Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Troisième partie. Les hommes

Chapitre deuxième Le(s) comportement(s) au travail

Texte intégral

  • 1 G. De Montpellier, À propos de la notion de comportement en psychologie, Journal de psychologie 65 (...)

1Au sens large du langage courant, la notion de comportement évoque sans doute celle de l'action, c'est-à-dire de réalisation, de performance, aboutissant d'une manière ou d'une autre à modifier certaines relations entre l'organisme et son milieu1.

  • 2 Cf. B. F. Skinner, L'analyse expérimentale du comportement. Un essai théorique, Bruxelles 1971.

2Qui parle de comportement parle directement de l'objet de la psychologie. Watson, aux débuts de ce siècle, a proposé la relation : stimulus-réponse, pour préciser cette notion. Les débats qui opposent aujourd'hui les psychologues quant aux applications concrètes de cette théorie – ainsi dans l'apprentissage2 – débordent les limites de cette étude. Les données disponibles ne permettraient d'ailleurs pas de pousser l'enquête très loin. C'est seulement l'idée, largement acceptée, de l'interaction excitant-réaction qui constitue ici le noyau et le point de départ de la démarche méthodologique.

  • 3 Or, à côté de la culture par mots, il y a la culture par gestes. Il y a d'autres langages au monde (...)

3En fait, lors de l'examen des renseignements que les discours de Libanios donnent sur les comportements des paysans ou de leurs patrons, ces deux variables seront prises en compte. On se trouvera donc conduit à poser la question de la façon suivante : Comment une situation donnée stimule-t-elle un paysan, un citadin, ou un propriétaire foncier ? Comment ceux-ci réagissent-ils devant des conditions imposées par la réalité quotidienne ? Que peut-on lire à travers l'évocation discursive des conduites, relativement aux rapports sociaux, aux rapports entre campagnards et citadins ? Il ne s'agit-il pas d'une étude des conduites authentiques, mais bien d'une approche de la gestuelle, à partir d'un ensemble de bribes d'information de nature littéraire. On retrouve l'objectif énoncé plus haut : essayer de reconstruire et de mettre en avant les conduites sociales ; dans certains cas plus favorables, voir et analyser les gestes eux-mêmes. Ainsi pourra-t-on valoriser une pratique sémiotique qui n'est pas dépourvue de signification et qui peut se placer au même rang que les autres procédures de communication, comme le discours oral ou écrit3. Il y a d'autre part intérêt à considérer la transmission, voire l'utilisation de la pratique visuelle par le discours verbal libanien, et à s'interroger sur ce qui est dit ou non dit, présupposé ou sous-entendu.

  • 4 Travail : le mot et l'idée, Journal de Psychologie 45, 1948, p. 23.

4En 1948, L. Febvre disait qu'il faudrait définir le sens d'un mot, travail, qui menaç(ait) de recouvrir tous les hommes – et toutes les femmes – de nos sociétés contemporaines4. Dans le cas présent, on a considéré comme travail des paysans des activités diverses, telles que les tâches agricoles, la vente des produits au marché, ainsi que les corvées auxquelles le paysan est soumis.

TABLEAU IX – Le(s) comportement(s) au travail.

  • 5 I. Meyerson, Comportement, travail, expérience, œuvre, Année Psychologique 50, 1951, p. 77.
  • 6 K. Marx, Le Capital, Paris (Éd. Sociales) 1977, p. 186 s. Pour d'autres approches de la question, (...)

5Il reste à rappeler que par comportement on n'entend pas un mouvement quelconque, mais la conduite systématique et organisée d'un individu ou d'un groupe d'individus5. Dans ce sens, nous pouvons examiner le travail en tant qu'une conduite d'hommes ayant comme but la production d'objets et de valeurs : elle apparaît dans la colonne des réponses. Mais par-delà, cette conduite productrice d'objets et de valeurs est une activité soumise aux contraintes de la nature et du milieu socio-économique6. Lorsqu'ils sont citées explicitement par Libanios, ces facteurs sont classées sous la rubrique Stimulus. Dans ce sens et en tant que comportement, le travail devrait être abordé à l'aide d'une démarche psychosociologique, et dans la perspective d'une analyse sociale.

  • 7 Voir supra, p. 51 s. La vie paysanne était souvent utilisée comme source de métaphores. Dans les H (...)
  • 8 II, 68 ou XXV, 38.
  • 9 XXXV, 26.
  • 10 XI, 19-22. Voir supra, p. 151.
  • 11 On ne revient pas ici aux hypothèses émises à propos de l'Antiochikos et de son fonctionnement (vo (...)

6On voit donc les paysans s'occuper de la terre, ce qui n'est ni nouveau, ni étrange. Leur comportement n'est pas uniforme ni toujours semblable. Dans un premier groupe d'énoncés, on voit le langage libanien saisir et décrire les paysans au moment du labourage, des semailles, lors de scènes pittoresques, gaillardes ou tristes. Il s'agit surtout des énoncés où les paysans interviennent métaphoriquement7. Le travail agricole est présenté comme dur et comportant de nombreux risques. Les paysans sont amenés à affronter des conditions climatiques ou naturelles qui ne leur sont pas toujours favorables. Ainsi se trouvent-ils accablés par des forces qui dépassent leur puissance. La prière pour un avenir meilleur et la lamentation sur le mauvais sort présent constituent leurs réactions8. Leur vie est déterminée et remplie par le πόνος agricole. Le paysan, comme le pugiliste, le rhéteur ou le marin, aime à se reposer ou à paresser9, mais la loi naturelle et universelle oblige les uns et les autres à travailler pour ne pas avoir faim. Les occupations agricoles sont caractérisées comme pénibles et demandant effort, sauf en Antiochène. Dans l'Antiochikos, en effet, les paysans apparaissent exerçer un travail aisé, tandis que les conditions naturelles ne font que leur faciliter la tâche10. Le passage ne manque pas cependant de présenter bien des contradictions. À côté des informations qu'il nous livre sur l'approvisionnement d'Antioche en vivres, pour éloigner les famines, on voit donc les paysans labourer sans peine. Les deux éléments se trouvent en désaccord avec les réalités que rapporte une multitude de sources parallèles, y compris les discours de Libanios11.

7Parallèlement à ce groupe d'énoncés qui présentent le paysan remplissant sa tâche ou bien avec ardeur, ou bien avec amertume, parce que sa peine n'est pas récompensée, se forme un autre groupe. Dans celui-ci, les paysans sont impliqués dans un discours polémique et moins didactique que ne l'étaient les énoncés précédents. On trouve des paysans qui quittent leurs occupations, voire leurs obligations, ou qui s'opposent aux exigences de leurs maîtres et refusent de travailler la terre. À côté, il y en a d'autres qui acceptent dans un premier temps de remplir patiemment de lourdes tâches, voire des corvées, mais qui s'esquivent par la suite : ils évitent ainsi de se rendre en ville, puisque c'est là qu'ils sont soumis à ces corvées.

  • 12 XI, 230.
  • 13 Est-ce le sens du passage suivant ? Hist. Ph., V, 4 : ό μὲν γὰρ ἰμάτioν διδοὺς ἀντιλαμβάνει ὑπόδημ (...)
  • 14 Cf. Hist. Ph., VII, 2 : Πανήγυρις εις τὴν προειρημένην σνναγείρεται κώμην τοὺς πάντοθεν έμπóρους ἐ (...)
  • 15 Sur le commerce au détail au marché d'Antioche : LIB. XI, 213-217 et 251-259. Voir aussi les remar (...)
  • 16 Dans le discours L, Sur les corvées et au XXVII, 15 respectivement.
  • 17 ΜΑΜΑ, II, 13 : Δημητρίου κηπουροῦ ; ΜΑΜΑ, III, 41, 321, 513, 543, 544, 637, 662, 669, etc. Cf. Κ. (...)
  • 18 Voir M. Frontier, Inscriptions d'Asie Mineure, Philadelphie et Magnésie du Méandre, BCH 7, 1883, p (...)
  • 19 Nov. LXIV, datée de 538 : τῆς εὐδαίμονος ταύτης πόλες καὶ τῶν αὐτῆς προαστείων κηπουρῶν. Avec le r (...)
  • 20 En XLVII, 6, il parle des κῆποι/jardins et les associe textuellement aux villages.
  • 21 Palladios, se référant aux occupations des moines de Thébaïde différencie les travaux de la terre (...)
  • 22 Faire le commerce d'une quantité de produits peu importante implique que le paysan ne devait pas t (...)
  • 23 LIB., LXIII, 7.
  • 24 LIB., XLVII, 33.

8Or, on voit des paysans s'occuper non seulement du travail de la terre, mais aussi de la vente de leurs produits sur le marché d'Antioche. Le discours L, Sur les corvées, traite de ceux-ci. Ce n'est pas la seule source qui parle de telles activités commerciales. L'Antiochikos aussi fait état des foires qui avaient lieu dans les bourgades ou les villages de l'Antiochène12. Théodoret de Cyr en mentionne également, tenues dans les villages de Syrie. Les fouilles archéologiques ont mis en évidence des bâtiments destinés à des échanges commerciaux. Il y avait probablement troc13, mais la diffusion et l'utilisation de la monnaie est aussi un fait irréfutable14. Le discours L, Sur les corvées, porte sur la fréquentation du marché d'Antioche par des paysans qui, apparemment, ne devaient pas habiter ni travailler loin de la ville : tout laisse entendre qu'ils y arrivaient le matin pour rentrer chez eux à la tombée du jour. On est tenté de les identifier avec des habitants des environs, cultivant un lot de terre sans relever forcément du grand trafic. Ils devaient soigner la terre qui leur était assignée (à titre de propriétaire ou non), cultiver leur jardin, assurer tous les travaux agricoles nécessaires – la vallée de l'Oronte favorisait sans doute les cultures maraîchères – et aussi la vente au marché d'Antioche15. Libanios appelle γεωργοί ou οἱ ἐν τος ἀγρος ces cultivateurs qui fréquentaient le marché16. Or il existe d'autres vocables dans la langue grecque, comme κηπουρός, de κῆπος (jardin voué à la culture des légumes ou à celle des arbres fruitiers). Des inscriptions du IIe ou du début du iiie siècle témoignent de l'utilisation du ce terme en Cilicie17, ou dans d'autres régions d'Asie Mineure18. Une Novelle de Justinien19 parle de la corporation (σύστημα) des κηπουροί, qui louaient des jardins dans la banlieue de Constantinople pour les exploiter à leur propre profit : il y est question de culture de légumes et d'arbres fruitiers. La Novelle vise à régulariser les prix de location des jardins et de la vente de leurs produits au marché de la capitale. Libanios n'emploie pour sa part ni κῆπος ni κηπουρός20. Y a-t-il donc chez lui assimilation des diverses catégories agricoles sous le mot de γεωργός21 ? Des cultivateurs installés à proximité ou non du centre urbain, travaillant une parcelle de terre, grande ou petite, et approvisionnant le marché d'Antioche, sur une petite ou grande échelle, sont tous appelés et désignés par le seul terme de γεωργός. S'il y avait des petits cultivateurs qui venaient vendre l'excédent de leur récolte en ville22, l'approvisionnement d'une cité de 200 000 habitants devait être assuré en proportion, ce qui présuppose un grand nombre de surfaces cultivées. L'apport de toute la campagne, plus ou moins éloignée de la ville, était donc indispensable à l'approvisionnement de la ville. Libanios parle ailleurs23 de campagnards apportant en ville des produits agricoles à dos d'âne mais aussi de chameaux. La charge d'un chameau était considérée comme très importante24. Il est donc fort possible que Libanios assimile toutes les catégories de cultivateurs. Autrement, il faudrait penser qu'il ne tient compte que de ceux qui viennent de loin, avec une charge plus ou moins importante de produits...

  • 25 À propos des corvées (munus, ἀγγαρεία) : M. Rostowtzeff, Angariae, Klio 6, 1906 ; W. H. C. Frend, (...)
  • 26 LIB., L, 33.

9Il faut cependant noter que nous sommes renseignés sur la participation des paysans à la vie du marché d'Antioche un peu par hasard. Aussi ne savons-nous pratiquement rien de leurs comportements ni de leurs pratiques lors de l'échange. Dans le discours L, Libanios ne se préoccupe que de la dénonciation des corvées imposées aux paysans-marchands. La corvée consistait à déblayer des chantiers de constructions urbaines. L'orateur nous montre de quel cœur les paysans acceptaient de s'y soumettre25. S'ils obéissaient, faute de pouvoir faire autrement, ils obtempéraient les larmes aux yeux. Du reste, ils n'étaient pas sans réagir et évitaient désormais de se rendre au marché d'Antioche, préférant aller vendre leurs produits ailleurs26. On essaiera d'examiner un peu plus loin s'il faut voir là désobéissance et comportement d'opposition.

10Il importe pour le moment de tenter de cerner la conception libanienne du travail en général et, plus spécialement, du travail agricole.

  • 27 J.-P. Vernant, Mythe et pensée chez les grecs, II, Paris 1982, p. 16 ; N. Loraux, Ponos, Sur quelq (...)
  • 28 J.-P. Vernant, ibid., p. 16.
  • 29 Ibidem, p. 17.
  • 30 LIB., XX, 47 : τὴν γῆν ἐργάζοντα ; XXV, 8 : γὴν ἐργάζεσθαι ; XL, 10 : τὴν γῆν ἣν είργάζετο ; XLVII (...)
  • 31 Chez Jean Chrysostome, ἐργασία s'oppose à ἀργία. Mais le terme peut être utilisé pour des travaux (...)
  • 32 PG, 59, 206. Cf. L. Dalloz, op. cit., p. 57.
  • 33 N. Loraux, loc. cit., p. 172-178.

11S'il est bien connu que le grec de l'époque archaïque et classique ne possède pas de terme propre pour travail27, le mot πόνος peut y suppléer, mais il signifie aussi peine, effort pénible. Il est utilisé pour toutes les activités qui exigent un effort pénible, mais pas seulement pour les tâches productrices de valeurs socialement utiles. Dans le mythe d'Héraclès, le héros doit choisir entre une vie de plaisir et de mollesse et une vie vouée au πόνος28. Il y a aussi le verbe ἐργάζεσθαι qui sert à désigner surtout les activités agricoles et financières29. Chez Libanios, on compte six occurrences de ce verbe, intégrées dans un contexte de travail de la terre30. A chaque fois, ἐργάζεσθαι tient une place plutôt neutre, dans la mesure où il n'est utilisé que pour en décrire la réalité31. Dans les discours de Jean Chrysostome, ἐργασία et ἐργάζεσθαι peuvent se colorer en combinaison avec πόνος : Une chose est de travailler (ἐργάζεσθαι) et une autre est de peiner (πονεν). Il était un temps où l'on travaillait sans peine (ἦν τότε ἐργάζεσθαι χωρὶς πόνων)32. ’Εργασία correspond donc à travail sans nuance douloureuse, tandis que πόνος dénote le caractère pénible d'un travail. Il semble en être de même chez Libanios, bien qu'une citation aussi explicite n'ait pu être repérée. Cependant, πόνος est de loin le mot qui s'associe le plus fréquemment au paysan et au travail agricole. Son utilisation dans les discours libaniens s'inscrit dans la longue tradition d'un mot qui dénote toute activité, manuelle ou non, exigeant un effort et digne de mérite33.

  • 34 Lib., LXIV, 119.
  • 35 Lib., LIV, 17 : τῶν ὑπερ τῶν λόγςν πόνςν.
  • 36 Lib., XLIV, 4 et LI, 31 respectivement pour théâtre et tranquillité ; cf. XXXV, 26 : βελτίςν τῆς ἡ (...)
  • 37 Lib., XLI, 11.
  • 38 Lib., XXXVI, 4.
  • 39 Lib., II, 32 ; XI, 26 et 68.

12Dans ce sens, πόνος désignera non seulement le travail agricole, mais aussi l'entraînement du pugiliste34 ou de l'orateur35. Il s'oppose au théâtre (θέατρον) ou à la vie tranquille (ἠσυχία)36. L'exercice d'un travail distingue les bons éléments de la cité37. Libanios se vante d'avoir toujours eu de bonnes relations avec ces derniers38. Le travail est la seule voie pour gagner sa vie honnêtement, et même pour faire fortune. Le πόνος est en principe assorti de récompense39.

  • 40 Les syntagmes associés sont les mots ou les groupes de mots qui sont en relation de cause à effet (...)
  • 41 Lib., LV, 27, trad. A.-J. Festugière, Antioche païenne et chrétienne, op. cit., p. 439. Cf. les Co (...)
  • 42 Libanios avait comme une certaine intuition de ce que notait L. Febvre, loc. cit., p. 21 : On ne p (...)
  • 43 N. Loraux, loc. cit., p. 171.

13Le tableau X aide à mieux cerner le contenu dont s'investit le πόνος lorsqu'il désigne le travail agricole. Ainsi, on voit les syntagmes-pôles, les énoncés de πόνος ou de πονεν, s'associer40 ou s'opposer à des vocables qui racontent tout le processus de travail : Ainsi, les dieux exigent des hommes ce prix pour les biens qu'ils leur confèrent : pas d'argent, pas d'or, de la peine41. Le travail est demandé et, par conséquent, béni par les dieux. Il est nécessaire de travailler la terre à l'aide des instruments et des animaux42, de transformer la nature, de faire la récolte, qui peut parfois appartenir à un tiers (τοῖς κεκτημένοις, αὐτῷ). Toutefois, il y a toujours une récompense : πόνος apporte κέρδος, le gain : des coffres pleins, des statères, des vêtements. On voit bien que le πόνος est conçu et pensé comme un processus qui dure43. La récompense vient à la fin d'une longue démarche. Cette caractéristique suffirait pour comprendre les syntagmes antithétiques. Un paysan qui abandonne ses tâches, devenant valet d'un maître efféminé (IV, 15), s'enrichit vite. D'autres quittent l'araire pour les poignards : ils pratiquent le brigandage et acquièrent des biens rapidement (XLVIII, 35). La Fortune œuvre aussi de cette manière précipitée : par un seul coup conjoncturel, elle peut détruire tout ce que le πόνος du paysan lui avait réservé. Le πόνος occupe ainsi une place privilégiée au sein de la théorie de Libanios. On avait déjà vu, dans l'Antiochikos, la prédilection de l'orateur pour la stabilité et la permanence, son hostilité aux changements qui risquent de renverser le statu quo économique. Le πόνος représente, au regard de ceux qui peinent, comme un condensé de cette idéologie.

TABLEAU Χ – Réseau des relations de πόνος/πον- (au sens de travail agricole).

  • 44 Lib., XLII, 7 : Ils peinaient pour lui dans la culture de la terre ; XLV, 5 Ceux qui peinent dans (...)
  • 45 Voir, sur les oppositions directes et indirectes à un terme, en l'occurrence δοῦλος, ce que dit M. (...)
  • 46 Le τόκος est présenté sous un double aspect. D'une part, sa poursuite connote le comportement de g (...)

14Cependant, si le πόνος est requis par les dieux, il l'est aussi par les hommes. La terre et les outils de travail sont associés au πόνος des paysans, aussi bien que leurs patrons. Les paysans cultivent des terres pour le compte de leur propriétaires44. Si le πόνος s'associe directement à la terre, c'est aussi le cas, mais indirectement45, des possessores qui tirent profit du πόνος des paysans. Du travail des paysans résultent le τόκος et le φόρος. Dans ce sens, le πόνος contribue à la transformation de la nature et à l'élaboration des valeurs socialement utiles. Mais, d'ores et déjà, surgit un autre problème : τόκος et φόρος, soit un prélèvement qui peut s'investir sous toutes les formes, se trouvent-ils toujours associés au πόνος ? Il y a en effet prélèvement en nature et prélèvement en argent, et l'argent occupe une position antithétique au syntagme-pôle. Par extension, que dire des possessores, auxquels va le prélèvement ? Sont-ils associés ou opposés à la peine des paysans46 ?

  • 47 Lib., XLV, 5.
  • 48 Voir N. Loraux, loc. cit., p. 176 : le rapport πόνος/esclave à l'époque classique.
  • 49 Lib., XLII, 7.

15Dans un passage du discours XLV, Sur les prisons47, l'association indirecte des πονοῦντες et des κεκτημένοι peut devenir une opposition directe. Libanios dénonce la cruauté et l'avidité des seconds, qui considèrent les paysans comme des esclaves (οἰκέται)48. On aura l'occasion d'y revenir plus loin, lorsqu'il sera question du comportement des patrons. Notons au passage que les κεκτημένοι sont ici caractérisés par la πλεονεξία, et donc qu'ils s'opposent par là aux πονοντες. Ils veulent accaparer, de plus en plus, les produits de la force de travail des autres. Cette πλεονεξία relève de l'ὠμότης – de la cruauté. Les possessores, mis ici en accusation, ne respectent pas les peines ni le travail des paysans. On voit, à l'inverse, Libanios louer son ami Thalassios49 pour son respect du travail de ses ouvriers dépendants.

  • 50 Lib., XXIV, 40. Mais πόνος n'est pas cité.
  • 51 Lib., XXX, 10 ; trad. de R. Van Loy, Le Pro Templis de Libanius, Byzantion 8, 1933, p. 23.

16Le prélèvement est l'aboutissement normal du πόνος. Mais on ne comprend pas pourquoi il passe aux mains de tiers. Rien n'en est dit. On a l'impression que le labeur et le travail des individus contribuent au bien de la communauté. Si l'Empereur prend des dispositions correctes, il verra la Thrace cultivée (γεωργουμένη) par ceux qui actuellement dévastent la région. Le calme reviendra, les échanges reprendront50. On voit reposer sur le travail agricole (πόνος ?) toute la structure socio-politique et économique. Son rôle est fondamental dans la société. En ce sens, les moines qui perturbent les activités des campagnards commettent une erreur plus grave encore : La terre n'étant plus l'objet des mêmes soins (πόνοι), le rendement est moindre qu'auparavant ; par suite, le cultivateur est pauvre et l'impôt en souffre51.

  • 52 Des idées semblables sont réperables dans les textes des pères de l'église. Ainsi, pour Basile, le (...)

17Le prélèvement est le résultat direct du πόνος, mais en même temps, on voit que les forces divines ne demandent pas de l'argent et de l'or (LV, 27). Les dieux demandent de peiner, ce qui constitue pour eux le prix des biens qu'ils confèrent52. De même, si une partie de la terre de l'Antiochène récompense abondamment les peines des paysans (XI, 26), une autre offre ses fruits sans exiger de peiner : δωροφορεῖ, elle fait des dons. Est-ce l'esprit de la fête et du panégyrique qui conduit l'orateur de l'Antiochikos à injecter de l'épicurisme vulgaire dans son propos ? Combien d'antithèses et de contradictions nouées autour de la peine comme nom de travail ! Complexe, le discours libanien reflète une réalité aussi complexe. Des énoncés de nature didactique qui font l'éloge du travail et présentent sa vocation divine, en occultant la réalité des choses, se trouvent contredits par d'autres, polémiques, opératoires dans les conflits et les revendications sociales, et qui laissent échapper des éléments plus ou moins nécessaires à l'éclaircissement de la nature, mais aussi de l'usage du πόνος/travail.

  • 53 N. Loraux, loc. cit., p. 171.
  • 54 Ibidem, p. 176.
  • 55 Lib., XVIII, 222.
  • 56 Surtout F. De Robertis, Lavoro e lavatori nel mondo romano, Bari 1963, p. 389 s.

18Ce ne sont que les occupations des champs qui se trouvent qualifiées de πόνος. Les corvées ou la vente des produits au marché ne le sont pas. Il est vrai que nous savons peu de choses sur les activités d'échange des paysans. En ce qui concerne les corvées, le paysan est censé les accomplir les larmes aux yeux, malheureux. Or, le πόνος a toujours été distinct du malheur qui suspend le temps et isole du monde où vivent les hommes53. Lors des corvées, il y a donc le chagrin mais il y a aussi la suspension de la prise d'initiative et de l'autonomie de l'individu. N. Loraux, travaillant sur le πόνος de l'époque classique, a remarqué l'incompatibilité du terme avec le travail servile, parce que celui-ci était dépourvu de toute l'autonomie nécessaire à la valorisation d'un effort. Elle ajoute que le ponos entraîne l'historien bien loin d'une pensée de la production, vers le monde civique de la qualité, où seul vaut l'effort de celui que son statut ne contraint pas à travailler54. On voit les vicissitudes du terme : pleinement enraciné dans le vocabulaire de la production de la basse antiquité, il continue à garder et à véhiculer son héritage politique. En ce sens, il est important de voir que le πόνος qualifie les paysans-campagnards. Libanios ne les considère pas au même rang que les esclaves ; on l'a vu tout à l'heure. Pourtant, cette antinomie doit fonctionner et œuvrer dans le cadre d'un consensus et d'une concorde générale. L'autonomie est souhaitée dans le travail de transformation de la nature, lors du creusement de canaux, par exemple, qui régularisent la crue du fleuve ; dans ce cas, le paysan est qualifié de κύριος55. L'autonomie est interdite lorsque les initiatives visent à mettre en cause les rapports sociaux existants. On ne relève aucune occurrence de πόνος dans le discours XLVII, Sur les patronages, où Libanios juge inadmissible le comportement des paysans. Dans ce cas, le πόνος au sens classique devient non opératoire. Il est caduc, même, si l'on considère les choses du point de vue des institutions juridiques : en tant que travailleur libre, on sait qu'au Bas-Empire le paysan perd presque complètement son ’ελευθερία. Des paysans libres, ingenui ou adscripticii, sont peu à peu attachés à la terre de façon permanente. Il arrive ainsi que les adscripticii, disposant d'un peculium, soient assimilés à des esclaves56. Cette mise à disposition n'est pas propre aux seuls paysans du ive siècle. On assiste à des phénomènes semblables avec les autres catégories de travailleurs, attachés à leurs corporations professionnelles. Le πόνος ne manque pas de dénoter leurs travaux. L'historien se trouve ainsi entraîné au cœur de la production du Bas-Empire et peut examiner ceux qui sont contraints de travailler. En même temps, le terme ne perd pas son sens ancien qui s'actualise, en s'associant aux dieux et en s'opposant aussi bien à l'opportunisme des brigands qu'à l'évaluation quantitative que proposent l'or et l'argent.

Fig. 13 – Représentations iconiques du transfert des produits agricoles.
a) Statuette d'un âne avec des paniers de transport. Bronze trouvée en Syrie (M. Rostovtzeff, SEHRE, p. 263).
b) Statuette d'un dromadaire avec des paniers. Terracotta trouvée en Syrie (M. Rostovtzeff, SEHRE, p. 263).
c) Extrait de la mosaïque de Megalopsychia (Daphné, ve siècle). Un homme conduit deux ânes. On distingue devant eux la courbe de l'Oronte. Peut-être s'inspire-t-elle de l'affluence des campagnards au marché d'Antioche. (tiré de G. Downey, Ancient Antioch, pl. 51).

Notes

1 G. De Montpellier, À propos de la notion de comportement en psychologie, Journal de psychologie 65, 1968, p. 45.

2 Cf. B. F. Skinner, L'analyse expérimentale du comportement. Un essai théorique, Bruxelles 1971.

3 Or, à côté de la culture par mots, il y a la culture par gestes. Il y a d'autres langages au monde que notre langage occidental, qui a opté pour le dépouillement, pour le dessèchement des idées, et où les idées nous sont présentées à l'état inerte sans ébranler au passage tout un système d'analogies naturelles comme dans les langues orientales, Artaud, Lettres sur le langage, I, 15, septembre 1931. Passage cité par J. Kristeva, Σημειωτική, Recherches pour une sémanalyse, Paris 1969, p. 90. J. Kristeva, ibid., p. 91 s., parle des présupposés dans la pensée occidentale qui, sous des influences grecques, nietzschéennes, ou autres, surestime et valorise surtout le discours verbal considéré comme une voix-instrument d'expression d'un monde phénoménal, d'une volonté ou d'une idée (un sens). Les gestes sont considérés comme mécaniques, redondants par rapport à la voix. Marx est allé à l'encontre de cette théorie : Il étudie comme productivité (travail + permutation des produits) un processus qui se donne pour de la communication (le système de l'échange). Les comportements sont déjà entrés dans la liste des sujets traités par l'historiographie contemporaine. Citons à titre d'exemple J. Le Goff, Les gestes symboliques dans la vie sociale. Les gestes de la vassalité, Simboli e Simbologia nell'alto medioevo (apr. 1975). Settimane di Studio del Centro Italiano di studi sull'alto medioevo 23, 2, 1976, p. 679 s., M. Garrido-Hory, Martial et l'esclavage, Paris 1981, p. 163 s.

4 Travail : le mot et l'idée, Journal de Psychologie 45, 1948, p. 23.

5 I. Meyerson, Comportement, travail, expérience, œuvre, Année Psychologique 50, 1951, p. 77.

6 K. Marx, Le Capital, Paris (Éd. Sociales) 1977, p. 186 s. Pour d'autres approches de la question, cf. G. Friedmann, L'objet de la sociologie du travail, dans G. Friedmann et P. Naville (éds.), Traité de sociologie du travail, I, Paris 1970, 3e éd., p. 11 s.

7 Voir supra, p. 51 s. La vie paysanne était souvent utilisée comme source de métaphores. Dans les Homélies de Jean Chrysostome, les paysans et l'agriculture sont souvent évoqués à ce titre. Voir les remarques de J. Pouilloux dans son introduction à la publication de Philon D'alexandrie, De agricultura, Paris 1961, p. 12 s.

8 II, 68 ou XXV, 38.

9 XXXV, 26.

10 XI, 19-22. Voir supra, p. 151.

11 On ne revient pas ici aux hypothèses émises à propos de l'Antiochikos et de son fonctionnement (voir supra, p. 144).

12 XI, 230.

13 Est-ce le sens du passage suivant ? Hist. Ph., V, 4 : ό μὲν γὰρ ἰμάτioν διδοὺς ἀντιλαμβάνει ὑπόδημα, ό δὲ λάχανον ώνούμενος ἀποδίδοται ἄρτον (celui qui donne son manteau contre une paire de chaussure, celui qui achète des légumes vend de son côté du pain, trad. par P. Canivet et A. Leroy-molinghen).

14 Cf. Hist. Ph., VII, 2 : Πανήγυρις εις τὴν προειρημένην σνναγείρεται κώμην τοὺς πάντοθεν έμπóρους ἐφελκομένη καὶ πλῆθος ἀριθμοῦ κρεῖττον ὑποδεχoμένη. Έν ταύτη τις ἔμπορος, ἄπερ ἦκε φέρων ἀπεμπολήσας καὶ τò χρυσίον συναθροίσας. Voir aussi les travaux de W. Liebeschuetz : Money economy and taxation in kind in Syria in the Fourth Century A.D., RhM 104, 1961, p. 242-256 ; Antioch, op. cit., p. 83 s.

15 Sur le commerce au détail au marché d'Antioche : LIB. XI, 213-217 et 251-259. Voir aussi les remarques de J. LASSUS, Antioche, ANRW, II, 8, p. 84-85.

16 Dans le discours L, Sur les corvées et au XXVII, 15 respectivement.

17 ΜΑΜΑ, II, 13 : Δημητρίου κηπουροῦ ; ΜΑΜΑ, III, 41, 321, 513, 543, 544, 637, 662, 669, etc. Cf. Κ. Mentzos, Contribution à l'étude de la vie économique et sociale du haut Moyen Age byzantin : l'apport des inscriptions et textes hagiographiques provenant d'Asie Mineure et de la Syrie, Athènes 1975 (en grec), p. 93 s.

18 Voir M. Frontier, Inscriptions d'Asie Mineure, Philadelphie et Magnésie du Méandre, BCH 7, 1883, p. 504.

19 Nov. LXIV, datée de 538 : τῆς εὐδαίμονος ταύτης πόλες καὶ τῶν αὐτῆς προαστείων κηπουρῶν. Avec le risque de mêler des époques différentes ?

20 En XLVII, 6, il parle des κῆποι/jardins et les associe textuellement aux villages.

21 Palladios, se référant aux occupations des moines de Thébaïde différencie les travaux de la terre (γῆ) de ceux du κῆπος, Histoire Lausiaque, XXXII, 1-4 : Ό μὲν ἐργάζεται γῆν γεςργῶν, ἄλλος κῆπον (fin ive siècle).

22 Faire le commerce d'une quantité de produits peu importante implique que le paysan ne devait pas trop se déplacer, et faire un itinéraire très long entre son lieu de travail, son champ, et le marché. Il faut que la perte de temps du déplacement soit compensée par le gain à la vente des produits.

23 LIB., LXIII, 7.

24 LIB., XLVII, 33.

25 À propos des corvées (munus, ἀγγαρεία) : M. Rostowtzeff, Angariae, Klio 6, 1906 ; W. H. C. Frend, A Third Century Inscription relating to angareia in Phrygia, JRS 46, 1956, p. 46 s. ; A. Piganiol, L'Empire chrétien, Paris 1972, p. 378 ; I. Hahn, Freie Arbeit und Sklavenarbeit in der spätantiken Städt, Annales Universitatis Scientiarum Budapestiensis, Sectio Historica, III, 1961, p. 23 s. Ajoutons les brèves remarques de R. Remondon, La crise de l'Empire romain, Paris 1970, p. 87 s.

26 LIB., L, 33.

27 J.-P. Vernant, Mythe et pensée chez les grecs, II, Paris 1982, p. 16 ; N. Loraux, Ponos, Sur quelques difficultés de la peine comme nom de travail, AION. ArchStant 4, 1982, p. 171 s.

28 J.-P. Vernant, ibid., p. 16.

29 Ibidem, p. 17.

30 LIB., XX, 47 : τὴν γῆν ἐργάζοντα ; XXV, 8 : γὴν ἐργάζεσθαι ; XL, 10 : τὴν γῆν ἣν είργάζετο ; XLVII, 13 : γὴν ήμῖν πολὺν ἐργαζόμενοι χρόνον ; L, 35 : ἣν (γῆν) δεομένην τῶν ἐργασομένςν ἴσμεν ; LV, 15 : πολλὴν γῆν ἀπò πολλὠν ἐργαζομένην.

31 Chez Jean Chrysostome, ἐργασία s'oppose à ἀργία. Mais le terme peut être utilisé pour des travaux de nature diverse : ἔργον χειρῶν, comme le travail à l'atelier (ἐργαστήριον), ou ἔργον πνευματικòν, ainsi le jeûne ou la charité. Voir L. Dalloz, Le travail selon Saint Jean Chrysostome, Paris 1959, p. 67-69.

32 PG, 59, 206. Cf. L. Dalloz, op. cit., p. 57.

33 N. Loraux, loc. cit., p. 172-178.

34 Lib., LXIV, 119.

35 Lib., LIV, 17 : τῶν ὑπερ τῶν λόγςν πόνςν.

36 Lib., XLIV, 4 et LI, 31 respectivement pour théâtre et tranquillité ; cf. XXXV, 26 : βελτίςν τῆς ἡδονῆς ό πόνος (le travail vaut mieux que le plaisir). Voir aussi B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 964-970.

37 Lib., XLI, 11.

38 Lib., XXXVI, 4.

39 Lib., II, 32 ; XI, 26 et 68.

40 Les syntagmes associés sont les mots ou les groupes de mots qui sont en relation de cause à effet avec le syntagme-pôle ; quand ils désignent des personnes, πόνος est évoqué comme caractéristique de celles-ci. Les syntagmes opposés sont les mots qui vont à l'encontre du πόνος et s'opposent à lui de façon comparative (par exemple, dans le πόνος vaut mieux que le loisir).

41 Lib., LV, 27, trad. A.-J. Festugière, Antioche païenne et chrétienne, op. cit., p. 439. Cf. les Constitutiones Monasticae de Basile le Grand, ΡG 31, 1348C.

42 Libanios avait comme une certaine intuition de ce que notait L. Febvre, loc. cit., p. 21 : On ne peut pas faire une Histoire du Travail sans faire en même temps l'Histoire des moyens du Travail.

43 N. Loraux, loc. cit., p. 171.

44 Lib., XLII, 7 : Ils peinaient pour lui dans la culture de la terre ; XLV, 5 Ceux qui peinent dans la culture de la terre au profit de ceux qui possèdent la terre.

45 Voir, sur les oppositions directes et indirectes à un terme, en l'occurrence δοῦλος, ce que dit M.-M. Mactoux : Douleia. Esclavage et pratiques discursives dans l'Athènes classique, Paris 1980, p. 67, n. 7.

46 Le τόκος est présenté sous un double aspect. D'une part, sa poursuite connote le comportement de gens méchants, du moins ennemis de Libanios : un tel, haï par tous, est décrit comme rêvant d'intérêts (τόκους), cf. LXII, 66 et LII, 15. De l'autre, le τόκος est présenté comme une réalité de facto, une nécessité même. C'est le cas en XXX, 10 (voir infra, note 51) ou en XV, 86. Dans les deux discours, Libanios s'adresse à l'Empereur et paraît se soucier de ce que les intérêts et le rendement soient les plus élevés possibles pour le pouvoir public. L'orateur est en effet censé parler respectivement devant Julien et Théodose. On voit que les options de Libanios en faveur de la cité et au détriment de l'Empire ne sont pas toujours tenues. Mais les idées politiques de Libanios relèvent d'une autre problématique.

47 Lib., XLV, 5.

48 Voir N. Loraux, loc. cit., p. 176 : le rapport πόνος/esclave à l'époque classique.

49 Lib., XLII, 7.

50 Lib., XXIV, 40. Mais πόνος n'est pas cité.

51 Lib., XXX, 10 ; trad. de R. Van Loy, Le Pro Templis de Libanius, Byzantion 8, 1933, p. 23.

52 Des idées semblables sont réperables dans les textes des pères de l'église. Ainsi, pour Basile, le travail est un don de dieu à l'homme. Voir G. Liunardi, Il lavoro in Basilio il Grande, Vetera Christianorum 21, 1984, p. 318.

53 N. Loraux, loc. cit., p. 171.

54 Ibidem, p. 176.

55 Lib., XVIII, 222.

56 Surtout F. De Robertis, Lavoro e lavatori nel mondo romano, Bari 1963, p. 389 s.

Table des illustrations

Légende TABLEAU IX – Le(s) comportement(s) au travail.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6110/img-1.jpg
Fichier image/, 598k
Légende TABLEAU Χ – Réseau des relations de πόνος/πον- (au sens de travail agricole).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6110/img-2.jpg
Fichier image/, 237k
Légende Fig. 13 – Représentations iconiques du transfert des produits agricoles.a) Statuette d'un âne avec des paniers de transport. Bronze trouvée en Syrie (M. Rostovtzeff, SEHRE, p. 263).b) Statuette d'un dromadaire avec des paniers. Terracotta trouvée en Syrie (M. Rostovtzeff, SEHRE, p. 263).c) Extrait de la mosaïque de Megalopsychia (Daphné, ve siècle). Un homme conduit deux ânes. On distingue devant eux la courbe de l'Oronte. Peut-être s'inspire-t-elle de l'affluence des campagnards au marché d'Antioche. (tiré de G. Downey, Ancient Antioch, pl. 51).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6110/img-3.jpg
Fichier image/, 1,4M

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter