Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Troisième partie. Les hommes

Chapitre premier. Γεωργος  : statuts textuels et sociaux

Texte intégral

  • 1 M. M. Mactoux, Langage et esclavage. Remarques méthodologiaues, Index 11, 1982, p. 57.

1Il s'agit de conduire ici une approche par coupes sélectives, susceptibles donc d'interférer, dans la mesure où les données textuelles peuvent être saisies et interprétées sous plusieurs angles. Dans un premier temps, nous devons examiner et tester la cohérence du discours libanien, au niveau de la cellule, du microcosme qui entoure le mot-pôle γεωργός et en constitue le champ sémantique. Ainsi faut-il essayer d'étudier le vocabulaire et la terminologie employés pour désigner les paysans. Ce vocabulaire représente l'une des composantes du langage libanien perçu comme pratique sociale et donc indissociable du contexte historique qui l'a créé et qu'il exprime à son tour1. Indissociable du contexte social, ce langage libanien l'est aussi de la langue, parce qu'il y a désir de communiquer au moyen d'un code commun. Avec toute l'idéologie qu'il véhicule, le langage est opératoire, comme moyen de communication, parce qu'il est conçu au sein de la structure plus vaste de la langue, qui peut remonter haut dans le passé. Il en résulte quelques problèmes d'ordre méthodologique : on n'est plus au niveau du langage, on a affaire à la langue ; il faudrait donc étudier la langue dans la longue durée, avec les mutations qu'elle subit pour mieux exprimer l'évolution des rapports sociaux. Si le problème est trop large pour être abordé ici, on sera du moins fondé à tenter de prospecter l'utilisation et l'histoire des mots, en recourant à d'autres textes, littéraires ou épigraphiques.

  • 2 Cf. supra, p. 126.

2En réalité, les lignes qui suivent complètent l'approche des termes désignant les propriétaires de la terre, et plus spécialement le participe de γεωργω2. La notion du travail agricole était en effet suffisante pour la désignation de ceux qui font travailler la terre. Mais il y a aussi ceux qui la travaillent en réalité, dont γεωργός est l'appellatif propre. Quel est donc le contenu que ce mot, pôle dans notre propos, acquiert chez Libanios ? Si l'on accepte que le nom donné à une profession est en général la conjonction des principales propriétés qu'on lui attribue, l'examen du champ sémantique de γεωργός devient impératif.

  • 3 Voir les colonnes : Action de et Action sur du tableau VIII. Pour l'établissement du tableau, je r (...)
  • 4 Ce qui ne veut pas dire que les forces émanant d'ailleurs représentent des intentions malveillante (...)
  • 5 Cf. supra, p. 36.

3Les données principales de la constitution du champ lexical considéré sont apparues comme celles qui forment le réseau verbal des actions exercées par le paysan et des actions que d'autres exercent sur lui3. Le mot-pôle est ainsi déterminé par ce que fait le paysan et par ce qu'on lui fait faire. Le paysan est saisi dans sa dynamique, en tant que lieu d'où émanent des forces, mais aussi en tant que cible visée par des forces émanant d'ailleurs4. Conjointement au réseau verbal, il y a aussi un réseau nominal qui s'articule autour du mot-pôle γεωργός, des mots et des syntagmes lexicaux qui visent à caractériser γεωργός dans un état permanent et statique5.

  • 6 Voir le chapitre suivant.

4Statistiquement, les données qui concernent les actions propres aux paysans, leur façon d'agir et surtout le domaine dans lequel ils peuvent agir sont de beaucoup plus nombreuses que les syntagmes des actions dirigées sur eux. Ainsi, un paysan est principalement perçu et vu dans le cadre de son travail agricole. Strictement lié aux soucis de la récolte ou des semailles, il doit toujours prendre en compte des forces naturelles et des conditions climatologiques. On voit que Libanios éprouve de la peine à l'endroit des paysans. Son langage les saisit toujours au moment du travail et, assez souvent, il caractérise le métier du γεωργός comme fatigant, risqué et dépendant de facteurs exceptionnels. On voit d'ailleurs ces facteurs afficher leurs intentions et leur comportement à la colonne des actions sur. Le sort des γεωργοί est déterminé par l'action des dieux, par le pouvoir politique, selon que l'Empereur prenne des mesures en leur faveur ou à leur détriment, et, bien sûr, par les conditions climatiques. Il ressort donc dans un premier temps que les paysans n'entrent pas seulement dans la pratique discursive de Libanios dans un contexte de travail et de production agricole mais aussi dans le contexte des conflits politiques6. Complémentairement, même si c'est d'une façon marginale, le γεωργός est saisi lors de ses activités au marché.

TABLEAU VIII – Le champ sémantique de γεωργός

  • 7 Lib., II, 68 ; XXV, 38.
  • 8 Voir infra, p. 188.
  • 9 Lib., XLI, 10.
  • 10 Lib., XVIII, 95.
  • 11 Les faits qui ont provoqué la colère de Julien sont bien connus. Libanios, Jean Chrysostome et Jul (...)
  • 12 Contrairement au discours XV, écrit pendant les événements et prononcé à la Curie où, bien qu'il t (...)
  • 13 Voir infra, p. 176.

5Les actions émanant du γεωργός – qu'il s'agisse du discours figuré ou du discours direct – sont dans leur grande majorité approuvées par l'orateur. Libanios semble exprimer sa compassion pour les γεωργοί dont la récolte a été détruite par le mauvais temps7. Le travail de la terre est toujours considéré par lui comme noble8, ce qui fait reconnaître à l'opinion des paysans, à propos d'une affaire ou d'un personnage, un certain poids social9. Cette dernière remarque conduit à considérer une seconde catégorie parmi les actions des γεωργοί. Parallèlement à leurs activités productives, ils agissent aussi comme membres du corps social et Libanios semble s'autoriser du poids social de leur opinion, lorsqu'il cherche lui-même des alliés et des soutiens. Ainsi évoque-t-il les paysans de la partie occidentale de l'Empire qui élèvent la voix et se désespèrent à propos du départ de Julien et de ses troupes vers l'Est10. Cependant les actions paysanes ne sont pas toujours approuvées par Libanios, surtout lorsqu'elles contrarient des idées ou des gens qui lui sont chers. C'est le cas pour le différend qui oppose Julien aux spéculateurs du marché d'Antioche : parmi ceux-ci se trouvaient des γεωργοί. Pendant le séjour de l'Empereur dans la métropole syrienne, la raréfaction de certains produits a causé leur renchérissement. Julien imposa donc une réglementation du prix des marchandises11, au détriment des bonnes relations qui existaient entre la ville et lui-même. L'Epitaphios de Julien porte la trace de ce différent. Discours bien évidemment écrit après la mort de l'Empereur et passablement postérieur aux événements, il désactualise l'épisode qu'il présente hors de son contexte historique. Sans véritablement prendre parti12, Libanios se contente de relater les faits mais, comme on le remarquera sur le tableau VIII, γεωργός n'est accompagnée d'aucun déterminant moralement caractéristique du comportement des paysans. La désapprobation de l'orateur est flagrante lorsque des γεωργοί tentent de modifier leur statut social en s'opposant ainsi à leurs patrons13.

  • 14 Lib., II, 74.
  • 15 Lib., XXV, 38. Cf. K. Malzacher, Die Tyche bei Libanios, Strasbourg 1918.
  • 16 Lib., XVII, 27.

6Si les γεωργοί sont censés agir au plan économique de la production agricole, certaines de leurs actions ont un impact sur les affaires politiques et sociales. Semblables remarques peuvent être faites à propos des actions exercées sur les γεωργοί. Ainsi en va-t-il de l'action des forces divines : d'une part, Libanios confie le sort des paysans aux dieux14 ; d'autre part, il accepte les vicissitudes de la Fortune-Tyché15, qui peut œuvrer contre les semailles et contre la récolte. Néanmoins, le dialogue entretenu par les γεωργοί avec les forces de la nature, les dieux et la Terre-mère, le soin que prennent d'eux les divinités, constituent un élément complémentaire qui anoblit leurs tâches. Par ailleurs, Libanios ne cache pas sa réprobation d'une action menée contre les γεωργοί. S'il reste plutôt muet sur Julien imposant des prix fixes aux produits agricoles, il déplore la politique de ses successeurs en matière de fiscalité : Les paysans seront les victimes des percepteurs16.

7Pour mieux présenter le système antonymique, il convient d'y distinguer trois parties : des syntagmes de réalités entrant en opposition avec les paysans ; des syntagmes qui leur sont directement associés (se rapportant à ceux qui agissent ou sont agis de la même façon que les γεωργοί) ; des syntagmes qui sont connectés aux γεωργοί de multiples façons, comme de réalités faisant partie de leur existence et de leur environnement quotidien.

  • 17 Voir les remarques de B. Schouler, Discours moraux de Libanios, Paris 1973, p. 82 s., à propos de (...)
  • 18 Ou des produits. Durant le Bas-Empire, la contribution au fisc était en argent ou en nature.
  • 19 En XVII, 27, notons que les percepteurs d'impôt sont opposés aux paysans, mais non à leurs associé (...)

8La colonne des oppositions est de loin l'une des plus pauvres en syntagmes. Sont évidemment classés ici les acteurs opposés aux paysans. Parmi ces adversaires, outre la Fortune, puissance suprême qui détermine, selon Libanios, le sort des hommes et des dieux17, on trouve un Empereur -Julien -, des percepteurs d'impôts et des soldats. Leur situation textuelle est très caractéristique, voire conforme à l'ensemble des opinions de Libanios. Très précisément, l'orateur se réfère à l'intervention de l'Empereur dans la vie locale pour rétablir l'ordre. Cette ingérence du pouvoir central dans le domaine de compétence des archontes municipaux aurait provoqué sa désapprobation, n'était la profonde amitié que lui inspire alors Julien. Même contradiction à propos des percepteurs : en opposition avec les paysans, puisqu'ils leur réclament de l'argent18, leur action se trouve toutefois fermement liée à la politique impériale, bien que ces percepteurs (susceptores, exactores) soient membres de la Curie19. Indépendamment de ces contradictions flagrantes au sein du discours libanien, la colonne des oppositions ne manque pas d'une certaine cohérence. Les γεωργοί se trouvent limités par la présence et les interventions du pouvoir impérial aux plans de la fiscalité, de l'ordre public (soldats), de la réglementation juridique. Leur présence est celle de subordonnés dans les sphères du politique, de l'économique et du social.

  • 20 Lib., I, 63.
  • 21 Lib., XXV, 38.
  • 22 Lib., II, 74.
  • 23 On sait que les successeurs de Julien ont révoqué ou annulé la décision de ce dernier, qui retitua (...)
  • 24 Lib., XVIII, 289.
  • 25 Lib., XVIII, 95.
  • 26 Voir infra, p. 242.
  • 27 Voir supra, p. 152.

9Cette subordination ne semble pas tellement du goût de Libanios, comme l'indiquent les syntagmes associés à γεωργοί. On en compte 64, dont les référents agissent dans la même direction que les γεωργοί ou bien subissent les mêmes actions qu'eux. Ces syntagmes peuvent se regrouper en six catégories. Les γεωργοί sont associés huit fois à l'univers de la culture hellénique et à des vocables qui évoquent la religion païenne. Ainsi, à propos du conflit qui oppose les écoles philosophiques d'Athènes et de Bithynie, chacune revendiquant pour elle-même les performances rhétoriques de Libanios : l'orateur compare leur différent aux disputes des paysans qui s'accusent mutuellement lorsqu'un canal est détourné de son cours qu'il n'y a plus d'eau20. En même temps, le métier de γεωργός expose, de la part de la Fortune, aux mêmes bienfaits ou méfaits que d'autres professions, dont celle d'orateur21. Le γεωργός, chez Libanios, se trouve au même rang que les lettres grecques, les sanctuaires et les Curies : dans une conjoncture néfaste pour le monde, l'orateur fait un vœu et adresse une prière aux dieux pour implorer sur tous trois leur secours22. On perçoit dans ce passage toute la théorie politique de Libanios. Pour lui, il y a d'abord la Curie, expression souveraine de la cité. Son autonomie repose cependant sur la prospérité de la campagne environnante -nous sommes dans le cadre d'une économie essentiellement agricole – et donc sur le bonheur des γεωργοί. Pouvoir politique et pouvoir économique vont de pair, déterminant à la fois 1'αὐτάρκεια et l'autonomie d'un territoire. Or cette dernière puise ses origines loin dans le temps, à l'époque où la cité était une structure indépendante, dont la culture hellénique et les dieux païens, avec leurs temples, étaient les symboles. Les nouveaux maîtres de l'Empire, qui ont adopté une autre religion, autorisent la destruction des anciens lieux de culte, la cité perd ses juridictions, les lettres grecques sont négligées, aux yeux de Libanios. Il y a un bouleversement total de la société. Associés à plusieurs reprises à la Curie et, d'une façon générale, au pouvoir municipal, les γεωργοί sont en butte aux mêmes répressions que l'assemblée locale ; dans la majorité des cas, l'attaque vient du pouvoir impérial. À la mort de Julien et dans l'instabilité socio-économique qui s'est ensuivie, les curiales perdent certains de leurs privilèges accordés par l'Empereur défunt23. Avec eux, les γεωργοί se sentent concernés et chagrinés ; ils aiment mieux faire la quête que travailler24. L'association textuelle des γεωργοί et des responsables municipaux est ici patente, mais ne l'est pas moins l'opposition des γεωργοί et des ἀστικοί, des citadins. Une énumération des couples antithétiques illustre ainsi le mécontentement et les protestations des Gaulois lors du départ de Julien. Il y a des pauvres et des riches, des esclaves et des hommes libres, des γεωργοί et des citadins, des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux25. Citadins et γεωργοί forment un couple antithétique parce qu'ils constituent deux groupes distincts mais complémentaires26. Ils forment l'ensemble du dispositif humain de la cité, à la tête de laquelle se trouve la Curie27.

  • 28 Lib., XLI, 10 ; cf. P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 220 s.
  • 29 Lib., LIX, 118. Lors de sa défaite devant les Romains, le roi des Perses est affecté en apprenant (...)

10Les γεωργοί apparaissent aussi associés à des syntagmes désignant des réalités qu'on aurait plutôt considérées jusqu'alors comme opposées aux paysans. En effet, leur opinion, unie à celle des consulaires, des comtes, des stratèges, des rois, des Curies et des soldats, est présentée comme respectable, puisqu'ils comptent, avec les soldats, parmi les catégories responsables où sont rassemblés ceux qui ont à exprimer leur opinion28. À côté des gouvernants et des défenseurs de l'intégrité de l'Empire contre les incursions barbares, il y a ceux qui travaillent et exercent, à l'intérieur, une profession productive29. Plus d'une dizaine de fois les γεωργοί sont précisément associés à d'autres professions de ce type : navigateurs, boutiquiers, taverniers ou artisans. Il faut remarquer que toutes ces associations renvoient à des métiers d'échanges et de services. Est-ce à dire que le γεωργός est saisi dans ses fonctions de promoteur de ses propres produits sur le marché ? En tout cas, on ne le trouve jamais associé à d'autres métiers de production matérielle et de transformation de la nature en biens consommables.

  • 30 Lib., LXI, 20.

11Saisi sous ces différents aspects, le γεωργός participe à la sphère du pouvoir politique, joue un rôle dans les affaires d'échange, contribue à la production de l'idéologie dominante. Il fait aussi partie de l'univers naturel. Après la destruction de Nicomédie par un séisme, Libanios incite à pleurer les îles et les continents, les marins et les paysans, les bourgades et les cabanes, ainsi que tout ce qui appartient à la nature30. Le γεωργός agit, vit pleinement dans la société civile et constituée ; il appartient à ceux qui savent exprimer des sentiments ; il est capable d'apprécier et de reconnaître la portée de certains faits, comme la destruction de Nicomédie, ce centre de l'hellénisme où Libanios avait lui-même enseigné quelque temps.

  • 31 En fait, ce n'est pas la campagne et la mer qui sont évoquées par métonymie, mais les habitants de (...)
  • 32 Bien évidemment, je renvoie à la colonne Connexion.

12En considérant la colonne des associations, on remarque que les γεωργοί sont essentiellement associés à d'autres hommes. Dans le passage que l'on vient d'évoquer, ils interviennent pour renvoyer par métonymie à la campagne, comme les marins à la mer31. Le ton élégiaque du texte prend appui sur cette personnification des ensembles géographiques : le γεωργός anime en effet la campagne. Il peut cependant se trouver assez souvent connecté avec des objets, des travaux ou des animaux caractéristiques d'une existence vouée aux champs : irrigation, labour, semailles ou vendanges. En ce sens, γεωργός se trouve très fermement circonscrit par des animaux nécessaires à l'agriculture ou par des outils tels que l'araire, le joug ou le char32. Des attributs de ses activités marchandes (sacs, ânes, etc.) ne manquent pas non plus, mais ils sont moins nombreux. Si, d'après les syntagmes associés, se dessinait un γεωργός faisant partie de la société politique, d'après les connexions, on le voit englouti dans ses besognes agricoles et complètement séparé du corps civique. Les syntagmes connectés nous livrent donc un γεωργός dans son état naturel ; ils servent à connoter son statut social.

13Quand Libanios s'attaque à Eutropios, consulaire de Syrie en 389, l'un des premiers reproches qu'il lui adresse concerne ses origines. Le père du personnage était issu d'une κώμη dont il s'échappa, abandonnant les travaux agricoles pour se faire le portier (θυρωρός) d'un maître efféminé.

  • 33 Lib., IV, 15-17. Pour la dernière phrase, comprendre : Il ne voulait pas payer les honoraires des (...)

Ton père, issu de la campagne, abandonnant les fatigues liées au travail du γεωργός et commettant une injustice envers la terre et les dieux, devient portier d'un maître efféminé... quand il a eu Eutropios comme fils, au lieu de lui donner un hoyau, un aiguillon, des bœufs et une araire, il a voulu aussi à travers lui commettre une injustice envers la terre : il l'a envoyé aux écoles et aux lettres, étant donné que les professeurs n'avaient pas la puissance de fermer la porte au nez de ceux qu'ils ne voulaient pas. C'est la même personne, son père, qui, après avoir commis une injustice envers Déméter par ce que je viens d'évoquer, prive maintenant les Muses de salaire33.

  • 34 Voir infra, p. 188.

14La mention de γεωργός jointe à la référence aux origines paternelles est ambivalente. D'une part, elle permet d'humilier le consulaire qui a monté dans la hiérarchie administrative et sociale en partant d'un milieu humble ; d'autre part, elle souligne cruellement que le père a quitté un métier noble, caractérisé par le πόνος34, pour devenir le θυρωρός d'un efféminé. On peut présenter la construction du passage selon le schéma suivant :

  • 35 Voir ce que notait M. Clavel-Lévêque, Index 11, 1982, p. 302, à propos de l'idéologie esclavagiste (...)
  • 36 Le changement du statut social de la part d'un paysan est un acte d'opposition. Seront seules exam (...)
  • 37 Cf. M. Vincienne, Du village à la ville, le système de mobilité des agriculteurs, Paris 1972, p. 1 (...)

15L'ascension sociale de la famille d'Eutropios se fait sur deux générations. Partant d'une position de simple γεωργός, elle conquiert la dignité consulaire. Pourtant, ces origines modestes ne quittent pas Eutropios qu'elles continuent de caractériser. Dans l'Antioche du ive siècle, on ne prenait pas seulement en compte la carrière et les actes d'un individu, mais le trajet social de toute sa famille35. Libanios incrimine l'abandon du travail de la terre pour le service domestique d'un puissant et l'élévation sociale qui s'est ensuivie. Il y a là modification de statut et l'on sait combien l'orateur antiochien était hostile à tout changement de cet ordre. Concrètement, nous sommes ici devant une forme de mobilité sociale36, mais le texte présente en tout quatre aspects de mobilité37 : la mobilité géographique (κώμη ----> θυρωρός) ; la mobilité professionnelle (γεωργός ----> θυρωρός) ; la mobilité sociale (γεωργός ----> consulaire) ; la mobilité culturelle (animaux et outils agricoles ----> μουσεῖα και λόγους).

  • 38 Voir infra, p. 214. Libanios n'est pas le seul à faire cette connexion. En effet, Procope, De bell (...)

16Le père d'Eutropios a donc franchi la distance qui séparait les γεωργοί du reste des hommes. Sa conduite est mal jugée par Libanios. Le corollaire de cette réprobation concerne l'aspect culturel de la mobilité. Le fils a dépassé les bornes en accédant à la culture grecque, domaine d'action des classes dominantes. Cette culture se trouve, de fait, en opposition avec le dispositif technique et animal du monde agricole ; dans la pratique discursive libanienne, les bœufs et les araires deviennent des symboles discriminatoires propres aux γεωργοί. Ailleurs, Libanios désigne ainsi les paysans comme ceux dont l'existence se passe loin des villes, en compagnie des bœufs38.

  • 39 Voir supra, p. 126 s.
  • 40 Voir infra, p. 241.

17On pourrait croire γεωργός terme polysémique, servant à désigner à la fois des gens pleinement engagés dans la vie politique et les conflits sociaux et des individus pratiquement exclus du corps civique, vivant aux marges de la société. Il semble plutôt que ce sont les réalités recouvertes par ce mot qui sont utilisées, chez Libanios, de façon ambivalente, tout comme pour le participe parent γεωργών39. Tandis que le second, qui paraît plutôt compatible avec le sens de propriétaire foncier, serait utilisé à la baisse, afin de désigner aussi des gens du labour, le premier ferait le même parcours en sens inverse. Fermement lié aux gens qui travaillent la terre et qui, le plus souvent, sont exploités par autrui, le terme se trouve, chez Libanios, tiré vers le haut et exhaussé en même temps que ceux qu'il désigne, que l'orateur considère comme partie intégrante du corps civique. Avec γεωργών, on est dans le contexte des conditions et des rapports propres à la production agricole ; avec γεωργός, on se trouve dans un contexte politique. Ce mot-ci est en effet chargé d'histoire : l'agriculture a toujours été considérée comme une noble tâche et les éloges de Libanios ou Thémistios perpétuent cette tradition au cours du ive siècle40. Il y a donc bien une double réalité, dont les deux aspects semblent contradictoires. Replacés toutefois dans leur portée historique, ils sont bien cohérents et organiquement solidaires aux yeux de Libanios. Pour lui, les γεωργοί, assurant la production agricole, exercent une tâche indispensable à la survie de la cité et œuvrent par là, marginalement, avec les autres instances du corps social.

Le champ sémantique de γεωργός

  • 41 Cf. M. Vovelle, Idéologies et mentalités, Paris 1985, p. 208 s. Voir aussi P. Lévêque, Problèmes t (...)
  • 42 En fait le problème est beaucoup trop ample et complexe pour être abordé et analysé ici dans tous (...)
  • 43 Voir E. Bikerman, Institutions des Séleucides, Paris 1938, p. 176 s. Surtout les considérations de (...)
  • 44 IGLS, III, 1143. L'époque hellénistique constitue un terminus pris plus ou moins arbitrairement. D (...)
  • 45 Surtout lorsqu'il se trouve au singulier. Cf. E. Bikerman, Sur une inscription grecque de Sidon, M (...)
  • 46 Voir ce que notait Ed. Frézouls, De la Syrie séleucide à la Syrie romaine, Le dernier siècle de la (...)
  • 47 Lib., XIV, 45. Sur l'esclavage au Proche-Orient hellénistique : H. Kreissig, L'esclavage dans les (...)

18Il importe maintenant de voir en quoi ces représentations libaniennes des γεωργοί correspondent aux réalités socio-juridiques du ive siècle. On part ici du principe que l'idéologie ruraliste de Libanios, si concrète et si propre à l'orateur soit-elle, n'a pas été soudainement conçue par lui, mais qu'elle constitue au contraire l'aboutissement provisoire d'une élaboration et d'un bricolage d'idées remontant assez loin dans le temps41. Toujours lié aux rapports sociaux et à leur évolution, ce montage relève, à chaque moment historique de sa maturation, du mode de production dominant dans les régions qui nous occupent. Une idée largement répandue aujourd'hui veut que la Syrie antique n'ait pas connu le système esclavagiste comme mode de production dominant. L'agriculture au moins, levier principal de l'économie, était déterminée par un type de dépendance collective des paysans42, connus sous le nom de λαοί à l'époque hellénistique43. Il faut noter que ces conclusions résultent d'un travail fondé surtout sur des textes épigraphiques d'Asie mineure. Or, on a découvert en Antiochène une inscription, assez fragmentaire il est vrai, qui porte bien ce terme de λαοί44. Certes, celui-ci ne désigne pas toujours une population rurale dépendante45, mais la critique littéraire rattache le document en question à la série épigraphique où λαοί aurait ce sens. Cette forme des rapports sociaux semble ne pas avoir connu de modifications importantes pendant toute la période hellénistique et romaine46. Parallèlement aux travaux agricoles confiés aux paysans, dépendants ou non, existait aussi un travail servile producteur de biens, mais qui était essentiellement limité aux activités citadines comme l'artisanat ou le commerce. La place traditionnellement réservée aux esclaves est liée aux travaux domestiques, à ceux du gymnase ou de la bibliothèque. On n'a jamais repéré d'indications mettant un esclave en rapport avec la production paysane. Une seule fois, Libanios associe des άνδράποδα à la γεωργία, mais le passage concerne l'Achaïe où son ami Aristophane de Corinthe exploitait des domaines agricoles47.

  • 48 Voir R. Clausing, The Roman Colonate, Rome 1965, p. 210 s. Aussi P. Briant, Rois, tributs et paysa (...)

19Il est difficile, d'autre part, de trouver confirmation de l'intégration du paysan dans la vie civique. Sa condition socio-juridique ne lui laissait aucune latitude pour intervenir dans les conflits politiques et sociaux de la ville où était le centre de décision. La validité des informations que Libanios nous livre en ce sens est compromise par un grand nombre de lois de cette époque. Ainsi peut-on dire que la législation impériale, qui attache peu à peu le paysan à la terre et au domaine où il est né, s'inscrit dans la longue tradition d'un mode de production depuis longtemps dominant dans les régions du Proche-Orient48.

  • 49 Ils peuvent aller jusqu'à contribuer à l'élaboration et à la formation de l'idéologie dominante.
  • 50 Cf. infra, p. 221 et 243.

20Comment donc interpréter les représentations idéologiques que Libanios se fait à propos des paysans ? Tout en rendant compte d'une réalité dure et coercitive, elles en font des membres du club des respectables et, dans une certaine mesure, des puissants49. C'est que, dans ce dernier cas, l'emploi de γεωργός est en quelque sorte métonymique. Derrière ce vocable se cache la χώρα. En mettant sur le même plan les γεωργοί et la Curie, Libanios entend simplement associer la ville et le territoire rural qu'elle administre, désigné ici par son dispositif humain. La métonymie gomme ainsi les discriminations et les antagonismes préexistants entre les villes et les campagnes50 ; elle tend aussi, avec l'évocation sous-jacente de la noblesse des occupations agricoles – selon un modèle ancien mais toujours opérant – à freiner l'évolution des forces productives. Le réseau des connexions est significatif à cet égard. Les paysans, par leur culture, leur origine, leur niveau de vie et leur travail, se trouvent exclus de la civilisation citadine et hellénique.

Notes

1 M. M. Mactoux, Langage et esclavage. Remarques méthodologiaues, Index 11, 1982, p. 57.

2 Cf. supra, p. 126.

3 Voir les colonnes : Action de et Action sur du tableau VIII. Pour l'établissement du tableau, je renvoie au recueil d'articles de m. M. Mactoux, Douleia. Esclavage et pratiques discursives dans l'Athènes classique, Paris 1980. Il faudrait noter que dans la préparation du tableau on a voulu saisir les termes structurants, tant pour le réseau verbal que pour le réseau nominal, à un niveau plus ou moins large, en prenant en compte les données textuelles dans le cadre du paragraphe et en se tenant à la forme grammaticale de ces termes structurants. Ainsi, le réseau verbal de la première occurrence de γεωργός (I, 53) peut textuellement être interprété comme une action sur aussi bien qu'une action de, d'autant plus que le terme intervient explicitement à deux reprises (καταβοᾶν ὥσπερ γεωργοὶ γεωργῶν). La citation du verbe en voix active a déterminé son classement à la colonne Action de.

4 Ce qui ne veut pas dire que les forces émanant d'ailleurs représentent des intentions malveillantes.

5 Cf. supra, p. 36.

6 Voir le chapitre suivant.

7 Lib., II, 68 ; XXV, 38.

8 Voir infra, p. 188.

9 Lib., XLI, 10.

10 Lib., XVIII, 95.

11 Les faits qui ont provoqué la colère de Julien sont bien connus. Libanios, Jean Chrysostome et Julien lui-même (à cette occasion il écrit le Misopogon) nous relatent les événements. Voir G. Downey, The economic crisis at Antioch under Julian the Apostate, Studies in honor of A.C. Johnson, Princeton 1951, p. 312 s.

12 Contrairement au discours XV, écrit pendant les événements et prononcé à la Curie où, bien qu'il tente de concilier les opposants, il donne raison à la politique impériale. Notons que l'argument des responsables syriens était que la raréfaction des produits était due à la présence massive de l'armée.

13 Voir infra, p. 176.

14 Lib., II, 74.

15 Lib., XXV, 38. Cf. K. Malzacher, Die Tyche bei Libanios, Strasbourg 1918.

16 Lib., XVII, 27.

17 Voir les remarques de B. Schouler, Discours moraux de Libanios, Paris 1973, p. 82 s., à propos de la Fortune dans la tradition littéraire hellénique.

18 Ou des produits. Durant le Bas-Empire, la contribution au fisc était en argent ou en nature.

19 En XVII, 27, notons que les percepteurs d'impôt sont opposés aux paysans, mais non à leurs associés (cités, archontes, pauvres, etc.). Il y a association car tous, chacun à sa manière, subissent les inconvénients du changement socio-politique qui a suivi la mort de Julien.

20 Lib., I, 63.

21 Lib., XXV, 38.

22 Lib., II, 74.

23 On sait que les successeurs de Julien ont révoqué ou annulé la décision de ce dernier, qui retituait aux villes leurs domaines, confisqués auparavant, et qui étaient exploités par les curiales.

24 Lib., XVIII, 289.

25 Lib., XVIII, 95.

26 Voir infra, p. 242.

27 Voir supra, p. 152.

28 Lib., XLI, 10 ; cf. P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 220 s.

29 Lib., LIX, 118. Lors de sa défaite devant les Romains, le roi des Perses est affecté en apprenant la mort de son fils et le massacre de son armée, comme en voyant la campagne vide de paysans. On pourrait reconnaître ici la même trilogie fondatrice : Le fils du roi – futur roi et tête politique du royaume ; les soldats-gardiens du territoire ; les paysans-dispositif humain nécessaire à la prospérité de l'État.

30 Lib., LXI, 20.

31 En fait, ce n'est pas la campagne et la mer qui sont évoquées par métonymie, mais les habitants des îles, des continents, des bourgades ; il s'agit plutôt d'une anti-métonymie.

32 Bien évidemment, je renvoie à la colonne Connexion.

33 Lib., IV, 15-17. Pour la dernière phrase, comprendre : Il ne voulait pas payer les honoraires des maîtres de son fils.

34 Voir infra, p. 188.

35 Voir ce que notait M. Clavel-Lévêque, Index 11, 1982, p. 302, à propos de l'idéologie esclavagiste d'Horace. A comparer aussi avec P. Bourdieu, La distinction, critique sociale du jugement, Paris 1982, p. 112-125, chapitre II : L'espace social et ses transformations.

36 Le changement du statut social de la part d'un paysan est un acte d'opposition. Seront seules examinées ici les expressions d'opposition inorganiques. Pour les formes d'opposition organisée et systématique, voir infra, p. 221.

37 Cf. M. Vincienne, Du village à la ville, le système de mobilité des agriculteurs, Paris 1972, p. 12.

38 Voir infra, p. 214. Libanios n'est pas le seul à faire cette connexion. En effet, Procope, De bello pers., II, 13, 4, affirme que l'attribut caractéristique minimal du γεωργός est soit un âne, soit un agneau. Dans le corpus des inscriptions safaïtiques, nous avons un certain nombre de documents où figurent les dessins d'animaux (chameaux, dromadaires, chevaux), plus la signature du graveur. Ces inscriptions semblent appartenir à des populations nomades et se référer à d'autres codes culturels que ceux de la Syrie du Nord. Nous retenons toutefois le fait que les animaux constituaient un élément principal au sein des représentations que les campagnards se faisaient de leur propre environnement. A propos des rapports entre animaux et hommes, on comparera utilement avec les conclusions des interventions de J. Bottero, L'homme et l'autre dans la pensée babylonienne et la pensée Israélite, J. Mélèze-modzrejewski, Hommes libres et bêtes dans les droits antiques, et D. Lonys, Hommes et bêtes dans le Moyen-Age chrétien : les Sentences de Pierre Lombard. Toutes furent faites lors du colloque tenu en mai 1973 à Cerisy-la-Salle, publié par L. Poliakov, Hommes et bêtes, entretiens sur le racisme, Paris 1975 ; voir notamment p. 95-99, p. 110-111 et p. 160.

39 Voir supra, p. 126 s.

40 Voir infra, p. 241.

41 Cf. M. Vovelle, Idéologies et mentalités, Paris 1985, p. 208 s. Voir aussi P. Lévêque, Problèmes théoriques de l'histoire des sociétés antiques, Aujourd'hui l'histoire, Paris 1974, p. 84 s.

42 En fait le problème est beaucoup trop ample et complexe pour être abordé et analysé ici dans tous ses aspects : Comment caractérise-t-on un mode de production ? Qu'est-ce que le mode de production dominant ? Qu'est-ce que la formation économique et sociale ? Autant de questions qui dépassent le cadre de ce travail. Des renvois bibliographiques seront donnés à la fin de ce volume.

43 Voir E. Bikerman, Institutions des Séleucides, Paris 1938, p. 176 s. Surtout les considérations de P. Briant, Remarques sur les laoi et les esclaves ruraux en Asie mineure hellénistique, Actes du colloque 1971 sur l'esclavage, Paris 1973, p. 95 s., qui ont provoqué de nombreux travaux sur la question (voir à titre indicatif les contributions de M. A. Levi, de H. Kreissig ou de T. Alfieri dans les Actes du Colloque 1973 sur l'esclavage, Paris 1976). Voir aussi P. Debord, Populations rurales de l'Anatolie gréco-romaine, Atti CeRDAC-CeSDIR 8, 1977, p. 43 s.

44 IGLS, III, 1143. L'époque hellénistique constitue un terminus pris plus ou moins arbitrairement. Dans le Proche-Orient antique, les rapports de production présentent une relative immobilité. L'arrivée des Grecs ne les a pas révolutionnés. Voir M. Heltzer, The rural Community in Ancient Ugarit, Wiesbaden 1976, surtout p. 63 s ; éventuellement, Ed. Lipinski, Studies in Aramaic Inscriptions and Onomastics, Leuven 1975, approche des textes épigraphiques datant du viie et vie siècle avant notre ère ; surtout, M. A. Levi, Au sujet des laoi et des inscriptions de Mnesimachos, Actes du Colloque 1973 sur l'esclavage, Paris 1976, p. 26.

45 Surtout lorsqu'il se trouve au singulier. Cf. E. Bikerman, Sur une inscription grecque de Sidon, Mélanges syriens offerts à R. Dussaud, Paris 1939, p. 90 s. L'inscription en question est datée de moins 199 ; Λαός, au singulier, désigne le corps civique.

46 Voir ce que notait Ed. Frézouls, De la Syrie séleucide à la Syrie romaine, Le dernier siècle de la République romaine et de l'époque augustéenne, Strasbourg 1978, p. 89 : on ne dispose dans les domaines ici négligés (i. e. social et économique) que de sources très insuffisantes pour apprécier les éventuelles transformations intervenues en Syrie durant l'époque romaine. P. Debord, Populations rurales de l'Anatolie, op. cit., p. 62, note que la différenciation sociale à l'intérieur des communautés, provoquée par la conquête romaine, n'a pas entraîné de changement profond du mode de production.

47 Lib., XIV, 45. Sur l'esclavage au Proche-Orient hellénistique : H. Kreissig, L'esclavage dans les villes d'Orient pendant la période hellénistique, Actes du Colloque 1973 sur l'esclavage, Paris 1976, p. 235 s.

48 Voir R. Clausing, The Roman Colonate, Rome 1965, p. 210 s. Aussi P. Briant, Rois, tributs et paysans, Paris 1982, p. 108 s.

49 Ils peuvent aller jusqu'à contribuer à l'élaboration et à la formation de l'idéologie dominante.

50 Cf. infra, p. 221 et 243.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende TABLEAU VIII – Le champ sémantique de γεωργός
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6109/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6109/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Le champ sémantique de γεωργός
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6109/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter