Version classiqueVersion mobile

Les entrepreneurs syriens

 | 
Joseph Bahout

Chapitre II. Les entrepreneurs syriens : acteurs ou classe ?

Texte intégral

  • 1 Jean-François Bayart ; “Pour en finir avec l'idée de Tiers monde : le concept de trajectoire du po (...)

1La strate supérieure de cette société modelée par les politiques économiques successives nous intéresse ici plus particulièrement. Nous la nommons “bourgeoisie” avec toutes les réserves que ce mot appelle, et que résume bien cette remarque de Jean-François Bayait : “les groupes sociaux qui sont partie prenante à l’invention du politique en Afrique et en Asie sont eux-mêmes dotés d’une historicité propre qui devrait interdire de les assimiler trop hativement aux catégories nées des expériences occidentales de l’inégalité, même lorsqu’ils méritent ce qualificatif de classe sociale. (…) La notion de bourgeoisie, utilisée ad nauseam pour désigner la classe dominante en formation dans les pays du Tiers-Monde, fait elle-même problème en l’absence de cette expérience pluriséculaire de conflit mais aussi d’alliance et de compromis avec une véritable aristocratie féodale, par laquelle cette classe s’est constituée en Occident, avant d’assurer sa primauté”1.

2Catégorie de plus bien globalisante, puisqu’elle embrasse à la fois les pans restants -et restaurés- de l’ancienne bourgeoisie et la “nouvelle classe” qui a émergé, soit par l’élargissement des sphères d’activité du secteur public, soit en se formant plus directement dans ce secteur, ou encore en profitant tant bien que mal des ouvertures offertes par la libéralisation.

3Au sein de cette bourgeoisie, nous retiendrons donc d’abord la diversité de sa composition, que nous ferons ressortir à partir de quelques portraits-type. Cela nous permettra de cerner les discours concernant les questions du moment -surtout le degré d’ouverture économique- et concernant la vision par les acteurs de leur position et de la structure de classe en général en Syrie. A travers les liens qu’entretiennent entre eux les divers pans de la bourgeoisie d’une part, et les liens qu’elle -en tant que telle- tisse avec le pouvoir, nous esquisseront enfin une signification plus macroscopique du phénomène entreprenarial, en tentant de mesurer le degré de son influence sur les dynamiques de changement du paysage politique.

  • 2 Issam Al-Khafaji ; Ad-Daoula wat-tatawwur ar-ra’smali fil-Iraq : 1968-1978. (Le Caire, 1983).
  • 3 Samia Saïd Imam ; Mann Yamluku Masr ? ! (IBAL, Le Caire, 1991).

4Dans deux études approfondies sur le thème de l’entrepreneur, mais concenant l’Irak et l’Egypte, le problème du découpage typologique se pose et donc, aussi, celui de la terminologie. Issam el-Khafaji2 identifie dans le capitalisme irakien une “bourgeoisie bureaucratique”, une bourgeoisie très spécifiquement formée par les “contractors” en travaux publics (Al Mouqawiloun), une bourgeoisie “industrielle”, et une bourgeoisie “tertiaire” confinée au commerce et aux services. Traitant des origines socio-familiales de la bourgeoisie de l’après-Infitah en Egypte, Samia Saïd Imam délimite quand à elle ce qu’elle nomme trois “confluents” de la bourgeoisie3 : une bourgeoisie “traditionnelle”, une bourgeoisie “bureaucratique” et une bourgeoisie “parasitaire”, cette dernière étant plus particulièrement le fruit des politiques récentes d’ouverture.

5Le cas syrien présente plusieurs similitudes et bien des différences avec l’Irak et l’Egypte. Dans chacun de ces trois cas, on remarque une survivance, plus ou moins forte et présente, de la classe la plus “authentiquement” bourgeoise, celle d’avant la -ou les-révolutions. Cette catégorie a survécu à la tentative de sa “liquidation” tant par sa capacité de résistance et par son ancrage dans la structure sociale, que par les voltes-face successives des politiques économiques, voire par la volonté des décideurs de ne pas complètement éliminer un segment social qui pourrait leur être utile, seulement une fois diminué. Tout comme on note la présence d’une bourgeoisie bureaucratique ou, plus largement, d’une bourgeoisie d’État. Elle trouve son origine dans la centralisation dirigiste de la vie économique, mais aussi dans le gonflement de la population salariée par l’État rentier ou quasi-rentier, ou encore dans les multiples postes fournis par la myriade d’organisations officielles de contrôle et de mobilisation. C’est par contre en ce qui concerne la fraction infitahi privée de la bourgeoisie d’aujourd’hui que les différences conceptuelles apparaissent. Par exemple, le terme “parasitaire” (de l’arabe Toufayliyya) employé par Samia Saïd Imam, pour exact et adapté qu’il soit à certains pans importants de la nouvelle bourgeoisie (comme par exemple à celui des contractors, terme employé par Issam Khafaji), ne s’applique pas pour autant à toute la catégorie des petits et moyens entrepreneurs -commerçants ou industriels- nés de l’ouverture. Tout comme le terme de bourgeoisie “tertiaire”, qui englobe d’ailleurs à la fois les contractors, les commerçants et les prestataires de services, n’indique pas le degré d’antériorité de cette catégorie.

  • 4 Volker Perthes ; “The bourgeoisie and the Ba‘th ; a look at Syria’s upper class”, in Middle East R (...)

6Dans le cas des entrepreneurs syriens, une typologie plus convaincante a été proposée par Volker Perthes4. Ce dernier distingue les entrepreneurs issus de la vieille bourgeoisie, les “nouveaux industrialistes”, la “bourgeoisie d’État”, et la “nouvelle classe”. Ce dernier terme est celui utilisé par les Syriens eux-mêmes pour désigner la strate la plus “nouvelle riche”, la plus parasitaire dans son activité d’ailleurs floue et diversifiée, et la plus flamboyante dans son mode de vie ; la plus liée aux caciques du régime, ajouterions-nous ?… C’est la logique de cette typologie que nous avons choisi d’adopter, en y apportant quelques nuances : les “nouveaux industriels” nous semblent n’être qu’une partie des nouveaux entrepreneurs “moyens”, qui sont nés ou re-nés de l’Infitah, et qui comptent aussi bien dans leurs rangs des commerçants.

Les rescapés de l’ancienne bourgeoisie

7Les origines de cette classe remontent à l’ère ottomane ; son extraction est essentiellement rurale et latifundiaire. Les familles qui la composent ont, très tôt, au début du siècle, recyclé leur surplus dans des activités marchandes urbaines, ce qui a accru leur pouvoir politique. La suprématie de cette classe sur la vie politique et économique de la Syrie s’est vue ensuite renforcée sous le Mandat. Mais les coups successifs portés à cette classe après 1958 vont, sinon l’éliminer complètement, du moins la diminuer considérablement. Surtout, les politiques économiques successives vont la morceler : alors que la composante terrienne est la plus durement touchée -pratiquement sans chance de survie-, le segment urbain ne sera touché que plus tardivement, et dans des ampleurs inégales, les industriels l’étant beaucoup plus que les marchands. C’est d’ailleurs ces derniers que les premières mesures de l’Infiraj favorisent, et ils se montrent prêts à se relever rapidement.

8Une grande partie de cette “grande bourgeoisie” s’était retrouvée à l’indépendance à la tête de la lutte nationaliste. Cela leur permettra de réclamer pour eux-mêmes la dénomination de “bourgeoisie nationale”, une appellation que leurs “survivants” d’aujourd’hui revendiquent avec force, tant elle leur permet, non seulement de se distinguer de la “nouvelle classe” dont toute une tradition les séparent, mais aussi de rappeler insidueusement qu’ils ont continué -eux- à investir à l’intérieur de la Syrie dans des secteurs productifs, alors que ces “nouveaux” ont fait fortune sans grand risque et en s’entremettant dans des circuits internationaux.

  • 5 Middle East Review. (N°196, 1990).

9La figure la plus emblématique de cette classe est sans nul doute Badreddine el-Challah. “On ne peut pas évoquer Damas sans évoquer ses commerçants, et l’on ne peut pas évoquer les marchands de Damas sans parler du ‘Amm Abou-Rateb”, écrit une revue américaine5. Vieux patriarche de presque 90 ans (sa date de naissance oscille selon les dires entre 1905 et 1908), Challah est un homme qui, jusque dans l’apparence, se situe dans la tradition.

10Né dans le vieux quartier de Souq Sarouja, Badreddine est le troisième des six fils de Salim el-Challah, propriétaire moyen de vergers dans la Ghouta fertile de Damas et fabriquant-commerçant de fruits secs et confits, dont l’activité s’étendait à tout le “croissant” (Palestine, Liban, Jordanie, voire Egypte). Son éducation, contrairement à celle de ses frères, est limitée ; il quitte très tôt l’école traditionnelle pour rejoindre son père dans le commerce et regrette encore aujourd’hui de n’avoir pas pu poursuivre ses études. En 1928, Challah s’établit tout seul, profitant du nom familial. Depuis, son activité n’a cessé de grandir ; les établissements Challah sont jusqu’à ce jour les principaux fournisseurs de qamareddine (sorte de pâte d’abricot). En 1965, il est à son tour partiellement frappé par les nationalisations. Les indemnisations qu’il touche lui permettent de continuer ses activités au ralenti. En 1970, avec le Mouvement Rectificatif, celles-ci reprennent en force.

11Challah est effectivement un homme de la continuité et du temps long. Il se démarque ainsi des “courtiers” et autres spéculateurs dont, dit-il, “L’argent, qui ne provient pas du travail pieux, va disparaître un jour aussi vite qu’il est apparu”. Challah entre à la Chambre de Commerce de Damas en 1946 et en devient le président en 72. Constamment réelu à ce poste depuis, il ne le quitte qu’en 1993, pour céder la place à son fils. Badreddine El-Challah voit dans l’activité marchande une véritable éthique : “Je donne au commerce son sens noble, dans la mesure où il n’est que service des autres, et que le gain ne doit y être que juste et équitable. J’ai toujours dit que les lettres du mot Tajer (commerçant) venaient de : Taqiy (pieux), de Amana (confiance), de Jihad (labeur), et de Rahma (pitié) ”.

  • 6 Badreddine El-Challah ; Lit-tarikh waz-zikra ; qussatu jihd wa ‘umr. (Damas, 1990). Cet ouvrage n' (...)

12Au vu des multiples réseaux dont il participe, Challah est sans aucun doute un “homme d’influence”. Dans ses mémoires6 préfacées par Mohammad el-‘Imadi, ministre de l’économie et grand avocat de l’ouverture, il en donne une idée : “En 1951, j’étais déjà membre de la Chambre de Commerce de Damas, du Conseil des Waqf, de la Commission sur l’impôt, du conseil d’administration de l’Institut arabe et islamique, (…) tout comme j’étais président de la loge Ibrahim El-Khalil” (pp. 111 et 121). Justement, dans une série de photos publiées en fin de ses mémoires, on voit le très influent président de la CCD en tenue de Grand-Maître.

  • 7 Abdallah Hanna ; Fil-ittijahat el-fikriyya fi Souriyya wa Loubnan. (Damas, n.d).

13L’affirmation -laconique ?- de Challah a sans doute provoqué bien des remous, puisqu’il a du s’en expliquer dans une lettre ouverte dans laquelle il révèle aussi l’identité de ses pairs maçons. On retrouve parmi eux les noms les plus prestigieux du ghotta politique et économique du Proche-Orient de la première moitié du siècle. Cette “collusion” est par ailleurs confirmée par l’histoire intellectuelle et sociale de la bourgeoisie grand-syrienne7.

14Clamer aussi ouvertement son appartenance à un corps aussi secret, et de toutes façons officiellement interdit en Syrie pour ses “liens occultes avec les forces du Sionisme mondial”, est sans doute une preuve que Challah jouit dans son pays d’une stature particulière et d’une certaine puissance.

15En attestent d’ailleurs les diverses étapes de sa vie émaillée de rencontres avec tout ce que compte le monde arabe comme chefs d’État et de gouvernements, tout comme en atteste le fait que l’une des visites du président américain alors en exercice, Jimmy Carter, lors de son passage à Damas, soit pour le président de la CCD. “J’ai eu une relation constante avec tous les hommes politiques (…) en gardant ma liberté et en ne m’inscrivant pas dans un cadre, qu’il soit de gauche ou de droite”. (p. 109). En effet, Challah ne fait pas dans l’idéologie. Dans ses écrits comme dans son discours, il n’y a pratiquement pas de référence au Ba‘th, ni même de crédo idéologique rituel, comme il est d’usage d’en faire lorsqu’on est une personne en vue en Syrie. Même Hafez El-Assad n’est que placé dans une longue continuité, comme continuateur de l’œuvre de ses prédecesseurs.

16A la tête de la CCD et de la Fédération des Chambres de Commerce de Syrie, Challah n’a pas fait que de la figuration ou des opérations de protocole. Dans des moments où l’emprise de l’État sur le secteur privé se faisait ressentir, et où surtout cette emprise s’inscrivait dans un cadre référentiel strictement dogmatique, Challah s’adresse au plus haut niveau pour critiquer et prôner plus de libéralisme : “je suis un marchand avant tout, et je crois en la liberté dans le travail, dans l’importation et l’exportation, dans la facilité des communications, des changes et des échanges, dans la vitesse de la circulation de l’argent, car sa vélocité accroît son rendement”. (p.131).

17Aussi, il était logique que le Mouvement Rectificatif s’emploie dès le départ à rassurer et à ranger de son côté des gens comme Challah. Effectivement, quelques semaines après son arrivée au pouvoir, Assad convoque la CCD et son président : “Quand nous lui avons demandé quelle serait sa politique économique, il nous a répondu qu’il y aurait un secteur public et un secteur privé, mais qu’en fin de course, le meilleur resterait”, (p.213-214).

  • 8 Patrick Seale ; Asad, the struggle for the Middle-East.. (Berkeley, 1988). p.325-326.
  • 9 Ibid, p. 326.

18Entre un régime d’origine petite-bourgeoise, rurale et minoritaire, et les vieux marchands -surtout Damascènes- le pire pouvait arriver. Toutefois, comme nous l’avons déjà souligné, le régime d’après novembre 1970 a, dès le départ, voulu s’aménager une nouvelle base de support. La réussite de cette relation de coopération -il n’y aura sans doute jamais de confiance- sera démontrée aux jours les plus chauds de l’année 1980. A cette date, la révolte des Frères Musulmans a déjà gagné toutes les grandes villes de Syrie, et menace maintenant la capitale, test ultime de la solidité du pouvoir. Les tracts des islamistes circulent partout, appelant les “bazaris” de Souq El-Hamidiyyé à la grève ouverte. Ne pouvant supporter le coût élevé d’une confrontation sanglante au cœur de la première ville du pays, Assad se tourne alors vers le vieux Challah, “en qui il trouva un allié qui rallia les commerçants principaux de la ville en leur demandant de casser la grève ; il sauvait ainsi le régime”8. L’explication de cet épisode par la seule peur de la coercition que peut déclancher le pouvoir à rencontre des commerçants est sans doute limitée et insuffisante -sinon primaire. Il faudrait plus probablement y voir le fait que “les commerçants de Damas avaient bénéficié plus que d’autres de la richesse des années 70. Leur proximité du centre du pouvoir leur donnait l’opportunité de contacts et d’alliances avec les officiels et les officiers du régime pour le meilleur bénéfice des deux parties. Assad avait appris des déboires de Jadid que, pour donner au régime une base solide, il fallait concilier -ou du moins ne pas aliéner- la classe marchande de Damas. Cette politique avait maintenant payé”9.

19Quelle est la part du vrai, et celle du mythe, dans le personnage de Badreddine el-Challah ? Peut-on vraiment voir en lui quelqu’un qui tient les ressources d’une négociation implicite et subtile avec le pouvoir, ou doit-on, avec certains membres de la “nouvelle classe” -celle qui a déjà remplacé celle dont Challah est l’image- dire sur un ton dédaigneux que “Challah n’est qu’une marionnette créée par le pouvoir, et à qui on a forgé tout un passé” ?

  • 10 Pour reprendre l'expression de Challah lui-même.

20Il est certain qu’au delà du personnage, et quelle qu’en ait été l’importance dans la médiation entre la base marchande et le sommet de la société syrienne, l’ère des Badreddine El-Challah est structurellement sur la fin. Il ne serait plus que l’un des derniers représentants d’une classe qui s’efface, remplacée par de jeunes loups “venus de rien”10 -et de loin, d’hors de la ville…-, un peu comme ce vieux quartier de Souq Sarouja qui l’a vu naître et dont on rase aujourd’hui les vieilles demeures pour y construire des buildings.

21Pour l’instant toutefois, il reste quand même certains de ces “vestiges”, même s’ils ne reproduisent pas tous le même idéal-type.

22Lorsque le père de Ghassan Qalla‘ est mort en 1965, à la veille dés nationalisations les plus brutales, il y avait déjà 50 ans que la famille fabriquait et vendait de la lingerie féminine dans Souq El-Hamidiyyé. Ghassan Qalla‘ avait commencé, après de courtes études de commerce à Alep, à travailler dans l’affaire épargnée par les mesures publiques, alors que le gros des intérêts de la famille avait été englouti.

23Qalla‘ est de ce fait très insistant sur la dénomination de “bourgeoisie nationale” quand il parle de lui et de ses pairs -industriels et commerçants- des années 50 et 60. Il la définit comme étant celle “liée en pensée et en action à la production endogène, en Syrie”. Une certaine notion de sacrifice et de quasi-abnégation caractérise pour lui cette classe, “injustement frappée parce qu’elle a cru et croit toujours à son rôle de bâtisseur de l’économie nationale”. “Cette bourgeoisie a continué à investir localement, dans la limite des moyens qu’on lui a laissé ; mais en parallèle est née une classe d’hommes d’affaires, qui ont fini par créer une classe nouvelle (Tabaqa Jadida), qui se caractérise par plus de mouvement, par plus de capacité de capital gagné rapidement, et donc, par le fait même, pouvant profiter plus rapidement de la décision”.

24Dans cette définition que Qalla‘ a pris soin de dicter en insistant sur chaque mot, deux notions ressortent : “nous ne sommes pas de simples affairistes” ; “la lutte -ou la compétition- avec les ‘nouveaux’ est à priori inégale, vu l’avance qu’ils ont sur nous, et vu l’énormité de leurs moyens”. Ces “affairistes” là sont les intermédiaires qui ont investi à l’étranger l’argent qu’ils ont gagné grâce à leur relation privilégiée avec l’État et ses agents. Le ressentiment est clair chez Qalla‘ qui ajoute : “c’est dans ce sens qu’on peut les appeler parasitaires”. Pour lui, la lutte est inégale : “aujourd’hui, c’est celui qui dispose de plus de liquidité qui gagne, principalement pour des raisons juridiques et administratives”, dit-il dans une allusion aux dispositions sur les devises contenues dans le décret N°24.

25Entre ces deux pans de la bourgeoisie syrienne d’aujourd’hui, il y a aussi une différence entre deux univers symboliques et entre deux modes de vie totalement différents. “Nous vivons toute l’année en Syrie, alors qu’ils prennent toutes leurs vacances en Europe. Je vais au travail en taxi ou dans ma vieille voiture, alors qu’ils ont des Mercedes avec chauffeur. Ma maison est pareille à celle de tout Damascène moyen, alors qu’ils montrent leur richesse à l’extérieur”. Cette différence se retrouve chez les fils, qui ne “grandissent pas de la même façon”, et ne suivent souvent pas les même cursus. Le fils de Ghassan Qalla‘ termine justement des études supérieures d’histoire urbaine, ce qui inquiète son père : “Que fera-t-il à son retour ? peut-il se battre contre ces requins ? Il devra accepter le changement, admettre qu’il a perdu son rôle moteur dans la société, ou bien partir, pour redevenir un bourgeois, mais dans une autre société”.

26Face à cette situation, Qalla‘ voit deux solutions : la première réside dans une évolution des législations, ce qui permettrait l’association et le partenariat, ainsi que l’emprunt, seul à même de pallier l’insuffisance financière. La seconde, qui consiste à imiter, soulève un problème d’éthique. Et c’est là que réside l’une des grandes lignes de démarcation entre ces deux catégories d’entrepreneurs : “Bien sûr, nous pouvons nous aussi nous lancer dans des affaires comme eux, et verser dans des trafics en tous genres. Mais pour nous, c’est un problème de culture. Ce qu’ils appellent, en se moquant de nous, manque d’initiative, je l’appelle conscience personnelle”.

27C’est sur ce fond que Qalla‘ évalue les récentes mesures de libéralisation ; Elles sont selon lui irréversibles, car le mouvement mondial le veut ; elles sont toutefois insuffisantes, et, surtout, ciblées : “Les nouveaux hommes d’affaires jouissent de réseaux et de moyens qui leur permettent, tout en restant dans ce même environnement légal, de gagner encore plus et plus vite. Je ne suis pas certain qu’ils veuillent mettre en danger ce monopole. Dans ce sens, la libéralisation présente pour eux un danger de concurrence. Mais je pense qu’à terme, par contre, une fois consolidés, quand ils seront sûrs de gagner de toutes façons, ils demanderont alors plus d’ouverture”.

28Les “anciens” entrepreneurs sont ainsi aujourd’hui entre deux eaux : ils ont survécu aux nationalisations mais, ironiquement, l’ouverture assadienne telle qu’elle s’est faite et continue de se faire aujourd’hui, les menaces tout autant.

29Aussi, seuls ceux qui auront compris les nouvelles règles, et, surtout, qui auront accepté de les jouer, pourront le faire à leur bénéfice.

30Elias S. est le contre-exemple de l’avenir que Qalla‘ entrevoit pour ses enfants. La quarantaine, il gère aujourd’hui seul l’entreprise familiale fondée en 1947. Il se partage avec trois autres concurrents le marché syrien de certains produits chimiques destinés à la construction, comme l’huile de lin et la craie.

31Issu d’une vieille famille bourgeoise, Elias se destinait à des études de génie civil n’était la grave maladie de son père qui l’a obligé à reprendre les affaires, qu’il a donc apprises sur le tas. Elias parle de son métier comme d’un véritable parcours du combattant qu’il assume avec beaucoup de pragmatisme : pour importer les matières premières dont il a besoin, il doit contourner les régulations sur le change. Pour cela, il utilise un compte bloqué à l’étranger, qu’il alimente régulièrement par divers moyens, comme par exemple lorsqu’il a demandé à des amis du Golfe à qui il avait facilité la vente d’un appartement à Damas, d’y verser sa commission.

32Loin de se poser les cas de conscience de Qalla‘, Elias avoue qu’“aujourd’hui, de toutes façons, il faut avoir ses contacts dans le système pour tenir le coup ; sinon, les choses deviennent très lentes et on se fait alors dépasser”.

33Elias n’a jamais pensé quitter la Syrie, et ne pense pas du tout que ses enfants le feront. Il croit vraiment à l’avenir du pays. Mais ce qui le dissuade de partir, c’est surtout sa hantise que “l’émigration vous fait perdre votre statut” !

34A travers ces quelques figures de l’entreprenariat issu de l’ancienne bourgeoisie, on peut dégager certains traits communs.

35Tout d’abord, en ce qui concerne leur cursus et leur trajectoire commune : Les membres de la “classe dominante” de l’avant 1963 -et qui ont accepté de rester en Syrie après la “Révolution”- sont d’une strate moins éduquée que leurs pairs qui ont fui le pays. La plupart ont du rapidement abandonner leurs études pour reprendre l’affaire familiale qu’ils ont maintenue en travaillant dur et en se renouvelant sans cesse. En cela, ils ont sans doute été de véritables “entrepreneurs-innovateurs”. Le cas de leurs enfants est toutefois différent : leur éducation est bien sûr stricte et conservatrice, mais ils ont souvent poussé leurs études jusqu’aux plus hauts degrés : Rateb El-Challah détient un M.A d’Oxford et un Ph.D de Berkeley ; son frère Salim a fait des études d’ingénieur agronome aux États-Unis. Cela suffit-il pour autant à parer cette génération contre celle qui vient, celle des enfants de la “nouvelle classe”, qui ont appris que pour réussir tout est permis ? D’autre part, plus enclins à poursuivre des formations humanistes, ils sont plus réticents à reprendre le travail de leur père.

36Au niveau de son mode de vie, cette classe est sobre, sinon austère. Car ces vieux marchands ou industriels savent ce qu’ils sont, connaissent leur place dans la société, et n’ont pas besoin de le montrer. Tout comme il se peut que cela provienne d’un reflexe de “chat échaudé”, réflexe d’une classe qui a appris à vivre cachée pour ne pas attirer l’attention du pouvoir.

  • 11 Volker Perthes ; Op. cit. p. 32.

37Car s’il existe entre elle et les nouvelles élites politiques une sorte de besoin mutuel, une réserve reste de mise. Cette “opposition” se limite toutefois à “une réticence à coopérer avec cet État au-delà de ce qui est strictement requis par la loi”11.

Les entrepreneurs moyens de l’Infitah

38Cette catégorie trouve vraiment son origine dans le deuxième Infitah, même si certains de ses membres sont partis d’un capital constitué ou mis de côté depuis avant cette période.

39La plupart proviennent d’un milieu assez modeste : artisans ou petits commerçants qui ont voulu se mettre à leur compte ; d’autres ont débuté comme ouvriers spécialisés, techniciens supérieurs, ou même cadres administratifs dans des sociétés privées ou publiques, où ils ont acquis le savoir-faire nécessaire à leur future entreprise. On trouve aussi dans cette catégorie certains des fils de l’ancienne classe moyenne écrasée par les réformes. Ces derniers ont plutôt suivi des études “classiques” telles que le génie, le droit, l’économie ou même la médecine. Enfin, plusieurs ont travaillé dans le Golfe des années pétrolières et sont revenus risquer au pays leur épargne dans des secteurs neufs et où de belles places sont à prendre. Bref, cette catégorie d’entrepreneurs pourrait très bien constituer une partie majeure -d’origine principalement petite-bourgeoise- de ce que nous serions tentés d’appeler la “New Middle Class”, si ce terme n’était tant chargé d’ambiguïtés et de controverses théoriques.

40Ces individus sont dans un sens les plus entreprenants des entrepreneurs de la Syrie d’aujourd’hui : Ils jouent leur va-tout et, loin d’avoir hérité d’un créneau d’activité, ils ont choisi le leur, souvent celui du produit courant, profitant à la fois du flux d’exportation vers les pays de l’Est et d’une nouvelle mode consumériste de la classe moyenne syrienne soucieuse d’imiter le style de vie occidental.

41On parle beaucoup en Syrie, au début des années 90, de certains cas exemplaires de réussite en affaires que l’on voudrait l’idéal type d’un capitalisme concilié avec une vague préoccupation sociale.

42C’est peut-être le cas de R.S., fils d’un artisan tapissier, qui a financé ses études en vendant des bricoles à la criée. En 1962, il est petit commerçant indépendant et survit tant bien que mal aux nationalisations. Dès 1970, S. sent le vent tourner ; il commence à s’équiper pour, en 75, se lancer alors dans une production de grande échelle (sous-vêtements et cotonnades), qu’il écoule sans difficulté vers l’Union Soviétique, dans le cadre des accords de troc entre les deux pays. En 1990, la taille de son entreprise avait quintuplé. Mais surtout, S. avait jeté les bases d’un audacieux et nouveau modèle entreprenarial : il surpayait ses employés par rapport au marché, convaincu que c’est là le meilleur moyen d’obtenir un produit de qualité. D’autre part, S. éspérait que, de la sorte, certains de ses employés d’aujourd’hui seraient des petits patrons demain.

  • 12 Interview avec Volker Perthes ; Beyrouth, été 1992.

43Combien de R.S. y a-t-il en Syrie aujourd’hui ? Plus de 2 000 ateliers moyens ont vu le jour en Syrie après 1970. En 1989, le gouvernement dénombrait plus de 100 entreprises employant plus de 60 personnes, qui ont donc accès à la Chambre d’Industrie au titre d’adhérents de “première classe”12.

44Ces chiffres sont toutefois à prendre avec précaution, car c’est dans cette catégorie d’entrepreneurs que l’éphémère est le plus présent, et que des fortunes se font et se défont du jour au lendemain, dans le silence froid des statistiques.

45Ce qui est certain, c’est que beaucoup de nouveaux “preneurs de risque” veulent entreprendre. Certains réussissent mieux que d’autres, mais tous ont les mêmes attentes et les mêmes demandes : plus de libéralisation et moins de contraintes ; les nouveaux entrepreneurs moyens en Syrie mettent en effet toute leur énergie et beaucoup d’inventivité à lutter contre l’absurdité des régulations.

46I.H. peut déjà considérer qu’il a un pied dans la réussite. Fils d’épicier, il avait quitté la Syrie dans les années 70, comme beaucoup de jeunes sans emplois à l’époque, pour les États-Unis où il dit avoir acquis une mentalité de “self-made-man”. Revenu en Syrie en 1990, il monte avec ses frères une entreprise de confection. H. “bricole” pour produire : il partage le même atelier avec des collègues-concurrents, et ce n’est que dernièrement qu’il a pu acheter ses propres machines.

47A 35 ans, H. a déjà passé le cap difficile. Mais la raison de son succès, c’est qu’il a surtout capitalisé sur l’exportation : 70 % de sa production part vers les pays de l’Est et la Lybie. Ces pays n’étant pas demandeurs de produits de qualité, cela lui permet de rogner sur ses coûts. Il avoue d’ailleurs lui-même que cela doit changer, surtout s’il veut exporter vers Marseille où il a des contacts.

  • 13 John Kenneth Galbraith ; Tout savoir ou presque sur l'économie. (Points-Seuil, 1978).

48Or c’est à ce niveau que se situe le blocage : tant que les régulations sur le travail et les salaires, et tant que le contrôle sur les prix sont ce qu’ils sont, les petits manufacturiers sont obligés d’exporter pour tenir le coup. La logique est la suivante : les salaires moyens étant de plus en plus faibles en termes de pouvoir d’achat, le Tamouine (ministère de l’approvisionnement) fixe un prix très bas des produits à la vente ; le commerçant est alors forcé de sacrifier la qualité de son produit, les marges de son profit, et les salaires de ses employés, ce qui entraîne en retour une baisse du niveau général de vie et un ralentissement de l’activité. Déterminer à quel maillon de la chaîne se situe le problème, est devenu la question de cours des spécialistes de l’économie planifiée centralement, où 1’“on combat l’inflation soit en se masquant la vérité des prix, soit en allongeant la longueur des queues devant les magasins”13.

49C’est de cette discrimination entre exportateurs et opérateurs sur le marché local que se plaint justement N.K, qui a fermé son bureau de conseil en ingénierie -après des études à Paris- pour se lancer dans le commerce de prêt-à-porter.

50N.K a choisi un créneau difficile : il veut continuer à vendre de la bonne qualité, adaptée aux goûts d’une jeunesse très occidentalisée -dans l’apparence du moins. Mais les patrouilles du Tamouine sont là, qui veillent à ce que la grille officielle des prix soit respectée. N.K affiche donc le prix officiel dérisoire, et vend “au noir” beaucoup plus cher. Pour rester à l’abri, il est alors obligé de s’assurer de la complicité des agents du ministère, ce qui se paye relativement cher.

51Ces deux entrepreneurs moyens, comme tant d’autres, vivent tous les jours les tribulations d’un “système-D” dont la clef de voûte est finalement la corruption. Depuis la plus petite échelle -un commissaire local du Tamouine- et jusqu’aux plus hauts niveaux l’État -un Mouhafez ou un directeur de cabinet-, à chaque taille d’entrepreneur et à chaque type d’activité, correspond un niveau et un degré de pôt-de vin.

52Écœuré, un entrepreneur moyen lache : “c’est une drôle de conception de la coopération entre les secteurs publics et privés. Non seulement nous sommes taxés officiellement, mais nous le sommes aussi officieusement et au centuple. La règle du jeu est faussée, car qui veut réussir doit, au départ, accepté de partager avec un grand ponte. En plus, ce système est érigé en quasi-légalité, puisqu’il y a des lois qui sommeillent, et que l’on peut vous les ressortir le jour où vous oublier de jouer votre partie du jeu”.

53Car cette chaîne de corruption qui fait qu’en définitive tout le monde paie à tout le monde, de bas en haut, a une finalité très politique que ces entrepreneurs encore neufs comprennent implicitement, même s’ils l’expriment de façon masquée : pour éviter la constitution d’une classe entreprenariale consciente de ses intérêts et organisée collectivement de manière à les exprimer politiquement, le pouvoir, par le biais de lois contraignantes et contradictoires, pousse tout le monde à l’illégalité, franchie obligatoirement un jour ou l’autre si l’on veut réussir. “A partir de là, on est tous, et tout le temps, coupables, donc potentiellement passible de quelque chose. Alors,…on tait nos opinions politiques”.

54Pourtant, tous ces nouveaux entrepreneurs moyens ne sont pas aussi virulents. Ils ont compris la division internationale aussi bien que la “division syrienne du travail”. Ils savent donc très bien ce qui est faisable et ce qui ne l’est pas. Ce ne sont pas encore d’anciens capitalistes ; ils s’inscrivent dans la courte durée, veulent des gains rapides, et seraient prêts à changer d’activité avec l’opportunité. Dans la mesure où ils se limitent encore à la production légère -et souvent sous licence- ou à du commerce d’import-export, ces “entrepreneurs du hasard et de l’opportunité” forment peut-être une partie de cette bourgeoisie que l’on nomme “parasitaire”, si commune aux paysages du Tiers-Monde s’ouvrant au libéralisme économique.

55Aussi, par rapport à l’État et à ses régulations, ils développent plus une maîtrise des rouages de sa bureaucratie corrompue et une sorte d’humour cynique vis-à-vis du système qu’un désir de vouloir les changer. Au contraire, certains seraient même prêts, pour un avantage de plus ou une régulation de moins, à collaborer avec cet État dont, finalement, ils ne sont qu’un sous-produit.

56D’ailleurs, les aspirations de certains sont semblables à celles de toutes les petites-bourgeoisies ; ceux-là regardent envieusement cette fameuse et tapageuse “nouvelle classe”, en rêvant probablement de la rejoindre, à l’ombre d’un État complice.

La nouvelle classe

  • 14 Michel Seurat ; “Les populations, l'État et la société”, in André Raymond et al. ; Op. cit. p. 124

57“Cette nouvelle bourgeoisie a prospéré en premier lieu en prélevant une rente sur le pactole que représente l’extraordinaire extension des dépenses publiques”14. Née de la rente indirecte dont a bénéficié la Syrie après la guerre de 73, la strate supérieure de la nouvelle bourgeoisie syrienne est sans doute la plus liée à la “bourgeoisie bureaucratique”, sinon à l’État lui-même, tant avec sa personne morale qu’avec ses personnes physiques.

58Après 73, l’État alloue plusieurs contrats de grands travaux, allant des barrages aux unités de logements populaires, en passant par les autoroutes. Ces contrats ont été quasiment monopolisés par un groupe restreint d’intermédiaires jouant sur leurs relations avec les “barons” du régime auxquels ils deviennent, bien sûr, associés sous une forme ou une autre.

  • 15 Un vieil homme d'affaires nous racontait qu'en concurrence avec deux de ces jeunes loups sur une a (...)

59Au départ, l’intermédiation et le courtage -ce que Khafaji appelle un peu restrictivement le “contracting- servira de base première d’accumulation capitalistique à ces entrepreneurs. A partir de là, leurs investissements vont ensuite se diversifier, en direction d’activités à la rentabilité très rapide. Immobilier, construction, agro-alimentaire, tourisme et transport, tous ces crénaux en expansion sont occupés presque exclusivement par eux. Ils profitent pour cela du droit de préemption que leur confèrent leurs appuis politiques15.

60Cette strate est donc floue, tant du point de vue de ses sphères d’activité que de par sa composition. Certains soutiennent qu’elle ne compte pas plus de 150 personnes, d’autres que ces “nouveaux riches” sont nombreux, mais qu’on n’en voit que les cas les plus spectaculaires.

61Au sommet le plus visible de l’iceberg que forme cette ploutocratie, on retrouve ce que les Syriens eux-mêmes appellent “le triumvirat”.

62Loin de la poussière de Souq El-Hamidiyyé, dans le quartier résidentiel et diplomatique d’Abou-Roummané, lorsque ‘Abdel-Rahman ‘Attar vous reçoit dans son bureau collé à celui de ‘Abdel-Halim Khaddam, on devine que le bouleversement au sein de l’élite économique syrienne est en passe d’être achevé.

63‘Attar a, très tôt, commencé à travailler comme petit fonctionnaire technicien au ministère des P.T.T. Par le biais de l’un de ses amis d’enfance, Mohammad Haydar -devenu plus tard Vice premier ministre pour les affaires économiques- il apprend à cultiver ses relations avec les caciques de l’establishment politico-militaire. C’était alors la belle époque des “contractors” en charge des éléphants blancs destinés à recycler l’argent de la rente. ‘Attar, après avoir quitté le “service public”, commence lui aussi à prendre sa part de maîtrise d’œuvre des chantiers d’État.

64Aujourd’hui, à presque 50 ans, ‘Attar fait indubitablement partie de la nouvelle élite syrienne. Secrétaire général de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Damas, il en est l’un des membres les plus influents.

  • 16 Ces informations reflètent un état de fait prévalant lors de notre enquête de l'été 1992. Les conf (...)

65La CCD est le lieu où se nouent une partie non négligeable des liens de conflit et de coopération entre les entrepreneurs syriens, même pour ceux qui n’en font pas directement partie. Le conseil de direction de la Chambre compte 18 membres, dont 12 représentant le secteur privé et élus par lui, ainsi que 6 qui sont nommés par l’État comme représentant le secteur public. Dans la partie privée de ce club select, on retrouve toutes les rivalités, tant entre les pans de la bourgeoisie qu’au sein même de chacun de ces pans. Il s’y développe des alliances conjoncturelles où, pour avancer ou faire avancer quelqu’un, des “nouveaux” peuvent s’appuyer sur des “anciens” pour bloquer un de leurs rivaux ; il s’y constitue ainsi des cliques et des réseaux, qui sont autant de centres de pouvoir. A titre d’exemple, et sans être exhaustif16, on remarque une alliance entre Challah et Qalla‘, force qui risque de devenir d’arrière-garde, tant elle est sur le point d’être supplantée -et c’était l’enjeu des élections de l’automne 1992- par la montée en puissance de ‘Attar appuyé par Baha’eddine Hassan (et par le pouvoir, dit-on). Burhan ‘Audi, lui, fournit au sein de la CCD un point d’appui à son associé Saëb Nahas. Badi‘ Fallaha, vice-président, tente de se poser en concurrent de ‘Attar et d’en endiguer le courant… Aussi, la CCD apparaît comme l’arène de tous les conflits, ce qui en dit long sur les possibilités -à moyen terme du moins- d’unification de la classe dominante économiquement.

  • 17 Abdel-Rahman Attar ; Qussat an-nouqoud wal-masaref fi souriya. (Damas, 1988). Tout comme Challah, (...)

66Chez la plupart des nouveaux entrepreneurs, le désir de s’inventer une identité “respectable” est visible, comme une stratégie de palliation à un déficit de tradition. Aussi, certains tentent de se trouver un passé de famille ancienne -et de préférence Damascène- ou des études que l’on n’a pas faites. Ainsi, ‘Abdel-Rahman ‘Attar -qui n’a sans doute pas été au delà du secondaire- est aujourd’hui Docteur ès Sciences Economiques de l’Université de Prague, diplôme “acquis” au cours de l’un de ses fréquents voyages en Europe de l’Est, au moment où il offrait, à la Syrie et à la Tchécoslovaquie, ses services d’intermédiaire en équipements de télécommunication…C’est d’ailleurs sous cette étiquette qu’il a aussi rédigé un ouvrage très savant sur l’histoire de la monnaie en Syrie, “de l’Antiquité au Mouvement Correctif”17. De plus, comme beaucoup de grands entrepreneurs en Syrie, ‘Attar s’est aménagé une sorte d’immunité derrière le titre de Consul Honoraire du Canada.

67Saëb Nahas, lui, est Consul Honoraire du Sénégal, Vice-président de la Chambre de Commerce Franco-Arabe, et membre du conseil d’administration de plusieurs banques en Suisse et en Grande-Bretagne. Ce fils d’un petit fabricant de textiles, Chiite de Damas -ils sont rares-, a commencé sa carrière très jeune et pratiquement sans études, comme représentant de commerce dans le Golfe, pour le compte de plusieurs sociétés allemandes de produits ménagers. De retour en Syrie, il continue de travailler pour ses employeurs, pour qui il devient un intermédiaire de choix avec la Syrie, alors très demandeuse de technologie allemande. C’est pour lui la porte ouverte vers le paradis des adjudications d’État.

68Avec le second Infitah, Nahas est l’un des premiers à s’investir dans le secteur mixte, surtout le tourisme, et plus particulièrement dans la branche des transports. D’abord représentant de Varig, il est aujourd’hui l’agent de plus d’une dizaine de compagnies de voyage ; il serait l’un des plus gros opérateurs sur le marché des voitures, tant pour la vente que pour la location. Ce secteur est florissant depuis sa récente libéralisation, après une pénurie qui durait depuis 1983. Saëb Nahas est aujourd’hui agent de Peugeot, de VW, et de Volvo. A un certain moment, il avait pratiquement obtenu le monopole du service taxi de et vers l’aéroport. Dernièrement, Nahas s’occupe d’élargir une chaîne d’hôtels de luxe, et consolide ses activités dans l’agro-alimentaire (cf. première partie).

69Décrire en détails les activités commerciales et industrielles de Saëb Nahas serait fastidieux. La simple liste des entreprises appartenant à son holding remplirait une brochure d’une dizaine de pages. C’est que Nahas, peut-être plus que les autres, soigne particulièrement l’aspect occidentalisé de son style de gestion. Bien que ses affaires soient principalement traitées par lui, il a monté une “technostructure” complexe, où les rôles se veulent très cloisonnés et distribués selon les compétences académiques : le conseiller de Nahas, et son vice-président, Mohammad Chache, détient un Ph.D des États-Unis, et la Nahas-Holding est, à notre connaissance, l’une des rares entreprises syriennes à s’être dotée d’une “chargée de mission auprès du Président, chargée des relation publiques”.

70A Damas, les mauvaises langues accusent Nahas de mégalomanie, citant par exemple le fait qu’il ne se déplace qu’escorté de gardes du corps, et le fait qu’il aurait débauché un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères pour en faire son directeur de cabinet. C’est qu’aussi pèse sur Nahas le soupçon de son Chiisme, qui ferait de lui, selon ses détracteurs, un élément important de la stratégie régionale du régime (ce qui ne l’a pas empêché d’être emprisonné en 1977, lors de la vague d’épuration anti-corruption). Ces allégations ne sont pas dénuées de tout fondement. Le côté “politique” de Nahas transparaît dans la transnationalité de ses affaires : fondateur et président d’une “Commission de coordination économique entre la Syrie et l’Iran”, Nahas deviendra ainsi, par le biais de Transtour -sa compagnie touristique- l’unique tour-operator autorisé à prendre en charge les pélerins chiites vers le site de Sitt-Zeinab, l’un des plus importants lieux de culte de la communauté au Proche-Orient. Il draîne ainsi tous les jours des bus entiers de ses correligionaires du Liban, d’Iraq, et d’Iran. De plus, à son initiative, Sitt-Zeinab s’est progressivement transformé en une sorte de ville-champignon, pleine d’hôtels et de centres de soins dont Nahas est le principal promoteur et actionnaire aux côtés de l’État. Dernièrement, Nahas a obtenu le droit de créer un “Nahas Free Shop” sur ce site, bénéficiant de toutes les exemptions appliquées aux autres zones franches et où l’on peut, moyennant devises, se procurer des produits de luxe.

71Docteur ‘Othman el-‘A’idi, lui, n’a pas “acheté” son titre. Il n’a pas besoin, non plus, de s’inventer une histoire de famille. Fils d’un grand médecin damascène (l’un des fondateurs et premiers professeurs de la faculté de médecine de Damas ; une rue de la capitale porte son nom ; tout comme un bâtiment de l’Université de Balamand dans le Koura libanais, érigé à sa mémoire par son fils), ‘Othman el-‘A’idi a achevé à Grenoble un doctorat en génie hydraulique, et s’est consacré un temps à la recherche dans ce domaine. Retourné en Syrie à la fin des années 50, il commence par s’installer à son compte dans un bureau d’études et de consultation en ingénierie ; il sous-traite des chantiers pour l’État. Mais sa relation avec le pouvoir est fluctuante. Il en veut pour preuve le fait d’avoir fait, lui aussi, partie des “boucs émissaires” de la fameuse Commission Khleyfaoui sur les gains illicites : “l’État nous a alors fait payer le prix de sa propre incapacité à réussir économiquement”, dit-il dans sa version des évènements.

72Aujourd’hui, ‘A’idi est un géant de l’hôtellerie et du tourisme : propriétaire du Royal-Monceau de l’avenue Hoche, il est aussi président de Syritel, la chaîne des hôtels les plus luxueux du pays, dont le Cham Palace de la capitale ; il dit pourtant être venu au tourisme par hasard : “Lorsque l’État a voulu construire la Cité sportive pour les Grands jeux méditerranéens de Lattaquié, Milihouse (l’ancienne plus grande entreprise publique de T.P, voir plus loin) a jeté l’éponge ; j’ai alors mis les bouchées doubles et terminé le tout en onze mois”. “…L’État a alors compris qu’il fallait compter avec le privé, car c’est là qu’il y a des vrais bâtisseurs”. D’après ‘A’idi, c’est ainsi qu’est née l’idée du secteur mixte, duquel il sera l’un des pionniers et premiers bénéficiaires. Mais aujourd’hui, il estime que la libéralisation fait du sur-place, que l’on ne peut se satisfaire des acquis jusque là réalisés, et qu’il faut aller plus loin en direction du privé. ‘A’idi est toutefois plus réaliste que d’autres de ses pairs grands entrepreneurs sur ce chapitre. Il est conscient par exemple que le fait d’évoquer la création de banques et d’un marché boursier dans l’état actuel de la Syrie est quelque peu prématuré.

73A bien des égards, Dr. ‘A’idi se différentie de la nouvelle classe dans ce qu’elle a de plus péjoratif. Il y aurait même du mépris chez lui pour “ces gens qui ne sont que des commissionnaires” et qui, pour lui, servent de couverture à certains des officiels du régime qui ne peuvent pas opérer directement dans le champ des affaires.

74Chez lui, le discours politique est plus délié, et la déférence envers les symboles du régime pratiquement absente. Sans doute que dans cette “différence”, l’origine sociale de ‘A’idi est pour beaucoup ; mais ce qui est plus probable surtout, c’est que sa position plus extérieure -à la fois de par le poids de ses investissements à l’étranger et de par sa propre présence personnelle en France la plupart du temps- lui confère plus d’assurance et une certaine autonomie par rapport au système syrien.

75Pour cet homme aux allures aristocratiques, réussir la réforme économique requiert d’aller très loin, quitte à remettre en question certains principes politiques. C’est l’un des seuls instants où Dr.‘A’idi laisse entrevoir une confiance -feinte ou sincère ?- dans la direction de son pays : “Cela changera, vous verrez. Tout a d’ailleurs changé ; il y a cinq ans, ce que nous disons maintenant sur l’économie aurait été impensable”.

  • 18 L'Orient- Le Jour, 13 Juin 1992.

76Le discours est bien plus conformiste chez les autres. Bien sûr, sur l’économique, et sur la place du secteur privé, ils sont ouvertement “droitiers”, se prononcant pour plus de dérégulation. Cela laisserait penser que leur “consolidation”, comme disait Qalla‘, s’est achevée et qu’ils sont maintenant prêts à affronter toutes les concurrences. Saëb Nahas est sans doute celui qui monte le plus au créneau pour réclamer des réformes drastiques : dans une interview, 1’“homme d’affaires influent” expliquait à l’A.F.P qu’il fallait enfin songer à créer en Syrie un secteur bancaire, des sociétés d’assurance privées, et même une place boursière18.

77Néanmoins, même ce discours reste circonscrit, chez la plupart d’entre eux, dans les limites de la contrainte idéologique et de la terminologie officielle : “Nous ne privatisons pas”, explique ‘Attar, “pour la simple raison que le secteur privé a toujours existé en Syrie. En fait, nous renforçons le pluralisme économique (Ta ‘addudiyya Iqtisadiyya), c’est à dire la coopération constructive entre les secteurs privé et public, comme il est d’ailleurs dit dans les grandes lignes du Mouvement Rectificatif”. Et lorsqu’il s’agit d’en savoir plus sur les raisons des derniers aggiornamentos en matière de politique économique, il récuse : “la contrainte extérieure a peu joué en ce qui nous concerne. Ce que vous voyez en ce moment n’a pas de rapport avec la fin de l’U.R.S.S. Notre Président prend ses décisions en toute liberté. D’ailleurs, quand nous avons lancé le secteur mixte, on ne parlait pas encore de la Perestroïka”.

78D’autre part, ces grands entrepreneurs sont lucides et savent que leurs positions, leurs actions, et leurs demandes sont à contre-courant de l’idéologie du Parti qui, malgré sa marginalisation, reste toujours formellement au pouvoir en gardant entières ses facultés de mobilisation. “Il faut éviter d’employer le terme de privatisation, car il sous-entend une volonté de brader le secteur public, avec tout ce que cela comporte comme connotations politiques. Il ne faut pas oublier que nous avons un million de travailleurs mobilisés en Syrie !”.

79En fait, il semblerait que les entrepreneurs de la nouvelle classe sont arrivés au terme de la première étape de leur constitution. Longtemps liés -intrinsèquement- à l’État, ils se rendent compte maintenant qu’ils doivent s’en détacher, à la fois parce que le secteur public ne peut plus être leur “vache à lait”, mais aussi parce qu’ils prennent de plus en plus goût aux délices du libéralisme.

80Mais à ce point, ils rencontrent leur propre contradiction : ils ont grandi protégés par les labyrinthes juridiques, par le patronnage que leurs protecteurs officiels leur offraient, et par un quasi monopole exercé dans certains secteurs. Maintenant, obligés de jouer le jeu de la concurrence à l’intérieur -ce qui est peut-être facile- et à l’extérieur -ce qui l’est moins-, ils incarnent, plus que d’autres, les paradoxes d’un secteur privé à bien des égards très public.

Notes

1 Jean-François Bayart ; “Pour en finir avec l'idée de Tiers monde : le concept de trajectoire du politique”, papier présenté à la International Conference on Political Institutions in the Third World in the Process of Adjustment and Modernization ; Berlin, juillet 1989. p. 13.

2 Issam Al-Khafaji ; Ad-Daoula wat-tatawwur ar-ra’smali fil-Iraq : 1968-1978. (Le Caire, 1983).

3 Samia Saïd Imam ; Mann Yamluku Masr ? ! (IBAL, Le Caire, 1991).

4 Volker Perthes ; “The bourgeoisie and the Ba‘th ; a look at Syria’s upper class”, in Middle East Report, (May-June 1991). En fait, ce texte de Perthes est une partie d'un travail exhaustif sur la société et l'État en Syrie, et qui a fait l'objet de sa thèse universitaire : Staat und gesellschaft in Syrien 1970-1989. (Hambourg, 1990).

5 Middle East Review. (N°196, 1990).

6 Badreddine El-Challah ; Lit-tarikh waz-zikra ; qussatu jihd wa ‘umr. (Damas, 1990). Cet ouvrage n'est pas vendu dans le commerce ; Challah l'offre, très solenellement, à ses visiteurs.

7 Abdallah Hanna ; Fil-ittijahat el-fikriyya fi Souriyya wa Loubnan. (Damas, n.d).

8 Patrick Seale ; Asad, the struggle for the Middle-East.. (Berkeley, 1988). p.325-326.

9 Ibid, p. 326.

10 Pour reprendre l'expression de Challah lui-même.

11 Volker Perthes ; Op. cit. p. 32.

12 Interview avec Volker Perthes ; Beyrouth, été 1992.

13 John Kenneth Galbraith ; Tout savoir ou presque sur l'économie. (Points-Seuil, 1978).

14 Michel Seurat ; “Les populations, l'État et la société”, in André Raymond et al. ; Op. cit. p. 124.

15 Un vieil homme d'affaires nous racontait qu'en concurrence avec deux de ces jeunes loups sur une adjudication pour une usine de traitement des phosphates, il fut coiffé au poteau alors que son offre était moins chère de 70 millions de L.S. Plus tard, l'un des deux concurrents lui dit : “vous êtes fou de vous être lancé tout seul dans cette affaire ; il fallait faire un pool avec l'un des nôtres. D'ailleurs, si vous le voulez, vous pouvez toujours nous rejoindre” !

16 Ces informations reflètent un état de fait prévalant lors de notre enquête de l'été 1992. Les configurations d'alliances et de rivalités que nous rapportons ont peut-être été modifiées depuis. Ces configurations sont essentiellement mouvantes, leur logique reste toutefois largement la même.

17 Abdel-Rahman Attar ; Qussat an-nouqoud wal-masaref fi souriya. (Damas, 1988). Tout comme Challah, ‘Attar n'offre son ouvrage qu'à ses visiteurs.

18 L'Orient- Le Jour, 13 Juin 1992.

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search