Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Deuxième partie. La terre

Chapitre troisième. La perception de l'espace

Texte intégral

  • 1 B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 668.
  • 2 Ibidem, p. 764 s.

1La terre est donc à l'origine de la richesse et du prestige social des uns, lieu et objet du travail des autres, qui assurent par elle leur survie quotidienne. Sa place est capitale dans le fonctionnement de la société antique qui n'a pas manqué d'exalter la terre, dans la sphère de l'imaginaire, et de la doter de propriétés symboliques, idéologiques et parfois divines. Γῆ exerce ainsi une fonction primordiale, matérielle et nourricière. Elle peut apparaître comme équivalente à Dèmèter, bien qu'elle se trouve parfois avec elle en position antithétique, l'une dominant l'agriculture, l'autre la végétation naturelle1. Cette image de la terre apparaît davantage dans l'œuvre pédagogique de Libanios, où se rencontrent souvent des mythes chtôniens2. Parmi les discours libaniens, nous pouvons isoler un passage de l'Antiochikos où la terre, tenant la place du héros, est présentée à la fois concrètement, dans son rôle réel, et sous un aspect mythifié, personnifié et embelli.

LE DISCOURS XI - ANTIOCHIKOS

  • 3 En réalité, la date du discours a été assez controversée : R. Foerster, l'éditeur du discours dans (...)
  • 4 Le programme des Jeux comportait des courses, des chasses, des repésentations théâtrales, des conc (...)
  • 5 La psychologie de la masse, impatiente de suivre le spectacle, ne devait pas permettre la lecture (...)
  • 6 Ep., 1038 : ἴσθι τοίνυν τὸν σόν τε καὶ ἐμὸν ἑταῖρον ἀστράψαντα μὲν παρ’ ἡμῖν τοῖς λόγοις, οὕς ἔδει (...)
  • 7 Lib., LX, 7 et Ep., 1183.
  • 8 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 143 ; E. Demougeot, De l'unité à la division (...)
  • 9 Lib., LX, 7.

2Cet éloge d'Antioche fut composé et prononcé à l'occasion des Jeux Olympiques d'Antioche de 3563. En fait, il est peu question des Jeux dans ce discours, véritable hymne à la ville natale de l'orateur. Les historiens modernes se sont peu intéressés aux circonstances dans lesquelles il fut prononcé. On sait cependant que les Jeux se déroulaient en plusieurs endroits : à l'hippodrome, à l'amphithéâtre, au théâtre, au Pléthre4, tant à Antioche qu'à Daphné. Il est peu vraisemblable que ce discours ait été prononcé dans l'un d'eux avant le commencement d'un concours ou d'un spectacle5. Admettons dans un premier temps qu'il s'agit plutôt d'un discours de clôture. La correspondance de l'orateur nous indique6 que la cérémonie de clôture se déroulait au stade olympique de Daphné. Après les dernières épreuves et le couronnement des vainqueurs, intervenait le discours final7. Les Antiochiens suivaient les Jeux à Daphné8. L'auditoire devait donc se former de la foule venue d'Antioche et d'autres endroits de l'Antiochène, des étrangers qui suivaient les concours - on sait que 17 villes syriennes étaient invitées à assister aux Jeux9 - et, bien évidemment, du corps curial de la ville.

  • 10 Lib., XLI, 11 : curiales et familles de curiales, professeurs et élèves, paysans, avocats, artisan (...)

3Tout ce public assez hétérogène se trouve ici en quelque sorte homogénéisé, dès l'exorde, par quatre occurrences du pronom personnel à la deuxième personne du pluriel (ὑμῖν), auquel se substituera progressivement la première personne (ἡμῖν). Libanios cesse de parler uniquement en son nom propre pour devenir le héraut de sa ville. Encore faut-il définir de quelle ville il s'agit. L'orateur a bien sûr en tête l'élite des citoyens, les familles curiales, les couches riches, quiètes, paisibles et productives de la population10. Cet éloge prend vite la dimension d'un panégyrique de l'Antioche des curiales.

  • 11 Lib., XI, 119 : γένος ἑλληνικόν
  • 12 Lib., XI, 270.
  • 13 Polis and Civitas in Libanius, loc. cit., p. 363.
  • 14 Lib., XI, 141.
  • 15 Lib., XI, 133.
  • 16 Lib., XI, 152.
  • 17 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 139. Cette opposition s'illustre aussi avec (...)

4Après avoir évoqué les conditions naturelles qui contribuent à l'excellence de la cité, l'orateur retrace ensuite son histoire, remontant à l'époque mythique de l'arrivée et de l'installation des premiers colons grecs et poursuivant jusqu'au règne de Constance. L'élément grec est exalté : Antioche est une ἑλλὰς πόλις11. Sa primauté sur les autres villes tient à son ἑλληνικὴ παιδεία et aux λόγοι12. L'importance de l'arrivée des Romains est minimisée. Libanios lui accorde peu de mots. He virtually ignores the Romans, pense G. Downey13. L'orateur porte toujours en lui l'image d'une ville grecque. La πόλις qu'il décrit est la πόλις indépendante, non soumise à l'Empire : Chez nous la puissance de l'éloquence protège la liberté de la curie de manière précise et amène les gouverneurs à remplir leurs devoirs comme ils sont censés le faire14. Cette πόλις indépendante a une βουλή à sa tête. Tout l'édifice de la πόλις repose sur la βουλή, comme un arbre sur sa racine15. Ainsi Libanios entre-t-il dans le vif du sujet : faire l'éloge des curiales, même si, quelques instants plus tard, il peint aussi le δῆμος d'Antioche avec les meilleures couleurs. L'éloge de ce dernier s'accorde d'ailleurs à celui de la Curie. Le δῆμος, en effet, s'appuie sur elle : Chez nous, le peuple se comporte comme les enfants vis-à-vis de leurs parents et la Curie imite la conduite des pères vis-à-vis de leurs enfants16. L'éloge de la ville devient donc un hymne à ses habitants, que leur origine, leur éducation et leurs mœurs helléniques distinguent radicalement d'une plèbe avilie et grossière17.

  • 18 Je renvoie aux travaux de M. Clavel-Lévêque : L'espace des Jeux à Rome : champs de lutte et lieux (...)
  • 19 G. Dagron, Naissance d'une capitale, op. cit., p. 314.
  • 20 Voir la très nette mise en rapport de G. Dagron, ibidem, p. 314-366.

5L'homogénéisation du public, attestée dans le discours par l'emploi de ὑμῖν, s'est accomplie et opérée ailleurs. Le discours s'appuie justement sur cette homogénéisation et l'exploite, comme un consensus dont la création s'est effectuée pendant et à travers les Jeux, que ceux-ci aient été scéniques, gymniques ou autres18. Quelle validité cependant accorder ici au modèle ludique du Haut-Empire, tel qu'on a pu l'analyser ? On sait d'ailleurs que l'hippodrome de Constantinople n'était pas seulement un lieu d'obtention du consensus mais bien de luttes sociales. Doit-on rattacher ainsi les Jeux d'Antioche à la tradition du Haut-Empire, ou plutôt aux pratiques et aux réalités contemporaines que connaissait l'hippodrome constantinoplolitain ? Dès les premières années du transfert du siège de l'Empire sur le Bosphore, l'hippodrome était une institution politique où se manifestait la voix du peuple. Quelques années seulement après la lecture de l'Antiochikos, en 365, l'usurpateur Procope se montre à l'hippodrome, y fait des promesses au peuple, pour ne gagner le palais qu'ensuite19. Le cas n'est pas unique : l'hippodrome est le lieu par excellence de la communication entre le peuple et l'Empereur20, comme celui de l'affrontement des différentes factions.

  • 21 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 141.
  • 22 Jean Chrysostome, Sur l'incompréhensibilité de Dieu, III, 432-435. Valens venait de condamner Hiér (...)
  • 23 Lib., I, 103 ; XIX, 47. P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 236-237, commente : (...)
  • 24 Cité par P. Petit, ibidem, p. 238.
  • 25 Malalas, éd. Dindorf, p. 351-352, cité par G. Dagron, Naissance, op. cit., p. 345.
  • 26 Sur l'approche descriptive du phénomène de la violence : T. E. Gregory, Urban violence in Late Ant (...)

6Pour Antioche, P. Petit rejette tout rapprochement. Les sources littéraires, dit-il, ne se font aucunement l'écho de manifestations semblables21. Pourtant, Chrysostome relatant les péripéties de l'émeute de 372, sous Valens, dit que la ville entière courut à l'hippodrome, que l'on fit sortir les artisans des ateliers et que le peuple sauva un condamné de la colère de l'Empereur22. La crise du ravitaillement avait provoqué, en 354, une autre protestation, la première et la plus grave. Le peuple, cette fois, attaque le Consulaire de Syrie, Théophilos. A l'hippodrome et pendant une course de chevaux, celui-ci fut assailli par cinq forgerons (χαλκεῖς)23. D'autres indications montrent encore l'hippodrome d'Antioche comme lieu de confrontation directe entre le peuple et l'État ou les curiales. Ainsi Julien donne-t-il raison au peuple d'avoir mis le feu, en 354, aux demeures des Puissants24. P. Petit pense que Julien se trompe : tant l'emploi du pluriel que celui de δυνατοί exagèrent les faits, attribuant aux actes de violence un caractère systématiquement révolutionnaire. De plus, selon le même auteur, Julien se serait montré partial à l'encontre des curiales, ce qui enlève à son propos toute crédibilité en la matière. Se référant aux événements de 354, l'Empereur ne ferait que prèter au peuple ses propres sentiments, passagers d'ailleurs et occasionnels. Quelle valeur accorder donc au passage de Malalas, natif d'Antioche lui aussi, où l'on apprend que Théodose 11, bien sûr à une époque ultérieure, favorisait le parti des Verts et le soutenait dans toutes les villes de l'Empire25 ? En dehors de la capitale, dans quelles villes des factions auraient-elles pu exister ? Si les plus petites et les bourgades semblent exclues, l'hippodrome d'Antioche est bien quant à lui un lieu de l'action politique des populares. Reste à savoir, au premier chef, si cette dernière était organisée, systématique et consciente26.

  • 27 L'organisation des Jeux était une liturgie. Les dépenses énormes qu'elle exigeait incitaient les c (...)
  • 28 Le choix du lieu ne peut pas passer inaperçu. À Antioche, on comptait un hippodrome, un amphithéât (...)

7Ce point dépasse le cadre d'un travail qui a pour objectif l'approche des réalités rurales. Il demeure pourtant fondamental pour pouvoir cerner l'idée que des citadins se font des ruraux. Que les Jeux des débuts de la deuxième moitié du ive siècle étaient un lieu de l'obtention de la concorde et du consensus socio-politique, ou au contraire un lieu d'affrontement des classes qui composent la cité, voilà ce qu'on ne peut pour le moment distinguer. Assurément, toutefois, si les populaires n'y voyaient qu'une distraction, les curiales et les possessores en faisaient plus grand cas. C'est pour cela d'ailleurs qu'ils les organisaient27. Les Jeux constituaient en effet un appareil idéologique approprié à la quête du consensus, mais d'un consensus qu'ils déterminaient strictement eux-mêmes. Pour reprendre l'expression de Libanios, c'est là jouer le rôle du père sage, pour que les enfants n'aient aucune raison de se comporter maladroitement. On ne sait si le consensus était bien obtenu. On peut en revanche deviner avec certitude que le panégyrique prononcée à la fin des Jeux, au stade de Daphné28, se fixait l'objectif de rechercher l'entente et la concorde. Le jeu sur le pronom personnel à la première personne (ἡμῖν), qui peut renvoyer aussi bien aux notables qu'à tous les Antiochiens, la référence aux propriétés communes, au passé brillant, à la mémoire commune, travaillent et concourent à la constitution en même temps qu'à l'exaltation de la cité. Il s'agit de souder tous les citoyens en un ensemble compact et solide, en distinguant au plan socio-culturel l'Antiochène des autres cités. Au chez nous magnifique s'oppose souvent un ailleurs mouvementé, moins brillant, de moindre qualité. Les différenciations territoriales sont employées par l'orateur, voire par la classe dirigeante, dans la perspective de susciter dans la population un sentiment patriotique. La patrie et tous ses avantages s'identifient en quelque sorte avec les citoyens eux-mêmes.

  • 29 Il faut noter qu'après la sédition de 387 Antioche est punie par le transfert à Bérée du siège du (...)
  • 30 G. Dagron, L'empire romain d'Orient au ive siècle et les traditions politiques de l'hellénisme. Le (...)
  • 31 Voir surtout les lettres à Thémistios ; G. Dagron, Naissance, op. cit., p. 34.

8Les spectateurs étrangers n'en sont pas moins concernés par le panégyrique. Il s'agit pour l'orateur de les éblouir, de leur proclamer en face, encore une fois, la suprématie d'Antioche vis-à-vis des autres villes syriennes qui l'envient29, tout en rassurant les Antiochiens à propos de leur grande rivale, Constantinople. G. Dagron remarque que la rivalité entre les deux villes n'était pas politique mais se situait surtout au plan intellectuel et culturel30. Libanios ne cherche pas à savoir pourquoi Constantinople et non Antioche est le siège de l'Empire. Il croit à la supériorité intellectuelle de sa ville natale ; il redoute la capitale qui peut se substituer à elle comme centre de l'hellénisme. En réalité, il envie Constantinople, en même temps qu'il craint son hydrocéphalisme : après avoir accaparé le pouvoir politique, la ville impériale souhaite apparaître comme le centre des lettres grecques31.

L'ANTIOCHIKOS ET LA TERRE

  • 32 À comparer avec les visions que les premiers philosophes avaient de la terre. à ce propos, A. Mott (...)
  • 33 Ce serait une "trahison" à l'égard du sophiste, si l'on citait les textes de deux philosophes rela (...)

9La terre occupe une place et exerce une fonction au sein de ce discours politique et panégyrique. Juste après l'exorde, on l'a vu, Libanios évoque les conditions naturelles. Plus précisément, la terre est présentée telle un microcosme de la nature32, en tant que contenant du tout, support des villes et des activités humaines, mais aussi comme la base constante qui détermine l'hydrographie, les cultures et la vie33.

  • 34 Lib., XI, 13 : μέγιστον πόλεος ἐγκώμιον γῆς ἀρετή.
  • 35 Nous avons des descriptions de Constantinople, par exemple dans l'Histoire nouvelle, II, 30-32 de (...)
  • 36 Aristid., Panathénaïque, 7-24.
  • 37 Cf. le type d'approche textuelle avancé par M. Bakhtine, Esthétique de la création verbale, Paris (...)
  • 38 Ibidem, p. 232 s.

10La ville d'Antioche est louée pour la qualité de sa terre34. Si topos rhétorique il y a, celui-ci ne manque pas d'originalité. Parmi les panégyriques de villes strictement contemporains de l'Antiochikos, on a du mal à trouver des équivalents35. Tout en étant dans la lignée d'Aelius Aristide, Libanios innove en effet. Aristide présente l'espace environnant Athènes, mettant en valeur ses avantages géopolitiques36, mais parle peu des données géographiques concrètes de l'Attique. Au contraire, l'orateur antiochien insiste sur des composantes précises de l'Antiochène : relief, climat, production agricole. Surtout, il fait intervenir la terre pour mieux cerner le tout spatial de son héros qui est la ville d'Antioche. Une dizaine de pages, sur 99 au total, décrivent l'espace vierge, l'espace en position virtuelle où les hommes, bien que dominants, jouent un rôle de comparses sur le tissu rural et naturel. Ensuite, le discours abordera la description du tout temporel du héros37, avec les références au développement historique de la ville. Mythe et histoire ne connaissent pas de frontières. Libanios conte la geste des antiochiens depuis leur installation jusqu'à l'époque contemporaine. Mais ici aussi le paysage intervient : le temps est lu dans l'espace38.

  • 39 N. Loraux, L'invention d'Athènes, Paris 1981, p. 248.

11Les attaches à la Seconde Sophistique se remarquent donc avec l'utilisation des topoi. Le procédé rhétorique n'est pas forcément mal venu : Le topos s'impose mais se laisse travailler39. Si l'orateur se voit contraint de satisfaire à une certaine table des matières, son initiative ne s'y trouve pas obligatoirement limitée et chaque développement partiel ne répond pas non plus à des normes impératives.

12Passons d'abord à l'examen concret du développement consacré à l'espace environnant :

12. Avant de parler de ceux qui, les premiers, ont occupé le pays, il faut parler de la nature du pays (χώρας) : comment il est influencé par les vents, quelle est sa position par rapport à la mer, comment il bénéficie des eaux, quelle sorte de sol il offre à la culture des fruits, et, en général, de tous les avantages qui existent ici. Comme la terre est plus ancienne que les habitants, son éloge doit naturellement se faire avant celui des hommes.

13. En effet, le premier et le plus grand éloge de la ville, c'est la qualité (αρετή) de la terre. C'est le même cas, je crois, avec un navire quand la carène, sur laquelle toutes les autres parties sont bâties, est solide. La terre, donc, doit être examinée avant les autres (éléments). 14. Je ne suis pas convaincu de faire comme d'autres orateurs, qui s'efforcent de démontrer que n'importe quel pays, dont ils font l'éloge, est le centre du monde. Car, premièrement, si cette caractéristique est attribuée à une ville et si vraiment la beauté va de pair avec cette propriété, elle n'appartient qu'à une seule ville, parce qu'il n'est pas possible que d'autres se trouvent aussi au centre. Par conséquent, la majeure partie de ces discours sont superflus. 15. D'un autre côté, si du fait d'être situé au centre du monde découlait une prépondérance à tous les niveaux, la hâte de ceux qui sont en concurrence serait justifiée. Si l'Égypte et le site rocheux de Delphes ne se ressemblent pas quant à la production agricole, quel serait l'intérêt de montrer que la ville louée est au centre, au lieu de souligner sa beauté ?

16. Ce que je peux dire à propos de ma ville natale, c'est qu'elle est le plus beau joyau de la terre la plus belle sous le ciel. Et il est généralement reconnu que la meilleure partie de la terre est celle que le dieu-Soleil attaque en se levant. 17. Pour les rois, cette partie de la terre fait l'objet des combats ; celui à qui elle appartient est le plus grand par le seul fait qu'il la possède. La transmission de son nom apporte à tous les hommes la joie et remplit leur âme de plaisir, comme des rêves, ceux qui réjouissent les dormeurs par des images de jardins. 18. Ainsi, dans tout l'Orient qui est comblé des meilleures choses, c'est nous qui tenons la supériorité. Car, chez d'autres, la terre rapporte tel produit, mais elle ne fournit pas tel ou tel autre, ou, par Zeus, elle produit tout, mais à cause des excès climatiques, elle n'échappe pas au triste sort, ou, si elle y échappe, elle souffre du manque d'eau, et ainsi ses autres avantages sont gâchés. 19. Chez nous, tout, la terre, les sources, la succession des saisons, rivalisent (en beauté). La terre est plate comme la mer, profonde, riche, malléable, elle se soumet facilement à l'araire et dépasse les vœux des paysans ; de même qu'elle est propice à être ensemencée, elle est propice à être plantée, pour les deux types de culture elle est également favorable : elle donne de beaux et de grands arbres et des épis plus grands que les arbres cultivés ailleurs ; la récolte est abondante, tandis que sa beauté est bien supérieure à son abondance. 20. Rien que l'on puisse désirer ne manque. Si tu demandes Dionysos, il se trouve ici en abondance. Athéna ? La terre fait fleurir sa plante, à tel point que beaucoup de vin d'ici coule chez les voisins et beaucoup d'huile est transporté partout en bateaux marchands. 21. Dèmèter aussi a aimé notre pays beaucoup plus que la Sicile ; quand Héphaïstos lui a fait sur le bouclier un champ doré, elle a fait notre part (μοῖρα) non négligeable, sur la terre, semblable à la couleur de l'or ; de même pour les moissons, qui n'ont pas leur semblable au monde. Vraiment des dons faits par une déesse blonde.

22. En ce qui concerne nos montagnes, il y en a au milieu du pays et d'autres tout autour ; certaines coupent la plaine, d'autres dessinent ses limites, en laissant toutefois de larges passages. La forme de quelques uns les différencie du reste du pays par la hauteur. D'autres, par contre, sont en concurrence avec la plaine quant à la qualité de la terre. Les paysans ne travaillent pas en amenant les bœufs sur des sommets. Ainsi tous les produits que la plaine seule donne chez d'autres, chez nous, même les montagnes les produisent ; et ceux qui ailleurs sont offerts seulement par la montagne chez nous poussent même dans la plaine. 23. La terre n'est pas divisée, une partie favorable à la plantation et une partie favorable aux semailles. Tu peux voir, dans les mêmes champs, des arbres qui grandissent et, sous les arbres, des épis de blé qui mûrissent, ou plutôt, la terre produit tout ceci séparément et elle les fournit ensemble. Cette portion de terre est riche en blé (πολύπυρος), l'autre en vignes, une autre porte tout. 24. Du fait que la montagne ne soit pas inférieure à la plaine quant à la production, il résulte que le pays ne souffre pas facilement de famine. Car, à la suite des anomalies climatiques, il ne survient pas de dommages identiques aux deux parties du sol. Ce qui est insuffisant à la plaine, souvent est bon aux sommets et ce qui leur est nuisible, la plaine arrive souvent à l'éviter. Ainsi, la plupart des cultures peuvent se développer en sûreté parce que, soit la totalité du pays leur est propice, soit au moins une partie. 25. Les zones de montagnes, non fertiles de nature, sont utilisées dans d'autres domaines. Quelques unes, grâce à leurs carrières, contribuent à la construction des murs en ville. Ailleurs, les forêts procurent les plafonds et nous sont utiles en général ; elles fournissent en feu les boulangers et les thermes, qui nous permettent non seulement de survivre, mais de vivre confortablement. 26. Les pâturages contribuent par l'intermédiaire des moutons et des chèvres à la nourriture de l'homme. Aucune partie de la terre ne reste inutile, comme le membre d'un corps handicapé ; quelques-unes rendent le travail généreusement, d'autres apportent leurs dons sans peines.

27. En ce qui concerne les rivières qui drainent le pays, qui pourrait les énumérer ? Il y en a de grandes, de petites, des torrents, des fleuves qui coulent toute l'année. Toutes sont utiles ; celles qui commencent à la montagne ou celles qui se forment dans les vallées, celles qui unissent leurs eaux, celles qui se jettent dans le lac ou les autres qui arrivent à la mer !

28. Ensuite les sources : leur abondance est devenue notre propre signe distinctif et personne n'est si hautain et prétentieux qu'il puisse dire qu'il possède autant de cadeaux des Nymphes que nous.

29. Sur cette terre, alors, qui est la nôtre, les saisons dansent harmonieusement sans détruire son charme par un mauvais comportement. Ni l'hiver ne se prolonge avec avidité dans le printemps, s'accaparant le charme de cette époque, ni l'été ne va jusqu'à l'époque hivernale en donnant un coup de pied à la saison intermédiaire (automne). Chaque saison reste dans ses limites, l'année est divisée en parties égales pour chacune qui cède sa place à celle qui arrive. Et le plus important : les saisons qui sont d'ennui excessif pour les hommes, l'une à cause du froid, l'autre à cause de la chaleur, ici elles se départissent des excès et veulent ressembler aux deux autres plus modérées ; 30. Il me semble que, comme elles se suivent alternativement, l'une hérite du dynamisme de l'autre ; ainsi, l'hiver montre dans sa douceur et quiétude une certaine ressemblance avec l'été, tandis que l'été reçoit de l'hiver autant qu'il faut pour lutter contre une chaleur pénible. 31. Et lorsque l'hiver approvisionne abondamment la terre en pluies, éloignant le froid, la chaleur fait pousser les épis et soufflent les meltèmes qui sauvent la récolte et nos corps des dommages causés par la canicule. Ainsi, nous seuls pouvons nous réjouir de toute saison présente et accueillir la suivante avec plaisir, puisque toutes sont douces et tempérées. 32. Ailleurs, les gens de la plupart des pays se plaignent de l'ensemble des saisons, ou, certains n'apprécient que quelques-unes mais trouvent les autres désagréables et ils ont les mêmes sentiments que si une situation de paix tombait souvent en état de guerre ; quand une saison estimée s'en va après avoir rempli son temps, il y en a une autre, mauvaise, qui arrive, et, avant de prendre le temps pour l'apprécier, les gens se lamentent au départ de l'une qu'ils ne peuvent retenir et, en même temps, ont peur de celle qui arrive. L'une des saisons les fait baigner dans leur sueur et passer leur temps aux fontaines, tandis que l'autre leur fait passer leur temps au lit comme s'ils étaient malades, ne pouvant sortir à cause de la neige. 33. Chez nous seulement, la saison présente est la plus plaisante tandis que l'avenir ne l'est pas moins. Une saison s'en va ayant donné du plaisir et l'autre arrive en apportant les mêmes avantages. Nous sommes comme ceux qui voyagent tout au long des routes bordées du début jusqu'à la fin de fontaines fraîches, de lieux de repos qui accompagnent les passagers avec agrément.

UNE VIEILLE QUESTION : L'HÉRITÉ ET L'ORIGINAL

A. LES HÉRITAGES :

  • 40 Dans la collection Teubner. Voir aussi le commentaire philologique de L. Hugi, Der Antiochikos des (...)

13Rien qu'en suivant les indications de Förster, principal éditeur des œuvres de Libanios40, on peut repérer certains éléments qui renvoient à la production littéraire antérieure au ive siècle de notre ère, dont on sait l'influence qu'elle a exercée sur l'orateur d'Antioche.

§ 13 : La comparaison avec le navire peut renvoyer à celle que l'on relève chez Démosthène, Olynth., II, 10 : ὥσπερ γὰρ οἰκίας καὶ πλοίου καὶ τῶν ἄλλων τῶν τοιούτων τὰ κάτωθεν ἰσχυρότατ’ εἶναι δεῖ, commentée en ces termes par le scholiaste : ἐπειδὴ κάτωθεν ἀπὸ θεμελίων ἐπὶ τὰ ἄνω οἰκοδομεῖται οἶκος, ὁμοίως καὶ ναῦς ἀπὸ τῆς τροπίδος.

§ 1 5 : Égypte-Delphes : on trouve plusieurs équivalents : Euripide, Andr., 998 ; Pausanias, X, 16, 2 ; Schol. Pind., Pyth., IV, 6.

§ 16 : Le dieu-Soleil attaque : thème retrouvé dans Aelius Aristide, Panathénaïque, 8. Similarité avec Il., 7, 421 et Od., 19, 433 : ἠέλιος μὲν ἔπειτα νέον προσέβαλλεν ἀρούρας (cf. Schmid, Der Atticismus, III, 216 et IV, 372, 717).

§ 17 : μοῖρα : Her., II, 147 : δυώδεκα μοίρας δασάμενοι Αἴγυπτον ; Thuc., I, 10 : μοῖραν τῆς γῆς.

§ 19 : ὡρῶν ἡ κράσις : Platon, Phaedr., IIIb : τὰς δὲ ὥρας αὐτῆς κρᾶσιν ἔχειν.

§ 21 : Héphaïstos-Démétèr : Il., 18, 548 : ἡ δὲ μελαίνετ’ ὄτισθεν, ἀρηρομένη δὲ ἐῴκειν χρυσείη περ’ ἐοῦσα. Schol. Theo. I, 65.
blonde : Il, 5, 500 : ὅτε τε ξανθὴ Δημήτηρ κρίνῃ ἀπειγομένων ἀνέμων καρπὸν τε καὶ ὄχνας.

§ 22 : εἴσοδον : Her., III, 117 : ἔστι δε πεδίον ἐν δὲ Ἀσίῃ περικεκλημένον ὅρει πανταχόθεν.
ἄπεδος : Her., IX, 102 : ἄπεδον χῶρον ; IV, 62 : τετράγωνον ἄπεδον.

§ 27 : ἀενάους : Hes. 737 : μηδὲ ποτ’ ἀενάων ποταμῶν καλλίρροον ὕδωρ.

§ 29 : Saisons qui dansent : Philostratos, Imagines 2, 34.
δεῦρο : Il., 22, 254 : ἄλλ’ ἄγε δεῦρο θεοὺς ἐπιδώμεθα ; Il., I, 153 : δεῦρο μαχησόμενους ; Platon, Crat., 422C : δεῦρο συνεπιστέξαι.

14Ces indications s'organisent statistiquement comme suit : 6 références à Homère ; 4 références à Hérodote ; 2 références à Platon ; 2 références à Philostrate ; 1 référence à Hésiode ; 1 référence à Thucydide ; 1 référence à Euripide ; 1 référence à Démosthène.

  • 41 B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 442 s.
  • 42 Ibidem, p. 459.

15Parmi ces auteurs, on sait que Libanios connaissait Homère et qu'il l'utilisait, tant dans son œuvre didactique que dans son œuvre oratoire41. B. Schouler a calculé que sur 64 discours, 18 seulement ne comportaient aucune référence à Homère. Le même savant pense que les citations homériques servent à l'ornement de la prose et que, par ailleurs, elles rattachent le discours à la matière épique42. Les paraphrases des vers homériques, en revanche, contribuent plus à l'approfondissement et à la valorisation de l'idée qu'à l'embellissement de l'énoncé. On notera que B. Schouler fonde ses conclusions sur l'examen des déclamations.

  • 43 Ibidem, p. 482.

16Après Homère, vient Hésiode, au second rang dans l'énumération des poètes43. Les traces des compositions hésiodiques sont repérables dans l'œuvre de Libanios. Ici l'orateur utilise une épithète qui se trouve, chez Hésiode, accompagner le même substantif (rivière).

  • 44 Lib., XI, 162.
  • 45 Thcuydide, II, 4, 1.

17Les affinités de Libanios avec les deux historiens Hérodote et Thucydide ne sont pas négligeables. En général, tous les sophistes faisaient appel à leur témoignage. Quelques paragraphes après le passage ici présenté de ce même Antiochikos44, Libanios rapproche le combat des femmes contre l'usurpateur Eugénios avec celui des Platéennes pour défendre leur ville45. Plus généralement, la Guerre du Péloponnèse est source d'inspiration à divers moments du travail libanien.

  • 46 B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 502.
  • 47 K. Weitzmann, Illustrations of Euripides and Homer in the mosaics of Antioche, Antioch-on-the-Oron (...)

18Euripide semble le poète le mieux lu par notre orateur : Des pièces comme Andromaque et Oreste ont été sans aucun doute lues et relues46. On trouve des échos et même des citations d'Andromaque dans la correspondance avec Anatolios et Thémistios. On notera que les fouilles archéologiques, à Antioche, ont mis au jour une pléiade de mosaïques ornées de représentations de scènes des poèmes homériques et des pièces d'Euripide - Les Troyennes, Iphigénie en Aulide, Médée, Hélène, entre autres47.

  • 48 B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 563 s. Voir aussi E. Richesteig, Libanius qua r (...)

19Platon pour sa part apparaît à la troisième place dans la liste des auteurs le plus fréquemment cités de façon explicite, après Démothène et Homère, tandis que Thucydide vient ensuite. Il y a neuf mentions du nom du philosophe dans le cycle des discours de Julien. On a l'impression que Platon s'identifie pour Libanios avec la philosophie elle-même48. Gorgias et Phèdre, les œuvres platoniciennes qui ont pour objet la rhétorique, sont davantage citées. B. Schouler a rapproché Phèdre de l'œuvre libanienne à 28 reprises ; il conclut que le recours à Platon par l'orateur antiochien répond à des fins d'illustration et de stylisation.

  • 49 Demosthene, Sur les symmories et Lib., Dec, 20, 14 ou 15 et LIX, 15. Voir B. Schouler, La traditio (...)

20Démosthène est de loin l'auteur le plus fréquemment cité et utilisé : il y a des emprunts lexicaux, stylistiques, thématiques. L'orateur attique était en outre une des sources principales pour la connaissance de l'histoire athénienne. On peut aisément établir plusieurs parallélisme avec Libanios. C'est le cas, par exemple, de la fiscalité. Ni l'un ni l'autre ne veulent voir les citoyens aisés accablés par les impôts. Ils préfèrent que l'on puisse gérer son propre patrimoine, quitte à contribuer, l'heure venue et inspiré par le patriotisme, aux dépenses publiques49.

  • 50 À propos des rapports entre Philostrate et Libanios, voir le débat de A. F. Norman, Philostratus a (...)

21Quant à l'héritage de Philostrate, il semble enfin aller de soi. Philostrate, adepte de l'atticisme et qui avait vécu l'âge d'or de la Seconde Sophistique, présentait tous les atouts pour être apprécié de Libanios50.

  • 51 A.F. Norman, The library of Libanius, RhM 107, 1964, p. 158-175.
  • 52 Cf. B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 520, qui met l'accent sur le rôle des école (...)

22Les indices de parenté que nous avons remarqués dans les quelques paragraphes présentés ne sont donc pas fortuits. Libanios connaissait bien la littérature hellénique et il avait été influencé par elle. Il reste à préciser comment j'entends cette influence. Bien entendu, il ne s'agit pas forcément d'une influence directe. On imagine mal Libanios rédigeant son discours avec, sous les yeux, des papyrus portant les textes dont on a ci-dessus repéré des phrases51. Comme la plupart des lettrés de son temps, il avait lu, relu et étudié les œuvres de la littérature hellénique ; elles faisaient partie de sa formation ; elles lui avaient été présentées et enseignées pendant ses années de séjour aux écoles d'Antioche et d'Athènes. Il continuait à s'entretenir avec elles, à les utiliser pour ses cours. Tout ce qu'on considère comme des réminiscences des textes classiques, constitue plutôt des réminiscences de ses années de formation aux textes classiques. Un mot, une phrase rattachés à la tradition démosthénienne ou homérique peuvent être aussi bien des souvenirs vagues de l'étude de l'une ou l'autre de ces autorités52.

  • 53 Se référer au glossaire des mots rares dressé par B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., (...)

23L'utilisation du terme héritage n'en perd nullement sa pertinence. Les héritages existent, comme l'attestent aussi bien des rapprochements de phrases entières que le repérage de mots spécifiques, peu utilisés dans la vie quotidienne et qui dérivent de l'usage littéraire des écrivains classiques. C'est le cas de mots rares tels que πίειρα ou πολυοινότατον53. D'après la liste non exhaustive dressée par B. Schouler, dix mots rarement utilisés par Libanios sont cités dans le passage traduit :

24νάματα πίειρα λήια

25πολύπυρον πολυοινότατον δξροφορεῖ

26ἀενάους λήια ῥυομέναις

27καλινδεῖσθαι νιφετῷ

28Ils appartiennent parfois au dialecte ionien ou à la langue homérique et servent à l'embellissement de l'énoncé. L'ornement du texte s'opère encore d'une autre façon : avec des figures rhétoriques, dont la liste serait longue. On compte des analogies, des comparaisons, des métonymies, des asyndètes, des polysyndètes, avec abondance d'épithètes.

  • 54 En aucun cas il ne faut comprendre que les signes linguistiques ont de sens propre, objectivé.

29Les réminiscences des textes classiques ou les citations de mots rares et anciens, héritages culturels, interviennent au même titre que les figures rhétoriques. Autant de procédés qui servent d'abord à embellir le discours. Devant un axe paradigmatique riche de mille façons d'énoncer des réalités agro-spatiales, orateur atticiste, Libanios a opté pour des paradigmes très rhétoriques, atticisants et résiduels à l'époque où il écrit. Si les paraphrases d'Homère contribuent à l'approfondissement d'une idée, elles peuvent très bien aussi être perçues comme un facteur d'ambiguïté : l'approfondissement cède alors devant un flou qui révèle quelque tendance à s'évader des situations réelles, au lieu de les affronter directement. Faute de renvoyer uniquement à des signifiés actuels, donnés et réels, des signes linguistiques s'annulent, pour s'être chargés de signifiés spécifiques et véhiculer ce faisant une histoire/mémoire des temps passés54. Leur combinaison, leur co-citation contribuent donc à créer une image fausse, une image qui ne renvoie pas directement aux réalités contemporaines, concrètes et précises, une image dont le décodage oblige l'imaginaire collectif à passer obligatoirement par une sphère d'expériences autres que celles du vécu. Chacun doit rechercher ces expériences dans ses années de formation, dans ses connaissances historiques. S'il peut en résulter quelque approfondissement pour les lettrés, je pense que pour les autres, les illettrés, il y a en fait obscurcissement. Cela dit, soulignons que le discours de Libanios n'est nullement éloigné des réalités rurales conjoncturelles.

B. LA PART DU RÉEL

  • 55 Cf. supra, Fig. n° 1.
  • 56 Voir R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie, op. cit., p. 430 et G. Tchalenko, Villages an (...)
  • 57 R. Martin, Le Commentaire archéologique de l'Antiochikos, in A.-J. Festugière, Antioche païenne et (...)

30Notre échantillon de l'Antiochikos porte en lui seul des héritages culturels dont l'origine est comprise entre l'époque homérique et le iie siècle de notre ère. Homère, Thucydide, Philostrate, se trouvent mobilisés dans la rédaction d'une vingtaine de paragraphes. Mais, il n'en est pas toujours ainsi. Libanios reste maître de son discours. Son texte n'est pas une copie du Panathénaïque d'Aelius Aristide. Loin de là : la description qu'il fait du relief de l'Antiochène est largement conforme aux données naturelles objectives55. Relief accidenté des hauteurs de l'Amanus ou relief adouci, comme celui des plateaux de l'Est ; cultures de la vigne et de l'olivier ; défrichements de forêts et utilisation du bois local pour les constructions56 ; climat plutôt tempéré : tout cela nous est attesté par ailleurs. D'autre part, la description que Libanios donne du centre urbain d'Antioche ou du faubourg de Daphné, dans la dernière partie du discours, constitue un véritable guide touristique pour la visite des lieux. Le commentaire de R. Martin l'a bien mis en évidence57.

  • 58 Au sens très vague de visions du monde ; voir le chapitre introductif à M. Vovelle, Idéologies et (...)

31Il y a plus encore. Ce sont les références aux mentalités collectives58. Les idées avancées dans le texte de l'Antiochikos, si elles sont revêtues d'un habit atticisant, ne sont pas pour autant de chair attique. Elles trouvent leur parallèle dans bien d'autres expressions de la vie quotidienne qui correspondent, grosso modo, aux mêmes coordonnées spatio-temporelles que celles de l'Antiochikos. Ainsi, toutes ces évocations de dieux, de Dèmèter, cet éloge du vin et de l'huile, la danse des Saisons, la citation des Nymphes ne procèdent pas d'un imaginaire creux, ni de purs fantasmes que la formation hellénique aurait cultivés chez Libanios. Tout cela correspond à des idées que les Antiochiens, ou au moins parni eux les curiales, aimaient à faire représenter ou mentionner sur des mosaïques, sur des inscriptions, sur des constructions. On essaiera d'aborder ce sujet dans le chapitre suivant.

32Il importe de relever que les paroles de Libanios ont leur assise directe dans la vie, sous tous ses aspects, telle qu'elle se déroulait quotidiennement dans une ancienne fondation hellénistique et son environnement syrien, au milieu du ive siècle. Ces paroles sont pourtant énoncées d'une manière qui a suscité les remarques précédentes : elles sont remplies de figures rhétoriques et d'héritages culturels venant d'outre-mer. Comment se fait donc la convergence entre l'hérité et ce qui est propre à Libanios, et où a-t-elle lieu ? Essayons de le préciser tout de suite.

  • 59 Cf. des ouvrages généraux comme W. Schmid, Der Atticismus in seinem Hauptvertretern von Dionysius (...)
  • 60 Contribution à l'étude de la consience historique des Grecs à l'époque de l'occupation romaine, At (...)
  • 61 F. Vannier, Aelius Aristide et la domination romaine d'après le discours À Rome, DHA 2, 1967, p. 5 (...)
  • 62 Voir à ce propos H. C. Baldry, The idea of unity of mankind, Entretiens sur l'Antiquité classique (...)

33Il faut supprimer cette fausse différenciation qui s'est établie - pour des raisons pratiques d'approche du texte - entre l'hérité et le propre. La différence peut se réduire en deux mots seulement : l'un est adopté ; l'autre créé. Mais les deux ne sont pas séparés. Ils existent ensemble, ils sont imbriqués l'un dans l'autre et forment un tout compact dans la pratique discursive de Libanios. Ils se réservent un rapport de contenant à contenu, de forme à matière. Libanios utilise des procédés qui ont fait la gloire de l'atticisme, des autorités littéraires qui datent de quelques siècles, pour énoncer des réalités qui l'entourent et qui entourent aussi ses auditeurs. B. Schouler explique ces procédures par son souci d'amener ses auditeurs à approfondir l'idée avancée et, bien sûr, d'embellir son discours. Certes, il y a embellissement du discours mais le problème doit être posé autrement. Pourquoi cette option pour une esthétique fondée sur des originaux athéniens de l'époque classique ? Le problème peut se nuancer encore au plan chronologique : Libanios se rattache à la Seconde Sophistique ; nous devons chercher les origines de ses choix littéraires dans ce mouvement du Haut-Empire qui, lui-même, renvoie à l'Athènes du ive siècle avant notre ère. La solution nécessiterait une vision globale de tout le mouvement littéraire de l'époque impériale. Les historiens d'aujourd'hui59 abordent souvent le phénomène de la Seconde Sophistique dans sa dimension littéraire, se souciant peu de son rapport avec la vie socio-politique. L'étude de J. Touloumakos60 montre néanmoins l'identification presque générale de la classe dirigeante des cités grecques avec l'occupant, pendant les deux premiers siècles de l'Empire. Cette identification s'opère surtout au niveau des intérêts socio-politiques, tandis qu'à travers l'évocation et l'utilisation des auteurs classiques, les intellectuels grecs, issus pour la plupart d'entre eux de cette classe dirigeante, cherchaient leur identification nationale voire leur différenciation vis-à-vis des Romains. La conclusion que tire F. Vannier à propos du discours À Rome d'Aelius Aristide va dans ce même sens : il évoque une époque à égale distance des risques de la liberté et des sécurités de l'étatisme et témoigne de l'empire humanistique et de sa fragilité61. Les mêmes auteurs ont justifié la domination romaine en ayant recours aux lettres classiques62 ; en même temps, ils ont pris conscience de leur identité culturelle, supérieure à celle de l'occupant ; ils ont voulu se différencier des vainqueurs en idéalisant et en exaltant leur passé. Pouvaient-ils cependant faire autrement ? N'était-ce pas là le vestige de leur liberté ?

  • 63 G. Downey, Polis and Civitas, loc. cit., p. 359.
  • 64 Lib., XI, 129-130.
  • 65 Lib., XI, 163 et 167.
  • 66 Lib., XI, 270.

34Tel qu'il a été posé, le problème comporte pourtant, une marge d'ambiguïté : l'explication avancée du rôle et de la place d'un phénomène vaut pour une époque donnée, car elle risque fort de perdre toute pertinence à une autre phase de son développement. Qu'en est-il de l'atticisme et de la Seconde Sophistique tardive ? Apparemment, pour ce qui concerne le seul orateur d'Antioche, il semblerait que l'antinomie soulignée continue à être en vigueur. Les lettres grecques, comme on va le voir, sont étroitement associées à la notion de πόλις qui est l'unité essentielle sur laquelle l'Empire est fondé63. Les origines et l'histoire ancienne de cette institution - beaucoup plus ancienne que celles de l'Empire lui-même - confortent ce dernier de leur autorité. Dans l'Antiochikos, la part consacrée aux Romains atteint à peine deux paragraphes64, tandis que les origines et les propriétées helléniques de la πόλις sont développés tout au long du discours. Une opposition est donc ici toujours perceptible entre Empire et πόλις, laquelle tire son originalité et son identité de la culture grecque. Les Athéniens qui s'étaient installés à Antioche avaient apporté avec eux leurs vertus, qui ont été conservées par la πόλις65. En concluant son panégyrique, Libanios proclame que la meilleure qualité d'Antioche demeure sa παιδεία ἑλληνική66.

35Voici donc que les options littéraires et esthétiques de Libanios trouvent leur place dans les conflits politiques de leur temps. Il y a utilisation des héritages culturels au profit des réalités courantes. Dans la lutte qui oppose πόλις à Empire, Antioche à Constantinople - villes qui concrétisent les deux entités institutionnelles et historiques - la culture grecque est l'élément de différenciation. Libanios se sent, avec sa ville, l'héritier d'une longue tradition et voit en celle-ci l'arme par excellence des défenseurs de la πόλις, qui ne sont, à ses yeux, autres que les curiales. Elle est pour lui le liant qui rend le monde des bouleutes compact et homogène.

  • 67 Cf. note 6.
  • 68 Cf., G. Haddad, Aspects of the Social Life in Antioch in the Hellenistic-roman period, Chicago 194 (...)
  • 69 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 143.
  • 70 Ibidem, p. 139 ; G. Haddad, Aspects of the Social Life, op. cit.. p. 163 s., avec des citations de (...)
  • 71 Dans cette lettre, Libanios fait l'éloge d'un ami en ces mots : il a brillé chez nous avec le disc (...)

36S'il en est ainsi, il y a lieu de revenir sur le problème des auditeurs effectifs de l'Antiochikos. Dans un premier temps, on a admis qu'il fut prononcé lors de la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques, au stade de Daphné. On a pu se demander d'ailleurs dans quelle mesure les dimensions du stade permettaient la bonne réception du message. De plus, bien que la lecture d'un autre discours panégyrique donnée à l'occasion des Jeux, selon la lettre 103867, eût attiré l'attention de la foule (ὄχλος), on a droit de concevoir quelque doute quant à son impact réel sur l'ensemble des assistants. Il ne faut pas oublier d'abord qu'une partie des Antiochiens - la proportion demeure indéterminée - ne comprenait que l'araméen68. Il serait surtout essentiel d'évaluer dans quelle mesure de tels discours étaient ou non agréables aux auditeurs populaires. P. Petit montre que le goût des deux classes en fait de spectacles étaient différents : le divorce est complet entre la population inconsciente, et les rares tenants des anciennes coutumes69. Libanios méprise le peuple pour son goût de la distraction. Il le présente comme passionné du cirque et du théâtre des mimes70. Il prend quant à lui toujours plaisir aux concours gymniques et se fâche devant l'assistance grandissante des populares au Stade et au Plèthre. La chasse, qui a toutes ses préférences, ne fait pas l'unanimité. Ce grand écart culturel - qui n'est pas propre à Antioche - conduit à se demander quelle put être la réception de l'Antiochikos par la foule. Était-elle vraiment intéressée par de grands discours d'apparat qui délaissaient la koinè pour adopter le dialecte attique ? La mention, dans la lettre 1038, d'une foule captivée par la lecture d'un panégyrique n'illustre-t-elle pas la rareté de cette réaction71 ? Ajoutons que Libanios dit que le pays ne souffre pas facilement de famine. Comment put-il prononcer publiquement une telle contre-vérité ? En effet, Antioche a été maintes fois victime de crises de ravitaillement, dont une deux ans auparavant. Des séditions s'en sont suivies, et des manifestations de la part des populares.

  • 72 Cf. supra, p. 20.

37Autant d'interrogations qui mettent en question l'idée d'une première lecture du panégyrique, au stade de Daphné, en l'état où l'Antiochikos est parvenu jusqu'à nous. Nous ne connaissons en fait les discours que sous la forme définitive donnée par Libanios, qui les a retravaillés après leur première audition. Ainsi se justifie le principe posé au début de ce travail : nous n'avons accès qu'à l'idéologie archivée de l'orateur72. Ceci n'enlève rien de la valeur historique et fonctionnelle des discours. Si Libanios révisait son texte, on sait qu'il se préoccupait aussi de sa diffusion écrite parmi ses amis et ses correspondants, quasiment tous membres de la haute société, et nous devons retenir, comme récepteurs effectifs de ses messages, l'élite socio-culturelle de son temps. L'approche de cette partie de l'Antiochikos devient en quelque sorte l'approche de la vision que cette élite avait de l'espace non urbain.

  • 73 P. Petit, La Paix romaine3, Paris 1982, p. 366.

38Ainsi discerne-t-on, dans ce seul passage du panégyrique, la volonté chez cette élite de se différencier du commun : sa culture et ses divertissements helléniques s'opposent sans cesse à ceux du peuple, aux goûts grossiers et avilis, au mode de vie méprisé et exclusif de celui que fondent les belles lettres. De telles différences culturelles dissimulent d'autres oppositions, plus profondes, d'ordre ethnique ou social, qu'il est difficile d'énoncer ouvertement. L'image des parents sages/enfants obéissants permet ainsi de souligner, sous couvers de concorde familiale, la suprématie des patres civitatis. La culture était un moyen, un outil qui assurait l'autorité à ses détenteurs et le droit de diriger la foule. D'ailleurs, le choix du stade de Daphné pour la lecture publique est assez significatif : un haut lieu des pratiques anciennes et intimement constitutives de l'idéologie dominante, dont les prototypes classiques assurent l'exercice du pouvoir ; haut lieu encore d'opposition, avec l'hippodrome d'Antioche, où se manifestaient l'opinion et l'action des populares. Le divorce est complet mais pas uniquement dans l'ordre esthétique : On ne peut dissocier l'art de la vie sociale, économique et religieuse73.

Notes

1 B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 668.

2 Ibidem, p. 764 s.

3 En réalité, la date du discours a été assez controversée : R. Foerster, l'éditeur du discours dans la collection Teubner, et G. Downey, Libanius'oration in praise of Antioch, PAPhS 103, 1959, p. 653, indiquent les Jeux de 360 comme date de composition. p. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 206 et W. Liebeschuetz, Antioch, op. cit., p. 137, pensent que le discours a été composé à l'occasion des Jeux de 356. Cette date paraît plus acceptable et même G. Downey, Polis and civitas in Libanius and St Augustine : A contrast between East and West in the Later Roman Empire, BAB 52, 1966, p. 357, n. 1, paru ultérieurement à l'argumentation de P. Petit, l'a adoptée.

4 Le programme des Jeux comportait des courses, des chasses, des repésentations théâtrales, des concours gymniques ; voir G. Downey, The Olympic Games of Antioch in the 4th century, TAPA 70, 1939, p. 428-438 et surtout P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 123-144.

5 La psychologie de la masse, impatiente de suivre le spectacle, ne devait pas permettre la lecture d'un discours.

6 Ep., 1038 : ἴσθι τοίνυν τὸν σόν τε καὶ ἐμὸν ἑταῖρον ἀστράψαντα μὲν παρ’ ἡμῖν τοῖς λόγοις, οὕς ἔδειξε τὸν ὑπὸ τῶν Ὀλυμπίων συνειλεγμένον ὄχλον ἐπιστρέψαντα πρὸς ἑαυτὸν, ποιήσαντα δε μακαρίους τοὺς νέους τοὺς ἐν θρόνοις ταῖς περὶ αὐτὸν ψῆφοις. à ce propos, p. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 126. Contrairement à ce que pensait L. Hugi, Der Antiochikos des Libanios, Freibourg 1919, p. 37 : unsere Rede vor eine Panegyris oder einer Versammlung im Rathaus zu Antiochia gehalten wurde.

7 Lib., LX, 7 et Ep., 1183.

8 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 143 ; E. Demougeot, De l'unité à la division, p. 46. Comment les dimensions du stade permettaient-elles la bonne réception d'un discours ?

9 Lib., LX, 7.

10 Lib., XLI, 11 : curiales et familles de curiales, professeurs et élèves, paysans, avocats, artisans, marchands et navigateurs.

11 Lib., XI, 119 : γένος ἑλληνικόν

12 Lib., XI, 270.

13 Polis and Civitas in Libanius, loc. cit., p. 363.

14 Lib., XI, 141.

15 Lib., XI, 133.

16 Lib., XI, 152.

17 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 139. Cette opposition s'illustre aussi avec les goûts différents de chaque classe sociale en fait de spectacles et de Jeux. Peut-t-on faire le rapprochement avec XLI, 5-10 ? Libanios méprise particulièrement la plèbe qui fréquente les spectacles. D'ailleurs, il critique le Comes Orientis qui, vers 383-384, a voulu agrandir le Pléthre. C'est le sujet du discours X, Sur le Pléthre. L'initiative du Comes Orientis visait à faire suivre les Jeux par un plus grand nombre de spectateurs, au détriment, selon notre orateur, de leur valeur religieuse, solennelle et ésotérique.

18 Je renvoie aux travaux de M. Clavel-Lévêque : L'espace des Jeux à Rome : champs de lutte et lieux d'obtention du consentement, Mélanges R. Fiétier, Paris 1984, p. 201 s. ; L'Empire en jeux, Paris 1984.

19 G. Dagron, Naissance d'une capitale, op. cit., p. 314.

20 Voir la très nette mise en rapport de G. Dagron, ibidem, p. 314-366.

21 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 141.

22 Jean Chrysostome, Sur l'incompréhensibilité de Dieu, III, 432-435. Valens venait de condamner Hiéroclès, à tort semble-t-il.

23 Lib., I, 103 ; XIX, 47. P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 236-237, commente : nul doute que les violences aient eu pour cause indirecte la hantise de la famine et la colère née de la peur, et pour cause directe la provocation lancée par Gallus. Le César avait désigné le Consulaire comme coupable à la foule ; c'était d'ailleurs un ami de Libanios.

24 Cité par P. Petit, ibidem, p. 238.

25 Malalas, éd. Dindorf, p. 351-352, cité par G. Dagron, Naissance, op. cit., p. 345.

26 Sur l'approche descriptive du phénomène de la violence : T. E. Gregory, Urban violence in Late Antiquity, Aspects of Greco-roman Urbanism, R. T. Marchese (éd.), Londres 1983, p. 145 et 154. R. Ciocan-Ivanescu, Notes sur la vie populaire à Antioche avant la conquête perse, Historica 1, 1970, p. 87-92, passe en revue les divers mouvements de protestation qui ont eu lieu à Antioche contre l'emprise et la suprématie constantinopolitaine et impériale. Pour les émeutiers, identifiés quasiment par l'auteur avec les milieux populaires, le patriarche de Constantinople et, en partie, l'Empereur incarnaient cette suprématie. Ainsi, Antioche s'est trouvée au centre de plusieurs sectes et hérésies qui mettaient en question le dogme officiel. L'auteur laisse entendre qu'il y avait une adéquation entre les diverses héresies et les conflits sociaux et les querelles théologiques allaient de pair, à ses yeux, avec la défense des libertés municipales d'Antioche. Les émeutiers et les hérétiques pouvaient être tantôt du côté des curiales et des évêques antiochéens, tantôt contre eux. Leurs manifestations et protestations, considérées globalement, acquéraient donc un caractère à la fois socio-culturel et politique.

27 L'organisation des Jeux était une liturgie. Les dépenses énormes qu'elle exigeait incitaient les curiales à l'éviter. À ce propos, P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit.. p. 130-136.

28 Le choix du lieu ne peut pas passer inaperçu. À Antioche, on comptait un hippodrome, un amphithéâtre et deux théâtres, tous au centre urbain. Il y avait deux stades, un sur l'île de l'Oronte, à proximité du palais et du prétoire, et un à Daphné. La cérémonie de clôture avait lieu à celui de Daphné (LX, 7), pour des raisons religieuses. Ces raisons auraient-elles pu se conjoindre à d'autres, sociales et politiques ? G. Dagron, Naissance, op. cit.. p. 317, remarque l'existence d'un seul hippodrome à Constantinople, quand d'autres constructions en rapport avec les spectacles se trouvent en plusieurs exemplaires. Cette unicité dénote le rôle tenu par l'hippodrome dans les luttes sociales.

29 Il faut noter qu'après la sédition de 387 Antioche est punie par le transfert à Bérée du siège du diocèse d'Orient.

30 G. Dagron, L'empire romain d'Orient au ive siècle et les traditions politiques de l'hellénisme. Le témoignage de Thémistios, Travaux et mémoires 4, 1968, p. 31.

31 Voir surtout les lettres à Thémistios ; G. Dagron, Naissance, op. cit., p. 34.

32 À comparer avec les visions que les premiers philosophes avaient de la terre. à ce propos, A. Motte, Prairies et jardins de la Grèce antique, Bruxelles 1973, p. 327-353.

33 Ce serait une "trahison" à l'égard du sophiste, si l'on citait les textes de deux philosophes relatifs à la terre : Xénophane de Colophon, beaucoup plus tôt que Libanius, avait formulé le fameux ἐκ γαίης πάντα καὶ εἰς γῆν πάντα τελευτᾶ ; l'idée n'est pas morte de nos jours, puisqu'on lit chez M. Heidegger, Chemins qui ne mènent nulle part : La terre, c'est le sein dans lequel l'épanouissement reprend en tant que tel, tout ce qui s'épanouit. En tout ce qui s'épanouit, la Terre est présente en tant que ce qui héberge (cités par A. Motte, Prairies, op. cit., p. 351). Ces rapprochements ne suggèrent aucunement des affinités entre le sophiste et l'école des philosophes ioniens ou allemands.

34 Lib., XI, 13 : μέγιστον πόλεος ἐγκώμιον γῆς ἀρετή.

35 Nous avons des descriptions de Constantinople, par exemple dans l'Histoire nouvelle, II, 30-32 de Zosime ou dans le Chronicon Paschale ; mais il s'agit de récits d'historiens du vie et du viie siècles. Les lignes que Sidoine Apollinaire consacre à Constantinople, datées du 1er janvier 468, se différencient largement de l'Antiochikos. Premièrement, il s'agit d'un panégyrique consulaire, en hommage à un dignitaire, et deuxièmement, les quelques lignes consacrées à la géographie constantinopolitaine traitent principalement du centre urbain.

36 Aristid., Panathénaïque, 7-24.

37 Cf. le type d'approche textuelle avancé par M. Bakhtine, Esthétique de la création verbale, Paris 1984, surtout les chapitres II et III.

38 Ibidem, p. 232 s.

39 N. Loraux, L'invention d'Athènes, Paris 1981, p. 248.

40 Dans la collection Teubner. Voir aussi le commentaire philologique de L. Hugi, Der Antiochikos des Libanios, Fribourg 1919. Le phénomène de la citation fait l'objet de plusieurs études de la part des linguistes ; cf. A. Compagnon, La seconde main, ou le travail de la citation, Paris 1979.

41 B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 442 s.

42 Ibidem, p. 459.

43 Ibidem, p. 482.

44 Lib., XI, 162.

45 Thcuydide, II, 4, 1.

46 B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 502.

47 K. Weitzmann, Illustrations of Euripides and Homer in the mosaics of Antioche, Antioch-on-the-Orontes, The Excavations 1937-39, III, Princeton, Oxford, La Haye, 1941, p. 233-247.

48 B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 563 s. Voir aussi E. Richesteig, Libanius qua ratione Platonis operibus usus sit, Breslau 1918.

49 Demosthene, Sur les symmories et Lib., Dec, 20, 14 ou 15 et LIX, 15. Voir B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 560 et B. Kruse, De Libanio Demosthenis imitatore, Breslau 1915.

50 À propos des rapports entre Philostrate et Libanios, voir le débat de A. F. Norman, Philostratus and Libanius ; Julian, and Libanius again, et J. Pack, Julian, Libanius and others : A reply, dans le même numéro CPh 48, 1953.

51 A.F. Norman, The library of Libanius, RhM 107, 1964, p. 158-175.

52 Cf. B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 520, qui met l'accent sur le rôle des écoles dans la transmission des connaissances historiques et dans la diffusion des modèles stylistiques et des moyens d'expression.

53 Se référer au glossaire des mots rares dressé par B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 224-260. Malheureusement, la liste n'est pas complète, l'auteur se bornant à un repérage non systématique. Il n'existe pas d'Index ni de Concordance pour Libanios. Le livre de G. Fatouros et T. Krisher, Libanios, Briefe, Greichisch-deutsche Studiensaugabe, in Auswahl herausgegeben, bearbeitet und übersetzt, Munich 1979, ne m'a pas été accessible, bien qu'il concerne un choix des lettres, comme son titre l'indique. En fait, l'argument avancé ici attend sa pleine justification avec la parution d'un Index complet.

54 En aucun cas il ne faut comprendre que les signes linguistiques ont de sens propre, objectivé.

55 Cf. supra, Fig. n° 1.

56 Voir R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie, op. cit., p. 430 et G. Tchalenko, Villages antiques, p. 11-12 et 304.

57 R. Martin, Le Commentaire archéologique de l'Antiochikos, in A.-J. Festugière, Antioche païenne et chrétienne, Paris 1959, p. 23-61. En fait, il s'agit de la traduction et du commentaire des derniers paragraphes du discours (§196 - fin). Voir aussi les publications de fouilles : Antioch-on-the-Orontes. Publications of the Committee for the excavations of Antioch and its Vicinity, Princeton 1934-1948, tomes I-IV.

58 Au sens très vague de visions du monde ; voir le chapitre introductif à M. Vovelle, Idéologies et mentalités, Paris 1985, avec une discussion sur les deux concepts mentionnés dans le titre.

59 Cf. des ouvrages généraux comme W. Schmid, Der Atticismus in seinem Hauptvertretern von Dionysius von Halikarnass bis auf den zweiten Philostratus, Hildesheim 1964 (réimpression de la première édition, Stuttgart 1887-1897), en 5 volumes ; K. Gerth, Die zweite oder neue Sophistic, RE Suppl. 8. 1956, col. 1719-1782 ; J. H. Oliver, A civilizing power, Philadelphie 1968 ; D. L. Clark, Rhetorik in greco-roman education, New-York 1957 . Voir aussi A. Lesky, Histoire de la littérature grecque, p. 1121-1180 et surtout H. Grassl, Sosiolökonomische vorstellungen in der kaiserzeitlichen griechischen Litteratur, Wiesbaden 1982, avec abondance de renvois bibliographiques. Aulu-Gelle, VI, 13, fait le premier la distinction entre l'auteur classicus et l'auteur proletarius : allusion à la constitution de Servius Tullius, qui divisait les citoyens selon leur fortune en 5 classes dont la première formait les classici. Les proletarii étaient hors classe.

60 Contribution à l'étude de la consience historique des Grecs à l'époque de l'occupation romaine, Athènes, 1972 (en grec). L'auteur utilise des sources littéraires et épigraphiques.

61 F. Vannier, Aelius Aristide et la domination romaine d'après le discours À Rome, DHA 2, 1967, p. 504.

62 Voir à ce propos H. C. Baldry, The idea of unity of mankind, Entretiens sur l'Antiquité classique VIII, Grecs et Barbares, Genève 1962, p. 179 s.

63 G. Downey, Polis and Civitas, loc. cit., p. 359.

64 Lib., XI, 129-130.

65 Lib., XI, 163 et 167.

66 Lib., XI, 270.

67 Cf. note 6.

68 Cf., G. Haddad, Aspects of the Social Life in Antioch in the Hellenistic-roman period, Chicago 1949, p. 114 s. ; cf. infra, p. 147.

69 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 143.

70 Ibidem, p. 139 ; G. Haddad, Aspects of the Social Life, op. cit.. p. 163 s., avec des citations de textes antiques.

71 Dans cette lettre, Libanios fait l'éloge d'un ami en ces mots : il a brillé chez nous avec le discours qu'il a prononcé en attirant l'attention de la foule.

72 Cf. supra, p. 20.

73 P. Petit, La Paix romaine3, Paris 1982, p. 366.

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter