Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les lois des bâtiments

 | 
Catherine Saliou

Troisième partie. L’élévation

Chapitre premier. Aspects de l'élévation dans l'habitat urbain

Texte intégral

-1- LA HAUTEUR

  • 1 Mansel, 1932.
  • 2 Par exemple : Tite Live, 21. 6. 3 ; Cicéron, de lege agrarial. 35. 96 ; Vitruve, 2. 8. 17 : (...) c (...)
  • 3 Pour une mise au point bibliographique et historiographique, cf. Packer, 1971, pp. 5-6.
  • 4 Voir les tableaux de Packer, 1971, pp. 80-90, indiquant pour chaque maison le nombre de niveaux res (...)
  • 5 Ex.: III, ν, 1, Packer, 1971, pp. 166-171; I, ix. 3, Packer, 1971, pp. 152-154.
  • 6 Ex.: I, ii, 5, Packer, 1971, pp. 123-126.
  • 7 Ex.: I, iii, 3, 4, Packer, 1971, pp. 127-134; I, iv, 2, Packer, 1971, pp. 134-139.
  • 8 Packer, 1971, pp. 134-139.
  • 9 Ex. : IV, ii, 4 ; I, xii, 7 ; II, vi, 7.
  • 10 Packer, 1971, p. 128, p. 130, p. 132, p. 135, p. 158. Les entrepôts du rez-de-chaussée de III, ν, 1 (...)
  • 11 III, x, 3: Packer, 1971, p. 183.
  • 12 Scobie, 1986, p. 406.

1La présence d'immeubles à plusieurs étages1 est bien connue sous la République et le Haut-Empire, à Rome2 et dans d'autres villes de la péninsule italienne, comme à Ostie3 par exemple. Les maisons d'Ostie devaient comporter le plus souvent4 trois5, quatre6 ou cinq niveaux7 (de deux à quatre étages). Le quatrième étage pouvait, comme c'est vraisemblablement le cas par exemple pour l'insula di Giove e Ganimede (I, iv, 2), être d'une hauteur inférieure à celle des autres étages8. Quelques immeubles sont restitués avec une hauteur de cinq étages9. La hauteur du rez-de-chaussé sous plafond varie en général de trois mètres à trois mètres trente-cinq10. Dans un édifice où il se trouve partiellement conservé, le plancher du troisième niveau se trouve à sept mètres au-dessus du niveau du sol11. La hauteur conservée de la maison de la via Giulio Romano à Rome est de vingt-deux mètres12.

  • 13 Strabon, 16. 2. 13.
  • 14 Mansel, 1932.
  • 15 Strabon, 16. 2. 23 ; indication confirmée par Tibulle, 1. 7. 19-20.

2L'habitat en hauteur est également attesté en province, sinon par l'archéologie, du moins par les textes, dès le Haut-Empire, notamment à Arados13, Cyzique, Nicomédie de Bithynie14. La présence de hauts immeubles permet à Strabon de comparer Tyr à la capitale de l'empire15 : "on dit que s'y trouvent des maisons comportant de nombreux étages comme celles de Rome."

3La valeur de cette comparaison apparaît mieux par le rapprochement avec l'exclamation de Pline :

Pline, N. H. 3. 67 : Si quis altitudinem tectorum addat, (...) fateatur (...) nullius urbis magnitudinem in toto orbe potuisse ei (sc. Romae) comparari.
Si l'on ajoute la hauteur des édifices, (...) on conviendra (...) qu'aucune ville ne saurait soutenir pour la grandeur la comparaison avec Rome.

  • 16 Diodore de Sicile, 1. 45. 5.
  • 17 Luckhard, 1914, p. 11; Husson, 1983, pp. 257-267.
  • 18 P. Oxy. 34. 2719. 9.

4À Thèbes, Diodore de Sicile mentionne des maisons à quatre ou cinq niveaux16. Dans le reste de l'Égypte17, la documentation papyrologique cite fréquemment, aussi bien en village qu'en ville, des exemples d'habitations à trois ou quatre niveaux. Les maisons à deux niveaux sont toutefois les plus fréquemment attestées. Les maisons basses, ne comportant qu'un rez-de-chaussée, devaient être suffisamment rares dans le paysage urbain de Panopolis pour être utilisées comme points de repère. Une maison de six étages est attestée à Hermoupolis au troisième siècle après Jésus-Christ18.

  • 19 Zosime, 2. 30 sq. ; 2. 35 sqq. (fondation de Constantinople) ; Libanios, Or. 1. 102-103 : à Constan (...)
  • 20 Au premier siècle après Jésus-Christ : Senèque le Rhéteur, Contr. 5, 5 ; au quatrième siècle, dans (...)
  • 21 Julien d'Ascalon, Hexabiblos, 2. 4. 40 ; LSR : FIRA § 98 =Vööbus, 1975-1976, 69. 133.

5L'existence d'immeubles à plusieurs étages est bien attestée également au quatrième siècle à Constantinople19, ainsi qu'à Antioche20. En Palestine et en Syrie byzantines, les auteurs de coutumiers prennent pour exemple des immeubles à trois ou quatre niveaux21. D'après Julien d'Ascalon, un immeuble de trois niveaux peut atteindre une hauteur de vingt coudées (environ 9, 36 m), chaque niveau pouvant avoir une hauteur différente, variant entre quatre coudées au rez-de-chaussée et dix coudées au deuxième étage. La très faible hauteur du rez-de-chaussée s'admet mieux dans le mesure où il est souvent, comme l'explique Julien d'Ascalon par la suite, en partie excavé, avec un sol inférieur à celui de la rue. Dans l'exemple choisi par Julien d'Ascalon, le troisième niveau peut avoir été à son tour subdivisé en deux étages appartenant à un même propriétaire.

  • 22 Libanios, Or. 11. 225 : "(...) les maisons des riches, à trois niveaux (...)".

6Le contexte sociologique et historique dans lequel s'insèrent ces édifices joue un rôle dans leur caractérisation : les maisons plus ou moins hautes, destinées à abriter la vie d'un groupe unitaire, se distinguent radicalement des immeubles conçus comme une juxtaposition et une superposition de cellules d'habitation destinées à abriter autant de groupes et d'individus distincts. Dans le premier cas, la hauteur est signe de richesse et d'importance22, dans le deuxième cas, elle correspond à des choix économiques.

  • 23 Libanios, Or. 11. 226 : "Et si certains ont été privés des rayons du soleil à cause d'une maison qu (...)
  • 24 Martial, 1. 86 : Vicinus meus est manuque tangi / De nostris Nouius potest fenestris (...). "Novius (...)
  • 25 Sénèque le Rhéteur, Contr. 2. 1. 11 :(...) tanta altitude aedificiorum est tantaeque uiarum angusti (...)

7Les inconvénients des hauts immeubles, dans le cadre surtout des rapports de voisinage, sont bien attestés par les témoignages littéraires. Certains des griefs exprimés par les écrivains et les poètes, en particulier concernant la lumière, visent tous les édifices se développant en hauteur23, d'autres s'appliquent avant tout aux immeubles collectifs : ces immeubles, dont les habitants ne bénéficient d'aucune intimité24, sont facilement sujets aux incendies et à la ruine25. Le même type de difficultés devait se poser dans les villes de province.

-2- FIGURES DU DÉBORDEMENT : FENÊTRES ET BALCONS

2. 1. LES FENÊTRES

2.1.1. ENTRE TECHNIQUE ET ARCHITECTURE

  • 26 Sperl, 1990, pp. 65-67 ; Broise, 1991, p. 75. Cf. RE V, 1, s. u. Glas, col. 1389 ; pour Ostie, Meig (...)
  • 27 Broise, 1991, p. 75.
  • 28 Meyer, 1989, p. 217.

8La production de verre à vitre moulé commence dans la première moitié du premier siècle après Jésus-Christ. Son invention a peut-être eu lieu à Rome même. Les premiers exemples de verre à vitre sont attestés à Pompéi et à Herculanum. L'invention a du succès en particulier pour les bains où elle permet de bénéficier de la lumière du jour sans craindre de déperdition de chaleur : il n'est pas de bains publics ni privés où l'on n'ait trouvé de fragments de verre à vitre. Toutefois, il s'agit le plus souvent d'un verre coloré et dépoli, qui diffuse la lumière et ne laisse voir que les grands traits du paysage extérieur26. L'invention des vitres soufflées circulaires est certainement plus tardive. Les données archéologiques ne permettent pas de fixer l'apparition du procédé, bien attesté à Jérash et à Jérusalem au quatrième siècle, mais qui pourrait remonter au début du deuxième siècle, et avoir été d'usage courant sur une aire géographique étendue dès le troisième siècle27. Cette technique, permettant la production d'un verre meilleur marché que le verre plat28, introduit un développement de l'emploi des vitres.

  • 29 Lôhr, 1990, p. 12.
  • 30 Bruneau, 1970, pp. 100-126.
  • 31 Ratzka, 1990, p. 99. Blumner, 1911, p. 102.
  • 32 Par exemple, d'après la numérotation de Lassus, n° 32 (fenêtre fermée par des barreaux en croix) ; (...)

9Les fenêtres extérieures de la maison hellénistique sont souvent closes par des barreaux29. À la Maison des Tritons à Délos, une large baie ouvrant sur l'extérieur a été reconstituée au rez-de-chaussée. Sa hauteur estimée est de 165 cm. Sa hauteur d'appui se situe nécessairement à une hauteur au-dessus du sol supérieure à 130 cm. La longueur totale de cette baie ne peut être inférieure à 262,7 cm. Les éléments conservés permettraient la restitution d'une baie à trois ouvertures fermées chacune de trois barreaux (cf. fig. 47)30. De même à Pompéi des grillages en matériaux divers, ou des claires-voies de maçonnerie, ferment les fenêtres au rez-de-chaussée (fig. 49)31. Ces grillages et claires-voies se retrouvent notamment au Proche-Orient, par exemple à Apamée (fig. 48), et sont bien visibles sur la bordure topographique de la mosaïque de Yaqto32. Ils constituent un frein considérable à la pénétration de la lumière (fig. 50).

Fig. 47 - Délos : exemples de fenêtres. (1 : Bruneau, 1970, fig. 89 ; 2: Chamonard, 1924, fig. 168, p. 293.)

Fig. 48 - Apamée : reconstitution graphique de la grille de fer provenant de la salle Ο de l'édifice au triclinos. (J.-C. Balty, 1969, fig. 2, p. 108.)

Fig. 49 - Pompéi : fermetures de fenêtres : a) Adam, 1989, fig. 702, p. 331. b) Ibid., fig. 701, p. 331. c) Fenêtres grillagées (Via dell' Abondanz.a). Vues perspectives, sections horizontales et verticales. (Spinazzola, fig. 71, p. 68.)

Fig. 50 - Clôture de la fenêtre et diminution de la lumière. (Sperl, 1990, fig. 5, p. 69.)

10La qualité du verre et les exigences de sécurité diminuent l'efficacité des fenêtres et accroissent les difficultés d'éclairage.

2.1.2. ÉLÉMENTS DE TYPOLOGIE

2.1.2.1. L'héritage de la maison grecque et hellénistique

  • 33 Le cas de la fenêtre aménagée dans une ouverture de porte à la Maison du Trident constitue une exce (...)
  • 34 Löhr, 1990, pp. 11-13 ; sur le problème très particulier de l'éclairage de l'andrôn, voir Graham, 1 (...)
  • 35 Chamonard, 1924, pp. 286-287.

11Dans la maison hellénistique, par exemple à Délos, les fenêtres s'ouvrent en général sur la cour. Lorsque des fenêtres donnent sur la rue, elle sont placées très haut dans le mur pour éviter les indiscrétions33. Cette différenciation par la position s'accompagne d'une différenciation par la forme : à la différence des fenêtres sur cour, les fenêtres extérieures sont très souvent élargies vers l'intérieur34. Toutes les pièces du rez-de-chaussée de la Maison de la Colline35 par exemple, sont pourvues de fenêtres ouvrant sur l'extérieur. Destinées à laisser passer uniquement l'air et la lumière, elles s'ouvrent à près de 2,50 m au-dessus du sol intérieur des pièces.

2.1.2.2. L'Italie romaine ou la diversification

12À Pompéi, de la même façon que dans la Grèce hellénistique, les fenêtres intérieures, donnant sur l'atrium, le péristyle ou le jardin, s'opposent aux fenêtres extérieures, donnant sur la rue (fig. 51).

Fig. 51 - Pompéi : fenêtres intérieures et fenêtres extérieures. Pompéi, Maison du Moraliste, III, iv, 2-3. Schéma perspectif. (Adam, 1989, fig. 716, p. 337.)

  • 36 Ratzka, 1990, pp. 97.
  • 37 Blümner, 1911, p. 101.
  • 38 Blümner, 1911, p. 101 ; Ratzka, 1990, pp. 97-98.

13Ces dernières peuvent avoir une fonction d'éclairage d'appoint, mais auraient surtout une fonction d'aération36. Il s'agit plutôt de meurtrières, longues et très étroites (50x6 cm), ou bien de fenêtres presque carrées (80x60 cm) toujours placées haut dans le mur (fig. 52)37. Les fenêtres intérieures, de dimensions diverses, peuvent constituer des vastes baies de plusieurs mètres de large. Elles sont disposées suffisamment bas pour que l'on puisse profiter de la vue tout en restant assis. Les grandes fenêtres extérieures (125x80 cm) se trouvent presque exclusivement à l'étage (fig. 53). Sur la via dell'abbondanza, en règle générale, les fenêtres extérieures sont plus nombreuses à l'étage qu'au rez-de-chaussé38.

Fig. 52 - Pompéi : fenêtres,
a) Petites fenêtres de tailles et de forme diverses. Localisations diverses. (Spinazzola, fig. 70, p. 68.)
b) Ouvertures en meurtrières sur le rez-de-chaussée de la Maison du Faune. (Adam, 1989, fig. 698, p. 331.)
c) Fenêtre-meurtriètre ébrasée vers l'intérieur. Maison d'Epidius Rufus, IX, i, 20. (Spinazzola, fig. 69, p. 67.)

Fig. 53 - Pompéi : reconstruction en perspective d'une façade (IX, xii, 1-5). (Spinazzola, fig. 103, p. 88.)

Fig. 54 - Pompéi : pénétration et réfraction de la lumière. Maison de Pansa (I, vii, 1) ; Maison au cryptoportique (I, vi, 2-4) ; thermes de Stabies. (Spinazzola, fig. 83, p. 74.)

14Les architectes pompéiens ont déployé une imagination particulièrement fertile pour aménager les fenêtres de façon à élargir et à diffuser le rayon lumineux (fig. 54).

  • 39 Au Bas-Empire, les luxueuses demeures seigneuriales aménagées sur le site manifestent au contraire (...)
  • 40 Meiggs, 1973, p. 239; Packer. 1971, pp. 24-26.
  • 41 Packer, 1971, p. 26.

15À la différence de la maison pompéienne, l'immeuble collectif caractéristique du paysage urbain à Ostie a comme source d'éclairage majeur, sous le Haut-Empire39, de larges fenêtres donnant sur la rue, avec parfois l'adjonction d'une cour intérieure (fig. 55)40. Les dimensions des fenêtres varient en fonction de leur position et de leur fonction. Des fenêtres de bonne dimension (150-200 cm x 90-130 cm), s'opposent à des jours aux dimensions plus réduites (100 cm x 40-100 cm), toujours placés à plus de deux mètres au-dessus du sol, préservant ainsi l'intimité des habitants et du voisinage. Parmi la première catégorie de fenêtres, au rez-de-chaussée, les fenêtres ouvrant sur la rue sont placées plus haut au-dessus du sol (217 cm) que les fenêtres intérieures (134 cm)41.

Fig. 55 - Ostie : reconstitution isométrique de l'îlot V. ii à l'état final, vers 400. (Boersma, 1985.)

Fenêtres et rapports de voisinage
  • 42 Boersma, 1985, p. 116, p. 118, p. 213, p. 236.
  • 43 Boersma, 1985, p. 236.
  • 44 Boersma, 1985, p. 270.

16L'étude approfondie de l'îlot V. ii à Ostie a permis d'y mettre en lumière le rôle des rapports de voisinage dans l'éclairage de la maison. Plusieurs fenêtres, donnant à l'origine sur des parcelles vides d'édifices, ont dû être condamnées lors de la construction de ces terrains42. À la période sévérienne, la pièce 3 de la maison 11 était éclairée par la cour de la maison 1043, grâce à une fenêtre d'angle, oblique (fig. 56)44. C'est le cas le plus net, dans l'îlot, d'un éclairage prenant jour sur une autre parcelle - et qui pourrait s'expliquer par l'appartenance originelle des deux propriétés à un même fonds.

Fig. 56 - Ostie : la fenêtre entre V. ii. 11 et V. ii. 10. (d'après Boersma, 1985, p. 171 et p. 160.)

  • 45 Boersma, 1985, p. 117.

17Les pièces du second étage de la Maison du Porche s'ouvrent au-dessus de l'édifice 2, moins élevé45. Compte tenu du principe selon lequel le propriétaire d'un fonds en est propriétaire du sous-sol jusqu'au ciel, les problèmes, sinon concrets, du moins juridiques, soulevés par cette situation, devaient être de même nature que ceux posés par la fenêtre aménagée entre les édifices 10 et 11.

2.1.2.3. Le Proche-Orient romain et byzantin

Apamée
  • 46 Ex. : Maison du Cerf : Donnay-Rocmans, Donna y, 1984, p. 164.

18L'étage des maisons d'Apamée n'a pas été conservé, et ses modalités d'éclairage ne nous sont connues que de façon très indirecte, par la présence de fragments de verre retrouvés dans des couches de démolition46, et attestant la présence de fenêtres dont nous ignorons l'emplacement exact, la forme et la fonction. Même au rez-de-chaussée, l'élévation des maisons est rarement suffisamment conservée pour permettre d'étudier l'emplacement, la forme et la disposition des fenêtres.

  • 47 La salle I de la Maison aux Pilastres comporte deux fenêtres vers le péristyle (Gisler, Huwiler, 19 (...)
  • 48 Baratte, 1984, p. 115.
  • 49 J. Balty, 1984, p. 26.

19Compte tenu de la vaste superficie des maisons et de l'importance des espaces découverts intérieurs, l'éclairage des maisons d'Apamée dépend souvent d'une source intérieure : péristyle, cour, puits de lumière47, ou pièce permettant un éclairage indirect. La Maison des Chapiteaux à Consoles (fig. 41) comporte une double fenêtre intérieure entre Ο et H48, la Maison aux Pilastres (fig. 40), une fenêtre à arcature entre M et N49. Ces fenêtres intérieures, qui jouent un rôle important dans l'éclairage de la maison, ne sont pas concernées par les rapports de voisinage.

  • 50 Salles BA, BD, BG, peut-être BH, BC : J. Balty, 1984, p. 26. La largeur de ces fenêtres est en géné (...)
  • 51 Raepsaet-Charlier, 1984, p. 190.

20L'enveloppe périphérique des maisons fouillées à Apamée n'est que partiellement connue. La seule maison dont la hauteur des murs extérieurs en ait permis une étude complète, la Maison aux Consoles (fig. 42), présente quatre ou cinq fenêtres sur la rue50. L'escalier qui se trouve dans la partie nord-est de la Maison aux Colonnes Trilobées est éclairé par une fenêtre ménagée dans le mur extérieur nord51. En revanche le mur séparant la Maison aux Consoles de la Maison aux Pilastres (fig. 9), bien qu'il longe sur une partie de son tracé un espace découvert, n'est percé d'aucune fenêtre.

Bostra
  • 52 Cf. Sartre, 1985, en particulier pp. 73-76.
  • 53 La seule description précise de l'édifice est celle de Butler (1909, 2 A), qui voyait un édifice co (...)
  • 54 Butler, 1909, pp. 255 sqq.
  • 55 Dentzer, 1986, p. 83.
  • 56 Sodini dans sa contribution à l'article de Dentzer, 1988, pp. 31-34.
  • 57 Freyberger, 1989, p. 52.

21Dans le Hauran, l'élévation, bien conservée, permet, contrairement à ce qui se passe à Apamée, des observations sur les fenêtres d'étage, mais il s'agit le plus souvent de sites villageois, excepté à Bostra, capitale provinciale52. Deux datations ont été proposées pour le "Palais de Trajan"53 à Bostra : pour Butler, qui se fonde sur l'étude des éléments du décor architectural, l'édifice daterait du deuxième siècle54. En revanche Dentzer55 et Sodini56, suivis par Freyberger57, proposent, en se fondant sur le plan d'ensemble de l'édifice, qui se rapproche de ceux du palais de Qasr Ibn Wardan et du "palais épiscopal" de Bostra, et sur l'orientation similaire, et divergente par rapport au réseau de la période classique, du "palais de Trajan" et de la cathédrale, une datation alignée sur celle de la cathédrale : deuxième moitié du cinquième siècle après Jésus-Christ. Nous suivrons leurs conclusions.

22Le nombre de niveaux varie de deux à quatre. Les traces de circulations intérieures entre le rez-de-chaussée et l'étage font totalement défaut.

  • 58 F. Villeneuve, Recherches sur les villages antiques du Haurâne, Thèse de troisième cycle, Universit (...)

23L'édifice se rattache à l'ensemble de la tradition hauranaise : il est constitué de la combinaison de cellules de base associant pièces hautes et pièces basses. Les éléments originaux par rapport à l'architecture rurale sont constitués par le plan centré autour d'une cour à portiques et par la présence d'un portique de façade et d'un triconque58. L'état de conservation est excellent. L'élévation conservée s'élève approximativement à 10 m.

  • 59 Dans le cadre du système modulaire articulant pièces hautes et combinaisons de deux pièces basses j (...)
  • 60 Exemple de dimensions (fenêtres de la pièce 2 de l'aile Sud, à l'étage) : 80x119 cm.

24La cour constitue la principale source de lumière, où prennent jour la plupart des pièces d'étage, ainsi que la totalité des fenêtres du rez-de-chaussée et de l'entresol (fig. 57)59. Les fenêtres donnant sur l'extérieur se situent à l'étage (fig. 58)60. La double opposition qui s'observe, dans le cas du "palais de Trajan", entre l'intérieur et l'extérieur, le rez-de-chaussée et l'étage, se retrouve de façon très générale dans le Hauran, par exemple à Umm-id-Djimal et à Il-Hayat (fig. 59).

Fig. 57 - Bostra, "palais de Trajan" : fenêtres donnant sur la cour de l'édifice, (photo R. Perrot.)

Fig. 58 - Bostra, "palais de Trajan" : fenêtres donnant sur la rue. (photo Y.-H. Saliou.)

Fig. 59 - Il-Hayat, maison du Cheikh, (photo Y.-H. Saliou.)

Alexandrie

25Pour Alexandrie comme pour Apamée nos informations et nos réflexions sont partielles et faussées dans la mesure où elles concernent exclusivement le rez-de-chaussée.

  • 61 Rodziewicz, 1984, pp. 116-118.

26Si l'éclairage des maisons d'Apamée n'exclut pas la présence de fenêtres au rez-de-chaussée donnant sur la rue, la maison D du quartier de la rue R4 à Alexandrie (fig. 10), en revanche, semble avoir été éclairée au rez-de-chaussée presque exclusivement par la cour, sur laquelle ouvre la totalité des fenêtres. L'enveloppe périphérique de cette maison, dont la façade sur la rue est très réduite, est en effet presque entièrement constituée de murs de séparation bordés par des pièces fermées et non par des espaces extérieurs. Les fenêtres de la maison D, étroites et placées haut dans le mur, au-dessus du niveau du regard, ne sauraient assumer de fonctions panoramiques. Deux types ont été distingués par le fouilleur61. Les pièces D6, D10, D13 présentent une fenêtre haute à parapet oblique incliné vers l'intérieur, et parois latérales légèrement élargies vers l'intérieur. Ce type de fenêtre fournit d'après le fouilleur un éclairage maximal. Des traces de tables fixées aux murs correspondants ont été retrouvées. Il s'agirait d'après le fouilleur d'établis, ainsi dotés d'un éclairage approprié au travail. Les pièces D3, D4, D7, D10 présentent une fenêtre haute à parapet plat, légèrement plus large que dans le cas précédent

27Trois types de fonction peuvent être assumées par les fenêtres, souvent de façon concurrente : aération, éclairage, contemplation du paysage extérieur. Ni la nécessité d'assurer à la maison un certain éclairage, ni la volonté de permettre à ses habitants une certaine jouissance esthétique, n'ont nécessairement de retentissement sur les rapports de voisinage. Deux critères caractérisent les fenêtres panoramiques : elles doivent être larges et situées assez bas dans le mur pour permettre une contemplation sans effort. Ces critères permettent de façon négative d'identifier des fenêtres exclusivement éclairantes. La recherche de l'éclairage optimal conduit souvent les constructeurs à donner à ces dernières la forme de meurtrières, élargies vers l'intérieur.

  • 62 Sénèque, ad Lucilium W. 86. 8 (cité plus bas).
  • 63 Blumner, 1911, p. 100.

28Avec des nuances différentes sur chaque site se fait jour une opposition entre deux types de fenêtres : les fenêtres de petites dimensions, situées assez haut dans le mur, et dont la forme ébrasée est conçue pour capter le plus de lumière possible, et d'autre part les grandes fenêtres situées bas dans le mur. Cette opposition entre deux types d'ouvertures, qui correspond à une opposition entre fenêtres éclairantes, voire fenêtres d'aération, et fenêtres panoramiques, est soulignée chez Sénèque62 par l'emploi pour caractériser les premières du terme rimae, s'opposant à fenestrae qui désigne les secondes. Les fenêtres du premier type se rencontrent essentiellement au rez-de-chaussée, donnant sur l'extérieur, alors que les fenêtres du second type se retrouvent surtout à l'intérieur de la maison, ouvrant sur la cour ou le péristyle, ou à l'étage. Cette opposition correspond donc grossièrement à une opposition entre le rez-de-chaussée refermé par rapport à l'extérieur, et l'étage donnant sur la rue63.

2.2. LES BALCONS

29L'étude des balcons, qui constituent des saillies de l'élévation et sont à ce titre les éléments les plus fragiles de la construction, pose des difficultés particulièrement aiguës. Trois grandes catégories de balcons semblent cependant devoir être distinguées, d'après l'importance de l'emprise qu'exercent ces installations sur l'espace urbain.

2.2.1. BALCONS SUR COLONNES

  • 64 Bruneau, 1978, p. 120.
  • 65 Bruneau, 1978, p. 122.
  • 66 Bruneau, 1978, p. 123.

30A Délos, l'existence, en avant de certaines façades de maisons, de rangées de colonnes en granit ou en marbre d'un travail assez grossier, aux intercolonnements souvent inégaux, et qui peuvent être extrêmement proches de la rive opposée de la rue, le portique occupant ainsi en grande partie, voire en totalité, la largeur de la voie, ne trouve d'explication satisfaisante, comme l'a démontré P. Bruneau, que dans l'hypothèse où ces colonnes avaient pour fonction de soutenir une extension de l'étage, "balcon ou terrasse, ou appartement en surplomb sur la rue, où il est possible qu'en certains cas on ait accédé par un escalier extérieur en bois"64. De tels aménagements sont comparables à ceux de l'Herculanum antique (Cardo V), et de la moderne Mykonos, ainsi qu'à certains des dispositifs repérés à Pompéi (cf. fig. 60-61). Comme le souligne P. Bruneau, ce type d'aménagement en élévation, supporté par des balcons, forme une sorte de "projection de la propriété de l'étage en surplomb sur la partie surplombée"65, "d'annexion en hauteur du terrain public" que la clôture du portique peut venir "parachever et sanctionner au sol"66. Le balcon, lorsqu'il s'appuie ainsi sur des supports fichés dans le sol à l'extérieur de la maison, constitue ainsi l'amorce d'un processus d'annexion de l'espace public.

Fig. 60 - Pompéi : balcon découvert supporté par des piliers. Via di Nota. (Spinazzola, fig. 150, p. 123.)

Fig. 61 - Pompéi : étage en surplomb supporté par des colonnes. Via di Nota (restauration). (Spinazzola, fig. 140, p. 115.)

2.2.2. BALCONS SUR CORBEAUX OU CONSOLES

  • 67 RE, s. u. maenianum.
  • 68 Vetters, 1974, p. 91.

31La plupart des balcons de Pompéi67 sont en bois, supportés par des corbeaux fichés dans le mur de la maison, éventuellement renforcés par une traverse oblique (fig. 62-63). Leur largeur moyenne est de 170 cm. Ils peuvent ou non être couverts d'un auvent, et supporter un simple parapet, ou une pièce entière. Comme ceux du type précédent (fig. 61), ils permettent alors d'accroître la surface habitable. Des aménagements de ce type ont également été repérés à Herculanum. Le balcon aménagé au-dessus de la porte d'entrée de la domus de la Hanghaus II, sur la Stiegengasse, à Éphèse, devait être semblable à ces installations : il était supporté par des poutres dont les trous de fixation furent bouchés lorsque l'on abattit le balcon ; on y accédait par une porte qui fut murée au même moment68.

Fig. 62 - Pompéi : balcons et pièces en surplomb. I, viii, 2-6. Restauration. (Spinazzola, fig. 117, p. 99.)

Fig. 63 - Pompéi : balcon à demi fermé (IX, xii, 7). Restauration. (Spinazzola, fig. 118, p. 99.)

  • 69 Il s'agit de la classification de Calza. Cf. Packer, 1971, pp. 33-35.

32Les balcons d'Ostie ont été distingués d'après leur mode de support69 : le type I est celui des balcons de bois supportés par des corbeaux de bois, comparables à ceux de Pompéi. Très peu d'exemples en sont attestés à Ostie : en raison de leur poids léger, ils devaient se trouver de façon préférentielle aux étages supérieurs, moins bien conservés. Le type II regroupe les balcons reposant sur une série de voûtes supportées par une console en travertin (fig. 64).

33Ces balcons, sans empiéter directement sur l'espace au sol, ont nécessairement une emprise sur l'espace urbain, ne serait-ce que par l'ombre qu'ils projettent, en raison de l'importante saillie qu'ils forment.

2.2.3. BALCONS INTÉGRÉS À LA FAÇADE

  • 70 Classification de Calza.
  • 71 Meiggs, 1973, p. 240. Hermansen, 1970, p. 344.

34Certains balcons d'Ostie (type III70) sont supportés par une série continue de voûtes d'arête. Ces balcons intégrés à la maçonnerie, très étroits et sans relations avec l'étage à l'extérieur, seraient purement décoratifs et constitueraient une sorte de prolongement de l'appui de la fenêtre71. Ils n'ont pas une emprise décisive sur l'espace urbain.

Fig. 64 - Ostie : 1, ii, 5 : la façade nord (Gismondi). (Packer, 1971, pl. V, fig. 11.)

DE L'ARCHÉOLOGIE AU DROIT

35La hauteur des édifices met en jeu la sécurité collective des citadins, car des bâtiments trop élevés sont plus facilement sujets à s'effondrer et plus difficiles à protéger des incendies, leurs intérêts réciproques, puisqu'un édifice peut obturer la lumière ou la vue des édifices voisins, et enfin leur prestige individuel ou collectif, puisque l'existence de hauts immeubles est un élément de la gloire pour la ville, et qu'une maison élevée signifie la richesse de son propriétaire. L'élévation est souvent marquée par des éléments qui constituent une transition entre l'intérieur et l'extérieur. Fenêtres et balcons rythment la façade de la maison, par rapport à laquelle ils peuvent constituer des saillies plus ou moins prononcées, formant autant de points de contact possibles entre l'espace domestique et l'espace public ou le voisinage. L'aménagement de fenêtres, qui répond à la volonté de s'éclairer et de contempler le paysage, doit tenir compte à la fois de la hauteur et de la distance des édifices voisins et du souci de se protéger des agressions venues du dehors. L'implantation de balcons retentit aussi bien sur les rapports de voisinage que sur le paysage urbain dans son ensemble.

36L'élévation des maisons est donc au centre d'un jeu complexe de rapports juridiques. Accords contractuels entre particuliers, visant en premier lieu la lumière, et dispositions réglementaires, concourent à la régulation de la hauteur des constructions. La protection offerte aux voisins par le droit ne se limite pas à l'éclairage, et s'étend progressivement à la vue puis à l'intimité. La régulation de l'aménagement des balcons et des intervalles entre les édifices ne vise pas seulement les rapports de voisinage, mais également l'espace urbain.

Notes

1 Mansel, 1932.

2 Par exemple : Tite Live, 21. 6. 3 ; Cicéron, de lege agrarial. 35. 96 ; Vitruve, 2. 8. 17 : (...) cum recipere non posset area plana tantam multitudinem ad habitandum in Vrbe, ad auxilium altitudinis aedificiorum res ipsa coegit deuenire. "(...) il est nécessaire, pour loger le nombre infini de ses habitants, que la hauteur des édifices puisse compenser le défaut d'espace." (traduction Perrault, Dalmas, 1986.) ; ibid. : (...) moenibus e contignationibus variis alto spatio multiplicatis. "(...) la multiplication des étages permettant de dilater dans le sens de la hauteur l'espace défini par les murailles." ; Tacite, Hist. 3. 7. 1 : aedificia (...) quae in altum edita solum Capitolii aequabant. "des édifices (...) qui s'élevaient en hauteur jusqu'à la base du Capitole." ; Juvénal, 3. 199 sq. : tabulata tibi iam tertia fumabant : tu nescis."Le deuxième étage fumait déjà, mon pauvre ami, mais tu l'ignores." ; Martial, 1. 117. 7 : et scalis habito tribus, sed altis. "J'habite au troisième palier - et les étages sont hauts !"

3 Pour une mise au point bibliographique et historiographique, cf. Packer, 1971, pp. 5-6.

4 Voir les tableaux de Packer, 1971, pp. 80-90, indiquant pour chaque maison le nombre de niveaux restitués. Cf. Meiggs, 1973, p. 240-241.

5 Ex.: III, ν, 1, Packer, 1971, pp. 166-171; I, ix. 3, Packer, 1971, pp. 152-154.

6 Ex.: I, ii, 5, Packer, 1971, pp. 123-126.

7 Ex.: I, iii, 3, 4, Packer, 1971, pp. 127-134; I, iv, 2, Packer, 1971, pp. 134-139.

8 Packer, 1971, pp. 134-139.

9 Ex. : IV, ii, 4 ; I, xii, 7 ; II, vi, 7.

10 Packer, 1971, p. 128, p. 130, p. 132, p. 135, p. 158. Les entrepôts du rez-de-chaussée de III, ν, 1 sont beaucoup plus hauts de plafond : entre 3, 87 m et 4, 16 m (ibid, p. 150), voire 4, 50 m (ibid, p. 166).

11 III, x, 3: Packer, 1971, p. 183.

12 Scobie, 1986, p. 406.

13 Strabon, 16. 2. 13.

14 Mansel, 1932.

15 Strabon, 16. 2. 23 ; indication confirmée par Tibulle, 1. 7. 19-20.

16 Diodore de Sicile, 1. 45. 5.

17 Luckhard, 1914, p. 11; Husson, 1983, pp. 257-267.

18 P. Oxy. 34. 2719. 9.

19 Zosime, 2. 30 sq. ; 2. 35 sqq. (fondation de Constantinople) ; Libanios, Or. 1. 102-103 : à Constantinople, Libanios habite à l'étage d'un immeuble collectif (συνοικία), dont le rez-de-chaussée est occupé par des boutiques. Cf. Dagron, 1974, pp. 526-529.

20 Au premier siècle après Jésus-Christ : Senèque le Rhéteur, Contr. 5, 5 ; au quatrième siècle, dans la pars Orientis, Libanios, Or. 11 (=Antiochikos) 225.

21 Julien d'Ascalon, Hexabiblos, 2. 4. 40 ; LSR : FIRA § 98 =Vööbus, 1975-1976, 69. 133.

22 Libanios, Or. 11. 225 : "(...) les maisons des riches, à trois niveaux (...)".

23 Libanios, Or. 11. 226 : "Et si certains ont été privés des rayons du soleil à cause d'une maison qui leur faisait de l'ombre dans le voisinage (...)."

24 Martial, 1. 86 : Vicinus meus est manuque tangi / De nostris Nouius potest fenestris (...). "Novius est mon voisin et je puis lui donner la main de ma fenêtre (...)." (traduction J. Izaac, Paris, Les Belles-Lettres, 1930.)

25 Sénèque le Rhéteur, Contr. 2. 1. 11 :(...) tanta altitude aedificiorum est tantaeque uiarum angustiae ut neque aduersus ignem praesidium nec ex ruinis ullam in partem effugium sit. "(...) la hauteur des édifices et l'étroitesse des rues sont telles qu'il n'est possible ni de se prémunir de l'incendie, ni de fuir de quelque côté que ce soit." ; Juvénal, 3. 199 sq. (cf. supra) ; Aulu-Gelle, 15. 1. 2-3 :(...) conspicimus insulam quandam occupatam igni multis arduisque tabulatis editam et propinqua iam omnia flagrare uasto incendie. Tum quispiam ibi ex comitibus Iuliani : "Magni, inquit, reditus urbanorum praediorum, sed pericula sunt longe maxima. Si quid autem posset remedii fore, ut ne tam adsidue domus Romae arderent, uenum hercle dedissem res rusticas et urbicas emissem." "Nous apercevons un immeuble dont le feu s'était emparé, il était fait de nombreux étages qui s'élevaient en hauteur et déjà tout ce qui se trouvait auprès brûlait dans un immense incendie. Alors à ce moment-là un de ceux qui accompagnaient Julianus dit "Les revenus des propriétés urbaines sont grands, mais les risques sont de loin les plus grands. S'il avait pu y avoir quelque remède pour que les maisons ne brûlent pas si constamment à Rome, j'aurais mis en vente, ma foi, mes campagnes, et j'aurais acheté du bien en ville."(traduction R. Marache, Paris, Les Belles Lettres, 1989.) ; les mentions d'incendies à Rome sont très fréquentes : Dion Cassius, 57. 16. 2 ; 58. 26. 5 ; 59. 9. 4 ; Suétone, Tib. 48. 1, Cal. 16. 3, Claud. 18. 1 ; SHA Vita PU, 9. 1 ; Hérodien, 7. 12. 5-7. Sur la prévention des incendies dans l'Vrbs, voir Robinson, 1977.

26 Sperl, 1990, pp. 65-67 ; Broise, 1991, p. 75. Cf. RE V, 1, s. u. Glas, col. 1389 ; pour Ostie, Meiggs, 1973, p. 241.

27 Broise, 1991, p. 75.

28 Meyer, 1989, p. 217.

29 Lôhr, 1990, p. 12.

30 Bruneau, 1970, pp. 100-126.

31 Ratzka, 1990, p. 99. Blumner, 1911, p. 102.

32 Par exemple, d'après la numérotation de Lassus, n° 32 (fenêtre fermée par des barreaux en croix) ; n° 35 : petite fenêtre carrée fermée par une croix de maçonnerie. La mosaïque à bordure topographique mise au jour à Yaqto près d'Antioche est datée du milieu du cinquième siècle (Levi, 1947, I, p. 323). Cf. Lassus, 1932 ; Levi, 1947, I, pp. 326-337 ; II, pl. 79-80.

33 Le cas de la fenêtre aménagée dans une ouverture de porte à la Maison du Trident constitue une exception (Chamonard, 1924, pp. 286-287). La fenêtre extérieure de la Maison des Tritons peut également avoir été située plus bas dans le mur. On ignore son emplacement exact (Bruneau, 1970, p. 100).

34 Löhr, 1990, pp. 11-13 ; sur le problème très particulier de l'éclairage de l'andrôn, voir Graham, 1953.

35 Chamonard, 1924, pp. 286-287.

36 Ratzka, 1990, pp. 97.

37 Blümner, 1911, p. 101.

38 Blümner, 1911, p. 101 ; Ratzka, 1990, pp. 97-98.

39 Au Bas-Empire, les luxueuses demeures seigneuriales aménagées sur le site manifestent au contraire une tendance au repli vers l'intérieur et à la clôture de l'espace domestique, soit par l'aménagement de murs périphériques dépourvus de fenêtres, soit par la fermeture des ouvertures existantes (Beccati, 1948, p. 197).

40 Meiggs, 1973, p. 239; Packer. 1971, pp. 24-26.

41 Packer, 1971, p. 26.

42 Boersma, 1985, p. 116, p. 118, p. 213, p. 236.

43 Boersma, 1985, p. 236.

44 Boersma, 1985, p. 270.

45 Boersma, 1985, p. 117.

46 Ex. : Maison du Cerf : Donnay-Rocmans, Donna y, 1984, p. 164.

47 La salle I de la Maison aux Pilastres comporte deux fenêtres vers le péristyle (Gisler, Huwiler, 1984, p. 82) ; les pièces BD, BH, couloir, BF, F-H-J de la Maison aux Consoles sont éclairées par leurs portes ou parfois également par une fenêtre ouvrant sur le péristyle (J. Balty, 1984, p. 26) ; la salle M de la Maison aux Colonnes Trilobées comporte 2 fenêtres disposées symétriquement par rapport à l'accès H/M et ouvrant vers les zones E et Κ de la galerie du péristyle (Raepsaet-Charlier, 1984, p. 182) ; dans l'édifice au triclinos, la cage d'escalier M, dans son second état, et la pièce AC ouvrent toutes les deux sur le péristyle (J.-C. Balty, 1969, p. 107, p. 112).

48 Baratte, 1984, p. 115.

49 J. Balty, 1984, p. 26.

50 Salles BA, BD, BG, peut-être BH, BC : J. Balty, 1984, p. 26. La largeur de ces fenêtres est en général de 90 cm.

51 Raepsaet-Charlier, 1984, p. 190.

52 Cf. Sartre, 1985, en particulier pp. 73-76.

53 La seule description précise de l'édifice est celle de Butler (1909, 2 A), qui voyait un édifice complètement occupé par des habitations (p. 255), et qui n'a pu publier qu'un plan partiel (rez-de-chaussée de la partie Nord, étage de la partie Sud), dont les constructions actuellement visibles diffèrent sur plusieurs points. Des dégagements récents ont été effectués.

54 Butler, 1909, pp. 255 sqq.

55 Dentzer, 1986, p. 83.

56 Sodini dans sa contribution à l'article de Dentzer, 1988, pp. 31-34.

57 Freyberger, 1989, p. 52.

58 F. Villeneuve, Recherches sur les villages antiques du Haurâne, Thèse de troisième cycle, Université de Paris-I, p. 72.

59 Dans le cadre du système modulaire articulant pièces hautes et combinaisons de deux pièces basses juxtaposées, le terme "entresol" s'applique aux pièces basses d'étage.

60 Exemple de dimensions (fenêtres de la pièce 2 de l'aile Sud, à l'étage) : 80x119 cm.

61 Rodziewicz, 1984, pp. 116-118.

62 Sénèque, ad Lucilium W. 86. 8 (cité plus bas).

63 Blumner, 1911, p. 100.

64 Bruneau, 1978, p. 120.

65 Bruneau, 1978, p. 122.

66 Bruneau, 1978, p. 123.

67 RE, s. u. maenianum.

68 Vetters, 1974, p. 91.

69 Il s'agit de la classification de Calza. Cf. Packer, 1971, pp. 33-35.

70 Classification de Calza.

71 Meiggs, 1973, p. 240. Hermansen, 1970, p. 344.

Table des illustrations

Légende Fig. 47 - Délos : exemples de fenêtres. (1 : Bruneau, 1970, fig. 89 ; 2: Chamonard, 1924, fig. 168, p. 293.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-1.jpg
Fichier image/, 300k
Légende Fig. 48 - Apamée : reconstitution graphique de la grille de fer provenant de la salle Ο de l'édifice au triclinos. (J.-C. Balty, 1969, fig. 2, p. 108.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-2.jpg
Fichier image/, 84k
Légende Fig. 49 - Pompéi : fermetures de fenêtres : a) Adam, 1989, fig. 702, p. 331. b) Ibid., fig. 701, p. 331. c) Fenêtres grillagées (Via dell' Abondanz.a). Vues perspectives, sections horizontales et verticales. (Spinazzola, fig. 71, p. 68.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-3.jpg
Fichier image/, 1,3M
Légende Fig. 50 - Clôture de la fenêtre et diminution de la lumière. (Sperl, 1990, fig. 5, p. 69.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-4.jpg
Fichier image/, 112k
Légende Fig. 51 - Pompéi : fenêtres intérieures et fenêtres extérieures. Pompéi, Maison du Moraliste, III, iv, 2-3. Schéma perspectif. (Adam, 1989, fig. 716, p. 337.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-5.jpg
Fichier image/, 288k
Légende Fig. 52 - Pompéi : fenêtres,a) Petites fenêtres de tailles et de forme diverses. Localisations diverses. (Spinazzola, fig. 70, p. 68.)b) Ouvertures en meurtrières sur le rez-de-chaussée de la Maison du Faune. (Adam, 1989, fig. 698, p. 331.)c) Fenêtre-meurtriètre ébrasée vers l'intérieur. Maison d'Epidius Rufus, IX, i, 20. (Spinazzola, fig. 69, p. 67.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-6.jpg
Fichier image/, 876k
Légende Fig. 53 - Pompéi : reconstruction en perspective d'une façade (IX, xii, 1-5). (Spinazzola, fig. 103, p. 88.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-7.jpg
Fichier image/, 280k
Légende Fig. 54 - Pompéi : pénétration et réfraction de la lumière. Maison de Pansa (I, vii, 1) ; Maison au cryptoportique (I, vi, 2-4) ; thermes de Stabies. (Spinazzola, fig. 83, p. 74.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-8.jpg
Fichier image/, 112k
Légende Fig. 55 - Ostie : reconstitution isométrique de l'îlot V. ii à l'état final, vers 400. (Boersma, 1985.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-9.jpg
Fichier image/, 400k
Légende Fig. 56 - Ostie : la fenêtre entre V. ii. 11 et V. ii. 10. (d'après Boersma, 1985, p. 171 et p. 160.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-10.jpg
Fichier image/, 68k
Légende Fig. 57 - Bostra, "palais de Trajan" : fenêtres donnant sur la cour de l'édifice, (photo R. Perrot.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-11.jpg
Fichier image/, 312k
Légende Fig. 58 - Bostra, "palais de Trajan" : fenêtres donnant sur la rue. (photo Y.-H. Saliou.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-12.jpg
Fichier image/, 304k
Légende Fig. 59 - Il-Hayat, maison du Cheikh, (photo Y.-H. Saliou.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-13.jpg
Fichier image/, 296k
Légende Fig. 60 - Pompéi : balcon découvert supporté par des piliers. Via di Nota. (Spinazzola, fig. 150, p. 123.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-14.jpg
Fichier image/, 136k
Légende Fig. 61 - Pompéi : étage en surplomb supporté par des colonnes. Via di Nota (restauration). (Spinazzola, fig. 140, p. 115.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-15.jpg
Fichier image/, 248k
Légende Fig. 62 - Pompéi : balcons et pièces en surplomb. I, viii, 2-6. Restauration. (Spinazzola, fig. 117, p. 99.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-16.jpg
Fichier image/, 216k
Légende Fig. 63 - Pompéi : balcon à demi fermé (IX, xii, 7). Restauration. (Spinazzola, fig. 118, p. 99.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-17.jpg
Fichier image/, 276k
Légende Fig. 64 - Ostie : 1, ii, 5 : la façade nord (Gismondi). (Packer, 1971, pl. V, fig. 11.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6147/img-18.jpg
Fichier image/, 374k

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter