Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Première partie. Les données et la problématique

Chapitre Premier. Réalités rurales et pratique discursive

Problèmes de méthode

Texte intégral

PRÉSENTATION DE LA SOURCE

1Avant de rentrer dans le détail du corpus des références à la dépendance rurale chez Libanios, il est nécessaire de consacrer quelques mots à une présentation générale de l'ensemble des discours.

  • 1 Cf. B. Schouler, La tradition hellénique chez Libanios, Paris 1984, p. 35.
  • 2 Ibidem, p. 35-39.
  • 3 R. Jacobson, Essai de linguistique générale, Paris 1970, surtout le chapitre XI, Linguistique et p (...)

2Il est difficile de classer les discours dans le système des trois genres oratoires reconnu par B. Schouler1 la plupart d'entre eux pouvant en effet relever de plusieurs genres à la fois. Dans sa classification des discours, cet auteur a procédé selon les critères qui ont motivé leur composition, la personnalité de leurs destinataires ou, éventuellement, la matière dont ils traitent2. En fait, ces critères renvoient à plusieurs phases de la production discursive, depuis le moment de la composition jusqu'à celui de la première lecture, voire celui de la diffusion. Si l'on s'en tient par exemple au schéma classique de la communication3 :

Destinateur ---> message ---> destinataire,

3il apparaît que les critères ci-dessus mentionnés sont opératoires à la fois au niveau de l'un ou de l'autre des interlocuteurs et à celui du message. La classification y perd donc de sa cohérence.

  • 4 Cf. B. Schouler, op. cit., p. 37-38, aborde ce problème et donne l'exemple du discours, Sur le Plè (...)

4Reste cependant la possibilité d'adopter plusieurs voies pour arriver à une typologie des discours libaniens. Au premier abord, il semble qu'il faudrait exclure les classifications opérées selon les destinataires effectifs des discours, la plupart d'entre eux n'étant pas identifiés. Certes, Libanios a adressé ses discours à ses élèves, à la Curie d'Antioche, à la cour de Constantinople. Ses interlocuteurs sont souvent présents, cités explicitement dans le texte. Nous ignorons toutefois si un discours est effectivement adressé au présumé destinataire, ou s'il ne fait pas uniquement l'objet d'une lecture-diffusion limitée4.

  • 5 P. Petit, loc. cit., p. 492.
  • 6 E. Richsteig, Libanius de qua ratione Platonis operibus usus sit, diss., Breslau 1918, p. 136 et 1 (...)
  • 7 P. Petit, loc. cit., p. 492. Pour évaluer la densité rhétorique, l'auteur de l'article utilise les (...)
  • 8 Julien, Sur la royauté, XXII, 27-34. Voir à ce propos : G. G. Belloni, La "antiretorica" di Giulia (...)
  • 9 La Fontaine, Œuvres complètes, La Pléiade/texte établi par R. Groos, Paris 1954, I, p. 7, avec ren (...)
  • 10 Tac, Dial., 36-41 ; Ps. Longinus, Du Sublime, XLIV ; Cf. J. Starobinski, Éloquence and liberty, JH (...)

5P. Petit a avancé l'hypothèse selon laquelle la densité rhétorique des discours adressés à un même destinataire varie selon deux facteurs contraires, la nécessité de se plier aux exigences de genres littéraires profondément imprégnés de rhétorique, et, en sens inverse, la recherche de l'efficacité, qui conduit au dépouillement de l'expression5. Cet auteur montre que Libanios se préoccupait de la diffusion de ses discours et que l'auditoire qui les accueillait conditionnait la plume du sophiste. Prenant le contre-pied de la thèse de Richsteig6, qui voulait que les lettres les plus ornées aient été adressées aux plus cultivés des correspondants, il remarque que les œuvres les plus soignées sont celles dont la diffusion est prévue largement, et que les ouvrages de faible densité rhétorique paraissent plutôt réservés (aux) intimes, soit à cause de leur caractère personnel, soit à cause du danger que leur diffusion ferait courir à l'auteur7. Dans sa conclusion, P. Petit reconnaît néanmoins qu'il est difficile d'identifier les destinataires, et même l'étendue de la diffusion des discours. Les indications de nature rhétorique ne lui paraissent pas suffisantes. Cela dit, on ne manquera pas de remarquer qu'un discours peu soigné n'est pas nécessairement un discours peu ou mal travaillé. On sait que Julien approuvait la simplicité du discours8. Plus proche de nous, La Fontaine notait dans l'introduction de ses Fables que leur principal ornement est de n'en avoir aucun9. Un discours qui cherche l'efficacité n'est pas nécessairement dépourvu de figures rhétoriques. Tacite ou le Pseudo-Longin montrent aussi que le développement de l'éloquence va de pair avec la liberté d'expression10. Toutes ces objections ne viennent pas réfuter la thèse de P. Petit mais renforcer les doutes que ce savant exprimait lui-même quant au schéma qu'il proposait.

  • 11 J. Martin et P. Petit dans leur notice à l'édition des Belles Lettres de Libanios, Autobiographie, (...)

6Avant tout, il est nécessaire de bien faire la distinction entre lecture et diffusion d'un discours11 ; il s'agit de deux moments différents. La lecture est la première présentation dans un espace donné et devant un public bien défini (Curie - membres de l'assemblée municipale, salle de cours - élèves, palais impérial - Empereur, hauts magistrats, etc.). C'est à cette phase - de la lecture -que P. Petit a voulu travailler pour déterminer les destinataires des discours. Sa méthode ne constitue pas une panacée et ses conclusions attendent encore une confirmation pour l'ensemble des discours. Nous ne saurions d'ailleurs y satisfaire dans le cadre de ce travail.

  • 12 M. Foucault, L'archéologie du savoir, Paris 1969, surtout le chapitre p. 44-54 : Les formations di (...)
  • 13 M. Foucault, ibidem, p. 53.

7La diffusion est une étape postérieure à celle de la lecture. L'auteur garde le manuscrit et le met à la disposition de ceux qui veulent le consulter. À ce moment, loin du contexte original et fonctionnel qui lui est propre, le discours se désactualise et devient une pièce d'archives. À cela, ajoutons qu'entre la lecture et la diffusion, l'auteur se réserve le privilège de transformer son récit. Il va de soi que la phase de la diffusion continue jusqu'à nos jours et nous partirons quant à nous, comme lecteurs, du principe selon lequel le corpus des discours est homogène, dans la mesure où il transmet l'idéologie archivée d'un riche maître de rhétorique, d'origine curiale, dans l'Antioche de la dernière moitié du ive siècle. Les fluctuations des sens et des significations, les informations polysémiques ou les glissements du langage - si l'on peut en repérer - ne rompent pas l'homogénéité des divers ouvrages qui constituent ce corpus. En revanche, les possibles différenciations que l'on rencontre, en approchant les représentations mentales de la terre/paysan, renverraient éventuellement à ce que M. Foucault appelait règles de formation12, à savoir les conditions auxquelles sont soumis les éléments de cette répartition : objets, modalité d'énonciation, concepts, choix thématiques. Ces règles de formation déterminent largement ces possibles différenciations, leur condition d'existence, de maintien, de modification, de disparition13.

8Si une classification des discours d'après leurs destinataires demeure ainsi problématique, du fait du manque d'information sur les circonstances précises de la rédaction, on peut procéder à une typologie établie d'après les autres instances du schéma de la communication indiqué plus haut.

A. L'ÉNONCIATION

  • 14 J. Dubois, Énoncé et énonciation, Langages 13, p. 106.
  • 15 Cf. M. Meyer, La conception problématologique du langage, Langue française 52, 1981, p. 83 : Parle (...)
  • 16 J. Dubois, loc. cit., p. 106.

9La communication est d'abord un désir de communiquer... Le texte est médiateur de ce désir14. Les destinataires réels nous échappent. Pourtant, on peut saisir les interlocuteurs désirés de Libanios. Imaginaires ou réels, vrais ou faux, absents ou présents, Libanios n'hésite pas à citer l'identité de ceux à qui il s'adresse ou désire s'adresser pour répondre à une question posée ou déclenchée par l'interlocuteur désiré15, présent ou absent. Tout au long des discours, on peut saisir des vocatifs ou des pronoms personnels à la deuxième personne, qui renvoient à tel ou tel interlocuteur, bien qu'il semble souvent peu probable que ces discours aient été réellement reçus par les personnes explicitement citées. Une bonne partie des discours est de caractère polémique, où la tension16 atteint souvent au plus haut degré. C'est précisément d'après les indices de tension, qui interprètent l'énonciation comme un rapport entre le sujet parlant et l'interlocuteur, que je procéderai à un essai de typologie des discours.

  • 17 De toute façon, comme tout essai de typologie, celui-ci part d'un principe plus ou moins intuitif (...)

10Pour être plus clair, des vocatifs tels que ὦ βασιλεῦ ou ὦ Πρόκλε serviront de guides pour opérer un classement des discours d'après les destinataires désirés. D'emblée, on a le droit de se demander si la prise en compte d'un tel critère ne risque pas d'amener à une classification fausse, puisqu'on sait que les vocatifs n'étaient pas nécessairement fonctionnels et réels. Mais n'oublions pas que nous nous situons dans la phase de la diffusion de l'œuvre et nous possédons par conséquent ce que Libanios avait, ou aurait voulu, adresser à telle ou telle instance de la vie sociale et politique du Bas-Empire. Ainsi, une typologie17 des ouvrages selon leurs destinataires désirés n'est-elle pas redondante.

11Le tableau I qui suit fait ressortir les 47 discours qui ont contribué à la réalisation du corpus des références aux réalités rurales chez Libanios. Les discours sont cités par ordre chronologique. J'ai suivi la datation que donne B. Schouler dans sa thèse ; les dates qu'a proposées le principal éditeur de Libanios, R. Fœrster, y figurent aussi. On remarquera que les différences entre les deux auteurs ne sont pas grandes.

12Par ailleurs, on trouve ici chaque discours caractérisé selon les deux critères qui ont permis la réalisation des deux classifications, à savoir le destinataire d'une part et le contenu de l'autre.

TABLEAU I - Chrono-typologie des discours libaniens

  • 18 Par exemple, lors des réunions privées, des σύλλογοι. Cf. Lib., I, 223.
  • 19 Évidemment le problème n'est pas résolu ; on ne peut ignorer le rôle des auditeurs effectifs qui c (...)

13Les discours sont les médiateurs entre deux interlocuteurs. Même si l'on croit qu'ils ont été lus ou diffusés dans un auditoire extrêmement limité18, loin du destinataire désiré, ce dernier ne cesse d'être présent dans le texte et de faire partie du message que Libanios nous adresse aujourd'hui. Justement, l'analyse du discours portera sur ce point-ci : le discours en tant que médiation19.

14La collecte des vocatifs dans les 47 discours qui se réfèrent aux questions rurales a permis d'établir les données statistiques selon la répartition suivante :

15Empereur Constance et Constant 1
Julien 5
Théodose 11
Valens ( ?) 1

  • 20 Pour l'identification des personnages : A. H. M. Jones, J. R. Martindale, J. Morris, Prosopography (...)

16Fonctionnaires20 Césaire 1
Eumolpios 1
Eutropios 1
Polyclès 1
Timocratès 1

17Curie ὦ ἄνδρες ’Αντιοχεῖς 2
ὦ βουλὴ 1
ὦ βέλτιστοι 1

  • 21 Antiochos, orateur, est identifié à Antiochus 9, PLRE, I, p. 72 ; Nicoklès est un sophiste païen d (...)

18Amis21 Antiochos 1
Nikoklès 1
ὦ φίλοι 1
ὦ παρόνρες 2

19Élèves Anaxentios 1
ὦ νέοι 1
ὑμᾶς 2
ὦ ἄνδρες δικασραὶ 1
indefini 3

20Il reste 7 compositions qui manquent de vocatifs.

21Dans cet ensemble, 5 groupes surgissent : adresses à l'Empereur, à des hauts fonctionnaires, à l'assemblée municipale, à des amis, aux élèves. Libanios avait noué des relations avec des personnalités importantes de son époque. Celles-ci, bien qu'appartenant en général aux classes dirigeantes de l'Empire d'Orient, ne cessaient de former un groupe de correspondants extrêmement hétérogène, et de défendre des intérêts très diversifiés.

B. L'ENONCE

22Le contenu de ces 47 compositions est, lui aussi, variable. Le sophiste était motivé par certains aspects de son temps. On peut opérer, d'après le contenu des messages, la répartition suivante :

23En somme, il y a deux grands ensembles de discours. Le premier formé de 4 groupes apparaît comme celui de la conduite. Il rassemble les conditions, qui exposent le comportement d'une personne donnée afin de la colorer positivement ou négativement. On y a recensé les discours de Libanios sur son propre comportement - autobiographie, analyse de sa conduite lors d'un événement précis, de son enseignement, etc. - et les éloges ou les blâmes d'autres personnalités, politiques dans leur grande majorité, vivant à Antioche ou ailleurs. Un quatrième groupe est formé par les discours symbouleutikoi, que Libanios adresse soit à des instances du pouvoir - Curie, Empereur - à propos des affaires politiques, soit à des amis ou des élèves, pour leur suggérer quelle voie adopter devant un problème concret ou leur faire des recommandations plus ou moins vagues pour l'avenir.

  • 22 B. Schouler, Les discours moraux, Paris 1979. Le caractère conventionnel du classement en discours (...)

24Le deuxième ensemble recueille deux types d'ouvrages. Sous le terme Panégyriques se trouvent trois discours, dont l'un seulement est véritablement considéré comme tel. Il s'agit de l'éloge d'Antioche ; à celui-ci s'est joint l'éloge d'une autre ville, Nicomédie, et l'éloge de la fête des Calendes. Enfin, il reste les 4 dissertations qu'il est convenu de désigner sous le nom de Discours moraux22.

  • 23 A. Momigliano, L'époque de la transition de l'historiographie antique à l'historiographie médiéval (...)

25Si l'on procède à un resserrement des thèmes des discours, on s'aperçoit que la thématique libanienne ne peut se résumer qu'en deux termes : l'éthique et le politique. Les préoccupations du sophiste étaient le comportement civique et moral de ses correspondants. Non que ces deux notions soient opposées, elles se complètent. Il est vrai d'ailleurs que le même problème se pose, en des termes semblables, à l'historiographie contemporaine, à propos notamment d'Ammien Marcellin23.

  • 24 A. J. Greimas, J. Courtes, Sémiotique, dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris 1974, (...)

26Le choix de ces deux types de classification n'est pas innocent. La combinaison des apports de ces deux listes permet de saisir l'intentionnalité du corpus, concept qui inclut à la fois la motivation et la finalité des discours. Ainsi sont-ils saisis comme une tension qui s'inscrit entre deux modes d'existence : la virtualité et la réalisation24. Il y a lieu de concevoir les œuvres comme la conjonction entre les sujets et les objets, les destinataires et les messages, ce qui amènerait à une meilleure interprétation des discours.

CONSTITUTION DE L'OBJET DISCURSIF25

  • 25 R. Robin, Histoire et linguistique, Paris 1973, surtout le chapitre 4, Formation sociale, pratique (...)

27Dans cet ensemble des compositions oratoires, on se donne comme tâche d'étudier l'idéologie de l'auteur à l'égard des réalités rurales contemporaines. Comment le riche sophiste d'origine curiale, vivement intéressé par les affaires politiques de son temps, correspondant de plusieurs personnalités, a-t-il vécu et conceptualisé les rapports urbains/ruraux, les pratiques rurales et les rapports sociaux qui se nouaient autour de ces réalités ?

  • 26 J'admets a priori que cette idéologie existe.

28D'emblée se pose le problème de la forme dans laquelle l'idéologie peut s'investir26 pour prendre place dans l'ensemble du discours et dans la pratique discursive. Un des moyens pour répondre éventuellement à cette question m'a paru résider dans la constitution d'un corpus homogène de l'information. Ce corpus, tel qu'il a été réalisé, discerne et constitue l'objet discursif, qui est en quelque sorte le signifiant de l'idéologie.

  • 27 F. Favory, Présentation de l'Index Thématique de Besançon consacré à l'esclavage et aux formes de (...)
  • 28 Voir son introduction à la publication de l'Index Thématique des références à l'esclavage et à la (...)
  • 29 Chr. Perez, L'Index Thématique des références à l'esclavage et à la dépendance et son application (...)

29Le corpus des références aux réalités rurales dans les discours de Libanios a permis d'établir environ 170 fiches. Avec les premières tentatives pour les classer, commence le traitement des informations qu'elles fournissent. En effet, toutes ces fiches sont inventoriées selon les catégories d'information proposées par l'Index Thématique de l'esclavage et de la dépendance27. M. Garrido-Hory a fait l'historique de l'élaboration et l'utilisation de cet outil de travail28. De même, Ch. Pérez29 explique longuement son fonctionnement et son mode d'application sur un corpus donné. Il serait donc inutile d'y revenir pour évoquer le classement des références aux réalités rurales dans les discours de Libanios. Je me bornerai à exposer les particularités qui ont surgi, lors de l'utilisation de l'Index Thématique sur le corpus libanien, et à signaler, avec les problèmes posés par la spécificité de ce texte, les solutions proposées et mises en œuvre.

30Dans un premier temps, le fichier s'efforçait de regrouper les références à la dépendance rurale, à savoir des renseignements sur les paysans, leurs patrons, les rapports sociaux et les structures économiques qui les entouraient. Mais, au cours de la constitution de ce fichier, il est apparu qu'il serait incomplet, et parfois trompeur, de s'en tenir uniquement au niveau des hommes. On ne pouvait évidemment s'attendre à ce que le discours de Libanios ait été un discours accompli et parfait. Il y a des ambiguïtés d'ordre lexicologique - γεωργός désigne-t-il le propriétaire ou le cultivateur ? - dont plusieurs assorties de non-dits ou de sous-entendus. D'un autre côté, le poids de la terre paraissait majeur. C'est à travers la possession de la terre qu'on arrive à s'approprier la force de travail d'autrui ; c'est à travers le rapport à la terre qu'on peut discuter sur le statut juridique et social d'une personne ; c'est avec le recours à l'idéologie de la terre et à travers elle qu'on justifie les rapports sociaux. La terre s'affirmait dès lors comme support et cadre des rapports des hommes entre eux : il devenait impératif de rassembler ces données et d'en rendre compte dans l'Index.

31Il a donc été nécessaire d'élaborer deux fichiers distincts pour les paysans et pour la terre. Afin de compléter et de rendre plus solide le fichier paysan, on a donc procédé à sa fusion avec le fichier terre.

32Ainsi, d'un point de vue très concret, les modifications suivantes ont-elles été apportées. Pour faire face aux renseignements sur les diverses manières de perdre la main d'œuvre dépendante, il a fallu réaménager la rubrique 211 qui prévoyait de classer seulement l'information sur les formes d'acquisition de la main d'œuvre. La nouvelle formulation de la rubrique 211 s'établit comme suit :

211. Formes d'acquisition et de perte de la main-d'œuvre

  1. acquisition
  2. perte
  3. transfert

33À côté des rubriques sur le taux et les formes du prélèvement (222 et 223 respectivement), il faudrait en ajouter une autre, qui rassemblerait à part les données sur les modalités du prélèvement. Libanios parle des curiales percepteurs des impôts dûs au pouvoir central. D'autre part, nous savons que cette charge revenait aussi à des fonctionnaires nommés par l'Empereur ou par des gouverneurs provinciaux. Ce serait ici que la terminologie du prélèvement - ϕόρος, εἴσπραξις ou annona -trouverait aussi sa place.

34L'évocation des brigands et des voleurs en Antiochène a conduit à proposer une nouvelle sous-rubrique dans le secteur des pratiques sociales, et plus spécialement à la rubrique des comportements, sous le code 323 g : Comportements du dépendant à l'égard des individus et des groupes marginaux. Ceci a donc amené l'ouverture d'une autre rubrique 345 : Comportements d'individus et de groupes marginaux par rapport aux dépendants.

  • 30 Voir infra, p. 179.
  • 31 Outre Cicéron et Martial, les textes de Caton, Tacite, Strabon, Horace, Juvénal, Pétrone et Tibull (...)
  • 32 La collaboration du Centre d'Histoire Ancienne de Besançon avec le Centre de Lecce, en Italie, a é (...)

35On ne peut dire que ces propositions et modifications soient surprenantes, au regard des conditions historiques de la production des discours de Libanios. Ils datent du Bas-Empire et traitent de la Syrie ; ils relatent donc naturellement des réalités socio-économiques différentes de celles du Haut-Empire et des situations occidentales, notamment italiennes. L'importance des rapports de production esclavagistes n'est plus ou n'a jamais été grande en Syrie30. Libanios se réfère ainsi à un certain type de dépendance rurale. L'Index Thématique, élaboré surtout à partir des données littéraires de la fin de la République et du premier siècle de l'Empire, soit contemporaines de l'apogée de la société esclavagiste, garde l'empreinte d'une autre réalité31. Toutefois, parmi les grands avantages de cet outil de classement des renseignements, réside précisément la possibilité de supprimer, d'ajouter ou de modifier les diverses catégories qui le composent, en fonction de la nature des documents à traiter32.

Le fonctionnement global de l'Index Thématique dans les discours de Libanios

36Le tableau II, permet de prendre une vue globale des divers niveaux d'intervention des paysans dans les discours de l'orateur antiochien. L'information s'y trouve distribuée selon quatre grands secteurs qu'explicitent les quatre sous-tableaux qui suivent.

TABLEAU II - Le fonctionnement global de l'Index Thématique dans les discours de Libanios

Index Thématique - 1ère partie

37Cette première partie recense toutes les informations relatives aux forces productives : les moyens matériels et la contribution humaine nécessaires à la réalisation du travail font l'objet des deux premières catégories 011 et 012. La richesse de la rubrique 111 ne doit pas surprendre. Il s'agit en effet d'un fichier Terre et paysan : toute information relative à la terre (γῆ), en tant que lieu de travail ou lieu de production y est regroupée ; quelques renseignements sur les produits agricoles y ont été classés. Par contre, les instruments du travail forment une autre catégorie sous le code 121. Les données recensées dans la catégorie 131 renvoient à des réalités plus complexes. Elles évoquent la manière dont le travail est organisé et la manière dont les paysans travaillent. Pour la rendre plus facile à manier, l'Index prévoit un reclassement, à l'intérieur de la catégorie, en 10 sous-rubriques.

38Les catégories 114, 124, 134 recensent respectivement, et de manière identique aux trois précédentes, les autres activités que des paysans ont pu exercer, notamment des activités de vente au marché ou de transport.

Index Thématique - 2ème partie

39Les modifications essentielles à la deuxième partie de l'Index, sont signalées plus haut. Nous sommes ici en présence de la dépendance à son point culminant. Dans une première sous-partie, les rapports humains se nouent autour de la possession/acquisition/perte de la terre ; l'analyse qui suit montrera qu'ils tiennent la place des non-dits et des sous-entendus. Dans une seconde, les réalités sur les formes d'exploitation du travail seront mises directement en relief.

Index Thématique - 3ème partie

40La troisième partie est formée par deux grands ensembles :

  1. Des rubriques ayant une finalité descriptive : description du paysan à travers ses fonction, son statut, des données géographiques ou démographiques, ses attitudes morales et intellectuelles. Une catégorie (031) recense les énoncés de description connotative du paysan.
  2. Des rubriques qui, à travers les comportements des paysans ou d'autres actants (patron, pouvoir public, etc.) veulent témoigner des pratiques sociales.

Index Thématique - 4ème partie

41La dernière partie est censée recueillir l'information concernant les idéologies faisant partie des réalités rurales. À ce titre, elle menace la cohérence interne de l'Index. Du point de vue de la logique des principes qui ont été suivis lors de la mise en place de cette grille catégorielle, elle paraît indispensable, car elle est destinée à regrouper les données sur les superstructures d'une formation économique et sociale. D'un autre côté, elle tend à casser l'uniformité de l'ensemble, par la nature de l'information qu'elle cherche à regrouper.

42En effet, l'Index propose un ensemble de questions auquel on soumet un corpus de documents plus ou moins homogène, afin de saisir dans leur globalité les réalités économiques et sociales qu'ils expriment. Ces réalités sont de natures diverses car sous la catégorie Réalités économiques et sociales définies dans le temps et dans l'espace, nous pouvons admettre pratiquement la totalité des éléments qui nous sont transmis par un corpus de documents. Or, l'Index est utilisé ici, dans une perspective très précise. On tente de discerner et de traiter les renseignements relatifs à une composante concrète et précise de la formation économique et sociale d'une époque, en l'occurrence des réalités rurales dans l'Antiochène du ive siècle, à travers les discours de Libanios. En fait, le problème qui vient d'être posé peut et doit être saisi et étudié à tous les niveaux et toutes les fonctions de l'édifice socio-économique donné, dans l'espace et dans le temps, et surtout dans les interactions des divers niveaux et fonctions entre eux. Tous ces décodages, l'Index les prend en compte, dans les perspectives qu'il ouvre pour le traitement et l'analyse des données. On comprend ainsi les raisons qui ont amené à la création de ces quatre grandes catégories classificatoires.

  • 33 Voir infra, p. 36.
  • 34 Cf. E. Coseriu, Vers une typologie des champs lexicaux, Cahiers de lexicologie 27, 1975, p. 31.

43Ceci est l'un des aspects du problème, car il faut ajouter que la méthode de l'Index est conçue en vue de permettre ultérieurement une analyse de la pratique discursive des données, à savoir une approche lexicologique des syntagmes33 qui polarisent l'information. Or, le véritable problème qui devrait être abordé en ce moment est cristallisable en ces termes : À quel niveau de lecture faut-il s'arrêter ? Chaque énoncé est inclus en effet dans un autre, d'ordre supérieur34, le mot-pôle constituant le centre de plusieurs cercles concentriques. On peut suivre la limite qui divise l'implicite et l'explicite, mais ceci ne répond pas à la question. Il reste toujours à déterminer l'étendue de l'énoncé. Mieux encore, selon quels principes doit-on procéder à une segmentation du texte ?

  • 35 Lib., I, 2, trad. J. Martin et P. Petit.
  • 36 L'utilisation de l'Index Thématique implique la différenciation entre fiche-mère et fiches-filles, (...)
  • 37 Voir infra, p. 36.

44Tout d'abord, un énoncé forme un ensemble de significations. Cet ensemble peut être polysémique et l'Index Thématique est un bon outil qui aide à l'éclairer sous plusieurs angles. En l'occurrence, l'énoncé Πόσην νέμεται γῆν καὶ οἵων μεν πίνει πηγῶν οἵοις δε ζεϕύροις τρυϕᾷ (l'importance de la terre qu'elle possède, la qualité des sources qui l'abreuvent et les vents dont elle jouit)35 peut être classé dans la catégorie Cadre du travail (111) - et c'est le mot γῆ qui polarise toute l'information, ainsi que dans la catégorie Formes de contrôle de la main-d'œuvre (213) - avec νέμεται à la place du mot-pôle36, que j'appelle dorénavant syntagme37.

45Si le syntagme γῆ suffit pour désigner le cadre du travail, on ne peut dire que νέμεται à lui seul puisse satisfaire la rubrique des formes de contrôle de la main-d'œuvre. Pour dire cela, il faut se référer à un contexte plus large. On ne peut nier cependant que le seul νέμεται polarise l'information et devient l'indice majeur de classement de la fiche à la rubrique citée.

  • 38 Voir le corpus, p. 57 s.

46Il serait donc plus aisé de modifier les termes de la problématique. Chercher l'étendue de l'énoncé devient redondant. L'étendue d'un syntagme est donnée, concrète et précise. Nous pouvons de plus en dresser la liste38. C'est là que se constitue le véritable corpus, restreint, des références aux réalités rurales dans les discours de Libanios. Sur la base de cette liste, j'ai pu avancer certaines réflexions concernant l'Index Thématique.

  • 39 R. Lafont, F. Gardes-Madray, Introduction à l'analyse textuelle. Paris 1976, p. 103.

47On constate en effet une similitude des syntagmes appartenant à une même rubrique : similitude du rôle qu'ils tiennent dans le procès sémiotique, similitude de l'étendue. Cette similitude amène à discerner un premier groupe de rubriques, celles qui se caractérisent par des syntagmes nominaux -substantifs, expressions précédées d'un article, etc.. Les énoncés nominaux peuvent se transformer en énoncés verbaux grâce au verbe être39. Il y a donc une certaine équivalence entre les énoncés rassemblés dans le premier groupe et les énoncés de l'être. Ceci amène à penser qu'un groupe de catégories sert à mettre en relief les réalités stables et non transformables. La permanence est étroitement liée aux énoncés d'état. C'est le cas de la terminologie de la terre (111), γῆ est une valeur inchangeable, stable.

48Les syntagmes qui polarisent l'information recherchée par les autres rubriques sont des syntagmes verbaux. Le verbe, sous n'importe quel mode, est explicitement ou implicitement présent. Il s'agit des catégories qui recensent les renseignements sur l'action. On relève donc des énoncés de faire, ce qui renvoie à des situations de transformation et de changement.

  • 40 C'est un privilège mal acquis que d'utiliser le verbe "affiner", dans la mesure où ces paragraphes (...)
  • 41 A. J. Greimas, J. Courtes, Sémiotique, dictionnaire raisonné, op. cit., p. 40.

49Pourtant, ce deuxième groupe réserve possibilité d'affiner davantage40. La grande majorité des rubriques recense des syntagmes autonomes, par opposition à d'autres, qui trouvent réponse à la question qu'elles posent à des données qui ne figurent pas nécessairement sur la fiche, mais qui sont fournies par un contexte plus large. En examinant, sous cet angle, les syntagmes de faire autonomes et les syntagmes de l'être, on touche à la dimension pragmatique du discours. C'est le niveau de l'information objective, de la description des comportements, des gestes et des situations de stabilité. Ce niveau sert de référent à la dimension, hiérarchiquement supérieure, qui est la dimension cognitive du discours, qui se développe parallèlement avec l'augmentation du savoir41. Pour mieux comprendre ce qu'est la dimension cognitive, je me réfère aux rubriques de l'Index qui la saisissent. Il s'agit des rubriques Les paysans dans les relations triangulaires privées (344), Participation dans la vie et les luttes politiques et sociales (352), Formes d'opposition (361 et 362) et de la totalité des rubriques du quatrième secteur concernant l'idéologie. La dimension cognitive du discours coïncide partiellement avec les informations sur l'idéologie. Ceci nous ramène à la question qui a été posée un peu plus haut sur la légitimité de l'incorporation des données idéologiques dans l'Index. La réponse est positive, mais il faudrait affiner et prendre en compte d'autres éléments - énonciation, etc.. Il n'est pas étonnant, par exemple, que les rubriques 441-446 n'apparaissent pas dans la dimension cognitive. En principe, Libanios ne se fait ici que le porte-parole des paysans. Nous reviendrons sur le problème de l'idéologie dans les chapitres suivants.

  • 42 Ceci ne veut pas dire que les deux rubriques sont contradictoires.

50Il a été dit plus haut que le traitement de l'information commence dès le moment de son classement par thème ; on pose aussi le problème de l'objectivité du chercheur, ou celui du risque qu'il court de ne pas apprécier la totalité de l'information selon les mêmes critères. La rigueur scientifique constitue un point essentiel pour l'élaboration d'un corpus, mais il ne s'agit là que d'une qualité personnelle. En revanche, l'objectivité est une notion plus complexe et qui suppose le rejet de tout préjugé, avant même d'aborder le corpus. Ainsi, dans quelle mesure une offrande à une institution religieuse peut-elle être interprétée ou non comme une forme d'exploitation ? Intervient nécessairement un deuxième facteur : une documentation a priori satisfaisante sur le contexte historique de la source à traiter. Celle-ci est indispensable, en effet, pour pouvoir trancher les questions plurielles ou équivoques. Par exemple, parvenir à classer une manière de s'habiller comme propre à la paysannerie et connotative de celle-ci, sans y voir la simple description momentanée d'un paysan, présuppose des connaissances en la matière. De même, dans le cas des relations triangulaires, une étude préalable des personnages et des partis-pris résoudrait le dilemme existant entre relation triangulaire privée (rubrique 344) et relation triangulaire politique (rubrique 352)42.

  • 43 J. Dubois, Lexicologie et analyse d'énoncé, Cahiers de lexicologie 15, 1969. p. 117.

51La constitution du corpus n'a donc pas été une procédure mécanique, ni linéaire, on vient de le voir. Il a fallu revenir sur plusieurs points, les reprendre à plusieurs fois. Ce va-et-vient entre méthode et analyse n'est pas contradictoire de la validité de la méthode ; il est indispensable à l'autonomie, à la dynamique, à la créativité de toute démarche spécifique de recherche. Il a conduit à la construction d'un nouveau discours qui présente des propriétés particulières43 quant à son contenu : son homogénéité ; le fait que tous les énoncés sont abordés et jugés selon les mêmes critères. Il s'agit du discours réalités rurales de Libanios.

  • 44 A. J. Greimas, J. courtes, Sémiotique, dictionnaire raisonné, op. cit.. p. 102.

52A-t-on vite fait d'employer le terme discours ? - Non, si l'on identifie le discours avec l'énoncé44. Car l'Index dans sa forme actuelle n'est qu'une grille de lecture de ce qui est énoncé. Or, on ne peut parler de discours sans tenir compte de l'énonciation qui est l'instance de la mise en discours de la langue. Ainsi aborderons-nous ensuite le corpus du point de vue de la production discursive.

TRAITEMENT DES DONNÉES PAR L'ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES (Programme ANACONDA)45

  • 45 Analyse Conversationnelle des Données. Voir J.-J. Girardot, Notice d'utilisation du programme, SUR (...)
  • 46 Par texte, il faut comprendre le contenu d'une fiche. Sur 170 fiches-mères, 93 seulement sont pris (...)

53En réalité, l'Index Thématique constitue une sorte de questionnaire, qui permet d'interroger un texte sur les formes de dépendance auxquelles il se réfère et sur les réalités économiques, sociales et idéologiques qui font qu'un type de dépendance existe. Ce questionnaire constitue en même temps une grille de lecture de l'information relevée et classée dans les diverses catégories/questions. Les renseignements/réponses que les textes, tirés des discours de Libanios, donnent à chaque catégorie/question ont été considérés comme descripteurs de chaque texte ; les textes46 ont été introduits dans l'ordinateur d'après leur caractérisation faite par ces descripteurs.

54L'Index propose plus de 100 rubriques et sous-rubriques. Pour traiter le corpus libanien, j'en ai utilisé environ 90. Lors de l'enregistrement informatique, pour éviter une très forte dispersion des points, il a fallu former des groupes de rubriques peu opératoires.

55Il est bien clair qu'il ne s'agit pas d'une approche lexicométrique ou lexicologique. On a plutôt tenté d'analyser des énoncés-discours, homogènes quant aux messages, à la langue et aux conditions historiques de leur production, après les avoir soumis à une grille de lecture structurée selon les besoins du corpus et des principes de taxinomie donnés.

  • 47 M.-M. Mactoux et J.-Ph. Massonie, Approche lexicométrique des discours de Lysias, Actes du Colloqu (...)
  • 48 A. Phal, Les groupes de mots, Cahiers de Lexicologie 4, 1964, p. 47.
  • 49 Voir supra, p. 36.
  • 50 La comparaison entre les tableaux II et III serait intéressante.

56Le syntagme47 est l'unité de mesure de la fréquence d'une rubrique/question dans une fiche. Je rappelle que j'entends par syntagme tout mot ou groupe de mots48 qui polarise l'information précise, recherchée par une catégorie de l'Index49. Le graphique du tableau III nous permet de visualiser le nombre de syntagmes par rubrique, dans la partie du corpus enregistrée sur ordinateur50.

TABLEAU III - L'Index Thématique dans la partie du corpus élaborée par l'ordinateur : nombre de syntagmes par rubriques

57Le traitement des données par l'analyse factorielle répond à un double objectif : méthodologique et historique. Il constitue en quelque sorte - avouons le - une épreuve pour l'Index, pour son fonctionnement et sa cohérence interne. En même temps, le graphique final du tableau IV nous offre une vue globale sur l'organisation interne d'une partie du corpus dans un espace multi-dimensionnel.

TABLEAU IV - Les axes factoriels 1 et 2.

58Dans une première phase, je n'ai travaillé que sur le tableau IV déterminé par les axes factoriels 1 et 2. L'extrémité gauche de l'axe 1 est occupée par les catégories : Formes de contrôle de la main-d'œuvre (213) ; Acquisition de la main-d'œuvre (211a) ; Le dépendant comme signe de richesse (414). Or, à l'opposé de ce même axe, on trouve des catégories telles que : Comportements et pratiques religieux ou politiques des dépendants (324) ; Participation/utilisation du dépendant dans la vie politique (351) ; Dépendants et sacré (446).

59Apparemment la trajectoire de l'axe 1 se fait des syntagmes de possession et de maîtrise de la main-d'œuvre, vers des énoncés où le dépendant paraît actif, même dans la sphère du religieux et du politique. Il est notoire d'ailleurs que cet axe est également proche - vers les confins de l'extrémité droite - des rubriques d'action de la part des dépendants (323, 322, 317, 361, etc.). L'emplacement des rubriques 341, 343, 344 - Comportements des dominants par rapport aux dépendants - est intéressant lui aussi : il est conforme à l'organisation du tracé de l'axe 1, dessiné par des syntagmes allant graduellement de la possession des terres, mainmise et contrôle des dépendants, vers des scènes de responsabilité et d'autonomie.

60Aux opposés de l'axe 1, j'ai isolé deux groupes de points à examiner. Le groupe A est composé de la façon suivante :

GROUPE A. Les données

GROUPE A. Les données

61Comme il fallait s'y attendre, la présence des rubriques 213, 211a, et 414 se fait massive : 23 occurrences sur un total de 70 syntagmes appartenant à la rubrique 213 (soit 32,8 %) ; 4 sur 7 pour la rubrique 211a (soit 23,5 %) ; 10 sur 18 pour la 414 (soit 55,5 %). En témoignera la liste des syntagmes signalés dans le corpus qui suit ce chapitre.

  • 51 On notera qu'un syntagme peut être polysémique et par conséquent classé dans deux ou plusieurs cat (...)

62Dans la catégorie 211a on trouve cinq fois des formes du verbe δίδωμι (donner) et des substantifs de la même famille, huit fois des syntagmes ayant le sens d'acquérir par la force (ἀρπάζω, σϕετερίζομαι, ἀποστερῶ, etc.). Les syntagmes qui forment la catégorie 414 renvoient à des cas où la prospérité et le prestige résultent de l'exploitation de la terre. Enfin, la catégorie 213 est plus éclairante : on y recense 18 occurrences des pronoms possessifs ; le reste est constitué par des syntagmes désignant la possession51.

  • 52 Voir supra, p. 27.

63Nous savons que ces trois rubriques regroupent précisément les renseignements afférents aux attitudes de Libanios à l'égard de la terre52. Ce sont les parties du corpus qui constituent essentiellement le discours terre de l'orateur antiochien. Celui-ci ne parle pas de possession des paysans. C'est la possession de la terre qui implique pour lui richesse et prestige et c'est justement par cette possession, comme nous le verrons, qu'on arrive à s'approprier la force de travail des paysans. Sur le tableau des axes factoriels 1 et 2, on peut donc lire qu'à l'extrémité gauche de l'axe 1 figure le discours de la terre et de la possession des biens.

64A l'extrémité droite de l'axe 1, et en opposition au groupe A, je distingue un groupe que j'appelle B et qui se constitue comme suit :

GROUPE B. Les données

GROUPE B. Les données

65En suivant la même procédure que pour le groupe A, nous arrivons aux données statistiques suivantes :

rubrique 324 : 10/24 41,6 % de fréquence
rubrique 351 : 1/4 25 % de fréquence
rubrique 415 : 4/11 36,3 % de fréquence
rubrique 446 : 7/17 41,6 % de fréquence

  • 53 Laissons de côté la rubrique 415, Le paysan/la terre dans une énumération : malgré sa grande valeu (...)

66À quelques exceptions près, la totalité des syntagmes de ces quatre53 rubriques exprime l'action. Action dirigée vers les dépendants et action émanant d'eux vers d'autres personnes, dans un contexte religieux et politique : attachement des paysans au paganisme ; leur utilisation par le pouvoir central dans l'armée, etc. Les paysans ici agissent et subissent les actions des autres.

67Il est remarquable d'ailleurs que les occurrences relevées dans le discours XXXI sont regroupées vers la partie gauche de l'axe. En effet, ce plaidoyer est adressé à la Curie d'Antioche pour demander une distribution de terres aux maîtres de rhétorique afin de rendre leurs conditions de vie meilleures. C'est dans ce discours que les problèmes de contrôle et d'exploitation de la terre sont posés de façon assez claire.

68À l'opposé, on peut discerner un autre groupe de points émanant d'un même discours, le discours XXX, Sur les temples, bien que les paragraphes en soient assez dispersés. Libanios prend ici la défense des paysans désireux de continuer à exercer le culte païen, contre les moines qui voulaient leur imposer la religion chrétienne. Il s'agit donc du comportement religieux des paysans. Or, pour Libanios, la religion païenne, largement associée aux valeurs de tradition hellénique, et surtout à l'autonomie de la cité, s'oppose à celle des chrétiens - voire au pouvoir central qu'il l'a adoptée. Le religieux se trouve ainsi corrélé au politique et vice-versa : ce n'est donc pas fortuitement que le signe 324 renvoie en même temps aux comportements religieux et politiques des dépendants. Par ailleurs, il faut encore signaler que le discours XXX est d'une très grande valeur informative dans plusieurs secteurs, ce qui explique la dispersion de certaines fiches.

69L'axe 1 relie donc les données sur la possession des biens à celles des comportements politiques-religieux. Au long de cet axe - surtout dans sa moitié droite - se projettent les données sur les Pratiques sociales. Dans la géographie du tableau qui se dessine, on pourrait appeler l'axe 1 : axe des rapports sociaux.

70On voit bien que l'information projetée sur le tableau IV, que définissent les axes 1 et 2, est surtout déterminée par l'axe 1. Les points dont la projection semble conditionner le parcours de l'axe 2 s'y trouvent inférieurs en nombre et plutôt disparates.

71Néanmoins, à l'extrémité haute de cet axe, je trace les limites arbitraires d'un troisième groupe de points - le groupe C - dont la composition est donnée ci-après :

GROUPE C. Les données

GROUPE C. Les données
  • 54 Lors de l'introduction dans l'ordinateur, et pour des raison techniques, on avait rassemblé sous l (...)
  • 55 Sous le code 354, il faut voir des deux catégories 354 et 355 regroupées.

72On remarque la concentration très dense de l'information relative aux formes d'exploitation du travail comme à celles du prélèvement. La rubrique 221, Exploitation du paysan y est en effet représentée avec 33,3 % des syntagmes ; la rubrique 222, Taux du prélèvement, en compte 36,8 % ; la rubrique 223, Formes du prélèvement54, totalise 13 %. Un certain équilibre apparaît entre les formes d'exploitation, les renseignements sur les paysans et la société politique, qu'indique bien l'importance des rubriques 352, 353 et 354 : Participation dans la vie et les luttes politiques et sociales (352), 12,5 % ; Collectivité publique et paysans : réglementation juridique (353), 31,25 % ; Collectivité publique et paysans : activités de répression et de protection (354)55, 21,21 %.

73On constate ainsi une association des formes d'exploitation et du prélèvement avec les données sur les attitudes de la société politique à l'égard des paysans. Libanios parle de l'exploitation des paysans par le fisc public. On ne recense que deux ou trois exceptions, selon lesquelles l'exploitant est un particulier. De l'autre côté, par collectivité publique il faut entendre pouvoir central. Plus précisément, il s'agit de la politique que les empereurs ont adoptée à l'égard de la paysannerie. Le graphique de l'analyse factorielle laisse supposer que le prélèvement de la rente était l'une des préoccupations majeures de la politique agricole des empereurs.

74Il me semble qu'il vaudrait la peine de s'arrêter sur ce point. À première vue, la corrélation entre l'exploitation du travail et la société politique étonne. Les syntagmes collationnés dans ces deux catégories ne sont pas polysémiques (à quelques exceptions près) et n'appartiennent pas aux deux catégories en même temps. Il apparaît donc que cette mise en rapport des renseignements sur l'exploitation et le prélèvement, d'une part, et les informations sur les attitudes impériales vis-à-vis des paysans, de l'autre, est un des apports intéressants de l'analyse factorielle des correspondances. La convergence de ces deux réalités aurait pu passer inaperçue, dans la mesure où l'une est censée recueillir des renseignements sur les rapports de production, tandis que l'autre fait partie des comportements sociaux. Le découpage de la documentation opéré par la structure de l'Index Thématique cache parfois des surprises ; certaines parties ne cessent de garder une dynamique polysémantique. Or, on ne peut soutenir que la partie supérieure de l'axe 2 soit organisée à la fois par des formes d'exploitation et par des conduites sociales. La politique impériale intervient ici en tant qu'exploitant, en tant que partenaire des rapports de production existants.

75L'extrémité basse de l'axe 2 est occupée par les énoncés suivants, qui forment un quatrième groupe, le groupe D :

GROUPE D. Les données

GROUPE D. Les données

76Le point culminant, au sein de ce groupe D, est constitué par la catégorie 121, Conditions de réalisation du travail de la terre, soit les instruments et les objets permettant la réalisation du travail, avec une accumulation de 37,7 % des syntagmes. S'en approchent des rubriques de provenance différente : 331, Formes de description connotative du paysan, avec 25 % ; 321, Comportements au travail, avec 20,8 % ; 423, Utilisation de l'univers paysan comme code de valeurs, avec 13,3 % ; 413, Profil et typologie du paysan, avec 10,3 % ; 131, Les conditions de l'organisation du travail de la terre : la force de travail, les producteurs et la manière dont ils travaillent, avec 8,1 %. Il est vrai qu'il y a une forte différenciation des thèmes de ces catégories. Sans qu'elles soient étrangères l'une à l'autre, on pouvait attendre des pourcentages plus puissants. Je pense que l'axe 2 est ici principalement conditionné par les informations collationnées à la catégorie 121, sans pour autant oublier la présence, un peu discrète, des rubriques 321, 131.

77Avant de conclure sur le tracé que suit l'axe 2, j'attire l'attention sur l'emplacement des catégories 311c et 341, qui se trouvent au milieu de l'axe 2 et à proximité de l'axe 1. La catégorie 311c recense les procédures de désignation réalisées dans un syntagme. En fait, 10 syntagmes sur 14 désignent les paysans à travers leur travail (ceux qui travaillent la terre - τοὺς περὶ τὴν γῆν πονοῦντας). De même, les données sur les comportements des patrons à l'égard des paysans (341) ont dans leur totalité, comme point de référence, le travail.

78Tous ces indices amènent à considérer que la moitié inférieure de l'axe 2 est dessinée par les données relatives au procès de travail. On y rencontre des indications sur le travail, les objets et les moyens du travail. En revanche, la partie supérieure est organisée par les énoncés de l'exploitation du travail. Si l'axe 1 est l'axe des rapports sociaux, l'axe 2 est l'axe des rapports de production.

79Avant de clore cette géographie du tableau IV, je souligne la grande dispersion des rubriques appartenant à la quatrième partie de l'Index Thématique. Il reste difficile de cerner en effet un groupe de points caractérisés par des données idéologiques. Huit catégories sur dix portant sur l'idéologique sont dispersées à gauche de l'axe 2, ce qui ne veut pas dire que cet axe soit organisé par rapport à ces données. On voit surgir des mini-groupes, au sein desquels les catégories idéologiques sont apparentées à d'autres catégories de l'Index.

  • 56 Lib., XVII. 27.

80415-352 Le procédé de l'énumération, bien qu'il puisse nous fournir des informations importantes, ne cesse pas d'être un phénomène linguistique, et, en tant que tel, de s'écarter par rapport aux principes généraux de la grille catégorielle. Il n'en reste pas moins que la catégorie 415 apparaît comme voisine des informations sur l'utilisation des paysans dans la vie politique et sociale. Effectivement, Libanios utilise souvent le procédé de l'énumération, lorsqu'il veut accentuer l'impact des caprices du pouvoir impérial sur la population. Devant le changement politique survenu à la mort de Julien, il pleure (pour) les paysans malheureux, pour la puissance des curies, pour les archontes des cités, pour la voix des pauvres opprimés, pour les régiments de soldats, pour les lois justes, pour les mains des secrétaires56.

  • 57 Lib., XLVIII, 36
  • 58 Lib., XXVII, 6.

81431-316 On pourrait s'étonner de trouver la description des paysans, saisis à travers leurs niveaux de vie et les formes de fortune (316), reliée à des éléments de théories justificatrices ou dénonciatrices des rapports sociaux (341). En fait, quatre sur cinq des énoncés classés à la catégorie 431 le sont aussi sous la rubrique 316. Les syntagmes considérés comme justifiant ou dénonçant les rapports sociaux existants renvoient au niveau de vie et aux modes d'enrichissement des paysans. Libanios dénonce la classe dépravée (τό δεινόν έκεινόν γένος — 431) qui s'est enrichie malhonnêtement (ἐπλούτουν κακῶς57 - 316), ou semble désapprouver l'avis du consulaire Ikarios qui croyait que les campagnards pauvres (πτωχοί - 316) sont haïs (431) par les dieux58. Il me semble que cette mise en rapport des données sur les formes de vie et d'enrichissement d'une part, et des syntagmes abstractisants, idéalisants et conceptualisants des rapports sociaux d'autre part constitue encore l'une des heureuses surprises, que le graphique a fait surgir.

  • 59 Lib., XI, 19.

82412a-314a Pour Libanios, les rapports sociaux existants doivent se reproduire sans problèmes. La terre est fertile, elle dépasse les vœux des cultivateurs59. Les dieux et la nature favorisent le travail des paysans, qui a lieu à la campagne. Il y a là un cas de différenciation mais aussi d'interdépendance entre les deux dimensions du discours que j'ai évoquées plus haut. Le destinateur procède à une description objective de la réalité et des pratiques sociales : on se situe donc dans la dimension pragmatique. C'est en se référant aux données précises et objectives et en se fondant sur elles, qu'il essaie d'avancer ses théories et opinions personnelles. Ainsi avons-nous affaire à la dimension cognitive du discours.

  • 60 Lib., XXVII, 15. Les rapports entre Libanios, Ikarios et les paysans sont en fait beaucoup plus co (...)

83412 b 314 On peut répéter et même continuer l'interprétation amorcée au paragraphe précédent. Le but de l'orateur se limite rarement à une description simple des pratiques sociales ; il aspire au contraire à transmettre à ses auditeurs sa propre lecture de la réalité. On voit ainsi les raisons pour lesquelles la dimension cognitive est considérée comme supérieure à la dimension pragmatique. Dans ce sens, on comprend l'interdépendance et la coexistence, sur le tableau IV, des syntagmes désignant les conditions de dissolution des rapports sociaux (412b) et les données historiques relatives aux actes de répression des paysans (314d). Ikarios force ceux-ci, en un temps de construction intense, à déblayer la ville d'Antioche (ἀναγκάζειν ἐκϕέρειν) : un fait, un moment historique de répression des paysans, qui donne l'occasion à notre orateur de montrer son hostilité aux actions politiques qui conduisent à leur abaissement60.

84413-343 La projection au même point de ces deux catégories semble fortuite ; elles ne se recoupent qu'à un seul énoncé. Au demeurant, la rubrique 413, Profil et typologie du paysan, a fonctionné sur des critères plus ou moins intuitifs : tout peut y être classé en effet. La rubrique 343, qui recense les enseignements relatifs au comportement des organisations socio-professionnelles à l'égard des paysans est relativement attirée en XXX, 13 (3 syntagmes) et se trouve à mi-chemin entre IV, 15 (1 syntagme) et XXX, 11 (2 syntagmes).

85421-211 b La proximité de ces deux rubriques est des plus surprenantes. Il n'existe aucun point de contact au sein des énoncés. La rubrique 211b rapporte les données sur la perte de la main-d'œuvre, soit une vision négative des paysans qui quittent leur travail. La rubrique 421 recense au contraire les syntagmes dans lesquels le terme γεωργός connote les travaux durs et laborieux, projetant ainsi une vision positive des paysans.

  • 61 Cf. supra, p. 35.

86441, 446-322, 317, 361 Ce dernier groupement ne surprend point. Il s'agit des catégories qui concernent les comportements des paysans et les expressions idéologiques connexes61. Six sur dix des énoncés exprimant des formes d'opposition sont aussi traités pour les informations qu'ils rapportent relativement à l'expression idéologique.

  • 62 E. Guibert-Sledziewski, Comment penser l'idéologie ? La Pensée 231, 1983, p. 34.
  • 63 Ibidem, p. 31.

87Il ressort donc que les données classées en quatrième partie résident au sein de certaines catégories des pratiques sociales, lesquelles se trouvent à leur tour dotées d'une lecture supplémentaire, dénivelée. Pas toutes cependant. Si ce qu'on désigne par idéologique est l'interférence entre la réalité sociale et les processus mentaux ayant pour siège l'individu62, on aurait pu attendre un couplage de toutes les catégories par une deuxième les couvrant idéologiquement. Or, ce n'est pas le cas, puisque la quatrième partie de l'Index, sous sa forme actuelle, conçoit l'idéologie au niveau de la norme et du jugement personnel de l'énonciateur. Y a-t-il donc une utilisation abusive et réductrice du terme ? L'idéologie constitue en effet le mode par lequel les hommes se représentent leur histoire : ce qu'ils ont à y voir63. On ne saurait répondre sans nuancer. Il a été soutenu plus haut que le discours est le résultat des représentations que Libanios se faisait des réalités de son temps ; en tant que tel, il devient le signifiant de son idéologie. Toutes les catégories ne font par conséquent que recueillir des données, afin de reconstruire l'idéologie dans sa globalité.

  • 64 En XXXI, 16, le syntagme τὴν πρόσοδον.

88J'insisterai sur trois points de projection de textes, pris comme échantillon au sein du groupe A, à l'extrémité gauche de l'axe 1. Il s'agit de LII, 33, XLII, 4 et XXXI, 16. Les deux premiers, projetés au même point, présentent une étroite parenté. Datés des années 388-390, ils paraissent adressés à l'Empereur. Tous deux sont des discours de conduite, l'un est blâme, l'autre, éloge. Nous lisons en LII, 33 : la terre que la Curie a cultivée... (a été vendue et a augmenté les fonds de l'acheteur).... En XLII, 4 : Il n'a pas besoin d'argent ; il ne le désire pas non plus, un (morceau) de terre lui appartient. Ces textes constituent une bonne illustration des syntagmes collationnés aux catégories 111, 213 et 414. Le troisième texte est extrait du discours XXXI, adressé à la Curie d'Antioche, autour des années 360. L'auteur y conseille aux curiales de rendre meilleures les conditions de vie des maîtres de rhétorique en leur cédant des terres municipales. Ainsi déclare-t-il en XXXI, 16 : Vous, les curiales, cultivez la presque totalité des terres de la cité. Ces cultures assurent à la ville des revenus (πρόσοδος). On pourrait affiner davantage à l'intérieur de ce groupe A. S'il y est question du discours de la terre, ceci n'empêche pas que certains textes soient attirés par d'autres points en effet. C'est le cas de XXXI, 16, unique paragraphe tiré du discours XXXI, relatif aux formes de prélèvement, et, à ce titre, légèrement sollicité64 par l'aboutissement supérieur de l'axe 2.

  • 65 En XXXI, 34, les syntagmes γῆ / γεωργία pour 111 et ἡ Ζηνοβίου / ἑτέρους ἐκ γεωργίας ὡϕελημένους p (...)

89En ce qui concerne la répartition des textes provenant d'un même discours, en dehors des deux exceptions déjà signalées, le graphique ne montre aucun groupement. Apparemment, il n'y a pas de cohérence entre les références aux réalités rurales au sein d'une même composition. Une exception se présente toutefois, celle du discours XXXI. Deux de ses paragraphes, 34 et 46, sont projetés au même point. Ils sont ventilés aux catégories 111 et 21365. Au long d'un récit qui compte cinq pages dans l'édition Teubner, Libanios revient deux fois au même thème. Bien que ce discours traite du problème de la possession des terres, il ne manque pas, en XXXI, 16, d'évoquer les questions très voisines de prélèvement.

90L'analyse factorielle des correspondances a donc permis de visualiser et de mettre en relief les informations recueillies dans le fichier des réalités rurales. Plus encore, elle constitue un véritable classeur. À ce titre, elle complète la classification commencée d'après les propositions de l'Index Thématique. Elle met en relation les diverses parties d'allure monolithique et montre la dynamique polysémique des données.

LE DISCOURS ET SON STATUT

91Il est temps d'aborder le problème de la dynamique du discours des réalités rurales, de son fonctionnement et de sa position au sein des compositions oratoires du sophiste antiochien. Selon quelle finalité Libanios fait-il intervenir les paysans ou les questions de la terre dans ses œuvres ? Dans un ensemble de discours qui, dans sa majeure partie, se veut qualificatif des personnes d'après leur comportement, les paysans et les questions de la terre se trouvent différemment intégrés.

PAYSANS - le discours propre

  • 66 B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 109. L'auteur avance beaucoup plus et montre le (...)
  • 67 C'est le cas de l'éloge de Constance et Constant (LIX), ou de certains discours du cycle de Julien (...)
  • 68 A. J. Greimas, Sémantique structurale, Paris 1966, surtout le chapitre p. 172-191 : Réflexion sur (...)
  • 69 Ce qui nous ramène aux principes de deux essais de classification des discours, opérés plus haut.

92B. Schouler a mis en lumière la succession des thèmes qui entrent dans la composition des éloges-blâmes66. Après l'exorde, où l'auteur expose les raisons qui l'ont poussé à blâmer ou à louer telle ou telle personne, viennent des indications sur ses origines, sa première enfance et ses années de formation. Ensuite, c'est la partie centrale, où Libanios passe en revue le comportement, les actions de l'intéressé, sous le prisme des différentes vertus67. L'intervention des paysans se fait généralement à ce stade. Libanios se réfère aux attitudes adoptées par la personne/sujet de son discours et aux relations qu'elle entretenait avec les diverses parties qui composent le corps social, dont l'une était la paysannerie. Ces attitudes constituent un critère qui permet au sophiste de colorer son sujet positivement ou négativement. Il y a donc une interdépendance entre les sujets, c'est-à-dire les personnes qualifiées, et les objets, à savoir les paysans et toutes les autres instances, qui servent de points de référence au long du trajet comportemental (politique et moral) des sujets. Ceci m'a amené à concevoir, selon la conception d'A. J. Greimas68, le message jacobsonien comme une jonction entre des sujets et des objets69.

93Il est fort possible que le destinataire ou destinateur puissent s'identifier avec le sujet. Ainsi en est-il dans les discours apologétiques où Libanios, le destinateur, figure aussi à la place du sujet - ou même à la place de l'objet. Voyons le cas du premier discours contre Ikarios (XXVII) :

  • 70 PLRE, I, p. 889.

94Libanios reproche au consulaire Ikarios un mauvais caractère dont témoignent ses choix dans l'action politique. Les conseils du médecin Thallos70 et ceux de Libanios lui-même, tous deux membres de la classe curiale, se trouvent rejetés. Le personnage se montre inhumain envers les campagnards, frappés par la famine et ne prend pas les mesures nécessaires au bon approvisionnement du marché d'Antioche. Il opprime les boulangers et méprise la Curie. Il pose des restrictions à la quantité de pain que les paysans emportent chez eux en quittant la ville. Il les oblige à déblayer les chantiers urbains en construction. Ainsi se constitue le portrait libanien du consulaire de Syrie de 388-389. A quel titre donc les paysans interviennent-ils dans le texte ? Ils entrent en scène pour témoigner sur les abus et les injustices commis par Ikarios, sujet principalement visé par le destinateur. Textuellement, ils tiennent un rôle d'intermédiaire entre les deux parties : Libanios et Ikarios. Les paysans, et les campagnards en général, les boulangers, des curiales et la Curie peuvent attester ce que le destinateur veut prouver. Ils sont utilisés, en quelque sorte, pour dénonçer les maux provoqués par le consulaire, tandis que l'orateur se présente comme défenseur des intérêts de ces composantes du corps social. Or, il y a lieu de procéder à une différenciation entre ces parties. Il y a bien identification entre le destinateur, les curiales et la Curie ; Libanios, en défendant la Curie, défend ses propres intérêts. Ceux-ci ne sont pas ceux des boulangers et des paysans, qui trouvent tout soudainement un avocat pour plaider leur cause.

95Sur l'ordre du consulaire, les soldats réquisitionnent les animaux des paysans qui fréquentaient le marché d'Antioche et les obligent à déblayer la ville. La conséquence en est que les paysans évitent d'utiliser le marché d'Antioche et vont vendre leurs produits ailleurs. L'approvisionnement d'Antioche en produits agricoles risque donc d'en pâtir. La cité souffrira puisque sa campagne est en détresse. Tout ceci n'est pas à l'avantage du fisc et du prélèvement.

  • 71 Lib., L, 32.

96Les deux discours XXVII et L sont écrits dans des contextes spatio-temporels assez identiques. Ils traitent du même sujet, Ikarios, sauf qu'il y a une spécialisation dans l'objet du second. A première vue, Libanios prend ici la défense des seuls paysans, mais dans quel but ? Il le déclare ouvertement à la fin de son discours, lorsqu'il invite l'Empereur à mettre fin à ces injustices : παρ’ ὧν εἰ μὴ λάβοις δίκην, δόξεις οὐ σϕόδρα κήδεσθαι τῶν πόλεων (si tu ne punis pas les archontes, on dira que tu ne t'occupes pas beaucoup des villes)71. La défense des paysans n'est donc pas désintéressée. L'orateur songe en effet aux intérêts de sa ville en se dressant contre le consulaire, représentant du pouvoir central. Les paysans entrent en ligne de compte comme enjeu de la lutte qui oppose les partisans du système politique d'autonomie des cités et les responsables de l'installation des structures récentes de la prise de décision.

  • 72 En fait, Greimas propose un modèle, avec d'autres instances, plus affiné. Mais je pense que son ap (...)
  • 73 J.-M. Carrie, Patronage et propriété militaires au ive siècle, BCH 100, 1976, p. 159.

97Il va de soi que cette approche constitue une simple introduction au sujet qui nous occupe, et qu'elle reste comme telle, sur plusieurs points, réductrice et grossière72. Elle ne permet pas de prendre en compte les glissements, les dénivellations que l'on peut constater dans le déroulement du discours. Tout ceci sera abordé un peu plus loin. Dans l'utilisation du modèle d'analyse globale des deux discours, il est apparu que les paysans se trouvaient toujours à la place de l'objet. On aurait pu croire que le discours XLVII, Sur les patronages, faisait exception. J.-M. Carrié a démontré le contraire73.

98Libanios s'oppose aux militaires cantonnés dans la campagne environnante et les accuse de soutenir les paysans rebelles. Ces derniers ne reconnaissent plus le pouvoir de leurs patrons et ils n'assument plus leurs devoirs en fait de travail et de rendement. Les militaires feraient mieux de s'occuper de la défense du territoire, au lieu de s'enrichir - ils n'exercent pas leur patronage gratis puisque les paysans ne manquent pas de les payer - et de violer les lois et les coutumes justes.

  • 74 Lib., XLIX, 8.
  • 75 Cf. infra, p. 171 et 242.

99On peut ainsi voir comment les paysans sont non seulement l'enjeu mais aussi le lieu des contradictions propres à ce ive siècle de notre ère, où s'opère un tournant essentiel pour l'histoire de l'Empire. Libanios est fort préoccupé de préserver l'autonomie de sa cité et la puissance de l'assemblée municipale contre la volonté et le comportement des émissaires impériaux. Cette autonomie passe nécessairement par la campagne, par le territoire de la cité, où résident et travaillent les paysans. Libanios réserve à la Curie le devoir et surtout le droit de gérer non seulement les affaires urbaines mais aussi rurales74. Ville et campagne, ἄστυ et χώρα, sont largement associées dans la production discursive de Libanios, comme nous le verrons ci-dessous de façon plus précise75.

PAYSANS - le discours figuré

  • 76 Bien que les données quantitatives, en matière de rhétorique, ne semblent pas s'offrir à l'argumen (...)
  • 77 Cf. infra, p. 227.

100Cette jonction des réalités urbaines et rurales sert de cadre essentiel et constitue la cause qui exige et justifie l'intervention des paysans dans le discours. Le cas du discours L, Sur les corvées, est le plus remarquable : il fait à la fois norme et exception. L'idée qui forme le canevas du discours est celle de la complémentarité ville-campagne. Cette complémentarité est assurée, en partie au moins, par le va-et-vient des paysans qui se rendent de chez eux au marché de la ville : liaison vivante, affirmation en actes, quotidiennement renouvelée, de cette complémentarité et solidarité. Libanios accuse le consulaire d'avoir provoqué la disjonction de ces deux partenaires, en maltraitant les paysans. Les conséquences seront graves pour la ville. L'orateur évoque les paysans, à la fin de la première partie, qui relate des faits, et juste avant l'énumération des conséquences, qui clôt le discours76. C'est le moment où la dramatisation est la plus forte77. Jusqu'au paragraphe 24, il était question de la façon dont on maltraite les animaux. Les paragraphes 24-30 mettent en avant l'humiliation des êtres humains, des paysans, afin de provoquer la pitié du destinataire.

  • 78 Cf. à ce propos M. Le Guern, Sémantique de la métaphore et de la métonymie, Paris 1965.
  • 79 Lib., VI, 3 : μέμϕεται δὲ ὁ μὲν ἕνα γεωργῶν ἀγρὸν μὴ δύο.
  • 80 Lib., XXV, 38.

101Ainsi est-il impératif et incontournable de prendre en compte, à côté du discours propre, le discours indirect et figuré : les paysans peuvent intervenir dans le discours à titre métonymique ou métaphorique78. Le cultivateur ou la culture des champs sont cités à titre d'exemple afin d'illustrer les propos tenus et, partant, de convaincre le lecteur. Dans le discours VI, Sur l'insatisfaction, le cultivateur est énoncé en tant qu'individu insatisfait de la quantité de terres qu'il cultive79. Dans la même intention, le paysan est cité dans le discours XXV, Sur l'esclavage, où Libanios énumére longuement, du paragraphe 36 au paragraphe 59, les divers métiers et conditions sociales pour prouver que chacun est esclave de la Fortune. Les paysans apparaîssent en deuxième lieu80, juste après les artisans et boutiquiers, avant les navigateurs, les pirates ou brigands, les prêtres, les curiales, les athlètes, les gouverneurs, les militaires, les avocats et les médecins.

102Libanios puise des images dans l'univers paysan pour argumenter en faveur de ses propos. Contrairement au discours propre, où les paysans sont présentés en tant que composantes du corps social, on a le plus souvent affaire ici à des moments plus précis et concrets de la vie agricole, assortis de scènes, momentanées ou non, révélatrices des rapports sociaux et du travail dans les champs. Les énoncés sont alors beaucoup moins longs, contrairement à ceux du discours direct qui peuvent s'étaler tout au long d'un discours, et plus faciles à détacher de leur contexte. La valeur informative des énoncés métonymiques est importante. Pour qu'une métonymie soit efficace et fonctionnelle, elle doit renvoyer à des pré-construits culturels communs au locuteur et à ses auditeurs. Le locuteur emploie une métonymie pour rendre sa tâche facile. Il ne doit pas s'attarder sur la justification, sur l'explication, ou le bien fondé d'un énoncé métonymique.

  • 81 Dans le cadre de la sémantique discursive, la métonymie est une procédure de substitution, un synt (...)
  • 82 Sur 13 citations métaphoriques de l'univers paysan, cinq sont des comparaisons ; on y remarque la (...)
  • 83 Sur les problèmes théoriques et linguistiques de la métaphore : M. Le Guern, Sémiotique de la méta (...)

103On peut faire semblables remarques sur l'univers paysan en tant que source de métaphores81. En relevant les particules caractéristiques82 ou simplement parce qu'elles forment des énoncés courts et facilement repérables, on peut dresser la liste de ces métaphores83, relativement peu nombreuses, et s'en aider pour continuer la démonstration.

TABLEAU V - Les métaphores paysannes

  • 84 Lib., XI, 210 : un petit domaine est aisément soigné comme sur le tableau d'un peintre.

104Le contenu des métaphores est conforme à ce qui vient d'être dit à propos des métonymies : les paysans sont saisis à des moments de travail, ou mieux, à des moments où ils sont en pleine action, sans qu'ils soient gênés ou commandés par des tiers. Si l'on met en œuvre ici le modèle de Greimas, on s'aperçoit que, dans le discours propre les paysans sont à la place du sujet, tandis que leurs occupations se trouvent à celle de l'objet. Dans le discours figuré, ils sont maîtres d'eux-mêmes, commandent et apparaissent égaux aux lettrés, philosophes, et orateurs. Les champs cultivés, même petits, sont présentés sous des couleurs idylliques84.

  • 85 Cf. l'article de J. Molino, Anthropologie et métaphore, Langages 54, juin 1979, p. 115.

105Discours propre et discours figuré, pensée discursive et pensée métaphorique s'opposent85 et se complètent. Dans un cas, le paysan est percu dans sa dynamique sociale et politique, comme composante du corps social et partie prenante aux conflits sociaux. Dans l'autre, on voit en lui un être statique, occupé de ses affaires agricoles et isolé du reste du monde. Le premier discours montre les paysans impliqués dans des conflits strictement contemporains du locuteur. Le second nous offre des renseignements de portée didactique et intertemporelle, dont la signification historique est plus difficile à interpréter.

106Quoi qu'il en soit, les occurrences des réalités rurales, qu'elles soient employées au sens propre ou au sens figuré, nous révèlent l'idéologie de l'orateur antiochien. Des informations polysémiques ou contradictoires n'impliquent pas la mauvaise foi de la source. Leur complexité contribue essentiellement à exprimer des réalités sociales qui créent les possibilités du bon fonctionnement d'un discours.

107Comme le discours de la terre va être immédiatement abordé, je me borne maintenant à présenter un bref résumé des raisons d'être de la terre dans les discours de Libanios. Le sophiste évoque la terre quand il veut localiser, préciser géographiquement une ville, un événement, le lieu du travail agricole. La terre est citée pour servir de cadre à l'espace concret où des choses se passent. Parfois elle tient un rôle fonctionnel, non réductible, comme c'est le cas du long passage de l'Antiochikos, qui sera abordé un peu plus loin. Libanios veut donner là une description géographique du site de sa ville natale. Souvent, la terre n'est qu'un simple comparse, nécessaire cependant à la précision d'un énoncé, comme par exemple quand il s'agit des fruits de la terre.

108La possession de la terre intervient avant tout afin de connoter le prestige et les richesses d'un personnage. La terre est quasiment omniprésente dans les énumérations de richesses. Elle est la constante sur laquelle se fonde la force économique et, plus généralement, constitue le substrat premier, la base sur laquelle tout semble prendre appui.

Notes

1 Cf. B. Schouler, La tradition hellénique chez Libanios, Paris 1984, p. 35.

2 Ibidem, p. 35-39.

3 R. Jacobson, Essai de linguistique générale, Paris 1970, surtout le chapitre XI, Linguistique et poétique.

4 Cf. B. Schouler, op. cit., p. 37-38, aborde ce problème et donne l'exemple du discours, Sur le Plèthre, lequel prend trop violement à partie le Comte d'Orient Proklos, pour avoir pu être prononcé lors d'une séance officielle de l'assemblée municipale. P. Petit, Recherches sur la publication et la diffusion des discours de Libanios, Historia 5, 1956, p. 479-509, discute aussi ce point.

5 P. Petit, loc. cit., p. 492.

6 E. Richsteig, Libanius de qua ratione Platonis operibus usus sit, diss., Breslau 1918, p. 136 et 156-157.

7 P. Petit, loc. cit., p. 492. Pour évaluer la densité rhétorique, l'auteur de l'article utilise les apports de la dissertation de C. Rother, De Libanii arte rhetorica quaestiones selectae, Breslau 1915, p. 104. Rother avait calculé pour chaque discours le nombre moyen de figures rhétoriques sur vingt lignes. Les discours se trouvent ainsi classés indépendamment de leurs longueurs respectives.

8 Julien, Sur la royauté, XXII, 27-34. Voir à ce propos : G. G. Belloni, La "antiretorica" di Giuliano e gli eserciti, Athenaeum 61, 1983, p. 215.

9 La Fontaine, Œuvres complètes, La Pléiade/texte établi par R. Groos, Paris 1954, I, p. 7, avec renvoi à Quintillien, Inst. Orat., IV, 2, 5.

10 Tac, Dial., 36-41 ; Ps. Longinus, Du Sublime, XLIV ; Cf. J. Starobinski, Éloquence and liberty, JHI 38, 1977, p. 195.

11 J. Martin et P. Petit dans leur notice à l'édition des Belles Lettres de Libanios, Autobiographie, Paris 1979, ne semblent pas accepter cette distinction. En revanche, p. 30, ils proposent trois types possibles de diffusion des discours, lecture comprise :

  1. La vaste diffusion, assurée par un grand nombre de copies et leur envoi à des amis ; c'est le cas des panégyriques et des discours d'apparat, récités d'abord devant un auditoire vaste et enthousiaste ;
  2. La diffusion contrôlée, pour des compositions d'intérêt plus restreint ou de portée politique... Elles sont récitées devant un auditoire sélectionné d'amis et de partisans, et l'auteur n'en confie copie qu'à des personnes de confiance, avec consigne de la garder pour soi ;
  3. Le tiroir, où est remisée l'élucubration personnelle ; celle-ci ne doit connaître aucune publicité du vivant de l'auteur, ce qui n'a pas empêché, après sa mort, quelque secrétaire ou exécuteur testamentaire de l'insérer parmi les autres manuscrits.

Cf. aussi P. Petit, loc. cit., p. 485 et E. P. Arns, La technique du livre d'après Saint Jérôme, Paris 1953, p. 82-85. Toutefois, il y a une différence fondamentale entre Saint Jérôme et Libanios : l'un a écrit principalement sur des problèmes actuels, conjoncturels, de caractère parfois polémique ; l'autre s'intéressait surtout à des sujets qui n'avaient pas de rapports directs avec la politique et les questions socio-économiques de son temps.

12 M. Foucault, L'archéologie du savoir, Paris 1969, surtout le chapitre p. 44-54 : Les formations discursives.

13 M. Foucault, ibidem, p. 53.

14 J. Dubois, Énoncé et énonciation, Langages 13, p. 106.

15 Cf. M. Meyer, La conception problématologique du langage, Langue française 52, 1981, p. 83 : Parler ou écrire, c'est répondre, c'est donc déclarer quelque chose à propos de quelque chose d'autre, à propos de ce dont il est question.

16 J. Dubois, loc. cit., p. 106.

17 De toute façon, comme tout essai de typologie, celui-ci part d'un principe plus ou moins intuitif qui trouvera, éventuellement, sa justification dans et à la fin de la démarche.

18 Par exemple, lors des réunions privées, des σύλλογοι. Cf. Lib., I, 223.

19 Évidemment le problème n'est pas résolu ; on ne peut ignorer le rôle des auditeurs effectifs qui conditionnent réellement la formation du discours.

20 Pour l'identification des personnages : A. H. M. Jones, J. R. Martindale, J. Morris, Prosopography of the Later Roman Empire (PLRE), I, Cambridge 1971. Ainsi :
Caesarius 6 est magister officiorum, PLRE, I, p. 171.
Eumolpios, gouverneur de Syrie en 384-385, PLRE, I, p. 295.
Eutropios, consulaire de Syrie en 389, PLRE, I, p. 318.
Polyclès, gouverneur de Phénicie en 361-362, PLRE, I, p. 712.
Timocratès, comte d'Orient ou consulaire de Syrie, PLRE, I, p. 915.

21 Antiochos, orateur, est identifié à Antiochus 9, PLRE, I, p. 72 ; Nicoklès est un sophiste païen de Constantinople, PLRE, I, p. 630.

22 B. Schouler, Les discours moraux, Paris 1979. Le caractère conventionnel du classement en discours d'apparat et discours de conduite est évident. Surtout lorsqu'on pense que nos analyses et approches portent sur des mots, des phrases, ou des paragraphes. Cela dit, des différenciations de style, de fonction ou de nature sont à attendre au sein d'un même discours.

23 A. Momigliano, L'époque de la transition de l'historiographie antique à l'historiographie médiévale (320-550 ap. J.-C.), Problèmes d'historiographie ancienne et moderne, Paris 1983, p. 137 ; B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 987 s.

24 A. J. Greimas, J. Courtes, Sémiotique, dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris 1974, p. 190 : Antérieurement à leur jonction, sujets et objets sont en position virtuelle... la réalisation est la transformation qui, à partir d'une disjonction antérieure, établit la conjonction entre sujet et objet.

25 R. Robin, Histoire et linguistique, Paris 1973, surtout le chapitre 4, Formation sociale, pratique discursive et idéologie.

26 J'admets a priori que cette idéologie existe.

27 F. Favory, Présentation de l'Index Thématique de Besançon consacré à l'esclavage et aux formes de dépendance, Schiavitù, manomissione e classi dipendenti net mondo antico, Rome 1979, p. 143-159.

28 Voir son introduction à la publication de l'Index Thématique des références à l'esclavage et à la dépendance dans l'œuvre poétique de Martial, Paris 1984, p. 4.

29 Chr. Perez, L'Index Thématique des références à l'esclavage et à la dépendance et son application au texte de la correspondance de M. Tullius Cicero, Index 11, 1982, p. 69-174.

30 Voir infra, p. 179.

31 Outre Cicéron et Martial, les textes de Caton, Tacite, Strabon, Horace, Juvénal, Pétrone et Tibulle.

32 La collaboration du Centre d'Histoire Ancienne de Besançon avec le Centre de Lecce, en Italie, a été extrêmement fructueuse de ce point de vue ; elle a permis de s'intéresser à des sources très variées, tant grecques que latines, d'époques très différentes, qui ont conduit à modifier le contenu de certaines rubriques, à en enrichir d'autres, à en créer de nouvelles, pour répondre aux exigences de textes aussi variés que ceux cités à la note précédente.

33 Voir infra, p. 36.

34 Cf. E. Coseriu, Vers une typologie des champs lexicaux, Cahiers de lexicologie 27, 1975, p. 31.

35 Lib., I, 2, trad. J. Martin et P. Petit.

36 L'utilisation de l'Index Thématique implique la différenciation entre fiche-mère et fiches-filles, ce qui veut dire qu'un texte peut être classé dans plusieurs catégories à la fois. Comparativement à cela, on peut avancer l'idée d'un énoncé-père qui donne des énoncés-fils. Si l'énoncé-père est une unité pourvue des sens, l'énoncé-fils ne vise qu'à mettre en valeur un seul sens, ou mieux, une seule composante du sens global. Cf. J. Kristeva, Σημειωτική, Recherches pour une sémanalyse, Paris 1969, p. 11.

37 Voir infra, p. 36.

38 Voir le corpus, p. 57 s.

39 R. Lafont, F. Gardes-Madray, Introduction à l'analyse textuelle. Paris 1976, p. 103.

40 C'est un privilège mal acquis que d'utiliser le verbe "affiner", dans la mesure où ces paragraphes sont fondés en grande partie sur l'intuition et attendent confirmation. Ce dernier travail, plutôt linguistique, dépasse cependant mes compétences. A propos du monde de l'être et du monde du faire, il semble utile de comparer avec les remarques de J.-P. Vernant, Catégories de l'argent et de l'action en Grèce ancienne. Langue, discours, société. Pour É. Benveniste, Paris 1975, p. 368-369.

41 A. J. Greimas, J. Courtes, Sémiotique, dictionnaire raisonné, op. cit., p. 40.

42 Ceci ne veut pas dire que les deux rubriques sont contradictoires.

43 J. Dubois, Lexicologie et analyse d'énoncé, Cahiers de lexicologie 15, 1969. p. 117.

44 A. J. Greimas, J. courtes, Sémiotique, dictionnaire raisonné, op. cit.. p. 102.

45 Analyse Conversationnelle des Données. Voir J.-J. Girardot, Notice d'utilisation du programme, SURF 1, n. s., Besançon, septembre 1982.

46 Par texte, il faut comprendre le contenu d'une fiche. Sur 170 fiches-mères, 93 seulement sont prises en compte. J'ai laissé de côté les fiches provenant de deux grands discours : XLVII, Sur les patronages, et L, Sur les corvées. Les fiches qui présentaient un nombre de réponses inférieur ou égal à 2 ont été supprimées, afin d'éviter une trop grande dispersion des points.

47 M.-M. Mactoux et J.-Ph. Massonie, Approche lexicométrique des discours de Lysias, Actes du Colloque sur l'Infomatique en Sciences Sociales, Liège 1981.

48 A. Phal, Les groupes de mots, Cahiers de Lexicologie 4, 1964, p. 47.

49 Voir supra, p. 36.

50 La comparaison entre les tableaux II et III serait intéressante.

51 On notera qu'un syntagme peut être polysémique et par conséquent classé dans deux ou plusieurs catégories différentes.

52 Voir supra, p. 27.

53 Laissons de côté la rubrique 415, Le paysan/la terre dans une énumération : malgré sa grande valeur informative, il est clair qu'elle n'obéit pas au système logique et taxinomique de l'ensemble.

54 Lors de l'introduction dans l'ordinateur, et pour des raison techniques, on avait rassemblé sous le sigle 223 à la fois les données sur les formes de prélèvement et les données sur la manière d'opérer le prélèvement (224).

55 Sous le code 354, il faut voir des deux catégories 354 et 355 regroupées.

56 Lib., XVII. 27.

57 Lib., XLVIII, 36

58 Lib., XXVII, 6.

59 Lib., XI, 19.

60 Lib., XXVII, 15. Les rapports entre Libanios, Ikarios et les paysans sont en fait beaucoup plus complexes (cf. infra, p. 49-50). Quant aux dimmensions du discours, voir supra, p. 36.

61 Cf. supra, p. 35.

62 E. Guibert-Sledziewski, Comment penser l'idéologie ? La Pensée 231, 1983, p. 34.

63 Ibidem, p. 31.

64 En XXXI, 16, le syntagme τὴν πρόσοδον.

65 En XXXI, 34, les syntagmes γῆ / γεωργία pour 111 et ἡ Ζηνοβίου / ἑτέρους ἐκ γεωργίας ὡϕελημένους pour 213 ; en XXXI, 46, κτημάτων pour 111 et δότε μοι τῆς πόλεως κτημάτων pour 213.

66 B. Schouler, La tradition hellénique, op. cit., p. 109. L'auteur avance beaucoup plus et montre les liens entre Libanios et les théoriciens de l'art rhétorique comme Théon, Nikolaos et Hermogénès.

67 C'est le cas de l'éloge de Constance et Constant (LIX), ou de certains discours du cycle de Julien. D'autres, comme ceux qui parlent d'Ikarios (XXVII et XXVIII), cherchent à éclairer d'emblée la mauvaise politique du consulaire, sans s'attarder aux circonstances de l'enface. En général, le plan de ces compositions obéit à un ordre chronologique.

68 A. J. Greimas, Sémantique structurale, Paris 1966, surtout le chapitre p. 172-191 : Réflexion sur les modèles actanciels, et l'utilisation qu'A. Ubersfeld en fait dans Lire le théâtre, Paris 1977, p. 67.

69 Ce qui nous ramène aux principes de deux essais de classification des discours, opérés plus haut.

70 PLRE, I, p. 889.

71 Lib., L, 32.

72 En fait, Greimas propose un modèle, avec d'autres instances, plus affiné. Mais je pense que son application ici nous conduirait trop loin.

73 J.-M. Carrie, Patronage et propriété militaires au ive siècle, BCH 100, 1976, p. 159.

74 Lib., XLIX, 8.

75 Cf. infra, p. 171 et 242.

76 Bien que les données quantitatives, en matière de rhétorique, ne semblent pas s'offrir à l'argumentation, il apparaît que, sur une quarantaine de paragraphes, on peut en compter moins de dix dont les paysans sont l'objet. La majorité sert à dénoncer l'utilisation des animaux - et les paysans interviennent justement en tant que guides d'animaux -, à justifier la résignation de l'orateur, à accuser Ikarios et à prédire les mauvaises conséquences de sa politique pour la ville.

77 Cf. infra, p. 227.

78 Cf. à ce propos M. Le Guern, Sémantique de la métaphore et de la métonymie, Paris 1965.

79 Lib., VI, 3 : μέμϕεται δὲ ὁ μὲν ἕνα γεωργῶν ἀγρὸν μὴ δύο.

80 Lib., XXV, 38.

81 Dans le cadre de la sémantique discursive, la métonymie est une procédure de substitution, un syntagme remplacé par un autre ; elle peut donc être vue comme l'équivalent d'une métaphore.

82 Sur 13 citations métaphoriques de l'univers paysan, cinq sont des comparaisons ; on y remarque la présence de ὥσπερ ou καθάπερ. Les autres sont des métaphores proprement dites.

83 Sur les problèmes théoriques et linguistiques de la métaphore : M. Le Guern, Sémiotique de la métaphore, op. cit.. ainsi que le n° 54 de la revue Langages, juin 1979, consacré à la métaphore, A. Trognon et alii. Topologie et théorie de la métaphore, L'Homme 12, 1972, p. 70-83, J. Τamine-Gardés, Sur la difficulté et l'importance de comprendre le sens figuré, BAGB, 1985, 1, p. 30-42.

84 Lib., XI, 210 : un petit domaine est aisément soigné comme sur le tableau d'un peintre.

85 Cf. l'article de J. Molino, Anthropologie et métaphore, Langages 54, juin 1979, p. 115.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende TABLEAU I - Chrono-typologie des discours libaniens
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende TABLEAU II - Le fonctionnement global de l'Index Thématique dans les discours de Libanios
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende Index Thématique - 1ère partie
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Index Thématique - 2ème partie
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Index Thématique - 3ème partie
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Index Thématique - 4ème partie
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende TABLEAU III - L'Index Thématique dans la partie du corpus élaborée par l'ordinateur : nombre de syntagmes par rubriques
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende TABLEAU IV - Les axes factoriels 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre GROUPE A. Les données
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre GROUPE B. Les données
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre GROUPE C. Les données
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre GROUPE D. Les données
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende TABLEAU V - Les métaphores paysannes
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6100/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 293k

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter