Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entrepreneurs syriens

 | 
Joseph Bahout

Avant-propos

Jean Hannoyer

Texte intégral

1La présence livraison des Cahiers du Cermoc témoigne de leur vocation première: accueillir et promouvoir les travaux de jeunes chercheurs en sciences sociales confrontés à la recherche de terrain au Proche-Orient.

2Le travail de Joseph Bahout a été conçu et réalisé dans le cadre d’un Diplôme d’Études Approfondies sous la direction de Rémy Leveau à l’Institut d’Études Politiques de Paris en 1992. Publié en 1994, il ne perd rien de son actualité et de son intérêt. Le fait qu’un Libanais en soit l’auteur méritait également attention tant la recherche au Liban paraît encore trop sujette à la tentation du repli sur son espace national.

3« L’impératif démocratique » revendiqué par l’Occident dans la négociation de ses rapports au monde est sans doute pour partie dans les reconversions ébauchées en Syrie sur le plan de ses relations internationales et accélérées depuis l’éclatement du bloc soviétique. La libéralisation à l’œuvre dans le pays peut être analysée dans ce cadre. Mais elle ne peut s’y réduire.

4Le travail de J. Bahout nous rappelle combien sur le plan intérieur, et depuis longtemps, la société syrienne change de visage dans les domaines socio-économiques sans que ne soit remis en cause, à l’exception de crises aussi violentes qu’éphémères, un système politique étranger à toute concession libérale.

5Comment se reproduit cette dissociation fondamentale, et pour combien de temps ? Le monde de l’entreprise auquel nous introduit J. Bahout nous en donne quelque idée.

6Un aspect de la réponse se trouvera entre autres dans la nature des relations de la Syrie avec ses voisins. J. Bahout poursuit aujourd’hui ses recherches au Cermoc en abordant, côté libanais, l’analyse de la reconstruction du système politique d’après guerre, à travers l’étude des élites.

7Si la définition même de cette dernière notion pose problème, la pratique des entrepreneurs et les modèles qu’elle révèle mettent en jeu des espaces de proximité et des convergences qui débordent largement les frontières.

8Une passerelle est ainsi jetée entre des territoires nationaux où la logique des réseaux mise en œuvre par l’entreprenariat d’affaires nous rappelle la question de l’autonomie des acteurs économiques vis à vis de l’entreprise politique. Mais nous situant cette fois au-dessus des espaces nationaux, on conçoit que la réponse à cette question ait de graves implications: plus que jamais, une perspective d’intégration économique régionals supposera une large indépendance politique des partenaires de l’échange. Et par conséquent une moindre autonomie des acteurs économiques à l’intérieur de leurs États. Sauf bien sûr à considérer deux hypothèses: celle d’une fusion totale des États; celle d’une tolérance ou d’un encouragement à l’extérieur de ce que l’on refuse à l’intérieur.

© Presses de l’Ifpo, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.