Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Troisième partie. Les hommes

Annexe I. Rapports sociaux et signes : les vêtements

Texte intégral

  • 1 L, 28 et 29. Voir aussi LVII, 14, avec citation de trois pièces d'habillement : le λινός est porté (...)
  • 2 On peut se référer aux dessins qui accompagnaient le texte de la Topographie chrétienne de Cosmas (...)
  • 3 Sur ce sujet : Y. Deslandres, Le costume image de l'homme, Paris 1976.
  • 4 CTh., XIV, 10, 1.

1Le thème de la tenue des paysans n'intervient pas souvent dans les discours de Libanios. Il n'en parle explicitement que deux fois. Le paysan, d'après lui, porte au moins le χιτών, vêtement de dessous sans manches et l'ἱμάτιον, le manteau1 Aux yeux de l'orateur, les habits ne fonctionnent pas comme point de repère entre paysans et citadins2. En revanche, la distinction entre pauvres et riches – et les gens désignés par le terme de γεωργός forment des sous-ensembles de ces deux catégories – peut se faire à travers les vêtements portés. Ceci n'est pas un phénomène unique dans les sociétés humaines. Les habits servent souvent à exprimer la condition et le statut socio-économique de ceux qui les portent3. La loi vestimentaire de Théodose Ier, datant de 381, définit avec précision les habits et les autres insignes réservés aux divers ordres et prévoit les punitions des contrevenants4.

  • 5 Les vocables sont cités d'après la densité de leur fréquence dans le texte. Ainsi ἐσθής est le plu (...)

2Dans les discours de Libanios, on peut recenser les sept signifiants de vêtements suivants : ἐσθής, le manteau luxumeux ; χιτωνίσκος, le vêtement de dessous sans manches, court et petit ; ίμάτιον, le manteau ; χλαμύς, sorte de casaque militaire sans manches ; χιτών, le vêtement de dessous sans manches ; λινός, le sous-vêtement ; ὑπόδημα, la chaussure5.

3L'ἐσθής est caractéristique de richesse. Six fois, elle entre dans une énumération de biens, où elle se trouve associée de préférence à l'or et à l'argent. Elle appartient à des personnes puissantes et riches, mais présentées par l'orateur comme malhonnêtes.

  • 6 Lib., IV, 28.
  • 7 Lib., LII, 14.
  • 8 Voir supra, p. 122, à propos des énumérations en général.

4Dans son discours, Libanios procède à des énumérations de biens. Chaque fois, le choix de ceux-ci dépend de la personne du propriétaire. Les énumérations présentées plus haut servent ainsi à dénoncer des aventuriers malveillants. Le consulaire Eutropios est rapace, avide ; dans ses rêves même, il voit de l'or, de l'argent, des monnaies6. Les assistants des magistrats, qui parviennent à faire infléchir les jugements des procès selon leur opinion personnelle, se souciant peu de justice et de vérité, sont bardés de richesses venues de la terre et de la mer : de l'or, de l'argent, des ἐσθῆτες7. L'ἐσθής désigne donc un vêtement de grande valeur, mais décriée par Libanios. ’Εσθής connote des options et des principes superficiels. Du fait de son prix, ce vêtement se trouve approprié par des gens indignes8 de le porter et qui, par des moyens immoraux, usurpent ce signe social.

  • 9 Lib., XXVIII, 23.
  • 10 Voir note précédente et LXII, 9 : lui, il avait le manteau et eux le pouvoir.

5L'orateur dénonce leur comportement malhonnête et faux, puisque l'ἐσθής est un signe propre aux détenteurs du pouvoir municipal ou impérial : Les cités sont fondées sur les Curies (...) pour cela le curiale porte l'ἐσθής que porte le Romain, avec la permission des Romains9. Il s'agit bien d'un signifiant du pouvoir, tant dans la pratique discursive que dans la vie quotidienne. L'ἐσθής devient donc l'emblème nécessaire pour manifester la présence des agents du pouvoir politique10.

  • 11 Lib., XLV, 3 ; LXIV, 39. On humilie un danseur en déchirant son manteau, ou en lui tapant sur la t (...)
  • 12 Lib., XLV, 18 : Beaucoup de procès à propos d'affaires minimes... (il est question de) trente stat (...)

6Les écrits de Libanios suggèrent cependant une autre fonction de l'ἐσθής : son intégrité implique celle du propriétaire. On peut porter plainte contre l'individu qui a déchiré le manteau d'autrui11 – ceci n'est pas propre à la seule ἐσθής – mais l'atteinte au vêtement concerne la personnalité de celui qui le porte. À propos des autres signifiants du vêtement, on peut remarquer que la χλαμύς est une casaque de valeur plus modeste que l'ἐσθής. Dans une énumération d'objets sans grande valeur, à séquence apparemment descendante, elle se trouve ainsi placée entre l'âne et le χιτών sans manches12. Pourtant, les paysans sont si repectueux de la loi qu'ils n'osent pas regarder la χλαμύς des percepteurs d'impôts. De nouveau, le vêtement suffit encore à désigner ici par métonymie l'identité de celui qui le porte.

7Dans les discours de Libanios, le paysan est lié directement à l'ἱμάτιον et au χιτών. Le discours L, Sur les corvées, est très explicite sur ce point. Aux portes de la ville, apprend-on, les soldats obligent les paysans qui sortent pour rentrer chez eux à emmener à dos d'âne et en dehors des murs les déblais des destructions des bâtiments (L, 28). Les malheureux, pour ce faire, doivent utiliser les sacs qui leur servent à transporter leurs marchandises et, à défaut, sont obligés d'utiliser leur ἱμάτιον. Le paysan s'en voit ainsi privé pour longtemps, étant donné qu'il ne peut en demander d'autre à sa femme, alors que ses enfants sont nus (L, 29). L'ἱμάτιον est son seul bien, très vite usé par cette utilisation particulière. Il faut encore compter avec l'avidité des soldats-gardiens qui enlèvent tout : rênes, brides, pains. Tant et si bien qu'un soldat qui n'enlève pas son χιτών à un paysan passe pour généreux.

  • 13 En tout cas, le passage en question peut être mis en rapport direct avec les témoignages des évang (...)

8Peu importe si le passage correspond vraiment à la réalité13 ; relevons que la fin du paragraphe 28 constitue le point fortissimo du discours. Jusqu'au paragraphe 24, Libanios semble plaider en faveur des animaux (ânes, chameaux,...) qui transportent les déblais. Les paysans entrent en scène juste ensuite, pour disparaître au paragraphe 30. C'est dans cet espace limité que la dramatisation du récit atteint son maximun, avec l'introduction des paysans malmenés. Les faits s'échelonnent ainsi, du forte au fortissimo : les ânes chargés de déblais ; le tour de ville pour ramasser ceux-ci ; les rivalités entre les paysans eux-mêmes pour obtenir la faveur des soldats, pour qu'on les laisse aller ; les aubergistes et les brigands qui abusent des paysans attardés en ville ; les paysans fouettés et malmenés ; les sacs à marchandises utilisés pour dégager les déblais ; les vêtements, enfin, employés à cette fin et l'évocation des familles pauvres et des enfants nus. Le paysan apparaît alors comme dominé par sa femme. Juste après, avec l'ironie du soldat généreux, commence un abaissement de ton du discours qui se poursuit plus froidement par l'exposé des conséquences de la situation pour la ville.

  • 14 Lib., XXX, 12 ; LII, 16 ; LVI, 6 ; LXIV, 39.

9Seuls les vêtements nous intéressent ici. Au plan matériel, ils devaient être de texture assez solide, pour qu'ils puissent résister au transport des pierres et de la terre ; on pourrait même les supposer de la même matière que les sacs. Le fait que les manteaux fassent l'objet de rapine de la part des soldats peut impliquer que ceux-ci avaient une certaine valeur. En général, la vie à la campagne nécessite des vêtements beaucoup moins fins et plus solides qu'en ville. Aujourd'hui encore, dans des régions rurales du bassin méditerranéen, on trouve des casaques d'un tissage très serré, faites de matière particulièrement résistante (voir aussi sur la fig. 13 l'aspect extérieur des habits tels qu'ils sont représentés sur les mosaïques de Daphné). Au-delà de leur aspect matériel, les vêtements possèdent une signification particulière dans le discours. Ils sont évoqués dans un contexte de soumission et de mise à disposition des paysans : après la corvée et le fouet, le déshabillage constitue l'acte ultime, le point culminant du récit des contraintes exercées sur le paysan et de son aliénation. Les habits représentent ainsi l'extrême limite de l'intégrité de sa personne. Souvent, dans les descriptions de tortures ou de flagellations des discours libaniens, il y a une phase de déshabillage14.

  • 15 Lib., XLVII, 8, trad. L. Harmand.
  • 16 Lib., LII, 19.
  • 17 Selon l'expression de R. Barthes, L'effet du réel, Littérature et réalité, Paris 1982, p. 82.

10Dans le discours XLVII, Sur les patronages, Libanios raconte la mésaventure des curiales percepteurs d'impôts : ayant recueilli en guise de résultats des coups, les collecteurs s'en retournent à la ville révélant par le sang répandu sur leurs habits les souffrances qu'ils ont endurées15. Dans le discours LII, il met en cause ceux qui vont intriguer chez les gouverneurs, sans souci de la justice ou de la ruine des innocents qui, d'un jour à l'autre, se retrouvent fouettés, liés et poussés par leurs propres serviteurs, lesquels arrivent même à s'emparer du vêtement de leur maître16. Dans la production de ces deux énoncés, les vêtements ont pour fonction littéraire de créer un effet de réel mais une telle description se conforme également aux règles culturelles de la représentation17. Les habits servent en effet à l'identification des gens et, dans la mesure où ils appartiennent en propre à un individu ou à son groupe, constituant en quelque sorte sa maison portable, ils sont vus ici comme la peau sociale qui entoure et délimite l'aire de l'intégrité personnelle.

  • 18 Lib., II, 32 : τῶν μέχρι τῶν ιματίων σωφρόνων.
  • 19 Cf. Μ.-Α. Descamps, Le costume image de l'homme, op. cit., p. 21. La carapace du crabe, la coquill (...)

11Il s'agit d'une peau sociale, qui permet d'enseigner et de diffuser son idéologie. Les moines, de façon caractéristique, n'ont d'austère que le manteau18. On peut lire dans la pensée libanienne une différenciation subtile dans la conception du vêtement comme moyen de protection. Les habits ne sont pas perçus dans leur seule fonction de protecteurs de l'homme contre les attaques venues du monde extérieur, mais encore dans celle de bornes posées par l'identité et la volonté de l'individu19.

  • 20 Lib., II, 32 : εἶπον ὅτι τοῖς περὶ τήν γῆν πονοῦσιν ἦν και κιβώτια πάλαι καὶ ἐσθὴς και μετὰ προικò (...)

12Il n'y a pas que l'ἱμάτιον et le χιτών qui s'associent aux paysans. J'ai dit qu'avant, écrit Libanios, ceux qui travaillaient la terre possédaient des coffres et des vêtements et les mariages étaient accompagnés des dots20. Les paysans se trouvent ici en connexion avec le vocable ἐσθής. Or, on a vu que ce dernier connote des situations plutôt malsaines et décriées de l'orateur. Attribuée à des gens détestés, l'ἐσθής est le produit d'activités moralement contestées. Ici, aussi bien l'ἐσθής que ses associations – coffres, statères, signes de richesse superflue et éphémère – se voient attribuées à des paysans, dont elles caractérisent l'ancienne aisance. Mais les paysans ne sont pas des gens malhonnêtes. L'ἐσθής, comme signe visible et extérieur de richesse, témoigne de leur aisance. Une lecture probable de ce passage est aussi de considérer l'ἐσθής comme un bien que l'on acquiert en dernier, quand on devient ou qu'on est déjà très riche. En ce sens, l'ἐσθής intervient ici pour souligner l'ancienne aisance et stigmatiser encore davantage les erreurs de ceux – dont l'Empereur – qui ont provoqué la ruine des paysans. Indépendamment de l'utilisation discursive de l'ἐσθής, dans ce passage, elle reçoit l'aval de la morale libanienne parce qu'associée à des gens honnêtes, qui l'ont acquise en exerçant le bon travail de l'agriculture.

Notes

1 L, 28 et 29. Voir aussi LVII, 14, avec citation de trois pièces d'habillement : le λινός est porté en premier, ensuite le χιτών et en dernier la χλαμύς.

2 On peut se référer aux dessins qui accompagnaient le texte de la Topographie chrétienne de Cosmas Indicopleustès. En effet, cette œuvre, composée entre 547 et 549 par quelqu'un qui connaissait bien les régions qui nous occupent, nous est parvenue avec des illustrations que la critique littéraire rattache directement aux dessins faits par l'auteur lui-même (voir l'introduction de W. Wolska-Conus dans l'édition de la collection des Sources Chrétiennes, Paris 1968, p. 158 s.). Dans l'ensemble de ces dessins, on peut facilement distinguer ceux qui représentent des bergers, toujours vêtus de peaux de bête. Voir les fig. I, 13 et 14 (Abel, pasteur de brebis) ou I, 21 et 22 (Moïse). La dernière donne deux scènes de la vie de Moïse : l'une, en gardien de moutons vêtu de peaux de bête : l'autre, devant le buisson ardent ou recevant les Dix commandements, vêtu d'un manteau.
Image
Fig. 14 - La "garde-robe" de Moïse

3 Sur ce sujet : Y. Deslandres, Le costume image de l'homme, Paris 1976.

4 CTh., XIV, 10, 1.

5 Les vocables sont cités d'après la densité de leur fréquence dans le texte. Ainsi ἐσθής est le plus fréquemment utilisé avec 13 occurrences ; 5 occurrences pour χιτωνίσκος ; 4 pour ἱμάτιον ; 3 pour χλαμύς et χιτών ; 1 pour λινός et υπόδημα.

6 Lib., IV, 28.

7 Lib., LII, 14.

8 Voir supra, p. 122, à propos des énumérations en général.

9 Lib., XXVIII, 23.

10 Voir note précédente et LXII, 9 : lui, il avait le manteau et eux le pouvoir.

11 Lib., XLV, 3 ; LXIV, 39. On humilie un danseur en déchirant son manteau, ou en lui tapant sur la tête. Une nouvelle fonction du vêtement apparaît, à côté des trois - protection, pudeur, parure - qu'ont reconnues jusqu'à présent les spécialistes, à commencer par Th. Carlyle, Sartor Resartus, Londres 1833. Voir M.-A. Descamps, Le nu et le vêtement, Paris 1972, p. 73 s.

12 Lib., XLV, 18 : Beaucoup de procès à propos d'affaires minimes... (il est question de) trente statères ou de vingt, ou d'un plèthre. ou d'un esclave, d'un chameau, d'un âne, d'une χλαμύς, d'un χιτών et d'autres biens, beaucoup plus minimes que ceux-ci.

13 En tout cas, le passage en question peut être mis en rapport direct avec les témoignages des évangélistes : Mat., XXVII, 35 ; LC., XXVII, 34 ; JN., XIX, 24 ; MC., XV, 24 - sur le partage entre soldats des habits du Christ, juste après sa crucifixion.

14 Lib., XXX, 12 ; LII, 16 ; LVI, 6 ; LXIV, 39.

15 Lib., XLVII, 8, trad. L. Harmand.

16 Lib., LII, 19.

17 Selon l'expression de R. Barthes, L'effet du réel, Littérature et réalité, Paris 1982, p. 82.

18 Lib., II, 32 : τῶν μέχρι τῶν ιματίων σωφρόνων.

19 Cf. Μ.-Α. Descamps, Le costume image de l'homme, op. cit., p. 21. La carapace du crabe, la coquille de l'escargot sont leur protection naturelle. L'homme ayant mis ses os à l'intérieur, est habillé de matières molles. En s'habillant, il trahit cette obsession : il se comporte comme une tortue, qui, renonçant à l'attaque, vise à la seule protection.

20 Lib., II, 32 : εἶπον ὅτι τοῖς περὶ τήν γῆν πονοῦσιν ἦν και κιβώτια πάλαι καὶ ἐσθὴς και μετὰ προικòς οί γάμοι.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6113/img-1.jpg
Fichier image/, 132k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter