assis dans sa maison, ou qui s'y livre à quelque occupation, n'est pas visible, à cause des nombreux obstacles qui s'interposent ; mais dans ces ouvrages en balcon dont il est question, ou, comme beaucoup de personnes le disent, en encorbellement, aucun obstacle ne s'oppose à la vue." (traduction Dain, Noailles, 1944, p. 314.)

99 Wirth, 1975, p. 69.

100 Krauss, 1910, p. 42.

Table des illustrations

Légende Fig. 66 - Architecture et vue panoramique : la Casa dei Cervi (vue axionométrique). (Tram Ταμ Tinh, 1988. pl. II)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 67 - Apamée : Maison du Cerf. (Donnay-Rocmans, Donnay, 1984, fig. 2, p. 157.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6149/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter