Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les lois des bâtiments

 | 
Catherine Saliou

Première partie. Les rapports de voisinage immédiat

Chapitre premier. Archéologie du voisinage immédiat

Texte intégral

  • 1 Cf. Ploug, 1985, p. 43.
  • 2 Hanoune, 1984, p. 432, citant une expression de R. Rebuffat, 1970, p. 314.

1Pour étudier sur un site donné les rapports de voisinage immédiat entre les habitations, il faudrait pouvoir déterminer avec certitude les limites de chacune d'entre elles, ce qui n'est pas toujours possible. Même dans la tradition urbaine hellénistique, où les unités d'habitation sont intégrées à des îlots délimités par des rues se coupant à angle droit, s'il est facile de distinguer les îlots, il peut être plus délicat d'identifier les différentes unités d'habitation au sein de ces îlots, comme l'a souligné G. Ploug dans sa présentation d'ensemble du réseau topographique hellénistico-romain à Hama1. En dehors de ce cadre, "la recherche archéologique [...] révèle fréquemment, dès que le fouilleur y consent, un "bloc amorphe" de maisons"2, où il peut être bien difficile de distinguer une unité d'habitation de ses voisines immédiates, d'autant que cette distinction a pu évoluer dans le temps.

-1- DΕ L'ESPACE URBAIN A L'ESPACE DOMESTIQUE

1.1. DOURA-EUROPOS : LE VOISINAGE LIÉ

  • 3 L'implantation du plan quadrillé aurait été précédée au début de la période hellénistique par une (...)

2Sur un site comme Doura-Europos, caractérisé dans son état actuel par un quadrillage systématique divisant l'ensemble du site en îlots, puis chaque îlot d'habitation en parcelles (fig. 2), l'existence de rapports de voisinage immédiat entre les unités d'habitation est généralisée et semble originelle : ce serait une donnée de la vie urbaine dès l'implantation du plan quadrillé3. Cependant, lorsqu'une partie seulement de l'îlot est affectée à l'habitation et l'autre à d'autres fonctions, un étroit passage matérialise cette division (îlot H2). Les maisons les plus importantes sont mises en dehors de tout rapport de voisinage immédiat, soit qu'elles occupent un îlot entier, délimité par quatre rues (Maison "à atrium", îlot D5), soit qu'elles occupent un demi-îlot et soient séparées de l'autre partie par un passage (Maison de l'îlot E4). Le voisinage lié, selon lequel deux habitations sont séparées par un unique mur qui leur est commun, n'en constitue pas moins la forme la plus courante des rapports de voisinage. Le mur de séparation est à l'origine une limite de parcelle.

3La raison géométrique n'est toutefois pas la seule présente dans la vie urbaine de Doura-Europos. Dès le deuxième siècle avant Jésus-Christ un mouvement progressif d'occupation de l'espace libre s'observe sur l'agora : les premières unités d'habitation utilisent les structures du marché, en grand appareil, puis les constructions se développent à partir des premiers édifices, en un mouvement concentrique vers le centre de l'agora, originellement libre de constructions (fig. 3). Le vide que constituait l'agora dans le réseau orthogonal est peu à peu comblé par un mouvement de construction agglutinant. Dans ce secteur l'émergence de rapports de voisinage lié est due à l'utilisation systématique des murs périphériques des édifices déjà existants pour y appuyer les nouvelles constructions. Ce type de croissance est également attestée, au début de la période byzantine, dans le quartier de la rue R4 à Alexandrie (fig. 10).

4Que ce soit au sein des îlots quadrillés ou dans le quartier de l'agora, on assiste à un phénomène de redistribution de pièces à l'intérieur des groupes d'habitations. Ces redistributions sont visibles, d'une part, si l'on admet l'hypothèse d'une répartition originelle des parcelles non seulement isonomique mais encore uniforme, par les déformations de plan qu'elles occasionnent, d'autre part grâce aux traces d'ouvertures de portes nouvelles et de fermetures d'anciennes issues.

Fig. 2 - Doura-Europos : plan d'ensemble. (Allara, 1986, fig. 3, p. 44.)

Fig. 3 - Doura-Europos : l'agora séleucide et son évolution. (Brown, 1952, figures hors-texte.)
a) l'agora à l'époque hellénistique. Le quartier d'habitation de l'agora se développe à partir de cette structure. Les indications du plan (ex. : H4) renvoient à la numérotation des pièces des différentes maisons aménagées lors de ce processus.
b) le quartier de l'agora à la fin de la période romaine.

  • 4 Welles et alii, 1959, pp. 104-109. Sur ce texte, voir notre article ("Les quatre fils de Polémocra (...)

5Un document papyrologique apporte un éclairage sur les mécanismes de telles transformations. Le P. Dura 19, l'un des textes publiés dans le volume consacré aux parchemins et papyrus4 de la publication définitive de Doura-Europos, enregistre le partage entre quatre frères de deux maisons héritées de leur père Polémocratès, l'une ayant été achetée par ce dernier, l'autre obtenue par lui au cours d'un précédent partage. L'un des quatre frères reçoit notamment la pièce de réception, un autre un magasin, les deux derniers diverses pièces de rez-de-chaussée et d'étage. Resteront en indivision la cour, le vestibule et la galerie d'étage. L'ensemble à partager (fig. 4 a et b) est donc constitué de deux édifices qu'il faut supposer contigus, et qui ont été mis en communication de façon à ne plus former qu'un ensemble. Une même entrée pourra donner accès aux deux édifices. Des exemples de telles mises en communication se rencontrent fréquemment sur le site.

Fig. 4 - Doura-Europos : le partage décrit par le P. Dura 19. (dessin G. Lecuyot.)
a) au rez-de-chaussée
b) à l'étage

  • 5 Brown, 1952, p. 113.

6Une pièce ou un groupe de pièces, à la limite de deux unités d'habitation, peut passer de l'une à l'autre. Deux pièces de la maison H de l'îlot G7 (pièces 7 et 8, fig. 5) outrepassent la limite, bien marquée en façade, de l'enveloppe extérieure de la maison H. D'après F. E. Brown, leur mur oriental a été entièrement refait au moment de la construction de la maison H, postérieure à la maison F5. Ces pièces semblent bien avoir été prises sur l'espace de la maison F et annexées à la maison H. La porte reliant la pièce 8 et le diwan (pièce 2) ouvre sur la banquette du diwan, ce qui pourrait être la marque d'un réaménagement secondaire de l'ensemble, ou indiquer que l'annexion de la pièce 8 est postérieure à la construction de la maison H.

7Le même type de redistribution partielle est observable à Éphèse à la période romaine, en particulier dans l'Hanghaus 2, où, au premier siècle après Jésus-Christ, des pièces de la maison 1 passent à la maison 2 (fig. 6). Cet îlot présente également un exemple de subdivision de l'habitat : les unités 3 et 5 sont constituées par la division en diagonale d'un ensemble antérieur plus vaste.

Fig. 5 - Doura-Europos : îlot G7, maison H.
a) premier état. (Brown, 1952, fig. 37, p. 106.)
b) dernier état. (Brown, 1952, fig. 38, p. 107.)

  • 6 Vetters, 1980, pp. 482-483.
  • 7 Rodziewicz, 1984, p. 32.

8Ces évolutions posent le problème des modalités juridiques de ces échanges de pièces et de la définition de l'unité d'habitation6, c'est-à-dire de la prise en compte du développement urbain par la réflexion juridique. L'évolution concrète des unités d'habitation, en contexte de voisinage lié, fait que tout mur intérieur peut acquérir le statut de mur de séparation au gré des aménagements. Cette absence de spécification matérielle du mur de séparation s'observe en effet à Doura-Europos, ainsi que dans l'Alexandrie byzantine7, où la facture et l'épaisseur des murs de séparation sont semblables à celles des murs intérieurs.

9Un site comme Doura-Europos est caractérisé par un régime de voisinage immédiat systématique : deux édifices immédiatement voisins s'y partagent un unique mur de séparation. La prise en compte de la genèse de ces murs de séparation permet d'y discerner trois catégories : d'une part les murs de clôture des parcelles définies au sein des îlots dans le cadre d'un maillage orthogonal organisant l'espace urbain, d'autre part les murs intérieurs qui se trouvent projetés aux frontières de l'espace domestique par suite d'une redistribution des pièces entre unités d'habitation (fig. 4-5), et enfin les murs périphériques extérieurs sur lesquels sont venus s'appuyer d'autres édifices dans le cadre d'un développement agglutinant sur l'agora (fig. 3). Le premier type de voisinage lié est susceptible d'apparaître sur tout site implanté à la mode hellénistique. Deuxième et troisième types sont également attestés notamment à Éphèse (fig. 6) et à Alexandrie (fig. 10).

10L'îlot V.ii à Ostie présente en revanche un vif contraste avec Doura-Europos.

Fig. 6 - Éphèse : Hanghaus 2. Unités d'habitation 1 à 5. (dessin E. Baccache d'après Vetters, 1980, fig. 1, p. 481.)

1.2. OSTIE OU LA DIVERSITÉ

  • 8 Boersma, 1985, pp. 208-209.

11Les recherches récentes effectuées à Ostie ont montré l'inexistence d'une grille réticulée d'implantation systématique des îlots sur l'ensemble du site. Toutefois, au sein de l'îlot V. ii, par exemple, est perceptible une certaine régularité interne marquée par l'emploi d'une unité oblongue de 33 pieds sur 45. Cette organisation se perçoit à l'époque julio-claudienne8. De même qu'on n'a pas affaire à un réseau d'implantation imposé de façon systématique au site, qui se répercuterait ensuite au niveau de chaque maille du réseau, comme à Doura-Europos, mais plutôt à une série d'aménagements tendant à la régularité, de même le voisinage lié est-il loin de constituer le seul rapport possible entre les différents édifices.

12Le voisinage lié peut correspondre dans l'îlot V. ii (fig. 7) soit à un écart chronologique dans la construction de deux bâtiments, et à l'utilisation, pour la construction du bâtiment le plus récent, du mur extérieur de l'édifice le plus ancien, soit à une décision prise lors de la construction simultanée des deux édifices.

Fig. 7 - Ostie : îlot V. ii, plan d'ensemble à l'état final, vers 400 après Jésus-Christ, (d'après Boersma, 1985, fig. 204, p. 218.)

  • 9 Boersma, 1985, p. 98.
  • 10 Boersma, 1985, p. 235.
  • 11 Boersma, 1985, p. 170.

13La partie occidentale des Bains du Philosophe, édifiée à la période de Trajan, est bâtie contre le mur sud de l'édifice voisin, édifié à l'époque flavienne, et qui lui est donc antérieur. La maison 3, reconstruite à l'époque sévérienne, est liée à la Maison du Porche par le mur extérieur sud de cette dernière, qui fait elle-même l'objet de plusieurs phases de construction et de restauration, de la période claudienne à la période sévérienne9. L'édifice 13 est contigu au mur extérieur de l'édifice 12 : au moment de la construction simultanée de ces deux bâtiments, il a été décidé de ne bâtir qu'un seul mur de séparation. De même la Maison de la Fortuna Annonaria et l'édifice 9, dont la reconstruction date du second siècle, sont-ils liés par un unique mur de partition. Les édifices 9, 10, 11 et 12, sont tous mitoyens les uns des autres10. Dans cet ensemble, les maisons 10 et 11, qui sont strictement contemporaines, dépendent d'un même projet de construction11

14Par contraste avec Doura-Europos, des cas de voisinage indépendant, où chaque maison est dotée de murs périphériques propres, distincts de ceux de la maison voisine, ont fréquemment été reconnus.

  • 12 Boersma, 1985, p. 127.
  • 13 Boersma, 1985, pp. 135-136.
  • 14 Boersma, 1985, pp. 132-133.
  • 15 Boersma, 1985, p. 129.

15Dans certains cas, ces rapports d'indépendance s'expliquent par des raisons techniques et conjoncturelles : le toit de la pièce 26 des Bains du Philosophe ne repose pas directement sur le mur périphérique de la Maison du Porche, mais sur une série de piliers aménagés contre celui-ci. Sage décision dans la mesure où une partie de ce mur fut rebâtie ultérieurement12. Les Bains du Philosophe sont également voisins de la Maison de la Fortuna Annonaria, dont ils sont séparés par un double mur : leur mur périphérique flanque le mur extérieur sud de la Maison de la Fortuna Annonaria13 (fig. 7). Deux facteurs d'explication ont été avancés : le souci d'éviter d'endommager le mur de la Maison de la Fortuna Annonaria avec les tuyaux conducteurs de chaleur, et la nécessité de disposer d'un appui suffisant pour la construction de voûtes14. De même, c'est peut-être la présence d'une couverture voûtée qui explique les murs indépendants de la pièce 2415.

  • 16 Boersma, 1985, p. 235.

16Dans le cas des édifices 1, 2 et 14, de même que dans celui de l'édifice 13, doté d'un mur périphérique qui double à l'est celui des édifices voisins 12 et 11 et au sud celui de l'édifice 14, en revanche, aucun facteur technique apparent ne rend compte de l'absence de rapports de voisinage lié16. Cette absence ne constitue pas non plus l'effet d'un décalage chronologique dans la construction : les édifices 1, 2 et 14, d'une part, 11, 12 et 13 d'autre part, sont contemporains les uns des autres. De plus, plusieurs cas de constructions appuyées sur des édifices antérieurs se présentent dans l'îlot. Le libre choix des constructeurs semble constituer le seul facteur d'explication.

17Alors qu'à Doura-Europos les habitations, au sein des îlots ou des blocs, sont régulièrement liées par un mur de partition unique, il arrive en revanche à Ostie que certains édifices disposent d'une enveloppe périphérique entièrement indépendante. L'instauration, sur ce site, de rapports de voisinage lié peut correspondre soit à l'appui d'un édifice sur une construction antérieure, soit à la construction simultanée de deux édifices de part et d'autre d'un unique mur de séparation.

-2- DES RAPPORTS DE VOISINAGE À LA CONSTRUCTION

2.1. APAMÉE : MAISON AUX CONSOLES ET MAISON AUX PILASTRES

  • 17 Gisler, Huwiler, 1984, p. 88. Cf. J.-C. Balty, 1984, fig. 1, p. 473.
  • 18 Gisler, Huwiler, 1984, p. 90.

18Les fouilles d'Apamée (fig. 8) permettent notamment l'étude d'un exemple de rapports de voisinage lié entre deux maisons, la Maison aux Consoles et la Maison aux Pilastres (fig. 9), dont l'implantation générale peut remonter au deuxième siècle après Jésus-Christ, bien que la plupart des murs visibles sur le terrain aient été reconstruits à la période byzantine. Ces deux maisons sont intégrées à un îlot qui s'insère dans un réseau orthogonal couvrant l'ensemble du site (fig. 8). Le plan originel de la Maison aux Consoles remonterait au début du deuxième siècle, celui de la Maison aux Pilastres peut-être également au deuxième siècle, ou au plus tard au quatrième siècle17. Ces deux maisons sont séparées par un mur présentant un appareil de moellons à double parement avec arases de briques, qui ne se distingue pas de celui des murs intérieurs, et qui est daté par les fouilleurs de la Maison aux Pilastres du début du sixième siècle18.

  • 19 Cf. J. Balty, 1984, p. 21 (dimensions de la salle Ε : 6, 90 m x 4 m) et p. 22 (dimensions de la sa (...)
  • 20 J. Balty, 1984, p. 23.

19Au niveau de la salle I de la Maison aux Pilastres et de la salle J de la Maison aux Consoles, le mur a été doublé ou renforcé par un massif de maçonnerie lors de la phase III de ces maisons, qui correspond à une période de subdivision des espaces et de ruralisation de l'habitat au septième siècle. Le long des salles H, F, Ε de la Maison aux Consoles, le mur s'incurve légèrement en direction de la Maison aux Pilastres : l'espace ainsi gagné sur cette dernière maison semble être de 70 cm au maximum19. A l'est de la pièce E, le mur fermant la maison au sud, et longeant les pièces G et L, "semble dépourvu de fondations profondes et n'est en tout cas pas liaisonné avec le mur est de la salle Ε sur lequel il s'appuie"20.

20Cette description de détail permet d'entrevoir certains problèmes, sans pourtant en donner toujours les solutions.

  • 21 J. Balty, 1984, p. 20.

21La pièce AP empiète sur un espace qui serait celui de la Maison aux Consoles si elle constituait un quadrilatère régulier. Or "cette irrégularité remonte au plan d'origine plutôt qu'à une modification ultérieure"21. On n'a donc pas affaire dans cette zone à un mur intérieur qui serait devenu mur de séparation à la suite d'une redistribution de pièces selon une évolution comparable à celles que nous avons observées à Éphèse et Doura-Europos, mais à un mur qui dès l'origine assume une fonction de mur de séparation, ou à un mur périphérique extérieur sur lequel est venue s'appuyer ultérieurement la Maison aux Pilastres.

Fig. 8 - Apamée : plan d'ensemble.
(dessin E. Baccache d'après le plan hors-texte du volume Apamée de Syrie. Bilan des recherches archéologiques, 1965-1968, Bruxelles. 1969.)

22Le mur qui sépare dans la Maison aux Consoles les pièces Ε et F constitue une source de conflits possibles. Il peut être à l'origine de travaux entrepris à titre personnel par le propriétaire de la Maison aux Consoles sur son bien et mettant en péril le mur de séparation, ou également à son tour être mis en péril par des travaux qui seraient entrepris sur ce mur. Dans leur état actuel, les murs constituent une réfection du sixième siècle. A ce moment, cette section du mur de séparation et le mur de refend ont été reconstruits ensemble, dans le cadre de travaux extensifs : nous ignorons quels étaient leurs rapports à l'origine.

  • 22 J. Balty, 1984, p. 21.

23Lors de la phase ultime, le mur de séparation a été doublé, à hauteur de la pièce I de la Maison aux Pilastres, par un épais massif de maçonnerie. Le plan publié de la Maison aux Consoles22 montre que le mur présente à cet endroit, dès la première phase, une irrégularité, et semble établir un lien entre la construction du massif et le bouchage des entrecolonnements entre F et J.

Fig. 9 - Apamée : plan schématique de l'îlot des Maisons aux Consoles et aux Pilastres dans son état initial. (d'après J.-C. Balty, 1984 a, fig. 1. p. 473.)

  • 23 Précision aimablement fournie par J.-C. Balty, que je remercie (Lettre du 30/05/1991).
  • 24 J. Balty 1984, p. 21

24À l'est de la pièce Ε de la Maison aux Consoles s'observe une rupture de construction. Un mur peu fondé, et qui apparaît comme une addition ultérieure, s'appuie sur l'angle du mur de la pièce Ε et vient clore l'enveloppe périphérique de la maison. C'est à ce point de son tracé que le mur de séparation s'incurve légèrement, peut-être pour des raisons statiques, le mur délimitant un espace vide et n'étant plus soutenu par des constructions23 : il sépare des pièces L et G de la Maison aux Consoles un espace non construit qui comporte à la phase II deux réservoirs et une latrine, en connexion avec une fontaine de la Maison aux Pilastres, et un écoulement d'eau partant de la fontaine et du bassin double. D'après le plan fourni24, cet espace libre est accessible dans les premières phases à partir des deux maisons, mais ne dépend plus à la phase III que de la Maison aux Pilastres : la Maison aux Consoles n'y offre alors plus aucun accès. Les pièces L et G de la Maison aux Consoles peuvent avoir constitué à l'origine une arrière-cour, et donc un autre espace découvert. Lors d'une première phase, toute une zone de la partie est de l'îlot, quel que soit son statut juridique (espace public, espace en copropriété, espace dépendant de chacune des maisons, mais non construit, espace appartenant à un troisième propriétaire) constitue donc un espace libre entre la Maison aux Pilastres et la Maison aux Consoles. Cet espace, qui pourrait avoir été utilisé pour le rangement des charettes, le stockage de certaines denrées ou d'objets encombrants, l'accomplissement de travaux salissants, évoque les piazzette de l'Ostie du quatrième siècle : un exemple caractéristique de tels espaces de dégagement insérés dans le tissu urbain pourrait être celui sur lequel ouvrent la domus dei pesci et la domus délie colonne. Une telle zone définit un "arrière" de l'îlot, qui s'oppose à un "avant "caractérisé par une succession continue de façades aux entrées monumentales, et constitue ainsi un facteur de hiérarchisation de l'espace urbain.

25Malgré les difficultés d'interprétation, l'étude de ce secteur permet d'établir que le découpage en îlots n'entraîne pas nécessairement et de façon immédiate l'existence de rapports de voisinage lié, et que l'existence régulière de tels rapports n'est pas de façon nécessaire la marque d'une volonté d'économiser l'espace, puisque de vastes espaces non bâtis peuvent exister au sein d'îlots d'habitation.

2.2. ALEXANDRIE : LA MAISON D ET SES VOISINES

26À Alexandrie se produit lors de la période byzantine, comme à Doura-Europos sur l'agora dès la période parthe, une invasion progressive des espaces libres, dont le résultat est une imbrication des espaces et non une juxtaposition de quadrilatères réguliers. Au cours de cette évolution, les édifices s'accolent progressivement les uns aux autres : c'est ainsi par exemple que l'aile nord de la maison D s'appuie sur le mur extérieur sud de la maison C, puis que l'aile ouest de la maison F s'appuie sur le mur est de la maison D (fig. 10).

  • 25 Rodziewicz, 1984, p. 105.

27Toute l'aile nord de la maison D constitue une adjonction qui correspond à une seconde phase de construction de la maison D et s'appuie sur ce qui est en réalité le mur extérieur sud de la maison C. La pièce D13, mitoyenne de la pièce C5, comporte deux bassins placés contre le mur de partition, hérités d'une maison plus ancienne, mais utilisés jusqu'à la dernière période d'utilisation de la pièce25. Ces deux bassins fonctionnaient réellement en tant que tels, puisqu'ils sont reliés à un système d'écoulement : une installation impliquant une humidité permanente est plaquée contre un mur reliant deux maisons distinctes. La pièce D13 comportait également un puits en fonctionnement. Ces installations n'entraînaient cependant pas nécessairement de dommages pour la pièce contiguë C5 : la publication ne mentionne pas la présence de mortier hydraulique de ce côté du mur.

  • 26 Rodziewicz, 1984, p. 158.

28Si ces bassins ou ce puits n'ont pas entraîné de dommages pour le mur mitoyen, il n'en est pas de même de la latrine, accompagnée d'un canal collecteur d'eaux usées venant de l'étage supérieur, plaquée contre le mur reliant les pièces D9 et F5. Du côté de la pièce F5, une seconde couche d'enduit hydraulique a été posée sur une première couche d'enduit blanc26. Le mur entre la pièce D9 et la pièce F5 sert également d'appui à un escalier à deux volées. D'après le fouilleur cet escalier aurait contribué à aggraver les méfaits de la latrine. La pièce F5 est abandonnée avant les autres et transformée en dépotoir. Le fouilleur note : "peut-être le voisinage de la latrine derrière le mur et les fuites visibles (...) détruisirent-ils ce mur."

29Tout se passe comme si le mur reliant les maisons D et F se définissait exclusivement par rapport à la maison D. En effet, le mur de clôture est de la maison D, qui constitue en même temps le mur ouest de la pièce F5, n'a été érigé, d'après la publication, qu'à la dernière phase de la maison, au moment de l'aménagement de l'escalier et des latrines. Il semble donc possible d'admettre que la fonction de ce mur ait été avant tout de servir de support à l'escalier et d'abri à la latrine. Les deux pièces F5 et F4, qui constituent les premiers éléments de la maison F, construite en trois phases successives, ont pu être aménagées soit au moyen d'un accord ne garantissant pas contre les éventuelles conséquences dommageables entraînées par l'usage fait du mur de séparation par le voisin, soit sans accord avec le propriétaire de la maison D, à moins que le terrain de l'unité F n'ait également appartenu à ce dernier, qui l'aurait utilisé à sa façon.

Fig. 10 - Alexandrie : le quartier de la rue R4. (d'après Rodziewicz, 1984, plan hors-texte III.)

  • 27 Rodziewicz, 1984, p. 93.

30Cette situation semble reproduire, inversés, les rapports entre la maison D et la maison E, plus ancienne. Les salles El et E3 de la maison E, mitoyennes de la pièce D6, sont abandonnées de façon précoce. L'humidité mine alors les fondations du mur de séparation : la pièce D6 est probablement abandonnée avant les autres pièces de la maison D27.

31Dans le cadre d'une croissance agglutinante, les rapports de voisinage lié se forment par l'utilisation, pour l'aménagement de nouveaux édifices, des murs périphériques des constructions préexistantes. Un tel processus entraîne une possibilité, apparemment réalisée à Alexandrie, d'instauration d'une hiérarchie entre les utilisateurs du mur de séparation : les propriétaires de l'édifice antérieur semblent bénéficier d'une priorité d'usage sur ce mur, même au détriment de la construction qui lui est appuyée. Un tel risque, pour les constructeurs, appelle l'existence de protections juridiques adéquates.

DE L'ARCHÉOLOGIE AU DROIT

32Deux édifices voisins peuvent soit comporter chacun leur propre mur périphérique, et être indépendants l'un de l'autre, soit être liés par un mur de séparation qui leur est commun.

33L'examen des rapports de voisinage immédiat conduit à se poser deux séries de questions.

34L'étude archéologique des rapports de voisinage immédiat implique une approche en termes de développement urbain et d'organisation de l'habitat. Sous quelles formes ces problèmes sont-ils pris en compte par les juristes ? Comment en particulier se manifeste l'opposition entre les cas où le voisinage immédiat constitue une donnée originelle, dans le cadre d'un îlot d'habitation du type hippodamien, et ceux où il est le résultat de la construction d'édifices appuyés sur des bâtiments antérieurs dont ils utilisent les murs périphériques, dans le cadre d'un développement urbain par agglutination ?

35Le voisinage immédiat peut être à l'origine de deux types de conflits : le mur de partition lui-même est l'objet d'accidents, ou de travaux divers. Comment s'opère entre voisins la répartition des tâches et des responsabilités ? L'aménagement des pièces de part et d'autre du mur de partage peut être à l'origine de nuisances susceptibles de conduire à l'abandon par le voisin de certaines pièces de sa maison. Ces cas ont-ils été envisagés par les juristes, et comment les règlent-ils ?

36L'étude des faits juridiques implique la prise en compte d'un élément ignoré par l'archéologie, qui est l'identification du propriétaire du mur : nous étudierons donc dans un premier temps les rapports de voisinage immédiat dans le cas où le mur de séparation appartient à un seul propriétaire et se trouve grevé de servitudes, avant d'étudier la notion juridique de mitoyenneté et ses nécessaires ambiguïtés.

Notes

1 Cf. Ploug, 1985, p. 43.

2 Hanoune, 1984, p. 432, citant une expression de R. Rebuffat, 1970, p. 314.

3 L'implantation du plan quadrillé aurait été précédée au début de la période hellénistique par une installation de colons à proximité du fleuve (communication orale de P. Leriche). Les travaux entrepris par A. Allara sur l'îlot B2, qui présente des témoignages des états les plus anciens de l'habitat sur le site hellénistique, permettront peut-être d'étudier la genèse et l'évolution d'éventuels rapports de mitoyenneté pendant cette période de fondation.

4 Welles et alii, 1959, pp. 104-109. Sur ce texte, voir notre article ("Les quatre fils de Polémocratès", Doura-Europos, Études, 3, dans Syria, 69, 1992, 1-2, pp. 65-100)

5 Brown, 1952, p. 113.

6 Vetters, 1980, pp. 482-483.

7 Rodziewicz, 1984, p. 32.

8 Boersma, 1985, pp. 208-209.

9 Boersma, 1985, p. 98.

10 Boersma, 1985, p. 235.

11 Boersma, 1985, p. 170.

12 Boersma, 1985, p. 127.

13 Boersma, 1985, pp. 135-136.

14 Boersma, 1985, pp. 132-133.

15 Boersma, 1985, p. 129.

16 Boersma, 1985, p. 235.

17 Gisler, Huwiler, 1984, p. 88. Cf. J.-C. Balty, 1984, fig. 1, p. 473.

18 Gisler, Huwiler, 1984, p. 90.

19 Cf. J. Balty, 1984, p. 21 (dimensions de la salle Ε : 6, 90 m x 4 m) et p. 22 (dimensions de la salle F/H/J : 15, 20 m x 6, 20 m).

20 J. Balty, 1984, p. 23.

21 J. Balty, 1984, p. 20.

22 J. Balty, 1984, p. 21.

23 Précision aimablement fournie par J.-C. Balty, que je remercie (Lettre du 30/05/1991).

24 J. Balty 1984, p. 21

25 Rodziewicz, 1984, p. 105.

26 Rodziewicz, 1984, p. 158.

27 Rodziewicz, 1984, p. 93.

Table des illustrations

Légende Fig. 2 - Doura-Europos : plan d'ensemble. (Allara, 1986, fig. 3, p. 44.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 630k
Légende Fig. 3 - Doura-Europos : l'agora séleucide et son évolution. (Brown, 1952, figures hors-texte.)a) l'agora à l'époque hellénistique. Le quartier d'habitation de l'agora se développe à partir de cette structure. Les indications du plan (ex. : H4) renvoient à la numérotation des pièces des différentes maisons aménagées lors de ce processus.b) le quartier de l'agora à la fin de la période romaine.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 4 - Doura-Europos : le partage décrit par le P. Dura 19. (dessin G. Lecuyot.)a) au rez-de-chausséeb) à l'étage
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 5 - Doura-Europos : îlot G7, maison H.a) premier état. (Brown, 1952, fig. 37, p. 106.)b) dernier état. (Brown, 1952, fig. 38, p. 107.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6138/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 6 - Éphèse : Hanghaus 2. Unités d'habitation 1 à 5. (dessin E. Baccache d'après Vetters, 1980, fig. 1, p. 481.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6138/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 7 - Ostie : îlot V. ii, plan d'ensemble à l'état final, vers 400 après Jésus-Christ, (d'après Boersma, 1985, fig. 204, p. 218.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6138/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Légende Fig. 8 - Apamée : plan d'ensemble.(dessin E. Baccache d'après le plan hors-texte du volume Apamée de Syrie. Bilan des recherches archéologiques, 1965-1968, Bruxelles. 1969.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6138/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1023k
Légende Fig. 9 - Apamée : plan schématique de l'îlot des Maisons aux Consoles et aux Pilastres dans son état initial. (d'après J.-C. Balty, 1984 a, fig. 1. p. 473.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6138/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 10 - Alexandrie : le quartier de la rue R4. (d'après Rodziewicz, 1984, plan hors-texte III.)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6138/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 718k

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter