Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entrepreneurs syriens

 | 
Joseph Bahout

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Bou-Ali Yassine ; “Tatawwur sultat al-burjwaziyya as-saghira fi bouldan harakat at-taharrur al-‘ar (...)

1Partis de l’étude du phénomène entreprenarial en Syrie, nous nous sommes progressivement interrogés sur ses retombées politiques et sur les avenirs possibles de la société syrienne. En tentant de faire sens des multiples réalités empiriques observées, il nous a semblé que -d’un point de vue global et quelque peu globalisant- la formation sociale syrienne avait pratiquement achevé une boucle. Cette trajectoire est parfaitement illustrée par l’économiste syrien Bou-‘Ali Yassine qui constate qu’“à l’issue de cette course qu’a menée la petite-bourgeoisie, et dans laquelle elle a saigné le secteur public, on arrive à une nouvelle étape : la société se re-stratifie en classes. Et la petite-bourgeoisie devient -par le biais de son pouvoir sur les moyens publics de production- dotée de capital, et assise au sommet de la pyramide. (…) A l’étape ultime, il ne lui reste plus qu’à achever son opération d’accumulation primitive, et à liquider le secteur public, en le distribuant à la nouvelle classe dominante. Par ce détour non-capitaliste, la société arrive au capitalisme. C’est ce qu’on peut appeler ‘La voie socialiste vers le capitalisme’ !”1.

  • 2 Raymond Hinnebusch ; Authoritarian Power and State Formation in Ba’thist Syria : Army, Party, and (...)

2Telle la France de Guizot qui lançait à ses bourgeois : “Enrichissez-vous !” (sous-entendant : “laissez-nous gouverner”), la Syrie d’aujourd’hui a tout d’un “régime semi-bonapartiste, dirigée par un général nationaliste transformé en monarque présidentiel”2. Il est tentant de filer la métaphore et de se demander si, sous la pression conjuguée de la crise de l’économie étatiste, et du développement de nouvelles classes entreprenariales, la Syrie va vers son “Empire libéral”. On peut en douter dans l’immédiat, au vu de la nature et de la culture de la strate supérieure de sa société. La Syrie sort à peine de la “République prétorienne” et n’est pas encore rentrée dans la “République bourgeoise”. Plus encore, c’est précisément durant ce moment de transition que la question de la succession -sans cesse suspendue mais omniprésente- risque fort de se poser. Alors, une fois encore, la Syrie aura vécu une révolution bourgeoise avortée.

  • 3 Max Weber ; La Ville. (Paris 1982).

3Le Proche-Orient tout entier vit aujourd’hui l’étal d’une révolution de classes, entamée il y a près de 30 ans, et au terme de laquelle les petites-bourgeoisies périphériques, les minoritaires, et les ex-exclus de la citadinité se sont emparés du centre du pouvoir, c’est à dire, dans la logique de Max Weber3, du cœur de la ville. Avec la montée en puissance -jusqu’au faîte du pouvoir- de la petite-bourgeoisie recyclée dans le capitalisme d’État, les sociétés arabes se sont polarisées : “lumpen-prolétarisation” des laissés pour compte de la modernisation pétrolière ; “compradorisation” des profiteurs de la manne noire. Entre les deux, la classe moyenne, terreau de la culture démocratique, s’est vue happée par la trappe.

4Damas 1992 : dans les vieux quartiers traditionnels de Souq Sarouja ou de ‘Oqeïba, des bulldozers s’acharnent sur de vieilles demeures en pierre. Dans quelques années, des centres commerciaux en béton, aluminium et verre fumé s’élanceront. Pas très loin de là, à Beyrouth, le vieux centre-ville, ou ce qui en reste, connaîtra le même sort.

5Fin de guerre ici, Infitah et modernisation autoritaire là-bas,…mais au fond, une même logique et de mêmes dommages. Partout, la mémoire des villes est livrée à la faim des spéculateurs, au nom d’un pacte qu’ils ont passé avec les nouveaux maîtres de la Cité.

  • 4 Jean Hannoyer ; “Grands projets hydrauliques en Syrie : la tentation orientale”, in Maghreb-Machre (...)

6Bien sûr, ces transformations ne sont que le pendant des politiques d’ouverture économique ; celles-là mêmes que l’orthodoxie financière occidentale tend à placer en tête des critères de réussite du développement. Mais “à mesure qu’elle se consolide dans ses constructions en béton et dans son pouvoir d’État, la Syrie se fragilise, et prend le risque de ruptures brutales de l’intérieur. (…) On a voulu voir dans la politique de l’Infitah en Syrie l’occasion laissée à la société de s’organiser sur une base de classe (…). Sur le plan social, le résultat en a été la désaffection, la décomposition, la destructuration d’une société parcourue de multiples tensions”4.

7Autonomie du politique ; primauté du politique ; mais aussi, pauvreté du politique…

  • 5 Ibid. p. 41.
  • 6 Suivant le titre d’un article de Michel Seurat, sous le pseudonyme de Gérard Michaud ; “L’État de (...)

8“État despotique ? État prédateur ? État entrepreneur ?”5 ; “État de Barbarie”6 ? Ou État vénal ?

9Dans les marges de l’État-Léviathan -et souvent concédées par lui- les entrepreneurs syriens, fidèles au pacte qu’ils ont passé avec lui, continuent d’échanger -mais pour combien de temps encore ?- des espaces de prospérité contre leurs espaces de liberté.

Notes

1 Bou-Ali Yassine ; “Tatawwur sultat al-burjwaziyya as-saghira fi bouldan harakat at-taharrur al-‘arabi”, in Jadal ; Op. cit. p. 115-116.

2 Raymond Hinnebusch ; Authoritarian Power and State Formation in Ba’thist Syria : Army, Party, and Peasants. (Westview,1990). p. 318.

3 Max Weber ; La Ville. (Paris 1982).

4 Jean Hannoyer ; “Grands projets hydrauliques en Syrie : la tentation orientale”, in Maghreb-Machrek ; (Eté 85, N°109). p. 40.

5 Ibid. p. 41.

6 Suivant le titre d’un article de Michel Seurat, sous le pseudonyme de Gérard Michaud ; “L’État de barbarie”, in Esprit, nov. 1983.

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.