Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les lois des bâtiments

 | 
Catherine Saliou

Deuxième partie. Les eaux

Chapitre premier. Eau et voisinage

Texte intégral

  • 1 Roche, 1984, pp. 385-389.

1Les diverses possibilités d'alimentation en eau dans la ville traditionnelle ont été inventoriées par D. Roche1 : puisage direct, manuel ou mécanique, aux cours d'eaux, aux sources, aux puits ; récupération des eaux pluviales ; lorsqu'existe un aqueduc, puisage à la fontaine publique ou adduction domestique. L'approvisionnement domestique en eau met en jeu les rapports de voisinage lorsqu'il dépend d'un point d'eau extérieur, qui peut être une source située sur le bien d'autrui, ou une prise d'eau au réseau public de distribution.

  • 2 Durm, 1905, pp. 330-332 ; Wikander, 1988.

2Les eaux de pluie nuisent aux murs des édifices : le souci de protéger le mur de leur écoulement commande la structure du toit (fig. 18). Le larmier a pour fonction d'écarter cet écoulement du mur. Il faut ensuite évacuer l'eau. Plusieurs modes d'évacuation sont possibles : l'eau peut s'égoutter au fur et à mesure qu'elle arrive au bord du toit ; de façon plus élaborée, les eaux seront collectées par un chéneau en rive de toit2 : ainsi rassemblées, elles peuvent être dirigées au point désiré, gargouille déversant l'eau en terrain découvert, ou conduit vertical d'évacuation, éventuellement aménagé à l'intérieur du mur. L'eau peut également être stockée à des fins d'utilisation ou de consommation. Les rapports de voisinage interviennent à toutes les étapes de cette chaîne : une éventuelle citerne peut entraîner une humidité dommageable au mur du voisin ; l'évacuation des eaux de pluie peut s'effectuer vers l'extérieur, que ce soit vers l'espace public ou vers le bien du voisin, ou se connecter avec un réseau urbain collectif. L'évacuation des eaux usées pose des problèmes analogues.

Fig. 18 - Eaux de pluie et structure du toit,
a) colonne et charpente : l'exemple de l'ordre ionique. (Atlas d'Architecture Mondiale, Paris, 1978, p. 160.)
b) larmier et structure du toit. (Durm, 1905, fig. 350, p. 322.)
c) chéneau d'évacuation en bord de toit (Priène). (Wikander, 1988, fig. 7, p. 214.)
d) chéneau d'évacuation en bord de toit (Pompéi). (Durm, 1905, fig. 359, p. 330.)

  • 3 Lassus, 1972, p. 27.

3L'étude archéologique de l'approvisionnement en eau et des évacuations se heurte à plusieurs difficultés. Les publications existantes se révèlent difficiles à exploiter en raison des stratégies et des problématiques adoptées par leurs auteurs : rues et maisons sont rarement fouillées ensemble, ce qui empêche l'identification matérielle de communications entre réseaux urbains et réseaux ou aménagements domestiques. Par exemple, lors des fouilles de la rue principale à Antioche, ont été découverts à différents niveaux des conduits attestant l'existence de réseaux de distribution, dont l'un notamment a été attribué à la période justinienne3. Les conditions particulières imposées aux fouilleurs par leur terrain n'ont pas permis cependant d'avancer plus loin dans la recherche. A l'inverse, lorsqu'un conduit est découvert dans une maison, les exigences de la stratigraphie et la recherche d'une cohérence dans l'extension de la fouille empêchent généralement de suivre ce conduit au-delà des limites prévues des travaux. Il est parfois difficile également de distinguer, à la fouille ou à la lecture des publications, un conduit d'adduction d'un conduit d'évacuation.

4Malgré ces difficultés, et au travers de la complexité des problèmes, une opposition, pertinente pour l'étude des rapports de voisinage, se dessine entre une tendance à la formation d'un système autarcique refermé sur l'espace domestique, et une tendance à l'ouverture sur des espaces et des réseaux extérieurs.

-1- SYSTÈMES OUVERTS

1.1. ALIMENTATION

1.1.1. DES CANALISATIONS AU RÉSEAU

  • 4 Étienne, 1960, p. 22. pp. 30-49, pl. II. Sur les critiques faites à R. Étienne concernant son inter (...)
  • 5 Blanchard-Lemée, 1975, pp. 209-212.

5Un exemple caractéristique et bien illustré d'ensemble d'habitations où l'alimentation en eau comme l'évacuation sont entièrement organisées en réseau, est celui du quartier nord-est de Volubilis, et en particulier des maisons de la rive nord du décumanus4 (fig. 28), où n'existe apparemment ni puits ni citernes, et qui toutes sont connectées d'une part à un égout collecteur, d'autre part à une branche de l'aqueduc. De même à Djemila-Cuicul existait à la fois un réseau d'évacuations et d'adductions d'eau5 (fig. 19). Bien que les réseaux de distribution n'aient fait l'objet d'une recherche de terrain globale sur aucun site du Proche-Orient, plusieurs signes tendent à faire admettre leur existence dans les grandes villes.

  • 6 Les diverses phases de l'approvisionnement en eau de la ville ont fait l'objet d'une synthèse de la (...)
  • 7 J.-C. Balty, 1987, p. 20.
  • 8 Baratte, 1984, p. 111.

6L'existence de réseaux d'adductions d'eau est bien attestée à Apamée par exemple à la période romaine (fig. 8). Un aqueduc, construit à Apamée en 116-1176, alimente de façon sûre les thermes nord, à l'est de la grande colonnade : thermes et aqueduc ont été construits en même temps et constituent un même programme. L'aménagement de la conduite, qui correspond à la reconstruction de la ville après le tremblement de terre de 115, est concomitant à l'abandon généralisé des citernes hellénistiques. Cet aqueduc assurait-il à lui seul l'alimentation en eau de l'ensemble de la ville ? Rien ne permet ni de l'affirmer ni de l'infirmer. La découverte d'innombrables canalisations de terre cuite atteste que l'eau courante était distribuée dans tous les quartiers de la ville7. Toutefois, un seul exemple d'alimentation en eau par adduction est connu sur le terrain. Il est fourni par le bassin double qui orne le péristyle de la Maison des Chapiteaux à Consoles, alimenté par une arrivée d'eau aboutissant dans l'axe du lobe médian du bassin est (fig. 41)8.

  • 9 Pinkwart, Stamnitz, 1984, pp. 50-51, p. 64.

7À Pergame (fig. 31), l'existence d'un réseau d'adductions amenant l'eau aux maisons privées est attestée pour la période romaine, dans le quartier de l'agora, par la présence dans les maisons II et III de canalisations reliées, de façon sûre pour la maison II et probable pour la maison III, à un système de distribution d'eau urbaine approvisionné par aqueduc9.

  • 10 Libanios, Or. 11. 246.
  • 11 Lassus, 1983, p. 201, pp. 211-219.
  • 12 Lassus, 1983, p. 211.
  • 13 Lassus, 1983, p. 216. Voir aussi C. T. 15. 2. 2 (infra, pp. 141-142).

8A Antioche aurait existé au quatrième siècle, d'après Libanios10, un réseau développé d'adductions menant l'eau jusqu'aux maisons. Lors de la fouille de la rue principale ont effectivement été retrouvées des canalisations interprétées comme des éléments d'un réseau de distribution systématique, organisé d'après un quadrillage conforme au quadrillage des rues et alimenté par l'un des trois aqueducs connus de la ville11. L'organisation en réseau se retrouverait également à Daphné12. L'hypothèse d'une distribution domestique de l'eau est renforcée par la présence de fontaines dans les maisons13.

Fig. 19 - Djetnila-Cuicul. Plan du quartier central de Djemila : adductions d'eau, réservoirs et égouts. (d'après Blanchard-Lemée, 1975, fig. 2.)

  • 14 Crouch, 1975, p. 176.

9À Palmyre, plusieurs séries de canalisations ont été retrouvées dans la zone du Temple des Enseignes, sur l'agora, et le long de la Grande Colonnade14. On ignore toutefois si ces adductions aboutissaient effectivement aux maisons.

1.1.2. RÉSEAU ET RÉPARTITION

  • 15 Vitruve, 8. 6. 1. Cf. Grewe, 1985, pp. 97-101; Adam, 1989, pp. 273-275.
  • 16 Pour une étude du réseau pompéien, cf. Adam, 1989, pp. 273-280 : les castella sont examinés pp. 277 (...)

10L'existence d'un réseau de distribution de l'eau implique la présence de répartiteurs articulant ce réseau et en régulant l'emploi. Les répartiteurs généraux, édifiés au point où l'aqueduc pénètre dans la ville15, et dont des exemples sont connus par exemple à Volubilis, Nîmes, Uzès, Pompéi, se distinguent des répartiteurs locaux, organisant la distribution à l'échelle du quartier ou du pâté de maisons, et qui pouvaient mettre en jeu les rapports de voisinage. Les plus connus de ces répartiteurs sont ceux qui rythment le paysage urbain de Pompéi (fig. 20)16.

  • 17 Lacoste, 1941, p. 119 et fig. 6, pl. 6 ; J.-C. Balty, 1987, p. 21.
  • 18 Lassus, 1983, p. 219.

11À Apamée a été retrouvé un large et haut tambour de pierre percé de douze trous entourant un trou central, ce dernier d'un diamètre supérieur aux autres. L'hypothèse de fonctionnement émise par son inventeur, qui se fonde sur des exemples ethnographiques d'Hama, est qu'il s'agissait d'une table de répartition de l'eau (fig. 21). Nous ignorons toutefois si la table, aujourd'hui disparue, a été trouvée en place, et en conséquence son contexte originel et sa datation. La possibilité de rapprochements ethnographiques elle-même pourrait faire soupçonner une datation médiévale. Des éléments de pierre plus petits comportant de trois à quatre orifices ont fréquemment été rencontrés au cours des fouilles. Il s'agit des articulations où s'emboîtent les conduites17. À Antioche également a été retrouvé ce qui d'après son inventeur était un répartiteur18, à un carrefour de la Via Colonnata (fig. 22).

Fig. 20 - Pompéi : la distribution de l'eau.
a) les fontaines publiques et leur aire de distribution. (Eschebach, 1983, pl. 2, p. 104.)
b) répartiteurs et châteaux d'eau (avec indication des courbes de niveau). (Eschebach, 1983, pl. 3, p. 105.)

Fig. 21 - Exemple de répartiteur : Antioche. (Lassus, 1983, fig. 16, p. 228.)

Fig. 22 - Exemple de répartiteur : Apamée. (Lacoste, 1941, fig. 6, pl. VI.)

Fig. 23 - Exemple de répartiteur : Sardes. (Greenwalt, 1990, fig. 23.)

  • 19 Greenwalt, 1990, pp. 156-159.
  • 20 Volume intérieur : 0,51x0,53x0,40 m.

12De tels distributeurs peuvent avoir eu pour fonction d'organiser la répartition de l'eau entre les quartiers, et non au sein du quartier. La fonction de celui de Sardes19, en revanche, semblerait avoir été restreinte à une petite collectivité. Ce réservoir de calcaire20, muni de neuf orifices auxquels étaient connectées des canalisations, a été retrouvé au sous-sol d'un édifice de fonction inconnue, dans une pièce voûtée accessible par l'extérieur de l'édifice. Ce dispositif, dont l'aménagement remonterait au premier siècle après Jésus-Christ, semble être celui d'une installation régulant et distribuant l'eau, mise ici au service d'une petite communauté (fig. 23). À Pergame, un répartiteur assurait à l'époque romaine la distribution de l'eau à la maison II, ainsi probablement qu'à la maison III (fig. 34).

1.2. ÉVACUATION

  • 21 Chamonard, 1924, pp. 351-353.
  • 22 Callot, Salles, 1981, pp. 59-61.

13Des réseaux d"'égouts", dont la fonction peut être de recueillir ou d'évacuer aussi bien les eaux de toiture que les eaux usées21, apparaissent en Grèce, par exemple à Délos, à Thasos, ou à Athènes, dès la période classique. Le mode de construction de l'égout d'Athènes est très varié le long du parcours, ce qui semble indiquer que la responsabilité de sa construction incombait à chacun des riverains. Des conduits latéraux, tout aussi variés dans leur construction, conduisaient aux maisons adjacentes22.

  • 23 Vetters, 1977, p. 17.
  • 24 Gisler, Huwiler, 1984, p. 89.
  • 25 J. Balty, 1984, p. 34.
  • 26 Crouch, 1975, p. 180, citant A. Bounni et N. Saliby.
  • 27 Kraeling, 1938, pp. 289-292.
  • 28 A. J. 15. 9. 16 (§ 34 dans l'édition Loeb).
  • 29 Toombs, 1978, p. 225.

14Sur les réseaux d'évacuation dans les villes du Proche-Orient romain, et sur les raccordements entre ces réseaux et les édifices privés, nous ne bénéficions que de quelques indications éparses, qui suffisent toutefois à démontrer leur existence, de la période hellénistique à la période byzantine. À Éphèse, un canal voûté, qui reste en usage au moins jusqu'au milieu du septième siècle après Jésus-Christ, traverse l'ensemble. La Nobelwohnung, par exemple, à l'époque sévérienne, est en connexion avec ce canal23. À Apamée, un drain relie à la rue la fontaine aménagée dans la pièce I de la Maison aux Pilastres24, et un égout a été repéré le long de la Maison aux Consoles (fig. 42)25. À Palmyre, lors de la fouille des nymphées de la Grande Colonnade, ont été découverts, dans les boutiques proches, des tuyaux de terre cuite reliés à un drain conduisant l'eau à un égout situé sous la rue26. À Jérash (fig. 24), dans la zone située à l'ouest du temple d'Artémis, a été repéré un réseau de drainage dans les rues R9-R1427. Sur le même site, un large égout était aménagé sous le cardo (fig. 25). À Césarée, l'existence d'égouts souterrains est attestée au début de la période romaine par Flavius Josèphe28, et, à la période byzantine, une canalisation d'évacuation a été repérée partant d'un édifice à usage industriel29.

Fig. 24 – Jérash : plan général. (Khouri R., Jerash : A frontier city of the Roman east, Londres/New-York, 1986: frontispice.) Remarquer : cardo (12), de la place ovale (11) à la porte nord (23) ; tétrapyle sud (14) ; birket ou birketein (56) ; église Saint-Théodore (43) ; temple d'Artémis (33).

Fig. 25 - Jérash : égout sous le cardo. (Kraelinc, 1938, plan XIII.)

15Lorsque l'articulation au réseau s'opère par l'intermédiaire de la maison voisine, il y a interférence directe entre réseau urbain et rapports de voisinage.

  • 30 Boersma, 1985, p. 149, p. 163, p. 235, p. 415, p. 431.
  • 31 Boersma, 1985, p. 165.
  • 32 Boersma, 1985, p. 168, p. 96, fig. 112, p. 236.

16À Ostie, la pièce 10 de la Maison de la Fortuna Annonaria est traversée par un canal qui aboutit à l'une des quatre conduites verticales du mur ouest de la pièce 6 de l'édifice 9 (fig. 27). Ces conduites, qui peuvent avoir servi à évacuer l'eau de pluie, devaient aboutir d'une façon quelconque à une évacuation, non retrouvée, vers l'égout principal30. Ce dispositif peut dater du milieu du deuxième siècle31. Sur le même site, un canal d'évacuation vertical, aménagé dans le mur périphérique nord de la Maison du Porche, aboutit à la cour 6 de la maison 10 (fig. 26). Ce canal vertical était apparemment utilisé pour évacuer l'eau de pluie du toit de la Maison du Porche vers cette cour, où le propriétaire de la maison 10 avait à se charger de son évacuation vers l'extérieur, grâce sans doute au canal de drainage partant de la cour et destiné à détourner l'eau de pluie de l'aire découverte jusqu'au collecteur principal32. La cour 6 de la maison 10 a été aménagée lors d'une phase postérieure à la construction du mur périphérique nord de la Maison du Porche, les murs de clôture nord et ouest de la maison s'appuyant sur ce dernier. Ce décalage chronologique pourrait constituer un facteur d'explication de l'existence de cet aménagement entraînant une charge supplémentaire pour le propriétaire de la maison 10.

Fig. 26 - Ostie : rapports entre la Maison du Porche et la maison 10. (d'après Boersma, 1985, fig. 5, p. 11 et fig. 69, p. 62.)

Fig. 27 - Ostie : la Maison de la Fortuna Annonaria et l'édifice 9. (d'après Boersma, 1985, fig. 64, p. 58 et fig. 51, p. 47.)

Fig. 28- Volubilis : plan général du quartier nord-est. (Étienne, 1960.)

Fig. 29 - Volubilis : quartier nord-est. Rapports entre la maison de Flavius Germanus et la maison de Dionysios et des Quatre Saisons. (Étienne, 1960.)

  • 33 Boersma, 1985, pp. 236-237, p. 83. pp. 324-327.
  • 34 Boersma, 1985, pp. 236-237.

17De telles évacuations transitives, utilisant les installations des maisons voisines, ont également été repérées, mais de façon moins sûre, en ce qui concerne les égouts : la latrine 8 de la Maison du Porche, aménagée lors d'une réfection de cette maison en 250, était probablement connectée avec la latrine 4 du Bain du Philosophe33. Le bassin aménagé un siècle plus tard dans la pièce 22 de la même maison se vidait probablement dans le canal d'évacuation de la maison 334.

  • 35 Étienne, 1954, p. 34, n. 2.
  • 36 Étienne, 1960, p. 38.
  • 37 Étienne, 1960, pp. 151-153.
  • 38 Étienne, 1960, p. 41.
  • 39 Étienne, 1960, p. 44.

18De nombreux exemples de telles connexions transitives s'observent dans le quartier nord-est de Volubilis (rive Nord du Décumanus, fig. 28-29) : l'égout de la Maison de Flauius Germanus reçoit à l'arrière de celle-ci un égout de la maison voisine (Maison de Dionysos et des Quatre Saisons). Cette connexion correspond à une modification d'importance de l'égout, dont la profondeur passe aussitôt de 30 cm à 50 cm35, et qui devait ensuite se brancher sur un collecteur situé dans le décumanus secondaire nord36. Plus tard37, le conduit provenant de la Maison de Dionysos et des Quatre Saisons est abandonné et remplacé par un nouvel égout autonome, orienté lui aussi vers le décumanus secondaire nord, et qui reçoit à son tour un conduit venant de la maison voisine (Maison au Bain des Nymphes)38. Le système d'évacuation de la Maison au Bain des Nymphes est en effet des plus complexes : un canal venant de la pièce 10 de la Maison de Dionysos et des Quatre Saisons rejoint l'évacuation du bassin bilobé, reçoit un égout venu de la Maison des Fauves et repasse ensuite dans la Maison de Dionysos et des Quatre Saisons39. La Maison au Bain des Nymphes met ainsi en correspondance trois systèmes d'évacuation : le sien et celui des deux maisons qui l'entourent.

  • 40 Akerraz, 1987, p. 452. D'après R. Étienne, dont les conclusions sont toutefois mises en doute par d (...)
  • 41 Étienne, 1960, p. 46.

19Les rapports chronologiques et architecturaux entre ces maisons, et particulièrement entre la Maison au Bain des Nymphes et la Maison de Dionysos et des Quatre Saisons, pourraient peut-être aider à comprendre cette complexité, mais sont mal connus40. La Maison des Fauves comporte deux évacuations, l'une vers la Maison au Bain des Nymphes puis vers la Maison de Dionysios et des Quatre Saisons, l'autre qui se branche directement au collecteur central du décumanus maximus41.

  • 42 Garbrecht, 1987, p. 45.
  • 43 Pinkwart, Stamnitz, 1984, p. 18.

20À Pergame, un réseau d'évacuation qui n'a pas encore fait l'objet d'une recherche systématique, mais qu'il est déjà possible de cartographier, existe dès la période hellénistique42. À cette phase, dans le secteur à l'ouest de l'agora inférieure, un canal d'évacuation en provenance de la terrasse supérieure passe au-dessous des pièces de la maison III43. Des éléments du réseau d'évacuation peuvent donc affecter directement les maisons, en les traversant en sous-sol. Les rapports chronologiques et juridiques entre ces installations et les édifices en question restent mystérieux.

1.3. LE CAS PARTICULIER DE L'EAU DE NETTOYAGE

  • 44 Baratte, 1984, p. 115.
  • 45 Frézouls, 1976 b.
  • 46 Boersma, 1985, p. 149, p. 415, p. 431.

21Que ce soit en Orient ou en Occident, l'architecture domestique romaine impériale est caractérisée par la présence de pièces ou de cours susceptibles d'être lavées à grande eau et comportant un dispositif d'évacuation à cet effet. La cour G de la Maison des Chapiteaux à Consoles, à Apamée, soigneusement dallée, présente ainsi sur le côté ouest ce dispositif d'évacuation (fig. 41)44. Un aménagement comparable est attesté dans la cour 6 de la Maison d'Achille à Palmyre (fig. 30)45. De tels dispositifs apparaissent également en Occident : à Ostie, c'est probablement la pièce 10 de la Maison de la Fortuna Annonaria qui était nettoyée de cette façon à grande eau (fig.26). L'eau de nettoyage était ensuite évacuée par l'intermédiaire de la maison voisine46.

Fig. 30 - Palmyre : dispositif d'évacuation de l'eau de nettoyage, (photo Y.-H. Saliou.)

22Si la présence de réseaux d'adductions et d'évacuation impliquant l'existence de conduites partant des maisons et s'intégrant à l'espace urbain est donc bien attestée, il est également possible de mettre en évidence l'existence de circuits autonomes refermés sur l'espace domestique.

-2- SYSTÈMES FERMÉS

2. 1. ALIMENTATION

23Deux modes d'approvisionnement en eau permettent de ne dépendre ni du voisinage ni de la puissance publique : il s'agit soit de recueillir l'eau qui tombe du ciel sur la maison, soit de puiser l'eau que cache son sous-sol.

2.1.1. CITERNES

  • 47 Chamonard, 1922, pp. 113 sqq. ; 1924, pp. 324 sq.
  • 48 Reich, 1984, p. 2.

24À Délos, dans le quartier du théâtre, entre le troisième et le premier siècle avant Jésus-Christ, coexistent des puits prélevant sur la nappe phréatique et des citernes alimentées par eau pluviale, à l'exclusion d'adductions d'eau par canalisations47. À Jérusalem, lors de la période du Second Temple, les maisons privées de la ville haute étaient alimentées en eau exclusivement par des citernes creusées dans le rocher. Chaque maison comportait une citerne, voire deux ou trois, chacune d'une capacité de 50 à 100 m3. Ces citernes étaient alimentées par l'eau de pluie. L'une des maisons fouillées par exemple, la maison P, de 600 m2, presque entièrement découverte, pouvait stocker dans ses citernes les 300 m3 d'eau qu'elle devait recevoir dans l'année à raison d'une pluviosité estimée à 500 mm par an. Certaines de ces citernes furent réutilisées aux sixième et huitième siècles48.

  • 49 Voir l'article de synthèse de Brinker, 1986, p. 8, ainsi que la thèse du même auteur : Wasserspeich (...)
  • 50 Brinker, 1986 ; Garbrecht, 1987.
  • 51 Radt, 1988, p. 167.
  • 52 Radt, 1988, p. 168; Garbrecht, 1987, p. 19.

25Les maisons de Pergame sont presque systématiquement dotées d'une citerne creusée dans le rocher, alimentée par eau pluviale, et aménagée le plus souvent sous la cour ou sous les pièces immédiatement voisines de celle-ci. Cent sept de ces citernes ont été repérées sur le site (fig. 31)49. Leur volume moyen varie selon les auteurs de 30 m3 à 70m3 (fig. 32)50. On trouve parfois dans un même édifice plusieurs citernes, reliées entre elles. Leur face interne est protégée par un enduit étanche51. Dans leur majorité, elles datent de la période hellénistique. La plupart étaient encore en usage à l'époque romaine, et quelques-unes à la période byzantine52.

  • 53 Pinkwart, Stamnitz, 1984, pp. 8-9.
  • 54 Il y a été repéré notamment autour de la maison III et à l'arrière des maisons IV et V (Pinkwart, S (...)
  • 55 Pinkwart, Stamnitz, 1984, pp. 7-8.
  • 56 Radt, 1989, p. 396.

26Lors de la fouille de la maison II53 (fig. 33-35), par exemple, sur la terrasse à l'ouest de l'agora inférieure, a été repérée une citerne couverte, située sous le péristyle, dont la construction remonterait au plus tôt à la deuxième moitié du deuxième siècle avant Jésus-Christ, et qui était probablement alimentée par une conduite amenant l'eau d'un canal périphérique collectant et évacuant les eaux de pluie. Ce type de canal, très fréquent sur le site54, fait office de couloir d'isolation entre le mur d'une maison et le rocher ou la maison voisine, permettant ainsi d'éviter les dommages causés par la stagnation de l'eau de pluie55. Dans la ville basse, à l'époque romaine, une maison à péristyle en cours de fouilles présente également un dispositif d'évacuation des eaux de pluie vers une citerne56.

Fig. 31 - Pergame : plan d'ensemble. Les citernes sont représentées par des points. (Brinker, 1986, fig. 3.)

Fig. 32 - Pergame: types de citernes. (Brinker, 1986, fig. 2.)

Fig. 33 - Pergame : les maisons à l'ouest de l'agora inférieure. Plan d'ensemble. (Pinkwart, Stamnitz. 1984. pl. 52.)

Fig. 34 - Pergame : à l'ouest de l'agora inférieure. Maison II. (d'après Pinkwart, Stamnitz, 1984, pl. 57.)

Fig. 35 - Pergame : le quartier à l'ouest de l'agora inférieure. Coupes en élévation,
a) Maisons II et III (Pinkwart, Stamnitz, 1984, fig. 13, p. 34.)
b) Maisons I et II (Pinkwart, Stamnitz, 1984, fig. 14, p. 34.)

  • 57 Rodziewicz, 1984, p. 141.
  • 58 Rodziewicz, 1984, pp. 136-138.

27À la période byzantine, le site d'Alexandrie présente un exemple d'approvisionnement autonome en eau, par le biais d'une gouttière recueillant les eaux de pluie et reliée à une citerne. Lors de la fouille de la maison B (fig. 10), caractérisée par son absence de liaison avec le réseau de canalisations reconnu dans la rue R4 voisine57, a été retrouvée une citerne58, construite en briques plates liées à l'argile crue, et enduite de mortier hydraulique, placée dans l'angle nord-ouest de la cour, et dont la contenance d'après l'estimation du fouilleur, était de 0, 5 m3. Cette citerne recevait l'eau de pluie coulant du toit, dont la pente était aménagée pour amener l'eau vers une gouttière constituée de tuyaux de céramique recouverts de mortier hydraulique, et reliée à un canal menant l'eau à la citerne (fig. 36). La maison B est interprétée comme un ensemble de quatre unités d'habitation destinées à la location : les différents locataires devaient donc se partager le contenu de la citerne.

Fig. 36 - Alexandrie : la citerne de la maison b.
a) plan de la maison b. (Rodziewicz, 1984, fig. 143, p. 129.)
b) coupe. (Rodziewicz, 1984, fig. 145, p. 131.)

2.1.2. PUITS

  • 59 Fisher, 1934, pp. 13-17 et fig. 8; Levi, 1947, pp. 15-25; Lassus, 1983, p. 214.
  • 60 Michatowski, 1960, pp. 11-81; 1963, pp. 9-60; 1964, pp. 9-52; 1966, pp. 9-33; Gawlikowski, 1976.
  • 61 Crouch, 1975, p. 158.

28Les puits permettent également un approvisionnement en eau indépendant des réseaux d'adductions. À Alexandrie la maison D disposait, non d'une citerne, mais d'un puits (pièce D13). Le puits de la Maison à Atrium à Antioche a été utilisé à toutes les phases d'occupation59. À Palmyre, le quartier d'habitation aménagé par empiétement à partir du cinquième siècle sur la Voie Transversale était alimenté par une série de puits, parmi lesquels se distinguent des puits intérieurs aux habitations, à usage domestique, et un puits extérieur à usage collectif60. La différence entre puits et citernes n'est pas toujours très nette : le puits peut être l'orifice d'une citerne (fig. 37). Ainsi, dans la Maison au Sud-Est du Théâtre à Palmyre, un puits dont la datation n'est pas assurée, et qui se trouve au centre du péristyle, serait-il en fait pour D. P. Crouch l'orifice d'une citerne61.

Fig. 37 - Pompéi : récupération des eaux de pluie dans le second péristyle de la Maison du Faune. (Adam, 1989, fig. 548, p. 258.)

2.1.3. LES AMBIGUÏTÉS DES CITERNES ET DES PUITS

  • 62 Leveau, Paillet, 1976, pp. 29-30.
  • 63 Pinkwart, Stamnitz, 1984, pp. 59-60.
  • 64 Lassus, 1983, p. 214.
  • 65 Wilber, 1938, p. 51.

29Puits et citernes en tant que tels ne correspondent pas nécessairement à un système fermé sur lui-même : ils peuvent être alimentés par adduction, et impliquer ainsi rapports de voisinage ou intégration à un réseau. À Cherchell, de nombreux captages de versant pouvaient avoir pour fonction d'alimenter des citernes62. À Pergame, un réservoir aménagé à l'époque romaine dans la pièce 7 de la Maison III63 est alimenté par un conduit raccordé au réseau d'adductions de la ville. À Antioche deux types d'alimentation sont possibles pour les puits64 : la nappe phréatique qui se trouve à 10 ou 20 m de profondeur, et qui alimente notamment le puits de la Maison à Atrium, et d'autre part des sources jaillissant à mi-pente, captées et canalisées. À Daphné, d'après Wilber, la plupart des grandes villas étaient alimentées par des puits ouvrant sur des canalisations65. Dans cette mesure, l'alimentation des puits peut mettre en jeu des rapports de voisinage ou des réseaux d'alimentation.

30La fonction réelle des citernes et des puits dépend de leur mode d'approvisionnement : les citernes destinées à recevoir les eaux de pluie et les puits prenant sur la nappe phréatique permettent une alimentation autarcique, alors que les citernes alimentées par adductions ou captages entraînent la formation de liens de dépendance soit avec le voisinage -à moins que le captage ne se trouve sur le même terrain que la citerne- soit avec la puissance publique.

  • 66 Radt, 1988, p. 177, p. 123, fig. 32.

31Une citerne peut également être le point de départ d'une canalisation amenant l'eau vers une destination extérieure à la maison : à l'époque romaine, la citerne de la Maison d'Attale à Pergame est reliée à l'agora inférieure par une canalisation (fig. 38). L'hypothèse d'explication proposée par W. Radt66 est que la citerne fournissait aux commerçants du marché l'eau de nettoyage des viandes et poissons. Une citerne privée était ainsi utilisée par un organisme public. S'agissait-il d'une mesure d'urgence à la suite de la destruction d'un aqueduc ? Il faudrait alors y voir un exemple de prédominance d'intérêts publics sur les intérêts privés.

Fig. 38 - Pergame : la citerne de la maison d'Attale. (Dörpfeld, Athenische Mitteilungen 32, 1907, fig. 1, p. 169.)

  • 67 Leveau, Paillet, 1976, p. 40.
  • 68 Liebenam, 1900, p. 156.
  • 69 Crouch, 1975, pp. 159-160.
  • 70 Mukdad, 1988.

32Les citernes sont parfois publiques : à Cherchell par exemple ont été repérées des citernes, qualifiées de publiques, de faible dimension, et alimentées par des captages67. De telles citernes existent également sur le sol italien68. Ces citernes publiques peuvent être à l'origine d'un réseau de distribution par adductions : ce serait peut-être le cas des citernes repérées le long de la Grande Colonnade à Palmyre et qui sont reliées à des canalisations69. Il faudrait peut-être alors les assimiler aux birkets de Jérash (fig. 24) ou de Bostra70 par exemple, ces très vastes réservoirs découverts installés à la périphérie urbaine.

2.2. ÉVACUATION

33Pas plus que l'approvisionnement en eau, l'évacuation et l'élimination des eaux pluviales et des eaux sales n'impliquent de façon nécessaire la connexion à un réseau.

34La citerne recueillant les eaux de pluie, dont Pergame fournit des exemples, constitue en elle-même un dispositif de drainage autonome en circuit fermé.

  • 71 Slim, 1990, pp. 193-196.

35L'évacuation des eaux usées également peut se faire au sein même de l'espace domestique. La Maison du Paon à Thysdrus71 (fig. 39) constitue un exemple de système autonome replié sur lui-même : les eaux de pluie sont en totalité récupérées par des conduites convergeant vers la citerne centrale (1) située dans l'abside -nymphée, qui se trouve elle-même en relation avec la citerne (2), remplissant une fonction de décantation et de distribution, et la citerne (3). Les eaux usées sont évacuées par le jardin où elles servent à l'arrosage des plantes.

  • 72 Rodziewicz, 1984, pp. 144-146, pp. 166-168, p. 259.

36A Alexandrie, aucun égout n'ayant été retrouvé dans la maison D en connexion avec la fosse de la latrine aménagée en D13, le fouilleur propose l'hypothèse d'une évacuation par la cour. Des puisards ont en effet été retrouvés dans d'autres unités (C et G par exemple)72.

Fig. 39 - Thysdrus : maison du Paon. Équipement hydraulique et système d'écoulement des eaux. Chaque citerne est figurée par un cercle. (Slim, 1990, fig. 10, p. 196.)

-3- LE CAS D'APAMÉE : DE L'INTÉGRATION A L'AUTARCIE

37L'exemple d'Apamée constitue une illustration des rapports possibles, dans la durée et l'espace, sur un site donné, entre le principe du réseau et le principe d'indépendance.

3.1. DES CITERNES HELLÉNISTIQUES AUX PUITS ARABES

  • 73 J.-C. Balty, 1987.
  • 74 J.-C. Balty, 1989, p. 89.
  • 75 J.-C. Balty, 1989, p. 90.
  • 76 J. Balty, 1984, p. 34
  • 77 Raepsaet-Charlier, 1984, p. 187.
  • 78 Baratte, 1984, p. 120.
  • 79 Gisler, Huwiler, 1984, p. 92.
  • 80 J. Balty, 1984, p. 34.

38J.-C. Balty a mis en évidence les quatre grandes phases de l'histoire de l'alimentation en eau d'Apamée73 : la période hellénistique et le début de la période romaine, jusqu'au début du second siècle après Jésus-Christ, sont caractérisés par des citernes souterraines. L'une de ces citernes hellénistiques est visible sous la salle À de la Maison aux Pilastres74. Du second siècle au début du sixième siècle après Jésus-Christ, la ville est alimentée par un aqueduc au moyen d'un réseau développé de canalisations. Un changement du mode d'alimentation en eau est sensible durant le premier quart du sixième siècle, au moment des grandes reconstructions de l'époque de Justinien75 : de grands réservoirs construits, qui jouent souvent en même temps le rôle de fontaines monumentales à valeur décorative, apparaissent de façon régulière dans les maisons. D'énormes réservoirs sont également installés sur l'agora à la même période. Ces transformations concomitantes à la phase de restauration de la période justinienne correspondent peut-être à la destruction de l'aqueduc à la suite de tremblements de terre. Après le sac de la ville d'Apamée en 573, les grands réservoirs publics sont abandonnés. La désaffection ultérieure des réservoirs des maisons privées est progressive mais inexorable. Lors de la phase arabe, l'alimentation en eau des habitants est assurée par des puits creusés à plus de 30 m de profondeur : Maison aux Consoles76, Maison aux Colonnes Trilobées77, Maison des Chapiteaux à Consoles78, Maison aux Pilastres79. La désaffection du réseau d'adductions d'eau s'accompagne d'un mouvement parallèle de désaffection du réseau d'évacuation, consommé au septième siècle, mais annoncé par un phénomène d'empiétement : lors des réfections effectuées dans la Maison aux Consoles80 postérieurement aux années 526-528, une conduite assez large (AK), établie contre le mur nord de la salle AG, mais à l'extérieur, empiétant sur la rue, sert de vide-ordures à la salle de l'étage, qu'elle met en communication directe avec l'égout public de la rue nord, encore en fonctionnement jusqu'au début du siècle suivant. La petite pièce J, ainsi installée sur l'égout même, pourrait être une latrine privée (fig. 40).

  • 81 Brinker, 1986, pp. 8-13; Garbrecht, 1987, pp. 17 sqq.
  • 82 Garbrecht, 1987, p. 17.
  • 83 Radt, 1989, p. 404.
  • 84 Martin, 1974, p. 214; Fahlbusch, 1987, pp. 80-81; Garbrecht, 1983, pp. 143-143; Garbrecht, 1987.
  • 85 Garbrecht, 1987, pp. 21-44.
  • 86 Garbrecht, 1987, p. 24, p. 30.
  • 87 Garbrecht, 1987, p. 19.
  • 88 Pinkwart, Stamnitz, 1984, p. 3, p. 123, n. 457.

39Cette évolution est-elle typique ? Pergame, dont les ressources naturelles en eau sont comparables à celles d'Apamée, présente une évolution différente. Les sources sont très peu nombreuses sur le site. L'approvisionnement en eau s'y fait à l'origine au moyen de citernes81, peut-être combinées à des puits profonds, non attestés toutefois sur le terrain82. La plus ancienne citerne connue sur le site date du début du troisième siècle avant Jésus-Christ83. Trois aqueducs sont construits dès l'époque hellénistique, à partir du début du deuxième siècle avant Jésus-Christ84. La construction d'aqueducs se poursuit après l'instauration de la domination romaine : dix aqueducs hellénistico-romains sont connus, ainsi que trois aqueducs byzantins85. Un réseau de canalisations parcourt la ville86. Contrairement à ce que l'on observe à Apamée, la construction d'aqueducs n'entraîne cependant pas la désaffection des citernes, qui sont soigneusement entretenues sous l'empire romain87. La citerne de la maison II par exemple, alimentée par les eaux de pluie, n'aurait été comblée qu'à la suite de l'abandon et de la destruction générale du quartier88. Les aqueducs subsistent à l'époque médiévale.

  • 89 Cet aqueduc n'est cependant pas entièrement détruit : des réfections y seront faites à la période c (...)
  • 90 Pour Saradi-Mendelovici (1988), par exemple, il s'agirait d'un phénomène général. Kennedy (1985 a, (...)

40À Césarée en revanche, comme à Apamée, la période omeyyade voit l'abandon du système d'adduction romain et byzantin89 et son remplacement par des puits. L'importance et l'étendue de ce phénomène de remplacement des adductions d'eau par des puits à l'extrême fin de l'antiquité fait l'objet de polémiques90.

41L'exemplarité du site d'Apamée provient surtout de la franchise avec laquelle apparaissent les conséquences de l'évolution d'ensemble sur l'organisation des systèmes domestiques particuliers.

3.2. TROIS MAISONS

3.2.1. LA MAISON AUX PILASTRES

  • 91 Gisler, Huwiler, 1984, p. 81.
  • 92 J.-C. Balty, 1989, p. 90.

42Dans la Maison aux Pilastres (fig. 40)91, une fontaine aménagée au Bas-Empire dans la salle I est, non pas alimentée directement de l'extérieur, mais raccordée au réservoir Rb situé dans la cour. D'après J.-C. Balty92, ce serait de toutes les fontaines tardives d'Apamée, et avec les fontaines de l'Édifice au Triclinos, celle dont la fonction est la plus éminemment décorative : elle peut offrir en effet une eau ruisselante, comparable aux murs d'eau des nymphées d'Ostie, grâce à son alimentation par le réservoir Rb situé à un niveau nettement plus élevé. À la phase 3 le réduit Ra est fermé et aménagé en réservoir qui vient doubler la capacité de Rb : tout se passe comme si se faisait jour progressivement une nécessité d'accroître l'autonomie d'approvisionnement en eau.

Fig. 40 - Apamée : Maison aux Pilastres, (dessin E. Baccache, d après un original fourni par J.-C. Balty.)

  • 93 Boersma, 1985, p. 421.
  • 94 Baratte, 1984, p. 118

43L'évacuation de la fontaine de la salle I de la Maison aux Pilastres s'effectue de deux façons : le trop-plein du bassin alimente une latrine Rc sans doute mise en place au moment de l'aménagement de la fontaine. Le dispositif est comparable à celui que présente la Maison de la Fortuna Annonaria à Ostie93, où un conduit prenant dans le bassin du nymphée aboutit à la latrine de la pièce 16 (fig. 26). Par ailleurs, dans la Maison aux Pilastres, un drain relie, sous le dallage, la fontaine à une canalisation dans la rue94 : ce dispositif combine la tendance à l'autonomie du système et la connexion à un réseau.

3.2.2. LA MAISON DES CHAPITEAUX À CONSOLES

  • 95 Baratte, 1984, p. 111.
  • 96 Baratte, 1984, p. 118.

44Le seul exemple actuellement connu, qui remonte à la période romaine, d'alimentation en eau par adduction sur le site, est fourni par le bassin double ornant le péristyle de la Maison des Chapiteaux à Consoles, alimenté par une arrivée d'eau aboutissant dans l'axe du lobe médian du bassin est (fig. 41)95. Lors d'un réaménagement secondaire de la Maison des Chapiteaux à Consoles, est installé un nymphée-réservoir accompagné d'un bassin, dont la contenance est de 100 m3, et qui assume, outre sa fonction de stockage de l'eau, un rôle décoratif certain. Son mode d'alimentation est inconnu96. L'évacuation s'effectuait en partie par le petit bassin situé au-devant au nord.

  • 97 Baratte, 1984, p. 111
  • 98 Baratte, 1984, p. 111.

45Des conduits d'évacuation des eaux ont été repérés en plusieurs points de la Maison des Chapiteaux à Consoles. L'évacuation du bassin du péristyle s'effectue au même endroit que l'arrivée d'eau, mais au niveau du fond97. Le péristyle comporte deux dispositifs d'évacuation des eaux de pluie : une canalisation de terre cuite s'enfonçant en terre, sans que l'on puisse savoir si elle était raccordée à un réseau souterrain ou à un puisard, et, le long du stylobate ouest, un caniveau de section rectangulaire, auquel fut raccordée tardivement une rigole sommaire, creusée entre le stylobate et le blocage et communiquant avec le bassin, et par là avec son évacuation98.

  • 99 Précision aimablement fournie par J.-C. Balty dans une lettre du 30 juin 1991.
  • 100 Baratte, 1984, p. 114.

46La pièce M/N comporte un petit bassin appuyé contre le mur et reposant sur une plate-forme. L'évacuation de l'eau s'effectue au moyen d'une canalisation de terre cuite protégée par une gaine en moellons et en briques et se dirigeant vers le nord. La datation de cet élément, qui peut être très tardive, voire postérieure à la conquête arabe99, n'a pu être précisée100.

  • 101 Baratte, 1984, p. 116.

47Dans la pièce U un canal d'évacuation recueillant les eaux de pluie descendant du toit du bloc central dans l'épaisseur du mur, se dirige vers l'ouest. Ce canal d'évacuation est coupé lors d'un réaménagement par un puisard en pierres sèches, destiné à recevoir à sa place les eaux de pluie101.

Fig. 41 - Apamée : Maison des Chapiteaux à Consoles, (dessin E. Baccache, d'après Baratte, 1984, fig. 1, p. 109.)

3.2.3. LA MAISON AUX CONSOLES

  • 102 J. Balty, 1984, pp. 33-34.
  • 103 J. Balty, 1984, p. 40.
  • 104 J.-C. Balty, 1989, p. 90.
  • 105 J. Balty, 1984, p. 34.

48La Maison aux Consoles (fig. 42) fournit l'exemple le plus net d'une fermeture sur lui-même du système d'approvisionnement en eau : un réservoir rectangulaire monumental102 probablement destiné à récupérer les eaux de toiture103, et dont la maçonnerie englobe les quatre colonnes centrales du portique, y a été installé au sixième siècle. Il a fait l'objet de nombreux remaniements. Une niche a été pratiquée sur l'une de ses faces : outre une fonction de stockage, ce réservoir assumait également le rôle d'une fontaine décorative, qui d'après J.-C. Balty a pu être sa fonction principale104. La recherche d'une autonomie d'approvisionnement en eau est cependant confirmée par la datation attribuée par la fouilleuse à l'aménagement du puits de la salle A, qui serait contemporain de l'aménagement du réservoir, précédant le grand mouvement de creusement de la période arabe105.

Fig. 42 - Apamée : Maison aux Consoles, (dessin E. Baccache, d après un original fourni par J.-C. Balty.)

49L'histoire de l'alimentation en eau et de l'évacuation à Apamée est celle d'une évolution vers un repli sur l'espace domestique, liée à des facteurs historiques ou culturels indépendants des rapports juridiques et entraînant une modification de l'équilibre des rapports de voisinage. Cette évolution n'est toutefois pas linéaire et univoque pour chaque maison. Systèmes fermés et systèmes ouverts peuvent coexister à la même époque, et les tendances à l'ouverture et à l'autarcie peuvent entrer en concurrence au sein de la même maison.

DE L'ARCHÉOLOGIE AU DROIT

  • 106 Eck, 1987, pp. 83-84.
  • 107 Ordonnances citées par Fournel, 1827, p. 450.
  • 108 Roche, 1984, pp. 385-389.
  • 109 Carcopino, 1958, p. 55.
  • 110 Eck, 1987, p. 85.

50La possibilité de concurrence sur un site donné, à une même période, de systèmes ouverts et de systèmes fermés, est mise en lumière par les exemples de Pompéi (fig. 18), Dougga, Cuicul (fig. 19), Aquilée, où l'existence d'un réseau d'adductions d'eau n'implique pas que toutes les maisons y soient raccordées106. L'exemple de Paris aide à en prendre conscience : alors que le premier aqueduc y date de la fin du quinzième siècle, des ordonnances de police, en 1720 et en 1727, énoncent une obligation de construction d'un puits dans chaque maison, sauf impossibilité absolue107, et en 1833 encore, on y compte un puits pour deux maisons108. Une description de la diversité des modes d'approvisionnement en eau dans la Rome du premier siècle après Jésus-Christ est donnée par J. Carcopino109. Les indications épigraphiques lisibles sur les tuyaux de conduite retrouvés permettent, d'après Eck110, de conclure que les bénéficiaires de l'eau courante appartenaient aux couches les plus élevées de la société. Les autres devaient soit recourir au portage à partir des fontaines de rue dont la présence rythme le paysage urbain de Pompéi (fig. 20 et 43) par exemple, soit utiliser un approvisionnement indépendant du système d'approvisionnement urbain (fig. 38).

  • 111 Bellum Alexandrinum, 5: Alexandria est fère tota suffosa specusque habet ad Nilum pertinentes, quib (...)

51Les implications sociales d'une telle diversité sont explicitées pour l'Alexandrie de l'époque de César par l'auteur du Bellum Alexandrinum, dont la description est structurée par l'opposition entre un réseau souterrain de distribution amenant du Nil une eau décantée et purifiée aux riches demeures, et l'approvisionnement direct au cours d'eau auquel sont contraints les plus pauvres111.

  • 112 Leveau, Paillet, 1976, p. 13, p. 40 ; Leveau, Paillet, 1983, pp. 233-234.
  • 113 Cf. Gros, Torelli, 1988; Mc Donald, 1986.
  • 114 Bourgeois, 1985, pp. 181-191.

52La construction d'un aqueduc n'implique pas nécessairement l'abandon des autres modes d'approvisionnement en eau, pas plus qu'il ne signale leur insuffisance. Ce fait a été bien mis en valeur par une polémique autour de l'aqueduc de Cherchell. Sur ce site, d'après Leveau et Paillet112, l'aménagement de l'aqueduc correspond à une volonté de luxe et de gaspillage, et non à un réel besoin : citernes recueillant les eaux zénithales et captages de versants suffisaient aux usages domestiques et économiques, et c'est par souci de faire correspondre Césarée de Mauritanie à l'image d'une ville "romaine113", et non pour abreuver ses habitants, que l'aqueduc aurait été construit. En revanche, à Mactar114, l'aqueduc fournit un appoint, nécessaire de l'avis de C. Bourgeois, aux puits : puits et arrivées d'adductions d'eau coexistent par exemple à la Maison de Vénus. Cette constation amène C. Bourgeois à critiquer les conclusions de Leveau et Paillet. Le véritable enjeu de cette polémique réside peut-être dans la définition de la notion de besoin. Le choix d'un décor domestique mettant en jeu fontaines et bassins, s'il implique en effet une consommation accrue en eau, et donc un accroissement des besoins qui rend nécessaire l'apport de l'aqueduc, est à son tour l'effet d'un désir culturel de mettre sa maison à la mode romaine, le modèle urbain impérial conditionnant les choix architecturaux privés. Il en va de même, en ce qui concerne la communauté urbaine dans son ensemble, pour l'aménagement des thermes publics, caractéristiques de la roman way of life et grands consommateurs d'eau.

Fig. 43 - Pompéi : la distribution de l'eau. Les édifices privés bénéficiant de l'eau courante. (Eschebach. 1983. pl. 5, p. 106.)

53L'aménagement d'un aqueduc, ou de plusieurs, n'implique ni l'aménagement systématique d'un réseau de distribution aux maisons, ni, et même dans ce cas, l'abandon des anciens modes d'approvisionnement en eau. S'il peut faire naître de nouveaux rapports, il ne supprime pas nécessairement les rapports traditionnels.

  • 115 Slim, 1990, pp. 190-192.
  • 116 CIL VIII 51. Cf. Slim, 1990, pp. 185-186.
  • 117 Lassus, 1983, p. 216. Pour les parallèles offerts par les grandes villes arabes de l'époque ottoman (...)

54La concurrence dans une même maison entre l'approvisionnement en eau courante et l'approvisionnement par citerne pourrait être illustrée également par la Maison de Lucius Verus à Thysdrus115 (fig. 44) : elle doit l'essentiel de son alimentation à une dizaine de citernes dont quatre à l'intérieur de l'édifice et cinq réparties entre ses diverses dépendances extérieures, mais elle bénéficie en outre d'une alimentation d'appoint fournie par une canalisation en plomb, qui se raccordait vraisemblablement au réseau public. Dans ce cas, ce serait la seule maison connue à Thysdrus disposant d'une alimentation de ce type, alors que l'existence d'un réseau d'adductions est attestée par l'épigraphie entre 250 et 300116. La concurrence dans l'approvisionnement entre l'eau de l'aqueduc et l'eau des citernes est également attestée à Pergame, où a été soulignée à plusieurs reprises l'importance du rôle des citernes, même après la construction d'un aqueduc, ainsi qu'à Antioche, où plusieurs possibilités d'alimentation en eau ont été reconnues : puits, captages locaux, eau du fleuve, aqueducs et canalisations de répartition117.

Fig. 44 - Thysdrus : maison de Lucius Verus. Installations hydrauliques et système d'écoulement des eaux. Chaque citerne est figurée par un cercle. (Slim, 1990, fig. 8, p. 191.)

  • 118 J.-C. Balty, 1989, p. 91.

55Une tendance à l'ouverture, aboutissant, à Volubilis par exemple, à l'intégration de l'unité domestique à un réseau de distribution ou d'évacuation qui peut être le résultat d'accords tacites ou formels entre voisins, ou celui d'une volonté publique, s'oppose ou se combine, dans le temps et dans l'espace, à une tendance à l'autarcie, dont l'illustration, attestée par exemple à Alexandrie, serait un complexe constitué d'une gouttière amenant les eaux de pluie à une citerne, et d'un puisard domestique pour l'évacuation. Comme le montre bien l'exemple d'Apamée, les méthodes d'approvisionnement en eau évoluent au cours du temps, sous la pression de facteurs indépendants de la volonté des constructeurs et des rapports qu'ils entretiennent avec leurs voisins, par exemple la construction, par la collectivité locale ou le pouvoir central, ou la destruction, sous l'effet d'un tremblement de terre ou d'une guerre, d'un aqueduc destiné à alimenter la ville. Pas plus que sa construction, l'abandon de l'aqueduc n'est nécessairement le produit d'un déterminisme économique. À Apamée le renoncement à la réfection de l'aqueduc au profit de l'aménagement de réservoirs dans les maisons privées n'est pas le signe d'un appauvrissement général de la cité. La classe d'opulents propriétaires qui avait construit ces maisons au début du troisième siècle était toujours présente dans la ville, et ses ressources s'étaient maintenues à un niveau relativement élevé118. L'abandon de l'alimentation par adduction correspondrait dès lors à un choix ou à une absence de choix politique qui signalerait une évolution culturelle plutôt qu'une mutation économique.

56On peut s'attendre à un traitement juridique différencié des deux tendances dégagées, la tendance autarcique n'entraînant que de façon très marginale la formation de rapports de voisinage, la tendance à l'ouverture au contraire mettant en jeu les rapports de voisinage, non seulement de façon immédiate, par exemple lorsqu'il s'agit d'utiliser une source située sur le terrain immédiat du voisin, mais encore de façon indirecte, lorsque l'intégration au réseau public se fait par branchement sur la canalisation du voisin. Approvisionnement en eau et évacuation des eaux posent des problèmes techniques et juridiques différenciés. Quelle que soit leur fonction en revanche, parfois difficile à déterminer sur le terrain, les canalisations posent les mêmes problèmes concrets.

Notes

1 Roche, 1984, pp. 385-389.

2 Durm, 1905, pp. 330-332 ; Wikander, 1988.

3 Lassus, 1972, p. 27.

4 Étienne, 1960, p. 22. pp. 30-49, pl. II. Sur les critiques faites à R. Étienne concernant son interprétation générale de l'évolution du site et pour une mise au point sur l'état d'avancement des travaux ultérieurs, voir Akerraz, 1987.

5 Blanchard-Lemée, 1975, pp. 209-212.

6 Les diverses phases de l'approvisionnement en eau de la ville ont fait l'objet d'une synthèse de la part de J.-C. Balty (1987).

7 J.-C. Balty, 1987, p. 20.

8 Baratte, 1984, p. 111.

9 Pinkwart, Stamnitz, 1984, pp. 50-51, p. 64.

10 Libanios, Or. 11. 246.

11 Lassus, 1983, p. 201, pp. 211-219.

12 Lassus, 1983, p. 211.

13 Lassus, 1983, p. 216. Voir aussi C. T. 15. 2. 2 (infra, pp. 141-142).

14 Crouch, 1975, p. 176.

15 Vitruve, 8. 6. 1. Cf. Grewe, 1985, pp. 97-101; Adam, 1989, pp. 273-275.

16 Pour une étude du réseau pompéien, cf. Adam, 1989, pp. 273-280 : les castella sont examinés pp. 277-278. Cf. aussi Dybkjaer-Larsen, 1982, et Eschebach, 1983.

17 Lacoste, 1941, p. 119 et fig. 6, pl. 6 ; J.-C. Balty, 1987, p. 21.

18 Lassus, 1983, p. 219.

19 Greenwalt, 1990, pp. 156-159.

20 Volume intérieur : 0,51x0,53x0,40 m.

21 Chamonard, 1924, pp. 351-353.

22 Callot, Salles, 1981, pp. 59-61.

23 Vetters, 1977, p. 17.

24 Gisler, Huwiler, 1984, p. 89.

25 J. Balty, 1984, p. 34.

26 Crouch, 1975, p. 180, citant A. Bounni et N. Saliby.

27 Kraeling, 1938, pp. 289-292.

28 A. J. 15. 9. 16 (§ 34 dans l'édition Loeb).

29 Toombs, 1978, p. 225.

30 Boersma, 1985, p. 149, p. 163, p. 235, p. 415, p. 431.

31 Boersma, 1985, p. 165.

32 Boersma, 1985, p. 168, p. 96, fig. 112, p. 236.

33 Boersma, 1985, pp. 236-237, p. 83. pp. 324-327.

34 Boersma, 1985, pp. 236-237.

35 Étienne, 1954, p. 34, n. 2.

36 Étienne, 1960, p. 38.

37 Étienne, 1960, pp. 151-153.

38 Étienne, 1960, p. 41.

39 Étienne, 1960, p. 44.

40 Akerraz, 1987, p. 452. D'après R. Étienne, dont les conclusions sont toutefois mises en doute par des travaux récents et notamment par l'article cité, la Maison au Bain des Nymphes et la Maison des Fauves auraient à un moment de leur histoire appartenu à un même propriétaire.

41 Étienne, 1960, p. 46.

42 Garbrecht, 1987, p. 45.

43 Pinkwart, Stamnitz, 1984, p. 18.

44 Baratte, 1984, p. 115.

45 Frézouls, 1976 b.

46 Boersma, 1985, p. 149, p. 415, p. 431.

47 Chamonard, 1922, pp. 113 sqq. ; 1924, pp. 324 sq.

48 Reich, 1984, p. 2.

49 Voir l'article de synthèse de Brinker, 1986, p. 8, ainsi que la thèse du même auteur : Wasserspeicherung in Zisternen. Ein Beitrag zur Wasserversorgung früherer Städte, Diss. Braunschweig, 1990.

50 Brinker, 1986 ; Garbrecht, 1987.

51 Radt, 1988, p. 167.

52 Radt, 1988, p. 168; Garbrecht, 1987, p. 19.

53 Pinkwart, Stamnitz, 1984, pp. 8-9.

54 Il y a été repéré notamment autour de la maison III et à l'arrière des maisons IV et V (Pinkwart, Stamnitz, 1984, p. 23).

55 Pinkwart, Stamnitz, 1984, pp. 7-8.

56 Radt, 1989, p. 396.

57 Rodziewicz, 1984, p. 141.

58 Rodziewicz, 1984, pp. 136-138.

59 Fisher, 1934, pp. 13-17 et fig. 8; Levi, 1947, pp. 15-25; Lassus, 1983, p. 214.

60 Michatowski, 1960, pp. 11-81; 1963, pp. 9-60; 1964, pp. 9-52; 1966, pp. 9-33; Gawlikowski, 1976.

61 Crouch, 1975, p. 158.

62 Leveau, Paillet, 1976, pp. 29-30.

63 Pinkwart, Stamnitz, 1984, pp. 59-60.

64 Lassus, 1983, p. 214.

65 Wilber, 1938, p. 51.

66 Radt, 1988, p. 177, p. 123, fig. 32.

67 Leveau, Paillet, 1976, p. 40.

68 Liebenam, 1900, p. 156.

69 Crouch, 1975, pp. 159-160.

70 Mukdad, 1988.

71 Slim, 1990, pp. 193-196.

72 Rodziewicz, 1984, pp. 144-146, pp. 166-168, p. 259.

73 J.-C. Balty, 1987.

74 J.-C. Balty, 1989, p. 89.

75 J.-C. Balty, 1989, p. 90.

76 J. Balty, 1984, p. 34

77 Raepsaet-Charlier, 1984, p. 187.

78 Baratte, 1984, p. 120.

79 Gisler, Huwiler, 1984, p. 92.

80 J. Balty, 1984, p. 34.

81 Brinker, 1986, pp. 8-13; Garbrecht, 1987, pp. 17 sqq.

82 Garbrecht, 1987, p. 17.

83 Radt, 1989, p. 404.

84 Martin, 1974, p. 214; Fahlbusch, 1987, pp. 80-81; Garbrecht, 1983, pp. 143-143; Garbrecht, 1987.

85 Garbrecht, 1987, pp. 21-44.

86 Garbrecht, 1987, p. 24, p. 30.

87 Garbrecht, 1987, p. 19.

88 Pinkwart, Stamnitz, 1984, p. 3, p. 123, n. 457.

89 Cet aqueduc n'est cependant pas entièrement détruit : des réfections y seront faites à la période croisée (Olami, Peleg, 1977).

90 Pour Saradi-Mendelovici (1988), par exemple, il s'agirait d'un phénomène général. Kennedy (1985 a, p. 20) en revanche, note, sans argumenter, qu'à la différence de ce que l'on observe dans les villes d'Italie, où les aqueducs cèdent fréquemment la place à des puits, les autorités islamiques considèrent l'approvisionnement en eau comme un de leurs devoirs importants, et que le processus de remplacement des aqueducs par les puits n'apparaît pas fréquemment (Voir aussi Kennedy, 1985 b).

91 Gisler, Huwiler, 1984, p. 81.

92 J.-C. Balty, 1989, p. 90.

93 Boersma, 1985, p. 421.

94 Baratte, 1984, p. 118

95 Baratte, 1984, p. 111.

96 Baratte, 1984, p. 118.

97 Baratte, 1984, p. 111

98 Baratte, 1984, p. 111.

99 Précision aimablement fournie par J.-C. Balty dans une lettre du 30 juin 1991.

100 Baratte, 1984, p. 114.

101 Baratte, 1984, p. 116.

102 J. Balty, 1984, pp. 33-34.

103 J. Balty, 1984, p. 40.

104 J.-C. Balty, 1989, p. 90.

105 J. Balty, 1984, p. 34.

106 Eck, 1987, pp. 83-84.

107 Ordonnances citées par Fournel, 1827, p. 450.

108 Roche, 1984, pp. 385-389.

109 Carcopino, 1958, p. 55.

110 Eck, 1987, p. 85.

111 Bellum Alexandrinum, 5: Alexandria est fère tota suffosa specusque habet ad Nilum pertinentes, quibus aqua in priuatas domos inducitur, quae paulatim spatio temporis liquescit ac subsidit. Hac uti domini aedificiorum atque eorum familiae consuerunt: nam quae flumine Nilo fertur, adeo est limosa ac turbida ut multos uariosque morbos efficiat; sed ea plebes ac multitudo contenta est necessario, quod fons urbe tota nullus est. (...) [Nostri] distributi munitionum tuendarum causa uicatim ex priuatis aedificiis specibus ac puteis extrada aqua utebantur. "Le sous-sol d'Alexandrie est presque entièrement creusé et possède des canaux qui vont jusqu'au Nil, et amènent dans les demeures particulières une eau qui avec le temps se clarifie et se dépose. C'est de cette eau que se servent habituellement les propriétaires des maisons et leur domesticité : en effet, celle que charrie le cours du Nil est tellement boueuse et trouble qu'elle provoque beaucoup de maladies variées. Mais le peuple et la multitude sont bien obligés de s'en contenter, car il n'y a pas une fontaine dans la ville entière. (...) [Les nôtres,] répartis par quartiers pour la défense des ouvrages, se servaient de l'eau puisée aux canaux et aux puits des maisons particulières." (Traduction J. Andrieu, Paris, les Belles-Lettres, 1954.)

112 Leveau, Paillet, 1976, p. 13, p. 40 ; Leveau, Paillet, 1983, pp. 233-234.

113 Cf. Gros, Torelli, 1988; Mc Donald, 1986.

114 Bourgeois, 1985, pp. 181-191.

115 Slim, 1990, pp. 190-192.

116 CIL VIII 51. Cf. Slim, 1990, pp. 185-186.

117 Lassus, 1983, p. 216. Pour les parallèles offerts par les grandes villes arabes de l'époque ottomane, cf. Raymond, 1985, pp. 163-167.

118 J.-C. Balty, 1989, p. 91.

Table des illustrations

Légende Fig. 18 - Eaux de pluie et structure du toit,a) colonne et charpente : l'exemple de l'ordre ionique. (Atlas d'Architecture Mondiale, Paris, 1978, p. 160.)b) larmier et structure du toit. (Durm, 1905, fig. 350, p. 322.)c) chéneau d'évacuation en bord de toit (Priène). (Wikander, 1988, fig. 7, p. 214.)d) chéneau d'évacuation en bord de toit (Pompéi). (Durm, 1905, fig. 359, p. 330.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 19 - Djetnila-Cuicul. Plan du quartier central de Djemila : adductions d'eau, réservoirs et égouts. (d'après Blanchard-Lemée, 1975, fig. 2.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 20 - Pompéi : la distribution de l'eau.a) les fontaines publiques et leur aire de distribution. (Eschebach, 1983, pl. 2, p. 104.)b) répartiteurs et châteaux d'eau (avec indication des courbes de niveau). (Eschebach, 1983, pl. 3, p. 105.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Fig. 21 - Exemple de répartiteur : Antioche. (Lassus, 1983, fig. 16, p. 228.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 22 - Exemple de répartiteur : Apamée. (Lacoste, 1941, fig. 6, pl. VI.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 23 - Exemple de répartiteur : Sardes. (Greenwalt, 1990, fig. 23.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 24 – Jérash : plan général. (Khouri R., Jerash : A frontier city of the Roman east, Londres/New-York, 1986: frontispice.) Remarquer : cardo (12), de la place ovale (11) à la porte nord (23) ; tétrapyle sud (14) ; birket ou birketein (56) ; église Saint-Théodore (43) ; temple d'Artémis (33).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 25 - Jérash : égout sous le cardo. (Kraelinc, 1938, plan XIII.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 26 - Ostie : rapports entre la Maison du Porche et la maison 10. (d'après Boersma, 1985, fig. 5, p. 11 et fig. 69, p. 62.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 27 - Ostie : la Maison de la Fortuna Annonaria et l'édifice 9. (d'après Boersma, 1985, fig. 64, p. 58 et fig. 51, p. 47.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 28- Volubilis : plan général du quartier nord-est. (Étienne, 1960.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 29 - Volubilis : quartier nord-est. Rapports entre la maison de Flavius Germanus et la maison de Dionysios et des Quatre Saisons. (Étienne, 1960.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 30 - Palmyre : dispositif d'évacuation de l'eau de nettoyage, (photo Y.-H. Saliou.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 31 - Pergame : plan d'ensemble. Les citernes sont représentées par des points. (Brinker, 1986, fig. 3.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 32 - Pergame: types de citernes. (Brinker, 1986, fig. 2.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 33 - Pergame : les maisons à l'ouest de l'agora inférieure. Plan d'ensemble. (Pinkwart, Stamnitz. 1984. pl. 52.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 34 - Pergame : à l'ouest de l'agora inférieure. Maison II. (d'après Pinkwart, Stamnitz, 1984, pl. 57.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 35 - Pergame : le quartier à l'ouest de l'agora inférieure. Coupes en élévation,a) Maisons II et III (Pinkwart, Stamnitz, 1984, fig. 13, p. 34.)b) Maisons I et II (Pinkwart, Stamnitz, 1984, fig. 14, p. 34.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 36 - Alexandrie : la citerne de la maison b.a) plan de la maison b. (Rodziewicz, 1984, fig. 143, p. 129.)b) coupe. (Rodziewicz, 1984, fig. 145, p. 131.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 37 - Pompéi : récupération des eaux de pluie dans le second péristyle de la Maison du Faune. (Adam, 1989, fig. 548, p. 258.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 38 - Pergame : la citerne de la maison d'Attale. (Dörpfeld, Athenische Mitteilungen 32, 1907, fig. 1, p. 169.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 39 - Thysdrus : maison du Paon. Équipement hydraulique et système d'écoulement des eaux. Chaque citerne est figurée par un cercle. (Slim, 1990, fig. 10, p. 196.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 40 - Apamée : Maison aux Pilastres, (dessin E. Baccache, d après un original fourni par J.-C. Balty.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 41 - Apamée : Maison des Chapiteaux à Consoles, (dessin E. Baccache, d'après Baratte, 1984, fig. 1, p. 109.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 42 - Apamée : Maison aux Consoles, (dessin E. Baccache, d après un original fourni par J.-C. Balty.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 43 - Pompéi : la distribution de l'eau. Les édifices privés bénéficiant de l'eau courante. (Eschebach. 1983. pl. 5, p. 106.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 44 - Thysdrus : maison de Lucius Verus. Installations hydrauliques et système d'écoulement des eaux. Chaque citerne est figurée par un cercle. (Slim, 1990, fig. 8, p. 191.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6142/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter