Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Troisième partie. Les hommes

Chapitre quatrième. Des patrons et des clients

Texte intégral

  • 1 P. Brown, La société et le sacré, op. cit., le considère comme une nécessité ; voir supra p. 201.
  • 2 Lib., LV, 15 ou XLVII, 13. Cf. L. Harmand, Libanius. Sur les patronages, op. cit., p. 186 ou P. Pe (...)

1Il importe moins d'essayer de dégager de l'œuvre de Libanios des éléments utiles à l'esquisse d'une histoire socio-juridique des rapports noués autour de la production rurale que de parvenir à discerner les représentations mentales que se faisait le sophiste des réalités de son temps. Le patronage des communautés rurales en était une1. Libanios lui-même avait des paysans à son service et patronait des communautés villageoises2. C'est un fait ; il reste à voir comment il concevait ce rôle de patron et quelles fonctions il lui attribuait. Les lignes qui suivent visent à mettre au clair les syntagmes libaniens qui ont pour objet les attitudes des patrons et, plus généralement, de tous ceux qui étaient étrangers au monde paysan : citadins, militaires, gouverneurs, etc.

TABLEAU ΧII - Les comportements des étrangers à l'égard des paysans.

  • 3 Le paragraphe au sein duquel la référence à l'étranger se fait est pris comme unité de base. Il ne (...)
  • 4 L'enjeu du conflit n'est pas connu, sinon qu'il concerne l'ordre moral ; Lib., LII, 42 et LVIII, 8
  • 5 Cf. Lib., XXX, 55 ; XXXIX, 10 ; XLV, 5 ; XLVII, 22.

2Une approche statistique des données relatives à l'identité socio-politique des étrangers au monde paysan (patrons, citadins, soldats, moines et autres) permet de relever 21 fois la présence du pouvoir central sous toutes ses formes : gouverneurs, agents civils et militaires, percepteurs d'impôt, Empereur. En seconde position viennent les représentants de l'aristocratie locale (Libanios, curiales) avec six occurrences3. Nous comptons cinq références aux moines, une à des brigands, une au roi des Perses, deux à des adversaires de Libanios4. Une quantité importante d'énoncés reste par ailleurs indéfinissable : il s'agit des patrons, dont une caractéristique commune semble être le fait d'habiter en ville. Il n'y a pas de précision quant à leur appartenance sociale ni à leurs positions politiques5.

  • 6 En principe curiales ou soupçonnés de l'être ; cf. Lib., LV, 11 ou LVIII, 8.

3Les apports de la statistique ne semblent pas conduire à des conclusions de grande importance, à une exception près, qui ne manque pas d'intérêt. Il s'agit du rapport entre les 21 citations d'agents du pouvoir impérial, dans leurs relations avec les paysans, et les six occurrences de puissants locaux. Manifestement, Libanios parle beaucoup plus fréquemment des premiers que des seconds. L'intervention dans les affaires rurales des émissaires impériaux, politiques ou militaires, ou même des soldats, suscite beaucoup plus de remarques chez notre orateur que ne le font ses propres interventions ou celles de personnages susceptibles de partager ses options et ses intérêts6. La portée de cette constatation commence à se concrétiser si l'on prend en compte les comportements attribués à chacun et les fonctions que remplit l'énoncé-pôle dans le déroulement du discours.

  • 7 Lib, I, 267 ; J. Martin et P. Petit, commentant l'édition de ce discours (CUF) notent p. 197 : Il (...)

4À une exception près, les gens liés d'une façon ou d'une autre au pouvoir impérial sont censés adopter des positions et des attitudes dures et parfois même belliqueuses à l'égard de la paysannerie. Toutefois, il faut mettre à part un gouverneur, dont l'identité n'est pas connue, qui vient à Antioche en 387-388 remplacer un Consulaire de Syrie avec lequel Libanios entretenait de très mauvaises relations7. Ils deviennent bons amis : Libanios est très élogieux sur le compte du nouveau venu. Ce dernier a su permettre à l'orateur officiel de la ville de prononcer ses discours devant lui suivant l'ancienne coutume. En outre, il s'agissait d'un homme qui savait rendre justice, clément et surtout dépourvu d'autoritarisme. Il a été très aimé des individus et des familles, de la ville et de la province, de la Curie et du peuple, ainsi que de ceux qui travaillent la terre. Libanios nous livre à son propos un portrait du bon gouverneur : respectueux des anciennes coutumes, il les met en œuvre, contrairement à son prédécesseur ; il admire la rhétorique libanienne ; il s'abstient de recourir aux armes ; il sait montrer ses bonnes intentions ; il a réussi à satisfaire tout le monde et à se faire aimer de groupes d'hommes aux aspirations et aux besoins divers, voire même parfois contradictoires et opposés. L'amitié que Libanios avait nouée avec ce fonctionnaire pourrait facilement expliquer le comportement exceptionnellement positif qu'il lui attribue vis à vis des campagnards. En outre, cet éloge du nouveau gouverneur se devait d'être très fortement appuyé, afin d'accentuer les défauts prêtés au précédent. Les groupes énumérés viennent en quelque sorte témoigner à l'appui des propos de Libanios.

  • 8 Lib., XXIV, 40. Le discours Sur la vengeance de Julien est rédigé vers 379.
  • 9 N'oublions pas que le discours est écrit sous le coup des invasions gothiques et de la défaite rom (...)
  • 10 Ce discours jugé très dur n'a pas dû faire l'objet d'une lecture devant un vaste public. Cf. P. Pe (...)

5Dans un autre passage, Libanios s'adresse à l'Empereur et lui recommande de commencer à créer les conditions préalables au bon fonctionnement de la vie sociale8. La conséquence en serait de voir la Thrace cultivée, le passage des Thermopyles ouvert...9. Qui faut-il ici ranger dans la colonne des étrangers ? – L'Empereur ou Libanios, comme énonciateur d'un conseil, d'une réflexion qu'il aurait mise en œuvre s'il avait eu le pouvoir ? La question n'a pas tellement d'importance. Si Libanios se cache sous un masque de conseiller, il accuse en réalité le pouvoir central de négligence et de mauvaise foi10. Le cas présente bien des parentés avec certains passages discours LIX, Éloge de Constance et de Constant. La nature de celui-ci, prononcé publiquement à Nicomédie, ne permettait cependant pas au jeune orateur d'accuser ouvertement les Empereurs. On peut d'ailleurs supposer que la formation de ses convictions politiques n'était pas encore achevée alors, ni solide. Placé sous la tutelle impériale, il ne connaissait pas bien les conflits qui opposaient forces nouvelles et anciennes, ni ne pouvait évidemment prendre partie. La fréquentation de la Curie d'Antioche, cette métropole de l'hellénisme, allait lui rendre les enjeux mieux perceptibles.

  • 11 Lib., II, 31 ou XVII, 27 : βορά.
  • 12 Lib., XXVII, 6 : χείρων ; XXVII, 14-15 : ἠδίκεις, οὐκ ἠγανάκτεις, ἀναγκάζειν ; L, 16 : παίοντες.
  • 13 Lib., XXVII, 14 ; XLVII, 5 ; L, 27-29.
  • 14 Lib., L, 29 ; XLVII, 5 ; II, 31.

6Partout ailleurs, Libanios présente les percepteurs en train d'opprimer (πιέζεσθαι) les paysans ; à cause du fisc, les champs sont vides, les paysans fuient, il n'y a plus de culture11. Le gouverneur Ikarios n'entre pas directement au contact des ruraux ; il y a des soldats pour appliquer ses ordres. Libanios ne manque pas de commenter ces décisions qui relèvent d'un caractère méchant, immoral, injuste, cruel12. Les soldats, tant ceux qui sont stationnés en ville que ceux qui sont installés dans la campagne, entretiennent, eux, des relations plus fréquentes avec les paysans. Dans ces rapports, selon Libanios, les seconds tiennent la plupart du temps le rôle des victimes. Les soldats les battent, les volent, s'emparent de leurs vêtements13. Tous ces actes ont un dénominateur et un stimulus communs : l'avidité (πλεονεξία). Libanios en dénonce parfois explicitement les conséquences : la cité est mal approvisionnée ; les lois ne sont pas respectées ; les champs sont désertés14. Une part de responsabilité, dans la méfiance qui s'instaure au sein du corps social, incombe donc aux représentants du pouvoir central. Libanios se garde d'incriminer directement l'Empereur lui-même. Celui-ci occupe en effet une double place dans l'idéologie libanienne, comme on le voit par ces plaintes de l'orateur qui accuse les émissaires impériaux. Arbitre entre les factions en conflit, il se trouve en même temps caché derrière l'une d'elles ; il a seul le pouvoir et la responsabilité – on le voit clairement dans le discours XXX, Sur les temples – de rétablir l'ordre social, que perturbe le comportement et la politique de ses propres émissaires.

  • 15 Lib., XVIII, 289 (Épitaphios de Julien, rédigé en 365).
  • 16 Voir le discours LVII, où Libanios fait l'éloge de la fonction du pédagogue.

7Il arrive cependant que la politique impériale soit parfois directement mise en cause. On vend la maison, les esclaves, la nourrice et le pédagogue, les tombes ancestrales ; il y a partout de la pauvreté et des larmes. Les γεωργοί pensent qu'il vaut mieux mendier que cultiver la terre. Celui qui est capable de donner aujourd'hui, demain, il aura besoin de quelqu'un d'autre15. Libanios décrit en ces termes, dans le discours XVIII, la situation qui a suivi la mort de Julien. Les nouvelles têtes de l'Empire sont responsables de l'instabilité qui règne dans la société. On comprend qu'il est surtout question de vieilles familles qui se voient ruinées. Elles vendent leurs blasons (maison, tombes des ancêtres, main-d'œuvre) et même leurs serviteurs les plus intimes, les compagnons de la première enfance, comme la nourrice et le pédagogue16. Les paysans, qui exercent peut-être l'un des métiers les plus anciens et les plus nobles, sont aussi victimes de cette instabilité socio-économique ; ils abandonnent leur occupation productive pour passer à la charge d'autrui. On assiste à un bouleversement complet des rapports sociaux, ce que Libanios énonce en termes économiques (πωλεῖται). Les changements induits au plan des mentalités apparaissent avec force.

  • 17 Cf. supra, p. 188.

XVIII, 289 : présentation schématique.
Note17

  • 18 P. Petit, Recherches sur la diffusion, loc. cit., p. 499. Contrairement à l'Éloge de Constance et (...)
  • 19 Lib., XLIX, 8. Sur les circonstances de la publication du discours, voir R. Pack, Studies in Liban (...)
  • 20 Plus exactement, le discours a pour destinataire Théodose mais on doute qu'il ait été vraiment exp (...)
  • 21 Cf. supra, p. 118. P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 94 s., discute sur les bi (...)

8L'Empereur est ainsi tenu pour l'un des responsables des malheurs du temps. On pense généralement que ce discours XVIII n'a jamais été lu publiquement du vivant de Libanios18. Si celui-ci se montre très critique à l'égard du pouvoir impérial, il n'oublie pas de rendre hommage à l'œuvre de la Curie et à sa politique rurale. Au discours XLIX, Pour les Curies, il oublie pourtant d'être précis : δι’ ἡμῶν τἀν τῇ πάλει, δι’ ἡμῶν τἀν τοῖς ἀγροῖς, δι’ ἡμῶν τὰ μείζω, δι’ ἡμῶν τὰ ἐλάττω19. L'orateur plaide alors en faveur de l'assemblée antiochienne devant Théodose20, se plaignant du démembrement du conseil municipal qui a énormément d'affaires à régler, grandes et petites, en ville et à la campagne. En réalité, le passage ne nous apprend rien sur le comportement de la Curie vis-à-vis des paysans. Le reste du discours ne comporte pas non plus d'indications relatives à son attitude, comme instance politique constituée, à l'endroit de ces derniers. De fait, elle n'administre pas directement les biens fonds qui lui appartiennent. Ce sont les curiales, ou d'autres fermiers extérieurs à la Curie, qui se chargent de leur exploitation et versent un vectigal à la caisse municipale21.

  • 22 Lib., XLII, 7.
  • 23 Lib., XI, 68 ; cf. supra, p. 117.

9Si le témoignage de Libanios ne permet pas à lui seul d'étudier la politique agraire de la Curie, on peut parfaitement examiner les attitudes des curiales qui, à titre privé, exploitent ou patronnent le travail des agriculteurs. Il est remarquable que rien ne distingue les membres de la Curie parmi les patrons ruraux. On remarque cependant que, quand une telle appartenance est assurée, Libanios approuve le comportement patronal. Thalassios, un grand ami de l'orateur, a évergétisé les travailleurs de ses terres22. Les fondateurs d'Antioche, archétypes de la classe curiale23, gagnaient leur vie par le travail agricole.

  • 24 Lib., XXXIX, 10 ; XLV, 25.
  • 25 Lib., XLV, 5.

10Comme on l'a déjà mentionné, l'identité sociale d'un nombre important de patrons n'est pas définie. Ils sont surtout désignés comme δεσπόται. En général riches, ils ne sont ni militaires, ni hommes de religion, et ils doivent habiter en ville24. Il y a donc de fortes chances pour que certains d'entre eux appartiennent bien à l'ordre curial. Or, Libanios ne leur attribue pas à tous des attitudes identiques. Certains se montrent arrogants et durs ; statistiquement, ce sont les plus nombreux dans le texte libanien. De fait, les termes que Libanios utilise pour décrire l'oppression exercée par ces δεσπόται sont les mêmes que pour les fonctionnaires exacteurs (πιέζεσθαι). Il y en a qui battent les paysans ou qui les maltaitent. Ils entrent parfois en complicité avec des militaires : Si les paysans n'approuvent pas l'avidité, il suffit d'un mot et un soldat arrive au champ, les enchaîne et les emprisonne25. Ici aussi, les actes sont commandés par l'avidité (πλεονεξία) ; Libanios les caractérise même comme cruels (ὠμότης).

  • 26 J. Gaudemet, L'église dans l'Empire romain, Paris 1958, p. 513 ; aussi Cl. Lepelley, Les limites d (...)

11Il ne faudrait donc pas procéder à une classification des patrons d'après leurs options politiques, mais d'après leur comportement à l'égard des paysans, selon que Libanios le juge positif ou négatif. Apparemment, la réalité se présente très diversifiée. Il y a des fonctionnaires favorablement disposés vis-à-vis des paysans ; il y en a qui ne le sont pas. Il y a des curiales ou d'autres citadins qui adoptent une conduite positive à leur égard ; il y en a qui se montrent leurs pires ennemis. L'origine commune de deux personnes ne présage pas obligatoirement une attitude forcément identique. On sait par ailleurs que, malgré les divergences entre païens et chrétiens, curiales et émissaires impériaux, un code moral préexistait, que tous partageaient dans ses grandes lignes. Il n'a pas fallu, par exemple, attendre l'arrivée du christianisme pour procéder à des transformations dans la législation en faveur des plus démunis. D'ailleurs, il est notoire que, malgré son adoption comme religion d'État, les attributs de la nouvelle doctrine n'avaient pas été automatiquement admis dans les diverses expressions du pouvoir impérial ou municipal26.

  • 27 Lib., XLVII, 22. Voici la traduction de l'énoncé plus littéraire par L. Harmand, op. cit., p. 37 : (...)
  • 28 La phrase d'Ikarios est rapportée dans le texte de Libanios en discourt direct. Notons au passage (...)
  • 29 Cf. supra, p. 176.

12Si Libanios se fâche contre Ikarios à cause de sa déclaration : Les paysans sont haïs par les dieux, il ne se prive pas lui-même de les désigner comme ceux qui vivent de la terre, loin des villes et en compagnie des bœufs. L'expression se trouve dans un passage polémique, gros de reproches adressés aux paysans, où ceux-ci sont, entre autres, textuellement opposés à leurs κύριοι27. Libanios et Ikarios28 usent tous deux des démonstratifs ούτοι ou τοιούτοι, révélateurs de leur commun mépris. L'un les place au dernier degré de l'échelle sociale – en compagnie des bêtes (βουσὶ συζῶσιν), loin des villes et de la civilisation ; l'autre les considère, nous rapporte Libanios, comme des êtres inférieurs et haïs des dieux. Pour l'un et pour l'autre, les paysans dépendent de forces surhumaines : les dieux et le statut social. On peut même dire plus : les dieux d'Ikarios détestent des paysans chassés par la famine et qui ont cherché refuge en ville. ; il ne s'agit donc que d'une situation passagère, particulière et transitoire. En revanche, Libanios exprime son opinion générale sur la vie et le statut des paysans ; son appréciation porte sur la longue durée ; il ne s'agit pas d'une observation ponctuelle. En ce sens, on relève chez l'orateur une contradiction singulière : tandis qu'il reproche à autrui d'avoir médit des paysans en une circonstance particulière, il a décrié quant à lui la condition paysane elle-même29.

  • 30 Y compris les moines.
  • 31 Lib., L, 16. Les accusations lancées contre les moines sont aussi accompagnées par la citation des (...)

13L'appartenance socio-politique n'implique pas de conduite déterminée à l'égard des campagnards. Les membres de la classe dominante30 peuvent agir au mieux ou au pire des intérêts paysans, semble-t-il. Pourtant, il y a peut-être lieu de souligner quelques subtilités du discours libanien, lorsqu'il énonce la répression exercée par des hommes du pouvoir impérial ou par des notables locaux. On remarque en effet que, pour critiquer les mauvais comportements en général, Libanios n'en sait pas moins différencier et, en quelque sorte, valoriser le comportement de chacun. En ce sens, son discours peut trahir des intentions particulières. Ainsi, lorsqu'il accuse les agents du pouvoir central, le plus souvent, il ne se contente pas d'évoquer leur conduite ou de décrire leur mauvais caractère. Il en cite aussi les conséquences pour les paysans (champs déserts) et l'effet induit chez les citadins (mauvais approvisionnement du marché). Il pense aussi à des suites plus générales (non respect des lois)31. Or, lorsqu'il s'agit de faire part à ses lecteurs de l'agacement que lui inspire le comportement indigne des notables locaux, Libanios se borne à relater les faits ou à relever quelques traits de caractère, sans entrer dans les effets qu'ils suscitent.

  • 32 Dans la mesure où ces δεσπόται sont des puissants locaux, leur appartenance socio-politique n'étan (...)
  • 33 Cf. le commentaire du passage par R. Pack, Studies in Libanius, op. cit., p. 102.
  • 34 Όλίγαι συλλαβαί = quelques syllabes : expression utilisée au XXXIII, 34 et LVII, 35. Elle désigne (...)
  • 35 Selon R. Pack, Studies in Libanius, op. cit., p. 103, στρατιώτης avait à cette époque un sens asse (...)

14Un passage du discours Sur les prisons (XLV, 5) est significatif à cet égard. On y voit des paysans désapprouver l'avidité de leurs patrons (δεσπόται) cruels32. Il suffit d'un mot pour que le soldat vienne avec des chaînes et la prison d'accueillir les malheureux paysans enchaînés33. Certes, les δεσπόται sont péjorativement colorés par des syntagmes tels que ὠμότης, πλεονεξία, ὀλίγαι συλλαβαί34. Leurs intentions malveillantes ne peuvent cependant pas se réaliser sans l'appui et la complicité de satellites du pouvoir central35. En définitive, un δεσπότης ne peut agir que sur le groupe des paysans qui sont à son service. En revanche, la politique et le comportement d'un représentant de l'Empereur se font sentir sur l'ensemble de la population paysanne, sur le corps social tout entier et sur les institutions.

15Pour en revenir aux propos tenus par Libanios et Ikarios, on remarquera qu'en dépit des similitudes repérées plus haut, Ikarios est accusé de ne pas avoir secouru les paysans cherchant refuge en ville. Il pouvait et devait le faire, selon Libanios, contribuant ainsi au bon fonctionnement des rapports sociaux. En revanche lorsqu'il associe lui-même paysans, bêtes et travail agricole, l'orateur se conforme simplement aux réalités du ive siècle. On a vu combien il était difficile et illicite de passer d'un statut social à un autre. En ce sens, la part des responsabilités de Libanios se réduit. Il ne pouvait pas quant à lui renverser le statu quo social.

  • 36 Déjà L. Harmand, Libanius. Sur les patronages, op. cit., p. 172, notait : À nous en tenir au seul (...)
  • 37 Voir A. Chastagnol, op. cit., p. 298 s. Cf. aussi les travaux de Cl. Lepelley, Les cités de l'Afri (...)
  • 38 Les vues de Libanios ne semblent pas correspondre à la réalité : A. Chastagnol, op. cit., p. 298 ; (...)
  • 39 Sur la fiscalité du Bas-Empire, voir A. chastagnol, Problèmes fiscaux du Bas-Empire, Point de vue (...)
  • 40 Lib., XXX, 15.
  • 41 Lib., XLVII, 5. Sur l'interprétation des rapports entre curiales et paysans présentés dans ce disc (...)

16Nous avons vu jusque-là les notables locaux comme oppresseurs des populations paysannes. Certains textes de Libanios donnent cependant une image renversée des rapports entre ces puissants et les paysans. Il s'agit surtout du discours XLVII, Sur les patronages, où nous sont rapportés des faits extraordinaires ; des curiales sont même lapidés par des paysans. Se pose donc en premier lieu la question de savoir quelle image correspond le mieux à la réalité. C'est un problème complexe, moins à cause de la disparité des renseignements disponibles, qu'en raison de la multitude des cas que l'on peut distinguer. Ceux que l'on désigne généralement du terme puissants (potentes, δεσπόται) ne forment pas un groupe homogène. De même, la paysannerie n'était pas tout entière caractérisée par un seul statut social, économique et juridique. Chaque cas rapporté par la documentation doit être par conséquent étudié à part36. On sait ainsi que le terme curiales englobe plusieurs catégories d'hommes. Il y avait des principales ou πρῶτοι, qui possédaient une grande fortune, mais certains autres disposaient de ressources moins importantes et même modestes. Les premiers, en dépit de la prétendue crise des cités au Bas-Empire, continuaient à mener le même rythme de vie, ne se privant de rien, abusant même de leur puissance37. Les seconds étaient contraints d'assumer des charges, les munera, considérées comme lourdes par rapport à leur fortune. Libanios prend souvent leur défense. D'après lui, la politique impériale les conduit à la ruine : ils n'ont plus de quoi payer leurs obligations ; ils abandonnent leurs tâches38. Un des munera les plus importants consistait en la perception des impôts chez les populations rurales39. À ce titre, ils ont dû se trouver face à des paysans qui refusaient de payer. Ces paysans, tantôt présentés comme soumis, ayant même peur de regarder le manteau du percepteur40, apparaissent ailleurs comme des rebelles qui lapident les émissaires du fisc, tels ceux du discours XLVII, Sur les patronages41. Les curiales-percepteurs se trouvent ici en butte à l'agressivité des paysans, quand d'autres sources témoignent du contraire.

  • 42 De paenitentia, 2. Voir Cl. lepelley, loc. cit., p. 148.
  • 43 Lettres, II, 42 et 43, datées de 446 et 447.
  • 44 Du gouvernement de Dieu, V, 17-18.
  • 45 CTh, XI, 16, 3 et 4, émises par Constantin en 324 et 328 respectivement ; CTh, XII, 6, 22, émise p (...)
  • 46 Jean Chrysostome, De paenit., 2 : Qu'y a-t-il de pire qu'un collecteur d'impôts ? Voir aussi notes (...)
  • 47 Lib., XVII, 27 ; II, 31-32 ou XXXIII, 32.
  • 48 Cf. supra p. 50. Voir aussi J.-M. Carrié, Patronages et propriétés militaires au ive siècle, BCH 1 (...)
  • 49 Cl. Lepelley, Quot curiales tot tyranni, loc. cit., p. 156.

17C. Lepelley a récemment mis en rapport des textes de Jean Chrysostome42, de Théodoret de Cyr43, quelques extraits du Gaulois Salvien44 et des lois émises par Constantin, Théodose et Honorius45. Contrairement à l'avis que Libanios exprime dans son discours XLVII, Sur les patronages, les curiales n'étaient pas perdants dans la collecte des impôts. Devenus le fléau des contribuables46, ils arrivaient à en tirer des avantages pour leur propre compte. Libanios évoque aussi l'avidité des percepteurs d'impôts. À la mort de Julien, il déplore même le sort des paysans victimes des percepteurs47. D'ailleurs, dans le discours Sur les patronages, il ne fait qu'accuser le militaire-percepteur d'impôts48. S'il y a bien conflit entre paysans et curiales en matière d'impôt, celui-ci finit par impliquer des soldats qui viennent à la rescousse des paysans et cherchent à supplanter ainsi les curiales dans leur rôle de patron rural. La protestation de l'orateur, sa dénonciation du comportement des militaires expriment les idées politiques de Libanios. L'intervention des forces impériales dans les domaines d'action propres à la municipalité, comme la perception des impôts, indispose les gestionnaires locaux49.

  • 50 Lib., XXXIII, 32 ; XXXVI, 4 ; LIX, 159.
  • 51 Voir Lib., XLVII, 7, où des paysans rebelles sont imités par d'autres.
  • 52 Lib., XXIV, 40 ; LIX, 159. A comparer aussi avec l'anti-portrait des moines : ils nuisent à la pro (...)

18Mais quels sont donc les éléments qui, d'après Libanios, caractérisent le bon patron ? Il est difficile de tracer un portrait conforme à ce que notre auteur avait en tête. Certes, il y a toujours la bienveillance, la justice, la clémence, la douceur d'un comportement fraternel ou paternel50. Ce sont là les traits caractéristiques de toute personne travaillant à la bonne marche des rapports sociaux et qui ne provoquent pas d'oppositions ou de conflits susceptibles d'ébranler tout un système51. Au-delà de ces banalités, il arrive parfois de lire chez Libanios comment on peut, inspiré par ces valeurs, contribuer au bon fonctionnement des rapports entre puissants et paysans. Ainsi l'orateur se félicite-t-il des dispositions prises par l'Empereur en faveur des paysans car l'exploitation agricole va ramener le paysan, du brigandage ou de la guerre, à ses propres travaux, pour le bénéfice de la production agricole52.

  • 53 La bibliographie serait longue à faire. Voir A. Gonzalez Blanco, Bibliographia sobre el colonado r (...)
  • 54 Lib., XXXIX, 10-11. Mixidémos est un faux nom qui sert à ne pas déclarer directement la guerre à l (...)
  • 55 Το καὶ τò κελεύουσαι. Voir note précédente.
  • 56 Ό δὲ και ἀγροίκοις ό κακοδαίμων δουλεύει. Voir note 54.

19Le puissant n'intervient pas que pour réunir les conditions nécessaires au travail des paysans. Il doit encore entretenir des rapports avec eux tout au long du cycle de leurs travaux. Il y a aussi l'étape essentielle de la mise en circulation des produits agricoles, bruts ou monnayés. Le rôle des étrangers à la communauté villageoise est ici déterminant, surtout celui du patron-individu exogène qui met en contact le monde villageois avec l'extérieur. La bibliographie contemporaine n'a pas tellement traité des fonctions précises qui incombaient au patron rural du ive siècle. On lie surtout sa présence et son rôle au système fiscal et, par extension, à l'établissement du colonat. En se fondant surtout sur les codes, on ne considère que l'aspect juridique de la question53. Des paysans cherchent à se placer sous la protection d'un grand propriétaire, voire d'un homme d'influence. La protection que celui-ci leur confère se limite-t-elle à une aide fiscale ? Cette question gagne encore en acuité au discours XXXIX, semble-t-il, avec les reproches adressés par Libanios à Mixidémos54. Les paysans ne se refusent pas à offrir à Mixidémos des quantités considérables de leurs productions, au point que Libanios les considère comme ses serviteurs. Leurs services ne sont cependant pas gratuits. De la campagne, ils lui adressent par lettres diverses requêtes55, que Mixidémos ne peut refuser. Il se met donc à leur disposition : Le malheureux se fait l'esclave des campagnards56. Rien n'est dit toutefois de la nature des services rendus par le patron.

  • 57 Voir supra p. 201.
  • 58 P. Brown, Le saint homme, p. 110 s.
  • 59 L. Harmand, Le patronat, op. cit., p. 445-446.
  • 60 G. McLean Harper, Village Administration in the Roman Province of Syria, Princeton 1928, p. 48 et (...)

20Dans le discours XLVII, Sur les patronages, on voit les patrons militaires seconder leurs clients en conflit avec les percepteurs, ou lorsque leur ancien patron les a traînés devant les tribunaux. Le moine Maésymas de l'Histoire Philothée prenait aussi le parti des paysans contre leur patron, le principalis Létoïos57. Avancer les intérêts de la communauté villageoise à l'extérieur, assurer la navette du village à l'administration, localisée au centre urbain, telles semblent bien les fonctions patronales58. L. Harmand, travaillant sur des documents épigraphiques occidentaux relatifs aux interventions administratives en faveur de collectivités publiques, remarque la présence d'un patron à l'intérieur de la communauté, qui œuvra à l'harmonisation des rapports au sein des Curies, à l'amélioration des conditions de la vie quotidienne, à l'entretien et même à la construction de bâtiments publics59. Dans la campagne antiochienne, nous n'avons pas de données explicites. On trouve des inscriptions qui commémorent l'action de certains en faveur de la vie communautaire, notamment la construction d'édifices, totale ou partielle. Il reste cependant difficile de dater celles-ci avec précision – elles vont en gros du iiie au ve siècle – et, beaucoup plus, de procéder à l'identification exacte des donateurs. Ils portent des noms grecs et latins, sans qu'on puisse assurer ou nier leur appartenance à la communauté60.

  • 61 Lib., XLVII, 22.
  • 62 L. Harmand, Libanius. Sur les patronages, op. cit., p. 176, avance un argument supplémentaire : la (...)
  • 63 Lib., XLVII, 20-21. Cf. L. Harmand, op. cit., p. 175.
  • 64 Dorénavant, et pour cette analyse discursive uniquement, on entend par patron patronus et/ou domin (...)
  • 65 Lib., XLVII, 19. Cf. L. Harmand, Libanius. Sur les patronages, op. cit., p. 36, avec annotations c (...)
  • 66 Cf. à ce propos L. Harmand, Libanius. Sur les patronages, op. cit., p. 146 s., avec renvois biblio (...)
  • 67 Lib., XLVII, 13. Voir surtout les remarques d'É. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté social (...)

21Libanios ne s'oppose pas au patronage, reprochant à Mixidémos non pas d'être patron mais de le devenir, de façon malhonnête qui plus est. Il tient le patronat pour une nécessité : il faut juger, règler la vie intérieure au sein d'un village, établir aussi des liens entre la communauté rurale et le monde extérieur, le centre urbain ou l'administration impériale61. Dans le discours XXXIX, pour désigner le patron, l'orateur emploie l'expression κύριος τών κτημάτων, ce qui correspond au dominus, soit le patron-né de la main-d'œuvre agricole. Or, l'énonciateur du discours Sur les patronages parle tantôt des maîtres des domaines, tantôt des percepteurs d'impôts, tantôt des militaires récemment investis des fonctions patronales. L. Harmand pense que Libanios considère que le dominus et le patronus remplissent les mêmes fonctions et qu'il les confond en un seul individu62. C'est une lecture possible mais certainement pas la seule. Certes, Libanios parle d'abord des mésaventures des percepteurs d'impôts et n'évoque les κύριοι τῶν κτημάτων qu'à partir du paragraphe 13, mais pour ne plus les quitter : ils constituent le véritable sujet du plaidoyer. Rappelons que le discours s'adresse à l'Empereur. Quel meilleur moyen d'éveiller l'intérêt de son auditeur pour une affaire d'ordre plutôt privé, le conflit entre les maîtres des domaines et leur main-d'œuvre ? En revanche, la perception des impôts concerne directement le fisc et l'Empereur. On pourrait aussi voir l'évocation des susceptores, au début du discours, comme une tentative pour attirer l'attention de l'Empereur et l'amener à s'identifier aux κύριοι τῶν κτημάτων. Il est d'ailleurs notoire que l'orateur antiochien conçoit le domaine rural comme une unité semblable à un État, n'acceptant pas l'intervention de l'étranger dans ses affaires63. De même qu'un Empereur n'admettrait pas l'ingérence d'un tiers dans les affaires de son État, de même un dominus ne peut tolérer la présence d'autrui dans la gestion de son domaine. C'est en tant que maître de domaine que Libanios entre en conflit avec les militaires qui viennent patronner ses dépendants. Le discours XLVII fait preuve d'une volonté d'assimiler les domini aux chefs d'État plutôt qu'aux patroni. Pourtant, si les rapports entre dominus et paysans sont juridiquement différents de ceux qui existent entre patronus et paysans, il semblerait que l'un et l'autre sont appelés à remplir, pour le bien de la communauté rurale, des fonctions semblables64. L'intervention bénéfique des patrons vient tout de suite après celle des dieux et de la nature, principalement des eaux : Il y a aussi, pour les paysans, la possibilité d'inciter les maîtres des domaines à plus d'humanité à leur égard. Ainsi, les maîtres peuvent non seulement leur remettre leurs dettes, mais aussi être généreux à leur égard. Si par hasard il était besoin dans leurs relations mutuelles d'une solution judiciaire, que ce soit le maître qui juge, à moins qu'il ne faille recourir à une juridiction suprême65. Le maître qui apparaît comme un être supérieur – on le voit associé aux dieux et aux forces naturelles – peut faire la loi entre ses protégés. Sa supériorité tient d'une part à sa culture et à ses origines, comme on l'a vu plus haut, mais aussi à ce qu'il est le principal créancier du paysan66. Il ne doit cependant pas en abuser mais adopter une conduite inspirée des principes humanitaires, surtout lorsqu'il est question d'argent. Il ne doit pas seulement accorder des délais aux paysans pour le paiement de leurs dettes mais continuer à leur prêter de l'argent. On trouve souvent, chez Libanios, cette bienveillance devant les revendications ou les sollicitations des subordonnés, qui reste toujours modérée toutefois par le sens du possible et le souci des limites. Ainsi l'orateur demande-t-il au juge de ne pas emprisonner les travailleurs juifs qui s'étaient rebellés, pour obtenir une modification de leurs conditions de vie, mais sans aller cependant jusqu'à l'acceptation des réformes demandées67. En somme, le comportement humanitaire des puissants contribue au maintien heureux du status quo social et désarme l'hostilité des paysans.

  • 68 G. Dagron, Entre village et cité, Koinonia 3, 1979, p. 52.
  • 69 Les κῶμαι. μεγάλαι de Libanios, XLVII, 4.
  • 70 Libanios nous parle des πανηγύρεις qui avaient lieu dans les bourgades des environs d'Antioche.
  • 71 J. Parisot, Les chôrévêques, Revue de l'Orient chrétien 6, 1901, p. 157 s.
  • 72 Les chôrévêques, notamment les prêtres, recrutent leurs adjoints, ne tiennent plus leur évêque au (...)

22Il faudrait cependant nuancer les fonctions que l'on a jusqu'à présent attribuées au patron. Les idées personnelles de Libanios, telles que l'orateur nous les révèle, correspondent en fait à un état théorique, plus ou moins éloigné des réalités rurales. Elles sont énoncées d'ailleurs à l'occasion de la violation des principes libaniens par des paysans ou par certains patrons, militaires surtout. Le schéma dégagé, qui relève de la déontologie politique, occulte en partie la réalité. On sait que les relations entre ville et campagne étaient diverses durant le Bas-Empire. Il y avait une multiplicité de cas, qui apparaît plus clairement lorsqu'on s'éloigne un peu de l'esprit de certains textes littéraires et même juridiques. G. Dagron a plaidé ainsi pour une histoire plus démographique et moins juridique68. En effet, à lire G. Tchalenko, on peut distinguer plusieurs types de communautés villageoises, différenciées selon l'emplacement géographique et l'éventuelle diversité des travaux et des occupations paysanes, critères révélateurs d'essor économique et de fluctuations démographiques qui se traduisent par la constitution de grands villages et de bourgades. Les sources ne reconnaissent pas que la κώμη ou le χωρίον. Elles mentionnent aussi la μητροκωμία69 qui, tout en restant dans la dépendance de la cité voisine, pouvait utiliser d'autres voies que le patron pour communiquer avec le monde extérieur. Ce contact s'établissait d'abord par des échanges commerciaux70 mais aussi grâce à des institutions récentes, telles que celle du chôrévêque. Celui-ci représente l'évêque d'une grande ville dans le territoire rural de la cité ; il a en principe son siège dans une μητροκωμία. Responsable devant l'évêque, son domaine d'action se trouve juridiquement très limité : il ne pouvait pratiquement pas agir de sa propre autorité71. On reconnaît la mainmise du centre urbain sur le territoire rural. Certains chôrévêques parvenaient pourtant à s'ériger en de véritables évêques et à agir librement72.

23Que conclure à présent des fonctions attribuées par Libanios au patron rural ? S'agit-il d'un arbitre interne à la vie du village et du médiateur d'une communauté rurale auprès de l'administration municipale ou impériale ? On peut croire qu'il n'était pas le seul à assumer de telles fonctions, s'il les exerçait en effet. La communication entre milieux urbain et rural en cette seconde moitié du ive siècle syrien, où l'on assiste à un éclatement des liens traditionnels entre la ville et son territoire, s'effectuait encore par d'autres moyens.

  • 73 Voir le passage XLVII, 19 traité plus haut : C'est aux paysans d'inciter les maîtres de domaines à (...)
  • 74 C'est le sens, entre autres, de LII, 42. Libanios adresse toute sa sympathie et son chagrin à ses (...)
  • 75 Lib., XLVII, 35, traduction L. Harmand.
  • 76 Lib., XLVII, 22.

24Le comportement des puissants est déterminé aussi par celui des paysans. L'obéissance des uns suscite chez les autres une conduite humanitaire (φιλανθρωπία)73 et même de l'affection74. On remarque que la façon dont les paysans travaillent à l'accomplissement de leurs tâches – s'ils sont lents, paresseux ou actifs au contraire – n'intervient pas dans les qualifications que Libanios leur attribue. Lorsqu'il dessine le portrait du bon paysan, il le saisit dans son rôle social et dans son comportement vis-à-vis des autres instances sociales. Le bon γεωργός est celui qui respecte son patron et, en général, l'ordre social. L'orateur se félicite d'avoir à sa dispositiondes paysans parfaitement raisonnables, prosternés devant la Fortune, en reconnaissance de tous les bienfaits qu'ils ont reçus de (lui)75. Mais au-delà des remerciements et des prosternations, il faut prouver et appliquer au quotidien ce respect : le paysan doit toujours rester sous l'égide de son patron et ne pas en chercher d'autres, ni utiliser d'autres voies ou moyens pour modifier son statut social. Libanios est très clair sur ce point : le paysan ne doit pas écarter son patron pour entrer en contact avec les autres instances sociales. Toutes ses démarches doivent toujours passer par son intermédiaire76.

  • 77 Voir supra, p. 176 ; ainsi que Lib., XL, 10 ; XVIII, 289. Toutefois ne sont précisés ni le statut (...)

25Libanios fait cependant état de paysans qui ne sont pas toujours résignés à leur dépendance socio-économique ni à l'exploitation par autrui de leur force de travail. Certains s'y opposaient, manifestant leur résistance de multiples façons, systématiques, organisées ou spontanées. Le père d'Eutropios abandonne ses tâches de cultivateur pour entrer au service domestique d'un ἄρχων77. Il s'agit là d'une forme inorganique et individuelle d'opposition au status quo socio-juridique. Par ailleurs, Libanios nous rapporte dans son discours XLVII, Sur les patronages, des mouvements organisés et systématiques. Si l'on peut douter du bien fondé de certaines accusations lancées par l'orateur contre les paysans (violence, destruction, pillages, etc.), le point central de ce discours, à savoir la concurrence entre plusieurs prétendants, curiales ou militaires, au patronage de la communauté rurale, doit bien refléter la réalité historique. Les paysans avaient en quelque sorte l'occasion de choisir entre les propositions de plusieurs patrons. Les nouvelles forces apparues en cette fin de l'Antiquité avaient provoqué l'éclatement des liens traditionnels entre la ville et son territoire. On a interprété le discours Sur les patronages comme une expression du différend entre curiales et militaires, entre anciennes et nouvelles forces visant au patronage de la communauté rurale. Il ne faudrait cependant pas minimiser l'importance des flèches dirigées par Libanios contre les paysans : ces derniers n'étaient pas toujours prêts à se contenter des services que leur assurait le patronage d'un curiale. On peut penser qu'entre plusieurs patrons ils choisissaient celui qui leur convenait le mieux. Le discours XLVII va dans ce sens : l'ordre social n'est plus respecté par les paysans qui ont voulu chercher d'autres moyens pour assurer leur liaison avec le monde extérieur.

  • 78 Voir D. De Decker, L'expression des revendications sociales dans l'Antiquité tardive, DHA 5, 1979, (...)
  • 79 J. Gagé, Les classes sociales dans l'Empire romain, Paris 1964, p. 404-411 ; E. R. Boak, Manpower (...)

26Faut-il rapprocher ou même assimiler cette opposition des paysans syriens à la hiérarchie sociale aux protestations qui se manifestaient ailleurs dans l'Empire durant l'Antiquité tardive78 ? Quand on pense aux exemples les plus connus, les Bagaudes en Gaule ou les circoncellions en Afrique du Nord, on voit que la protestation provenait surtout des milieux ruraux, de la plebs rusticana, et que, dans les grandes lignes, elle résultait de l'oppression exercée par les potentes79. Pourtant, les similitudes ne doivent pas se superposer et gommer les particularités que présente chaque cas de jacquerie. Les différents degrés du développement des forces productives, comme les singularités géophysiques de chaque région et d'autres facteurs encore, déterminent en effet d'irréductibles particularités.

  • 80 Strabon, XVI, 2. Cf. Ed. Frézouls, Cyrrhus et la Chrrhestique, ANRW, II, 8, p. 164 ; aussi J. Roug (...)
  • 81 H. Seyrig, Inscriptions grecques, n° 34, in G. Tchalenko, Villages antiques, op. cit., vol. III.
  • 82 Lib., XXXIII, 40 ; L, 26. Sur l'insécurité des campagnes : XLV, 6 ; XXXIV, 7.
  • 83 Diverses lois ont été promulguées de l'époque de Constantin, CTh, VII, 1, 1 jusqu'à l'époque de Lé (...)
  • 84 Lib., XXIV, 40. À comparer avec CTh., VII, 19, 1 et VII, 20, 7, émise en 353, où il est question d (...)

27À côté des mouvements d'opposition présentés par Libanios comme collectifs et systématiques, on peut repérer dans son œuvre des échos d'un autre type de conduite attentatoire à l'ordre social : le brigandage rural. D'autres documents nous informent en effet sur l'existence de brigands dans la campagne syrienne. Strabon qualifie ainsi la ville de Gindaros d'excellent repaire de brigands80. Une inscription datée de 342 nous fait état d'un meurtre dans une auberge81. Or, Libanios parle quant à lui de l'insécurité qui règne dans les campagnes, sur les routes et singulièrement dans les auberges : Nombreux sont les aubergistes qui collaborent avec des brigands82. L'État romain a pris des mesures répressives mais apparemment sans grand succès83. Cependant, le brigandage rural ne semble pas énormément préoccuper l'orateur d'Antioche. Pour lui, les brigands – ληστάί – sont des voleurs, des hors-la-loi, qu'on doit supprimer sans violence, en créant les conditions nécessaires à leur retour à des occupations licites. Tel est le sens de la recommandation qu'il adresse à l'Empereur : Sois secourable et tu verras la Thrace cultivée et les soldats reprendre leurs travaux84.

Notes

1 P. Brown, La société et le sacré, op. cit., le considère comme une nécessité ; voir supra p. 201.

2 Lib., LV, 15 ou XLVII, 13. Cf. L. Harmand, Libanius. Sur les patronages, op. cit., p. 186 ou P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 411 s.

3 Le paragraphe au sein duquel la référence à l'étranger se fait est pris comme unité de base. Il ne s'agit pas ici d'une approche lexicométrique, qui ne conviendrait guère à ce corpus très hétéroclite du point de vue thématique.

4 L'enjeu du conflit n'est pas connu, sinon qu'il concerne l'ordre moral ; Lib., LII, 42 et LVIII, 8.

5 Cf. Lib., XXX, 55 ; XXXIX, 10 ; XLV, 5 ; XLVII, 22.

6 En principe curiales ou soupçonnés de l'être ; cf. Lib., LV, 11 ou LVIII, 8.

7 Lib, I, 267 ; J. Martin et P. Petit, commentant l'édition de ce discours (CUF) notent p. 197 : Il est rare de voir notre sophiste trouver quelque satisfaction dans ses rapports avec les autorités locales. Les mêmes auteurs avancent l'hypothèse selon laquelle le gouverneur en question devait être Timocratès ou Jullus, dont les gouvernements ne peuvent être datés avec précision. Jullus semble plus probable (les éditeurs de PLRE, I, p. 485, émettent la même hypothèse). Libanios lui adresse en effet deux lettres (n° 935 et 1038) en 392, où il lui rappelle les honneurs reçus de sa part durant son gouvernement. J. Martin et P. Petit s'étonnent de ce que l'orateur ne précise pas que Jullus était un de ses anciens élèves (cf. P. Petit, Les étudiants de Libanius, op. cit., p. 39). Si Jullus se cache effectivement sous ce titre de gouverneur, Libanios n'avait pas pourtant pas intérêt à rappeler les liens qui l'unissaient au nouveau fonctionnaire. Qu'un élève respecte et honore son ancien maître va de soi. Par conséquent, la juxtaposition d'un bon gouverneur-ancien élève à un gouverneur qui ne respectait pas Libanios ne serait pas fonctionnelle ; les auditeurs ne devaient pas se rappeler l'identité du nouveau venu.

8 Lib., XXIV, 40. Le discours Sur la vengeance de Julien est rédigé vers 379.

9 N'oublions pas que le discours est écrit sous le coup des invasions gothiques et de la défaite romaine d'Adrinople. Voir E. demougeot, La formation de l'Europe et les invasions barbares, Paris 1979, II, 1, p. 140 s.

10 Ce discours jugé très dur n'a pas dû faire l'objet d'une lecture devant un vaste public. Cf. P. Petit, Recherches sur la diffusion, loc. cit., p. 503.

11 Lib., II, 31 ou XVII, 27 : βορά.

12 Lib., XXVII, 6 : χείρων ; XXVII, 14-15 : ἠδίκεις, οὐκ ἠγανάκτεις, ἀναγκάζειν ; L, 16 : παίοντες.

13 Lib., XXVII, 14 ; XLVII, 5 ; L, 27-29.

14 Lib., L, 29 ; XLVII, 5 ; II, 31.

15 Lib., XVIII, 289 (Épitaphios de Julien, rédigé en 365).

16 Voir le discours LVII, où Libanios fait l'éloge de la fonction du pédagogue.

17 Cf. supra, p. 188.

18 P. Petit, Recherches sur la diffusion, loc. cit., p. 499. Contrairement à l'Éloge de Constance et Constant, où il se félicite de la politique impériale à l'égard des paysans.

19 Lib., XLIX, 8. Sur les circonstances de la publication du discours, voir R. Pack, Studies in Libanius, op. cit., p. 121.

20 Plus exactement, le discours a pour destinataire Théodose mais on doute qu'il ait été vraiment expédié et lu à la cour de Constantinople.

21 Cf. supra, p. 118. P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 94 s., discute sur les biens fonciers appartenant à la ville.

22 Lib., XLII, 7.

23 Lib., XI, 68 ; cf. supra, p. 117.

24 Lib., XXXIX, 10 ; XLV, 25.

25 Lib., XLV, 5.

26 J. Gaudemet, L'église dans l'Empire romain, Paris 1958, p. 513 ; aussi Cl. Lepelley, Les limites de la christianisation de l'État romain sous Constantin et ses successeurs, Christianisme et pouvoirs politiques, Centre de recherches pour l'étude des religions, Lille 1973, p. 29 et 37.

27 Lib., XLVII, 22. Voici la traduction de l'énoncé plus littéraire par L. Harmand, op. cit., p. 37 : ces travailleurs de la glèbe dont l'existence se passe loin des villes en compagnie des bœufs.

28 La phrase d'Ikarios est rapportée dans le texte de Libanios en discourt direct. Notons au passage qu'Ikarios était païen et d'origine gauloise.

29 Cf. supra, p. 176.

30 Y compris les moines.

31 Lib., L, 16. Les accusations lancées contre les moines sont aussi accompagnées par la citation des effets que leur comportement produit chez les paysans ; XXX, 9 : les moines détruisent un temple : la conséquence en est que le champ privé de son temple décline et meurt.

32 Dans la mesure où ces δεσπόται sont des puissants locaux, leur appartenance socio-politique n'étant pas définie.

33 Cf. le commentaire du passage par R. Pack, Studies in Libanius, op. cit., p. 102.

34 Όλίγαι συλλαβαί = quelques syllabes : expression utilisée au XXXIII, 34 et LVII, 35. Elle désigne un ordre bref de la part d'un puissant autoritaire, qui n'accepte pas d'être contrarié.

35 Selon R. Pack, Studies in Libanius, op. cit., p. 103, στρατιώτης avait à cette époque un sens assez large ; il désigne les sous-officiers, agentes in rebus ou notaires. Voir à ce propos A. Chastagnol, L'évolution politique, sociale et économique du monde romain, 284-363, Paris 1982, p. 202 s.

36 Déjà L. Harmand, Libanius. Sur les patronages, op. cit., p. 172, notait : À nous en tenir au seul rapport de Libanius nous n'aurions donc qu'un aperçu très fragmentaire et très partial de la situation des campagnes orientales dans la deuxième moitié du ive siècle. Il ne faut pas chercher dans le discours une étude complète et sincère du problème social tel qu'il se pose à cette époque...

37 Voir A. Chastagnol, op. cit., p. 298 s. Cf. aussi les travaux de Cl. Lepelley, Les cités de l'Afrique romaine au Bas-Empire, Paris 1979, I, p. 326 s., où il est question de la répression des campagnards par le potentat des villes nord-africaines. IDEM, Quot curiales, tot tyranni, L'image du décurion oppresseur au Bas-Empire, Crise et redressement dans les provinces européennes de l'empire (milieu du IIIe - milieu du IVe, s. ap. J.-C.), Actes du colloque de Strasbourg 1981, Strasbourg 1983, p. 154.

38 Les vues de Libanios ne semblent pas correspondre à la réalité : A. Chastagnol, op. cit., p. 298 ; Cl. Lepelley, Les cités de l'Afrique romaine, op. cit., I, p. 291-292.

39 Sur la fiscalité du Bas-Empire, voir A. chastagnol, Problèmes fiscaux du Bas-Empire, Point de vue sur la fiscalité antique, Paris 1979, p. 139. Mais les modalités de perception des impôts ont connu des changements. En général, il y avait le susceptor = percepteur, et les exactores = recouvreurs des arriérés. La tâche de ces derniers était très probablement confiée à des principales. Voir aussi A. Cerati, Caractère annonaire et assiette de l'impôt foncier au Bas-Empire, Paris 1975.

40 Lib., XXX, 15.

41 Lib., XLVII, 5. Sur l'interprétation des rapports entre curiales et paysans présentés dans ce discours, voir les commentaires, pas toujours concordants, de L. Harmand, Libanius. Sur les patronages, op. cit., p. 154 et 168, de P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 188-190 ou de Cl. Lepelley, Quot curiales tot tyranni, loc. cit., p. 147 s.

42 De paenitentia, 2. Voir Cl. lepelley, loc. cit., p. 148.

43 Lettres, II, 42 et 43, datées de 446 et 447.

44 Du gouvernement de Dieu, V, 17-18.

45 CTh, XI, 16, 3 et 4, émises par Constantin en 324 et 328 respectivement ; CTh, XII, 6, 22, émise par Théodose en 386 : Non perpetui exactores in continuata vexandorum provincialium potestate, veluti concussionum dominatione teneantur, sed per annos singulos iudiciaria sedulitate mutentur, nisi aut consuetudo civitatis, aut raritas ordinis eos per biennium esse compellat. Quod nisi factum fuerit, scias te et officium tuum non minus multa quam gravi poena esse plectendum. Aussi CTh, XI, 7, 20, émise par Honorius en 412.

46 Jean Chrysostome, De paenit., 2 : Qu'y a-t-il de pire qu'un collecteur d'impôts ? Voir aussi notes 43-45.

47 Lib., XVII, 27 ; II, 31-32 ou XXXIII, 32.

48 Cf. supra p. 50. Voir aussi J.-M. Carrié, Patronages et propriétés militaires au ive siècle, BCH 100, 1976, p. 165 s.

49 Cl. Lepelley, Quot curiales tot tyranni, loc. cit., p. 156.

50 Lib., XXXIII, 32 ; XXXVI, 4 ; LIX, 159.

51 Voir Lib., XLVII, 7, où des paysans rebelles sont imités par d'autres.

52 Lib., XXIV, 40 ; LIX, 159. A comparer aussi avec l'anti-portrait des moines : ils nuisent à la production agricole.

53 La bibliographie serait longue à faire. Voir A. Gonzalez Blanco, Bibliographia sobre el colonado romano y sus problemas, MHA 2, 1978, p. 229 s. Citons à titre indicatif les vieux articles de F. Martroye, Les patronages d'agriculteurs et de vici au vie et au ve siècles, RHD 7, 1928, p. 201 s. ; F. Thibault, Les patrocinia vicorum, VSWG 2, 1904, p. 417 s. Voir aussi la bibliographie plus récente : W. Croffart, Caput and Colonate : toward a History of Late Roman Taxation, Toronto 1974. Le patronat n'a pas fait son apparition subitement au ive siècle. Il remonte dans le temps, jusqu'à l'époque hellénistique et à la république romaine. L. Harmand, Le patronat sur les collectivités publiques des origines au Bas-Empire, Paris 1957, retrace son histoire et insiste peu sur les fonctions du patron de l'Antiquité tardive, p. 443-447, IDEM, Libanius. Sur les patronages, p. 174 s. ; J. Karayannopulos, Die Jugatio-Frage und die Bildung der Agrarbevölkerung an die Scholle, Actes du VIIe Congrès de la FIEC, Budapest 1984, p. 59, fait une mise au point du problème ; P. Brown, Le saint homme, p. 111, s'interroge hâtivement sur le rôle du patron rural.

54 Lib., XXXIX, 10-11. Mixidémos est un faux nom qui sert à ne pas déclarer directement la guerre à l'intéressé, inconnu de nous.

55 Το καὶ τò κελεύουσαι. Voir note précédente.

56 Ό δὲ και ἀγροίκοις ό κακοδαίμων δουλεύει. Voir note 54.

57 Voir supra p. 201.

58 P. Brown, Le saint homme, p. 110 s.

59 L. Harmand, Le patronat, op. cit., p. 445-446.

60 G. Mc Lean Harper, Village Administration in the Roman Province of Syria, Princeton 1928, p. 48 et 53 s.

61 Lib., XLVII, 22.

62 L. Harmand, Libanius. Sur les patronages, op. cit., p. 176, avance un argument supplémentaire : la pensée de Libanios est conforme avec celle des juristes. L'auteur remarque que certains emplois de patronus dans le Code Théodosien (V, 19, 1) sont remplacées dans le Code Justinien par dominus et considère ainsi que les deux termes sont synonymes. Ceci est fort possible. Mais a-t-on l'assurance que dans un espace de près d'un siècle et demi les réalités sociales n'ont pas connu des changements ? Les deux termes continuent à coexister mais la citation du Code Justinien que fait L. Harmand constitue-t-elle vraiment un argument décisif ? Voici le passage, CJ, XI, 51, 1 : patroni sollicitudine et domini potestate.

63 Lib., XLVII, 20-21. Cf. L. Harmand, op. cit., p. 175.

64 Dorénavant, et pour cette analyse discursive uniquement, on entend par patron patronus et/ou dominus.

65 Lib., XLVII, 19. Cf. L. Harmand, Libanius. Sur les patronages, op. cit., p. 36, avec annotations critiques du passage. Ibidem, p. 186, à propos des dieux et des eaux.

66 Cf. à ce propos L. Harmand, Libanius. Sur les patronages, op. cit., p. 146 s., avec renvois bibliographiques et citations des sources papyrologiques justifiant les propos de Libanios. Cf. aussi W. E. Heitland, Agricola, Connecticut 1970, p. 424.

67 Lib., XLVII, 13. Voir surtout les remarques d'É. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale, op. cit., p. 189 s.

68 G. Dagron, Entre village et cité, Koinonia 3, 1979, p. 52.

69 Les κῶμαι. μεγάλαι de Libanios, XLVII, 4.

70 Libanios nous parle des πανηγύρεις qui avaient lieu dans les bourgades des environs d'Antioche.

71 J. Parisot, Les chôrévêques, Revue de l'Orient chrétien 6, 1901, p. 157 s.

72 Les chôrévêques, notamment les prêtres, recrutent leurs adjoints, ne tiennent plus leur évêque au courant de l'actualité. Cf. G. Dagron, Entre village et cité, loc. cit., p. 46 s.

73 Voir le passage XLVII, 19 traité plus haut : C'est aux paysans d'inciter les maîtres de domaines à plus d'humanité.

74 C'est le sens, entre autres, de LII, 42. Libanios adresse toute sa sympathie et son chagrin à ses dépendants, fidèles coûte que coûte à leur patron.

75 Lib., XLVII, 35, traduction L. Harmand.

76 Lib., XLVII, 22.

77 Voir supra, p. 176 ; ainsi que Lib., XL, 10 ; XVIII, 289. Toutefois ne sont précisés ni le statut juridique du père d'Eutropios (colonus ingenuus ou adscripticius) ni s'il reste au service du dominus ou patronus de sa communauté d'origine ou s'il entre au service d'un autre.

78 Voir D. De Decker, L'expression des revendications sociales dans l'Antiquité tardive, DHA 5, 1979, p. 257 s.

79 J. Gagé, Les classes sociales dans l'Empire romain, Paris 1964, p. 404-411 ; E. R. Boak, Manpower Shortage and the Fall of the Roman Empire in the West, Connecticut 1955, p. 27 s.

80 Strabon, XVI, 2. Cf. Ed. Frézouls, Cyrrhus et la Chrrhestique, ANRW, II, 8, p. 164 ; aussi J. Rougé, L'Histoire Auguste et l'Isaurie au ive siècle, REA 68, 1966, p. 298 s. Surtout B. Shaw, Bandit Highlands and Lowland Peace : The Mountains of Isauria-Cilicia, JESHO 33, p. 199, passim.

81 H. Seyrig, Inscriptions grecques, n° 34, in G. Tchalenko, Villages antiques, op. cit., vol. III.

82 Lib., XXXIII, 40 ; L, 26. Sur l'insécurité des campagnes : XLV, 6 ; XXXIV, 7.

83 Diverses lois ont été promulguées de l'époque de Constantin, CTh, VII, 1, 1 jusqu'à l'époque de Léon Ier. Cf. B. Levick, Roman Colonies in Southern Asia Minor, Oxford 1967, p. 175-176. Voir CTh., VII, 18, 14-15 ; VII, 19, 1 ; VII, 20, 7 ; IX, 14, 2 ; IX, 30, 2-3 ; IX, 42, 24.

84 Lib., XXIV, 40. À comparer avec CTh., VII, 19, 1 et VII, 20, 7, émise en 353, où il est question de vétérans qui pillent les campagnes. Sur les diverses interprétations du phénomène de brigandage dans l'Empire romain, L. Flam-Zuckermann, A propos d'une inscription de Suisse (CIL, XIII, 5010) : étude du phénomène du brigandage dans l'Empire romain, Latomus 29, 2, 1970, p. 450 s. Voir aussi les remarques de M. Clavel-Lévêque à propos d'un article de P. Briant sur les brigands en Asie Achéménide et hellénistique, DHA 2, 1976, p. 259 s. Surtout E. J. Hosbsawm, Les bandits, Paris 1972.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6112/img-1.jpg
Fichier image/, 397k
Légende TABLEAU ΧII - Les comportements des étrangers à l'égard des paysans.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6112/img-2.jpg
Fichier image/, 582k
Légende XVIII, 289 : présentation schématique.Note17
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6112/img-3.jpg
Fichier image/, 92k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter