Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bassin du Jourdain dans le conflit israélo-arabe

 | 
Habib Ayeb

Chronologie hydropolitique du Proche-Orient

Texte intégral

1Pendant toute la période ottomane et le début du xxe siècle, l’usage des eaux du Jourdain se faisait d’une manière locale et très extensive. Cela s’explique d’une part par la faible demande inhérente à une population peu nombreuse et d’autre part par l’absence d’Etats bâtisseurs et centralisés capables, comme en Egypte, d’envisager de grands chantiers d’aménagements hydrauliques mobilisant une grande partie de leurs populations. Ce n’est d’ailleurs qu’à la veille de la Première Guerre mondiale — en 1913 — qu’un premier plan de grands travaux hydrauliques fut établi par un certain Georges Franghi, responsable, à l’époque, des Travaux publics en Palestine — encore une province dépendante de la Sublime Porte. Ce plan envisageait le déversement du Yarmouk dans le lac de Tibériade à l’aide d’un barrage construit sur le Yarmouk, le creusement d’un canal d’une capacité de 100 millions de m3 d’eau par an pour l’irrigation de la vallée du Jourdain et la construction de deux centrales hydroélectriques pour alimenter la Palestine en électricité. Mais la Première Guerre mondiale empêcha de passer au stade de la réalisation.

LES ORGANISATIONS SIONISTES, LE MANDAT ET LES FRONTIERES HYDRAULIQUES

2Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la demande en eau augmentant du fait, entre autres, de l’arrivée de nouvelles populations juives en Palestine, les projets et contre-projets se multiplièrent et furent à plusieurs reprises à l’origine d’un certain nombre de conflits plus ou moins graves. Avec la création, après la Seconde Guerre mondiale, de l’Etat d’Israël, qui fut, rappelons-le, rejeté par l’ensemble des Etats arabes, le conflit sur le partage des eaux du Jourdain et sur la réalisation de grands travaux d’aménagements hydrauliques s’envenima, notamment à cause de l’impossibilité de trouver un terrain d’entente entre le nouvel Etat hébreu et ses voisins arabes qui étaient en état de guerre quasi permanent.

3Le tableau ci-dessous donne la liste de l’ensemble des plans et projets hydrauliques dont seulement quelques-uns ont abouti au stade de la réalisation et de l’exploitation effective, non sans avoir causé, le plus souvent, des affrontements directs entre Arabes et Israéliens.

PLANS D’AMENAGEMENTS HYDRAULIQUES DU JOURDAIN (1913-1964)

PLANS D’AMENAGEMENTS HYDRAULIQUES DU JOURDAIN (1913-1964)

4Ce document tente de rétablir une chronologie exhaustive de l’hydropolitique régionale afin de mieux éclairer et comprendre la situation actuelle quant au conflit qui oppose toujours Israéliens et Arabes sur la question de partage des ressources hydrauliques de la région. Ce retour à l’histoire est d’autant plus intéressant et nécessaire que les négociations de paix qui se déroulent depuis quelques mois auront à régler non seulement la question de l’avenir politique de la terre (Cisjordanie et Gaza) mais aussi celui de l’eau tant fluviale que souterraine. Mon objectif est d’essayer de comprendre dans quelle mesure, et comment, les événements politiques interviennent et influencent les politiques de gestion des ressources hydrauliques.

  • 1 DIECKHOFF Alain, Les Espaces d’Israël, Presses de la Fondation Nationale des sciences politiques, (...)

5A l’empereur Guillaume II qui lui disait, lors de son voyage en Terre Sainte au mois d’octobre 1898, que la Palestine avait de l’avenir, Herzel répondit qu’il faudrait envisager une irrigation à grande échelle1...

6Déjà, en 1867, l’organisation sioniste de développement « Fondation d’Exploration de la Palestine » dépêcha en Palestine une mission d’ingénieurs, chargée d’évaluer les ressources naturelles du pays. Dans leur rapport, remis en 1871, les experts estimèrent que les ressources naturelles de la Palestine étaient suffisantes pour absorber des millions de personnes et que l’eau du nord pourrait être canalisée vers le sud. A partir de cette date la question de l’eau de la Palestine figurera dans toutes les discussions et négociations que les militants sionistes mèneront avec les dirigeants occidentaux dans le cadre de la préparation de la création du foyer juif.

  • 2 Lord Balfour (1917), ministre britannique des Affaires étrangères dans le cabinet Lloyd George. Ce (...)

7En 1916, les représentants du mouvement sioniste demandèrent aux Britanniques l’intégration de l’ensemble des sources du Jourdain dans la Palestine et de fixer les frontières nord au tracé du fleuve Litani dans le Sud du Liban. Mais leur démarche fut sans résultats immédiats. A la suite de la déclaration de Balfour2 en 1917 et sur l’insistance de la France, les frontières sud du mandat français sur la Syrie et le Liban furent décidées à l’ouest du mont Hermon et au sud du fleuve Litani avec l’intégration des sources du Jourdain dans l’aire géographique du mandat français. Les espoirs des sionistes furent encore déçus quand, en 1922, la Grande Bretagne autorisa la naissance d’un Etat arabe indépendant à l’est du Jourdain : l’Emirat de Transjordanie.

  • 3 LOWI Miriam R., The politics of water : « The Jordan river and the riparian States », in McGill St (...)

8Néanmoins, les sionistes reçurent la garantie d’avoir des terres près du Banias, du Yarmouk et du Hasbani. Le lac de Tibériade fut entièrement intégré dans l’aire de la Palestine3.

  • 4 DIECKHOFF Alain, op. cit. pp. 109-117.
  • 5 Lettre de Chaim Weizmann, adressée en 1919 au Premier ministre britannique David Lloyd George, con (...)
  • 6 La superficie totale du bassin du Jourdain est de 18 300 kilomètres carrés et 3 % du bassin se tro (...)
  • 7 Les Israéliens projettent de creuser un canal souterrain reliant Deir Mimas à la plaine de Houleh, (...)

9En 1919, les leaders sionistes demandèrent à la conférence de paix de Paris de faire en sorte que la frontière septentrionale de la Palestine s’étende jusqu’au fleuve Litani, au versant occidental du mont Hermon et à la vallée inférieure du Yarmouk. La conférence de paix ne suivit point les réclamations et les stratégies hydrauliques des organisations sionistes4. Mais ces dernières n’abandonnèrent pas et continuèrent à réclamer ce tracé de frontières en invoquant la nécessité d’avoir un accès direct aux eaux de la région, comme cela apparaît clairement dans une lettre adressée en 19195 par un dirigeant sioniste au Premier ministre anglais : « Tout l’avenir économique de la Palestine dépend de son approvisionnement en eau pour l’irrigation et pour la production d’électricité ; et l’alimentation en eau doit essentiellement provenir des pentes du mont Hermon, des sources du Jourdain6 et du fleuve Litani7 (...) Nous considérons qu’il est essentiel que la frontière nord de la Palestine englobe la vallée du Litani sur une distance de près de 25 miles (40,2 km environ), ainsi que les flancs ouest et sud du Mont Hermon. »

10Certes, la conférence de paix de Paris a officiellement ignoré les réclamations sionistes, mais si l’on se réfère à l’accord des frontières entre l’Angleterre et la France en tant qu’Etats mandataires (sous l’égide de la Société des Nations) sur les anciennes provinces de l’Empire ottoman — la Syrie, le Liban, la Palestine et la Transjordanie — nous constatons que les frontières entre la Palestine, la Syrie et le Liban ont été délimitées de façon à prolonger la Palestine jusqu’à la partie supérieure du Jourdain et à englober le Dan et un certain nombre de ses sources. Ici, la frontière prend la forme d’un fer à cheval et s’étend sur une distance allant de 50 à 150 mètres de part et d’autre du Dan et du lac de Tibériade.

  • 8 Voir à ce sujet CAVARE Louis, Le Droit international public positif, vol. 1, Pedone, Paris, 1951, (...)

11En règle générale, lors de la délimitation des frontières politiques entre les Etats, on considère, dans le cas où le fleuve constitue la ligne de démarcation entre deux Etats, que l’axe de ce fleuve symbolise la frontière naturelle et politique. Dans ce cas, la frontière est une ligne imaginaire passant par le milieu du fleuve8. Cette règle a été observée dans la partie méridionale seulement du Jourdain située entre le lac de Tibériade et la mer Morte et elle est considérée comme la ligne de démarcation entre la Transjordanie et la Palestine.

  • 9 Le ghor est un mot de l’arabe jordano-palestinien et indique la partie non inondable qui longe le (...)

12Sur le terrain, la France et l’Angleterre n’avaient pas épargné leurs efforts pour permettre aux organisations juives de Palestine de prendre possession des ressources hydrauliques et d’entreprendre un certain nombre de travaux hydrauliques pour développer des projets d’irrigation et de production d’électricité. C’est ainsi qu’en 1922 un accord franco-britannique céda au gouvernement du Mandat le droit de mettre en place une infrastructure d’irrigation. Cet accord concernait un ambitieux projet hydraulique, imaginé en 1922 par Movramatis, qui prévoyait le drainage du lac Houleh et l’irrigation des terres environnantes, la déviation du Yarmouk dans le lac de Tibériade, la construction de deux barrages hydroélectriques et de deux canaux pour l’irrigation des deux ghors le long du Jourdain9. Mais l’opposition entre groupes arabes et militants juifs empêcha toute réalisation de ce projet.

  • 10 NAFF T. et MATSON Ruth C, p. 30.
  • 11 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 30.

13En 1926, franchissant une étape décisive, le Haut Commissaire britannique en Palestine accorda une concession de 70 ans à l’ingénieur juif européen, récemment installé en Palestine, Pinhas Rutenberg, pour l’utilisation des eaux du Yarmouk et du Jourdain afin de produire de l’énergie hydroélectrique10, alors qu’il l’avait refusée quelque temps auparavant à une société fondée par des chrétiens arabes11 qui en avaient formulé la demande. Cette concession empêchait de fait l’Emirat de Transjordanie de réaliser l’irrigation des terres du ghor le long du Jourdain et des plaines entre les montagnes situées à l’est et à l’ouest de la vallée du Jourdain, sans l’autorisation de Rutenberg.

14En même temps d’autres compagnies juives obtenaient des concessions pour l’exploitation des eaux des rivières à l’intérieur de la Palestine : Awja (Yarkoun) au nord de Jaffa/Tel Aviv, et la Muqatta’ (Kishon) au nord de Haïfa. La concession accordée à P. Rutenberg a été transformée, quelques années plus tard, en une société publique « Palestine Electric Corporation ». En 1940 elle produisait déjà 173 millions KWh/an. Mais la compagnie n’a pu développer d’autres travaux hydrauliques sur le Jourdain.

15En 1934, sous la pression conjointe des Britanniques et des mouvements sionistes, « Lebanese concessionaries » vendirent leurs droits autour du lac Houleh permettant ainsi aux sionistes de drainer les marécages du lac et d’exploiter les riches terres.

16Cependant, si la situation géopolitique du Proche-Orient pendant les années trente et quarante avait constitué un obstacle à la réalisation de projets hydrauliques de grande envergure, elle avait favorisé l’élaboration de plusieurs études sur les possibilités techniques d’exploiter rationnellement les ressources hydrauliques régionales. La multiplication des études et des projets exprime la concurrence que se livraient Arabes, Juifs et Britanniques (Mandat), chacun voulant mettre les autres devant le fait accompli. Evidemment la course contre la montre avait pour objectif de favoriser (pour les militants juifs) ou d’empêcher (pour les Arabes) la création de l’Etat d’Israël. Il reste à mentionner que la majorité des études portaient la signature d’ingénieurs occidentaux, en grande partie britanniques ou américains, travaillant pour le compte de leurs gouvernements respectifs ou pour celui des autres Etats de la région, dont essentiellement la Jordanie et Israël (l’Organisation sioniste mondiale, avant la création de l’Etat hébreu).

17Après le rapport « Henrique » proposant l’irrigation du triangle du Yarmouk, publié en 1928, un autre projet hydraulique dit le « plan Ionides », du nom du directeur du « Development in The Transjordan administration », fut publié en 1939. Ionides établissait, pour la première fois, une estimation des ressources en eaux et en sols cultivables dans la vallée du Jourdain. Il suggéra des mesures de conservation des eaux saisonnières des wadis, afin d’assurer l’irrigation des périmètres cultivés et la dérivation des eaux du Yarmouk (reprenant l’idée des anciens projets) dans un canal destiné à irriguer les terres cultivables et/ou cultivées le long de la rive orientale du Jourdain. L’évaluation, relativement pessimiste, des ressources hydrauliques de la région radicalisa les positions des Arabes qui trouvèrent là un argument de plus contre un éventuel Etat israélien et un apport supplémentaire de populations (en l’occurrence il s’agissait bien sûr du projet de l’Etat d’Israël et de l’immigration juive envisagée par les organisations sionistes), arguant qu’il n’y aurait pas assez d’eau pour tout le monde.

  • 12 Cette agence fut créée en 1929 par l’Organisation sioniste comme société publique représentant le (...)
  • 13 LOWI Miriam R., op. cit. p. 10.

18Parallèlement à ce projet qui ne concernait que les eaux du Jourdain et celles du Yarmouk, un autre concernant l’utilisation des eaux du Litani fut établi en 1942 par P. Rutenburg’s Palestine Electric Corporation et la Jewish Agency’s Water Authority12 conjointement avec la société libanaise : Les Ingénieurs libanais. Les trois sociétés décidèrent en commun que le 1/7 des eaux du Litani seraient exploitées en dehors du territoire libanais : en Palestine. Contre l’acheminement d’une partie des eaux du Litani vers la Palestine, les organisations sionistes promirent de fournir au Liban la totalité ou une grande partie de l’électricité produite grâce à la différence de niveau entre les montagnes libanaises et la vallée du Jourdain13.

  • 14 LOWDERMILK W. C, Palestine : Land of Promise, Herper et Brothers Publishers, New York et Londres, (...)
  • 15 Voir à propos de ce projet le chapitre « les grands projets hydrauliques pour le Jourdain ».

19L’année suivante, considérant le travail d’Ionides insatisfaisant, les responsables sionistes demandèrent à W.C. Lowdermilk de réaliser une autre étude des ressources hydrauliques de la Palestine et de la vallée du Jourdain. Le nouveau bilan de l’ensemble des ressources en eaux et en sols de la région fut établi en 1944 (date de publication). Dans son rapport, l’auteur proposa diverses mesures afin de rationaliser les ressources hydrauliques qu’il jugea largement suffisantes : la création de la Jordanian River Valley Authority sur le modèle de la Tennessee Valley Authority aux Etats-Unis14. Fort de ses conclusions sur le bilan hydraulique régional, Lowdermilk proposa l’irrigation de la plaine côtière et du Néguev en y envoyant une partie des sources du Jourdain, le creusement15 d’un canal de 45 kilomètres reliant la Méditerranée au Grand Rift (mer Morte) pour remplir ce dernier, produire de l’électricité et, enfin, comme beaucoup de ses prédécesseurs, la déversion du Yarmouk dans le lac de Tibériade et le creusement de canaux le long des deux ghors pour irriguer les terres agricoles de la vallée.

  • 16 LOWDERMILK W.C. op. cit, p. 178. cité par LOWI Miriam R., op. cit, p. 10.

20Le plan présuppose l’existence de suffisamment de terres et d’eaux pour l’installation de pas moins de 4 millions de nouveaux immigrants en plus des 1,8 millions d’Arabes et de Juifs déjà installés en Palestine. L’auteur du plan renforça les positions politiques des organisations sionistes. Concernant les populations arabes, l’auteur écrivit qu’ils pourraient toujours émigrer vers les vastes plaines alluviales du Tigre et de l’Euphrate où la terre est suffisamment large pour recevoir un grand nombre de nouveaux immigrants16. Il fut ainsi une sorte de réponse — du moins il fut exploité en tant que tel — aux inquiétudes arabes renforcées par le bilan hydraulique établi par Ionides en 1930. Pour justifier son optimisme, l’auteur du plan intégra dans ses projets les eaux du Litani, que Ionides ne prenait pas en considération.

21A partir de 1948, l’histoire hydropolitique du Proche-Orient s’accéléra avec la création de l’Etat d’Israël suite à la décision des Nations Unies (29 novembre 1947) de partager la Palestine en deux Etats : l’un israélien et l’autre palestinien.

22Cet événement exacerba la situation en créant une situation hydropolitique nouvelle aggravée par les déplacements massifs de populations : la Transjordanie reçut plus d’un demi-million de réfugiés palestiniens, d’où une nouvelle demande d’eau. Le problème se compliqua par le fait que le processus politique donna à Israël l’accès aux sources du Jourdain, au lac Houleh, le Sud et le pourtour du lac de Tibériade.

23A partir de 1948, la situation fut caractérisée par une concurrence acharnée vers l’exploitation des ressources hydrauliques du Jourdain. Aux projets et contre-projets suivirent des menaces, des attaques militaires et des ripostes tout aussi militaires et ceci jusqu’en 1967. Pour la Jordanie (indépendante depuis 1946), l’arrivée d’un demi-million de Palestiniens ne pouvait être maîtrisée que grâce à l’irrigation dans la vallée du Jourdain susceptible d’attirer quelque 160 000 personnes sur une superficie agricole totale de l’ordre de 49 000 hectares irrigués. Pour l’Etat d’Israël, l’arrivée de nouveaux immigrants juifs nécessitait une plus grande production agricole et électrique et surtout une plus grande indépendance dans un milieu particulièrement hostile. Les eaux du Jourdain pouvaient lui offrir plusieurs années de sursis, ce qui n’était guère négligeable pour un Etat qui venait juste de voir le jour. Pour la Syrie (indépendante depuis 1946) et le Liban (1943), les eaux du Jourdain présentaient moins d’avantages, quoique les fleuves et les rivières de la région pouvaient fournir une quantité appréciable d’électricité.

24Au lendemain de la création d’Israël, l’Organisation sioniste mondiale demanda à deux ingénieurs américains, Hays et Savage, d’étudier les possibilités de mettre en oeuvre les plans hydrauliques établis par Lowdermilk en 1944. Les travaux des deux ingénieurs allaient devenir le fondement de la politique hydraulique du nouvel Etat d’Israël. Mais avant les projets hydrauliques, les événements militaires imposèrent une nouvelle géographie régionale qu’il faut rappeler.

LA QUESTION DE L’EAU AU PROCHE-ORIENT : L’AUTRE LECTURE DE L’HISTOIRE

  • 17 SELIM Mohamed Ahmed, op. cit. pp. 5 et 6.

25Quand l’Etat d’Israël proclama le 14 mai 1948 sa naissance, les armées arabes attaquèrent pour tenter de faire obstacle à la création d’un Etat considéré comme imposé par l’impérialisme international. Mais l’échec des armées arabes fut total et la défaite lourde. Les Israéliens renforcèrent leur emprise sur les territoires convoités : à la signature des accords d’armistice du 7 janvier 1949, Israël occupait déjà une superficie de 20 202,02 km2, c’est-à-dire 1 813 km2 de plus que la superficie prévue par le projet de partage de la Palestine établi et décidé par les Nations Unies. Au plan hydropolitique, Israël contrôle les sources du Dan au nord des lacs de Houleh et de Tibériade, le triangle de Yarmouk au sud du lac de Tibériade et la rive occidentale du Jourdain jusqu’à la ville de Beissan à peu près — la ligne d’armistice s’écartant ensuite en direction de la Méditerranée, puis se rapprochant de nouveau pour diviser la ville de Jérusalem en deux parties est et ouest avant d’atteindre les rives sud-ouest de la mer Morte. Cette ligne d’armistice fut reconnue et garantie par l’Angleterre, la France et les Etats-Unis le 25 mai 1950. Les trois puissances déclarèrent s’engager à assurer et à protéger la nouvelle frontière jusqu’à ce que les Etats concernés de la région s’entendent sur un tracé définitif17.

26Cette armistice qui marqua sur le terrain la première grande défaite arabe rendit toute autre négociation (notamment sur la question de l’eau) totalement inenvisageable. D’où le fait que chaque Etat allait tenter d’exploiter unilatéralement les ressources accessibles, imposant de la sorte des situations de faits accomplis, inaugurant une longue période caractérisée par des conflits hydropolitiques qui se prolonge jusqu’à aujourd’hui. Pis, l’eau sera à plusieurs reprises une des causes directes ou indirectes d’affrontements armés et d’au moins une guerre israélo-arabe : celle de 1967. J’y reviendrai.

  • 18 NIMROD Yoram, « L’eau, l’atome et le conflit », in Les Temps Modernes, n°. 253 bis, 1967, p. 884.

27Pour les Israéliens, qui ont réussi à imposer une nouvelle ligne de front relativement stable et garantie par les puissances occidentales, les chantiers de construction de l’Etat peuvent commencer réellement. Parmi leurs priorités de l’époque, il y avait la sécurité alimentaire et la construction d’une infrastructure économique en mesure de favoriser le développement d’une économie forte. Pour ces deux projets hautement géopolitiques, l’eau constituait un facteur surdéterminant à l’origine de la naissance du Plan National d’Adduction d’Eau qui fut réalisé en plusieurs étapes et supervisé par un organisme public : Tahal18 (planification israélienne de l’eau) qui fut doté de pouvoirs exceptionnels. Le premier projet confié à cet organisme fut celui d’acheminer une partie des eaux du Jourdain vers le désert du Néguev dans le sud du pays.

28La plan national d’adduction d’eau prévoit le drainage du lac Houleh (marécages), la dérivation vers le sud des eaux du Jourdain et la construction d’un réseau de transport de l’eau à travers tous le pays jusqu’au désert du Néguev. Plusieurs étapes furent envisagées :

  1. Le détournement des eaux du Jourdain au niveau de Jisr Banat Yaakoub au sud du lac Houleh sur le Jourdain séparant Israël et la Syrie. Pour cela, un barrage de dérivation devait être construit au niveau de ce site et l’eau devait être convoyée par un canal ouvert, d’une capacité de 435 millions de mètres cubes par an, coulant vers le sud à travers la zone démilitarisée jusqu’au village de Tabigha sur la côte nord-ouest du lac de Tibériade.
  2. La production de l’électricité grâce à une centrale dont la construction fut projetée au niveau du village de Tabigha sur le lac de Tibériade.
  3. L’utilisation d’une partie de l’électricité produite pour alimenter une station de pompage destinée à envoyer l’eau du Jourdain dans le réseau hydraulique israélien.
  4. La construction d’une série de canaux, tunnels et réservoirs artificiels afin d’alimenter continuellement le réseau d’eau qui alimente les régions agricoles dans le centre du pays, les villes et surtout les terres bonifiées dans le désert du Néguev.
  • 19 Déclaration reprise par The Christian Science Monitor du 25 juillet 1951.

29Reprise et élaborée dans le National Water Carrier, clef de voûte de la politique de développement des ressources hydrauliques de l’Etat hébreu, la première étape qui consistait à assécher les marécages du lac Houleh commença en 1951. Les travaux touchant des territoires syriens, furent à l’origine de plusieurs incidents entre les deux armées dont le plus grave fut le bombardement (en 1951) par l’aviation israélienne du village d’al-Hammah, situé dans la zone démilitarisée aux abords du lac Houleh, provoquant un exode important de populations arabes qui vivaient dans ses environs. Quand le Conseil de sécurité réuni sur demande syrienne ordonna le retour des expulsés, il était trop tard : leurs villages étaient déjà détruits par l’armée israélienne. Lors d’une visite du côté du lac de Houleh, le ministre israélien des affaires étrangères, M. Moshe Sharett déclara : « Nos soldats dans le Nord défendent les sources d’eau du Jourdain laquelle eau pourrait être acheminée jusqu’aux paysans du Néguev19. »

30Quant au Royaume hachémite, il a vu sa population quasiment doubler par l’afflux de réfugiés palestiniens et par l’annexion de la Cisjordanie décidée par le gouvernement jordanien en 1950. Au total la population jordanienne est passée de un million de personnes à peine à plus de 1 850 000 habitants. Sur les 750 000 à 900 000 Palestiniens partis ou expulsés des territoires devenus, selon le partage des Nations Unies, territoires israéliens, 450 000 sont partis soit en Transjordanie (Jordanie actuelle), soit en Cisjordanie (sous occupation israélienne depuis juin 1967). Mais la Jordanie ne disposait guère de moyens financiers et techniques lui permettant d’entreprendre la construction d’ouvrages hydrauliques en mesure de répondre aux besoins nouveaux créés par la naissance de l’Etat d’Israël et surtout par l’issue de la première guerre israélo-arabe qui provoqua un exode massif de Palestiniens. Les plans établis par le gouvernement d’Amman afin d’utiliser les eaux du Jourdain se trouvaient d’autant plus minés par la nouvelle situation géopolitique de la région que le fleuve suit, sur une grande partie de son cours, la ligne de front face à l’Etat hébreu, à l’exception du tronçon sur la partie qui sépare la Cisjordanie annexée et la Transjordanie.

  • 20 Voir le chapitre « Projets pour le Jourdain ».

31En 1949, le gouvernement jordanien demanda au bureau d’étude « British Consultants, Sir Murdoch MacDonald and Partners² » de formuler un plan de développement de la vallée, fondé sur le rapport Ionides de 1939. Les ingénieurs du bureau d’étude publièrent en 1950 leur rapport de mission20 dans lequel ils recommandèrent l’irrigation de la vallée du Jourdain sur les deux rives entre le lac de Tibériade et la mer Morte, estimant que c’était là la seule solution pour augmenter la superficie cultivable. Le rapport avança aussi l’idée d’une entente arabo-israélienne permettant l’utilisation du lac de Tibériade comme réservoir commun, ce qui devait se traduire par la déversion dans le lac des eaux du Yarmouk, l’affluent du Jourdain qui coule le long de la frontière syro-jordanienne avant de déboucher dans la vallée du Jourdain à une dizaine de kilomètres au sud du lac de Tibériade.

  • 21 LOWI M. R., op. cit, p. 13.

32En même temps, et à l’initiative de la Commission de conciliation pour la Palestine des Nations Unies, une autre mission dirigée par G. Klapp, de la « Tennessee Valley Authority » (TVA), fut envoyée au Moyen-Orient en 1949 pour étudier et proposer un plan de développement régional facilitant la paix et apportant une aide substantielle aux réfugiés palestiniens. Les recommandations de Klapp écartèrent les aspects politiques et les questions de répartition de l’eau et de la réinstallation des réfugiés et se concentrèrent sur des projets techniques concernant de « petites » régions spécifiques où des petits projets de développement étaient réalisables21.

33Pour les aspects touchant à la gestion des ressources hydrauliques, la « Palestine Conciliation Commission » de l’ONU proposa la création d’une Autorité internationale des eaux chargée de superviser le développement et la distribution des eaux du Jourdain. L’ensemble des propositions de ladite commission reçut une fin de non recevoir tant de la part d’Israël que des Arabes.

34Presqu’en même temps, la United States’ Technical Cooperation Agency, qui fut créée sous le Point 4 de la Doctrine Truman, entreprit une autre étude d’évaluation des ressources hydrauliques de la région sous la direction de Mills E. Bunger, le chef de la section « Water Resources Branch of The US » du programme d’aide américain TCA Point 4 de l’agence de Amman. Bunger proposa la construction d’un premier barrage sur le site de Maqarin ; la jonction de trois petits affluents du Yarmouk et un second barrage de dérivation à Adassiyya plus en aval pour détourner les eaux retenues par le premier barrage vers le ghor oriental grâce à une canalisation construite le long du Jourdain sur la rive orientale d’où partirait un branchement vers la Cisjordanie en passant par un tunnel creusé sous le cours du Jourdain. Le projet Bunger présentait l’avantage d’être immédiatement utilisable pour le stockage de l’eau et la production de l’électricité. Comme il n’envisageait pas un stockage dans le lac de Tibériade, le plan ne nécessitait pas un accord d’Israël.

35En 1951, le gouvernement jordanien adopta et annonça son projet d’irrigation de la vallée du Jourdain grâce aux eaux du Yarmouk, projet fondé pour l’essentiel sur les travaux de MacDonald et de Bunger. Israël fit alors savoir qu’elle s’opposerait à la construction d’un quelconque barrage au sud du lac de Tibériade ou sur le Yarmouk, expliquant que le détournement de la totalité des eaux du Yarmouk par les Jordaniens (500 millions de m3/an environ — voir tableau) priverait l’Etat hébreu de l’une des pièces maîtresses de ses plans hydrauliques, qui incluaient évidemment le Yarmouk, bien qu’il ne soit pas situé sur la ligne de front-frontière (sauf dans le sud du « triangle du Yarmouk » où la ligne d’armistice suit le cours du fleuve sur une dizaine de kilomètres).

36A noter qu’entre temps la population israélienne n’a cessé d’augmenter par l’arrivée de plusieurs milliers de nouveaux immigrants. Ainsi, en 1952 la population « juive » comptait 1 600 000 de personnes contre seulement 650 000 en 1948. Cette augmentation de la population continuera jusqu’à nos jours et provoquera à chaque fois des demandes supplémentaires en eau.

37De l’autre côté de la frontière, face à l’afflux incessant de réfugiés palestiniens et au blocage des projets hydrauliques du royaume hachémite à cause, notamment, de l’opposition israélienne à tous chantiers sur les affluents du fleuve, l’UNRWA (United Nations Relief and Works Agency) proposa au gouvernement jordanien la construction d’un barrage d’une capacité totale de 480 millions de mètres cubes sur le Yarmouk afin de venir en aide aux réfugiés palestiniens en les installant sur des périmètres irrigués créés le long du Jourdain. Le plan adopté par l’UNRWA est celui envisagé par l’ingénieur américain Mills E. Bunger.

  • 22 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 48.

38Le plan Bunger visait l’irrigation de 43 500 hectares en Jordanie et 6 000 en Syrie et la production de 28 300 kWh par an au profit de la Jordanie et de la Syrie22 grâce à deux centrales hydrauliques. L’expert estimait qu’un tel plan permettrait l’installation de 100 000 réfugiés palestiniens.

  • 23 STEVENS G., Jordan River Partition, Stanford, CA : Stanford University Press, Hoover Institute on (...)

39Le coût total du projet ayant été estimé à 70 millions de dollars, l’UNRWA proposa 40 millions de dollars. Pour la réalisation des travaux préliminaires de construction du barrage, l’USTCA offrit 929 000 dollars, l’UNRWA 856 000 dollars et le gouvernement jordanien 200 000 dollars23.

  • 24 STEVENS G, op. cit., p. 37.

40En 1953, grâce à la bonne entente entre l’administration américaine d’Eisenhower, le royaume hachémite et l’UNRWA, le plan Bunger fut agréé. Les travaux commencèrent peu de temps plus tard quand la Jordanie et la Syrie signèrent un accord pour l’exploitation commune des eaux du Yarmouk. Vu que le projet des travaux hydrauliques permettait l’emploi immédiat, et pendant une période relativement longue de plusieurs centaines de réfugiés, l’UNRWA lui accorda le 1/5 de son propre budget. La Jordanie et l’UNRWA signèrent au mois de mars 1953 un accord pour l’exécution du plan Bunger. Cet accord fut suivi par un autre, signé au mois de juin de la même année entre la Jordanie et la Syrie, portant sur les modalités de partage des eaux du Yarmouk, partage demandé par les bailleurs de fonds occidentaux avant leur retrait provoqué par les exigences israéliennes et stipulant que « la Jordanie possède le droit d’exploiter et d’utiliser les eaux du Jourdain provenant du Yarmouk qui excèdent les besoins syriens24 ». Au mois de juillet (1953) les Jordaniens commencèrent les travaux préliminaires pour la construction du premier barrage sur le Yarmouk et prévinrent Israël qu’en l’absence d’un accord sur le partage des eaux du Jourdain, ils ne « tiendraient pas compte » de ses besoins ni de ses réclamations.

  • 25 On remarquera la similitude des termes utilisés par l’administration américaines pour justifier so (...)

41Mais après des protestations et des pressions israéliennes revendiquant une part des eaux du Yarmouk, le chantier fut suspendu en décembre 1953 à cause du retrait des Américains. En effet, les experts américains déclarèrent, soudainement, le projet non économique et « infaisable »25. Les Américains retirèrent leur proposition de co-financement et pressèrent l’UNRWA d’en faire de même. Bunger reçu l’ordre de quitter définitivement la Jordanie pour le Brésil.

  • 26 LOWI M. R., op. cit, p. 14.

42Dans son autobiographie publiée en 1962, le roi Hussein de Jordanie relata cet épisode : « Les Israéliens protestèrent auprès de Washington et des Nations Unies. Ils exigèrent un plan qui serait utile pour l’ensemble des pays dans la région et qui lui attribuerait une part des eaux du Yarmouk. Incroyablement, le monde libre lui apporta son soutien. Derrière la frustration, ce projet strictement interne aurait, dès 1956, permis à plus de 10 000 réfugiés, qui avaient perdu leurs domiciles à cause de la politique israélienne, de gagner leur vie et de retrouver leur dignité26.

  • 27 Géo-militairement mal situé, le site a néanmoins deux avantages hydrologiques remarquables : 1) un (...)
  • 28 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 39.

43Seulement, le fait d’avoir réussi à arrêter la construction du barrage jordanien sur le Yarmouk n’a point empêché les autorités israéliennes de reprendre leurs propres chantiers hydrauliques le 2 juillet 1953 avec la première phase du plan national d’adduction d’eaux. Ce fut là, de la part des Israéliens, une grande faute géostratégique. En effet, Jisr Banat Yaakoub27, le site choisi pour le point de départ du projet hydraulique, situé entre la Syrie et Israël dans la zone démilitarisée par le traité de l’armistice présentait un inconvénient majeur : il y avait un risque de voir de tels travaux provoquer les Etats arabes (dont la Syrie) et surtout la communauté internationale et précisément le gouvernement américain. C’étaient d’ailleurs les réactions de Damas, de Amman et des Occidentaux qui avaient été à l’origine de la suspension des travaux de 1951 jusqu’en juillet 195328.

  • 29 NIMROD Yoram, op. cit. p. 886.

44S’opposant aux initiatives de l’Etat hébreu29, les Syriens portèrent plainte auprès du Conseil de sécurité au mois de septembre suite à un échange de feu qui eut lieu le 3 du mois. Le Conseil de sécurité de l’ONU intima l’ordre à Israël d’interrompre les travaux jusqu’à plus amples informations. Mais les Israéliens, ignorant les injonctions du Conseil de sécurité, continuèrent le chantier comme si de rien n’était. Il fallut l’intervention des USA pour qu’Israël fasse une petite concession : le déplacement de la vanne de déversion hors de la zone démilitarisée.

  • 30 NIMROD Yoram, op. cit. p. 885.
  • 31 Malgré la confusion que l’on rencontre chez certains auteurs, ce premier plan de partage des eaux (...)

45Afin de trouver une solution définitive au conflit, de désamorcer un engrenage qui paraissait de plus en plus inextricable et de répondre aux besoins immédiats des réfugiés palestiniens30, l’UNRWA s’adressa à la Tennessee Valley Authority dirigée par G. Klapp, lui demandant de proposer une solution viable, acceptable par toutes les parties du conflit et rapidement réalisable, envisageant notamment un partage des eaux de la région et la construction d’un certain nombre d’ouvrages hydrauliques. Ainsi naquit le plan « Main-Klapp », du nom de la firme Chester Main Inc et du directeur de la TVA, G. Klapp, publié par L’ONU en septembre 195331.

  • 32 Dans les pays arabes, le plan ne trouva pas meilleur accueil. Il fut perçu comme un « complot sion (...)

46Le plan Main-Klapp qui prévoyait la construction d’un système hydraulique complet (barrages, canaux, stations d’énergie hydroélectriques etc.), se heurta à la double opposition d’Israël et des Etats arabes. Les Arabes ne voulaient surtout pas entendre parler d’un quelconque droit d’Israël sur les eaux de la région. Quant aux Israéliens, ils parlèrent d’un complot international « visant à les priver des eaux de la région »32. Pourtant ce plan, qui garantissait à Israël pas moins de 400 millions de mètres cubes d’eau (voir tableau ci-dessous), laissait à chaque Etat la liberté d’utiliser sa quote-part là et comme il le désirait, permettant ainsi à Israël de sortir l’eau de la vallée proprement dite pour irriguer le désert du Néguev. Cette clause constituait une exception extraordinaire à une jurisprudence internationale qui voulait que les eaux d’un fleuve international ne sortent en aucun cas des cadres naturels (lignes de partage de eaux) du bassin de drainage.

47Face au refus opposé au plan Main-Klapp, le président des Etats Unis Eisenhower annonça le 16 octobre 1953 l’envoi d’un émissaire spécial officiel dans la région : Eric Johnston (l’ancien président de la chambre de commerce américaine) chargé d’engager une négociation entre les Etats de la région pour un partage des eaux du Jourdain.

  • 33 Il s’agit bien, en principe, d’un plan onusien, et non pas d’un plan américain comme le soutiennen (...)

48Arrivé dans la région (en octobre 1953) avec le plan Main-Klapp, d’origine onusienne, Johnston le transformera au fil de ses déplacements et des négociations avec ses interlocuteurs Arabes et Israéliens en un plan presque entièrement américain33. C’est ainsi qu’à partir de cette date on n’évoque plus que le « plan américain », d’où une certaine confusion dans la littérature concernant cet épisode de la question de l’eau dans la région.

49Maniant à la fois la menace et le dialogue pour faire pression sur l’Etat d’Israël, qui poursuivait malgré toutes les protestations le chantier de drainage du lac Houleh, le président américain le menaça, en novembre 1953, de suspendre l’aide économique et militaire qui s’élevait à l’époque à 50 millions de dollars par an. Les Israéliens marquèrent alors une pause dans les travaux avant d’opter plus tard pour un autre site de pompage loin du lac Houleh et surtout de la ligne de front avec les Syriens : Eshed Kinrot sur le lac de Tibériade.

50Dans le cadre de sa mission l’émissaire américain devait proposer un compromis sur un certain nombre de questions concernant le partage et l’utilisation des eaux du Jourdain :

  1. Le partage des eaux du Jourdain entre les Etats riverains ;
  2. L’utilisation du lac de Tibériade comme réservoir de stockage des eaux du Jourdain et de ses affluents ;
  3. L’utilisation des eaux du Litani et son intégration comme partie constituante du système hydraulique du Jourdain ;
  4. la nature de la supervision et des garanties internationales34.

51Sur le plan technique, l’émissaire américain disposait des propositions contenues dans le plan Main-Klapp qui comportait un certain nombre d’ouvrages hydrauliques :

  1. Un barrage sur le Hasbani, pour la production de l’électricité et l’irrigation de la région de la Galilée ;
  2. Des barrages sur le Dan et le Banias pour l’irrigation de la Galilée ;
  3. Le drainage des marécages de Houleh ;
  4. Un barrage à Maqarin, d’une capacité de stockage de 175 millions de mètres cubes, utilisé aussi pour la production d’électricité ;
  5. Un barrage à Adassiyya pour dévier l’eau du Yarmouk dans le lac de Tibériade et de là vers le ghor de la vallée ;
  6. Un barrage de taille moyenne à la sortie du lac de Tibériade pour en augmenter la capacité de stockage ;
  7. Des canaux gravitaires pour le transport de l’eau dans les deux ghors est et ouest de la vallée du Jourdain pour l’irrigation des terres agricoles entre le Yarmouk et la mer Morte ;
  8. Des ouvrages et canaux pour l’exploitation des eaux saisonnières des oueds secs35.
  • 36 NIMROD Yoram, op. cit. p. 888.
  • 37 STEVENS G., op. cit., pp. 21-22.

52Johnston proposa la version Main-Klapp de partage des eaux du Jourdain au « Technical Committee On Water » de la Ligue des Etats arabes dont la création fut le résultat d’une pression exercée sur les autres Etats membres par l’Egypte, soucieuse d’assurer son rôle de leader du monde arabe et, surtout, de s’assurer le financement occidental, notamment américain, pour la construction du haut barrage d’Assouan36. Ledit comité, dirigé par le diplomate Mahmoud Riyadh, qui sera plus tard ministre des Affaires étrangères d’Egypte avant d’occuper le poste de secrétaire général de la Ligue des Etats arabes, et l’ingénieur Dr. Mohammed Ahmed Selim, secrétaire général du Conseil National de la Production37, était composé de juristes et d’ingénieurs en grande majorité égyptiens.

53Refusant d’emblée les propositions américaines, les Etats arabes objectèrent que le plan Main-Klapp n’était équitable ni sur le plan de la répartition des ressources hydrauliques disponibles ni sur celui des modalités de ce partage. Concernant la répartition de l’eau du Jourdain, le comité technique s’étonnait qu’Israël puisse bénéficier de 33 % des eaux du Jourdain alors que seuls 23 % provenaient de son territoire. Le comité technique exigea que les eaux libanaises du Litani et du Hasbani ne soient pas prises en compte dans un éventuel plan de partage. Il demanda aussi et surtout que la Jordanie dispose, en dehors de toute autre considération, d’une quantité d’eau suffisante pour son agriculture (Cisjordanie comprise) et pour ses autres secteurs de consommation. Par ailleurs le comité, soulignant que le Yarmouk était un fleuve entièrement arabe, refusa que ses eaux soient prises en compte dans les négociations sur le partage des ressources hydrauliques régionales.

54Pour ce qui est des modalités de répartition, le comité technique, objectant que le stockage des eaux du Jourdain dans le lac de Tibériade augmenterait dangereusement la teneur en sel des eaux et les rendrait ainsi inutilisables pour l’irrigation, en rejeta le principe. L’autre argument développé contre l’utilisation du lac de Tibériade pour le stockage des eaux était de nature politique. Les Arabes craignaient que l’utilisation du lac de Tibériade, entièrement sous contrôle israélien, comme unique réservoir ne soit une mise sous tutelle israélienne de l’ensemble des ressources hydrauliques du Jourdain.

QUAND LES ETATS ARABES « RECONNAISSENT » ISRAEL POUR « SAUVER » LES EAUX DU JOURDAIN

55Mais le refus du plan Main-Klapp repris par l’émissaire américain n’était guère un rejet du principe même de négocier un partage des eaux. En effet, les Etats arabes proposèrent un contre projet de partage et d’utilisation des eaux du Jourdain intitulé Arab Plan For Development of The Water Resources in the Jordan Valley, qui fut publié par la Ligue des Etats arabes au mois de mars 1954.

56En dehors des considérations polémiques et techniques sur les modalités de partage des eaux du Proche-Orient, ce projet fut remarquable par le simple fait que pour la première fois les Arabes acceptaient d’accorder à l’Etat israélien un droit quelconque sur une ressource régionale, reconnaissant ainsi implicitement son droit à l’existence. Elément remarquable de l’acceptation implicite de l’Etat hébreu, le plan proposé par le comité technique arabe ignorait totalement le boycott déjà en oeuvre contre Israël en accordant une part des eaux du Jourdain aux Israéliens.

  • 38 KAHHALEH Subhi, op. cit. p. 26.

57Estimant l’apport total annuel moyen du fleuve à 1 429 millions de m3 (1 047 millions de m3 du fleuve et de ses sources, plus 382 millions de m3 d’apport des oueds saisonniers le long du Jourdain), le comité arabe proposa 132 millions pour la Syrie, 35 millions pour le Liban, 977 millions pour la Jordanie et 285 millions pour Israël38. Derrière cette position arabe, il y avait de toute évidence les intérêts des Egyptiens qui espéraient encore une participation occidentale dans leur grand projet hydropolitique : le haut barrage d’Assouan.

  • 39 STEVENS G., op. cit., p. 22.

58Toutefois, cette concession politique majeure n’a pas échappé à certains radicaux arabes. En effet, au moment même où le comité technique de la Ligue présentait ses propositions, un communiqué émanant du Arab Palestine Office in Beirut, publié à Beyrouth, protestait contre le fait que les plans de partage des eaux du Jourdain privaient les Etats arabes, « qui sont depuis longtemps les seuls riverains du fleuve, de leurs parts de ses eaux »39.

  • 40 Les trois visites de Johnston dans la région eurent lieu respectivement en octobre 1953, juillet 1 (...)
  • 41 NIMROD Yoram, op. cit. p. 887.
  • 42 Le débit moyen du Litani étant estimé à quelque 900 millions de mètres cubes d’eau par an.
  • 43 RIYADH Mahmoud, « Israel and the Arab Water in Historical Perspective », in Israel and Arab Water, (...)

59En juin 1954, huit mois après la première visite en octobre 195340 de Johnston dans la région et trois mois après celui des partenaires arabes, Israël publia son propre plan pour un partage des eaux connu sous l’intitulé de plan Cotton (du nom de l’ingénieur-conseil américain) en réponse au plan arabe. Le plan prévoyait la participation d’Israël à un projet d’expansion régionale, à la condition que plus de la moitié des eaux du Litani soit déversée dans la vallée du Jourdain41. Israël qui réclamait encore 500 millions de mètres cubes des eaux du Jourdain42, voulait diminuer de 20 % la part attribuée à la Jordanie par le plan Main-Klapp. Par ailleurs, Israël déclara vouloir aller jusqu’au bout de son projet de détournement des eaux du Jourdain vers le Néguev, lequel devait aboutir à la fin du plan décennal à une utilisation totale de 700 millions de mètres cubes d’eau du Jourdain, incluant une partie des eaux du Yarmouk43.

  • 44 Les chiffres sont donnés en millions de mètres cubes d’eau par an. Par « les trois parties » j’ent (...)

60Le tableau qui suit résume les propositions des trois parties44 sur les modalités de partage des eaux du Jourdain :

  • 45 Ce plan de partage ne tient compte que des eaux de surface, en considérant la disponibilité et les (...)
  • 46 Le plan Main-Klapp ne prend pas en considération les eaux du Litani qu’il n’intègre pas dans le sy (...)
  • 47 Le plan Cotton incluait le Litani dans ses comptes, allouant 400 Mm3 à Israël et 300 au Liban. Le (...)
  • 48 Les Arabes répondent au plan de Main-Klapp, en 1954, en reprenant les plans élaborés par Ionides, (...)
  • 49 Au fur et à mesure de l’avancement des négociations menées par l’envoyé américain, la part allouée (...)

Note (94)45
Note (95)46
Note (96)47
Note (97)48
Note (98)49

61A partir de ces trois propositions, Johnston établit un nouveau plan de partage des eaux du Jourdain connu sous l’appellation de Unified plan (en millions de m3) :

  • 50 Dans ce tableau, « Jourdain » s’entend des sources jusqu’au lac de Tibériade.
  • 51 Sans considérer les sources du Litani, Israël exigeait 550 Mm3 des eaux du Jourdain par an.

Note (99)50
Note (100)51

  • 52 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 41.

62Le plan américain stipula, par ailleurs, la création d’un comité neutre formé d’ingénieurs et chargé de superviser le partage des eaux, d’assurer les observations hydrologiques et, enfin, de surveiller les chantiers hydrauliques de manière à ce que cela ne se fasse pas au détriment de l’une des parties riveraines du fleuve et signataires du traité52.

  • 53 NIMROD Yoram, op. cit. p. 890.

63Parallèlement aux négociations entre l’émissaire américain et la Ligue des Etats arabes, des pourparlers bilatéraux se déroulaient entre les Etats Unis d’une part et l’Egypte et la Jordanie d’autre part. En 1954, les trois parties publièrent un communiqué commun précisant que « E. Johnston, envoyé spécial du président Eisenhower, et les délégués égyptiens et jordaniens sont tombés d’accord sur un plan général de développement de la vallée du Jourdain et sur son exécution immédiate ». Le communiqué annonçait : « l’eau sera pompée à partir du lac de Tibériade, le principe du partage est retenu, un organisme international supervisera l’exécution ». Commentant ce communiqué, le Times de Londres daté du 4 juin 1954 écrivait : « La déclaration ne mentionne pas Israël et aucun pays arabe n’envisage d’annoncer aux masses sa participation à un projet avantageux pour Israël...53 ». A cet accord, les Israéliens répondirent par deux préalables : le détournement du Litani vers le Sud et le refus du contrôle international ; d’où le blocage.

  • 54 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 41.
  • 55 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 41.
  • 56 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 41. Par trois fois (mars, mai et août), l’armée israélienne (...)
  • 57 RIYADH Mahmoud, op. cit, pp. 12 et 13.
  • 58 Le canal israélien fut destiné à pomper l’eau au niveau du lac de Tibériade au lieu-dit Eshed Kinr (...)

64En juillet 1955, le cabinet israélien discuta du plan américain mais ne le vota pas alors que le comité technique israélien l’avait déjà approuvé54. Devant la lenteur et les tergiversations israéliennes, les Arabes adoptèrent la même stratégie : en septembre 1955, le comité technique arabe approuva à son tour le plan et le transmit au conseil de la Ligue arabe pour ratification55. Mais cette dernière le rejeta le 11 octobre 195556. Le projet de partage est politiquement mort et il n’en restera qu’une sorte de consensus entre la Jordanie et Israël qui consiste à utiliser les eaux du Jourdain en respectant le plan unifié (Unified Plan) des Américains. Tentant une ultime intervention pour sauver les négociations les Américains changèrent de stratégie et proposèrent par la voix du secrétaire d’Etat M. Dulles, en août 1955, un plan de paix globale prévoyant une solution pour le problème de l’eau et de celui des réfugiés à travers un rapatriement et des compensations pour ceux qui ne voulaient ou ne pouvaient plus rentrer chez eux57. Mais ce plan fut refusé à son tour, non pas uniquement parce qu’il ne convenait pas aux différentes parties, mais surtout parce que les préparatifs de la guerre avaient déjà pris le dessus sur les timides et longues négociations. A partir de cette date, chaque partie va entreprendre des travaux hydrauliques (respectivement le canal du ghor oriental et le « National Water Carrier »58 tout en respectant les limites fixées par le plan Johnston.

65En plus des difficultés à trouver un terrain d’entente entre les différentes parties du conflit sur un sujet particulièrement sensible, d’autres vinrent compliquer la situation et accentuer les divergences :

66Le 12 janvier 1955, Israël attaqua des villages arabes au nord-est du lac de Tibériade, provoquant la mort de 50 personnes et imposa deux jours de couvre-feu autour du lac. Le gouvernement israélien reprochait aux habitants arabes des villages attaqués de pêcher sans son autorisation sur son territoire.

  • 59 NIMROD Yoram, op. cit. p. 893.

67Début 1956, Ben Gourion accéda à la présidence du conseil et tenta de relancer le programme hydraulique israélien sans attendre un accord définitif avec les Arabes qui virent dans cette précipitation un refus de négocier. Pour tenter d’éviter le blocage, le secrétaire général de l’ONU, se rendit au Moyen-Orient. On envisagea dans un premier temps l’application du plan américain par l’ONU, avec une participation soviétique, mais la guerre était sur le point d’éclater et tout accord aurait gêné ceux qui la préparaient59.

68A la suite d’un raid militaire israélien sur Gaza, à l’époque sous contrôle égyptien, en riposte à des opérations menées par des fedayins palestiniens, les relations égypto-israéliennes se dégradèrent. L’Egypte, soumise à un embargo militaire occidental, se procura des armes en URSS par l’intermédiaire de la Tchécoslovaquie, provoquant ainsi une réaction violente des Occidentaux, qui aboutira à leur retrait du projet du haut barrage d’Assouan sur le Nil.

69La chronologie des événements est désormais connue :

70Au mois de juillet 1956, les USA refusèrent de financer le barrage égyptien et demandèrent à ses alliés occidentaux et à la Banque mondiale de ne pas y participer. Au retrait occidental, Nasser répondit le 27 juillet 1956 par la nationalisation du canal de Suez dont les revenus devaient être affectés à la construction du barrage sur le Nil. Jugeant la décision de Nasser inacceptable, les Britanniques et les Français rejoints par les Israéliens, déclenchèrent peu de temps après la guerre de Suez dont l’une des conséquences majeures fut l’entrée de l’Union soviétique sur la scène proche-orientale par la grande porte : l’Egypte, le plus grand pays du monde arabe. Cela fut une véritable percée soviétique en pleine guerre froide.

71L’autre événement qui affecta les relations égypto-occidentales avait été la création du Pacte de Bagdad, signé le 24 février 1955 entre l’Irak et la Turquie avant l’adhésion « officielle » de l’Angleterre le 4 avril 1955. Ce pacte, destiné à s’opposer aux « menaces communistes », fut en effet rejeté d’une manière catégorique par l’Egypte et la Syrie qui répliquèrent en février 1958 par la création de la République Arabe Unie regroupant les deux Etats. Une union qui fut un échec et dissoute par la Syrie le 28 septembre 1961.

EN 1967, UNE GUERRE DE L’EAU ?

72Après l’attaque tripartite contre le canal de Suez en 1956, les Américains, qui n’avaient pas participé à la guerre, relancèrent leurs initiatives en vue d’aboutir à un compromis sur le partage des eaux. Mais les Egyptiens, qui n’espéraient plus une participation occidentale au projet du haut barrage sur le Nil, ne firent rien qui puisse assurer la réussite d’une nouvelle négociation. La Ligue des Etats arabes, très influencée par la position égyptienne, ne favorisa pas la discussion non plus.

73Au plan hydraulique, Israéliens et Jordaniens continuèrent à élaborer leurs programmes. En 1956, Israël publia le « plan directeur de l’irrigation » qui prévoyait que 450 millions de m3 lui seraient nécessaires pour ses besoins agricoles.

  • 60 JORDAN RIVER & TRIBUTARIES REGIONAL CORPORATION, Khaled bin al-Walid (Mokheibeh) Dam, Amman, mars (...)

74Sur demande jordanienne, la « Harza Engineering Company of Chicago, USA », en collaboration avec « Michael Baker Jr. Inc. of Pennsylvania », produisirent en 1955 un rapport intitulé Yarmouk — Jordan Valley Project : Master plan Report, comportant de nombreuses et précieuses données sur l’hydrologie du système hydraulique du Jourdain. Le Master plan Report examinait aussi la faisabilité et l’utilité d’un certain nombre d’ouvrages hydrauliques (et/ou hydroélectriques) envisagés en Jordanie notamment sur le Yarmouk et les wadis qui débouchaient dans la vallée du Jourdain. D’autres informations précieuses sur la qualité des sols et les possibilités de cultures y étaient largement développées60.

75En 1957, les Jordaniens commencèrent les travaux de construction du canal du ghor oriental. Il s’agissait de la première phase d’un plan beaucoup plus ambitieux, dit le projet du Grand Yarmouk, qui prévoyait la réalisation de plusieurs ouvrages hydrauliques :

  1. Deux barrages (Moukhaïba et Maqarin) pour le stockage de l’eau et la production de l’électricité.
  2. Quarante sept kilomètres du canal du ghor occidental alimenté à l’aide de siphons installés à travers le Jourdain à proximité de wadi Faria et faisant la connexion avec le ghor oriental.
  3. Sept barrages pour l’utilisation des eaux saisonnières des wadis qui se déversent dans le Jourdain.
  4. Des stations de pompage, des canaux latéraux, des ouvrages de protection contre les inondations et enfin un système de drainage.
  • 61 JORDAN RIVER & TRIBUTARIES REGIONAL CORPORATION, op. cit. p. 12.

76En 1962, la « Harza Engineering Company » compléta l’étude en produisant trois autres volumes sur le Yarmouk. Ceux-ci comprenaient des analyses des données d’hydrologie, d’ingénierie, d’agronomie, de marketing, de coûts-bénéfices pour la poursuite de projet du Grand Yarmouk, notamment l’extension du canal du ghor oriental et des périmètres irrigués61.

  • 62 JORDAN RIVER & TRIBUTARIES REGIONAL CORPORATION, op. cit., p. 12.

77En 1963, Vorm Lahmeyer Co. of Germany publia une étude commandée par le Royaume hachémite, pour un « plan décennal pour l’électrification de la Jordanie ». Par cette étude, la société recommanda la mise en place d’un réseau et d’une centrale électrique pour la quasi-totalité de la Jordanie et d’intégrer la centrale hydroélectrique prévue sur le Yarmouk à ce réseau62.

  • 63 Automne 1958, Johnston déclara dans le New-York Times Magazine qu’Israël se conformait à son plan.
  • 64 STEVENS G, op. cit., p. 49.

78La construction du canal du ghor oriental était, au départ, destinée à irriguer 25 % des terres irrigables de la vallée, soit 12 545 hectares dans la vallée du Jourdain63. La longueur totale est de 69,187 kilomètres et le débit de 140 millions de m3 d’eau par an, le tout coulant par gravité. Les premières sections étaient finies en 1961 et les sections 2 et 3 à l’aval de wadi Zarqa étaient en service en juin 1966. Le financement était assuré par les Américains et ceci malgré le fait qu’un accord n’avait toujours pas été trouvé sur les modalités de partage des eaux à cause de la réclamation par Israël d’une partie des eaux du Yarmouk. En 1963, les Etats Unis avaient déjà participé au chantier à une concurrence de 13 millions de dollars et la Jordanie pour 4 millions de dollars64.

79Actuellement le canal du ghor oriental longe le Jourdain sur 120 km et permet l’irrigation des terres agricoles le long de la vallée ainsi que l’approvisionnement en eau potable des villes et des zones peuplées du nord-ouest. Son rechargement est assuré par le Yarmouk et par les deux grands barrages de la Jordanie : King Talal sur la rivière Zarqa d’une capacité totale de 90 millions, et wadi Arab, de 20 millions de mètres cubes d’eau.

  • 65 Alors que les Syriens et les Jordaniens prévoyaient un barrage d’une retenue totale de 500 million (...)
  • 66 JORDAN RIVER & TRIBUTARIES REGIONAL CORPORATION, op. cit., p. 12.

80Pour ce qui est de la construction du barrage du Yarmouk, la participation occidentale se faisait beaucoup plus conditionnelle. La Banque mondiale, qui avait pourtant participé aux études de faisabilité, exigea au préalable un accord sur le partage des eaux du fleuve. Face au refus occidental, le gouvernement jordanien demanda en 1963 à une société yougoslave65, Messrs. Energoprojekt, the Yugoslav Consulting Engineers, de reprendre des investigations et des études, de préparer des plans et de déterminer les spécifications du projet. Ils furent aussi chargés de superviser la réalisation du projet du Grand Yarmouk66.

  • 67 ALI Muhammed Ali, Le Jourdain et la conspiration sioniste, (en arabe), Le Caire, al-Dar al-Qawmiya (...)
  • 68 KAHHALEH Subhi, op. cit. p. 29.

81De son côté le gouvernement israélien n’a pas attendu l’aboutissement des négociations en coulisses pour mener à terme son projet hydraulique. Et c’est dans le secret le plus absolu que la première phase de la pièce maîtresse de ce programme, le canal national qui relie le lac de Tibériade au désert du Néguev, fut réalisée. Ce n’est en effet qu’au mois d’octobre 195967 que quelques détails techniques et informations sur l’avancement des travaux furent publiés par le journal israelien The Jerusalem Post68.

82La réaction des Etats arabes fut immédiate, mais, on le verra plus loin, peu efficace. Un comité égypto-syrien fut formé et chargé d’étudier les possibilités de détournement des eaux du haut Jourdain afin de les exploiter pour l’irrigation au Liban, en Syrie et en Jordanie. Le conseil de la Ligue des Etats arabes réuni en février 1960 discuta du rapport du comité et décida que si Israël allait jusqu’au bout de son projet, les Etats arabes mettraient à exécution le détournement des eaux du haut Jourdain. Le Conseil approuva un projet hydraulique proposé par le comité technique et qui se définit comme suit :

  • achèvement du canal du ghor oriental du Jourdain et stockage des eaux du Yarmouk afin d’assurer l’irrigation de la vallée du Jourdain ;
  • construction d’un barrage sur le Hasbani pour l’irrigation des terres dans le Sud-Liban ;
  • construction de stations de pompage sur le Hasbani près des sources et exploitation des eaux du Wazzani pour l’irrigation des terres situées à cheval sur les frontières syro-libanaises ;
  • utilisation des eaux du Banias pour l’irrigation des terres syriennes à l’est du lac de Tibériade69.
  • 70 NIMROD Yoram, op. cit. p. 884.

83Mais alors que les Etats arabes discutaient encore de l’application de leurs propres décisions Israël continuait imperturbablement son chantier : en 1963-1964, dernière année avant la mise en service du pipe-line national, Israël consomma 1 231 millions de m3 d’eau douce, dont un milliard de m3 pour l’irrigation70.

84La nouvelle situation créée par la « réussite » hydropolitique israélienne fut cependant à l’origine de la première rencontre au sommet des chefs d’Etats arabes réunis au Caire, le 17 janvier 1964, à l’initiative du président égyptien Gamal Abd al-Nasser. Depuis cette première rencontre, les réunions au sommet devinrent une véritable institution politique suprême au niveau arabe et dont les décisions engagent, en théorie, l’ensemble des Etats arabes, membres de la Ligue.

  • 71 Les chefs d’Etat arabes devaient se prononcer sur deux plans légèrement différents : déverser le H (...)
  • 72 Bien que théoriquement, les deux Etats s’étaient fondus en un seul (RAU), chacun des deux partenai (...)

85En tête de liste de l’ordre du jour du sommet figurait la question de l’eau dans le conflit avec Israël. Le sommet approuva définitivement le projet de dérivation des eaux des sources et des affluents du Jourdain réalisé par le comité technique et déjà approuvé par le conseil de la Ligue arabe71. Concernant les travaux hydrauliques sur le Hasbani en territoire libanais, le comité technique proposait au sommet deux options : la première consistait à détourner le Hasbani vers le Litani et la seconde le Hasbani vers le Banias et les deux vers le Yarmouk. La seconde option fut retenue, mais seulement l’excédent des eaux du Hasbani serait détourné vers le Banias une fois les besoins du Liban satisfaits, surtout en eaux d’irrigation. Pour mieux coordonner la riposte arabe, le sommet mit sur pieds un organisme, l’Authority to Exploit the Waters of the Jordan River and Tributaries, chargé de préparer les plans définitifs et de superviser la construction des ouvrages hydrauliques prévus au Liban, en Syrie et en Jordanie. L’organisme de l’exploitation des eaux du Jourdain fut placé sous l’autorité directe du secrétaire général de la Ligue des Etats arabes et composé des représentants du Liban, de la Syrie, de la RAU (République Arabe Unie — Syrie et Egypte), de l’Egypte72 et du Royaume hachémite de Jordanie. Par ailleurs, le sommet des chefs d’Etats arabes décida de créer deux organismes pour assurer le détournement du Jourdain :

  1. Le fonds arabe pour l’aménagement du haut Jourdain ;
  2. Le Haut Commandement Militaire Unifié Arabe, sous le commandement du général égyptien Ali Ali Amer, et financé par l’ensemble des Etats arabes.
  • 73 Plus tard le Fatah deviendra la force principale de l’OLP dont Arafat prend la présidence et les p (...)

86Sur le plan militaro-politique, lors de ce premier sommet arabe (janvier 1964), il fut décidé de la création de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine). En réalité, L’OLP fut formée aussi pour contrecarrer le Fatah de Yasser Arafat créé clandestinement en 195973. La nouvelle organisation palestinienne mena sa première opération militaire contre un objectif hydraulique israélien le 31 janvier 1964.

  • 74 NIMROD Yoram, op. cit. p. 885.

87Tout en écartant l’option militaire, le premier sommet arabe décida d’intervenir auprès des Occidentaux et des instances internationales pour empêcher la mise en fonctionnement des ouvrages hydrauliques israéliens. Mais au mois de juillet 1964, les stations de pompage israéliennes installées sur le lac de Tibériade étaient en fonctionnement et envoyaient de l’eau du Jourdain vers tout le pays jusque dans le désert du Néguev74 : le plan hydraulique israélien était quasiment achevé et l’irrigation du désert du Néguev pouvait démarrer.

88Il s’agit d’un plan extrêmement ambitieux qui se traduira quelques années plus tard par ce qui fut appelé le miracle israélien. A partir d’immenses turbines construites sur le nord-ouest du lac Tibériade, une canalisation gullivérienne longe la frontière de 1948, se sépare en deux tubulures entre les abords de Nataniya et ceux d’Ashkelon, poursuit son chemin vers Gaza, d’où une bifurcation longe la route de Be’er Sheva dans le Néguev. A hauteur du Lod, une autre bifurcation monte à Jérusalem.

89Après l’inauguration officielle de l’ouvrage israélien, au mois de mai 1964, un deuxième sommet des chefs d’Etats arabes, réuni à Alexandrie au mois de septembre 1964, tenta d’accélérer la riposte. Lors de la même réunion, le choix final du projet de barrage sur le Yarmouk fut décidé au profit de Moukhaïba à l’aval de Maqarin. Ici, la capacité du barrage est limitée à 200 millions de mètres cubes, et sa production électrique à 30 000 KWh par an, mais sa position géographique lui permettait de recevoir des eaux en provenance des autres sources du Jourdain comme le Banias si elles devaient être détournées. Ce projet, s’il était mené à terme, priverait Israël de 35 % de « ses » eaux. Par ailleurs le Liban, qui s’inquiéta d’une riposte israélienne au commencement des travaux sur le Hasbani, et craignant aussi probablement une présence militaire arabe sur son territoire, demanda et obtint un délai de plusieurs années pour mettre en oeuvre les décisions hydrauliques du premier sommet arabe, notamment le barrage sur le Hasbani. Pour le reste du projet, le sommet demanda aux Etats arabes de continuer les travaux hydrauliques commencés, de lancer immédiatement ceux restés en attente et décida du financement des travaux.

90Quelques semaines après, le conflit armé paraissait déjà inévitable : le 13 novembre 1964, sous prétexte de travaux de construction par les Israéliens d’une route dans la zone démilitarisée, les Syriens firent parler les canons. Les Israéliens ripostèrent en bombardant Tell al-Qadhi (la source du Dan). Cette route était la raison avancée, mais la vraie question tournait autour de la souveraineté sur les sources du Dan. Les deux Etats se plaignirent au Conseil de sécurité : l’Union soviétique opposa son veto à toute intervention internationale.

91Fait remarquable de cette liaison entre le conflit proche-oriental sur le partage de la terre et la question de l’exploitation et le partage des eaux du Jourdain, le premier janvier 1965, le Fatah d’Arafat revendiqua la première opération de guérilla contre Israël : une tentative de sabotage de l’aqueduc national israélien.

  • 75 COOLEY John K., « The War over Water », in Foreign Policy, n° 54, printemps 1984, p. 16.

92Accusant les Etats arabes de vouloir l’étrangler, Israël passa de nouveau à l’attaque et bombarda les ouvrages syriens sur le Banias au mois de mars, puis en mai 1965, et plus tard au mois de juillet 196675. Au mois d’août on assista de nouveau à des échanges de tirs sur le lac de Tibériade, avec toujours en toile de fond les travaux hydrauliques arabes sur les sources du Jourdain. Le Conseil de sécurité discuta de la question mais de nouveau décida de ne pas réagir.

93La chronologie des derniers événements produits à la veille de la guerre de 1967 ne manque pas d’intérêt :

942 avril 1967.

95Des combats eurent lieu dans la zone démilitarisée, autour des chantiers hydrauliques arabes sur les sources du haut Jourdain.

967 avril 1967.

97L’aviation israélienne bombarda le Golan et survola Damas. Le Conseil de sécurité décida de ne pas agir.

9817 avril 1967.

  • 76 COOLEY John K., op. cit. p. 16.

99Israël bombarda le barrage Khaled ibn al-Walid, construit par les Syriens et les Jordaniens sur la rivière du Yarmouk76 et dont la première tranche fut achevée en 1966.

100Juin 1967.

101La troisième guerre israélo-arabe fut déclarée. Elle permit au vainqueur — Israël — de prendre le contrôle de l’ensemble des sources hydrauliques du Golan et du Sud Liban ainsi que l’occupation de toute la rive droite du Jourdain.

102La guerre de 1967 empêcha ainsi les Arabes de mener à terme leur projet hydropolitique et permit à Israël de renforcer son emprise sur les eaux de la région, notamment en poursuivant le pompage des eaux du Jourdain au rythme de 330 millions de mètres cubes d’eau par an. L’occupation du Golan lui permit un contrôle direct des deux premiers affluents du Jourdain, le Dan et le Banias. Les autres ressources du Golan, estimées à 200 millions de mètres cubes d’eau par an, sont aussi sous contrôle israélien. Plus tard, le 14 décembre 1981, pour renforcer son contrôle sur les sources du Jourdain, Israël annexa le Golan.

  • 77 FOUCHER Michel, op. cit., p. 384.

103« Il n’est donc pas illogique d’estimer que l’occupation du Golan en 1967 corresponde, en plus de préoccupations stratégiques certaines, à une prise de contrôle de la source principale d’alimentation en eau de la région vitale d’Israël »77.

  • 78 Ainsi, grâce à ses conquêtes militaires depuis sa création en 1948 et jusqu’à la guerre de Yom Kip (...)

104Sur le plan « intérieur », une des premières mesures d’Israël au lendemain de la guerre de 1967 était de déclarer les eaux des territoires occupés comme ressources stratégiques sous contrôle militaire. A partir de 1967, Israël ne délivra plus d’autorisations de creusage de puits aux Palestiniens78.

LA GUERRE D’USURE HYDRAULIQUE

105La guerre de 1967 fut suivie dans la région d’une longue période que l’on pourrait qualifier de « guerre d’usure hydraulique ». Encore une fois, il ne s’agit pas de dire que la question de l’eau fut le seul élément déterminant des événements qui suivirent la guerre des six jours, mais de relever ou de souligner quelques incidents politiques et/ou militaires plus ou moins graves directement liés à l’importance et à la gestion des ressources hydrauliques.

106Occupant la rive nord du Yarmouk sur les frontières entre la Syrie et la Jordanie, Israël contrôle le système jordanien de dérivation des eaux du Yarmouk, empêchant ainsi les autorités jordaniennes d’assurer l’entretien et le curage du limon qui se déposait devant l’entrée du tunnel de dérivation qui alimente le canal du ghor oriental et qui en réduisait le débit. Suite à une plainte du Royaume hachémite, une médiation américaine aboutit à un compromis permettant aux Jordaniens de nettoyer périodiquement l’entrée du tunnel, mais sans pouvoir déplacer les déblais loin de l’entrée afin d’éviter qu’ils ne s’y accumulent de nouveau. Les Jordaniens furent ainsi obligés de reprendre le travail à des intervalles de plus en plus courts, et ce jusqu’en 1979, quand une nouvelle intervention américaine auprès d’Israël débloqua la situation.

  • 79 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 52.

107Mais quelques jours après, les Jordaniens accusèrent Israël d’avoir remis volontairement le limon à sa place dans l’entrée du tunnel. La Jordanie mobilisa son armée sur la frontière entre les deux Etats, les Israéliens firent de même. Seule une intervention américaine urgente permit d’éviter le clash79.

108Quand des mesures hydrologiques réalisées en avril-mai 1969 par les ingénieurs israéliens montrèrent une nette baisse de l’ordre de 686 mm du niveau du fleuve par rapport à son niveau habituel, les premiers soupçons israéliens se dirigèrent vers la Jordanie accusée de consommer plus que son quota (référence au plan Johnston). Après d’intenses tractations techniques et diplomatiques avec les Américains, les trois parties arrivèrent à la conclusion que la seule coupable dans cette baisse était la nature : la sécheresse !

  • 80 C’est Naff et Matson (NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 45) qui parlèrent de la relation entre (...)

109Par ailleurs, plusieurs auteurs80 se permettent d’établir un lien direct entre la question hydraulique et le célèbre « septembre noir » pendant lequel l’armée jordanienne se battit contre les fedayins de l’OLP, les obligeant à quitter le pays pour le Liban. Si le pas me semble trop vite franchi et la liaison établie d’abord pour des raisons politiciennes (militantes diraient certains) que je refuse de reprendre à mon compte, il n’en est pas moins vrai que la chronologie des événements à la veille de septembre 1970 permet facilement, si l’on n’y prend pas garde, ce genre d’interprétations. Reprenons donc cette chronologie.

  • 81 D’après les Jordaniens, les installations hydrauliques jordaniennes auraient été mises hors servic (...)

110Après s’être interdite de mener des opérations militaires contre des objectifs hydrauliques jordaniens, et soumise à une véritable guerre d’usure menée par l’OLP à partir de la rive orientale du Jourdain, Israël déclencha la première attaque contre le canal du ghor oriental et le mit hors service le 23 juin 1969. L’opération fut renouvelée quelques semaines plus tard (le 10 août)81 pour empêcher toute tentative de réparation de l’ouvrage. En attaquant le canal du ghor jordanien, Israël tentait de faire pression sur le roi Hussein pour qu’il interdise aux Palestiniens d’utiliser son territoire comme base arrière.

111Quelques semaines après les raids de l’aviation israélienne, l’OLP, qui avait déjà mené plusieurs attaques contres des objectifs hydrauliques israéliens entre 1967 et 1969, attaqua la station israélienne de pompage de Nahataim, causant des dégâts considérables, mais provoquant de nouvelles représailles de l’Etat hébreu contre la Jordanie.

  • 82 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 45.

112Grâce à une nouvelle médiation américaine, intervenue fin 1969 et début 1970, la Jordanie fut autorisée à réparer le canal, en échange d’un double engagement : respecter les termes du plan de partage des eaux du Jourdain établi par Johnston (en attendant un accord définitif) et arrêter les activités de l’OLP82 sur son territoire. Toujours est-il qu’à la suite du fameux « septembre noir » de l’année 1970 qui a vu les Palestiniens de l’OLP s’opposer militairement à l’armée jordanienne, le roi Hussein obtint le départ de l’OLP de son pays au prix de plusieurs centaines de victimes tant dans les rangs des fedayins que dans ceux de l’armée hachémite. Au lendemain du départ des Palestiniens, les techniciens jordaniens entreprirent les travaux de réparation du canal sans provoquer la moindre réaction israélienne.

113Au-delà de cet épisode, la méfiance réciproque continua à marquer les relations « hydropolitiques » jordano-israéliennes nourries par une série d’incidents dont il suffirait de rappeler les plus significatifs. Quand, au mois d’avril 1984, les Jordaniens remarquèrent une nette baisse du niveau de l’eau dans le canal du ghor oriental, ils accusèrent Israël d’utiliser l’entrée du tunnel pour pomper une quantité d’eau vers le lac de Tibériade et de là vers le reste du pays. Les Jordaniens estimèrent les quantités d’eaux détournées par Israël à environ 100 millions de mètres cubes par an. Israël admit qu’elle prenait effectivement de l’eau du Yarmouk, mais uniquement du surplus correspondant au plan Johnston. Il apparut toutefois qu’Israël avait bel et bien dépassé les « quotas Johnston » qui limitaient la part d’Israël à 25 millions de mètres cubes des eaux du Yarmouk.

114D’un autre côté, à plusieurs reprises Amman rouvrit le dossier du barrage de Maqarin sur le Yarmouk. Des négociations eurent lieu avec Israël à la fin des années soixante-dix par l’intermédiaire de l’Américain Philippe Habib, qui se fera plus connaître par les médiations qu’il mena entre l’armée israélienne et l’OLP lors de l’invasion du Liban en 1982. Mais Israël exigea une part considérable des eaux du Yarmouk, ce qui fut refusé par Amman : pour permettre à la Jordanie de construire un barrage sur le Yarmouk, Israël réclama 40 millions de mètres cubes pour elle et 140 pour la Cisjordanie. Les Israéliens exercèrent des pressions sur les Américains et la Banque mondiale pour qu’ils refusent de financer ou de participer au projet tant qu’un accord n’aurait pas été trouvé entre Jérusalem et Amman. Depuis, la situation est toujours bloquée.

115Les négociations actuelles entre Arabes et Israéliens constituent pour la Jordanie, comme pour les autres Etats riverains du Jourdain, un grand espoir. L’hydropolitique est plus que jamais à l’ordre du jour.

Notes

1 DIECKHOFF Alain, Les Espaces d’Israël, Presses de la Fondation Nationale des sciences politiques, Seconde édition, Paris, 1989, pp. 109-110.

2 Lord Balfour (1917), ministre britannique des Affaires étrangères dans le cabinet Lloyd George. Cette déclaration encourageait la création d’un « foyer national pour le peuple juif en Palestine ».

3 LOWI Miriam R., The politics of water : « The Jordan river and the riparian States », in McGill Studies in International Development, n° 35. Centre for developing area studies, McGill University, Montréal, Québec, Canada, septembre 1984. pp. 6-7.

4 DIECKHOFF Alain, op. cit. pp. 109-117.

5 Lettre de Chaim Weizmann, adressée en 1919 au Premier ministre britannique David Lloyd George, concernant le foyer juif. Cette lettre, qui date de deux ans après la déclaration Balfour, fut publiée intégralement par Jewish Observer et Middle East Review. Londres, 16 novembre 1973, p. 32.

6 La superficie totale du bassin du Jourdain est de 18 300 kilomètres carrés et 3 % du bassin se trouvent à l’intérieur du territoire d’Israël d’avant 1967.

7 Les Israéliens projettent de creuser un canal souterrain reliant Deir Mimas à la plaine de Houleh, entre Jisr Banat Yaakoub et Sultan Ibrahim situés dans le nord du pays. L’eau ainsi pompée, qui représenterait 480 millions de m3, se déverserait dans le lac de Tibériade, d’où elle serait acheminée vers le sud.

8 Voir à ce sujet CAVARE Louis, Le Droit international public positif, vol. 1, Pedone, Paris, 1951, p. 271.

9 Le ghor est un mot de l’arabe jordano-palestinien et indique la partie non inondable qui longe le fleuve.

10 NAFF T. et MATSON Ruth C, p. 30.

11 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 30.

12 Cette agence fut créée en 1929 par l’Organisation sioniste comme société publique représentant le peuple juif dans les négociations concernant l’établissement d’un foyer pour le peuple juif en Palestine.

13 LOWI Miriam R., op. cit. p. 10.

14 LOWDERMILK W. C, Palestine : Land of Promise, Herper et Brothers Publishers, New York et Londres, 1944, p. 169.

15 Voir à propos de ce projet le chapitre « les grands projets hydrauliques pour le Jourdain ».

16 LOWDERMILK W.C. op. cit, p. 178. cité par LOWI Miriam R., op. cit, p. 10.

17 SELIM Mohamed Ahmed, op. cit. pp. 5 et 6.

18 NIMROD Yoram, « L’eau, l’atome et le conflit », in Les Temps Modernes, n°. 253 bis, 1967, p. 884.

19 Déclaration reprise par The Christian Science Monitor du 25 juillet 1951.

20 Voir le chapitre « Projets pour le Jourdain ».

21 LOWI M. R., op. cit, p. 13.

22 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 48.

23 STEVENS G., Jordan River Partition, Stanford, CA : Stanford University Press, Hoover Institute on War, Revolution and Peace, Hoover Institution Studies, n° 6, 1965, p. 42. Ce projet était perçu par les Américains comme étant un excellent moyen pour résoudre définitivement le problème des réfugiés palestiniens dont ils n’envisageaient pas le retour.

24 STEVENS G, op. cit., p. 37.

25 On remarquera la similitude des termes utilisés par l’administration américaines pour justifier son retrait des deux projets jordanien et égyptien (le haut barrage d’Assouan).

26 LOWI M. R., op. cit, p. 14.

27 Géo-militairement mal situé, le site a néanmoins deux avantages hydrologiques remarquables : 1) une salinité plus faible que dans le bas Jourdain ; 2) 270 mètres de différence de niveau entre le site et le lac de Tibériade étaient suffisants pour faciliter un transport de l’eau par simple gravité, et ce quasiment sur l’ensemble du réseau.

28 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 39.

29 NIMROD Yoram, op. cit. p. 886.

30 NIMROD Yoram, op. cit. p. 885.

31 Malgré la confusion que l’on rencontre chez certains auteurs, ce premier plan de partage des eaux du Jourdain proposé par l’UNRWA n’est pas le même que celui qui fut proposé plus tard par les Américains et que je développerai ci-dessous. Voir à ce sujet le texte de NIMROD Yoram, op. cit. p. 886.

32 Dans les pays arabes, le plan ne trouva pas meilleur accueil. Il fut perçu comme un « complot sioniste-impérialiste ».

33 Il s’agit bien, en principe, d’un plan onusien, et non pas d’un plan américain comme le soutiennent certains auteurs. D’ailleurs, le plan Johnston dit The Unified Development of the Jordan Valley Region comprenait une longue introduction signé par Leslie J. CARVER à l’époque directeur de l’UNRWA.

34 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 40.

35 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, pp. 39-40.

36 NIMROD Yoram, op. cit. p. 888.

37 STEVENS G., op. cit., pp. 21-22.

38 KAHHALEH Subhi, op. cit. p. 26.

39 STEVENS G., op. cit., p. 22.

40 Les trois visites de Johnston dans la région eurent lieu respectivement en octobre 1953, juillet 1954 et janvier 1955.

41 NIMROD Yoram, op. cit. p. 887.

42 Le débit moyen du Litani étant estimé à quelque 900 millions de mètres cubes d’eau par an.

43 RIYADH Mahmoud, « Israel and the Arab Water in Historical Perspective », in Israel and Arab Water, An International Symposium, Amman 25 and 26 February 1984, edited by Majid Farid and Hussein Sirriyeh, published for the Arab Research Centre, London, Ithaca Press, 1985. p. 13.

44 Les chiffres sont donnés en millions de mètres cubes d’eau par an. Par « les trois parties » j’entends les USA, la Ligue des Etats arabes et Israël.

45 Ce plan de partage ne tient compte que des eaux de surface, en considérant la disponibilité et les consommations des années cinquante.

46 Le plan Main-Klapp ne prend pas en considération les eaux du Litani qu’il n’intègre pas dans le système hydraulique du Jourdain.

47 Le plan Cotton incluait le Litani dans ses comptes, allouant 400 Mm3 à Israël et 300 au Liban. Le système hydraulique incluant le Litani avait, selon les Israéliens, un apport annuel de l’ordre de 2 345 700 Mm3. D’après l’auteur du plan, Israël doit recevoir 1 290 000 Mm3 et le reste, soit 1 055 700 aux Arabes (cf. tableau).

48 Les Arabes répondent au plan de Main-Klapp, en 1954, en reprenant les plans élaborés par Ionides, MacDonald et Bunger.

49 Au fur et à mesure de l’avancement des négociations menées par l’envoyé américain, la part allouée à Israël augmentait, passant ainsi de 394 Mm3 à 565 Mm3, la part de la Jordanie passant, quant à elle, de 774 Mm3 à 720 Mm3.

50 Dans ce tableau, « Jourdain » s’entend des sources jusqu’au lac de Tibériade.

51 Sans considérer les sources du Litani, Israël exigeait 550 Mm3 des eaux du Jourdain par an.

52 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 41.

53 NIMROD Yoram, op. cit. p. 890.

54 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 41.

55 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 41.

56 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 41. Par trois fois (mars, mai et août), l’armée israélienne bombarde les travaux préliminaires entrepris unilatéralement par les Arabes en territoire syrien.

57 RIYADH Mahmoud, op. cit, pp. 12 et 13.

58 Le canal israélien fut destiné à pomper l’eau au niveau du lac de Tibériade au lieu-dit Eshed Kinrot vers la plaine côtière et le désert du Néguev. Commencé tout au début des années cinquante, la première étape du projet fut terminée en 1954. Sa capacité, au début du fonctionnement en mai 1964, était de 320 millions de mètres cubes d’eau par an.

59 NIMROD Yoram, op. cit. p. 893.

60 JORDAN RIVER & TRIBUTARIES REGIONAL CORPORATION, Khaled bin al-Walid (Mokheibeh) Dam, Amman, mars 1967, p. 12.

61 JORDAN RIVER & TRIBUTARIES REGIONAL CORPORATION, op. cit. p. 12.

62 JORDAN RIVER & TRIBUTARIES REGIONAL CORPORATION, op. cit., p. 12.

63 Automne 1958, Johnston déclara dans le New-York Times Magazine qu’Israël se conformait à son plan.

64 STEVENS G, op. cit., p. 49.

65 Alors que les Syriens et les Jordaniens prévoyaient un barrage d’une retenue totale de 500 millions de mètres cubes, les Américains proposaient de se limiter à 300 millions de mètres cubes.

66 JORDAN RIVER & TRIBUTARIES REGIONAL CORPORATION, op. cit., p. 12.

67 ALI Muhammed Ali, Le Jourdain et la conspiration sioniste, (en arabe), Le Caire, al-Dar al-Qawmiya (date non précisée) p. 150, cité par KAHHALEH Subhi, op. cit. p. 29.

68 KAHHALEH Subhi, op. cit. p. 29.

69 RIYADH Mahmoud, op. cit., p. 14.

70 NIMROD Yoram, op. cit. p. 884.

71 Les chefs d’Etat arabes devaient se prononcer sur deux plans légèrement différents : déverser le Hasbani dans le Litani et le Banias dans le Yarmouk, ou déverser le Hasbani et le Banias dans le Yarmouk. C’est la deuxième solution qui fut choisie, avec un stockage des eaux à Moukhaïba sur le Yarmouk.

72 Bien que théoriquement, les deux Etats s’étaient fondus en un seul (RAU), chacun des deux partenaires était représenté dans l’organisme crée, en plus du représentant de la RAU.

73 Plus tard le Fatah deviendra la force principale de l’OLP dont Arafat prend la présidence et les pouvoirs essentiels.

74 NIMROD Yoram, op. cit. p. 885.

75 COOLEY John K., « The War over Water », in Foreign Policy, n° 54, printemps 1984, p. 16.

76 COOLEY John K., op. cit. p. 16.

77 FOUCHER Michel, op. cit., p. 384.

78 Ainsi, grâce à ses conquêtes militaires depuis sa création en 1948 et jusqu’à la guerre de Yom Kippour (octobre 1973), l’Etat hébreu s’est-il assuré le contrôle quasi exclusif des ressources hydrauliques du Golan, des affluents du Jourdain et des nappes aquifères de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. En outre l’invasion du Sud-Liban en 1978 lui a permis de prendre le contrôle des fleuves Litani et Wazzani.

79 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 52.

80 C’est Naff et Matson (NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 45) qui parlèrent de la relation entre les eaux du Jourdain et l’expulsion de l’OLP de Jordanie en faisant référence à des négociations secrètes entre Israéliens et Jordaniens par l’intermédiaire des Etats Unis.

81 D’après les Jordaniens, les installations hydrauliques jordaniennes auraient été mises hors service à quatre reprises entre 1967 et 1971.

82 NAFF T. et MATSON Ruth C, op. cit, p. 45.

Table des illustrations

Titre PLANS D’AMENAGEMENTS HYDRAULIQUES DU JOURDAIN (1913-1964)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Note (94)45Note (95)46Note (96)47Note (97)48Note (98)49
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Note (99)50Note (100)51
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter