Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Deuxième partie. La terre

Chapitre deuxième. Usage et contrôle de la terre

Texte intégral

  • 1 Cf. l'avant propos de M. Godelier, L'idéel et le matériel. Paris 1984.

1Dans les sociétés antiques, caractérisées par une économie essentiellement agricole, les rapports entre l'homme et la terre constituent la base de toute production matérielle. Ces rapports, les hommes les ont projetés dans l'imaginaire1 : la pensée mythologique et intuitive a créé les mythes de la Terre-Mère ; la pensée discursive a essayé d'aborder ce sujet de manière plus raisonnable, sans toujours arriver (elle ne l'a peut-être pas voulu) à se débarrasser des expériences mythiques. Au mieux les a-t-elle intégrées et fait servir à ses besoins évolués et évolutifs. C'est justement par des contemplations et, éventuellement, des perversions de l'imaginaire que l'on arrive à la formation de l'idéologique, au moyen duquel les hommes essaient d'une part de gommer, de dissimuler, les principes réels qui régissent leurs rapports réciproques, et qu'ils arrivent de l'autre à prendre conscience de ces mêmes rapports sociaux.

2Dans l'histoire du Bas-Empire, la terre joue un rôle majeur ; elle intervient constamment comme point de référence et déterminant des rapports sociaux. Bien entendu, il n'y a pas l'histoire en morceaux et si je vais procéder, dans un premier temps, à une approche non simultanée des rapports sociaux et du discours de la terre, dans la dernière partie, je tenterai une synthèse des données disponibles.

  • 2 Voir supra p. 40-41.
  • 3 En fait, le vocable est polysémique et peut signifier à la fois la terre en tant que planète, le g (...)
  • 4 Cf. le remarquable livre de R. Robin, Histoire et linguistique. Paris 1973, avec des exemples de p (...)

3Le traitement des données à l'aide de l'analyse factorielle des correspondances2 a montré que les renseignements propres au discours de la terre forment un groupe à part au sein du corpus des références aux réalités rurales. Les informations relatives à la possession de la terre, le statut social que celle-ci confère à son détenteur, les procédés de son acquisition ou de sa perte (comme celles de la main-d'œuvre), apparaissent constituer un ensemble compact et homogène. Quantitativement, l'ensemble des références aux questions de possession et de contrôle de la terre occupe une place notable au sein du corpus. Cette base documentaire pose donc le problème de son statut discursif qui, à son tour, renvoie aux idéologies et pratiques quotidiennes dans l'Antiochène du ive siècle. Sur le tableau VI, on s'est efforcé de faire apparaître les syntagmes-clés, qui répondraient aux questions portant sur les modalités discursives de l'intervention des données relatives à la possession de la terre dans les discours de Libanios. Γῆ constitue3 le pôle autour duquel s'articulent les vocables utilisés en opposition ou en association avec lui, ainsi que les syntagmes qui désignent : A - La personne corrélée au mot-pôle à divers titres (par exemple le possesseur) ; B - Les modalités mettant en relief cette corrélation ; C - Les raisons d'être de l'énoncé de possession4.

TABLEAU VI - Énoncés du transfert et de la possession de la terre.

TRANSFERT DE TERRES

4D'emblée, sur le tableau VI qui en rassemble les occurrences, on remarque combien varie le vocabulaire du contrôle de la terre : il s'agit tantôt de transfert, tantôt de possession. Le premier cas de figure est exprimé selon des syntagmes chargés d'un contenu spécifique, polysémique et, par extension, multifonctionnel. Ainsi n'interviennent-ils pas dans une désignation inodore, sans saveur, ou encore marginale. L'orateur ne cède pas non plus à une utilisation hasardeuse et circonstancielle : il emploie telle ou telle expression afin de mieux connoter les options morales et politiques de la personne que vise son propos.

5Ainsi avons-nous :

6ἐρῶντος ὠνουμένου il aime acheter

7πρίασθαι δυναμένους ils ont les possibilités d'acheter

8προσταθεὶς il a accumulé

9ἀπεστέρουν ils dépouillaient

10ἥρπαζον ils pillaient

11πωλεῖν ἐπηνάγκαζον ils forçaient de vendre

12πωλείσθω qu'elle soit vendue

13σφετερίζονται ils s'emparent

14μετερρυηκότων transférés

15ἐώνητο il avait acheté

16μισθὸς αὐτῷ sa récompense

17ἀποδωσόμενοι ayant l'intention de vendre

18ἐπρίατο il a acheté

19κατέλιπεν il a laissé

20ἐπριάμην j'avais acheté

21πώλησον vends

22αὐξήσειν ajouter

23ἀφελομένους extorquant

24μισθὸς αὐτῷ sa récompense

25κώμας μεγάλας αὑτόν εἰσάγει il s'introduit dans les grandes κῶμαι

26Ce premier groupe de syntagmes qui désignent le transfert des biens fonciers, ou de leur usufruit, d'un propriétaire à l'autre ne manque pas de susciter certaines remarques.

  • 5 Cf. infra, p. 125. Dans le même sens, M. I. Finley, L'économie antique, Paris 1975, p. 162-163.

27Pour huit d'entre eux, il est question d'achat ou de vente de biens fonciers ; il y a donc intervention d'une autre constante : celle de la monnaie. On sait par ailleurs que Libanios méprisait l'argent et les biens mobiliers5. Cinq autres citations évoquent un transfert forcé. Certains exploitants sont contraints de céder leurs terres à autrui et les acquéreurs ne cessent d'accumuler propriétés sur propriétés. L'accumulation des biens fonciers et, plus généralement, leur acquisition constituent le signifié de sept autres syntagmes. Les mots, tout en signifiant un acte de transfert, ne restent pas muets sur les modalités de son exécution.

  • 6 Lib., XVIII, 131. Il est peut-être utile de rappeler que ce qui nous intéresse ici pour le moment (...)
  • 7 Exception faite, peut-être, du cheval.

28Certains de ces syntagmes comportent l'expression explicite de la violence exercée sur les possesseurs de la terre afin de leur faire vendre ou céder leurs propriétés : Il (Julien) a renvoyé les troupes de secrétaires, qui, bien qu'exerçant une fonction digne d'esclave, exigeaient que les préfets soient sous leurs ordres. Il était impossible d'habiter à côté d'eux, impossible de leur adresser une parole. Ils dépouillaient, pillaient, forçaient à vendre... Ils circulaient comme des ennemis communs de tous ceux qui possédaient des choses de valeur, tel qu'un cheval, un esclave, un arbre, un champ ou un jardin. Ils exigeaient que tous ces biens leur appartiennent à eux et non à leurs propriétaires6. Ainsi, les fonctionnaires de bas rang, abusant de la puissance étatique qu'ils servaient et qu'ils représentaient aux yeux du peuple, ne manquaient pas de dépouiller celui-ci de ses biens, en utilisant des stratégies que le vocabulaire de Libanios qualifie de violentes. Or, cette violence, cette façon grotesque et peu délicate de contraindre autrui à céder ses biens est exercée par des secrétaires, qui ont une fonction de serviteur (οἰκέτης), sur des gens qui, compte tenu des biens qu'ils semblent posséder - un champ, un arbre, un jardin, un esclave7 -, paraissent appartenir à la classe des humiliores.

  • 8 Littéralement : Je ne connais pas leur origine.
  • 9 Lib., II, 35 ; il n'y avait aucune restriction pour vendre les biens fonciers des curiales jusqu'e (...)
  • 10 P. Petit, Histoire générale de l'Empire romain, Paris 1978, III, p. 175 s. Aussi J. H. W. G. Liebe (...)
  • 11 Cf. supra p. 25.
  • 12 Lib., II, 28 : οὐ γὰρ ἅπασί γε ἐγὼ βαρὺς ἀλλ’ οἷς τὰ κακὰ τῶν πολλῶν ἀγαθὰ. Voir aussi l'introduct (...)
  • 13 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 371 : Ainsi s'épanouit une nouvelle aristroc (...)
  • 14 Pour Libanios, les phénomènes du renforcement du pouvoir central et de l'apparition de la nouvelle (...)

29À côté de ces énoncés explicites de violence, d'autres passages exposent différemment les contraintes ou pressions exercées sur les propriétaires fonciers acculés à se démettre de leurs biens : En effet, les Curies qui administrent une terre pauvre sont ruinées sous le poids des charges qui leur incombent. Personne n'apprécie la terre, personne n'en achète. Sur le territoire des Curies où la terre est meilleure, les maîtres ne sont pas ceux qui en ont hérité mais ceux qui ont le pouvoir d'acheter. Ainsi, les membres de la Curie sont humbles et peu nombreux, non seulement pauvres mais aussi indigents. Par contre ces parvenus8 font leur prix - pour dire la vérité - et ils vivent dédaigneusement dans leurs propriétés, prenant possession des résidences, ou des champs, ou de tous les deux9. Les mots-pôles qui, dans cet énoncé, focalisent toute l'information sur le transfert de terre sont les formes verbales έώνητο et πρίασθοα (acheter). Mais l'enjeu du passage réside ailleurs, car il fait référence aux conflits sociaux et aux mutations considérables intervenues sous le Bas Empire. Une nouvelle couche sociale apparaît à la tête des affaires de l'État, celle qui détient le pouvoir économique. Une nouvelle aristocratie, d'origine récente, se forme ainsi parmi les fonctionnaires impériaux, les chefs militaires, ou même les membres des Sénats de Rome et de Constantinople10. Ces parvenus, nouveaux riches, en tant qu'ils sont les agents d'une politique centralisatrice ou qu'ils s'appuient sur elle, enlèvent aux curiales le pouvoir qui leur restait. On pourrait facilement les rapprocher des cibles auxquelles s'attaque Libanios et identifier parmi eux les adversaires de l'orateur. Le discours II, Contre ceux qui l'ont traité d'importun, rédigé vers 381, possède un contenu apologétique11. Libanios se défend contre les attaques et les critiques qui le qualifient d'indiscret et de fâcheux. S'il montre sa sympathie à l'endroit de plusieurs catégories sociales, il n'épargne pas les parvenus, les nouveaux riches et ceux dont le bonheur est le malheur des autres12. Comme P. Petit le pense également, il s'agit ici de la nouvelle aristocratie des hauts fonctionnaires civils et militaires, qui sont en même temps les grands propriétaires13. L'attaque de Libanios vise ainsi deux cibles : l'État centralisateur d'une part ; une couche sociale, de l'autre, avec ses choix politiques et culturels14. La structure des deux textes évoqués présente une analogie parfaite :

  • 15 Cf. Lib., XXXVI, 4.
  • 16 Il est bien connu que depuis le iie siècle, même devant la justice, on faisait la distinction entr (...)
  • 17 Voir l'Appendice III de P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 407-411.
  • 18 Cf. l'avis contraire de L. Harmand, Libanius, Discours sur les patronages (XLVII), p. 93 s. Mais s (...)

30Les contraintes étatiques s'exercent à plusieurs niveaux de la hiérarchie sociale. Mais si le curiale Libanios défend ses propres intérêts, il ne manque pas pour autant d'exploiter dans son discours les contraintes que ses adversaires ont exercées sur d'autres classes sociales. Il expose ainsi les conséquences de la politique adoptée sous des couleurs encore plus noires, en même temps qu'il cherche à se présenter comme le protecteur de la masse15. De même, la dénonciation des moyens utilisés contre les uns ou les autres (violence, argent) n'est pas sans signification, car ils servent à marquer les différenciations sociales16. De fait, P. Petit a bien mis en lumière la situation matérielle et le genre de vie de Libanius17. Libanios devait appartenir à la couche des moyens propriétaires curiales, ce qui le différencie des grands propriétaires terriens18. La pratique discursive peut donc nous révéler des couches différentes et les intérêts opposés qui coexistent au sein d'une même classe sociale.

  • 19 L'idée domine, dans la majorité des sources littéraires du Bas-Empire, de la constitution de grand (...)
  • 20 M. I. Finley, L'économie antique, op. cit., p. 163.

31Ce conflit entre la nouvelle aristocratie et la vieille aristocratie locale ne manque pas de s'actualiser dans le vocabulaire du transfert de la terre. Les parvenus veulent acquérir les biens que contrôlent les curiales19. Ils ont dans ce but recours à l'argent, qui véhicule en quelque sorte d'autres valeurs que celles de Libanios, demeurant quant à lui fidèle aux prototypes classiques de l'idéologie de la propriété foncière20. L'orateur proteste et se plaint de cette situation ; c'est ici qu'on peut repérer certaines des contraintes exercées, d'après lui, par les nouveaux riches sur les curiales, qui résultent en un dépouillement encore plus important des notables locaux.

  • 21 J. M. Carrié, loc. cit., p. 167, semble surinterpréter un passage du discours Sur les patronages ( (...)
  • 22 Cf. II, 35 ; XVIII, 289 ; XXVIII, 22 ; XLVII, 8-9, 19, 34.
  • 23 Voir l'analyse de J. M. Carrié, loc. cit., p. 169 s., pour le discours Sur les patronages (XLVII).

32Libanios est conscient des conséquences réelles du dépouillement des curiales21. Il expose sans ambages que céder ses terres signifie se ruiner économiquement et perdre toute importance politique22. Toutefois, lorsque l'orateur s'adresse à l'Empereur qui, bien qu'il soit à l'origine des maux dénoncés, occupe dans son œuvre une position d'arbitre et de juge suprême, le discours apparaît passablement nuancé, camouflé et riche en glissements de sens23.

  • 24 Lib., Monodie à la mort de Julien (XVII), 27.
  • 25 Voir XL, 10 ; XLI, 10 et 11 ; le plus souvent métonymiquement.

33Cependant, à part les questions précises et concrètes d'appropriation et de contrôle des moyens de la production agricole, mises en évidence par les références au transfert des terres, celles-ci peuvent s'inscrire dans une problématique plus large au sein de la pratique discursive de Libanios. L'orateur ne se montre pas hostile au changement provoqué par le seul phénomène de vente et d'achat des terres curiales. Il voit encore cela, très consciemment, comme un sous-ensemble du procès historique qui entraîne la disparition et le remplacement des forces anciennes. A cet égard, le cycle des discours qui ont Julien comme sujet est important. Libanios avait investi en la personne de cet Empereur tous ses espoirs quant à la conservation du statu quo et le ralentissement, sinon le freinage complet, de ce bouleversement : ô paysans malheureux, vous serez la proie des percepteurs d'impôts ; ô puissance des Curies en voie d'effondrement, tu seras bientôt un simulacre ; ô archontes des cités (...) ô voix des pauvres opprimés (...) ô régiments de soldats (...) ô lois justes (...) ô discours rhétoriques (...) ô mains des secrétaires immobilisées par l'éloquence de la langue (...) ô déclin de toute l'humanité24. Ce passage met en relief une association très étroite des instances qui concrétisent l'idéal antique de Libanios. Il reste toujours à s'interroger sur la liaison interne de cette association catégorielle : Y a-t-il éventuellement des liens d'interdépendance entre ces catégories ? Jouent-ils un rôle déterminant ? Y a-t-il une hiérarchie de valeurs ? Autant de questions qui se posent, et dont les réponses constituent une clef pour la compréhension de l'idéologie globale de Libanios. Il est difficile de se prononcer dès maintenant. On peut tout de même noter que l'orateur procède systématiquement à des énumérations de ce type25, donnant l'impression qu'il les considère comme formant un bloc solide et homogène.

  • 26 Les cas de la vente des terres curiales font l'objet de la majorité des citations.
  • 27 Lib., XII, 31.
  • 28 Lib., XXX, 11.
  • 29 Lib., XLVII, 28 ; vu le reste des acquisitions, 11 esclaves, 12 mulets, 3 chevaux et 4 chiens lacé (...)

34Au risque de se répéter, il serait utile de reconsidérer ces données au plan des acteurs. La majorité des cas fait apparaître une cohérence au sein du groupe des acquéreurs de biens fonciers et dans celui de ceux qui les cèdent. Il est aisément repérable que les uns appartiennent au monde des nouveaux puissants, que les autres font partie des classes sociales opprimées ou, plus encore, qu'il s'agit d'individus en train de perdre leurs préséances politiques et économiques26, que cette disqualification soit effective ou qu'elle ne représente qu'une mise à l'écart relative intervenant au profit de plus puissants. Mais on ne va pas revenir sur ces problèmes : ce qui se dégage des observations sur les acteurs de transfert de terre, ce sont des indications sur la morale du propriétaire. Ainsi le héros libanien, Julien, n'a-t-il pas passé sa vie à accumuler des biens, comme il aurait pu le faire27. Les moines chrétiens, en revanche, ne cherchent qu'à dépouiller les paysans de leurs terres28. L'accumulation de biens révèle un trait négatif dans le caractère d'un personnage. Libanios trace au rebours le portrait de son oncle, militaire de haut rang, qui put à peine acheter un champ29. L'orateur ne lui marchande pas son admiration, tandis qu'il n'épargne pas ses critiques aux militaires de son époque, qui n'ont d'autre but que de s'enrichir.

35Ce mépris de Libanios pour l'accumulation des biens, tel que nous le révèlent les syntagmes cités, doit être confronté avec une autre partie de l'information, qui provient des expressions suivantes :

36μυρίαίς με κατακοσμεῖ δωρεαῖς me combla de mille faveurs

37γενοῦ καὶ τῶν γεωργούντων devient l'un des γεωργοῦντες

38διαθήκαις δεδομένα donnés par testament

39παρασχώς ayant donné

40εἰληφὼς καὶ γεωργήσας ayant pris et cultivé

41μετερρυηκότων transférés

  • 30 Lib., I, 80, trad. J. Martin et P. Petit.
  • 31 Lib., LIX, 85 : il a rendu accessibles de vastes régions en Thrace et les a mises à la disposition (...)
  • 32 Cf. le Panégyrique latin de Constance, IV, 21.
  • 33 C'est le Caesarius 6 de la PLRE, I.

42Il s'agit à nouveau des syntagmes de transfert des biens fonciers, mais Libanios semble ici se réjouir de l'acte. Quand il écrit, dans son Autobiographie : (Julien) me combla de mille faveurs, qui accrurent, les unes, mes dignités, les autres, mes revenus, si bien que sans avoir les soucis de la terre, je jouissais des fruits de ceux qui la cultivent30, où donc est le mépris qu'il manifestait ailleurs pour l'accumulation foncière ? Évidemment, la place de l'acquéreur est ici tenue par Libanios en personne. Il arrive encore que les bénéficiaires appartiennent à la même couche sociale que lui-même, ou à celles des propriétaires jusqu'ici contraints de céder leurs biens. Ainsi le père de Constance et de Constant est-il loué en ces termes : χῶρον ἐξηγριωμένον ἐπὶ Θράκης πλεῖστον ὅσον ἡμέρωσε τοὺς γεωργήσοντας παρασχὼν31. Que sous-entend cette phrase ? Libanios se félicite-t-il du fait que Constantin contribue à une relance de l'agriculture en créant des conditions nécessaires pour orienter les gens vers les travaux de la terre ? Ou, plus généralement, de ce que l'économie agraire connaîtra un nouvel essor32 ? De toute façon, il importe de relever ici que Libanios ne méprise pas l'accumulation des biens en général, mais que son éventuel mépris s'adresse à des gens d'une certaine appartenance socio-culturelle. On a tenté plus haut de les identifier à la nouvelle aristocratie montante, étroitement liée au pouvoir central et dont les intérêts s'opposent à ceux des curiales. Pourtant Libanios invite le magister officiorum Césaire à devenir l'un des γεωργοῦντες : à acquérir des domaines dans l'Antiochène. Césaire33 avait été spécialement dépéché par Théodose à Antioche, après la sédition de 387. Par la suite, Libanios lui adressa des remerciements pour avoir plaidé devant l'Empereur en faveur des Antiochiens. La différenciation établie entre noblesse locale et noblesse impériale ne doit donc pas être perçue de façon absolue. Sinon, comment expliquer le comportement du commissaire impérial, futur Préfet du Prétoire au demeurant, qui, bien qu'appartenant lui-même à l'aristocratie des fonctionnaires et à la religion chrétienne, prit le parti de plaider en faveur d'une ville et de sa Curie ? Il semble alors, avec les réserves que doit inspirer ce contre exemple unique, que la coupure entre les curiales - l'aristocratie municipale - et les aristocrates de la cour impériale ne soit pas toujours nette.

  • 34 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 370, les estime à 70 %.
  • 35 G. Dagron, Naissance d'une capitale, Constantinople et ses institutions de 330 a 451. Paris 1974, (...)
  • 36 Ibidem, p. 132 s. Voir par exemple le rôle de Thémistios dans le recrutement des Sénateurs.
  • 37 G. Dagron, L'Empire romain d'Orient au ive siècle et les traditions politiques de l'Hellénisme. Le (...)
  • 38 G. Dagron, ibidem, p. 53. Selon Eunape, Libanios ne l'a pas accepté. Toujours selon la même source (...)
  • 39 Voir note 30.
  • 40 En fait, le problème est plus complexe et dépasse les limites de notre travail. Voir P. Petit, Les (...)
  • 41 Les syntagmes abordés jusqu'ici sont des syntagmes de tension ; ils expriment des rapports conflic (...)

43On sait que la majorité des préfets, gouverneurs de province, vicaires34 avaient fréquenté les écoles d'éloquence et étaient imprégnés d'une παιδεία classique ; pour la nomination au Sénat de Constantinople, la λόγων δεινότης - la culture35 - constituait un critère. De même, une bonne partie des sénateurs aussi bien que des fonctionnaires étaient issus de l'aristocratie provinciale36. On sait d'autre part que Libanios entretenait de bonnes relations avec des membres de l'entourage impérial. Thémistios, Kléarchos et Cynégios en sont des exemples illustres37. On notera aussi que Thémistios lui avait proposé de siéger au Sénat de la capitale et que, plus tard, Théodose lui rendit le titre de Préfet du Prétoire38. Si, du point de vue de la situation économique, nous avons admis que Libanios se distinguait des grands propriétaires terriens connus en Occident, cela ne veut aucunement dire que l'orateur menait une vie modeste. Le passage cité de son Autobiographie39, ainsi que plusieurs autres indications, montrent le contraire. Il paraît donc difficile de soutenir qu'une très grande différenciation existait entre les deux couches sociales - celle des nouveaux puissants et celle des puissants locaux -, du moins à l'échelle de l'Antiochène40. Le vocabulaire du transfert de la terre révèle donc qu'au sein d'une même classe, celle des puissants, les rapports ne devaient pas se présenter d'une façon simple et linéaire. La différenciation interne entre des couches sociales, qui aspiraient à des buts opposés et dont ambitions étaient antagonistes, contribuait de fait à la création de situations conflictuelles et de rapports sociaux complexes41.

VOCABULAIRE DE LA POSSESSION DE LA TERRE

  • 42 Voir B. Schouler, La tradition hellénique., op. cit., p. 1002 s.
  • 43 De toute façon, toute la littérature grecque souffrait d'une idéalisation du passé.

44On ne peut nier l'existence des héritages culturels dans l'œuvre de Libanios, qui est un des auteurs les plus fidèles à la tradition classique42. Ses modèles peuvent remonter jusqu'au ve siècle avant notre ère, mais l'orateur antiochien est surtout un produit de la sophistique et de la culture du iie siècle de notre ère. Pourtant, il serait faux de présenter son œuvre comme répondant uniquement à des inspirations passées43, dépourvue de toute signification et fonctionnalité dans les circonstances historiques où elle a été conçue et composée. Même les clichés hérités ne sont pas dans son discours le seul fait du hasard culturel : ils renvoient à des pratiques sociales. Pratique du discours et pratique sociale sont des bases conjointes de la pratique idéologique, qui les organise et les reproduit et qui en est elle-même un produit vivant.

  • 44 M. I. Finley, Studies in Law and Credit in Ancient Athens, New-York 1973, p. 54.

45Suite à ces considérations, et notre propos étant d'examiner les pratiques discursives de possession de la terre, une question essentielle, d'ordre méthodologique, reste ouverte : comment aborder ce problème de la possession de la terre ? Comment Libanios se représentait-il une réalité aussi vague et aussi concrète à la fois ? Comment saisir dans son discours l'idéologie du propriétaire, d'autant que la langue grecque n'a pas de mot équivalent à posséder44 ? Force nous est de partir d'un axiome : un vocabulaire de la possession existe, vocabulaire-moyen d'expression d'une réalité.

  • 45 La province de Syrie en est particulièrement pourvue.

46Il existe en effet des documents parallèles qui concrétisent et matérialisent cette notion de propriété terrienne : les bornes cadastrales45.

  • 46 IGLS, III, 1, 734 : Bornes posées par Asprènas, très illustre scholastique, répartiteur de l'impôt (...)

ὅροι τεθέντες ὑπὸ
Ἀσπρήναλαμπροτ(άτου)
<σ>χολ(αστι)κ(οῦ) ἐπιμ(ε)ρίζο(ντος) το(ῦ) δημ(οσίου) ὅρος
καὶ ὁδ(ὸ) ἀνὰ τὸ Δ<ε>λφ<ί>ωνος
κ(αὶ) τὸ Βαράχο(υ) χωρία46.

47Cette inscription, datée de basse époque, a été trouvée dans l'Antiochène, sur les pentes du mont Amanus. Sa raison d'être unique est d'indiquer la limite et, par delà, la présence d'un domaine privé. L'inscription qui suit est datée de l'été 279 et a aussi été trouvée dans l'Antiochène :

  • 47 H. Seyrig, Inscriptions grecques, n° 8, in G. Tchalenko, Villages antiques... C'est l'inscription- (...)

ὑπὲρ σωτηρ(ί)ας καὶ (δια)μονῆς τῶν κυρίων ἡμῶ(ν)
Διοκλητιανοῦ καὶ Μαξιμ(ι)ανοῦ τῶν Σεβ., (κ)αὶ
Κωνσταντίου καὶ Μαξιμιανοῦ τῶν ἐπιφανε(στάτων)
Καισάρων, ἀνεστάθησαν ὅρ(οι) κώμης Καπροκήρων, ἐπὶ
Ἰου(λίου) Σαβίνου II τοῦ λαμπρoτάτου κηνσείτορ(ος),
ἔτου. (ε) μτ’, Πανήμου47.

48Elle sert à marquer les limites géographiques du territoire d'une κώμη. Or, quel contenu donner au terme territoire ? Uniquement celui d'une zone de compétence administrative ? Ou celui d'une surface sur laquelle s'étendent des terres soumises au contrôle et/ou à la disposition du village et/ou des villageois ? Les deux possibilités ne sont pas exclusives l'une de l'autre.

  • 48 Lib., XLVII, 4 : κῶμαι πολλῶν δεσποτῶν ; XLVII, 12 : τῶν περὶ τὴν γῆν ἐχόντων.
  • 49 Lib., XLIX, 2 : ἦν ἥ τε γῆ τῶν βoυλευόvτωv καὶ τῶν γε οἰκιῶν αἱ βελτίους καὶ χρήματα ἑκάστῳ ἦν (la (...)
  • 50 Lib., II, 31 : τῶν θεῶν γῆν. Voir la liste des emplois du génitif ou des autres syntagmes de posse (...)
  • 51 Cf. E. S. Goloubtsova, Le droit de possession et de propriété de la terre dans les inscriptions de (...)
  • 52 Lib., L, 5 : Il y a des choria qui appartiennent à la ville, légués autrefois par testament. à rem (...)

49Les deux inscriptions énoncent la notion de propriété à l'aide d'un génitif. Les sources littéraires le font quant à elles de plusieurs façons, chacune connotant différemment une réalité objective. L'emploi du génitif semblerait vouloir souligner le contrôle absolu qu'une personne exerce sur un champ ou sur un domaine. Ainsi Libanios y a-t-il surtout recours lorsque la propriété est mise en doute, comme s'il voulait, à des moments forts et critiques, utiliser une expression discursive aussi forte que la situation. C'est le cas du discours XLVII, Sur les patronages, qui évoque des paysans ayant mis en question le contrôle exercé par autrui sur les terres qu'ils travaillaient48. De même en est-il quand l'orateur aborde le démantèlement des propriétés curiales49 ou l'accaparement des terres des temples par les chrétiens50. L'emploi des expressions où le mot-pôle est un pronom possessif ou un datif de possession - ἡμῖν, ἡμετέραν (deux fois), ὑμετέραν, τὴν αὑτῶν -, ou encore une forme des verbes κτῶμοα, ἔχω, ou de l'impersonnel ἔστι51, semble jouer un autre rôle. On le trouve dans un contexte où la propriété n'est pas mise en doute et où les titres de propriété et, par extension, les droits d'exploitation remontent dans le temps : Ἔστι τῇ πόλει χωρία παρὰ παλαιῶν ἀνδρῶν ἐν διαθήκαις δεδομένα τῇ πόλει52. Cette phrase du début du discours L, Sur les corvées des paysans, située juste après l'exorde, constitue la donnée principale, la base sur laquelle se construit toute l'argumentation. La ville possède des χωρία qui lui ont été donnés voici longtemps. Personne n'en doute, en effet, sinon l'affirmation n'aurait pas pu tenir une place aussi importante pour la construction du discours. De même en va-t-il de l'utilisation des verbes κτώμαι ou ἔχω, qui ne confère pas aux énoncés la même portée emphatique que l'usage du génitif. Ils expriment une réalité communément acceptée.

  • 53 Lib., XI, 68.
  • 54 Lib., XXXI, 16.

50La possession de la terre peut s'exprimer par des syntagmes métonymiques, remplacant la terre par la production agricole (τὸν βίον ἀπὸ τῆς γῆς ποιούμενοι53) ou par le travail des champs (γεωργεῖται τοὺς ἀγροὺς τῆς πόλεως σχεδὸν ἅπαντας οἱ βουλεύοντες ὑμεῖς)54. Ces diférentes manières d'énoncer une seule réalité ne sont pas équivalentes. Bien plus, il ne semble pas qu'elles soient utilisées fortuitement par l'auteur. Au contraire, elles paraissent modaliser le discours de Libanios et offrir, pour l'expression d'une même réalité, une gamme de possibilités à disposition de l'auteur. Chaque procédé connote différemment la notion de possession foncière.

51Le génitif - avec la présence du possesseur dans le syntagme - semble constituer la modalité qui exprime le plus concrètement cette notion. Il est utilisé avec beaucoup d'autorité, tant dans le discours littéraire, comme nous l'avons vu, que dans le discours épigraphique et administratif. La propriété est énoncée brièvement, sans beaucoup de détours. Un ton affirmatif et absolu se manifeste : on ne peut avoir de doutes. Le possesseur au génitif est en même temps pivot et extrémité de l'énoncé.

  • 55 Il se trouve ainsi que les syntagmes métonymiques de la possession de terre de nature spécifique e (...)
  • 56 Cf. l'exemple de Lib., I, 2 : ἀθρείτω μὲν τις τῆς Ἀντιόχου τὸ μέγεθος καὶ οἵα τις αὐτὴ καὶ πόσην (...)
  • 57 A. J. Greimas-J. Courtes, Sémiotique, dictionnaire raisonné, op. cit., p. 229.

52À l'opposé du génitif, il faut ranger, semble-t-il, les syntagmes métonymiques du contrôle et de la possession55. A l'autorité et à la brièveté s'opposent ainsi des syntagmes de longueur variable, dans la mesure où la possession n'est pas exprimée directement. On n'a recensé qu'un seul vocable, comme témoin, sur la liste des données, mais en réalité celui-ci n'est pas seul en cause, parce qu'il ne fait que polariser une information en fait étalée dans tout un contexte56. Par leur seule présentation littéralisée, les syntagmes métonymiques perdent déjà une partie de leur impact immédiat sur les auditeurs. Ces derniers doivent décoder d'abord le message et, ensuite, prendre position. La codification du message mérite d'être examinée de plus près. Certes, les métonymies servent à l'ornement du discours et un maître de rhétorique ne devait pas se priver de leur concours. D'ailleurs, si l'on accepte la définition qui veut que cette figure désigne le phénomène linguistique selon lequel à une unité phrastique donnée est substituée une autre unité qui lui est liée dans un rapport de contenant à contenu, de cause à effet, de partie à tout, etc.57, elle pourrait se montrer révélatrice du contenu global de la notion-pôle. On voit donc que la possession de terre peut se réduire à la jouissance des produits agricoles ou à l'exploitation agraire.

  • 58 Lib., XI, 68. On pourait traduire : ils vivaient de la terre.

53Les métonymies sont intéressantes d'un autre point de vue aussi. Comme elles jouent sur un axe paradigmatique très varié, elles peuvent se différencier suivant l'interlocuteur effectif ou le sujet dont il est question. Dans son Antiochikos (XI), Libanios se réfère aux premiers habitants de la ville : il lui faut démontrer toute la gloire et la noblesse des ancêtres. Ainsi sont-ils présentés comme τὸν βίον ἀπὸ τῆς γῆς ποιούμενοι58. La formulation est belle et poétique : on procède à l'idéalisation des ancêtres à travers leur occupation, l'agriculture. En revanche, ni l'exploitation ni l'appropriation du sol ne sauraient contribuer à leur glorification. Dans le discours XXI, Césaire apparaît comme le protecteur de la ville d'Antioche. Il est alors invité à régaler ses amis avec les produits des champs (τῇ τῶν ἀγρῶν φορᾷ). Ce n'est pas l'exploitation agraire qui pourrait le qualifier positivement. Dans l'idéologie des auteurs grecs ou latins propriétaires fonciers, la possession de la terre est énoncée comme gommée et effacée au profit de ses conséquences jugées plus nobles et mieux conformes au statut d'un lettré. En soi, la possession et le contrôle des biens paraît souvent antithétique des livres et des études.

  • 59 Lib., I, 65 : les gros revenus que ses propriétés lui fournissaient, trad. J. Martin et p. petit ; (...)

54Il en résulte, dira-t-on, un mépris des biens matériels et de l'argent. L'assertion mérite cependant quelques nuances. La jouissance de produits agricoles par Césaire ou par les premiers Antiochiens contribue bien à leur qualification positive. La même attitude chez un sophiste ennemi de Libanios est au contraire exploitée par l'orateur, qui s'en autorise pour disqualifier l'adversaire. L'individu n'hésitait pas à racoler des étudiants en dépensant de grosses sommes que lui fournissait ses terres. Évidement, le locuteur insiste ici sur le racolage des étudiants beaucoup plus que sur la source des richesses acquises. L'expression πολλῶν οἱ προσιόντων ἐκ γῆς ne manque cependant pas d'intérêt59. Elle apporte en effet, par rapport aux citations précédentes, une double précision : du point de vue formel, les revenus du sophiste étaient importants (πολλῶν) ; du point de vue essentiel, elle en dénonce l'utilisation.

  • 60 Voir Lib., I, 54 : Convoyant sur un chariot des monceaux de livres et m'apportant une richesse qui (...)

55Avoir des revenus importants peut donc faire mauvais effet, surtout lorsque ceux-ci servent à des buts injustes, tels que le racolage d'étudiants. Libanios voyait là ses intérêts touchés, faute d'autres moyens que son éloquence à opposer aux caisses pleines de son adversaire. L'image habituelle qu'on a de l'orateur, et que lui-même propage à travers son œuvre, est celle d'un total désintérêt des biens matériels60. Mais ne devinerait-on pas ici quelque peu d'envie ou de jalousie ? Surtout lorsqu'on connaît la suite du passage : Le secret fut dévoilé et toute la ville riait de ses manœuvres, de ses espoirs et de ses malheurs. La citation juxtaposée de ces passages amène donc à nuancer le mépris libanien des biens matériels, qui concerne moins ceux-ci en général que certains propriétaires en particulier. Les critères en la matière seraient ainsi la manière dont ils disposent de leurs ressources et l'importance de ces dernières. On essaiera d'aborder la question dans les pages qui suivent.

BIENS FONCIERS ET ÉTHIQUE DES LETTRÉS

56En ce qui concerne le problème des rapports entre les biens matériels et l'homme de lettres, il faut faire appel au discours XXXI, censé avoir été prononcé devant l'assemblée municipale en faveur des maîtres de rhétorique. Libanios, après avoir décrit la mauvaise situation financière et matérielle des professeurs, propose aux curiales la mesure suivante :

  • 61 Lib., XXXI, 16-19, trad. É. Monnier.

Je ne vous demanderai pas une contribution en argent, en blé ou en vin, prise sur vos revenus personnels. Je sais bien à quelles dépenses vous êtes assujettis par la nécessité de pourvoir aux besoins de la commune. Que ferons-nous cependant pour garder nos rhéteurs ? Vous cultivez, en tant que curiales, la quasi totalité des terres qui forment le domaine de la cité : cette exploitation assure à la ville la jouissance entière de son revenu et, d'un autre côté, ne laisse pas de rapporter encore quelque bénéfice à ceux qui se donnent de la peine. De ces terres, les unes sont considérables, les autres de très petite étendue ; les premières, conformément à la loi, qui en ce point est parfaitement juste et équitable, sont partagées entre les membres de la Curie ; les autres sont concédées par vous à des personnes qui ne supportent aucune charge publique, et auxquelles vous restez libres de les retirer. Il est de toute nécessité que les terres les plus étendues continuent à vous être attribuées à vous, qui acquittez les charges civiles, et qui êtes tenus à des dépenses ordinaires et extraordinaires ; mais celles qui sont de moindre rapport, abandonnez-les à ces malheureux rhéteurs. De cette façon, vous leur permettrez de respirer, de cette façon, vous leur rendrez le courage. Vous ne serez que justes en les substituant à ces personnes qui ne sont soumises à aucune charge, eux dont on pourrait dire, au contraire, en toute vérité, qu'ils remplissent un service d'utilité publique. Ou bien, si vous l'aimez mieux, cédez-leur une partie des terres que vous cultivez vous-mêmes ; mais enfin, à quelque parti que vous vous arrêtiez, donnez-leur des terres : le produit qu'ils en retireront sera peu de choses, mais encore ce peu de choses vaudra-t-il mieux que rien. En leur apportant ce secours, citoyens, vous ne leur rendrez pas seulement la vie plus facile, vous contribuerez aussi au progrès de leurs élèves. Car de même qu'une terre arrosée par la pluie donne des fruits plus abondants et plus savoureux, tandis que la sécheresse tarit sa fécondité ; de même celui qui enseigne, s'il est assiégé par les soucis de la vie matérielle, il n'a ni le courage, ni la liberté de produire ; mais rendez-lui la sécurité et toutes les sources de sa pensée jailliront à la fois. Ainsi, vous recevrez plus que vous ne donnerez et, en échange d'un peu de blé, vous verrez le champ de l'éloquence se couvrir de fleurs61.

  • 62 Pour tous ces problèmes, voir P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 97 s. ou J. H. (...)
  • 63 Du point de vue des héritages culturels, Libanios se rattache plutôt à la tradition platonicienne, (...)

57Le texte est capital pour l'étude de l'histoire économique des villes du Bas Empire. On sait que leurs biens ont fait l'objet de diverses réglementations depuis le règne de Constantin qui, le premier, a confisqué les terres des temples. Plus tard, sous le règne de Constance peut-être, les domaines des cités se sont vus confisqués aussi. Julien a changé de politique et les a redistribués, en renforçant ainsi le rôle de la cité62. Le discours XXXI n'est pas daté exactement. On le situe entre les années 355 et 361. Libanios demande aux membres de la Curie de céder aux professeurs de rhétorique une partie des terres communales, pour leur assurer, au moins, la survie quotidienne. Libérés ainsi des soucis de la vie matérielle, ils pourront mieux exercer leur profession et assurer leurs cours, pour le profit de la ville. Cette proposition reflète l'esprit assez pragmatique de Libanios. Bien évidemment, la subordination de la production littéraire aux besoins matériels ne nous amènera pas jusqu'à le considérer comme un auteur matérialiste de la basse Antiquité63.

  • 64 Les vocables qui polarisent l'information tiennent lieu d'actants dans ce schéma.

58En fait, le passage traduit peut se décomposer et se structurer comme suit64 :

59L'orateur se fait auprès des puissants l'intercesseur des démunis. Son premier souci est d'assurer à ses auditeurs qu'il n'a pas l'intention de mettre en doute leurs droits d'exploitation ou d'usufruit sur les biens communaux. Bien plus, il n'a pas l'intention de leur demander une contribution prise sur leurs revenus personnels. Il s'adresse à eux en tant que gestionnaires des biens de la ville. Leur gestion est tout à fait légitime (ὀρθῶς καὶ δικαίως ἔχοντα νόμον) et elle s'exerce au bénéfice de la communauté. La justification de l'ordre des choses s'accompagne cependant d'un certain nombre de nuances. Libanios n'oublie pas de rappeler à ses interlocuteurs que la gestion des terres leur laisse, à eux aussi, un bénéfice (ἄνευ δε κέρδους οὐδὲ τοὺς πονοῦντας ἀφίησι), qu'ils cultivent la quasi totalité des champs communaux (ἅπαντος σχεδὸν τοὺς αγροὺς).

  • 65 Quel était leur statut social ? À en croire Libanios, ils étaient démunis de toute ressource. Le p (...)
  • 66 On sait par ailleurs que lui-même n'aurait pas bénéficié de cette mesure. Étant l'orateur officiel (...)

60Or, si dans une première phase de son discours l'orateur propose que la curie cède (δότε) aux professeurs65 des champs de superficie limitée, quelques instants plus tard, il va jusqu'à proposer une distribution des terres cultivées et exploitées par les curiales eux-mêmes (μέρους τῶν ὄντων ὑμῖν). Quel sens aussi donner à la première phrase : οὐκ ἀργύριον ἀξιώσαιμ' ἄν εἰσενεγκεῖν ? Aurait-il pu faire effectivement la proposition ? Quelle valeur donner à tous ces arguments qui heurtent l'état des choses, simultanément justifié cependant ? Libanios prend le parti de sa corporation professionnelle66 et procède avec beaucoup de précautions pour ne pas se contrarier les intérêts de la classe curiale. En définitive, les intérêts de ses membres l'emportent bien sur ceux des sophistes. Libanios le reconnaît explicitement : τοὺς μείζους ὑμετέρους εἶναι δεῖ. Aux curiales, en effet, incombent dépenses et charges civiles, les λειτουργίαι.

  • 67 Cf. P. Veyne, Le pain et le cirque. Sociologie historique d'un pluralisme, Paris 1976, p. 20 : L'é (...)
  • 68 P. Petit, Les étudiants de Libanius. Un professeur de faculté et ses élèves au Bas-Empire. Paris 1 (...)
  • 69 Il ne faudrait peut-être pas laisser de côté un autre aspect du problème. Certes, il y a souci de (...)

61Ces lignes introduisent à un autre domaine de la vie antique. La médiation de Libanios, qui prie les curiales de donner (δότε, μετάδοτε, βοηθείας, δώσετε) des champs aux sophistes, ne repose sur aucune base juridique. En réalité, l'orateur n'aborde le problème qu'au plan moral et émotionnel. Les structures juridiques existantes ne sont pas touchées. Restant toujours maîtres (κύριοι) de cèder ou reprendre les champs de la ville, les curiales n'offriraient aux sophistes aucune garantie pour l'avenir. L'équilibre social recherché par Libanios s'inscrit plutôt dans le cadre d'une procédure de concorde civique proche de l'évergétisme67. Dans l'administration des biens de la ville, les curiales doivent se montrer généreux à l'égard d'une corporation professionnelle extrêmement limitée en nombre. Aussi bien, l'impact de la mesure sur l'ensemble de la population ne serait pas très considérable : plutôt que d'évergétisme, il faudrait alors parler d'attribution de salaire en espèces. De plus, Libanios envisage une contrepartie pour les sophistes qui offrent des services (λειτουργεῖν), en plus de leur reconnaissance sociale. Au δότε qu'il adresse aux curiales répond presque aussitôt un λήψεσθε (vous recevrez) ; il y a échanges de biens et de services. L'attribution des ressources implique le développement et l'amélioration des cours de rhétorique, avec pour conséquence une hausse du niveau scolaire : οἱ νέοι εἰς λόγους ἔσονται κεκερδακότες. Dans leur grande majorité, les élèves étaient fils ou neveux des curiales68. Une sorte de réciprocité d'échanges s'instaure donc, pour déboucher en définitive sur la reproduction de l'ordre politique et social69. Pourtant, cette réciprocité demeure inégale et s'apparente, chez le partenaire le plus puissant, à un investissement. La cité paie des professeurs pour former ses futurs dirigeants. On sait que la plupart des étudiants de Libanios ont siégé dans des assemblées municipales.

  • 70 R. Barthes, Introduction à l'analyse structurale des récits, Communications 8, 1966, p. 12 s.
  • 71 Les membres de la curie ne constituaient pas un groupe homogène socio-économiquement. P. Petit, Li (...)

62Évergétisme, réciprocité, investissements. Autant de notions qui reflètent autant de niveaux de lecture, de compréhension du texte et, bien-sûr, de perception du discours. Chaque unité de la structure, qu'on a essayé de schématiser plus haut, renvoie à différentes étapes du sens et de la fonctionnalité du discours70. Le locuteur joue avec des mots et l'ambiguïté des circonstances pour arriver à satisfaire la majorité de ses interlocuteurs71 et parvenir à faire accepter et adopter sa proposition.

  • 72 Lib., XXXI, 39.
  • 73 Voir supra, p. 20.
  • 74 Non au sens économique moderne, bien évidemment.
  • 75 Lib., XXXI, 40.

63On a vu plus haut que l'impact de cette proposition ne devait pas être considérable. Libanios présente pourtant les choses différemment. Peu avant la fin de son discours, il nous montre la Curie remplie ce jour-là d'une assistance nombreuse : Des Palestiniens, des Égyptiens, des Chypriotes, des Arabes, des Ciliciens, des Cappadociens écoutent attentivement ce que je dis, ce que vous allez faire. Faites en sorte qu'ils rapportent chez eux l'opinion la plus favorable à votre égard72. Il est peu vraisemblable que ce tableau corresponde à la réalité. On est plutôt tenté de classer ce paragraphe parmi les passages ajoutés par Libanios après la première lecture publique, si lecture publique s'est jamais faite73. Au plus pourrait-on voir dans cet énoncé un indice sur l'origine des étudiants d'Antioche. Mais ce qui importe surtout dans ce passage, c'est la conscience que Libanios avait de l'opinion publique et de l'importance de la perception par la masse des actes politiques, même par des individus non directement concernés. Or, il prie la curie de venir en aide à des sophistes et lui démontre que de ceux-ci dépend sa propre reproduction : l'attribution de terres est donc un investissement. Tel investissement74 n'est pas opposé aux principes de l'évergétisme. Libanios parle de φιλοτιμία (libéralité) et va jusqu'à en exposer les mobiles : Les libéralités qui n'ont pas de témoins sont coûteuses à ceux qui donnent ; souvent, ce qu'on serait prêt à céder en présence du public, on préfère ne pas le faire lorsqu'il n'y a personne75. L'orateur témoigne ici de sa connaissance et de sa conscience du rôle socio-politique d'une évergésie qui contribue aussi bien à la reproduction sociale qu'au bon fonctionnement de la cité et de ses instances politiques. On comprend mieux le tâtonnement pour trouver le mot le plus apte à décrire sa proposition. Plusieurs s'offrent à lui, mais il faut bien choisir le destinataire du message car une même mesure peut être différemment reçue et interprétée.

LES ÉNUMÉRATIONS

  • 76 Lib., VIII, 1, trad. B. Schouler, Les discours moraux de Libanios, p. 162.
  • 77 Cf. Aristote, Politique. 2, 4, 12, 1267 b ou Xénophon, Mémorables, 2, 4, 2, cités par M. I. Finley(...)
  • 78 D. De Colonia, De arte rhetorica, Toulouse 1747, p. 184.

64Les hommes croient qu'un homme est riche et l'appellent ainsi quand il a beaucoup d'or, beaucoup d'argent, des terres, des esclaves, des résidences, des immeubles de rapport, des bateaux, du bétail. Ils appellent de cette façon aussi celui qui, sans détenir tous ces biens, détient l'un d'eux en très grande quantité ; ils disent que la même personne s'est enrichie ou appauvrie en fonction de ses profits ou de ses pertes76. Il n'y a pas de raison de douter de la valeur historique de ce passage. Certes, on en trouve de semblables dans toute la littérature antique : des énumérations de biens qui peuvent se réduire à trois catégories : terre, argent, esclaves77. S'agit-il uniquement ici d'un héritage culturel ? Les formes culturelles peuvent se transmettre d'une époque à l'autre, mais quelque changement peut éventuellement intervenir dans leur fonction réelle et dans leur charge idéologique. Notre propos n'est pas de tracer l'évolution de la pensée économique durant huit siècles mais de voir, à travers une formule rhétorique qui juxtapose l'une à côté de l'autre des catégories homogènes et de même nature78, la place que la terre occupe dans la conception économique et sociale de l'époque. Quels sont donc les rapports entre les diverses catégories de biens, leur fonction concrète, réelle mais aussi symbolique, ainsi que leur utilisation dans les débats idéologiques ?

LES DONNÉES

65I, 125 : argent, maison, terre, fonction officielle

66VII, 9 : esclaves, immeubles, champs, bateaux marchands, or, argent, vêtements

67VIII, 1 : or, argent, terre, esclaves, résidences, immeubles, bateaux, bétail XII, 31 : champs, or, immeubles

68XVIII, 131 : cheval, esclave, arbre, champ, jardin

69XXVII, 44 : main-d'œuvre, terre, immeubles, bœufs, fontaines

70XXVIII, 22 : maisons, champs

71XXXV, 19 : tu bâtiras (des maisons splendides), tu cultiveras (meilleurs champs), tu seras le maître d'un mobilier plus riche

72XLIII, 19 : travailler la terre, naviguer, se mettre au servirce des gouverneurs, exercer un autre métier

73XLVII, 28 : champs, esclaves, mulets, chevaux, bœufs

74LXII, 11 : grande maison, beaucoup de terres, flatteurs, divers

75LXII, 47 : maison, esclave, terre

76LXII, 48 : cultures, or, argent, esclaves, chevaux, chiens

77LXII, 64 : champs, esclaves, tombes paternelles

78LXIII, 19 : or, argent, terre, champs

79Statistiquement, la terre est quasiment omniprésente dans les énumérations de biens. Sur quinze énoncés énumératifs, il y a neuf occurrences de γῆ, et sept de ἀγρός. Suivent les esclaves (sept occurrences), l'or et l'argent (cinq occurrences chacun).

80Que la terre fasse partie d'énumérations de biens, cela n'est pas étonnant ; quoi de plus normal dans une économie essentiellement agricole ? On pourrait même aller plus loin et soutenir que l'intervention constante de la terre - dont la place et le rôle économique nous est relativement bien connu - peut nous servir de guide pour la compréhension des autres biens cités.

DEVENIR RICHE

  • 79 Lib., XXXV, 19.
  • 80 Par opposition aux choses invisibles. Cf. L. Gernet, Choses visibles et choses invisibles, Anthrop (...)
  • 81 OGIS, 518.
  • 82 Pour une consulation rapide : I. S. Svencickaja, Some Problems of agrarian relations in the Provin (...)

81Partons des deux énumérations exprimées au futur. La première semble nous rapporter l'idéal libanien de la richesse et de l'enrichissement. L'orateur s'adresse à ses anciens élèves qu'il incite à appliquer au quotidien tout ce qu'ils avaient appris pendant leurs années de formation et à prendre une part active aux affaires politiques et sociales de leur ville (ἀπὸ ταύτης οἰκοδομήσεις λαμπρότερον καὶ γεωργήσεις κάλλιον καὶ πλειόνων ἐπίπλων ἔσῃ δεσπότης)79. Cet idéal renvoie aux réalités d'une époque où l'οὐσία φανερά - les choses visibles, composée surtout de terres et de la maison - assurait à son détenteur des privilèges politiques80. D'ailleurs, il n'est pas nécessaire de remonter jusqu'à l'Athènes de l'époque classique ; les mêmes principes se trouvent affirmés dans la lex Iliensium de tyrannis qui intervient juste après 218 avant notre ère81. Γῆ, οἰκία, ἀνδράποδα sont à deux reprises énumérés comme des biens dont l'acquisition est interdite à ceux qui avaient tenté de renverser le régime démocratique. La mesure relève-t-elle uniquement d'un niveau abstrait et idéologique ou répond-elle à des réalités historiques, selon lesquelles les droits politiques et la possession de la terre seraient étroitement liés ? Vers la fin de l'époque hellénistique et plus tard, pendant la période romaine, les deux se sont trouvés dissociés82.

82Les deux sources de revenus n'avaient pas perdu leur valeur réelle à l'époque de Libanios ; elles apparaissent chargées d'un contenu idéologique considérable. L'exploitation rurale assure bien évidemment le bien-être du propriétaire, mais elle connote aussi des assises sociales solides, l'ancienneté de sa famille, une origine illustre. La maison sise dans l'agglomération urbaine, pourvue d'un mobilier riche et abondant, assure son prestige social. Tous les deux, γῆ et οἰκία sont les attributs d'une vie stable, sans fluctuations et sans aventure.

  • 83 Lib., XLIII, 19.
  • 84 Lib., XI, 263-264 surtout.
  • 85 Jérôme, Commen. sur Ezéchiel, IX, 27, 16.
  • 86 J. Rougé, Recherches sur l'organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l'Empire romain, (...)
  • 87 Ibidem, p. 309.

83Le contraste avec l'énumération qui suit est évident. Celle-ci est rapportée par Libanios comme les propos d'autres maîtres de rhétorique, dont la situation économique est compromise : γεωργεῖν με χρῆν εἶπέ τις, ἕτερος δέ γε πλεῖν, ἄλλος ἄλλην ἐργάζεσθαι τέχνην, ἄλλος ἄρχουσιν ὑπηρετεῖν83. Toutes les occupations évoquées ici étaient considérées comme d'un plus grand rapport que le métier de professeur. Effectivement, à la lecture des textes de Libanios, on comprend que l'entrée au service de l'administration impériale signifiait enrichissement et puissance. De même, le métier de navigateur connaît un plein essor dans la Syrie du ive siècle. Plusieurs sources en témoignent. Libanios lui-même, désigne le port de Séleucie-Antioche comme un Pactole84. Les Syriens avaient une grande réputation de marins, que nous confirme Saint Jérôme : usque hodie autem permanet in Syris ingenitus negotiationis ardor, qui per totum mundum lucri cupiditate discurrunt, et tantam mercandi habent uesaniam, ut, occupato nunc orbe romano, inter gladios, et miserorum neces quaerant divitias et paupertatem periculis fugiant85. Ils tenaient en effet, avec les Alexandrins, la première place dans la navigation et le commerce maritime de la Méditerranée orientale86. Quant à la position sociale des métiers de la mer, l'étude des textes littéraires et épigraphiques semble indiquer qu'ils étaient plutôt exercés par des hommes issus des couches sociales inférieures, mais que ceux-ci parvenaient à faire fortune87.

  • 88 Ibidem, p. 484.

84Force est donc de constater que l'énoncé libanien possède une cohérence interne, et qu'il est bien intégré aux données contemporaines. Selon J. Rougé, le commerce maritime se trouve en plein essor, surtout à partir du règne de Constantin, après qu'il eut connu un recul durant tout le iiie siècle88. L'orateur accuse d'autre part ses collègues de s'être abandonnés aux luttes et aux divisions, d'avoir mésusé de leur enseignement, au détriment de la corporation tout entière. En conséquence, le nombre des élèves a diminué et les maîtres se sont appauvris. Désespérés et éplorés, aux dires de Libanios, ils pensent donc à d'autres métiers plus lucratifs : culture de terres, navigation, administration, etc... On connaît le mépris de Libanios pour les parvenus de l'administration, que rejoignent maintenant ces autres parvenus des métiers de la mer.

  • 89 L'idéologie du pauvre mais honnête homme ne manque pas à faire son apparition. C'est le thème favo (...)
  • 90 Cf. infra, p. 125.

85L'orateur juge sévèrement les propos des sophistes : il s'agit là d'occupations propres à des aventuriers, dépourvues de toute stabilité. Son mépris à leur endroit tient encore à une autre raison, comme l'indique assez la citation conjointe de l'agriculture, dans l'énumération des ressources décriées. C'est que la réprobation ne concerne pas seulement les moyens utilisés pour arriver à la fortune, mais aussi le simple fait de faire fortune, l'enrichissement au sens qu'il est passage d'un état socio-économique à un autre supérieur, où il procède de l'accumulation des richesses89. Cependant, là encore, il faut être prudent car l'appréciation de Libanios peut varier selon l'appartenance sociale de la personne considérée90.

  • 91 Il le dit clairement en faisant l'éloge des curiales d'Antioche (XI, 135). Des prises de position (...)

86La comparaison des deux textes se fait particulièrement éclairante. D'un côté, les sophistes semblent exprimer les réalités sociales contemporaines ; de l'autre, Libanios pose en contempteur du profit et du gain91, en fidèle de la tradition hellénique, en énonciateur d'une idéologie qui peut et qui veut se prévaloir d'une haute antiquité. Voilà pourquoi l'orateur d'Antioche a d'ailleurs été pendant longtemps écarté de la liste des sources historiques du Bas-Empire. Les historiens et les philologues ont considéré qu'il ne rapportait rien des réalités contemporaines. On pourrait penser que d'une certaine façon, à s'en tenir à une lecture au premier dégré, ils avaient raison. Toute cette insistance libanienne à perpétuer les idéaux antiques fait cependant partie intégrante de la représentation des rapports sociaux du ive siècle. À travers elle, on reconnaît les efforts déployés, dans l'ordre de la production, pour freiner l'évolution et les changements qui s'opèrent.

ÊTRE RICHE

87Si l'on se tient aux énoncés énumératifs - mais on aurait pu en dire autant de la totalité de l'œuvre - il n'y a pas de mode recommandé du bon enrichissement chez Libanios, pour la simple raison qu'il est mal vu de devenir riche. Les vrais riches sont nés riches. Le passage des conseils aux anciens élèves, cité plus haut, fait exception. Mais il s'adresse à de jeunes membres des assemblées municipales, qui possèdent déjà les fonds moraux, la formation, l'origine, les ancêtres, pour pouvoir y ajouter sans opprobre une bonne fortune, en fait pour augmenter les biens qu'ils possèdent déjà : remarquons l'usage du comparatif. De plus, la démarche que propose Libanios à ses anciens disciples est assez complexe. Pense-t-il vraiment qu'en montrant ses capacités oratoires on arrive à s'imposer, à influencer un groupe d'hommes et finalement à le diriger ? Il est difficile de suivre son syllogisme, quand on sait que la participation aux assemblées municipales présentait en fait de nombreux inconvénients et que les liturgies la rendait plutôt coûteuse.

  • 92 En XLVII, 28, où il s'agit d'un oncle de Libanios qui, au terme d'une carrière militaire n'a pu ac (...)
  • 93 Lib., LXII, 64.

88Quels sont les attributs de la bonne richesse, tels que les énumérations les font apparaître ? Précisons d'abord que sur quinze énoncés énumératifs, quatre seulement concernent des bons riches et qu'il est question dans un cas de pauvreté et d'autosuffisance92. Les onze autres traitent des nouveaux riches. On notera aussi que le nombre de biens énumérés ne dépasse jamais trois pour les bons, tandis qu'il se monte jusqu'à huit pour les mauvais. On dirait que, par la seule juxtaposition de tant de biens, l'orateur veut mettre en relief l'accumulation incriminée et centrer l'intérêt sur l'avidité d'un personnage décrié. Les énumérations dépréciatives interviennent presque toujours au moment où sont exposées son ascension, sa montée en puissance, la constitution de sa fortune, contrairement à celles qui désignent des biens légitimes, cités uniquement lorsqu'il s'agit de l'appauvrissement d'un curiale, d'une vente forcée ou de la perte d'une fortune. Libanios n'énumère jamais les biens d'un bon riche déjà riche. On a vu que les caractéristiques de cette bonne richesse tenaient à sa stabilité et à son ancienneté. Voici que la terre et la maison sont enfin associées aux tombes paternelles93. Les attaches familiales avec le territoire s'en trouvent plus fortement soulignées.

  • 94 χρυσὸς-χρυσίον ; cf. P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit.. p. 301 s., sur l'interprét (...)

89Les mêmes attributs valent aussi pour les mauvais riches qui acquièrent des terres et de grandes maisons. Mais ceux-ci investissent par ailleurs dans des immeubles de rapport et des bateaux marchands, accordent de l'importance à l'or et à l'argent94, aiment les vêtements et les dîners, sont fréquentés par des flatteurs. Autant de qualifications qui se trouvent à l'opposé de la morale libanienne. Au premier chef, il faut retenir à leur débit qu'ils sont devenus riches, qu'ils ont pour cela eu recours à des moyens malhonnêtes, parmi lesquels on doit compter la voie de l'administration impériale. Vient ensuite l'utilisation qu'ils font de leurs richesses acquises, pour atteindre des objectifs monopolisés jusqu'alors par la vieille aristocratie avec laquelle ils entrent donc en conflit ou en rivalité. De même, ils peuvent désormais financer des entreprises risquées ou bancales, mais susceptibles de leur rapporter puissance et gains multipliés. La vie luxueuse, légère et superficielle qu'ils mènent enfin achève de les discréditer.

90L'acquisition et la disposition des biens jouent ainsi un rôle déterminant dans la définition morale du riche propriétaire. La vertueuse dénonciation de Libanios relève-t-elle de la simple rhétorique, comme un prétexte facile pour discréditer publiquement un adversaire ? L'éthique libanienne constitue-t-elle au contraire une instance à part entière dans l'édifice de la formation économique et socio-politique du Bas Empire ?

DÉSIGNATION DES RICHES

  • 95 Catégorie 213 ; cf. corpus p. 66.

91Rien qu'en regardant la liste des syntagmes regroupés sous la rubrique des informations sur les maîtres, les patrons des paysans et les propriétaires de terres95, on s'aperçoit qu'il y a peu de termes pour désigner les riches. Même cette utilisation du mot terme peut paraître abusive dans la mesure où, à quelques exceptions près, Libanios nomme les propriétaires au moyen de syntagmes métonymiques ou bien évite totalement de les désigner.

  • 96 Lib., II, 35 ; XXX, 36 et 55 ; XLV, 5 ; XLVII, 4 et 11 ; LV, 11.
  • 97 His. Ph., XIV, 4 : τὸν τῆς κώμης ἐκείνης δεσπότην ; XVII, 3 : αὐτοὶ δὲ ἦσαν καὶ γεωργοὶ καὶ δεσπότ (...)

92ΔΕΣΠOTHΣ Δεσπότης est utilisé sept fois pour désigner un propriétaire de terres96. Trois autres occurrences du mot sont employées dans un contexte de maîtrise de la main-d'œuvre agricole ; le terme reste associé à l'exploitation rurale sans exclusion de toute autre relation. Ce qui caractérise ces occurrences est leur connexion avec des syntagmes de puissance. On a affaire à de véritables potentes qui possèdent des biens fonciers et qui ont du personnel à leur service. L'acception semble-t-elle proprement libanienne ? Non, Théodoret de Cyr emploie de la même façon δεσπότης dans son Histoire Philothée97.

  • 98 Ce qui ne veut pas dire que Libanios ne lui donne pas ce contenu. Cf. XI, 161.
  • 99 IGLS, II, 463. : Un δεσπότης souvent réjoui par la piété des Empereurs a pris à cœur, selon les éd (...)
  • 100 IGLS, II, 499 : ὑπὲρ σωτηρίας καὶ νίκης τοῦ δεσπότου ἡμῶν Διοκλητιανοῦ.
  • 101 Cf. IGLS, II, 281, 288, 348, 589, différentes façons d'énoncer le titre, toujours dans l'Antiochèn (...)
  • 102 D'autant plus, quand on sait que δεσπότης est le maître d'esclaves, OGIS, 515 - Décret de Mylasa, (...)
  • 103 IGLS, II, 529 (Marc-Aurèle) ; IGLS, III, 2, 1232 (Justinien).
  • 104 Lib., XLVII, 19.
  • 105 Lib., XVIII, 222 ; emploi peut-être métaphorique, à comparer avec une inscription de 479, IGLS, II (...)

93Les données épigraphiques issues du même contexte spatio-temporel présentent en revanche une utilisation du mot assez différente de celle des discours littéraires. Δεσπότης est alors le terme par excellence pour désigner l'Empereur98. On trouve ainsi sur une inscription datée des années 235-236, découverte sur l'emplacement d'un temple païen, δεσπότης ἐν πολλοῖς εὐσ[εβείᾳ δ]εσποτῶν χαίρων ἐφιλοκάλεσεν99. De même en va-t-il pour des Empereurs tardifs comme Dioclétien100, Justin ou Justinien101. Le rapport imaginaire qui existe entre la tête sacrée de l'Empereur et les sujets, qui sont ses serviteurs, se trouve-t-il ici mis en relief102 ? On doit en tout cas reconnaître à ce mot une polysémie susceptible de le faire servir à plusieurs situations. La même remarque vaut pour κύριος. Employé largement comme adjectif impérial103, ce qualificatif peut aussi s'appliquer aux propriétaires terriens104. Dans un sens métaphorique, il désigne ainsi un γεωργός de la région de l'Euphrate qui s'est rendu maître de la crue de la rivière par le creusement de canaux105.

  • 106 Von κύριος zu δεσπότης. Eine Bemerkung zur kaisertitulatur im 3./4. Jhdt, ZPE 39, 1980, p. 177.

94D. Hagedorn et K. A. Worp106, travaillant surtout sur les papyrus d'Égypte, ont remarqué que le passage à δεσπότης pour désigner l'Empereur est contemporain de l'affaiblissement de κύριος. Entre le iiie et le ive siècle, le terme paraît avoir acquis un contenu semblable à l'actuel monsieur. Par δεσπότης on voulait exprimer son respect sinon sa soumission au maître suprême de ce monde.

  • 107 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit.. p. 98, note 1 et p. 100, note 4, fait exception (...)
  • 108 IV, 24 ; L, 28.
  • 109 De l'utilisation spécifique du participe présent témoignent d'autres formes verbales de γεωργεῖν. (...)
  • 110 R. Robin, Histoire et linguistique, op. cit., p. 67.
  • 111 Cf. N. Poulantzas, Pouvoir politique et classes sociales, Paris 1969, p. 224.
  • 112 Lib., XI, 68 ; cf. aussi XI, 134 : διὰ δὲ φιλεργίαν, πολλὰ κέκτηνται...
  • 113 Auditeurs du discours de l'Antiochikos (XI) ; cf. infra, p. 134 et 147.

95ΓEΩPΓΩN Le sens et la fonction de ce dernier terme semble bien spécifique. Il s'agit du participe de γεωργεῶν, qui signifie cultiver la terre. Jusqu'à maintenant, il était interprété dans le sens de travailler la terre, avoir des occupations agricoles107. Cependant, l'utilisation qu'en fait Libanios suggère un autre sens, ou mieux, un deuxième sens. Dans la grande majorité de ses occurrences, comme on peut le constater sur le tableau VII, il implique possession de terre. Dans seulement deux cas108, sur quatorze, il se rencontre dans le contexte d'une mise à disposition, perte d'initiative ou exploitation par un tiers. Ailleurs, γεωργῶν désigne un exploitant qui peut disposer à sa guise des terres qu'il cultive et de leurs produits, ainsi en XXXIX, 10. La qualification de Césaire, Libanios ou Zénobios par ce terme, comme celle des curiales, ne laisse aucun doute : γεωργῶν dénote les possesseurs de la terre cultivée109, grands propriétaires ou simples paysans. Certes, on doit là faire appel, au détriment de l'analyse linguistique, à des connaissances extralinguistiques et extratextuelles, mais il s'agit d'un faux problème. On ne peut en effet réduire le discours et l'assimiler à l'idéologie110. Cette dernière inspire et dirige le discours qui, à son tour, devient le signifiant d'un système idéologique cohérent, non arbitraire, pouvant avoir une fonction spécifique au sein d'une formation sociale : celle de déplacer et d'occulter ses contradictions internes111. Dans cette perspective, on comprend mieux l'utilisation du terme γεωργῶν, comme celle d'un euphémisme, dans une tentative de ne pas énoncer ouvertement et de masquer la propriété foncière, base de la société de classe. Il s'agit en même temps d'en réduire la portée, de la faire en quelque sorte équivaloir au travail agricole grâce auquel s'est constituée la propriété privée. Les premiers habitants d'Antioche -τὸν βίον ἀπὸ τῆς γῆς ποιούμενοι112 - ont ensuite légué la bonne fortune à leurs descendants113. Faut-il prendre l'assertion au pied de la lettre ? Le texte libanien semble porteur à la fois d'un sens propre et d'un sens figuré, occultant de ce fait les contradictions sociales qui lui sont contemporaines.

  • 114 C. B. Welles, Royal Correspondance, n° 18, 5. Inscription datée de 254 avant notre ère.
  • 115 H. Kreissig, Landed property in the "Hellenistic" Orient, Eirene 15, 1977, p. 21 et conclusion p.  (...)
  • 116 Ibidem, p. 19-20.
  • 117 OGIS, 669 ; trouvée à l'Oasis Magna, en Thébaïde. 669, 9 : γεωργούντων ; 669, 46 : γεωργοῦντες ; 6 (...)
  • 118 N'oublions pas les particularités propres à l'Égypte ; cf. B. Menu, Le régime des terres et du per (...)
  • 119 IGRR, 1087 : τοι κατοικεῦντες
    ἐν τῷ δάμῳ‘ Αλεντίων καὶ τοι ἐνεκτημένοι
    καὶ τοι γεωργεῦντες
    ἐν Ἅλεντι (...)

96Le sens de propriétaire de la terre, que nous venons d'assigner à γεωργών, relève en quelque sorte, chez Libanios, d'une simple pratique langagière. Il semble cependant déborder le seul langage libanien. Les textes épigraphiques pourraient à cet égard se révèler éclairants, mais nous n'avons malheureusement pas assez d'exemples pour avancer avec certitude. L'inscription bien connue de Laodicée présente cependant une occurrence interressante114 : καὶ τῇ ὁδῷ τῇ ἀρχαίᾳ, ἥ ἦμ μὲν ἐπάνω Πάννου κώμης, συνηροτριασμένη δὲ ὑπὸ τῶν γεωργούντων πλησίον ἕνεκεν τοῦ ἀποτεμέσθαι τὸ χωρίον. Il est question de la délimitation d'un domaine qu'Antiochos II vend à Laodicée et que borne une ancienne route passant au-dessus de Pannukôme. Désireux de s'approrprier le terrain, les γεωργοῦντες des environs ont labouré la route. H. Kreissig les considère comme inhabitants of village outside the royal οὐσία but on king's land115. En fait, rien n'indique qu'ils vivaient sur la terre royale et, d'ailleurs, l'Asie hellénistique avait connu la propriété privée116. L'initiative des γεωργοῦντες nous importe surtout en tant qu'on imagine mal quelqu'un soustraire une parcelle à autrui, sans être déjà propriétaire de celle qu'il travaille. Quel serait en effet le bénéfice de l'extorsion, si elle débouchait sur l'agrandissement du domaine d'un patron ? Le texte exclut nettement un simple intérêt usufructuaire : pour s'approprier l'endroit. On rencontre enfin, presque simultanément, d'autres termes qui désignent les populations paysannes, en sorte qu'il faut bien reconnaître ici un sens spécifique à γεωργοῦντες, sauf à voir, sur ce texte administratif, un simple effet rhétorique. Le terme est encore employé à trois reprises sur une inscription égyptienne du ier siècle de notre ère117. Le cas n'est pas net cependant et ces trois occurrences peuvent renvoyer aussi bien à des propriétaires de terres qu'à de simples métayers118. En revanche, sur une inscription non datée de Cos119, on voit des γεωργοϋντες prendre partie dans la vie politique de leur démos.

97Avec les κατοικοῦντες, les ἐγκεκτημένοι, les πολίτοα et les μέτοικοι, ils offrent une couronne d'or à un évergète.

TABLEAU VII - Le champ sémantique de γεωργῶν
Sur les principes de sa constitution, voir infra, p. 169, n. 3. Comme on peut le voir, le γεωργῶν est fermement connecté à la terre, les champs, l'exploitation agraire et fait partie des énoncés de possesion. La dernière colonne recense les syntagmes qui polarisent l'information sur le contrôle, l'usage et la posession des terres et qui sont directement correlés à γεωργῶν.

  • 120 Si la métonymie est la création de sens, il s'agit d'un processus momentané. Le problème des désig (...)

98De tout cela ressort qu'il faudrait poser de nouveau le problème de la terminologie paysanne et reprendre la totalité des occurrences dans les sources hellénophones. Il faudrait aussi essayer de cerner la question des métonymies ; si métonymie il y a, trouver son origine. Lorsqu'une métonymie est fréquemment utilisée, elle cesse en effet d'en être une : le mot acquiert alors de nouvelles propriétés et un nouveau sens propre120.

Notes

1 Cf. l'avant propos de M. Godelier, L'idéel et le matériel. Paris 1984.

2 Voir supra p. 40-41.

3 En fait, le vocable est polysémique et peut signifier à la fois la terre en tant que planète, le globe ; la terre, le sol ; la terre, cadre et objet du travail et de la production agricole. Ici, on se limite à la dernière acception, qu'assument à l'occasion des vocables synonymes tels que κτῆμα, ἀγρός, χώρα, ἄρουρα, χρήματα, κῶμαν, χωρία, γεωργία, etc.

4 Cf. le remarquable livre de R. Robin, Histoire et linguistique. Paris 1973, avec des exemples de plusieurs types d'approche linguistique des problèmes d'analyse discursive.

5 Cf. infra, p. 125. Dans le même sens, M. I. Finley, L'économie antique, Paris 1975, p. 162-163.

6 Lib., XVIII, 131. Il est peut-être utile de rappeler que ce qui nous intéresse ici pour le moment n'est pas tant la vérification historique du passage - Libanios semble exagérer le rôle que les scribes impériaux jouaient au sein du mécanisme étatique - que l'approche de l'idéologie que ce passage véhicule en tant qu'événement historique.

7 Exception faite, peut-être, du cheval.

8 Littéralement : Je ne connais pas leur origine.

9 Lib., II, 35 ; il n'y avait aucune restriction pour vendre les biens fonciers des curiales jusqu'en 386. Voir C. Th., 12.3.1.

10 P. Petit, Histoire générale de l'Empire romain, Paris 1978, III, p. 175 s. Aussi J. H. W. G. Liebeschuetz, Antioch City and Imperial Administration, op. cit., p. 186 s.

11 Cf. supra p. 25.

12 Lib., II, 28 : οὐ γὰρ ἅπασί γε ἐγὼ βαρὺς ἀλλ’ οἷς τὰ κακὰ τῶν πολλῶν ἀγαθὰ. Voir aussi l'introduction de A. F. Norman à ce discours, éd. Lœb, II, p. 3.

13 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 371 : Ainsi s'épanouit une nouvelle aristrocratie, une classe montante enrichie dans et par les fonctions officielles : nos textes sont à ce sujet parfaitement clairs, et témoignent de la perspicacité de Libanius, outre de voir, surtout depuis le règne de Constance, de nouvelles couches sociales relayer les anciennes et supplanter la bourgeoisie municipale. Avec citation du passage ici étudié.

14 Pour Libanios, les phénomènes du renforcement du pouvoir central et de l'apparition de la nouvelle couche dirigeante sont associées à la décadence de la παιδεία classique, de la religion païenne, du pouvoir des Curies.

15 Cf. Lib., XXXVI, 4.

16 Il est bien connu que depuis le iie siècle, même devant la justice, on faisait la distinction entre honestiores et humiliores. Les premiers n'étaient pas soumis à la torture ; cf. Lib., I, 46-47 : le copiste de Libanios est torturé à la place de son maître qui était soupçonné de sorcellerie.

17 Voir l'Appendice III de P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 407-411.

18 Cf. l'avis contraire de L. Harmand, Libanius, Discours sur les patronages (XLVII), p. 93 s. Mais son argumentation n'est pas acceptée, et à juste raison semble-t-il, par P. Petit. (voir note précédente).

19 L'idée domine, dans la majorité des sources littéraires du Bas-Empire, de la constitution de grands domaines. Pour une rapide comparaison, voir Olympiodore, Frg. 43 et 44, la Vie de Sainte Mélanie, ou Ausone, Pièces personnelles, XII, 2. En revanche, les données archéologiques, en l'occurrence les fouilles de G. Tchalenko dans les régions montagneuses de la Syrie septentrionale, semblent indiquer un morcellement de grands domaines. De toute façon, ce qui est décisif, ce ne sont pas les dimensions du parcellaire mais le contrôle de la terre, que celle-ci soit unifiée et exploitée par un seul propriétaire ou partagée entre plusieurs cultivateurs, probablement soumis à un régime de rente. J. M. Carrié, Patronage et propriétés militaires au ive siècle, BCH 100, 1976, restitue la valeur historique des mêmes plaintes et craintes que Libanios exprime dans le discours Sur les patronages (XLVII).

20 M. I. Finley, L'économie antique, op. cit., p. 163.

21 J. M. Carrié, loc. cit., p. 167, semble surinterpréter un passage du discours Sur les patronages (XLVII), lorsqu'il fait dire à Libanios : seuls les curiales sont légitimement propriétaires fonciers. Voici le paragraphe concerné, traduit par L. Harmand : Est-il donc nécessaire, après une grêle aussi copieuse de profils, d'infliger la misère à des gens qui n'ont d'autre ressource que leur champs ? Pourquoi d'autre part favoriser des gens qui recourent à des procédés impies pour accroître leur fortune ? À vrai dire, des moyens injustes, il en existe une infinité, et ce n'est certes point du côté de la force qu'il s'en rencontre de justes mais en voici un qui atteint le comble de l'injustice. Mon père me laisse un bien de campagne (ce peut être aussi ma mère, ou les auteurs de leurs jours, à moins encore que je ne l'aie acheté moi-même), j'ai là des paysans parfaitement raisonnables, prosternés devant la Fortune en reconnaissance de tous les bienfaits qu'ils ont reçus de moi, et te voilà qui, les faisant passer sous ta coupe, déchaînes leur fureur, soulèves d'imprévisibles hostilités et réduis des hommes de bonne naissance à l'état d'indigents, Lib., XLVII, 34.

22 Cf. II, 35 ; XVIII, 289 ; XXVIII, 22 ; XLVII, 8-9, 19, 34.

23 Voir l'analyse de J. M. Carrié, loc. cit., p. 169 s., pour le discours Sur les patronages (XLVII).

24 Lib., Monodie à la mort de Julien (XVII), 27.

25 Voir XL, 10 ; XLI, 10 et 11 ; le plus souvent métonymiquement.

26 Les cas de la vente des terres curiales font l'objet de la majorité des citations.

27 Lib., XII, 31.

28 Lib., XXX, 11.

29 Lib., XLVII, 28 ; vu le reste des acquisitions, 11 esclaves, 12 mulets, 3 chevaux et 4 chiens lacédémoniens, les dimensions du champ ne devaient pas être considérables. Cf. L. Harmand, Libanius et le discours sur les patronages, p. 162-163. Plus généralement, le discours Sur les patronages (XLVII) tient une place primordiale pour nos propos : voir la remarquable analyse de J.-M. Carrié, loc. cit.

30 Lib., I, 80, trad. J. Martin et P. Petit.

31 Lib., LIX, 85 : il a rendu accessibles de vastes régions en Thrace et les a mises à la disposition des gens qui allaient les cultiver. Il y a beaucoup à dire sur la notion de donner. Ici, Libanios se félicite de l'acte de l'Empereur. Pourtant, lorsque le don rétribue un service rendu, servant ainsi de μισθός (récompense), il semble qu'il soit mal vu de l'orateur. Surtout lorsque ce don/récompense a une valeur importante - voir Lib., LXII, 47 et 48 - et contribue à la montée sociale du récipiendaire. Ailleurs, Libanios dénonce le comportement des gens qui sont restés indifférents au service rendu par un paysan : Lib., XLII, 11 : οἵ καὶ τὸν γεωργὸν τὸν περιτυχόντα τε καὶ ἀνελόμενον καὶ κομίσαντα, κεναῖς ταῖς χερσὶν ἀπέπεμψαν - Ils ont renvoyé les mains vides le paysan qui avait trouvé, sauvé et reconduit leur (fils). Passages importants et révélateurs de l'idéologie libanienne quant à la reproduction du système social ; voir infra, p. 120.

32 Cf. le Panégyrique latin de Constance, IV, 21.

33 C'est le Caesarius 6 de la PLRE, I.

34 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 370, les estime à 70 %.

35 G. Dagron, Naissance d'une capitale, Constantinople et ses institutions de 330 a 451. Paris 1974, p. 132.

36 Ibidem, p. 132 s. Voir par exemple le rôle de Thémistios dans le recrutement des Sénateurs.

37 G. Dagron, L'Empire romain d'Orient au ive siècle et les traditions politiques de l'Hellénisme. Le témoignage de Thémistios, Travaux et Mémoires 3, 1968, p. 36 s. Kléarchos est d'une riche famille de Thésprôtie, fils d'un haut fonctionnaire et lui-même Préfet de Constantinople en 372-373 et en 382-384 ( ?). Voir aussi P. Petit, Recherches sur la publication et la diffusion des discours de Libanios, Historia 5, 1956, p. 508.

38 G. Dagron, ibidem, p. 53. Selon Eunape, Libanios ne l'a pas accepté. Toujours selon la même source, ce refus est le grand mérite que s'est acquis l'orateur, héros de l'hellénisme.

39 Voir note 30.

40 En fait, le problème est plus complexe et dépasse les limites de notre travail. Voir P. Petit, Les Sénateurs de Constantinople dans l'œuvre de Libanios, AC 26, 1957, p. 347-382 ; A. Chastagnol, Le recrutement des Sénateurs au ive siècle, Recherches sur les structures sociales de l'Antiquité, Colloque de Caen, avril 1969, Paris 1971, p. 202.

41 Les syntagmes abordés jusqu'ici sont des syntagmes de tension ; ils expriment des rapports conflictuels et antagonistes. Parallèlement à ceux-ci, certains autres désignent le transfert à travers des formes ou des dérivés de δίδωμι (donner). Bien que le nombre de ces références soit bien trop restreint pour pouvoir avancer une analyse, il semble que Libanios leur réserve une toute autre place : apparemment, il les emploie en des circonstances où l'acte de transfert ne présente pas de conséquences et d'implications importantes. Mais ceci reste à prouver.

42 Voir B. Schouler, La tradition hellénique., op. cit., p. 1002 s.

43 De toute façon, toute la littérature grecque souffrait d'une idéalisation du passé.

44 M. I. Finley, Studies in Law and Credit in Ancient Athens, New-York 1973, p. 54.

45 La province de Syrie en est particulièrement pourvue.

46 IGLS, III, 1, 734 : Bornes posées par Asprènas, très illustre scholastique, répartiteur de l'impôt. Limite et chemin le long des domaines (entre les domaines) de Delphiôn et Barachos.

47 H. Seyrig, Inscriptions grecques, n° 8, in G. Tchalenko, Villages antiques... C'est l'inscription-type de plusieurs autres. A propos de l'importance des bornes cadastrales chez les Romains, voir O. A. W. Dilke, The Roman land Surveyors, Londres 1971, p. 98 s.

48 Lib., XLVII, 4 : κῶμαι πολλῶν δεσποτῶν ; XLVII, 12 : τῶν περὶ τὴν γῆν ἐχόντων.

49 Lib., XLIX, 2 : ἦν ἥ τε γῆ τῶν βoυλευόvτωv καὶ τῶν γε οἰκιῶν αἱ βελτίους καὶ χρήματα ἑκάστῳ ἦν (la terre ainsi que les plus belles maisons apppartenaient aux curiales et chacun d'eux avait de l'argent).

50 Lib., II, 31 : τῶν θεῶν γῆν. Voir la liste des emplois du génitif ou des autres syntagmes de possession, corpus, p. 66 s.

51 Cf. E. S. Goloubtsova, Le droit de possession et de propriété de la terre dans les inscriptions de l'Asie Mineure hellénistique, Actes du VIIe Congrès de la FIEC, Budapest 1984, p. 327.

52 Lib., L, 5 : Il y a des choria qui appartiennent à la ville, légués autrefois par testament. à remarquer surtout l'association plus ou moins étroite entre ἔστι τῇ πόλει χωρία et le participe de δίδωμι - δεδομένα. Cf. note 41.

53 Lib., XI, 68.

54 Lib., XXXI, 16.

55 Il se trouve ainsi que les syntagmes métonymiques de la possession de terre de nature spécifique et destinés à désigner des réalités bien concrètes ne peuvent pas s'inscrire indistinctiment sur une liste exhaustive des figures rhétoriques calculées dans chaque discours. Je fais allusion à C. Rother, De Libanii arte rhetorica, op. cit., p. 104 s. Voir supra, p. 19.

56 Cf. l'exemple de Lib., I, 2 : ἀθρείτω μὲν τις τῆς Ἀντιόχου τὸ μέγεθος καὶ οἵα τις αὐτὴ καὶ πόσην νέμεται γῆν καὶ οἵων μὲν πίνει πηγῶν (que l'on considère la grandeur et le caractère de la ville d'Antiochos, l'importance du territoire qu'elle administre, la qualité des sources...), trad. J. Martin et P. Petit.

57 A. J. Greimas-J. Courtes, Sémiotique, dictionnaire raisonné, op. cit., p. 229.

58 Lib., XI, 68. On pourait traduire : ils vivaient de la terre.

59 Lib., I, 65 : les gros revenus que ses propriétés lui fournissaient, trad. J. Martin et p. petit ; A. F. Norman, op. cit., p. 165.

60 Voir Lib., I, 54 : Convoyant sur un chariot des monceaux de livres et m'apportant une richesse qui répondait à mes désirs (...) mon art me tenait lieu d'épouse, trad. J. Martin et P. Petit.

61 Lib., XXXI, 16-19, trad. É. Monnier.

62 Pour tous ces problèmes, voir P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 97 s. ou J. H. W. G. Liebeschuetz, Antioch, op. cit., p. 151 s. ; Idem, The Finances of Antioch in the Fourth Century A.D., BZ 52, 1959, p. 344 s.

63 Du point de vue des héritages culturels, Libanios se rattache plutôt à la tradition platonicienne, telle qu'elle a été filtrée et formée par la Seconde Sophistique. Dans l'ensemble de l'œuvre, discours, déclamations, lettres, il y a peu d'allusion à Aristote, tandis qu'Épicure n'a droit à aucune citation. Cf. à ce propos B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 572.

64 Les vocables qui polarisent l'information tiennent lieu d'actants dans ce schéma.

65 Quel était leur statut social ? À en croire Libanios, ils étaient démunis de toute ressource. Le peu d'élèves qui leur restait ne payait pas régulièrement ses honoraires.

66 On sait par ailleurs que lui-même n'aurait pas bénéficié de cette mesure. Étant l'orateur officiel de la ville, il touchait un salaire régulier.

67 Cf. P. Veyne, Le pain et le cirque. Sociologie historique d'un pluralisme, Paris 1976, p. 20 : L'évergétisme est le fait que les collectivités (cités, collèges...) attendaient des riches qu'ils contribuassent de leurs deniers aux dépenses publiques et que leur attente n'était pas vaine ; les riches y contribuaient spontanément ou de bon gré.

68 P. Petit, Les étudiants de Libanius. Un professeur de faculté et ses élèves au Bas-Empire. Paris 1956, p. 112.

69 Il ne faudrait peut-être pas laisser de côté un autre aspect du problème. Certes, il y a souci de reproduire la même classe des dirigeants locaux, à travers cette formation aux lettres grecques (l'association culture grecque-pouvoir local est manifeste), mais aussi souci du bon fonctionnement de toutes les instances de la ville, ce qui renvoie à un type de patriotisme. Les professeurs peuvent à tout moment quitter Antioche, à la recherche d'un meilleur sort : cf. Lib., XXXI, 10.

70 R. Barthes, Introduction à l'analyse structurale des récits, Communications 8, 1966, p. 12 s.

71 Les membres de la curie ne constituaient pas un groupe homogène socio-économiquement. P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit.. p. 330-331, en distingue trois catégories.

72 Lib., XXXI, 39.

73 Voir supra, p. 20.

74 Non au sens économique moderne, bien évidemment.

75 Lib., XXXI, 40.

76 Lib., VIII, 1, trad. B. Schouler, Les discours moraux de Libanios, p. 162.

77 Cf. Aristote, Politique. 2, 4, 12, 1267 b ou Xénophon, Mémorables, 2, 4, 2, cités par M. I. Finley, Studies in Land and Credit, p. 53.

78 D. De Colonia, De arte rhetorica, Toulouse 1747, p. 184.

79 Lib., XXXV, 19.

80 Par opposition aux choses invisibles. Cf. L. Gernet, Choses visibles et choses invisibles, Anthropologie de la Grèce antique, Paris 1982, p. 227-238. M. I. Finley, Studies in Law and Credit, p. 54, ainsi que U. Fantasia, Una particolarità del lessico attico sui tipi di proprietà, ASNP III, 3, 1973, p. 787-796.

81 OGIS, 518.

82 Pour une consulation rapide : I. S. Svencickaja, Some Problems of agrarian relations in the Province of Asia, Eirene 15, 1977, p. 27 s. C'est le cas des ἐγκεκτημένοι.

83 Lib., XLIII, 19.

84 Lib., XI, 263-264 surtout.

85 Jérôme, Commen. sur Ezéchiel, IX, 27, 16.

86 J. Rougé, Recherches sur l'organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l'Empire romain, Paris 1966, p. 314 et 486.

87 Ibidem, p. 309.

88 Ibidem, p. 484.

89 L'idéologie du pauvre mais honnête homme ne manque pas à faire son apparition. C'est le thème favori de plusieurs lettres de recommandation : Ep., 175 : πένης μὲν ἐστὶν, οὐ πονηρὸς δέ ; Εp., 1, 55 ou 130, utilisation du couple πένης-χρηστός. A ce propos, voir les remarques de É. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, ive-viie siècles, Paris 1977, p. 9-35.

90 Cf. infra, p. 125.

91 Il le dit clairement en faisant l'éloge des curiales d'Antioche (XI, 135). Des prises de position semblables à celles de Libanios existent ailleurs, voir ainsi chez Jean Chrysostome : cf. A. Puech, Saint Jean Chrysostome et les mœurs de son temps, Paris 1891, p. 66 ; M. Giacchero, Aspetti economici fra iii e iv secolo : Prestito ad interesse e commercio nel pensiero dei Padri, Augustinianum 17, 1, 1977, p. 35.

92 En XLVII, 28, où il s'agit d'un oncle de Libanios qui, au terme d'une carrière militaire n'a pu acheter que des choses sans importance.

93 Lib., LXII, 64.

94 χρυσὸς-χρυσίον ; cf. P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit.. p. 301 s., sur l'interprétation de l'or et de l'or monnayé.

95 Catégorie 213 ; cf. corpus p. 66.

96 Lib., II, 35 ; XXX, 36 et 55 ; XLV, 5 ; XLVII, 4 et 11 ; LV, 11.

97 His. Ph., XIV, 4 : τὸν τῆς κώμης ἐκείνης δεσπότην ; XVII, 3 : αὐτοὶ δὲ ἦσαν καὶ γεωργοὶ καὶ δεσπόται.

98 Ce qui ne veut pas dire que Libanios ne lui donne pas ce contenu. Cf. XI, 161.

99 IGLS, II, 463. : Un δεσπότης souvent réjoui par la piété des Empereurs a pris à cœur, selon les éditeurs du corpus, qui signalent les possibles lectures de ce jeu de mots. Le terme-pôle désigne à la fois le prêtre et l'Empereur.

100 IGLS, II, 499 : ὑπὲρ σωτηρίας καὶ νίκης τοῦ δεσπότου ἡμῶν Διοκλητιανοῦ.

101 Cf. IGLS, II, 281, 288, 348, 589, différentes façons d'énoncer le titre, toujours dans l'Antiochène. Sur les définitions du pouvoir impérial au Bas-Empire, je renvoie à J. Karayanopoulos, Die frühbyzantinische Kaiser, BZ 49, 1956, p. 369-384, en partie à J. Strauss, Vom Herrscherideal in der Spätantike, Stuttgart 1961, et à G. Dagron, L'Empire au ive siècle et les traditions politiques de l'hellénisme, Travaux et Mémoires 3, 1968, p. 121-146, notamment p. 135 : L'origine du pouvoir impérial émancipé de la tutelle des lois, ce n'est plus la souveraineté poplulaire, c'est directement Dieu ; un Dieu unique pour Thémistios comme pour Eusèbe.

102 D'autant plus, quand on sait que δεσπότης est le maître d'esclaves, OGIS, 515 - Décret de Mylasa, 209-211 de notre ère.

103 IGLS, II, 529 (Marc-Aurèle) ; IGLS, III, 2, 1232 (Justinien).

104 Lib., XLVII, 19.

105 Lib., XVIII, 222 ; emploi peut-être métaphorique, à comparer avec une inscription de 479, IGLS, II, 417 : Ἐκτίσθη τοῦτο τὸ πανδοχεῖον (...) ’Yγία τοῖς κυρίοις αὐτοῦ καὶ κέρδος (santé et profit aux maîtres de l'auberge). Certes κύριος désigne celui qui dispose ; mais que connaissons-nous du statut socio-économique des aubergistes, comme des paysans de l'Euphratensis, pour pouvoir établir un rapport entre eux ? On aimerait les situer à un rang social inférieur : l'utilisation de κύριος deviendrait alors significative d'une idéologie d'assimilation des petites gens aux grands.

106 Von κύριος zu δεσπότης. Eine Bemerkung zur kaisertitulatur im 3./4. Jhdt, ZPE 39, 1980, p. 177.

107 P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit.. p. 98, note 1 et p. 100, note 4, fait exception et lit : ceux qui font cultiver. Pourtant, dans sa traduction de I, 80, l'auteur semble revenir sur ce point, traduisant : de ceux qui la (terre) cultivent.

108 IV, 24 ; L, 28.

109 De l'utilisation spécifique du participe présent témoignent d'autres formes verbales de γεωργεῖν. En XXXV, 19, γεωργήσεις est associé à bâtir des maisons splendides et à être maître d'un mobilier plus riche. En XLIII, 19, γεωργεῖν est associé à des occupations du plus grand rapport, telles que celles de la navigation ou de l'administration impériale.

110 R. Robin, Histoire et linguistique, op. cit., p. 67.

111 Cf. N. Poulantzas, Pouvoir politique et classes sociales, Paris 1969, p. 224.

112 Lib., XI, 68 ; cf. aussi XI, 134 : διὰ δὲ φιλεργίαν, πολλὰ κέκτηνται...

113 Auditeurs du discours de l'Antiochikos (XI) ; cf. infra, p. 134 et 147.

114 C. B. Welles, Royal Correspondance, n° 18, 5. Inscription datée de 254 avant notre ère.

115 H. Kreissig, Landed property in the "Hellenistic" Orient, Eirene 15, 1977, p. 21 et conclusion p. 22 : I conclude that these terms (λαοί, κάτοικοι, γεωργοῦντες, κωμῆται) do not in themselves reflect different forms of dependance.

116 Ibidem, p. 19-20.

117 OGIS, 669 ; trouvée à l'Oasis Magna, en Thébaïde. 669, 9 : γεωργούντων ; 669, 46 : γεωργοῦντες ; 669, 57 : γεωργεῖν.

118 N'oublions pas les particularités propres à l'Égypte ; cf. B. Menu, Le régime des terres et du personnel attaché à la terre dans les papyrus Wilbour, Paris 1970.

119 IGRR, 1087 : τοι κατοικεῦντες
ἐν τῷ δάμῳ‘ Αλεντίων καὶ τοι ἐνεκτημένοι
καὶ τοι γεωργεῦντες
ἐν Ἅλεντι καὶ Πέλῃ, τῶν τε πολειτῶν
καὶ Ρωμαίων καὶ μετοίκων, ἐτίμασαν
στεφάνῳ χρυσέῳ Ἰσίδωρον Νεικάρχον.

120 Si la métonymie est la création de sens, il s'agit d'un processus momentané. Le problème des désignations des propriétaires fonciers sera évoqué plus bas, p. 169 s.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6104/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6104/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Légende TABLEAU VI - Énoncés du transfert et de la possession de la terre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6104/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6104/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6104/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende TABLEAU VII - Le champ sémantique de γεωργῶνSur les principes de sa constitution, voir infra, p. 169, n. 3. Comme on peut le voir, le γεωργῶν est fermement connecté à la terre, les champs, l'exploitation agraire et fait partie des énoncés de possesion. La dernière colonne recense les syntagmes qui polarisent l'information sur le contrôle, l'usage et la posession des terres et qui sont directement correlés à γεωργῶν.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6104/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 345k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter