Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les lois des bâtiments

 | 
Catherine Saliou

Remerciements

Catherine Saliou

Texte intégral

(...) un Architecte ne peut, avec sûreté, se charger de la conduite de quelque bâtiment, s’il n’est instruit des lois de la coutume (...) car il ne peut fonder un bâtiment, s’il ne sait ce qui doit s’observer entre voisins pour les clôtures, pour les puits, les fosses d’aisance, les puisards, &c. il ne peut l’élever s’il ne connoît comment il doit disposer les vues droites & de côté, les vues de coutume, celles de servitude, les adossements des cheminées, fours, fourneaux, chauffes d’aisance & ventouses, & quelle est la contribution de deux voisins à la construction d’un mur mitoyen : il ne peut le couvrir sans savoir de quel côté & comment il conduira les eaux de ses combles, & comment il en disposera les lucarnes à l’égard des voisins : enfin il ne peut le démolir, ignorant les mesures et les précautions qu’il doit garder à l’égard des voisins (...)
Goupi, préface aux Lois des Bâtiments de Desgodets, édition de 1787, Paris.

1L’ouvrage que l’on va lire est issu d’une thèse dite “de Nouveau régime” effectuée à l’Université de Paris-I sous la direction de Monsieur le Professeur J.-M. Dentzer et soutenue le 20 décembre 1991, devant un jury composé de Messieurs les Professeurs J.-M. Dentzer, M. Humbert, Cl. Nicolet, Er. Will.

2Ce travail, si modeste soit-il, n’aurait jamais vu le jour sans l’appui matériel, moral et intellectuel de ma famille.

3Durant les trois premières années de préparation de cette thèse (1987-1990), j’étais affectée comme AND (Ancien Normalien Doctorant) à l’Université de Reims. Ma plus vive reconnaissance va au Max-Planck-Institut fur Europäische Rechtsgeschichte, à Francfort-sur-le-Main, ainsi qu’à l’équipe de byzantinistes qui y travaille, pour m’avoir ensuite accueillie de novembre 1990 à août 1991. Je remercie tout particulièrement le Docteur M.-Th. Fögen et Monsieur le Professeur D. Simon. Je remercie également Monsieur le Professeur J.-P. Sodini qui m’y a envoyée, Monsieur le Professeur G. Dagron qui y a favorisé mon séjour, ainsi que le Programme Franco-allemand du CNRS et la Maison des Sciences de l’Homme, qui l’ont en partie financé. Je remercie la direction des Personnels Enseignants du ministère de l’Éducation nationale d’avoir bien voulu m’affecter pour l’année 1991-1992 à l’académie de Créteil comme professeur stagiaire (deuxième année d’IUFM, ex-stage CPR), me permettant ainsi d’achever mon travail et de soutenir ma thèse dans les meilleures conditions possibles pour moi à ce moment.

4J’ai bénéficié de deux bourses d’un mois à l’École Française de Rome, en 1989 et 1991, et d’une bourse d’un trimestre universitaire à la Maison Française d’Oxford en 1989. Je remercie ces deux institutions, ainsi que l’Institut Français d’Archéologie du Proche-Orient et les services des Antiquités de Jordanie et de Syrie, qui m’ont aidée à réaliser un voyage d’études effectué dans ces deux pays durant l’été 1990.

5J’ai l’agréable devoir également d’exprimer ma reconnaissance à tous ceux qui m’ont aidée de leurs conseils, et tout particulièrement aux membres de mon jury, dont l’intérêt qu’ils ont bien voulu prendre à la lecture de mon travail m’a vivement honorée.

6C’est aux responsables de la Bibliothèque Archéologique et Historique, ainsi qu’à E. Baccache pour la mise en page et la maquette définitive et à T. Eïd pour toute la partie informatique que reviennent mes derniers remerciements — dont il me faut distraire une part pour le CNRS, qui contribue financièrement à cette publication.

7Je ne peux enfin résister au plaisir de dédier cet ouvrage aux petits latinistes du collège Molière (Ivry-sur-Seine), en souvenir de l’année que j’ai passée avec eux.

8Damas, 1993.

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter