Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Deuxième partie. La terre

Deuxième partie. Conclusion

Texte intégral

1La terre comme objet de possession et objet d'adoration, comme objet de discours polémique et de discours didactique, comme lieu de confits et de réconciliation : on peut énumérer à l'infini les duels qui se jouent autour d'elle. Ils illustrent des contradictions sur lesquelles repose l'édifice socio-économique de l'époque. Une remarque semble pourtant s'imposer. En relisant le discours En faveur des maîtres de rhétorique (XXXI) ou l'Antiochikos (XI), on s'aperçoit qu'il s'agit de discours de Seigneurs : la terre est une affaire de Seigneurs et c'est entre eux qu'elle devient un objet de controverses. La classe inférieure, les humiliores, n'interviennent pas dans le discours de la terre, sauf lorsqu'il y a affaire d'enrichissement. Libanios n'aime pas les choses qui changent, qui bougent, ainsi la mobilité sociale qui met en question le statu quo existant. Elle est acceptée seulement lorsque ce sont les possessores qui la déterminent et la canalisent. Ceux-ci doivent se distinguer par des aptitudes morales et intellectuelles nécessaires au bon fonctionnement et à la reproduction des rapports sociaux. C'est dans ce cadre qu'il faut lire les condamnations que l'orateur fait des puissants, dépourvus de toute notion de justice sociale. Plusieurs contemporains de Libanios, comme aussi Jean Chrysostome ou les autres pères de l'Église, proposent de telles leçons de morale. De tout cela il sera question plus tard.

  • 1 Lib., XLVII, 11.

2Toutes les oppositions qui ont lieu dans la réalité concrète et qui font marcher l'histoire, se trouvent énoncées différemment dans la part idéelle du réel, l'idéologie, la réalité abstraite, chasse gardée des justifications d'un pouvoir. Libanios dit que les maîtres exhortent leurs paysans au travail parce que la terre l'exige1. Les conservateurs sociaux recourent ainsi au mythe, afin de freiner l'évolution des forces productives, et ce mythe est bricolé tel un puzzle de cultures indigènes ou importées, à dominance de culture hellénique. C'est grâce à ce bricolage que le discours cesse d'être perceptible uniquement par les puissants. Tous les milieux et cultures, ruraux et citadins, hellénisés ou non, se créent des représentations nécessaires, qui leur permettent d'avoir accès au mythe, ou bien pour le déterminer ou bien pour en être les victimes, ou pour les deux à la fois. Il y a une communion à cette idéologie des divers milieux et cultures. Ainsi, au moins la part de l'idéologie qui est en rapport avec les forces divines, dont elle est censée dériver, est en position-clé vis-à-vis de la création du consensus social. Cette provenance, quasi-divine pour Libanios, loin des interventions et des interpolations des hommes, lui assure une atemporalité et fait d'elle le lieu privilégié où viennent s'éteindre toutes les oppositions socio-économiques, culturelles et ethniques.

  • 2 À Antioche et pour Libanios exclusivement.
  • 3 Contrairement à toute une littérature qui ne reconnaît aucune importance historique à ce mouvement (...)
  • 4 Voir le dernier chapitre de L. Seve, Structuralisme et dialectique, Paris 1984.

3On a observé aussi la liaison étroite entre lettres grecques et autonomie de la cité. La dernière passe nécessairement par le contrôle des terres et elle est justifiée au moyen des premières. La rhétorique du ive siècle2, puisqu'il s'agit d'un orateur, ne peut pas être vue et examinée indépendamment de son contexte historique3. Elle est la forme qui contient toute la pensée de cette époque et, en tant que telle, elle tient une place capitale dans les affrontements idéologiques, voire dans toute la formation socio-économique considérée dans sa globalité4.

Notes

1 Lib., XLVII, 11.

2 À Antioche et pour Libanios exclusivement.

3 Contrairement à toute une littérature qui ne reconnaît aucune importance historique à ce mouvement littéraire, voire socio-politique. Les contestations avancés peuvent se résumer à une phrase de G. Downey, Personifications of abstract ideas, loc. cit., p. 351 : Literature under the domination of sterile rhetoric became increasingly preoccupied with rigid empty forms – avec indications bibliographiques.

4 Voir le dernier chapitre de L. Seve, Structuralisme et dialectique, Paris 1984.

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter