Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Deuxième partie. La terre

Chapitre quatrième. Terra Beata

Texte intégral

  • 1 Voir H.-I. Marrou, Histoire de l'éducation dans l'Antiquité, Paris 1965, p. 302. Les ἐκφράσεις dév (...)
  • 2 C'est le cas du Panathénaïque d'Aelius Aristide. Cf. R. Barthes, L'ancienne rhétorique. Aide-mémoi (...)
  • 3 N. Loraux, L'invention d'Athènes, op. cit., p. 265.
  • 4 Il ne faut tout de même pas exagérer les différences entre le texte lu au stade et le texte tel qu (...)

1La question essentielle de la place fonctionnelle qu'occupe la terre dans la structure du discours reste cependant à aborder de plus près, en essayant de cerner le problème dans sa spécificité. S'agit-il ici d'un topos ? Si l'on situe l'Antiochikos dans la tradition d'Aelius Aristide et des panégyriques de la Seconde Sophistique, il vaudrait mieux parler d'ἔκφρασις1. Ce type de discours est en effet composé d'une juxtaposition linéaire de thèmes qui traitent de la mythologie ou encore des exploits historiques des habitants de la ville louée2. Les panégyriques ne jouent plus, à l'époque impériale, de rôle essentiel à la vie de la cité, comme au temps des ἐπιτάφιοι athéniens, oraisons funèbres et laudatives du rôle hégémonique d'Athènes. Bien qu'ils émanent du même genre oratoire et satisfont eux aussi à des conditions historiques contraignantes, ils se limitent désormais à une fonction décorative3. Aussi semble-t-il difficile de placer l'Antiochikos dans la stricte lignée de ces panégyriques hellénistiques et romains. Nous avons vu qu'au moment de sa première lecture - et nous allons voir qu'il en va de même lors de sa diffusion écrite4 - cet éloge ne remplit pas un simple rôle décoratif, vide de toute fonctionnalité. S'il se rattache bien, par le genre, aux panégyriques de l'Athènes classique que la disparition des rapports civiques traditionnels a rendus sans objet, comme panégyrique tardif, l'Antiochikos tient tout de même une place à part, semble-t-il, caractéristique des nouveaux rapports civiques.

  • 5 La comparaison s'impose avec les données du Nouveau Testament. Je pense aux attitudes de deux des (...)

2Le τόπος - ou l'ἔκφρασις - des conditions naturelles joue un rôle significatif à cet égard. Nous ne connaissons pas le contenu du discours en l'état de sa première lecture au stade, tout en supposant cependant que sa vocation primordiale était de contribuer à l'obtention d'un consensus entre les différentes classes sociales qui composaient le public. Nous connaissons en revanche le contenu du discours, tel qu'il fut diffusé ensuite par Libanios à ses amis et correspondants, à des membres de la Curie d'Antioche ou d'autres villes, à des cadres de l'administration impériale d'origine curiale, à des sophistes et à des philosophes. Ce second public ne semble pas lui-même complètement homogène. Au chapitre du contrôle des terres, on a distingué ainsi, dans la classe dominante, plusieurs couches qui s'affrontaient et s'opposaient sur plusieurs points, tout particulièrement sur les questions du contrôle de la terre. Des intérêts d'ordre économique et socio-politique fonctionnaient donc de façon contradictoire au sein d'une même classe sociale, dont la cohérence était fondée sur des principes de noblesse et d'éducation, ainsi que sur des intérêts socio-économiques qui, par opposition à ceux des autres classes, convergeaient en dépit de toutes les différenciations secondaires. En ce sens, l'éloge d'une cité, de la terre et des lettres grecques sonnerait comme un appel à la réconciliation de ce second public aux intérêts malgré tout convergents. Auditeurs du stade, les membres des couches dominantes étaient eux aussi concernés lors de la première lecture, où l'obtention d'un consensus plus vaste était l'objet principal. Il n'y a pas de raison de considérer que le discours diffusé, à une échelle plus réduite, perde cet objectif consensuel. Émanant donc d'un cercle de curiales, à l'intention de curiales, tout en appartenant au genre panégyrique, le discours diffusé se veut didactique, illustrant l'unité profonde d'une classe sociale. Il s'agit aussi de proclamer la singularité de celle-ci, puisque ses membres se différencient d'emblée, par leur éducation et leur culture, des autres classes qu'ils doivent guider et administrer. Dès lors, on ne saurait réduire le choix politique dont procède ce panégyrique à une simple fonction décorative, ni voir en ce discours un simple plaidoyer rhétorique, distribué à droite et à gauche, pour le seul contentement vaniteux de Libanios. Le panégyrique retrouve bien ici une valeur ancienne et oubliée : celle d'un discours hégémonique. Éloge de l'Antioche des curiales, a-t-on dit plus haut ; éloge du pouvoir d'une classe sur une autre, à la fois justifié et exercé par la possession d'une culture littéraire, appropriée à la classe dominante et qui reçoit une valeur emblématique5.

  • 6 Cf. G. Bachelard, La terre et les rêveries de la volonté, Paris 1947, p. 23 : Ainsi la matière nou (...)
  • 7 Stéréotype indispensable à la rédaction d'un panégyrique.

3On a dit plus haut que la quête du consensus passe par l'évocation des propriétés communes, du passé historique brillant, des origines presque divines de la ville et de Daphné. Le passé extra tempore, un passé qui est aussi présent, sert de lieu de réconciliation. La terre apparaît comme la propriété commune par excellence et, parce qu'elle reste indifférente au passage du temps, elle s'offre de la meilleure façon comme matière, comme matrice, pour y écrire ce temps, les événements, l'histoire, la dynamique du corps social6. Le τόπος de la terre cesse ainsi d'être un simple stéréotype7, puisque la terre elle-même devient un τόπος-lieu de mémoire, si l'on peut se permettre ce pléonasme.

  • 8 Voir le chapitre introductif de P. Nora, Entre Mémoire et Histoire, Les lieux de Mémoire, 1, La Ré (...)

4Sur la Terre-mère s'épanouit une argumentation qui fait ainsi appel à des hauts-lieux de la mémoire. À la fois matériel, fonctionnel et symbolique, ce lieu est en quelque sorte archive de la mémoire d'un groupe qui y reconnaît aussi - et surtout - ses devoirs8.

DESCRIPTION DES PAYSAGES ET STRUCTURES IMAGINAIRES

5La terre est décrite tantôt sous son aspect naturel, tantôt sous son aspect rural, dans son rapport avec l'homme.

A. LE PAYSAGE NATUREL

  • 9 Panathénaïque, 15. J. H. Oliver, The civilizing power, TAPhS 58, 1. 1968. p. 95.
  • 10 M. Eliade, Images et symboles, Paris 1984, p. 52-53. L'occupation du centre du monde est un thème (...)
  • 11 D'après les milieux des scribes sumériens, la ville, outre son rôle à la création du monde, est d' (...)

6Le récit sur le paysage naturel s'ouvre avec des remarques d'ordre géopolitique et cosmogonique. L'orateur rejette les prétentions de ceux qui insistent pour démontrer que l'emplacement au centre du monde d'une ville ou d'un pays lui confère la suprématie. J. H. Oliver voit ici une réponse au passage du Panathénaïque d'Aelius Aristide, selon lequel Athènes est censée occuper cette place9. On pourrait penser aussi aux mythes fondateurs qui avaient cours dans tout le Proche-Orient. Les grandes cités orientales se voulaient en effet le point central du monde. Babylone était ainsi la porte des dieux, puisque c'était l'endroit où les dieux descendaient sur la terre. Le rocher de Jérusalem pénétrait quant à lui la terre profondément, jusqu'aux eaux souterraines - tehôm -, les eaux du chaos, de l'avant création ; le rocher du temple renfermait même la bouche du tehôm10. Dans les anciens textes littéraires des Sumériens, la ville apparaît dès la phase initiale de la création, comme la condition primordiale de toute existence11.

  • 12 Cf. les remarques de G. Durand, Les structures anthropologiques de l'imaginaire, Paris 1984, p. 48 (...)
  • 13 L'autre bout du monde semble se situer en Gaule, là où l'Océan commence ; cf. XXXIX, 19 et XXVIII, (...)
  • 14 Sur les représentations de l'espace que se faisaient les Grecs, voir G. Aujac, Les représentations (...)

7Pourtant, le rejet de cette croyance va de pair avec l'adoption d'une autre : Antioche se situe à l'un des points cardinaux, le plus éclatant, le point majeur dans le régime diurne de l'image : elle est la première à voir le soleil triomphant12. L'orateur tente ainsi d'attribuer à sa ville un autre centre, là même où la vie commence13. Il faut assurément faire la part du caprice rhétorique, du plaisir de contre-attaquer et de rejeter une formule usée au profit d'une autre, plus impressionnante. L'élaboration sophistiquée d'une croyance plus ou moins répandue cache cependant une intention précise. Situer Antioche au centre du monde ou à la pointe d'un triangle qui reçoit la première les bénéfices du soleil n'a de sens en soi que dans le cadre d'une étude anthropologique approfondie. Ce qui importe ici, c'est que l'orateur va chercher des arguments jusque dans l'ordre cosmogonique pour justifier la place hégémonique qu'il exige pour sa cité. Il est toutefois difficile de tirer des conclusions supplémentaires et définitives sur le discours d'hégémonie sans prendre en compte la geste des hommes, bientôt relatée. Une analyse globale de l'ouvrage apparaît donc indispensable pour se faire, autant que passionnante14.

  • 15 G. Durand, Les structures, op. cit., p. 223-224.

8Thématiquement à l'opposé de la référence au soleil, mais complémentaires de la description spatiale, se trouvent les informations sur la terre et le sol. Profonde, riche, malléable, sont les trois épithètes employés qui assurent la transition entre la lecture du paysage rural et l'évocation des cultures florissantes, qui suit immédiatement. Cette terre qui, avant toute culture, précède le sol des semailles et du labour, s'oppose encore au soleil éclairant. Elle présente ainsi l'autre face de l'imaginaire spatial : le régime nocturne15, dans sa dynamique, où la nuit devient en quelque sorte annonciatrice de l'aube. Après les images ascendantes de la cosmogonie, on descend vers les lieux proches et palpables de la nature. Le sol - qui sera cultivé -, les sources, le climat tempéré, constituent autant d'éléments intimes qui impliquent toute une cosmologie, dont les lois éternelles assurent le bon fonctionnement.

  • 16 G. Bachelard, La terre et les rêveries de la volonté, op. cit., p. 78.
  • 17 Cf. les remarques de P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 141-142. M. Clavel-Lévê (...)

9La terre malléable concrétise et matérialise cette pâte idéale qui existe dans l'imaginaire commun. Elle résulte de la combinaison de deux forces équilibrées : la résistance géophysique et la souplesse provocatrice de l'araire paysan16. Ce dualisme, cette coexistence de deux forces opposées sont dissimulés. Dans la succession des saisons, le changement climatique est caractérisé par sa constance, par une volonté de ne pas créer de grands bouleversements. Le relief apparaît sous un double aspect, mais complémentaire : montagnes hautes et courbes modérées ; montagnes qui forment les limites - la muraille naturelle -, mais aussi montagnes qui laissent des voies d'accès. Les forces naturelles sont quant à elles saisies et exposées dans une dualité équilibrée impliquant stabilité et permanence. Le caractère bon et fécond l'emporte sur son contraire. Le passage du paysage naturel au paysage rural se fera donc sans difficulté. Il n'est pas nécessaire de déployer des efforts particuliers pour conquérir et maîtriser la nature. Les fauves, par exemple, doivent être importés pour les chasses, pendant les Jeux. Libanios aime d'ailleurs à assister à ce spectacle où l'on voit la force humaine s'imposer à celle de la vie sauvage17.

B. LE PAYSAGE RURAL

10L'homme est venu s'installer sur cette excellente terre et la travailler. Commençons par les fruits du travail. Libanios semble savoir faire la distinction entre monoculture et polyculture, plantations et semailles. Il donne la première place aux trois produits principaux de la Syrie et du monde méditerranéen : l'huile, le vin et le blé. C'est pareillement que nous lisons, sur les deux linteaux de la porte d'une grande maison de l'époque de Libanios, ou à peine postérieure, à El-Bara, aux confins méridionaux de l'Antiochène :

  • 18 IGLS, IV, 1462 : Vous m'avez donné joie au cœur. Par nos récoltes de blé, de vin et d'huile, nous (...)

Ἔδωκας μοι εὐφροσύνην εἰς τὴν καρδίαν μου ἀπὸ καρποῦ σίτου καὶ οἴνου καὶ ἐλλέου ἐνεπλήσθωμεν ἐν ἰρήνῃ Δόξα Πατρὶ καὶ Yἱῷ καὶ Ἁγίῳ Πνεύματι18

  • 19 Cf. IGLS, IV, 1459, en latin, trouvée à l'intérieur d'une villa :
    Nectareos succos Baccheia munera (...)

11Cette inscription figure parmi de nombreuses autres qui célèbrent aussi les trois produits fondamentaux19. À travers des témoignages littéraires et épigraphiques, nous pouvons déceler des pratiques et des usages communs aux chrétiens et aux païens, qui associent largement au divin la production des biens. Les textes laissent bien entendre qu'il s'agit là d'un rapport de cause à effet. Chez Libanios, Déméter et Dionysios fournissent les produits qui leur correspondent. La terre est elle-même personnifiée, voire divinisée ; souvent l'orateur parle d'elle comme s'il s'agissait d'une personne.

  • 20 E. Littmann, Syria : Publications of the Princeton Univ. Archeological Expeditions to Syria in 190 (...)
  • 21 Littmann, IV, C, 504. Voir aussi L. Robert, Études anatoliennes, Paris 1937, p. 243.
  • 22 Littmann, IV, C, 1202.

12Des inscriptions en langue sémitique20, soit des documents qui reflètent le mieux les pratiques des indigènes restés à l'écart de l'hellénisation, présentent certains indices qui nous renseignent sur les croyances locales. Leurs témoignages portent sur les cultes rendus aux forces naturelles par les paysans anatoliens. Ainsi avons-nous une prière qui demande une prospérité accrue21 ou des formules du genre de celle-ci : Aide Shai qui est dans un pays exposé au Soleil22.

  • 23 À comparer avec les remarques de R. Barthes relatives au Guide Bleu dans Mythologies, Paris 1970, (...)

13Pour les uns et pour les autres, pour le citadin Libanios comme pour les campagnards sémites, la production agricole est assurée par les dieux qui désignent eux-mêmes les produits, selon une acception métonymique de leurs noms. La divinisation de la terre confirme aussi l'impression de permanence ou de stabilité que suggérait déjà le duel des forces opposées d'où procédait la naissance du paysage rural. Tout est éternel. Rien ne change. Les paysans mènent leurs animaux sans se fatiguer, puisque la terre est plate23. De plus, leur labeur se trouve récompensé. L'abondance de la récolte instaure alors un durable équilibre qui est entente entre le divin et l'humain pour la bonne disposition de la terre. L'homme n'est donc pas présenté en maître de la nature, puisque celle-ci est divine : elle est la bonne fée qui lui donne tout.

  • 24 Cf. P. Nora, Entre Mémoire, op. cit., p. xix.
  • 25 Goethe rapporte dans son Italienische Reise : J'ai toujours utilisé mon regard de géologue et de p (...)

14La divinisation de la nature implique une détemporalisation de l'espace. Les dieux existent depuis toujours et la terre n'est qu'une éternité, une permanence caractérisée par la fécondité et la créativité. Le temps se lit comme un présent éternel. C'est ainsi que la terre peut être perçue comme un lieu de mémoire24. En même temps, elle est - et sera dans la suite du discours - le support pour la lecture du déroulement des faits historiques. On revient toujours à cette notion de la terre comme lieu de mémoire, archive, devoir25.

DE L'IMAGINAIRE À LA PRATIQUE DISCURSIVE, DIDACTIQUE ET CONFLICTUELLE

  • 26 A. H. J. Jones, Cities of the Eastern Roman Provinces, Oxford 1971, p. 227 : Syria has almost been (...)
  • 27 Voir G. Ostrogorsky, Byzantine cities in the Early Middle Ages, DOP 1959, p. 65. Les reflets de ce (...)

15L'imaginaire antiochien est allé chercher jusque dans la cosmogonie les fondements d'une théorie justificatrice de son hégémonisme. Dans l'Antiochikos, les spécificités territoriales interviennent pour établir les différenciations vis à vis d'autrui. Celles-ci ne reposent pas sur le pittoresque mais sur une conception réaliste : la cité est autonome, peut se satisfaire avec tout ce qu'elle produit elle-même, sans éprouver aucun besoin d'aller rien chercher ailleurs ; en revanche, les autres viennent se procurer chez elle ce qu'elle leur donne. Il n'est pas question de l'empire romain et Antioche n'apparaît pas comme appartenant à l'ensemble politique qu'il constitue. Peut-être s'agit-il d'une ancienne tradition selon laquelle la Syrie se trouvait partagée entre des cités-états et, pour cela, toujours soumise à l'autorité d'un occupant étranger26 ? Le discours démontre en tout cas une volonté de préserver les différences et les emblèmes de distinction, de procurer à ses destinataires des points de repères utiles à leur identification ethno-régionale, que la centralisation impériale tend à dissoudre inexorablement. L'Antiochikos doit être à cet égard le tout dernier éloge de la cité-Curie avant son effondrement complet. Dans cette perspective, nous pouvons saisir l'évocation de la terre non comme un simple topos rhétorique, mais en tant qu'elle remplit une fonction réelle, dans les conflits noués autour de l'existence d'une institution ancienne : la πόλις antique. Ce n'est pas que la ville cesse d'exister ou que son rôle se réduise pendant le Haut-Moyen-Age byzantin. C'est que ses structures changent, entraînant la fin des institutions qui définissaient la cité antique. Ainsi le développement des thèmata et l'installation d'un stratègos dans chaque ville importante27 ont-ils impliqué la mise à l'écart des conseils municipaux et le déclin politique de l'aristocratie locale.

  • 28 G. Lachenaud, Connaissance du monde et représentations de l'espace dans Hérodote, Hellenica 32, 19 (...)
  • 29 J.-J. Rousseau, Du contrat social, Paris 1977, p. 249.
  • 30 Cf. M. Castells, La question urbaine, Paris 1970, p. 287 et C. Broumberger, G. Ravis-Giordani, Esp (...)
  • 31 Lib. XI, 33 : καὶ διαφέρομεν οὐδὲν τῶν πορευομένων ἐκείνας τὰς ὁδούς, ὅσαι πηγαῖς σκιεραῖς καὶ τόπ (...)

16Pour lors, la cité, voire la Curie, sont toujours des institutions vivantes qui assurent encore le pouvoir local. Si le recours à la cosmogonie justifie explicitement les tendances hégémoniques d'Antioche, l'évocation de l'aspect naturel du site n'en est pas plus innocente. L'orateur exalte un climat doux, tempéré, dépourvu d'extrêmes : on songe à Hérodote ou à J.-J. Rousseau. Le premier plaçait le centre du monde en Grèce et en Ionie, dont le climat ne connait pas d'excès de chaleur ni de froid28. Le second allait plus loin, soutenant que le despotisme convient aux pays chauds, la barbarie aux pays froids, et réservant le bon régime politique aux pays soumis à des conditions climatiques intermédiaires29. Pour Libanios, le paysage de l'Antiochène est fécond, stable, de nature divine ; c'est là la plus grande qualité de la cité des curiales. Sans aller jusqu'à parler d'une adéquation des propriétés de la nature et de la Curie, on peut relever chez Libanios une tendance à concevoir sa cité, au plan politique, selon l'image qu'il se fait de son territoire. L'association est frappante : il y a, en quelque sorte, spatialisation d'une réalité sociale30. Les curiales, à l'unisson de leur terre, incarnent des valeurs stables et éternelles, ils rendent hommage aux dieux. De même que, propice à être cultivée, la terre est bonne aux paysans, de même les curiales font office de père vis-à-vis du peuple. Beaucoup plus qu'une figure rhétorique, la comparaison finale des passagers aux champs élysées terrestres31 résume parfaitement l'idéologie propre aux curiales.

  • 32 Paysage réel et coulisse idyllique dans la Mosella d'Ausone, REL 48, 1970, p. 376-397.

17La géographie et la description du site se trouvent donc au service d'un pouvoir et relèvent des superstructures idéologiques. Libanios n'innove pas en la matière. On peut se référer aux nombreux travaux qui analysent des thèmes semblables, ainsi la vie à la campagne telle qu'elle est traitée chez les poètes et les écrivains du début du Principat ou à peine plus tardifs. On retiendra aussi le cas du quasi contemporain de Libanios qui, poète, vivait à l'autre bout de l'Empire : Ausone, auteur de La Moselle. Ch.-M. Ternes32 a démontré qu'à côté des descriptions réelles du paysage mosellan, il en existe d'autres, dans ce poème, qui idéalisent et embellissent particulièrement la frontière septentrionale de l'Empire. Celles-ci, selon ce savant, font partie d'une campagne de propagande organisée par Valentinien Ier, lors des campagnes militaires de ce dernier sur le limes germanique. L'immensité de la terre, avec sa diversité d'images, s'offre toujours à des interprétations multiples, dont celles qui sont au service d'un pouvoir impérial ou municipal.

Fig. 7 - Mosaïque de Γῆ et des Saisons (3e quart du ve siècle ?)

Fig. 8 - Mosaïque de Γῆ et des Καρποί (2e quart du ive siècle)
(D. Levi, Antioch Mosaic Pavements. Princeton 1947, pl. LΧXXI et LXII)

Fig. 9 - Maison de Γῆ et des Saisons (3e quart du ve siècle)
(D. LEVI, op. cit., pl. CLXIX)

Fig. 10 – Comparaison de avec les autres personnifications : Mεγαλοψυχία
(D. LEVI op. cit., pl. LXXVI)

Fig. 11 - Divinté avec corne d'abondance
(M. DUNAND, Syria 7, 1926, pl. LXIX)

Fig. 12 - Ἀγρός et Ὀπώρα
(D. LEVI. op. cit., pl. XLII)

  • 33 Voir la récente mise au point par J. Balty, Les mosaïques de Syrie au ve siècle et leur répertoire (...)
  • 34 H. Lavagne, Remarques sur l'Aiôn de la mosaïque de Sentinum, MRT, p. 35.
  • 35 R. Bianchi-Bandinelli, Rome. La fin de l'art antique, Paris 1970, p. 335.

18À Antioche, l'idéologie de la terre ne se raconte pas seulement oralement : elle peut être visualisée, puisqu'elle fait l'objet de mosaïques qui datent de la fin du ive et du ve siècle33. Ainsi, Γή se rencontre sur les planchers de villas opulentes et de thermes, tant à Antioche qu'à Daphné. Elle est personnifiée sous la forme d'une figure féminine, souvent accompagnée par des motifs tels que la corne d'abondance ou des personnifications de fruits (Καρποί), ou encore entourée des quatre Saisons. Certes, des thèmes semblables - la Terre-mère, les Saisons - sont en vogue, à Rome, dès l'époque augustéenne34 ; ils s'inscrivent même dans des traditions hellénistiques35. Mais ce n'est pas leur origine ni leur évolution qui nous intéressent ici. Il nous suffit de reconnaître que la personnification de la terre est bien pratiquée à l'époque que nous étudions. Il importerait de dégager le sens de cette représentation. S'il faut beaucoup de qualités pour entrer dans les labyrinthes de l'analyse sémiologique et iconographique, en marge d'un travail qui porte sur le discours littéraire, on prendra poutant le risque de quelques remarques.

  • 36 D. Levi, Antioch Mosaïc Pavements, Princeton 1947, p. 187 et 264. D'ailleurs le thème de la terre (...)
  • 37 G. Downey, Personifications of abstracts ideas in the Antioch Mosaïcs, TAPA 79, 1938, p. 350 : A g (...)
  • 38 J. Balty, Iconographie classique et identités régionales : les mosaïques romaines de la Syrie, Act (...)

19Tout d'abord, les représentations iconographiques des figures 7 à 12 peuvent former, du point de vue chronologique et spatial, un ensemble homogène avec les discours étudiés. C'est aussi le cas du point de vue de l'énonciateur. On a vu que les mosaïques proviennent de grandes villas, elles devaient par conséquent exprimer la vision de leurs propriétaires, conformément à la culture hellénique propre aux classes dirigeantes. D. Levi a largement souligné leur relation avec la mythologie grecque36. Certes, des mosaïques semblables, figurant la Terre et les Saisons, se trouvent aussi sur les planchers des thermes, édifices qui connaissaient une fréquentation plus variée que ces villas. Le cercle des récepteurs du même message devait donc être plus large qu'on l'a dit pour les mosaïques des villas37. Ces mosaïques des thermes, avec leurs inscriptions, suggèrent une communion de plusieurs groupes sociaux en un même ensemble de représentations mentales. Leur thématique reflète des idées largement répandues dans la région, encore que l'adoption de tels motifs décoratifs ne soit pas dépourvue de sens. Mosaïques de villas privées ou mosaïques de thermes publics ont en effet la même origine. On sait que, dans la majorité des cas, la construction des thermes relevait de l'évergétisme des riches citoyens. L'appartenance sociale et culturelle des commanditaires ne fait ainsi pas de doute. J. Balty, travaillant sur l'iconographie classique et l'identité régionale des mosaïques romaines de la Syrie, est amenée à soutenir que la mosaïque était essentiellement un art de luxe, réservé à une frange privilégiée des gens fortunés qui pouvaient être véritablement hellénisés ou simplement soucieux de manifester leur faste en suivant une mode38. C'est justement ainsi que s'opère le passage des simples représentations mentales à l'idéologie qui veut imposer un sens - celui des énonciateurs - à ces représentations.

  • 39 G. Downey, Personification of abstract ideas, loc. cit., p. 351.

20Les personnifications de la terre - Γῆ - sont étroitement associées aux figures qui représentent des idées abstraites telles que Μεγαλοψυχία, Δύναμις, Βίος, Τρυφή, Ἀπόλαυσις Κτίσις. L'association s'opère par la similitude des traits et des caractéristiques stylistiques, ainsi que par l'association spatiale, lorsque deux figures font partie d'une seule construction. G. Downey, travaillant sur l'image de Μεγαλοψυχία, a pu avancer l'hypothèse que le propriétaire de la villa où elle figure l'a commandée parce qu'il était magnanime lui-même, ou parce qu'il admirait cette vertu39. La Μεγαλοψυχία concernait principalement l'Empereur et, par extension, un grand personnage politique.

  • 40 Voir surtout J. Balty, Mosaïque de Gê et des saisons à Apamée, Syria 50, 1973, p. 346 et E. Will, (...)
  • 41 Voir la notice d' A. Grabar, Programmes iconiques à l'usage des propriétaires des latifundia romai (...)
  • 42 Voir supra, p. 125.

21Peut-on considérer la représentation de Γῆ selon le même angle, y voir l'emblème et la carte d'identité d'un propriétaire tirant tous ses revenus de la terre et, en même temps, comme un ex-voto à la divinité dispensatrice40 ? Sur la mosaïque du Seigneur Julius, à Carthage, on trouve ainsi des scènes de travaux ou de plaisirs caractéristiques de chacune des quatre saisons. Julius et sa femme apparaissent à deux reprises. On comprend la volonté du propriétaire-énonciateur de s'identifier, ou encore de mettre expressément sa signature sur les messages iconiques de la mosaïque41. D'autre part, il y a une représentation de Γῆ qui se trouve en étroite connexion avec une mosaïque où figure Κτίσις, l'Univers. L'image de la Terre est caractérisée par une litote en ce qui concerne les signes de fécondité et de fertilité ; elle est entourée par les quatres Saisons. Faut-il lire ici Γῆ au sens de l'œcoumène, ce qui trahirait les fantasmes du propriétaire voulant se considérer comme un maître tout puissant ? Nous avons des équivalents chez de grands propriétaires d'Occident, qui se font construire des villas à l'image des palais impériaux. De même, si Δεσπότης désigne l'Empereur sur les inscriptions, dans les textes littéraires, il devient le terme propre du Seigneur42.

22À côté des représentations de Γή, il y a aussi des représentations iconiques d'Ἀypός, souvent accompagné par Ὀπώρα ou des Καρποί. Γῆ et Ἀγρός paraissent pratiquement synonymes d'après leur contexte, tant littéraire qu'iconique. Γῆ se réserve une place plus abstraite et générale, tandis qu'Ἀγρός semble exprimer concrètement l'immensité terrestre.

23Toutes ces interrogations ne peuvent trouver ici leur solution, d'autant qu'il faut s'attendre à une pluralité de solutions, résultant de tout un bricolage de processus et de facteurs. Seul compte le témoignage direct sur les réalités que nous apporte Libanios. Il existe bel et bien un discours de la terre qu'il importe de chercher, tant dans les données iconographiques que dans les données littéraires.

Notes

1 Voir H.-I. Marrou, Histoire de l'éducation dans l'Antiquité, Paris 1965, p. 302. Les ἐκφράσεις développent un thème indépendant ; elles peuvent servir d'exercices oratoires aux écoles de rhétorique. N. Loraux, L'invention d'Athènes, Paris 1981, p. 265.

2 C'est le cas du Panathénaïque d'Aelius Aristide. Cf. R. Barthes, L'ancienne rhétorique. Aide-mémoire, Communications 16, 1970, p. 183.

3 N. Loraux, L'invention d'Athènes, op. cit., p. 265.

4 Il ne faut tout de même pas exagérer les différences entre le texte lu au stade et le texte tel que nous le connaissons.

5 La comparaison s'impose avec les données du Nouveau Testament. Je pense aux attitudes de deux des évangélistes à l'égard de la ville de Jérusalem. Pour Matthieu, le moins cultivé des quatre, la grande ville se montre coupable et indigne de sa vocation en rejetant son Messie. Elle est châtiée par sa destruction en 70. Pour Luc, tributaire de sa παιδεία hellénique, elle est l'espace central où s'accomplit l'histoire du salut. L'intérêt ne se trouve pas dans la comparaison entre l'Antioche de Libanios et la Jérusalem des Apôtres, mais entre les deux contemporains, Matthieu et Luc, de culture différente. À ce propos : J. Zumstein, L'image de Jérusalem dans les Évangiles, La ville au Proche-Orient Ancien, Leuven 1983, p. 263 et 266.

6 Cf. G. Bachelard, La terre et les rêveries de la volonté, Paris 1947, p. 23 : Ainsi la matière nous révèle nos forces. Elle suggère une mise en catégories dynamiques de nos forces. Elle donne non seulement une substance durable à notre volonté, mais encore des schémas temporels bien définis à notre patience. Aussitôt, la matière reçoit de nos rêves tout un avenir de travail ; nous voulons la vaincre en travaillant.

7 Stéréotype indispensable à la rédaction d'un panégyrique.

8 Voir le chapitre introductif de P. Nora, Entre Mémoire et Histoire, Les lieux de Mémoire, 1, La République, Paris 1984, p. xxv s.

9 Panathénaïque, 15. J. H. Oliver, The civilizing power, TAPhS 58, 1. 1968. p. 95.

10 M. Eliade, Images et symboles, Paris 1984, p. 52-53. L'occupation du centre du monde est un thème cher aux mythologies des Indo-européens et des Sémites. Je regrette de ne pas avoir pu consulter les travaux de W. H. Rocher, Der Omphalosgedanke bei verschiedenen Völkern, besonders den semitidchen, Berichte über die Verhandlung der sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig, Phil.-Hist., 70, 2, 1918 et H. P. L'orange, The cosmic city of the Ancient East, Oslo 1953.

11 D'après les milieux des scribes sumériens, la ville, outre son rôle à la création du monde, est d'origine divine, endroit privilégié dans l'ordre cosmique, résidence des dieux et du roi. Ses murailles la protègent des dangers émanant de la région non urbanisée, qui de plus n'est pas régie par l'ordre cosmique. Enfin, la ville crée les conditions de la prospérité et du bonheur des Sumériens. Voir F. Brueschweiler, La ville dans les textes littéraires sumériens, La ville au Proche-Orient Ancien, Leuven 1983, p. 181.

12 Cf. les remarques de G. Durand, Les structures anthropologiques de l'imaginaire, Paris 1984, p. 480 s.

13 L'autre bout du monde semble se situer en Gaule, là où l'Océan commence ; cf. XXXIX, 19 et XXVIII, 20 : μήτε τῇδε μήτε ἐν Γαλάταις. On ne peut s'empêcher d'évoquer un vers tiré d'une composition de l'Occident médiéval, Le voyage de Charlemagne à Jérusalem, III, 49, où Antioche paraît comme le bout du monde aux Occidentaux.

14 Sur les représentations de l'espace que se faisaient les Grecs, voir G. Aujac, Les représentations de l'espace géographique ou cosmologique dans l'Antiquité, Pallas 17, 1981, p. 3 s.

15 G. Durand, Les structures, op. cit., p. 223-224.

16 G. Bachelard, La terre et les rêveries de la volonté, op. cit., p. 78.

17 Cf. les remarques de P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 141-142. M. Clavel-Lévêque, L'Empire en jeux. op. cit., p. 78 s., aborde dans sa globalité le problème de la symbolique des chasses dans les jeux romains et de son utilisation au plan politique.

18 IGLS, IV, 1462 : Vous m'avez donné joie au cœur. Par nos récoltes de blé, de vin et d'huile, nous avons été comblés dans la paix. Il s'agit de l'ancienne bourgade de Καπροπήρα qui domine une large plaine fertile. Sur la trilogie méditerranéenne, blé, vigne, olivier, voir F. Braudel, La Méditerranée. L'espace et l'histoire, Paris 1985, p. 41 s.

19 Cf. IGLS, IV, 1459, en latin, trouvée à l'intérieur d'une villa :
Nectareos succos Baccheia munera cernis
Quae bitis genuit, aprico sale refecta.

20 E. Littmann, Syria : Publications of the Princeton Univ. Archeological Expeditions to Syria in 1904-1905 and 1909, Division IV, Semitic Inscriptions, Leyden 1934.
Vol. IV, A inscriptions nabatéennes
Vol. IV, B inscriptions sémitiques
Vol. IV, C inscriptions safaïtiques
La grande majorité des inscriptions date de la haute période byzantine et se rapporte à la religion chrétienne.

21 Littmann, IV, C, 504. Voir aussi L. Robert, Études anatoliennes, Paris 1937, p. 243.

22 Littmann, IV, C, 1202.

23 À comparer avec les remarques de R. Barthes relatives au Guide Bleu dans Mythologies, Paris 1970, p. 121-125 : Le Guide Bleu ne connaît guère le paysage que sous la forme du pittoresque. Est pittoresque, tout ce qui est accidenté... Il ne répond en fait à aucune des questions qu'un voyageur moderne peut se poser en traversant un paysage réel et qui dure. La sélection des monuments supprime à la fois la réalité de la terre et celle des hommes, elle ne rend compte de rien de présent, c'est-à-dire d'historique...

24 Cf. P. Nora, Entre Mémoire, op. cit., p. xix.

25 Goethe rapporte dans son Italienische Reise : J'ai toujours utilisé mon regard de géologue et de paysagiste, pour étouffer l'imagination et le sentiment et conserver un vision libre et claire des lieux. Alors, étrangement, l'histoire s'y rattache d'une façon vivante, on ne comprend pas ce qui nous arrive et j'ai la plus grande nostalgie de lire Tacite à Rome (De Ferrare à Rome, Terni, 27 octobre au soir - trad. J. Naujac, Paris 1980, p. 245).

26 A. H. J. Jones, Cities of the Eastern Roman Provinces, Oxford 1971, p. 227 : Syria has almost been divided into a number of small cities. Voir aussi Ed. Frézouls, De la Syrie séleucide à la Syrie romaine, Le dernier siècle de la République romaine et l'époque augustéenne, Strasbourg 1978. p. 77.

27 Voir G. Ostrogorsky, Byzantine cities in the Early Middle Ages, DOP 1959, p. 65. Les reflets de ces changements sur l'aspect extérieur des villes sont étudiés par H. Kennedy, From Polis to Madina : Urban change in Late Antique and Early Islande Syria, Past and Present 106, 1985, p. 33-37.

28 G. Lachenaud, Connaissance du monde et représentations de l'espace dans Hérodote, Hellenica 32, 1980, p. 42.

29 J.-J. Rousseau, Du contrat social, Paris 1977, p. 249.

30 Cf. M. Castells, La question urbaine, Paris 1970, p. 287 et C. Broumberger, G. Ravis-Giordani, Espace donné, espace produit ; esquisse d'une approche ethnologique du concept de l'espace, Pratiques et représentations de l'espace dans les communautés méditerranéennes, Paris 1976, p. 15. Voir aussi A. Gourevitch, Les catégories de la culture médiévale, Paris, 1983 p. 50.

31 Lib. XI, 33 : καὶ διαφέρομεν οὐδὲν τῶν πορευομένων ἐκείνας τὰς ὁδούς, ὅσαι πηγαῖς σκιεραῖς καὶ τόποις ἀναπαυστηρίοις ἀπ'ἀρχῆς εἰς τέλος διειλημμέναι μετ'εὐθυμίας ὁδοιπόρους παραπέμπουσιν.

32 Paysage réel et coulisse idyllique dans la Mosella d'Ausone, REL 48, 1970, p. 376-397.

33 Voir la récente mise au point par J. Balty, Les mosaïques de Syrie au ve siècle et leur répertoire, Byzantion 54, 1984, 2, p. 437-468 + XVI pl. Je renvoie aussi au recueil d'articles Mosaïque romaine tardive, éd. N. Duval, Paris 1981. Il est relatif aux programmes iconographiques en Afrique et plus spécialement à la représentation du temps.

34 H. Lavagne, Remarques sur l'Aiôn de la mosaïque de Sentinum, MRT, p. 35.

35 R. Bianchi-Bandinelli, Rome. La fin de l'art antique, Paris 1970, p. 335.

36 D. Levi, Antioch Mosaïc Pavements, Princeton 1947, p. 187 et 264. D'ailleurs le thème de la terre et des saisons était très répandu dans l'art impérial. Il figure sur des monnaies d'Hadrien et se rencontre tout au long du Bas-Empire. Cf. G. M. A. Hanfmann, The Season Sarcophagus in Dumharton Oaks, Cambridge (Mass.), 1951, p. 172, 219 s.

37 G. Downey, Personifications of abstracts ideas in the Antioch Mosaïcs, TAPA 79, 1938, p. 350 : A great part of the peculiar importance of the personifications at Antioch is that they represent the ideas of wider circles of society than do the litterary expressions of the same period.

38 J. Balty, Iconographie classique et identités régionales : les mosaïques romaines de la Syrie, Actes du coloque, Iconographie classique et identités régionales, Paris 1986 p. 403 et 405.

39 G. Downey, Personification of abstract ideas, loc. cit., p. 351.

40 Voir surtout J. Balty, Mosaïque de Gê et des saisons à Apamée, Syria 50, 1973, p. 346 et E. Will, Une nouvelle mosaïque de Chahba-Philippopolis, Ann. Arch. Syrie 3, 1953, p. 39 s.

41 Voir la notice d' A. Grabar, Programmes iconiques à l'usage des propriétaires des latifundia romains, CArch 12, 1962 p. 394.

42 Voir supra, p. 125.

Table des illustrations

Légende Fig. 7 - Mosaïque de Γῆ et des Saisons (3e quart du ve siècle ?)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6106/img-1.jpg
Fichier image/, 461k
Légende Fig. 8 - Mosaïque de Γῆ et des Καρποί (2e quart du ive siècle)(D. Levi, Antioch Mosaic Pavements. Princeton 1947, pl. LΧXXI et LXII)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6106/img-2.jpg
Fichier image/, 306k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6106/img-3.jpg
Fichier image/, 616k
Légende Fig. 9 - Maison de Γῆ et des Saisons (3e quart du ve siècle)(D. LEVI, op. cit., pl. CLXIX)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6106/img-4.jpg
Fichier image/, 423k
Légende Fig. 10 – Comparaison de avec les autres personnifications : Mεγαλοψυχία(D. LEVI op. cit., pl. LXXVI)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6106/img-5.jpg
Fichier image/, 931k
Légende Fig. 11 - Divinté avec corne d'abondance(M. DUNAND, Syria 7, 1926, pl. LXIX)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6106/img-6.jpg
Fichier image/, 439k
Légende Fig. 12 - Ἀγρός et Ὀπώρα(D. LEVI. op. cit., pl. XLII)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6106/img-7.jpg
Fichier image/, 900k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter