Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libanios et la terre : discours et idéologie politique

 | 
Panagiotis N. Doukellis

Introduction

Texte intégral

  • 1 La lecture diachronique des données bibliographiques relatives à la question est très intéressante (...)
  • 2 Ceci est bien connu. Voir J.-N. Robert, La vie à la campagne dans l'Antiquité romaine, Paris 1985, (...)
  • 3 Voir les références citées en première note. Ces dernières années, les réalités rurales préoccupen (...)

1Il est incontestable que l'étude de l'histoire rurale du monde antique gagne de plus en plus de terrain. Depuis quelques années, elle se trouve au centre des interrogations des archéologues et des historiens, tant comme sujet à part, étudié dans ses singularités, que dans son rapport avec les réalités urbaines1. Pourtant, ce renouveau n'a pas encore éclairé le problème sous tous ses aspects. Il y a des zones géographiques et des périodes historiques privilégiées. Il y a aussi une thématique de prédilection au sein de ces régions et époques étudiées, que détermine la nature des documents utilisés. Le plus souvent, il s'agit de trouvailles archéologiques, restes d'habitat, éléments de la morphologie agraire ou autres ; complémentairement, des textes littéraires "daignent" de temps en temps nous informer sur ce qui se passait extra muros. Si la plupart des auteurs anciens se bornaient à idéaliser la vie à la campagne, tout en étant eux-mêmes citadins2, certains font bien évidemment exception. Ce n'est pas un hasard si l'étude de l'histoire rurale a commencé par l'examen des périodes et des zones à propos desquelles les sources littéraires parlent un peu plus des réalités extra urbaines : l'Italie, la République, le premier siècle du Principat, les agronomes latins. Syndrome de confiance devant le discours littéraire, de méfiance à l'égard des sources de nature différente - iconique, achéologique ou autres -, de toute façon, il en résultait jusqu'alors que dominait surtout l'étude des réalités urbaines. Tel n'est plus vraiment le cas. Depuis un certain nombre d'années, le centre des interrogations s'est déplacé des acropoles et des fora, on a cessé de se préoccuper uniquement de l'ἄστυ, pour tenter d'approcher globalement les phénomènes de la cité, de la πόλις. On a commencé à valoriser la zone périphérique sur laquelle reposait le centre3 et à étudier l'ἄστυ et la χώρα dans leurs rapports dialectiques.

  • 4 Voir M. Godelier, L'idéel et le matériel, Paris 1984, p. 171 : La distinction entre infrastructure (...)

2Or, ces rapports dialectiques doivent et peuvent être saisis dans toutes leurs dimensions, dans toute leur ampleur. Les documents archéologiques, par leur nature, permettent surtout d'approcher le niveau économique, matériel. Ils permettent aussi une approche des rapports sociaux, comme toute la récente bibliographie, inspirée des principes de la "New Archaeology" le montre clairement. Leur analyse ponctuelle conduit aussi à s'interroger, à tenter quelques hypothèses relatives aux représentations mentales que les hommes se faisaient, à un niveau idéologique et abstrait. Ces divers niveaux ne sauraient, bien sûr, se distinguer ni se séparer les uns des autres4.

3Si l'on compte déjà un grand nombre de travaux réalisés sur la part matérielle du réel en Afrique, en Italie, en Syrie ou ailleurs, il semble que ces rapports dialectiques n'aient pas été suffisamment étudiés dans leur dimension idéologique et/ou imaginaire. C'est que, en tant que telle, l'histoire des idées est assurément plus récente que l'histoire rurale elle-même.

4Le présent travail ne vient pas combler ce vide. Ses ambitions sont beaucoup plus modestes. Il s'agit d'un premier commentaire de textes littéraires, d'origine et de nature homogènes, qui nous livrent des informations sur la vie rurale de la Syrie au Bas-Empire. Pour être plus précis, il s'agit du corpus des références aux réalités rurales dans les discours de Libanios, concernant Antioche et l'Antiochène, pendant la deuxième moitié du ive siècle. On voit d'emblée les problèmes se poser avec force. Comment, à partir des textes oratoires d'un citadin d'origine curiale, parvenir jusqu'aux réalités non urbaines ? Autrement dit : comment aborder les questions de la vie rurale telle que Libanios se la représentait ? Nous nous fondons en effet sur ses textes, sur son discours, que l'on peut considérer comme le signifiant de son idéologie, voire de l'idéologie de ses semblables, en ce qui concerne les campagnards et les rapports sociaux noués entre ceux-ci, en ce qui concerne l'espace et la terre en tant que cadre de ces rapports sociaux et, surtout, en tant qu'objet de possession et de travail.

  • 5 Voir infra, p. 87.

5Ces représentations idéologiques sont-elles propres à un seul individu ? Appartiennent-elles plutôt à une classe sociale, ou encore à une communauté humaine qui vit dans un espace et dans des limites chronologiques précises ? Idéologie individuelle ou idéologie collective ? Le problème est bien trop ample pour qu'on puisse l'aborder ici. On a cependant voulu interroger d'autres témoins que Libanios, lui confronter d'autres données -littéraires, archéologiques, épigraphiques -, qui lui sont en gros contemporaines et géographiquement homogènes. Souci de vérification des dires de Libanios, souci de vérification aussi, voire de justification de certaines hypothèses avancées, mais surtout souci de saisir les pratiques idéologiques dans leur globalité et dans leur évolution historique5.

  • 6 J. Le Goff, Les mentalités : une histoire ambiguë. Faire de l'histoire III, Paris 1974, p. 76.

6Histoire de représentations idéologiques et/ou imaginaires. Histoire sans limites ou mieux : histoire carrefour6. On arrive à travers le discours littéraire, signifiant de l'idéologie, à saisir le réel dans ses mille aspects et leurs interactions. Ainsi a-t-on eu recours à plusieurs types d'approche pour pouvoir le concurrencer dans son ampleur et le traiter décemment. Il a donc été nécessaire de faire appel à des sciences dites auxiliaires de l'histoire, comme l'épigraphie ou l'archéologie, aux apports de disciplines extérieures, telles que l'anthropologie, la géographie ou la psychologie, d'emprunter des principes et des méthodes à des sciences modernes, appliquées ou non, comme l'informatique. Enfin, il est apparu indispensable, dès le début, de procéder à la traduction, au moins globale, de certains textes grecs.

  • 7 Th. Mann, Goethe et Tolstoï, Paris 1967, p. 149.

7Dans une partie préliminaire, des remarques méthodologiques ont été exposées, avec le corpus des informations, sa constitution, son traitement. On nous dira : Échafaudages plus grands que l'édifice à construire ! Mais les échafaudages font partie de l'édifice : ils nous montrent, en amont de l'enquête, les lignes directrices et les points principaux de la pensée libanienne. De plus, cet édifice n'est qu'une première approche. Loin de dresser le bilan sur les questions de la terre et des paysans chez Libanios et au ive siècle, il s'agit ici de poser les problèmes et d'esquisser les perspectives, d'avancer certaines hypothèses, plutôt que de proposer des solutions. Thomas Mann disait que la décision est une belle chose, mais le vrai principe fécond, par conséquent le vrai principe artistique, c'est la réserve7.

8Une thèse d'État, soutenue à Besançon en juin 1986, est à l'origine de ce livre. J'ai pu bénéficier des remarques du jury, composé de M. Clavel-Lévêque, Éd. Frézouls, P. Lévêque, M.-M. Mactoux, A. Rizakis, pour améliorer mon manuscrit et préparer sa publication. Fruit d'un long séjour d'études effectué au sein du Centre d'Histoire Ancienne de Besançon, ce travail a pu tirer profit de tous les acquis scientifiques de l'équipe bisontine. P. Lévêque m'y avait reçu en 1981 et, depuis, n'a ménagé ni son temps ni ses recommandations afin de rendre mon séjour plus confortable et mes études plus fructueuses.

9M.-M. Mactoux m'a initié aux secrets de l'analyse du discours et de l'analyse factorielle des correspondances. J. Annequin, M. Garrido-Hory et Ch. Pérez m'ont introduit à la problématique de l'Index Thématique et n'ont pas cessé de m'apporter leur aide et de m'éclairer, aux diverses étapes de ma réflexion et de la rédaction de mon texte. Le concours des membres du Laboratoire MIS de la Faculté des Lettres de Besançon, Cl. Condé, J.-J. Girardot, J.-Ph. Massonie, m'a été précieux pour l'analyse factorielle de mes données. Une partie de cette étude a fait l'objet d'une brève présentation à l'ÉPHE, au séminaire de J.-P. Callu. Celui-ci n'a pas manqué de m'enrichir en suggestions et remarques. G. Fowden a lu les trois derniers chapitres et il est à l'origine d'un complément bibliographique. G. Tate a bien voulu me communiquer les résultats de ses propres recherches, avant même leur publication, et il a accueilli celle de mon livre dans la BAH, collection de l'IFAPO qu'il dirigeait. Son successeur à la direction de l'IFAPO, F. Villeneuve, en a assuré la parution. Deux personnalités grecques se trouvent l'une au commencement, l'autre à la fin de ce mémoire : V. Papoulia, de l'Université de Salonique, m'a initié à l'histoire romaine et elle est à l'origine de ma vocation d'historien ; M. Sakellariou, après mon retour de France, m'a offert les conditions de travail nécessaires pour mener à bon terme une recherche en histoire agraire antique.

10Il est vrai que la présente étude repose sur les deux axes principaux d'opération de recherches que le Centre de Besançon s'est donné comme double objectif : d'une part, l'étude des formes de dépendance et d'analyse des rapports sociaux dans les sociétés antiques ; d'autre part, celle de l'organisation et de l'exploitation de l'espace rural. M. Clavel-Lévêque, mieux que tout autre, m'a guidé dans la découverte de cet univers, et, plus qu'un directeur d'études, n'a cessé de m'encourager par ses conseils à la fois rassurants et tonifiants.

11J. Daras, M. Guinchard, L. Thiard, G. Tirologos, A. Vignot ont contribué à ce que la présentation de mon texte soit décente. F. Alpi enfin a porté toute la charge du travail éditorial, assisté d'E. Baccache pour la maquette, de T. Eid, informaticien, et de N. Daya'.

12Que tous trouvent ici l'expression de ma profonde gratitude.

  • 8 Déposé en juin 1988, le texte de ce livre n'a subi depuis que très peu de changements de fond. Ain (...)

13Besançon - Athènes, juin 19888

Notes

1 La lecture diachronique des données bibliographiques relatives à la question est très intéressante. On peut constater l'enrichissement de nos connaissances en ce domaine à travers les propos tenus par divers auteurs durant la période 1975-1984. Ainsi : R. Étienne, REA 77, 1975, p. 197, et M. Corbier, Propriété et gestion de la terre : grand domaine et économie paysanne, Aspects de la recherche historique en France et en Allemagne, Colloque de Göttingen, 1981, p. 27, remarquent l'absence de travaux sur l'histoire agraire et rurale de l'Antiquité. Ph. Leveau, La question du territoire et les sciences de l'Antiquité, REA 86, 1984, p. 85, fait le point sur l'avancement de la recherche en ce domaine.

2 Ceci est bien connu. Voir J.-N. Robert, La vie à la campagne dans l'Antiquité romaine, Paris 1985, p. 27.

3 Voir les références citées en première note. Ces dernières années, les réalités rurales préoccupent de plus en plus les sciences sociales en général. À ce propos : T. H. Van Andel - C. N. Runnels, Beyond the Acropolis : A rural Greek Past, Stanford 1987, passim ; R. Osborne, Classical Landscape with Figures, Londres 1987 ; J. Bintliff - A. M. Snodgrass, Mediterranean Survey and the City, Antiquity 62, 1988, p. 57 et passim.

4 Voir M. Godelier, L'idéel et le matériel, Paris 1984, p. 171 : La distinction entre infrastructure et superstructure n'est ni une distinction de niveaux ou d'instances ni une distinction entre des institutions (...) elle est dans son principe une distinction de fonctions.

5 Voir infra, p. 87.

6 J. Le Goff, Les mentalités : une histoire ambiguë. Faire de l'histoire III, Paris 1974, p. 76.

7 Th. Mann, Goethe et Tolstoï, Paris 1967, p. 149.

8 Déposé en juin 1988, le texte de ce livre n'a subi depuis que très peu de changements de fond. Ainsi l'introduction a-t-elle perdu de son actualité. En effet, la recherche sur l'histoire rurale du monde antique a connu ces dernières années un essor remarquable dont témoigne, par exemple, J. Bintliff (The history of the greek countryside. As the wave breaks prospects for future research, Structures rurales et sociétés antiques, Actes du colloque de Corfou, P. Doukellis et L. Mendoni éds., Paris 1994). L'apport des surveys archéologiques se fait sentir désormais dans nos connaissances en matière d'occupation du sol et de stuctures d'exploitation des ressources naturelles. Je trouve cependant qu'on a peu avancé dans le domaine des représentations mentales et de l'histoire des idées. Les pages qui suivent n'ont donc pas forcément veilli autant que leur introduction !

© Presses de l’Ifpo, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter