Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entrepreneurs syriens

 | 
Joseph Bahout

Introduction

Texte intégral

La société civile ne se développe qu’avec la bourgeoisie
Karl MARX; L’Idéologie Allemande

  • 1 Thabita Petran ; Syria. (London, 1972), p. 85.

1“(…) Pour la plupart, la nouvelle bourgeoisie, ne comptant pas plus de deux ou trois mille membres, partageait l’aspect traditionnel étroit de l’ancienne classe dirigeante ; mais son style de vie commençait à changer.(…) Les riches urbains s’éloignaient des vieux quartiers de la ville, où leurs maisons, regorgeantes de trésors orientaux à l’intérieur, ne pouvaient, de l’extérieur, être distinguées de celles des pauvres.(…) Ils vivaient maintenant dans des villas évacuées par les Français, dans les nouveaux quartiers les plus chers de la ville, où il n’y avait pas à côté d’eux de pauvres de qui il fallait cacher ses richesses. La nouvelle bourgeoisie achetait des voitures, engageait des chauffeurs, acquiérait (selon les normes syriennes au moins) un goût pour la consommation ostentatoire et ainsi, contribuait à créer des tensions de classes”1

2Frappante actualité de cette description du Damas des années 50 ; curieux retour du passé… L’auteur des lignes qui précèdent parle-t-il du Damas bourgeois de l’après guerre ou bien des quartiers chics d’Abou-Roummané, de Malki ou de Mouhajirine, dans la capitale de la Syrie d’aujourd’hui, où règne en principe la trinité Ba‘thiste : “Unité, Liberté, Socialisme” ?

3Le visiteur de la République Arabe Syrienne en 1992 ne peut pas ne pas être frappé par certains aspects les plus criants des signes extérieurs d’une richesse qui, pour être récente, et surtout restreinte à une poignée de privilégiés, ne s’étale pas moins de façon provoquante aux yeux d’une majorité de la population ployant sous le poids d’un pouvoir d’achat en dépréciation continue.

4Mais les adolescents attablés au bar du Cham Palace, du Méridien ou du Sheraton, ou ceux sillonnant avec arrogance les rues de la capitale ou les routes de Bloudane, dans leur coupé allemand dernier modèle, ne sont pas -pas tous du moins- des fils d’apparatchiks parvenus, au nom des masses et de la Cause, aux sommets du Parti au pouvoir. Leurs pères, souvent entre deux voyages, ne sont pas non plus -pas tous du moins- officiers supérieurs de l’armée syrienne, ou directeurs généraux d’entreprises publiques.

5Près de trente ans après la prise du pouvoir par le Ba‘th, “l’ennemie de la révolution”, à savoir la bourgeoisie, loin d’avoir été liquidée, est toujours vivante, et se porte même mieux que jamais.

6Bien entendu, cette “classe” n’a plus que peu à voir avec son ancêtre “compradore” -l’aristocratie terrienne et son équivalent urbain- qui a régné sur la Syrie depuis la deuxième moitié du 19° et jusqu’en 1958. Aux rescapés des mesures de nationalisations des années 60 -industriels et commerçants- se sont ajoutés -bien sûr- les membres du club fermé et jalousé de la “bourgeoisie bureaucratique”, mais aussi et surtout une strate -elle encore assez petite- de nouveaux riches “privés”, dont on ne sait pas très bien s’ils sont marchands, spéculateurs, ou seulement courtiers et intermédiaires. Tous ceux-là reforment aujourd’hui ce que l’on conviendra de désigner par le terme trop englobant, et donc sans doute inexact, de “bourgeoisie”.

7Classe hybride et hétérogène, qui s’est constituée au cours des trois décennies précédentes, à travers les évolutions et les changements d’orientation des politiques économiques suivies par les pouvoirs syriens, et plus particulièrement à travers les étapes d’une relation fluctuante et toujours incertaine entre les secteurs publics et privés en Syrie : Car malgré tous les crédos idéologiques, et des années d’économie planifiée, et avant l’introduction, dans le discours politique et dans la pratique économique, de l’Infitah ou de l’Infiraj, un secteur privé syrien conséquent a toujours continué d’exister en Syrie. Aujourd’hui, il occupe une place encore plus importante dans l’économie nationale : dans l’agriculture, où les fermes d’État n’occupent plus que 2 % de la terre cultivée, dans la manufacture, dans la quasi-totalité du commerce intérieur, dans un bon tiers du commerce extérieur, dans la construction, dans le tourisme, et dans le transport.

8Mais pour florissant qu’il soit, ce secteur privé n’en est pas moins soumis, en dernière instance, à la décision publique et à sa suprématie. Aussi, l’existence même de ce secteur, sa taille, l’étendue “concédée” à son activité, sont autant de variables qui dépendent de l’aléa politique. C’est donc aussi de l’interaction constante, conflictuelle ou coopérative, imposée ou négociée, entre secteur public et secteur privé que dépendent la nature et la composition de cette “nouvelle bourgeoisie” syrienne. C’est de cette interaction que dépend aussi l’identité de ceux qui y opèrent et y prospèrent, à savoir “les entrepreneurs”

9Dans le corpus de la science sociale, la théorie de l’entrepreneur a longtemps été une théorie purement économique d’une part, et une théorie occidentalo-centrée d’autre part, confinée à l’analyse du phénomène entreprenarial dans les sociétés industrielles capitalistes. C’est là bien sûr en partie le legs de l’école Schumpetérienne : l’entrepreneur placé dans le cadre de la techno-structure “managériale” est perçu comme 1’“innovateur combinant plus productivement les facteurs de production”. Moteur de la croissance et du développement économiques, il devenait ainsi le personnage emblématique de tout un courant de la science économique néo-classique.

10Notre angle d’analyse sera tout autre : il perçoit plus l’entrepreneur comme agent socio-politique que comme agent économique, et l’envisage comme un vecteur potentiel du changement social et politique. Cette approche se situe dans la foulée d’une attention nouvelle portée par la science politique aux “nouveaux acteurs sociaux”. Aussi, notre entrepreneur sera surtout défini par son individualité et par sa personnalité, non par sa fonction formelle au sein d’une structure technocratique. Il s’agira donc plus précisément de “l’homme d’affaires” syrien qui a réussi au delà d’un certain seuil d’accumulation de capital financier et qui, de par son accès aux ressources du système, cherche à convertir ce capital en capital social voire politique. Partant, il tente de modifier volontairement ou non les règles du jeu jusque là établies : se formant et s’activant hors des institutions formelles, donc hors du champ politique, les entrepreneurs sont en même temps des parties constitutives du système politique au sens large, étant influencés par, et influençant en retour, la sphère publique.

11A un premier niveau, notre travail établit la relation entre les politiques de développement économique d’une part, et la transformation des structures sociales de l’autre. D’où la nécessité, dans un premier temps, de retracer les grandes étapes de la politique économique de la Syrie, en faisant ressortir les périodes de transition où l’entreprenariat est susceptible de trouver son origine. L’historique de l’évolution de la relation entre politiques économiques et structures de classe n’est pas seulement intéressant pour son explication des origines de la “bourgeoisie” d’aujourd’hui, mais aussi parce qu’il fait ressortir les brusques réversibilités et volte-face de la décision publique au cours des diverses phases, ce qui justifie partiellement la méfiance des entrepreneurs d’aujourd’hui. Il apparaîtra que les nouveaux acteurs sociaux -que sont les entrepreneurs de la Syrie d’aujourd’hui naissent et se situent dans la contradiction que recèlent ces politiques. Ils en sont le fruit, en deviennent ensuite le moteur indispensable, la contrainte puissante que le pouvoir doit prendre en compte pour réussir, mais aussi la victime potentielle des échecs ou arrêts de ces mêmes politiques.

12Cependant, la place sociale de l’entrepreneur n’est pas seulement le résultat de politiques économiques successives. Elle est aussi le résultat d’une histoire personnelle, celle de sa trajectoire, de sa formation, de son capital social, et de ses réseaux. Elle dépend de l’idée que l’entrepreneur se fait de cette place, et de la perception qu’il a de lui-même et du groupe auquel il appartient. Il apparaîtra au cours de notre travail que ce groupe est justement hétérogène, et qu’il est donc difficile de parler d’une classe entreprenariale comme d’un objet unique. Aussi, dans un deuxième temps, et à partir du discours de l’acteur individuel, nous tenterons de déterminer ce qui divise la classe dominante dans l’économie syrienne, de cerner le contour de chacune de ses branches, en gardant à l’esprit que cette stratification intra-entreprenariale n’exclut pas les dynamiques de coopération, voire d’alliances, entre ses “confluents”.

13Dans un troisième temps, enfin, nous nous pencherons sur la relation du phénomène entreprenarial, tel qu’il se développe en Syrie aujourd’hui, à l’État, en tentant de dégager un lien entre le changement social qui affecte le tissu syrien, et une possible transformation du paysage politique syrien : les entrepreneurs peuvent-ils constituer l’embryon d’une société civile autonome face à l’État ? Bien entendu, cette problématique fait de la question politique, et de celle de la nature de l’État syrien, l’aboutissement obligé de notre étude.

14Si ce travail débouche en conclusion sur quelques interrogations théoriques sur la recomposition de la structure de classe dans la Syrie d’aujourd’hui et sur quelques interprétations de l’État, il convient toutefois de souligner que son centre d’intérêt premier et principal portait sur les entrepreneurs eux-mêmes. Ceux-ci ont été approchés par entretiens serni-directifs menés au cours d’un travail de terrain de près de quarante jours, à Damas principalement, durant l’été 1992.

15Notre travail se situe dans un cadre conceptuel large, à cheval entre l’économie politique et la sociologie politique, entre le macro et le micro niveau. A travers sa problématique propre, il esquisse, en filigranne, d’autres problèmes, comme celui du concept de bourgeoisie dans les sociétés “périphériques”, ou comme celui de l’articulation du public et du privé dans le monde arabe, ou encore, comme celui de la relation État/société et de la transition démocratique.

16Il nous semble que les études politiques sur la Syrie contemporaine ont eu, jusque là, une tendance dominante à n’en privilégier que certains aspects, confinant pour la plupart au sensationnel. Au niveau interne, les angles d’analyse les plus souvent empruntés sont celui de la composition ethnique du régime, celui de l’émergence des mouvements islamistes et de leur suppression, et, corollairement, celui du décodage de la complexité des appareils coercitifs du système. Au niveau externe, c’est le conflit israelo-arabe et son corrolaire de la course aux armements, le rôle syrien dans la crise libanaise (si tant est que ce dossier relève encore des relations internationales), et, jusqu’à son extinction, les prolongements proche-orientaux de la guerre froide. La Syrie ne serait-elle donc qu’État, machine cannibale à l’intérieur, et monstre froid aux prises avec la Realpolitik à l’extérieur ?

  • 2 Elisabeth Picard ; Espaces de référence et espace d'intervention du Mouvement Rectificatif au pouv (...)

17Le politique ne fonctionne toutefois pas dans le vide. Aussi, il ne faut pas oublier que ces registres sont en partie déterminés par, et déterminent en retour, un soubassement social et économique, dont l’évolution fait partie intégrante de l’avenir de la Syrie. Aussi, comme le souligne Elisabeth Picard et suivant sa suggestion, “il nous paraît nécessaire de poursuivre des recherches sur la nature et le fonctionnement des couches sociale sur lesquelles prend appui le régime. (…) De telles recherches devraient permettre de sortir de l’impasse où nous enferme une définition du groupe dirigeant, à la fois comme émanation, et représentation d’une minorité ethnico-religieuse, ou même comme une bande (Jamâ‘a) en rivalité avec d’autres. (…) Seule une telle approche, croyons-nous, permettra de sortir du clivage communautaire qui est en fin de compte réel, mais peu opératoire”2.

Notes

1 Thabita Petran ; Syria. (London, 1972), p. 85.

2 Elisabeth Picard ; Espaces de référence et espace d'intervention du Mouvement Rectificatif au pouvoir en Syrie. 1970-82. (Thèse III° cycle, IEP de Paris, 1985), pp. 275-276.

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.