Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Conclusion générale

Texte intégral

  • 1 En fait, il faut manier ces trois termes avec beaucoup de précaution. Dans sa préface, J. Le Goff, (...)

1L'étude des représentations idéologiques et imaginaires1 de la terre et des paysans chez Libanios ne laisse pas d'étonner ! Elle se situe, nous venons de le voir, au croisement de plusieurs axes de l'investigation historique. L'examen de l'usage, du contrôle, de l'exploitation de la terre et de la production agricole implique des références au politique, à l'économique, au social, au juridique et à toutes les composantes de la vie sociale. C'est que la terre et le travail agricole se trouvent, dans l'Antiquité, à la base de l'édifice socio-économique. Toutefois – et c'est ici que l'on s'étonne – il semblerait que l'historiographie moderne du Bas-Empire n'a pas vraiment exploité ces thèmes de recherches.

  • 2 Je pense au recueil des Geoponica de Cassianus Bassus ou à l'Opus agriculturae de Palladius. Voir (...)
  • 3 Il s'agit de compositions qui font partie de ses Progymnasmata (voir vol. VIII de l'édition de R. (...)
  • 4 Lib., ’Εγκώμιον γεωργίας, ibidem, p. 265. C'est aussi l'avis de Thémistios, Θέσις εἰ γεωργητέον, 3 (...)

2Le Bas-Empire nous a pourtant légué, tout comme l'époque de la République romaine, des traités d'agriculture2, ainsi que des textes d'autre nature et divers documents qui, de manière plus ou moins concrète, nous renseignent à ce propos. Certains d'entre eux, écrits par des citadins ignorant assez souvent le cycle des travaux agricoles, se bornent à exalter le bonheur de vivre à la campagne. C'est le cas de Libanios lui-même, quand il rédige l'Éloge de l'agriculture, la Comparaison de la navigation et de l'agriculture ou la Comparaison entre ville et campagne3. La campagne et les travaux agricoles y sont décrits sous les meilleures couleurs et considérés comme la base sur laquelle repose la vie et toutes les autres activités humaines. Si l'on peut se passer de la rhétorique, de la navigation ou des spectacles, écrit l'auteur, on ne peut envisager rien de tel avec l'agriculture4. Semblables traités ne sont que des compositions pour étudiants désireux d'apprendre l'art du bien parler et de la persuasion. Atemporelles et didactiques, elles n'en reflètent pas moins les idées que la classe dominante de l'Empire d'Orient se faisait des réalités rurales.

  • 5 Voir H. Lefebvre, La pensée marxiste et la ville, Paris 1972, p. 27 s.

3Cela dit, il faut revenir au véritable sujet du discours des réalités rurales de Libanios. Si, dans le cadre de son enseignement et de ses cours, l'orateur se contentait de faire l'éloge de la campagne, ses discours, fermement liés, comme on l'a vu, à la vie quotidienne, présentent la réalité différemment. C'est l'ensemble de tous ces passages qui a fait l'objet de notre étude et que l'on a nommé justement discours des réalités rurales. Il est temps peut-être de revenir sur ce point capital. Le vrai sujet du discours libanien, auquel se rapportent en fait toutes les informations que l'orateur nous livre de la campagne, c'est la survie de sa ville et, plus encore, sa grandeur. Celles-ci passent nécessairement par le contrôle du territoire rural de la cité. Pour Libanios, l'interdépendance entre le centre urbain et la campagne d'Antioche est absolue, elle constitue un système socio-politique et économique qui doit rester autonome, notamment vis-à-vis des autres forces politiques qui, comme l'Empire, veulent en rompre l'unité. Libanios perçoit ainsi son époque comme une période de transition, une époque charnière, où l'Antiochène passe d'un type de rapports sociaux à un autre. Ses discours, mieux que toute autre source, reflètent la peur d'une classe en train de perdre ses prérogatives. Car, justement, si ville et campagne forment un tout compact, elles demeurent en fait des réalités distinctes, dont les intérêts divergent et s'opposent5. Le centre urbain constitue le siège du pouvoir politique, le lieu de résidence des propriétaires fonciers : comme tel, il a toujours cherché à dominer la campagne.

  • 6 Cf. H. Laborit, L'homme et la ville, Paris 1971, p. 21. Le syllogisme se présente comme suit : la (...)

4Pour H. Laborit, la ville est l'un des moyens utilisés par un groupe social afin de maintenir sa structure. D'après lui, avant le développement technologique de notre époque, qui permet à l'homme de maîtriser et de dominer d'autres hommes ou groupes humains, la ville a été utilisée à cette fin. Tout y est fait, écrit-il, pour assurer la défense de la propriété des objets, des êtres, des moyens de production, des niveaux hiérarchiques6. Cette conception peut-elle être projetée sur l'image du système socio-politique de la cité du ive siècle qui se dégage de la lecture de Libanios ?

  • 7 Tel est le sens du passage de l'Antiochikos analysé aux chapitres III et IV de la deuxième partie.
  • 8 Voir W. E. Heitland, Agricola, op. cit., p. 200, et surtout J. H. W. G. Liebeschuetz, Antioch, op. (...)

5Ville et campagne constituent un ensemble que Libanios veut autonome. La prise de décision, en matières politique et économique, appartient en propre à la ville et plus précisément aux curiales7. La campagne doit nécessairement approvisionner le centre urbain. Elle enrichit aussi les citadins, puisque le capital foncier représente la force motrice de l'époque. Il y a ainsi une relation de dépendance de la campagne à la ville. Elle n'est pas uniquement d'ordre économique mais aussi social, culturel, ethnique. Elle est même institutionnalisée, bien que notre orateur présente cette subordination comme un lien d'interdépendance, vantant parfois la supériorité de la campagne par rapport à la ville8. Libanios entend que rien ne doit jamais changer dans cette relation, en dépit des antagonismes qui peuvent apparaître. Ses ancêtres, suivis de ses contemporains, ont conçu et mis en place des structures urbaines qui préservent au mieux leurs intérêts et consolident leur position.

6Mais la seconde moitié du ive siècle de notre ère est une période de changements et de transformations sociales. Des forces nouvelles menacent l'intégrité de la cité. L'Empereur, l'administration civile et les militaires veulent centraliser le pouvoir politique et accaparer les ressources des notables régionaux. De nouveaux codes culturels et religieux mettent, dans le même temps, la paideia classique en question. On peut représenter les sentiments éprouvés par Libanios devant ces mutations selon le schéma suivant :

La situation socio-politique du ive siècle aux yeux de Libanios

  • 9 J'emprunte cette terminologie à H. Laborit, cf. note 6.

7Les diverses interventions dans le vie de la cité visent à produire des effets à valeur rétroactive, à savoir capables d'agir au profit des intervenants9. Mais la transformation des rapports socio-économiques n'est pas due cependant qu'à des facteurs exogènes à la cité. Libanios est conscient des relations de tension qui existent entre la ville et la campagne. La cité des curiales doit se défendre sur deux fronts, ses différents adversaires ne manquant d'ailleurs pas de collaborer à sa disparition.

  • 10 Voir M. Kaplan, Les villageois aux premiers siècles byzantins (VIe-Xe) : une société homogène ? By (...)
  • 11 La société et le sacré, op. cit., p. 108.
  • 12 Entre village et cité, loc. cit., p. 29-52.
  • 13 Voir supra, p. 220.

8Les liens traditionnels entre ville et campagne sont en train de se déliter, tandis que d'autres apparaissent. La commune rurale acquiert ainsi de plus en plus d'importance pour l'administration et la fiscalité impériales10. A propos des liens unissant la ville et la campagne syriennes, P. Brown pense que la relation fondamentale, constante, entre ville et village n'était autre que l'absence de relation11. Les échanges économiques attestés par des inscriptions grecques et latines trouvées dans la chora témoignent pourtant de rapports suivis entre le centre urbain et son territoire. Certes, il s'agit d'une relation de dépendance socio-économique mais qui ne laisse pas pour autant d'assurer un contact entre citadins et ruraux. Libanios fait également état d'un va-et-vient entre ville et campagne, presque toujours de nature économique. On a vu les campagnards vendre leurs produits au marché : en témoignent le discours L, Sur les corvées, le paragraphe 8 du discours IX, Sur la fête des Calendes, ou la dernière partie de l'Antiochikos. Ce dernier discours XI permet justement de nuancer quelque peu et de préciser quelle frange campagnarde entrait en contact direct avec la métropole. G. Dagron a su différencier les divers types d'habitat rural12. On a dit que les sources antiques ne connaissent pas uniquement les χωρία et les κῶμαι mais encore les μητροκωμίαι, les bourgades, qui assurent la médiation entre la ville et les petites localités dispersées dans la campagne13. On peut penser que la communication et, en général, tout le réseau des relations entre la ville et l'habitat rural s'effectuaient à travers les μητροκωμίαι. Il y a donc un classement hiérarchique des communautés rurales qui structure les rapports entre la métropole et les villages. Les μητροκωμίαι contribuent dans une certaine mesure au dépassement des clivages entre les sociétés rurale et citadine.

9Ceux-ci étaient d'ordre économique, linguistique, culturel et ethnique – on connait la fierté avec laquelle Libanios déclare que les fondateurs grecs d'Antioche se sont abstenus de se mêler aux indigènes barbares (XI, 68). Il y a aussi de notables différences qui tiennent au mode de production des biens. Construite en marge de la société citadine, la société rurale faisait l'objet de discriminations parce qu'elle était construite par les citadins qui ne manquaient de l'exploiter. Nous avons vu la communication des femmes et des messages s'effectuer jusqu'à un certain point sans l'intervention du pouvoir local ou impérial ; on ne peut en dire autant de la communication des biens. Entre le territoire rural et le centre urbain on constate donc une relation de dépendance, qui permet d'ailleurs aux puissants d'évoquer ou de gommer, selon leur gré et leurs intérêts, les différences fondatrices de la hiérarchie sociale.

  • 14 Cité par É. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale, op. cit., p. 296.
  • 15 P. Brown, La société et le sacré, op. cit., p. 213-214, ainsi que A. Momigliano, Popular Religions (...)
  • 16 P. Debord, Populations rurales, loc. cit. p. 61.
  • 17 Cf. E. Jacob, Appréciation positive et négative de la ville dans les anciennes traditions d'Israël (...)

10L'antagonisme entre les deux entités ne manque pas d'éclater. Certaines bourgades se développent petit à petit et demandent leur émancipation de la tutelle que la ville exerce sur elles. Jean Malalas relate que, lors du séisme de 528, des paysans avaient égorgé des citadins en fuite14. On a vu les paysans écarter leurs patrons curiales et chercher l'appui de représentants de l'Empire ou de moines, afin de faire valoir leurs intérêts en dehors du milieu rural15. Cette tendance ne semble pas particulière au Bas-Empire : durant tout l'Empire, écrit P. Debord, cette volonté des villages de se séparer des cités qui les contrôlent et vraisemblablement les exploitent économiquement paraît aussi manifeste16. Nous pouvons repérer de tels sentiments, ou du moins des sentiments d'hostilité, de peur, de méfiance, à des époques encore plus hautes17. Il est au demeurant vraisemblable qu'à chaque époque existe cette tension entre ville et campagne, différemment exprimée.

  • 18 É. Patlagean, "Economie paysanne" et "féodalité bysantine", Annales ESC 1975, p. 1371 s.

11Libanios vit et travaille pendant un âge de transformations et de conflits sociaux. Il en a conscience ; ses protestations sont celles d'un membre de la classe dominante qui mesure les mutations de la société. A lire ses écrits, et notamment les propos qu'il tient relativement à la terre, aux paysans et à la production agricole, on constate la transition d'un mode de vie à un autre18. L'orateur d'Antioche appartient à une génération qui voit, au détriment de la πόλις, la naissance de nouveaux rapports sociaux, économiques et culturels, ainsi que le transfert définitif au siège de l'Empire du pouvoir politique.

Notes

1 En fait, il faut manier ces trois termes avec beaucoup de précaution. Dans sa préface, J. Le Goff, L'imaginaire médiéval, Paris 1985, procède à la définition de représentation, idéologique, imaginaire. Il attribue un contenu général à représentation qui engloberait ainsi toute traduction mentale d'une réalité extérieure (...) L'idéologique est investi par une conception du monde qui tend à imposer à la représentation un sens qui pervertit aussi bien le réel matériel que cet autre réel ; l'imaginaire fait partie du champ de la représentation. Mais il y occupe la partie (...) créatrice, poétique au sens étymologique.

2 Je pense au recueil des Geoponica de Cassianus Bassus ou à l'Opus agriculturae de Palladius. Voir à ce propos Ed. Frézouls, La vie rurale au Bas-Empire d'après l'œuvre de Palladius, Ktema 5, 1980, p. 193 s.

3 Il s'agit de compositions qui font partie de ses Progymnasmata (voir vol. VIII de l'édition de R. Foerster, p. 261, 349, 353).

4 Lib., ’Εγκώμιον γεωργίας, ibidem, p. 265. C'est aussi l'avis de Thémistios, Θέσις εἰ γεωργητέον, 351d. Il y a une très grande parenté entre le discours de Thémistios et celui de Libanios. Tous deux ont conscience du fait que la terre constitue la base de leur société, et tous deux, en particulier Thémistios, ont recours à des textes d'Hésiode ou d'Homère pour le prouver.

5 Voir H. Lefebvre, La pensée marxiste et la ville, Paris 1972, p. 27 s.

6 Cf. H. Laborit, L'homme et la ville, Paris 1971, p. 21. Le syllogisme se présente comme suit : la finalité de toute structure est de se maintenir comme structure : un groupe social représente une structure vivante d'un certain niveau de complexité ; la finalité d'un groupe humain n'est pas toutefois de construire une ville mais de vivre, de maintenir sa structure ; la ville n'est qu'un moyen de réaliser cette finalité, elle ne peut donc être finalité elle-même. Voir aussi : A. Whyte, Systems as perceived : a discussion of “Maladaptation in social Systems”, The Evolution of Social Systems, Londres 1982, p. 73 s., avec discussion sur l'approche cybernétique des systèmes sociaux.

7 Tel est le sens du passage de l'Antiochikos analysé aux chapitres III et IV de la deuxième partie.

8 Voir W. E. Heitland, Agricola, op. cit., p. 200, et surtout J. H. W. G. Liebeschuetz, Antioch, op. cit., p. 51.

9 J'emprunte cette terminologie à H. Laborit, cf. note 6.

10 Voir M. Kaplan, Les villageois aux premiers siècles byzantins (VIe-Xe) : une société homogène ? ByzSlav 43, 1982, p. 102, avec renvois bibliographiques.

11 La société et le sacré, op. cit., p. 108.

12 Entre village et cité, loc. cit., p. 29-52.

13 Voir supra, p. 220.

14 Cité par É. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale, op. cit., p. 296.

15 P. Brown, La société et le sacré, op. cit., p. 213-214, ainsi que A. Momigliano, Popular Religions Beliefs and the Late Roman Historians, Studies in Church History 8, 1971, p. 18, n'acceptent pas l'existence de croyances populaires en opposition avec les croyances savantes.

16 P. Debord, Populations rurales, loc. cit. p. 61.

17 Cf. E. Jacob, Appréciation positive et négative de la ville dans les anciennes traditions d'Israël, Ktéma 2, 1977, p. 17.

18 É. Patlagean, "Economie paysanne" et "féodalité bysantine", Annales ESC 1975, p. 1371 s.

Table des illustrations

Légende La situation socio-politique du ive siècle aux yeux de Libanios
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6116/img-1.jpg
Fichier image/, 94k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter