Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bassin du Jourdain dans le conflit israélo-arabe

 | 
Habib Ayeb

Infrastructure hydraulique et consommation d’eau

Texte intégral

LA PLUVIOMETRIE SUR LE BASSIN DU JOURDAIN1

  • 1 Par « bassin du Jourdain » j’entends le bassin politique, c’est-à-dire l’ensemble des territoires (...)

1Au Proche-Orient, comme partout ailleurs, les ressources hydrauliques ne sont pas uniquement d’origine fluviale. Les aquifères souterrains et surtout les précipitations constituent des réserves non négligeables. Prendre en considération ces trois ressources est d’autant plus indispensable qu’elles sont particulièrement liées, à l’exception remarquable des nappes fossiles, par définition non renouvelables. Ce sont les pluies qui alimentent à la fois les fleuves, par écoulement, et les nappes, par infiltration, les nappes alimentant à leur tour les fleuves par résurgence. L’addition des trois ressources constitue ce que l’on appelle un bilan hydraulique qui implique évidemment la prise en compte de l’ensemble des « pertes », qu’elles relèvent de l’évaporation ou des infiltrations et écoulements non récupérables.

2L’élaboration d’un tel bilan est d’une complexité extraordinaire quand on dispose de l’ensemble des renseignements nécessaires et surtout de séries d’observations suffisamment longues pour en tirer des moyennes fiables. Mais la tâche devient quasiment impossible quand, pour des raisons politiques ou stratégiques, les données sont difficilement vérifiables et ne se recoupent guère d’un auteur à l’autre. C’est pourquoi, il me faut avertir le lecteur que l’ensemble des chiffres ci-dessous ne sont donnés qu’à titre indicatif et qu’il importe de les reprendre avec réserve. Néanmoins, l’avertissement ne vaut pas pour l’infirmation des données reprises qui ont été largement vérifiées.

  • 2 KAHHALEH Subhi, « The Water Problem in Israel and its Repercussions on the Arab-Israeli Conflict » (...)

3La caractéristique majeure de la pluviométrie régionale est la forte irrégularité tant dans le temps que dans l’espace. D’une part les pluies tombent pendant les quelques mois de l’hiver, et d’autre part elles se concentrent sur les hauteurs et la côte méditerranéenne. En effet, les précipitations varient entre 39 mm/an à Eilat et 1 000 mm/an à Safad dans le Nord en Israël2, de 50 mm dans les déserts du Sud à 600 mm sur les hautes terres dans le Nord-Ouest en Jordanie.

DISTRIBUTION DES ZONES PLUVIOMETRIQUES EN JORDANIE.
(En pourcentage, d’après une série d’observations de 1937 à 1987)

DISTRIBUTION DES ZONES PLUVIOMETRIQUES EN JORDANIE.(En pourcentage, d’après une série d’observations de 1937 à 1987)

Source : ESCWA.

4Notons que l’apport total est très théorique puisque le taux très élevé de l’évaporation fait que 15 % seulement des eaux de pluie restent sur place.

  • 3 HELLER Mark et NUSSEIBEH Sari, Israéliens, Palestiniens : le partage de la terre, Balland, Paris, (...)

5En Cisjordanie les précipitations constituent une source hydraulique importante quoique liée aux variations climatiques parfois marquées par de longues périodes de sécheresses destructives. La pluviosité moyenne annuelle y est d’environ 2 900 millions de mètres cubes. Même avec un taux élevé d’évapotranspiration (2 000 millions de mètres cubes) et de déperdition (64 millions de mètres cubes), la Cisjordanie conserve un solde positif global de 836 millions de mètres cubes. Ce chiffre est théoriquement beaucoup plus élevé que celui de la consommation actuelle des Palestiniens et dépasse aussi le volume total des eaux cisjordaniennes utilisées aujourd’hui par les Palestiniens et les Israéliens réunis3. Cependant, l’ensemble de cet apport pluvial d’eau n’est pas directement exploitable. Les pluies qui tombent sur les versants ouest des monts de la rive occidentale du Jourdain alimentent la nappe qui se trouve sous la plaine côtière israélienne, d’où l’eau est pompée à la surface. Environ 30 % de la consommation d’Israël (d’avant 1967) provient de cette nappe.

DEBITS DES FLEUVES

Jourdain

6Long de presque 360 kilomètres, le Jourdain prend naissance à 2 814 mètres d’altitude dans le Jabal el-Cheikh (mont Hermon) au Liban, pays qu’il parcourt sur 21 kilomètres sous le nom de Hasbani. Entre les contreforts du Liban et de la mer Morte, le Jourdain traverse le lac Houleh à 2 mètres d’altitude, lieu de rencontre des trois affluents supérieurs (le Hasbani, le Banias et le Dan), avant d’atteindre le lac de Tibériade. L’ensemble de ces trois affluents du haut Jourdain sont alimentés par des résurgences, comme l’Oronte ou le Litani, ou par les pluies qui tombent sur les bassins versants.

7Le lac Houleh n’était, en réalité, qu’un marécage dont la profondeur ne dépassait guère les 3 à 5 mètres, avant son assèchement par Israël en 1953. Il n’en régularisait pas moins un régime fluvial caractérisé par de hautes crues qui atteignaient au mois de février jusqu’à 50 m3/s en moyenne. Ces crues sont prolongées durant plusieurs semaines par la fonte des neiges sur le mont Hermon. En revanche, les débits d’étiage sont en général faibles avec quelque 5 mètres cubes seconde.

  • 4 SELIM Mohamed Ahmed, op. cit.

8Sur les quelque 17 kilomètres qui séparent le lac Houleh et le lac de Tibériade, situé à l’altitude — 208 à — 210 mètres au-dessous du niveau de la mer, le Jourdain, dont la pente est d’environ 1,2 %, creuse une gorge étroite dans les basaltes. Long de 21 kilomètres et large de 12 kilomètres, le lac de Tibériade qui, avec quelque 45 mètres de profondeur, est beaucoup plus profond que Houleh, s’étend sur une superficie totale de 166 kilomètres carrés. Le Jourdain s’y jette sur la rive septentrionale où le degré de salinité est de 300/1 000 000. La salinité du lac à l’origine très forte est aggravée à la fois par une évaporation maximale atteignant les 300 millions de mètres cubes d’eau par an4 et par le détournement des affluents du Jourdain qui l’alimentaient en eaux douces et qui en réduisaient ainsi le taux de salinité.

  • 5 FOUCHER Michel, op. cit.

9Du lac de Tibériade à la mer Morte (quelque 400 mètres au-dessous du niveau de la mer), environ 185 mètres plus bas, la distance à vol d’oiseau est de 109 kilomètres, mais la longueur réelle du Jourdain est de 320 km. En effet, le Jourdain décrit des méandres libres dans une plaine alluviale inondable, connue en Jordanie et en Palestine sous le nom de Zor. Humide et couvert d’une végétation subtropicale, le Zor est dominé de part et d’autre par le ghor, ensemble de terrasses plates, sèches, ravinées en « bad-lands » et par les torrents affluents saisonniers. La pente moyenne est faible. La régulation de la crue par le lac de Tibériade et le détournement d’une bonne partie des eaux du haut Jourdain expliquent un débit d’étiage quasi permanent du fleuve. Entre 60 % et 80 % des eaux arrivant dans le lac de Tibériade sont prélevées pour alimenter le conduit national israélien, et une bonne partie des eaux du Yarmouk est détournée vers la vallée par le canal du ghor oriental jordanien. A l’exception de courtes crues provoquées par les averses locales et les apports de quelques wadis, n’étant pas encore aménagés sur les deux rives, le fleuve n’est qu’une rivière modeste très aisément franchissable à gué en maints endroits, qui ont été souvent « empruntés par les groupes activistes palestiniens jusqu’en 1970 »5 à la veille de leur expulsion par l’armée du roi Hussein.

10En quittant le lac de Tibériade, le Jourdain rencontre sur sa gauche, à 7 kilomètres du lac, la rivière du Yarmouk, qui prend ses sources en territoire syrien dans le Djebel Druze et qui lui apportait quelque 400 millions de mètres cubes d’eau par an jusqu’à la construction et la mise en eau du canal du ghor oriental. Plus au sud, le fleuve rencontre une autre rivière importante dont les eaux sont désormais retenues derrière un barrage : la rivière Zarqa, dont le débit moyen annuel se situe autour de 95 millions de mètres cubes d’eau par an. Par ailleurs, l’apport des courts wadis venus de Palestine et surtout des escarpements de Transjordanie n’est pas négligeable car ils sont alimentés par une série de sources « naturelles » au pied de l’escarpement oriental. Ceux de Transjordanie, à eux seuls, apportent au fleuve 80 millions de mètres cubes par an. Mais comme ces eaux latérales sont en grande partie utilisées pour l’agriculture et n’atteignent donc plus le cours du fleuve, celles du Jourdain restent trop salées (300/1 000 000 en période d’étiage).

11Concernant les crues et les débits moyens du Jourdain, il est très difficile de trouver dans des publications officielles ou officieuses des données exactes. Les écarts entre les différentes sources peuvent atteindre les 10 % à 20 %. La raison est double. La première relève de l’importance même du sujet. Rare — du moins considérée comme telle —, l’eau devient une ressource stratégique dont il convient de sauvegarder les informations concernant ses caractéristiques hydrologiques. Ceci explique la différence des estimations officielles avancées par chaque Etat du bassin hydrographique étudié. Ainsi, lors d’une éventuelle discussion ou négociation sur des modalités de partage des eaux situées à cheval sur deux territoires (Etats) ou plus, chaque partie tentera de « s’accrocher » aux chiffres qui lui sont les plus avantageux. Généralement, plus on descend vers l’aval du bassin hydrographique, plus les estimations des débits sont données en hausse.

12L’autre raison de cette multiplicité de chiffres, pour un même cours d’eau, découle de la première et se traduit par la difficulté pour les chercheurs « indépendants » d’envisager des recoupements sérieux. Ainsi chacun se fie plus ou moins arbitrairement à un autre auteur qui lui semble le plus fiable, démultipliant ainsi les marges d’erreurs.

  • 6 NAFF T. and MATSON R., op. cit.

13Pour la présente étude j’ai choisi, après avoir comparé de nombreuses données, d’adopter le tableau fourni par Naff et Matson6 qui me semble être à la fois le plus complet et le plus cohérent. Ce choix n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes, mais le fait que les chiffres de ce tableau soient différents de ce que d’autres auteurs avancent me paraît constituer un élément et une donne particulièrement intéressante de l’hydropolitique régionale.

LES DEBITS DU JOURDAIN SELON NAFF ET MATSON

LES DEBITS DU JOURDAIN SELON NAFF ET MATSON
  • 7 NAFF T. and MATSON R., op. cit. p. 29.

Source : Smith (1966), as revised from Main Plan and Hydrological Year-Book of Israel (1946-1960)7.

Litani

14Long de 170 kilomètres, le Litani est l’un des fleuves les plus importants du Liban avec un débit annuel moyen de 987 millions de mètres cubes d’eau. Il prend sa source au nord de Baalbek, traverse la plaine de la Bekaa, puis atteint la localité de Deir Mimas (Sud-Liban), au sud de la ville de Marjeyoun d’où il bifurque vers l’ouest et s’écoule jusqu’à son embouchure dans la Méditerranée, au nord de la ville de Tyr.

15Le Litani reçoit l’apport de très peu d’affluents sauf en aval de la route Beyrouth-Damas où il rencontre une série de nahrs issus comme lui des sources. En amont, dans la Bekaa libanaise, le Litani a de hautes eaux de janvier, parfois décembre, à avril. Elles se manifestent brusquement à la suite des premières grosses pluies et enregistrent leur pointe en février, généralement jusqu’à 3 à 4 mètres cubes seconde. La faible perméabilité du bassin versant explique le pourcentage élevé du coefficient d’écoulement qui avoisine les 40 %.

16Un barrage de rétention fut construit en 1968 sur le fleuve du Sud-Liban — le barrage de Karaoun dans la Bekaa ouest — ainsi qu’un certain nombre de centrales électriques (Markab, Joun, Awali). Les Israéliens projettent de creuser un canal souterrain reliant Deir Mimas à la plaine de Houleh, entre Jisr Banat Yaakoub et Sultan Ibrahim. L’eau ainsi pompée, qui représenterait 480 millions de mètres cubes, se déverserait dans le lac de Tibériade, d’où elle serait acheminée vers le sud. Certains soutiennent que le projet israélien est déjà réalisé, cependant aucune preuve n’a pu être avancée par les observateurs. Du côté de Jérusalem c’est le mutisme total.

EAUX SOUTERRAINES

17L’aquifère le plus important en Israël et dans les territoires occupés (Cisjordanie et Gaza) est celui de l’ouest de la Cisjordanie (Yarkoun-Taninim/Nahr al’Awja-Nahr al-Zarqa), avec une capacité totale de l’ordre de 335 millions de mètres cubes d’eau par an. Le second est localisé dans le Nord-Est (Gilboa-Beit She’an/Jabal Fuqou’a-Beit She’an) et fournit annuellement 140 millions de mètres cubes d’eau par an. Deux autres aquifères sont à signaler, quoique de moindre importance : deux fleuves souterrains ; le premier sous le versant ouest des collines cisjordaniennes (de Jenin jusqu’à Be’er Sheva) et le second le long de la côte méditerranéenne (d’Aquiva à Khan Yunis).

18Quelque 382 puits artésiens fournissent aux Palestiniens de Cisjordanie environ 50 millions de mètres cubes d’eau par an, ce qui représente à peu près le tiers de leur consommation annuelle d’eau à usage agricole, industriel et domestique. Le reste provient des 295 sources de la région, des eaux de ruissellement et des citernes de récupération des eaux de pluies dont sont équipées beaucoup de maisons.

19En Jordanie les eaux souterraines constituent la source la plus importante d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation. C’est également la source la plus sûre puisqu’elle ne dépend que très aléatoirement des changements de la géopolitique régionale. La nappe la plus vaste est celle de Amman-wadi Sir, formée de plusieurs poches réservoirs. Elle s’étend sous une large partie du territoire jordanien à une profondeur variant de 50 à 700 mètres. Les réserves sont en cours d’évaluation, mais les premiers bilans paraissent prometteurs.

L’EAU EN JORDANIE : RESSOURCES ET CONSOMMATION

  • 8 SALAMEH Elias, op. cit.

20Concernant les ressources hydrauliques du Royaume hachémite, j’emprunte le bilan établi par l’hydrologue jordanien, Dr Elias Salameh8, directeur du « Water Research and Study Center » de l’Université de Amman.

TABLEAU DES RESSOURCES HYDRAULIQUES DE JORDANIE.
(En millions de mètres cubes d’eau par an)

TABLEAU DES RESSOURCES HYDRAULIQUES DE JORDANIE.(En millions de mètres cubes d’eau par an)
  • 9 Les eaux des wadis de la mer Morte ne sont pas comprises dans le décompte des ressources hydrauliq (...)
  • 10 Le total final des eaux disponibles correspond à la seule addition de la dernière colonne vertical (...)
  • 11 Pour le total des eaux souterraines l’auteur exclut les aquifères non exploitables ainsi que les a (...)

Source : Elias Salameh
Note 309
Note 3110
Note 3211

  • 12 Actuellement la consommation est de l’ordre de 150 litres par jour et par personne ; soit 250 mètr (...)
  • 13 SALAMEH Elias, Water Resources of the Jordan River, System and the sur-rounding countries (signifi (...)
  • 14 Dossiers du ministère des Eaux et de l’Irrigation.

21La Jordanie a exploité, en 1988, 640 millions de mètres cubes d’eau dont 80 % pour la seule agriculture. En 1989 le pompage est passé à 730 millions de mètres cubes dont 520 millions pour l’agriculture et 210 millions pour l’usage domestique et industriel12. Actuellement, la consommation totale annuelle13 s’élève à 870 millions de mètres cubes dont 46 % viennent des affluents du Jourdain et 54 % de la pluie et des nappes souterraines. La Jordanie est présentement dans la situation où la consommation correspond à 115 % des ressources renouvelables (cf. graphique n° 2). En l’an 2000, pour une population de l’ordre de 5,3 million de personnes, la consommation passera à 1 100 million de mètres cubes environ (650 millions pour l’agriculture et 400 millions pour les autres secteurs), dépassant ainsi de 20 % les ressources disponibles14.

EVOLUTION DES RESSOURCES ET DES BESOINS HYDRAULIQUES EN JORDAN.
GRAPHIQUE N° 2

EVOLUTION DES RESSOURCES ET DES BESOINS HYDRAULIQUES EN JORDAN.GRAPHIQUE N° 2

REPARTITION DE LA CONSOMMATION D’EAU PAR SECTEUR EN 1990

REPARTITION DE LA CONSOMMATION D’EAU PAR SECTEUR EN 1990

22Toutefois, malgré les difficultés, surtout financières, que rencontre le gouvernement jordanien, on peut constater qu’un effort remarquable est fait pour fournir de l’eau à la quasi-totalité de la population et des secteurs de consommation, notamment l’agriculture et l’industrie. En 1989, 97 % des populations urbaines étaient reliées au réseau d’eau potable. L’essentiel de l’infrastructure est concentré dans le nord du pays dont la consommation se situe autour des trois quarts de la consommation domestique totale. La capitale Amman (1 million d’habitants), qui consomme 45 % de l’eau domestique totale du pays, est approvisionnée essentiellement par des eaux souterraines en provenance de différentes régions : la région du grand Amman (une dizaine de puits creusés autour de la ville) ; la région d’al-Azraq (15 %) qui fournit aussi la ville d’Irbid dans le nord et enfin la région du sud en pompant les nappes de Suaqa et el-Qastal (15 %). Par ailleurs, un aqueduc-Deir Alla-Amman — canalise une partie de l’eau du ghor oriental vers la capitale.

23Le manque d’entretien du réseau d’eau potable et du système de transport est à l’origine de la perte d’une grande partie des eaux destinées à la capitale jordanienne : sur 148 litres d’eau potable, 120 seulement sont réellement consommés. Le mauvais fonctionnement permanent des compteurs et la déficience du système de relevé se traduisent par une sous-facturation de la consommation de l’ordre de 30 %, d’après les chiffres de la « Jordan Water Authority ».

24Pour ce qui est du secteur agricole, l’essentiel de l’eau d’irrigation est fourni par le canal du ghor oriental (ou King Abdallah) qui canalise une partie des eaux du Yarmouk sur une longueur totale de 120 kilomètres, alimente les terres agricoles le long de la vallée et approvisionne en eau potable les villes et les zones peuplées du nord-ouest et de la vallée. En plus du Yarmouk, le rechargement du canal est assuré par les deux grands barrages de la Jordanie : King Talal sur la rivière Zarqa, d’une capacité de 90 millions de mètres cubes d’eau par an, après sa surélévation dans les années quatre-vingt, et wadi Arab, achevé à la même période et dont la capacité totale maximale s’élève à 20 millions de mètres cubes d’eau par an. Le secteur d’irrigation bénéficie aussi des retenues de dix autres réservoirs construits sur les wadis qui coulent vers la vallée du Jourdain et la dépression de la mer Morte, totalisant une capacité de 105 millions de mètres cubes d’eau par an.

SOURCES DES EAUX D’IRRIGATION

SOURCES DES EAUX D’IRRIGATION
  • 15 L’aquifère Disi est d’origine fossile et n’est donc pas rechargeable. L’exploitation qui se fait a (...)

Sources : dossiers du ministère des Eaux et de l’Irrigation,
Note 3615

25Face à l’accroissement de la demande, le Royaume hachémite continue à mettre en place et à développer son infrastructure hydraulique, notamment en projetant la construction de plusieurs ouvrages, dont deux barrages sur les wadis Mujib et Wala, d’une capacité totale de 20 millions chacun, et le relèvement de la retenue de wadi Kefrin qui passera de 2,4 à 6,9 millions de mètres cubes d’eau par an.

26Mais le principal projet hydraulique reste le barrage al-Wihdeh à Maqarin sur le Yarmouk. Ce projet, qui date de 1953, vise une retenue totale de 225 millions de mètres cubes d’eau par an qui permettraient d’irriguer 3 500 hectares supplémentaires dans la vallée du Jourdain (16 500 hectares sont actuellement irrigués) et d’accroître de 50 millions de mètres cubes l’approvisionnement en eau potable de la région Amman-Zarqa (1,5 millions d’habitants). En plus il est prévu la construction d’une centrale hydroélectrique d’une capacité de 8 MW destinés à la Syrie, selon les termes de l’accord signé entre les deux Etats en septembre 1987. Ce barrage est actuellement en attente vu que les bailleurs de fond, comme la Banque Mondiale et l’USAID, refusent son financement « tant qu’un accord de partage des eaux du Yarmouk n’aura pas été trouvé avec Israël ».

L’EAU EN ISRAEL ET DANS LES TERRITOIRES OCCUPES : RESSOURCES ET CONSOMMATION

27Un récent rapport des Nations Unies indique que 67 % de la consommation d’Israël en eau provient de l’extérieur de ses frontières de 1948, 35 % de la Cisjordanie et des affluents du Jourdain, 22 % du plateau du Golan et 10 % divers.

28Un calcul, fondé sur les travaux du Tahal, évalue à 365 millions de mètres cubes la consommation israélienne des eaux du Jourdain :

Dan : +258
Eaux de pluies et de source au nord du lac Tib. +174
Irrig. Et viviers au nord du lac Tib. (en Isr.) 89
Irrig dans la vallée de Bothia (Syrie) 12
Total à l’entrée du lac Tib.= 331
Compensations de sources saumâtres 55
Irrig. Autour du lac Tib. 25
Total pompé par le Pipe Line = 251
Total utilisé en Israël = 365

29Il ressort des chiffres admis comme relativement fiables que la consommation totale d’Israël s’élèverait à environ 1 600 millions de mètres cubes par an comme cela apparaît dans le tableau qui suit :

  • 16 Les nappes souterraines de la Cisjordanie : 35 %, et les aquifères de la côte méditerranéenne : 15 (...)
  • 17 Jourdain : 46 % de la consommation.
  • 18 MANSOUR Antoine, Palestine : une économie de résistance en Cisjordanie et à Gaza, L’Harmattan, Par (...)

Eaux souterraines : 950 Mm316
Fleuve du Jourdain et lac Tibériade : 60017
Eau des cours et des ruisseaux : 60-100
Total18 : 1610-1650.

30Cette consommation n a cesse d augmenter, d’année en année. En plus des évolutions des modes de consommation et de l’augmentation de la demande inhérente à la croissance démographique naturelle, l’arrivée de nouveaux migrants juifs surtout ces dernières années explique le rythme élevé quant à l’accroissement de la consommation d’eau.

L’EVOLUTION DE LA CONSOMMATION D’EAU EN ISRAEL

L’EVOLUTION DE LA CONSOMMATION D’EAU EN ISRAEL
  • 19 MANSOUR Antoine, op. cit.

Note (40)19

  • 20 Ce chiffre inclut la totalité des eaux consommées en Israël en plus des sources « classiques » don (...)

31En l’an 2000, la consommation totale, qui se situe actuellement à environ 2 100 millions de mètres cubes20, passera inévitablement à quelque 2 500 millions de mètres cubes d’eau par an, soit une hausse de l’ordre de 20 %.

32Pour la Cisjordanie, on peut estimer les ressources hydrauliques à 850 millions de mètres cubes d’eau par an, se répartissant comme suit :

  • nappes souterraines 600 millions de mètres cubes (les nappes souterraines qui se reconstituent systématiquement sont essentiellement situées en Cisjordanie et peuvent fournir au total environ 615 millions de mètres cubes par an21 ;
  • le Jourdain et autres cours d’eau : 200 à 250 millions22.

33Soulignons cependant que sur ce total disponible, seuls 620 millions sont facilement exploitables. Le reliquat inentamé se ramène à 175-225 millions de mètres cubes qui ne peuvent être exploités qu’avec précaution, d’abord parce qu’une fraction de ce volume est constituée d’eau de surface (du Jourdain et de ses affluents) plus difficile à gérer, ensuite parce que les eaux souterraines doivent être ménagées afin d’éviter une hausse de la salinité de l’eau qui risquerait de mettre en danger toute la nappe phréatique.

RESSOURCES HYDRAULIQUES DE CISJORDANIE (I) ET DE GAZA (II). (En millions de mètres cubes par an.)

RESSOURCES HYDRAULIQUES DE CISJORDANIE (I) ET DE GAZA (II). (En millions de mètres cubes par an.)
  • 23 Exploitables à 80 %.
  • 24 Eaux souterraines alimentées par les pluies.
  • 25 Sources et cours d’eaux.
  • 26 DILLMAN Jeffrey D., « Le pillage de l’eau dans les territoires occupés », in Revue d’études palest (...)

Sources : ESCWA.
Note 4423
Note 4524
Note 4625
Note 4726

34Certes, sur le volume d’eau potentiel dont on peut disposer en Cisjordanie (800 à 850 millions de mètres cubes), la consommation réelle sur la rive occidentale n’est que de 14 % (125 millions de mètres cubes). A cela il convient toutefois d’ajouter environ 500 millions de mètres cubes qu’Israël tire des puits à l’intérieur de la ligne verte, mais qui exploitent la nappe aquifère située sous la dorsale montagneuse de Judée-Samarie et fournissent presque 1/4 de l’eau consommée en Israël, ce qui permet d’ailleurs de comprendre l’intérêt direct qu’a Israël à ne pas céder le contrôle des ressources en eau à une administration arabe autonome.

35La politique hydraulique des autorités militaires israéliennes se caractérise par une limitation draconienne de la consommation palestinienne au profit des colons installés en Cisjordanie et à Gaza. Les résultats de ces pratiques discriminatoires apparaissent clairement dans les propres statistiques du gouvernement israélien, qui révèlent que sur un total de 47,1 millions de mètres cubes d’eau produits annuellement par les 331 puits exploités en Cisjordanie, 14,1 millions de mètres cubes — soit 30 % — proviennent des puits des colons juifs qui ne constituent pas plus de 6 % de la population. Cela montre la puissance de pompage des installations dont bénéficient les colons.

  • 27 Les colons exploitent 83 % des eaux des territoires occupés (Cisjordanie et Gaza) contre 17 % seul (...)
  • 28 DILLMAN Jeffrey D., op. cit, pp. 38-39.

36La consommation moyenne par habitant laisse apparaître une grande différence selon qu’il s’agit des Palestiniens, des colons dans les territoires occupés ou d’Israéliens (vivant à l’intérieur des frontières d’avant 1967). Alors qu’un Israélien consomme 375 m3 d’eau par an (1 650 millions pour 4,4 millions d’habitants israéliens), un Palestinien doit se contenter de 107 à 156 mètres cubes (160 à 234 millions de mètres cubes pour 1,5 millions vivant en Cisjordanie ou Gaza), et enfin un colon de 640 à 1 480 millions de mètres cubes par an27, soit 41-96 millions de mètres cubes d’eau par an pour 65 000 colons28. Par ailleurs, le colon israélien paie 15 agorots le mètre cube agricole et 23 agorots le domestique alors que le Palestinien paie un prix global de 70 agorots sans distinction entre agricole et domestique.

37L’ensemble de ces ressources hydrauliques des territoires occupés sont administrées depuis 1967 par la Commission israélienne de l’eau dirigée par le Commissionnaire aux ressources en eau qui relève du ministère de l’Agriculture. Ladite commission est divisée en un certain nombre de sociétés, parmi lesquelles la Mekorot (Compagnie israélienne des eaux, la Mekorot, dont le gouvernement israélien détient le tiers des actions, a été créée en 1936 par l’agence juive et l’Histadrout), chargée de construire les réseaux d’irrigation et d’alimentation en eau, et la Tahal (Compagnie de planification des ressources en eau d’Israël, créée en 1952 comme société du gouvernement israélien qui en détient 52 % des actions), chargée de la planification générale des projets de mise en valeur des ressources en eau. Lorsque l’approvisionnement en eau ne se fait pas par l’intermédiaire de l’une de ces sociétés, il est assuré par la société chargée de la distribution des eaux et du contrôle de la qualité, qui dépend de la Commission de l’eau.

38Si les chiffres qui précèdent nous montrent clairement la situation actuelle et surtout les risques graves qui menacent les Etats et les populations de la région, ils ne peuvent, par eux-mêmes, nous indiquer l’évolution géopolitique globale du bassin du Jourdain. La complexité de cette géopolitique exige le retour au passé pour mieux envisager l’avenir.

Notes

1 Par « bassin du Jourdain » j’entends le bassin politique, c’est-à-dire l’ensemble des territoires et des Etats par où passe le fleuve ou un de ses affluents.

2 KAHHALEH Subhi, « The Water Problem in Israel and its Repercussions on the Arab-Israeli Conflict », in IPS PAPERS, n° 9 (E), Institute for Palestine Studies, Beirut, 1981.

3 HELLER Mark et NUSSEIBEH Sari, Israéliens, Palestiniens : le partage de la terre, Balland, Paris, 1992, pp. 140-141.

4 SELIM Mohamed Ahmed, op. cit.

5 FOUCHER Michel, op. cit.

6 NAFF T. and MATSON R., op. cit.

7 NAFF T. and MATSON R., op. cit. p. 29.

8 SALAMEH Elias, op. cit.

9 Les eaux des wadis de la mer Morte ne sont pas comprises dans le décompte des ressources hydrauliques jordaniennes.

10 Le total final des eaux disponibles correspond à la seule addition de la dernière colonne verticale soit (a) + (b) + (c).

11 Pour le total des eaux souterraines l’auteur exclut les aquifères non exploitables ainsi que les aquifères fossiles non renouvelables. Il ne s’agit donc pas d’une addition de la colonne verticale des eaux souterraines.

12 Actuellement la consommation est de l’ordre de 150 litres par jour et par personne ; soit 250 mètres cubes par personne et par an (consommation mondiale moyenne est de l’ordre de 1 000 m3/p/an).

13 SALAMEH Elias, Water Resources of the Jordan River, System and the sur-rounding countries (significance and implications for socioeconomic development), document non publié, University of Jordan, Water Research and Study Center, Jordan, Amman.

14 Dossiers du ministère des Eaux et de l’Irrigation.

15 L’aquifère Disi est d’origine fossile et n’est donc pas rechargeable. L’exploitation qui se fait actuellement au rythme de 50 millions de mètres cubes par an pourra durer, selon les travaux des hydrogéologues, une centaine d’années

16 Les nappes souterraines de la Cisjordanie : 35 %, et les aquifères de la côte méditerranéenne : 15 %.

17 Jourdain : 46 % de la consommation.

18 MANSOUR Antoine, Palestine : une économie de résistance en Cisjordanie et à Gaza, L’Harmattan, Paris, 1983.

19 MANSOUR Antoine, op. cit.

20 Ce chiffre inclut la totalité des eaux consommées en Israël en plus des sources « classiques » données par le tableau précédent, les eaux produites par les usines de dessalement des eaux de mer et par les stations de traitement des eaux usées et des eaux de drainage.

21 HELLER Mark et NUSSEIBEH Sari, op. cit.

22 YAKOBOWITZ M. et PRUSHANKY Y., The Water in Israel, Israel Information Center, Jérusalem, 1987.

23 Exploitables à 80 %.

24 Eaux souterraines alimentées par les pluies.

25 Sources et cours d’eaux.

26 DILLMAN Jeffrey D., « Le pillage de l’eau dans les territoires occupés », in Revue d’études palestiniennes, n° 35, printemps 1990, p. 38.

27 Les colons exploitent 83 % des eaux des territoires occupés (Cisjordanie et Gaza) contre 17 % seulement pour les Palestiniens.

28 DILLMAN Jeffrey D., op. cit, pp. 38-39.

Table des illustrations

Titre DISTRIBUTION DES ZONES PLUVIOMETRIQUES EN JORDANIE.(En pourcentage, d’après une série d’observations de 1937 à 1987)
Légende Source : ESCWA.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6061/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre LES DEBITS DU JOURDAIN SELON NAFF ET MATSON
Légende Source : Smith (1966), as revised from Main Plan and Hydrological Year-Book of Israel (1946-1960)7.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6061/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre TABLEAU DES RESSOURCES HYDRAULIQUES DE JORDANIE.(En millions de mètres cubes d’eau par an)
Légende Source : Elias SalamehNote 309Note 3110Note 3211
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6061/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre EVOLUTION DES RESSOURCES ET DES BESOINS HYDRAULIQUES EN JORDAN.GRAPHIQUE N° 2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6061/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre REPARTITION DE LA CONSOMMATION D’EAU PAR SECTEUR EN 1990
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6061/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre SOURCES DES EAUX D’IRRIGATION
Légende Sources : dossiers du ministère des Eaux et de l’Irrigation,Note 3615
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6061/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre L’EVOLUTION DE LA CONSOMMATION D’EAU EN ISRAEL
Légende Note (40)19
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6061/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre RESSOURCES HYDRAULIQUES DE CISJORDANIE (I) ET DE GAZA (II). (En millions de mètres cubes par an.)
Légende Sources : ESCWA.Note 4423Note 4524Note 4625Note 4726
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6061/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter