Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Troisième partie. Les hommes

Troisième partie. Conclusion

Texte intégral

  • 1 Lib., XLVII, 13.

1On revient à l'interprétation qui a été avancée plus haut : les conduites sociales entrent dans la pratique discursive de Libanios pour être lues comme arguments dans la caractérisation d'une personne. La bonne ou la mauvaise conduite d'un tel à l'égard des paysans devient un critère pour sa qualification et son classement parmi les bons ou les mauvais éléments de la société. On a vu les foudres qu'il déploie contre les moines qui veulent propager le christianisme en milieu rural encore païen ou contre les représentants de l'État, civils et militaires, qui abusent de leur position, voulant accaparer la force paysane de travail ou les produits du travail agricole. De l'autre côté, il y a le comportement du juste et du tolérant. Libanios lui-même, bien qu'il gagne le procès contre ses travailleurs juifs, demande la clémence du juge et la mise en liberté des condamnés1 La magnanimité et la générosité du patron Libanios est accentuée, démontrée avec éclat, quand on pense qu'elle stimule chez les paysans des réactions contraires et négatives.

  • 2 Lib., LV, 15. : πολλὴν γῆν ἀπò πολλῶν ἐργαζομένην.

2On ne saurait cependant départager les bons et les mauvais selon des critères de portée plus générale. Ainsi les bons n'appartiennent-ils pas toujours au camp de la Curie et des amis politiques de Libanios, tandis que les mauvais seraient du côté du pouvoir central. Cette différenciation n'est en effet pas toujours opératoire pour Libanios. Il y a d'une part, des curiales – δεσπότοα – arrogants, qui se comportent de façon indigne vis-à-vis des paysans ; le discours XLV, Sur les prisons, semble en témoigner. D'autre part, certains représentants du pouvoir central, pour leur comportement à l'égard des paysans, se voient félicités et applaudis. Certes, le conflit entre pouvoirs local et central, entre anciens et nouveaux riches, existe bien mais il est surtout lisible à travers les attitudes induites à l'égard de la terre. Ce qui importe, c'est le contrôle et l'usage de la terre. Là se fonde la différence idéologique entre les attitudes concernant le contrôle de la terre et celles qui touchent au contrôle de la main-d'œuvre. Les moines du discours XXX, Sur les temples, sont accusés d'être partie prenante dans le contrôle de la terre et de la production agricole ; en outre, l'orateur les traite encore de fainéants, de déserteurs des travaux agricoles, d'êtres nuisibles au travail d'autrui. Le discours sur le contrôle de la terre est ici plus direct, au sens d'une polémique plus ouverte, où les parties adverses se trouvent plus nettement partagées. On peut ajouter que le contrôle de la terre implique aussi celui de la main-d'œuvre : en ce sens, le contrôle des travailleurs ruraux se trouve subordonné à celui de la terre. Il s'agit surtout de contrôler les moyens primordiaux de la production. Libanios déclare posséder de vastes propriétés, travaillées par de nombreux paysans2 : on reconnaît là le couple moyen de production et producteur-metteur en valeur de ces moyens producteurs de richesses. Le nombre des travailleurs sert ainsi d'unité de mesure à la surface de la propriété et constitue un indice de richesse et de prestige.

  • 3 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 283.
  • 4 Mazzarino, Aspetti sociali del IV secolo, op. cit., p. 38 s.

3La subordination du contrôle des paysans à celui de la terre peut très bien illustrer l'aphorisme général qui veut que, dans une société de classes, la propriété des moyens de production – la terre en l'occurrence – constitue l'enjeu principal. Il convient à cet égard de placer ces attitudes mentales dans leur contexte spatio-temporel, où les paysans ne pouvaient jamais quitter la terre et suivaient le sort du domaine dans les limites duquel ils avaient eu la chance de naître. Dans cette perspective et devant la polémique qui s'instaure autour du traitement des travailleurs ruraux, il n'est pas nécessaire d'imaginer des cloisons étanches entre affaires de l'aristocratie municipale et de l'aristocratie impériale. Ainsi l'appartenance socio-politique d'une personne n'est-elle pas toujours impliquée dans sa qualification ; celle-ci s'opère selon des critères qui se rapportent à un code d'éthique commun aux chrétiens et aux païens du ive siècle3. Si Libanios dénonce le comportement brutal et inhumain des patrons et des puissants en général, on ne peut dire qu'il a des préoccupations sociales : il est guidé par un souci de justice et de morale. Plusieurs auteurs du Bas-Empire, païens et chrétiens, partagent sa position. On trouve ainsi des considérations presque identiques chez les pères de l'Église4.

  • 5 Lib., L, 33.

4Au-delà de son souci d'améliorer les conditions de vie des paysans et de tous les humiliores, le propos de Libanios semble viser une autre fin que la justice. Par compassion pour les paysans, l'orateur dénonce Ikarios qui a imposé la contrainte des corvées mais il réclame aussi de l'Empereur le rétablissement de l'ordre. Les paysans sont maltraités mais surtout, à cause des corvées, ils ne fréquentent plus Antioche dont le marché se retrouve mal approvisionné. Seul l'Empereur peut aider les campagnes et les villes en seront aussi réconfortées5. Libanios accuse les moines de perturber le travail et la vie des campagnes, au détriment du rendement agricole et, par conséquent, du fisc impérial. On voit ainsi l'orateur rechercher comme un consensus entre les pouvoirs central et local, dont les attitudes et la politique, en matière de contrôle de la terre, se trouvent objectivement en contradiction. Évidemment, il s'agit là d'une tentative, dictée par le désir de convaincre l'interlocuteur impérial d'une ultime identité d'intérêts.

  • 6 Lib., LII, 42.
  • 7 Lib., LV, 11, trad. A.-J. Festugière. En LII, 42, il n'est pas dit clairement s'il s'agit de gens (...)
  • 8 Lib., XLVII, 34 ; LII, 42 ; XXVII, 44.

5Tant à propos d'Ikarios, aux discours XXVII et L, que des moines, au discours XXX, l'évocation des paysans sert à illustrer la caractérisation négative des personnages visés. Les paysans interviennent pour mettre en relief et concrétiser les attitudes incriminés ; ils deviennent ainsi l'enjeu et le lieu des contradictions intrinsèques aux rapports sociaux. Cette place ne leur est pas réservée dans le seul discours verbal et polémique. Ils sont appelés à jouer un rôle semblable à celui-ci dans la pratique quotidienne. Tel est le cas dans les complexes relations triangulaires entre puissants où les paysans sont considérés comme des représentants de leur patron. Quand il est difficile ou impossible d'atteindre le patron lui-même, on l'atteint à travers ses dépendants. Libanios déclare au discours LII, Contre ceux qui rendent visite aux gouverneurs, que si ses adversaires n'arrivaient pas à (l')attraper, (il) avai(t) des gens qu'ils pouvaient attaquer ; les uns en ville, d'autres dispersés à la campagne. (Lui, il) restai(t) sain et sauf, mais on (le) rendait triste à travers eux. Il est terrible de ne pas pouvoir aider les siens et en les voyant torturés de ne leur offrir que des sentiments attristés6. Rapportant au discours LV un dialogue avec son élève Anaxentios, il explique : C'est que, dira-t-on, ton père reçoit des injures du professeur que tu as jugé incapable. Mais combien d'autres pères en ont reçu, pour la même raison, quand les professeurs irrités déclarent qu'on leur a fait insulte et tendent à se venger sur les gens présents puisqu'ils ne peuvent se saisir de ceux qui sont partis. N'est-il pas arrivé que, les pères morts, des mères aient été traînées sur l'agora – elles qui ont peu l'habitude de la chose ! – et livrées à une mer de troubles et aux mains des soldats. Pour les élèves qui n'ont plus ni l'un ni l'autre, ni père ni mère, c'est contre leurs esclaves, leurs champs, leurs intendants que les sophistes se portent, ils saisissent et étouffent ces malheureux et les forcent à maudire la mort de leurs maîtres7. Lieu d'intervention, les proches et les dépendants deviennent donc, dans les querelles quotidiennes, la cible de substitution au patron hors d'atteinte. Il faut remarquer que ce type d'attaque ne vise pas à causer de dommages d'ordre matériel mais portent plutôt au plan symbolique. On voit ainsi les dépendants associés aux membres de la famille et constituer un des maillons de la chaîne domestique – leur identité réside dans leur dépendance. La mort d'un tel est ainsi maudite par la voix des membres de sa propre familia. Le paysan se trouve littéralement aliéné de sa propre identité ; il est déterminé par son appartenance à un groupe d'hommes qui dépendent de la volonté d'un patron. La mainmise que Libanios exerce sur ses paysans se manifeste par l'emploi du verbe ἔχειν- avoir : ἐν ᾧ ἀγρῷ γεωργοὺς εἶχον8. Faut-il aller jusqu'à lire : avoir à sa disposition ? Il ne s'agit pas toutefois de possession, comme pour les esclaves. D'ailleurs, Libanios proteste contre l'assimilation des paysans aux esclaves.

  • 9 Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 188 s.

6Le paysan, lieu et enjeu de conflits socio-politiques et moraux ; le paysan assimilé à l'esclave ; à l'opposé, le paysan adversaire de Libanios devant le tribunal. P. Petit, qui met en doute l'historicité du discours XLVII, Sur les Patronages, accepte pour seul élément probablement authentique le conflit de Libanios avec ses paysans9. Ailleurs, ainsi dans le discours L, le retrait des paysans du marché inquiète les citadins. Autant de circonstances qui conduisent malgré tout à penser que les paysans n'étaient pas complètement dépourvus d'initiative ou de personnalité et qu'ils ne constituaient pas un simple enjeu des rivalités entre puissants.

Notes

1 Lib., XLVII, 13.

2 Lib., LV, 15. : πολλὴν γῆν ἀπò πολλῶν ἐργαζομένην.

3 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 283.

4 Mazzarino, Aspetti sociali del IV secolo, op. cit., p. 38 s.

5 Lib., L, 33.

6 Lib., LII, 42.

7 Lib., LV, 11, trad. A.-J. Festugière. En LII, 42, il n'est pas dit clairement s'il s'agit de gens qui travaillent aux champs de leur patron ou bien de parents et d'autres proches vivant à la campagne. On conclut qu'il s'agit de travailleurs en se fondant sur le contexte, qui évoque la répression exercée sur des ἀδύνατοι.

8 Lib., XLVII, 34 ; LII, 42 ; XXVII, 44.

9 Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 188 s.

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter