Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Deuxième partie. La terre

Chapitre premier. Les données de la nature et les réalités du terrain

Texte intégral

1Ce travail se fixe pour objectif de mettre en valeur les représentations que se faisait Libanios des réalités rurales de son temps. Mais avant de procéder à une approche de l'idéologie, et pour essayer de mieux saisir leur rapport au vécu quotidien et aux conditions de la production, il nous a semblé indispensable d'esquisser une description rapide de l'espace rural, tel qu'il apparaît en particulier d'après les données archéologiques et littéraires. En premier lieu, pourtant, il faut préciser la façon dont on conçoit ici le recours à la géographie, à la morphologie et à l'ensemble des données naturelles objectives, ainsi que la fonction qu'on leur assigne dans le cadre de ce travail.

  • 1 Lib., II, 29. Voir aussi les remarques préliminaires de B. Lepetit, Espace et histoire, Hommage à (...)

2En effet, les lignes qui vont suivre ne répondent pas uniquement au désir de confronter à d'autres témoignages les informations que Libanios nous livre sur l'environnement physique de sa ville. Le principe de vérification et de critique de source est certes maintenu et les données naturelles interviennent aussi dans ce but, comme extérieures au corpus libanien. Mais je pense qu'il faudrait voir en elles encore plus : les considérer comme partie prenante, comme donnée intérieure au corpus, dans le sens où elles constituent une source d'inspiration préalable à la composition des discours. Il ne s'agira donc pas seulement de procéder ici à la vérification de l'ensemble des discours libaniens en tant que source historique. On veut tenter, au long de ce chapitre, de changer les rôles : on se réfèrera aux données naturelles en les considérant comme matrice des compositions oratoires de Libanios. On abordera l'environnement physique, le paysage naturel et rural, dans lequel l'orateur a puisé des informations, en considérant que ses écrits en ont reçu des stimulations nécessaires. Leurs effets restent difficiles à mesurer, mais on ne peut en ignorer le poids dans l'écriture libanienne. L'orateur n'affirme-t-il pas lui-même : Ce n'est pas ma parole qui a créé les choses, mais ce sont les choses qui ont fait ces paroles1 ?

3Le problème ainsi posé revient à saisir comment, chez un auteur donné, les représentations du monde rural et naturel dans toutes ses dimensions - aussi bien les conditions concrètes de production et les rapports sociaux - dépendent de ces réalités elles-mêmes, de leur nature, de leur fonctionnement, au moment historique considéré. En d'autres termes, dans quelle mesure l'idéologie ruraliste du citadin d'origine curiale qu'est Libanios entretient-elle des rapports dialectiques avec les structures de la production rurale ?

  • 2 La structure et les superstructures forment un bloc historique, c'est-à-dire que l'ensemble comple (...)

4À un deuxième niveau de lecture, c'est aussi tenter de montrer comment cette réflexion sur le texte et ses visions du monde rural ne peut être pleinement conduite qu'en mettant les discours autant que possible en rapport avec les autres données disponibles sur la région et le temps historique où ils ont été produits. Les textes de Libanios n'ont pas une valeur atemporelle ; ils nous renseignent sur un espace et sur un moment historiques bien définis. Essayer donc de cerner toutes les conditions de production du texte de Libanios n'est pas uniquement une nécessité d'ordre méthodologique, c'est surtout une nécessité d'ordre historique fondamentale, si l'on se place dans la perspective de ce que Gramsci a appelé le bloc historique2.

5Dès lors, essayer d'articuler les données littéraires, naturelles et autres n'éviterait pas seulement d'isoler l'une des composantes de ce bloc, et donc de n'utiliser que le seul niveau des représentations. Cela permettrait aussi de proposer des éléments pour une vision globale des rapports qu'entretiennent toutes ces données, à la fois entre elles et avec leur environnement, dans toutes les conditions de vie, tant à la campagne que dans la cité.

QUEL TERRITOIRE ?

6Suite à ces quelques considérations méthodologiques, il faut essayer de préciser l'espace géographique au sein duquel on a tenté de mettre en œuvre cette approche.

7En fait, le découpage de l'espace rural, du moins pour les géographes, ne représente qu'une recherche secondaire. Si j'insiste pour une délimitation spatiale, c'est non seulement en conformité avec les principes fondamentaux avancés plus haut, mais aussi pour faire intervenir la notion de la cité, indispensable à la compréhension du texte libanien. L'idéologie ruraliste du citadin Libanios n'est pas uniquement en rapport dialectique avec les structures de la production rurale, elle est un sous-ensemble des idées économiques, politiques et sociales de l'ardent défenseur des pouvoirs locaux. La cité, et plus précisément la ville d'Antioche, doit être prise en compte au début même de cette délimitation géographique.

  • 3 Cf. les remarques conceptuelles de E. Sereni, Villes et campagnes dans l'Italie préromaine, Annale (...)
  • 4 P. Petit, Libanios et la vie municipale à Antioche au ive siècle après J.-C., Paris 1955, p. 173 ; (...)
  • 5 P. Petit, op. cit., p. 176-177.
  • 6 Cf. J. Bonnamour, Géographie rurale, méthodes et perspectives, Paris 1973, p. 147.

8Il y aurait plusieurs critères à choisir pour procéder à la définition des limites spatiales, vraisemblables et nécessaires, si l'on part de la ville d'Antioche3. Elle est le centre administratif du diocèse d'Orient et de la province de Syrie, siège du comes Orientis et du consularis Syriae4. Ses habitants voulaient que leur ville soit la première dans la hiérarchie des villes syriennes5. Antioche se trouve alors au centre de plusieurs cercles concentriques, qui impliquent autant de découpages possibles. Ce n'est pas vrai du seul point de vue administratif et politique. Il en va de même pour une approche des questions rurales car les activités rurales ne correspondent pas, on le verra, à une fraction spatiale à part, à un lieu de production autarcique. Les conditions géophysiques et climatologiques, les particularités des rapports sociaux, la proximité d'un centre urbain, le va-et-vient commercial ou culturel sont autant de critères qui peuvent contribuer à déterminer les limites d'une région rurale équilibrée6. Il va de soi qu'une énumération de ces critères ne suffit pas à définir les équilibres locaux. C'est à travers leurs interactions et leur complexité que l'on arrive à cerner les équilibres (ou les déséquilibres) d'un espace rural.

  • 7 Cf. J. Lassus, La ville d'Antioche à l'époque romaine d'après l'archéologie. ANRW, II, 8, p. 80.
  • 8 Assez souvent la pratique langagière de Libanios sait se nuancer afin de rendre compte des différe (...)

9Pourtant, tant l'institution du diocèse que celle de la province sont des inventions récentes, impériales, et par là inadéquates aux idées politiques de Libanios, fidèle, comme on l'a présumé et comme on va le voir, à l'archétype de la ville antique, autonome et gérante de son territoire7. Toutes les informations qu'il donne à travers ses écrits correspondent à cet idéal. D'autre part, il y a encore une raison essentielle qui plaide en faveur d'une délimitation des confins de la civitas d'Antioche. C'est que Libanios, bien qu'il ait connu Athènes, Constantinople et Nicomédie, et qu'il y ait vécu, parle surtout des pratiques rurales en usage dans l'Antiochène au sens large du terme8.

  • 9 Outre la carte adjointe, cf. R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, (...)
  • 10 L'ère césarienne remonte à 49 avant notre ère ; H. Seyrig, Ères de quelques villes de Syrie, Syria (...)
  • 11 Elle remonte à 312 avant notre ère.
  • 12 Les rapports entre Antioche et Séleucie sont passés par diverses phases de dépendance politique (d (...)
  • 13 G. Tchalenko, Villages antiques, I, p. 178 s.
  • 14 Cf. infra et A. Déléage, La capitation au Bas-Empire. Macon 1945, p. 152-157 ; H. Seyrig, Inscript (...)
  • 15 En fait, souvent des informations semblables sont discordantes et contradictoires. Elles provienne (...)
  • 16 Julien. Ep., 27 ; cf. F. Cumont, Études syriennes, Paris 1917, p. 2.
  • 17 Environ 55 km ; Evagrius, VI, 11 ; F. Cumont, op. cit., p. 6.
  • 18 Procope, Bell. Pers., II, 7 et Theodoret, Hist. Phil., II, 21.

10L'étendue du territoire de la métropole syrienne nous est connue dans ses grandes lignes9. Trouvailles archéologiques et textes littéraires ou épigraphiques nous fournissent des témoignages - de valeur variable - à ce propos. Un premier élément nous est donné par la datation des monnaies et des inscriptions syriennes : on sait que l'Antiochène usait de l'ère césarienne10, à la différence des autres cités, où celle des Séleucides était toujours en vigueur11. Il faut noter que si la différence est donc nette avec la Cyrrhestique, la Chalcidique et l'Apamène, il n'en va pas de même avec Laodicée, dont l'ère commence en moins 48. Ainsi les frontières de l'Antiochène ne sont-elles pas bien définies de ce côté-là ; il en est de même du côté du territoire de Séleucie12. Conjointement à l'aide que les différences de datations nous apportent, nous avons d'autres indices, telles que les particularités observées dans la conception achitecturale des couvents en Antiochène et en Apamène13, les bornes cadastrales définissant les limites des villages dans le Nord-Est de l'Antiochène14 ou des informations, puisées aux sources littéraires, sur des endroits ponctuels et placés dans le territoire de l'une ou de l'autre cité15. Ainsi en est-il dans une lettre adressée à Libanios par Julien, peu après son départ pour la frontière perse16. L'Empereur y écrit que le village de Litarba relève de l'autorité de Chalcis de Belus, ce qui amène à placer la frontière entre l'Antiochène et la Chalcidique au nord de cette localité. On notera qu'Évagre estimait la distance Antioche-Litarba à près de 300 stades17. Procope mentionne encore qu'un bon marcheur mettait deux jours pour faire Antioche-Bérée et Théodoret de Cyr donne le même chiffre pour le parcours Antioche-Cyrrhus18.

  • 19 D'après la carte, Gindaros est inclus dans l'Antiochène. Cf. supra, note 15.
  • 20 Cf. J. et J.-Ch. Balty, Apamée de Syrie, archéologie et histoire, ANRW, II, 8, p. 102 s.
  • 21 Sur la situation géographique d'Antioche et de son territoire, beaucoup plus restreint aux temps m (...)

11H. Seyrig est allé très loin dans l'approche du territoire et a proposé une carte des limites de l'Antiochène. D'après lui, la limite septentrionale entre l'Antiochène et le territoire de Rhosos devait suivre la crête du mont Amanus. Au Nord-Est, la limite avec la Cyrrhestique ne semble pas suivre de signes naturels visibles19. À l'Est et au Sud-Est, la région s'étend jusqu'aux pentes orientales du massif calcaire, où commencent les territoires de Bérée et de Chalcis. Au Sud, les plateaux du Gebel Zawiye apparaissent comme partagés entre les territoires d'Antioche et d'Apamée20. Vers l'Ouest, on a dit qu'il y avait des difficultés pour établir la limitation entre l'Antiochène et le territoire de Laodicée. Remarquons pourtant la présence du mont Quseïr, aboutissement du Gebel des Alaouïtes qui s'étend parallèlement à la côte maritime ; la limite suivait-elle le pied de la montagne ou celle-ci n'était-elle pas prise en compte dans la définition des territoires ? Nous ne le savons pas21.

Fig. 1 - Carte des confins de l'Antiochène

12Les limites sont proposées ici par H. Seyrig, Inscriptions grecques, in G. Tchalenko, Villages antiques, op. cit. Le tracé hypothétique de H. Seyrig (en pointillé) est présenté comme une certitude par F. Pichon Vallino Albergoni et F. Gnazzo Albergoni, Il mantelo vegetale della regione di Antiochia, Arch. bot. biog. it. 51, 1975, p. 126. 11 faut noter que la carte présentée ici n'est pas une fidèle reproduction de celle de Seyrig-Tchalenko : afin de la rendre utile à notre propos, on a supprimé une partie de l'information sur les localités étudiées par les deux savants. A propos des grandes routes de commerce schématiquement indiquées, voir P. Petit, Libanius et la vie municipale, p. 306.

LE TERRITOIRE D'ANTIOCHE

  • 22 Voir L. Dubertret, J. Weulersse, Manuel de géographie, Syrie, Liban et Proche-Orient, 1ère partie, (...)
  • 23 P. Birot, J. Dresch, La Méditerranée et le Moyen Orient, II, p. 239 s. Voir aussi J. Besançon et a (...)

13L'Antiochène s'étend donc au Nord-Ouest de la Syrie, entre les derniers plissements de la chaîne taurique au Nord (Mt Amanus, 1800 m), les aboutissements de la chaîne montagneuse du Ğebel des Alaouïtes (Mt Cassius, 1234 m) au Sud et les plateaux du massif calcaire qui s'étendent vers l'Est, aux limites du territoire de Bérée, juste après la dépression de la vallée de l'Oronte et du lac d'Antioche22. Les massifs qui entourent ce lac sont, dans leur grande majorité, des calcaires éocènes et miocènes23.

  • 24 Ch. Combier, La climatologie de la Syrie et du Liban, RGPGD 6, 1933, p. 340-341 ; J. Weulersse, Pa (...)

14Au sein de l'ensemble syrien, l'Antiochène tient une place plutôt privilégiée. La juxtaposition des massifs montagneux et forestiers, du fossé de l'Oronte et des rebords orientaux crée une extraordinaire variété d'aspects et de paysages. Le contraste entre la Syrie occidentale et la Syrie de l'intérieur est grand. À l'intérieur, le pays change, le relief devient plat, les eaux se font rares. Les géographes distinguent ainsi dans le climat syrien deux zones principales : l'une, qui longe la côte méditerranéenne ; l'autre, désertique. Entre celles-ci, une région semi-aride borde la zone humide, complétant ainsi les terroirs fertiles de la côte et du Liban24. Étant donné sa proximité de la Méditerranée et la présence des massifs forestiers, la région d'Antioche se trouve partagée entre le climat méditerranéen et celui de la zone semi-aride. Elle est donc caractérisée par une saison chaude qui dure cinq ou six mois, avec des températures plutôt élevées et des pluies quasi inexistantes. La saison froide est relativement tempérée. Les pluies abondent aux sommets des montagnes et varient entre 400 et 300 mm sur les plateaux de l'Est, comme le montre la figure 2.

  • 25 J. Weulersse, L'Oronte, étude du fleuve, Tours, 1940.
  • 26 L. Dubertret, L'hydrologie et aperçu sur l'hydrographie de la Syrie et du Liban, RGPGD 8, 1933, p. (...)

15Les précipitations hivernales approvisionnent les réserves d'eau, sur lesquelles repose la vie du pays. Dans la description hydrographique de la région, l'un des premiers points à noter est l'importance décisive de l'Oronte25. Il draine la Syrie, allongé du nord au sud parallèlement à la côte méditerranéenne, entre les deux massifs montagneux du Liban et de l'Anti-Liban et leurs aboutissements septentrionaux. Le fossé qu'il forme reçoit les eaux de pluie tombées sur les pentes. Pour se déverser dans le fleuve, les eaux suivent le cours de torrents plus ou moins longs26.

  • 27 P. Birot, J. Dresch, La Méditerranée, op. cit., p. 236, ainsi que G. Panessa, Oscillazioni e stabi (...)
  • 28 P. Parmentier, L'agriculture en Syrie et en Palestine, Paris 1922, p. 4 et 27, V. Cuinet, La Turqu (...)
  • 29 Cf. G. Downey, Ancient Antioch, Princeton 1963 ; l'auteur trace l'histoire de la ville de l'époque (...)
  • 30 F. Pichon Vallino Albergoni et F. Guazzo Albergoni, Il mantelo vegetale di Antiochia sull'Oronte d (...)

16Pourtant, il semblerait qu'il y a lieu de nuancer quelque peu davantage pour ce qui concerne la Syrie des temps historiques. Les vestiges des cités et autres monuments, là où domine maintenant le désert, indiquent que les conditions naturelles devaient être différentes de celles qui prévalent aujourd'hui27. D'autre part, il existe des témoignages d'après lesquels les pentes des massifs montagneux ont été en partie déboisées28. Cela implique que le climat de jadis devait être plus doux. Les sources antiques sont unanimes à peindre l'Antiochène sous les meilleures couleurs29, lui donnant un aspect contrasté et différent de celui qu'elle offre de nos jours30.

  • 31 Lib., XI, 13-33. Cf. infra, p. 137 et 150.
  • 32 Lib., XI, 29-31. Cf. infra, p. 137.
  • 33 Cf. supra note 10. Cl. Cahen, La Syrie du Nord à l'époque des croisades et la principauté franque (...)
  • 34 Il est évident que les arguments avancés ici ne sont pas d'une très grande valeur, dans la mesure (...)

17Les conditions naturelles sont évoquées par Libanios dans son Antiochikos (XI). Tout y est présenté comme relevant de la douceur31. Le terrain est de grande qualité, le relief n'est pas accidenté, du moins pour les régions cultivées. Les conditions climatiques aussi sont parfaites : il y a une nette distinction entre les quatre saisons32. La chaleur n'est pas étouffante grâce aux meltèmes qui soufflent et rafraichissent l'atmosphère, tandis que les pluies hivernales éloignent le froid tout en alimentant la terre en eau. Il y a lieu de penser que ces descriptions rhétoriques ne devaient pas être éloignées de la réalité. Antioche occupe l'angle fertile de la Syrie du Nord. Les forêts étaient plus riches alors, comme le rapportent d'ailleurs des sources médiévales33. Les récits de voyageurs des siècles derniers34, en revanche, nous transmettent des images plutôt confuses du paysage syrien.

Fig. 2 - Pluies et zones de végétations en Syrie septentrionale (cité par G. Tchalenko, Villages antiques)
Zones de végétation en rapport avec les pluies annuelles :
plus de 600 mm : bordure méditerranéenne humide ; forêts
600-400 mm : zone intérieure pauvre
400-200 mm : steppe cultivée
moins de 200 mm : steppe désertique et désert

  • 35 Amm., XIV, VIII, 8.
  • 36 Julien, Mis., 362C : τὴν τοσαύτην πόλιν. Voir aussi le Panégyrique de Constance, 40D : πλουτεῖ δε (...)
  • 37 Expositio, XXIII : prima civitas regalis et bona in omnibus... abundans omnibus bonis.
  • 38 Procope, De bello persico. I, 17, 36.

18Un contemporain de Libanios complète son témoignage. Il s'agit d'Ammien Marcellin, lui aussi natif d'Antioche, mais vivant en Occident : Puis la Syrie s'étend largement sur une plaine magnifique. Elle doit sa renommée à Antioche, cité universellement connue, avec laquelle nulle autre ne saurait rivaliser pour l'afflux des richesses importées et des richesses naturelles35. De l'emplacement privilégié d'Antioche semblent vouloir témoigner aussi deux autres textes de l'époque : le Misopogon de Julien36 et l'Expositio totius mundi et gentium37. Selon Procope enfin, auteur un peu plus tardif, Antioche détient la primauté en richesses, étendue et nombre d'habitants parmi les villes de l'Orient romain38.

  • 39 Voir F. Chamoux, Pausanias, géographe, Caesarodunum 9 bis, Mélanges R. Dion. 1974, p. 83.
  • 40 Ce qui retrouve en quelque sorte les principes posés en début du chapitre.
  • 41 Strabon, I, 1, 23, trad. G. Aujac
  • 42 Lib., XI, 270, trad. Festugière, Antioche païenne et chrétienne, Paris 1959.

19Toutes ces descriptions géographiques des auteurs anciens - historiens, sophistes ou autres - laissent voir leur volonté et celle de leurs lecteurs de concevoir globalement les faits historiques, anciens ou contemporains, dans les lieux précis où ils se déroulent. Constantin Lascaris, érudit de la fin du xve siècle titrait le manuscrit de la Périégèse de Pausanias : Pausanias l'historien : Histoires39, donnant ainsi un titre conforme aux intentions du géographe, qui ne sont pas uniquement la description du paysage urbain ou rural, mais aussi l'information de son public sur un thème bien limité dans l'espace et dans le temps, vu dans sa globalité40. C'est encore l'idée que Strabon énonce explicitement dans l'introduction de sa Géographie : Ainsi après avoir produit des Commentaires Historiques qui sont utiles (nous le supposons du moins) à la philosophie morale et politique, nous avons jugé bon d'y adjoindre le présent traité (i. e. la Géographie) : il est de même forme, s'adresse aux mêmes lecteurs et tout particulièrement aux gens haut placés41. Passage que l'on peut facilement rapprocher du texte suivant de Libanios, tiré de son Antiochikos : Quelle cité est digne de comparaison avec Antioche ? La plus heureuse entre les anciennes, elle est supérieure aux unes par rapport à son étendue plus grande, aux autres en ce qui concerne la noblesse ; elle en dépasse d'autres par sa campagne qui produit tout. La ville qui est meilleure pour ses murs, Antioche la surpasse en ce qui concerne l'abondance des eaux, la douceur de l'hiver, le raffinement de ses habitants et l'exercice de la sagesse42.

  • 43 C'est la lecture globale de l'éloge, qui m'amène à ces prises de position. Voir les chapitres IV e (...)
  • 44 C'est le cas par exemple de la nature dans la poésie de Théocrite. Cf. Z. Pavloskis, Man in a poet (...)

20Strabon semble associer les événements historiques à la description de l'espace, à la géographie. De même en est-il pour Libanios : il y a chez lui un jeu dialectique des œuvres humaines et de l'espace. A la lecture de son Antiochikos (XI), on voit que l'articulation de ces deux constantes est constitutive de sa conception du devenir historique43. L'espace et la nature ne sont pas antithétiques à l'homme, ils ne lui sont pas non plus subordonnés44. Le passage cité plus haut appartient à la péroraison ; étudiée tout au long du discours, la cité d'Antioche se détache dans l'espace et dans le temps, considérés comme œuvrant de façon complémentaire à son bonheur et à sa grandeur.

  • 45 Conjointement aux résultats des recherches archéologiques, j'ai eu recours à la documentation rela (...)
  • 46 G. Tate, Les campagnes de la Syrie du Nord, Paris 1992, p. 305. D'autres secteurs comme la région (...)

21Les témoignages littéraires nous transmettent donc une image parfaite d'Antioche. La plupart du temps, cette perfection semble se rapporter beaucoup plus à la cité-métropole de l'Orient, qu'à la cité considérée au sens strict du terme. Une autre remarque semble s'imposer devant cette vision généralisante des sources littéraires : en réalité, le territoire d'Antioche n'était pas uniforme, mais assez composite, au contraire ; il offrait des contrastes, depuis la plaine de l'Oronte, particulièrement fertile, jusqu'aux rebords montagneux du mont Amanus. Cela posé, il existe en Antiochène une région que l'on peut considérer comme exemplaire pour l'étude des terroirs de la Syrie du Nord : le massif calcaire qui s'étend entre Bérée (Alep) et Antioche. Son étude bénéficie de la qualité et la quantité exceptionnelles des vestiges archéologiques qui ont subsisté et ces données ont fait l'objet de travaux archéologiques et historiques nombreux et importants45. L'histoire du massif calcaire ne constitue néanmoins pas un cas unique dans l'ensemble des campagnes syriennes, d'autres secteurs ayant connu un semblable développement46.

  • 47 G. Tate, op. cit., p. 303. L'auteur distingue deux périodes d'expansion démographique et économiqu (...)
  • 48 G. Tchalenko, Villages antiques, I, p. 424 ; J. Weulersse, Antioche, essai de géographie urbaine, (...)
  • 49 E. Sereni, Histoire du paysage rural italien, trad. L. Gross, Paris 1964, p. 27.

22Les fouilles et les prospections archéologiques ont montré que vers 330 commence une deuxième période de croissance pour la région47. En attestent la densité de la population, les cultures plus ou moins intensives et une économie très prospère48. Nous nous acheminons ainsi vers la question de la construction du paysage agraire de l'Antiochène et des empreintes conscientes et systématiques que l'homme laisse sur le paysage naturel49. Quel est donc l'état du paysage rural dans le massif calcaire à l'époque de Libanios ?

  • 50 G. Tchalenko, Villages antiques, I, p. 140-142 et 199-200.
  • 51 Ibidem, p. 177 et 398. D'après l'auteur, les sanctuaires païens ont aussi joué un rôle semblable à (...)

23Assez longtemps, les études sur le massif calcaire étaient influencées par les travaux que G. Tchalenko avait effectués dans cette région dès les années cinquante. Résumons sa thèse : une classe de grands propriétaires est à l'origine de l'expansion économique ; il s'agit de fonctionnaires ou de notables locaux hellénisés50, qui font construire des villas dans leurs propriétés. L'étendue de celles-ci ne devait pas être extraordinaire, se bornant aux limites d'un finage villageois. De ce point de vue, les propriétaires du massif se distinguent de ceux installés dans la pleine de l'Oronte et qui détenaient des superficies de terre plus vastes. Le point central de la théorie de G. Tchalenko est que ces propriétaires se spécialisent dans la monoculture de l'olivier et la vente de l'huile. La culture intensive de l'olivier a conduit, pour travailler la terre, à l'établissement de communautés de paysans autour ou à proximité de la villa. Nous avons ainsi un cas possible de formation de villages51. Les rapports entre propriétaire et paysans ne devaient pas toujours être de dépendance des uns à l'égard de l'autre. Les fouilles permettent de proposer plusieurs types de relation entre la villa du maître et l'établissement paysan : grandes villas isolées ; villas ayant servi de noyau à la formation d'un village ; groupement de plusieurs grandes propriétés. G. Tchalenko fait également intervenir des critères géographiques et il différencie l'occupation du sol en milieu montagneux de l'occupation du sol dans les plaines du massif calcaire.

  • 52 Ibidem, p. 374-376.

24Ainsi assiste-t-on, à partir du ive siècle de notre ère, à la formation de villages dans un cadre que l'on peut appeler montagneux, sur des terrains pas particulièrement fertiles ni arables. Le type de culture dominant, selon G. Tchalenko, est la monoculture des olives. La présence de grandes villas au milieu du village, mais dont la construction remonte à une date de beaucoup antérieure à son apparition, fait supposer le morcellement de la grande propriété pendant le ive siècle52. En réalité, ce qui vient d'être dit correspond à l'un des multiples aspects que le massif calcaire présentait à l'époque et dont les caractéristiques principales peuvent se résumer ainsi : a) Juxtaposition de petites, moyennes et grandes propriétés. b) Plantation d'olivettes sur les pentes. c) Emplacement des villages, sur les sommets, à proximité des plantations ; parfois, au sein de l'agglomération et en position dominante se trouve une villa - primitive ou non - et l'église ; à la périphérie des olivettes, on note la présence de pressoirs.

25Quant à l'occupation du sol dans les plaines intérieures du massif calcaire, on observe une large variété des types d'occupation et d'exploitation du sol. Petite et grande propriété, groupements de villas ou communautés de petits cultivateurs, domaines impériaux ou ecclésiastiques et villages développés à partir d'une exploitation unique se juxtaposent. Les habitats, à quelques exceptions près, se trouvent à la limite des plaines, juste au pied des collines, profitant ainsi d'une culture mixte : oliviers sur les pentes et céréales dans la plaine.

  • 53 G. Tate, Les campagnes, op. cit., p. 294.
  • 54 Ibidem, les deux premiers chapitres ainsi que les annexes 7-9, à paraître.
  • 55 G. Tate, A propos des campagnes de la Syrie du Nord (iie-vie siècles). Une tentative d'histoire sé (...)
  • 56 Sept cents villages déterminent le paysage rural d'une région restreinte. Ibidem, p. 208 : Démogra (...)

26G. Tate, travaillant récemment sur le même corpus de données archéologiques et faisant intervenir d'autres constantes, en est arrivé à refuter certaines positions de G. Tchalenko. L'examen du matériel archéologique - tombes, maisons, constructions - et l'étendue des finages villageois lui ont fait soutenir que la réalité des grandes propriétés est insaisissable et que la théorie de la monoculture de l'olivier et d'une intense fabrication d'huile ne correspond pas à la réalité53. G. Tate a mis en valeur la maison comme unité économique et sociale54, contrairement à son précurseur qui s'en était tenu au village. L'observation systématique des vestiges archéologiques, des techniques de construction ou de décoration, du nombre des pièces propres à chaque maison et la comparaison des textes épigraphiques ont conduit à des résultats de datation ne confirmant pas toujours ceux de G. Tchalenko. Pour G. Tate, l'élément essentiel est la maison paysanne. Il s'agit d'un bâtiment comprenant des lieux d'habitation et d'exploitation. Les pièces sont disposées sur deux niveaux : le rez-de-chaussée réservé au travail et aux tâches économiques ; l'étage, au logement55. Les différences entre les maisons ne reposent que sur le nombre de leur pièces. Le nombre important des vestiges, du point de vue synchronique et diachronique, se prête à une lecture sérielle. Ainsi les questions sur la démographie, l'économie ou la société sont-elles désormais posées sur des bases nouvelles, plus solides56.

27On a vu que le massif calcaire a connu une première période de croissance à partir des débuts du iie siècle et jusqu'à 250. Elle se caractérise par un essor démographique qui a poussé les campagnards syriens à prendre possession même de sols lourds et incultes et à les défricher. Le pouvoir impérial a facilité ce mouvement, mettant en œuvre des opérations de cadastration et promouvant une législation agraire favorable.

  • 57 G. Tate, Les campagnes, op. cit., p. 303.

28Cette expansion s'interrompt vers 250. La conjoncture politique et militaire de cette époque troublée ne semble pas avoir joué un rôle prépondérant. G. Tate attribue plutôt l'arrêt de l'expansion à des raisons démographiques. Pour lui, la peste dite de Cyprien, qui a sévi pendant 15 ans dans toutes les provinces de l'Empire, est à l'origine de l'arrêt de la croissance de la population et des activités économiques. Une deuxième période d'expansion couvre cependant les années 330-55057. Elle est donc contemporaine de Libanios. Elle se caractérise par un essor long et puissant, assorti d'un accroissement démographique qui entraîne une réduction de l'exploitation moyenne, tandis que se profile un enrichissement paysan, dans une économie plus ouverte. C'est alors que la culture de l'olivier et la fabrication de l'huile, attestée par la présence de grands pressoirs, deviennent plus intenses.

  • 58 G. Tchalenko, Villages antiques, p. 131.
  • 59 Le premier est un plateau au nord de la plaine de Dana, tandis que le second se situe au sud, dans (...)

29Avant de conclure sur la production agricole du territoire antiochien, il convient de s'arrêter sur un autre point essentiel : la recherche des formes d'organisation du territoire et de construction des sols agraires, pour autant que le paysage actuel permette d'en retrouver les vestiges fossilisés. On observe en effet des éléments qui apparaissent comme des traces de cadastrations antiques et qui ont pu organiser l'espace rural de la plaine de Dana. G. Tchalenko en a simplement fait état ; G. Tate nous indique que des recherches sont en cours. Quant aux éléments reconnus dans le paysage actuel, ils se présentent comme des alignements de mœllons bruts amassés par la main de l'homme, de manière à former des levées en arête, basses, mais s'allongeant souvent sur des kilomètres (...) il ne s'agit pas d'un phénomène géologique58. Les lignes sont parallèles, les espacements réguliers et l'organisation se fait d'Ouest en Est : G. Tchalenko a remarqué, dans le Ğebel Siman et dans le Ğebel Zawwiye59, que la limitation antique et moderne suivent la même orientation que les traces de la plaine de Dana. Malheureusement, en son état actuel, la documentation ne nous permet pas d'aller plus loin dans l'étude de ces traces. L'étendue de la plaine de Dana, susceptible d'avoir été organisée dans un cadre ou fonctionnaient ces alignements, peut être évaluée à quelques 60 km2.

  • 60 A. Déléage, La capitation au Bas Empire, Macon 1945, p. 152 s. H. Seyrig, Inscriptions grecques, l (...)
  • 61 Cf. Le texte d'une borne cité infra p. 112. Ceci ne veut pas dire que c'était uniquement les borne (...)

30Toutes ces importantes informations de G. Tchalenko sur les traces de limitation en Syrie antique ne manquent pas de susciter un certain nombre de remarques. On ne peut douter en effet qu'il y ait eu une opération de cadastration dans ces régions sous la Tétrarchie. En témoignent les bornes cadastrales trouvées dans le Ğebel Siman60. Dans une première phase de la cadastration, ou durant l'une de ses phases, on devait définir les limites communales entre les villages. C'est ce que montrent ces bornes, datées de 345 et 346 de l'ère d'Antioche, c'est-à-dire de 297 de la nôtre. Comme ces régions sont relativement proches de la frontière et enviées des voisins, l'Empire romain n'aurait pas su trouver meilleur outil pour y affirmer sa présence et effectuer son contrôle. Ceux-ci se trouvent de fait matérialisés et visualisés par ces bornes cadastrales qui portent les noms des Tétrarques61.

  • 62 X. De Planhol, Anciens openfields méditerranéens, op. cit., p. 25 s. montre à partir des textes bi (...)
  • 63 G. Chouquer, M. Clavel-Leveque, F. Favory, J.-P. Vallat, Structures agraires en Italie centro-méri (...)
  • 64 La largeur maximale de la plaine est d'environ 4 km.

31Au-delà cependant de cette remarque générale et historique, trop d'éléments nous manquent pour pouvoir mettre en relation les traces de délimitation relevées dans la plaine de Dana et celles que l'on observe sur les plateaux, soit deux secteurs assez éloignés l'un de l'autre. L'orientation est-elle exactement la même ici et là ? Quelle est la situation de l'habitat (plus facilement datable), par rapport aux traces observées ? D'autre part, ces alignements de mœllons - type de bocage en ruine ?62 -, dans leur double fonction d'unifier et organiser l'espace rural et de délimiter et partager les parcelles63, aménagent l'espace de la plaine dans sa largeur d'Ouest en Est. Est-on éventuellement en présence d'une scamnatio, type de cadastration appliquée ailleurs dans l'Empire, ou s'agit-il d'un mode d'organisation et d'exploitation du sol spécifique au pays ? G. Tchalenko ne donne pas dans ses schémas de traces de délimitations coupant orthogonalement, ou autrement, les traces repérées. La photographie aérienne qu'il publie laisse cependant supposer le contraire. Ainsi se crée l'impression que toute la plaine se divisait en lanières susceptibles d'atteindre une longueur de 3 à 4 km64. Le mode de division semble assez incongru au regard des journées de labour.

Fig. 3 – Vestiges des cadastrations antiques (?). Nord-Est de ŠEIH-SLEIMĀN (photo aérienne utilisée et publiée par G. Tchalenko)

Fig. 4 - L'aboutissement Nord-Est de la plaine de Dana avec les limitations cadastrales. (tirée de Villages antiques)
Comme G. Tchalenko le souligne, celles-ci présentent un tracé rectiligne malgré les accidents du terrain

  • 65 A. Latron, La vie rurale en Syrie et au Liban, Beyrouth 1936, p. 183 s. L'auteur attribue ce type (...)
  • 66 R. Lebeau, Les grandes structures agraires dans le monde, Paris 1969, p. 42.

32Comment le paysan arrivait-il à labourer aisément des parcelles si longues et si étroites ? Il reste toutefois intéressant de faire le rapprochement avec le mode de division parcellaire encore pratiqué en Syrie jusqu'à l'entre-deux-guerres au moins, qui semblait bien être un morcellement en lanières. Le territoire du village de Sfiré, dans le pays d'Alep (Bérée), près de la région étudiée par G. Tchalenko, était divisé en lanières qui pouvaient aller jusqu'à 3500 m de long et s'étendre seulement sur quelques mètres de large65. On trouve aussi en Europe des délimitations à peu près semblables : d'interminables lanières de plusieurs kilomètres de long, provenant d'un partage longitudinal de bandes plus larges66. Résumons d'une phrase : les délimitations, telles qu'elles sont présentées par G. Tchalenko, et malgré les particularités qui les caractérisent, ne constituent pas un unicum dans l'ensemble des types de structures agraire. Faute de documents, on ne peut pousser plus loin l'étude des terroirs.

  • 67 Lib., LIX, 159. À noter que le discours est prononcé à Nicomédie avant l'installation définitive d (...)

33Quelques échos sur l'établissement et le fonctionnement du cadastre nous parviennent par les discours de Libanios67. On apprend ainsi qu'il y avait des géorgountes désavantagés et opprimés, possesseurs de peu de choses ou de fonds de qualité inférieure. Ils étaient cependant obligés de payer énormément d'impôts, faute de nouvelle mesure et à cause de l'excès des précédents arpenteurs. La terre ne produisait pas, tandis que le fisc était exigeant. Constance et Constant se sont penchés sur ces injustices et ont tenté de réagir contre les erreurs de leurs prédécesseurs, en chargeant de nouveau des logistai de mesurer la terre avec minutie. L'aménagement de l'espace rural est ainsi mis en rapport direct avec la production agraire.

  • 68 Liber iuris Syro-romani, 121, éd. C. Ferrini et J. Furlani, in Fontes iuris romani antejustiniani, (...)
  • 69 Lib., XI, 19. F. M. Heichelheim, loc. cit., p. 137 et 138 avec citation de sources talmudiques. De (...)

34L'Antiochène de l'époque de Libanios est donc en plein essor démographique et traverse une période de croissance économique. Nous avons parlé plus haut du développement important de l'oléiculture. Cette importance est bel et bien reflétée dans le livre du droit syro-romain, selon lequel le possesseur d'une parcelle d'oliviers contribue au fisc deux fois plus que pour une parcelle de vigne, ou 16 à 24 fois de plus que pour une parcelle de terre arable68. Cependant, il ne faut pas minimiser le rôle de ces autres cultures ni de l'élevage. Des vignobles étaient aussi plantés sur les pentes ensoleillées des massifs montagneux. On cultive également des céréales, des arbres fruitiers, des légumes69.

Fig. 5 – Village de Sfiré : Exemple typique de parcellement en lanières.
(plan établi d'après les travaux de la Régie du Cadastre – cité par A. LATRON, La vie rurale en Syrie et au Liban, Beyrouth 1936).

Fig. 6 - Paysage rural de Joubb Janine (plaine de la Békaa) : Parcellement en longues et étroites lanières.
(Photo aérienne citée par W. KLAER, Eine Landnutzungskarte von Libanon, Heidelberger geographische Arbeiten 10, 1962).

  • 70 Cf. les conclusions de J. Annequin, Formes de contradiction et rationalité d'un système économique (...)

35G. Tchalenko et G. Tate s'accordent pour estimer que les populations qui occupaient les terroirs du massif calcaire à l'époque de Libanios connaissaient une période d'aisance et de richesse. Cependant, l'un et l'autre interprètent ce fait différemment. Le premier considère le rôle du marché comme déterminant cette prospérité ; le second l'attribue à l'essor démographique que connaît la région. Les deux positions ne sont pas forcément contradictoires. Essayer de localiser le facteur qui, parmi plusieurs, constitue le moteur principal du développement n'est pas toujours fécond. Il importe surtout de chercher le mécanisme intérieur du système économique qui prévalait, ses spécificités, ses singularités et les principes rationnels auxquels il a pu obéir70.

36L'Antiochène ne se limite pas toutefois au massif calcaire. Nous venons de tracer ses frontières et de constater la polymorphie des terroirs qui la composaient. La raison pour laquelle j'ai exposé, bien que de façon sommaire, la situation du massif calcaire se résume comme suit : a) Il s'agit d'une région qui peut être considérée comme région-échantillon au sein de l'Antiochène, à cause de l'abondance des données archéologiques et les travaux scientifiques que celles-ci ont suscités ; G. Tate a avancé le principe d'histoire sérielle, qui vise à traiter dans la longue durée les vestiges de quelque sept cents villages occupés, parfois même jusqu'à cinq siècles de suite. b) Il s'agit d'une région aride à sols lourds, dont la situation géographique ne lui aurait pas permis de jouer un rôle de zone de refuge pour des populations en détresse ; son défrichement systématique et son occupation dense peuvent fonctionner comme indices du développement de terroirs plus fertiles, tels que la plaine de l'Oronte, dont la mise en valeur et l'exploitation systématique des terroirs sont attestées par la présence de villas et de travaux hydrauliques au long du fleuve.

  • 71 Lib., XI, 20.
  • 72 J. Rougé, Recherches sur l'organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l'Empire romain, (...)
  • 73 F. M. Heichelheim, op. cit., p. 137 ; Excavation at Antioch-on the-Orontes, III, p. 22 et 113. Voi (...)

37La prospérité locale est un fait. Libanios s'émerveille devant l'huile exportée partout (πανταχοῖ) et les ventes de vin aux voisins71. Évidemment, on ne peut mener à bon terme une discussion sur la production et les échanges dans les seules limites d'une cité ; le problème est bien plus ample. En tout cas, si l'on se place dans un cadre plus général, au niveau de l'Empire, il semble que le commerce maritime au moins connaît, dès le début du ive siècle, un essor remarquable72. Les ports syriens tenaient la première place dans les échanges commerciaux de la Méditerranée orientale. Sources littéraires et fouilles archéologiques attestent un développement des échanges commerciaux73.

38Libanios vit et travaille donc dans un milieu géographique qui connaît une croissance de la démographie, de la production agricole et des échanges commerciaux. D'ores et déjà il importe de voir, à partir de l'extériorisation de ses idées, comment il avait vécu et perçu cet environnement physique et rural et comment il a interprété les stimulations qu'il en avait reçues en les imbriquant dans l'ensemble de ses processus mentaux.

Notes

1 Lib., II, 29. Voir aussi les remarques préliminaires de B. Lepetit, Espace et histoire, Hommage à Fernand Braudel, Annales (ESC), 1986, 6, p. 1188-1189.

2 La structure et les superstructures forment un bloc historique, c'est-à-dire que l'ensemble complexe, contradictoire et discordant des superstructures est le reflet de l'ensemble des rapports sociaux de production, Gramsci dans le texte, Recueil des textes publiés par F. Ricci et J. Bramant, Paris 1977, p. 193. A propos du bloc historique : H. Porteli, Gramsci et le bloc historique, Paris 1972, ou, pour une consulation rapide, M. Simon, Comprendre les idéologies, Lyon 1978, p. 101-125. En fait, le principe du bloc historique peut être cerné aussi au premier niveau de la problématique, dans la mesure où Libanios, en tant que source historique, nous introduit à une approche particulière, spécifique, localisée dans le temps et dans l'espace, de ces rapports dialectiques. Le problème demeure de savoir ce que Libanios nous donne à voir dans et à partir d'une telle représentation des réalités de terrain. En ce sens, les textes libaniens expriment eux-mêmes le bloc historique.

3 Cf. les remarques conceptuelles de E. Sereni, Villes et campagnes dans l'Italie préromaine, Annales (ESC), 1967, 1, p. 26-28.

4 P. Petit, Libanios et la vie municipale à Antioche au ive siècle après J.-C., Paris 1955, p. 173 ; aussi G. Downey, A Study of the Comites Orientis and the Consularis Syriae, Princeton 1939, et idem, Ancient Antioch, Princeton 1963.

5 P. Petit, op. cit., p. 176-177.

6 Cf. J. Bonnamour, Géographie rurale, méthodes et perspectives, Paris 1973, p. 147.

7 Cf. J. Lassus, La ville d'Antioche à l'époque romaine d'après l'archéologie. ANRW, II, 8, p. 80.

8 Assez souvent la pratique langagière de Libanios sait se nuancer afin de rendre compte des différences éventuelles entre l'Antiochène et d'autres régions. Cf. infra, p. 178-179.

9 Outre la carte adjointe, cf. R. Dussaud, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, Paris 1927, p. 430 ; W. Liebeschuetz, Antioch, City and imperial Administration in the Roman Province of Syria, Oxford 1972, p. 15 ; M. Rostovtzeff, SEHRE, p. 263-266.

10 L'ère césarienne remonte à 49 avant notre ère ; H. Seyrig, Ères de quelques villes de Syrie, Syria 27, 1950, p. 4-56 ; Inscriptions grecques, Appendice II in G. Tchalenko, Villages antiques de la Syrie du Nord, Paris 1958, III, p. 12-14.

11 Elle remonte à 312 avant notre ère.

12 Les rapports entre Antioche et Séleucie sont passés par diverses phases de dépendance politique (de la deuxième à la première) ou d'émancipation. Cf. R. Dussaud, Topographie historique, op. cit., p. 430.

13 G. Tchalenko, Villages antiques, I, p. 178 s.

14 Cf. infra et A. Déléage, La capitation au Bas-Empire. Macon 1945, p. 152-157 ; H. Seyrig, Inscriptions grecques, p. 6-11.

15 En fait, souvent des informations semblables sont discordantes et contradictoires. Elles proviennent de sources littéraires pas forcément contemporaines, d'où des risques de confusion. E. Frézouls, Cyrrhus et la Cyrrhestique jusqu'à la fin du Haut-Empire, ANRW, II, 8, p. 164, se réfère aux informations opposées que Strabon et Ptolémée nous fournissent à propos de l'appartenance territoriale de Gindaros, à mi-chemin entre Antioche et Cyrrhus.

16 Julien. Ep., 27 ; cf. F. Cumont, Études syriennes, Paris 1917, p. 2.

17 Environ 55 km ; Evagrius, VI, 11 ; F. Cumont, op. cit., p. 6.

18 Procope, Bell. Pers., II, 7 et Theodoret, Hist. Phil., II, 21.

19 D'après la carte, Gindaros est inclus dans l'Antiochène. Cf. supra, note 15.

20 Cf. J. et J.-Ch. Balty, Apamée de Syrie, archéologie et histoire, ANRW, II, 8, p. 102 s.

21 Sur la situation géographique d'Antioche et de son territoire, beaucoup plus restreint aux temps modernes : J. Weulersse, Antioche. Essai de géographie urbaine, BEO 4, 1934, p. 27-49.

22 Voir L. Dubertret, J. Weulersse, Manuel de géographie, Syrie, Liban et Proche-Orient, 1ère partie, Beyrouth 1940, p. 21 s., J. Sauvaget, Alep, Paris 1941, p. 1-9 ; W.B. Fischer, The Middle East. A physical, social and regional Geography, Londres 1971. Surtout les deux premiers chapitres portant sur la géographie physique in P. Beaumont, G.H. Blake, J.W. Wagstaff, The Middle East. A Geographical Study, Londres 1976. Pour la côte méditerranéenne : P. Sanlaville, Étude géomorphologique de la région littorale du Liban, Beyrouth 1979. Voir aussi : P. Sourdel, Amq, Encyclopédie de l'Islam, I, p. 459. Le mandat français dans ces régions, au lendemain de la première guerre mondiale, a favorisé des travaux relatifs à ces questions ; cf. le dossier sur la géologie, la climatologie, l'hydrographie de la Syrie et du Liban paru dans la RGPGD 6, 1933. On y trouve aussi A. Keller, Bibliographie géologique et géographique de la Syrie et du Liban et des régions limitrophes. La synthèse de E. Wirth, Syrien. Eine geographische Landeskunde, Darmstadt 1971, traite de la géographie de la Syrie actuelle : une partie de l'Antiochène septentrionale, avec la ville d'Antioche, n'y est donc pas traitée, comme faisant partie du territoire turc.

23 P. Birot, J. Dresch, La Méditerranée et le Moyen Orient, II, p. 239 s. Voir aussi J. Besançon et alii, Géomorphologie et préhistoire de la basse vallée du Nahr-el-Kebir septentrional (Syrie), AArchSyr 32, 1982, p. 192.

24 Ch. Combier, La climatologie de la Syrie et du Liban, RGPGD 6, 1933, p. 340-341 ; J. Weulersse, Paysans de la Syrie et du Proche-Orient, Paris 1946, p. 21 ; P. Birot, J. Dresch, La Méditerranée, op. cit., p. 287.

25 J. Weulersse, L'Oronte, étude du fleuve, Tours, 1940.

26 L. Dubertret, L'hydrologie et aperçu sur l'hydrographie de la Syrie et du Liban, RGPGD 8, 1933, p. 353 ; P. Birot, J. Dresch, La Méditerranée, op. cit., p. 272.

27 P. Birot, J. Dresch, La Méditerranée, op. cit., p. 236, ainsi que G. Panessa, Oscillazioni e stabilita dell climat nelle Grecia antica, ASNP, ser. III, XI, 1, 1981, p. 127. Surtout les réserves émises par G. Tate, Les campagnes de la Syrie du Nord du iie au viie siècles, Paris, 1992, p. 200-201.

28 P. Parmentier, L'agriculture en Syrie et en Palestine, Paris 1922, p. 4 et 27, V. Cuinet, La Turquie d'Asie, géographie administrative, Paris 1896, 4, p. 135 et 138, P. Birot, J. Dresch, La Méditerranée, op. cit., p. 293, R. Mouterde et A. Poidebard, Le limes de Chalcis, Paris, 1945, p. 15, attribuent le déboisement et la stérilité actuels de cette région à l'exploitation intensive et à l'insécurité. La disparition des forêts a entrainé une diminution des points d'eau.

29 Cf. G. Downey, Ancient Antioch, Princeton 1963 ; l'auteur trace l'histoire de la ville de l'époque avant l'arrivée des Macédoniens jusqu'à la basse antiquité. Il donne énormément de références aux textes antiques. Du même auteur, Antioch on the age of Theodosius the Great, Norman 1962, ainsi que A History of Antioch in Syria from Seuleucus to the Arab Conquest, Princeton 1961. Dans tous les ouvrages de G. Downey il est surtout question de l'agglomération urbaine, avec peu de références au territoire de la ville.

30 F. Pichon Vallino Albergoni et F. Guazzo Albergoni, Il mantelo vegetale di Antiochia sull'Oronte durante l'eta classica, Arch. Bot. Biol. It. 51, 1975, p. 131 ; voir aussi M. Pinna, Le variazioni del clima in epoca storica e i loro affetti sulla vita umane, Bol. Soc. Geog. It., ser. IX, 10, 1969, p. 226-229 surtout. En fait, des problèmes tels que les changements climatiques ou les déboisements sont bien trop amples pour être résolus dans le cadre d'une synthèse portant sur l'histoire des idéologies et des mentalités. Cependant, il faut dire que s'il est important de les prendre en considération, on n'ira pas jusqu'à leur assigner une place déterminante dans l'avancement de la recherche. Cf. M. Rodinson, De l'archéologie à la sociologie historique, Syria 38, 1961, p. 185 s.

31 Lib., XI, 13-33. Cf. infra, p. 137 et 150.

32 Lib., XI, 29-31. Cf. infra, p. 137.

33 Cf. supra note 10. Cl. Cahen, La Syrie du Nord à l'époque des croisades et la principauté franque d'Antioche, Paris 1940, p. 140 et 152. De même R. Dussaud, Topographie de la Syrie., op. cit., p. 430, cite le texte médiéval de Wilbrand d'Oldenbourg, qui qualifie les habitants de la région d'homines sylvestres.

34 Il est évident que les arguments avancés ici ne sont pas d'une très grande valeur, dans la mesure où on ne peut pas déterminer le rythme des mouvements forestiers. À propos des recits de voyage, on note que le relevé des infomations relatives n'a pu se faire que sur un nombre extrêmement limité de textes : C. F. Volney, Voyages en Égypte et en Syrie pendant les années 1783-1785, Paris 1787, rapporte qu'entre Alexandrette et l'Oronte (donc sur le mont Amanus) les sapins, les mélèzes, les chênes, les buis, les lauriers, les ifs, et les myrtes (...) donnent un air de vie qui déride le voyageur attristé par la nudité de Chypre... Les rameaux inférieurs, qui vont dans le nord d'Alep, n'offrent au contraire que des rochers nus, sans verdure et sans terre. Au midi d'Antioche et sur la mer, les coteaux se prêtent à porter des oliviers, des tabacs et des vignes ; mais du côté du désert, le sommet et la pente de cette chaine ne sont qu'une suite presque continue de roches blanches. Un siècle plus tard, dans le récit de M. Van Berchem et E. Fatio, Voyage en Syrie, Le Caire 1913, p. 72-75, on retrouve des propos à peu près identiques à ceux de C. F. Volney. V. Cuinet, La Turquie d'Asie, op. cit., 4, p. 138, dit qu'à l'exception du mont Amanus et du mont Cassius, toutes les montagnes du vilayet d'Alep sont complètement revêtues d'épaisses forêts. Enfin, P. Parmentier, L'agriculture en Syrie et en Palestine, Revue de Botanique appliquée et d'Agriculture coloniale, Paris 1922, p. 4, mentionne que le déboisement actuel de la Syrie et de la Palestine incombe aux Turcs et à l'élevage caprin.

35 Amm., XIV, VIII, 8.

36 Julien, Mis., 362C : τὴν τοσαύτην πόλιν. Voir aussi le Panégyrique de Constance, 40D : πλουτεῖ δε ἤδη καὶ πρὸς ἅπασαν εὐπορίαν.

37 Expositio, XXIII : prima civitas regalis et bona in omnibus... abundans omnibus bonis.

38 Procope, De bello persico. I, 17, 36.

39 Voir F. Chamoux, Pausanias, géographe, Caesarodunum 9 bis, Mélanges R. Dion. 1974, p. 83.

40 Ce qui retrouve en quelque sorte les principes posés en début du chapitre.

41 Strabon, I, 1, 23, trad. G. Aujac

42 Lib., XI, 270, trad. Festugière, Antioche païenne et chrétienne, Paris 1959.

43 C'est la lecture globale de l'éloge, qui m'amène à ces prises de position. Voir les chapitres IV et V. Voir aussi : B. Lepetit, Espace et histoire, Hommage à F. Braudel, Annales (ESC), 1986, 6, p. 1189.

44 C'est le cas par exemple de la nature dans la poésie de Théocrite. Cf. Z. Pavloskis, Man in a poetic landscape : Humanisation of nature in Virgil's Eclogues, CPh 66, 3, 1971, p. 155.

45 Conjointement aux résultats des recherches archéologiques, j'ai eu recours à la documentation relative aux questions agraires de la Syrie des temps modernes, lorsqu'il apparaissait légitime de s'interroger sur l'évolution agricole ultérieure, sur d'éventuels parallèles ou similitudes. Il faut noter que la conquête arabe n'a pas bouleversé le statu quo rural. Ce qui ne veut pas dire, bien évidemment, que les choses sont restées en l'état à travers tant de siècles. Voir L. Gardet, Les hommes de l'Islam, Paris 1984, p. 167 : La conquête arabe, et donc l'impact de l'Islam, fut loin de bouleverser la vie rurale. Ce fut la sagesse de la dynastie umayyade, puis de l'administration abbasside, que de respecter l'état de fait antérieur, dans toute la mesure où il ne contrevenait pas aux lois coraniques ; et donc de sauvegarder les bases économiques des nouveaux états. De même Cl. Cahen, L'Islam des origines au début de l'Empire Ottoman, Hist. Univ., 14, Paris 1970, p. 103 ; X. de Planhol, Les fondements géographiques de l'histoire de l'Islam, Paris 1968, p. 52. Voir aussi l'avis contraire de A. Granott, Land system in Palestine History and Structure, Londres 1952, p. 16-19, qui justifie ses propos avec une citation de W. Padel et L. Steg, De la législation foncière ottomane, Paris 1904, p. 18. G. Tchalenko, Villages antiques de la Syrie du Nord, I, Paris 1953, p. 318 et 342, remarque que la décadence des habitats étudiés est indépendante de la conquête arabe. La réanimation tardive (xiie siècle) de certains d'entre eux n'a pas causé de changements. Enfin, X. De Planhol, Anciens openfields méditerranéens et proche-orientaux, Colloque de Géographie agraire, Rennes 1963, p. 31-34, procède à une discussion sur l'évolution des paysages agraires sous l'occupation musulmane et propose des différenciations régionales : s'il voit des changements dans les terroirs de l'Anatolie et de l'Irak, pour la Syrie du Nord il pense que là où la vie rurale semble avoir été beaucoup plus stable, le problème reste posé. La laniération complexe des terroirs de type de mouchaa, qui ne saurait être attribuée, on le sait, à une fixation récente des nomades, mais qui exprime certainement, et conformément aux idées de J. Weulersse, une longue élaboration paysanne, implique certainement une longue évolution. Bien que la variété de ces terroirs soit plus grande dans le détail qu'on ne le soupçonnait naguère, il n'est pas impossible que certains noyaux très anciens, au moins, aient pu se maintenir, et si l'on voulait se mettre en quête, dans l'actuel paysage, des plus anciens openfields méditerranéens, c'est sans doute là qu'il conviendrait de les chercher. Voir aussi J. Weulersse, Paysans de la Syrie et du Proche Orient, Paris 1945, p. 108.

46 G. Tate, Les campagnes de la Syrie du Nord, Paris 1992, p. 305. D'autres secteurs comme la région basaltique au Sud-Est d'Alep, ou le Hauran, au Sud-Est de Damas, ont connu un développement similaire à celui du massif calcaire. Cf. F. Villeneuve, L'économie rurale et la vie des campagnes dans le Hauran antique (ier s. av. J.-C. - vie s. ap. J.-C.), in J.-M. Dentzer (éd.), Hauran I, Recherches archéologiques sur la Syrie du Sud, Paris 1986, p. 64. Un autre aspect du massif calcaire n'est pas de moindre importance : G. Tate, op. cit., p. 201, souligne son rôle de terre marginale par opposition à des montagnes répulsives à la pénétration d'ennemis, ou à des montagnes refuge de bandits ou de populations en détresse. En revanche ce n'est que lorsque les plaines étaient surpeuplées que les sols lourds du massif calcaire ont attiré des paysans en quête de terre.

47 G. Tate, op. cit., p. 303. L'auteur distingue deux périodes d'expansion démographique et économique de la région : une première allant des débuts du iie siècle après J.-C. jusqu'en 250 et une deuxième couvrant la période 330-550.

48 G. Tchalenko, Villages antiques, I, p. 424 ; J. Weulersse, Antioche, essai de géographie urbaine, BEO 4, 1934, p. 30, est bien généreux dans sa description de la campagne : grande variété du relief et fertilité du sol, abondance des pluies et des eaux de surface, chaleur d'été tempérée par les vents marins... Cf. R. Ciocan-Yvanescu, Sur le rôle d'Antioche au point de vue économique, social et culturel au vie siècle, Byzantion 39, 1969, p. 53-73 ; aussi les conclusions de J. H. W. Liebeschuetz, Antioch, City and Imperial Administration in the Later Roman Empire, op. cit. Ces deux derniers travaux ne tiennent pas tellement compte des réalités rurales, se limitant surtout aux affaires urbaines et politiques.

49 E. Sereni, Histoire du paysage rural italien, trad. L. Gross, Paris 1964, p. 27.

50 G. Tchalenko, Villages antiques, I, p. 140-142 et 199-200.

51 Ibidem, p. 177 et 398. D'après l'auteur, les sanctuaires païens ont aussi joué un rôle semblable à celui des villas : ibidem, p. 14-15.

52 Ibidem, p. 374-376.

53 G. Tate, Les campagnes, op. cit., p. 294.

54 Ibidem, les deux premiers chapitres ainsi que les annexes 7-9, à paraître.

55 G. Tate, A propos des campagnes de la Syrie du Nord (iie-vie siècles). Une tentative d'histoire sérielle. Géographie historique du monde méditerranéen, Paris 1987, p. 208.

56 Sept cents villages déterminent le paysage rural d'une région restreinte. Ibidem, p. 208 : Démographie, car il y a une relation entre le nombre des pièces et celui des habitants des maisons au moment de leur construction. Économie, en ce sens que les maisons sont des produits et aussi des instruments de travail. Société, du fait que les maisons correspondent à des groupes, dont le nombre des pièces indique l'extension.

57 G. Tate, Les campagnes, op. cit., p. 303.

58 G. Tchalenko, Villages antiques, p. 131.

59 Le premier est un plateau au nord de la plaine de Dana, tandis que le second se situe au sud, dans un secteur assez éloigné de cette plaine.

60 A. Déléage, La capitation au Bas Empire, Macon 1945, p. 152 s. H. Seyrig, Inscriptions grecques, loc. cit., III, p. 3 s. Cf. M. Dodinet et alii, le paysage antique en Syrie : l'exemple de Damas, Syria 67, 1990, p. 339.

61 Cf. Le texte d'une borne cité infra p. 112. Ceci ne veut pas dire que c'était uniquement les bornes des régions frontalières qui mentionnaient le nom de l'Empereur ; voir à titre indicatif les bornes publiées par F. Castagnoli, Cippo di "restitutio agrorum" presso Canne, Riv. Fil. Clas.26, 1948.

62 X. De Planhol, Anciens openfields méditerranéens, op. cit., p. 25 s. montre à partir des textes bibliques l'existence d'openfields et de champs à enclos juxtaposés.

63 G. Chouquer, M. Clavel-Leveque, F. Favory, J.-P. Vallat, Structures agraires en Italie centro-méridionale. Cadastres et paysages ruraux, Rome 1987, p. 4.

64 La largeur maximale de la plaine est d'environ 4 km.

65 A. Latron, La vie rurale en Syrie et au Liban, Beyrouth 1936, p. 183 s. L'auteur attribue ce type de cadastration à un souci d'égalité entre les membres de la communauté villageoise.

66 R. Lebeau, Les grandes structures agraires dans le monde, Paris 1969, p. 42.

67 Lib., LIX, 159. À noter que le discours est prononcé à Nicomédie avant l'installation définitive de l'orateur à Antioche. G. Tate, Les campagnes, op. cit., p. 298, soutient que la cadastration effectuée sous le règne de Dioclétien était une opération de recensement et d'enregistrement, non de réorganisation du territoire. Il pense que la dernière cadastration-organisation du territoire agricole ne devait pas être postérieure à l'époque des Sévères. Or, le texte de Libanios ici cité, assez clair, vient à l'encontre de cette conception, à moins que la réorganisation de l'espace à laquelle il se réfère n'ait pas touché les régions syriennes.

68 Liber iuris Syro-romani, 121, éd. C. Ferrini et J. Furlani, in Fontes iuris romani antejustiniani, Florence 1968, p. 751-798. Ce traité est daté du milieu du ve siècle, la validité des informations couvre longuement la période antérieure. À propos de la classification des terres pratiquée dans le Proche-Orient, cf. F. M. Heichelheim, Roman Syria, ESAR 4, 1938, p. 144.

69 Lib., XI, 19. F. M. Heichelheim, loc. cit., p. 137 et 138 avec citation de sources talmudiques. De même M. Van Berchem et E. Fatio, Voyage en Syrie, op. cit., p. 75 ; J. Weulersse, Antioche, loc. cit., p. 33 ou P. Hitti, History of Syria including Lebanon and Palestine, Londres, 1951, p. 293 ; G. Tate, Les campagnes, op. cit., p. 243.

70 Cf. les conclusions de J. Annequin, Formes de contradiction et rationalité d'un système économique. Remarques sur l'esclavage dans l'Antiquité, La Pensée 244, 1985, p. 45-63.

71 Lib., XI, 20.

72 J. Rougé, Recherches sur l'organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l'Empire romain, Paris 1966, p. 485.

73 F. M. Heichelheim, op. cit., p. 137 ; Excavation at Antioch-on the-Orontes, III, p. 22 et 113. Voir aussi P. Petit, Libanius et la vie municipale, op. cit., p. 307.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Carte des confins de l'Antiochène
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Fig. 2 - Pluies et zones de végétations en Syrie septentrionale (cité par G. Tchalenko, Villages antiques)Zones de végétation en rapport avec les pluies annuelles :plus de 600 mm : bordure méditerranéenne humide ; forêts600-400 mm : zone intérieure pauvre400-200 mm : steppe cultivéemoins de 200 mm : steppe désertique et désert
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig. 3 – Vestiges des cadastrations antiques (?). Nord-Est de ŠEIH-SLEIMĀN (photo aérienne utilisée et publiée par G. Tchalenko)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 846k
Légende Fig. 4 - L'aboutissement Nord-Est de la plaine de Dana avec les limitations cadastrales. (tirée de Villages antiques)Comme G. Tchalenko le souligne, celles-ci présentent un tracé rectiligne malgré les accidents du terrain
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6103/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Fig. 5 – Village de Sfiré : Exemple typique de parcellement en lanières.(plan établi d'après les travaux de la Régie du Cadastre – cité par A. LATRON, La vie rurale en Syrie et au Liban, Beyrouth 1936).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6103/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Légende Fig. 6 - Paysage rural de Joubb Janine (plaine de la Békaa) : Parcellement en longues et étroites lanières.(Photo aérienne citée par W. KLAER, Eine Landnutzungskarte von Libanon, Heidelberger geographische Arbeiten 10, 1962).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6103/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 406k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter