Version classiqueVersion mobile

Les entrepreneurs syriens

 | 
Joseph Bahout

Chapitre III. Affaires et politique : hypothèses sur la transformation du système Syrien

Texte intégral

Entrepreneurs en politique

1Les élections législatives du 22 et 23 mai 1990 ont été perçues comme un tournant dans la vie politique de la Syrie du Mouvement Rectificatif. Non seulement le nombre de députés augmentait pour la première fois, passant de 195 à 250, mais, surtout, la part laissée par le pouvoir au Front National Progressiste restait la même, ce qui veut dire que la totalité de l’augmentation se faisait au bénéfice des indépendants.

2Les indépendants, dans ce contexte, représentant la palette socioprofessionnelle du corps syrien : professions libérales, syndicalistes, professeurs d’université, journalistes, religieux, et hommes d’affaires. Ce sont surtout ces derniers qui ont attiré l’attention, non seulement à cause de leurs campagnes coûteuses. Beaucoup de ces candidats ont été encouragés par les autorités au plus haut niveau, voire même parfois suggérés par elles. Les appareils de l’État ont été activement mis à contribution pour faciliter l’accession de certains qu’on tenait particulièrement à voir siéger sous la coupole. Aussi, la campagne de ces “entrepreneurs politiques” a-t-elle été dénuée de toute thématique politique, abstraction faite de la traditionnelle référence à des formules vagues et consensuelles sur le “rôle la Syrie dans le devenir arabe”, ou sur les réalisations du régime.

  • 1 Volker Perthes ; “Syria’s parliamentary reform and elections of 1990 : Moving from Absolutism to C (...)

3Dans le seul district de Damas, sur 13 députés indépendants, on dénombre 5 commerçants1. La plupart, sinon tous, sont des représentants typiques de cette “nouvelle classe” déjà décrite : Ahmad Haydar ; Ma’moun Homsy ; Ihsan Sanqar ; Badi‘ Fallaha ; Baha’eddin Hassan (Les deux derniers étant de surcroît membres du Conseil de la C.C.D.).

4Dr.Ihsan Sanqar a environ 40 ans, et n’a jamais exercé la médecine dont il a pourtant terminé l’étude. En 1977, il entre chez ‘Omar Sanqar et fils, avec ses frères, et s’occupe de la vente et de l’entretien de voitures. La société familiale a été fondée par le grand-père qui, en 1954, avait aussi fondé l’une des premières grandes entreprises d’agro-alimentaire en Syrie. Avec les nationalisations, les Sanqar se sont recyclés, se dirigeant vers la carosserie et travaillant avec des partenaires en Jordanie et au Liban. En 1975, cette affaire devient de taille industrielle. A la mort du père en 1981, Ihsan Sanqar et ses frères profitent du nom familial, ainsi que de bons contacts haut placés, pour obtenir la concession de Mercedes-Benz dont ils deviennent représentants exclusifs. Pure coïncidence ? La majorité des membres du F.N.P. roulent dans des voitures de cette marque, retenue parmi d’autres dans l’adjudication publique.

  • 2 Ibid. p. 1.

5La Syrie serait-elle ainsi revenue, près de trente ans après, à ses vieux démons, ceux d’une classe dominante bourgeoise, dirigeant dans la même foulée les affaires économiques et politiques du pays, ceux d’une époque où quelques cent familles se partageaient à la fois la richesse et le pouvoir ? Ce serait une dangereuse myopie que de le croire. L’entrée au Parlement d’un groupe important d’hommes d’affaires n’est, en réalité, pas tant le résultat d’un activisme de groupe d’intérêts que d’une décision prise “par le haut”. Loin de constituer une quelquonque preuve de la démocratisation du système politique syrien, ces “élections-cooptation” sont plutôt le couronnement institutionnel d’une opération de “remodelage de la structure politique et de la base socio-politique sur laquelle s’appuie Assad”2.

  • 3 Ibid. p. 7.

6D’ailleurs, toute velléïté de se démarquer du discours officiel est absente dans les propos du jeune député Sanqar : “Nous ne sommes pas une opposition, loin de là ; nous sommes au Conseil du Peuple pour coopérer et dialoguer avec le gouvernement et pour, tous ensemble, faire avancer les choses”. Contrôle parlementaire, objections, limitation du pouvoir exécutif,…autant de notions absentes du lexique des députés-entrepreneurs. Car ces derniers sont en effet d’abord les produits de l’État. Aussi, “personne n’attend d’eux qu’ils discutent publiquement des questions telles que les pratiques confessionnelles, l’enrichissement des membres des familles au pouvoir, ou les abus des forces de sécurité”3.

7Baha’eddin Hassan est l’un de ces nouveaux entrepreneurs et députés indépendants. Après des études scolaire interrompues au niveau primaire, il a longtemps travaillé comme ouvrier-manœuvre chez un commerçant en matériaux de construction. En 1975, en plein boom Infitahi, il rachète l’entreprise de son patron ; c’est qu’entre temps, Hassan a fait des affaires. Baha’eddin Hassan, aujourd’hui membre du Conseil de la C.C.D., est assurément apprécié en haut lieu, et la rumeur damascène répète que sa candidature aurait été appuyée par le ministre de l’économie lui-même. Interprétant son entrée dans la vie publique, aux côtés de ceux qu’il appelle ses “collègues entrepreneurs”, Hassan considère que, désormais, “les aspirations des commerçants sont représentées au parlement”.

8Ainsi, selon lui, la fonction première du Conseil du Peuple n’est pas celle d’un organe de contrôle et d’équilibre des pouvoirs selon les principes de Montesquieu, mais plutôt celle d’un organe consultatif, représentant les différents “corps” de la société syrienne. C’est donc une véritable stratégie corporatiste qui se cacherait derrière la cooptation électorale, stratégie destinée à répondre à une somme croissante de demandes politiques émanant de groupes sociaux de plus en plus divers et diversifiés, ainsi qu’à une complexification croissante de la stratification sociale née des contradictions de la politique économique.

  • 4 Interview avec Jean Leca, à propos de notre travail ; Paris, hiver 1991.
  • 5 Volker Perthes ; Op. cit. p. 8.

9En termes politologiques, le régime syrien serait donc passé d’un type “autoritaire pur” à un type nouveau, “l’autoritarisme corporatiste” comme le définit Jean Leca4, ou le “corporatisme autoritaire” comme le définit Volker Perthes. Pour ce dernier, “le corporatisme d’État divise ou tente de diviser la société en associations obligatoires, non-concurrentes, fonctionnellement différenciées, hiérarchisées, et autorisées sinon créees par l’État”. Perthes ajoute que “l’idée corporatiste suppose que la société fonctionne comme un corps organique dont les membres remplissent des fonctions spécifiques sous la direction d’un cerveau. Cela correspond à l’idée d’un intérêt public commun, et donne la préférence aux solutions technocratiques, en excluant à la fois le conflit de classe et le pluralisme libéral”5. Aussi, avec la multiplication des “guildes” dans le tissu social syrien, il devient urgent de les encadrer, en leur créant un canal de transmission -de leur base au sommet-, et d’intermédiation, par le biais du parlement.

  • 6 Discours du Président Hafez El-Assad, le 12 Mars 1992. Bulletin de l'Agence de presse SANA, Paris.

10Toutefois, il faut noter que ce type de régime, mélange de populisme et de corporatisme, renferme son propre effet pervers. En multipliant les corps intermédiaires -au départ contrôlés par l’État-, il peut finir par contredire sa propre logique, le populisme étant justement la négation et l’abolition des organes intermédiaires entre le bas et le haut, entre citoyens, société, et État. Or c’est justement d’un populisme dont il s’agit. Ces nouveaux élus insistent sur “l’harmonie sociale” que doit refléter le corps législatif, sur le fait que la représentation des diverses forces sociales -des “corps de métier” ?-au parlement ne doit pas les conduire à s’opposer, mais à “travailler ensemble sous la direction sage du Président”. “Je représente peut-être des intérêts précis ou particuliers ; mais en fin de compte, la chambre représente l’intérêt général, car cet intérêt est celui de chacun de nous”. Dans cette représentation de la démocratie, Sanqar fait écho au discours du Président Assad lui-même, prononcé lors de son investiture pour un nouveau mandat, le 12 Mars 1992. Le Président y rejetait la conception occidentale de la “démocratie importée”, pour lui préférer un pluralisme harmonieux des forces sociales et politiques sous une seule inspiration6.

11Mais derrière cette présence au parlement se cache aussi une autre logique. En admettant au sein de l’organe “tribunicien” des représentants de la classe d’affaires, on la légitime, on lui donne une existence institutionnelle, et donc un aval présidentiel, mettant ainsi un terme au débat qui agite le pays autour de la légitimité d’une renaissance d’une classe “bourgeoise”. L’État admet-il ainsi de-jure ce qui s’était imposé de-facto ? Sans doute ; mais il y gagne aussi deux choses : d’abord, il crée une force d’appoint à sa politique d’ouverture économique, renforcant ainsi sa position face à la résistance des instances ouvrières et syndicales qui s’exprime dans certaines sections du Parti. Ensuite, il substitue à sa base première de support une nouvelle, sur laquelle il fonde son assise. C’est d’ailleurs la conséquence logique et ultime de la politique Assadienne d’Infitah inaugurée en 1970.

12Vu sous cet angle, le processus qui consiste à entériner l’état de fait entreprenarial en lui donnant une expression politique laisserait penser que ces entrepreneurs ne sont, somme toute, que des outils instrumentalisés par le pouvoir pour une finalité qui lui est propre.

  • 7 Ilkey Sunar ; “The Politics of State Interventionism in Populist Egypt and Turkey”, (Papier présen (...)

13“Extériorité” de l’État comme superstructure par rapport à l’infrastructure sociale, autonomie de l’État propre au mode de production “oriental” du politique, dichotomie entre la société politique et la société civile,…autant de questions qui posent le problème de la nature de la relation entre les entrepreneurs et l’État, mais aussi celui de la nature de l’État lui-même. La littérature politologique sur l’autonomie de l’État corporatiste-autoritaire nuance en partie la césure État/société, et remarque que l’effectivité de l’État en question dépend aussi d’un certain degré d’interaction entre les deux. “Bien que condition nécessaire à sa capacité, l’autonomie de l’État n’est pas une condition suffisante. Un État absolument autonome peut dominer la société, mais ne pourra pas canaliser ses énergies, déclencher ses initiatives, et assurer sa coopération très longtemps. Un État développementaliste, entrepreneur, requiert plus qu’un isolement et qu’une cohérence corporatiste ; il requiert un engagement effectif des acteurs sociaux organisés, afin de les impliquer dans la réalisation des buts collectifs”7.

  • 8 Ibid. p. 35.

14Or ce que remarque Ilkey Sunar à propos des cas turc et égyptien est notable aussi dans le cas syrien : grevée par un système politique “populiste-clientéliste”, la réussite de l’État s’en ressent et n’est plus confinée qu’à certaines “poches d’efficacité”8 limitées. Limites à rechercher dans la prédominance d’un système déviant, celui de l’État-entrepreneur, fondé sur la seule composante -duale- de la bourgeoisie d’État et de ses réseaux de patronnage.

L’État entrepreneur

  • 9 Yahia Sadowski ; “Patronage and the Ba‘th : Corruption and Control in Contemporary Syria”, in Arab (...)
  • 10 Robert Springborg ; “Patterns of Association in the Egyptian Political Elite”, in : George Lenczow (...)

15A partir des années 60, et surtout depuis l’ère Jadid, l’appareil d’État syrien s’hyperthrophie, en raison de la multiplication des organes bureaucratiques, partisans, ou sécuritaires, dont la fonction est d’irriguer le pays et de renforcer le contrôle social. Au sein du Parti, la hâte avec laquelle le recrutement a dû se faire -pour pallier le déficit militant né de la dissolution du Ba‘th durant la R.A.U.- est, selon Yahia Sadowski, à l’origine des déviances que ne cessera d’accuser l’appareil partisan depuis cette époque9. Une tendance qui sera portée plus loin avec le Mouvement Rectificatif, contraint -plus que les régimes précédents- de se fonder sur un réseau serré de liens parentaux, confessionnels, régionaux, et personnels, selon un mode d’association parmi d’autres déjà en cours dans des régimes de type similaire dans la région10.

  • 11 Yahia Sadowski ; “Ba‘thist Ethics and the Spirit of State Capitalism”, in Peter Chelkowski and Rob (...)
  • 12 Yahia Sadowski ; “Cadres, Guns and Money ; the Eighth Regional Congress of the Syrian Ba‘th”, in M (...)

16Accusant un déficit idéologique par rapport à ses prédecesseurs plus dogmatiques, le “néo-Ba‘th” n’avait plus à sa disposition -pour entretenir et lubrifier son réseau clientéliste- que la ressource matérielle. Ressource par ailleurs augmentée par le flux financier quasi-rentier des années 70. C’était là le début d’un gigantesque marché entre caciques du régime et “entrepreneurs”, et la naissance d’un tissu de patronnage à la taille de l’État tout entier, créant “un réseau de subordination par le biais d’un acte d’échange plus ou moins explicite : biens et services sont échangés contre loyauté et obeissance”. Dans un sens, c’est “la plus économique des relations politiques”11. “Vol de biens publics, pots-de-vin, contrebande, et népotisme deviennent alors chose courante en Syrie (…) Des dirigeants du secteur public (…) s’en remettent à des agents privés pour se procurer des devises étrangères, allouer des contrats étrangers, ou faciliter l’écoulement de produits locaux. En sens inverse, les hommes d’affaires payent régulièremant des officiels pour obtenir des exemptions de régulation sur l’import-export, des licences diverses, et la priorité d’accès aux offres d’adjudication”12.

17Au sommet de cette “noblesse d’État” d’un genre assez particulier se dégage alors une strate supérieure qui utilise cumulativement sa position dans l’organigramme officiel, sa position charnière dans le circuit économique, et sa proximité personnelle avec le Président. Une fois établis, ses membres élargissent leurs réseaux et consolident leur statut social par des liens de mariage avec leurs clients-protégés de la “nouvelle classe” ou parfois ceux de l’ancienne bourgeoisie.

18Tout le monde ou presque, dans le ghotta politique, a profité des délices du capitalisme d’État, mais il y a des figures plus emblématiques que d’autres.

  • 13 Le Monde; 4 Juin 1976.

19En 1976, Mohammad Haydar déclarait à Eric Rouleau : “Les milliardaires se comptent aujourd’hui par dizaines en Syrie, alors qu’il ne restait plus, il y a une dizaine d’années, qu’une poignée de millionaires. C’est un fait qu’une nouvelle bourgeoisie s’est épanouie à l’ombre du Ba‘th. Ayant pu s’adapter au système que nous avons instauré, elle est plus riche et plus étendue que l’ancienne classe de possédants”13. Ironiquement, c’est en partie de lui que Haydar parle. Alaouite, originaire d’un village proche de celui d’Assad (Beït-Yachout ou Wadi-Ayyoun ?), il entre à la section locale du parti Ba‘th dans les années 50 pour en devenir le secrétaire au bout d’un certain temps. Il s’entoure dès lors de jeunes recrues du village, qu’il met à contribution pour des travaux dans la région, dont l’utilité est souvent privée. Son ascenssion dans l’appareil le mène au Conseil Régional du Commandement du parti au pouvoir, puis au Conseil National. Il est ensuite nommé Vice-premier ministre pour les affaires économiques ; C’est de cette période que lui provient son surnom de “Mr.5 %”. Haydar renforce ensuite considérablement sa position au sein du réseau de Rif‘at El-Assad, en mariant sa fille à l’un de ses fils. Il sera d’ailleurs écarté avec lui en 1984.

  • 14 Military Housing Establishment ou Sharikat el-Iskan al-’Askariyya.

20Longtemps durant, Milihouse14 fut l’unique compagnie de construction de Syrie. La Charikat El-Iskan El-Askariyya est en principe une entreprise publique qui, jusqu’en 1985, bénéficiait d’exonérations particulières. Dirigée par Khalil Bahloul, un colonel Alaouite proche d’Assad, Milihouse employait à elle-seule près de 150 000 personnes, et monopolisait tous les grands projets : Aéroport, la Bibliothèque Assad, le Méridien,…Devenu par la suite trop exposé par la notoriété de ses activités “entreprenariales” rentables, Bahloul dut se retirer à la demande de son protecteur, et quitter la Syrie afin de jouir de sa fortune à l’extérieur. Il possederait et dirigerait actuellement une entreprise similaire en Jamahiriyya Lybienne.

  • 15 Volker Perthes ; “The bourgeoisie and the Ba‘th…” ; Op. cit. p. 37.

21D’autres noms bien plus “publiquement” publics viennent se joindre à ceux-là : depuis les grands officiers -Haydar, Douba, Makhlouf,…- jusqu’aux civils, comme les fils et la fille du Vice-président ‘Abdel-Halim Khaddam, comme Firas Moustafa Tlass, fils du Ministre de la défense. Ce dernier, compagnon d’armes du Président, est lui-même grand entrepreneur : propriétaire de la plus grande maison d’édition de Syrie (Dar Tlass), ce docteur en Sciences Politiques de l’Université de Paris II est aussi l’actionnaire principal d’une entreprise agricole mixte -Nour- au capital de 60 millions de L.S15. De plus, afin d’aprofondir ses liens dans le milieu des affaires, la fille de Tlass a épousé le milliardaire Syro-Saoudien Akram ‘Ojjeh, aujourd’hui décédé.

  • 16 Sur les activités du Vice-président Rifaat el-Assad, on peut voir : Thomas KOSZINOWSKI ; “Rif‘at a (...)
  • 17 Interviews avec diverses personnes, à Paris, Damas, Beyrouth.
  • 18 Le retour de Rifaat en été 92, à l'occasion de la mort de la mère du président, ne restera sans do (...)
  • 19 Yahia Sadowski ; “Cadres, Guns and Money ;…” ; Op. cit. p. 7.

22L’exemple le plus criant de cet entreprenariat d’État est peut-être celui qu’a fourni le frère du président, Rif‘at el-Assad16, au moins jusqu’à sa marginalisation en 1984. Chargé de la garde prétorienne du régime, Rif‘at avait progressivement étendu ses activités, tant militaires que politiques et économiques, jusqu’à constituer un véritable État dans l’État. A partir de ses positions dans le Parti et dans l’armée, il crée un “Marché du soldat”, sorte de bazar d’articles au rabais destinés aux familles de ses troupes, et alimenté à partir de biens en provenance du Liban. C’est d’ailleurs vers le Liban que ses investissements se dirigent ensuite : il crée d’abord un groupe d’hommes d’affaires qui opèrent à travers la frontière et à qui il étend sa protection ; mais il devient ensuite investisseur direct, en association avec d’importantes familles du pays (il prend sa part des profits d’une cimenterie locale, et participe à la construction et à la promotion de complexes balnéaires sur la côte Kesrouanaise au nord de Beyrouth). Plus tard, Rif‘at devait étendre ses activités hors de la région : Malte, Marseille, Marbella, la Floride, où ses hôtels et ses casinos fleurissent. En Syrie, son réseau de patronnage devient l’un centre de pouvoir parfois ouvertement concurrent de l’État. La toile tissée autour de lui atteint alors tous les secteurs, avec des hommes tels que Nazir Hadaya, Michel Merhej (installé à Paris), Ahmad Diab, Nasreddin Nasr, Elias el-Lati,…17. En 1984, à la suite d’une rivalité ouverte et armée avec ses concurrents militaires, Rif‘at s’installe à l’étranger, et commence à perdre ses réseaux, avant de retourner en Syrie en été 199218. Jusqu’au milieu des années 80, Rif‘at El-Assad avait fini par établir un “modèle” en Syrie, celui de la filière de protection, qui veut que “toute firme de taille raisonnable ait besoin d’un sponsor dans la structure politique pour pouvoir fonctionner”19. Aux échelons supérieurs de la hiérarchie, cela conduit à tailler des secteurs de “spécialisation” réservés à tel ou tel des grands barons du régime. Partagés entre ces “barons” par accords tacites, les domaines réservés se transmettent ensuite dans la société, verticalement et du haut vers le bas, le long de la chaîne de commande administrative, et jusqu’au plus petit détaillant du produit concerné.

  • 20 Elisabeth Picard ; Op. cit. p.243, puis pp. 264-265.

23L’espace libanais occupe, on l’a vu, une place très importante dans l’édifice économique syrien, tant formel qu’informel. “A partir de la crise ouverte au Liban en 1975, les militaires syriens vont adapter de nouvelles méthodes d’intervention et de contrôle sur l’économie du Liban (…) Mais en fait, loin d’être confiné au profit des militaires, cet échange transfrontalier fait aussi l’avantage des civils, et ce sont les commerçants, au sens le plus général, englobant les courtiers, les intermédiaires, les transporteurs, les trafiquants et les prébendiers qui bénéficient des initiatives des dirigeants dans la région [grand-syrienne] et les soutiennent”20. Un chiffrage précis de la valeur de cet “échange” économique est difficile, mais l’on sait qu’à partir des années 80, et jusqu’à une période récente, la route militaire, parallèle à la voie publique Beyrouth-Damas, ne désemplissait pas de voitures bien chargées, et que le village de Chtaura dans la Béqaa était devenu une véritable zone franche pour les soldats et civils syriens qui s’y approvisionnent.

Hypothèses sur la signification politique du phénomène entreprenarial

  • 21 Ghassan Salamé ; Al-mujtama’ wad-dawla fil-machreq al-’arabi. (Centre d'études pour l'unité arabe, (...)

24Arrivés à ce point de l’exposé des activités entreprenariales syriennes dans toute leur diversité et leurs paradoxes, la question qui se dégage en filigranne de cette étude est celle du rapport État/société. En d’autres termes, et suivant une formulation de Ghassan Salamé, “ce qui est en question ici, c’est la relation difficile entre le politico-militaire d’une part, et le socio-économique de l’autre”21. Par ailleurs, ce qui précède devrait maintenant nous permettre d’avancer quelques questions sur la nature de l’État syrien à partir des transformations que lui fait subir le phénomène entreprenarial.

  • 22 Elisabeth Picard ; Op. cit. pp. 265-266. Dans un autre article, Picard utilise l'expression “dicta (...)

25“Non contents de disposer du pouvoir politique et de la force armée, [les dirigeants syriens] sont engagés par le canal de liens communautaires, familiaux et clientélistiques, dans ce réseau d’échanges qui se tisse sous leur impulsion à travers l’espace grand-syrien. Si bien qu’on peut qualifier le régime du Mouvement Rectificatif de complexe militaro-mercantile, de même qu’on a parlé ailleurs de complexe militaro-industriel”22.

  • 23 Rachid Khalidi ; “Social Transformation and Political Power in the Radical Arab States”, in Adeed (...)

26Au vu du descriptif des pages précédentes, il fait peu de doutes que cette formule d’Elizabeth Picard résume parfaitement l’une des logiques qui sous-tendent la sociologie politique de la Syrie d’aujourd’hui. Depuis le début des années 70, s’est en effet mise en place une “nouvelle élite hybride, incluant des officiers d’origines diverses, des hauts-fonctionnaires et gérants de l’économie publique, des propriétaires terriens moyens et de nouveau prospères, ainsi qu’un nouveau groupe d’hommes d’affaires, spéculateurs et courtiers (…), tous entrepreneurs d’un certain genre qui avait en principe disparu dans les années 60”23.

27Mais à l’intérieur de ce couple étrange qui gouverne la Syrie, se joue un rapport de forces que chacun des deux partenaires jauge avec précaution. Tout changement exogène est utilisé par l’un d’eux, tant il entraîne une réévaluation de la balance. A qui profite donc la libéralisation ?

  • 24 Alan Richards and John Waterbury ; A Political Economy of the Middle East : State, Class, and Econ (...)

28Il semblerait que l’une des raisons pour lesquelles l’État se montre réticent à faire reculer le domaine d’action de l’économie publique, au profit du secteur privé, n’est pas tant l’idéologie -encore que ce facteur soit primordial, mais somme toute surmontable par le biais d’une coercition plus brutale-, mais la baisse de capacité de contrôle du jeu social que ce type d’économie politique lui confère. En contrôlant l’essentiel de la ressource matérielle, l’État en prive ainsi des groupes sociaux à qui il ôte l’un des instruments essentiels de la course pour le pouvoir. C’est pourquoi, on peut dire des récentes mesures de libéralisation que, si elles répondent à des impératifs macro-économiques structurels inévitables qui trouvent leur source dans la faillite gestionnaire du secteur public et la montée parallèle et concurentielle d’un secteur privé, elles restent -du moins à court terme, et dans l’esprit de leurs concepteurs- “cosmétiques” pour une large part. En fait, l’optimum recherché par les décideurs syriens d’aujourd’hui serait encore celui que définit la formule : “Un secteur privé prospère, soumis, et parasitaire, oui ; une vraie bourgeoisie nationale, non”24.

29Tout comme, de l’autre côté de l’équation, on note que la nouvelle strate supérieure de la société syrienne a, elle aussi, un besoin d’État fort. Cette strate s’est en effet développée dans le giron protecteur du capitalisme d’État, et s’est nourrie de ses prébendes déguisées sous forme de contrats alloués. Aussi, sa consolidation et sa survie nécessitent -pour un temps encore- une bureaucratie qui évince les intrus, contrôle l’accès au monde fermé des contrats d’État, mais aussi ferme les yeux sur les déviances et les dérogations.

30C’est sans doute ce système “bâtard” que les entrepreneurs syriens ont en tête lorsqu’ils parlent de libéralisme ; un mi-chemin économique, si commun à bien des États du Tiers-Monde, et en tous cas si proche de leur modèle générateur, celui de l’État-rentier et de ses avatars. D’ailleurs, cette invention du secteur mixte ne représente-t-elle pas finalement la forme suprême de l’institutionalisation de ce type de partenariat État/nouvelle classe ?

31Il s’agit, comme on l’a dit, de ne pas figer le couple étatico-entreprenarial dans une logique statique. Celle-là postulerait une unité organique entre les deux branches du binôme, et supposerait donc qu’en cas de bouleversement, la chute de l’une entraînerait ipso-facto celle de l’autre. Il faut par ailleurs rappeler que ce complexe dyadique s’est formé en réponse à, et en fonction d’une situation bien précise, historiquement datée. A l’aube des années 70, lors de leur prise de pouvoir, les nouveaux membres de l’élite syrienne étaient à la fois excentrés géographiquement, d’ascendance sociale récente, et minoritaire ethniquement. Peu doués pour le commerce, mais possédant par contre le monopole de la violence, ils étendirent leur protection aux marchands. C’est de cette convergence qu’est né ce fameux complexe militaro-mercantile.

32Or, placé dans une perspective dynamique, il apparaît, avec le passage du temps, que chacune des deux composantes du couple a subi des transformations qui remettent en question l’équilibre initial.

33Les “militaires” ont de moins en moins besoin d’écrans ou d’hommes-liges protégés et obligés de partager : le pouvoir et la vie publique les ont en quelque sorte désinhibés, et ils se lancent aujourd’hui eux-mêmes dans les affaires. Il y aurait d’autre part à parier que l’entrée dans l’univers marchand peut -à terme- faire perdre à ces militaires leur caractère “spartiate”. Dans le même ordre d’idées, si l’on considère que le régime syrien repose en grande partie sur le lien ethnique, on peut envisager la possibilité que la ‘Asabiyya se dilue lentement dans les fastes et luxes de l’économie urbaine, pour être progressivement mais dangereusement remplacée par le lien des intérêts plus matériels que symboliques. De plus, les fils des militaires se sont eux aussi établis dans les affaires et font aujourd’hui indéniablement plus partie de l’establishment “mercantile” que de celui des casernes.

  • 25 Une des exceptions notables était le fils défunt du Président, le capitaine-parachutiste Basel el- (...)
  • 26 Cet aspect est encore tendentiel, et l'objectif de “parité stratégique” reste posé comme potential (...)
  • 27 Ghassan Salamé ; Op. cit. p. 206.

34Cet aspect de la “dé-prétorianisation” du régime syrien est par ailleurs confirmé par d’autres indicateurs. L’importance de l’armée dans le circuit de socialisation des élites syriennes s’estompe : la nouvelle génération des cadres politiques du pays est de plus en plus issue de cursus technocratiques civils ; de moins en moins d’ “exclus” empruntent la soldatesque comme vecteur de mobilité ascendante ; enfin, l’armée n’est plus le lieu privilégié de reproduction de l’élite au pouvoir25, et la majeure partie des fils de grands officiers font des études classiques et “civiles”, pour certains à l’étranger. Enfin, il faut aussi noter que la démilitarisation progressive et feutrée de la société syrienne se fait aussi sur fond de baisse du poids budgétaire de l’appareil militaire, tant pour des raisons de difficile allocation financière interne, que pour des raisons géopolitiques régionales et internationales26. Bien évidemment, cette évolution du militaire au mercantile dans le couple évoqué par Elizabeth Picard, ou cette “civilianisation” du système politique, n’invalide pas l’équilibre entre les pôles de l’équation. Seulement, il semblerait aujourd’hui qu’il soit plus approprié de substituer à l’image d’un couple organiquement lié, celle d’un pacte de plus en plus négocié. Ce pacte est d’ailleurs semblable à celui que d’autres États, au Proche-Orient (ou ailleurs), ont passé avec leur “bourgeoisie”, et dont Ghassan Salamé résume ainsi les termes : “Éloignez-vous de la politique, et laissez-la à ses maitres. En contrepartie, le pouvoir vous assure la stabilité nécessaire à votre enrichissement”27.

35Pacte négocié ; pacte renégociable donc, à la lumière des évolutions.

  • 28 Cette vague de libéralisation qui agite tous les pays en développement, et qui est en partie le ré (...)

36Les entrepreneurs, bien qu’issus de l’État, et bien que constamment à sa merci, coopèrent avec lui tactiquement pour se consolider avant d’en devenir les égaux. Optimalement, les hommes d’affaires voudront demain aller plus loin, annuler les législations qui laissent aux mains de l’État une épée de Damoclès, sortir de la niche du secteur mixte, se lancer dans l’économie productive, avec, en arrière-pensée, le désir de devenir une vraie force économique. De surcroît, ce même calcul est fait par certains grands fonctionnaires d’État ou par certains “barons”. Après s’être constitué un capital respectable permettant de soutenir la concurrence, et après avoir acquis un savoir-faire gestionnaire, ils se préparent eux aussi à franchir la barrière vers le privé, dans une opération de “pantouflage” version Infitah, et selon laquelle on se vend -et à bas prix- un secteur public qu’on a longtemps géré et que l’on a contribué à ruiner28. A terme donc, comme ailleurs -en Égypte ou en Iraq- on pourrait aller vers une fusion de la bourgeoisie bureaucratique avec la nouvelle classe, voire avec ceux de l’ancienne bourgeoisie qui auront accepté de jouer le jeu.

37Dès lors, il devient plus aisé de comprendre l’enjeu très profondément politique du débat qui agite la Syrie autour du thème de la libéralisation économique. Car plus qu’en Iraq, et certainement plus qu’en Égypte, tout recul des appareils économiques publics en Syrie peut remettre en cause un très fragile édifice socio-ethnique sur lequel s’appuie encore le pouvoir, et que garde très jalousement le triangle magique entourant la personne du Président : Armée, Parti, bureaucratie.

  • 29 Il est certain que le terme de “banalisation” que nous employons ici n'a pas de valeur normative ; (...)

38Est-il déjà trop tard ? On a déjà noté la lente et progressive “civilianisation” du pouvoir syrien, ainsi que sa mercantilisation. A cela s’ajoute le passage progressif d’une économie d’État -ou de régime, pour reprendre une nuance entre raison d’État et raison de régime- à une économie de marché. Deux facteurs qui pourraient indiquer que le système politique syrien commence à sortir de sa “spécificité”, et pour se “banaliser”29.

  • 30 Michel Seurat ; “Les population, l'État et la société”.Op. cit. p. 140.
  • 31 Rachid Khalidi ; Op. cit. p. 213.

39Cette “banalisation” de la Syrie est lisible aussi à travers son mode de gestion des récents changements régionaux et internationaux. Jusque là, “les attermoiements de la politique syrienne s’accommodaient fort bien finalement de la situation de ni guerre ni paix, pour autant qu’elle ne commandait pas de révisions déchirantes quand à l’organisation du système social”30. Or, depuis l’acceptation de la Résolution 242, et jusqu’à la participation de la Syrie aux négociations de paix, en passant par les alliances de la “Tempête du Désert”, c’est en grande partie en prenant en compte les transformations de la base sociale du régime syrien que nous pouvons comprendre les revirements de la politique étrangère syrienne. Revirements déjà opérés ailleurs, et qui font que “la classe gouvernante arabe dans son ensemble ne considère plus les États-Unis comme un ennemi, mais comme un courtier honnête, sinon un patron potentiel”31.

40Dans ce revirement vers la banalisation, présenté par certains comme le prix à payer pour être admis dans le cercle des bons élèves d’un Nouvel Ordre Mondial aux contours encore incertains, les entrepreneurs jouent un rôle important. Rôle à la fois fonctionnel et instrumental : d’une part comme “indicateurs-témoins” du fait que le système syrien est effectivement en train de rentrer dans la norme de “l’économie-monde civile” ; d’autre part comme “générateurs” de prospérité, en remplacement ou en relai d’un État rentier allocataire essouflé et au bord de la faillite.

41Toutefois, en retour, ces mêmes changements dans l’environnement régional et international du système syrien ne peuvent manquer de peser sur l’équilibre fluctuant entre les deux contractants du pacte militaro-mercantile, en renforçant l’un par rapport à l’autre. Dans cette optique, il se dessine un ensemble de scénarii possibles quand à l’avenir du rapport de force entre les deux parties. Ils se déroulent à plus d’un niveau, et plusieurs paramètres sont à y prendre en compte :

  • Une grande partie de la rente syrienne devra dépendre, dans les années qui viennent, du pétrole nouvellement extrait des champs pétrolifères du nord-est syrien. Cela accroîtrait l’indépendance financière -par rapport au secteur privé- de l’État, tant dans sa composante “Weberienne” que dans sa composante “Khaldounienne”. Nous établissons cette nuance car il apparaît qu’une partie de la rente pétrolière est utilisée privativement par certains hauts placés32.
  • L’évolution du contexte régional, et plus précisément l’état de guerre ou de paix avec Israël, peut jouer dans deux sens contraires. La paix priverait l’État syrien de sa rente de situation “confrontationiste”, le mettant ainsi en situation de plus grande dépendance vis-à-vis d’une “prospérité de substitution” générée par le privé. Mais d’autre part, et comme ce fut le cas pour l’Égypte de l’après-Camp David, la Syrie devrait trouver récompense et toucher les dividendes américaines et golfiennes de la paix. Toutefois, dans cette même situation, l’idéologie Infitahi n’en serait que plus légitimée, ce qui renforce à terme la position interne des entrepreneurs et des avocats du secteur privé.
  • Reste enfin le Liban, sur lequel la Syrie peut finalement se payer, comme sur un espace de prédation économique compensatoire. La “carte” libanaise dépend toutefois du degré de stabilité/prospérité retrouvé par ce pays. Cela pose aussi le problème de la nature des relations qu’entretiendrait alors la Syrie avec les “promoteurs” de la nouvelle richesse libanaise, et donc, en toute probabilité et en priorité, avec l’Arabie Saoudite et d’autres donateurs arabes. Il reste enfin à savoir qui, en Syrie, en profitera : l’État, les entrepreneurs, ou les deux, à travers une version nouvelle et transnationale du secteur mixte33.

42Jauger le poids relatif et fluctuant des deux composantes du couple militaro-mercantile, évoquer la renégociation, à l’avantage de l’une sur l’autre, du pacte conclu entre elles, c’est en dernière analyse, poser le problème central de l’autonomie. Plus précisément, ce qui est en jeu à ce niveau, c’est la possibilité d’autonomisation d’un groupe social face à la toute puissance de l’État et à la primauté du politique.

  • 34 Michel Seurat ; Op. cit. p. 122.
  • 35 Michel Seurat ; “État et industrialisation…” ; Op. cit. p. 269.
  • 36 Jean-François Bayart ; “Le politique par le bas en situation autoritaire”, in Esprit. (Juin 1984).

43Retour donc à Michel Seurat, pour qui “l’État-intégrateur étend son appareil à l’administration de tous les secteurs de l’organisation sociale et se substitue à la société elle-même, ramenée au niveau d’une organisation politique”34. Seurat se demande par ailleurs “si ce socialisme n’est pas d’abord, et seulement, un mode d’organisation sociale, dans lequel l’État prétend exprimer toute la société”35. Face à la “désertification de l’espace politique”, le phénomène entreprenarial constituerait-il l’une des brèches à travers lesquelles la société reprend ses droits ? Les entrepreneurs forment-ils déjà une classe qui, sans pour autant contester l’État, cherche au moins à respirer dans ses franges, à élargir peu à peu la sphère du privé, pour apporter une limite ou un démenti au “tout-État” syrien ? Peut-on voir dans l’entreprenariat une “revanche de la société” qui, “dans une situation de contrôle politique accentué, interdisant toute cristallisation de la contestation ou de la résistance en termes explicitement politiques, (…) agit par petits détails”36 ? En termes plus crûment politiques, Assad serait-il aujourd’hui prisonnier de la logique qu’il a lui-même mise en place, et qui mène ses entrepreneurs du giron de l’État à la demande politique ? Les entrepreneurs ont-ils atteint ce point d’autonomie qui les rend en mesure de contester l’État qui les a créés ?

44Rien n’est moins sûr. L’hypothèse communément admise, s’agissant de situations similaires, qui suppose que l’élargissement d’une classe infitahi pourrait accroître la contrainte du Prince en produisant ce qu’il ne souhaitait pas au départ, à savoir une autonomie croissante d’une partie puissante de la société, est sans doute fondée et envisageable ; elle reste toutefois à nuancer. La création d’une classe, ou son émergence, n’implique pas nécessairement son passage à l’action. L’activisme d’une classe suppose une maturation de la perception de ses intérêts, une structuration de son expression collective, à l’issue d’un long cheminement que l’on décrit comme étant celui de la “classe-en-soi” à la “classe-pour-soi”.

  • 37 Jean Leca ; “Social Structure and Political Stability : Comparative Evidence from the Algerian, Sy (...)

45D’autre part, la stricte corrélation des évolutions dans les champs économiques et politiques n’est jamais parfaite, ne serait-ce que du point de vue des temporalités. C’est ce que relève Jean Leca dans une étude comparative : “Correspondant à un marché économique ouvert par l’établissement d’un secteur privé, il devrait y avoir un marché politique ouvert par l’établissement de groupes de classe. Il n’y a pas de preuve empirique à cela. Le secteur privé croissant à l’ombre de l’État -et grâce au secteur public- a certainement intérêt à améliorer sa marge de manœuvre économique. (…) Mais pourquoi devrait-il pour cela entreprendre une action politique ouverte, alors qu’il l’obtient à moindre coût, en restant retranché dans des politiques de palais, où les réseaux informels de solidarité familiale, régionale, et communautaires sont au cœur du jeu ?”37.

46En Syrie, l’établissement d’un marché politique assurant l’autonomie des groupes sociaux n’est pas seulement évincé par la formidable résistance de l’État corporatiste-autoritaire, mais aussi par le fait que la nouvelle classe dominante économiquement -candidate, en principe, à l’autonomie- n’est pas à proprement parler une bourgeoisie. Elle ne l’est pas tout d’abord, on l’a vu, en raison de ses divisions, de la divergence de ses intérêts, et des modes de production -et de reproduction- différents qui caractérisent chacune de ses composantes, dont la plus puissante reste d’ailleurs marquée du sceau de son origine petite-bourgeoise. Aussi, il existe sans doute des entrepreneurs, mais difficilement une classe bourgeoise. Elle ne l’est pas ensuite du fait de sa culture politique, et de son déficit de tradition démocratique. A la question de savoir si, à son avis, l’Infitah économique allait entraîner une ouverture politique, N.C., héritier d’une famille grand-bourgeoise chrétienne, répondait : “Non seulement je ne le pense pas, mais je ne le souhaite pas. Ce que nous voulons, c’est la liberté économique et la stabilité politique. Pour nous, la démocratie veut dire un coup d’État tous les deux ans”.

Notes

1 Volker Perthes ; “Syria’s parliamentary reform and elections of 1990 : Moving from Absolutism to Corporatist Authoritarianism ?” (Papier présenté à la réunion annuelle de la MESA, Nov.1991).

2 Ibid. p. 1.

3 Ibid. p. 7.

4 Interview avec Jean Leca, à propos de notre travail ; Paris, hiver 1991.

5 Volker Perthes ; Op. cit. p. 8.

6 Discours du Président Hafez El-Assad, le 12 Mars 1992. Bulletin de l'Agence de presse SANA, Paris.

7 Ilkey Sunar ; “The Politics of State Interventionism in Populist Egypt and Turkey”, (Papier présenté à la réunion annuelle de la MESA, Nov. 1991).p. 34.

8 Ibid. p. 35.

9 Yahia Sadowski ; “Patronage and the Ba‘th : Corruption and Control in Contemporary Syria”, in Arab Studies Quarterly, (Vol.9, N°4, Autumn 87).

10 Robert Springborg ; “Patterns of Association in the Egyptian Political Elite”, in : George Lenczowski, ed. ; Political eEites in the Middle East. (1975). Sur la Syrie plus particulièrement, voir, entre autres : Hanna Batatu ; “Some Observations on the Social Roots of Syria’s Ruling, Military group and the causes of its Dominance”, in The Middle East Journal, (Vol.35, N°3, Summer 1981) ; Alasdair Drysdale ; « The Syrian Political Elite, 1966-1976 : A Spatial and Social Analysis”, in Middle Eastern Studies, (Vol.17, N°l, Jan. 1981) ; Nikolaos Van Dam ; “Sectarian and Regional Factionalism in the Syrian political Elite”, in the Middle East Journal, (Vol. 32, N°2, Spring 1978).

11 Yahia Sadowski ; “Ba‘thist Ethics and the Spirit of State Capitalism”, in Peter Chelkowski and Robert Pranger ; Ideology and power in the Middle East. (London, 1988).

12 Yahia Sadowski ; “Cadres, Guns and Money ; the Eighth Regional Congress of the Syrian Ba‘th”, in Merip Report (July-August 1985). pp. 6-7.

13 Le Monde; 4 Juin 1976.

14 Military Housing Establishment ou Sharikat el-Iskan al-’Askariyya.

15 Volker Perthes ; “The bourgeoisie and the Ba‘th…” ; Op. cit. p. 37.

16 Sur les activités du Vice-président Rifaat el-Assad, on peut voir : Thomas KOSZINOWSKI ; “Rif‘at al-Asad”, in Orient (4- 1984) ; Stanley REED ; “Dateline Syria, Fin de Régime ?”, in Foreign Policy (N° 39, Summer 1980) ; ainsi que le dossier de L'Événement du Jeudi, (N°436, 11-17 mars 1993).

17 Interviews avec diverses personnes, à Paris, Damas, Beyrouth.

18 Le retour de Rifaat en été 92, à l'occasion de la mort de la mère du président, ne restera sans doute pas sans conséquences sur la -toujours potentielle- crise de succession, et sur la reprise des activités entreprenariales du frère turbulent.

19 Yahia Sadowski ; “Cadres, Guns and Money ;…” ; Op. cit. p. 7.

20 Elisabeth Picard ; Op. cit. p.243, puis pp. 264-265.

21 Ghassan Salamé ; Al-mujtama’ wad-dawla fil-machreq al-’arabi. (Centre d'études pour l'unité arabe, Beyrouth, 1987). p. 202.

22 Elisabeth Picard ; Op. cit. pp. 265-266. Dans un autre article, Picard utilise l'expression “dictature militaro-marchande”. Voir “Ouverture économique et renforcement militaire en Syrie”, in Oriente Moderno.(Anno LIX, Luglio-Dicembre 1979).

23 Rachid Khalidi ; “Social Transformation and Political Power in the Radical Arab States”, in Adeed Dawisha and I. William Zartman ; Beyond Coercion : the Durability of the Arab State. (Croom Helm, 1987). pp. 210-211.

24 Alan Richards and John Waterbury ; A Political Economy of the Middle East : State, Class, and Economic Development. (Westview, 1990). p. 208.

25 Une des exceptions notables était le fils défunt du Président, le capitaine-parachutiste Basel el-Assad, décédé en janvier 1994. Le fils cadet du Président, Maher, est lui aussi militaire parachutiste. Le rôle que jouait Basel semble toutefois pour l'instant avoir été dévolu à Bachar el-Assad, médecin de formation.

26 Cet aspect est encore tendentiel, et l'objectif de “parité stratégique” reste posé comme potentialité. De plus, le relai de l'U.R.S.S comme fournisseur d'armes a été repris par la Chine et par la Corée du Nord. Toutefois, il est admis que les dirigeants syriens ont compris que cette ambition était coûteuse. Sur ce sujet, voir Patrick Clawson ; Unaffordable Ambitions : Syria’s Military Build-up and Economic Crisis. (Policy papers, The Washington Institute, 1989).

27 Ghassan Salamé ; Op. cit. p. 206.

28 Cette vague de libéralisation qui agite tous les pays en développement, et qui est en partie le résultat des injonctions du F.M.I et de la Banque Mondiale, se traduit chez le voisin libanais à travers le thème plus “audacieux” de privatisation. Cette opération, étant donné l'identité de certains de ses promoteurs, n'est pas très éloignée de la logique que nous évoquons. De plus, il est très probable que certains des “entrepreneurs” syriens en soient les participants.

29 Il est certain que le terme de “banalisation” que nous employons ici n'a pas de valeur normative ; il n'a pas non plus de consistance “politologique”. Mais nous nous permettons de forger cette expression pour tenter de signifier que le régime syrien est -avec l'Iraq- l'un des derniers de la région à continuer à vivre selon un mode politique produit dans les années 60, avec tous les corrolaires économiques, idéologiques, et socio-politiques. La banalisation telle que nous l'entendons ici indique que c'est justement cela qui est en train de changer.

30 Michel Seurat ; “Les population, l'État et la société”.Op. cit. p. 140.

31 Rachid Khalidi ; Op. cit. p. 213.

32 On dit à Damas qu'une partie des revenus du brut ne figure pas du tout dans la comptabilité nationale, et qu'elle alimente une caisse noire entre les mains de certains haut placés qui s'en serviraient pour entretenir les réseaux civils et militaires les plus loyaux aux régimes.

33 Le projet de reconstruction du centre-ville de Beyrouth semble déjà intéresser les opérateurs syriens ; d'autre part, une société mixte de travaux publics, Qassioun, a déjà obtenu des contrats d'asphaltage de certaines routes, ainsi que d'autres adjudications pour grands travaux au Liban.

34 Michel Seurat ; Op. cit. p. 122.

35 Michel Seurat ; “État et industrialisation…” ; Op. cit. p. 269.

36 Jean-François Bayart ; “Le politique par le bas en situation autoritaire”, in Esprit. (Juin 1984).

37 Jean Leca ; “Social Structure and Political Stability : Comparative Evidence from the Algerian, Syrian and Iraqi Cases”, in Adeed Dawisha and I. William Zartman, ed. ; Op. cit. p. 197.

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search