Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Troisième partie. Les hommes

Annexe II. Éléments de sociologie paysanne : les femmes

Texte intégral

  • 1 Lib., LIX, 65.
  • 2 Lib., XLVII, 5. Cf. E. J. Hobsbawn, Les bandits, op. cit., p. 138 : Les bandits aiment les femmes, (...)
  • 3 Lib., XXX, 10, trad. Van Loy. Cf. aussi L, 28 et XVIII, 34. Cf. B. Schouler, Hommages de Libanios (...)

1Nous disposons de peu d'informations sur la femme du paysan mais notre orateur y fait référence pour diverses raisons. La femme de la campagne intervient dans son discours, non comme personnage principal, mais en tant qu'elle se trouve en butte aux attitudes générales de l'homme, paysan ou non. Elle tient une place analogue et symétrique à celle du paysan vis-à-vis des patrons ou des citadins. On le voit dans les quelques passages où elle apparaît. Ainsi, à propos de l'armée des Perses, qui est très nombreuse : tous les Perses sont appelés au service ; pendant l'absence des hommes, les femmes se retrouvent en charge des travaux agricoles1. Les paysans entrés en rébellion ou en quête de nouveaux patrons sont par ailleurs présentés comme des brigands et des malfaiteurs qui ne s'interdisent pas de toucher aux filles. A partir d'un événement particulier, toute une conduite et un comportement plus général se trouvent ici visés. Le paysan révolté est ainsi présenté comme l'ennemi de la population paisible, loin de protéger celle-ci. Le viol constitue en effet une pratique caractéristique des bandits antisociaux2. L'évocation de la femme vise à susciter des sentiments émotionnels chez les auditeurs de Libanios. A propos de la destruction des temples par les chrétiens, l'orateur s'adresse à l'Empereur en ces termes : c'est en eux (les temples) que les laboureurs placent leurs espérances au sujet d'eux-mêmes, de leurs femmes, de leurs enfants, de leurs bœufs, de la terre ensemencée et plantée3.

  • 4 C'est ce qui fait dire à Libanios que les Perses abandonnent aux femmes l'agriculture. Passage à c (...)
  • 5 Lib., L, 28 : voir supra, p. 227.
  • 6 Lib., XXXIX, 10 : αi γυναῖκες τῶν γεωργῶν τούτῳ τὰ τῶν γυναικῶν ποιοῦσιν. Les paysans réservent à (...)
  • 7 ᾧ μὴ ἔστίν ἕτερον αἰτῆσαι παρὰ τῆς γυναικός.
  • 8 Cf. P. Framont, Problèmes de l'économie rurale, Paris 1962, p. 54 s.
  • 9 Cl. Meillassoux, Femmes, greniers, capitaux, Paris 1975, p. 58 s.

2Selon ces mêmes passages qui évoquent la femme, celle-ci ne semble cependant pas dépourvue d'initiative. Ses activités s'inscrivent dans un espace restreint et plus ou moins délimité, celui de la maison et de son voisinage immédiat. Elle s'occupe des affaires domestiques4. Il est dit explicitement qu'elle prépare elle-même la chemise neuve de son mari5 mais elle doit apparemment s'acquitter de nombreuses tâches, plus importantes, qui font l'objet d'une accusation lancée par Libanios contre Mixidémos : les femmes des paysans fournissent à cet individu les produits des travaux qui leur incombent6. Il y a bien ici différenciation entre travail féminin et masculin, ce qui présuppose une spécialisation des tâches, sans que l'on puisse avancer plus, faute de matériel. Les bribes littéraires dont nous disposons sont unanimes à placer la femme en position-clef dans la gestion domestique. Pour en revenir au passage L, 28 – il ne lui est pas possible de demander une autre chemise à sa femme7 – on pourrait donner à l'intervention de la femme un sens métonymique. Pour demander une chemise, le paysan s'adresserait moins à sa femme qu'au gestionnaire de son budget familial8. En ce sens, l'étude de la place et des fonctions de la femme dans la société villageoise devient capitale, car elle est le pôle des informations qui renvoient à des phases anciennes de l'évolution historique du mode de production. La femme est le principal levier de l'économie domestique, économie qui renvoie à son tour à un mode de production domestique. Celui-ci a cessé d'être le mode de production dominant à l'époque que nous étudions. Si la communauté villageoise perdure et constitue toujours le noyau principal de la production des biens, elle a cessé de n'entretenir des rapports qu'avec des communautés semblables et le niveau des forces productives est beaucoup plus évolué que celui qui caractérisait un mode de production domestique9.

  • 10 Ibidem, p. 135.

3Dans ce contexte historique, tel qu'il nous apparaît, il n'est pas toutefois impossible de repérer les éléments constituants de ce mode de production : sur l'économie domestique, écrit Cl. Meillassoux, se sont bâties toutes les autres, de l'économie aristocratique jusqu'au capitalisme10. Certes, Libanios est assez avare en informations de ce type. On est parvenu malgré tout à avancer ces quelques remarques relatives à la place qu'occupe la femme dans les rapports familiaux, lesquels sont toujours fonctionnels en dépit du développement des forces productives.

  • 11 Cf. F. De Robertis, Lavoro e Lavatori, op. cit., p. 403 ; É. Patlagean, Pauvreté économique et pau (...)
  • 12 G. Tate, La Syrie byzantine, loc. cit., p. 454.

4Qui étaient ces femmes de paysans et de quel milieu provenaient-elles ? Vers la fin de la période qui nous concerne, on sait que les coloni adscripticii ne pouvaient se marier qu'avec des femmes de même condition socio-juridique11. De toute façon, la plupart des chercheurs accepte que les unions matrimoniales, aussi bien des colons adscrits que des colons libres, se faisaient dans leur grande majorité entre membres des communautés villageoises. Bien sûr, des données statistiques nous manquent. Outre les éléments fournis par les codes juridiques, d'autres indices tels que la différenciation linguistique, suggèrent néanmoins que les mariages devaient se faire entre conjoints de la même origine ethno-géographique. On sait par ailleurs que le syriaque gagne de plus en plus de terrain, au détriment du grec qui se limite aux centres urbains12.

  • 13 Cl. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris 1974, p. 326 s.
  • 14 Cf. supra, p. 102.
  • 15 Sur les rapports ville-campagne, voir infra, p. 243.

5Ainsi discerne-t-on certaines particularités propres à la société campagnarde. Il s'agit des systèmes de communication qui s'instaurent et qui fonctionnent en son sein, apparemment à deux niveaux : communication des femmes et communication des messages. Cl. Lévi-Strauss considère que dans toute société, la communication s'opère au moins à trois (niveaux), les deux précédemment cités, plus celui des biens et des services13. On a vu justement l'importance des échanges commerciaux entre ville et campagne dans la Syrie de l'Antiquité tardive14. L'autosubsistance du milieu rural se trouve de plus en plus compromise, devant l'invasion de la campagne par la société urbaine et étatique qui, de toute évidence, lui impose sa réglementation juridique et détermine la vie économique15.

Notes

1 Lib., LIX, 65.

2 Lib., XLVII, 5. Cf. E. J. Hobsbawn, Les bandits, op. cit., p. 138 : Les bandits aiment les femmes, la chose est bien connue, et leur orgueil et leur rang les poussent à faire ainsi la preuve de leur virilité. L'auteur se réfère surtout au banditisme des temps modernes.

3 Lib., XXX, 10, trad. Van Loy. Cf. aussi L, 28 et XVIII, 34. Cf. B. Schouler, Hommages de Libanios aux femmes de son temps, Pallas 32, 1985, p. 140-141 : l'auteur se réfère aux femmes d'origine aristocratique.

4 C'est ce qui fait dire à Libanios que les Perses abandonnent aux femmes l'agriculture. Passage à comparer avec XLVII, 5 : comme les femmes qui maltraitaient d'autres femmes en les empoignant par les cheveux. Cet énoncé métaphorique évoque éventuellement des situations normales, familières aux auditeurs. La place de la femme, en temps de paix, pourrait ainsi se situer au sein d'un groupe d'autres femmes. A comparer avec le texte cité à la note 6.

5 Lib., L, 28 : voir supra, p. 227.

6 Lib., XXXIX, 10 : αi γυναῖκες τῶν γεωργῶν τούτῳ τὰ τῶν γυναικῶν ποιοῦσιν. Les paysans réservent à Mixidémos de grandes quantités de blé, d'orge, de toute récolte, auxquelles s'ajoutent les services et les produits des travaux féminins.

7 ᾧ μὴ ἔστίν ἕτερον αἰτῆσαι παρὰ τῆς γυναικός.

8 Cf. P. Framont, Problèmes de l'économie rurale, Paris 1962, p. 54 s.

9 Cl. Meillassoux, Femmes, greniers, capitaux, Paris 1975, p. 58 s.

10 Ibidem, p. 135.

11 Cf. F. De Robertis, Lavoro e Lavatori, op. cit., p. 403 ; É. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, op. cit., p. 113-155, relatives aux structures familiales.

12 G. Tate, La Syrie byzantine, loc. cit., p. 454.

13 Cl. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris 1974, p. 326 s.

14 Cf. supra, p. 102.

15 Sur les rapports ville-campagne, voir infra, p. 243.

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter